Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume I

 | 
Philippe Guignet

Conclusion, Éthique de travail, solidarités et sociabilités du peuple urbain face aux pouvoirs

Quelques acquis d’un dossier toujours ouvert

Philippe Guignet

Texte intégral

1Au cours de ces deux jours et demi, beaucoup de facettes essentielles de l’ample thème proposé ont été abordées et les études présentées ont été largement débattues. Il y a tant de matériaux rassemblés sur le terrain que l’historien chargé de conclure se trouve saisi par le vertige. Tout au plus peut-il envisager de rappeler, ancrés sur les principaux axes structurants, quelques-uns des apports des communications, tout en esquissant des développements ultérieurs.

2Au fil des rencontres, la convergence des intelligences et des champs de recherche confortée par des liens d’amicale confiance a permis de faire fonctionner autour du pôle lillois organisateur une structure quadripartite avec Louvain-la-Neuve, l’ouest breton et ligérien (Orléans, Tours, Nantes, Rennes) et le centre-est avec le puissant ensemble d’universitaires venus de Dijon, Lyon, Grenoble et Genève. Rien n’est jamais figé assurément, mais il serait heureux qu’à Lille en telle ou telle autre occasion scientifique un tel dispositif puisse de nouveau démontrer sa fécondité.

3Un esprit commun, en dépit des options diverses des intervenants, paraît avoir réuni les uns et les autres. Penser en toute liberté en n’ignorant aucune problématique tout en se défiant de codages idéologiques trop verrouillés fut, nous semble-t-il, une des tonalités de ce colloque décliné en deux temps. Ne pas être prisonnier des idées reçues afin de progresser vers un savoir plus nuancé fut donc une préoccupation partagée par maints contributeurs ne craignant pas d’enfreindre les tabous, à l’image d’un M. Oris démontrant tranquillement la sous-mortalité des immigrés dans les villes industrielles au moment de leur croissance paroxystique ! Cela étant, plusieurs thèmes permettent de rassembler les réflexions de cette deuxième époque du colloque lillois sur le « peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest », que le lecteur ne manquera pas de découvrir dans le détail au fil de ces centaines de pages minutieusement référencées et rigoureusement argumentées.

LE PEUPLE DANS LE REGARD DES AUTRES

4Le répertoire des comportements qualifiés de populaires aboutit aussi à recenser des stéréotypes peu ou prou décalés de la réalité. Le peuple est trop souvent présenté comme dépourvu de volonté politique propre et formant une masse de manœuvre pour les « brigues » conduites par des représentants des milieux dominants. Le peuple plus généralement est vu au travers d’une opposition de sensibilités avec celles des élites, même si le clergé par exemple n’est pas oublieux des nombreux péchés communs aux pauvres et aux riches. Le peuple se caractérise dans ses comportements par la spontanéité, l’absence de calcul, l’hyper-émotivité, mais aussi une propension à la violence qui n’est admise que si elle est canalisée. Assurément, les plus cultivés et/ou les mieux pourvus par la fortune développent souvent des vues dépréciatives sur un peuple inculte, à la parole volontiers vociférante qui est de surcroît jugé grossier dans ses attitudes et prélogique dans ses démarches. Les clichés sur le petit peuple urbain interfère sans coïncider avec les stéréotypes peu valorisants de la ville des Lumières rappelés par C. Coutel.

5La construction des signes identitaires du peuple par les regards extérieurs a été abordée de diverses manières. Le vêtement demeure un signe permettant d’identifier et de classer les individus. Les séries des Cris de Paris chers à V. Milliot traduisent les lentes inflexions dans la représentation des formes du vêtement masculin et féminin. Il convient au demeurant de se défier de l’idéalisation du costume et des corps dont témoignent souvent les gravures de mode et les images de métiers à l’instar des dessins des Watteau de Lille publiés dans la suite des Cris et Costumes de Paris. La communication de D. Durrel et la discussion qui l’a suivi ont beaucoup apporté à la compréhension du marquage des pauvres qui doit être intégré dans un cadre plus large en un temps où l’on assiste à la multiplication des costumes. Les pauvres porteurs d’un uniforme ne sont pas exclus, mais intégrés à une place hiérarchiquement déterminée dans la société. Ils sont rendus visibles et deviennent les preuves vivantes et tangibles que le corps de ville s’occupe d’eux. Quant au symbolisme des couleurs à l’époque moderne, il est riche d’enseignements puisqu’il y a différenciation des uniformes selon le statut.

  • 1 Cl. Petitfrère éd., Images et imaginaires de la ville à l’époque moderne, Tours, Maison des Science (...)

6L’historien comme l’historien de l’art doit se livrer à une assimilation critique de la vision du peuple proposée par les peintres et les graveurs. Aucune représentation par la plume, le crayon ou le pinceau n’est une transcription exacte de la réalité sociale. Tout artiste sélectionne parmi les scènes données à voir ; en ce sens, et le colloque de Tours sur Images et imaginaire de la ville l’avait déjà montré1, toute représentation est une mise en scène qui oriente le regard du spectateur et de l’historien. Le corpus bouleversant consacré par Gustave Doré au peuple de Londres fait figure, comme le dit F. Chappey, d’« orde esthétique en faveur de l’humanité souffrante » mais ne peut être interprété comme une simple transcription « vériste » des inégalités sociales criantes d’une métropole emportée dans le maëlstrom des transformations industrielles.

7La perception du peuple vue par l’historiographie romantique du XIXe siècle a dévoilé des perspectives inédites. Naturellement, la parole historienne sur la violence populaire par exemple est médiatisée par les sources médiévales. Mais ce qui importe surtout est la façon dont les récits d’un Augustin Thierry ou d’un Michelet sont utilisés par les milieux régionaux de Picardie et de Flandre ; apparaît alors, comme l’a rappelé O. Parsis, l’inégale prégnance des mythes sur les origines romaines ou germaniques des libertés d’un peuple urbain par ailleurs présenté de façon assez abstraite.

8La perception du peuple par les gauches n’est rien moins qu’univoque. Cette notion ne fut pas un élément de référence fondamentale dans le patrimoine politique des gauches. Les penseurs les plus influencés par le marxisme par exemple se défient du concept. D’autres sont partagés entre la sanctification du peuple travailleur et la peur du peuple. Le peuple est encore jugé immature à la fin du XIXe siècle. Aussi les républicains veulent-ils le construire par l’éducation pour l’émanciper de sa servitude volontaire, selon une expression d’Edgar Quinet déjà familière sous la plume de l’ami de Montaigne, Etienne de la Boétie. Ces ambitions éducatrices non dépourvues d’ambivalence sont décelables dans l’idéologie des fondateurs des Universités Populaires. Après le pain, le premier besoin des milieux populaires est l’éducation qui permet d’élever ceux qui sont en bas. Les fondateurs des U P rejoignent sur des bases idéologiques assurément bien différentes les stratégies éducatives de leurs adversaires de l’époque. Les milieux catholiques depuis le Concile de Trente ont en effet appris à conjuguer évangélisation et instruction des masses par l’action de représentants actifs et désintéressés des groupes sociaux dirigeants. Les dames du Sacré-Cœur évoquées par M. Luirard a priori développent une prise en charge qui n’est pas fondamentalement différente pour les pauvres filles du peuple et la clientèle plus huppée des pensionnats. Leur ambition est aussi de dégager des élites au sein même des milieux populaires, de « former des formatrices » appelées à rayonner dans leur environnement immédiat. L’apostolat du semblable par le semblable est déjà une préoccupation des confréries et singulièrement des sodalités jésuites d’Ancien Régime. Elle fut aussi à la base de l’engagement de l’Action catholique du XXe siècle.

9Dans ce colloque qui fut si riche d’apports divers, peut-être pourra-t-on considérer que les aperçus proposés sur l’intelligence spirituelle des humbles ne furent pas des plus denses. C’était d’autant plus inévitable que le thème de la religion populaire, tant abordé dans les années 70 et 80, avait été jugé par le comité d’organisation contraint de faire des choix comme un pôle latéral de préoccupations. Le discours clérical sur le peuple fut cependant scruté par A. Bonzon au travers des délibérations de la communauté des curés de Beauvais. Pour le clergé, le populaire est une autre forme de l’enfance, ce qui rend du reste le peuple souvent excusable dans ses débordements, d’autant plus qu’il est victime d’injustices diverses. À ce titre, il mérite comme un grand enfant d’être protégé par ses pasteurs. Le concept de peuple intériorisé par des ecclésiastiques pénétrés de thomisme et tributaires des notions de juste prix et de juste salaire est plongé à l’évidence dans une certaine indétermination sociale. Jamais en tout cas l’idée d’un danger des pauvres n’affleure dans un discours s’inscrivant dans la logique théologique, ecclésiologique et pastorale de l’époque post-tridentine. Les relations du peuple et des pouvoirs ne peuvent en effet relever d’analyses superficielles et tirées au cordeau.

LE PEUPLE ET LES POUVOIRS : INTÉGRATION ET COMPROMIS SOCIAUX

10La nature des compromis sociaux et politiques qui s’élabore dans les villes est susceptible d’analyses qui pour être diverses, n’en sont pas pour autant contradictoires. À propos des villes allemandes au temps de Luther et de la place et du rôle du gemeiner Mann, G. Chaix a montré les représentations contradictoires proposées à l’époque, comme les interprétations divergentes élaborées par l’historiographie. Pour notre part, dans notre thèse sur Le pouvoir dans la ville au XVIIIe siècle, nous avions développé l’idée qu’un ordre socioculturel tamisant les oppositions sociales s’était installé dans les villes des Pays-Bas méridionaux dès la fin du Moyen Âge. Il faisait référence à l’ordre idéal d’une communauté urbaine dont les membres devaient être solidaires les uns des autres. Dès les dernières décennies du XVIe siècle, ce compromis historique retrouva une vigueur nouvelle, en ce sens que le particularisme local et la foi catholique qui imprégnait le fonctionnement social s’interpénétraient et se fécondaient. Sans vouloir annexer des exposés dont leurs auteurs conservent la responsabilité propre, nous sommes fondé à trouver dans les communications de F. Caron et G. Saupin des approfondissements de cette vision des choses. Dans un univers qui n’est pas démocratique, subsistent avec les corporations de la France du Nord des niches socio-politques où les modalités d’expression démocratique telles que le chevalier de Jaucourt les définit dans l’Encyclopédie demeurent vivantes. Lorsque le besoin s’en fait sentir, les connétables des métiers de Douai et de Valenciennes prennent les voix des suppôts éventuellement « à la muette », à bulletins secrets. L’heureuse communication de F. Caron a permis de s’introduire au cœur des assemblées corporatives, alors que les sources souvent allusives avaient jusqu’à ce jour souvent dissuadé les historiens de s’écarter des généralités.

11G. Saupin à partir d’un observatoire différent, puisqu’il inscrit sa réflexion dans le cadre du royaume de France, a proposé une puissante synthèse sur la place des artisans dans les corps politiques urbains. L’idée d’une marginalisation des artisans communément admise dans l’historiographie a été fortement nuancée. Les villes demeurent des observatoires de la notion de citoyen dans une phase historique où le pouvoir central imbu d’absolutisme ne veut voir que des sujets. G. Saupin observe et cite de multiples exemples à l’appui, que la force de l’idéal du corporatisme bourgeois est une donnée longtemps observée dans des villes pénétrées par une culture organiciste renvoyant à l’idée d’un statut à protéger. M. Gresset a montré le rôle des assemblées générales dans les villes libres et en particulier à Besançon où il n’y a ni maire ni vicomte-mayeur, mais quatorze co-gouverneurs et vingt-huit notables. La vocation globalisante de la municipalité se manifeste durablement, tant les oligarchies gérant les villes prétendent représenter tous les états sociaux dans une même communauté civique. La matrice territoriale des quartiers lorsqu’elle demeure une réalité vécue, comme c’est le cas à Besançon ou dans d’autres villes comme Angers étudiée dans la thèse de J. Maillard, garantit la viabilité du modèle participatif urbain et bourgeois (au sens ancien du terme) avec toutes les solidarités qu’il comporte.

12Les rapports des représentants des pouvoirs judiciaires et du peuple ont été évoqués au travers de l’exemple des avocats (H. Leuwers) et de celui du spectacle urbain des exécutions capitales générateur de réactions sociales contrastées (A. Nugues-Bourchat). L’action sociale des avocats en faveur des pauvres renvoie à la fois à l’engagement civique en faveur des faibles et à la construction de l’image de l’avocat dévoué au bien public et désintéressé. Le substrat de cet engagement est certainement étayé par l’enseignement social de l’Église pour laquelle le pouvoir doit être au service du « bien commun », expression d’une volonté supérieure aux volontés particulières et indépendantes des groupes de pression comme des classes ou des groupes sociaux. Cette vision a sans doute l’inconvénient de minimiser la force paralysante des groupes dominants qui orientent la société. Cependant à l’évidence elle a marqué les consciences et nourri des comportements, même si le souci du « commun profit » peut faire bon ménage avec la préoccupation de valoriser en même temps l’image sociale du groupe dans le public, comme ne manquent pas de le faire les avocats. Les rapports de la justice et du peuple révèlent des sensibilités ambivalentes. Les classes supérieures, si l’on en juge par l’exemple lyonnais au XIXe siècle, n’ont pas cyniquement tiré parti des exécutions en place publique pour terroriser le populaire et le tenir ainsi dans les bornes du respect pour les autorités établies. Elles n’eurent de cesse, tant elles jugeaient négativement ces exécutions, d’en tronquer l’exhibition publique, à rebours des foules continuant à se presser au pied des échafauds.

13Les comportements des représentants du pouvoir central face au menu peuple urbain ont fait l’objet de coups de projecteur grâce aux interventions d’E. Leroy, A. Gérard et T. Tellier. L’intendant de Metz puis de Lille, C.A. de Calonne manifeste les engagements classiques des intendants depuis que Louis XIV et Colbert ont codifié leurs prérogatives. E. Leroy fait état de la vigilance permanente de Calonne à assurer un bon approvisionnement des marchés, à promouvoir des règles même élémentaires de prophylaxie lors des épidémies, à tenir la main à un fonctionnement régulier des institutions d’assistance. Il décèle dans les propos de ce sémillant intendant de l’âge des Lumières des emprunts évidents à l’outillage mental de la « bienfaisance éclairée », mais est fondé aussi à traquer les signes de fidélité au modèle traditionnel des villes des Pays-Bas d’esprit « hispano-tridentin ». Les préfets du XIXe siècle confrontés, il est vrai, à des convulsions sociales et ouvrières inconnues au moins dans les villes de la France septentrionale au XVIIIe siècle ont des attitudes où la sensibilité à la détresse du populaire apparaît plus inégalement.

14Dans un État dominé par une perception libérale des responsabilités, le préfet est souvent animé par une éthique de l’abstention. Les circulaires du Ministère de l’Intérieur l’y incitent au demeurant. On se souvient de la circulaire transmise par un préfet du Nord solidement catéchisé par le pouvoir central aux maires du département en février 1849 :

  • 2 M. Perrot, Les ouvriers en grève, France 1871-1890, Paris, 1975, t. I, p. 691.

« Aucun magistrat ne doit se faire l’homme de l’ouvrier ou celui du maître, car ce serait suivre une route pleine de périls et assumer la responsabilité la plus grave. Il importe donc que vous vous teniez en garde contre cet écueil, d’autant plus à craindre que sollicitée de toutes parts d’accepter le rôle d’arbitre et de juge, l’autorité en paraissant s’abstenir semble manquer à une partie de sa mission, alors même qu’elle y demeure le plus fidèle »2.

15Les consignes du ministre de l’Intérieur ont certes évolué au cours du second XIXe siècle. C’est ainsi que le ministre Jean-Antoine Constans, membre il est vrai du cabinet de Jules Ferry, encourage à l’intervention lors de l’affaire des mineurs de Denain à l’automne 1880. Il se heurte alors au tout puissant préfet Paul Cambon préférant la logique de l’abstention :

  • 3 M. Perrot, op. cit., t. I, p. 710.

« Nous ne sommes ni des arbitres, ni des justiciers. Nous sommes des sergents de ville chargés d’assurer à chacun l’exercice de sa liberté. Imposer au patron des conditions de travail est tout aussi contraire aux principes que d’en imposer à l’ouvrier »3.

16Cette posture d’indifférence aux manifestations de la désespérance populaire évolue toutefois à l’orée du XXe siècle. Le préfet Vincens en place lors des grèves insurectionnelels de 1903 ne s’en tient pas à une politique de maintien de l’ordre mais une fois les troubles publics jugulés, montre une volonté de médiation entre les intérêts en cause. Ce n’est rien moins qu’étonnant puisqu’A. Gérard lors du colloque de novembre 2000 avait révélé un préfet pleinement engagé aux côtés de Calmette dans la lutte contre la tuberculose. Peut-on dès lors écrire qu’est révolu le temps des grands commis de l’État dépêchés dans les départements pour assurer l’ordre sans états d’âme, en se gardant bien d’arbitrer les divergences d’intérêts ? Les émeutes urbaines suscitées en 1930-1931 à Roubaix par l’intransigeance du Consortium textile ne révèlent pas en apparence des autorités publiques moins prioritairement fidèles à leur mission d’État-Gendarme. En revanche, les autorités municipales d’orientation socialiste, au rebours des leaders du mouvement communiste, aspirent à des solutions de conciliation entre patrons et ouvriers privées alors de débouchés immédiats possibles. Vivre décemment de son travail, il est vrai, correspond à un objectif pérenne de ceux qui ont le travail pour seul patrimoine.

LE PEUPLE DES VILLES ET SON ÉTHIQUE DU TRAVAIL

17Peut-être a-t-on un peu trop écrit que le peuple travaille pour vivre et s’amuser et qu’on ne vit pas pour travailler. Les textes sont au demeurant peu abondants sur l’ordinaire du labeur des humbles. La réalité du travail est généralement appréhendée de façon indirecte de l’extérieur, à travers les règlements d’ateliers ou de corporations, voire les documents de la surveillance urbaine qui décrivent un monde agité, enclin à l’insubordination. Les textes permettant de cerner l’éthique du travail dans les milieux populaires ne sont pas rares, même s’ils ne forment pas série. Bien sûr, toutes les villes ne sont pas « industrielles » et les milieux populaires urbains ne font pas uniformément figure de prolétariats. Par ailleurs il faudrait assurément distinguer les artisans trouvant d’authentiques satisfactions dans l’exercice de leur profession et les ouvriers d’usines du XIXe siècle et du premier XXe siècle aux horaires quotidiens excédant longtemps douze heures et aux semaines sans dimanche. Les exposés d’A. Lottin et C. Engrand confirment en tout cas une réalité trop peu mise en valeur : il existe bien une éthique du travail chez ceux qui peuvent exciper d’une qualification professionnelle. L’aspiration à l’indépendance, le respect des anciens, de la tradition et des coutumes sont des données identitaires omniprésentes au sein des métiers de l’Ancien Régime et certainement aussi au-delà, si l’on en croit W. Sewell dont on connaît les travaux sur « l’idiome corporatif ». Les dispositions réglementaires répondent à la volonté de répartir le travail pour l’assurer à tous. La limitation du nombre de métiers par maître est un enjeu majeur des débats à Amiens comme à Lille. Elle vise assurément à freiner les compétitons économiques. Elle n’est économiquement viable que si les autorités urbaines parviennent à museler la concurrence de la campagne toute proche. L’opposition farouche aux manufactures rurales s’explique par là. L’issue est d’autant plus incertaine que les grands marchands, en tout cas à Lille, ne sont pas solidaires des artisans. La volonté de vivre de son travail renvoie à la notion fondamentale de droit à la vie lui-même constitutif de toute une tradition chrétienne. La notion de droit au travail aperçue par C. Engrand dès le XVIe siècle est revendiquée avec plus d’insistance aux XVIIe et XVIIIe siècles. Elle est clairement assumée, comme le rappelle A. Lottin, par le pieux sayetteur P.I. Chavatte qui parle de « l’innocence des criminels » quand le petit peuple de Saint-Sauveur veut tirer vengeance de l’injustice commise par les « longues élattes » en 1662. Nul doute qu’on rejoigne ici dans les pratiques sociales une disposition d’esprit validée par la casuistique sociale catholique évoquée dans un autre exposé par A. Bonzon. Il n’y a pas grand péché pour l’homme du peuple quand le pauvre résiste au riche qui ne porte pas le fardeau des pauvres et n’assiste pas les humbles de son superflu.

  • 4 M. Cartier, Des facteurs et leurs tournées. Une élite populaire dans la France de la deuxième moiti (...)

18La dimension éthique de l’exercice du métier mériterait des approches plus approfondies pour l’époque contemporaine. Bien des permanences pourraient être dégagées, tout en dressant un bilan des infléchissements. En dépit de la richesse de l’offre des communications, il aurait été présomptueux de prétendre traiter de tous les aspects de l’ample problématique proposée. Notons simplement, mais bien d’autres travaux pourraient être sollicités à ce propos, que la thèse récemment soutenue par M. Cartier sur les facteurs des années 1950-1980 en Seine-et-Marne ouvre des aperçus convaincants sur les normes comportementales imposées dans le second XXe siècle par la Poste à ses agents4. La candidate montre clairement la volonté des cadres de l’institution de rectifier les manières d’être jugées populaires. La probité est naturellement exigée pour prévenir les détournements de fonds. Plus largement encore, la sobriété est une obsession normalisatrice de l’administration des Postes qui contrarie le droit de boire, le goût masculin du bistrot en traquant par conséquent la propension à la fréquentation des cafés des facteurs en tournée. De la même manière, la direction s’efforce de faire intérioriser par ses facteurs la nécessité d’une tenue rigoureuse, d’un strict contrôle du corps et du langage. On le voit bien, il n’est jamais d’exercice purement technique d’un métier dans le monde populaire comme du reste dans les autres milieux sociaux. L’idée selon laquelle le peuple est plus enclin à la violence correspond à la fois à une représentation cultivée, sans excessif esprit critique, par la sanior pars et à une réalité dont il convient d’évaluer l’ampleur autant que faire se peut.

VIOLENCE ET RÉCRÉATION DES LIENS COMMUNAUTAIRES PAR LE JEU ET LA SOCIABILITÉ

19Les participants à ce colloque ne pouvaient pas ne pas inviter à une relecture du thème classique de la violence comme du thème connexe à la sécurisation des espaces urbains par la police. J. Solé, à partir des archives judiciaires lyonnaises du milieu du XVIIIe siècle, a établi une claire typologie de la violence populaire en ville, en ne négligeant ni les conflits privés, ni les conflits de travail, ni les si fréquents conflits de voisinage. B. Garnot a incité à une réflexion d’ensemble sur le statut de la violence dans le cadre de l’évolution multiculturelle du peuple. La violence diffuse dans les sociétés traditionnelles ne met pas en péril le maintien de la vie de relations. Elle fait partie intégrante de la société. C’est une violence de la taverne, de la rue, des lieux publics, des foires et des marchés. Il est difficile d’évaluer l’ampleur réelle de la délinquance nourrie par les diverses formes de violence physique ou verbale. À l’évidence, pour comprendre le vécu populaire à cet égard, il est indispensable de sortir de la dichotomie simpliste entre ordre et désordre comme de l’opposition trop tranchée entre soumission et révolte. B. Garnot, pour sa part, se plaît à souligner que beaucoup de violences n’arrivent pas au terme de la procédure pénale. Les accords infra-judiciaires qu’un colloque organisé par ses soins à Dijon a déjà permis de mieux définir revêtent une extrême importance dans les sociétés d’Ancien Régime. Toutefois, il convient, selon lui, de ne pas exagérer les effets réels de cette violence qui ne correspond qu’à un stade paroxystique, partant éphémère et minoritaire, des rapports humains dans les villes. Surtout, généralement le but visé par l’agresseur est moins de blesser physiquement la victime que de provoquer son humiliation publique. La volonté de préserver son honneur est en effet présente à tous les échelons de la société.

20On saura gré à V. Milliot d’avoir mis à contribution les papiers de Lenoir afin de mesurer le développement des normes, allant du reste en se bureaucratisant, de la police moderne. Le contrôle assumé jusqu’alors par la régulation communautaire des conflits fait place progressivement à un traitement policier plus administratif des dysfonctionnements sociaux. La police demeure cependant « de proximité » avec par exemple ce réseau à Paris de commissaires de police à la prosopographie encore en jachère.

21L’émergence du mouvement ouvrier au XIXe siècle a-t-elle donné à la violence un nouveau statut ? En fait, et la thèse de M. Perrot l’avait montré, la violence au total s’exprime assez rarement dans les grèves jusque dans les deux premières décennies de la Troisième République. La violence est surtout présente dans les mots et lorsqu’elle s’épanouit également dans l’action collective, elle vise moins à détruire qu’à faire peur. De ce point de vue, le déferlement de la violence du peuple des mineurs réduit à la disette par un patronat intransigeant, tel que Zola l’a campé dans Germinal, ne correspond que très peu à la réalité des luttes sociales. Il y eut cependant quelques grèves insurectionnelles. A. Gérard et T. Tellier ont décrit deux temps forts en 1903 et en 1930-1931 dans les milieux textiles de l’agglomération lilloise. Les convulsions sociales se développent du reste, non à Lille bien tenue en main par les socialistes guesdistes soucieux au-delà d’une phraséologie radicale d’obtenir des avantages concrets, mais à Armentières et dans la vallée de la Lys ou à Roubaix et Tourcoing évoqués de façon du reste très paternaliste par Maxence van der Meersch dans l’inoubliable Quand les Sirènes se taisent. En tout cas le thème de la grève vécue comme une fête du peuple assemblé que M. Perrot a développé dans sa thèse n’est pas apparu au cours de ce colloque, ce qui ne signifie évidemment pas que l’ivresse du « vivre ensemble » qui est l’essence de la fête ne s’est jamais exprimée en pareilles circonstances ; on songe à cet égard aux occupations festives d’usines en 1936. En revanche on a abordé dans ce colloque les interactions possibles entre sensibilité spontanée du peuple et les mots d’ordre élaborés par une avant-garde (on songe à la praxis des militants léninistes de l’entre-deux-guerres), ainsi que l’écho éveillé parmi les spectateurs d’origine populaire par le théâtre révolutionnaire, lorsque les hommes de plume s’expriment à l’unisson des aspirations confusément ressenties par les hommes et les femmes de peu.

22L’homme du peuple est aussi, pour reprendre une expression de J. Huizinga, un homo ludens. Certes, l’Ancien Régime ignorait les loisirs, autant que le sport. Une vulgate étayée par une longue série de travaux a accrédité l’idée que l’Ancien Régime festif encore vigoureux au XVIe siècle avait regressé ensuite sous l’action dissuasive des autorités politiques et religieuses. Les organisations populaires, moteurs sociaux des fêtes (abbayes de jeunesse, « places », confréries festives et bachiques...) se seraient progressivement effacées. Au XVIIIe siècle, ce n’est plus la population organisée par âge, par quartier ou par groupe social qui offre aux élites le spectacle de ses joyeuses déambulations ou des ses charivaris ; ce sont les autorités qui octroient des réjouissances et offrent au populaire des feux d’artifices, alors que les horizons culturels des gens de bien et ceux du menu peuple s’éloignent peu ou prou. Une assimilation critique de cette vulgate est nécessaire particulièrement dans les villes des anciens Pays-Bas, où nous croyons avoir montré que le modèle de la « bonne ville » et le dispositif festif qui lui est consubstantiel n’ont pas encore sombré à la fin de l’Ancien Régime. PY. Beaurepaire prolonge la révision historiographique sous un autre angle : les jeux d’adresse et les tirs mobilisent des formes de sociabilité qui ne sont ni des outils passivement aux mains des notables ni des sociétés authentiquement populaires. Ce sont des relations très complexes entre les élites et les participants très majoritairement d’extraction sociale inférieure qui émergent du décryptage des fonctions assumées par les jeux. Les sociétés de tir à l’arc sont des enjeux de sociabilité disputés entre des membres des groupes sociaux dirigeants et des hommes du peuple dont l’excellence se révèle dans la compétition sportive. L’épanouissement de l’associativité moderne surtout à partir des lois de 1884 et de 1901, abordé par M.-J. Lussien-Maisonneuve avec les Maisons du Peuple et les maisons paroissiales, montre la recréation d’une organisation communautaire dans une société marquée du sceau de l’individualisme. Les loisirs liés à des objectifs de formation humaine furent des enjeux du combat que se livrèrent pendant des décennies l’Église catholique et la « Contre-Église socialiste ». La fécondité de la région flamande lato sensu en initiatives apparaît en pleine lumière dans ces terres de Contre-Réforme où la social-démocratie s’est épanouie à partir des dernières décennies du XIXe siècle. Le maintien dans la trame urbain de poumons de sociabilité qui sont en même temps des outils éducatifs adaptés aux groupes humains concernés fut pris en compte dans les plans d’aménagement, d’embellisssement et d’extension mis en place au lendemain de la première guerre mondiale. Notre colloque pour ne pas diluer son objet d’étude, nous l’avons annoncé d’emblée, a limité ses réflexions à l’horizon temporel de l’immédiat après-guerre. D’autres décriront pour le second XXe siècle les effets sur la cohésion sociale de l’essoufflement de ces modèles de sociabilité. Le peuple en tout cas aime s’offrir dans la fête la représentation de son bonheur d’être ensemble. Rousseau dans sa Lettre à d’Alembert sur les spectacles (1758) évoque en ces termes les fêtes populaires de plein air :

  • 5 Cité par J. Starobinski, La transparence et l’obstacle, Paris, 1957 (rééd. 1970), p. 118.

« Qu’y montre-t-on ? Rien, si l’on veut. Avec la liberté, partout où règne l’abondance, le bien-être y règne aussi. Plantez au milieu d’une place un piquet couronné de fleurs, rassemblez-y le peuple et vous aurez une fête. Faites mieux encore : donnez les spectateurs en spectacle ; rendez-les auteurs eux-mêmes ; faites que chacun se voie et s’aime dans les autres, afin que tous en soient mieux unis »5.

23Ce long et riche colloque ne fut pas une fête populaire. Peut-être le fut-il par destination. Ce fut en tout cas une fête de l’esprit, où régnait l’abondance du savoir, où chacun pouvait être acteur et auditeur, où chacun goûtait la plaisr de réfléchir ensuite et dans la convivialité autour d’un même thème.

Notes

1 Cl. Petitfrère éd., Images et imaginaires de la ville à l’époque moderne, Tours, Maison des Sciences de la Ville, 1998,234 p.'

2 M. Perrot, Les ouvriers en grève, France 1871-1890, Paris, 1975, t. I, p. 691.

3 M. Perrot, op. cit., t. I, p. 710.

4 M. Cartier, Des facteurs et leurs tournées. Une élite populaire dans la France de la deuxième moitié du XXe siècle, thèse de socio-histoire, EHESS, 2002, 849 p.

5 Cité par J. Starobinski, La transparence et l’obstacle, Paris, 1957 (rééd. 1970), p. 118.

Auteur

Université de Lille 3 - CRHEN-O

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540