Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les services publics et la Résistance en zone interdite et en Belgique (1940-1944)

 | 
Robert Vandenbussche

La police en zone rattachée (1940-1944)

Yves le Maner

Texte intégral

1L’attitude et les responsabilités de la police française pendant l’occupation constituent un thème historique et politique aigu depuis les lendemains de la Seconde guerre mondiale, qu’a ravivé l’affaire – ou plus exactement la non-affaire – Bousquet. Or notre connaissance de ce sujet sensible est bien meilleure que ne le laissent penser certains articles de presse. Depuis les travaux pionniers de Jacques Delarue, ancien policier devenu historien, des recherches approfondies ont été menées, en particulier depuis les années 1990, grâce à un accès plus facile à des archives importantes. Parmi les travaux les plus récents, citons ceux de Jean-Marc Berlière et de Denis Peschanski. Ils confirment que l’essentiel de la législation répressive est en place avant juillet 1940, mais soulignent la différence fondamentale entre la IIIe République et l’Etat de Vichy : d’un côté il s’agit de lois d’exception dictées par les circonstances ; de l’autre d’un élément structurant, d’un projet idéologique qui vise à exclure les « éléments de désordre », l’« anti-France ». Ainsi, l’Etat Français confie simultanément à la police des missions de maintien de l’ordre, de répression des libertés et de mises en œuvre de lois d’exclusion. Il veille aussi, en exerçant ses prérogatives régaliennes à travers la police et la justice, à démontrer sa souveraineté vis-à-vis de l’occupant, puis, dans le contexte d’une collaboration politique demandée, à prouver au vainqueur qu’il mérite une place de choix dans l’« Europe nouvelle », en l’aidant dans la traque d’ennemis communs. En servant cet état et en œuvrant parallèlement pour les intérêts de l’occupant, les policiers ont été amenés à transgresser les fondements mêmes de leur mission, établis après plusieurs décennies de république démocratique.

2Cependant, comme c’est souvent le cas en France, vieux pays centralisé, les enquêtes ont surtout été menées à Paris, siège de la grande dame des policiers, la Préfecture de Police. De ce fait, les conditions particulières de l’action des forces de l’ordre dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais, rattachés au commandement militaire de Bruxelles et non à celui de Paris, ont été ignorées. Or, tout au long de l’Occupation, la répression se déroule, dans les deux départements septentrionaux, dans un contexte et selon un calendrier très particuliers.

3Le plan de cette communication est donc chronologique, afin de pouvoir fournir une analyse comparée avec la zone de Paris. Le propos est centré sur l’action répressive des forces de l’ordre françaises : on peut donc respecter l’intitulé du colloque et évoquer « La police et la Résistance en zone rattachée ». Il est en revanche impossible de traiter de « La police dans la Résistance en zone rattachée ». Le Nord – Pas-de-Calais n’a pas eu, en effet, à intégrer le mythe d’une police résistante, comme cela fut le cas à Paris, avec le tour de passe-passe d’août 1944. Mais il faut refuser la notion de responsabilité collective et l’on n’oubliera pas qu’il y eut des policiers dans la Résistance, en « zone rattachée » comme ailleurs. On rencontre en effet dans l’histoire de tous les réseaux et de tous les mouvements, des policiers ou des gendarmes qui furent d’authentiques résistants. C’est le cas du commissaire des renseignements généraux de Calais, Marcel Féty, qui fonde, à l’été 1940, le premier groupe local qui prend en charge la cache et l’évasion des soldats britanniques. C’est bien sûr le cas de Jules Noutour, policier municipal lillois, fondateur, avec Natalis Dumez de La Voix du Nord, mort en déportation. C’est également le cas, même s’il est plus tardif, d’Adolphe Herry, chef du groupement Flandre des GMR – cette unité qui fut pourtant un pur produit de Vichy –. C’est aussi vrai pour de nombreux gendarmes des brigades rurales, sans qui les réseaux d’évasion des aviateurs n’auraient jamais pu fonctionner.

1940-1941 : services allemands et police française

4En mai 1940, la plupart des policiers et des gendarmes en poste dans le Nord - Pas-de-Calais ont évacué, suivant des consignes émanant des autorités ou, le plus souvent, de leur propre initiative. L’une des principales conséquences de ce sauve-qui-peut fut l’immense vague de pillages qui affecta toute la région en mai et juin. A l’été 1940, les effectifs ont littéralement fondu : c’est vrai pour la police urbaine, mais également pour la gendarmerie, qui a pratiquement disparu (repli, capture des éléments restés sur place). Cependant, dès juillet, les Allemands libèrent les gendarmes encore dans des camps de transit. Ils donnent l’ordre aux maires des villes ouvrières de recruter des supplétifs pour renforcer les effectifs des commissariats.

5Or, c’est une tâche écrasante qui attend les forces de police, tout au long de l’occupation. La période est en effet marquée par un phénomène majeur de « dérèglement social » qui aboutit à une véritable explosion de la criminalité de droit commun, qu’il s’agisse des trafics de toutes natures – et en premier lieu des différentes formes de marché noir –, de violences envers les individus (crimes crapuleux, escroqueries, vols, racket, etc.) ou de la criminalité de misère (vols alimentaires, prostitution clandestine). La police – et la gendarmerie dans le cas du marché noir – se trouvent en première ligne, sans pouvoir toujours mener leurs enquêtes à terme lorsqu’elles menacent des éléments de l’Armée d’occupation ou leurs affidés français.

6Le maintien de l’ordre constitue l’une des grandes priorités de l’occupant, car il conditionne l’exploitation des territoires occupés. De 1940 à 1944, le chef de l’OFK 670 de Lille dispose de facto de pouvoirs législatifs, exécutifs et judiciaires dans les deux départements qui forment sa circonscription. Il possède le droit de valider ou de refuser les lois et les nominations de Vichy, de promulguer des décrets contraires à la législation française... La convention d’armistice donne en effet à l’occupant la prééminence en matière législative – exercée par voie d’ordonnances – notamment en matière de maintien de l’ordre. Or l’objectif essentiel des Allemands est la sécurité des troupes d’occupation, en utilisant le minimum de forces.

7C’est au Kommandostab de l’OFK 670 que revient la responsabilité du maintien de l’ordre, « Ruhe und Ordnung » : il dispose pour ce faire de la Feldgendarmerie et de la GFP, ainsi que du service de contre-espionnage, l’Abwehr. Ce sont donc des structures et des hommes de la Wehrmacht, qui, en « zone rattachée », de 1940 à l’été 1944, assurent l’essentiel de la répression contre les « ennemis du Reich » : résistants, juifs et, à partir de 1941, communistes en tant que tels. Les dirigeants de l’OFK lilloise apportent un soin jaloux à protéger leur exclusivité répressive sur le territoire soumis à leur contrôle. Or, les administrateurs militaires ne cessent de se plaindre de l’insuffisance de leurs effectifs pour contrôler une vaste région de plus de trois millions d’habitants, truffée de puissantes concentrations ouvrières et de réseaux œuvrant au profit des Britanniques. Certes, ces effectifs sont ponctuellement renforcés par des supplétifs collaborateurs belges ou Volksdeutsche polonais. Mais il s’agit d’éléments peu sûrs, qui ne compensent que très partiellement les ponctions opérées sur les effectifs des troupes de sécurité au profit d’autres régions de l’Europe occupée.

8Il y a cependant, dans le Nord-Pas-de-Calais, dès l’été 1940, des services de police allemands qui échappent à la tutelle du Kommandostab : il s’agit d’unités du Sipo-SD, la police SS, parmi lesquels des agents de la Gestapo proprement dite, qui sont sous la tutelle théorique de la Militärverwaltung, mais qui, en pratique, ne dépendent que du RSHA à Berlin et disposent de tous les pouvoirs, y compris, à partir de l’été 1941, de celui d’arrêter des suspects. Jusqu’au bout, l’OFK 670 tente de limiter leur implantation dans la « zone rattachée ». Ainsi, au début 1944, quand la SS entreprend de regrouper dans une formation armée placée sous son contrôle, l’ensemble des formations supplétives et les éléments armés des groupuscules collaborateurs, l’OFK torpille le projet en autorisant l’implantation de la Milice de Vichy, qu’elle refusait jusqu’alors.

9L’apport de la police française à la répression des activités hostiles à l’occupant revêt un aspect particulièrement important pour ce dernier, car il s’agit d’une solution avantageuse pour économiser des troupes. Le groupe « Polizei » de la Militärverwaltung exerce, à l’origine, une tutelle directe et minutieuse sur la police, la gendarmerie et l’administration pénitentiaire françaises : contrôle des nominations, montant des primes, etc. Mais on observe un lent glissement qui mène de la méfiance à la confiance, celle-ci étant progressivement établie à partir du printemps 1941. L’OFK, qui s’efforce de bloquer une grande partie des lois de Vichy, ne tarde pas à autoriser la législation antisémite et anticommuniste, car elle fournit aux Allemands un cadre juridique qui n’existe pas en Belgique où l’Occupant doit lui-même légiférer. En outre, l’Etat Français fait appliquer cette législation par ses propres services de police... Et ces derniers sont demandeurs, du moins en ce qui concerne les communistes.

10L’interlocuteur principal des Allemands est le préfet du Nord, Fernand Caries. Compte tenu du contexte particulier à la « zone rattachée », il a obtenu, dès septembre 1940, des pouvoirs spéciaux de Vichy. Il se plaint, au début, de la tutelle allemande sur ses services, bien plus dure qu’en zone de Paris, et du comportement de certains représentants de l’OFK 670 qui donnent des ordres à son insu, notamment à la police. Mais lui et son collègue du Pas-de-Calais ont d’autres motifs de récrimination.

11Jusqu’en juin 1941, les Allemands refusent aux préfets la reconstitution des effectifs de police et de gendarmerie, qu’ils ne cessent de réclamer. A cette date, le nombre de policiers restait très inférieur aux chiffres d’avant l’invasion, tant pour la police municipale que pour les Renseignements généraux et la police judiciaire. En mai 1942, malgré une amélioration de la situation, le préfet Caries estimait encore au tiers de l’effectif d’avant l’invasion, la proportion de policiers manquants dans sa circonscription (prisonniers ou ayant quitté le service).

12Pendant cette première année d’occupation, les préfets ne cessent de dénoncer l’attitude des autorités allemandes qui s’opposent à l’application en « zone rattachée » du décret de Vichy du 3 septembre 1940 qui aurait permis d’interner dans des « camps de concentration » (sic), tous les suspects ou les militants communistes libérés à l’issue de leurs peines de prison. Les autorités françaises, qui s’efforcent de poursuivre la lutte contre le parti clandestin entreprise depuis septembre 1939, voient dans cette attitude la preuve d’une collusion germano-communiste, l’Occupant jouant sur le malaise social et sur l’agitation communiste pour fragiliser les notables en prélude à l’annexion des deux départements au Reich... Cette situation tranche avec le reste de la France : l’internement administratif des militants communistes est systématique en zone Sud dès juillet 1940, et autorisé par les Allemands en zone de Paris en octobre 1940.

13Une seule décision des Allemands en matière de police trouve grâce aux yeux du préfet du Nord : celle qui interdit l’installation à Lille de ces polices parallèles, composées de militants convaincus de l’ordre nouveau, pour la plupart anciens cagoulards, qui éclosent à l’été 1940 à Paris et dans la zone sud. En effet, malgré son adhésion à l’idéologie de l’État Français, Carles fait preuve de pragmatisme et se montre très critique à l’égard de certaines décisions de Vichy. Il refuse de lancer une chasse aux sorcières au sein des forces de l’ordre de sa circonscription : les poursuites et les révocations de fonctionnaires de police connus pour leur appartenance à la franc-maçonnerie, en application des lois de Vichy du 17 juillet 1940 – qui permet la révocation des fonctionnaires sans motif de faute – et du 13 août 1940 – qui dissout les « sociétés secrètes » –, sont très rares dans le Nord-Pas-de-Calais, alors qu’elles sont nombreuses ailleurs.

14Mais au printemps 1941 le contexte change : l’OFK 670 commence à durcir son action répressive contre les communistes, en raison de l’agitation sociale qu’ils entretiennent dans les mines, et c’est alors que se déroulent les premières rencontres entre les services de police français, le SD et la GFP, pour dresser des listes de communistes en vue d’arrestations préventives.

15Au même moment, à Vichy, Darlan boucle la vaste réforme préparée par le ministre de l’Intérieur, Peyrouton. Elle est traduite par la loi du 23 avril 1941, qui prévoit l’étatisation des polices municipales (pour les villes de plus de 10 000 habitants et les communes « sensibles », c’est-à-dire à forte population ouvrière), et la centralisation des forces sous la conduite de préfets régionaux, assistés d’intendants de police ayant autorité sur l’ensemble des services de police et de gendarmerie. Des unités spécialisées dans le maintien de l’ordre sont créées : ce sont les Groupes mobiles de réserve, les GMR, rattachés à la direction de la Sûreté publique. Cette réforme vise à accroître le contrôle de l’État sur la police, à la moderniser et à la rendre plus efficace.

1941-1943 : la police française et la lutte anticommuniste

16La lutte anticommuniste a, de fait, constitué la principale préoccupation des autorités françaises en matière de maintien de l’ordre dans le Nord – Pas-de-Calais, tout au long de l’occupation, Mais c’est à partir de juin 1941 qu’elle prend un caractère de « combat à mort ». Ce qui change fondamentalement, à partir de cette date, c’est que les communistes traqués par les policiers français sont, aussi, des résistants. Les moyens humains consacrés à cette activité n’ont cessé de croître, pour culminer à 6 000 hommes au début 1943, police et gendarmerie additionnées. Le préfet Caries, anticommuniste obsessionnel, est le moteur de cette lutte.

17Le 9 septembre 1941, il obtient enfin de l’OFK 670 l’autorisation d’installer à Doullens, dans la Somme, le camp d’internement qu’il demandait pour y enfermer les suspects de communisme actif. Au même moment, alors que les attentats se multiplient, la question de la coordination de l’action des polices allemandes et françaises dans la lutte contre les communistes est posée, par les autorités françaises. C’est l’objet de la visite en « zone rattachée », en septembre 1941, de Pierre Pucheu, ministre de l’Intérieur, la première d’un ministre de Vichy autorisée par les autorités allemandes de Bruxelles.

18Cet intérêt nouveau des Allemands s’insère dans la stratégie des autorités militaires de Bruxelles qui ont décidé de lancer une lutte à outrance contre les communistes afin d’échapper aux critiques et aux manœuvres hégémoniques de la SS. Alors qu’à Paris von Stülpnagel s’oppose à la politique d’exécution des otages et démissionne en janvier 1942, von Falkenhausen, lui, l’applique, massivement. La conséquence est simple : à Bruxelles, l’armée conserve la responsabilité de la répression ; à Paris, la SS prend la main.

19Carles a enfin obtenu, en octobre 1941, les renforts et les véhicules venus de zone sud que l’occupant lui refusait jusqu’alors. « La répression des menées communistes est menée avec énergie » claironne-t-il alors. Cependant, cette période est perturbée par l’offensive des milieux ultras qui peuplent l’entourage de Pucheu et qui aboutit à la relance des polices parallèles. En novembre 1941, c’est une section de la « police anticommuniste » de Vichy, la SPAC, qui est installée à Lille. Mais elle est très mal reçue par le préfet du Nord et par les responsables de la police « classique ». À nouveau, nombre de policiers francs-maçons échappent, dans le Nord-Pas-de-Calais, à la vague de révocations qui accompagne la prestation de serment imposée par Pucheu.

20En février 1942, l’intendant de police, Charles Hannezo, prend son poste à Lille, avec comme mission la coordination de l’action de toutes les forces de police françaises opérant dans les deux départements. Il a aussi pour charge la mise en œuvre de l’étatisation de la police que l’OFK 670 a fini par autoriser pour l’agglomération lilloise et le bassin minier. L’enjeu est considérable, en raison de la puissance de l’implantation municipale de la SFIO et de la tradition de clientélisme qui l’accompagne. L’application de la loi se déroule en douceur, avec seulement quelques révocations ponctuelles. Il faut dire que la réforme s’accompagne d’une véritable promotion matérielle et sociale des policiers. En outre, le discours d’ordre séduit des hommes dont beaucoup sont des anciens combattants de 14-18 ou des militaires, et son volet anticommuniste est loin de déplaire à une base et à un encadrement, qui dans la région, ont un très lourd contentieux avec le Parti communiste depuis l’époque troublée « classe contre classe » de la fin des années vingt et du début des années trente.

21Au même moment, 300 gendarmes supplémentaires sont envoyés dans le bassin minier du Nord pour quadriller le terrain : cette décision de Caries aboutit à la liquidation du groupe de l’« organisation spéciale » communiste d’Eusebio Ferrari, responsable d’attentats spectaculaires. La presse officielle exalte le sacrifice du policier et du gendarme tués dans l’affaire... L’école de police de Lille est ouverte le 1er avril : la première promotion compte 263 élèves, dont 18 gradés, et il a fallu refuser des candidats.

22Dans son rapport du 4 novembre 1941, Carles se plaint de « …la sorte de concurrence qui surgit entre les services de police français et allemands, en lieu et place de la collaboration qui devrait exister » et regrettait de ne pas avoir de réponse concrète des Allemands à ses propositions. Il est exact que, dans un premier temps, ceux-ci ont refusé la mise en œuvre d’un véritable partenariat avec les forces de l’ordre françaises en « zone rattachée ». Pour eux, la collaboration s’entend à sens unique... Pendant des mois, ils ne transmettent pas le moindre renseignement à leurs confrères français. En revanche, l’information circule dans l’autre sens : depuis le 22 octobre 1941, Vichy a donné l’ordre aux procureurs généraux de transmettre aux Allemands, chaque mois, une liste des personnes arrêtées dans leur ressort pour « activité communiste ». Mais c’est au printemps 1942 que la véritable coopération policière franco-allemande, que Caries appelait de ses vœux depuis si longtemps, commence à fonctionner. L’occupant, qui doit dégarnir ses effectifs pour nourrir le front de l’Est, a maintenant pleinement confiance dans les services français en matière de lutte anticommuniste.

23Le 8 avril 1942, le préfet du Pas-de-Calais, Bussière, autorise tous les commissaires de police de son département à participer à une véritable réunion de travail dans les locaux de la GFP d’Arras. Le 24, une circulaire du chef de la GFP adressée aux commissaires spéciaux de police et au commandant de la Gendarmerie leur fait savoir qu’ils devront avertir ses services avant tout interrogatoire pour qu’un agent allemand en civil puisse y assister. Dès lors, des flux d’informations circulent dans les deux sens. Le 15 mai, Bussière donne l’ordre aux commissaires de police d’effectuer les contrôles domiciliaires demandés par l’occupant chez des personnes recherchées, sans avoir besoin d’une autorisation préalable. Sa note se termine ainsi : « Je vous prie d’adresser votre rapport, le 1er et 15 de chaque mois [...] directement à la Geheime Feldpolizei, 2, place de la Préfecture à Arras »... On peut penser que la nomination d’Amédée Bussière comme Préfet de Police de Paris, est la reconnaissance de l’efficacité d’une politique répressive anticommuniste menée en collaboration par les Français et les Allemands.

24Cette promotion est consécutive au retour au pouvoir de Laval. Celui-ci décide une nouvelle réorganisation de la police : les officines parallèles sont remises sous tutelle et un secrétaire général à la police est nommé pour assurer la coordination de l’ensemble des forces à l’échelon national, le fringuant René Bousquet. Celui-ci se rend à Lille et, à plusieurs reprises, à Bruxelles, pour obtenir des militaires allemands l’application dans le Nord-Pas-de-Calais des mesures d’action conjointes conclues pour la zone à Paris avec le plénipotentiaire de la SS, Oberg. Ses démarches échouent.

25En conséquence de la réorganisation mise en œuvre par Bousquet, la Brigade mobile régionale de la police judiciaire de Lille est transformée en Brigade spéciale de police de Sûreté. Sa mission exclusive est la lutte anticommuniste, pour laquelle elle se substitue à la SPAC, dissoute. Cette 2e brigade régionale de la PJ, que dirige avec un zèle meurtrier le commissaire Dobbelaere, s’appuie sur le réseau des commissariats de ville et sur la police spéciale des chemins de fer, qui connaît admirablement le monde ouvrier. Une haine anticommuniste particulièrement violente s’est développée parmi un grand nombre de policiers classés « à gauche », depuis les affrontements de rue du début des années trente. Beaucoup des membres de cette brigade n’hésitent pas à recourir à la torture pour faire avouer les suspects qu’ils arrêtent.

26La gendarmerie, se montre également redoutable pour le parti clandestin dans le bassin minier : elle quadrille les cités, multiplie perquisitions et arrestations, participe aux côtés des Allemands à des poursuites de fugitifs et à des sièges de planques d’« illégaux ». Certains des officiers se comportent de façon ignoble, tel le lieutenant Fleurose, chef de la brigade de Lens, sans cesse soucieux de démontrer son efficacité aux Allemands. Il mène personnellement des « interrogatoires poussés » ; au cours de l’un de ceux-ci, en avril 1942, il tue à coups de chaîne Ignace Humblot, l’un des responsables de l’« organisation spéciale » du Pas-de-Calais.

27Dès lors c’est une coopération totale qui se met en place, pendant plus d’une année entre la GFP et la Feldgendarmerie d’une part, les brigades de gendarmerie, la 2e BR de la police de sûreté et les commissaires aux Renseignements généraux d’autre part. La plupart des hommes arrêtés par les policiers français sont directement livrés aux Allemands et traduits devant les tribunaux de guerre de l’OFK 670. Dans certains cas, des hommes déjà jugés par une juridiction française sont livrés ensuite aux Allemands, avec les conséquences que l’on imagine : ainsi, deux jeunes communistes italiens condamnés en septembre 1941 à 10 et 20 ans de prison par la section spéciale de la cour d’appel de Douai – qui venait d’être créée – pour avoir abattu un gendarme lors d’un contrôle, sont remis à l’occupant qui les fusille le 30 avril 1942. Au printemps 1942, les prisons, françaises et allemandes, sont pleines à craquer de communistes. Dans son rapport du 3 mai, le lieutenant Fleurose se félicite que sa brigade de Lens ait arrêté à elle seule 340 activistes communistes en quatre mois. Le record d’arrestations opérées par la police française est enregistré en septembre 1942.

28Pendant près de deux ans, ce sont les polices françaises qui ont réalisé la grande majorité des démantèlements de groupes clandestins du parti communiste en « zone rattachée ». Dans son rapport mensuel de décembre 1941, l’OFK 670 avait bien perçu le fond de l’affaire : « La collaboration policière est sans flottement, depuis que l’administration française, sous la protection de la puissance occupante, s’efforce de régler le problème communiste avant le retrait des troupes allemandes ».

29Si l’action des forces de police françaises a été meurtrière pour les communistes, elle a moins affecté les mouvements non communistes, qui eux ont été traqués par la GFP, l’Abwehr et le SD, avec l’aide de leurs agents français, des crapules mues par l’appât du gain. Cependant, ponctuellement, les policiers ont arrêté des clandestins, le plus souvent par inadvertance. C’est par exemple le cas d’André Pantigny, le plus résolu des résistants socialistes du Pas-de-Calais, l’un des chefs de « Libé-Nord », qui est interpellé en gare de Tourcoing le 2 juillet 1943, avec deux lourdes valises. Il a été pris pour un trafiquant du marché noir, alors qu’il transporte des tracts... Il n’empêche qu’il est livré au SD ; il périra en déportation. Un autre exemple très connu est celui du commissaire de police de Liévin, Baillard, engagé depuis 1940 dans une lutte forcenée contre la résistance, devenu agent de la GFP, et qui parvient à infiltrer l’OCM ; il sera abattu dans la célèbre affaire dite « du Masque ».

printemps 1943 - septembre 1944 : remises en cause et prudences

30La haine des policiers français transpire de tous les mémoires rédigés par des résistants communistes, et particulièrement du remarquable ouvrage de Roger Pannequin, Ami, si tu tombes ; cette haine apparaît même plus vivace qu’à l’égard des Allemands...

31Les 18 et 19 mars 1943, René Bousquet, secrétaire général de la police de Vichy, se rend à Lille et à Lens, puis à Bruxelles, où il a des entretiens au plus haut niveau du MBH. Il s’agit toujours de collaboration policière, au moment où des signes de démoralisation commencent à toucher les forces de l’ordre françaises. Elles font l’objet depuis plusieurs mois d’une campagne d’intimidation orchestrée par le PCF clandestin, à l’aide de tracts menaçants, de cercueils miniatures et de menaces de mort nominales, qui s’adressent parfois aux femmes des intéressés. Mais le tournant décisif se produit le 24 mars 1943, lorsqu’un groupe de FTP abat trois policiers au commissariat de Beuvry, près de Béthune. L’effet est radical. Dans les semaines qui suivent, les résultats des perquisitions deviennent médiocres, le nombre des arrestations s’effondre, y compris de réfractaires au STO. De fait, les policiers sont devenus des cibles prioritaires désignées aux équipes de FTP : le commissaire spécial de Lens, Mesmer, est ainsi abattu le 8 octobre 1943. La peur s’ajoute désormais à l’évolution globale de la guerre et la grande masse des policiers plonge dans l’inaction. Le rapport du préfet de région du 5 octobre 1943 porte, pour la première fois, la mention « néant » en matière d’arrestation de communistes et de « terroristes » par la police française. On observe parallèlement une forte régression dans le recrutement des policiers...

32Ceux qui sont sur les listes noires n’ont désormais plus que deux options : s’enfuir, ou aller jusqu’au bout... La minorité des plus féroces chasseurs de communistes s’engage dans un combat suicidaire. La 2e Brigade régionale de police de sûreté, qui travaille désormais en total partenariat avec les polices allemandes (GFP et Feldgendarmerie) poursuit la traque des « terroristes » et parvient encore à arrêter plusieurs dirigeants de PCF clandestin, notamment Wallers, l’interrégional FTP. Au printemps 1944, c’est un dernier « baroud de déshonneur » : la police française arrête 82 communistes ou « terroristes », dans les deux départements, en mars-avril 1944. Caries, lui non plus, ne désarme pas : jusqu’au bout il propose ses services aux Allemands dans la lutte contre les communistes.

33Les Allemands ne sont pas dupes du changement de contexte : à partir de l’été 1943, ils se plaignent sans cesse d’une dégradation de l’efficacité de la police et de la gendarmerie françaises. Dès lors, ils reviennent à des méthodes de répression sauvages, et notamment à la politique des otages et le recours à des bandes de nervis.

34C’est seulement en mars 1944 que la Milice est autorisée par l’OFK 670 à agir en zone rattachée. Mais elle se retrouve totalement isolée, sans le soutien des autorités préfectorales et se limite à des opérations criminelles ponctuelles. On ne peut parler en « zone rattachée », contrairement à d’autres régions françaises, de période milicienne de Vichy. En effet, le décret du 10 janvier 1944 qui donnait à Darnand, chef de la Milice et secrétaire général au maintien de l’ordre, autorité sur l’ensemble des forces de police, n’a jamais été appliqué dans le Nord-Pas-de-Calais.

35L’une des premières décisions des autorités issues de la Résistance, à Lille comme à Arras, le 2 septembre 1944, consiste à arrêter les principaux chefs de la police régionale. Conscient du caractère explosif du sujet pour les communistes, le commissaire de la République, Francis-Louis Closon, anticipe sur le processus judiciaire d’épuration. Il démantèle immédiatement la BS de Lille et applique un remède de cheval à la gendarmerie : 25 % des effectifs en poste dans le Nord - Pas-de-Calais sont mutés hors des deux départements. Pour ceux qui restent, il est procédé, en septembre-octobre 1944, à une permutation des brigades entre les deux départements, afin de diminuer la tension avec les populations.

36Quelques responsables policiers particulièrement visibles furent jugés dans le cadre de l’épuration. Furent condamnés à mort et exécutés les commissaires qui s’étaient révélés les plus en pointe dans la lutte contre les activistes clandestins du PCF et qui n’avaient pas hésité à recourir à la torture : tombèrent ainsi Dobbelaere, chef de la BS de Lille, Rochat et Moulin. Un commando de militants du PCF régla le compte du lieutenant Fleurose dans sa prison, car on craignait qu’il ne bénéficie d’une scandaleuse mansuétude. Car, l’immense majorité des inspecteurs, des agents et des gendarmes fut épargnée par les sanctions judiciaires. En outre, contrairement à la police parisienne au sein de laquelle une lourde répression administrative fut mise en œuvre, les polices régionales d’État furent épargnées, dans le Nord-Pas-de-Calais autant qu’ailleurs : un policier sur 20 seulement fut sanctionné.

37Le suicide du préfet Caries, le 24 avril 1945, avant qu’il n’ait été jugé, a empêché le véritable procès de l’action de la police et de la gendarmerie dans le Nord – Pas-de-Calais pendant l’occupation. L’intendant de police, Charles Hannezo, condamné en avril 1946 aux travaux forcés à perpétuité, fut libéré le 4 novembre suivant... Amédée Bussière, malgré la lourdeur de ses responsabilités, bénéficia de la même clémence : condamné aux travaux forcés à perpétuité, en mars 1945, il fut gracié en 1951.

38L’exemple de la zone rattachée Nord-Pas-de-Calais entre 1940 et 1944 permet de dresser un constat redoutable : la répression policière contre les « ennemis du Reich » et l’« anti-France » désignée par Vichy y fut particulièrement féroce, et ce avec des acteurs dominants inattendus. Des policiers allemands appartenant à la Wehrmacht et appliquant avec zèle la politique d’une administration militaire classique, d’une part ; des policiers français formés sous la Troisième République, membres, pour beaucoup d’entre eux, de la gauche radicale, socialiste et franc-maçonne, obéissant à des hauts fonctionnaires blanchis sous le harnois du même régime, d’autre part. Rappelons qu’Amédée Bussière, partisan acharné de la lutte anticommuniste en tant que préfet du Pas-de-Calais puis en tant que Préfet de Police de Paris, fut, sous le Front Populaire, nommé directeur de la Sûreté nationale par le ministre de l’Intérieur, Marx Dormoy. Dans le cas de la police française, c’est bien la question des sources de gauche de l’anticommunisme forcené mis en œuvre pendant l’Occupation qui constitue le champ de recherche le plus important : comment et pourquoi des fonctionnaires issus de la gauche démocratique furent-ils amenés à utiliser les circonstances pour tenter d’éradiquer le communisme au sein de la société française ?

En hommage de reconnaissance aux meilleurs de chez nous. Le secrétaire du Syndicat (Musée de la Résistance de Bondues)

Table des illustrations

Légende En hommage de reconnaissance aux meilleurs de chez nous. Le secrétaire du Syndicat (Musée de la Résistance de Bondues)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2151/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k

Auteur

La Coupole, Centre d’Histoire de Mémoire du Nord-Pas-de-Calais

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540