Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume I

 | 
Philippe Guignet

Vie religieuse et éducation dans les milieux populaires: quelques aperçus

L’éducation des pauvres dans la Société du Sacré-Cœur au xixe siècle

Projet religieux et vision du monde

Monique Luirard

Texte intégral

1La Société du Sacré-Cœur est connue par les établissements d’éducation qu’elle a ouverts en France et dans le monde. Un renom de bon aloi s’est même attaché à ses pensionnats. Toutefois il est bon de se rappeler que ces derniers n’étaient pas les seuls établissements ouverts par la congrégation. Pendant le généralat de la fondatrice, Madeleine-Sophie Barat, les écoles gratuites ont reçu de 2,5 à 5 fois plus d’élèves que les pensionnats. A sa mort, en 1865, on comptait dans la Société toute entière 84 pensionnats et 74 écoles, 3 700 pensionnaires et 5 700 élèves. Lors des expulsions, l’écart avait eu tendance à se résorber. En France, on recensait 3 598 pensionnaires, au moins 3 968 élèves, sans compter une centaine d’orphelines et plusieurs centaines de jeunes filles et de jeunes femmes encadrées par ses œuvres éducatives. Cette situation demande à être éclairée par un examen de l’histoire de la Société du Sacré-Cœur au XIXe siècle et par un recours à ses textes fondateurs.

  • 1 P. Perdrau, Les loisirs de l’abbaye, Rome, Maison Mère, 1936, p. 242.

2Lorsque Sophie Barat, dans le Paris du Directoire, a eu une première intuition d’un projet religieux, elle avait le désir de rendre hommage au Saint Sacrement et au Sacré-Cœur. Mais dès le départ son projet a été à la fois contemplatif et apostolique et cette orientation est restée celle de la Société du Sacré-Cœur jusqu’à nos jours. L’éducation lui apparaissait comme le moyen de parvenir à la glorification du Cœur du Christ, mais une éducation des jeunes filles perçue comme susceptible de refaire en France le tissu social, car c’était par et dans la cellule familiale, base de toute vie sociale que la rechristianisation devait être opérée : « C’est sur l’éducation des jeunes personnes que se base tout l’espoir d’un avenir plus heureux. C’est par les personnes du sexe que la génération future doit être régénérée et que la foi doit triompher », dira-t-elle par la suite1. Le 21 novembre 1800, Sophie Barat fit à Paris son premier engagement religieux. Un an plus tard, en septembre 1801, elle commença à Amiens sa vie apostolique.

  • 2 Arch. Province de France. Journal de la Maison d’Amiens, conférence du 17 octobre 1843.
  • 3 Constitutions, no 202.
  • 4 Id. no 96.

3À l’origine l’éducation que l’on souhaitait offrir était conçue comme une éducation formelle destinée à un milieu social privilégié, parce que, comme l’a expliqué la Mère Barat, « les pauvres ne manquaient pas alors de sœurs, mais la haute classe de la société était tout à fait négligée [...] Ces enfants destinées à tenir un haut rang dans le monde avaient besoin d’une instruction chrétienne plus solide, d’un fond de piété plus affermi pour les soutenir au milieu des dangers qui les attendent »2. Ce fut un pensionnat qui fut ouvert à Amiens à l’automne de 1801. Mais la masse d’enfants analphabètes, parfois couvertes de vermine, que l’on découvrit dans la ville et qui se présentèrent pour être instruites, fit créer, immédiatement, une école gratuite qui a même attiré des adultes âgées de 20 à 30 ans. Sophie Barat avait compris que devant une telle misère, aussi bien économique que morale, il n’était pas possible de rester sans réaction. Certes il ne fallait pas entrer en concurrence avec des congrégations religieuses qui se spécialisaient dans l’éducation des pauvres. Mais comment des religieuses du Sacré-Cœur auraient-elles pu « rejeter les enfants des pauvres »3, alors que Jésus avait « voulu naître, vivre et mourir dans la plus extrême pauvreté »4 ?

  • 5 Id. no 142.

4En conséquence l’instruction des enfants pauvres a été le second des quatre moyens proposés en 1815 par les Constitutions « pour travailler à la sanctification du prochain », le premier étant bien évidemment « l’éducation des jeunes élèves pensionnaires » et les deux derniers étant « les exercices des retraites qu’on facilite pour les personnes du monde » et « les rapports nécessaires avec les personnes du dehors »5, en fait les contacts, au parloir, avec ceux et celles qui demandaient un entretien, ce que l’on pourrait qualifier en langage contemporain d’accompagnement spirituel.

5Dans la mesure où l’ouverture d’une école des pauvres était seconde, sans être secondaire, elle fut parfois mise en sommeil. Si l’on examine l’histoire des fondations du Sacré-Cœur en France, on constate que certaines d’entre elles ne comprirent pas d’école, parce que l’encadrement congréganiste était suffisant dans la ville et parce que la Mère Barat ne voulait pas porter préjudice aux religieuses qui y étaient déjà installées. Il arriva aussi que la Société du Sacré-Cœur dût renoncer à une école qu’elle avait fondée, à la demande des autorités ecclésiastiques qui voulaient favoriser d’autres congrégations religieuses spécialisées dans l’apostolat en milieu populaire. Mais elle bénéficia aussi de transferts en sa faveur et succéda à des sœurs qui s’étaient vu retirer leur habilitation à recevoir des élèves.

  • 6 Lettres annuelles, 1850-1851. Ce qui n’alla pas sans provoquer les protestations d’institutrices qu (...)
  • 7 Id. 1852-1853

6La Société du Sacré-Cœur put parfois fonder une école longtemps après l’installation du pensionnat. Ce fut le cas à Lille où elle s’était installée en juillet 1827 dans l’ancien hôtel des Postes, rue Royale. Pendant une douzaine d’années, les supérieures cherchèrent un local pour installer une école des pauvres. En désespoir de cause elles s’étaient résolu à en ouvrir une en dehors de la clôture. En 1840 elles finirent par avoir l’idée de transformer une maison qui, située au fond du jardin, accueillait les hôtes. Le nouveau bâtiment, Rue Marais, comprit un externat payant, destiné en conséquence à un certain milieu populaire. Cet externat qui rassembla rapidement 250 élèves reçut aussi, gratuitement, des enfants pauvres et des orphelines6. L’acquisition de l’hôtel de la Préfecture permit en 1881 une redistribution des locaux. Le pensionnat y fut installé et le demi-pensionnat logé dans l’ancien hôtel des Postes. Une école gratuite fut aménagée au 60 de la rue Royale dans le bâtiment qui abritait aussi une partie de la communauté. Elle accueillit dès la première rentrée une quarantaine d’élèves et le nombre de celles-ci s’accrut rapidement. Quant à l’externat payant, il continua de fonctionner Rue Marais. La Société du Sacré-Cœur s’installa également à la veille du Second Empire à Haubourdin, où elle disposait d’une propriété qu’une religieuse avait reçue en dot. Le projet était d’en faire un lieu de détente et de promenade pour les pensionnaires et pour les religieuses, tout en y établissant une classe gratuite, capable de recevoir une vingtaine d’enfants. L’éloignement d’Haubourdin fit abandonner le lieu après un an ou deux de fonctionnement7.

  • 8 ld. 1850-1851.

7À Beauvais la congrégation se vit confier en 1816 la charge d’une école publique primaire et d’un « asile maternel » qu’elle conserva jusqu’en 1886. Cette situation avait d’incontestables avantages pour l’apostolat : « Le résultat d’un examen très récent constate que dans la ville de Beauvais il n’existe pas une seule famille indigente dont l’un de ses membres ne doive ou n’ait dû son éducation au Sacré-Cœur »8. Après la laïcisation de l’école, la Société du Sacré-Cœur installa une école libre. La maison de Beauvais eut une incontestable influence sur la congrégation du Sacré-Cœur à cause de l’ancienneté de ses œuvres en milieu populaire et du savoir-faire qu’elle avait acquis à cet égard.

  • 9 A. Cahier, Vie de la Vénérable Mère Barat, Paris, E. de Soye, 1884, t. 2, p. 260.
  • 10 Id.

8L’école a parfois précédé le pensionnat. Tel fut le cas à Saint-Pierre lès Calais où la Société du Sacré-Cœur fut appelée en 1854 : « Ce fut par les pauvres que “sa” mission s’ouvrit dans le pays »9. Mgr Parisis avait cherché à attirer la Société du Sacré-Cœur dans son diocèse d’Arras et il avait fini par suggérer une installation à Calais : « Il la voyait pleine d’avenir ; s’y fixer, c’était à son avis assurer à une population industrielle et toujours croissante le bienfait d’une école gratuite, tandis que la proximité de l’Angleterre, la facilité des communications avec le département par le chemin de fer, les bains de mer enfin ne pourraient manquer d’attirer des « pensionnaires »10. Faute de place, on restreignit les premières promotions à 60 élèves. On fit appel pour organiser cette école à la Mère Duquez qui avait acquis une véritable renommée auprès de la population de Beauvais grâce à ses qualités et à sa compétence. Il faut noter que si en France les pensionnats ont généralement été créés avant les écoles, ce fut l’inverse qui se produisit dans la plupart des pays où la Société du Sacré-Cœur fonda, aussi bien en Europe qu’en Amérique du Nord et du Sud.

  • 11 Lettres annuelles, 1868-1869.
  • 12 Id., 1885-1886.
  • 13 Lettres aux Supérieures, 31 août 1849, p. 46. À la Mère Eulalie de Bouchaud, maîtresse des novices.

9L’éducation des milieux défavorisés n’a pas été donnée uniquement dans les écoles. Les religieuses du Sacré-Cœur ont animé des ouvroirs, des « classes de travail » pour les jeunes filles pauvres à qui on apprenait un métier, des ateliers ; elles ont établi des bibliothèques populaires, créé des patronages. À la fin du Second Empire, l’évêque de Beauvais et le préfet de l’Oise leur demandèrent d’ouvrir une classe dominicale pour les jeunes filles travaillant dans les fabriques. Elles leur enseignaient, entre 5 heures et 8 heures du soir, la lecture, l’orthographe, le calcul et l’instruction religieuse, soit le programme dispensé dans les écoles, à l’exception des cours d’ouvrage qui n’avaient pas de raison d’être11. Sous la Troisième République, elles ont fait le catéchisme à des enfants fréquentant l’école publique. À Saint-Pierre lès Calais, les cours de religion pour ces dernières ou pour les enfants employées dans les fabriques se déroulaient en soirée, après le départ des 250 externes12. Les religieuses du Sacré-Cœur se sont aussi occupées de sortes d’écoles professionnelles. La Mère Barat aurait voulu créer des bureaux de placement et sous la Restauration ou la Monarchie de Juillet elle avait souhaité ouvrir des ateliers pour les enfants qui après leur première communion quittaient les classes externes pour être placées en apprentissage. « Lorsque j’étais à Paris, écrivit-elle au début de la Seconde République, j’ai eu souvent la pensée de proposer cette œuvre, croyant que le reste était peu de chose sans ce complément ; mais je l’avoue, j’ai trouvé peu de sympathie : on craignait trop ce qui sortait de l’ordre ordinaire ou d’une certaine coutume à laquelle on tenait »13. Dans ce dernier cas, il s’agissait d’un prolongement de l’école des pauvres et non pas d’un moyen de substitution. Du reste à Amiens, le rez-dechaussée de la petite maison destinée à l’école comprenait les salles de classes, alors qu’un atelier de tissage était installé au premier étage. De fait ces ateliers ont pu proposer des formations variées en fonction des besoins locaux.

10La Société du Sacré-Cœur a aussi repris ou fondé des orphelinats. Les épidémies de choléra qui se répandaient rapidement et qui se déclarèrent à maintes reprises au XIXe siècle étaient une raison suffisante pour le faire. L’ouverture des orphelinats ne fut toutefois pas exclusivement destinée à secourir les enfants dont les parents avaient été victimes du choléra. Elle s’expliquait aussi par la misère d’une population parfois contrainte au placement, momentané ou non, de ses enfants dans de tels établissements. Des orphelinats furent ouverts à Beauvais en 1820, à Lille en 1840, à La Neuville, dans la banlieue d’Amiens sous le Second Empire.

  • 14 Lettres annuelles, 1856-1858, p. 46.
  • 15 Id. 1854-1855.

11C’est en définitive à l’égard des plus démunis que les propositions en matière éducative ont été les plus variées. Si la créativité s’imposait quand il n’était pas possible d’établir une école des pauvres, on sait par le témoignage de la Mère Goetz, qui succéda à la Mère Barat dans la charge de supérieure générale, que la fondatrice tenait personnellement à ce qu’une œuvre destinée aux pauvres fût associée à chaque pensionnat et qu’elle s’y intéressait tout particulièrement. Lors d’une visite à Beauvais, la Mère Barat dit à la communauté : « Nous sentons chaque jour davantage que la bénédiction de l’indigent porte bonheur au riche et que nos établissements moissonnent en grâces de tout genre ce que leur obtiennent ces petites âmes qui sèment au sein des privations de la pauvreté »14. En 1854, elle poussa à la fondation de Saint-Pierre-lès-Calais, écrivant à la supérieure, la Mère Dupont : « Plus tôt on peut faire le bien, ma fille, il faut l’entreprendre. Nous sommes pour si peu de jours sur cette terre qu’il faut les saisir au vol et travailler pendant que la lumière éclaire, les ombres de la mort seront bientôt proches de nous. Il me tarde d’ailleurs de donner à votre digne évêque cette preuve de notre bon vouloir pour sa fondation »15.

12Par souci de répondre aux besoins, la Société du Sacré-Cœur en vint même à s’intéresser à une œuvre étrangère à ses usages, du moins à l’origine, l’éducation des petits garçons. Au fur et à mesure que le temps a passé, elle en a reçus beaucoup soit à Beauvais, soit à Lille. Mais il s’agissait alors d’enfants à qui l’on dispensait une instruction religieuse en vue de la première communion. Ce sont surtout les propositions destinées aux adultes qui méritent un examen.

  • 16 § 217.

13Les religieuses du Sacré-Cœur avaient compris que l’éducation allait au-delà de la transmission de savoirs dans un cadre scolaire. La Mère Barat avait conscience que ses filles devaient assurer le suivi de celles qu’elles avaient éduquées. Les Constitutions avaient prévu qu’un moyen de réaliser le charisme était d’organiser des retraites pour les personnes du dehors. Le public visé était celui des « personnes du sexe, qui vivent dans le monde ». L’article des Constitutions qui évoque cette activité apostolique la présente comme la continuation et l’affermissement du bien réalisé dans les établissements. Il s’agissait d’offrir « aux jeunes personnes après leur entrée dans le monde de revenir de temps en temps ranimer et raffermir les bons principes et les sentiments qu’elles auront puisés dans le cours de leur éducation, et que les dangers du monde auront ensuite affaiblis »16.

  • 17 Lettres annuelles, Beauvais 1850-1851.
  • 18 Id. Calais, 1885 : les entreprises de dentelle chômaient, faute de commandes.
  • 19 Id 1895-1897.

14Rien ne dit que les retraites étaient réservées aux anciennes pensionnaires, encore que le vocabulaire le donne à penser. De fait dans ces retraites furent admises des femmes qui n’étaient pas d’anciennes élèves du Sacré-Cœur. À l’origine elles devaient sans doute partager la vie de la communauté et peut-être prendre part aux retraites de la communauté. Peu à peu les retraitantes furent regroupées dans un local à part de la communauté et du pensionnat. À Lille, à partir de 1840, elles étaient hébergées dans l’une des maisons qui bordaient la Rue Marais. On y avait prévu des appartements pour les retraitantes qui pouvaient utiliser la chapelle de l’externat. Ce fut vers la même époque sans doute que des retraites furent aussi proposées à des jeunes filles et à des jeunes femmes qui étaient passées par les écoles des pauvres ou qui provenaient du même milieu social. Les retraites avaient lieu soit pendant les vacances qui libéraient les religieuses et qui faisaient que les locaux étaient disponibles et silencieux, soit à la veille du Carême17. Dans ce dernier cas, on évitait ainsi à ces jeunes femmes de prendre part aux festivités du carnaval, dont on redoutait les débordements. Parfois la proposition de retraite fut élargie à d’autres femmes du milieu populaire, vivant dans la même paroisse18. Pour les ouvrières, suivre une retraite qui durait cinq jours était particulièrement méritoire puisqu’elles devaient renoncer à percevoir un salaire pendant ce temps. Nous ne savons pas si elles devaient aussi prendre en charge les frais de leur pension ou si elles en étaient défrayées d’une manière ou une autre. De plus pouvait aussi se poser pour les femmes mariées la question de la garde des jeunes enfants. À Calais, à la fin du siècle, pour permettre à de jeunes mères de famille de suivre la retraite, les religieuses du Sacré-Cœur firent assurer dans leurs locaux la garde des bébés par les pensionnaires19.

  • 20 Id. 1856-1858.
  • 21 ld. 1884-1885.

15Les retraites n’étaient qu’une des propositions offertes par la Société du Sacré-Cœur. Les anciennes élèves qui le souhaitaient pouvaient adhérer à des associations pieuses qui avaient des noms divers et des activités différentes selon les publics visés. À Beauvais, par exemple, en 1854 existait une Congrégation de Sainte-Anne qui rassemblait 150 mères de famille et dont on ignore la date de fondation. Deux ans plus tard, est signalée une Congrégation de la Sainte-Vierge destinée aux anciennes externes et aux anciennes orphelines qui avaient été placées, mais cette association était également ouverte aux ouvrières, aux femmes de chambre et aux domestiques qui n’avaient pas été élevées au Sacré-Cœur. L’Association de Sainte-Anne était conçue comme un complément et une extension de l’externat. Les mères de famille qui avaient persévéré ou qui étaient revenues à la foi ou à la pratique religieuse au contact de leur enfants maintenaient à leur tour, grâce à cet encadrement, leurs familles dans le devoir20. Une grande salle du couvent était spécialement réservée à leurs réunions bimensuelles. A Lille, vers la même époque, une Congrégation des Consolatrices du Sacré-Cœur rassemblait les femmes mariées. A Beauvais, une « Association de la persévérance » fut organisée en juin 1860 pour les jeunes filles de 12 à 18 ans. Les religieuses s’entendirent pour son encadrement avec de jeunes ouvrières. A la fin du siècle, une association des chefs d’atelier œuvrait à diffuser le respect du dimanche dans les fabriques et les ateliers21. Dans les villes où était installé le Sacré-Cœur, les anciennes externes y revenaient chaque dimanche pour des rencontres qui mêlaient la détente, de courtes instructions et des temps de prière, en particulier la participation aux Vêpres.

  • 22 Id. 1859-1862.

16Cette liste d’activités apostoliques n’est pas exhaustive. Les religieuses du Sacré-Cœur ont répondu aussi à des appels ponctuels qui leur étaient transmis par les membres du clergé, par les jésuites qui eux aussi avaient des œuvres multiples pour les plus démunis ou par de simples particuliers. Au cours du Second Empire, celles de Lille, à la demande des jésuites, se chargèrent de la formation des enfants et des adolescents qui travaillaient dans les cirques ambulants pendant la courte période de leur séjour dans la ville. Elles leur assurèrent le catéchisme et préparèrent un certain nombre de ces jeunes « gens du voyage » à leur première communion22. Le Sacré-Cœur faisait face aussi aux appels ponctuels qui émanaient directement de mendiants ou de vagabonds. Les religieuses avaient parfois du mal à leur faire comprendre la nécessité du respect du bien d’autrui et s’en montraient surprises !

  • 23 Circulaires, 2e partie, p. 306-307, 21 septembre 1859.

17Par suite de la spécificité de ces œuvres, la Société du Sacré-Cœur dut parfois revoir certains des principes qui lui étaient chers. Lorsqu’elle avait commencé à ouvrir sous l’Empire des maisons, la Mère Barat avait bénéficié d’un vide juridique à l’égard de l’éducation des jeunes filles. À cause du but spirituel qui était le sien, elle voulut sauvegarder autant qu’elle le put l’indépendance de sa congrégation à l’égard de l’État. Aussi refusait-elle d’aligner ses programmes sur ceux de l’enseignement public et d’accepter l’inspection des autorités universitaires au risque, comme à Chambéry en 1855, de voir fermer son établissement par les autorités. Le statut des écoles gratuites permit à la Mère Barat de sortir d’une position intransigeante sans perdre la face. En 1859, elle accepta de considérer que les écoles gratuites étaient, à l’inverse des pensionnats, situées hors de la clôture et qu’en conséquence elles pouvaient être inspectées23. Il est vrai que l’autorisation accordée par l’État à la congrégation et à certains de ses établissements entraînait des astreintes : l’ouverture d’une école des pauvres et en conséquence son inspection faisaient partie de celles-là.

***

  • 24 J. de Charry, Histoire des Constitutions de la Société du Sacré-Cœur, Rome, Université Grégorienne, (...)

18Les Constitutions de la Société du Sacré-Cœur et les archives des Congrégations générales permettent d’appréhender le but de l’éducation ainsi offerte aux couches populaires. Selon une heureuse formule de Jeanne de Charry, si « le pensionnat est de l’ordre de l’efficacité apostolique », « le premier et le plus important moyen », « le premier but que se propose la Société pour la gloire du Sacré-Cœur de Jésus », l’école des pauvres est première dans l’ordre de la préférence affective, car c’est « par excellence l’œuvre chérie du Cœur de Jésus », celle à laquelle « chacune des religieuses doit désirer être appelée »24. Au reste, il n’y avait qu’en faveur d’une activité dans l’école des pauvres qu’une religieuse du Sacré-Cœur pouvait exprimer une préférence.

  • 25 Constitutions, § 205.
  • 26 Id. § 206.
  • 27 Id. § 213.
  • 28 Id. § 214.

19Certes, les élèves des deux types d’établissements étaient séparées. Mais les élèves de l’école recevaient une formation qui découlait des mêmes principes que celle qui était dispensée dans les pensionnats, car l’éducation s’appliquait à tous les enfants, sans distinction d’origine sociale. Elles devaient acquérir une éducation religieuse profonde, ainsi qu’une bonne instruction primaire, c’est-à-dire la maîtrise de la lecture, de l’écriture et du calcul25, et une formation professionnelle qui devait leur permettre de gagner leur vie26. Pour la Mère Barat, l’objectif était de les aider à se prendre en charge et à échapper à la mendicité. Le programme de la formation était approximativement le même dans les orphelinats. L’organisation des écoles était la même que celle des pensionnats. Les élèves étaient divisées en classes selon leur âge et leur capacité. À la tête de chacune, une maîtresse de classe agissait sous la direction d’une maîtresse générale. Cette dernière avait aussi à s’occuper de la vie des enfants à l’extérieur de l’école, correspondre avec leur curé pour s’assurer de leur pratique religieuse27, chercher à aider les parents dans leur tâche éducative et exercer sur eux, dans la mesure du possible, une influence discrète en vue de les faire se préoccuper de leur propre salut28. Les religieuses du Sacré-Cœur agissaient de la même manière à l’égard des parents des pensionnaires. Tout comme au pensionnat, des distributions périodiques de récompenses étaient prévues dans les écoles et les orphelinats.

  • 29 M. S. Barat, Conférences, t. 1, p. 214-216, 5 mai 1833.

20Les propositions de type spirituel, comme les formes de la prière personnelle, l’adoration du Saint Sacrement, la participation à la messe, la communion fréquente, étaient les mêmes. Des congrégations séparées, mais aux buts strictement semblables, rassemblaient les plus ferventes. Enfin dans les orphelinats, le rythme de la vie quotidienne était le même que dans les pensionnats. Les orphelines étaient astreintes aux exigences qui réglaient les relations entre pensionnaires : discrétion et respect mutuel, surveillance des amitiés, pratique du vouvoiement. On comprend que les religieuses du Sacré-Cœur aient pu être affectées indifféremment à l’une ou à l’autre des deux œuvres principales d’éducation29.

  • 30 Lettres annuelles, 1898-1900.
  • 31 M. S. Barat, Lettres choisies, p. 104, 3 novembre 1853, à la Mère Marie de Tinseau.

21Dès l’origine, si elles étaient rares, les relations directes entre pensionnaires et élèves n’étaient pas inexistantes. Les pensionnaires étaient incitées à pratiquer une charité active à l’égard des pauvres et un champ d’application privilégié était offert par les élèves des classes externes et leurs familles. Les pensionnaires les préparaient à la première communion et à cette occasion leur offraient des vêtements. De même elles les servaient le jour du Jeudi Saint. De manière générale, on suggérait aux pensionnaires de menus sacrifices, en argent ou en nature, en faveur des élèves. À Beauvais, à la fin du siècle, elles leur distribuaient des haricots, des lentilles et des pommes de terre30. Dans le même esprit, les élèves étaient conduites à s’intéresser à plus pauvres qu’elles et elles aussi aidaient, en se privant, des familles misérables de leur voisinage. Le projet éducatif de la Mère Barat consistait à former les enfants à la responsabilité afin d’en faire « des femmes fortes, vertueuses, par la foi »31 et capables d’exercer une influence sur leur entourage. Certes la Mère Barat suivait la conception ignatienne, largement répandue alors, qui visait à faire assurer la christianisation de la société par les classes dirigeantes. Sa vision de la société était de type pyramidal et hiérarchique, mais elle n’était pas élitiste, ou plutôt elle pensait que l’éducation permettait de dégager dans toutes les couches de la société des élites qui auraient, elles aussi, à agir et à rayonner sur leurs proches.

22Toute l’éducation, qu’elle fût dispensée dans des établissements privés ou non, poussait les individus à accepter la situation sociale qui était la leur. La Société du Sacré-Cœur a œuvré dans le même sens. Les associations spirituelles qu’elle patronnait pouvaient être perçues comme des instruments d’intégration qui ne laissaient pas forcément beaucoup d’autonomie à leurs membres. L’Association de Sainte-Anne, à Beauvais, rassemblait d’anciennes pensionnaires devenues des dames patronnesses et des mères de famille issues de l’école. Elle donnait certes aux premières la possibilité d’exercer la charité et leur rappelait leurs devoirs de dévouement envers « la classe indigente », mais elle maintenait les membres de celle-là dans « la docilité et la reconnaissance » envers leurs « protectrices ». Le bon esprit des congréganistes pauvres de Beauvais était suffisamment connu pour que ses membres fissent l’objet de propositions d’embauche dans toute la région, voire en Belgique.

  • 32 Lettres annuelles, 1859-1862, p. XXXVII.

23La Société du Sacré-Cœur a eu le mérite de souligner avec force l’éminente dignité des pauvres, d’inclure celle-ci dans sa spiritualité et sa vision du monde et d’inciter les enfants qui lui étaient confiées à pratiquer l’attention à autrui. Car il ne s’agissait pas seulement de donner des secours aux pauvres. En application d’une charité qui était signe de l’amour dont Dieu aimait chacune, quelle que fût sa situation, il fallait aimer chacune comme une sœur. La congrégation a toujours eu le souci de favoriser les relations interpersonnelles entre les membres de couches sociales différentes. On verserait certes dans l’anachronisme si l’on s’étonnait qu’elle n’ait pas été un facteur ou un foyer de revendication sociale. Il n’empêche que des pratiques repérées dans le Règlement de l’orphelinat de Confions et qui devaient sans doute exister ailleurs peuvent surprendre. Un article concernant les travaux du ménage prouve que les orphelines étaient employées à balayer et à frotter les parquets des dortoirs des élèves et des salles du pensionnat. La Société du Sacré-Cœur aurait-elle ainsi trouvé une main-d’œuvre gratuite ? Il est vrai que les congrégations religieuses avaient du mal à imaginer qu’on put employer un personnel laïc rémunéré. De même les religieuses de Beauvais se louaient de ce que les orphelines fussent toujours prêtes à sacrifier leurs récréations et leur repos pour effectuer les travaux qu’on leur demandait32. La Société du Sacré-Cœur a participé à un système inégalitaire qui a pu aussi bien sécréter de la reconnaissance que de solides rancunes. Mais les sœurs coadjutrices elles-mêmes étaient souvent affectées à des tâches qui auraient dû normalement revenir à des employées ou à des domestiques. Il est bon de se rappeler que tout comme les religieuses de chœur, elles pouvaient être chargées d’assurer la classe dans l’école primaire.

***

24Les archives de la Société du Sacré-Cœur ne décrivent pas les lieux scolaires. À l’origine, des fabriques et d’anciens ateliers abandonnés ont permis de rassembler les élèves du Sacré-Cœur. Les locaux n’étaient sans doute pas adaptés à la tâche éducative, mais les autorités n’intervenaient pas à cet égard. Une modification se produisit sous la Troisième République et l’administration fit alors preuve d’exigences en matière de salubrité des locaux. La Société du Sacré-Cœur dut parfois faire bâtir de nouveaux bâtiments pour les écoles gratuites : leur caractère spacieux et commode attira du reste de nouvelles élèves. Il n’est pas possible de tester la qualité réelle de l’instruction dispensée, mais les élèves des écoles étaient préparées à Beauvais au certificat d’études qu’elles passaient avec succès.

  • 33 Id. 1882.
  • 34 Id. Calais, 1882.
  • 35 Id. Beauvais, 1887-1888, p. 53.
  • 36 Id. Beauvais, 1859-1862, p. XXXVII.
  • 37 Id. Calais, 1886-1887.

25La documentation permet de décrire l’activité apostolique dans les écoles et les orphelinats : elle ne fut pas toujours facile et les enfants étaient parfois déconcertées par une pédagogie qui ignorait la violence comme moyen de répression33. Mais cet apostolat fut aussi pour les religieuses du Sacré-Cœur école de réalisme. C’est sans doute au contact de leurs élèves et des familles de celles-là qu’elles prirent conscience de la situation de la majeure partie de la population française, de la misère qui sévissait, de l’ampleur de l’anticléricalisme et de la non christianisation. Car beaucoup des adultes qu’elles reçurent, si elles étaient baptisées, n’avaient pas fait leur première communion et n’avaient pas contracté un mariage religieux. Elles n’avaient toutefois pas rompu tout lien avec la « religion ». Comme le notait la secrétaire de la maison de Saint-Pierre-lès-Calais, « ces pauvres gens seraient embarrassés s’ils devaient expliquer ce qu’ils entendent par le mot de religion : « Madame, disait la mère d’une petite fille en la présentant à l’école, je vous amène Catherine pour que vous l’éleviez dans la dévotion ; car, voyez-vous, dans ma famille, on est dévot de mère en fille ; ainsi veillez bien à ce que ma fille ait ce qu’il faut de ce côté là ». Or la dévotion de cette famille consiste à aller à la messe, quand le ménage est fini à temps, à envoyer les enfants au catéchisme pour la première communion, et à faire brûler des chandelles au cimetière. Quant à l’observation du dimanche et de l’abstinence, à la réception des sacrements, il n’en est pas question »34. Beaucoup des enfants qui fréquentaient l’école n’avaient pas reçu de formation religieuse au sein de leur famille. Leurs parents freinaient leur pratique religieuse, s’y opposaient, luttaient contre le port par leurs enfants d’insignes religieux, voire leur interdisaient de prier35. C’était parfois avec beaucoup de peine que les tout petits de l’asile devaient apprendre ce que leurs parents ne pratiquaient pas : « Papa et maman ne prient jamais, je veux faire comme eux », disait l’un d’eux36. Toutefois les religieuses du Sacré-Cœur notaient plus d’ignorance que d’hostilité à l’égard de la religion37.

  • 38 Id.

26Le travail des enfants était une nécessité, voire une obligation dans les couches populaires, car il permettait de compléter les ressources familiales. Mais il était un handicap aussi bien pour l’assiduité à l’école que pour la formation religieuse. Au moment de la première communion, l’exactitude aux instructions ou à la retraite demande donc à plusieurs un véritable déploiement d’énergie. La veille de la première communion, une enfant du catéchisme pleurait à chaudes larmes en quittant l’école : « Qu’avez-vous donc ? lui demanda-t-on. – Ah ! dit-elle, comme je vais être battue en rentrant à la maison ! Maman est fâchée que je vienne à la retraite au lieu de travailler et elle m’a dit qu’elle me tuerait si je revenais sans argent. » Une personne charitable vint heureusement au secours de la pauvre enfant »38.

27L’apostolat auprès des pauvres renforça l’estime des religieuses pour leurs élèves, dont elles constataient les qualités de réceptivité. À Calais, par exemple, « les plus petites enfants de l’école montrent des dispositions au bien qui prouvent le parti qu’on en pourrait tirer sans les mauvaises influences qui paralysent souvent notre action ; elles ont des tendances à la piété, à la charité, sous lesquelles on découvre la grâce du baptême agissant encore sans obstacle dans les âmes. » Les maîtresses de classe étaient témoins de la charité et du sens du partage qui les animaient. Elles connaissaient la générosité de leurs élèves et de leurs anciennes élèves pour vivre de leur foi. Comme l’écrivit l’une d’elles à propos des enfants de Beauvais, elles avaient affaire à des « âmes de bonne volonté. » Diverses anecdotes touchantes et souvent pittoresques qui se rapportent aux années 1880 montrent ces bonnes dispositions enfantines : « Lorsque je pense à ce que Jésus Christ a fait pour moi, disait l’une d’elles, il n’est rien que je ne fasse pour lui plaire ! » Quelques-unes s’exercent à l’examen particulier, et comme on leur avait insinué « que pour assurer la victoire, il est bon de réparer ses défaites, par quelque privation, une petite fille s’empressa d’aller déposer une fort belle fraise aux pieds de Notre Seigneur : c’était la réparation d’un manquement au silence ».

28Être cataloguée comme pratiquante ne rendait pas forcément la vie facile. À Beauvais, au moment de la première communion, les pensionnaires ayant donné des crucifix aux communiantes de l’école, « chacune tint à honneur de porter ostensiblement le sien. L’une d’elles, se rendant à l’école, est accostée par un petit garçon qui lui donne un coup de poing et désignant le crucifix : « Cache-moi çà », dit-il ; la vaillante enfant lui montre son trésor, lui rend son coup de poing et vient triomphante raconter son exploit à ses compagnes. « Qu’elle est heureuse ! s’écrie une autre ; pour moi, je voudrais être insultée au sujet de mon crucifix afin de pouvoir donner un soufflet. » On voit que ces petites Jeanne Hachette n’ont point dégénéré ».

29Les jeunes filles placées dans des ateliers devaient faire preuve d’un vrai courage pour imposer le respect de leurs convictions. Une jeune fille de 14 ans n’a pas craint de se mettre au-dessus des sarcasmes de l’impiété. C’était la veille d’une communion. « Viens-tu ce soir ? lui dit sa compagne d’atelier. – Impossible, ce sera pour demain matin. – Quel est donc ce rendez-vous ? demande la maîtresse ouvrière. – Madame, je vais me confesser. – Tu vas te confesser ? Ah ! il y a longtemps que j’ai quitté toutes ces bêtises. – Je vais aussi communier, et j’espère bien être fidèle à ce devoir toute ma vie. » Le mari, attiré par le bruit, en demande la cause. « Sais-tu que nous avons là une dévote ? - Je ne veux pas de dévote chez moi. – Comme vous voudrez, Monsieur, mais je resterai dévote. » Elle n’a pas quitté son atelier, mais en la voyant si ferme, on ne l’inquiète plus ».

30A tout le moins, fallait-il, pour continuer la pratique dominicale, accepter de paraître pauvre dans une société où le vêtement était un signe d’appartenance à un groupe social. « La fidélité à la messe le dimanche est pour un certain nombre, trop pauvres pour avoir deux vêtements, une occasion de fouler aux pieds le respect humain ; elles ne craignent pas, afin de remplir ce devoir, de venir avec leurs vêtements de tous les jours. Une d’elles répondit à sa voisine qui s’en étonnait : « le bon Dieu ne regarde pas si l’on a de beaux habits, mais si l’on a le cœur pur, et c’est pour ne pas salir le mien par le péché que je me présente ainsi. » On comprend que les écoles des pauvres et les orphelinats qui éveillaient un tel sens de la responsabilité et une telle ferveur aient suscité des vocations de sœurs coadjutrices dans la Société du Sacré-Cœur ou qu’elles aient contribué à alimenter divers autres ordres.

  • 39 Id. 1856-1858, p. 46.
  • 40 Id. 1882.

31Semi cloîtrées, les religieuses du Sacré-Cœur n’avaient la possibilité d’exercer un apostolat hors de leurs établissements que par le biais de leurs élèves. Elles en avaient pleinement conscience, comme le montre une relation de la maison de Beauvais : « L’enfant qui reçoit les semences de la foi et en qui la grâce les développe depuis les gradins de la salle d’asile jusqu’aux bancs de la première classe va les porter et les répandre dans la pauvre maison paternelle. À son père elle prêche d’exemple et quelquefois de paroles et la mère aussi, touchée de la piété de sa fille et des instructions qu’elle entend aux réunions de Sainte Anne, finit par s’agenouiller avec son enfant à la sainte table »39. Elles pouvaient contribuer à inculquer à la population ouvrière le respect des lois de l’Église grâce aux plus jeunes. À Calais par exemple, « une petite fille, ayant entendu dire qu’on était obligé sous peine de péché de s’abstenir de viande les jours maigres, refusa un plat gras que sa mère lui servit le vendredi qui suivit sa première communion ; elle déclara résolument qu’elle se contenterait de pain sec ; mais cette fois, la mère fut touchée de la conduite de sa fille et consentit à lui donner ce qu’elle désirait »40. Les religieuses pouvaient enfin recevoir dans leur couvent leurs élèves et les mères de celles-ci, le dimanche après-midi pour des séances récréatives où l’instruction avait une place.

  • 41 Id. 1850-1851, p. I-11.
  • 42 Id 1852-1853, p. 19-20.
  • 43 Id.

32L’éducation du Sacré-Cœur porta des fruits. Les religieuses firent preuve de leurs qualités d’éducatrices et d’un attachement aux enfants qui laissèrent des souvenirs durables. À Beauvais, « pendant plus de trente ans, la Mère Duquez a vu passer entre ses mains plusieurs générations. Son nom est si vénéré dans la ville qu’il suffit quelquefois de le prononcer pour faire rentrer dans le devoir de vieux pécheurs endurcis, dont les femmes ou les filles sont venues puiser au Sacré-Cœur les éléments d’instruction qui font d’elles de bonnes chrétiennes et de solides femmes de ménage. Souvent nous avons été témoins des larmes d’attendrissement que répandaient, en nous amenant leurs petites filles, des mères qui avaient appris la seule science nécessaire, dont elles voulaient aussi leur faire partager les précieux avantages ! Toutes en effet, à de très peu d’exceptions près, persévèrent dans les bons principes qu’elles ont reçus »41. Riches et pauvres se réjouirent lorsque, le 11 mai 1852, les religieuses du Sacré-Cœur obtinrent du conseil municipal l’autorisation d’acquérir l’édifice qu’elles avaient occupé depuis 18 1 642. L’anecdote la plus émouvante est toutefois celle d’une petite Calaisienne cherchant à instruire une mère illettrée : « J’ai une maman qui ne sait pas lire, disait-elle ; tous les soirs, au lieu d’aller m’amuser, je lui montre à lire et je lui apprends ses prières. Elle sait déjà « Notre Père » et « Je vous salue Marie », mais ne fait pas encore bien son signe de croix »43. La Mère Barat avait voulu former des formatrices. Cette petite fille était la preuve que ce projet était réalisable en tous milieux.

***

  • 44 Mat. 5, 38.

33Les religieuses du Sacré-Cœur devaient aider ceux avec qui elles étaient en contact à reconnaître quel était le but de leur existence et à prendre les moyens d’y parvenir. Il leur fallait faire saisir que dans le projet divin chacun est voulu et aimé pour lui-même car leur charisme faisait exalter la singularité du destin individuel grâce à une éducation conçue dans une relation de personne à personne. La visée était de tourner le regard vers le Christ, le pauvre par excellence, dont la béatitude de la pauvreté était une sorte d’icône verbale. C’est par fidélité à celui qui s’était voulu pauvre que les disciples pouvaient opter pour la pauvreté, soit en la choisissant volontairement, soit en l’assumant de plein gré. Aux pensionnaires qui étaient issues de milieux sociaux favorisés, les religieuses du Sacré-Cœur ont montré que ceux qui disposent de moyens par la naissance ou la fortune doivent exercer leurs pouvoirs sans écraser autrui et gérer leurs biens sans injustice. C’est une ascèse de même nature qui était proposée aux pauvres, à qui l’on enseignait que le vrai bonheur ne réside ni dans la richesse ni dans le bienêtre, et qui étaient incitées aussi à faire des choix moraux décisifs. Lorsque la petite communiante de Beauvais avait raconté qu’elle avait vaillamment défendu son crucifix, une petite camarade s’était écrié ou s’en souvient : « Qu’elle est heureuse ! Pour moi, je voudrais être insultée au sujet de mon crucifix afin de pouvoir donner un soufflet. » Cette réaction montrait que le sens des béatitudes avait été saisi. Être persécuté pour le Christ était chemin de bonheur. Mais dans cette classe, la maîtresse n’avait sans doute pas encore commenté le verset suivant : « Moi je vous dis de ne pas tenir tête au méchant : au contraire, quelqu’un te donne-t-il un soufflet sur la joue droite, tends lui encore l’autre »44 !

34Au début du XXe siècle, les maisons du Nord, toutes autorisées, furent fermées par des arrêtés de septembre et d’octobre 1904 et réellement évacuées le 11 octobre 1904 pour Lille, le 7 septembre 1905 pour Beauvais, le 21 février 1906 pour Calais. La supérieure générale avait décidé de ne pas résister et d’éviter toute expulsion de force et tout scandale. Aussi avait-elle demandé aux religieuses de se disperser discrètement, éventuellement d’aller à la gare par petits groupes et d’éviter d’annoncer la date et de l’heure de leur départ pour empêcher les manifestations. Malgré ces précautions, quand elles quittèrent leurs communautés, les religieuses du Sacré-Cœur furent accompagnées par des cortèges d’adultes et d’enfants où se mêlaient toutes les couches sociales. A coup sûr le projet éducatif du Sacré-Cœur, initié par Sophie Barat, n’avait touché que des effectifs réduits, quelques centaines d’enfants chaque année, mais il avait réussi !

Notes

1 P. Perdrau, Les loisirs de l’abbaye, Rome, Maison Mère, 1936, p. 242.

2 Arch. Province de France. Journal de la Maison d’Amiens, conférence du 17 octobre 1843.

3 Constitutions, no 202.

4 Id. no 96.

5 Id. no 142.

6 Lettres annuelles, 1850-1851. Ce qui n’alla pas sans provoquer les protestations d’institutrices qui trouvaient anormal que le Sacré-Cœur reçût gratuitement des élèves dont elles prétendaient que les parents avaient les moyens de payer les frais d’études.

7 Id. 1852-1853

8 ld. 1850-1851.

9 A. Cahier, Vie de la Vénérable Mère Barat, Paris, E. de Soye, 1884, t. 2, p. 260.

10 Id.

11 Lettres annuelles, 1868-1869.

12 Id., 1885-1886.

13 Lettres aux Supérieures, 31 août 1849, p. 46. À la Mère Eulalie de Bouchaud, maîtresse des novices.

14 Lettres annuelles, 1856-1858, p. 46.

15 Id. 1854-1855.

16 § 217.

17 Lettres annuelles, Beauvais 1850-1851.

18 Id. Calais, 1885 : les entreprises de dentelle chômaient, faute de commandes.

19 Id 1895-1897.

20 Id. 1856-1858.

21 ld. 1884-1885.

22 Id. 1859-1862.

23 Circulaires, 2e partie, p. 306-307, 21 septembre 1859.

24 J. de Charry, Histoire des Constitutions de la Société du Sacré-Cœur, Rome, Université Grégorienne, 1979. p. 153.

25 Constitutions, § 205.

26 Id. § 206.

27 Id. § 213.

28 Id. § 214.

29 M. S. Barat, Conférences, t. 1, p. 214-216, 5 mai 1833.

30 Lettres annuelles, 1898-1900.

31 M. S. Barat, Lettres choisies, p. 104, 3 novembre 1853, à la Mère Marie de Tinseau.

32 Lettres annuelles, 1859-1862, p. XXXVII.

33 Id. 1882.

34 Id. Calais, 1882.

35 Id. Beauvais, 1887-1888, p. 53.

36 Id. Beauvais, 1859-1862, p. XXXVII.

37 Id. Calais, 1886-1887.

38 Id.

39 Id. 1856-1858, p. 46.

40 Id. 1882.

41 Id. 1850-1851, p. I-11.

42 Id 1852-1853, p. 19-20.

43 Id.

44 Mat. 5, 38.

Auteur

IEP Lille

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540