Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les services publics et la Résistance en zone interdite et en Belgique (1940-1944)

 | 
Robert Vandenbussche

Enseigner, étudier et résister dans l’Académie de Lille (1940-1944)

Jean-François Condette

Texte intégral

  • 1 Philippe Pétain, Discours aux Français, 17 juin 1940-20 août 1944, édition établie par J.-C. Barba (...)

1Le 12 août 1941, dans l’un de ses plus longs discours radiodiffusés, le Maréchal Pétain, avant d’expliciter les mesures parues au Journal Officiel qui renforcent les pouvoirs de l’Amiral Darlan, s’en prend à l’état d’esprit des Français et à leur faible adhésion à l’idéologie des temps nouveaux. « Français, fiai des choses graves à vous dire. De plusieurs régions de France, je sens se lever depuis quelques semaines un vent mauvais. L’inquiétude gagne les esprits : le doute s’empare des âmes. D’autorité de mon gouvernement est discutée : les ordres sont souvent mal exécutés »1. Donnant alors les raisons de ce malaise, il met en cause les doutes des Français, entretenus par la radio de Londres et par certains journaux. « Le trouble des esprits » provient « de notre lenteur à construire un ordre nouveau, ou plus exactement à l’imposer. La Révolution Nationale... n’est pas encore entrée dans les faits. Elle n’y a pas pénétré parce que, entre le peuple et moi, qui nous comprenons si bien, s’est dressé le double écran des partisans de l’ancien régime et des serviteurs des trusts (les comites d’organisation économique ont cédé aux pressions des intérêts capitalistes). Les troupes de l’ancien régime sont nombreuses. J’y range sans exception tous ceux qui ont fait passer leurs intérêts personnels avant les intérêts permanents de l’État – maçonnerie, partis politiques..., fonctionnaires attachés à un ordre dont ils étaient les bénéficiaires et les maîtres – ou encore ceux qui ont subordonné les intérêts de la patrie à. ceux de l’étranger. Un long délai sera nécessaire pour vaincre la résistance de tous ces adversaires de l’ordre nouveau, mais il nous faut, dès à présent, briser leurs entreprises, en décimant les chefs ».

2Par un curieux renversement de l’histoire, les républicains, les défenseurs de la démocratie se retrouvent, dans la mystique avancée par la Révolution Nationale, associés à une force d’ancien régime qui contrarie l’ordre nouveau. Ces forces « contre-révolutionnaires », au sens vichyssois du terme, sont alors désignées dans une sorte de grand amalgame qui réunit les Francs-maçons, les politiciens de la Troisième République, les alliés de « l’étranger » (juifs ; membres du parti communiste...) mais aussi de nombreux membres de l’administration qui, selon le Maréchal, n’exécutent pas les ordres donnés par le régime.

  • 2 M.-O. Baruch, Servir l’État français : l’administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fayard, 1 (...)
  • 3 J.-F. Condette, « La résistance universitaire en zone rattachée de 1940 à 1944 (Nord-Pas-de-Calais (...)

3Est-ce à dire que la Fonction publique2, et en particulier les membres de l’Éducation nationale, souvent boucs émissaires du régime, rendus responsables de la défaite par le mauvais esprit diffusé au sein de la nation, soient majoritairement entrés dans une logique de dissidence sinon de résistance à l’ordre nouveau ? Dans la continuité de notre communication au colloque de 2001 qui s’était intéressée à la résistance des universitaires français et belges de la zone rattachée3, universitaires définis comme enseignants et étudiants des établissements d’enseignement supérieur, nous nous proposons ici de recentrer l’analyse sur la seule académie de Lille qui, depuis 1854, est l’une des plus lourdes de France, concentrant dans ses cinq départements de très nombreux établissements. Après avoir rappelé l’importance du choc traumatique de 1940 et les bouleversements qu’il entraîne dans les structures éducatives et la vie pédagogique, à la fois par les interventions des forces allemandes et par les volontés réformatrices de Vichy, il s’agit de mesurer le degré d’engagement des enseignants du secondaire, des maîtres du primaire et éventuellement des élèves de cette Académie dans la résistance, tout en dégageant les différentes formes de ce refus. La fronde intellectuelle, au nom de la fidélité à l’esprit démocratique, est-elle fortement répandue et débouche-t-elle, pour certains, sur un engagement dans le combat direct contre l’occupant ?

le maintien d’un enseignement traditionnel : un défi aux multiples difficultés des années noires

  • 4 F. Margot, « Pour une sociologie de la résistance : intentionnalité et fonctionnalité », dans A. P (...)
  • 5 Idem, p. 25.

4Pour François Marcot, la résistance est « un combat volontaire et clandestin contre l’occupant ou ses collaborateurs afin de libérer le pays. Résister, c’est réagir. On en peut qualifier de résistance un sentiment ou une réflexion intellectuelle. On ne résiste pas dans sa tête, la résistance est une action »4. Si la résistance est un choix intentionnel de l’individu, il faut aussi cependant tenir compte du principe de fonctionnalité. « Tous les groupes sociaux n’ont pas les mêmes aptitudes (du point de vue de l’acteur) ou la même utilité (du point de vue du système) »5. À ce niveau, la Fonction publique occupe une place stratégique par sa proximité avec les décideurs et par ses missions de transmission et d’exécution des volontés ministérielles. Par son pouvoir d’accélérer ou de retarder les ordres reçus à la fois des Allemands et du régime de Vichy, elle se retrouve en position d’interface stratégique. C’est aussi très vrai pour les enseignants qui, dans cette approche fonctionnaliste, occupent une position fondamentale, par leur présence incontournable au sein des communes, par leur mission de formation des esprits mais aussi de médiateurs politiques au sein des communautés locales. Leur formation « universitaire », plus poussée que la moyenne nationale, et leur éducation aux valeurs républicaines sur les bancs des facultés ou dans les « séminaires laïques » que sont les écoles normales, leur engagement souvent massif dans le syndicalisme d’avant-guerre (on songe ici au SNI) les transforment en cibles privilégiées. Ils ne peuvent qu’être à la fois suspectés, surveillés et convoités par le régime de Vichy mais aussi par les mouvements résistants.

Des structures éducatives mises à mal

  • 6 Voir E. Dejonghe, « Le Nord isolé : occupation et opinion (mai 1940-mars 1942) », dans Revue d’his (...)
  • 7 Parmi de nombreuses recherches, voir E. Dejonghe (dir), « L’occupation en France et en Belgique (1 (...)
  • 8 E. Dejonghe et Y. Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande (1940-1944), op. cit., p. (...)
  • 9 Idem, p. 109-111.

5La Zone Interdite comprend la totalité des départements du Nord, du Pas-de-Calais et des Ardennes, une partie du département de la Somme et une partie de l’Aisne (au Nord des deux fleuves). Ces départements sont désormais assujettis au Commandement militaire allemand de Bruxelles (Militär Belfehlshaber für Belgium und Nord Frankreich), prélude à un possible rattachement au Grand Reich. L’essentiel de l’ancienne académie de Lille est donc englobé dans cette zone interdite aux mains des Allemands qui s’y comportent en maîtres. Dès le début, l’occupation allemande rappelle de très mauvais souvenirs à la population qui avait, pour une grande part, déjà subi la présence allemande pendant la Première Guerre mondiale. La menace d’annexion est bien réelle6 et les contacts avec le reste de la France sont inexistants jusqu’au début de l’année 1942. Il faut attendre mai 1941 pour voir la première visite autorisée par Von Falkenhausen d’un ministre de Vichy dans la région (le secrétaire d’État aux sports, Jean Borotra). Nous ne revenons pas ici sur les caractéristiques principales de cette occupation allemande, déjà rappelées lors de notre intervention au colloque de 2001. Comme en 1914-1918, la présence de l’occupant est immédiate et très visible7. « La présence allemande revêt dans le Nord-Pas-de-Calais un caractère et visible [...] ha région reste tout au long de l’occupation, une zone de guerre, de par sa proximité avec l’adversaire le plus coriace d’Hitler... le Royaume Uni »8. Il faut faire avec « une imposante présence militaire »9. Rien que pour les départements du Nord et du Pas-de-Calais, les troupes allemandes comptent environ 120 000 hommes à l’automne 1940 et demeurent constamment fort nombreuses. Au cours de l’hiver 1941-1942, étiage de toute la période, c’est encore environ 40000 hommes qui y sont stationnés.

  • 10 Archives départementales du Nord (désormais ADNord) ; 1W 539 ; rapport de l’Inspecteur d’académie d (...)

6Dès le 21 septembre 1940, l’Oberfeldkommandantur 670 de Lille demande au recteur et aux inspecteurs d’Académie, dans un délai d’une semaine, un rapport détaillé sur la situation de l’enseignement dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais. Le rapport de l’inspecteur signale, après avoir présenté les divers établissements d’enseignement supérieur, la présence, pour les deux départements, de cinq lycées de garçons, de quatre lycées de jeunes filles, de quatorze collèges de garçons et de huit de jeunes filles. Les écoles primaires supérieures sont au nombre de vingt-six pour les garçons et de dix pour les filles. Le rapport poursuit ensuite avec les effectifs enseignants et signale cent quarante enseignants dans le supérieur en temps normal pour les deux départements. Ils ne sont plus cependant que quarante-deux début octobre 1940. Dans le secondaire, les effectifs enseignants sont normalement de 1. 453 mais les enseignants encore à leur poste ne sont plus que 592. Les élèves du secondaire qui sont en temps de paix un peu plus de 28 000 ne sont plus, quant à eux, en octobre 1940, que 18 000. Une nouvelle enquête sur les établissements d’enseignement publics et privés est ensuite exigée en 1941 à laquelle répond l’inspection académique du Nord10. Pour les maternelles et les écoles primaires, les écoles publiques sont au nombre de 1 859 et les écoles privées, 468. L’enseignement secondaire public avance à peu près le même chiffre que dans le rapport précédent (64 établissements en comptant les EPS) et 71 établissements privés (41 de garçons et 30 de filles). L’enquête s’intéresse ensuite plus spécifiquement aux rapports entre les établissements publics et les écoles privés et dresse une liste des établissements privés dignes d’être soutenus par le ministère.

  • 11 ADNord, 1W 890 ; courriers divers.
  • 12 ADNord, 1W 890 ; Lettre du proviseur du lycée Faidherbe de Lille au préfet en date du 22 octobre 1 (...)
  • 13 ADNord, 1W 890, Lettre de la directrice du lycée de jeunes filles de Douai à l’inspecteur d’académ (...)
  • 14 ADNord, Lettre de la directrice de l’école annexée à l’ΕΝ des filles de Douai, datée du 12 décembre (...)
  • 15 ADNord, 1W 733 ; Réquisitions. Lettre de l’inspecteur d’académie au recteur du 25 septembre 1940.

7Les dossiers d’archives consacrés aux locaux scolaires montrent que beaucoup d’entre eux sont occupés, en partie ou totalement11. L’Institut industriel du Nord est, dès le début des opérations militaires, en grande partie réquisitionné. Le lycée Faidherbe est en partie occupé en 1940 et le proviseur multiplie les courriers pour tenter de réorganiser une vie scolaire minimale. Il écrit ainsi au préfet, le 22 août 1940 : « les locaux ne sont que partiellement occupés, ha situation est la suivante : une formation sanitaire automobile installée dans la cour du rectorat utilise quelques salles du rez-de-chaussée qui se trouvent en bordure, un dortoir et les bureaux administratifs. Une autre formation occupe les bâtiments de l’infirmerie et les bureaux administratifs de la rue des Arts. Un certain nombre de douaniers sont installés dans un dortoir et mangent dans l’un des réfectoires [...] Malgré cela, la majeure partie de l’établissement se trouve libre : toutes les classes et toutes les études des premier et second étages, toutes les salles des bâtiments qui se trouvent en bordure de la cour de la chapelle et de la cour des moyens12. Pour octobre 1941, le lycée compte encore trente-trois enseignants titulaires absents (dont 21 travaillant en zone Sud, 9 sont prisonniers en Allemagne et 3 sont signalés disparus) qui sont remplacés par des collègues féminines ou des suppléants. Au lycée de jeunes filles de Douai, c’est la même réalité en septembre 1940. Une lettre manuscrite de la directrice à l’inspecteur d’Académie, datée du 29 octobre 1940, signale : « Je viens vous demander de bien vouloir nous aider de votre influence pour essayer de garder ce qui nous reste des locaux du lycée de jeunes filles de Douai qui, actuellement, abrite à la fois les deux lycées (garçons et filles). Nous gardons jusqu’à présent le rez-de-chaussée et le premier étage (salles de classe) du bâtiment central et de l’aile droite sur la cour d’honneur. Ce qui est déjà nettement insuffisant. Mais actuellement l’hôpital voudrait les salles du second et du rez-de-chaussée, abandonnant peut-être en échange les dortoirs du troisième. Je ne vois pas, dans ces conditions, ce qui pourrait encore être fait comme enseignement »13. La directrice de l’école annexée à l’École normale d’institutrices de Douai, écrit au même inspecteur, le 2 décembre 1940 et signale : « les bâtiments de l’École normale sont occupés par les soldats allemands ; les salles de lecture, les bibliothèques contenaient encore au moment de l’occupation un nombre important de livres. Ces livres ont été en partie détériorés [...] les maîtresses de l’école annexe ont réussi à reprendre quelques volumes »14. L’École nationale des arts et métiers, boulevard Louis XLV est aussi occupée et l’inspecteur d’académie signale une évolution négative de la situation au recteur, le 25 septembre 1940. Une petite partie des locaux (ateliers et appartements du personnel administratif) n’était pas occupée mais le 20 septembre, l’autorité allemande lui a signifié l’ordre d’évacuer la totalité du bâtiment. Les examens ont été arrêtés dans les ateliers et des scènes pénibles se sont produites. « Deux des candidats furent retenus de 12 heures à 17h30 enfermés dans une chambre, les mains derrière le dos [...] pour ne pas avoir été corrects avec l’adjudant-chef ». L’inspecteur a alors fait réquisitionner, par la mairie une maison libre du quartier pour y transférer les « restes » de l’école15.

  • 16 Archives nationales (désormais AN) ; F17/13379 ; Rapport du délégué à l’Éducation nationale daté d (...)
  • 17 P. Giolitto, Histoire de la jeunesse sous Vichy, Paris, Perrin, 1991, p. 339. Pour l’ensemble de l (...)
  • 18 ADNord, 1W 374 ; Réquisitions d’écoles ; lettre du 2 novembre 1942 au préfet.
  • 19 ADNord, 1W 374 ; Réquisition d’écoles : lettre du 8 octobre 1943 au recteur.
  • 20 ADNord, 1W 918 ; Lettre de l’OFK 670 au maire de Lille en date du 13 février 1942.
  • 21 AN, AJ 40/565-7 ; Rapport de l’inspecteur d’académie de Laon au Secrétaire d’État à 1ΈΝ, daté du 2 (...)

8Un rapport du Ministère, daté du 3 novembre 1942, tente de faire le point, pour la zone occupée, sur les réquisitions scolaires16. Pour l’académie de Lille, au 25 octobre 1942, il donne alors 33 % des locaux de l’enseignement supérieur, 60 % des locaux du secondaire et 6 % des locaux du primaire occupés par l’armée et les administrations allemandes17. Une lettre du 2 novembre 1942 au préfet l’informe que l’école professionnelle de Loos a été réquisitionnée en partie par les Allemands. « Chaque jour, après le repas du soir, 70 élèves internes de cette école doivent revenir de Loos à Lille pour y passer la nuit, ne pouvant utiliser les dortoirs occupés »18. Une lettre du 8 octobre 1943 au recteur signale la réquisition de l’école primaire Jean Jaurès de Ronchin ; les quatre classes sont dispersées dans deux ateliers de confection et dans l’arrière-salle d’un estaminet19. Par ordonnance du 29 janvier 1942, l’OFK 670 décide l’occupation partielle de l’institut Diderot « pour des raisons militaires »20. Le préfet tente alors de négocier une occupation partielle qui puisse permettre à l’Institut de continuer ses activités. L’Institut compte journellement 1200 élèves et une fermeture totale serait une catastrophe. Dans une lettre du 5 février 1942, le préfet propose alors une répartition des surfaces (plan au carbone avec des zones conservées pour l’activité scolaire) et ne manque pas de signaler « les graves inconvénients qui ne manqueraient pas de résulter d’une telle décision si elle était appliquée ». Des négociations sont entamées avec l’OFK 670 mais elles s’avèrent très difficiles. Une lettre du préfet, datée du 12 février, refuse le projet de découpage allemand : « Il résulte que les locaux qui seraient laissés à la disposition de l’établissement seront de toute évidence nettement insuffisants pour permettre de poursuivre [...] le progrès des études ». Mais les exigences allemandes sont maintenues et l’établissement doit se contenter des surfaces mises à sa disposition jusqu’à la fin de la guerre. Une lettre de l’inspecteur d’académie de l’Aisne au secrétaire d’État à l’Éducation nationale, datée du 24 novembre 1941, fait un bilan assez précis des locaux scolaires en ce qui concerne les Écoles normales et les établissements secondaires du département. « Dès l’arrivée des troupes allemandes, les quatre établissements furent entièrement occupés à l’exclusion de l’appartement personnel de la directrice de l’École normale qui n’avait pas abandonné Laon. Le lycée sert de cantonnement à des troupes de passage. Après avoir été presque totalement évacué, il a abrité des effectifs qui ne semblaient pas tris importants. Ce collège de jeunes filles a été organisé en hôpital ; l’École normale d’instituteurs a été utilisée de même pendant cinq ou six mois pour le traitement des maladies contagieuses ; l’École normale d’institutrices semble être employée, elle aussi, au même titre que le lycée, pour le cantonnement des troupes »21. Les élèves maîtres et les normaliennes ont alors été dispersés dans les collèges de Soissons pour ceux qui pouvaient s’y rendre ou au lycée de Saint-Quentin pour ceux qui résidèrent dans la zone réservée. Les 300 élèves du collège et du lycée ont suivi, pendant toute l’année scolaire, leur cours en commun dans quelques classes d’une école primaire et dans divers locaux. L’inspecteur a tenté de négocier avec les Allemands pour installer une partie de leurs services dans une caserne mais la Feldkommandantur a refusé, il a alors loué un local.

Une surveillance allemande permanente : le poids de l’arbitraire

  • 22 ADNord, 1W 890, Lettre de l’inspecteur d’académie du Nord au préfet du Nord, datée du 6 août 1940.
  • 23 M. Rousseau, « La répression dans le Nord de 1940 à 1944 », Revue du Nord, octobre-décembre 1969, (...)
  • 24 ADNord, 1W 890 ; Lettre de l’autorité militaire allemande au maire de la ville de Bondues, datée d (...)
  • 25 ADNord, 1W 199 ; Lettre au recteur datée du 3 juillet 1941.
  • 26 ADNord, 1W 997 ; Lettre de l’inspecteur d’académie au préfet datée du 4 mars 1942.
  • 27 AN, AJ40/557-7 ; Archives allemandes ; lettre de l’IΑ de la Somme au Ministre en date du 26 août 1 (...)
  • 28 Idem, rapport détaillé du 27 août 1942.

9Sans qu’il y ait réellement mise en place concertée et généralisée d’une politique culturelle et scolaire allemande dans l’académie de Lille, les ingérences allemandes sont nombreuses, même si elles dépendent souvent de décisions individuelles ou de réponses au coup par coup à certains « incidents ». Une lettre de l’inspecteur d’académie du Nord au préfet du Nord, datée du 6 août 1940, rend compte de la visite de certaines classes par des soldats. « J’ai l’honneur de vous informer qu’un lieutenant allemand se disant envoyé par la Feldkommandantur et chargé de l’enseignement dans les arrondissements de Fille et d’Hazebrouck, s’est présenté, à deux reprises, la semaine dernière, à Bailleul, chez Madame Benoist, directrice de l’école primaire de filles et vendredi 2 août au collège d’Armentières [...] Dans ces deux établissements, il a demandé à assister à des cours d’histoire et de français, ce qu’il a été jugé impossible de, lui refuser. Il ne s’est d’ailleurs permis de faire aucune observation sur le sujet du cours ou sur la manière d’enseigner. A Bailleul, il a emporté deux manuels d’histoire pour les examiner »22. L’administration et la police allemande s’efforcent constamment de faire régner l’ordre et de mer dans l’œuf toute velléité d’opposition. La chasse à l’homme est constante23. C’est ainsi que la police procède elle-même à l’épuration du corps enseignant lorsque l’attitude du maître est immédiatement visible. L’autorité militaire allemande écrit ainsi au maire de Bondues, le 5 août 1940 pour lui signaler qu’Andrée Say, âgée de 19 ans, est « interdite d’exercer sa profession d’institutrice jusqu’à nouvel ordre en raison de son attitude envers les autorités allemandes »24. Le tenancier du café « Aux Flinois » à Douai, écrit au recteur le 3 juillet 1941 pour lui signaler que « suite à une perquisition opérée chez moi le mardi 1er avril, laquelle a amené la découverte de deux petites brochures d’enfants sur laquelle il y avait une toute petite croix Lorraine [...] ma fille a été jugée à Valenciennes et condamnée à trois mois de prison... Elle a bientôt 17 ans et allait en ce moment à l’école de coupe et couture »25. Une note de l’administration allemande signale qu’en attendant le jugement du tribunal de guerre, son magasin sera fermé pour quatre semaines. L’inspecteur d’Académie signale au préfet dans une lettre du 4 mars 1942 qu’une perquisition a été opérée au domicile de la directrice de l’école des filles de Wormhout. « Deux gendarmes allemands se sont présentés chez Melle Gautier en compagnie d’un interprète civil ; ils lui ont demandé : êtes-vous communiste ? Faites-vous de la politique ? [...] Ils ont ensuite procédé à une perquisition dans la chambre de Melle Gautier [...] Dans sa classe figure le portrait du chef de l’État. L’appel du Maréchal à la jeunesse de France a été lu, commenté et affiché. Toutes les lettres au Maréchal ont été rédigées conformément aux instructions. L’école a versé 100 francs au Secours national pour obtenir l’effigie du Maréchal »26. L’institutrice a donc bien installé tous les signes extérieurs de maréchalisme mais de mauvaises langues l’ont vu, lors de fêtes locales, sortir avec un drapeau rouge. L’inspecteur d’académie de la Somme écrit au Ministre le 26 août 1942 pour lui signaler que « cinq fonctionnaires de l’enseignement primaire en même temps qu’un fonctionnaire de l’enseignement secondaire ont été appréhendés aujourd’hui par les autorités d’occupation »27 dont deux inspecteurs, deux instituteurs et un enseignant du lycée de garçons d’Amiens, certainement pour « propagande » et trafic d’armes. D’autres arrestations suivent pour en arriver au total de huit si l’on suit une lettre du recteur Duez au Ministre datée du 31 août 1942. Un rapport détaillé du 27 août permet d’en savoir plus. En ce qui concerne l’instituteur Dorjon, de la commune de Rubempré, il est noté : « les gendarmes allemands se présentent chez l’instituteur le mercredi 26 août vers 9 h 30. Monsieur Dorjon est immédiatement fouillé puis emmené et surveillé dans sa classe ; sa femme et sa famille [...] attendent dans la cuisine. Des gendarmes qui ont procédé à l’arrestation de M. Dorjon, se rendent ensuite chez M. Caron, ancien marie de Rubempré. Il est arrêté et ramené à l’école de garçons. On assiste alors à la perquisition faite dans le logement (durée une heure). Au cours de celle-ci on découvre dans un grenier situé au-dessus de la mairie, grenier presque inaccessible, communiquant avec celui de l’instituteur, trois chargeurs-douilles, garnis de balles, couverts de poussière, vraisemblablement abandonnés dans un coin de grenier par les Anglais qui occupèrent la maison en 1918. Un bidon contenant un à deux litres d’essence [...] utilisée parM. Dorjon pour la mise en marche du moteur du château d’eau intercommunal est trouvé [...] Vers 11 h 30, M. l’instituteur est emmené vers Amiens... Depuis trois mois, un jeune officier allemand loge chez Monsieur Dorjon. Il peut certainement attester que dans cette famille on n’a jamais manifesté aucune hostilité à son égard. Tien plus, il a reçu chez M. Dorjon de nombreux témoignages de sympathie. De nettoyage de la chambre qui lui est réservée a toujours été effectué par Madame Dorjon »28. C’est la même chose pour l’instituteur Boulan de Rainneville qui est interpellé à la même heure pour « communisme » indique une lettre de dénonciation apportée par les Allemands. Il faut donc, pour les enseignants de l’Académie, vivre sous le regard permanent des Allemands.

Les prétentions vichyssoises sur l’enseignement : un facteur d’engagement dans la résistance

  • 29 Voir J.-M. Barreau, Vichy contre l’école de la république : Théoriciens et théories scolaires de l (...)
  • 30 Voir P. Giolitto, Histoire de la jeunesse sous Vichy, Paris, Perrin, 1991, p. 35 et suivantes.
  • 31 Voir F. Muel-Dreyfus, Vichy ou l’éternel féminin ; Contribution à une sociologie politique de l’or (...)
  • 32 P. Pétain, Discours aux Français, 17 juin 1940-20 août 1944, édition par J.-Cl. Barbas, Paris, Alb (...)

10Pour le maréchal Pétain et le régime de Vichy, les enseignants sont en partie responsables de la défaite, en particulier les maîtres et les maîtresses du primaire, qui ont failli à leur tâche, par esprit partisan. Dès lors, le projet de Révolution nationale comporte un important volet « Éducation nationale » qu’il s’agit d’abord d’épurer pour ensuite la réorganiser29. Reprenant tout un courant de pensée de l’extrême droite française de l’entre-deux-guerres, depuis les multiples attaques de l’Action Française contre le système scolaire jusqu’aux œuvres polémiques de René Benjamin et d’Abel Bonnard, les hommes de Vichy veulent mettre en place un encadrement très strict de la jeunesse et réformer en profondeur le système éducatif. « L’esprit de jouissance » et la paresse l’ont emporté, en liaison avec la victoire du Front populaire et le soutien de ses complices enseignants, ralliés aux mirages de l’internationalisme. Dès lors, il s’agit de former un homme « nouveau » qui, pour l’essentiel de ses traits, ressemble beaucoup à l’homme du passé, intégré dans les communautés naturelles que sont la famille30 et le village, amoureux de sa terre et confiant dans la puissance de l’Église. La femme, quant à elle, se doit de redevenir la bonne épouse, soumise et féconde, attentive à la vie de son foyer31. C’est ce que rappelle le maréchal Pétain dans un article intitulé L’Éducation nationale32 et publié dans la Revue des deux Mondes du 15 août 1940. « Parmi les tâches qui s’imposent au Gouvernement, il n’en est pas de plus importante que la réforme de l’éducation nationale. Il y avait à la base de notre système éducatif une illusion profonde : c’était de croire qu’il suffit d’instruire les esprits pour former les cœurs et pour tremper les caractères. Il n’y a rien de plus faux et de plus dangereux que cette idée ». Il s’agit donc surtout d’éduquer par une « vigoureuse et opiniâtre discipline » qui détruise l’individualisme forcené de la jeunesse d’aujourd’hui au nom des intérêts de la famille, de la société et de la patrie. Il faut aussi détruire le « funeste prestige d’une pseudo-culture purement livresque, conseillère de paresse et génératrice d’inutilités » pour mettre en avant la réalité du travail. « C’est dans cet esprit que nous réorganiserons l’école primaire. Elle continuera comme par le passé, cela va sans dire, à enseigner le français, les éléments des mathématiques, de l’histoire, de la géographie mais selon des programmes simplifiés, dépouillés du caractère encyclopédique et théorique qui les détournait de leur objet véritable ». Dès lors, une place majeure doit être faite aux travaux manuels et à l’éducation physique. Face à « l’école de tous les vices », dominée par des maîtres socialistes, par des ennemis de la religion et de la morale, les volontés maréchalistes se traduisent vite en actes.

  • 33 R. Handourtzel, Vichy et l’Ecole (1940-1944), Noésis, Paris, 1997, pp. 49 et suivantes.
  • 34 C. Singer, Vichy, l’Université et les Juifs, Paris, les Belles-lettres, 1992, p. 71.
  • 35 W.-D. Halls, Les jeunes et la politique de Vichy, Paris, Syros, 1988, p. 129.
  • 36 - Rapport du préfet Carles du 2 janvier 1941, publié par MEMOR, Bulletin d’information, no 26-27,1 (...)
  • 37 ADNord, 1W 1037 ; Attitude des enseignants ; Lettre du préfet en date du 28 décembre 1940.

11La « chasse aux sorcières » commence en particulier contre les maîtres socialistes et communistes ou contre les responsables syndicaux pour séparer le bon grain de « l’ivraie »33. La toute puissance syndicale du SNI qui regroupait environ 80 % des instituteurs en 1938 est pour Vichy une tare à détruire tout comme son pacifisme revendiqué et son militantisme de gauche, incarné dans un soutien massif au Front populaire. La loi du 17 juillet 1940 sur l’épuration de la Fonction publique permet de révoquer dans les trois mois tout fonctionnaire paraissant être un élément de désordre sans justification préalable. La circulaire Ripert du 15 novembre 1940, l’une des plus violentes contre le corps enseignant de tout le régime de Vichy, définit ensuite les catégories enseignantes visées par le texte. Le décret-loi du 9 avril 1940 permettait déjà de révoquer immédiatement les fonctionnaires ayant appartenu au parti communiste qui n’auraient pas manifesté clairement leur volonté de servir l’État. La loi du 13 août 1940 permet l’exclusion des membres des sociétés secrètes, en particuliers des Francs-Maçons. Le premier statut des Juifs du 3 octobre 1940, symbole de cette « boulimie législative des autorités de Vichy »34, permet en décembre d’exclure les juifs de l’enseignement. Au total les historiens estiment que 2 500 fonctionnaires de l’enseignement primaire eurent maille à partir avec le régime de Vichy soit 1 à 2 % des 130 000 fonctionnaires de l’enseignement primaire (un millier environ pour motifs politiques, 1328 pour appartenance à des sociétés secrètes ou parce que d’origine juive). Selon W. D Halls, pour l’académie de Lille, quatorze enseignants sont sanctionnés pour « incompétences professionnelles » (motif officiel avancé pour huit instituteurs, cinq professeurs du second degré et un professeur du technique). « Le nombre des révocations pour agitation politique, pour activités politiques d’extrême gauche ou participation à la grève d’avant-guerre s’éleva à trente-huit (12 instituteurs, 7professeurs du secondaire, 19 du technique »35. L’application des lois antijuives touche l’enseignement primaire et secondaire de l’académie de Lille. Le préfet Caries signale dans son rapport du 2 janvier 1941 que deux professeurs ont cessé leurs fonctions le 19 décembre 1940, « en application de la loi sur les Juifs ». Il s’agit de M. Weil, agrégé de grammaire au lycée de Tourcoing et de Melle Weil, suppléante de mathématiques au lycée Fénelon de Lille36. Le même rapport signale encore que Melle Thod, professeur à l’EPS de Douai a été « révoquée de sesfonctions en raison de son attitude hostile à la politique du gouvernement ». Une lettre du préfet datée du 28 décembre 1940 transmet aux responsables administratifs une circulaire du Ministre, secrétaire d’État à l’Intérieur en date du 10 décembre 1940 « concernant le contrôle du loyalisme des instituteurs. Je vous serais obligé de vouloir bien me signaler ceux des interessés dont vous estimerez le seul déplacement suffisant et la révocation une peine trop sévère37 ». Une lettre du 10 décembre est jointe à la circulaire qui met en garde les préfets contre « l’activité politique à laquelle paraissent se livrer certains instituteurs ». Les rapports envoyés par les sous-préfets sont par contre très peu informatifs et beaucoup signalent juste des sympathies pour les idées communistes mais insistent sur l’absence d’activités. Les inspecteurs primaires et inspecteurs d’académie s’interposent aussi souvent pour minimiser les choses, présentant les affaires comme « réglées », l’enseignant étant « rentré dans le rang ».

  • 38 ADNord, 1W 1068 ; Lettre du secrétaire d’État à l’Instruction publique au préfet en date du 25 fév (...)
  • 39 ADNord, AW 3 ; Lettre du préfet Caries aux préfets délégués et sous-préfets en date du 25 novembre (...)
  • 40 ADNord, 1W 1068 ; Lettre du commissaire des renseignements généraux de Lille au préfet, 11 décembr (...)
  • 41 ADNord, 1W 1038 ; lettre du 13 janvier 1942.

12Tout au long de la guerre cependant, les volontés de surveillance sont réaffirmées. Le secrétaire d’État à l’Instruction publique écrit ainsi au préfet du Nord, le 25 février 1941 : « j’ai pris connaissance du rapport de Monsieur l’inspecteur d’académie du Nord en date du 14 décembre 1940, relatif à ses propositions de relèvement de fonctions... Je vous prie de me donner votre avis sur le cas de dix instituteurs ou institutrices [...] de trois directrices d’écoles [...] pour agitation contraire aux intérêts de la France »38. De multiples demandes des autorités sur « le loyalisme » du personnel enseignant sont lancées. Le préfet Caries écrit ainsi aux sous-préfets, le 25 novembre 1941, une lettre confidentielle sur l’état d’esprit du corps de l’enseignement primaire. « À la demande de Monsieur le Conseiller d’Etat, secrétaire général pour la police, j’ai l’honneur de vous prier de vouloir bien procéder à une enquête extrêmement serrée sur l’activité actuelle et l’état d’esprit du corps de l’enseignement primaire [...] Un certain nombre de membres de l’enseignement continueraient comme par le passé leur activité politique [...] Il vous appartiendra de me signaler ceux des fonctionnaires qui, non seulement se livreraient à une action politique en faveur des mouvements extrémistes, mais encore témoigneraient leur hostilité en faisant preuve d’un manque de loyalisme certain à l’égard de l’œuvre de redressement entreprise par le gouvernement »39. Le commissaire des renseignements généraux de Lille écrit au préfet, le 11 décembre 1941, pour lui signaler les progrès réalisés dans l’état d’esprit du corps enseignant primaire. L’influence du SNI, très forte avant la guerre, a fortement décliné. « Les événements de mai-juin 1940 aidant, on peut dire que le noyau communiste qui existait dans l’enseignement primaire de la région de Lille était devenu presque inexistant et que son activité avait disparu ». La dispersion des maîtres du fait de l’exode, l’évacuation des populations, ont renforcé les effets de l’interdiction légale. Le commissaire, peut-être un peu trop « optimiste », n’en joint pas moins à son rapport une liste de maîtres et maîtresses « douteux »40. Dans une lettre datée du 13 janvier 1942, le préfet du Nord demande au sous-préfet d’Avesnes des comptes sur la « liste des fonctionnaires de l’enseignement primaire qui m’avaient été signalés comme faisant preuve d’un manque de loyalisme à l’égard de l’oeuvre de redressement du gouvernement »41. Il veut savoir ce qu’ils sont devenus.

  • 42 P. Giolitto, Histoire de la jeunesse sous Vichy, Paris, Perrin, 1991, chapitre XIII, p. 401-437.

13Dans le même temps, les programmes sont révisés pour mettre fin au laïcisme militant d’autrefois. La loi du 3 septembre 1940 abroge celle du 7 juillet 1904 portant suppression de l’enseignement congréganiste. La loi du 6 janvier 1941 réintroduit Dieu dans l’école, par l’acceptation à titre optionnel, de cours d’instruction religieuse dans les locaux scolaires. Jérôme Carcopino revient sur ce texte de combat par la loi du 10 mars 1941, maintenant la possibilité de cet enseignement facultatif mais en dehors des édifices scolaires. Les subventions publiques se dirigent désormais en nombre vers les établissements libres depuis la loi Chevalier du 6 janvier 1941 qui autorise l’État à aider financièrement les écoles privées. La formation des maîtres est aussi revue dans un sens « national ». La loi du 18 septembre 1940 décide la fermeture des écoles normales, remplacées par des structures très légères, les instituts de formation professionnelle (un an de formations diverses), les admis au concours suivant désormais les cours des lycées pour obtenir le baccalauréat. L’essentiel, pour le régime, est de casser ces « séminaires laïques » où se développait l’esprit de corps des « hussards noirs », bras séculiers du pouvoir républicain et diffuseurs d’un savoir rationnel hérité des Lumières. Dans un pays exsangue, confronté à de multiples privations, les velléités réformatrices de Vichy tournent le plus souvent à l’échec. L’ensemble de ces décisions, par leurs aspects réactionnaires, heurtent cependant les consciences de beaucoup d’enseignants. « L’idéologie qu’il tente d’imposer est radicalement contraire à celle qu’ils ont toujours professée. Clouer au pilori la démocratie et pourfendre la laïcité ne constituent pas de bons moyens de convaincre les enseignants du caractère bénéfique de la Révolution nationale »42. Dès lors, même s’il existe des enseignants favorables au Maréchal voire à la collaboration avec l’Allemagne, un climat de suspicion réciproque semble dominer qui est favorable sinon à la résistance active du moins à l’attentisme ou une forme modérée de fronde intellectuelle.

une « fronde intellectuelle » fondamentale : la résistance « spirituelle »

  • 43 Voir L. Douzou, La désobéissance : histoire d’un mouvement et d’un journal clandestins : Libératio (...)
  • 44 D. Veillon, Le Franc-Tireur, Un journal clandestin, un mouvement de résistance, (1940-1944), Paris (...)

14Par leur formation intellectuelle initiale mais aussi par leur fonction de spécialistes du « Dire et de l’Écrire », les enseignants apparaissent plus à l’aise dans certaines formes d’actions que dans d’autres. Spécialistes de la transmission culturelle, ils s’engagent plus facilement dans la presse clandestine, dans le combat idéologique que dans l’action armée et les sabotages, même s’il faut se méfier des généralisations. Lors des débuts du mouvement Libération Sud, en 1941, alors qu’il s’agit surtout de réaliser un journal clandestin, la première équipe comprend sept membres majeurs qui appartiennent « à la frange cultivée des élites urbaines »43. On y retrouve deux enseignants (Lucie Aubrac et Jean Cavaillès), deux hommes d’affaires et deux journalistes (dont E. d’Astier). Franc Tireur étudié par Dominique Veillon qui est à la fois un journal clandestin et un mouvement de résistance polymorphe, fortement implanté dans la région lyonnaise, recrute lui aussi dans presque tous les milieux sociaux. En revanche, les cadres du mouvement, au sein de l’équipe dirigeante, venus à Franc-Tireur au cours de l’année 1942 ou en 1943, sont très souvent des professeurs ou des universitaires44.

« Empêcher la lente asphyxie des consciences »45

  • 45 Voir F. et R. Bedarida, Ta résistance spirituelle (1941-1944) : Les cahiers clandestins du Témoign (...)
  • 46 ADNord, 1W 199, grèves et manifestations diverses ; rapport de la Feldgendarmerie de Lille daté du (...)
  • 47 ADNord, 1W 531 ; Rapport du commissaire central de police de Lille au préfet ; 29 mars 1941.
  • 48 Idem, Rapport du commissaire de police de la ville de Seclin en date du 24 juillet 1941.
  • 49 - Rapport du préfet Caries daté du 5 mars 1941, publié par MEMOR, Bulletin d’information, no 26-27 (...)
  • 50 ADNord, 1W 1370 ; Rapport du commissaire de police au préfet daté du 6 janvier 1942.

15Le dépouillement des dossiers des archives départementales permet de relever la présence forte d’activités de « contre-propagande » au sein des établissements ou en dehors, dans lesquelles on retrouve bien souvent quelques enseignants et leurs élèves. L’édition de tracts, la diffusion de papillons collés sur les murs de la ville, la participation déguisée à certaines cérémonies commémoratives de la grandeur nationale, sont autant de constantes dans l’académie qui finissent par exaspérer l’occupant et les forces de Vichy. Les rapports de police sont nombreux qui signalent la multiplication des inscriptions antiallemandes ou antivichyssoises, à la peinture ou à la craie, sur les murs et les bâtiments publics ainsi que la lacération ou le détournement d’affiches officielles. Les « surcharges » hostiles aux Allemands sur les affiches sont en effet une constante dans la zone interdite. Le rapport de la Feldgendarmerie de Lille daté du 12 janvier 1941 signale qu’une affiche qui invite les jeunes à aller travailler en Allemagne, a été sabotée. Un papillon résistant a été collé qui déclare : « N’augmentez pas la ruine de notre pays en travaillant volontairement pour l’ennemi »46. Le préfet du Nord transmet aux administrateurs du département, le 25 mars 1941, les instructions reçues de la Feldkommandantur relatives aux mesures de police à prendre contre la propagande anti-allemande et note : « les effets de la propagande ennemie se font de plus en plus sentir ces derniers temps parmi la population civile française. La distribution de tracts est nettement augmentée. En différents endroits, les maisons ont été couvertes systématiquement d’inscriptions anti-allemandes. Le port d’insignes anti-allemands de diverses sortes a été remarqué à nouveau. Il faut obtenir, par des mesures préventives, que la distribution de tracts, les inscriptions sur les maisons [...] cessent ou au moins diminuent [...] Dans la plupart des cas, des jeunes participent au barbouillage des maisons. Aussitôt qu’il sera prouvé que des élèves d’une école se sont à plusieurs reprises livrés à une activité anti-allemande, des interventions énergiques seront faites auprès de la direction de l’école. Tes instituteurs ne peuvent plus avoir de doutes que l’école sera rendue responsable de la tenue des écoliers ». Le commissariat central de police de Lille signale au préfet, le 29 mars 1941, que la brigade constituée pour l’enlèvement des inscriptions sur les murs a effacé pour la seule journée du 28 mars courant : « 5 500 V, 300 croix de Lorraine, 14 Vive de Gaulle, 4 A bas les boches et 1 Vive Churchill »47. Le commissariat de police de Seclin écrit au préfet du Nord, le 24 juillet 1941, pour lui signaler l’entrevue qui a été organisée, le matin, entre le maire de la ville et le capitaine allemand commandant la place. La Feldkommandantur de Lille a demandé de prendre des sanctions contre la ville de Seclin à cause de la « multiplication des inscriptions anti-allemandes sur les murs de la ville [...] Les patrouilles ont été renforcées avec des rondes de nuit ; les directeurs et directrices d’écoles ont étépriés d’avertir leurs élèves d’avoir à cesser toute agitation qui ne peut qu’être nuisible à la collectivité ; le commissaire de police a écrit aux directrices et directeurs d’écoles de Seclin : « il a été constaté à maintes reprises que de jeunes enfants portent des inscriptions sur les façades des maisons [..] je vous serais en conséquence très obligé de vouloir bien faire votre possible pour que vos élèves cessent de se livrer à ce genre de manifestation »48. Le rapport du préfet Caries daté du 5 mars 1941 signale à son tour : « il est incontestable que le mouvement en faveur de l’ex-général de Gaulle compte dans le département du Nord un grand nombre de sympathisants ; mais ce mouvement ne comporte ni dirigeant, ni organisation ni méthode ». Il note l’importance de la diffusion des tracts et insiste sur le fait que « c’est dans les jeunes couches de la population, et en particulier, chez les étudiants et les enfants que se trouvent surtout les propagandistes49 ». Une véritable guerre des « papillons » se déroule dans tous les lieux publics. De petites étiquettes sont collées la nuit mais aussi parfois en plein jour, sur les murs des maisons, les bâtiments publics, dénonçant les « Boches et les traîtres de Vichy ». Le rapport de police du 6 janvier 1942 par exemple signale que des papillons représentant des drapeaux français et anglais et sur lesquels des croix de Lorraine ont été dessinées au crayon bleu, ont été collés sur les murs de Lille »50. Le rapport du 18 juillet 1942 relève encore des papillons collés dans les urinoirs de la place de la République : « Doriot, renégat, traître et vendu ». Les tracts sont longtemps artisanaux, mais l’activité semble s’organiser davantage. De nombreux rapports signalent, à partir de 1942, des parachutages depuis l’Angleterre.

  • 51 ADNord, 1W 179 ; Lettre de Jérôme Carcopino aux recteurs en date du 15 avril 1941.
  • 52 - ADNord, 1W 388 ; Rapport du commissaire de police de Lille au préfet en date du 23 mai 1941 et A (...)
  • 53 ADNord, 1W 181 ; Télégramme du ministre de l’Intérieur au préfet de Lille daté du 3 juillet 1942.
  • 54 ADNord, 1W 1369 ; Lettre du préfet du Nord à l’inspecteur d’académie et au recteur, 27 décembre 194 (...)

16Les dates anniversaires de certains événements deviennent très vite des moments symboliques que les opposants à Vichy et aux Allemands tentent de récupérer. Les fêtes du 1er mai, du 14 juillet et du 11 novembre mais aussi celle de Jeanne d’Arc, ou l’anniversaire de la bataille de Valmy sont autant de dates qui donnent lieu à des manifestations patriotiques. Mais il faut ruser avec les forces policières et avec les interdictions allemandes. Une lettre du préfet en date du 27 avril 1941 rappelait l’interdiction formelle de toute manifestation de quelque nature que ce soit. La fête de Jeanne d’Arc, le 11 mai suivant mobilise fortement les forces de police. Une lettre de Carcopino aux recteurs, le 15 avril 1941, leur demande de s’associer à toutes les cérémonies qui pourraient être organisées officiellement « à la plus noble et la plus émouvante figure de notre histoire »51. Mais dans la zone occupée, la fête doit se limiter à un dépôt de gerbes par les autorités civiles devant et surtout doit éviter tout cortège. Le 4 mai, le préfet du Nord écrit aux maires du département pour transmettre un télégramme du ministre de l’Intérieur du 2 mai qui rappelle une nouvelle fois l’interdiction des défilés, réunions et manifestations. « Seuls les services religieux habituels sont autorisés ». En mai 1941, pourtant, de très nombreuses personnes défilent devant la statue, place Jeanne d’Arc, « certaines avaient levé deux doigts en l’air en forme de V ». Les Allemands réagissent fermement en confisquant les postes de TSF52. Un rapport du commissaire de police de Lille au préfet du 6 mai 1942 rappelle que la statue de Jeanne d’Arc sera, cette année, surveillée jour et nuit à partir du 9 et jusqu’au 12 mai par des agents de police. Un télégramme du ministre de l’Intérieur au préfet de Lille, daté du 3 juillet 1942, l’informe de projets « communistes » pour le 14 juillet : « je suis informé de diverses sources que les éléments gaullistes et communistes préparent en commun sur l’ensemble territoire, à l’occasion de la fête nationale du 14 juillet, une manifestation de masse dirigée contre le gouvernement et les troupes d’occupation »53. Très souvent, il semble bien que la sensibilisation à ces journées spécifiques commence sur les bancs de la classe et des amphithéâtres par un rappel historique des réalités passées, le parallèle étant plus ou moins nettement opéré avec la situation présente de la nation. Les papillons artisanaux sont aussi souvent fabriqués par les jeunes sans qu’on puisse savoir le rôle joué ou non par les enseignants. Le préfet du Nord écrit, le 27 décembre 1941, à l’inspecteur d’Académie et au recteur : « Il m’a été rendu compte, au cours de ces derniers jours, qu’un tract intitulé « État Français-devoir national » portant faussement la signature du chef de l’État, rédigé avec l’intention de ridiculiser la politique nataliste du gouvernement, avait été mis en circulation... Les recherches auxquelles j’ai fait procéder me permettent de vous signaler que la diffusion de ce tract dans le département du Nord a pour origine les membres du corps de l’enseignement primaire du Pas-de-Calais »54, en particulier du bassin minier. Le tract est joint à la lettre. Il ridiculise en effet les volontés natalistes du régime et ses prétentions moralisantes par un règlement imaginaire qui transforme l’administration publique en lieu de débauche. L’article 3 signale par exemple que « tout ménage sans enfant sera passé devant une commission spéciale de médecins qui traitera le sujet stérile ». L’article 4 enchaîne : « Au cas où seule la femme est stérile, le mari sera tenu d’accomplir son devoir national avec une autre personne de son choix. Afin d’éviter toute débauche, l’acte aura lieu devant un fonctionnaire désigné à cet effet ». L’article 5 inverse ensuite la proposition en cas de stérilité du mari.

  • 55 AN, 72AJ 169 ; Résistance Nord, Verordnung über das Verbot des Abhörens von sendern vom 23 dézembe (...)
  • 56 ADNord, 1W 149 ; Arrestations par les Allemands ; rapport de police du 24 juillet 1943.

17La radio est aussi une arme majeure de contre-propagande qu’utilisent les nordistes. L’ordonnance du 23 décembre 1941 relative à la défense d’écouter certains postes radiophoniques, rappelle « qu’il est interdit d’écouter ou de donner l’occasion d’écouter d’autres postes radiophoniques que les postes allemands [...] Il est interdit de propager des informations qui sont émises par d’autres postes que les postes allemands où les postes assimilés à ces derniers »55. L’ordonnance du 27 juillet 1940 le faisait déjà sans grand succès. Le rapport de police du 24 juillet 1943 signale ainsi l’arrestation de neuf personnes pour « s’être livrés à la propagande gaulliste », dont trois étudiants et un professeur d’école normale56. Les petites feuilles clandestines sont aussi une arme utilisée par les élèves, souvent encadrés par des adultes.

  • 57 ADNord, 1W 4700-1 ; En Avant, organe des étudiants et lycéens communistes de la région du Nord ; j (...)

18En janvier 1941, l’Organe des étudiants et lycéens intellectuels communistes de la région du Nord diffuse un feuillet recto verso intitulé « En avant ». « Etre jeune, c’est espérer, lutter et vaincre. Aujourd’hui, en pleine illégalité, dans notre pays occupé, meurtri, sous la dictature du vieux Philippe 1er Pétain, les jeunes relèvent la tête. Pour plus de lumière et plus de liberté, les jeunes étudiants parisiens manifestaient en novembre contre l’arrestation du professeur Langevin. Qu’ils reçoivent ici notre salut fraternel [...] Étudiants ! l’heure est plus que jamais à l’union et à l’action »57. La suite du texte demeure conforme aux positions officielles du parti communiste en ce début 1941 date à laquelle le pacte germano-soviétique n’a pas encore été rompu. Cette guerre est une guerre impérialiste menée par les capitalistes anglo-français et les capitalistes nazis, conflit qui va à l’encontre des intérêts du monde ouvrier. « Notre Hindenbourg national (Pétain) veut nous faire battre dans un autre camp, capitaliste et impérialiste ; il veut par la fermeture des universités, la suppression des écoles normales, l’arrestation de professeurs éminents, nous faire revenir à l’obscurantisme moyenâgeux [...] Contre la clique pourrie de Vichy, contre les traîtres à la classe ouvrière de notre pays, étudiants, groupez-vous sous le drapeau de M. Thorez ».

  • 58 AN, F17/13381 ; Papiers divers ; note du secrétaire d’État à l’ΕΝ aux recteurs d’académie, datée du (...)
  • 59 ADNord, 1W 781 ; Arrestations par les Allemands ; rapport des RG au commissaire divisionnaire daté (...)

19Une note de Jérôme Carcopino aux recteurs, datée du 7 juin 1941 leur demande de lutter contre l’engagement des jeunes dans ces passions partisanes. « Je veux qu’ils s’abstiennent de commenter des faits, des situations et des négociations sur lesquels toute information sûre fait aujourd’hui défaut dont l’enjeu et les circonstances les dépassent et sur lesquelles ils doivent s’en remettre aux ordres du Maréchal [...] j’approuverais toutes les sanctions, même les plus sévères requises à l’encontre des sujets coupables et des maîtres dont la docilité aux ordres supérieurs [...] se révélera insuffisante »58. Les renseignements généraux signalent encore au commissaire divisionnaire le 3 août 1943 la diffusion de « La pensée Française » qui est en déjà à son quatorzième numéro en juillet 1943. Il s’agit, signale le rapport, d’un « journal clandestin des instituteurs et professeurs du Nord-Pas-de-Calais « à tendance communiste »59.

La fronde intellectuelle dans les établissements

  • 60 ADNord, 1W 302 ; Rapport de l’inspecteur d’académie du Nord au préfet régional ; 21 octobre 1941.
  • 61 ADNord, 1W461 ; Lettre de l’OFK 670 au préfet du Nord datée du 21 octobre 1941.

20Cette fronde intellectuelle peut aussi se dérouler à l’intérieur des établissements. Le lycée de Douai inquiète à plusieurs reprises, en 1941, les autorités administratives et les forces allemandes pour son « mauvais » esprit. L’inspecteur d’académie écrit au préfet régional, le 21 octobre 1941 pour lui présenter son rapport sur deux incidents graves : « comme vous avez bien voulu me le demander par votre lettre du 17 octobre, j’ai procédé à une enquête à Douai sur les deux faits reprochés à Madame la directrice du lycée. En ce qui concerne le premier fait, il ne s’agit pas d’un portrait du Maréchal mais seulement d’une affiche du Secours national dans un interligne de laquelle quelqu’un a écrit au crayon, en capitales, « le traître de Montoire ». Cette affiche était là depuis la rentrée et personne jusqu’au samedi 11 octobre n’y avait jamais remarqué cette inscription [...] elle a été enlevée et replacée le samedi matin avec l’inscription, juste avant la perquisition des officiers envoyés par la Kommandantur. Il s’agit donc, et c’est la conviction unanime dans le personnel, d’une machination contre l’administration du lycée dont se serait rendu coupable selon toute vraisemblance, celui-là même qui a dénoncé l’affiche aux autorités d’occupation [...] Il n’est pas exact que Mme la directrice ait été convoquée à la Kreiskommandantur où ses explications n’auraient pas donné satisfaction. À la vérité, on ne lui a pas demandé d’explication, on lui a seulement reproché de ne pas surveiller assez sa maison ; c’est peut-être un répétiteur qui venait juste d’être disgracié »60. Une lettre de l’Oberfeldkommandantur au préfet du 21 octobre 1941 fait le récit horrifié de cette visite d’inspection allemande et demande des sanctions immédiates contre la directrice qui « a toléré cette propagande »61.

  • 62 J.-M. Fossier, Zone Interdite : Nord-Pas-de-Calais, Paris, Éditions Sociales, 1977, p. 66-67.
  • 63 AN, F17/13 379 ; Courriers divers.
  • 64 AN, F17/13379 ; Lettre du procureur général de la cour d’appel de Douai au ministre de la Justice  (...)
  • 65 Témoignage d’Edgard d’Hallendre au colloque de Bondue, dans R. Vandenbussche (dir.), L’Engagement (...)
  • 66 AN, F17/13376 ; Extraits des rapports mensuels des préfets (septembre 1941-mars 1942).
  • 67 ADNord, 1W 55 ; Lettre du préfet datée du 19 décembre 1942 et note de service du 5 novembre 1942.
  • 68 Idem, Lettre des services de Vichy au recteur et au préfet en date du 27 octobre 1942.

21Une seconde affaire suit immédiatement cet incident. Monsieur Cam, professeur d’anglais, rentré récemment mais « qui n’est pas suspect de sentiments gaullistes, avait donné ce matin même à ses élèves, une dictée anglaise de Cooper qui se trouve dans toutes les anthologies et dont le sens général est : je t’aime Angleterre malgré tous tes défauts parce que tu es ma patrie [...] Le texte écrit au tableau avait été effacé pour la classe suivante. Mais on avait oublié d’en effacer le titre qui, malheureusement est tombé sous les yeux des officiers enquêteurs [...]. Je puis affirmer que le lycée de Douai, sous la ferme direction de Melle Trocmé est un de nos établissements les mieux tenus ; mais précisément, cette fermeté a suscité chez quelques partisans du laisser-aller antérieur, l’idée d’une misérable vengeance ». Il s’agit bien pour les autorités administratives académiques de minimiser au maximum les incidents pour éviter les sanctions allemandes ou françaises. L’Institut Diderot est, quant à lui, agité au cours de l’hiver 1940-1941 par une grave affaire qui remonte jusqu’à Paris. Pour les fêtes de Noël 1940, les Allemands, qui occupent une partie des locaux, avaient décoré le bureau commercial du collège avec un monumental portrait du Führer. Le 22 décembre vers midi, le portrait est lacéré par de multiples coups de couteau. Les Allemands réagissent immédiatement par un ultimatum et exigent que les coupables se dénoncent sous peine de l’arrestation du directeur du collège moderne, du directeur du collège technique, d’un certain nombre d’enseignants et d’élèves62. Le préfet du Nord écrit à l’Ambassadeur de France à Paris, le 29 décembre 1940 pour lui signaler que les autorités d’occupation ont arrêté le directeur de l’école primaire supérieure de Lille, le sous-directeur de l’école pratique et cinq élèves de chacun des deux établissements, le 28 décembre »63. À la rentrée de janvier 1941, les auteurs de l’acte, candidats aux Arts et Métiers, se dénoncent. Le procureur général de la cour d’appel de Douai écrit le 17 juin 1941 au ministre de la Justice : « L’élève de l’institut Diderot qui s’était dénoncé aux autorités allemandes comme étant l’acteur de la lacération d’une gravure représentant M. Hitler »64 a été condamné à neuf mois d’emprisonnement par le tribunal allemand. Deux de ses camarades ont été condamnés à une peine de six mois alors que d’autres complices sont aussi sanctionnés. Le témoignage d’Edgar d’Hallendre lors du colloque de 2001 rappelle d’ailleurs l’ensemble de cette affaire. « Les auteurs, je les connais bien, ce sont mes camarades de 4e Arts et métiers » qui redoublent ; ils se livrent. Florin est condamné à six mois de prison, Boda a neuf mois, Soulié et Langlois à trois mois. Soulié entre, plus tard dans le réseau Sylvère ; arrêté, il est déporté à Neuengamme où il meurt à vingt ans. Florin qui a réussi à quitter la France se tue en avion en étant élève-pilote aux USA et Boda, déporté, meurt sur une plate-forme de wagon alors qu’il travaille dans une mine de sel à Kockendorf »65. Un rapport du préfet Caries, daté du 2 janvier 1942, est cependant très lucide sur l’état d’esprit des enseignants : « l’attitude des professeurs de renseignement secondaire est correcte. Il ne faut pas cependant en conclure que leur adhésion soit absolument générale à l’égard de la politique suivie par le gouvernement. Il est certain que le corps professoral demeure dans l’expectative. Le témoignage le plus frappant de cet état d’esprit m’est apparu au cours de l’enquête à laquelle j’ai fait procéder sur le nombre des portraits du Maréchal existant dans les établissements scolaires secondaires. Il n’y a plus d’établissement secondaire où le portrait du Maréchal n’existe pas, mais nulle part, sauf quelques exceptions, il n’a été procédé à l’apposition du portrait dans les classes avec l’enthousiasme ou tout au moins la bonne volonté qui aurait convenu »66. L’inspecteur d’académie écrit pourtant, le 19 décembre 1942, au préfet du Nord pour manifester son mécontentement : « j’ai appris qu’il manquait approximativement un millier de portraits tant dans les écoles publiques que dans les écoles privées »67. Une note de service de l’inspection académique du 5 novembre remarquait déjà : « il est signalé à M. le préfet du Nord que la plupart des écoles du département du Nord ne posséderaient pas de portrait du chef de l’État. Il est rappelé que le portrait doit être exposé à la place d’honneur dans chacune des salles, dans les parloirs, bureaux, salles d’attente et réfectoires ». L’affaire faisait du bruit puisqu’une lettre envoyée depuis Vichy par un maître des requêtes au Conseil d‘État sermonait vertement le recteur et le préfet : « il a été signalé au cabinet du maréchal que la plupart des écoles et des mairies de votre département ne possédaient pas de portraits du chef de l’État »68.

  • 69 AN, F17/13 378 ; Lettre du ministre Abel Bonnard aux recteurs, datée du 26 octobre 1943.
  • 70 Idem, Lettre du ministre Abel Bonnard aux recteurs, datée du 21 avril 1943.
  • 71 Ibidem, (les listes sont présentes).

22C’est un peu le même combat permanent qui est mené contre les manuels déclarés offensants envers l’Armée allemande ou dangereux politiquement. Une lettre d’Abel Bonnard aux recteurs en date du 26 octobre 1943 précise de nouveau la liste des livres scolaires interdits. Malgré les restrictions concernant le papier, il demande l’application stricte des consignes. « l’attention des autorités allemandes a été attirée dernièrement sur une de ces « géographies » qui contenait des passages injurieux pour l’Allemagne, l’armée allemande et la civilisation allemande »69. Diverses listes ont en effet été élaborées progressivement par le Ministère. Une ordonnance du 30 août 1940 en interdit déjà plusieurs dont le Manuel d’histoire de France, Cours moyen de Brossolette. Une nouvelle liste (dite A1) est fixée le 5 février 1941, puis communiquée le 25 juillet 1941 (nombreux manuels d’histoire dont les Malet-Isaac). Une autre liste est encore ajoutée le 31 juillet 1943 (dite liste A2). Le ministre avait déjà signalé dans une lettre aux recteurs du 21 avril 1943, cette censure des manuels : « il m’a été rendu compte qu’en plusieurs endroits des incidents se sont produits avec les autorités d’occupation ayant constaté que les bibliothèques des établissements d’enseignement renfermaient certains ouvrages dont elles avaient prononcé l’interdiction »70. Ces listes spécifiques aux établissements scolaires se superposent en fait aux fameuses listes Otto dont la première fut édictée en septembre-octobre 1940 (onze pages) puis une seconde mise à jour le 8 juillet 1942 (désormais 21 pages)71.

  • 72 AN, 72AJ 78 ; Résistance universitaire ; témoignage pour l’AACREN (Association des anciens combatt (...)

23Il semble bien que, profitant des difficultés du moment, les maîtres s’arrangent souvent pour ne pas appliquer les consignes. Le témoignage de P. Merlat, professeur au lycée d’Amiens en 1940-1941 décrit bien cette ambiance interne à la classe mais aussi l’aspect minoritaire de l’engagement résistant dans les établissements72. Il se souvient d’avoir tenté de cerner l’opinion de ses collègues du lycée. Le proviseur lui apparaît comme un anti-syndicaliste et un pétainiste qui accuse les Anglais, les Russes et le Front Populaire. Son départ pour le lycée de Lyon ravit le professeur Merlat car il est remplacé par la directrice du lycée de jeunes filles, Mademoiselle Brunet nettement « anti-allemande ». Avec l’économe socialiste Garrou et le surveillant général Noulet, il forme un petit groupe « résistant ». Le reste du personnel lui apparaît assez « veule ». « Toute l’année scolaire avec Garrou et Noulet, nous commentions le matin, les nouvelles de la radio anglaise. Le 11 novembre, je fais à mes élèves une minute de silence après leur avoir fait une petite allocution où je rappelle 1918 et l’honneur de rester fidèle à une alliance ». Des liens sont aussi établis avec des élèves, en dehors des cours. Un groupe lui demande en effet de rédiger un tract pour un journal clandestin en janvier 1941. Il transmet des renseignements militaires à Paris par l’intermédiaire du réseau du Musée de l’Homme. Il lit la circulaire concernant l’achat du portrait de Pétain et son installation dans les classes, mais « aucun des élèves ne versa à la collecte et jusqu’au mois de mai, ma classe est vierge de Pétain ». C’est ensuite un élève d’une famille pétainiste qui lui demande l’autorisation d’afficher un portrait du maréchal. La classe réagit ironiquement. L’enseignant répond alors qu’il ne peut s’y opposer mais signale son désir qu’il soit accroché derrière lui pour ne pas le voir. « Chaque jour, le tableau est couvert d’inscriptions contre Tarai et Darlan. Contrairement aux autres, je ne les fais pas effacer, me bornant à conseiller aux élèves de changer une ou deux lettres aux noms, que tout le monde continuera à reconnaître mais qui n’offriraient plus ainsi une prise à la critique malveillante de certains. Une grande partie de ma classe participe à la campagne des V [...] Je distribue des tracts qui m’arrivent par lettre à mon nom au lycée. ». Dans son enseignement au quotidien, il insiste en français plus particulièrement sur le XVIIIe siècle et la philosophie des Lumières. En latin, il fait traduire la vie d’Agricola et insiste particulièrement sur tout ce qui a trait à la politique de collaboration conseillée par les Romains et aux révoltes bretonnes. En grec, il fait lire Les Perses et choisit ses versions dans Démosthène. Il est ensuite nommé à sa demande à Paris en octobre 1941 où il entre dans une résistance plus active et rejoint des réseaux de Corrèze.

La fronde en dehors de la classe

  • 73 ADNord, 1W 890 ; Lettres diverses concernant l’affaire « Mademoiselle Lagersie ».
  • 74 ADNord, 1W 890 ; Lettre du recteur au préfet datée du 17 septembre 1940.

24Pour les enseignants et les élèves, la fronde se développe aussi souvent en dehors de la classe. Dès 1940 pour certains enseignants, la présence allemande s’avère insupportable et la résistance se transforme en une attitude presque spontanée. Dans une lettre datée du 12 septembre 1940, Mademoiselle Lagersie, professeur de lettres à l’école pratique des jeunes filles de Lille, emprisonnée par l’autorité allemande, demande l’autorisation, tout en continuant à purger sa peine à la prison de Loos, de pouvoir faire ses cours. Le recteur Duez écrit au préfet, le 17 septembre, pour demander son appui. Ce dernier lui répond dans une lettre du 28 septembre : « j’ai l’honneur de vous faire connaître qu’à la suite de sa comparution devant le juge militaire, Mademoiselle Lagersie a été frappée d’une peine de deux mois d’emprisonnement pour avoir craché sur un soldat de l’armée d’occupation. Sous réserve de l’acceptation par elle de cette peine... Melle Lagersie ne sera pas traduite devant le tribunal militaire allemand »73. Dans sa lettre explicative, le recteur signale qu’elle est emprisonnée à Loos car « elle a, en compagnie d’une élève, porté à des prisonniers français [...] du vin et des tomates »74. Le préfet, à la demande du recteur, est intervenu auprès de l’OFK 670 qui lui répond par la négative.

  • 75 ADNord, 1W 302, rapport du commissaire de police de Lille au préfet régional ; 18 juin 1943.
  • 76 Idem, rapport du commissaire de police de Lille au préfet régional ; 20 juin 1943.

25Le Commissaire de police de Lille écrit au préfet régional, le 18 juin 1943 : « j’ai l’honneur de vous faire connaître que ce matin, à 7h 30 un incident s’est produit, rue Auguste Angellier face à la faculté des lettres entre des jeunes gens stationnant devant cette faculté en attendant l’ouverture des portes pour y être admis à passer la 1re partie du baccalauréat et un peloton de soldats allemands passant dans la rue. 540 jeunes gens de 17 à 20 ans se trouvaient réunis devant la faculté, stationnant devant cet édifice sur le trottoir et une partie de la chaussée pendant que les secrétaires procédaient à l’appel des noms. A ce moment est arrivée une patrouille d’une cinquantaine de soldats allemands, marchant en rangs, venant de la place de la République et se dirigeant vers le boulevard des Écoles. Arrivé à la hauteur de la faculté, le commandant du détachement a crié quelque chose et sans doute, parce que les jeunes gens obstruaient le passage, sur son ordre, les soldats ont pris leur fusil par le canon et ont frappé dans le groupe, faisant rentrer les élèves dans la salle de la faculté et les poursuivant à coups de crosse »75. Une liste jointe fait état de cinq blessés dont l’un a été hospitalisé à Saint-Sauveur pour une fracture du coude. Les autres souffrent de coups violents dans les reins ou l’estomac. Un second rapport du commissaire, deux jours plus tard relève 36 blessés76. Divers courriers et plusieurs notes de services, internes à l’OFK 670 de Lille, en particulier une conférence du samedi 19 juin à 10 heures signale qu’il s’agit là, « peut-être d’une manifestation préparée à tendance politique ». La date du 18 juin n’est, en effet, pas innocente. Les élèves sont aussi très souvent suspectés dans de multiples affaires de lettres anonymes qui insultent les officiers allemands ou les forces vichyssoises.

  • 77 ADNord, 1W 199 ; Rapport de l’inspecteur principal du 2 juin 1941 au Commissaire divisionnaire de (...)

26Les jeunes semblent jouer dans cette fronde intellectuelle un rôle important. L’inspecteur principal écrit le 2 juin 1941 au Commissaire divisionnaire de Lille au sujet de l’envoi au Général Niehoff, chef suprême de l’OFK 670 d’une lettre qui l’injuriait vertement. « J’ai l’honneur de vous rendre compte, ci dessous, des résultats de l’enquête à laquellej’ai procédé, conformément à vos instructions, au sujet de l’envoi à Monsieur le général Niehoff, Oberfeldkommandant de Lille, d’une lettre datée du 11 mai 1941 et signée Van Wymsbergue, dont les termes injurieux pour les autorités allemandes et cet officier supérieur en particulier paraissent avoir été employés par un élève ou un ancien éleve de l’Institut Denis Diderot [...] j’ai procédé à l’audition du jeune Van Wymsberghe Lucien, 16 ans, né à Lille le 12 février 1925, élève de la classe de 3A de l’Ecole pratique de l’Institut Diderot [...] il ne paraît pas être l’auteur de la lettre injurieuse ; son écriture n’estpas identique à celle du document confié. Il a écrit quelques mots du texte sous ma dictée et une de ses compositions d’orthographe est jointe à sa déclaration »77. Les noms des élèves indiqués sur la lettre sont en fait les noms du directeur de l’Institut Diderot (M. Camus), du sous-directeur (M. Roussel), du surveillant général (M. Guyot), des professeurs (Blanquaert, Guez, Vasseur, Farinaud, Lessaffre) et du contremaître d’atelier (Blervacque). Le nom Van Wymsbergue, apposé sur la lettre, en signature et au verso de l’enveloppe est mal orthographié. En réalité l’élève de ce nom est Van Wymsberghe. Ce dernier proteste de son innocence. Il n’a qu’un camarade, Paul Debrabander avec lequel il s’est disputé récemment. On a donc fait faire une dictée au camarade mais l’écriture ne correspond pas non plus. « J’ai procédé également à l’interrogatoire du jeune Maurice Hequet, âgé de 16,5 ans, ancien élève de l’institut Diderot, renvoyé le 11 mai 1941 pour insuffisance de travail et dissipation [...]. Ce jeune homme est le seul, apparemment à avoir un motif de rancœur contre l’institut Diderot et les professeurs [...] mais son écriture et celle de ses parents ne semblent pas correspondre avec celle de la lettre injurieuse [...]. Il y avait lieu de supposer que la lettre motivant cette enquête avait dû être écrite par un des 1 200 élèves fréquentant l’école primaire supérieure et l’école pratique qui, réunies, forment l’Institut Diderot, ou par un ancien élève de cet établissement scolaire [...] Sur ma demande, il a été dicté quelques lignes d’un sujet d’histoire à tous les élèves des classes de 1er, de seconde [...] et de l’EPS. J’ai examiné une à une ces dictées et dans aucune d’elleje n’ai retrouvé certaines des lettres caractéristiques de la lettre injurieuse. J’ai également procédé à l’examen des compositions faites le trimestre dernier par les élèves de l’école pratique [..] Aucune des écritures ne mérite d’être retenue [...] J’ai examiné également, dans le même esprit les fiches individuelles faites de la main des élèves, au nombre de 51, qui ont quitté l’école en cours d’année scolaire pour des raisons diverses [...] Pour ne rien négliger, je me suis fais donner un spécimen de l’écriture du personnel non enseignant de l’école (secrétaire, concierges...) ». Mais il ne peut encore une fois conclure que par la négative. Il doit donc s’agir d’un personnage qui tentait de nuire à l’école.

  • 78 Archives municipales de Lille, 5H4/10 ; rapport du commissaire en date du 3 septembre 1941.
  • 79 M. Sueur, « La collaboration politique dans le département du Nord (1940-1944) » dans Revue d’hist (...)
  • 80 J.-F. Condette, « Un ministre du Gouvernement de Vichy dans le Nord occupé : La visite d’Abel Bonn (...)

27Le Préfet du Nord écrit au chef de l’Oberfeldkommandantur 670 de Lille le 13 avril 1941 pour lui donner les résultats négatifs d’une autre enquête. Le 1er avril 1941, l’officier de la Kommandantur de Cysoing a reçu une lettre anonyme injurieuse. Comme sanction, il a ordonné la cessation de toute circulation le soir à partir de 20 heures du 1er au 5 avril et à partir de 15 heures, le dimanche 6 avril. Le 8 avril, une deuxième lettre anonyme lui est parvenue. Comme sanction il a désormais infligé une amende de 1 000 francs à la commune, apporté des restrictions à la circulation et dressé la liste de 22 otages dans laquelle on trouve le maire, le secrétaire de mairie, le curé et tout le personnel enseignant (14 instituteurs et institutrices publics, 5 privés). Il a fait savoir que si une troisième lettre lui parvenait, ces 22 otages seraient arrêtés et transférés. Il pense que se sont les écoles qui sont à l’origine de cette action. Le dimanche 14 mars, à Lille, des équipes de jeunes adeptes du Francisme, dans leur tenue réglementaire, ont essayé de vendre à la criée, à la sortie d’un match de football, le journal « Le Franciste ». Ils ont alors été chahutés par la foule qui criait « En Russie, en Russie ». Ce témoignage est intéressant car il permet de montrer qu’il faut ici éviter la généralisation hâtive. Tous les enseignants du primaire et du secondaire et tous les élèves de l’académie ne sont pas des « frondeurs spirituels » et l’engagement dans cette forme de résistance est constamment le fait d’une minorité. Il ne faut pas non plus, à côté des nombreux attentistes, ignorer la réalité de la présence de partisans du régime de Vichy et de la collaboration qui certes, n’intéressent pas notre étude sur la résistance, mais permettent de montrer la variété des opinions et des engagements dans ces « années noires ». Le commissaire note aussi que dans la nuit du 17 au 18 mars 1943, à Lille de nombreuses inscriptions, « Le Francisme sauvera la France » Vive Bucard » ont été faites à la craie sur les murs. Le rapport de police du 3 septembre 1941 signale que dans la nuit du 23 au 24 août, de petits panneaux portant la mention « place Pétain » ont été posés sur les plaques indicatives de la place de la République. « Il s’agit là de manifestations d’ordre politique faites vraisemblablement par quelques jeunes gens appartenant au Rassemblement national populaire »78. L’étude de Marc Sueur sur la collaboration politique dans le département du Nord entre 1940 et 1944 montre certes la faiblesse de mouvements collaborateurs et leurs difficultés à s’implanter mais aussi la réalité de leur existence, surtout dans les villes. Pour le département du Nord, son analyse statistique signale vingt-quatre enseignants repérés dans les grandes organisations collaboratrices (soit 3,1 % de l’effectif global) dont seize au RNP, un au PPF et cinq au Francisme. Il note aussi la présence de quarante-deux étudiants, lycéens compris79. À ce niveau, les représentants des classes moyennes d’employés, des professions libérales, les milieux du commerce et de l’artisanat occupent une place beaucoup plus importante. La visite au rectorat puis au lycée Faidherbe du ministre de l’Éducation nationale, Abel Bonnard, chantre de la collaboration, le 13 juillet 1943, venu prêcher le ralliement des membres du corps enseignant à la politique de l’État français, si elle trouve quelques louangeurs, rencontre surtout la méfiance et l’hostilité80.

28On peut donc sans conteste distinguer une première forme de résistance à la politique de Vichy et à la présence allemande qui se fonde sur une fronde intellectuelle des enseignants et des élèves, que cette lutte se déroule à l’intérieur des établissements ou à l’extérieur. Par la diffusion de tracts, par le sabotage des affiches officielles, par les inscriptions à la craie sur les murs ou la diffusion de petits journaux, un combat idéologique est bien en marche contre la lente asphyxie des consciences. L’activité enseignante, dans la classe, est aussi parfois l’occasion, par des références bien choisies, de poursuivre le combat.

l’entrée dans la résistance active pour une minorité enseignante

  • 81 L. Douzou, « L’entrée en résistance », dans Antoine PROST (dir), La résistance, une histoire socia (...)
  • 82 Sur les cheminots voir C. Chevandier, « La résistance des cheminots : le primat de la fonctionnali (...)
  • 83 L. Douzou, « L’entrée en résistance », art. cité, p. 15-16.
  • 84 J.-M. Guillon, « Résistance et classes moyennes en zone Sud », dans A. Prost (dir.), La résistance (...)

29Comme le montre Laurent Douzou dans sa communication sur « L’entrée en résistance »81 celle-ci, au final, ne concerne qu’une infime minorité et il faut constamment veiller à respecter l’évolution chronologique de l’engagement. L’entrée en résistance des « temps pionniers », est une réaction devant l’inacceptable. « L’intentionnalité pure prévaut et guide l’action ». On assiste ensuite au « passage du temps des individualités déterminées mais esseulées à celui de noyaux » puis de réseaux. L’auteur signale, au temps de la maturité, l’importance de la disponibilité fonctionnelle. « Elle peut tenir à l’exercice d’une fonction donnée : cheminots82, voyageurs représentants - placiers en tout genre, garagistes, cafetiers seront rapidement des piliers de l’activité clandestine, les uns parce qu’ils se déplacent beaucoup sans attirer l’attention, les autres parce qu’ils servent de relais... La disponibilité fonctionnelle, ce peut-être aussi les compétences et accointances qui résultent d’une pratique militante ou civique. Le rôle éminent joué par les instituteurs secrétaires de mairie dans le cadre de la fabrication d’identités fictives [...] et dans la lutte contre le STO appartient à cette veine »83. Il ne faut cependant pas systématiser l’analyse car les contre-exemples sont nombreux et le maréchalisme ou la politique de collaboration ont aussi des adeptes dans ces milieux. Il n’y a pas de « prédestination sociale ou professionnelle à devenir résistant »84.

Maîtres et enseignants dans la résistance active

  • 85 E. Dejonghe et Y. Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande (1940-1944), Lille, La Vo (...)
  • 86 Archives municipales de Lille (AML) ; 5H1/10 ; Circulaire sur la dissidence datée du 5 mai 1941.

30Selon Étienne Dejonghe et Yves Le Maner, « Le Nord-Pas-de-Calais est à la fois la région la plus gaulliste et la plus communiste de France. La résistance y est sans conteste la plus précoce, la plus diffusée dans le corps social et dans le champ politique, la plus diverse par les formes d’action »85. Il n’en demeure pas moins qu’elle demeure un phénomène très minoritaire dans tous les milieux socioprofessionnels. Une circulaire du 5 mai 1941 sur la dissidence, signée F. de Brinon, ambassadeur de France, délégué général du Gouvernement français dans les Territoires occupés, demande aux élites françaises de faire preuve de lucidité. Il faut mettre en garde les Français « et particulièrement des jeunes Français qui, trompés par une propagande insidieuse, se livrent en zone occupée à une action clandestine contre les autorités allemandes ou s’abandonnent aux promesses des agents recruteurs de l’ex-général de Gaulle [...] Chaque jour en effet, des embarcations tentent de quitter à destination des ports anglais, le littoral normand ou breton... Chaque jour, nos consuls en Espagne recueillent de jeunes volontaires venus de la zone occupée parfois même de la zone interdite et qui se présentent à leur bureau exténués de fatigue et de faim [...] Quant aux intellectuels, professeurs, journalistes, politiciens qui, de leur bureau, stimulent cette propagande en suscitant des gestes mesquins (inscriptions puériles sur les murs) [...] ils apparaissent doublement coupables »86.

  • 87 M. Sadoun, Les Socialistes sous l’occupation, Paris, Presses de la FNSP, 1982, p. 158.
  • 88 Idem, p. 246 et tableau 4 p. 248.
  • 89 O. Wievorka, Une certaine idée de la résistance : Défense de la France (1940-1949), Paris, Seuil, (...)
  • 90 Idem, p. 188-193.

31Au sein du mouvement Libération Nord fondé en décembre 1940 et fortement marqué par l’influence socialiste, le recrutement s’opère souvent dans la fonction publique, en particulier dans l’enseignement, les PTT et les chemins de fer même si l’on trouve aussi de nombreux ouvriers. Libération Nord « se manifeste surtout par une activité de propagande et de renseignements [...] la responsabilité militaire de la résistance lui échappe »87, confiée à l’OCM. Libération Nord apparaît comme un « mouvement populaire structuré par les couches moyennes essentiellement issues de la fonction publique88 ». Au sein de l’encadrement du mouvement, Marc Sadoun repère huit professeurs et dix instituteurs sur quarante cas recensés. Au sein du mouvement Défense de la France étudié par Olivier Wieviorka, l’importance des milieux intellectuels est aussi très forte. Autour de son journal clandestin, le mouvement veut opposer l’affirmation de valeurs morales, en lançant une lutte spirituelle contre le nazisme et ses féaux. Près d’un tiers des effectifs de Défense de la France, avant janvier 1942, est composé d’étudiants, de lycéens et d’enseignants pour un réseau surtout implanté en zone Sud et à Paris. « Dans le Nord, le mouvement se développe [...] Une amie de Charlotte Nadel, Adrienne Cazajus, professeur de mathématiques, profite de sa nomination à Lille pour monter un réseau en janvier 1942. Elle rencontre Lucienne Idoine, maîtresse d’internat dans son établissement. Cette dernière prend une part active à l’extension de Défense de la France dans le Nord-Pas-de-Calais »89. Mutée à Béthune pour avoir décroché un portrait de Pétain, elle en profite pour diffuser le journal dans l’Arrageois et le Béthunois. Dans les environs de Lille, une équipe active, recrutée par Lucienne Idoine et Adrienne Cazajus, se constitue peu à peu pour atteindre une soixantaine de membres dans le Nord. L’organisation est cependant décapitée par une triple série d’arrestations en juillet 1943, mars 1944 puis mai 1944. Fortement implantée dans la région parisienne, Défense de la France diversifie progressivement ses activités. Au journal sont désormais associés la fabrication des faux papiers, le renseignement et, pour une minorité de membres, l’action directe. S’il faut reconnaître la « dimension interclassique de l’armée des ombres »90, il faut aussi remarquer pour Défense de la France, la relative homogénéité sociologique. Pour les 1546 membres identifiés, les étudiants représentent 25,49 % du total (394 cas) et les fonctionnaires, 23,87 % (369 cas) tandis que les techniciens et employés, au nombre de 178 représentent 11,51 % du total. Près d’un membre sur deux est donc fonctionnaire ou étudiant alors que les commerçants, les artisans, les ouvriers et les professions libérales, s’ils sont bien présents eux aussi, sont beaucoup plus minoritaires dans le mouvement.

32Il s’agit donc d’un recrutement au sein de groupes socioprofessionnels familiers de l’écrit et du combat idéologique. Les enseignants, par exemple, représentent 28,46 % des membres identifiés comme fonctionnaires. Les policiers et gendarmes constituent 24,93 % et les agents municipaux, 11,65 % du total de ces fonctionnaires membres de Défense de la France.

  • 91 ADNord, 1W 1345 ; Arrestations ; dossiers individuels ; Dossier Fossier.
  • 92 ADNord, 1W 1323 ; Surveillance du PCF ; rapport du service régional des renseignements généraux du (...)
  • 93 Voir J.-M. Fossier, Zone Interdite : Nord-Pas-de-Calais, Paris, Éditions Sociales, 1977, 775 p.
  • 94 ADNord, 1W 1323 ; Surveillance du PCF, rapport du commissaire de police daté du 13 juillet 1943.

33La résistance communiste paraît aussi avoir des représentants nombreux chez les enseignants, en particulier chez les instituteurs du bassin minier et du Valenciennois. Jean-Marie Fossier joue un rôle important dans la résistance communiste au sein de l’académie. Ex-professeur adjoint aux « Arts et métiers » de Lille puis professeur intérimaire de Lettres à l’EPS de Valenciennes, il est révoqué pour menée communiste dès novembre 1939 puis arrêté en mars 1940 pour propagande anti-militariste, incarcéré à la prison de Saint-Brieuc. On le retrouve ensuite sous de fausses identités dans la région du Nord comme « cheville ouvrière du mouvement communiste illégal »91. Un rapport du service régional des renseignements généraux du 11 septembre 1942, donne de multiples renseignements au secrétaire général de la police sur les dirigeants de l’ex-parti communiste du Nord. On donne le signalement de Jean-Marie Fossier dit « le Manchot », « type du parfait bolcheviste [...] a été speaker à la radio de Barcelone au cours de la Guerre civile espagnole ». Une note signale qu’il a été arrêté à Coudekerque le 12 mai 1942 et qu’il est retourné en prison92. Il est en fait jugé par la section spéciale de Douai à quinze ans de travaux forcés puis désigné comme otage par les nazis. Après dix mois d’isolement à Loos, il part pour le camp de Sachsenhausen puis pour celui de Buchenwald. Il devait rentrer en France le 1er mai 194593. Un autre rapport du 13 juillet 1943 signale que « depuis plus d’un an, les responsables du PC clandestin ont doublé l’appareil de propagande d’une organisation militaire chargée d’effectuer les sabotages, les destructions et de supprimer les personnes considérées comme mettant entrave aux tâches du parti »94.

  • 95 Témoignage de Jean Lecanuet, dans « Églises et chrétiens pendant la Seconde Guerre mondiale », Rev (...)

34Le témoignage de Jean Lecanuet est aussi très instructif sur cette logique du contact personnel et de la mise en réseau. Nommé professeur agrégé de philosophie au lycée de Douai au début de l’année 1942, il est muté au lycée Faidherbe de Lille pour la rentrée 1942-1943. « C’est alors que se produisirent pour moi deux rencontres décisives qui me donnèrent les contacts que je recherchais avec les milieux résistants d’inspiration démocrate et chrétienne »95. Il rencontre en effet l’abbé Vancourt (professeur de philosophie à la faculté catholique) et M. Doucy (professeur de philosophie au lycée de Lille). En quelques mois, « j’entrai dans le cercle des relations de monsieur l’abbé Vancourt ». C’est par lui qu’il entre dans un groupe résistant qui sabote les installations allemandes, en particulier les voies ferrées. Il est alors arrêté, interrogé mais réussit à s’évader grâce à des complicités et à rejoindre le domicile de l’abbé Vancourt qui le « met au vert » à la campagne.

  • 96 D. Lefebvre, Guy Mollet, le mal aimé, Paris, Plon, 563 p.

35On connaît aussi l’engagement résistant de Guy Mollet, après son retour de captivité. Il rejoint lors de son retour à Arras en février 1942 les groupes résistants. Il participe à l’aide aux prisonniers de guerre, diffuse Le Populaire clandestin et la Voix du Nord puis joue un rôle important dans la section OCM locale avec deux autres enseignants arrageois, Pierre Baudel et Raoul François96.

  • 97 AN, 72AJ79 ; Enquête pour déterminer le rôle de l’Université dans la résistance ; classement par a (...)

36Les dossiers conservés aux Archives nationales, en particulier l’Enquête pour délimiter le rôle de l’Université dans la résistance97 permet de relever de multiples cas d’engagements pour le Nord, à côté de grands tableaux récapitulatifs pour toutes les académies françaises. Pour l’académie de Lille, les chiffres donnent quatre-vingt-sept enseignants arrêtés (4 dans le supérieur, 16 dans le secondaire, 51 dans le primaire, 3 dans le technique et 13 dans le privé) cent-un déportés (1 dans le supérieur, dix dans le secondaire, 85 dans le primaire, 1 dans le technique et 4 dans le privé) et vingt-trois enseignants fusillés, morts en captivité ou au combat dans la résistance (3 dans le secondaire, 19 dans le primaire, 1 dans le technique). Au final, cette enquête donne donc un total de deux cent onze enseignants arrêtés, déportés, fusillés, morts en captivité ou au combat pour faits de résistance.

  • 98 J.-M. Fossier, Zone Interdite : Nord-Pas-de-Calais, Paris, Éditions Sociales, 1977, p. 165-168.

37La résistance enseignante est donc bien réelle mais aussi fortement minoritaire si l’on se souvient des chiffres globaux d’enseignants nommés dans l’académie. En 1939, pour les seuls départements du Nord et du Pas-de-Calais, les inspecteurs relevaient 140 enseignants du supérieur, 1 453 enseignants du secondaire et 1 859 écoles primaires publiques et 368 privées (plusieurs maîtres et maîtresses dans chacune d’elle). Les données sont ensuite détaillées dans l’enquête par les rapports des divers inspecteurs d’académie. La lettre de l’inspecteur d’académie du Nord au recteur, datée du 20 février 1945, établit une longue liste des personnes arrêtées dans le département à la fois dans l’enseignement public (21 cas) et dans le privé (17 cas). La secrétaire du lycée Faidherbe a ainsi été arrêtée du 18 au 25 août 1944. Le professeur Parenty du même lycée a été arrêté le 18 août 1944 puis déporté. André Sellier, professeur au collège de Cambrai est arrêté en 1943 pour « avoir aidé des réfractaires » puis déporté. Le professeur Raymond Deken, enseignant au collège technique de Lille, a été fusillé sans jugement par les Allemands à Onnaing, le 1er septembre 1944. Parti en Angleterre en 1940, puis revenu en France, il avait repris ses fonctions au collège Diderot de Lille. Membre du Front National, il avait été chargé d’organiser la résistance dans le Valenciennois et participait aussi à « L’université libre »98. Roger Angebaud, enseignant aux Arts et Métiers de Lille, arrêté par la Milice à Cluny et incarcéré à Mâcon a été abattu par un milicien alors qu’il tentait de s’évader. Pour le département des Ardennes, l’inspecteur d’académie signale au recteur, le 12 février 1945 : « 22 instituteurs arrêtés, 3 déportés, 2 fusillés, 2 massacrés, 2 tués au maquis » sans compter les victimes du STO. Deux instituteurs des Ardennes, Jean Dachy et Maurice Hugueville, « auteurs d’un coup de main à Nouzouville sur la ligne de chemin de fer Charleville-Givet » sont fusillés par les Allemands. Un dossier « affaire de Revin », signale que cinq instituteurs de la ville de Revin (Ardennes) ont quitté leur poste pour constituer un maquis. Suite à une dénonciation, ce maquis a été cerné et attaqué entre les 12 et 17 juin 1944. Trois corps d’instituteurs ont été retrouvés. Celui de Francis Pietot dans une fosse de 54 cadavres à Linchamps ; celui de René Pultière dans un bois et un autre dans une fosse commune. Dans le Pas-de-Calais, l’inspecteur relève douze déportés par l’occupant et six fusillés pour les enseignants du primaire et du secondaire, technique inclus. Louis Helle, enseignant d’anglais au collège de garçons d’Arras, âgé de 20 ans a été fusillé en 1944 pour « faits de résistance ». Dans l’Aisne, l’inspecteur primaire réalise lui aussi une comptabilité fort précise. Vingt-cinq membres de l’enseignement primaire (20 instituteurs et 5 institutrices) ont été arrêtés ainsi que cinq enseignants du secondaire. Il note aussi dix déportations (6 instituteurs, 1 institutrice et 1 professeur du secondaire) et cinq instituteurs fusillés. Dans la Somme, l’inspecteur dans son rapport du 20 février relève, quant à lui, onze instituteurs déportés et quatre membres de l’Éducation nationale fusillés dont Mademoiselle Michelis, professeur au lycée de jeunes filles d’Amiens qui a été arrêtée par la Gestapo le 12 février 1944 et emmené à Paris où elle est décédée. Le combat est donc bien au bout du chemin pour une minorité.

L’importance des femmes enseignantes dans la résistance

  • 99 L. Douzou, « Les résistantes : point de l’historiographie », dans M. Gilzmer, C. Levisse-Touze et (...)
  • 100 S. Fayolle, « Danielle Casanova et les enjeux de mémoire » dans M. Gilzmer, C. Levisse-Touze et S.(...)
  • 101 Voir R. Belot, Henri Frenay, De la résistance à l’Europe, Paris, Seuil, 2002, 748 p.
  • 102 P. Schwartz, « Résistance et différence des sexes : Bilan et perspectives », dans M. Gllzmer, C. Le (...)
  • 103 D. Veillon, « Les femmes, anonymes dans la résistance », dans M. Gllzmer, C. Levisse-Touze et S. M (...)
  • 104 M. Collins-Weitz, Les combattantes de l’ombre : Histoire des femmes dans la résistance, Paris, Alb (...)
  • 105 C. Levisse-Touze, « Les femmes dans la France libre », dans M. Gllzmer, C. Levisse-Touze et S. Mar (...)

38La place des femmes dans la résistance intérieure a longtemps été sous-estimée, c’est aujourd’hui une évidence qu’ont signalée de nombreux travaux. La mise au point historiographique de Laurent Douzou sur « Les résistantes » montre bien les difficultés de rendre compte de cette « foule d’actions anonymes »99. Si l’on connaît les figures de proue que sont Danielle Casanova pour la résistance communiste100, Berty Albrecht et son rôle fort important dans le mouvement Combat de son compagnon Henry Frenay101, les engagements de Geneviève de Gaulle-Antonioz, les combats de Lucie Aubrac auprès du mouvement Libération Sud alors qu’elle est en même temps enseignante au lycée de Lyon, ou l’engagement précoce de Danielle Gouze et celui de son futur mari « Morland », on oublie trop souvent le rôle de ces milliers de femmes qui, au contact de l’ennemi ou du collaborateur de base, ont accompli leur devoir patriotique, souvent par de modestes actions certes, mais qui furent fondamentales pour maintenir l’existence d’une autre perspective que celle d’une intégration dans l’Europe allemande. Résister pour des femmes, fut certainement plus difficile encore que pour des hommes car elles durent à la fois assumer les risques classiques de leur engagement militant mais aussi surmonter le poids des traditions sociales et familiales qui les cantonnaient encore dans un statut d’éternelles mineures. On retrouve cependant bien souvent la division sexuée des rôles. Les femmes sont pourvoyeuses d’armes ou de messages transportées sous les jupes ou dans le panier à provision. La figure de la combattante dans les maquis, si elle existe, demeure très minoritaire102. Bien souvent cependant, « c’est par et autour des femmes que s’articule cette quotidienneté de la résistance »103. Elles s’occupent des tracts, des articles, du ravitaillement des hommes et des planques104. Elles sont aussi la charge d’aider moralement et matériellement les familles des résistants arrêtés ou entrés en clandestinité. On les retrouve aussi en très petit nombre au sein des Forces françaises libres105.

  • 106 C. Andrieu, « Les résistantes : perspectives de recherche », dans A. Prost (dir), La résistance, u (...)
  • 107 Idem, tableau de synthèse, p. 74.

39Les chiffres officiels sont fluctuants et opèrent à coup sûr une sous-représentation des femmes dans les mouvements de résistance. « La part des femmes dans la population résistante recensée tourne autour de 12 % Elles formaient 52 % de la population en 1936 »106. Au sein de Libération-Sud, la proportion est de 12 % environ alors qu’elle est de 10 % à Franc-Tireur, et de 17 % au sein de Défense de la France mais atteint 24 % à Témoignage chrétien107.

  • 108 ADNord, 1W 997, lettre du préfet du Nord au commissaire central de police de Roubaix datée du 6 ju (...)
  • 109 AN, 72AJ79 ; Enquête pour déterminer le rôle de l’Université dans la résistance ; classement par a (...)
  • 110 F17/13 381 ; L’Université libre, no 94, 1er mai 1944.
  • 111 AN, 72AJ 170 ; Résistance Nord, témoignage de Jean Delmas décembre 1946.
  • 112 AN, 72AJ 169 ; Résistance Nord, témoignage de Madeleine Gourbeillon ; juin 1949.

40À ce niveau, le monde de l’enseignement primaire et secondaire, par sa relative féminisation en 1939-1940 et la relative égalité des conditions avec le milieu professionnel masculin, offre des perspectives et des opportunités pour les femmes. Dans l’académie de Lille, les enseignantes sont bien présentes dans la résistance. Une lettre du préfet du Nord au commissaire central de police de Roubaix, datée du 6 juin 1942, l’informe que Madame Bavay, institutrice à Tourcoing a été condamnée à trois mois d’emprisonnement par la Feldkommandantur 678 pour « transmission de correspondance »108. Françoise Dupont, professeur au lycée de Douai a, elle aussi, été arrêtée en février 1944 puis déportée en Allemagne. Mademoiselle Idoine, professeur au lycée de jeunes filles de Lille est arrêtée en juillet 1943 puis déportée en Allemagne en février 1944. Marie-Rose Zerling, professeur au lycée féminin de Valenciennes est arrêtée le 5 février 1944 et condamnée à mort pour « fait de résistance ». Le dossier signale qu’elle a peut-être été fusillée109. L’Université libre, journal clandestin signale, dans son numéro 94 du 1er mai 1944, que la Gestapo vient de rajouter à la liste de ses crimes, le meurtre particulièrement odieux d’une jeune femme, professeur d’histoire au collège moderne de Douai. « Elle avait refusé de donner sur son mari passé dans le maquis, les renseignements que la police allemande exigeait »110. Mère d’un enfant de dix-huit mois et de nouveau enceinte, elle a été torturée à mort. Le numéro 95 du 15 mai 1944 nous délivre ensuite son identité : Suzanne Blin-Lannoy âgée de 31 ans, arrêtée le 29 février 1944 et décédée après cinq jours de torture. Le témoignage de Jean Delmas, nommé professeur délégué au lycée de Tourcoing à partir d’octobre 1942, insiste sur l’atmosphère très anti-allemande » de rétablissement et porte témoignage du rôle de cette résistante. Travaillant pour Front National dans le secteur de Lille, il tisse des liens avec de nombreux petits groupes, en particulier un groupe formé d’employés de la préfecture fort actif pour la délivrance des faux papiers. Il recrute aussi dans les lycées mais note que « l’on ne recrutait que des vieux. Les jeunes professeurs refusaient de s’engager111 ». Il noue des liens importants avec une petite équipe d’enseignants du supérieur lillois dont Georges Gaillard et Eugène Susini qui rédigent des textes pour le journal clandestin La pensée française au printemps 1944. L’expérience du journal est interrompue, note-t-il alors, au second numéro par l’arrestation de la rédactrice en chef, Suzanne Lannoy-Blin. Le témoignage de Madeleine Gourbeillon recueilli en juin 1949 par le Comité d’histoire de la seconde Guerre mondiale, permet de préciser les modalités de cette entrée en résistance. « Je suis entrée en contact avec la résistance, en décembre 1943, par l’intermédiaire de Madame Delmas, ma collègue au lycée Fénelon de Utile [...] je servais d’intermédiaire pour les fausses cartes d’identités [...] je n’ai qu’une seule fois transporté des cartouches de plastic de Valenciennes à Lille. Avec un camarade, nous avons imprimé, dans le grenier de l’Institut de physique, puis rue de Thionville, le Nord libre clandestin appelé ensuite Le Fanal »112.

Le fichier des arrestations du Ministère et les jugements de la section spéciale de Douai, révélateurs de l’engagement résistant

  • 113 AN, F17/13387-B ; Fichier des arrestations ; académie de Clermont à Lyon.
  • 114 Idem.

41Le fichier central du Ministère de l’Éducation nationale concernant les arrestations opérées par les Allemands, est conservé aux archives dans la sous-série F17 et opère un classement des fiches individuelles par académie, donnant de multiples informations. L’académie de Clermont-Ferrand par exemple enregistre 78 arrestations, celle de Dijon en compte 86 et celle de Grenoble 47. L’académie de Lille et ses cinq départements compte 133 arrestations. Le fichier retient également deux déportations en Allemagne, un internement au camp de Compiègne, trois à Fresnes mais aussi trois condamnations à mort, un fusillé et un enseignant recherché113. Dans son état actuel, le fichier compte encore 120 fiches. Certes tous les arrêtés ne pas des résistants comme l’instituteur d’Hirson Perot, arrêté le 8 septembre 1943 comme « otage à la suite d’attentats » mais la plupart sont bien des opposants qui luttent contre les consignes allemandes ou vichyssoises. L’élève de Lettres supérieures du lycée Faidherbe, Fernand Vincent est arrêté fin septembre 1943 et incarcéré à Loos car « compromis dans une affaire de journal clandestin »114 tout comme Pierre Turbin, élève de mathématiques du même lycée. Un autre camarade, élève en mathématiques supérieures est arrêté au même moment et incarcéré à Loos pour « participation au journal clandestin La Voix du Nord ». La concierge du lycée Fénelon de Lille est suspendue de ses fonctions pour avoir « permis la circulation de brochures interdites ». L’inspecteur primaire d’Amiens, Voeltzel, est arrêté le 26 août 1942 pour trafic d’armes puis libéré en novembre de la même année. La directrice du lycée de Saint-Quentin, Madame Roby, est ainsi arrêtée après de fructueuses perquisitions dans son bureau et dans sa chambre (« espionnage »). Gaston Jayot, instituteur à Francheville (Ardennes) est arrêté le 11 août 1943 pour « fabrication de fausses cartes d’identité ». L’institutrice Melle Lelong est arrêtée en août 1942 pour « menées communistes ». Albert Manard, instituteur adjoint à Quarouble a été abattu à coups de mitraillettes, le 13 janvier 1944, par la Gestapo qui avait encerclé sa maison la nuit. Un instituteur-adjoint à Vervins, dénommé Meurice est arrêté à Juvincourt le 21 septembre 1943 « sous l’accusation d’avoir recueilli des parachutistes ». L’instituteur Gouillard à Harnes est immédiatement fusillé après son arrestation par les Allemands pour « menées communistes ». Mademoiselle Bertrand (Ardennes) a été accusée de « propos désobligeants à l’égard des troupes allemandes ; a été condamnée à remplir le rôle de femme de chambre à la Gestapo ». Nous retrouvons donc au travers de ce fichier, même incomplet, la diversité et l’importance de l’engagement résistant. Les 120 fiches existantes, une fois exclues les personnes appartenant à l’enseignement supérieur (enseignants et étudiants) peuvent être répertoriées de la manière suivante :

Les 120 fiches des membres de l’Éducation Nationale (primaire et secondaire) arrêtés par les Allemands dans l’Académie de Lille de 1940 à 1944 d’après le fichier des Archives nationales (AN, F17 13387-B)

Enseignement primaire

79

dont
- Instituteurs et élèves instituteurs
- Institutrices et élèves institutrices
- Directeurs d’écoles primaires
- Directrices d’écoles primaires
- Inspecteurs primaires (Abbeville, Charleville et Amiens)

56
15
03
02
03

Enseignement secondaire (collèges et lycées)

34

dont
- Enseignants et surveillants
- Enseignantes et surveillantes
- Proviseur, principal
- Proviseure, principale et directrice de collège
- Élève des classes préparatoires grandes écoles (Garçons)
- Élèves du secondaire (Garçons)
- Élèves du secondaire (Filles)
- Aumônier (collège de Cambrai)
- Concierge (Femme) du lycée Fénelon

12
07
01
02
03
07
00
01
01

Autres fonctions ou manque de données

07

dont
- Inspecteur d’Académie (Aisne)
- Femmes (mais sans précision de fonction
- Arrêtés (sans précision de sexe ni de fonction)

01
02
04

42Ces arrestations opérées, dans l’académie de Lille, au sein de l’Éducation nationale, ne représentent certainement pas l’ensemble des arrestations réalisées par les Allemands car certaines, c’est une évidence, ont dû échapper à l’œil parisien, surtout dans les premières années d’occupation où les départements de la Zone Interdite étaient coupés du reste du territoire national. Il faut donc prendre ces chiffres avec toutes les réserves qui s’imposent mais il n’en demeure pas moins qu’ils permettent de saisir l’ampleur des arrestations opérées, parfois leurs motifs et qu’ils nous laissent des indices sur le degré d’engagement des milieux enseignants de l’académie de Lille. 65,83 % des arrestations sont opérées dans le primaire, la figure de l’instituteur, « hussard noir de la république » signifiant bien quelque chose sous le régime de Vichy. Passeur républicain, souvent aux commandes du secrétariat de mairie, l’instituteur et sa collègue féminine sont souvent des agents importants de la résistance intellectuelle à l’ordre nouveau. Une minorité accepte d’ailleurs de s’engager plus avant dans la résistance pour de réelles missions contre l’occupant et son allié vichyssois. Le fort degré de syndicalisation d’avant-guerre, les velléités d’épuration et de réformes de l’enseignement primaire agissent aussi comme des catalyseurs d’engagement. Le secondaire, quant à lui, représente 28,33 % des arrestations avec 15,8 % pour les enseignants et enseignantes et 8,3 % pour les élèves. Moins nombreux que les instituteurs en nombre dans un système secondaire encore élitiste, il est normal de les retrouver en proportion moindre dans les statistiques. La « culture secondaire », fondée sur les humanités, plus désintéressée mais aussi plus individualiste (il n’y a pas ce passage par le moule de l’école normale) est souvent, sinon moins militante, du moins plus conservatrice. Ces données archivistiques nous permettent aussi de confirmer l’engagement des femmes dans l’action puisqu’elles représentent 23,16 % des personnes arrêtées dans l’académie de Lille. Près d’une arrestation sur quatre concerne donc une femme et la moitié des femmes arrêtées sont des institutrices même s’il faut aussi relever la présence d’enseignantes des collèges et lycées de jeunes filles. Cette féminisation relative des arrestations académiques, si elle relève déjà un processus devenu classique de féminisation des professions enseignantes, témoigne aussi d’un engagement certain dans les actions identifiées comme résistantes.

  • 115 M. Rousseau, « La Section spéciale de la cour d’appel de Douai (1940-1944) : un aspect de la justi (...)

43L’étude des jugements de la Section spéciale de la cour d’Appel de Douai, menée par Michel Rousseau en 1985 s’intéresse, quant à elle, à la justice française. « Durant l’occupation de la région du Nord-Pas-de-Calais [...] la population civile eut à subir une répression féroce par son importance qualitative et quantitative, à la fois par les autorités allemandes mais aussi par le gouvernement de Vichy et son appareil judiciaire spécifique, la section spéciale de la Cour d’Appel de Douai »115. Jusqu’à l’été 1941, les prévenus politiques sont jugés devant les tribunaux classiques, en particulier les cours correctionnelles de Valenciennes, de Douai et de Lille. Mais tout change à partir de la fin juin 1941. La grande grève des mineurs de mai-juin 1941 a été l’occasion pour les Allemands d’arrêter un certain nombre de meneurs. Après l’invasion allemande du 22 juin 1941, la répression contre le parti communiste devient totale et implacable, réalisée à la fois par les Allemands et par le régime de Vichy. Le régime de Pétain, par la loi du 23 août 1941, met alors en place une juridiction d’exception en créant les Sections spéciales auprès de chaque tribunal militaire ou maritime et de chaque cour d’appel afin de juger « les communistes et les anarchistes ». Le régime est celui de la comparution immédiate de l’inculpé sans instruction préalable et sans aucun droit de recours. Il n’y a aucun jury populaire. À Douai, la première audience de la section Spéciale a lieu le 11 septembre 1941. La Section spéciale tient 149 audiences, jusqu’à la dernière du 24 août 1944. 1 966 personnes (1 706 hommes et 260 femmes) comparaissent devant elle. 725 personnes sont acquittées ou relaxées pour 1 241 condamnations dont douze condamnations à mort par contumace et cinq condamnations à mort exécutées. 76 % des condamnations le sont pour « menées ou actes communistes ». La répartition par professions des arrêtés montre très nettement la domination des mineurs de fonds (46,99 % des arrestations) puis des « ouvriers divers » (10,12 %) et des métallurgistes (5,79 %). Ces professions très syndicalisées, fortement marquées par l’influence socialiste ou communiste, actrices des grandes grèves, poursuivant souvent leur engagement militant malgré les interdits de Vichy, sont les plus exposées aux arrestations. Il faut noter la présence de 14 enseignants (0,71 % des arrêtés) et de 9 étudiants dans la liste des arrêtés par la Section spéciale. C’est assez peu certes mais plus que les agriculteurs (11 cas), que les ingénieurs (1 cas), ou que la police (8 cas). Il faut aussi mettre en relation ce faible pourcentage avec le faible poids du monde enseignant dans la population active régionale totale.

  • 116 A. Prost (dit), La résistance, une histoire sociale, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 1997, p. 6.

44Une histoire sociale de la résistance est donc possible comme le signalait Antoine Prost en 1997, histoire à la fois des liens entre les mouvements clandestins, ses acteurs et la société française toute entière, histoire aussi du recrutement des membres de la résistance et de leur représentativité socioprofessionnelle. La résistance intentionnelle, qui procède de la décision de l’individu confronté à une situation jugée inacceptable, rejoint ainsi une sorte de résistance fonctionnelle, « celle d’individus sollicités par la résistance en fonction de ses propres besoins et de leur compétence ou de leur position »116. Les maîtres du primaire et les enseignants du secondaire occupent dans ce schéma une situation privilégiée. Par leur formation intellectuelle fondée sur les valeurs héritées des Lumières, centrées sur la liberté, l’égalité et la laïcité, par leur engagement politique au service de la République, ils forment un milieu propice à cette culture du refus à la fois de l’occupation allemande et des prétentions du régime de Vichy. Dans un autre sens, l’insertion sociale des enseignants au cœur des communautés villageoises et des quartiers urbains, leur enracinement dans le tissu politique local et leur mission de formation de la jeunesse française, les désignent comme des relais fondamentaux qui peuvent influer sur l’esprit public et la conversion de l’opinion à un discours idéologique particulier. Dans l’académie de Lille, les enseignants participent souvent à la fronde intellectuelle qui doit éviter « la lente asphyxie des consciences », rejoints parfois par leurs élèves. Une petite minorité s’engage aussi plus avant dans la résistance active et rejoint alors les réseaux clandestins. Si la figure de l’instituteur, militant de gauche, refusant l’occupation et la Révolution nationale semble importante, il faut aussi remarquer la présence de nombreux membres de l’enseignement secondaire et surtout la féminisation relative de cet engagement résistant des enseignants.

  • 117 Idem, p. 8.

45À ce niveau comme le remarquait Antoine Prost, « le détour par les professions [...] permet de mieux comprendre par quelles structures intermédiaires (entre le réseau organisé et l’engagement individuel) la résistance organisée pénètre le corps social, étend son influence et ses ressources, augmente ses capacités d’action. Entre le noyau dur des organisations de résistance et l’ensemble du corps social, se développe comme un tissu cartilagineux qui se durcit progressivement et sans lequel aucune mobilisation d’envergure n’aurait été possible »117.

Annexes

à propos des enseignants

Christiane Wallard : Deux brefs témoignages. Dès la déclaration de la guerre, sur les murs de la cour de l’école nous avons vu fleurir un graffiti : « Les murs ont des oreilles ». Comme nous nous sommes posé la question, nous avons interrogé l’institutrice qui nous a expliqué le sens de cette inscription.

En 6e l’année suivante, on nous a interdit de venir à l’école avec nos livres d’histoire. Ça rejoint ce que disait M. Condette.

Jean-François Condette : Il y aurait des recherches complémentaires à mener sur les manuels scolaires censurés. Dans l’Aube par exemple, on a un certain nombre de livres d’histoire qui ont été raturés par un officier allemand, surtout le chapitre 14-18 jugé offensant pour l’Allemagne.

Étienne Dejonghe : Il y a eu effectivement à Berlin le projet « West Reich », concocté par le secrétaire d’état Stuckart, de changer le contenu de l’enseignement de l’histoire dans le Nord-Pas-de-Calais. Deux établissements avaient été choisis pour expérimenter, en douceur, cet enseignement particulier : les lycées Gambetta à Tourcoing et Fénelon à Lille. Mais Carlo Schmid a toujours torpillé l’initiative en disant que ce n’était pas le moment d’exciter les sentiments gaullistes de la population en rallumant l’incendie du danger d’annexion.

Jean-François Condette : La question que je me pose, c’est au sujet des mesures prises par Vichy concernant le changement des manuels. Ont-elles pu être concrètement mises en place quand on sait, par exemple, la pénurie de papier et les difficultés de l’édition. Il y a assurément nombre de pistes encore à creuser.

Francis Delannoy : Association Schumann : Je voudrais rappeler, évoquer trois épisodes modestes qui, à leur manière, constituent des actes de résistance de la vie quotidienne.

Le premier concerne la Directrice du Collège de jeunes filles de Tourcoing. En décembre 1940, l’établissement doit fournir un état avec le nombre d’élèves, ce qui est normal, mais il faut aussi fournir le nombre des élèves étrangers et des enseignants d’origine juive ; systématiquement, pour ces derniers, la Directrice indiquait « zéro ».

Le deuxième fait concerne le portrait du Maréchal, dont l’achat n’était pas obligatoire, mais fortement conseillé. Une circulaire avait été envoyée en juillet 1941 par le Secrétaire d’État à l’Éducation et à la Jeunesse auprès des universités, des lycées et des écoles pour insister sur l’intérêt de cette souscription. Mais juillet n’était pas une bonne date, à cause des vacances, et ce fut un fiasco. Par la suite, le Directeur des services de diffusion du portrait du Maréchal, services créés pour la circonstance, fit de nombreuses relances pour des résultats très médiocres. L’achat de ce portrait était financé par les élèves par l’intermédiaire d’une collecte dans les classes, avec des résultats très inégaux, pour ne pas dire très faibles.

Dernier point, concernant les élèves qui manifestaient, à leur manière, leur patriotisme : on diffusait un portrait du Général de Gaulle à la place de celui du Maréchal ; les surveillantes arrivaient au lycée avec des croix de Lorraine et elles regardaient d’un mauvais œil les "partisanes" du Maréchal. Tout cela était repris dans un journal, sous contrôle allemand, le journal "Jeunesse", dans lequel on disait qu’il fallait surveiller les professeurs de tendance gaulliste, qui étaient souvent les professeurs d’histoire. Toutes ces actions étaient connues à Londres, qui les reprenait dans ses brochures ou ses bulletins d’information et les diffusait partout. Conséquences : on entretenait le moral de la résistance, on incitait les gens à faire quelque chose et, au-delà de la simple anecdote, on peut y voir les corrélations entre la résistance extérieure et la résistance intérieure.

Notes

1 Philippe Pétain, Discours aux Français, 17 juin 1940-20 août 1944, édition établie par J.-C. Barbas, Paris, Albin Michel, 1989, discours du 12 août 1941, p. 164-172.

2 M.-O. Baruch, Servir l’État français : l’administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fayard, 1997, 737 p.

3 J.-F. Condette, « La résistance universitaire en zone rattachée de 1940 à 1944 (Nord-Pas-de-Calais et Belgique) », dans R. Vandenbussche, dir., L’Engagement dans la Résistance (France du Nord-Belgique), Actes du colloque du 20 octobre 2001, CRHEN-O-CEGES-Lille 3, no 33, 2003, p. 31-70.

4 F. Margot, « Pour une sociologie de la résistance : intentionnalité et fonctionnalité », dans A. Prost, dir., La résistance, une histoire sociale, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 1997, p. 21-41.

5 Idem, p. 25.

6 Voir E. Dejonghe, « Le Nord isolé : occupation et opinion (mai 1940-mars 1942) », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome XXVI, 1979, p. 48 et suivantes.

7 Parmi de nombreuses recherches, voir E. Dejonghe (dir), « L’occupation en France et en Belgique (1940-1944) », Revue du Nord, deux numéros spéciaux, 1 987 et 1988, 1 015 p. (communications au colloque des 26-28 avril 1985) ; E. Dejonghe et Y. Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande (1940-1944), Lille, La Voix du Nord, 2000, 400 p. E. Dejonghe, « Les départements du Nord et du Pas-de-Calais », dans J.-P. Aζεμα et F. Bédarida (dir.), La France des années noires, tome I : De la défaite à Vichy, p. 523-546.

8 E. Dejonghe et Y. Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande (1940-1944), op. cit., p. 8.

9 Idem, p. 109-111.

10 Archives départementales du Nord (désormais ADNord) ; 1W 539 ; rapport de l’Inspecteur d’académie du Nord sur la situation de l’enseignement dans le Nord-Pas-de-Calais ; année 1941.

11 ADNord, 1W 890 ; courriers divers.

12 ADNord, 1W 890 ; Lettre du proviseur du lycée Faidherbe de Lille au préfet en date du 22 octobre 1940.

13 ADNord, 1W 890, Lettre de la directrice du lycée de jeunes filles de Douai à l’inspecteur d’académie ; 29 octobre 1940.

14 ADNord, Lettre de la directrice de l’école annexée à l’ΕΝ des filles de Douai, datée du 12 décembre 1940.

15 ADNord, 1W 733 ; Réquisitions. Lettre de l’inspecteur d’académie au recteur du 25 septembre 1940.

16 Archives nationales (désormais AN) ; F17/13379 ; Rapport du délégué à l’Éducation nationale daté du 3 novembre 1942.

17 P. Giolitto, Histoire de la jeunesse sous Vichy, Paris, Perrin, 1991, p. 339. Pour l’ensemble de la France, il note : « En 1942, 30 % des locaux universitaires, 40 % de ceux du secondaire et 6 % de ceux du primaire sont encore aux mains des troupes d’occupation ».

18 ADNord, 1W 374 ; Réquisitions d’écoles ; lettre du 2 novembre 1942 au préfet.

19 ADNord, 1W 374 ; Réquisition d’écoles : lettre du 8 octobre 1943 au recteur.

20 ADNord, 1W 918 ; Lettre de l’OFK 670 au maire de Lille en date du 13 février 1942.

21 AN, AJ 40/565-7 ; Rapport de l’inspecteur d’académie de Laon au Secrétaire d’État à 1ΈΝ, daté du 24 novembre 1941.

22 ADNord, 1W 890, Lettre de l’inspecteur d’académie du Nord au préfet du Nord, datée du 6 août 1940.

23 M. Rousseau, « La répression dans le Nord de 1940 à 1944 », Revue du Nord, octobre-décembre 1969, p. 709-741.

24 ADNord, 1W 890 ; Lettre de l’autorité militaire allemande au maire de la ville de Bondues, datée du 5 août 1940.

25 ADNord, 1W 199 ; Lettre au recteur datée du 3 juillet 1941.

26 ADNord, 1W 997 ; Lettre de l’inspecteur d’académie au préfet datée du 4 mars 1942.

27 AN, AJ40/557-7 ; Archives allemandes ; lettre de l’IΑ de la Somme au Ministre en date du 26 août 1942.

28 Idem, rapport détaillé du 27 août 1942.

29 Voir J.-M. Barreau, Vichy contre l’école de la république : Théoriciens et théories scolaires de la Révolution nationale, Paris, Flammarion, 2000, 335 p. et du même auteur, « Vichy idéologue de l’École », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1991, p. 590-616.

30 Voir P. Giolitto, Histoire de la jeunesse sous Vichy, Paris, Perrin, 1991, p. 35 et suivantes.

31 Voir F. Muel-Dreyfus, Vichy ou l’éternel féminin ; Contribution à une sociologie politique de l’ordre des corps, Paris, Seuil, 1996, 388 p.

32 P. Pétain, Discours aux Français, 17 juin 1940-20 août 1944, édition par J.-Cl. Barbas, Paris, Albin Michel, « L’Éducation Nationale », p. 350-353.

33 R. Handourtzel, Vichy et l’Ecole (1940-1944), Noésis, Paris, 1997, pp. 49 et suivantes.

34 C. Singer, Vichy, l’Université et les Juifs, Paris, les Belles-lettres, 1992, p. 71.

35 W.-D. Halls, Les jeunes et la politique de Vichy, Paris, Syros, 1988, p. 129.

36 - Rapport du préfet Carles du 2 janvier 1941, publié par MEMOR, Bulletin d’information, no 26-27,1998, tome I, p. 107.

37 ADNord, 1W 1037 ; Attitude des enseignants ; Lettre du préfet en date du 28 décembre 1940.

38 ADNord, 1W 1068 ; Lettre du secrétaire d’État à l’Instruction publique au préfet en date du 25 février 1941.

39 ADNord, AW 3 ; Lettre du préfet Caries aux préfets délégués et sous-préfets en date du 25 novembre 1941.

40 ADNord, 1W 1068 ; Lettre du commissaire des renseignements généraux de Lille au préfet, 11 décembre 1941.

41 ADNord, 1W 1038 ; lettre du 13 janvier 1942.

42 P. Giolitto, Histoire de la jeunesse sous Vichy, Paris, Perrin, 1991, chapitre XIII, p. 401-437.

43 Voir L. Douzou, La désobéissance : histoire d’un mouvement et d’un journal clandestins : Libération Sud, Paris, Odile Jacob, 1995, 480 p.

44 D. Veillon, Le Franc-Tireur, Un journal clandestin, un mouvement de résistance, (1940-1944), Paris, Flammarion, 1977, 428 p.

45 Voir F. et R. Bedarida, Ta résistance spirituelle (1941-1944) : Les cahiers clandestins du Témoignage chrétien ; textes présentés et annotés, Paris, Albin Michel, 2001, 412 p. Il s’agit d’une des phrases tirées du premier Cahier du Témoignage Chrétien en novembre 1941, intitulé « France, prends garde de perdre ton âme » (17 pages).

46 ADNord, 1W 199, grèves et manifestations diverses ; rapport de la Feldgendarmerie de Lille daté du 12 janvier 1941.

47 ADNord, 1W 531 ; Rapport du commissaire central de police de Lille au préfet ; 29 mars 1941.

48 Idem, Rapport du commissaire de police de la ville de Seclin en date du 24 juillet 1941.

49 - Rapport du préfet Caries daté du 5 mars 1941, publié par MEMOR, Bulletin d’information, no 26-27, 1998, tome I, p. 131.

50 ADNord, 1W 1370 ; Rapport du commissaire de police au préfet daté du 6 janvier 1942.

51 ADNord, 1W 179 ; Lettre de Jérôme Carcopino aux recteurs en date du 15 avril 1941.

52 - ADNord, 1W 388 ; Rapport du commissaire de police de Lille au préfet en date du 23 mai 1941 et Archives municipales de Lille, 5H1/37 ; Affiche du général Niehoff : « certains groupes de la population civile française, égarés par la propagande de la TSF étrangère, ce sont réunis le dimanche 11 mai 1941 devant le monument de Jeanne d’Arc à Lille... j’ordonne la confiscation immédiate de tous les postes de TSF appartenant aux citoyens français de la ville de Lille et des environs ».

53 ADNord, 1W 181 ; Télégramme du ministre de l’Intérieur au préfet de Lille daté du 3 juillet 1942.

54 ADNord, 1W 1369 ; Lettre du préfet du Nord à l’inspecteur d’académie et au recteur, 27 décembre 1941.

55 AN, 72AJ 169 ; Résistance Nord, Verordnung über das Verbot des Abhörens von sendern vom 23 dézember 1941.

56 ADNord, 1W 149 ; Arrestations par les Allemands ; rapport de police du 24 juillet 1943.

57 ADNord, 1W 4700-1 ; En Avant, organe des étudiants et lycéens communistes de la région du Nord ; janvier 1941.

58 AN, F17/13381 ; Papiers divers ; note du secrétaire d’État à l’ΕΝ aux recteurs d’académie, datée du 7 juin 1941.

59 ADNord, 1W 781 ; Arrestations par les Allemands ; rapport des RG au commissaire divisionnaire daté du 3 août 1943.

60 ADNord, 1W 302 ; Rapport de l’inspecteur d’académie du Nord au préfet régional ; 21 octobre 1941.

61 ADNord, 1W461 ; Lettre de l’OFK 670 au préfet du Nord datée du 21 octobre 1941.

62 J.-M. Fossier, Zone Interdite : Nord-Pas-de-Calais, Paris, Éditions Sociales, 1977, p. 66-67.

63 AN, F17/13 379 ; Courriers divers.

64 AN, F17/13379 ; Lettre du procureur général de la cour d’appel de Douai au ministre de la Justice ; 17 juin 1941.

65 Témoignage d’Edgard d’Hallendre au colloque de Bondue, dans R. Vandenbussche (dir.), L’Engagement dans la Résistance (France du Nord-Belgique), op. cit., p. 71-75.

66 AN, F17/13376 ; Extraits des rapports mensuels des préfets (septembre 1941-mars 1942).

67 ADNord, 1W 55 ; Lettre du préfet datée du 19 décembre 1942 et note de service du 5 novembre 1942.

68 Idem, Lettre des services de Vichy au recteur et au préfet en date du 27 octobre 1942.

69 AN, F17/13 378 ; Lettre du ministre Abel Bonnard aux recteurs, datée du 26 octobre 1943.

70 Idem, Lettre du ministre Abel Bonnard aux recteurs, datée du 21 avril 1943.

71 Ibidem, (les listes sont présentes).

72 AN, 72AJ 78 ; Résistance universitaire ; témoignage pour l’AACREN (Association des anciens combattants de la résistance de l’Éducation Nationale), 58 récits de la résistance universitaire.

73 ADNord, 1W 890 ; Lettres diverses concernant l’affaire « Mademoiselle Lagersie ».

74 ADNord, 1W 890 ; Lettre du recteur au préfet datée du 17 septembre 1940.

75 ADNord, 1W 302, rapport du commissaire de police de Lille au préfet régional ; 18 juin 1943.

76 Idem, rapport du commissaire de police de Lille au préfet régional ; 20 juin 1943.

77 ADNord, 1W 199 ; Rapport de l’inspecteur principal du 2 juin 1941 au Commissaire divisionnaire de Lille.

78 Archives municipales de Lille, 5H4/10 ; rapport du commissaire en date du 3 septembre 1941.

79 M. Sueur, « La collaboration politique dans le département du Nord (1940-1944) » dans Revue d’histoire de la deuxième guerre mondiale et des conflits contemporains, Collaboration et résistance dans le Nord-Pas-de-Calais, no 135, juillet 1984, p. 3-45, tableau p. 36.

80 J.-F. Condette, « Un ministre du Gouvernement de Vichy dans le Nord occupé : La visite d’Abel Bonnard, ministre de l’Éducation Nationale à Lille : 13 juillet 1942, Revue du Nord, no 349, janvier-mars 2003, p. 139-162.

81 L. Douzou, « L’entrée en résistance », dans Antoine PROST (dir), La résistance, une histoire sociale, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 1997, p. 9-20.

82 Sur les cheminots voir C. Chevandier, « La résistance des cheminots : le primat de la fonctionnalité plus qu’une réelle spécificité », dans A. Prost (dir), Ea résistance, une histoire sociale, op. cit., p. 147-158.

83 L. Douzou, « L’entrée en résistance », art. cité, p. 15-16.

84 J.-M. Guillon, « Résistance et classes moyennes en zone Sud », dans A. Prost (dir.), La résistance, une histoire sociale, op. cit., p. 106.

85 E. Dejonghe et Y. Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande (1940-1944), Lille, La Voix du Nord, 2000, avant-propos, p. 10 (voir surtout : « les résistances », p. 295 et suivantes).

86 Archives municipales de Lille (AML) ; 5H1/10 ; Circulaire sur la dissidence datée du 5 mai 1941.

87 M. Sadoun, Les Socialistes sous l’occupation, Paris, Presses de la FNSP, 1982, p. 158.

88 Idem, p. 246 et tableau 4 p. 248.

89 O. Wievorka, Une certaine idée de la résistance : Défense de la France (1940-1949), Paris, Seuil, 1995, p. 58.

90 Idem, p. 188-193.

91 ADNord, 1W 1345 ; Arrestations ; dossiers individuels ; Dossier Fossier.

92 ADNord, 1W 1323 ; Surveillance du PCF ; rapport du service régional des renseignements généraux du 11 septembre 1942.

93 Voir J.-M. Fossier, Zone Interdite : Nord-Pas-de-Calais, Paris, Éditions Sociales, 1977, 775 p.

94 ADNord, 1W 1323 ; Surveillance du PCF, rapport du commissaire de police daté du 13 juillet 1943.

95 Témoignage de Jean Lecanuet, dans « Églises et chrétiens pendant la Seconde Guerre mondiale », Revue du Nord, no 238, juillet-septembre 1978, p. 689-690.

96 D. Lefebvre, Guy Mollet, le mal aimé, Paris, Plon, 563 p.

97 AN, 72AJ79 ; Enquête pour déterminer le rôle de l’Université dans la résistance ; classement par académies.

98 J.-M. Fossier, Zone Interdite : Nord-Pas-de-Calais, Paris, Éditions Sociales, 1977, p. 165-168.

99 L. Douzou, « Les résistantes : point de l’historiographie », dans M. Gilzmer, C. Levisse-Touze et S. Martens (dirs), Les femmes dans la résistance en France, Paris, Tallandier, 2003, Actes du colloque international de Berlin des 8-10 octobre 2001, p. 31-49. Voir aussi Union des femmes françaises, Les femmes dans la résistance, actes du colloque de Paris de novembre 1975, Monaco, Éditions du Rocher, 1977.

100 S. Fayolle, « Danielle Casanova et les enjeux de mémoire » dans M. Gilzmer, C. Levisse-Touze et S. Martens (dirs), Les femmes dans la résistance en France, op. cit., p. 347 et suivantes.

101 Voir R. Belot, Henri Frenay, De la résistance à l’Europe, Paris, Seuil, 2002, 748 p.

102 P. Schwartz, « Résistance et différence des sexes : Bilan et perspectives », dans M. Gllzmer, C. Levisse-Touze et S. Martens (dirs), Les femmes dans la résistance en France, op. cit., p. 71 et suivantes.

103 D. Veillon, « Les femmes, anonymes dans la résistance », dans M. Gllzmer, C. Levisse-Touze et S. Martens (dirs), Les femmes dans la résistance en France, op. cit., p. 89 et suivantes.

104 M. Collins-Weitz, Les combattantes de l’ombre : Histoire des femmes dans la résistance, Paris, Albin Michel, 1997, chapitre VIII : « Éternelle vocation des femmes : les services d’assistance », p. 208 et suivantes.

105 C. Levisse-Touze, « Les femmes dans la France libre », dans M. Gllzmer, C. Levisse-Touze et S. Martens (dirs), Les femmes dans la résistance en France, op. cit., p. 165 et suivantes. Les femmes engagées dans les FFL ont été 430 sur les 58 873 personnes qui ont contracté un engagement volontaire jusqu’au 31 juillet 1943 (0,74 %).

106 C. Andrieu, « Les résistantes : perspectives de recherche », dans A. Prost (dir), La résistance, une histoire sociale, op. cit., p. 75.

107 Idem, tableau de synthèse, p. 74.

108 ADNord, 1W 997, lettre du préfet du Nord au commissaire central de police de Roubaix datée du 6 juin 1942.

109 AN, 72AJ79 ; Enquête pour déterminer le rôle de l’Université dans la résistance ; classement par académies.

110 F17/13 381 ; L’Université libre, no 94, 1er mai 1944.

111 AN, 72AJ 170 ; Résistance Nord, témoignage de Jean Delmas décembre 1946.

112 AN, 72AJ 169 ; Résistance Nord, témoignage de Madeleine Gourbeillon ; juin 1949.

113 AN, F17/13387-B ; Fichier des arrestations ; académie de Clermont à Lyon.

114 Idem.

115 M. Rousseau, « La Section spéciale de la cour d’appel de Douai (1940-1944) : un aspect de la justice française en Zone interdite », dans E. Dejonghe (dir), « L’occupation en France et en Belgique (1940-1944) », Revue du Nord, deux numéros spéciaux, 1987 et 1988, 1015 p. (communications au colloque des 26-28 avril 1985), p. 859-886.

116 A. Prost (dit), La résistance, une histoire sociale, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 1997, p. 6.

117 Idem, p. 8.

Auteur

IUFM Reims – CRHEN-O Lille 3- chercheur associé au Service d’Histoire de l’Éducation (SHE, URA-CNRS 1397)

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540