Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume I

 | 
Philippe Guignet

Vie religieuse et éducation dans les milieux populaires: quelques aperçus

Groupes paroissiaux catholiques et maisons du peuple socialistes : des instruments concurrents d’éducation populaire à la fin du xixe siècle et dans la première moitié du xxe siècle

Marie-Josèphe Lussien-Maisonneuve

Texte intégral

1Le groupe paroissial et la maison du peuple représentent dans nos régions septentrionales deux rouages essentiels de l’organisation communautaire de la société à l’époque contemporaine. Le premier, le groupe paroissial, s’appuie sur un ensemble d’équipements, de lieux de détente et de loisirs, de salles de réunion et d’éducation, voire d’écoles, édifiés à proximité de l’église paroissiale fréquentée au moins chaque dimanche par la communauté des fidèles. Son fonctionnement idéal s’inscrit dans le cadre paroissial sous l’autorité, soit du curé et de ses vicaires habitant le presbytère, soit d’une communauté de religieux ou de religieuses dont le couvent est établi dans les parages de l’église et du presbytère. Au cours du XIXe siècle, sous l’impulsion de théoriciens engagés et d’architectes, le groupe paroissial s’impose comme le mode parfait d’organisation de la société chrétienne. Il ne semble pas y avoir eu de coopérative de consommation directement liée à cet horizon paroissial, y compris dans les formules les plus élaborées qui seront mises au point à l’horizon du premier XXe siècle. Il s’agit néanmoins de groupes paroissiaux conçus par des professionnels attachés au succès de l’institution dans le cadre des Coopératives de la Reconstruction des régions dévastées de la première guerre mondiale.

2Le second mode d’organisation communautaire, apparu bien après 1850 dans les régions industrielles, essentiellement textiles, des pays de l’Europe du Nord-Ouest, est la maison du peuple, construite au coeur des quartiers populaires. Dans un ou plusieurs bâtiments groupés sur la même parcelle de terrain, elle accueille simultanément les centres de direction et de gestion de la communauté ouvrière, dès lors qu’elle est à la fois le siège politique du parti ouvrier, le siège du syndicat, enfin celui de la coopérative de consommation. En effet, elle abrite le bureau, le conseil d’administration, le conseil de gestion de la coopérative et ses divers services de distribution déclinés en boulangerie, épicerie, café, comme les divers lieux de réunion et de sociabilité destinés à préparer l’avènement d’une société laïque et sans classe. Les principaux foyers de la solidarité ouvrière que sont le dispensaire et la grande salle de réunion, de concert et de théâtre y seront installés au fur et à mesure de leur création.

3En dépit de leurs missions antinomiques, groupes paroissiaux et maisons du peuple appartiennent au même type de cercles associatifs susceptibles de prendre en charge l’individu en relayant le milieu familial. C’est le cadre où se fait l’apprentissage de la vie en commun, y compris de la vie collective. S’y forge, à l’heure des choix existentiels, le sentiment grisant d’appartenir à une communauté à laquelle on est fier de s’identifier.

LES ORIGINES MYTHICO-RELIGIEUSES DE CES ROUAGES ASSOCIATIFS

4La genèse de ces deux formules communautaires participe d’une atmosphère utopique visant la reconstitution de « l’âge d’or » médiéval ou humaniste, en réaction à la misère matérielle et morale des classes populaires livrées aux pièges de la ville industrielle.

L’apparition du groupe paroissial chez A.W.N. Pugin

  • 1 B. Ferrey, Recollections of A.W.N. Pugin, and bis Father, Augustus Pugin, London, 1861; P. Stanton,(...)
  • 2 L. Van Biervliet, De brieven van W.H. James Weale aan Jozef A. Alberdingk Thijm, 1858-1884, Bruges, (...)
  • 3 A. Wedgwood, « Domestic Architecture », dans P. Atterbury, C. Wainwright (dir.), Pugin, a gothic pa (...)

5L’un des initiateurs de la réflexion communautaire est Augustus Welby Northmore Pugin (1812-1852)1, un architecte anglais d’origine française, converti au catholicisme en 1835. Sa réputation s’établit solidement en Europe dès la présentation de sa « Medieval Court ». Il s’agit d’une reconstitution du cadre de la vie quotidienne de l’époque gothique, transposée à l’intérieur d’une imposante travée du « Crystal Palace », le palais provisoire construit pour abriter la première Exposition Universelle à Londres en 1851. Y sont exposés, par Pugin et quelques uns de ses amis industriels et artisans d’art, des vitraux, des pierres et bois sculptés, des tentures, de la vaisselle, des pièces d’orfèvrerie, des exemples de carrelages, enfin des objets courants en cuivre et fer forgé et en métal précieux, à usage domestique ou religieux, inspirés de modèles du Moyen Âge gothique. Par le biais de cette manifestation dont la résonance est internationale, Pugin prône le style chrétien et chaleureux d’avant la Réforme, particulièrement « adapté aux classes les plus humbles ». Déjà bien connu du grand public britannique pour ses travaux au Parlement de Londres avec Charles Barry, particulièrement à la Chambre des Lords et aux Communes, enfin pour ses nombreux chantiers d’églises et de cathédrales catholiques, par exemple Saint-Chad à Birmingham, il est aussi célèbre auprès des élites religieuses et artistiques en raison de ses nombreux articles et traités. Il s’agit notamment de Contrasts or a Parallel betmen the Architecture of the Fourteenth and Fifteenth Century and Similar Buildings of the Present Days, en 1836, sorte de comparaison graphique entre l’atmosphère pesante et morne d’une ville industrielle anglaise en 1840 et celle qu’elle présentait en 1440 avec ses multiples clochers, ses activités artisanales et l’emprise de la nature, puis des True Principles of Pointed or Christian Architecture in England, en 1841. Ce dernier ouvrage est un véritable manuel dont les démonstrations mettent en évidence l’obligation pour tout architecte d’adapter la structure et le décor du monument qu’il conçoit à sa destination ou fonction. L’ensemble de ces traités est largement diffusé en langue anglaise sur le continent, en particulier au sein de l’importante colonie de catholiques anglais établie à Bruges en Belgique, forte de plusieurs milliers de ressortissants anglais2. L’un d’eux, l’architecte Thomas Harper King fait éditer en 1850, en français, le traité de 1841 sous le titre Les vrais principes de l’architecture chrétienne. Cette traduction, distribuée auprès des membres influents de la bonne société et du clergé en Belgique et dans le Nord de la France, est connue de quelques participants des congrès tenus par la Société française d’Archéologie, dès 1851 à Laon, et des assemblées générales des comités catholiques du Nord et du Pas de Calais réunies à partir de 1873 à Lille ou à Arras. Le traité de Pugin de 1843, Apology for the Revival of Christian Architecture in England, rencontre une diffusion similaire. Il en est de même pour son modèle idéal de paroisse rurale groupée autour de sa résidence, The Grange, et de l’église Saint-Augustin de Ramsgate, dont il commence la construction en 1843 et dont l’aquarelle est exposée à Londres, à la Royal Academy, en 18493 C’est le prototype d’une communauté villageoise qui inspirera d’autres œuvres à Pugin et à ses disciples.

Le développement du groupe paroissial en Flandres

  • 4 Album-Souvenir du baron Béthune (décédé le 18 juin 1894) publié par la Ci/de de Saint-Thomas et Sai (...)
  • 5 Lammens, Le jubilé de l’Œuvre des Flamands à Paris, 1862-1887, Gand, 1887 ; J. Helbig, Le Baron Bét (...)

6C’est par l’intermédiaire de la colonie catholique de Bruges que A.-W.-N. Pugin a entretenu des relations privilégiées avec les milieux catholiques flamands et les cercles ultramontains du nord-ouest de l’Europe, en particulier avec le Baron Jean-Baptiste Béthune (1821-1894)4, architecte, décorateur et maître verrier, né à Courtrai, installé à Gand, brillant défenseur d’un art chrétien et fondateur avec les Frères des Écoles chrétiennes des Écoles d’art de Saint-Luc. Jean-Baptiste Béthune a effectué deux fois le voyage initiatique de Ramsgate à la rencontre de Pugin. Conseillé par ce dernier, il s’est consacré à la création et au développement de cercles ou gildes regroupant les catholiques au sein des paroisses, sous le patronage en particulier de saint Thomas, saint Luc, saint Vincent de Paul, saint Léonard etc. Leur but est de développer et de prendre en charge l’éducation, les loisirs, les activités de bienfaisance, et, grâce à une formation adaptée des jeunes et des adultes, d’approfondir les connaissances religieuses en même temps que les compétences scolaires ou manuelles au sein d’écoles, d’ouvroirs et d’ateliers en vue d’une amélioration professionnelle. En fait, toute la vie quotidienne est concernée. Ce modèle communautaire flamand, appelé Œuvre des Flamands, ne semble pas avoir été réalisé intégralement en Belgique, à l’exception des applications partielles que pourraient représenter les deux béguinages pour veuves et femmes pieuses de Vive-Capelle, près de Bruges, et de Mont-Saint-Amand, près de Gand, deux tentatives du baron Jean-Baptiste Béthune pour organiser une vie communautaire idéale. Le modèle a toutefois été exporté au sein des populations flamandes émigrées dans la région de Lille et Roubaix autour de 1850, dans la vallée de la Lys et la région d’Halluin, voire à Paris, rue de Charonne, après 18705.

  • 6 M.-J. Lussien-Maisonneuve, « Contribution de la Flandre aux développements néogothiques de la ville (...)

7Le type du groupe paroissial a trouvé un terroir particulièrement favorable à Roubaix, à proximité du couvent des Franciscains Récollets, dès 1860, et à la paroisse Saint-Joseph, dès 18786. L’exemple de Saint-Joseph de Roubaix, initialement conçu par le baron Béthune, met bien en évidence la prise de possession d’un espace dans la ville autour de l’église et de son clocher ainsi que le déploiement de formules attractives visant à fédérer la communauté au cœur de la réalité urbaine. Des lieux adaptés aux loisirs et à la cohérence du groupe sont construits autour du monument sacré : salles de catéchisme, patronages, cercles pour jeux de société, fumoir et buvette, école ménagère etc. C’est le style gothique du Moyen Âge chrétien qui est choisi pour rehausser l’ensemble flamand dans le paysage urbain.

8Si les premiers mécanismes communautaires se sont déclenchés en France dans le milieu des ouvriers flamands immigrés, à l’initiative de quelques personnalités de la bourgeoisie et du clergé, ce modèle est bien reçu au sein des populations rurales et des classes populaires. Il se développa dans les paroisses catholiques des villes et des campagnes sous la forme de patronages, de cercles et d’ouvroirs jusqu’au XXe siècle.

LES DÉVELOPPEMENTS ASSOCIATIFS AU SEIN DE LA MAISON DU PEUPLE

Genèse de la maison du peuple en Belgique7

  • 7 A. Brauman, B. Buyssens, « Voyage au Pays des maisons du peuple » et « Inventaire visuel des maison (...)

9Les ténors du parti ouvrier belge et des syndicats ont écarté ou ignoré les propositions des socialistes utopistes. Avec réalisme, ils n’ont pas craint de s’inspirer de certains modes de fonctionnement de l’Œuvre des Flamands, tout en mettant au point une configuration plus pragmatique centrée sur la coopérative de consommation destinée à l’approvisionnement des militants. Les missions éducatives, les programmes ludiques et l’animation, qui rendaient les paroisses flamandes si attractives, ont été progressivement introduits après la création de la coopérative, moyennant les bénéfices qu’elle générait. L’exemple de la première maison du peuple fondée en Belgique en 1872, le Progrès de Jolimont, met bien en évidence les préoccupations originelles de l’institution. Installée au siège d’une simple boulangerie coopérative, son activité essentielle consiste à fabriquer et à vendre du pain aux militants.

10Le parti ouvrier et le syndicat organisent progressivement leur stratégie de développement. La nécessité d’attirer un plus grand nombre de cotisants s’impose ; l’accroissement de la taille et du nombre des coopératives de consommation, comme leur diversification, découlent de cet impératif. C’est à la demande des membres de la coopérative et en s’inspirant des activités des cercles catholiques, que des programmes éducatifs et festifs sont, au et à mesure, mis au point en des lieux spécifiques.

Le Vooruit de Gand, un prototype

11À Gand, en 1873, des tisserands et des ouvriers de filatures créent à leur tour une boulangerie coopérative. Grâce au soutien du syndicat et du parti ouvrier, la coopérative est en pleine expansion. Elle affiche son appartenance et la nécessité de lier les combats alimentaire et idéologique. En 1880, elle est baptisée Vooruit, c’est-à-dire En avant, tout un programme. Ses membres inspirent la fondation de nombreuses sociétés coopératives de même type dans les Flandres, en Wallonie et dans le Nord de la France. À partir de 1897, sur la Vrijdagmarkt, place historique et stratégique de Gand, l’architecte gantois Fernand Dierkens commence la construction de magasins et d’une monumentale maison du peuple, On Huis, c’est-à-dire Noire maison, puis en 1911, celle d’un somptueux palais des fêtes dans le quartier de l’Université. Ces ensembles immobiliers jouèrent dès lors le rôle de prototypes pour quelques autres des futurs chantiers. Sous la protection de combles solennels sont regroupés un vaste café, des magasins, des locaux de gestion, diverses salles de réunion, une imprimerie, une boulangerie, enfin une salle des fêtes avec bibliothèque, autant de lieux attractifs pour les militants et leurs proches. Le style éclectique des baies de l’étage noble, des loggias, des colonnes et des pilastres s’inspire des goûts de la petite et moyenne bourgeoisie environnante. Par ses choix, la communauté ouvrière affiche sa détermination à modeler un avenir de prospérité.

Une création de Victor Horta8

  • 8 F. Borsi, « Victor Horta et la maison du peuple de Bruxelles », in M. Culot (dir.), op. cit., 1984, (...)

12À Bruxelles, en 1895, dans le contexte de la propagande socialiste et du militantisme des membres du Voruit, le choix de l’architecte Victor Horta paraît insolite. En dépit de son attachement à la cause socialiste, ses positions d’avant-garde et son goût pour les matériaux industriels traités comme des ornements ne le disposent pas à recourir au style éclectique souvent retenu pour les bâtiments coopératifs. En adoptant une esthétique résolument moderniste pour la maison du peuple de la place Émile Vandervelde, Victor Horta finalise une remarquable exception dans la série des maisons du peuple, habituellement conformes à l’éclectisme bourgeois contemporain. Le refus de la symétrie, le choix du verre, du fer, des balustrades en porte à faux et du décor inspiré de la végétation correspondent davantage aux options stylistiques d’une infime minorité éclairée de cette bourgeoisie triomphante, en particulier celles des Solvay qui participeront au financement de la construction. Toutefois, ce langage inhabituel de l’architecture ne peut provoquer l’adhésion des militants peu initiés aux subtilités du progrès et de la modernité dans les arts. En dépit des fêtes et des combats partagés durant plus d’un demi-siècle au sein de cette ruche de fonte et de verre, sa démolition de 1964 est déjà en germe dans l’inauguration triomphale du jour de Pâques 1899.

L’âge de raison de l’organisation communautaire socialiste

  • 9 M.-J. Lussien-Maisonneuve, « Variations sur un thème populaire du Nord », in M. Culot (dir.), op. c (...)

13Dans le Nord de la France9, des ouvriers flamands venus de Gand et membres du Vooruit sont à l’origine de la première coopérative socialiste, La Paix, mise en place à Roubaix, le 20 septembre 1885. Initialement installée 20, rue de Beaurewaert, à L’estaminet du Roi de la bière, elle assure d’abord la vente du charbon. Dès 1886, une boulangerie coopérative, L’Avenir du Parti ouvrier, est fondée rue Vallon par les syndicats du textile. En 1891, les deux coopératives fusionnent sous l’ancien nom de La Paix et s’installent boulevard de Belfort afin de développer leur double activité. À l’image du Vooruit, la nécessité d’accueillir conjointement dans les locaux le syndicat du textile, la section locale du parti ouvrier, une société de secours, enfin des espaces de loisirs pour les adhérents, pousse les dirigeants à mettre en chantier une maison du peuple qui sera construite par le lillois Albert Buhrer et inaugurée par Jules Guesde en 1901. L’âge de raison est désormais atteint. D’une manière générale, on peut dire que la maturité de l’organisation communautaire intervient au début du XXe siècle, avec l’établissement systématique, au sein des locaux coopératifs, d’outils éducatifs et la construction de lieux pédagogiques adaptés.

14Dès 1891, les références du Vooruit et de La Paix incitent les responsables du parti ouvrier et des syndicats à fortifier le mouvement ouvrier en développant les coopératives socialistes et en construisant de nouvelles maisons du peuple afin d’accueillir toujours plus de militants. Des implantations vont essaimer dans toute la région : L’Avenir des ouvriers, place du rond-point à Armentières et L’Union à Lille en 1892, L’Union à Houplines en 1894, L’Avenir des travailleurs au Trieu de Fresnes en 1898, la brasserie L’Avenir à Fives-Lille en 1899, La Fraternelle à Saint-Amand et La Solidarité ouvrière à Tourcoing en 1901, La Fraternelle à Halluin en 1904 etc.

15En ces lieux s’acquiert l’autonomie et s’opère l’apprentissage de la responsabilité par l’intermédiaire du paiement de la cotisation, par la représentation aux assemblées et aux services de gestion et par la participation aux débats critiques. En un mot se sont des lieux d’éducation où se forgent la conscience et la foi du militant.

16La dynamique Union de Lille illustre une organisation communautaire idéale avec ses équipements et le nombre de ses militants, 4053 sociétaires en 1897. En 1902, l’inauguration solennelle de sa maison du peuple, construite place Vanhoenacker par l’architecte lillois Armand Lemay, représente un moment décisif dans l’affirmation de la force de l’organisation ouvrière, en présence de délégations venues de Gand et de Bruxelles. L’architecte a repris les brillantes formules du Vooruit en s’inspirant de sa façade en arc triomphal et du regroupement des équipements de la coopérative, du syndicat et du parti ouvrier. Toutefois, à Lille comme dans les autres maisons du peuple, si le militant fait l’apprentissage de l’autogestion et de la solidarité, il reçoit aussi une initiation aux méthodes de revendications et à celles de la lutte des classes, ce qui provoque l’hostilité, voire la peur, des représentants des institutions officielles et des classes dirigeantes qui essaieront méthodiquement de détourner l’organisation communautaire de la révolution sociale.

LA RECONSTITUTION SCIENTIFIQUE DE L’ORGANISATION COMMUNAUTAIRE

17Les dévastations de la Première Guerre mondiale vont amener les ténors politiques et les gestionnaires de l’urbanisme et de la reconstruction à prendre en compte l’ampleur du phénomène communautaire et ses implications. La reconstitution scientifique de la réalité communautaire dans la composition urbaine intervient à la faveur des plans d’aménagement, d’embellissement et d’extension mis en place par des commissions départementales après le vote de la Loi Cornudet du 14 mars 1919 et la création de coopératives chargées de la reconstruction. Elle aboutit à l’implantation dans le paysage des villes de véritables « pôles de reconstitution des régions dévastées » liés à l’église paroissiale et à la maison du peuple.

Le retour du groupe paroissial

  • 10 Inventaire mené depuis 1998, ayant donné lieu à : M-.J. Lussien-Maisonneuve, « La reconstruction à (...)

18Dès l’armistice, le redressement des clochers et des beffrois familiers est indispensable pour reconstituer la mémoire effacée par quatre ans de guerre. La restauration et la reconstruction des églises sont les objectifs prioritaires des coopératives de la reconstruction auxquelles adhèrent les communes dévastées. Toutefois, les rigidités de l’administration et l’immensité des besoins retardent la reconstruction des sanctuaires. Pour remédier à cette situation, les diocèses organisent leurs propres coopératives de reconstruction des édifices sacrés. La loi du 1er mars 1922 autorise les communes à y adhérer. Par exemple dans le Nord, l’abbé Émile Flament prend la direction de la coopérative du diocèse de Cambrai, le chanoine Lucien Détrez celle du diocèse de Lille. Désormais, les deux hommes vont centraliser les difficultés et les objectifs et devenir les uniques interlocuteurs des communes, des conseils de fabrique et de l’État, représenté par la commission des Bâtiments civils. Ils proposent les architectes. En participant à la définition des programmes de chaque sanctuaire, ils sont en mesure de prendre en compte à la fois les nouveaux besoins de l’Église, les plus récentes aspirations des fidèles et les suggestions des artistes chrétiens regroupés par exemple au sein des Ateliers d’art sacré. L’inventaire en cours de quelques centaines d’églises de la première reconstruction dans le département du Nord10 permet ainsi de mettre en évidence la considération dont jouit le thème du groupe paroissial auprès du clergé et des fidèles. D’extension plus sommaire que dans les œuvres des Flamands, le groupe paroissial de l’entre-deux-guerres comporte quelquefois une école paroissiale et dans tous les cas des salles de réunions et de patronages. Quelques architectes inventifs, tels René Dupire et Quinault à Saint-Amand de Bailleul, Albert Bray et René Hennequet à Saint-Laurent de Merris, ont pu promouvoir la renaissance du groupe paroissial. En dehors des programmes de la Reconstruction, quelques architectes vont aussi en faire un objet d’études renouvelées.

  • 11 Architecte lillois, fils de l’architecte Paul Vilain (1860-1933) qui s’est illustré sur le chantier (...)

19Les travaux de Michel Vilain (1906-1966)11 dans l’arrondissement de Lille illustrent la nouvelle originalité du groupe paroissial jusqu’au milieu du XXe siècle. Son projet de fin d’études à l’école Saint-Luc de Gand, consacré à Un village moderne pour une commune de 6000 habitants, est présenté en 1927 et lui permettra d’obtenir la médaille d’or. Il est révélateur de la fièvre créatrice qui anime les grands travaux de remodelage urbains après 1919 et du climat utopique qui nourrit la réflexion artistique tiraillée entre l’influence des cités-jardins britanniques et celle du régionalisme français. Son plan presque concentrique et les implantations stratégiques de l’église, de la mairie, des écoles et du local pour catéchistes volontaires baignent aussi dans l’atmosphère nostalgique des idées de Pugin et de Béthune. Toutefois, confronté à la réalité, Michel Vilain a adapté ses formules architecturales aux nouveaux besoins des fidèles. À Halluin, à Notre-Dame des Fièvres en 1928 et au groupe paroissial du Colbras en 1929, enfin à Notre-Dame de Lourdes de La Madeleine en 1936, il inaugure des chantiers de complexes paroissiaux particulièrement représentatifs des nouvelles formes de solidarité. Il s’agit, à proximité immédiate du sanctuaire, de simples salles de catéchisme et de conférences, encore de salles de fêtes prévues pour l’accueil des amis et des proches après les cérémonies des baptêmes et des mariages. Les lieux ne sont plus conçus pour abriter et prendre en charge les membres de la communauté à tous les âges de la vie et à toutes les heures du jour. Moins festifs, moins ludiques, ils se prêtent davantage aux activités spirituelles.

La récupération du thème de la maison du peuple

  • 12 E. Rumler, « Envois des pensionnaires de France à Rome (architecture) », dans La construction moder (...)
  • 13 L. Helies, La Bellevilloise, son historique, Paris, 1905 ; « le projet Grain de blé primé au concou (...)

20Le succès des maisons du peuple auprès du public populaire a frappé très tôt l’imagination des architectes. Ils ont illustré ce nouveau thème afin de familiariser les élites politiques et sociales à ses dimensions artistiques et humaines. À l’école des Beaux-Arts, Joseph-Eugène-Armand Duquesne12, Grand Prix de Rome en 1897, expose en 1900 un avant-projet de maison du peuple qui est qualifié de « composition étrange » par le rapporteur de l’académie des Beaux-Arts. En 1906, le concours de la maison du peuple de Belleville proposé par la coopérative de la Bellevilloise13 est mieux reçu par les milieux artistiques. Les plus réputés des architectes diplômés de l’École des Beaux-Arts que sont Louis-Bernard Bonnier, Charles-Louis Genuys et Léon Fleury en constituent le jury. Ils décernent le premier prix à Emmanuel Chaine, un élève du célèbre Anatole de Baudot, pour son projet Grain de blé, conçu à partir d’une structure révolutionnaire en ciment armé. Le projet ne sera que partiellement exécuté en 1910. Il illustre néanmoins la place qu’occupe le thème dans le débat du temps.

  • 14 J.-M. Auburtin, M. Ménard-Dorian, Album de Maisons du Peuple, Paris, s.d. (1914) ; A. Agache, J.-M.(...)
  • 15 P. Marcilly, « La Maison de Tous », La construction moderne, vol. 41, 1925-1926, p. 89.

21L’insertion officielle de la maison du peuple dans la ville a néanmoins posé maints problèmes aux urbanistes de la Reconstruction, du fait de son pouvoir suggestif et de sa charge émotionnelle dans un contexte de revendications sociales. Les pouvoirs publics ont favorisé le détournement de la terminologie à des fins urbanistiques et mutilé l’institution. Baptisée tantôt maison commune, tantôt maison pour tous, la maison du peuple n’abrite plus désormais qu’un foyer éducatif et des loisirs collectifs, devenant dans certains cas une annexe de l’hôtel de ville ou de la mairie. C’est bien le sens de la maison commune de la Cité du Chemin vert, construite à la demande du Foyer rémois par Jean-Marcel Auburtin14 en 1921. Le projet de Maison de Tous d’Alfred Agache15, fondateur de la Société française des architectes urbanistes, est présenté à l’Exposition des arts décoratifs de 1925. Adossé à l’hôtel de ville d’Hector Guimard, il était intitulé Maison du peuple dans les dessins originaux. En modifiant le titre d’origine du projet, les organisateurs de la manifestation internationale illustrent avec éclat la récupération officielle de la maison du peuple dans l’animation de la ville contemporaine !

22Groupes paroissiaux et maisons du peuple, ces deux instruments concurrents d’éducation populaire, issus des mêmes réflexions généreuses et utopiques, ont finalement été dissous dans l’organisation fonctionnaliste de la ville contemporaine. Impressionnés par la force de l’idée, les pouvoirs publics s’en sont emparés sans parvenir à enrichir le concept, ils n’ont pas davantage réussi à le remplacer efficacement pour répondre aux aspirations contemporaines.

A.W.N. Pugin, ville en 1440 et 1840
Contrasts, seconde édition, collection particulière

A.W.N. Pugin, « Medieval Court », Crystal Palace,
Illustrated London News, 1851, collection particulière

Béguinage de Viven-Kapelle
Archives de Béthune, Marke les Courtrai

Saint-Joseph de Roubaix
Archive de la paroisse

Le Vooruit de Gand, de F. Dirkens
collection particulière

L’Union de Lille
collection particulière

M. Vilain, projet pour un village moderne de 6000 habitants, 1927
collection particulière

M. Vilain, détail du projet de village moderne : la place du 12 juillet
collection particulière

M. Vilain, détail du projet de village moderne : l’église pour 1000 personnes
collection particulière

M. Vilain, détail du projet de village moderne : la mairie
collection particulière

M. Vilain, détail du projet de village moderne : local pour catéchistes volontaires
collection particulière

Notes

1 B. Ferrey, Recollections of A.W.N. Pugin, and bis Father, Augustus Pugin, London, 1861; P. Stanton, Pugin, London, 1971; A. Wedgwood, Catalogue of the Drawings Collection of the Royal Institute of British Architecte, The Pugin Family, Farnborough, 1977; A. Wedgwood, Catalogue of Drawings in the Victoria and Albert Museum, A. W.N.Pugin and the Pugin Family, London, 1985; M. Belcher, A.W.N. Pugin, An annotated critical bibliography, London and New York, 1987; P. Fontaney, Le renouveau gothique en Angleterre: idéologie et architecture, Bordeaux, Presse universitaire, 1989; P. Atterbury, C. Wainwright (dir.), Pugin, a gothic passion, New Haven and London, Yale University Press, 1994; M. Aldrich, P. Atterbury, B. Bergdoll, A.W.N. Pugin: master of gothic revival, New Haven and London, Yale University Press, 1995.

2 L. Van Biervliet, De brieven van W.H. James Weale aan Jozef A. Alberdingk Thijm, 1858-1884, Bruges, 1991; L. Van Biervliet, De relatie van W.H. James Weale met Jean Béthune. Brieveneditie, Bruges, 1996.

3 A. Wedgwood, « Domestic Architecture », dans P. Atterbury, C. Wainwright (dir.), Pugin, a gothic passion, New Haven and London, Yale University Press, 1994, p. 59, fig. 105.

4 Album-Souvenir du baron Béthune (décédé le 18 juin 1894) publié par la Ci/de de Saint-Thomas et SaintLuc, Société Saint-Augustin, Desclée, De Brouwer et Cie, 1896 ; J. Helbig, Le Baron Béthune, fondateur des Ecoles Saint-Luc, étude biographique, Lille-Bruges, 1906 ; M.-J. Lussien-Maisonneuve, « Fascination médiévale et architecture de la catho », Ensemble, 1977, p. 277 ; « Jean-Baptiste Béthune : een neogotische Roeping » dans Neogotiek in België, Gent/Mariakerke, 1994, p. 167 ; Paris-Bruxelles, Bruxelles-Paris, 1848-1914, les relations artistiques entre la France et la Belgique, catalogue de l’exposition du Grand-Palais et du Musée des Beaux-Arts de Gand, Paris, RMN, 1997, p. 83. ; F. Vienne, Notre-Dame de la Treille, du rêve à la réalité, Lille, Éditions Yris, 2002, p. 169.

5 Lammens, Le jubilé de l’Œuvre des Flamands à Paris, 1862-1887, Gand, 1887 ; J. Helbig, Le Baron Béthune, fondateur des Ecoles Saint-Luc, étude biographique, Lille-Bruges, 1906, p. 164 ; F. Claeys Bouvaert, L’Œuvre des Flamands à Paris. Un siècle d’existence. 1862-1962, Gand, 1962 ; K. Huysegems, Met God naar Frankrijk. De eerste jaren van het Werk der Vlamingen te Parijs (1862-1871), Gand, thèse d’Université, 1994 ; Jan de Maeyer, Arthur Verhaegen 1847-1917. De rode Baron, Leuven, Universitaire Pers, 1994, Kadoc-Studies, 18, p. 119.

6 M.-J. Lussien-Maisonneuve, « Contribution de la Flandre aux développements néogothiques de la ville et de la vie artistique en France septentrionale au XIXe siècle », dans J. de Maeyer, L. Verpoest (dir.), Gothic Revival, Religion, Architecture and Style in Western Europe 1815-1914, Leuven, Universitaire Pers, 2000, KADOC, Artes 5, p. 178.

7 A. Brauman, B. Buyssens, « Voyage au Pays des maisons du peuple » et « Inventaire visuel des maisons du peuple en Wallonie et à Bruxelles », dans M. Culot (dir. J, Architecture pour le peuple. Maisons du peuple. Belgique, Allemagne, Autriche, France, Grande-Bretagne, Italie, Pays-Bas, Suisse, Bruxelles, Archives d’architecture moderne, 1984, p. 33 et p. 63.

8 F. Borsi, « Victor Horta et la maison du peuple de Bruxelles », in M. Culot (dir.), op. cit., 1984, p. 11.

9 M.-J. Lussien-Maisonneuve, « Variations sur un thème populaire du Nord », in M. Culot (dir.), op. cit., 1984, p. 141.

10 Inventaire mené depuis 1998, ayant donné lieu à : M-.J. Lussien-Maisonneuve, « La reconstruction à l’identique après la Première Guerre mondiale », dans F. Robichon dir., « Création artistique et conflits historiques dans l’Europe du Nord », Revue Au Nord, hors série no 7, 2000, p. 98, et aux mémoires de maîtrises de S. Bellenger, TH. Monzani, L. Pottier, B. Reyns, Les églises de la Première Reconstruction dans le département du Nord, cantons de : Arleux, bailleul, Marcoing et arrondissement de Valenciennes, soutenus à l’université de Lille 3 en 2002

11 Architecte lillois, fils de l’architecte Paul Vilain (1860-1933) qui s’est illustré sur le chantier de la cathédrale Notre-Dame de la Treille depuis 1889 et auquel il succède à partir de 1934 ; M.-J. Lussien-Maisonneuve, « Contagion néo-gothique et urbanisme dans les villes septentrionales au XIXe siècle », in Revue du Nord, t. 79, 1997, p. 639-641 ; C. Dufour, La création d’une nouvelle paroisse : Notre-Dame de lourdes à La Madeleine-lez-Lille, 1934-1937, mémoire de maîtrise soutenu à l’université de Lille 3, 2000 ; F. Vienne, op. cit., 2002, p. 211 et 222.

12 E. Rumler, « Envois des pensionnaires de France à Rome (architecture) », dans La construction moderne, vol. 15, 1899-1900, p. 474 ; vol. 45, 1929-1930, p. 44.

13 L. Helies, La Bellevilloise, son historique, Paris, 1905 ; « le projet Grain de blé primé au concours de 1906 », La construction moderne, vol. 22,1906-1907, p. 425 et planches 88 (attribution erronée à de Baudot) et 89.

14 J.-M. Auburtin, M. Ménard-Dorian, Album de Maisons du Peuple, Paris, s.d. (1914) ; A. Agache, J.-M. Auburtin, G. Redont, Comment reconstruire nos cités détruites. Notions d’urbanisme s’appliquant aux villes, bourgs et villages, 2e édition, Paris, 1916 ; J.-M. Auburtin, H. Blanchard, cité de demain dans les régions dévastées, Paris, 1917 ; La construction moderne, vol. 39, 1923-1924, p. 63, pl. 20-24.

15 P. Marcilly, « La Maison de Tous », La construction moderne, vol. 41, 1925-1926, p. 89.

Table des illustrations

Légende A.W.N. Pugin, ville en 1440 et 1840Contrasts, seconde édition, collection particulière
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2068/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende A.W.N. Pugin, « Medieval Court », Crystal Palace,Illustrated London News, 1851, collection particulière
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2068/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Béguinage de Viven-KapelleArchives de Béthune, Marke les Courtrai
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2068/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Saint-Joseph de RoubaixArchive de la paroisse
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2068/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Le Vooruit de Gand, de F. Dirkenscollection particulière
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2068/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende L’Union de Lillecollection particulière
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2068/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende M. Vilain, projet pour un village moderne de 6000 habitants, 1927collection particulière
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2068/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende M. Vilain, détail du projet de village moderne : la place du 12 juilletcollection particulière
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2068/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende M. Vilain, détail du projet de village moderne : l’église pour 1000 personnescollection particulière
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2068/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende M. Vilain, détail du projet de village moderne : la mairiecollection particulière
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2068/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende M. Vilain, détail du projet de village moderne : local pour catéchistes volontairescollection particulière
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2068/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 38k

Auteur

Université de Lille 3 — CRHEN-O

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540