Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les services publics et la Résistance en zone interdite et en Belgique (1940-1944)

 | 
Robert Vandenbussche

Témoignages et documents

M. Daverat

Inspecteur principal des Douanes en retraite

Texte intégral

les services fiscaux dans le nord

1 Au moment de l’armistice, je travaillais dans les services fiscaux, plus précisément au service de recouvrement des contributions. Je me trouvais en zone libre. J’ai assisté à la débâcle de 1940 et à l’installation du gouvernement de Vichy. Nous n’avons senti alors aucun changement dans le fonctionnement de l’administration, sous réserve de trouver les moyens, vaille que vaille, de faire effectuer le travail des agents en captivité. Il faut dire que les personnels qui avaient évacué Paris et les départements voisins devant l’avance de mai-juin 1940, nous apportèrent un concours intéressant mais malheureusement momentané. Je fus témoin en zone libre, du silence des préfets - sauf un - et des journaux sur l’expulsion des lorrains (expulsion mot politiquement incorrect !) ; pas un ne reproduisit la proclamation de Pétain du 30 novembre 1940.

  • 1 En fait, la ligne de démarcation de la Somme n’était plus surveillée militairement depuis décembre (...)

2 En fonction à Pau, je reçus en mars 1942, mon ordre de mutation à Landrecies. L’administration centrale ne m’accorda qu’un laissez-passer pour me permettre de franchir la zone occupée sous le ressort du commandement militaire en France. Mais, une fois à Paris, on me mit le marché en mains. « Nous ne pouvons vous délivrer de laissez passer pour la zone interdite. Vous avez donc deux solutions : vous restez ici et vous travaillez avec nous ou vous prenez le train pour Lille à vos risques et périls. Vous serez arrêté et condamné à la prison, condamné à une amende et vous reviendrez ici, à vous de choisir ». Et le chef de service, après que je lui ait fait part de mon choix, me quitta en me disant : « Si à la gare du Nord, on vous offre des laissez passer, méfiez-vous : ils sont faux » 1 .

  • 2 En réalité, dès août 1941, l’administration de l’OFK avait commencé à desserrer le blocus administ (...)

3 Avant de regagner mon poste, je ne fus chargé d’aucun message pour le Nord, ni d’aucune mission d’information sur la situation dans la région, ce qui confirme ce qu’Yves Le Maner et vous-même écrivez sur la régulation des relations administratives 2 entre le Nord et la délégation générale à Paris. Lorsque je suis arrivé dans la zone interdite, venant de Pau, ma première impression fut la stupéfaction de voir la liberté de parole dont faisaient preuve devant moi, les usagers des services publics. Les propos qu’ils tenaient sur le régime leur auraient valu, en zone libre, une correction immédiate pour insulte au gouvernement et au Chef de l’État.

  • 3 Il s’agit de la circulaire du 7 juin 1941, que le Chef du gouvernement, inquiet du « lâchage des f (...)

4 J’ai eu connaissance, par une lettre d’Étienne Dejonghe de la circulaire confidentielle de Darlan, diffusée en secret par le préfet Caries, en secret à ses services et aux sous-préfets 3. Elle est demeurée si confidentielle que le grand principe des autres chefs de service a été d’éviter tout problème avec les Allemands. Comme j’ai pu le constater moi-même, ceux qui exerçaient une activité quelconque, plutôt que de défendre « dans le cas de la souveraineté française nos droits légitimes », ont eu le souci de n’avoir aucun ennui avec les autorités allemandes, tant dans le secteur public que privé. Personnellement, l’eus droit à la visite à Landrecies d’un inspecteur principal de Lille, venu me taper sur les doigts, en raison de mon comportement envers les Allemands. De toutes façons, nous, à la base et sur le terrain, estimions n’avoir pas d’instructions à recevoir d’une hiérarchie trop éloignée et ignorante de notre situation exacte. C’était à nous de prendre les décisions locales qui s’imposaient dans l’immédiat.

5 Le service de Recouvrement n’a fait l’objet d’aucune analyse particulière, faute de bien connaître le milieu. M. Le Maner cite dans son ouvrage sur le train de Loos, le cas du percepteur d’Orchies, Louis Letellier, grand mutilé de la guerre 1914-1918, arrêté le 17 juillet 1944 pour hébergement d’aviateurs alliés et mort à Bergen-Belsen le 15 mars 1945. Qu’il ait été choisi pour héberger ces aviateurs, prouve qu’il avait des contacts avec la Résistance, mais non qu’il ait appartenu à un réseau. À Landrecies, le Percepteur observait une stricte neutralité dans ses opinions. En fait, il n’en formulait aucune d’autant que son commis était un partisan acharné du régime en place.

6 Un autre service n’a pas été étudié : le corps des douanes et droits indirects. D’abord, il n’y avait pas de poste de Douanes à Landrecies, qui avait cessé, depuis 1768, d’être la limite entre la France et l’Espagne. Il fallait se rendre à Avesnes ou Maubeuge, à une époque où les déplacements se faisaient en chemin de fer ou à bicyclette. J’y suis allé une fois pour relever les procès-verbaux de confiscation de beurre dressés par les agents à l’encontre des fermiers surpris à transporter du beurre au profit des Allemands. Ces rencontres, quelque cordiales qu’elles fussent, n’étaient pas propres à des échanges plus particuliers.

7 Je me suis cependant adressé à des enfants de douaniers « Morts pour la France ». Ils m’ont parlé très ouvertement, mais ont reconnu qu’étant trop jeunes à l’époque ils ne savaient pratiquement rien de l’activité résistante de leur père.

8 Le grand spécialiste de l’Histoire de la Douane dans le Nord est Jean Clanquart, directeur interrégional des Douanes honoraire. Il a reconnu qu’il ne savait que très peu de choses sur la période. Il m’a cependant indiqué qu’il y avait au début de l’occupation environ 3 000 agents des douanes sur la frontière du Nord. L’effectif avait été renforcé au début du mois de mai 1940 des 700 douaniers formant le bataillon chargé, jusque là, d’assurer l’ordre public dans Strasbourg totalement évacuée.

9 Le musée national des douanes de Bordeaux, quant à lui, m’a fourni une copie du livre d’Or du Corps. Mais le recensement est incomplet, car au fur et à mesure de mes recherches, j’ai relevé le nom d’autres préposés ou brigadiers « morts pour la France » qui n’y figurent pas. Le recensement est difficile, car les douaniers, vivant en corps étaient étrangers souvent à la région, et peu connus des habitants des villages où se situaient les postes (sauf, sans doute des multiples estaminets jalonnant la frontière).

10 Au total, actuellement, c’est une trentaine d’agents qui sont « Morts pour la France ». Neuf, d’après les indications recueillies, ont reçu la Légion d’honneur à titre posthume. On sait que lorsque, dans la région de Maubeuge, dans les derniers jours de l’occupation, les douaniers reçurent l’ordre de restituer aux Allemands les armes de poing, ces armes furent chargées dans une camionnette qui tomba dans une embuscade dressée par le maquis. Il y eut une violente algarade entre le directeur interrégional des Douanes et l’Allemand responsable, le chauffeur de la camionnette ayant bien entendu immédiatement été arrêté comme complice. Finalement le chauffeur fût libéré, mais ceci prouve qu’il y avait des rapports entre douaniers et résistants.

11 Dans certains cas, surtout dans la région de Maubeuge, il y eut effectivement des engagements de membres du corps dans des réseaux - essentiellement les FTPF. Ainsi, le préposé des Douanes à Saint Vaast la Vallée, Niogret, a été fusillé près du colombier militaire de Maubeuge et son corps jeté dans un four, avec les membres du maquis des Diables bleus faits prisonniers dans la forêt de Mormal. Le préposé Glineur est mort aux côtés de son chef, le lieutenant Braud qui commandait la 33e FTPF en essayant de délivrer une colonne de prisonniers russes, lors de la bataille de Maubeuge.

12 Maurice Desson, capitaine des douanes à Baisieux, mort en déportation, décoré à titre posthume, faisait partie du train de Loos, était capitaine dans le réseau Buckmaster Sylvester Farmer et membre du réseau d’évasion Sylvestre. Même situation pour Henri Desbonnet sous-brigadier à Tourcoing. Marcel Duhayon, brigadier à Roubaix, était membre du réseau de renseignements Alifrance (travaillant avec la résistance belge) et du WO. Il a été exécuté à la hache. Louis Dujardin, préposé à Mouchin, puni pour négligence (il s’était fait voler son arme de service) était sous-lieutenant FFI et il est mort en déportation. Georges Malésieux, brigadier-chef était sous-lieutenant FFI et est tombé dans la bataille de Maubeuge, à Feignies où il était en poste. Georges Marc, mort en déportation, fut un agent de liaison remarquable travaillant à la fois avec la résistance française et belge. Il avait fondé le réseau Ali comme instrument de liaison. Il était en relation avec l’Intelligence Service. Georges Martinache, préposé des douanes à Baisieux, facilitait le passage des aviateurs et soldats alliés en Belgique. Il était agent radio du BOA et faisait partie des réseaux Action 40 - BCRA - Voix du Nord - Alifrance. Il était au surplus membre de l’armée secrète belge. Georges Weppes, préposé à la brigade de Tourcoing Gare, résistant de la première heure avait quitté son poste pour se consacrer au mouvement OCM Nord, secteur de Wattrelos. Arrêté, déporté dans le train de Loos, il est mort au camp de Engerhafen. Les agents du corps des douanes ont donc été engagés avec beaucoup plus de décision que leurs camarades des autres services fiscaux et il est hors de doute que leur formation militaire de base a dû être d’une grande aide dans l’encadrement des autres résistants.

13 La porosité de la frontière franco-belge facilitait la constitution de filières d’évasion vers Bruxelles dès les premiers jours de l’occupation et il suffisait de fermer les yeux dans la forêt de Mormal aux trafics d’armes et de munitions indispensables à l’équipement des réseaux, sans pour autant appartenir à ceux-ci.

Notes

1 En fait, la ligne de démarcation de la Somme n’était plus surveillée militairement depuis décembre 1941 (sur décision de l’ΟΚΗ pour les unités en zone occupée) cela n’empêchera pas les militaires de l’OFK 670, furieux de cette décision unilatérale, de continuer à exiger des visas pour les fonctionnaires mutés en « zone rattachée », alors que les administrations de cette même OFK se réjouissaient d’une disparition qui facilitait leur tâche gestionnaire. Cela explique que M. Daverat put franchir la ligne et prendre ses fonctions sans être inquiété.

2 En réalité, dès août 1941, l’administration de l’OFK avait commencé à desserrer le blocus administratif du Nord. La normalisation des rapports s’accélère avec le retour de Laval au pouvoir, mais le Nord-Pas-de-Calais reste jusqu’à la fin rattaché à Bruxelles

3 Il s’agit de la circulaire du 7 juin 1941, que le Chef du gouvernement, inquiet du « lâchage des fonctionnaires » devant les pressions de l’occupant a diffusé auprès des préfets des zones occupées, dans laquelle il les exhortait, ainsi que leurs subordonnés, à résister aux ordres des autorités d’occupation « incompatibles avec les textes du traité d’armistice ». Cette circulaire est de juin 1941 alors que le témoignage de M. Daverat porte sur la période postérieure à avril 1942. Entre temps, de l’eau a coulé sous les ponts.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540