Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les services publics et la Résistance en zone interdite et en Belgique (1940-1944)

 | 
Robert Vandenbussche

L’administration centrale belge : des fonctionnaires résistants et/ou patriotes ?

Bénédicte Rochet

Texte intégral

  • 1 L. Baillon, La Résistance Administrative. La lutte secrète des Pouvoirs publics contre les Alleman (...)

1En 1946, dans cette après-guerre en quête de héros et de justifications, où discours, journaux, films... mettent en exergue une résistance épique et glorieuse, L. Baillon, avocat près la Cour d’Appel de Bruxelles, édite une brochure intitulée La Résistance administrative. La lutte secrete des pouvoirs publics contre les Allemands en Belgique (1940-1944)1. Cet écrit délibérément partisan veut rendre hommage et surtout, justifier l’attitude des secrétaires généraux et de leur administration durant le conflit, attitude mise à mal par l’opinion et par le gouvernement belge de retour de Londres. Des instructions à charge des secrétaires généraux sont ouvertes par les Parquets. Rappelons l’opposition qui se développe à la Libération entre un gouvernement, qui rentre d’exil et impose ses exigences, et des hauts fonctionnaires de l’administration centrale. Ces derniers, restés en Belgique durant tout le conflit, voient d’un mauvais œil cette (re)-prise de pouvoir d’un gouvernement qui ne connaît plus la situation belge et qui a échappé à l’emprise ennemie et aux conséquences matérielles de celle-ci sur la vie quotidienne du pays.

  • 2 M.-O. Baruch, Servir l’état français. L’administration en France de 1940 à 1944, Paris, 1997, p. 4 (...)

2À la question « L’’administration fut-elle un instrument docile aux mains de l’ennemi ? », L. Bâillon affirme qu’il n’en fut rien, et d’ajouter « sauf de rares exceptions, elle résista ». Le terme « rares exceptions » est excessif. On peut en effet trouver parmi les fonctionnaires des comportements « résistants » mais l’administration centrale fut loin d’être un ensemble cohérent et organisé de résistance, la nuance s’impose. Cette vision d’une administration résistante du sommet à la base fut aussi largement diffusée en France en 46, elle « était nécessaire pour restaurer l’État et elle dédouanait les cadres intermédiaires du vichysme qui, tout en préservant par leur présence les intérêts français, auraient maintenu le feu sacré de la conscience nationale »2.

3Il ne s’agit pas de parler d’une résistance de maquis, ni d’une résistance armée, même si certains fonctionnaires en étaient membres, mais plutôt d’explorer une attitude, un comportement « résistant » au sens premier du terme, à savoir « une opposition à l’occupant », une volonté de dire NON. Peut-on attribuer ce terme au fonctionnaire qui met un frein aux directives allemandes ? à celui qui refuse catégoriquement d’appliquer une mesure allemande ? à celui qui prépare, dans la clandestinité, l’organisation administrative de l’après-guerre ? à celui qui, sous les yeux teutons, introduit des mesures et des pratiques administratives propres à l’organisation belge ? Ces questions de « définition » de la résistance dans l’administration se doublent d’un aspect centré sur l’éthique administrative : a-t-on le droit et/ou la possibilité de résister tout en servant l’État belge ?

  • 3 M.-O. Baruch, Servir l’étatfrançais... op. cit.

4Face à cette problématique, « servir l’État signifie [-t-il] servir l’ennemi ou servir face à l’ennemi ? », selon les termes de Marc-Olivier Baruch3, il importe de replacer ce phénomène dans le contexte propre de la Belgique sous l’occupation et plus particulièrement dans celui de l’exécutif central belge. D’autre part, comme tout historien analysant la ou les résistance(s), la question des définitions est inévitable. Quelle résistance, quel patriotisme ? Doit-on parler de résistance, de dissension, de dissidence ou encore de désobéissance ? Où se situent les limites entre ces différentes notions qui permettent de qualifier l’un de résistant et l’autre de dissident ? Et, dans quelle mesure peut-on les appliquer aux fonctionnaires de l’administration centrale ?

  • 4 J.-M. Guillon, P. Laborie, Pour une histoire de la Résistance, dans Mémoire et Histoire : la Résis (...)
  • 5 Définition proposée par H. Buch, La Résistance : l’expérience belge, dans La guerre et ses théorie (...)

5Malgré une historiographie initiée depuis plusieurs années sur cette notion, la « résistance » est une notion aux contours flous4. De manière générale, « on s’accorde sur la base d’un refus organisé de l’occupant et du régime qu’il a installé »5. A priori, les conduites individuelles, comme les actes d’insubordination d’un fonctionnaire qui entraînent la non-exécution d’un ordre venu de l’occupant, n’entrent pas dans cette définition générale. Ces conduites se situent malgré tout entre la simple indépendance d’esprit et l’acte de résistance organisé, elles évoluent dans une sorte de « zone grise » mais peut-on pour autant les qualifier de « résistantes » ?

6L’historiographie récente a tenté d’établir une hiérarchie des comportements allant de la collaboration à la résistance, tentant ainsi de définir les différents types d’actions et surtout de mettre en évidence ces « zones grises » qui caractérisent des actes individuels, par les termes de dissidence, dissension, désobéissance. Partant, on parlerait de « résistance » à partir du moment où la rupture individuelle s’exprime collectivement, de manière organisée et se fixe des objectifs.

7Cette analyse de l’attitude des agents de l’État n’englobe pas l’ensemble des départements ministériels, elle ne porte que sur trois d’entre eux : Affaires économiques, Travail et Prévoyance sociale et Finances. De plus, au sein de ces départements, seule la première catégorie des agents de l’État a été prise en compte, celle des « fonctionnaires » : ceux qui s’adonnent à des travaux de haute administration, à savoir étude, conseil, contrôle, coordination, préparation des réglementations, décision et commandement (directeurs généraux, directeurs et secrétaires d’administration).

l’état belge aux mains de l’exécutif

  • 6 Alexandre Delmer (1879-1967). Ingénieur civil des mines de l’Université de Liège (1903), A. Delmer (...)
  • 7 Université Catholique de Louvain — Institut d’Études Européennes, Fonds Alexandre Delmer 1924-1967 (...)
  • 8 Le livret de mobilisation civile, instauré par loi du 5 mars 1935, reprend notamment la convention (...)

8Suite à la dégradation rapide de la situation militaire en Belgique, le gouvernement belge, sous la direction d’Hubert Pierlot, s’exile en France le 16 mai 1940. Il emmène avec lui des membres des cabinets, quelques agents et des dossiers des services administratifs. À Bruxelles, suivant la décision du Conseil des ministres du 14 mai 40, la gestion courante des affaires continue d’être assurée par les services publics. C’est aux secrétaires généraux des départements - premiers fonctionnaires sur l’échelle administrative - que les ministres confient cette tâche. Pierlot, Premier ministre, envoie à ce propos une lettre au secrétaire général A. Delmer6 : « les secrétaires généraux doivent administrer la Belgique mais qu’il n’est pas question de toucher au statut administratif de la Belgique »7. L’ensemble de l’appareil administratif central poursuit son travail. En effet, selon les prescriptions du livret de mobilisation civile8, les agents de l’État doivent prester malgré l’occupation et n’opposer aucune résistance à l’envahisseur. Mais ils doivent s’abstenir d’exercer leurs fonctions si l’occupant veut leur imposer des actes incompatibles avec leurs devoirs de fidélité envers la patrie.

9Dans la conception traditionnelle belge et selon la constitution de 1830, l’administration a pour tâche essentielle d’exécuter ou de veiller à l’exécution des dispositions législatives et réglementaires. La guerre et l’occupation vont quelque peu élargir ses attributions. Devant un gouvernement en exil, un Parlement et des partis politiques dissous, elle se retrouve seule pour assurer le fonctionnement de l’État : ce vide politique et législatif lui procure le pouvoir de légiférer, de réglementer et de sanctionner. L’Exécutif acquiert une importance capitale.

  • 9 J. Semelin, Sans armes face à Hitler. La résistance civile en Europe 1939-1943, Paris, 1989, p. 16 (...)

10Les Allemands appuient et renforcent cette augmentation de pouvoir de l’Exécutif. Ils vont utiliser et profiter de toute cette administration en activité pour gérer le pays. Ce compromis dispense le pouvoir allemand, en manque de personnel, d’installer une zivilvenvaltung. Quant aux services publics, ils peuvent conserver une large autonomie et éviter une mainmise complète de l’occupant. La finalité de cette « indépendance » permet de préserver l’identité collective et les valeurs fondatrices de la Belgique agressée. Si l’administration militaire allemande s’engage à respecter les sentiments nationaux des fonctionnaires belges, elle procède néanmoins, par différentes ordonnances, à une épuration des fonctions dirigeantes. Certains postes de direction générale échouent aux mains de collaborateurs notoires. Mais l’ensemble du personnel administratif n’est pas d’office acquis à la cause allemande : des mouvements de résistance, d’ampleurs variables en fonction des départements, vont faire leur apparition et « creuser le fossé entre la domination militaire, qui était un état de fait, et la soumission politique, qui est un état d’esprit. Lorsqu’une société se sent de moins en moins soumise, elle devient de plus en plus incontrôlable. Alors si l’occupant conserve sa puissance, il perd son autorité. C’est dire combien la résistance civile consista d’abord en un choc des volontés, exprimant avant tout un combat pour des valeurs »9.

entre résistance et désobéissance administrative...

  • 10 I. Kershaw, L’opinion allemande sous le nazisme. Bavière, 1933-1945, traduit par Dauzat P-E., Pari (...)

11Certains des actes anti-allemands posés par les fonctionnaires sont clairs, ils relèvent de la désobéissance administrative. Ce sont des comportements “dissidents” au sens de la définition donnée par Ian Kershaw : « désobéissance civile mineure qui, tout en remettant en cause l’idée d’un contrôle total du régime, est loin de consacrer un rejet fondamental du nazisme »10.

  • 11 Oscar Plisnier (1885-1952) Docteur en sciences politiques et administratives et licencié en scienc (...)
  • 12 J. Semelin, Qu’est-ce que resisted dans Que reste-t-il de la Résistance ? Esprit. Revue internatio (...)

12Il s’agit notamment de la passivité de certains fonctionnaires face aux prescriptions allemandes ou encore des réactions de rejet des engagements collaborationnistes : les gestionnaires de personnel, en l’occurrence certains secrétaires généraux ou directeurs généraux rejettent les candidatures de collaborateurs proposées par la Militärverwaltung (MV) et tentent de maintenir en place les fonctionnaires considérés comme « patriotes ». Ainsi, le secrétaire général des Finances, Oscar Plisnier11 en octobre 1941 contourne les ordonnances allemandes sur le remplacement du personnel administratif âgé de 60 ans et parvient à maintenir en place des personnes de confiance de plus de 60 ans. À plusieurs reprises, il évite leur remplacement et ces fonctionnaires sont toujours en place en août 1944. Ce type d’attitude ne représente « le plus souvent “que” la contestation d’une loi perçue comme tout à fait intolérable, c’est-à-dire le refus d’une décision du pouvoir de l’occupant, ce n’est pas une contestation de ce pouvoir »12.

  • 13 V. Marquet, Contribution à l’histoire de l’armée secrète, 1940-1944. Deuxième Partie. Armée de Bel (...)

13Ce même secrétaire général des finances, grâce aux pouvoirs que lui procure sa fonction, va également aider financièrement des mouvements de résistance armée. Fin 1943, ne voyant rien venir de Londres, l’Armée secrète entreprend une démarche auprès de lui pour obtenir des ressources financières. Plisnier accepte et choisit de fausser une dent de la machine des chèques postaux. Cette manœuvre permet de faire passer dans la comptabilité de l’État une erreur de 100 millions de francs dont 90 sont versés à l’AS entre janvier et juin 194413. Si son action reste ponctuelle et tardive, elle n’en demeure pas moins ce que d’autres appellent de la “réactivité sociale” ou Resistenz (selon l’historiographie allemande), fournissant à l’action résistante organisée la complicité nécessaire pour survivre et se développer.

14Un autre type d’opposition à l’ennemi relevé au sein de l’administration centrale est constitué par un ensemble d’actions qui se situent au-delà de la « simple » désobéissance administrative. Un échelon de plus est alors franchi dans la hiérarchie des comportements résistants. Dès septembre 1940, quelques fonctionnaires des Affaires économiques, des Finances ainsi que du Travail et de la Prévoyance sociale se regroupent clandestinement. Ils forment des réseaux qui vont progressivement prendre de l’ampleur et dont la collaboration s’intensifie dès l’automne 42. Ils ont pour objectifs non seulement de récolter de la documentation et des études pour déterminer la politique socio-économique et administrative de l’après-guerre mais aussi d’influencer la gestion et les décisions prises au sein des départements. Ces regroupements proviennent d’initiatives extérieures à l’administration, principalement de fonctionnaires démis de leurs fonctions dirigeantes, et ils sont associés à des groupes d’études (semi-)clandestins rassemblant économistes, industriels, universitaires... Le recrutement tant au sein de l’administration que dans les milieux académiques et économiques s’effectue dans des réseaux profondément ancrés dès l’avant-guerre, ce qui leur permet de se développer et de fonctionner sans entraves. Les contacts, clandestins, se font essentiellement à la Fondation universitaire à Bruxelles ; aucune rencontre n’a lieu dans des bâtiments ministériels.

  • 14 Jean-Charles Snoy et d’Oppuers (1907-1991). Après des études en droit, en philosophie thomiste et (...)
  • 15 Victor Leemans (1901-1971). Instituteur, il entreprend en 1933 des études de sociologue à Paris. D (...)

15Ces réseaux sont nés notamment sous l’influence du secrétaire général des Affaires économiques, le jeune Baron Snoy et d’Oppuers14. En mai 1940, il suit le gouvernement belge en France à la demande du ministre. Ce même ministre le renvoie en Belgique début juillet afin de reprendre en main le département des Affaires économiques. Mais l’occupant allemand s’oppose à son retour à la tête du département et en août 1940, Snoy est mis en disponibilité. Le poste de secrétaire général des Affaires économiques est alors confié à un partisan des idées nationales-socialistes, Victor Leemans15. Ce dernier s’entoure de jeunes économistes adeptes de l’Ordre Nouveau et de l’intégration de l’économie belge dans le grand Reich. Victor Leemans et ses acolytes vont éprouver des difficultés pour mettre leurs projets à exécution. Leur influence dans certains services du département est mise à rude épreuve par les fonctionnaires d’avant-guerre, maintenus en place et fidèles au Baron Snoy.

  • 16 Note de Craen au ministre des Affaires économiques, le 3 novembre 1944. (KADOC, Papiers Gaston Cra (...)
  • 17 Note de Snoy, Travaux du groupement d’études économiques en vue de la restauration économique de l (...)
  • 18 KADOC, Papiers J.-C. Snoy et d’Oppuers, no 3.1.2.4.
  • 19 Les activités de la Fondation Universitaire, dans Cassandre, le 3 mai 1942.
  • 20 Lettre de J.-C. Snoy à R. Houben, le 12 novembre 1942. (KADOC, Papiers J.-C. Snoy et d’Oppuers, no(...)

16Dès l’été 40, J.-C. Snoy tente de poser les fondements d’une hypothétique résistance à venir... Il met tout en œuvre pour la réaliser, mais il n’a aucune assurance de succès. Il rassemble autour de lui des fonctionnaires écartés de leur fonction, des économistes, des industriels, des universitaires... dans le but d’élaborer la politique économique de l’après-guerre. Dans le cadre de cette entreprise, il décide de faire appel à des agents publics toujours en exercice au sein des Affaires économiques, de l’Inspection des finances et du service d’études du département du Travail. Ces fonctionnaires sont non seulement ses informateurs mais également ses exécutants car ils vont réaliser, en secret, diverses prospectives. En effet, pour plusieurs agents du département des Affaires économiques, Snoy reste “le” secrétaire général et son influence dans la gestion et les décisions du département est énorme malgré sa mise en disponibilité. Un véritable réseau se crée au sein du département autour de ses collaborateurs, issus essentiellement du service d’études des Affaires économiques. Ce service d’études est un des plus importants du département ; il constitue une véritable chambre de réflexion, étudiant tous les projets de lois, c’est là que se joue en fait toute la politique économique. Le directeur général du service d’études, Gaston Craen et J.-C. Snoy se connaissent de longue date, ils sont entrés ensemble au cabinet du ministre des Affaires économiques F. Van Cauwelaert en janvier 1934. Ils ont réorganisé le département des Affaires économiques et en 1939, les contacts sont encore renforcés avec l’accession de Snoy au poste de secrétaire général. Ces fonctionnaires fidèles, rassemblent la documentation nécessaire et subtilisent dans les dossiers ministériels des rapports, des procès-verbaux, des statistiques... de première importance. À titre d’exemple, trois cadres du service d’études des Affaires économiques décalquent des plans, copient des statistiques et des documents concernant les budgets16. Au niveau de la gestion des services du département, ce réseau introduit des méthodes, des mesures administratives propres à surveiller et à maîtriser les organismes économiques créés par l’occupant. Il tente d’appliquer la politique économique élaborée par les groupes clandestins. Ce type d’activités (échange de documentation et de dossiers, interventions contre l’occupant dans la gestion du département, propositions d’études et recrutement pour des études) n’est pas propre à cette seule structure administrative. Snoy est également en contact avec le directeur général du commerce, celui des classes moyennes et celui de l’Office central des statistiques. Pour J.-C. Snoy, ces relations permettent de « diriger le ministère des Affaires économiques et maintenir l’esprit des cadres dans la résistance »17. De même, des finances, service de haute importance pour la gestion économique du pays, est approchée par ces réseaux. Par l’intermédiaire du secrétaire général des Finances O. Plisnier, les inspecteurs des finances sont inscrits d’office aux conférences de l’Institut Belge des Finances publiques (IBFP) à partir de mai 1941. Ces conférences ne sont pas clandestines mais leurs orateurs (O. Plisnier, lui-même, J.-C. Snoy, L. Camu...) et leurs propos, opposés à la politique en vigueur, influencent les mesures prises au département des Finances. Suite à ces conférences, l’IBFP subit les attaques de la presse collaborationniste telle Cassandre en 194218 : « Un certain nombre de personnages appartenant à certains milieux politiques et financiers se réunissent chaque mercredi, à la Fondation universitaire. [...] On y a même installé, au cours du dernier hiver, une manière d’institut s’occupant des finances publiques sous la direction de l’inévitable Fouis Camu, ingénieur brasseur, administrateur de la Banque de Bruxelles [...] Or un des premiers soins de M. Camu fut de ressusciter M. Le Baron Snoy [...] et chose curieuse, le Baron Snoy a été chargé de veiller à la formation économique d’un auditoire de choix. Quel auditoire ? [...] les inspecteurs des finances auxquels il s’efforce d’inculquer des principes diamétralement opposés à ceux qui fondent à présent la politique économique du gouvernement »19. Au département du Travail et de la Prévoyance sociale, le service d’études juridiques, sous la direction de Robert Houben, transmet également au groupe de Snoy de nombreux documents confidentiels dès novembre 1942 mais l’influence du groupe clandestin sur les décisions prises à l’intérieur du département sera moins significative20.

  • 21 Henri Velge (1888-1951). Docteur en droit, en sciences politiques et sociales et en histoire de l’ (...)
  • 22 Th. Grosbois, Le renseignement économique et financier en Belgique occupée. L’exemple du Groupemen (...)
  • 23 Le GEE coordonne les études de la Société belge d’économie politique (SEP) sous la direction de G. (...)
  • 24 J-C. Ricquier, Comte Snoy et d’Oppuers : témoignages et souvenirs. De la création du Ministère des (...)
  • 25 Procès-verbal de la réunion du conseil de direction du département des Affaires économiques, le 9 (...)

17Le plus intéressant à relever est que ce « groupe du baron Snoy » est partie prenante dans l’organisation semi-clandestine dénommée Groupement d’Études Économiques (GEE). Le GEE veut coordonner toutes les études économiques en vue de l’après-guerre réalisées isolément par les départements ministériels, les universités, les instituts de recherche... Le groupe de Snoy y est compétent pour les besoins immédiats de l’économie belge (questions alimentaires, matières premières, transports...), les problèmes administratifs et les problèmes immédiats de la politique commerciale. Actif à partir de décembre 1941, sous la présidence d’Henri Velge21, le GEE est « l’organisation semi-clandestine la mieux organisée et la plus sérieuse, rassemblant l’élite intellectuelle et administrative belge »22. Ces relations, cette correspondance suivie, tous ces groupes d’études (semi-) clandestins23 en Belgique sont d’autant plus étonnants qu’ils ne semblent pas faire l’objet de réaction de l’occupant. Le GEE est soutenu activement par les milieux industriels comme le Comité Central Industriel (CCI), les grands groupes financiers, et notamment A. Galopin, De Launoit, Μ-L. Gérard, F. Collin...24 Les documents reçus de l’administration y circulent abondamment et le GEE les transmet à Londres par l’intermédiaire des réseaux SRA Zéro et Clarence. On trouve ainsi dans les papiers de la CEPAG (Commission d’études pour les problèmes de l’après-guerre) de Paul Van Zeeland, exilé à Londres, le compte rendu des réunions du conseil de direction du département des Affaires économiques du 9 septembre 194225.

  • 26 F. Marcot, Pour une sociologie de la Résistance : Intentionnalité et fonctionnalité, dans La résis (...)
  • 27 F. Maerten, Du murmure au grondement. La Résistance politique et idéologique dans la province de H (...)

18Dans ces réseaux administratifs, la notion de « fonctionnalité » définie par François Marcot est évidente. L’individu est sollicité par la Résistance en fonction des besoins du groupe, des compétences et de sa position personnelle : « On cherche les informations militaires, politiques, économiques sur le dispositif, les moyens et la stratégie de l’occupant là où elles sont »26. Or ces informations, on les trouve auprès de ceux qui y ont accès, à savoir dans le cas présent, auprès des hauts fonctionnaires des services publics et principalement dans les services d’études. Ils possèdent les documents. En tant qu’universitaires, ils ont des connaissances pointues des politiques et des pratiques administratives ; par leur fonction, ils sont en relation avec les grands décideurs industriels et financiers belges. Ces réseaux sont organisés et collectifs ; ils ont des objectifs précis. Ils s’opposent à la politique de l’occupant et de ses acolytes. Mais, « l’enjeu politique va bien au-delà de l’affrontement avec l’occupant puisqu’il inclut une vision de l’avenir, avec le ferme dessein de parvenir à un renouvellement de la société, de l’État et de la nation »27. Tous visent essentiellement la préparation de la société d’après-guerre.

  • 28 M-O. Baruch, Servir l’état français... op. cit.

19Une particularité propre à ces agents des services publics est l’ambivalence de leurs comportements. Si certains vont franchir les limites de la Resistentz pour entrer dans la Widerstand, il ne faut pas oublier qu’ils ne plongent pas dans la clandestinité ! Ils continuent d’exercer leur emploi en tenant compte, dans leurs activités, des directives et pressions allemandes. D’ailleurs, comme l’a souligné M.-O. Baruch, « s’agissant de fonctionnaires d’autorité, le passage à la clandestinité était souvent contre-productif », un fonctionnaire était plus utile à son poste et « devait continuer à donner le change en servant le régime de manière suffisamment loyale pour ne pas risquer d’être relevé de ses fonctions. Les gestes d’opposition apparaissent alors plus feutrés, moins directement lisibles »28.

une question de chronologie et de statut

  • 29 M-O. Baruch, Servir l’état français... op. cit.
  • 30 F. Marcot, Pour une sociologie de la Résistance... op. cit., p. 21-41.

20On peut établir une comparaison des attitudes des fonctionnaires belges et français tout en tenant compte de la différence fondamentale au niveau de la situation de l’État. En Belgique, l’État constitutionnel est suspendu et remplacé par des dispositifs temporaires. Chaque administration nationale continue son activité dans un vide politique, soumise aux ordres de l’occupant en l’absence du gouvernement légitime parti en exil. En France, l’État officiel existe : en restant à leur poste, les fonctionnaires français obéissent et acceptent de principe le gouvernement légal de la France de Vichy. Malgré tout, on peut, pour la Belgique, relever à peu près la même évolution chronologique des comportements des fonctionnaires que celle établie par M.-O. Baruch pour la France29. Les années 1940-1941-42 sont marquées par une obéissance à l’exécutif, trait caractéristique du fonctionnaire qui respecte ses devoirs de fidélité envers la patrie et ses institutions. Selon le livret de mobilisation civile, l’agent public doit s’accommoder de la puissance occupante. Fin 42, l’introduction du Travail Obligatoire amène de nombreux cas de conscience et le développement d’un certain atténtisme qui va, pour certains, atteindre la désobéissance administrative et parfois au-delà. Attentisme qui est plus facile à appliquer dans des fonctions de pure technique administrative que dans des positions plus exposées comme celle du maintien de l’ordre. À partir de 1943, la perspective d’une victoire alliée amène des actions de résistance de plus en plus ouvertes contre l’occupant mais aussi contre ses satellites. Cette hiérarchie du comportement tendant vers la « résistance » se marie avec tout un processus psychologique : entrer en résistance engendre le risque de répression pour soi-même et pour l’entourage. Entre en ligne de compte, le principe d’« intentionnalité », interdépendant de celui de « fonctionnalité » : « il importe d’avoir une intention qui vient de l’individu lui-même »30. Les fonctionnaires de l’administration centrale belge qui ont réellement franchi le pas de l’acte individuel vers une résistance organisée restent largement minoritaires.

  • 31 J. Gotovitch, Prédétermination et premiers résistants ? op. cit., p. 71-80.

21On peut se demander les raisons de ces engagements « minoritaires » dans la Résistance des hauts fonctionnaires belges, et plus particulièrement au début de la guerre. Dans l’évolution chronologique, il est important de mettre en évidence un trait propre à la Belgique. L’occupant maintient en place des administrations qui ne rompent pas juridiquement avec l’État d’avant 1940. En vue de conserver entre leurs mains la gestion de l’État et l’ancien système, les administrations publiques, de même, sauf exceptions notables, que toutes les autorités en Belgique, qu’elles soient judiciaires, financières, industrielles, sociales..., pratiquèrent une “politique du moindre mal”, une politique de concessions dont la légitimité fut contestée. Comme l’a montré J. Gotovitch : « les “décideurs” ignorent, en 1940, la voie d’un refus organisé de l’occupation, c’est-à-dire la Résistance. [..] Les premiers résistants se recruteront dans les milieux éloignés de tout centre de pouvoir, parmi ceux qui n’ont aucune raison de faire le choix du moindre mal et qui n’ont pas de compte à régler avec l’État belge »31. Politique de moindre mal liée au “devoir du fonctionnaire” envers sa patrie : le livret de mobilisation civile, mais aussi le mandat du gouvernement du 15 mai 40, imposent « de demeurer sur place » au cœur de la tourmente et de « continuer à gérer l’État belge ». Se pose dès lors la question : a-t-on le droit de résister tout en servant l’État ? Cette question de la légitimité du pouvoir des secrétaires généraux et de leur administration est toute la problématique de l’historiographie belge car ce mandat est remis en question. Il n’y a pas de relations officielles et apparentes entre les hauts fonctionnaires restés en Belgique et les ministres à Londres. Servir l’État mais aussi servir la patrie, quelle valeur l’emporte ?

22Au vu de ces éléments, peut-on qualifier comme « résistants » ou « patriotes », les fonctionnaires actifs dans les réseaux d’études clandestins qui préparent l’exécutif et la politique gouvernementale de l’après-guerre, dans une Belgique redevenue indépendante ? Il importe de revenir sur les définitions de l’historiographie de la résistance mais aussi sur les textes juridiques propres à ce pays.

  • 32 Moniteur Belge, 16 janvier 1947.

23Le statut des résistants civils et des réfractaires est défini par l’arrêté loi du 24 décembre 194632 ; il a pour objectif de « régler la situation de tous les résistants qui ne peuvent pas revendiquer le bénéfice du statut de la résistance armée ». Selon l’article 1er du chapitre I : « sont considérés comme résistants civils, les personnes de nationalité belge qui ont participé activement à la lutte clandestine contre l’ennemi en déployant une activité ayant entraîné de risques réels ». Cette activité se concrétise soit par des actes de sabotage accomplis dans l’exercice d’une profession, soit par la presse clandestine, soit par l’aide aux personnes recherchées par l’ennemi, soit par le concours apporté à la création, l’organisation ou l’action d’œuvres de solidarité patriotique agissant contre les desseins de l’ennemi ou des personnes qui servent sa politique. La rédaction de ce statut et son application doit malgré tout être explicitée. Elle a lieu dans un contexte d’après-guerre particulier où les enjeux politiques sont importants, chaque groupe politique mais aussi chaque mouvement de résistance veut se légitimer et prendre place parmi les organes du pouvoir.

  • 33 Voir à ce sujet, P. Lagrou, Mémoires patriotiques et occupation nazie, Résistants, requis et dépor (...)

24Le statut « résistance civile » a, dans un premier temps, été rédigé en vue de donner un statut au Front de l’Indépendance (FI), mouvement qui n’entrait pas dans les cadres de la résistance armée. Son auteur, le ministre (communiste) de la Reconstruction Jean Terfve, est lui-même membre du FI. La rédaction de la proposition de statut fut plusieurs fois amendée avant sa publication et même lors de sa publication en décembre 1946, ses opposants bloquèrent son application à un point tel que, lors de sa mise en application, ce n’est plus Terfve qui est en fonction mais un ministre catholique, R. De Man33. Or, on est à l’époque dans une phase de réhabilitation de la Droite et l’arrivée d’un ministre catholique comme successeur de Terfve entraîne des modifications dans l’application du statut.

  • 34 P. Lagrou, Mémoires patriotiques... op. cit., p. 59.

25Ces changements politiques sont à mettre en évidence pour la problématique de la résistance administrative. En effet, si dans le statut, la catégorie « aide aux personnes recherchées par l’ennemi » est facile à définir, il n’en est pas de même pour celle des « actes de sabotage accomplis dans l’exercice de sa profession ». Le catholique Robert De Man va ajouter dans la définition du statut « la notion de “sabotage administratif”, couvrant les actes de fonctionnaires restés en poste durant l’occupation et qui, tout en acceptant formellement les ordres allemands, auraient œuvré à les contourner »34. Au même moment, le gouvernement dresse, par arrêté-loi (6 mars 48), la liste des mouvements reconnus de résistance civile. Cette liste, dressée tardivement, permet d’introduire certains mouvements conservateurs en quête de réhabilitation, mais également des groupes d’études comme le GEE.

  • 35 10 000 reconnaissances pour 44 000 demandes individuelles (dans P. Lagrou, Mémoires patriotiques.. (...)
  • 36 P. Lagrou, Mémoires patriotiques... op. cit., p. 61.
  • 37 Dossiers de l’Administration des victimes de guerre.
  • 38 P. Lagrou, Mémoires patriotiques... op. cit., p. 61.

26Mais en réalité, au moment crucial de la décision finale de reconnaissance ou de non-reconnaissance, la notion de « sabotage administratif », introduite par circulaire ministérielle, et la liste des mouvements reconnus de résistance civile sont remis en cause par les enquêteurs du Service des Victimes de guerre et par des résistants. Ces enquêteurs vont se baser uniquement sur le texte d’origine du statut de 1946, insistant sur les notions de « lutte clandestine contre l’ennemi » et de « risques réels ». De nombreuses demandes individuelles de reconnaissance sont déboutées35 ; elles deviennent une source de conflits entre le ministre Robert De Man et son administration36. On a ainsi par exemple, plusieurs demandes de reconnaissance de fonctionnaires qui dans l’exercice de leurs fonctions, ont contrecarré des ordres de l’occupant (falsification de comptabilité, détournement de matières premières...), et qui invoquent la notion de « sabotage administratif » mais pour qui le statut de résistant civil n’est pas octroyé. Les enquêteurs déclarent que ces actions revêtent « un esprit patriotique mais [qu’] elles ne sont pas une participation à la lutte clandestine définie par l’arrêté loi du 24 décembre 1946 »37. P. Lagrou a mis en évidence les difficultés que l’on pouvait rencontrer sur le chemin de la reconnaissance : « A la différence des reconnaissances de résistants armés distribuées sans limite, le titre de “résistant civil” resta circonscrit à une élite capable d’apporter la preuve de son engagement et, contre toute attente, l’administration resta remarquablement imperméable aux interférences politiques »38.

  • 39 Décision de l’administration de la Reconstruction, service des statuts, du Ministère des Travaux P (...)
  • 40 J. Gotovitch, Prédétermination et premiers résistants ? op. cit., p. 71-80.
  • 41 F. Marcot, Réflexions sur les valeurs de la Résistance... op. cit., p. 81-90.

27Ainsi, le Baron J-C Snoy reçoit le statut de résistant civil « pour avoir fondé et dirigé le groupe d’études économiques dont les travaux ont été communiqués au gouvernement belge à Londres de janvier 42 à septembre 44 »39. Mais aucun des fonctionnaires ayant collaboré avec lui ne bénéficie dudit statut. Comme on peut le constater, ces réseaux d’études et de transmissions de documents clandestins en connexion avec des fonctionnaires en place sont dans l’après-guerre source de confusion. Légalement, ces agents de l’État sont des « résistants civils » mais aux yeux des enquêteurs, ils sont de « bons patriotes ». Et en effet, la seule chose évidente dans leur engagement est la référence au patriotisme et à un « État-nation Belgique », concepts d’un autre temps mais qui sont ancrés dans la société du début du XXe siècle et qui fondent tout engagement. J. Gotovitch l’a démontré pour la Belgique : « Une des motivations essentielles qui a donné naissance à la résistance : [c’est le] patriotisme aux couleurs de 1914-1918, [...] Des mouvements d’anciens combattants ont entretenu, depuis l’Armistice de 1918, un patriotisme belge sourcilleux. Montant une garde vigilante autour des trois couleurs, ils affichaient une hostilité agressive à toute clémence envers des collaborateurs des occupants allemands »40. Et F. Marcot l’a mis en évidence pour la France : « Dans la France de la première moitié du siècle, il n’est guère de système de valeurs où le patriotisme ne joue un rôle essentiel. Il est non seulement le plus grand dénominateur commun, mais encore le creuset dans lequel viennent se fondre toutes les autres valeurs ou presque »41.

  • 42 F. Maerten, Du murmure au grondement... op. cit., p. 7.
  • 43 J. Semelin, Sans armes face à Hitler... op. cit., p. 16-18.
  • 44 M.-O. Baruch, Servir l’état français... op. cit., p. 433.

28Même du point de vue historiographique, la question reste entière : ces fonctionnaires « patriotes » ne sont-ils pas considérés comme « résistants » si on prend la définition donnée par F. Maerten : « La résistance politique et idéologique est la Résistance qui, par des moyens non violents, a pour but de témoigner son opposition à l’occupant, tout en cherchant à promouvoir des valeurs différentes de l’idéologie nazie et à exprimer un point de vue destiné à préparer politiquement le champ de l’après-guerre »42 ; ou celle de J. Semelin : « Résistance civile, définie comme le processus spontané de lutte de la société civile par des moyens non armés, soit à travers la mobilisation de ses principales institutions, soit à travers la mobilisation de ses populations, ou bien grâce à l’action des deux à la fois, contre l’agression dont cette société est victime. [...] Par exemple : le maintien de l’indépendance de diverses institutions en dehors du contrôle du pouvoir de l’occupant... »43 ? La transmission à Londres, par les canaux SRA, de documents sur les décisions prises dans les départements ministériels, c’est faire acte de résistance : ce sont des réseaux organisés avec des objectifs précis et qui luttent contre l’occupant. Mais la majorité de ces documents concernent des études, des mesures à prendre, des pratiques administratives à mettre en place pour l’après-guerre... Au vu de ces caractéristiques et suivant les définitions généralement admises par les historiens, on ne peut clairement situer ces mouvements entre dissidence et résistance... ils sont véritablement dans la « zone grise ». Mais où se situe la limite entre la dissidence et la résistance ? Pour M.-O. Baruch, « Lutter contre les risques de mainmise allemande sur l’économie était, pour des hommes qui n’avaient pas fait leur le credo de la collaboration à tous crins, la base de toute action administrative. Paire son métier, pour des centaines de hauts fonctionnaires, c’était en permanence négocier les signes du maintien de la souveraineté, fut-elle formelle, du pays. Ce n’était pas là faire acte de résistance »44.

  • 45 J. Semelin,Qu’est-ce que résister ?.... op. cit., p. 52-53.

29Mais J. Semelin n’a-t-il pas dit que « l’acte de désobéissance, par son saut dans l’illégalité, peut ouvrir la voie à l’engagement résistant »45 ? La question reste ouverte.

à propos de l’administration centrale : regards croises

30 Etienne Dejonghe : La question qui revenait le plus souvent chez les fonctionnaires de Vichy, à la Délégation française d’armistice et qui émanait des correspondants du 2e Bureau en Belgique., c’était le problème législatif. Voici ce que disent les rapports allemands : En France le gouvernement français a pris lui-même en main la réorganisation administrative et celle de l’État. Nous n’avons pas eu à nous en occuper, tandis qu’en Belgique où il n’y avait pas de gouvernement, nous étions la seule autorité et nous avons dû prendre des mesures législatives.

31Or, d’après la Convention de La Haye, les occupants n’ont pas le droit de prendre des mesures législatives, en dehors d’ordonnances de sécurité. Cela peut sembler superficiel aujourd’hui, mais chez les administrateurs de l’époque cela revenait constamment. Ce qui revient souvent également, à propos de la Belgique dans la correspondance française, c’est le problème de l’immixtion de l’occupant dans les services administratifs. Est-ce qu’il y a eu en Belgique une intervention allemande pour nommer des administrateurs ?

32 José Gotovitch : On soulève des facettes différentes à travers ce problème. Effectivement, les Secrétaires Généraux n’avaient pas de pouvoir législatif mais ils se le sont accordé. Dès le 12 juin 1940, ils amenaient un protocole d’accord avec les occupants qui leur permettait d’agir avec eux, en collège, dans l’élaboration des mesures d’ordre législatif. Ils ont ainsi créé des institutions qui étaient en contradiction absolue avec la constitution belge, notamment la Corporation de l’Agriculture, à laquelle ils ont accordé des droits de justice administrative allant à l’encontre des droits constitutionnels.

33Cet élargissement des pouvoirs des Secrétaires généraux a provoqué deux crises, dites de la Justice, où à deux reprises la Cour de Cassation, dernier gardien de la constitutionnalité de ce qui se faisait en Belgique (qui s’était tue pendant très longtemps, ce qu’on lui reprochait par rapport à l’attitude que ses magistrats avaient adoptée en 14-18), a eu un geste de refus par rapport aux Allemands et a menacé de faire la grève administrative. Mais après, comme le rapporte la presse des résistants, par deux fois la Cour de Cassation s’est couchée devant l’occupant et a admis l’élargissement des pouvoirs législatifs des Secrétaires généraux.

34La magistrature est malheureusement un des services publics dont on ne parlera pas dans ce colloque. Toutefois, je voudrais le rappeler, il n’y a eu qu’un seul juge, d’un village de Wallonie, le juge de paix Hanson, le grade le plus bas de la magistrature belge, qui a déclaré illégale la Corporation nationale de l’Alimentation. On peut considérer cette décision comme un acte de résistance dans l’exercice de ses fonctions. Il a d’ailleurs été arrêté, déporté et n’en est pas revenu.

35On peut dire qu’il y a eu élargissement des fonctions, comme toujours en Belgique pendant la guerre, mais un cadre de moindre mal.

36 Frédéric Maerten : Certaines mesures ont quand même été refusées par les Secrétaires généraux et les Allemands ont dû les prendre par ordonnances.

37 Etienne Dejonghe : C’est une violation du droit international. L’intérêt de la question, c’est que, dans le Nord – Pas de Calais, elle s’est posée lors de la création des Offices de marchandises et les Offices centraux. C’est une loi allemande qui a imposé ces Warenstellen dans la région et qui soumettait des fonctionnaires français en tant que tels à une réglementation allemande. C’est pour cela qu’il y a eu toute cette correspondance dont j’ai parlé plus haut, pour comparer avec ce qu’il se passait en Belgique.

38 José Gotovitch : Toute la législation antijuive décrétée par les Allemands a été appliquée par l’administration belge.

39 Etienne Dejonghe : Dans le Nord – Pas de Calais, pourtant fidèle à Vichy qui représentait l’unité pour les fonctionnaires de la territoriale, il y a eu une résistance des fonctionnaires et des industriels à ces mesures prises par les Allemands.

40 Frédéric Maerten : C’est pour cela que les autorités allemandes préféraient que ces lois soient prises par l’administration belge car elles savaient qu’elles auraient moins de poids si c’étaient elles qui, en dernière solution, les ordonnaient.

41 Étienne Dejonghe : C’est quand même un aspect de la résistance dans les services publics qui n’est pas à dédaigner.

42 José Gotovitch : Elle a été ponctuelle...

Notes

1 L. Baillon, La Résistance Administrative. La lutte secrète des Pouvoirs publics contre les Allemands en Belgique (1940-1944), Bruxelles, Imprimerie Puvrez, 1946.

2 M.-O. Baruch, Servir l’état français. L’administration en France de 1940 à 1944, Paris, 1997, p. 428.

3 M.-O. Baruch, Servir l’étatfrançais... op. cit.

4 J.-M. Guillon, P. Laborie, Pour une histoire de la Résistance, dans Mémoire et Histoire : la Résistance, sous dir. J.-M. Guillon, P. Laborie, Toulouse, 1995, p. 18-21.

5 Définition proposée par H. Buch, La Résistance : l’expérience belge, dans La guerre et ses théories, Paris, 1970, p. 163-191 et reprise par J. Gotovitch, dans Prédétermination et premiers résistants ? Une approche du cas belge dans Mémoire et Histoire : la Résistance, op. cit.

6 Alexandre Delmer (1879-1967). Ingénieur civil des mines de l’Université de Liège (1903), A. Delmer est appelé à l’administration centrale des mines en 1907. En 1927, il accède au poste de Secrétaire général des Travaux publics et directeur général des grands travaux. Président du comité des Secrétaires généraux du 16 mai au 2 septembre 40, Delmer est démis de ses fonctions de Secrétaire général par les Allemands en mai 1941. Il se lance dans la création du Centre belge d’Études et de Documentation, centre d’études clandestin qui a pour objectif de préparer l’après-guerre en collaboration avec le GEE. A. Delmer reprend ses fonctions de Secrétaire général en 1944 jusqu’à sa mise à la retraite en 1946. Notons également qu’il est chargé de cours à la faculté des sciences appliquées et l’école de commerce de l’Université de Liège depuis 1908.

7 Université Catholique de Louvain — Institut d’Études Européennes, Fonds Alexandre Delmer 1924-1967, 838.

8 Le livret de mobilisation civile, instauré par loi du 5 mars 1935, reprend notamment la convention concernant les lois et coutumes de la guerre sur terre signée à La Haye, le 18 octobre 1907. « Article 1er – Tout titulaire d’une fonction, office ou emploi publics, toute personne chargée d’un service public, tout administrateur, employé ou agent d’un établissement public ou d’un service autorisé ou concédé par l’État, la province ou la commune, non appelé sous les armes, doit, en cas de mobilisation de l’armée, toute son activité à l’accomplissement des ordres qui lui sont donnés par ses chefs ou par les chefs à la disposition desquels ceux-ci le mettent ». « Article 4 – toute personne visée à l’article premier qui, en cas de mobilisation de l’armée, abandonne sans ordre ou sans autorisation de l’autorité dont elle relève, le poste qui lui est confié, est punie d’un emprisonnement d’un mois à un an, sans préjudice des sanctions disciplinaires. Le Livre premier du Code pénal, sans exception du chapitre VII et de l’article 85, est applicable à cette infraction ». « Surpris par l’invasion, ils n’opposeront aucune résistance à l’envahisseur. [...] Ils devront s’abstenir d’exercer leurs fonctions si l’occupant veut leur imposer des actes incompatibles avec leur devoir de fidélité envers la Patrie ».

9 J. Semelin, Sans armes face à Hitler. La résistance civile en Europe 1939-1943, Paris, 1989, p. 16-18.

10 I. Kershaw, L’opinion allemande sous le nazisme. Bavière, 1933-1945, traduit par Dauzat P-E., Paris, 1995, p. 12.

11 Oscar Plisnier (1885-1952) Docteur en sciences politiques et administratives et licencié en sciences économiques de l’Université Libre de Bruxelles. Commis au ministère des Finances en 1902, O. Plisnier gravit rapidement les échelons administratifs. Il est Secrétaire général des Finances en 1937, poste qu’il occupe durant tout le conflit, ainsi que celui de Président du comité des secrétaires généraux depuis mars 1941. Ces deux fonctions lui donnent un pouvoir indéniable dans la gestion de l’État belge sous l’occupation. Professeur à l’ULB (1938) pour le cours de Finances publiques, O. Plisnier est suspendu de ses fonctions de Secrétaire Général à la Libération.

12 J. Semelin, Qu’est-ce que resisted dans Que reste-t-il de la Résistance ? Esprit. Revue internationale, Paris, 1994, no 198, p. 52-53.

13 V. Marquet, Contribution à l’histoire de l’armée secrète, 1940-1944. Deuxième Partie. Armée de Belgique. Armée Secrète, 1943-1944 ; Fascicule V : L’organisation, Bruxelles, Union des Fraternelles de l’Armée Secrète, s.d., p. 188.

14 Jean-Charles Snoy et d’Oppuers (1907-1991). Après des études en droit, en philosophie thomiste et en sciences politiques et diplomatiques à l’Université Catholique de Louvain et divers emplois dans le monde bancaire, J-C. Snoy est contacté en 1934 pour participer au cabinet du ministère des Affaires Économiques. Sa carrière y est fulgurante : directeur du service des négociations économiques (1936), directeur du Service des Etudes (1938), Secrétaire général en 1939. J.-C. Snoy reprend son poste immédiatement après la libération en septembre 1944. Il joue un rôle important comme haut fonctionnaire dans le développement économique d’après-guerre belge et international (Benelux, Plan Marshall, CEE). Fonctionnaire jusque 1959, J.-C. Snoy a été le conseiller de nombreux politiciens au point de vue économique et financier (Van Acker, Sap, Duvieusart, Rey...). Il entre ensuite dans la vie industrielle privée, se consacre à la politique nationale au sein du parti catholique. De 1968 à 1971, il revient dans l’administration comme ministre des Finances.

15 Victor Leemans (1901-1971). Instituteur, il entreprend en 1933 des études de sociologue à Paris. Dans les années 30, il réside à plusieurs reprises en Allemagne où il s’imprègne des conceptions autoritaires de droite. Ce membre du Vlaams Nationaal Verbond (VNV) est à l’origine de diverses initiatives du journalJong Dietschland(1927), à l’Arbeidsorde (1936), syndicat nationaliste-flamand créé dans le sillage du VNV. Au début du conflit, il abandonne le syndicalisme pour entamer une carrière dans l’administration publique. Après son passage au Commissariat Général pour la Reconstruction du Pays avec le grade de commissaire-adjoint, il devient en août 1940, secrétaire général des Affaires économiques. Il commence après-guerre une carrière politique qui l’amène au poste de sénateur CVP (catholique-flamand) en 1949.

16 Note de Craen au ministre des Affaires économiques, le 3 novembre 1944. (KADOC, Papiers Gaston Craen, no 194).

17 Note de Snoy, Travaux du groupement d’études économiques en vue de la restauration économique de la Belgique, 1947 (KADOC, Papiers J.-C. Snoy et d’Oppuers, no 3.1.1.7).

18 KADOC, Papiers J.-C. Snoy et d’Oppuers, no 3.1.2.4.

19 Les activités de la Fondation Universitaire, dans Cassandre, le 3 mai 1942.

20 Lettre de J.-C. Snoy à R. Houben, le 12 novembre 1942. (KADOC, Papiers J.-C. Snoy et d’Oppuers, no 3.1.1.8.55).

21 Henri Velge (1888-1951). Docteur en droit, en sciences politiques et sociales et en histoire de l’art et archéologie de l’Université Catholique de Louvain, H. Velge eut une brillante carrière académique et juridique. Spécialiste du droit public et du droit industriel, matières qu’il enseigne à l’UCL, il occupe différents postes dans les cabinets ministériels dès les années 20. Il est aussi conseiller juridique du Groupe Empain et de l’APIC, il participe activement aux réflexions sur la réforme de l’État des années 30. En 1940, il se tourne vers le Groupement d’Études Économiques dont il devient le président. Engagé dans la résistance, il fait partie des groupes Demain et Gilles. Il termine sa carrière à la présidence du Conseil d’Etat (1947).

22 Th. Grosbois, Le renseignement économique et financier en Belgique occupée. L’exemple du Groupement d’études économiques, dans La Résistance et les Européens du Nord, Bruxelles, 1994, p. 183-207.

23 Le GEE coordonne les études de la Société belge d’économie politique (SEP) sous la direction de G. De Leener ; du Centre belge d’études et de documentation (CBED) sous la direction de A. Delmer ; de l’Institut belge des finances publiques (IBFP) sous la direction de M-L. Gérard ; du Centre d’études bancaires sous la vice-présidence de J. Vauthier ; de l’Institut de recherches économiques et sociales (IRES) de l’Université de Louvain sous la direction de L. Dupriez ; de la section d’études de la Chambre de commerce d’Anvers sous la présidence de F. Osterrieth et J. Jussiant et un groupe de fonctionnaires démis ou non de leurs fonctions, sous la présidence de J.-C. Snoy.

24 J-C. Ricquier, Comte Snoy et d’Oppuers : témoignages et souvenirs. De la création du Ministère des Affaires économiques au Traité de Rome, dans Revue Générale, IV, Bruxelles, 1984, p. 19-29.

25 Procès-verbal de la réunion du conseil de direction du département des Affaires économiques, le 9 septembre 1942. (Université Catholique de Louvain - Institut d’Études Européennes, Fonds Paul Van Zeeland (1893-1973), 285).

26 F. Marcot, Pour une sociologie de la Résistance : Intentionnalité et fonctionnalité, dans La résistance, une histoire sociale, Prost A., dir., Paris, 1997, p. 21-41.

27 F. Maerten, Du murmure au grondement. La Résistance politique et idéologique dans la province de Hainautpendant la Seconde Guerre mondiale (mai 1940-septembre 1944), Hannonia, 3 vol. (Analectes d’histoire du Hainaut ; tome VII), p. 6.

28 M-O. Baruch, Servir l’état français... op. cit.

29 M-O. Baruch, Servir l’état français... op. cit.

30 F. Marcot, Pour une sociologie de la Résistance... op. cit., p. 21-41.

31 J. Gotovitch, Prédétermination et premiers résistants ? op. cit., p. 71-80.

32 Moniteur Belge, 16 janvier 1947.

33 Voir à ce sujet, P. Lagrou, Mémoires patriotiques et occupation nazie, Résistants, requis et déportés en Europe occidentale, 1945-1965, Paris, 2003.

34 P. Lagrou, Mémoires patriotiques... op. cit., p. 59.

35 10 000 reconnaissances pour 44 000 demandes individuelles (dans P. Lagrou, Mémoires patriotiques... op. cit., p. 60).

36 P. Lagrou, Mémoires patriotiques... op. cit., p. 61.

37 Dossiers de l’Administration des victimes de guerre.

38 P. Lagrou, Mémoires patriotiques... op. cit., p. 61.

39 Décision de l’administration de la Reconstruction, service des statuts, du Ministère des Travaux Publics et de la Reconstruction, le 5 juin 1953.

40 J. Gotovitch, Prédétermination et premiers résistants ? op. cit., p. 71-80.

41 F. Marcot, Réflexions sur les valeurs de la Résistance... op. cit., p. 81-90.

42 F. Maerten, Du murmure au grondement... op. cit., p. 7.

43 J. Semelin, Sans armes face à Hitler... op. cit., p. 16-18.

44 M.-O. Baruch, Servir l’état français... op. cit., p. 433.

45 J. Semelin,Qu’est-ce que résister ?.... op. cit., p. 52-53.

Auteur

CEGES- Bruxelles

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540