Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les services publics et la Résistance en zone interdite et en Belgique (1940-1944)

 | 
Robert Vandenbussche

Des femmes en résistance dans les services publics du Nord occupé

Catherine Lacour-Astol

Texte intégral

  • 1 Lettre de Madame Castiau-Delvaux, institutrice à Vieux Reng, à Monsieur le Préfet du Nord, le 8 av (...)

« Monsieur le Préfet,
« J’ai l’honneur de vous informer que j’ai été très touchée par la lettre de félicitations dont vous avez bien voulu m’honorer. Je suis heureuse d’avoir pu servir la Patrie dans la faible mesure de mes moyens ; Je n’ai conscience que d’avoir fait mon devoir, comme beaucoup de Français et de Françaises. D’autres ont fait plus encore puisqu’ils ont sacrifié leur vie... »1

  • 2 Le texte de cette lettre valant diplôme est le suivant : « Madame, mon attention a été appelée sur (...)

1Comme de nombreuses autres femmes, l’institutrice qui signe cette courte lettre adressée au Préfet du Nord a reçu au printemps 1946 une lettre-pipe la félicitant pour son attitude sous l’Occupation2. Son courrier en retour, cité ci-dessus, témoigne de la minimisation, par les résistantes, de la portée de leur action. Il nous interpelle aussi sur les termes de la problématique ; la résistance des femmes agents des services publics, la résistance dans les services publics à l’aune de celle des femmes. S’interroger sur la résistance des femmes dans les services publics, c’est s’intéresser de près à ce qui semble au cœur de leur engagement, comme du jugement qui sera porté sur elle : la notion de devoir.

  • 3 E. Dejonghe, Y. Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande 1940-1944, Lille, la Voix d (...)

2En tant que fonctionnaires, les femmes travaillant dans les services publics sont, au même titre que leurs homologues masculins, tenues à certains devoirs : ceux de probité, de neutralité et surtout celui de loyauté à l’égard de l’État. Se pose alors pour elles, dans le contexte de l’Occupation qui exige dans le Nord une collaboration totale3, le dilemme qui habite tous les serviteurs de l’État : comment servir l’État sans servir l’ennemi ? Faut-il choisir de ne pas servir l’État, au nom d’un attachement à une conception supérieure de l’État et de la légalité républicaine, et, dans ce cas, entrer en résistance ?

  • 4 Le colloque de Berlin, Les femmes dans la Résistance en France, en octobre 2001, a insisté sur le (...)

3C’est l’étude de celles qui ont, par leurs actes, répondu affirmativement à cette dernière question qui retiendra ici toute notre attention. Portée par l’hypothèse – initiée par les travaux sur l’histoire des femmes – que le fait d’être femme influe sur l’engagement, et qu’il est donc possible, et même porteur, d’interroger le « genre » de la résistance4, elle cherchera à dessiner les contours de l’engagement résistant des femmes employées dans les services publics.

  • 5 M. Perrot, Les Femmes ou les silences de l’Histoire, Paris, Flammarion, 1998
  • 6 Instituée, à Londres, par ordonnance du 9 février 1943 du général de Gaulle, elle a pour objectif (...)
  • 7 Voir C. Andrieu, Les résistantes, perspectives de recherche, dans La Résistance, une histoire soci (...)

4Une remarque liminaire relative aux sources et à la méthodologie s’impose : si les femmes sont désormais sorties du « silence » de l’histoire5, les femmes fonctionnaires, et plus encore celles qui ont traversé des périodes troublées, sont largement méconnues. Pour les mettre en lumière, pour elles-mêmes et par comparaison aux autres femmes, une source a été privilégiée : celle des dossiers d’attribution de la Médaille de la Résistance6. En négatif, ont été étudiés aussi de nombreux dossiers relatifs à l’épuration administrative, pour tenter une approche de la collaboration au féminin. Au final, ce double éclairage ne vise pas à opposer les unes aux autres : il tend, en étudiant en parallèle les deux comportements, à mettre en valeur la variable « femme » que l’étude des seules résistantes reviendrait à gommer7. Il autorise aussi, en prenant la mesure de la faible collaboration au féminin, une réévaluation de l’engagement résistant des femmes.

5Un aperçu du rôle et de la place des femmes dans la fonction publique s’impose en préalable à toute étude de leur engagement. Cet article proposera ensuite une approche des femmes fonctionnaires résistantes, et interrogera la spécificité de leur militance. Enfin, un autre regard sur le rôle des femmes sera apporté par les données relatives à l’épuration administrative.

les femmes, des fonctionnaires 8 comme les autres ?

  • 8 Le terme est pris ici, par commodité, dans son sens courant : personnel de l’administration. Le co (...)
  • 9 De la plume aux claviers. Un siècle de métiers du secrétariat et du bureau, dossier réalisé par le (...)

6La réponse aux questions relatives à l’engagement résistant des femmes dépend, en ce qui concerne les femmes fonctionnaires, de la position qu’elles occupent au service de l’État. Or, si les femmes ont très largement envahi les sphères de l’administration9, elles y occupent une place à part.

  • 10 Elles représentent les 2/3 des effectifs des maîtres de l’enseignement primaire dans le Nord en 19 (...)

7Très nombreuses dans l’enseignement, et en particulier dans l’enseignement primaire10, de même que dans l’administration des PTT, elles sont aussi celles qui peuplent les bureaux des administrations préfectorales et communales. Mais, dans ces administrations, elles occupent majoritairement les postes les moins élevés, quand une minorité d’entre elles sont parvenues à des postes de direction.

  • 11 En 1927, il y a 41 rédacteurs, dont 17 femmes à la Préfecture du Nord, soit un poids relatif de 41 (...)
  • 12 Dans les années 30, une offensive contre l’accès des femmes aux emplois supérieurs des administrat (...)
  • 13 Les conditions d’exercice des auxiliaires sont définies par le règlement intérieur de chaque préfe (...)

8La Préfecture du Nord fournit un bon exemple de cette disparité de situations. Dans l’entre-deux-guerres, les femmes en ont investi les bureaux, dans lesquels elles occupent souvent des postes de commis dactylographes ou téléphonistes. Si nombre d’entre elles se sont hissées dans la hiérarchie en devenant « rédacteur »11, les emplois de direction (chef de division, chef de bureau) leur sont fermés12. Par ailleurs, elles constituent l’essentiel du contingent des auxiliaires, dont le statut est d’une grande précarité puisque l’auxiliaire peut être licencié « dès que les circonstances dans lesquelles l’auxiliaire a été appelé prennent fin »13.

  • 14 La Préfecture a vu son organisation remaniée à la faveur de l’Occupation. Voir R. Bargeton, La fon (...)
  • 15 Il n’est pas sans intérêt de souligner que 3 d’entre elles sont célibataires.

9Or, l’Occupation, en privant la Préfecture de certains de ses fonctionnaires masculins, et en augmentant considérablement la charge de travail, est à l’origine de deux dynamiques diamétralement opposées. D’une part, elle autorise la promotion à des postes de décision de femmes jusque-là cantonnées à des tâches subalternes. Ainsi, sur les 18 chefs de bureaux des 5 divisions de la Préfecture figurent désormais 6 femmes dont nous savons, pour 4 d’entre elles, que cette nomination couronne plus de quinze années de travail à la Préfecture14. En ce sens, l’Occupation, contribuant à la remise en cause de la division sexuée des tâches au sein de l’administration, consacre la situation de fonctionnaires dont l’activité professionnelle se confond tout entière avec le service de l’État, dont elles ont une conception affirmée : pour elles, la fonction publique correspond non seulement à un devoir social mais aussi à une émancipation individuelle. Et l’on peut leur supposer une âpreté à servir les principes de l’État – l’État républicain qui les a fait « entrer dans la carrière »... – à la mesure de la ténacité dont elles ont dû faire montre pour gravir les échelons du pouvoir15.

  • 16 Les auxiliaires de la Préfecture et des sous-préfectures sont au nombre de 556, parmi lesquels 339 (...)
  • 17 Comme elle pose la question de la visibilité de l’action résistante. Trois noms de femmes – dont d (...)
  • 18 La situation dénoncée par ce conseiller est celle de l’utilisation de façon temporaire de chômeurs (...)

10À l’inverse, l’Occupation aboutit à une augmentation considérable du nombre des auxiliaires, parmi lesquels l’élément féminin confirme sa prépondérance écrasante : en mars 1944, les femmes représentent 72 % du total des auxiliaires employés par la Préfecture et les sous-préfectures16. Pour ces personnels nouvellement nommés, la loyauté à l’égard du gouvernement doit se conjuguer avec la subordination à un supérieur hiérarchique, comme avec la peur de perdre son emploi. Ces conditions joueraient plutôt dans le sens d’une subordination à la hiérarchie, et placeraient l’activité résistante des femmes dans la mouvance de celle, éventuelle, de leurs supérieurs, posant ainsi la question de l’autonomie de l’engagement17. Mais, inversement, la précarité du travail féminin peut jouer dans le sens d’une plus grande bienveillance à l’égard des sollicitations qui frappent ces fonctionnaires, auxiliaires, ou employées occasionnelles : moins soucieuses de l’intérêt de l’État tel qu’il est conçu en haut lieu, les « petites mains » qui manipulent cartes de ravitaillement ou cartes d’identité peuvent succomber à la tentation... Dans un rapport au Préfet du Nord, le conseiller administratif des communes, à la suite d’une visite à Cambrai, dénonce l’emploi « au comptage et à la préparation des collections de feuilles de ravitaillement [...] de femmes qui touchent les allocations de chômage », et exprime sa crainte que « ces travailleurs non payés soient tentés par la valeur des papiers qu’ils manipulent »18.

  • 19 M.-O. Baruch, op. cit, p. 110-113. H. Eck, Les Françaises sous Vichy. Femmes du désastre, citoyenn (...)

11Contre le vœu initial de Vichy de limiter l’emploi féminin19, la pénurie de personnel et l’augmentation des charges imposées aux administrations par l’Occupation, ont donc joué dans le sens d’une présence accrue des femmes au service de l’État et créé une situation duale. D’une part, celle des fonctionnaires attachées à leur fonction comme aux principes qui ont permis leur ascension sociale ; de l’autre, celle des « nouvelles recrues » ou des auxiliaires de plus ou moins longue date, pour lesquelles le service de l’état est affaire de circonstance, et dont on ne peut être certain qu’elles seront animées « du désir profond d’apporter leur concours » à l’action de l’État.

12Pour des raisons divergentes, ces deux milieux se trouvent dans une situation de grande disponibilité pour l’action résistante.

la résistance des femmes dans les services publics : une « affaire de femmes » ?

  • 20 Est considérée comme résistante celle dont les actes de résistance ont été reconnus, la question d (...)
  • 21 Les chiffres proposés ont été calculés à partir d’un corpus de près de 1 000 dossiers de médaillés (...)
  • 22 Les propositions concernant les femmes représentent donc 26 % de l’ensemble des propositions, mais (...)
  • 23 Les dossiers des médaillés témoignent de la différence homme/femme en terme de conclusion donnée à (...)

13Dans la résistance au féminin, les femmes agents des services publics pèsent lourd : plus d’une femme résistante20 sur cinq est fonctionnaire ou agent du service public21. On peut certes tenter de mettre ce résultat au compte de la volonté de l’administration publique, qui aurait aimé, à la Libération, attester par un nombre conséquent de fonctionnaires décorés l’idée d’une administration toute dévouée à la cause de la résistance. L’étude des dossiers montre qu’il n’en est rien : les administrations ne multiplient pas les propositions, et en particulier, pas celles des femmes. Ainsi, la liste de propositions d’attribution de la médaille de la Résistance adressée au ministère de l’Éducation Nationale par l’Inspecteur d’Académie du Nord ne compte que 50 noms, parmi lesquels on relève seulement 13 noms de femmes institutrices ou directrices d’école22. Par contre, comme le montre l’examen des décorations, l’appartenance au service public jouerait plutôt en faveur d’une plus grande attribution23.

14Il nous faut donc conclure à un fort engagement relatif des femmes agents des services publics, comme à plus importante reconnaissance de leur action résistante.

15Pour autant, leur profil frappe par sa similitude avec celui des autres femmes résistantes :

16Pour les 2/3 d’entre elles, elles sont mariées, et ont souvent des enfants à charge, enfants qu’il a fallu parfois confier pour les écarter du danger que représente l’engagement résistant. La Résistance est affaire de mères.

  • 24 Les femmes des services publics présentent, en terme de structure par âge, un profil où les jeunes (...)

17De même, elles avaient pour 63 % d’entre elles entre 30 et 50 ans au moment de l’armistice. Nées entre 1890 et 1909, elles ont donc connu la première guerre mondiale, déjà adultes pour certaines, ou encore enfants. Le poids de l’Occupation de 14-18 – et le souvenir laissé par la guerre – a donc, comme pour les hommes d’ailleurs, joué un rôle déterminant dans leur engagement. Pour autant que l’on puisse en juger eu égard aux données disponibles, celui-ci est d’ailleurs très précoce : près de la moitié des femmes se sont engagées dès 1940, un tiers en 1941-1942, une minorité après 1943. À l’égal des autres femmes résistantes, celle qui travaille dans les services publics est donc une mère de famille, d’âge mûr24, le plus souvent marquée par le souvenir de la première occupation : l’engagement résistant apparaît ainsi comme un phénomène de « génération », dans lequel la variable sexe est déterminante, ce qui explique pour une part la précocité de l’engagement.

18Les faits de résistance qui sont relevés à l’actif des femmes agents des services publics sont similaires à ceux qui nourrissent les dossiers des femmes en général.

19Si les femmes fonctionnaires sont presque absentes de l’action armée, elles ont, comme les autres résistantes largement soutenu celle-ci : en effectuant des transports d’armes, en acceptant de prendre des armes en dépôt (et ce, y compris sur le lieu d’exercice). Elles ont aussi coopéré aux parachutages, et favorisé aux aviateurs le passage de la frontière belge. Certaines ont même effectué du recrutement, voire l’instruction des recrues.

  • 25 Les rapports justificatifs joints aux dossiers en font l’activité féminine par excellence. « S’est (...)

20Agents de liaison25, elles ont, à l’égal des autres résistantes, effectué des déplacements souvent périlleux, mais qui plus est, dans leur cas, difficilement compatibles avec une activité salariée au service de l’État : ce qui contredit la facilité supposée de la liaison pour une femme, et oblige à poser la question de la visibilité, au sein des administrations, de l’action résistante de certains agents.

21Enfin, les femmes fonctionnaires partagent avec l’ensemble des femmes résistantes le fait d’avoir rendu possible la résistance par l’aide matérielle qu’elles lui ont fournie : ravitaillement, hébergement (des cadres des mouvements, de réfractaires, de clandestins...), passage, mais aussi secours lors des opérations armées (dont elles assurent souvent le service sanitaire), et, évidemment confection et distribution de faux papiers.

  • 26 Les travaux initiés dans les années 90 sur la résistance ont posé la question de sa redéfinition. (...)

22Ces similitudes entre activités résistantes des femmes en général et des femmes fonctionnaires en particulier corroborent l’hypothèse d’une résistance féminine spécifique et donnent à voir cette « infra-résistance » sans laquelle la résistance n’aurait pu exister26.

la résistance des femmes dans les services publics : une résistance fonctionnelle ?

  • 27 Voir F. Marcot, Pour une sociologie de la Résistance : intentionnalité et fonctionnalité, dans La (...)

23Cependant, si elles partagent avec les autres femmes ce qui fait la spécificité de l’action résistante au féminin, les fonctionnaires, de par leur situation, ont aussi effectué une résistance que l’on peut qualifier de « fonctionnelle »27 : c’est-à-dire initiée par les besoins de la Résistance et prenant en compte les fonctions occupées.

  • 28 ADNord, 170W71063, dossier Browet Marguerite, épouse Hildebrand. Il convient de souligner que cett (...)

24Employées des PTT, elles ont mis à profit leur emploi pour transmettre des renseignements recueillis au téléphone, saboter la correspondance ennemie, détruire des lettres anonymes de dénonciation... L’une d’entre elles, entrée au service de l’administration des PTT en 1908 et parvenue au poste de receveuse, a organisé un réseau téléphonique clandestin ayant des ramifications dans tout le département du Nord, tâche qu’elle n’a pu accomplir qu’avec la collaboration étroite de son chef de service28.

  • 29 ADNord, 170W71065, dossier Caron Fernande, épouse Poulain. Cette directrice d’école a par ailleurs (...)
  • 30 En 1943, est ainsi ouverte, suite à une lettre de dénonciation, une enquête à l’encontre d’une ins (...)
  • 31 Un article du Pilori jetant la suspicion sur la directrice du lycée de jeunes filles de Valencienn (...)

25Employées de mairie, de préfecture, ou de commissariat, elles ont fabriqué les faux papiers nécessaires à la résistance : fausses cartes d’identité et de travail, cartes de ravitaillement distribuées aux réfractaires. Ici encore, cette activité résistante supposait une solidarité de fait avec les autres personnels, et en particulier les responsables hiérarchiques. Institutrices ou professeurs, elles ont, dans l’exercice de leur profession favorisé l’expression sinon d’idées de résistance, du moins du sentiment patriotique. La directrice de l’école Edmond Rostand à La Madeleine faisait ainsi chanter par ses élèves, dans la cour de l’école, La Marseillaise ou La Marche Lorraine. Lors d’une fête scolaire donnée au profit des prisonniers de guerre, elle fit représenter par quelques-unes de ses élèves l’Alsace et la Lorraine protégées par la France29. Les exemples pourraient être multipliés de ces actes qui constituent de véritables défis lancés à l’autorité d’occupation. La surveillance à laquelle sont soumis les personnels enseignants et de direction est en effet multiple : vigilance de tous les supérieurs à l’égard de leurs subordonnés, suspicion des parents prompts, en cette période troublée, à dénoncer les manquements réels ou supposés30, signalements opérés par les journaux collaborationnistes31... L’institution par Vichy des délégués à l’information est à l’origine de nombreuses enquêtes pour « gaullisme dans l’enseignement », ou pour « résistance ». Menées par les services policiers, elles font souvent intervenir autorités de tutelle mais aussi municipalités. Intimement liée à la fonction exercée, la résistance des femmes dans les services publics s’opère dans un climat de suspicion aggravée par le caractère public de la profession.

  • 32 Institutrices ou professeurs, les femmes ont aussi mis leur instruction au service de la rédaction (...)

26Renseignement, propagande... Les quelques exemples cités imposent l’idée d’une résistance dont la fonctionnalité tiendrait au sexe et aux capacités32, les deux critères étant indissociablement liés. De ce point de vue, la Résistance reproduirait des divisions liées à l’appartenance de genre et ne modifierait pas les hiérarchies traditionnelles.

un engagement résistant porte par des solidarités multiples

27Il convient cependant de dépasser cette vision d’une résistance spécifiquement féminine. L’engagement des fonctionnaires féminines en résistance n’aurait pas été possible s’il ne s’était inscrit dans une logique de relations transversales, nouées autour de la femme et de la fonctionnaire.

  • 33 L’engagement de la femme fonctionnaire est de ce point de vue doublement induit, puisque le milieu (...)
  • 34 ADNord, 170W71058, dossier Marguerite Duhem épouse Alloy.
  • 35 Marguerite Duhem-Alloy est cependant titulaire de la CVR.
  • 36 ADNord, 170W71058, dossier Marguerite Duhem épouse Alloy.

28En tant que femme, - et nous avons insisté sur le fait que la plupart des résistantes étaient mariées -, la résistante inscrit généralement son engagement dans une logique de couple33. La cellule familiale est souvent le premier lieu de l’engagement, et il est fréquent que mari et femme rejoignent la même organisation. Ce qui explique pour une part d’ailleurs la minoration dont a souffert la résistance féminine, les institutions préférant n’attribuer qu’une seule décoration par famille, celle-là revenant... au mari. Ainsi, dans la famille-type de fonctionnaires de l’enseignement que constitue le couple Alloy, – lui est professeur technique, et deviendra responsable du groupe Libé-Nord ; elle est institutrice, et « partagera les dangers qu’il créait »34 –, la décoration est attribuée à Lionel, quand elle est refusée à Marguerite35. Et ce, bien qu’elle ait continué, après l’arrestation de son mari, à « assurer la liaison entre les organismes centraux de Paris (où elle s’était dans un premier temps réfugiée) et le groupe du Nord »36.

  • 37 ADNord, 170W71065, dossier Marie-Thérèse Cartigny, épouse Poidevin.
  • 38 Ibid. Cette employée a été dénoncée aux Allemands, condamnée par le Tribunal militaire à un an de (...)
  • 39 Selon les termes du rapport établi par l’intéressée elle-même, il s’agit d’une action multiforme : (...)
  • 40 Organisation Franco-Anglaise du Capitaine Michel, ou réseau Sylvestre-Farmer, du nom de code de so (...)
  • 41 ADNord, 170W 71063, dossier Odette Lechartier. Jusqu’en 1943, l’action menée par cette résistante (...)
  • 42 Dans les deux cas cités, l’engagement aboutit même au renversement des hiérarchies : dans le premi (...)

29En tant que fonctionnaire, la résistante, si elle ne bénéficie pas d’un milieu acquis à l’engagement résistant, a pour elle au moins le soutien, au mieux l’appui manifeste de son supérieur hiérarchique direct. Dans le corps des agents de préfecture ou des agents communaux, dont la hiérarchie est largement acquise à la collaboration, toute résistance en solitaire est inenvisageable. Une employée de la Préfecture, qui n’a jamais appartenu à aucune organisation, produit, à l’appui de ses assertions, trois attestations. L’une, émanant d’une collègue, témoigne, sans précisions, de ce que l’intéressée a aidé au passage de soldats anglais. Le chef de section atteste, quant à lui, avoir été parfaitement « au courant qu’elle établissait des cartes d’identité en faveur des ressortissants britanniques »37, et donc, avoir fermé les yeux sur son activité illégale, y compris lorsque sa condamnation par le tribunal militaire allemand lui a donné toute publicité. Quant au chef de division, il insiste sur le fait que la jeune commis, auxiliaire au moment de son arrestation, a été promue titulaire sur sa proposition « pour tenir compte des faits ci-dessus exposés »38. Si le soutien de ce dernier peut sembler de circonstance, la complicité dont a bénéficié l’employée - récemment recrutée qui plus est - ne peut être mise en doute. Dans le cas d’une autre employée de la Préfecture, auxiliaire elle aussi, la complicité se mue en solidarité liée à l’appartenance au même mouvement de résistance. Dressant elle-même le rapport justificatif de son action, elle conclut : « Ce travail de résistance et ses missions39 lui ont été facilités par M. Bello, chef de bureau » (membre lui aussi de l’OFACM40) « et M. Lafitte, inspecteur des services de l’Assistance, qui ont permis les sorties nécessitées par son action qui se faisait à toute heure du jour, pendant et entre les heures de bureau »41. Ces deux cas disent à quel point l’engagement résistant dessine des chemins de traverse au sein des relations professionnelles traditionnelles42.

  • 43 Les enseignantes pèsent lourd dans la résistance des femmes fonctionnaires, puisqu’elles représent (...)
  • 44 Le militant est celui qui a « une conscience critique d’une situation vécue, observée ou analysée  (...)
  • 45 Signalons que parmi ses élèves figure alors celle qui sera considérée comme la figure militante fé (...)
  • 46 C’est le terme utilisé par l’inspecteur d’Académie du Nord dans un courrier adressé au ministre de (...)
  • 47 ADNord, 170W 71064, dossier Madeleine Devernay, épouse Lenain.

30Enfin, la résistance des femmes fonctionnaires s’inscrit dans une culture spécifique qui dépasse très largement l’appartenance de genre. D’une instruction plus aboutie que la plupart des femmes, d’une sensibilité plus marquée aux valeurs humanistes mises à mal par la puissance occupante comme par ses serviteurs, d’une combativité déjà mise à l’épreuve par la nécessité de s’affirmer socialement, les fonctionnaires, et parmi elles spécialement les enseignantes43 sont plus disponibles pour l’action résistante. L’engagement résistant s’inscrit, pour elles, dans une conscience collective de l’action à mener et prolonge souvent un itinéraire militant antérieur au conflit. On peut citer à titre d’exemple le cas, certes extrême, de Madeleine Devernay. Cette institutrice, devenue directrice d’école à Lille, est une militante44 communiste connue de longue date des services de police. Dans les années 20 déjà, elle avait été condamnée par le tribunal correctionnel de Lille pour constitution de syndicat illégal, puis rappelée à l’ordre par ses autorités de tutelle pour avoir donné des cours à l’école léniniste du rayon communiste de Lille45. Peu soumise à sa hiérarchie, elle se signalait aussi par son esprit critique à l’encontre de sa famille politique, et cessa à la fin des années 20 toute activité politique pour marquer son désaccord avec la ligne du parti. Cette irréductible46 reprend le collier en 1941, date à laquelle son domicile devient le lieu de réunion majeur des militantes de l’Union des Femmes Françaises. Proposée pour la Croix de la Libération, elle refuse la décoration47.

  • 48 La Voix du Nord, mouvement de résistance né autour d’un journal clandestin fondé en avril 1941 par (...)

31Le poids de l’engagement idéologique dans la résistance des femmes fonctionnaires explique certainement que la répartition par organisation des femmes fonctionnaires soit le seul point sur lequel elles divergent nettement des autres résistantes. Dans le Nord, toutes résistantes confondues, les deux organisations qui groupent le plus de résistantes sont l’OFACM et VDN48, mais ce, dans un contexte de très forte dispersion des données. Pour les résistantes de la fonction publique par contre, la dispersion est moindre, et une organisation s’impose : Libé-Nord, traduction de l’ancrage politique des fonctionnaires de l’enseignement certes, mais pas seulement.

32Rapportée au nombre des fonctionnaires, la part des fonctionnaires résistantes pourrait sembler faible. Au regard de l’engagement de la hiérarchie dans la voie de la collaboration, cet engagement des « subordonnées » prend toute sa mesure. L’étude de la collaboration permet d’abonder dans ce sens.

des femmes fonctionnaires largement épargnées par l’épuration administrative

  • 49 Ordonnance du 27 juin 1944, ADNord, Cabinet du Préfet, 28W 383986, Épuration dans la fonction publ (...)

33L’ordonnance du 27 juin 1944 relative à l’épuration administrative sur le territoire de la France métropolitaine indique nettement pour quels actes les fonctionnaires ou agents publics peuvent être l’objet de sanctions : pour avoir favorisé les entreprises de toute nature de l’ennemi, avoir contrarié l’effort de guerre de la France et de ses alliés - notamment par des dénonciations -, avoir porté atteinte aux institutions constitutionnelles ou aux libertés publiques fondamentales, enfin avoir sciemment tiré ou tenté de tirer un bénéfice matériel direct de l’application de règlements de l’autorité de fait, contraires aux lois en vigueur le 16 juin 194049.

  • 50 ADNord, Comité départemental de Libération, 33W 388026. Épuration dans les administrations publiqu (...)
  • 51 ADNord, Cabinet du Préfet, 1W 2313, liste des fonctionnaires devant être agréés par l’OFK 670. Alo (...)
  • 52 Alors que parmi leurs homologues chefs de service des administrations publiques, 3 chefs de bureau (...)
  • 53 Le 4 janvier 1945, M. Lallemand obtient l’assentiment du Préfet du Nord pour transmettre au comité (...)
  • 54 Notons que ce même rapport qualifie le personnel auxiliaire « recruté rapidement » comme étant « e (...)
  • 55 Citation rapportée par J.-P. Azéma dans sa préface de l’ouvrage de M.-O. Baruch, op. cit.

34Dans le Nord, sont arrêtés, dès le 2 septembre 1944, à la demande du Comité départemental de Libération certains des plus hauts fonctionnaires, depuis le préfet régional, Caries, en passant par l’intendant de police Hannezo ou par le préfet délégué Darrouy50. Alors que des mesures frappent les plus hauts fonctionnaires de l’État, aucune femme occupant un poste de responsabilité dans l’administration préfectorale n’est concernée par l’épuration. Certes aucune d’entre elles n’occupait un poste pour lequel l’agrément de l’OFK 670 était exigé51. Aucune n’était chef de division, mais certaines étaient chefs de bureau. Non seulement aucune ne sera considérée comme s’étant compromise avec l’Occupant52, mais, un rapport sur l’administration préfectorale établi par un partisan de l’Ordre nouveau53, fourni en son temps aux Allemands et retrouvé à la Libération, dresse un portrait des femmes occupant des fonctions de direction, qui, a posteriori, devait les honorer : elles y sont posées comme « fonctionnaire type », « travailleuses », le plus souvent « gaullistes »54. Ces fonctionnaires, qui ont gravi lentement les échelons de l’administration, et pour lesquelles la promotion à la tête d’un bureau pouvait équivaloir à un « baptême républicain », si elles n’ont pas à leur actif de faits de résistance reconnu, ont évité la compromission, et « avant tout cherché à servir de leur mieux la chose publique », comme de Gaulle affirmait que l’avaient fait « la grande majorité des serviteurs de l’Etat »55.

  • 56 ADNord, Cabinet du Préfet, 28W383986. Circulaire no 37 du ministère de l’Intérieur, 10 octobre 194 (...)

35Au-delà du cercle restreint des plus hauts serviteurs de l’État, l’épuration administrative cherche aussi, comme le rappelle dès le 10 octobre 1944 le ministre de l’Intérieur au Commissaire de la République, à « chasser des services publics [...] les fonctionnaires, agents, employés ou ouvriers qui ont collaboré avec l’ennemi ou qui exercent des activités antinationales »56. Conformément au vœu maintes fois exprimé par la population, l’épuration doit donc atteindre toutes les strates de l’administration.

  • 57 ADNord, Comité départemental de Libération, 33W 388027 Arrêté du Préfet du Nord en date du 20 déce (...)
  • 58 ADNord, Comité départemental de Libération, 33W3880227. Organisation de l’épuration administrative
  • 59 Laure Cambier, commis de préfecture, entrée en résistance dès septembre 1940 (regroupement de sold (...)
  • 60 ADNord, Comité départemental de libération, 33W3880227. Organisation de l’épuration administrative

36Dès le 21 septembre 1944, un arrêté du Commissaire régional de la République institue des commissions, chargées de faire procéder aux enquêtes sur les personnes inculpées de faits de collaboration ou objets d’une plainte57. Expression d’une première reconnaissance du rôle joué par les femmes dans la Résistance, ces commissions intègrent des femmes : la commission d’enquête de Douai accueille ainsi 2 femmes, dont l’une, Mme Dubruille représente à la Commission le Mouvement des Femmes Fusillées58 ; la commission départementale d’enquêtes du Nord s’ouvre, elle, à Mlle Duhem Andrée, institutrice. Mlle Cambier, secrétaire administrative de la Préfecture59, siège quant à elle dans le Comité départemental d’épuration60.

  • 61 ADNord, Cabinet du Préfet, 28W 383985, Épuration du personnel de la fonction publique, Fonctionnai (...)

37Par ailleurs, des commissions d’enquêtes instituées par des fonctionnaires expriment des vœux relatifs aux sanctions à prendre : il en est ainsi du comité d’épuration de la fédération des fonctionnaires, lequel, dès le 10 octobre 1944, transmet au Commissaire de la République une liste de fonctionnaires contre lesquels des sanctions sont demandées61. Enfin, les différentes administrations organisent leur épuration, et soumettent à la Préfecture des listes à renseigner en indiquant l’appartenance éventuelle du fonctionnaire à un groupement antinational.

  • 62 ADNord, Cabinet du Préfet, 28W383986, Épuration du personnel de la fonction publique.
  • 63 Deux d’entre elles sont mentionnées sur une liste des personnes arrêtées par les FFI et emprisonné (...)

38En ce qui concerne les femmes agents des services publics - sachant que le dénombrement est difficile à établir compte tenu de la dispersion des sources -, les cas d’arrestations ou de sanctions demandées sont particulièrement rares : une employée auxiliaire de mairie domiciliée à Loon-Plage qui se serait rendue coupable de dénonciation à l’ennemi62, quelques employées des PTT arrêtées et suspendues63, quelques enseignantes inquiétées.

  • 64 ADNord, 30W 3857318. Enseignement.
  • 65 Le Rassemblement National Populaire, créé en février 1941 à Paris, voit son implantation autorisée (...)
  • 66 Enquête sur le personnel enseignant, rapport du Commissaire de police, chef des renseignements gén (...)

39Parce qu’elles sont les plus nombreuses (huit cas mis à jour), il faut nous arrêter un temps sur le cas des enseignantes. Le 11 décembre 1944, le Conseil d’enquête académique demande à la Préfecture de lui communiquer la liste des membres de l’enseignement du département du Nord ayant fait partie de groupements antinationaux sous l’Occupation64. Sur les vingt noms que comporte cette liste, on ne relève que deux noms de femmes. En premier lieu, celui d’une institutrice, membre du RNP65, dont une enquête nous apprend qu’elle aurait été la maîtresse d’un délégué du RNP, membre des Waffen SS et recherché. Elle-même étant en fuite, elle fait l’objet d’un mandat d’arrêt. L’autre institutrice mentionnée enseigne à Roubaix ; divorcée elle vit maritalement avec un autre instituteur dont elle partage les opinions politiques (sympathisant du RNP) et l’engagement dans le COSI (Comité Ouvrier de Secours Immédiat)66.

  • 67 Le dossier remis par des professeurs de l’établissement qu’elle dirigeait est versé au dossier con (...)
  • 68 ADNord, Cabinet du Préfet, 28W383955. Fonctionnaires de Valenciennes.
  • 69 Arrêté de suspension en date du 9 novembre 1944, arrêté de réintégration dans ses fonctions en dat (...)
  • 70 Rapport de M. Susini, membre de la Commission d’enquête académique, idem.

40Parallèlement à cette épuration venue d’en haut, les professeurs exercent des pressions, afin d’obtenir des sanctions définitives : on peut citer le cas d’une directrice de lycée, signalée par les professeurs comme « adepte fervente du régime de Pétain, se montrant particulièrement dure envers les élèves connus pour leurs sentiments gaullistes », dont la suspension provisoire et l’internement ont été prononcés67. De même, à Valenciennes, la constitution d’un comité d’épuration des fonctionnaires dans lequel siège l’une des professeurs du lycée de jeunes filles68 provoque le signalement rapide de deux enseignantes. Le comité exige ainsi la révocation d’une répétitrice, accusée de dénonciation. Il s’inquiète par ailleurs du sort qui sera réservé à un professeur, accusé d’avoir manifesté par ses propos son attachement au régime de Vichy, et d’avoir accepté de Vichy un mandat de conseiller municipal. Ces deux fonctionnaires seront suspendues dès novembre 1944, signe de l’attention que porte l’administration aux vœux émis à la base. Mais la seconde sera réintégrée dès la mi-décembre 1944, par arrêté du Commissaire régional de la République, à la demande unanime du Conseil d’enquête académique69. Les arguments avancés par le Conseil d’enquête pour motiver cette réintégration méritent que l’on s’y arrête. Le rapport fait état en premier lieu de ce que l’acceptation d’un mandat de conseiller municipal sous Vichy ne constitue pas un cas de suspension automatique, n’étant pas retenu par l’ordonnance du 27 juin 1944. Il insiste par ailleurs sur le fait que la suspension de l’intéressée, professeur agrégé exerçant dans les classes de 1re et de philosophie, « fait tort au lycée de Valenciennes ». Surtout, il met en avant que « le fait d’avoir accepté un mandat de conseillère municipale a permis à l’incriminée de rendre des services au point de vue social », et cite à l’appui de cette assertion l’œuvre de la goutte de lait créée par l’intéressée ainsi que de nombreux services qu’elle aurait rendus à la résistance « en venant en aide à des familles victimes de leur attitude résistante »70. Dernier argument, mais de poids dans cette période attentive à la moralité des femmes : l’intéressée est mère de 4 enfants, et « paraît avoir toujours eu une conduite irréprochable ».

41Les cinq cas qui précèdent sont les seuls qui accusent un engagement idéologique en faveur de la collaboration.

  • 71 ADNord, 30W 3857318. Épuration dans l’enseignement. Signalement, au préfet du Nord, par le sous-pr (...)
  • 72 D’après le rapport de police, « profitant que son mari était prisonnier [...] elle aurait entreten (...)
  • 73 Dans son courrier adressé au Ministre de l’Éducation Nationale, ce résistant déporté fait état de (...)

42Les trois autres institutrices sanctionnées, dont nous avons retrouvé la trace, le sont pour des raisons tout autres : un cas de marché noir, un autre de concussion71, enfin, une institutrice suspendue en octobre 1944 « pour enquête sur sa conduite pendant l’Occupation », et dont l’inconduite était notoire et perçue comme ostentatoire72. Sa réintégration en juin 1945 entraîne des protestations, et en particulier celle d’un résistant déporté qui la juge scandaleuse, estimant qu’une fonctionnaire « compromise avec l’ennemi [...] n’est plus digne d’enseigner »73.

  • 74 Le mouvement Franciste est autorisé à s’établir dans la zone interdite en octobre 1941.
  • 75 Légion des Volontaires Français contre le bolchevisme, dont un bureau s’installe à Lille, peu aprè (...)
  • 76 ADNord, Cabinet du Préfet, 28W 383981. Épuration dans les PTT.
  • 77 Ibid.

43Dans l’administration des PTT, le dossier établi au titre de l’épuration administrative par la commission d’enquête présidée par un membre du CDL est remis à la Direction Départementale des PTT et transmis ensuite, pour avis sur la proposition de sanction, au Préfet du Nord. Les sanctions prononcées dans ce cadre sont peu nombreuses et punissent trois attitudes inégalement condamnables. La collaboration idéologique est le fait de deux commis des PTT, dont l’une a adhéré au mouvement Franciste74, et l’autre à la LVF75 : incarcérées dès septembre 1944, elles sont suspendues puis révoquées76. La malversation concerne deux autres agents : une factrice ayant noué des relations amicales avec les Allemands, relations dont elle usait pour faire du marché noir, « affaire de moyenne importance », selon le rapport ; une surveillante des PTT qui cumule, par contre, des propos favorables aux Allemands, la malversation, et la fréquentation intime de militaires allemands. Ces deux agents seront, elles aussi, révoquées77.

  • 78 ADNord, cabinet du Préfet, 28W383986 Épuration dans la fonction publique. Rapport de l’inspecteur (...)
  • 79 Ibid.
  • 80 Ibid.
  • 81 Le caractère extra-administratif tient non seulement à la nature des faits reprochés (relation int (...)
  • 82 Il faut noter que la sanction proposée par la direction des PTT est le changement de résidence ave (...)

44Enfin, le 3e cas de figure concerne deux agents. La première est une jeune célibataire, « suspectée par la rumeur publique d’intelligence avec l’ennemi ». Arrêtée, dès le 15 septembre 44, par les FFI et suspendue de ces fonctions, le directeur régional des services postaux précise, à l’occasion de l’enquête dont elle est l’objet, qu’elle « n’a jamais fait l’objet de la moindre critique à l’occasion de son service »78. Son principal accusateur, son supérieur direct, admet même que « rien ne peut lui être reproché au point de vue travail lorsqu’elle se trouvait sous ses ordres »79. Mais, « s’il ne croit pas qu’elle puisse avoir des idées hostiles au pays, il l’a déjà rencontrée dans la rue avec un officier allemand »80. L’affaire revêt un caractère « extra-administratif »81, pour reprendre le terme utilisé par le directeur général des PTT, qui se trouve, de ce fait, bien en peine pour statuer sur le sort de l’incriminée82.

  • 83 ADN, 30W387317. Épuration dans les PTT. Dossier Mme D.

45Autre cas mettant en évidence l’exemplarité du comportement attendu des femmes, et plus encore des fonctionnaires : celui d’une contrôleuse des PTT inquiétée pour avoir autorisé sa fille à recevoir chez elle des officiers allemands. Dans son cas, le préfet souscrit cependant à l’avis du directeur départemental des PTT qui juge la révocation trop sévère83.

  • 84 Cas de Mme N.
  • 85 Dans sa circulaire du 12 octobre 1944, le ministre des PTT prévoit des sanctions quand les faits r (...)

46Dans ces deux cas, comme dans celui de l’une des institutrices précédemment évoquées84, seule la moralité de la fonctionnaire est mise en cause. Si les sanctions prononcées dans ce cas sont plus clémentes, elles témoignent de l’attachement de la société à une représentation symbolique et figée de la femme, la fonctionnaire se devant de porter plus haut encore cette image. Les dépositions de ceux qui s’insurgent contre de tels comportements disent à quel point le service de l’État exige de leur point de vue une certaine pureté. Et, en présence d’une dégradation nette de l’image de l’État, c’est à la femme aussi qu’est demandé d’incarner le redressement85.

47Cette étude, fondée sur des pistes de recherche, ne peut prétendre conclure sur l’engagement résistant des femmes dans les services publics. Non que cet engagement soit contestable : la faiblesse de la collaboration féminine, la présence de nombreuses fonctionnaires dans les rangs de la résistance, l’atteste. Pour autant, l’étude met en évidence la difficulté à cerner la spécificité de cet engagement, entre autres parce que les sources amènent à en faire une lecture fortement contrainte par les représentations liées à l’image de la femme. À travers la notion de devoir, c’est davantage le devoir social et moral qui apparaît ici, soit que l’on reconnaisse que la résistante l’a accompli, soit que l’on sanctionne son manquement à ses devoirs de Française, c’est-à-dire son inconduite. Mais le devoir lié au service de l’État, quoiqu’il ait porté sans doute nombre de femmes fonctionnaires, transparaît difficilement, masqué par une représentation de la femme étrangère à l’exercice du pouvoir.

Suzanne Lanoy, professeur à l’École normale de Douai.
Militante communiste avant guerre, responsable de la rubrique douaisienne de L’Enchaîné., animatrice du journal de résistance La pensée française qui s’adresse aux enseignants de la région, fondatrice du Front National dans le Douaisis et responsable du service d’information du mouvement et de son journal Vaincre.
Arrêtée en mars 1944. Morte sous les tortures lors de son interrogatoire par les agents de la Gestapo.
(Archives R. Phalempin, Cliché X)

Notes

1 Lettre de Madame Castiau-Delvaux, institutrice à Vieux Reng, à Monsieur le Préfet du Nord, le 8 avril 1946. ADNord, Médaille de la Résistance, 170W71060

2 Le texte de cette lettre valant diplôme est le suivant : « Madame, mon attention a été appelée sur votre activité patriotique, l’attitude et le dévouement exemplaires dont vous avez fait preuve durant l’occupation allemande. Je tiens à vous exprimer mes plus vives félicitations pour votre conduite élogieuse et j’y ajoute ma gratitude personnelle pour le concours que vous avez ainsi apporté à la cause de la Résistance. Veuillez agréer... ». Cette lettre est envoyée à celles et ceux dont le dossier d’attribution de la médaille de la résistance est jugé trop mince pour une telle décoration, mais dont l’action résistante est cependant avérée.

3 E. Dejonghe, Y. Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande 1940-1944, Lille, la Voix du Nord, 2000.

4 Le colloque de Berlin, Les femmes dans la Résistance en France, en octobre 2001, a insisté sur le tournant historiographique des années 70, qui a permis, en prenant en considération les relations de la Résistance avec la société française, la sortie de l’« oubli » des femmes. Voir Les femmes dans la Késistance en France, M. Gilzmer, C. Levisse-Touzé, S. Martens (dir.), Paris, Tallandier, 2003. La problématique du « genre » en résistance était déjà posée par P. Schwartz, Késistance et différence des sexes : bilan et perspectives, dans Résistances et Libérations, France, 1940-1945, Clio, Histoire, Femmes et Sociétés, 1, 1995, p. 67-88. Nous renvoyons aussi aux publications de l’ΙΗΤΡ et en particulier, Identités féminines et violences politiques (1936-1946), F. Rouquet, D. Voldman (dir.), cahier no 31, octobre 1995.

5 M. Perrot, Les Femmes ou les silences de l’Histoire, Paris, Flammarion, 1998

6 Instituée, à Londres, par ordonnance du 9 février 1943 du général de Gaulle, elle a pour objectif de « reconnaître les actes remarquables de foi et de courage qui, en France, dans l’Empire ou à l’étranger, auront contribué à la résistance du peuple français contre l’ennemi et contre ses complices depuis le 18 juin 1940 ». Le dossier de demande d’attribution étant d’abord soumis au comité départemental de libération pour avis, l’étude des dossiers de médaillés - ou non - permet de mettre en relief des parcours résistants « connus » de la résistance intérieure. La diversité des décorations : rosette, ruban, diplôme ou proposition pour la croix de la libération témoigne de l’inégale appréciation des faits de résistance. Sur les quelque 1 500 dossiers établis pour le seul département du Nord, près d’un millier ont été étudiés et fournissent la base de notre étude statistique. Le poids relatif des femmes parmi les médaillés est de 12 %, soit un chiffre très proche de la moyenne nationale (11 %), ou de celui obtenu grâce à la source la plus communément utilisée par les historiens, la carte du combattant volontaire de la résistance (10 à 13 %). Voir pour les questions relatives au difficile dénombrement des résistants : La Résistance, une histoire sociale, A. Prost (dir.), Paris, Les éditions de l’Atelier, 1997, spécialement p. 37-41.

7 Voir C. Andrieu, Les résistantes, perspectives de recherche, dans La Résistance, une histoire sociale, op. cit., p. 69-96.

8 Le terme est pris ici, par commodité, dans son sens courant : personnel de l’administration. Le corps de l’article distinguera par contre fonctionnaires, au sens strict, et auxiliaires travaillant dans les services publics.

9 De la plume aux claviers. Un siècle de métiers du secrétariat et du bureau, dossier réalisé par le Centre des Archives du Monde du Travail, Roubaix, dossier en ligne. G. Thuillier, Les femmes dans l’administration depuis 1900, Paris, PUF, 1988.

10 Elles représentent les 2/3 des effectifs des maîtres de l’enseignement primaire dans le Nord en 1938-1939, poids qui est resté sensiblement le même pendant tout l’entre-deux-guerres. ADNord, Annuaire Statistique du Nord, BA 8930.

11 En 1927, il y a 41 rédacteurs, dont 17 femmes à la Préfecture du Nord, soit un poids relatif de 41 %. ADNord, M114/22, état des effectifs, 1931, traitements 1927.

12 Dans les années 30, une offensive contre l’accès des femmes aux emplois supérieurs des administrations a été menée – sans toutefois aboutir à l’établissement d’un statut général fixant les règles de recrutement. M.-O. Baruch, Servir l’État français : l’administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fayard, 1997, spécialement p. 110-113.

13 Les conditions d’exercice des auxiliaires sont définies par le règlement intérieur de chaque préfecture. La citation est extraite du règlement valant pour le Nord, rappelé dans une note sur un projet de titularisation, personnel auxiliaire, 1926-1927, ADNord, M114/24.

14 La Préfecture a vu son organisation remaniée à la faveur de l’Occupation. Voir R. Bargeton, La fonction préfectorale dam le Nord et le Pas-de-Calais, dans L’Occupation en France et en Belgique 1940-1944, Revue du Nord, no spécial 1987, tome I, p. 137-174. Les femmes restent absentes des postes de décision des deux premières divisions : administration générale et instruction publique, Police et travaux. Par contre, il y a deux chefs de bureaux femmes dans chacune des trois autres divisions. Parmi elles, Mlle Brienne(3e division,1er bureau), Mlle Chaudier (4e division, 1er bureau), Mlle Herlem (4e division, 2e bureau) et Mme Ladent (5e division, 3e bureau) étaient, en 1927, rédactrices à la Préfecture. ADNord, état des effectifs du personnel, 1927, Ml 14/22 ; et rapport sur le personnel de la préfecture, postérieur à 1942, 501U66, chambre civique de Lille.

15 Il n’est pas sans intérêt de souligner que 3 d’entre elles sont célibataires.

16 Les auxiliaires de la Préfecture et des sous-préfectures sont au nombre de 556, parmi lesquels 339 femmes. ADNord, Cabinet du Préfet, 1W949. Effectifs en date du 16 mars 1944.

17 Comme elle pose la question de la visibilité de l’action résistante. Trois noms de femmes – dont deux parfaites inconnues - sont cités par un commissaire de police comme étant à la tête d’une officine de faux papiers qu’il s’est lui-même employé à installer dès juin 1940. ADNord, 170W71058, Dossier Pierre Autem. Mais tous les résistants ne mentionnent pas, a posteriori, ceux qui leur ont prêté main-forte.

18 La situation dénoncée par ce conseiller est celle de l’utilisation de façon temporaire de chômeurs pour effectuer des travaux, qui, de son point de vue, exigent « un personnel supplémentaire, apte à remplir sa tâche, toute différente de celle des temps passés ». Rapport du conseiller administratif des communes au Préfet du Nord, 22 mars 1941, ADN, Cabinet du Préfet, 1W 418.

19 M.-O. Baruch, op. cit, p. 110-113. H. Eck, Les Françaises sous Vichy. Femmes du désastre, citoyennes par le désastre ? ; dans Histoire des Femmes en Occident, le XXe siècle, F. Thebaud (dir.), Paris, Plon, 1992, p. 185-211.

20 Est considérée comme résistante celle dont les actes de résistance ont été reconnus, la question de la définition de la résistance restant pendante.

21 Les chiffres proposés ont été calculés à partir d’un corpus de près de 1 000 dossiers de médaillés de la résistance - dont 116 dossiers de femmes -, que le dossier ait reçu une réponse favorable ou non. Les femmes employées dans les services publics représentent 19 % des dossiers de femmes déposés. Si l’on ne considère que les femmes ayant obtenu une décoration (rosette, ruban, voire croix de la libération) ou le « diplôme » soit la lettre de félicitations déjà citée, le pourcentage est rigoureusement identique, ce qui traduit d’emblée que l’appartenance à la fonction publique n’est en rien un critère permettant une meilleure reconnaissance de l’activité résistante. Enfin, si l’on met en regard les femmes travaillant dans les services publics avec l’ensemble des femmes exerçant une profession (ou pour le moins dont la profession est mentionnée), le poids relatif des femmes des services publics augmente considérablement pour atteindre 35 %. Il faudrait de toute évidence pouvoir comparer ces données à la structure de la population active féminine.

22 Les propositions concernant les femmes représentent donc 26 % de l’ensemble des propositions, mais il faut rappeler que les institutrices forment 67 % des effectifs enseignants dans le primaire.

23 Les dossiers des médaillés témoignent de la différence homme/femme en terme de conclusion donnée à la demande : 84 % des hommes pour lesquels un dossier a été déposé voient leur action reconnue, par la décoration ou le diplôme, contre 77 % des femmes. Au sein du groupe femmes, un écart sensible doit être noté entre les « femmes des services publics » et les autres : 34 % seulement des femmes pour lesquelles un dossier a été instruit seront décorées, contre 46 % des femmes des services publics. L’écart est plus conséquent encore si l’on considère l’obtention de la décoration ou du diplôme : 77 % donc pour les femmes dans leur ensemble, contre 92 % pour les femmes des services publics. Il est rare que l’action résistante d’une femme travaillant dans la fonction publique ne soit pas reconnue. Une des raisons pouvant rendre compte de cet état de fait tient à ce que les dossiers de femmes travaillant dans les services publics produisent parfois des attestations émanant d’autres fonctionnaires (souvent, mais pas seulement, de supérieurs). Par ailleurs, ces dossiers sont parfois, lorsqu’il s’agit de « résistance individuelle », établis par les femmes elles-mêmes, servies dans ce cas par une instruction souvent bien supérieure à celle des autres femmes.

24 Les femmes des services publics présentent, en terme de structure par âge, un profil où les jeunes femmes sont légèrement mieux représentées que chez l’ensemble des résistantes : cela tient largement à l’éviction, dans la catégorie « femmes des services publics » des femmes âgées de plus de 50 ans en 1940, qui représentent 10 % de l’ensemble des résistantes.

25 Les rapports justificatifs joints aux dossiers en font l’activité féminine par excellence. « S’est employée particulièrement là où la présence d’hommes eut pu paraître équivoque. Ainsi effectua-t-elle dans des conditions périlleuses des transports d’armes et de munitions » lit-on dans le rapport justificatif joint au dossier d’une institutrice à Maubeuge, Suzanne Warin-Petit, ADNord, 170W71065.

26 Les travaux initiés dans les années 90 sur la résistance ont posé la question de sa redéfinition. De nombreux historiens soulignent désormais la nécessité de considérer ces « limites inférieures de la résistance », ignorées par la perception traditionnelle de la résistance à l’aune des CVR. Voir M. Boivin, J. Quellien, La résistance en Basse-Normandie : Définition et sociologie, dans J. Sainclivier, C. Bougeard, La Résistance et les Français. Enjeux stratégiques et environnement social, Rennes, 1995, p. 163-173.

27 Voir F. Marcot, Pour une sociologie de la Résistance : intentionnalité et fonctionnalité, dans La Résistance, une histoire sociale, op. cit., p. 21-41.

28 ADNord, 170W71063, dossier Browet Marguerite, épouse Hildebrand. Il convient de souligner que cette résistante est un archétype du portrait brossé précédemment. Née en 1892 à Bruay sur Escaut, elle est frappée par la première occupation alors qu’elle est jeune fille. Celui qu’elle épouse en 1920 est un ancien combattant de 14-18, trois fois blessé, titulaire de la Croix de Guerre, des médailles Interalliée et de Verdun. Le rapport du commissaire principal de Valenciennes versé au dossier souligne – le fait est suffisamment rare pour être mentionné - « l’aide efficace » qu’il « apporta à son épouse ».

29 ADNord, 170W71065, dossier Caron Fernande, épouse Poulain. Cette directrice d’école a par ailleurs hébergé dans une salle de son école des réfractaires recherchés par les services de la police allemande.

30 En 1943, est ainsi ouverte, suite à une lettre de dénonciation, une enquête à l’encontre d’une institutrice de Bourghelles, soupçonnée « d’attitude douteuse à l’égard du gouvernement », en l’occurrence de gaullisme. Le rapport circonstancié établi par le commissaire spécial de Lille, et qui conclut à un « ralliement » de l’intéressée au gouvernement actuel, met en avant les causes de la constante surveillance dont a été l’objet cette institutrice : « Ne cachant pas son antipathie pour l’école libre et n’assistant pas aux offices religieux du dimanche, elle a été vertement critiquée par des nombreux catholiques que compte la région [...] et a été suspectée d’avoir des opinions socialo-communistes [...] Après le début des hostilités, [...] il a été remarqué que cette institutrice avait à leur (les Anglais) égard une certaine estime ». Enquête sur Y.R., gaulliste, 1943, ADNord, 1W2597.

31 Un article du Pilori jetant la suspicion sur la directrice du lycée de jeunes filles de Valenciennes a ainsi contribué à l’ouverture d’une enquête menée par l’Inspection Académique. ADNord, 1W1910.

32 Institutrices ou professeurs, les femmes ont aussi mis leur instruction au service de la rédaction des tracts et des journaux diffusés par l’ensemble des forces résistantes. Il est difficile de ne pas citer le journal « Vaincre » créé par Suzanne Blin épouse Lanoy en 1943, et destiné à doubler l’action de l’association « La Pensée Française », établie dans le Douaisis en 1941, autour de Suzanne Blin et René Lanoy, pour organiser et développer la propagande anti-allemande.

33 L’engagement de la femme fonctionnaire est de ce point de vue doublement induit, puisque le milieu des fonctionnaires est marqué par une très forte endogamie.

34 ADNord, 170W71058, dossier Marguerite Duhem épouse Alloy.

35 Marguerite Duhem-Alloy est cependant titulaire de la CVR.

36 ADNord, 170W71058, dossier Marguerite Duhem épouse Alloy.

37 ADNord, 170W71065, dossier Marie-Thérèse Cartigny, épouse Poidevin.

38 Ibid. Cette employée a été dénoncée aux Allemands, condamnée par le Tribunal militaire à un an de prison pour intelligence avec l’ennemi, internée à Cologne. Libérée en décembre 1941, elle n’a pu reprendre son service qu’en février 1942, du fait de son état de santé. Le dossier ne précise malheureusement pas la date exacte de titularisation.

39 Selon les termes du rapport établi par l’intéressée elle-même, il s’agit d’une action multiforme : dactylographie de rapports, renseignement, liaison, mais aussi intendance (approvisionnement en vivres et en produits pharmaceutiques). En outre, Mlle Lechartier évoque la relation de confiance qu’elle a nouée avec le lieutenant-colonel Pierre Seailles en juillet 1944, époque à laquelle « celui ci s’est attaché personnellement Mlle Lechartier, qui a dû se tenir en contact constant avec lui, liant son sort au sien, la nouvelle retraite du lieutenant-colonel Pierre Seailles n’étant connue que de rares personnes et étant seule à pouvoir l’approcher à toute heure du jour et notamment du soir ». ADNord, 170W71063. Dossier Odette Lechartier.

40 Organisation Franco-Anglaise du Capitaine Michel, ou réseau Sylvestre-Farmer, du nom de code de son chef, « Sylvestre » (le « capitaine Michel » Trotobas, officier britannique) et du nom donné par les Anglais au circuit qu’ils entendent déployer.

41 ADNord, 170W 71063, dossier Odette Lechartier. Jusqu’en 1943, l’action menée par cette résistante est une action isolée (aide matérielle aux alliés cachés, essentiellement). Le rapport, insistant sur le rôle majeur de « chefs de l’OFACM dans les bureaux, notamment celui de M. Bello », lequel est également membre de l’OFACM, laisse supposer que le recrutement a été opéré au sein de la Préfecture.

42 Dans les deux cas cités, l’engagement aboutit même au renversement des hiérarchies : dans le premier cas, parce que l’action résistante de l’employée est, au final, élément de valorisation d’une hiérarchie restée inactive ; dans le second, parce que, de façon exceptionnelle, c’est une femme qui rend compte du soutien comme du concours – pour reprendre les termes habituellement réservés dans les rapports à l’action des femmes - que les hommes lui ont apportés.

43 Les enseignantes pèsent lourd dans la résistance des femmes fonctionnaires, puisqu’elles représentent près de la moitié des cas repérés. Cet état de fait ne peut surprendre : la prédominance des institutrices parmi les militantes est analysée par Jocelyne Chabot, qui y voit aussi la traduction de la plus grande visibilité que leur confère leur maîtrise de l’expression orale et écrite. J. Chabot, Les femmes syndicalistes chrétiennes dans le Maîtron, dans La part des militants, M. Dreyfus, C. Pennetier, N. Viet-Depaule (dir.). Paris, Editions de l’Atelier, 1996, p. 271-283.

44 Le militant est celui qui a « une conscience critique d’une situation vécue, observée ou analysée », cherche à « formuler des perspectives permettant de dépasser une situation jugée inacceptable » et se manifeste par « une action personnelle et désintéressée ». C. Pennetier, Le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français : entre passé et avenir, dans La part des militants, op. cit., p. 331-352.

45 Signalons que parmi ses élèves figure alors celle qui sera considérée comme la figure militante féminine la plus marquante du Nord, Marthe Desrumeaux.

46 C’est le terme utilisé par l’inspecteur d’Académie du Nord dans un courrier adressé au ministre de l’Instruction Publique. « J’avais acquis la conviction que rien ne pourrait fléchir une volonté aussi nettement arrêtée et affirmée, chez une femme à l’intelligence froide et réfléchie [...] qui ne reculerait devant aucune responsabilité ni aucune menace [...] et s’est montrée irréductible aussi bien dans ses convictions que dans ses résolutions ». Lettre de l’Inspecteur d’Académie au Préfet du Nord, 4 mai 1926. ADNord, M154/195b. Communistes, dossiers individuels.

47 ADNord, 170W 71064, dossier Madeleine Devernay, épouse Lenain.

48 La Voix du Nord, mouvement de résistance né autour d’un journal clandestin fondé en avril 1941 par Natalis Dumez et Jules Noutour.

49 Ordonnance du 27 juin 1944, ADNord, Cabinet du Préfet, 28W 383986, Épuration dans la fonction publique.

50 ADNord, Comité départemental de Libération, 33W 388026. Épuration dans les administrations publiques et privées. Fonctionnaires de l’administration prélectorale.

51 ADNord, Cabinet du Préfet, 1W 2313, liste des fonctionnaires devant être agréés par l’OFK 670. Alors que parmi leurs homologues chefs de service des administrations publiques, 3 chefs de bureaux ainsi qu’un rédacteur sont suspendus de leurs fonctions. ADNord, Cabinet du Préfet, 28W 383986. Épuration dans la Fonction publique, janvier 1945.

52 Alors que parmi leurs homologues chefs de service des administrations publiques, 3 chefs de bureaux ainsi qu’un rédacteur sont suspendus de leurs fonctions. ADNord, Cabinet du Préfet, 28W 383986. Epuration dans la Fonction publique, janvier 1945.

53 Le 4 janvier 1945, M. Lallemand obtient l’assentiment du Préfet du Nord pour transmettre au comité départemental de libération un dossier, trouvé au moment de la Libération à la Bourse de Lille, et qui aurait été « fourni aux Autorités Allemandes par un Chef de Cabinet de la Préfecture, donnant des appréciations sur un certain nombre de fonctionnaires départementaux, classés en gaullistes, collaborateurs ou indifférents ». ADNord, Cabinet du Préfet, 28W 384072 Dossiers des fonctionnaires de l’administration préfectorale ayant exercé sur le territoire du département du Nord pendant l’occupation ennemie.

54 Notons que ce même rapport qualifie le personnel auxiliaire « recruté rapidement » comme étant « en majeure partie féminin et gaullisant ». ADNord, Chambre civique de Lille, 501U66, rapport joint à un dossier individuel.

55 Citation rapportée par J.-P. Azéma dans sa préface de l’ouvrage de M.-O. Baruch, op. cit.

56 ADNord, Cabinet du Préfet, 28W383986. Circulaire no 37 du ministère de l’Intérieur, 10 octobre 1944.

57 ADNord, Comité départemental de Libération, 33W 388027 Arrêté du Préfet du Nord en date du 20 décembre 1944.

58 ADNord, Comité départemental de Libération, 33W3880227. Organisation de l’épuration administrative.

59 Laure Cambier, commis de préfecture, entrée en résistance dès septembre 1940 (regroupement de soldats britanniques), plusieurs fois arrêtée et incarcérée, libérée par l’avance des armées alliées. ADNord, 170W71059, dossier Laure Cambier.

60 ADNord, Comité départemental de libération, 33W3880227. Organisation de l’épuration administrative.

61 ADNord, Cabinet du Préfet, 28W 383985, Épuration du personnel de la fonction publique, Fonctionnaires de Valenciennes.

62 ADNord, Cabinet du Préfet, 28W383986, Épuration du personnel de la fonction publique.

63 Deux d’entre elles sont mentionnées sur une liste des personnes arrêtées par les FFI et emprisonnées à la caserne Vandamme. ADNord, cabinet du Préfet, 28W 384072, dossiers de fonctionnaires ayant exercé sur le territoire.

64 ADNord, 30W 3857318. Enseignement.

65 Le Rassemblement National Populaire, créé en février 1941 à Paris, voit son implantation autorisée par l’OFK à Lille en juillet 1941.

66 Enquête sur le personnel enseignant, rapport du Commissaire de police, chef des renseignements généraux, à M. le Préfet du Nord, en date du 17 janvier 1945. ADNord, 30W 3857318. Cette institutrice a fait l’objet d’une mesure de suspension de fonction en date du 27/11/44. ADNord, Cabinet du Préfet, 28W 383986.

67 Le dossier remis par des professeurs de l’établissement qu’elle dirigeait est versé au dossier constitué pour le Comité départemental de Libération. Le Préfet note, compte tenu des éléments fournis par ce dossier, que « la mise en liberté produirait actuellement un mauvais effet ». ADNord, cabinet du Préfet, 28W384072, Dossiers de fonctionnaires ayant exercé sur le territoire.

68 ADNord, Cabinet du Préfet, 28W383955. Fonctionnaires de Valenciennes.

69 Arrêté de suspension en date du 9 novembre 1944, arrêté de réintégration dans ses fonctions en date du 20 décembre 1944. ADNord, Cabinet du Préfet. Fonctionnaires de Valenciennes, 28W383985.

70 Rapport de M. Susini, membre de la Commission d’enquête académique, idem.

71 ADNord, 30W 3857318. Épuration dans l’enseignement. Signalement, au préfet du Nord, par le sous-préfet de Douai d’enquêtes en cours.

72 D’après le rapport de police, « profitant que son mari était prisonnier [...] elle aurait entretenu des liaisons avec des militaires allemands et plus particulièrement avec un officier du service sanitaire, lorsqu’elle accompagnait ses élèves au terrain des sports, elle luifaisait des signes de la main en passant, laissant présumer qu’elle le connaissait intimement ». C’est la publicité donnée à cette relation, sur laquelle le rapport revient avec insistance, qui vaut à cette institutrice d’être « aussitôt après la Libération, prise à partie par la population et les FFI » qui « voulurent lui tondre les cheveux ». Rapport de l’inspecteur de police du 22 septembre 1945 relatif à l’attitude pendant l’Occupation de Mme N. ADNord, cabinet du Préfet, 28W384072.

73 Dans son courrier adressé au Ministre de l’Éducation Nationale, ce résistant déporté fait état de sa détermination, partagée avec ses « camarades de la résistance », à tout faire pour empêcher que cette institutrice continue à exercer dans leur commune. Lettre du lieutenant C. déporté de Buchenwald, au ministre de l’Éducation Nationale, transmise au Commissaire de la République. ADNord, Cabinet du Préfet, 28W 384072.

74 Le mouvement Franciste est autorisé à s’établir dans la zone interdite en octobre 1941.

75 Légion des Volontaires Français contre le bolchevisme, dont un bureau s’installe à Lille, peu après sa création à Paris en août 1941.

76 ADNord, Cabinet du Préfet, 28W 383981. Épuration dans les PTT.

77 Ibid.

78 ADNord, cabinet du Préfet, 28W383986 Épuration dans la fonction publique. Rapport de l’inspecteur de la sûreté du 25 septembre 1944, Affaire contre F. suspectée d’intelligence avec l’ennemi.

79 Ibid.

80 Ibid.

81 Le caractère extra-administratif tient non seulement à la nature des faits reprochés (relation intime avec l’ennemi), mais aussi, dans ce cas précis, à l’absence totale de confusion entre exercice de la profession et relation coupable. Le hasard a voulu qu’un collègue de l’incriminée, ancien combattant et responsable local de la Fédération Nationale des Combattants Républicains, ait l’occasion de fréquenter l’appartement situé en dessous de l’appartement occupé par l’amant de la préposée. La description qu’il livre des ébats dont il aurait subi le « vacarme » témoigne des fantasmes autour de la « collaboration horizontale » au temps de la Libération. ADNord, Cabinet du Préfet, 28W383981. Épuration dans les PTT. Renseignements fournis le 15 décembre 44 à la Direction Régionale de Lille au sujet de F. ; Voir F. Virgili,La France « virile ». Des femmes tondues à la Libération. Paris, Payot, 2000. M. Wendling, F. Leclerc, La répression des femmes coupables d’avoir collaboré pendant l’Occupation, dans Résistances et Libérations France 1940-1945, op. cit. p. 129-150.

82 Il faut noter que la sanction proposée par la direction des PTT est le changement de résidence avec diminution de traitement. Le préfet du Nord, censé se prononcer sur la proposition de sanction, conseille d’attendre une décision de l’autorité judiciaire, et, malgré l’insistance de la direction régionale des PTT – qui répond à celle du ministère -, ne tranche pas.

83 ADN, 30W387317. Épuration dans les PTT. Dossier Mme D.

84 Cas de Mme N.

85 Dans sa circulaire du 12 octobre 1944, le ministre des PTT prévoit des sanctions quand les faits reprochés consistent « en un comportement non conciliable avec la moralité que l’Administration est en droit d’exiger de son personnel » et spécifie « fréquentation intime des sujets allemands en particulier ». La précision vaut réduction : seules les femmes seront concernées par l’exigence de moralité. ADNord, 28W383896. Personnel d’État.

Table des illustrations

Légende Suzanne Lanoy, professeur à l’École normale de Douai.Militante communiste avant guerre, responsable de la rubrique douaisienne de L’Enchaîné., animatrice du journal de résistance La pensée française qui s’adresse aux enseignants de la région, fondatrice du Front National dans le Douaisis et responsable du service d’information du mouvement et de son journal Vaincre.Arrêtée en mars 1944. Morte sous les tortures lors de son interrogatoire par les agents de la Gestapo.(Archives R. Phalempin, Cliché X)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2150/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

Auteur

Doctorante, IEP Paris

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540