Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les services publics et la Résistance en zone interdite et en Belgique (1940-1944)

 | 
Robert Vandenbussche

Les syndicats des services publics et la résistance en Belgique

Rik Hemmerijckx

Texte intégral

  • 1 J. Semelin, Sans armes face à Hitler. La résistance civile en Europe 1939-1943, Paris, 1989, 270 p (...)

1Plus encore que l’occupation des années 1914-1918 celle des années 1940-1944 a obligé les différents niveaux de pouvoir, les différentes couches de la société de prendre position. Néanmoins entre « résistance » et « collaboration » il y a toutes les nuances d’accommodation, de neutralité, de réserve attentive, allant jusqu’à l’obstruction ou la désobéissance. La « résistance » implique nécessairement un engagement direct contre un pouvoir, considéré comme oppressif. Dans ce sens, il peut y avoir plusieurs formes de résistance ; parmi celles-ci il y a la résistance civile, sous laquelle on doit classer la résistance syndicale1.

2Ceci dit, quand on parle de résistance syndicale, il faut préciser qu’il doit s’agir nécessairement d’une résistance d’un groupe organisé. Dans ce sens, en ce qui concerne la situation belge, nous pouvons parler d’une résistance syndicale socialiste ou communiste, mais parler d’une résistance syndicale chrétienne est déjà beaucoup plus difficile pour la simple raison que ses militants ne se sont pas manifestés en tant que tels. On ne peut pas nier que certains de ces militants chrétiens se sont engagés de façon individuelle dans différentes formations de résistance, mais comme formation organisée le syndicalisme chrétien est resté absent de la résistance. Suite à ce préambule, j’ai voulu me concentrer sur les différentes formations de la résistance socialiste et communiste, actifs dans le secteur des services publics.

syndicats entre collaboration et résistance

  • 2 J. Gérard-Libois & J. Gotovitch, L’An 40. La Belgique occupée, Bruxelles, 1971, p. 216-232 ; M. Cl (...)

3Ce qui est spécifique pour l’occupation des années 1940-1944, c’est qu’elle a effectivement mis en question tout un système de valeurs et de structures organisationnelles qui s’était construit avec l’avènement de la démocratie représentative. Surtout pendant l’été de 1940 l’impact du totalitarisme nazi a été tel que certains ont songé que la démocratie s’était effondrée et qu’il fallait s’adapter à l’ordre nouveau. C’est dans cette atmosphère qu’Henri De Man, le président du Parti Ouvrier Belge (socialiste), a déclaré son parti comme dissous et incité ses militants à accepter l’occupation comme un fait accompli, comme une « libération du monde ouvrier »2. Cet appel ouvert à une accommodation avec le régime occupant a eu un écho non négligeable dans le milieu syndical. En effet, dans la foulée de cet appel, et incité par des préoccupations concurrentielles, politiques ou syndicales, certains leaders syndicaux ont cru nécessaire de dissoudre l’organisation syndicale d’avant-guerre et de créer une nouvelle formation syndicale selon les principes de l’ordre nouveau : il fallait se défaire de la lutte des classes, se mettre au-dessus de la politique des partis, et accepter le corporatisme. Il va de soi que, surtout en milieu socialiste, ce nouveau discours et cette nouvelle ligne politique ont été non moins qu’une volte-face et un abandon idéologique. Ce phénomène s’est manifesté non seulement parmi le syndicalisme socialiste, mais aussi parmi le syndicalisme chrétien ou libéral.

  • 3 W Steenhaut, De Unie van Hand- en Geestesarbeiders. Een onderzoek naar het optreden van nakbonden (...)

4Dans l’optique d’une accommodation avec le régime ces trois organisations se sont d’abord unifiées dans une Union Syndicale de Travailleurs Belges, mais sous la pression des autorités allemandes - pour qui l’étiquette « belge » était mal vue et la présence de « Arbeidsorde », d’inspiration fasciste, une nécessité - une Union des Travailleurs Manuels et Intellectuels (UTMI) a été créée en novembre 19403.

5Contrôlée par les Allemands, cette UTMI a vraiment fonctionné comme un instrument pour neutraliser les syndicats comme force autonome. Par son biais les différents syndicats ont été obligés de se défaire de leurs caisses de grèves, de leurs moyens financiers et de leurs infrastructures immobilières. En même temps elle a été utilisée comme structure pour encadrer le monde ouvrier dans l’esprit national-socialiste. Surtout, à partir d’avril 1942, il ne peut y avoir aucun doute à propos de l’inspiration nettement fasciste de cette UTMI. Précisons que, sous les ordres de l’occupant, l’activité syndicale avait été restreinte d’une façon considérable. Les grèves étaient interdites, la concertation sociale dans les commissions paritaires abolies et le paiement des allocations de chômage avait été transférée aux commissions d’assistance publique. La manière dont les autorités allemandes ont voulu imposer cette UTMI a été un des facteurs décisifs dans la résurrection d’un mouvement de résistance en milieu syndical.

  • 4 R. Hemmerijckx, Van Verzet tot Koude Oorlog, 1940-1944 : machtsstrijd om het ABVV. Bruxelles, 2003 (...)

6Comme indiqué, du côté chrétien, la résistance syndicale a surtout été une affaire interne. De ce côté-là, Henri Pauwels, président de la CSC d’avant-guerre a été la figure qui a su réunir autour de lui les opposants chrétiens à l’UTMI. Du côté socialiste, c’est surtout autour de la personnalité de Joseph Bondas, secrétaire général de la CGTB d’avant-guerre, que s’est constitué un courant résistant. À partir de septembre 1940, il avait réuni un groupe de fidèles prêts à s’opposer aux divers courants qui avaient accepté de reprendre l’activité syndicale sous le régime allemand. À partir de fin novembre 1940, ce groupe s’est affirmé avec l’apparition d’une publication clandestine, qui adopte le nom de Combattre et qui devient Vaincre à partir de septembre 1941. C’est autour de ces publications que s’est constitué un courant anti-UTMI, surtout dans les milieux syndicaux du bassin industriel wallon et de la capitale. En Flandre, la résistance syndicale n’avait pas de publication propre, mais elle pouvait s’exprimer par le biais de la presse socialiste clandestine4.

les services publics

7Le monde des services publics est un monde très hétérogène. Effectivement entre le monde des cheminots ou des postiers et celui des fonctionnaires de ministères il y a toute une différence. Sur l’échelle sociale, les premiers se trouvent très proches du monde prolétarien des ouvriers industriels, tandis que les derniers, à caractère petit bourgeois, se situent très près des pouvoirs d’État. Cela se traduit aussi par des réalités syndicales assez divergentes. Il y avait un syndicalisme assez militant parmi les cheminots ou les postiers ; par contre, le syndicalisme, parmi les fonctionnaires, était plutôt un phénomène marginal. Avec l’existence de plusieurs cercles ou amicales l’esprit du corporatisme n’était pas étranger à ce monde. On peut même dire qu’il y régnait un certain antisyndicalisme.

8Comme pour le reste de la société ce monde va être totalement bousculé par l’occupation. Les syndicats des services publics n’y échappent pas. L’appel à l’accommodation avec le régime occupant y résonnait assez fort et une majorité des syndicats socialistes des services publics avait adhéré à l’UTMI. Parmi eux se trouvaient :

  • Le Syndicat National du Personnel des Chemins de fer, Postes, Téléphone et Télégraphe, Marine et Aviation
  • La Centrale Belge du Personnel des Services Publics (syndicat des employés communaux & des ministères)
  • Le Syndicat des Cheminots du Nord-Belge
  • Le Syndicat National du Personnel Civil de la Défense Nationale
  • 5 W. Steenhaut, op. cit., p. 360-363, p. 366, p. 383, p. 385-386,

9Certains de ces syndicats n’étaient pas des moindres. Avec ses 46 000 membres, le Syndicat National des Cheminots et Postiers représentait une force considérable. En fait parmi les services publics, le seul syndicat à avoir refusé cette adhésion était la Centrale du Personnel Enseignant Socialiste. Dans le Syndicat des Tramwaymen et du Transport en Commun, il y avait une situation confuse dans ce sens qu’une majorité avait refusé l’adhésion à l’UTMI, mais que quelques sections régionales (Anvers, Limburg, Flandres Occidentales et le Hainaut) s’étaient bel et bien conformées à l’ordre nouveau5.

  • 6 Combattre, s.d., (décembre 1940), nr. 2. CEGES-Bruxelles, collection clandestins.
  • 7 R. Hemmerijckx, op. cit., p. 106.

10Cette situation fait que les leaders UTMI-stes des syndicats des services publics se trouvaient parmi les cibles préférées de la presse anti-UTMIste. Déjà, dans le deuxième numéro de Combattre (décembre 1940) Jean Nobels, le secrétaire administratif du Syndicat National, a été pris à partie6. Mais apparemment toutes ces critiques ne semblaient pas vraiment impressionner les dirigeants du Syndicat National. Fin 1941, les dirigeants régionaux du Centre, de Tournai et de Namur avaient donné leur démission, mais les dirigeants nationaux du Syndicat National n’avaient pas l’air de vouloir quitter l’UTMI. En octobre 1941, ils avaient même accepté la fusion des différentes centrales professionnelles au sein de l’UTMI. Le seul qui avait pris la décision de démissionner était Henri Hazard, un des secrétaires nationaux7.

  • 8 Ralliement, février-août 1942, no 1-3. CEGES-Bruxelles, collection clandestins.
  • 9 L. Lelarge, Historique succinct du journal clandestin « Ralliement » publié à Liège en 1942, 1950, (...)

11C’est devant cette situation qu’un contre-courant s’est organisé parmi les syndicalistes du Syndicat National. Ce courant s’est affirmé à partir de février 1942 avec la parution du clandestin Ralliement. Reprenant le titre du mensuel d’avant-guerre du Syndicat National, Ralliement se présentait comme Organe de défense du Personnel d’expression française des Chemins de Fer, Postes, Téléphone et Télégraphe8. En spécifiant que Ralliement était orienté « contre le germanisme, la dictature et l’exploitation capitaliste » il était clairement indiqué que sa résistance avait une inspiration nationale, sociale et même socialiste. Au départ l’édition de Ralliement était le travail d’un noyau essentiellement liégeois. À part Joseph Bondas, comme dirigeant de la CGTB clandestine, le noyau initial était composé de Léon Lelarge, ingénieur de la Compagnie Nord-Belge, Jules Châlon, employé à la Poste de Liège, Léopold Ros, ingénieur technique à la Compagnie de téléphone à Liège et aussi Pierre Cokaiko et François Dutroyer9. Ralliement agissait en premier lieu contre les tendances collaborationnistes de la direction du Syndicat National, mais en même temps, il visait la politique gestionnaire de la direction des chemins de fer belges, et plus particulièrement son directeur général Rulot, auquel on reprochait d’être au service de l’occupant.

12La campagne de presse menée contre l’UTMI n’est pas restée sans effet : sous sa pression la direction nationale du Syndicat National s’est retirée de l’organisation en avril 1942. Il était le dernier syndicat important à quitter l’UTMI. Du côté de la direction belge des chemins de fer, on n’a pas été insensible non plus aux critiques, et Rulot en personne a riposté en déclarant que la campagne de Ralliement était d’inspiration communiste et qu’elle visait à détruire la hiérarchie et la discipline de la SNCB. Une enquête administrative a même été mise sur pied pour retrouver les origines de la publication. Sous cette menace, Ralliement a été obligé de restructurer les réseaux de distribution. Non sans difficultés, on a encore réussi à sortir un dernier numéro en juillet 1942, mais la répression allemande et l’arrestation de l’imprimeur ont donné le coup de grâce à la publication du journal clandestin. Après août 1942, Ralliement a complètement cessé de paraître.

naissance du SGSP

13 Ralliement avait disparu, mais par l’établissement de contacts à travers le pays, les fondements pour une nouvelle organisation nationale avaient été mis en place. Dès 1942 on était décidé à donner aux syndicats ou associations du personnel des services publics une structure plus centralisée, qui concorderait mieux avec les besoins du syndicalisme moderne. Il s’agissait donc d’unifier, dans une même centrale professionnelle, les agents de l’État, des Régies de l’État, les services provinciaux et communaux, les organismes parastataux, les traminots, les cheminots et le personnel enseignant officiel. Selon leurs dires, il s’agissait de regrouper les différentes catégories professionnelles qui s’intégreraient après la guerre dans le système de l’économie collective.

  • 10 SGSP, Appel ! A tous les Travailleurs des Services Publics, sd, 4 p. Institut d’Histoire Ouvrière, (...)

14C’est de ces idées qu’est né, dans le courant de 1943, le Syndicat Général des Services Publics (SGSP). Le SGSP se réclamait du socialisme, mais en même temps, il insistait sur son caractère indépendant envers les partis politiques. Il ne se réclamait pas de l’apolitisme, mais avec sa position d’indépendance politique, il voulait quand même rompre avec la tradition politico-syndicale, dans lequel le syndicat était lié au Parti Ouvrier Belge, et pouvait lui servir de tremplin électoral. Ainsi le SGSP a rejoint ce courant unitaire, indépendantiste, né à la base de la résistance syndicale. Dans son programme, le SGSP exigeait une punition résolue de la collaboration, une péréquation du régime salarial dans les services publics et la réalisation de quelques réformes structurelles : transformation du transport public dans une régie nationale, nationalisation du secteur de l’électricité et un statut unifié pour tout le personnel en service public10.

15Le SGSP s’est manifesté pour la première fois comme organisation vers mi 1943 avec la diffusion d’un Appel aux agents des services publics. Cet Appel, distribué à quelques milliers d’exemplaires, fut suivi par plusieurs autres tracts et bulletins d’information. L’édition d’une brochure avec la déclaration de principes, les principes organisateurs et le programme pour l’immédiat après-guerre a clôturé ce travail d’information et de sensibilisation.

16Éditer des appels et distribuer des programmes est bien, mais qu’est-ce que le SGSP signifiait en termes de présence concrète dans la réalité de la résistance syndicale ? Quelles étaient les régions dans lesquelles le SGSP avait réussi à développer une activité et quelle était la nature de cette activité ?

  • 11 André Genot - Olivier Dessenius, Dossiers Résistance Civile. Ministère de la Santé Publique (MSP) (...)

17Le vrai centre de gravité du SGSP se trouvait dans la région de Namur, où l’action était dirigée par André Genot. Représentant de la gauche socialiste, Genot était issu du mouvement des jeunes gardes socialistes de l’avant-guerre. Pendant l’occupation il s’est engagé dans la résistance socialiste et syndicale. Sur le plan régional, il a dirigé Faction du SGSP avec l’aide d’Olivier Dessenius, qui avait créé, dès 1941, une caisse d’entraide mutuelle pour les employés du service public11. Selon ses propres dires, le SGSP aurait eu quelque 2500 adhérents dans la région namuroise.

  • 12 Léopold Ros - Gaston Brugmans - Henri Graindorge, Dossiers Résistance Civile. MSP - Bruxelles

18Un deuxième centre d’activité était constitué par la région liégeoise. Sous l’impulsion de Léopold Ros, une caisse d’aide mutuelle y avait été créée pour le personnel du T. T. Et, dans le courant de 1943, cette initiative fut élargie envers le personnel des postiers. Des noyaux SGSP existaient aussi parmi les cheminots (Léon Lelarge & Henri Graindorge), le personnel enseignant (G. Brugman) et le personnel communal12. En 1944, le SGSP aurait réuni quelque 2 000 membres dans la région liégeoise.

  • 13 Charles Bogaerts, Dossier Résistance Civile. MSP-Bruxelles.

19À Bruxelles il y avait une certaine activité, mais la présence du SGSP y était beaucoup moins prononcée. L’action y était dirigée par Charles Bogaerts (postier) et Henri Hazard (cheminot)13. Tous les deux, étaient des permanents d’avant-guerre qui avaient maintenu un contact avec Prosper De Bruine, le président. Il y eut également une activité parmi les enseignants avec Henri Jansen et parmi les tramwaymen avec Arthur Vercruyce. Comme ancien secrétaire national de la Centrale Belge du Personnel en Service Public, Louis Uytroever avait aussi maintenu son réseau de contacts.

  • 14 Edmond Leburton - André Résimont, Dossiers Résistance Civile. MSP-Bruxelles

20La région de Huy, avec son noyau actif d’enseignants - autour d’Edmond Leburton - et de postiers avec André Résimont14, complète ce tour d’horizon en pays wallon. Les Wallons avaient pris les devants, et leur activité a servi d’exemple pour quelques noyaux flamands.

  • 15 Amédée De Keulenaer, Dossier Résistance Civile. MSP-Bruxelles.

21En Flandre, le SGSP s’est manifesté début 1944 avec la traduction du fameux Appel. Peu après, le SGSP y a développé une action propre. À Gand, connu pour son adhésion presque totale à l’UTMI, l’activité du SGSP y était dirigée par un ex-UTMIste qui avait pris peu après la direction de la résistance socialiste : il s’agissait du secrétaire du syndicat du personnel communal, Amédée De Keulenaer15. À Anvers, l’activité du SGSP était dirigée par Achille Reintjens et par Frans Van Dijck, tous les deux issus du syndicat des enseignants. Pour la Flandre, le SGSP devait compter quelque 2 000 membres.

  • 16 Intersyndicale, Communiqué no 1, Agents des Services Publics du Grand Liège, s.d., 1 p. IHOES-Sera (...)

22Avec son opposition à l’UTM, son insistance à propos de la résistance individuelle, son souci pour la préparation de l’après-guerre et son travail de propagande, l’action du SGSP ne se distinguait pas fondamentalement de celle de la résistance socialiste. Pourtant, la présence du SGSP a bel et bien été une réalité vivante et malgré les dangers de la répression allemande il a su maintenir un esprit syndicaliste et il a réussi à mettre sur pied des actions revendicatives. Chaque fois que l’occupant contrevenait aux dispositions du statut légal du personnel des services publics le SGSP a protesté. Il a organisé toute une action pour adapter les salaires et traitements aux coûts de la vie, et au cours de l’année 1944 une action cordonnée au plan national, a été mise sur pied, avec des pétitions, des lettres ouvertes et des délégations auprès des secrétaires généraux, pour soutenir la revendication d’une prime de vie chère16. Le SGSP s’est aussi distingué dans l’aide aux réfractaires. Plusieurs de ses dirigeants étaient impliqués dans le travail du Service Socrate, mis sur pied pour organiser l’aide financière aux réfractaires et aux résistants. Le SGSP a même constitué son propre fonds de solidarité et demandait à ses sympathisants et membres d’y verser le salaire d’une heure par mois. En 1945 le SGSP totalise quelque 50 000 membres. Il se transforme dans la Centrale Générale des Services Publics (CGSP) et adhéra à la Fédération Générale du Travail de Belgique (FGTB), le grand rassemblement des syndicats de la gauche.

l’action des CLS

23Le SGSP était assez actif sur le terrain, mais il n’était pas le seul à vouloir organiser la résistance syndicale. Effectivement, à partir des derniers mois de 1941, une structure organisée s’est affirmée sur les lieux de travail, un peu partout dans le pays, pour prendre en main la lutte revendicative. À partir de 1942 ce mouvement s’est affiché sous le nom des Comités de Lutte Syndicale (CLS).

  • 17 J. Gotovitch, Du Rouge au Tricolore. Les communistes belges de 1939-1940, Bruxelles, 1992, p. 265- (...)

24La force motrice derrière ce mouvement CLS était le Parti Communiste qui y voyait un instrument pour maintenir l’esprit de résistance et élargir son influence sur le monde ouvrier. Avec la création des CLS, le PC a trouvé une réponse originale et efficace pour affronter les défis de la lutte syndicale sous l’occupation et pour combler en même temps le vacuum laissé par les organisations syndicales d’avant-guerre. Plusieurs de ces militants CLS, avant-guerre, politiquement pas ou peu engagés, ont fini par adhérer au PC17.

25Les CLS avaient un double but : d’abord organiser et maintenir l’esprit syndical sur les lieux de travail. Ils ont réussi ce défi en se proclamant indépendants des partis politiques et en prônant une politique largement unitaire. Les CLS voulaient être un mouvement de rénovation syndicale : ils se voyaient comme les noyaux d’un nouveau syndicat unique qui devait dépasser les divisions syndicales de l’avant-guerre ; un syndicat par et pour les syndiqués, un syndicat où régnerait une large démocratie de base. Comme organisations de la résistance syndicale les CLS s’étaient affiliés au Front de l’Indépendance (FI), le grand rassemblement des différentes formations de la résistance démocratique en Belgique.

26Le deuxième but était de contribuer à la défaite allemande sur le plan économique par l’organisation de l’action revendicative et par une agitation systématique. Les CLS étaient donc conçus comme des structures d’action et d’agitation. Ils ont utilisé tous les moyens de l’action revendicative, mais ils avaient une préférence déclarée pour l’action directe, c’est-à-dire l’arme de la grève comme moyen suprême pour imposer les revendications ouvrières et affronter l’autorité occupante. À part cela, ils s’affirmaient également comme promoteurs du sabotage. Avec cette tactique offensive, les CLS se sont distinguées très clairement de la résistance individuelle et l’approche défensive prônée par la résistance socialiste. Vers la fin de la guerre, l’agitation des CLS devait concorder avec un plan d’action, élaboré par le PC et le FI, pour déclencher une grève insurrectionnelle, donnant ainsi le coup de grâce aux forces de l’occupant.

  • 18 CLS, Organe des CLS des Ministères (1943-1944) ; De Eendracht, Orgaan van de SSK der Spoormannen, (...)

27Les CLS se sont surtout développés en pays wallon et à la capitale de Bruxelles. Ils étaient actifs dans les différents secteurs économiques et aussi parmi les services publics. Déjà en décembre 1941, les premiers groupes de CLS sont repérés parmi les postiers de Bruxelles. Plusieurs CLS y sont créés parmi les tramwaymen, les cheminots, les TT, les ouvriers de l’électricité et les employés des services communaux et des ministères. La plupart se manifestaient par l’édition d’un journal clandestin spécifique. La liste publiée ci-dessous donne déjà un premier aperçu18. Ainsi, les services publics de la région bruxelloise s’étaient vraiment transformés en bastions CLS. Même les agents de police s’étaient organisés dans un CLS : cas assez significatif pour comprendre le succès qu’a eu l’idée CLS dans un milieu traditionnellement peu syndiqué ou politisé.

  • 19 F. Maerten, Du murmure au grondement. La résistance politique et idéologique dans la province du H (...)

28Comme autres régions avec forte présence CLS il faut mentionner la région de Liège, Huy-Waremme, Charleroi, le Centre, le Borinage et Tournai19. Les CLS sont nés des lieux de travail, des bureaux, des dépôts, mais dans différentes régions, il y eut assez vite une coordination régionale et dans certains secteurs, comme celui des cheminots et des postiers, on est même parvenu à mettre sur pied des structures pour coordonner le travail sur le plan national. L’action des CLS du secteur Cheminots a été organisée par Josué Rothy, sous-chef de la gare du Quartier Léopold à Etterbeek et responsable du clandestin La Voix du Cheminot, jusqu’à son arrestation fin octobre 1943.

  • 20 Historique de la résistance des Postiers, En Hommage aux Postiers Morts pour la Patrie, Bruxelles, (...)

29Chaque groupe professionnel, chaque secteur, a eu sa spécificité dans cette mouvance de la résistance syndicale. D’innombrables postiers, ont détourné des lettres de dénonciation. Les employés de l’Office du Travail ont joué un rôle dans le sabotage de la réquisition des ouvriers pour aller travailler en Allemagne. Les employés des services communaux n’ont pas hésité à falsifier les registres d’habitation ou de naissances pour donner une autre identité à un résistant ou un réfractaire. Les cheminots ont donné des renseignements précieux aux différents services d’information de la résistance sur les transports des troupes allemandes. Ainsi l’action des services publics a pris une part non négligeable dans la résistance directe à l’occupant. Plusieurs de ces groupes ont témoigné après la guerre de leurs activités20.

  • 21 Pamphlet, Comité de Coordination du SGSP et des CLS, Travailleurs des Services Publics. Alerte ! s (...)

30Les CLS se sont fait les porte-parole de cette résistance populaire et par leur agitation continuelle et par la diffusion d’innombrables pamphlets et publications, ils ont pu élargir leur auditoire et même dominer une importante partie du paysage syndical. Entre la résistance socialiste et le mouvement CLS, il existait une certaine concurrence, voire même méfiance. Cependant dans certains secteurs une collaboration a vu le jour entre les CLS et le SGSP. Ce fut le cas à Bruxelles dans le secteur des tramwaymen, mais l’exemple le plus marqué fut celui de la région de Liège où un comité de coordination a été mis sur pied au cours de l’année 1944. Vers la fin de l’occupation il y eut même un appel en commun pour préparer le déclenchement d’une grève générale21. Peu après, cette entente sur le plan liégeois a servi de base pour unifier les sections wallonnes des deux organismes. Cette fusion aboutit à la création du Syndicat Général Unifié des Services Publics. Ajoutons que les CLS et le SGSUP ont adhéré en 1945 à la FGTB.

31Le SGSP et les CLS ont été deux organisations influentes dans l’espace syndical. Mais parmi le milieu des services publics, avec ses amicales et autres associations corporatives, il y eut encore d’autres mouvements actifs. Citons, l’action du personnel enseignant du réseau des écoles d’État.

enseignement- LOMO

  • 22 J. Gotovitch, op. cit., p. 227.

32Caractérisé par un certain esprit de corps, le groupe des enseignants du réseau public s’est distingué par sa position spécifique au sein de la résistance. S’opposant à toute collaboration avec le régime occupant, certains groupes d’enseignants ont voulu maintenir l’esprit démocratique et patriotique au sein de l’enseignement. Du côté francophone la résistance s’est créée autour d’un journal clandestin, intitulé Enseignement, journal d’union pour la libération du pays. Ce journal, paru dès décembre 1941, était essentiellement une initiative de quelques enseignants communistes de la région bruxelloise. Mais malgré son appellation nationale, le réseau d’Enseignement n’a pas vraiment pu dépasser le niveau régional. Le groupe a surtout été actif dans les milieux de l’enseignement communal et officiel de la région bruxelloise. Dès 1942, le groupe adhère au FI. Enseignement s’est vigoureusement opposé à la politique de nominations des autorités communales et a également engagé une discussion sur la rénovation de l’école après la guerre22.

33Du côté néerlandophone, il y eut une initiative similaire avec la création du Leeraarsbond van het Officieel Middelbaar Onderwijs (LOMO), qui éditait un journal clandestin LOMO à partir de la fin 1942. Cette association a été créée au sein du milieu des enseignants anversois (Walter Peeters, Henri Frencken, André Alers, Jean Schoups) et s’est étendue peu après à Bruxelles, Gand, St. Nicolas et autres villes flamandes. Elle fut une réaction directe aux activités de l’association des enseignants du Officieel Middelbaar Onderwijs (OMO), devenue ouvertement nationaliste-flamand et collaborationniste. LOMO a fini par adhérer à l’UTMI.

  • 23 Ministerie van Wederopbouw, Ontleding van de bundel “Politiek Gevangene”, op naam van Frencken, An (...)
  • 24 Circulaire, Vriendenkring van de Weerstand van het Openbaar Onderwijs, LOMO, 14 avril 1947, 2 p. C (...)

34LOMO était en premier lieu un groupe d’opposition à l’occupant. Il se proclamait indépendant des partis politiques et faisait partie du FI. Avec son programme de réforme scolaire, il se présentait également sur le terrain syndical, mais il avait en même temps, le caractère d’une association culturelle flamande. LOMO n’avait pas peur d’affirmer son identité flamande, ce qui fait son originalité comme groupe de résistance23. Après l’occupation, une partie de LOMO (notamment le groupe anversois) s’est intégrée dans les structures du CGSP, le syndicat des services publics à tendance socialiste. Une autre partie a maintenu son indépendance et a continué son action comme amicale de la résistance dans l’enseignement officiel24. Il est clair que l’attitude des enseignants du réseau officiel, en tant que groupe professionnel sous l’occupation, mériterait une étude plus approfondie.

CONCLUSIONS

35Comme tous les secteurs de la vie publique les syndicats des services publics ont vraiment été secoués par l’occupation de la Belgique en 1940-1944. Les attitudes ont varié d’une accommodation jusqu’à un refus clair et net. Dans un premier temps les tendances collaborationnistes se présentaient largement majoritaires, surtout en milieu socialiste. Ce n’est qu’à partir du printemps de 1942 qu’une résistance s’est affirmée autour du clandestin Ralliement. Malgré son existence éphémère, sa parution a contribué au rassemblement de différents syndicats des services publics dans une nouvelle association d’inspiration socialiste. Avec la création du SGSP les socialistes ont réussi un double coup : la mise sur place des bases pour une nouvelle organisation pour l’après-guerre et le sauvetage de l’héritage politico-syndical de l’avant-guerre.

36Les limites entre collaboration et résistance étaient bien définies, mais ceci n’a pas empêché qu’il y eût des leaders syndicaux qui ont pu évoluer d’un extrême à l’autre. Opportunisme ou clairvoyance tardive ? Il est difficile de se prononcer. Néanmoins dans ce monde des services publics, caractérisé par un syndicalisme pas vraiment combatif, voire même d’un certain apolitisme, on doit constater que des larges couches du personnel des services publics se sont engagées d’une façon considérable dans la résistance. L’explication de ce phénomène doit être cherchée dans la concordance d’un esprit d’État avec un esprit civique et patriotique. Cette concordance a en même temps facilité la syndicalisation, voire même la politisation de larges couches du monde des services publics. Les CLS, mais aussi le SGSP et LOMO, ont profité de cette volonté d’engagement pour construire un large auditoire parmi les services publics.

37L’engagement dans la résistance syndicale a donc en même temps été une émancipation sociale et politique.

Notes

1 J. Semelin, Sans armes face à Hitler. La résistance civile en Europe 1939-1943, Paris, 1989, 270 p. ; C. Van Der Heidjen, Grijs verleden. Nederland en de Tweede Wereldoorlog, Amsterdam/Antwerpen, Uitgeverij Contact, 2004, 447 p.

2 J. Gérard-Libois & J. Gotovitch, L’An 40. La Belgique occupée, Bruxelles, 1971, p. 216-232 ; M. Claeys Van Haegendoren, Hendrik De Man. Een biografie, Antwerpen, 1972, p. 395-397.

3 W Steenhaut, De Unie van Hand- en Geestesarbeiders. Een onderzoek naar het optreden van nakbonden in bezettingsjaren (1940-1944), Thèse de doctorat, Université de Gand, 1983, p. 659-835. E. Verhoeyen, België bezet. 1940-1944, Bruxelles, 1993, p. 126-136.

4 R. Hemmerijckx, Van Verzet tot Koude Oorlog, 1940-1944 : machtsstrijd om het ABVV. Bruxelles, 2003, p. 44-53.

5 W. Steenhaut, op. cit., p. 360-363, p. 366, p. 383, p. 385-386,

6 Combattre, s.d., (décembre 1940), nr. 2. CEGES-Bruxelles, collection clandestins.

7 R. Hemmerijckx, op. cit., p. 106.

8 Ralliement, février-août 1942, no 1-3. CEGES-Bruxelles, collection clandestins.

9 L. Lelarge, Historique succinct du journal clandestin « Ralliement » publié à Liège en 1942, 1950, 4 p. Fondation André Renard-Liège (FAR), papiers Bondas.

10 SGSP, Appel ! A tous les Travailleurs des Services Publics, sd, 4 p. Institut d’Histoire Ouvrière, Economique et Social-Seraing (IHOES), papiers Davenne. R. Hemmerijckx, op. cit., p. 106-109.

11 André Genot - Olivier Dessenius, Dossiers Résistance Civile. Ministère de la Santé Publique (MSP) - Bruxelles

12 Léopold Ros - Gaston Brugmans - Henri Graindorge, Dossiers Résistance Civile. MSP - Bruxelles

13 Charles Bogaerts, Dossier Résistance Civile. MSP-Bruxelles.

14 Edmond Leburton - André Résimont, Dossiers Résistance Civile. MSP-Bruxelles

15 Amédée De Keulenaer, Dossier Résistance Civile. MSP-Bruxelles.

16 Intersyndicale, Communiqué no 1, Agents des Services Publics du Grand Liège, s.d., 1 p. IHOES-Seraing, papiers Davenne.

17 J. Gotovitch, Du Rouge au Tricolore. Les communistes belges de 1939-1940, Bruxelles, 1992, p. 265-285 ; R. Hemmerijckx, op. cit., p. 88-98.

18 CLS, Organe des CLS des Ministères (1943-1944) ; De Eendracht, Orgaan van de SSK der Spoormannen, NMBS en PTT (1944) ; Libération, Journal de combat (Postes-Bruxelles) (1941) ; Liberté Syndicale, Organe du CLS régional des PTT (1942-1944) ; La Lutte Syndicale Organe des CLS des Services Publics de l’Agglomération Bruxelloise (1943-1944) ; Le Maillon, Bulletin du CLS de l’ONT (1941-1944) ; Le Policier Libre, Organe du CLS de la Police Bruxelloise (1944) ; De Schakel, Maandblad van de SSK van het RAA (1941-1944) ; Le Tram - De Tram, Organe du CLS des Tramwaymen (1942-1944) ; De Treinman, Orgaan van het Plaatselijk SSK van Treinmannen (1944) ; L’Union De Unie, Organe des CIA de la Caisse d’Epargne (1942-1944) ; La Voix du Cheminot, Organe mensuel des CIA des Cheminots (1942-1944) (1944).

19 F. Maerten, Du murmure au grondement. La résistance politique et idéologique dans la province du Hainautpendant la Seconde Guerre Mondiale (mai 1940-septembre 1944), (Analectes d’histoire du Hainaut, tome VII, vol I), Mons, 1999, p. 472-479.

20 Historique de la résistance des Postiers, En Hommage aux Postiers Morts pour la Patrie, Bruxelles, Amicale des Postiers Résistants, Front de l’Indépendance, 1946, 54 p. ; C. Lokker, Des bâtons dans les roues. Les cheminots belges durant la deuxième guerre mondiale, Bruxelles/Anvers, « Fonds Ortelius », Editions MIM, 1985, 986 p. ; Le Maillon. Le journal clandestin de l’Office National du Travail durant l’occupation allemande, Woluwe-St-Lambert, ONT, s.d., 8 p.

21 Pamphlet, Comité de Coordination du SGSP et des CLS, Travailleurs des Services Publics. Alerte ! s. d. (août - septembre 1944), 1 p. IHOES-Seraing, papiers Davenne.

22 J. Gotovitch, op. cit., p. 227.

23 Ministerie van Wederopbouw, Ontleding van de bundel “Politiek Gevangene”, op naam van Frencken, Antoine, Henri, 23 mai 1951, 6 p. CEGES-Bruxelles, papiers Frencken.

24 Circulaire, Vriendenkring van de Weerstand van het Openbaar Onderwijs, LOMO, 14 avril 1947, 2 p. CEGES-Bruxelles, papiers Alers.

Auteur

Vrije Universiteit Brussel

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540