Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les services publics et la Résistance en zone interdite et en Belgique (1940-1944)

 | 
Robert Vandenbussche

Témoignages et documents

Yvonne Abbas

Déportée-Association Musée de Bondues

Texte intégral

Fusillés au Fort de Bondues
Pierre Say, secrétaire de mairie (Bondues)
Jean Wattel, instituteur
Alphonse Huygues, conducteur SNCF
J.B. Rouvillois, gardien de la Paix
Fernand Charbonnier, contrôleur des Postes
(Musée de la Résistance - Bondues)

la répression dans le nord-pas-de-calais

1 Vers le 24 avril 1942, un camarade OS-FTPF est arrêté par une patrouille de la police française, après le couvre-feu. Il est porteur d’une « vraie fausse carte d’identité » et d’un revolver.

2 Il connaissait de nombreuses adresses. Interrogé et torturé par la Police spéciale française, pendant plusieurs jours... Il révèle et dénonce des noms, dont le mien. La Police française le remet aux nazis allemands. Condamné à mort par le tribunal militaire allemand de Bruxelles, il est fusillé le 1 er juillet 1942 au Vert Galant à Wambrechies avec quatre autres camarades.

3 Le 29 avril 1942, je suis arrêtée par la Police spéciale, à la maison, 6 place de la Boucherie, à La Madeleine où nous étions en réunion (groupe de 3), avec Louis Petit de Denain et Jean Bracq de Caudry, tous deux condamnés à mort par contumace et recherchés activement par la Police française qui, après les avoir arrêtés, interrogés et torturés les ont remis aux nazis allemands. Le tribunal allemand de Bruxelles les condamne à mort. Ils sont exécutés le 1 er juillet 1942, au Vert Galant, à Wambrechies.

4 Pour ma part, je suis conduite au Commissariat central de Lille, du 29 avril au 5 mai 1942, et enfermée dans l’un des cachots pour y subir les interrogatoires musclés de la Police spéciale française.

5 Transférée le 5 mai 1942 à la prison de Cuincy, dans une cellule de 8 m 2 « pour plusieurs personnes », sans électricité, ni eau et juste une tinette pour les besoins naturels...

6 La Direction et les gardiennes sont à la solde des Allemands et sous les ordres du Préfet Caries.

7 Je suis condamnée par la Cour spéciale de Douai, à huit clos  : les juges sont français et il n’y a pas de témoins, en dehors des gendarmes d'où mon refus de recevoir l’aide d’un avocat...

8 Nouveau transfert... Menottes aux mains et boulets aux pieds à la prison de la Roquette. Les gardiennes et la Direction sont collaboratrices (parmi elles il y avait des religieuses).

9 Et puis ce fut la Centrale de Rennes où étaient emprisonnées des femmes, des droits communs, des criminelles. Les résistantes incarcérées ne reçoivent aucune considération, au contraire ! Après une révolte pour obtenir un statut, meneuse, je suis punie dans les cachots de cette centrale vétuste. La Direction me remet aux Allemands, direction : Romainville, dans les casemates où chaque jour derrière nos barreaux passent des hommes et les pelotons d’exécution. On les accompagne en chantant la Marseillaise et eux chantent pour la dernière fois...

10 C’est ensuite le singulier départ pour Ravensbrück...

11 À mon retour après 37 mois de détention, c’est le néant : l’appartement a servi de guet-apens pour la police française qui a tout saccagé avant de quitter les lieux et en laissant l'habitation abandonnée.

12 Je n’avais plus de logement, ni meuble, ni souvenir, plus de papiers, rien...

13 J’apprends officiellement que mon mari, Florent Debels, a été également fusillé le 1 er juillet 1942 au Fort du Vert Galant à Wambrechies. Lui aussi avait été condamné à mort après avoir été arrêté et torturé par la Police française, et remis aux Allemands.

14 Ma famille avait été durement touchée. Mon frère, aussi, sera tué, dans l’armée de Lattre, en octobre 1944, à Belfort.

15 Faut-il ajouter à ce témoignage, les cinq camarades guillotinés à Cuincy par des Français, pour lesquels une plaque rendant hommage à ces héros de la Résistance a été apposée par nos soins sur le mur de l’entrée de la prison, en 1993 ; ainsi que l’assassinat, par la Police française, de René Denys, Eusebio Ferrari et Pavloski, en février 1942.

16 En conclusion, je n’ai aucune haine pour le peuple allemand, mais l’oubli est impossible, également envers les agents policiers français qui ont participé aux arrestations sous les ordres de la collaboration pétainiste, alors qu’ils auraient pu rejoindre la Résistance comme tous ceux qui ont dit NON à l’occupant et au nazisme : pour eux j’éprouve encore du mépris.

Table des illustrations

Légende Fusillés au Fort de BonduesPierre Say, secrétaire de mairie (Bondues)Jean Wattel, instituteurAlphonse Huygues, conducteur SNCFJ.B. Rouvillois, gardien de la PaixFernand Charbonnier, contrôleur des Postes(Musée de la Résistance - Bondues)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2155/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 315k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540