Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les services publics et la Résistance en zone interdite et en Belgique (1940-1944)

 | 
Robert Vandenbussche

Services publics et services de renseignements : visages officiels ou occultes d’un même service à l’État

Emmanuel Debruyne

Texte intégral

1L’association de ces trois concepts que sont « service », « public » et « renseignement » (dans son acceptation occulte) provoquera, dans la réalité de la guerre, bien des ambivalences. Le service est bien entendu le service à l’État, lequel, selon les idéaux des Lumières, est nourri d’un idéal de transparence, d’une publicité que contredit parfois la pratique. Mais le renseignement, lui aussi au service de l’État, s’en accommode encore plus mal. La confiscation du pouvoir de l’État par une puissance occupante bouleverse la donne. Rétifs aux ambiguïtés dans lesquelles la situation a plongé les services publics, certains fonctionnaires vont paradoxalement retrouver le service à l’État dans l’occulte du renseignement.

les services de renseignements dans les affaires publiques

  • 1 Les réflexions présentées dans cette première section doivent beaucoup à l’excellent ouvrage d’A. (...)

2Il faudra du temps avant que l’emploi de moyens occultes au service de l’État ne devienne moralement acceptable1. Le processus de renforcement des États-Nations au XIXe siècle et la Grande Guerre, qui en est l’aboutissement et la crise, modifieront les mentalités.

Le « vilain mestier »

  • 2 Cité par A. Dewerpe, op. cit., p. 21.

3« C’est un vilain mestier que d’espionner » nous dit l’édition initiale du Dictionnaire de l’Académie, en 16942. Cette sentence est emblématique du mépris de l’Ancien Régime pour l’espionnage et les activités secrètes. L’espion pénètre les secrets de l’âme ou l’intimité des foyers et déshonore ou condamne ceux qu’il dénonce. Il bafoue les principes moraux pour arriver à ses fins, lesquelles ne sont jamais que d’empocher un vil argent en mettant la lâcheté de ses manœuvres au service d’un pouvoir discrétionnaire et répressif. L’espionnage est bel et bien l’ennemi de la sphère privée et de sa morale.

  • 3 Montesquieu, De l’esprit des lois, XII, xxiii, cité dans A. Dewerpe, op. cit., p. 22.

4La flétrissure de l’espionnage est très largement partagée, mais certains jugent avant tout cette activité à l’aune de ceux qui la pratiquent. « L’espionnage seroit peut-être tolérable s’il pouvoit être exercé par d’honnêtes gens ; mais l’infamie nécessaire de la personne peut faire juger de l’infamie de la chose »3. Le ton de cet extrait de L’esprit deslois de Montesquieu reste celui de la condamnation, même s’il n’exclut pas pour autant l’éventuelle nécessité de la collecte secrète d’informations.

5Pourtant, l’espionnage sera progressivement réhabilité. Si l’espionnage est repoussé par la morale privée, il est de plus en plus souvent convoqué par une forme de morale publique en plein essor au XIXe siècle : la raison d’État. Désormais, l’idéal civique présentera l’État comme une entité supérieure à l’individu. Lorsque de surcroît il se confond à l’idéal patriotique, il aboutit à l’établissement d’une véritable transcendance : l’État-Nation, aux connotations pratiquement religieuses. Quoi qu’il en soit, cette subordination du citoyen à l’État engendre également la soumission de la sphère privée et de ses normes aux exigences de la sphère publique.

6Cette prééminence de la raison d’État va tout d’abord s’appliquer, sur le plan interne, au débat public. En effet, la conception de la gestion de l’État a elle aussi évolué. Les Lumières ont engendré un idéal de transparence du débat public. Désormais, la ResPublica doit être intelligible à l’ensemble des citoyens. Mais elle exige de même une contrepartie de la part de ces mêmes citoyens. La vie publique doit se nourrir d’informations au sujet de ses administrés. Le refus de s’y plier devient une des marques de l’incivisme, tandis que la dénonciation d’une telle attitude se trouve cautionnée par la morale publique.

7Vis-à-vis de l’extérieur, la raison d’État va également s’imposer comme norme ultime. L’ensemble des citoyens participe à la défense et à la promotion de la collectivité, dans un contexte de concurrence grandissante à tous points de vue entre les États européens.

8La fonction d’espion va se revêtir d’une légitimité certaine du fait de cette évolution décisive de la conception de l’État. Aussi, les moyens utilisés ou les personnes impliquées ne sont plus des critères de premier plan ; c’est avant tout sur base de ses fins qu’est jugé l’espion. Vénal, il continue à être abhorré, alors que patriote, il tend à s’identifier au héros. En servant la Nation plutôt que ses intérêts propres, en obéissant au noble devoir que lui impose la raison d’État plutôt qu’en bafouant les principes de la morale privée, l’espion transcende son activité.

L’érudition d’état et sa perversion

  • 4 A. Dewerpe, op. cit., p. 80 et sv.

9Malgré l’idéal de transparence de l’État moderne, le secret s’impose souvent dans son fonctionnement4. Les services publics n’échappent pas à la règle. Certes, en servant l’État, le service sert le public, mais la déontologie administrative impose aux serviteurs de l’État de ne rien divulguer au public des informations recueillies dans le cadre du fonctionnement administratif. Il y a donc, dans le fonctionnement normal d’une administration, d’un service public, une économie du renseignement maintenant dans l’opacité pour les personnes non-autorisées l’acquisition, la circulation et la conservation d’informations, le tout empruntant la plupart du temps des vecteurs de la voie hiérarchique. Autant de mécanismes élémentaires de l’érudition d’État que partagent des deux mondes pourtant totalement distincts que sont le service public, bien sûr officiel, du temps de paix et le service de renseignements clandestin en temps de guerre.

10Le viol du secret de l’État à l’occasion de son occupation par un autre va bouleverser cette déontologie du service public. Une puissance autre, et même ennemie, va imposer une dérive de cette circulation de l’information et de son caractère secret, pour la mettre dans une large mesure à son service propre et au détriment de l’État de droit et de ses citoyens. L’agent de la fonction publique se trouve donc doublement touché par cette perversion du système au fonctionnement duquel il contribue, comme citoyen victime de ce détournement et comme acteur malgré lui de celui-ci. Ses raisons de poser un acte résistant s’en trouvent donc pour ainsi dire doublées tandis que sa place au cœur du système lui offre d’autant plus de possibilités de le faire, en grande partie dans le domaine du renseignement.

11On le voit, tant les critères intentionnels que fonctionnels vont favoriser le dédoublement de notre agent des services publics en agent des services secrets. Cependant, il lui faudra pour ce faire continuer à garder le profil et les attitudes de celui qui entend exercer sa profession avec toute la neutralité du fonctionnaire soumis à une politique d’accommodation avec l’autorité occupante. Celle-ci lui permet de garder sa position privilégiée au cœur du système tout en contribuant à sa sécurité car, s’il n’est pas seul à avoir choisi la voie de la subversion pour répondre à la perversion du système, d’autres ont choisi celle de la conversion.

12Mais avant d’évoquer la manière dont certains agents des services publics ont réalisé cet engagement lors du second conflit mondial, il faut d’abord évoquer le précédent de la première occupation du pays, en 1914-1918.

La Première Guerre mondiale

13La transformation des représentations de l’espion et l’acceptation de plus en plus large de ses pratiques vont connaître un essor et une application considérables durant la première moitié du vingtième siècle. Dans ce processus, la Première Guerre mondiale constitue une étape décisive en même temps qu’un précédent pour la Seconde. Il paraît d’autant plus important d’insister sur ce moment-clef dans le contexte de ce colloque que cette première occupation est certainement une des expériences les plus fortes qu’ont en commun la Belgique et le Nord de la France.

  • 5 Portefeuille 229, in Archives GenéralesduRoyaume, Archives des Services Patriotiques.
  • 6 Notons que l’État belge s’efforce dans les premiers temps de l’Occupation de continuer à payer cla (...)

14Sans doute la résistance active au sein même du service public est-elle plus aisée lors de la Première Guerre, même si l’acceptation de participer à la guerre clandestine est moins entrée dans les mentalités. En effet, le phénomène de la collaboration est nettement moins développé et la majeure partie des Belges baigne dans une atmosphère de patriotisme et de résistance passive. Les exemples de refus catégoriques de collaborer avec l’ennemi ne manquent pas, notamment dans la magistrature et les administrations communales. Si l’occupant n’hésite pas à y répondre par la contrainte, il est moins en mesure de lutter de manière préventive que punitive. En effet, une petite entité administrative peut espérer rester (un certain temps) un monde suffisamment clos et étanche pour que la lutte clandestine puisse s’y développer de manière... ouverte ! La lutte peut être secrète vis-à-vis du monde extérieur au bureau, mais au-dedans, les patriotes disposent d’un espace de liberté leur permettant de bénéficier du matériel et du concours, ou au moins de la neutralité bienveillante, des collègues. Malheureusement, cette forme de sécurité peut se traduire par un écroulement d’autant plus brusque et plus total que la connivence a été forte, lorsque l’ennemi fait irruption. Le cas de l’affaire du service des Télégraphistes est resté le plus célèbre. Fondé par un employé des Postes et Télégraphes, ce réseau a principalement employé des agents de cette même administration5. Son démantèlement conduit à la comparution de 38 personnes devant les tribunaux allemands en mai 1916 et à l’exécution, quelques jours plus tard, de 3 d’entre elles. Ce service illustre d’ailleurs parfaitement le cas du ‘patriotisme dans le cadre des obligations professionnelles, autrement dit un engagement clandestin justifié par la continuation du service à l’État6 (particulièrement pour les fonctionnaires assermentés) et qui s’exerce d’ailleurs en grande partie dans le cadre professionnel organisé par l’État. On rejoint ici les ambiguïtés assorties au terme « espion », puisque certains de ces fonctionnaires se sont défendus contre le chef d’accusation d’espionnage en justifiant leurs activités de récolte et de transmission d’informations au gouvernement belge par leur situation professionnelle, voire par le devoir d’obéissance dans lequel les plaçait leur position hiérarchique.

  • 7 A. Hendrick, Oram Un réseau de renseignement allié pendant la Première Guerre mondiale, Louvain- (...)
  • 8 V. Guilluy, Edouard Lagasse de Locht et les services Hunter. Réseau de renseignement en 1916-1918,(...)

15D’une manière générale, les services de renseignements de la Première guerre mondiale se caractérisent par une présence forte d’agents des services publics. Les cheminots y jouent un rôle particulièrement important : un agent sur huit travaille aux chemins de fer, voire près d’un sur cinq dans le cas des services d’obédience belge. Certains cadres des chemins de fer de l’État7 ou des vicinaux8 entrent d’ailleurs au service des Britanniques et créent, depuis les Pays-Bas, un grand nombre de réseaux, notamment en recrutant des membres de leur personnel. Nous avons déjà parlé de la RTT à travers le service des Télégraphistes, mais il faut également évoquer la figure de Walthère Dewé qui, à l’époque, travaille à la Régie de Liège, et qui fonde et dirige de 1916 à l’Armistice la Dame Blanche, le plus important service de renseignements allié sur le front occidental.

16La Grande Guerre fournit donc aux agents des services publics une première expérience de la guerre clandestine et une occasion de faire la preuve de la profondeur de leur dévouement à la Patrie. Mais, et c’est capital en terme de représentations, elle leur fournit aussi leur lot de martyrs : Orner Lefèvre ou Charles Parenté pour la RTT, Jean Corbisier ou Louis Neyts pour la Poste, Adelin Colon, Oscar Lelarge ou Ferdinand Lenoir pour les chemins de fer, ou encore Emile Stévigny pour les douanes. Autant de victimes de la répression allemande célébrées pour leur mort héroïque, c’est-à-dire pour le stade ultime de leur engagement dans la lutte clandestine contre l’Occupant, principalement dans le domaine du renseignement. La mémoire de ces victimes civiles est particulièrement cultivée pendant l’entre-deux-guerres, notamment au sein des corporations où elles ont évolué. Et c’est à l’aune de leur sacrifice que la nouvelle génération va juger son propre engagement.

les services publics dans les affaires de renseignements

17Avant de nous pencher sur quelques-uns des principaux corps de l’État (à savoir l’administration nationale, les administrations communales, les chemins de fer, les Postes et la Régie des Télégraphes et Téléphones), nous allons nous attarder à dresser un portrait d’ensemble de la présence des services publics dans les services de renseignements.

La fonction publique, pilier des services de renseignements

  • 9 J. Gérard-Libois & J. Gotovitch, L’An 40. La Belgique occupée, Bruxelles, 1971, p. 78-80.

18En prévision du conflit et s’inspirant de l’expérience de la Première Guerre, les autorités belges prennent une série de mesures concernant l’attitude à adopter par les agents de la fonction publique en cas d’attaque ennemie9. Dès 1936, des Livrets de mobilisation sont distribués à tous les agents de la fonction publique, précisant l’attitude à suivre si la guerre devait s’abattre sur le pays. Si beaucoup de fonctionnaires ont pour consigne de rester sur place, une partie des agents de la fonction publique est censée suivre le gouvernement en cas d’évacuation. La mobilisation entraîne d’ailleurs l’affectation de nombreux agents de la SNCFB et de la RTT au Corps spécial des chemins de fer, télégraphes et téléphones, chargé de veiller aux communications de l’armée en campagne. Ils sont donc pleinement impliqués dans la Campagne des 18 Jours et la défense du pays. Mais la rapidité de l’invasion de mai 1940, suivie de peu par la capitulation belge et l’armistice franco-allemand, rend rapidement caduques les mesures. Le gouvernement ordonne bientôt aux agents des services publics évacués de rentrer au pays. Tous se retrouvent bientôt confrontés au second cas de figure envisagé : celui de l’occupation du territoire par l’ennemi et du maintien ou non de l’activité des services publics. Il est prévu, dans ce cas, que les agents de l’Etat ou des pouvoirs locaux restent en fonction mais continuent à dépendre de la souveraineté belge. La rupture éventuelle des liaisons avec le gouvernement implique non une soumission à l’occupant mais bien la continuation de leurs activités et la délégation de facto et en cas d’urgence des attributions des autorités à leurs agents. En ce sens, les Livrets de mobilisation enjoignent aux fonctionnaires de n’opposer « aucune résistance à l’envahisseur », mais de « s’abstenir d’exercer leurs fonctions si l’occupant veut leur imposer des actes incompatibles avec leurs devoirs de fidélité envers la Patrie ».

19Dès la remise en route des différents services publics, les agents de l’État sont pris dans les contradictions induites par leur nouvelle situation. Nos fonctionnaires sont plongés dans les affres de l’ambiguïté de la « politique du moindre mal ». Seule une minorité, mais toujours grandissante du fait des victoires alliées et du développement des structures de résistance, s’engage activement contre l’Occupant. Beaucoup vont garder une attitude plus attentiste, qui se décline de différentes manières, qui varient, à leur tour, selon les moments et les individus. Ces attitudes individuelles se développent de l’obéissance stricte aux injonctions d’une hiérarchie qui, tantôt collabore ouvertement avec l’Occupant, tantôt s’efforce de garder la plus grande autonomie possible, mais qui, toujours, est confrontée aux exigences de l’Occupant, à l’obstruction systématique faite à ces dernières dès que l’occasion s’en présente.

  • 10 Cette estimation se base sur les données fournies pour l’immédiat après-guerre par le Recensement (...)

20Intéressons-nous à cette minorité d’agents de l’État qui s’engagent dans le renseignement. On constate tout d’abord que la présence des services publics (dans l’acceptation la plus large du terme) est à la fois importante et remarquablement constante dans les services de renseignements. En effet, alors que la part des agents de l’État se situe aux alentours des 10 % de la population active10, ceux-ci représentent plus de la moitié des agents des services de renseignements engagés issus de la population active.

  • 11 Voir Annexe I. Notons que la part du secteur public pour l’ensemble des services de renseignements (...)

21S’il n’existe pas de service uniquement formé de membres de la fonction publique, il n’en existe pas non plus duquel les agents de l’État seraient exclus, ou même minoritaires. Sept des douze services (ou sous-services) les plus importants comprennent dans leurs rangs entre 57 et 61 % de personnes professionnellement actives travaillant ou ayant travaillé pour la collectivité11 Les cinq autres ne s’éloignent guère de cette fourchette, puisque tous les services entrent dans l’intervalle compris entre 51 à 65 %. Les deux services les plus ‘privés’ sont Zig (51 % de public) et Clarence (53 %), tandis que les deux plus ‘publics’ sont le Lion Belge (65 %) et Mill (63 %).

22Ce dernier constat nous en amène un autre : dans ces grands services, le caractère public/privé du profil professionnel du ou des fondateurs historiques ne semble pas avoir une grande influence sur la répartition public/privé au sein du service. Ainsi, Walthère Dewé, cadre à la RTT (tout comme Hector Demarque, codirigeant du réseau), dirige un service plus ‘privé’ que la moyenne (Clarence), alors que l’industriel Adrien Marquet est à la tête d’un service qui recrute largement dans le secteur public (Mill) ! Celui-ci semble donc rester incontournable, quel que soit le milieu dans lequel germe le service.

23On remarquera aussi que les agents des services publics sont présents dans une proportion exactement identique parmi les francophones et parmi les néerlandophones, les différents services publics étant représentés dans des proportions relativement semblables selon les appartenances linguistiques.

  • 12 Voir Annexe II. Il arrive que d’autres services publics jouent un rôle de prépondérant, comme les (...)

24Rendons également ses droits à la chronologie : les deux tiers des agents des services publics impliqués ne s’engagent qu’à partir de 1942. L’équipe des pionniers, si son rôle moteur est indéniable, est de dimension relativement réduite. Pour une raison peut-être liée aux péripéties entraînées par la mobilisation et les évacuations partielles de mai 1940, les noyaux de résistance constitués dans les administrations nationales ou communales ont d’ailleurs tendance à être en moyenne plus précoces que dans les différents parastataux dépendant du ministère des Communications. Mais cela n’empêche pas certains d’entre eux de jouer un rôle majeur dans certains services, et particulièrement le rail, qui est pratiquement omniprésent12.

25Le rôle joué par les fonctionnaires est susceptible de varier de manière importante selon le service public dans lequel ils exercent leur profession. De ce fait, les reconnaissances qui leur seront octroyées après la guerre varieront à leur tour. Laissant les spécificités de ces deux mondes très particuliers que constituent les forces de l’ordre et le monde enseignant, nous nous attarderons sur les spécificités de quelques groupes : les fonctionnaires de l’État, les fonctionnaires communaux, les cheminots et les agents de la Poste et de la RTT.

Les administrations

26Nous n’analyserons ici que les administrations des deux principaux niveaux de pouvoir : le national et le communal, les provinces et les arrondissements ne jouant qu’un rôle mineur.

27Les grands ensembles administratifs que constituent les ministères de l’État et les services sous leur dépendance (y compris les créations nouvelles telles que la CNAA), se trouvent quant à eux au cœur du renseignement politique et administratif, mais aussi économique. De plus, les relations qu’entretiennent ces administrations avec d’autres pans de la société et du monde professionnel peuvent constituer autant de possibilités d’extension pour un réseau. Ils constituent aussi des foyers de résistance, dans lesquels vont se développer les noyaux de départ de plusieurs grands services. Georges Leclercq, invalide de la Grande Guerre et fonctionnaire au ministère de la Justice, fonde le service Luc avec son collègue André Broze. Ce service est appelé à connaître un développement formidable, et une de ses premières extensions se fait naturellement dans le milieu de la Justice, avec le recrutement de l’avocat André Cauvin. Le ministère des Communications, dont les principaux services publics constituent des viviers de recrutement particulièrement importants, voit lui aussi naître un service de renseignements dans les locaux d’une de ses subdivisions : l’Administration de l’Aéronautique Civile. Deux de ses cadres sont à l’origine du service Martiny-Daumerie, du nom de ces fondateurs, le premier, parachuté par les Britanniques, ayant récupéré le noyau de résistants constitué autour du second.

  • 13 A. Colignon, CNAA. L’agriculture en rangs d’oignon, in Jours de Guerre, no 9,1993, p. 49-83.
  • 14 Capt. Freddy (alias A. Moyen), Service 8. L’espionnage et la résistance belge sous l’occupationall (...)

28La CNAA (Corporation Nationale de l’Agriculture et de l’Alimentation) est créée par le département de l’Agriculture dès les premiers mois de l’Occupation pour réglementer la production agricole13. Malgré sa mauvaise réputation, surtout dans le monde agricole, elle comporte dans ses rangs un certain nombre de résistants, qui profitent de la couverture qu’elle leur offre pour nuire à l’ennemi, notamment pour ravitailler la résistance armée et les notamment le cas du service se sert de la d’une section de répression des fraudes dans le domaine du bétail pour couvrir ses activités, lesquelles s’identifient plus souvent à l’action qu’au renseignement, mais n’excluent pas ce dernier14. Dans ce domaine, les missions de contrôle de la CNAA peuvent offrir des facilités non-négligeables en terme d’accessibilité (laissez-passer) et de mobilité (voitures).

29Les organismes créés à l’issue de la Grande Guerre pour venir en aide aux victimes de ce premier conflit, principalement l’ONIG (Œuvre Nationale des Invalides de Guerre, dont le sous-directeur est engagé dès octobre 1940 au service Luc) et l’ONAC (Office National des Anciens Combattants) ont également leur rôle à jouer, particulièrement en tant que passerelle vers ce terreau de recrutement que constitue le milieu très patriote des anciens combattants.

  • 15 T. Grosbois, “Le renseignement économique et financier en Belgique occupée. L’exemple du Groupemen (...)

30Mentionnons également les fonctionnaires mis en disponibilité après le remembrement de certains ministères. Certains utilisent leurs connaissances de ces administrations et les nombreux contacts qu’ils ont pu y garder pour fournir des renseignements aux réseaux, à l’instar du baron Jean-Charles Snoy, qui alimente le service Tournay en renseignements directement puisés au ministère des Affaires Économiques et en études basées sur les travaux de son Groupement d’Études Économiques15, lequel comprend d’ailleurs plusieurs hauts fonctionnaires.

31Ce réseau Tournay s’est précisément constitué début 1941 autour de quelques illustres représentants de cette catégorie particulière de serviteurs de l’État que sont les magistrats, son fondateur n’étant autre que l’auditeur général de la Cour Militaire, Walter Ganshof van der Meersch. On retrouve bien sûr des magistrats dans d’autres services, mais le petit groupe des agents du service Tournay rassemble essentiellement des gens proches des sphères les plus influentes du pays, qu’ils soient issus de la magistrature, de l’administration publique ou des entreprises privées.

32Nous n’avons malheureusement pas pu pratiquer d’étude spécifique à chaque ministère, mais gageons que les tendances politiques d’avant-guerre ou les remaniements du temps de guerre ont pu jouer un rôle dans l’engagement des fonctionnaires de l’État. D’une manière générale, remarquons que leur engagement est assez précoce : 43 % des fonctionnaires nationaux engagés dans les services de renseignements font de la résistance dès avant la fin de l’année 1941. Sans doute cette précocité n’est-elle pas étrangère au fait qu’ils fournissent un grand nombre de cadres aux services de renseignements, ce qui se traduit après la guerre, par l’attribution de reconnaissances et d’un statut un peu plus élevé que ceux de la moyenne des agents.

33Si les administrations communales ne sont pas nécessairement les mieux placées pour fournir des renseignements d’ordre militaire, leur rôle n’est pas pour autant négligeable en terme de sécurité. En effet, c’est au niveau communal que peuvent se jouer la falsification des registres de population et la fabrication de bon nombre de faux-vrais documents. La plupart des groupes de résistance gagnent toujours à bénéficier de complicités en leur sein. Si la présence de fonctionnaires communaux est loin d’être aussi massive que celle des cheminots, il n’en est pas moins frappant que tous les réseaux de quelque importance disposent d’un ou plusieurs agents dans une administration communale. Cette moindre présence dans les renseignements ne les empêche pas d’être actifs dans bien d’autres formes de résistance, et notamment dans celles impliquant l’aide aux personnes contraintes à la clandestinité.

34Cependant, le profil de ces agents communaux ne semble pas particulièrement se distinguer de celui de l’ensemble des agents, mais il y a de fortes chances que l’ambiance et le particularisme de chaque administration communale (donnée importante dans le paysage politique belge) ont pu jouer un rôle important dans l’engagement des agents.

  • 16 H. Bernard, Un maquis dans la ville, Marcinelle, 1970, p. 153-176.

35Notons que les agents travaillant dans l’administration communale peuvent être bien placés pour pratiquer un recrutement local, notamment du fait de leurs nombreux contacts avec les différents services communaux. Ce phénomène est manifeste dans le cas du réseau Portemine, qui dépend du service Zéro. Le groupe de départ est fondé fin 1940 au sein de l’administration communale de Schaerbeek par un de ses employés, Georges Lechein, ancien des services de renseignements de la Grande Guerre. Il recrute ses premiers agents parmi ses collègues, mais bientôt, le service peut aussi compter sur des contacts dans la police de Schaerbeek ou dans l’enseignement communal16. Plus d’une vingtaine d’agents de Portemine sont recrutés dans les différents services de la seule commune de Schaerbeek, tandis que plusieurs autres opèrent encore pour un autre service de renseignements (Marc) ou pour le Front de l’Indépendance.

Les cheminots

  • 17 P. Van Heesvelde, « Au service de deux maîtres. La reprise du travail à la SNCB en 1940 », in Une (...)

36La politique du moindre mal et les mesures prises en prévision de la guerre par le gouvernement entraînent une remise en marche relativement rapide des différents services publics. Ainsi, la circulation des trains de et par la SNCFB reprend-elle à la mi-août, bien que les Allemands aient remis au travail une partie du personnel dès le mois de juin, pour assurer leurs propres transports militaires17. La direction du chemin de fer éprouve encore quelques réticences à reprendre le travail sous le contrôle de l’ennemi : mais celles-là sont bientôt balayées par la défaite de la France et la perspective d’une victoire allemande. Dès le mois de juillet, la SNCFB remet au travail son personnel, sous sa propre responsabilité. Cependant, sur ordonnance de von Falkenhausen, l’exploitation du réseau est du ressort des Allemands qui transfèrent ce droit à la SNCFB. Sous peine de renvoi, la direction enjoint même, en juillet, à ses agents remis au travail de s’abstenir de commettre des actes pouvant être considérés comme hostiles par les Allemands. Et dans la pratique, le rétablissement du transport ferroviaire implique de plus en plus aussi le transport militaire pour le compte des Allemands.

  • 18 C. Lokker, Des bâtons dans les roues. Les cheminots belges durant la deuxième guerre mondiale, Bru (...)

37Les cheminots sont particulièrement nombreux dans les services de renseignements et, plus généralement dans la Résistance. Sur les 72 000 à 94 000 personnes employées aux chemins de fer pendant l’Occupation, on relève 6 799 reconnues comme résistants des différentes catégories, soit entre 7 et 9,5 %18 Ce chiffre est exceptionnellement élevé : rares sont les catégories professionnelles aussi massivement engagées dans le phénomène de la résistance. Autrement dit, les chances pour un cheminot d’être impliqué dans les activités d’un service de renseignements sont à peu près 20 à 25 fois plus élevées que celles du citoyen moyen en âge de résister.

  • 19 E. Debruyne, « Services de renseignements et société : le cas du réseau Tégal, 1940-1944 », in Cah (...)
  • 20 8 % des cas pour les cheminots, contre 18 % pour l’ensemble des agents, alors qu’ils sont proporti (...)

38L’analyse plus détaillée du profil des cheminots engagés dans les rangs du service Tégal19 nous a permis de nous rendre compte d’une autre spécificité de leur engagement. En effet, si la plupart de ceux-ci sont mariés et ont des enfants, rares sont ceux qui partagent cette activité avec au moins un des membres de leur famille20. On peut associer ce fait à celui que bon nombre d’entre eux évoluent dans des sections essentiellement composées de cheminots et spécialisées dans l’espionnage ferroviaire. Le fait que relativement peu de cheminots des services de renseignements occupe une fonction de cadre dans les réseaux, et que celle-ci est très souvent locale, est également symptomatique d’une résistance chevillée au lieu de travail. Rares sont aussi ceux qui ont une fonction spécialisée, comme boîte aux lettres ou courrier. La masse est vraiment constituée d’agents de terrain, au cœur du processus de collecte du renseignement. À l’image du renseignement ferroviaire, qui se doit d’être fourni de manière systématique et continue (l’absence de passage de train à un endroit n’ayant pas moins de signification que la régularité ou l’affluence), leur travail au sein des services de renseignements la plupart du temps très régulier. Si peu de ces agents se sont vu octroyer des grades élevés, du fait de leur position hiérarchique inférieure, rares sont ceux qui ne sont signalés que comme informateurs occasionnels.

39Apparaît ainsi l’image d’agents du rail dont l’activité résistante est intimement liée à l’activité professionnelle, par une unité de temps et de lieu (on fait du renseignement pendant et sur le lieu de travail), mais aussi d’action (dans le domaine ferroviaire) et de personnes (avec les collègues). Le compagnon d’arme s’identifiant avant tout au collègue, la participation de la famille, et donc de la sphère privée, s’en trouve quasi évacuée, au profit d’un engagement empreint d’un fort esprit de corps.

  • 21 C. Lokker, Des bâtons dans les roues. Les cheminots belges durant la deuxième guerre mondiale, Bru (...)

40L’existence du Service Social de la SNCFB favorise également les activités résistantes21. En effet, celui-ci est notamment chargé de veiller à la subsistance des cheminots en difficulté et de leurs familles. Les assistants sociaux de ce service ne tardent pas à appliquer cette politique au sens le plus large, en apportant son aide financière aux familles des agents fusillés, emprisonnés, déportés, passés dans la clandestinité ou en Grande-Bretagne. Une telle politique était à même de favoriser les engagements, en accordant l’assurance qu’en cas de coup dur, les familles des agents ne seraient pas plongées dans la misère. Par ailleurs, les rangs de ces assistants sociaux fournissent également plusieurs agents de renseignements, dont la tâche est favorisée par leurs facilités de circulation et leurs nombreux contacts.

  • 22 Cette équipe formait au sein du service le secteur VN/AA.

41L’engagement des cheminots dans différentes formes de résistance peut d’ailleurs constituer un danger. Nous ne nous étendrons pas sur le fait que l’absence de cloisonnement et la multiplication des contacts et des actions peut entraîner de graves défaillances pour la sécurité des agents et de leur réseau. Mais la tentation est également grande pour les cheminots de pratiquer la résistance passive, de freiner leur activité ou de s’opposer aux décisions de l’ennemi, ne fût-ce que dans les limites de la légalité. L’opposition peut se manifester à la base, comme lors de la grève de nombreux cheminots en décembre 1942 pour protester contre la déportation d’agents du rail pour travailler en Allemagne. Elle peut aussi se manifester en plus haut lieu. Si Rulot, directeur de la SNCLB n’a peut-être pas toujours utilisé toutes les possibilités à sa disposition en ce sens (ce qui n’empêche pas son arrestation en 1944), son chef du personnel, Paul Nolet de Brauwere van Steeland, est davantage engagé dans l’opposition aux mesures de l’ennemi, notamment quand il s’élève contre les exigences allemandes de remettre la liste des membres du personnel et en ne réprimant pas nombre d’infractions commises par ceux-ci. Cela lui vaut d’être arrêté en mai 1943, pour être heureusement relâché dès le mois suivant suite à l’intervention de Rulot. Les conséquences de cette arrestation auraient pu être bien plus graves si les Allemands avaient découvert, à cette occasion que Nolet de Brauwere s’était occupé très tôt de renseignements, et transmettait depuis 1941 au service LucMarc d’importants renseignements ferroviaires, provenant directement de l’Eisenbahn Betrieb Direktion, ou de son équipe d’agents spécialisés en la matière22, qui recoupaient notamment les renseignements qu’il obtenait au plus haut niveau.

42L’intimité du lien entre activité professionnelle et résistante entraîne une difficulté de trouver un équilibre entre les exigences du renseignement clandestin, qui implique ne fût-ce qu’une apparence de coopération, et la tentation de s’adonner à d’autres activités ou au moins de faire montre d’opposition ouverte, qui est une manière de rétablir sa dignité.

  • 23 Pur hasard ou stratégie de recrutement plus ou moins délibérée, les services Zig et Bayard qui, ap (...)
  • 24 Nos chiffres concernant le service Mill prennent en compte de nombreux informateurs issus des rang (...)
  • 25 O. WlLLEMS, op. cit., p. 136-156.
  • 26 Etablie chaussée de Louvain, à Bruxelles, cette centrale donnait un accès au réseau téléphonique d (...)

43On le constate, quel que soit le service, des cheminots sont présents, comme si chaque service se devait de se consacrer, ne fût-ce qu’en partie, au renseignement ferroviaire. Mais si elle est relativement peu importante dans certains réseaux, elle approche ou dépasse 10 % des effectifs dans la plupart des cas. Ces 10 % représentent d’ailleurs la moyenne des réseaux de renseignements. D’un point de vue fonctionnel, la présence de cheminots est indissociablement liée aux priorités que se fixent certains réseaux. Ainsi, le service Zéro, pour qui le renseignement militaire est relativement secondaire, dispose de relativement peu d’agents du rail, capables de renseigner sur les mouvements de l’ennemi. Athos et Portemine en ont encore moins23. Au contraire, elle tourne autour des 20 % dans les services Mill24 et Tempo. Dans ces deux cas, constituant environ 40 % de la catégorie des agents du service public, ils poussent véritablement la part de celui-ci vers le haut. Le service Mill détient sans doute la palme en terme d’interpénétration entre le monde du rail et celui du renseignement ; il nous faut mentionner le rôle crucial de Jean Denis, qui organisera un secteur entier majoritairement animé par des cheminots et couvrant particulièrement le Hainaut, avec des extensions dans d’autres provinces (surtout Namur et Brabant)25. Ses relations dans le monde du rail lui permettent aussi, au printemps 1944, de récupérer au profit de Mill une section belge du service français Cohors-Asturies, également spécialisée dans le renseignement ferroviaire. C’est aussi grâce à Denis et Georges Ronval, technicien à la SNCFB et chef de cette section, que le service réalise sa plus grande prouesse technique en établissant en juin 1944 sa ‘centrale de communications’ dans un local désaffecté de la SNCFB26.

Les Postes, Télégraphes et Téléphones

44Bien que présents de manière moins massive que leurs collègues des chemins de fer, ces agents au service des communications de l’État constituent une catégorie non-négligeable au sein des services de renseignements, au point d’avoir six fois plus de chance que la moyenne des citoyens actifs d’être impliqués dans l’espionnage.

  • 27 Historique de la Résistance des postiers. Hommage aux postiers morts pour la Patrie, Bruxelles, (...)
  • 28 Dont 9 000 facteurs. Chiffre de 1936. D. Piens, Pendant cette drôle de Guerre. Les Postiers à Bree (...)

45En mai 1940, les agents des Postes sont en partie repliés en France27. Cependant, la Poste reprend elle aussi très vite le travail, dès juin 1940. Tout comme dans le monde du rail, les agents, qui sont environ 16 00028, ont la consigne de ne pas opposer de résistance à l’occupant.

  • 29 Un petit article patriotique évoque notamment le rôle joué par le bureau de Bruxelles I en la mati (...)

46Le rôle des postiers est particulièrement important dans le détournement du courrier adressé aux autorités ennemies, et plus particulièrement celles chargées de la répression29. Les lettres de dénonciations ne peuvent pas être systématiquement volées, ce procédé étant susceptible de s’avérer extrêmement dangereux pour les membres du personnel impliqués. Elles sont donc plus généralement ouvertes, afin de prévenir les victimes de dénonciation. Les agents des Postes sont donc susceptibles de jouer un rôle important dans la sécurité de la résistance. En ce qui concerne le renseignement proprement dit, ce rôle particulier permet également de repérer certains dénonciateurs, dans le cas de lettres non-anonymes.

47La fonction de postier ne se prête d’ailleurs pas nécessairement mieux au renseignement qu’aux autres formes de résistance ; ainsi, les postiers sont particulièrement bien placés pour assurer la circulation de la presse clandestine. Cependant, cette fonction est directement liée à la mission des postiers engagés dans la résistance. Il s’agit donc bien souvent d’un engagement très fonctionnel, mais soutenu par une atmosphère de résistance unissant parfois la majorité des collègues d’un même bureau de Poste. Ceux-ci étaient d’ailleurs engagés dans une forme de lutte professionnelle quotidienne contre les collègues engagés dans la collaboration, ce qui avait pour conséquence directe de renforcer encore la cohésion de leurs rangs.

48C’est au sein du service Clarence que nous retrouvons, sans réelle surprise, environ le tiers des agents de la RTT engagés dans le renseignement, plusieurs d’entre eux figurant parmi les cadres du service. La figure de Walthère Dewé est dans ce contexte absolument incontournable. Chef d’un réseau de premier ordre durant la première occupation (et reconnu comme tel par les autorités et dans de nombreux milieux), il assure la direction de la RTT pendant les derniers jours de la campagne de mai 1940. C’est à cette occasion qu’il se lie avec un des ingénieurs de la Régie placé sous ses ordres, Hector Demarque, qui assure à ses côtés la direction du nouveau réseau, dont les fondations sont lancées dès juin 1940. La notoriété dont bénéficie Dewé lui procure une immense autorité, notamment au sein de la Régie. Malheureusement, elle le contraint aussi à prendre immédiatement la clandestinité. Contrairement à beaucoup de fonctionnaires qui continuent leur vie professionnelle, il ne subit plus les contraintes de cette dernière, mais ne peut lui-même faire profiter son service d’aucun des avantages directs que lui confère sa position dans les services publics. Par contre, son autorité et son vaste réseau de relations sont largement mis à contribution et ce dans des milieux débordant largement la seule RTT. Dewé et ses compagnons ne résument pas à eux seuls l’engagement de membres du personnel de la RTT. On en retrouve clairsemés dans la plupart des grands services, certains mettant d’ailleurs à profit leurs connaissances techniques pour mettre certaines lignes utilisées par l’ennemi ou par des collaborateurs sur écoute, ou pour collaborer à la maintenance ou à l’organisation des communications radios avec Londres.

conclusion

49L’engagement des agents de renseignements issus des services publics mêle intimement caractères fonctionnel et intentionnel. Leur présence au cœur du système administratif et du fonctionnement des organes de l’État fait directement découler leur fonction clandestine de leur fonction officielle, principalement au travers des renseignements qu’ils sont susceptibles de fournir. L’activité publique est ici l’objet de l’activité clandestine.

50Certaines activités de leur travail clandestin peuvent également se parer d’attributs de leur fonction officielle tels que laissez-passer ou véhicules officiels, sans compter l’avantage psychologique dont ils peuvent bénéficier en tant que représentants de l’autorité publique. L’activité publique devient ainsi le paravent de l’activité clandestine.

51Enfin, les contacts qu’ils entretiennent avec certains milieux liés au service public peuvent leur permettre d’étendre leur accès à l’information ou d’améliorer la circulation de celle-ci, notamment en y étendant le recrutement de nouveaux agents. L’activité publique peut dès lors servir de tremplin à l’activité clandestine.

52Mais les services publics sont aussi un milieu dont la tradition patriotique est puissante, du fait que l’essence même de leur existence est le service à la collectivité. Cette tradition est encore renforcée par l’expérience du premier conflit mondial, durant lequel la résistance passive de certains organes de l’État a été forte, et qui a également inauguré une tradition de résistance clandestine. Cette tradition a pu engendrer une forme d’émulation avec les grandes figures de la génération précédente. L’engagement clandestin se vit comme prolongement de l’engagement public.

53Si favorable qu’il soit au renseignement clandestin, le milieu des services publics n’en reste pas moins chargé d’une profonde ambivalence. L’obligation de coopérer avec les Allemands devient un avantage à qui sait l’utiliser : l’ennemi se décharge d’une lourde tâche en recourant aux services publics de la nation occupée, et se place de la sorte dans une position de dépendance. Mais cette obligation peut se changer en désavantage psychologique du fait que cette coopération n’est pas toujours perçue comme neutre par les compatriotes. Le spectre de la collaboration n’est jamais loin et il est souvent tentant de compenser une image dévalorisée, soit de manière ouverte par une opposition publique, soit en multipliant les actions clandestines. Deux cas de figure qui peuvent s’avérer nocifs pour l’activité de l’agent de renseignements. Il n’a pas non plus la liberté de s’afficher trop ouvertement collaborateur, sous peine de s’attirer la méfiance ou l’opposition de ses collègues patriotes. Tout est donc question d’équilibre, entre l’activité publique et l’activité de renseignements, entre le visage officiel et le visage occulte du service à l’État...

Annexes

Annexe I. Présence des agents du secteur public dans les principaux services de renseignements belges

Réseau

Part du secteur public parmi les agents professionnellement actifs

Athos

58 %

Bayard

60 %

Beaver-Baton

58 %

Clarence Tempo

53 %

Lion Belge

65 %

Luc-Marc

57 %

Mill

63 %

Portemine

58 %

Tégal

55 %

Tempo

61 %

Zéro

58 %

Zig

51 %

Annexe II. Présence des cheminots dans les principaux services de renseignements belges

Réseau

Part des cheminots dans les effectifs du service

Part des cheminots parmi les agents des services publics du service

Athos

4 %

9 %

Bayard

16 %

34 %

Beaver-Baton

6 %

14 %

Clarence

10 %

26 %

Lion Belge

14 %

29 %

Luc-Marc

10 %

24 %

Mill

21 %

43 %

Portemine

4 %

9 %

Tégal

9 %

21 %

Tempo

18 %

39 %

Zéro

7 %

16 %

Zig

16 %

37 %

à propos des réseaux de résistance

Jacqueline Duhem, professeur au Lycée Faidherbe : On a beaucoup parlé de la Belgique et du Nord-Pas-de-Calais, mais de façon séparée. Est-ce qu’il existait des relations entre les différents réseaux de résistance transfrontaliers ? Qu’en était-il d’ailleurs de la frontière ? Est-ce qu’elle était gardée, y avait-il des possibilités de passage et est-ce que les différents réseaux étaient en contact ?

Emmanuel Debruyne : Je ne vais pas entrer dans le détail des différents réseaux, mais effectivement la région de Lille-Tourcoing joua un rôle de plaque tournante dans le passage à la fois des évadés, mais aussi des informations et des courriers des services de renseignements. Le lien non seulement existe mais il est fondamental dans la vie de ces réseaux.

Odile Louage, Musée de la Résistance : Dans le cadre des enregistrements de résistants de cette région, j’ai interviewé Yves Graux, né en 1930, agent de liaison. Son père faisait partie du réseau de Gérard Cauvin Zéro France. Yves Graux m’a rapporté que toutes les semaines ils arrivaient à faire partir pour Londres et pour le gouvernement belge 400 pages dactylographiées qui donnaient tous les renseignements concernant le stationnement et les mouvements des troupes allemandes dans la région du Nord et tous les lieux d’impact des bombardements avec les bâtiments détruits. Son père avait caché dans sa maison toutes les cartes d’état-major de la région et il pouvait donc indiquer avec précision les coordonnées géographiques des différents lieux. Ces 400 pages étaient microfilmées et expédiées par des réseaux vers Londres. Je me demande si une telle quantité de renseignements correspond bien à ce que vous avez pu apprendre de votre côté.

Emmanuel Debruyne : Oui, ce n’est pas du tout démesuré. Pour la dernière année de la guerre et pour un grand réseau comme Zéro France, ce n’est pas du tout irréaliste, mais évidemment ils étaient mis sur pellicule...

Odile Louage : Et cachés dans des paquets de chicorée, paraît-il !

Emmanuel Debruyne : Ils étaient acheminés par l’Espagne et le Portugal.

Bruno Béthouart : Toujours sur le réseau Zéro France. Ce réseau a été créé à Roubaix en juin 1942 à l’initiative des services du gouvernement belge de Londres.

Étienne Dejonghe : Attention ! il y a toute une archéo-histoire. Avant 1942, il y a toute une construction de réseaux de passage, en particulier de réseaux de renseignements, avec des individus qui avaient servi l’Intelligence Service durant la première guerre mondiale. Ainsi le neveu du futur Mgr Lefebvre avait pris des contacts avec des résistants belges des réseaux de renseignements, ce qui deviendra le réseau Clarence. À cette époque, ils faisaient passer les hommes.

Emmanuel Debruyne : Les caractéristiques de la frontière facilitaient bien les choses : on passait la frontière sans s’en rendre compte, surtout à Roubaix-Tourcoing avec Mouscron tout à côté. Les frontaliers avaient déjà l’habitude de passer la frontière de manière illégale pour frauder. Cela a facilité la création de ce point de passage fondamental qu’a été la zone de Lille-Roubaix-Tourcoing-Mouscron.

Notes

1 Les réflexions présentées dans cette première section doivent beaucoup à l’excellent ouvrage d’A. Dewerpe, Espion. Une anthropologie historique du secret d’Etat contemporain (Paris, 1994),

2 Cité par A. Dewerpe, op. cit., p. 21.

3 Montesquieu, De l’esprit des lois, XII, xxiii, cité dans A. Dewerpe, op. cit., p. 22.

4 A. Dewerpe, op. cit., p. 80 et sv.

5 Portefeuille 229, in Archives GenéralesduRoyaume, Archives des Services Patriotiques.

6 Notons que l’État belge s’efforce dans les premiers temps de l’Occupation de continuer à payer clandestinement certains de ses fonctionnaires pour éviter que la nécessité ne les contraigne à se mettre au service de l’ennemi, renforçant du même coup leur sentiment de fidélité envers le pouvoir légitime. C’est notamment le cas des cheminots.

7 A. Hendrick, Oram Un réseau de renseignement allié pendant la Première Guerre mondiale, Louvain-la-Neuve, 1982 (mémoire de licence en histoire UCL, dir. J. Lory).

8 V. Guilluy, Edouard Lagasse de Locht et les services Hunter. Réseau de renseignement en 1916-1918, Louvain-la-Neuve, 1988 (mémoire de licence en histoire UCL, dir. J. Lory).

9 J. Gérard-Libois & J. Gotovitch, L’An 40. La Belgique occupée, Bruxelles, 1971, p. 78-80.

10 Cette estimation se base sur les données fournies pour l’immédiat après-guerre par le Recensement général de la population au 31 décembre 1947, t. VIII, Répartition de la population d après l’activité et la Jonction, Bruxelles, 1953.

11 Voir Annexe I. Notons que la part du secteur public pour l’ensemble des services de renseignements étant de 54 %, soit légèrement moins que la moyenne de ces grands services, cela indique que les services de moindre ampleur recrutent un peu moins dans les services publics.

12 Voir Annexe II. Il arrive que d’autres services publics jouent un rôle de prépondérant, comme les polices communales pour le réseau Beaver-Baton ou, dans une moindre mesure les services postaux chez Bayard.

13 A. Colignon, CNAA. L’agriculture en rangs d’oignon, in Jours de Guerre, no 9,1993, p. 49-83.

14 Capt. Freddy (alias A. Moyen), Service 8. L’espionnage et la résistance belge sous l’occupationallemande, Bruxelles, s.d.

15 T. Grosbois, “Le renseignement économique et financier en Belgique occupée. L’exemple du Groupement d’études économiques”, in La Résistance et les Européens du Nord, Bruxelles, 1995, p. 183-207 (Actes du colloque tenu à Bruxelles du 23 au 25 novembre 1994).

16 H. Bernard, Un maquis dans la ville, Marcinelle, 1970, p. 153-176.

17 P. Van Heesvelde, « Au service de deux maîtres. La reprise du travail à la SNCB en 1940 », in Une entreprise publique dans la guerre : la SNCF, 1959-1945, Paris, s. d. (Actes du VIIIe colloque de l’Association pour l’histoire des chemins de fer en France, Paris, 21-22 juin 2000), p. 105-121.

18 C. Lokker, Des bâtons dans les roues. Les cheminots belges durant la deuxième guerre mondiale, Bruxelles-Anvers, 1985, p. 13.

19 E. Debruyne, « Services de renseignements et société : le cas du réseau Tégal, 1940-1944 », in Cahiers d’Histoire du Temps Présent, no 9, novembre 2001, p. 141-143.

20 8 % des cas pour les cheminots, contre 18 % pour l’ensemble des agents, alors qu’ils sont proportionnellement plus nombreux que les autres agents à être mariés et/ou père de famille.

21 C. Lokker, Des bâtons dans les roues. Les cheminots belges durant la deuxième guerre mondiale, Bruxelles-Anvers, 1985, p. 167-173.

22 Cette équipe formait au sein du service le secteur VN/AA.

23 Pur hasard ou stratégie de recrutement plus ou moins délibérée, les services Zig et Bayard qui, après la destruction de BB se partagent la couverture du pays, disposent d’une présence d’agents de la SNCFB sensiblement identique !

24 Nos chiffres concernant le service Mill prennent en compte de nombreux informateurs issus des rangs du MNB et qui transmettaient leurs renseignements à Mill. Dans son étude des seuls agents et auxiliaires statutaires du service Mill proprement dit, Olivier Willems constate même que plus d’un quart des agents (27 %) est recruté dans les rangs de la SNCFB. O. WILLEMS, Mill. Réseau de renseignements (1941-1944). Contribution à l’étude de la résistance en Belgique durant la seconde guerre mondiale, 1994 (mémoire de licence UCL), p. 245-248.

25 O. WlLLEMS, op. cit., p. 136-156.

26 Etablie chaussée de Louvain, à Bruxelles, cette centrale donnait un accès au réseau téléphonique de la SNCFB. Il en résultait différentes applications : la capacité de communiquer par téléphone avec toutes les stations du réseau, une liaison par téléscripteur avec certaines, la mise sur écoute des communications entre l’Eisenbahn Betriebs Direktion et la direction de la SNCFB, ainsi que celles du dispatching, et enfin la mise au point d’une commande à distance des émetteurs radios du réseau. O. Willems, op. cit., p. 198-200.

27 Historique de la Résistance des postiers. Hommage aux postiers morts pour la Patrie, Bruxelles, s.d. Les travaux sur la Poste manquent, mais quelques publications de nature patriotique, à l’instar de celle-ci, évoquent la reprise du travail et les relations à l’intérieur de ce service public.

28 Dont 9 000 facteurs. Chiffre de 1936. D. Piens, Pendant cette drôle de Guerre. Les Postiers à Breendonk, s.l., 1947, p. 349.

29 Un petit article patriotique évoque notamment le rôle joué par le bureau de Bruxelles I en la matière, ainsi que les nombreuses arrestations qu’il eut à déplorer. Z. Parwys, « La Poste de Bruxelles 1 sous l’occupation allemande », in Breendonk, s.l., n.d., p. 23-29.

Auteur

CEGES- Bruxelles

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540