Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les services publics et la Résistance en zone interdite et en Belgique (1940-1944)

 | 
Robert Vandenbussche

Secrétaires communaux et résistance en Hainaut Belge

Au cœur de la solidarité

Fabrice Maerten

Texte intégral

1Lors de leur installation dans le pays en 1940, les autorités du IIIe Reich prennent bien soin de ne pas interférer directement dans les structures belges, mais de les contrôler à distance. Cette politique vaut notamment pour le pouvoir communal, un des rouages essentiels de l’appareil d’État. À ce niveau, un rôle de premier plan est joué par le secrétaire communal, véritable maître d’œuvre de l’administration sur le plan local. On comprend dès lors que son attitude constitue un enjeu important pour ceux qui, à l’époque, détiennent le pouvoir et pour ceux qui le contestent.

2L’exercice de la fonction de secrétaire est particulièrement délicat à partir de l’été 1942, moment où l’occupant décide, tant pour des raisons idéologiques qu’économiques et militaires, de mettre la main, de façon systématique, sur différentes catégories de personnes. Bien placé pour faciliter ou au contraire entraver cette gigantesque chasse à l’homme (et à la femme), le principal fonctionnaire communal est sollicité tant par l’administration d’occupation et les rexistes à la tête des communes d’une part, que par les forces de la Résistance et la majeure partie de la population d’autre part. Lui-même cherche avant tout à se maintenir en poste pour continuer à servir le mieux possible ses concitoyens et assurer sa propre survie.

3Au fond, la question essentielle posée à travers cet article est de savoir comment des fonctionnaires subalternes mais non dénués d’importance sont parvenus à concilier politique de présence (en d’autres termes, de moindre mal) et un certain devoir de solidarité. De leur aptitude à accorder ces deux comportements à première vue inconciliables, dépendait en effet en grande partie leur crédibilité pour l’après-guerre.

4Avant d’en venir à cette problématique centrale, il n’est cependant pas inutile de rappeler en quoi consiste le pouvoir communal en Belgique, quelles fonctions lui sont dévolues en temps de guerre et quelle place spécifique y occupe le secrétaire communal, le tout étant remis dans le contexte du Hainaut de l’époque.

pouvoirs et secrétaires communaux en belgique et dans le hainaut à la veille de l’occupation

  • 1 Sur ces questions de droit administratif relatives au pouvoir communal et aux attributions du secré (...)

5En Belgique, la commune est une véritable autorité1. Si elle est la déléguée du pouvoir central dans toute une série de domaines (état civil, services de population et des étrangers, milice, liste électorale, assistance publique, recensements, allocations de pensions de vieillesse, etc.), elle dispose aussi d’une part de la souveraineté nationale pour tout ce qui est d’intérêt local. Cette autonomie, d’ailleurs inscrite dans la Constitution de 1831, sert de protection contre le pouvoir central dans un pays attaché, par tradition, à la décentralisation. Les matières de cette autonomie ne sont pas définies une fois pour toutes. Dans l’entre-deux-guerres, certaines sont ôtées à la commune, tandis que d’autres, de nature économique, sociale, urbanistique ou liées à l’extension des loisirs, lui sont ajoutées. Parallèlement, on assiste à la même époque à un contrôle de plus en plus strict du pouvoir central via la diminution de la fiscalité communale et une subsidiation nationale conditionnée à une gestion jugée bonne des ressources financières.

6Ceci dit, le conseil communal élu au suffrage universel exerce une véritable souveraineté : il vote des règlements de police qui ont force de loi, établit des impôts et gère le patrimoine communal. En outre, les membres de l’exécutif de la commune – le collège échevinal - et les fonctionnaires communaux sont librement choisis par les conseillers. Enfin, le contrôle d’ordre disciplinaire exercé par la Province sur les échevins est exceptionnel. En conclusion, il existe bien un véritable pouvoir local faisant contrepoids aux instances nationales.

7Le secrétaire communal est un des piliers de ce pouvoir. Il est nommé, suspendu ou révoqué par le conseil communal, moyennant approbation du « gouvernement » de la province, la députation permanente. Pour accéder légalement à la fonction, il suffit d’être belge, majeur et de jouir des droits civils et politiques. Le conseil communal peut fixer d’autres conditions, comme par exemple la réussite d’un examen témoignant de connaissances suffisantes en droit administratif, mais dans la pratique, le secrétaire est généralement choisi pour ses aptitudes en termes de force de travail, d’ordre et de méthode. Il s’agit fréquemment d’un jeune homme de la localité (les femmes sont rares dans la profession) ayant fait de bonnes études et proche, sur le plan des idées, de la majorité communale.

  • 2 R. Wilkin, Commentaire de la loi communale..., t. 3, p. 1406.

8Les édiles locaux sont en effet soucieux d’entretenir de bons rapports avec ce collaborateur immédiat du collège échevinal, que ce corps assume ses fonctions d’ordre communal ou qu’il agisse dans la sphère des attributions générales qui lui sont déléguées. Le secrétaire est en effet non seulement chargé de la transcription de toutes les délibérations du conseil communal mais aussi de la direction des services de la localité. Il doit donc posséder des connaissances multiples et variées, et être au courant de toutes les affaires de la Cité. « Car, tandis que les administrateurs communaux changent avec les idées des électeurs, lui seul peut conserver dans l’administration de la commune cet esprit de suite et ces traditions qui constituent la force principale de toute administration »2. Clef de voûte du pôle administratif de la commune, le secrétaire est donc aussi en lien étroit avec le politique.

  • 3 Pour une présentation rapide du Hainaut à la veille de la guerre, voir F. Maerten, « Résistance et (...)

9Dans le Hainaut de 1939, ces communes sont au nombre de 4433. Elles se partagent entre un sillon industriel comprenant les régions du Borinage, du Centre et de Charleroi où se rassemble l’essentiel de la population (environ 850 000 habitants), et des contrées agricoles ou semi-agricoles situées à l’ouest, au nord et au sud, beaucoup moins peuplées (quelque 350 000 personnes). Dans la zone industrielle, nombreuses sont les entités à compter de 5 000 à 20 000 habitants, alors qu’ailleurs la grande majorité d’entre elles regroupent moins de 5 000 âmes.

  • 4 Aux élections législatives de 1936, le PCF recueille 18,1 % des suffrages dans le Nord et 15,8 % da (...)

10Le secteur secondaire prédomine dans la province, puisqu’en 1930, il occupe 66,7 % des personnes actives. 61,7 % sont considérées lors de ce même recensement comme des ouvriers. Il n’est donc pas étonnant que lors des dernières élections législatives d’avant-guerre, celles d’avril 1939, les socialistes recueillent 44,2 % des suffrages, contre 21,2 % seulement aux catholiques, 18,2 % aux libéraux et 4 % à l’extrême droite rexiste. On notera en outre que les communistes, crédités de 9,5 % des votes, ne concurrencent pas vraiment les socialistes, au contraire de ce qui se passe dans le Nord-Pas-de-Calais4.

  • 5 53,1 % en 1938. Cf. J. Puissant, « L’œuvre gouvernementale du POB commence ou le POB à la conquête (...)
  • 6 Cf. Ch. Kesteloot, A. Mares et Cl. Marissal (dir.), Élections communales, 1890-1970. Banque de donn (...)
  • 7 Alice Dewerse, en fonction dans le village de Lamain, près de Tournai.

11Sur le plan local, les socialistes sont encore plus puissants : lors des quatre élections communales de l’Entre-deux-guerres, ils raflent entre 49,7 % (1926) et 54,1 % (1921) des sièges5. Cette hégémonie leur permet de diriger les conseils communaux de pratiquement toutes les localités du bassin industriel. On trouve par contre le plus souvent à la tête des quelques villes bourgeoises de la province une coalition libérale-socialiste ou libérale-catholique. La situation est variable dans les gros bourgs non industriels alors que les villages sont généralement aux mains des catholiques6. De ce fait, les secrétaires communaux sont plutôt de tendance socialiste dans les régions industrielles et d’orientation catholique dans les villages ; les sympathies sont par contre plus difficiles à déterminer dans les autres cas. À la veille de la guerre, ce sont tous des hommes, à une exception près7.

les structures communales dans la tourmente

  • 8 Cf. en particulier M. Van Audenhove, Histoire des finances communales dans l’évolution économique, (...)

12Avec la guerre, les attributions du pouvoir communal s’accroissent de manière considérable8. Ainsi, la commune a désormais le droit d’opérer des réquisitions en vue de sauvegarder la santé publique et d’assurer le ravitaillement : des immeubles sont réquisitionnés pour les réfugiés, des hommes sont contraints d’assurer la surveillance des récoltes. Par ailleurs, elle se doit de protéger la population. Les services d’incendie sont modernisés et une défense aérienne passive est organisée. En outre, elle a à fournir une aide aux personnes évacuées et aux réfugiés. L’assistance aux indigents prend une grande ampleur, même si la création du Secours d’Hiver en octobre 1940 soulage quelque peu les communes sur ce plan. Celles-ci ont encore à s’occuper de la restauration des biens endommagés par la guerre. Enfin, et ce n’est pas la moindre de leurs nouvelles tâches, elles ont à gérer le ravitaillement et le rationnement : elles opèrent le recensement des cultures et du cheptel, contrôlent la production et organisent le rationnement des biens ainsi que le ravitaillement des personnes.

  • 9 Voir, outre M. Van Audenhove, op. cit., A. Colignon, « Le nouvel ordre communal », dans Jours mêlés(...)

13Dans le même temps, les Allemands prennent dès la fin des opérations militaires, des initiatives en vue de mieux contrôler les autorités communales9. On assiste ainsi à partir de l’été 1940 à un début d’épuration des bourgmestres et des échevins. L’occupant profite en effet de la législation belge en matière d’abandon de poste pour remplacer un certain nombre d’édiles locaux ayant pris la fuite en mai 1940 par des personnalités jugées plus conciliantes vis-à-vis de l’Ordre nouveau. Le phénomène d’éviction s’accélère avec l’ordonnance allemande du 7 mars 1941 qui fixe la limite d’âge pour les fonctionnaires à 60 ans.

14La création, en 1942, des grandes agglomérations renforce encore la tendance. Par cette disposition, qui affecte environ 30 % de la population belge, 157 communes sont en effet rayées de la carte administrative au profit de sept grands ensembles érigés autour des principales villes du pays (Bruxelles, Anvers, Liège, Gand, Charleroi, Bruges et La Louvière).

15Au total, plus de la moitié des 2 676 bourgmestres de Belgique sont suspendus, révoqués ou le plus souvent contraints à la démission entre essentiellement l’été 1940 et la fin 1943. Sont surtout touchées les communes de moyenne et de grande importance. À l’exception de quelques-unes où le maïeur, généralement catholique, parvient à se maintenir, elles sont désormais dirigées par des collaborateurs nommés à partir du printemps 1941 par le nouveau secrétaire général du Ministère de l’Intérieur, le nationaliste-flamand Gerard Romsée. Censés être plus dociles vis-à-vis du pouvoir central, car installés par lui et mieux payés, les bourgmestres jouissent surtout d’une autorité renforcée sur leurs concitoyens, privés depuis avril 1941 de leurs conseils communaux, dont la compétence est dès ce moment conférée à des collèges souvent assujettis aux nouveaux maîtres des lieux.

  • 10 Voir, sur ce point précis, G. Dumont, L’influence de l’état de guerre sur la vie communale (mai 194 (...)

16Les secrétaires communaux sont également susceptibles d’être touchés par les diverses mesures qui atteignent les bourgmestres et les échevins, mais dans la pratique, les remplacements par des sympathisants de l’Ordre nouveau semblent être beaucoup moins nombreux10. Pour l’occupant, il est sans doute trop risqué de substituer à des employés qualifiés des personnes aux compétences douteuses, alors que de la valeur de l’administration locale dépend, en partie, la réussite de la mise en œuvre de l’exploitation du pays.

bourgmestres et secrétaires communaux hennuyers face à l’envahisseur

  • 11 Cf., à propos de l’attitude des bourgmestres hennuyers sous l’occupation, F. Maerten, Du murmure au (...)
  • 12 Nom donné jusqu’en 1940 au Parti socialiste belge.

17La province n’échappe pas aux bouleversements qui affectent l’ensemble du pays11. L’occupant ne peut en effet tolérer qu’une contrée d’une si grande importance économique – en 1938, elle fournit 58 % du charbon extrait en Belgique et près de 50 % de la fonte et de l’acier produits – soit, dans la plupart des cas, dirigée sur le plan local par des adversaires résolus du nazisme, à savoir les socialistes. Menée d’abord à un rythme assez lent, l’éviction des notables communaux du Parti ouvrier belge12 s’accélère en 1942 avec, surtout, la création, le 1er août de cette année du Grand La Louvière, et, le 1er septembre, du Grand Charleroi. La première entité, qui rassemble environ 105 000 habitants, consacre la fusion de 17 communes industrielles de la région du Centre. La seconde réunit 335 000 personnes issues de 31 grosses bourgades du pays de Charleroi. À la tête de ces deux ensembles imposants figurent désormais deux rexistes.

  • 13 Cf. Almanach de la province de Hainaut pour l’année 1940, Frameries, [1940], p. 140-157 et Almanach (...)

18L’existence d’un almanach du Hainaut confectionné à la fin de l’année 1942 permet, par comparaison avec celui édité en 1940, de faire le point sur les modifications intervenues à la tête des communes après deux ans et demi d’occupation13. Seuls 194 des 443 bourgmestres d’avant le 10 mai 1940, soit 43,8 % d’entre eux, sont encore en place. Si l’on se limite aux communes de plus de 5 000 habitants, le résultat est encore plus révélateur : il ne subsiste plus à l’aube de 1943 que deux maïeurs sur les 64 qui administraient trois ans auparavant les localités les plus importantes de la province.

  • 14 Si collaboration et résistance se définissent assez aisément en fonction d’un engagement clair pour (...)

19La répartition des bourgmestres en fonction au début de l’avant-dernière année d’occupation par type d’engagement – collaboration, résistance, neutralité apparente14 – indique une majorité d’attentistes (61,8 %) et un pourcentage de pro-Allemands (22,7 %) à peine supérieur à celui des combattants de l’ombre (16,8 %). Mais les résultats ne sont pas les mêmes si l’on considère les communes dans leurs délimitations de 1940 – 30,9 % d’entre elles sont désormais dirigées par des collaborateurs – et surtout les populations concernées. Près de deux Hennuyers sur trois (64,4 %) voient en effet leur administration communale dirigée par un sympathisant de l’occupant, un peu moins de trois sur dix par une personnalité neutre et moins d’un sur dix (9,1 %) par un résistant. La mainmise rexiste sur le pouvoir local est encore plus nette dans les bassins industriels puisque près de 8 habitants sur 10 (77,8 %) de ces contrées subissent un bourgmestre d’Ordre nouveau en 1943. On dépasse même à coup sûr les 80 % dans ces régions en 1944. À ce moment, le seuil des deux tiers d’Hennuyers contraints à supporter un maïeur collaborateur est franchi.

20Du côté des secrétaires communaux, on constate une stabilité beaucoup plus grande puisque 75,4 % de ceux en fonction en 1940 le sont encore en 1943. On recense parmi eux une proportion importante d’attentistes (69,3 %), mais aussi beaucoup de résistants (27,2 %) et peu de collaborateurs (3,4 %). Surtout, près d’un Hennuyer sur deux (48 %) dispose d’un secrétaire neutre et plus d’un sur cinq (21,3 %) d’un chef de l’administration locale opposé activement à l’occupant, alors qu’à peine trois sur dix (30,7 %) ont à supporter à ce poste un collaborateur. Encore la plupart de ces derniers ont-ils, en tant qu’habitants du Grand Charleroi, un secrétaire plutôt opportuniste que vraiment convaincu de la cause allemande. Cette présence à la tête de la grande agglomération industrielle de la province d’un rallié à l’Ordre nouveau explique pratiquement à elle seule l’importance de la part de la population des régions du Borinage, du Centre et de Charleroi confrontée à des secrétaires communaux acquis aux idées de l’occupant (40,5 %). Notons cependant que 45 % des personnes domiciliées dans ces contrées disposent d’un secrétaire non engagé.

21Ces données chiffrées ne fournissent évidemment qu’un tableau sommaire de la variété des attitudes. Surtout, elles ne rendent pas leur complexité et leur évolution. Ainsi parmi les treize secrétaires communaux du Hainaut engagés avec certitude dans la collaboration, on retrouve, outre l’un ou l’autre opportuniste préoccupé essentiellement de promotion sociale, des rexistes convaincus par l’idéologie d’Ordre nouveau. Certains paraissent ne pas causer de tort à la population locale alors que d’autres n’hésitent pas à dénoncer des compatriotes réfractaires ou résistants. Vers la fin de l’occupation, soit ils perçoivent leur erreur et tentent de se rattraper en rendant des services à leurs concitoyens, soit – le cas est plus rare – ils s’enfoncent dans une collaboration à outrance.

22Ainsi le secrétaire communal de Buvrinnes, Charles Wérenne, est condamné après-guerre à la détention perpétuelle pour avoir participé en 1944 avec d’autres rexistes de la région de Binche à la dénonciation et à l’arrestation de plusieurs résistants. Celui d’Ellignies-Saint-Anne, Joseph Prévost, ne connaît pas la Libération. Membre actif du cercle rexiste d’Ath, il déploie une intense propagande pour l’occupant et dénonce aux Allemands la chute d’un avion allié le 20 décembre 1943, provoquant l’arrestation de l’aviateur et de deux Belges. Devant le danger qu’il représente, il est abattu par la Résistance dans la nuit du 30 au 31 août 1944. Jules Mahieu, de Neufmaisons, près de Mons, subit le même sort le 15 juillet 1944.

23Mais ces cas de lutte sans merci entre résistants et secrétaires sont tout à fait marginaux. La plupart du temps d’ailleurs, l’homme à la tête de l’appareil administratif de la commune ne s’engage pas dans le conflit. Cette position, qui semble être celle de 242 des 349 secrétaires en place en 1943, cache en réalité des attitudes relativement différentes. Ces dernières peuvent aller de l’accommodation à la dissuasion, définie comme le refus latent de se plier à l’organisation de la société voulue par le régime, en passant par l’attentisme. Souvent, en outre, les secrétaires de cette catégorie évoluent dans le temps du premier au troisième de ces comportements (la remarque vaut évidemment aussi pour les bourgmestres de ce type).

  • 15 Rapport de M. Emile Pietquin, secrétaire communal de Châtelineau, chef du district administratif n (...)
  • 16 Rapport..., p. 54.

24Le témoignage précis d’Emile Pietquin, au début de la guerre secrétaire communal de Châtelineau, devenu lors de la création du Grand Charleroi chef de district de la nouvelle entité – soit une sorte de secrétaire communal adjoint – est particulièrement éclairant de la complexité des attitudes de la majorité des « notables » de l’administration locale15. Dans ce rapport, rédigé, dès septembre 1944, dans le but de se défendre des accusations de collaboration lancées contre lui par les autorités communales de Châtelineau qui usent de cet argument, pour l’empêcher de réintégrer ses fonctions, Pietquin avance diverses preuves d’un comportement « dissident » vis-à-vis de l’Ordre nouveau et de l’occupant. Ainsi, il va jusqu’à remettre des cartes de légitimation pour sauver des réfractaires menacés et à transmettre des renseignements militaires à des résistants authentiques. Mais, dans le même temps, il avoue implicitement avoir eu conscience d’être un rouage de l’Ordre nouveau : « Le personnel ne pouvait tout de même pas démissionner parce qu’il était englobé dans le Grand Charleroi. Il fallait vivre et pour cela gagner son pain. Ou bien aurions-nous dû démissionner en bloc, nous livrer aux Allemands ou faire du commerce noir ? »16. Pietquin ne sera pas poursuivi pénalement, mais il ne réintégrera pas son poste de secrétaire communal. Basse vengeance personnelle, comme il le prétend, ou conséquence d’une attitude douteuse sous l’occupation, comme l’affirment ses détracteurs, difficile évidemment de trancher de manière définitive même si les arguments avancés plaident plutôt en sa faveur.

  • 17 Voir son dossier personnel classé dans les Archives de la Ville de La Louvière ; le journal censuré(...)
  • 18 Le Pilori, 10.1943, p. 2.

25Le responsable administratif du Grand La Louvière, Fernand Lucq, est aussi classé parmi les non-engagés17. Son cas est cependant plus équivoque, puisque comptable dans une entreprise privée à la veille de la guerre, il profite de ses bonnes relations avec le nouveau pouvoir communal pour gravir rapidement les échelons de la hiérarchie administrative locale et devenir secrétaire communal de l’entité créée le 1er juin 1942. Même si son habitation est l’objet d’un attentat, le 19 avril 1944, il prend bien garde de ne pas s’associer à l’Ordre nouveau. Les journaux clandestins ne peuvent que lui reprocher son incompétence : « Cette outre vide [...] dont la faculté égale l’ignorance, est incapable de diriger qui que ce soit, puisqu’il ne connaît rien en matière administrative »18. Arrêté en septembre 1944 comme suspect, il est relaxé début janvier 1945 et ne paraît pas avoir subi de condamnation. D’ailleurs, dès sa libération, il revendique de pouvoir réintégrer l’administration communale, ce qui lui est prestement refusé par le nouveau pouvoir en place.

  • 19 Le Policier de Service, no 10, [après 5.1943], p. 1.
  • 20 Cf. Moniteur belge. Année 1949, Bruxelles, Imprimerie du Moniteur belge, 1949, p. 6672.

26La différence entre un non-engagé « accommodant » et un collaborateur modéré n’est, on l’a compris, pas énorme. Jean Jacquemin, le secrétaire communal de Marcinelle, commet incontestablement une imprudence lorsque, pour monter dans la hiérarchie, il s’affilie à un parti d’Ordre nouveau, les Amis du Grand Reich allemand. Il obtient bien le poste de secrétaire communal du Grand Charleroi, mais, si l’on en croit un journal clandestin bien informé, il regrette par la suite son geste devant la tournure des événements internationaux : « C’est un fonctionnaire de bonne compétence […] Peut-être M. J. serait-il resté jusqu’à la pension, secrétaire moyen à Marcinelle. Mais la guerre survint. M. J. pense – il n’est pas le seul à l’époque – que les Allemands ont partie gagnée. Une révolution – l’Ordre nouveau est en marche. Il convient, dès lors, de se mettre du côté où le fléau va pencher. Est-ce par déception, conviction, prudence ou calcul, mais M. J. ainsi que d’autres membres du personnel de Marcinelle s’affilient à l’AGRA [...]. M. J. croit que ce mouvement sera tout puissant dans le nouveau régime. Rallié de la première heure, il jouera sur le velours. Dès les prémices de la constitution du Grand Charleroi, M. J. sait qu’il sera ‘un premier plan’ [...]. Depuis tout un temps, M. J. s’essaie à opérer des remplis ; il éprouve le besoin de se justifier [...]. En somme, M. J. qui n’est pas à ce qu’il paraît un mauvais garçon, a fait une erreur de calcul »19 ; Cette « erreur de calcul » se paiera cher puisqu’après la guerre Jacquemin sera révoqué de ses fonctions de secrétaire communal à Marcinelle et privé pendant quelques années de ses droits civils et politiques20.

les secrétaires communaux résistants

27Les divers exemples évoqués témoignent de la difficulté de placer les secrétaires dans des catégories prédéfinies. La remarque vaut évidemment aussi pour ceux considérés par nous comme résistants. Ces derniers sont pendant un temps plus ou moins long de la guerre des non-engagés. En outre, même lorsqu’ils franchissent le pas de la lutte contre l’envahisseur, ils préfèrent dans la plupart des cas se maintenir à leur poste et donc en partie au moins accomplir des tâches utiles à l’occupant. Cependant, leur participation avérée à une résistance organisée contre l’ennemi les distingue tout de même nettement des autres secrétaires communaux.

Des chiffres révélateurs

28Même s’il convient de considérer avec prudence les reconnaissances officielles pour activités de résistance décernées après-guerre, notamment parce que des hommes habitués à remplir des formalités administratives sont avantagés dans ce domaine par rapport à la plupart de leurs concitoyens, il va de soi, à la lecture des résultats obtenus, que les secrétaires communaux s’investissent bien plus que la moyenne dans la lutte contre l’occupant. En effet, parmi les 95 secrétaires pour lesquels une activité de résistance régulière a pu être décelée, 83 soit 23,8 % de ceux qui sont en poste en 1943, obtiennent le statut de résistant contre approximativement un peu plus de 6 % parmi les hommes de Wallonie de 16 à 65 ans. Les secrétaires sont proportionnellement quatre fois plus nombreux que les Wallons dans leur ensemble à obtenir le statut de résistant armé, six fois plus nombreux à acquérir celui d’agent de renseignements et d’action, dix fois plus nombreux celui de résistant par la presse clandestine et treize fois plus nombreux celui de résistant civil.

29La différence d’investissement selon que le secrétaire gère une petite commune ou une localité de plus grande importance n’est pas très marquée. Dans le premier cas (jusqu’à 5 000 habitants), ils sont un peu plus de 26 % à avoir lutté contre l’occupant ; dans le second (de 5 000 à 20 000 personnes), le taux s’élève à 34,5 %. Lier uniquement cet écart à l’appartenance généralement catholique des autorités communales dans les villages et petits bourgs, et socialiste dans les communes plus peuplées, paraît hasardeux. D’autres facteurs, comme l’organisation plus précoce de la Résistance en ville, la nécessité d’un soutien plus important des structures administratives aux opposants en milieu urbain, ou encore l’obligation, pour les combattants de l’ombre, de contourner des bourgmestres collaborateurs plus nombreux en région industrielle, peuvent aussi expliquer ces divergences somme toute assez minimes de comportement.

30Ne connaissant ni l’âge, ni l’état civil, ni le nombre d’enfants de l’ensemble des secrétaires communaux du Hainaut, il y a peu à tirer des données relatives à ces sujets pour la frange résistante de cette population. Notons simplement que les secrétaires opposés activement à l’occupant sont en moyenne plus âgés que les résistants du Hainaut (entre 40 et 45 ans au lieu de entre 30 et 35 ans), qu’ils sont encore plus souvent mariés (86,6 % contre 74,9 %) et qu’ils ont plus fréquemment un ou des enfants (dans 67,7 % des cas contre 51,1 %). En résumé, et ceci n’a évidemment rien d’étonnant, ce sont plutôt des hommes installés dans la société que de jeunes aventuriers.

  • 21 La date d’adhésion est connue pour 90 secrétaires communaux résistants.
  • 22 En nombre d’adhésions, cela donne, du premier semestre 1941 à 1944, considéré comme un seul semestr (...)

31Dans plus de 92 % des cas, ils entrent dans la Résistance entre le début 1941 et la fin 194321. Au cours de ces six semestres, le recrutement est régulier, puisque le nombre d’adhésions varie de 11 minimum (second semestre 1941) à 17 maximum (premier semestre 1943). Une tendance à la hausse se manifeste néanmoins de l’été 1942 au printemps 1943 ; elle est suivie d’un léger fléchissement au cours du second semestre 1943, puis d’une chute brutale en 194422. Le fait que plus de 95 % des adhésions aient lieu avant les huit derniers mois d’occupation constitue une différence marquante par rapport à l’évolution chronologique du recrutement au sein de l’ensemble de la population masculine du Hainaut : en effet, près de 22 % des résistants hennuyers ne participent à la lutte organisée qu’à partir de 1944.

  • 23 Soit respectivement 78,9 % et 72,6 %.
  • 24 11,6 % des secrétaires aident les premiers, 17,9 % les deuxièmes et 23,2 % les troisièmes.

32À trois exceptions près, tous les secrétaires engagés dans le combat clandestin pratiquent l’aide aux illégaux. Plus de trois sur quatre viennent au secours de réfractaires et ils sont presque aussi nombreux à apporter leur aide aux résistants23. En outre, plus de 28 % d’entre eux participent au sauvetage des Juifs, un pourcentage non négligeable si l’on considère qu’en dehors d’un groupe d’environ 2 000 personnes localisées à Charleroi, les Juifs sont pratiquement absents du Hainaut à la veille de l’occupation. Enfin, les militaires alliés évadés ne sont pas négligés, qu’ils soient soldats français ou anglais, combattants russes ou polonais, ou surtout aviateurs anglo-saxons24.

33Ceci dit, les secrétaires sont à peine 15 à limiter leur activité au cadre de leur travail. 11 autres soutiennent plus largement les personnes recherchées par l’occupant et surtout 46, soit près de la moitié des individus concernés par cette enquête, s’occupent aussi de presse clandestine, de renseignement, d’assistance à la résistance armée. Dix-sept sont d’ailleurs reconnus officiellement résistants par la presse clandestine et quinze agents des services de renseignements et d’action, dont treize pour des activités dans des réseaux d’espionnage.

  • 25 Le service de renseignements Marc et le bras armé du Parti communiste, les Partisans, apparaissent (...)

34Étant donné l’importance de leur engagement en termes de soutien aux réprouvés, il n’est pas étonnant que plus de 61 % des secrétaires résistants, soit 58 d’entre eux, manifestent des liens avec le Front de l’Indépendance, la structure de masse soucieuse de l’aide aux illégaux mise sur pied à l’automne 1941 par le Parti communiste, mais qui recrute en fait dans des courants d’opinion s’étendant de la gauche modérée aux communistes. Le pourcentage élevé obtenu par l’Armée secrète (AS) – 41,1 % – peut, à première vue, paraître plus surprenant. Il témoigne que ce mouvement dirigé par des militaires ne se contente pas de soutenir les Alliés anglo-saxons à partir du débarquement et qu’il attire de nombreux secrétaires aux sympathies plutôt droitières. Les contacts avec les autres groupes sont plus marginaux, puisqu’aucun d’eux n’est mentionné par plus de douze secrétaires25. On notera enfin que les rapports avec le Parti socialiste clandestin sont relativement peu étoffés : six secrétaires seulement sont en relation directe ou indirecte avec lui.

35Dans la hiérarchie des mouvements, et par rapport à l’ensemble des résistants du Hainaut, les responsables administratifs de la commune se distinguent surtout par la forte proportion de personnes situées à un échelon intermédiaire (30,5 % contre 22,7 %). Un peu moins souvent hommes de base que la moyenne (58,9 % contre 68,3 %), ils sont à peine un peu plus nombreux à occuper des fonctions dirigeantes (10,5 % contre 9 %).

36Moins touchés par la répression (dans 21,1 % des cas contre 26,3 %) et les arrestations (17,9 % contre 23,7 %) que leurs camarades de Résistance, ils décèdent dans une proportion nettement moindre (6,3 % contre 10,2 %). La durée de détention de ceux qui parviennent à sortir vivants des geôles nazies n’excède jamais six mois, alors que seulement 45 % des résistants du Hainaut libérés des prisons ou des camps subissent une captivité aussi courte. Enfin, plus de 68 % des arrestations ont lieu entre juillet 1943 et la Libération, pourcentage relativement similaire à celui relevé pour l’ensemble des combattants de l’ombre. Mais alors que les arrestations touchent un pourcentage à peine plus important de secrétaires communaux en 1944 qu’en 1943 (9,5 % contre 8,4 %), elles frappent nettement plus leurs compagnons de lutte pendant les huit derniers mois de l’occupation (14,4 % contre 7,3 %).

37En résumé, environ un secrétaire communal du Hainaut sur quatre s’engage dans la Résistance, proportion élevée si on la compare au taux de participation à la lutte de l’ensemble de la population masculine de Wallonie. L’adhésion de ces hommes d’âge relativement mûr et proportionnellement un peu plus nombreux en milieu urbain que rural, s’effectue pour l’essentiel entre 1941 et 1943. Le recrutement est le plus intense entre l’été 1942 et la même période en 1943, soit lors de la massification du phénomène des illégaux. Les formes d’activités déployées, le choix des mouvements, les types de reconnaissance officielle et les contours de la répression confirment la prédominance de l’implication en faveur des personnes recherchées par l’occupant. Mais les données recueillies attestent aussi d’un champ d’action dépassant largement le cadre du soutien administratif ou humanitaire puisqu’il s’étend à la presse clandestine, au renseignement, et dans une moindre mesure, à la résistance armée. Le recours à l’étude de cas devrait permettre de mieux comprendre les ressorts de cet engagement à la fois ciblé et protéiforme.

Des profils éclairants

38Le caractère souvent laconique des dossiers personnels, leur aspect factuel, l’absence de mémoires ou récits détaillés d’acteurs retournés après-guerre à l’anonymat de leurs charges subalternes, et l’impossibilité d’encore les rencontrer, expliquent que nos analyses dépasseront rarement l’interprétation relativement sommaire des faits de résistance évoqués. Dans les cas de Georges Druart et d’Achille Liénard cependant, les sources sont plus abondantes, ce qui permet une description plus détaillée, mais aussi et surtout un essai de décryptage des motivations.

39Dès août 1940, Georges Druart, fonctionnaire alors âgé de trente ans en poste dans le gros village d’Harchies, aux confins du Borinage, soustrait une partie des armes entreposées à la maison communale. En novembre de la même année, il fleurit le monument aux morts de 14-18 de la localité. Deux mois plus tard, il participe à la création du premier noyau de résistants du bourg, noyau affilié à la Légion belge, première appellation de l’Armée secrète. Mais l’inactivité de la Légion belge lui pèse et en février 1942, il forme un groupe de sabotage et cherche à nouer le contact avec le Front de l’Indépendance naissant. C’est chose faite en mai 1942. Dès lors, des actions sont menées sous sa direction contre le charbonnage local, les voies et installations du chemin de fer, diverses lignes téléphoniques, des écluses et une laiterie travaillant pour le compte de l’occupant. Dans le même temps, il établit de nombreuses fausses pièces d’identité (cartes d’identité, pièces d’état civil, changements de résidence, cartes de travail) pour les soldats rentrés, les résistants pourchassés, les Juifs, les réfractaires, les prisonniers de guerre évadés et les aviateurs en détresse. Il s’occupe en outre de la récolte de fonds pour les familles des victimes de l’oppression nazie (Solidarité du FI) ainsi que de la rédaction, l’impression et la diffusion de tracts et de journaux clandestins.

40Dans l’espoir de disposer d’armes et de matériel, il s’affilie avec ses hommes de choc, en juin 1943 au Groupe G, structure spécialisée dans le sabotage né à l’Université libre de Bruxelles et qui cherche à l’époque à se développer dans la région. Dès lors, il mène de multiples opérations dirigées pour la plupart contre les voies ferrées et navigables. Son sens de l’organisation et son sang-froid frappent ceux avec qui il travaille. Mais le 9 octobre 1943, il est obligé de fuir Harchies, ayant appris que les Allemands le recherchent pour la livraison d’une fausse carte d’identité à un réfractaire entre-temps appréhendé.

41Désormais contraint à l’illégalité, il prend la tête du sous-secteur Mons-Borinage du Groupe G, où il fait mener jusqu’à la Libération d’importants actes de sabotage contre les voies de communication, mais aussi contre le réseau électrique et certaines usines produisant pour l’ennemi. Il est aussi amené à procéder à des réquisitions de timbres et d’argent ainsi qu’à commander des exécutions de dénonciatrices. Enfin, il participe avec ses hommes aux escarmouches de septembre 1944.

42Figure hors-pair de la Résistance, Georges Druart n’en paraît pas moins exprimer par ses états de service un sentiment partagé, sans doute, par nombre de ses collègues engagés comme lui dans la lutte, à savoir un profond patriotisme empreint d’une forte germanophobie. Semblent particulièrement attester de cet état d’esprit sa volonté d’en découdre avec l’occupant dès l’été 1940, son hommage aux morts belges de la Grande Guerre en novembre de la même année et son souci d’efficacité qui le fait passer, apparemment sans sourciller, de la Légion belge conservatrice au FI communisant pour finalement passer au Groupe G libre penseur.

  • 26 En mai 1940, il est en outre secrétaire de l’École professionnelle de Coupe et de l’École ménagère (...)

43Le combat mené par Achille Liénard, secrétaire communal de la grosse commune industrielle de Frameries, dans le Borinage, est marqué par une autre valeur fondamentale de la lutte clandestine, l’antifascisme. Né en 1896 dans une famille de mineurs, Liénard entre en 1912 à la commune de Frameries en qualité de commis. Il y gravit tous les échelons de la hiérarchie jusqu’à en atteindre le sommet en 1934. Dans le même temps, il poursuit sa formation intellectuelle et devient professeur de droit administratif aux cours provinciaux d’administration26. Il milite en outre au Parti ouvrier belge (POB), dont il est, apparemment, secrétaire de la centrale d’Éducation ouvrière pour le Borinage dans l’entre-deux-guerres.

44Son appartenance à l’appareil régional du POB en fait une cible de choix pour les rexistes du lieu qui profitent de sa fuite et de celle de son bourgmestre en France en mai 1940, pour prendre les rênes du pouvoir local et le révoquer. Mais Liénard compte de nombreux appuis tant au Ministère de l’Intérieur qu’au Gouvernement provincial. Malgré diverses plaintes des nouveaux édiles aux Allemands et une campagne de presse féroce dans l’organe national de Rex, Le Pays réel, il continue à recevoir son traitement. Bien plus, il est autorisé par l’administration centrale à reprendre ses fonctions le 20 janvier 1941. Son retour n’apaise évidemment pas les esprits. Liénard se sent surveillé. En mai 1941, il est arrêté par les Allemands sous l’inculpation de rédaction et diffusion de tracts clandestins, puis libéré cinq jours plus tard faute de preuves.

45Lui-même ne reste pas inactif. Ses démarches auprès du procureur du Roi de Mons et des fonctionnaires du Ministère de l’Intérieur, aboutissent à la rédaction par les autorités supérieures belges d’un rapport soulignant les gabegies de l’équipe constituée au printemps 1940. Celle-ci est, dès lors, forcée de céder la place. La victoire de Liénard n’est cependant que partielle et provisoire. En effet, le bourgmestre nommé en septembre 1941 est plutôt de teinte Ordre nouveau. En outre, si deux échevins socialistes d’avant-guerre peuvent alors reprendre leurs fonctions, ils sont, dès le printemps 1942, remplacés par des rexistes convaincus. L’administration communale est dès lors coupée en deux : on trouve d’une part les nouveaux responsables politiques locaux aidés par quelques policiers et employés, et de l’autre, le secrétaire communal soutenu par le reste du personnel.

  • 27 A propos de l’engagement dans la Résistance des Églises protestantes du Borinage, et en particulier (...)

46Depuis l’été 1941, la lutte menée par Liénard ne se limite cependant plus à la contestation du pouvoir rexiste en place. À l’époque, en effet, il commence à confectionner de fausses cartes d’identité pour les personnes menacées par les Allemands. L’activité, d’abord sporadique, prend à l’été 1942 une ampleur considérable. C’est qu’à partir de ce moment, Liénard accepte de se charger de l’organisation d’un service de délivrance de faux documents (changements de domicile, pièces d’identité, extraits d’actes de naissance et de mariage) en faveur des Juifs, puis bientôt des réfractaires, résistants et prisonniers de guerre évadés. Le choix fait par le pasteur Ernest Charensol de Warquignies, initiateur du FI et promoteur de l’aide aux Juifs dans la région, de s’adresser à Liénard, est particulièrement judicieux27. L’homme dispose de multiples relations dans les communes des environs. En quelques mois, il crée un véritable réseau impliquant outre divers employés, les secrétaires communaux de Ghlin, la Bouverie, Pâturages, Steenkerque, Tertre et Warquignies. Profitent, surtout, de cette aide, le FI régional, mais aussi l’AS de Frameries et l’un ou l’autre groupe actif dans le renseignement.

47L’activité de Liénard ne se limite pas à ce soutien administratif. À l’instigation du pasteur Charensol, il devient responsable local de Solidarité du FI et récolte des fonds à domicile. Par ailleurs, il transmet à des réfractaires des timbres de ravitaillement fournis par un employé. Il aide en outre à trouver des abris sûrs pour des résistants, des prisonniers évadés, des réfractaires et des Juifs, et vient également au secours d’aviateurs alliés et de soldats russes. Enfin, il participe à la presse clandestine, en particulier à celle du FI, par la rédaction d’articles, la fourniture de documents et la diffusion de journaux.

  • 28 Le même jour, l’occupant tente d’appréhender Georges Druart. La coïncidence est troublante, mais ni (...)

48Mais tout cela ne passe pas inaperçu. Menacé de mort par lettre anonyme, le 11 septembre 1943, il décide de ne plus se rendre à son travail. Bien lui en prend, car le 9 octobre 1943, les Allemands se présentent à la maison communale pour l’arrêter28. Commence alors une vie de reclus dans divers lieux du Borinage, mais aussi dans le Centre et à Bruxelles. Malgré une santé déficiente et la perte de nombreux contacts, il continue, dans la mesure de ses moyens, à apporter son concours à la résistance administrative jusqu’à la libération du territoire.

  • 29 A propos des valeurs présentes dans la Résistance hennuyère, cf. F. Maerten, « Le poids du souvenir (...)

49Derrière la lutte d’ordre personnel qui oppose, dans un premier temps, Liénard à ceux qu’il appelle « les usurpateurs » apparaît bien en filigrane sa volonté intangible de combattre des hommes désireux d’implanter une idéologie contraire à ses idéaux. Son sens de la solidarité le pousse en outre à s’investir dans une aide à grande échelle en faveur des réprouvés du nouveau régime. Il ne va cependant pas jusqu’à prendre part, ou même, à organiser des actions violentes contre l’occupant. Sans en avoir de preuves formelles, on peut donc estimer que son action entre plus dans un schéma de pensée socialiste, pacifiste et antifasciste que patriotique, même si, comme membre du FI, il propage autant le patriotisme que l’antifascisme29.

50Ceci dit, si les valeurs susmentionnées constituent de toute évidence un élément indispensable au développement de la Résistance, l’exemple du secrétaire communal de Frameries atteste que souvent, elles ne conduisent pas à elles seules à l’opposition active. Cette dernière découle en effet, généralement, de la combinaison de ces motivations profondes avec le sentiment de pouvoir être utile à la lutte contre l’occupant. Encore la plupart du temps, la personne a-t-elle besoin d’être sollicitée personnellement pour oser franchir le cap d’un engagement aussi périlleux. Ainsi, tout comme Achille Liénard, nombre de secrétaires ne se lancent vraiment dans la Résistance que lorsqu’on les contacte pour venir en aide aux illégaux, domaine d’activité qui correspond à leurs compétences professionnelles, mais aussi à leur culture du service à rendre au public.

  • 30 Sur l’action du CDJ de Charleroi, cf. P. Broder, Des juifs debout contre le nazisme, Bruxelles, EPO (...)

51On comprend dès lors mieux le succès rencontré auprès d’eux, à l’été 1942 par les initiateurs hennuyers de l’aide à la population juive, contrainte, dès cette époque, de se cacher pour survivre. Les contacts développés, via le FI naissant, permettent de toucher, outre le Borinage, le Centre, la région de Beaumont et, bien évidemment, le pays de Charleroi d’où l’initiative est partie. Au total, 43 administrations communales du Hainaut, représentées dans de nombreux cas par leur plus haut fonctionnaire - mais aussi parfois par le receveur communal, le commissaire de police ou des employés subalternes - répondent favorablement aux sollicitations du Comité de Défense des Juifs (CDJ) de Charleroi, et en particulier de ses deux émissaires les plus actifs, les Juifs communistes Max Katz et Sem Makowski30.

52Outre Achille Liénard, se distinguent parmi les secrétaires communaux pour leur contribution personnelle dans ce domaine et leur rayonnement auprès de collègues et autres agents administratifs, Marcel Ronchain, de Tertre, une recrue de Liénard qui deviendra en 1943 un des responsables de Solidarité du FI pour le Borinage, Gustave Dewilde, de Chapelle-lez-Herlaimont (Centre) qui travaille au sein d’une administration en grande partie acquise à la Résistance, Jean Leroy, de Leval-Chaudeville (près de Beaumont), qui propage le FI dans le sud de la province, et Lucien Mercier, de Liberchies (confins du bassin de Charleroi), qui fait de sa petite commune un des centres nerveux de l’aide aux illégaux du FI dans la région.

53Une fois le doigt mis dans l’engrenage, il est en effet difficile à ces patriotes et/ou antifascistes de dire non aux sollicitations multiples qui ne cessent d’affluer. Très vite, celles-ci ne concernent plus seulement les Juifs, mais aussi et surtout la masse toujours plus grande de réfractaires et de résistants poussés à la clandestinité. Des villes et des contrées industrielles, la Résistance se propage aux campagnes où les illégaux peuvent plus facilement se cacher. En conséquence, d’autres secrétaires communaux sont requis tel François Martinage, de Bruyelle, près de Tournai, qui à partir de l’automne 1943 dirige le sous-secteur d’Antoing du FI. Ce socialiste actif dans la presse clandestine et surtout l’aide aux illégaux - il travaille non seulement pour Solidarité mais aussi à partir de mai 1944 pour Socrate, structure mise sur pied par le gouvernement de Londres et les interlocuteurs sociaux traditionnels (patronat, syndicats) dans le but de distribuer de l’argent aux réfractaires – recrute et dirige une équipe composée notamment de plusieurs secrétaires des environs. Parmi eux figure Denis Belin, de Taintignies, dont la participation à la lutte contre l’occupant gagne considérablement en importance après le meurtre de son fils Gérard par des membres des Gardes wallonnes rexistes, le 19 juillet 1943. Dès lors, en effet, il remplace ce dernier à la tête de la Résistance locale et fait de sa commune rurale un véritable refuge pour réfractaires et résistants recherchés.

54Lors de la dernière année d’occupation, des illégaux affluent aussi dans la seule partie boisée de la province, le pays de Chimay. On y recense des Juifs, des réfractaires et des prisonniers russes évadés des charbonnages, ensemble de personnes venant de la contrée voisine de Charleroi, mais également des aviateurs alliés dont l’engin a été abattu dans la région et des résistants originaires des quatre coins du pays qui y trouvent un terrain propice à la constitution de maquis. La demande d’assistance logistique y est donc forte. Il n’est dès lors pas étonnant d’y compter plusieurs secrétaires communaux très actifs, tel Odon Andrieu, de Rièzes. Recruté pour le FI en juillet 1943, ce dernier se distingue surtout par le placement de Juifs, réfractaires et aviateurs alliés ainsi que par l’organisation d’un système de ravitaillement faisant appel aux fermiers des environs pour les résistants du maquis de Rièzes.

55Si l’extension du phénomène des illégaux est fondamental pour comprendre l’engagement en masse des secrétaires communaux, le cas de Georges Druart défiant l’envahisseur dès les premiers mois d’occupation, n’est pourtant pas isolé. Ainsi, Victor Bohain, de Thuin, adhère à la Légion belge dès novembre 1940. Ce fils de banquier est sans doute élevé dans la vénération de la patrie puisque tant sa sœur Hélène que son frère Albert sont comme lui des pionniers régionaux d’une Résistance située plutôt à droite. Emprisonné du 21 février au 20 mars 1941, pour avoir protesté contre ce qu’il considère comme des réquisitions abusives de l’autorité allemande, Victor Bohain ne se contente pas de fonder et de développer la Légion belge à Thuin. À partir du printemps 1942, il organise la récolte d’informations qu’il transmet successivement à plusieurs réseaux. Sa fonction de secrétaire communal le pousse, en outre, à s’investir dans l’aide aux illégaux via la fourniture de faux papiers et l’hébergement de plusieurs personnes recherchées, dont deux aviateurs américains. Cela ne l’empêche pas de participer à la réception de deux parachutages, le premier pour la mission de propagande Othello en octobre 1943 et le second pour l’Armée secrète en juillet 1944. Contraint à l’illégalité après avoir échappé d’extrême justesse aux Allemands le 7 février 1944, il prend part, sept mois plus tard, aux escarmouches de la Libération.

56Le parcours de son collègue de Binche, Louis Leroy, est en de nombreux points similaire. Affilié dès le 1er janvier 1941 à la Légion belge dont il assume le commandement dans sa ville natale, il fournit des renseignements à deux réseaux, secourt des illégaux et participe en 1944 à divers transports d’armes pour l’Armée secrète. Révoqué en janvier 1944 par le bourgmestre rexiste, il doit se cacher à partir de juin, étant menacé par une bande à la solde de l’occupant. Enfin, lui aussi participe aux journées de septembre 1944. Le cas du secrétaire de tendance libérale de Chièvres, Henri Rousseau, est beaucoup plus exceptionnel. Chargé dès octobre 1941 par le service Clarence d’organiser l’observation de l’important aérodrome allemand situé sur le territoire de la localité, il se refuse à toute autre forme d’action contre l’occupant pour ne pas compromettre la mission qui lui a été confiée. Ce cloisonnement strict lui permet d’opérer sans dommage jusqu’à la Libération.

  • 31 A l’exception de la participation aux combats de la Libération, assez régulièrement mentionnés. Enc (...)

57Ces exemples confirment bien que nombre de secrétaires communaux étendent leurs activités bien au-delà de l’aide aux illégaux. Seule, en définitive, l’action strictement armée, trop étrangère à leurs pratiques et à leur culture, et peut-être aussi trop éprouvante sur le plan physique pour des personnes ayant souvent dépassé la quarantaine, est peu développée31.

  • 32 Il est en poste à Hollain, commune voisine du Tournaisis. Leuze et Escanaffles se situent également (...)

58Moins exposés que d’autres, du fait d’une résistance généralement peu spectaculaire et du camouflage offert par l’activité professionnelle, les secrétaires actifs contre les Allemands ne sont pourtant pas à l’abri des coups durs. Ainsi, onze d’entre eux sont forcés d’abandonner leur poste en 1943 ou en 1944 sous la pression d’un bourgmestre rexiste ou, le plus souvent, d’un occupant sur le point de procéder à leur arrestation. Plus grave encore, vingt subissent la répression de l’ennemi et surtout six paient de leur vie leur engagement. Fernand Lignian, responsable de l’Armée secrète à Rumes (Tournaisis), impliqué dans l’aide aux illégaux et co-fondateur du clandestin Le Vigilant, décède le 27 janvier 1944 des suites d’un refroidissement encouru lors d’une de ses nombreuses sorties nocturnes. Fernand Hismans est, quant à lui, victime du climat de terreur qui règne dans le Borinage à l’été 1944. Ce membre du FI préoccupé de l’aide aux illégaux est en effet exécuté à titre de représailles par des tueurs rexistes le 8 juillet 1944. Enfin, Joseph Depelchin de Leuze, Jean Taquet d’Escanaffles, Emile Wève de Rêves et Léon Deghoy de Bléharies32, meurent d’épuisement dans les camps de concentration nazis. Les trois premiers sont arrêtés suite à leur activité en faveur des illégaux alors que le dernier est appréhendé le 21 juillet 1944, jour de la fête nationale, parce qu’il porte une cocarde tricolore.

59Cette analyse de divers parcours individuels, il est vrai présentés par sous-ensembles offrant une certaine cohérence, autorise à affiner le tableau dressé à l’issue de l’enquête quantitative. Prédisposés à agir du fait d’un attachement à la patrie belge teinté d’une forte germanophobie héritée de 14-18 et/ou d’un rejet de tout système fasciste et a fortiori nazi, un quart environ des secrétaires communaux du Hainaut franchissent le seuil de la participation à l’action organisée contre l’occupant. Pour certains, la présence sur le territoire belge d’Allemands considérés, depuis 1914, comme les ennemis irréductibles de la Nation, associée à l’échec de la mise au pas de la Grande-Bretagne, suffit à mettre en branle le processus d’opposition. Pour la plupart cependant, on assiste à un lent mûrissement favorisé par l’irritation croissante vis-à-vis de l’occupant et de ses séides rexistes souvent installés à la tête des communes, par le cours pris, peu à peu, par le conflit et surtout par les sollicitations de plus en plus nombreuses en faveur des illégaux.

60Dans de nombreux cas, le basculement définitif s’opère entre l’été 1942 et la même période en 1943, sous la pression de mouvements de résistance désormais bien organisés, œuvrant dans un but patriotique et humanitaire, et disposant de relais personnels s’étendant tant vers la gauche classique (le FI via les milieux antifascistes) que vers la droite traditionnelle (l’AS par le biais de cercles patriotes), tous arguments auxquels un pourcentage important de secrétaires communaux, de droite comme de gauche, ne restent pas insensibles. Dans un premier temps, le recrutement s’opère par le biais d’une personnalité locale (par exemple, le pasteur Charensol pour Achille Liénard, mais aussi le receveur communal Raymond Plumet pour Gustave Dewilde, l’industriel leuzois Max De Groeve pour Joseph Depelchin) ou même régionale (ainsi, le fonctionnaire et militant socialiste Alfred Delbrayère pour François Martinage, le bénédictin montois Daniel Duesberg pour Victor Bohain, le pharmacien Orner Carlier pour Henri Rousseau). Dans un second temps, il n’est pas rare de voir se développer de véritables réseaux de secrétaires résistants grâce à l’action de quelques pionniers particulièrement dynamiques (Jean Leroy, Achille Liénard, François Martinage, Lucien Mercier). La réussite de telles entreprises témoigne en outre des liens étroits unissant ces fonctionnaires très particuliers.

61Preuve que l’engagement de ces responsables administratifs locaux n’est pas uniquement lié à ce qui pourrait être ressenti comme une obligation morale d’utiliser les facilités octroyées par la profession pour venir en aide aux réprouvés, l’activité s’étend généralement bien au-delà du simple soutien administratif. Elle dépasse même souvent le champ de la solidarité pour atteindre les rivages nettement patriotiques et antifascistes de la presse clandestine, du renseignement et de l’organisation de la résistance armée. Seul le passage à la violence constitue, pour la grande majorité, un obstacle physiquement et surtout culturellement infranchissable. Habitués à régler les différends sur papier, ils ne peuvent, dans la plupart des cas, se résoudre à utiliser un moyen étranger à leurs pratiques, contraire à leur déontologie et potentiellement susceptible de déstabiliser une société dont ils sont un des éléments pacificateurs au niveau local.

62Même s’ils en sont rarement à la tête, les secrétaires communaux constituent donc un rouage important d’une machinerie résistante qui peut souvent, par leur biais, contourner des bourgmestres acquis à l’occupant et disposer d’atouts appréciables face à un ennemi engagé dans une guerre totale à partir du second semestre de l’année 1942. Mis à contribution dans les villes puis aussi dans les villages où peu à peu la Résistance s’organise et surtout où de plus en plus d’illégaux trouvent refuge à partir de 1943, les secrétaires communaux s’exposent toujours davantage. Il n’est, dès lors, pas étonnant qu’ils aient à subir une répression accrue dans les vingt derniers mois de l’occupation, répression restée toutefois mesurée grâce à leur faible engagement dans la lutte armée, à leur capacité à camoufler leurs activités et, sans doute également, aux complicités obtenues en cas d’alerte. Aussi la plupart d’entre eux peuvent-ils reprendre leurs fonctions au lendemain de la Libération. La Résistance ne modifie d’ailleurs pratiquement jamais la destinée professionnelle des survivants. Ainsi, parmi les secrétaires cités, seul Achille Liénard quitte son emploi au lendemain de la guerre pour accéder au poste convoité de greffier provincial.

conclusion

63Au sein d’un pouvoir communal soumis à d’importants bouleversements tant sur le plan de ses attributions que de son personnel politique, le secrétaire reste de l’aube à l’issue du conflit un élément stable et même stabilisateur.

64Sous l’occupation, il est relativement protégé de l’arbitraire de l’ennemi et des autorités communales rexistes par sa compétence technique. L’envahisseur est en effet peu enclin à écarter ce rouage essentiel de l’administration locale, administration dont l’importance est fondamentale dans la mise en œuvre de l’exploitation du pays. Les réticences à démettre les secrétaires communaux sont d’autant plus grandes que, comme l’exemple de Frameries l’a bien montré, les rexistes disposent rarement de personnes qualifiées capables de les remplacer efficacement.

65De leur côté, les secrétaires tiennent à rester à leur poste. Sans doute estiment-ils que c’est là le meilleur moyen de continuer à servir leurs concitoyens. Mais il ne faudrait pas sous-estimer des arguments plus pragmatiques : comme le fait remarquer Emile Pietquin, de quoi vivraient-ils s’ils perdaient leur emploi ? Pendant longtemps, la Libération n’est en effet qu’un rêve lointain, et un rêve ne nourrit pas une famille. Enfin, les secrétaires peuvent d’autant plus facilement adopter cette politique de présence que leurs fonctions ne les obligent pas à des compromissions susceptibles de coûter cher une fois les Allemands chassés du pays.

66La donne change tout de même quelque peu à partir de l’été 1942. La création des grandes agglomérations, initiative condamnée par le gouvernement de Londres, place les secrétaires des régions industrielles de La Louvière et de Charleroi dans une situation délicate, même si, dans les nouvelles structures créées, ils n’occupent généralement plus que des postes relativement subalternes. Surtout, la chasse à l’homme entamée alors à grande échelle par l’occupant à des fins idéologiques (contre les Juifs), économiques (contre les réfractaires, les prisonniers russes évadés des charbonnages) ou militaires (contre les soldats et aviateurs alliés, les résistants) les interpelle directement. Vu leur rôle crucial dans le contrôle des identités et le ravitaillement des populations, le simple accomplissement de leurs tâches administratives pourrait passer pour une certaine forme de complicité.

67Si la plupart poursuivent tout de même une sorte de politique de la corde raide qu’ils justifieront après-guerre par l’importance des services rendus à la population et la nécessité de survivre, et si quelques-uns s’enfoncent dans la collaboration à outrance, une importante minorité s’engage, en grande partie par solidarité avec les victimes de l’oppresseur, dans la voie risquée de la résistance. Ce faisant, ils rejoignent un petit groupe de pionniers actifs contre l’occupant, dès la fin 1940 ou le début 1941, car ils sont incapables, par antifascisme ou surtout par patriotisme teinté de germanophobie, de supporter sans réagir la mainmise des Allemands et des collaborateurs sur le pays.

68Une telle attitude les expose à une rupture du pacte de non-belligérance conclu tacitement entre les secrétaires communaux et l’administration militaire au lendemain de l’invasion. Cependant, la répression, limitée essentiellement aux années 1943-1944, ne touche finalement qu’un pourcentage peu élevé d’entre eux. Et si l’arrestation ou la fuite dans la clandestinité éloigne pour un temps le fonctionnaire des habitants de sa localité, pour les survivants, le gain en termes de proximité avec leurs concitoyens est, à long terme, indéniable.

  • 33 Cf. Almanach... 1940, p. 140-157 ; Almanach... 1943, p. 344-361 ; Almanach de la province de Hainau (...)
  • 34 Les résultats partiels dont nous disposons pour les élections communales de début 1946, les premièr (...)

69Restés dans la plupart des cas aux côtés de la population pendant toute l’occupation sans se compromettre avec l’envahisseur et, pour un quart d’entre eux, en combattant activement l’ennemi, qui plus est, le plus souvent, par un soutien apprécié aux réprouvés du régime, les secrétaires communaux sortent de l’épreuve avec un prestige renforcé. Surtout, par leur attitude et leur permanence de l’avant à l’après-guerre – ainsi, 63,4 % d’entre eux restent en place de 1940 à 194633 – ils facilitent la restauration, dans ses cadres légaux d’avant l’invasion, d’une institution communale qui retrouve la plupart de ses dirigeants démis par l’occupant dès les premiers jours de septembre 1944. Qui sait d’ailleurs si, par leur exemple de proximité et d’entraide, empreinte d’un profond respect des règles de la démocratie locale, les secrétaires communaux, et en particulier les secrétaires communaux résistants, ne contribuent pas aussi à la réélection de la majorité de leurs « patrons » en février 194634 ?

70Plus fondamentalement, ils symbolisent à merveille une société apte à courber l’échine et à s’adapter de façon, il est vrai, peu glorieuse, à une situation difficile, tout en étant capable de faire preuve d’un véritable esprit de solidarité non dénué de risques lorsque la nécessité s’en fait sentir.

Notes

1 Sur ces questions de droit administratif relatives au pouvoir communal et aux attributions du secrétaire, nous nous sommes essentiellement basés sur R. Wilkin, Organisation et fonctionnement des autorités communales, Liège, Imprimerie des Invalides, 1938 et Id., Commentaire de la loi communale, Bruxelles, Ed. Bruylant, 1947, 3 vol.

2 R. Wilkin, Commentaire de la loi communale..., t. 3, p. 1406.

3 Pour une présentation rapide du Hainaut à la veille de la guerre, voir F. Maerten, « Résistance et société en Hainaut belge. Histoire d’une brève rencontre », dans R. Vandenbussche (dir.), L’engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique), Lille, Université de Lille 3, 2003, p. 77-96, spécialement p. 77-79.

4 Aux élections législatives de 1936, le PCF recueille 18,1 % des suffrages dans le Nord et 15,8 % dans le Pas-de-Calais, contre respectivement 28,3 % et 22,7 % pour les socialistes. Cf. notamment Y. Le Maner, « Éléments pour une histoire des socialistes du Nord-Pas-de-Calais pendant l’occupation », dans E. Dejonghe (dir.), L’occupation en France et en Belgique 1940-1944. Actes du colloque de Lille - 26-28 avril 1985, Villeneuve d’Ascq, Revue du Nord, 1987-1988, t. 2, 1988, p. 833-857, spécialement p. 835.

5 53,1 % en 1938. Cf. J. Puissant, « L’œuvre gouvernementale du POB commence ou le POB à la conquête d’un substitut du pouvoir d’État (1884-1921) », dans Les élections communales et leur impact sur la politique belge (1890-1970). 16e Colloque International. Spa, 2-4 sept. 1992. Actes, Bruxelles, Crédit communal, 1994, p. 75-105, spécialement p. 94-98.

6 Cf. Ch. Kesteloot, A. Mares et Cl. Marissal (dir.), Élections communales, 1890-1970. Banque de données, Bruxelles, Crédit Communal, 1996, p. 86-91, 227-232, 244, 261-274.

7 Alice Dewerse, en fonction dans le village de Lamain, près de Tournai.

8 Cf. en particulier M. Van Audenhove, Histoire des finances communales dans l’évolution économique, financière et sociale de la Belgique 1918-1985, Bruxelles, Crédit communal, 1990, t. 1, p. 261-272.

9 Voir, outre M. Van Audenhove, op. cit., A. Colignon, « Le nouvel ordre communal », dans Jours mêlés (Jours de guerre, 11-12-13), Bruxelles, Crédit communal, 1997, p. 35-91.

10 Voir, sur ce point précis, G. Dumont, L’influence de l’état de guerre sur la vie communale (mai 1940-juin 1941), Liège, Impr. Liège-Éditions, 1941.

11 Cf., à propos de l’attitude des bourgmestres hennuyers sous l’occupation, F. Maerten, Du murmure au grondement. La Késistance politique et idéologique dans la province de Hainaut pendant la Seconde Guerre mondiale (mai 1940-septembre 1944) (Analectes d’histoire du Hainaut, 7), Mons, Hannonia, 1999, t. 1, p. 76-121. Pour les secrétaires communaux, nous avons étoffé l’étude réalisée dans le cadre de notre thèse de doctorat (voir F. MAERTEN, op. cit., p. 122-133) par une relecture attentive des sources utilisées alors (voir les notes 320 à 399 du même ouvrage). Merci aussi à Thierry Delplancq, archiviste de la Ville de La Louvière, pour les documents transmis relatifs au Grand La Louvière.

12 Nom donné jusqu’en 1940 au Parti socialiste belge.

13 Cf. Almanach de la province de Hainaut pour l’année 1940, Frameries, [1940], p. 140-157 et Almanach... 1943, Frameries, [1943], p. 344-361.

14 Si collaboration et résistance se définissent assez aisément en fonction d’un engagement clair pour ou contre l’occupant, la neutralité apparente couvre des attitudes très variées (voir infra), dont le dénominateur commun est uniquement l’absence de prise de position nette envers l’envahisseur. Sur ces nuances de comportement, cf. notamment M. O. Baruch, Servir l’État français. L’administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fayard, [1997], p. 429-433.

15 Rapport de M. Emile Pietquin, secrétaire communal de Châtelineau, chef du district administratif n ° 1 sur son comportement au Grand Charleroi, Charleroi, s.e., [1944], 63 p.

16 Rapport..., p. 54.

17 Voir son dossier personnel classé dans les Archives de la Ville de La Louvière ; le journal censuré Le journal du Centre, 14-15.5.1942, p. 3 ; 1.6.1942, p. 2 et 2.6.1942, p. 2 ; les feuilles clandestines Le Pilori, 10.1943, p. 2-3 et Vaincre, 10.1943, p. 3 ; fichier Attentats au CEGES.

18 Le Pilori, 10.1943, p. 2.

19 Le Policier de Service, no 10, [après 5.1943], p. 1.

20 Cf. Moniteur belge. Année 1949, Bruxelles, Imprimerie du Moniteur belge, 1949, p. 6672.

21 La date d’adhésion est connue pour 90 secrétaires communaux résistants.

22 En nombre d’adhésions, cela donne, du premier semestre 1941 à 1944, considéré comme un seul semestre, 14, 11, 12, 15, 17, 14 et 4.

23 Soit respectivement 78,9 % et 72,6 %.

24 11,6 % des secrétaires aident les premiers, 17,9 % les deuxièmes et 23,2 % les troisièmes.

25 Le service de renseignements Marc et le bras armé du Parti communiste, les Partisans, apparaissent douze fois, pour onze fois au Groupe G, structure de sabotage née à l’Université libre de Bruxelles, et dix fois à l’organisation d’aide aux réfractaires conçue à Londres Socrate et au Mouvement national belge, groupement situé dans la droite modérée. Une vingtaine d’autres mouvements sont cités de une à six fois.

26 En mai 1940, il est en outre secrétaire de l’École professionnelle de Coupe et de l’École ménagère de Frameries, ainsi qu’inspecteur provincial des bibliothèques communales.

27 A propos de l’engagement dans la Résistance des Églises protestantes du Borinage, et en particulier de l’action du pasteur Charensol, cf. F. Maerten, op. cit., p. 200-203.

28 Le même jour, l’occupant tente d’appréhender Georges Druart. La coïncidence est troublante, mais ni Druart, ni Liénard ne font état d’un lien quelconque entre eux.

29 A propos des valeurs présentes dans la Résistance hennuyère, cf. F. Maerten, « Le poids du souvenir de 14-18 dans l’engagement résistant durant la Seconde Guerre mondiale. Le cas du Hainaut », dans F. Maerten, J.-P. Nandrin et L. Van Ypersele, Politique, imaginaire et éducation. Mélanges en l’honneur de Jacques Lory, Bruxelles, Facultés universitaires Saint-Louis, 2000, p. 89-125.

30 Sur l’action du CDJ de Charleroi, cf. P. Broder, Des juifs debout contre le nazisme, Bruxelles, EPO, 1994.

31 A l’exception de la participation aux combats de la Libération, assez régulièrement mentionnés. Encore s’agit-il de savoir si cette participation, souvent décrite de manière vague, s’est vraiment traduite par une confrontation directe avec des soldats allemands.

32 Il est en poste à Hollain, commune voisine du Tournaisis. Leuze et Escanaffles se situent également dans cette région alors que Rêves est un village des environs de Charleroi.

33 Cf. Almanach... 1940, p. 140-157 ; Almanach... 1943, p. 344-361 ; Almanach de la province de Hainaut pour l’année 1946, Frameries, [1946], p. 140-157.

34 Les résultats partiels dont nous disposons pour les élections communales de début 1946, les premières de l’après-guerre, indiquent bien un certain tassement des socialistes au profit des communistes, et des libéraux au profit des catholiques, mais de manière générale, le Parti socialiste domine toujours largement dans le Hainaut, puisqu’il obtient 40,7 % des sièges. Pour le PSB, la cure ne sera que passagère : en 1952, il raflera 57,3 % des mandats de conseillers communaux. Cf. J. Puissant, op. cit., p. 94 et Ch. Kesteloot, A. Mares et Cl. Marissal (dir.), op. cit., p. 91.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2146/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 550k

Auteur

CEGES- Bruxelles

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540