Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume I

 | 
Philippe Guignet

Vie religieuse et éducation dans les milieux populaires: quelques aperçus

La charité spirituelle à l’égard des pauvres condamnés : la confrérie de Saint-Jean-le-Décollé dite de la Miséricorde à Valenciennes à la fin du xviiie siècle

Catherine Delhaye Marle

Texte intégral

1Depuis la fin du XVIe siècle, la ville de Valenciennes a été un espace religieux bien quadrillé, tant par les établissements religieux que par les maisons et fondations pieuses à caractère charitable. La cité était en effet composée de nombreux couvents et de sept paroisses aux églises richement ornées, desservies par un clergé zélé, soucieux de gagner les populations à la pratique de la confession et à la communion fréquente. Ces églises comprenaient en outre un grand nombre de chapelles, de reliques et de confréries... Parmi ces dernières, installée dans l’église paroissiale de Saint-Géry et associée au Saint Sacrement, la Confrérie de Saint-Jean-le-Décollé dite de la Miséricorde semble relativement atypique. Elle avait notamment pour fonction de pratiquer la charité spirituelle envers les condamnés et de s’occuper de la sépulture de ces derniers. Si cette confrérie n’est pas nouvelle, puisqu’elle est apparue à Rome dès le XIVe siècle sous la forme d’une archiconfrérie, sa constitution à Valenciennes au milieu du XVIIIe siècle semble au premier abord relativement difficile à expliquer à une date aussi tardive. Il faut ajouter qu’une confrérie du même nom, et ayant semble-t-il les mêmes fonctions, avait été érigée en 1738 à Mons.

  • 1 Règles de la confrérie de Saint-jean-le-Décollé dite de la Miséricorde, érigée en la ville de Valen (...)
  • 2 (Copie du) Registre de la confrérie de Saint-Jean-Décollé, ou de la Miséricorde de Valenciennes, Ar (...)

2Actuellement, seuls subsistent de cette confrérie de Valenciennes un petit ouvrage imprimé de 1767, consacré aux règles de la confrérie1, et que sans doute devait posséder chaque confrère et consolateur, ainsi que la copie de la fin du XIXe siècle (1897) d’un registre de la confrérie2 pour les années 1784-1794 pour les élections, et jusqu’en 1800 pour les enterrements de confrères.

3J’insisterai donc sur trois points, l’installation des pénitents à Valenciennes et l’organisation de la confrérie, les fonctions qui lui étaient assignées et enfin la charité spirituelle envers les pauvres condamnés.

LA CONFRÉRIE DE SAINT-JEAN-LE-DÉCOLLÉ DE VALENCIENNES : UNE CONFRÉRIE DE PÉNITENTS DANS LA SECONDE MOITIÉ DU XVIIIE SIÈCLE

Fondation de la confrérie

4Si l’on en croit le sommaire des indulgences du fascicule de règlement, sur lequel nous reviendrons, la confrérie de Saint-Jean-le-Décollé, dite de la Miséricorde semble avoir été érigée à Valenciennes, vers 1755 par l’autorité du pape et de l’archevêque de Cambrai.

« Notre Saint Père Benoît XIV par son brevet du 5 mars 1755, l’année quinzième de son pontificat, a accordé les indulgences suivantes... »

5Le texte du fascicule fut ensuite raturé par le vicaire général de Cambrai, le 20 octobre 1772, y apportant de nouvelles précisions, notamment celle que la Confrérie avait été agrégée à l’archiconfrérie de Rome, le 23 août de cette même année 1772.

6Fondée au milieu du XVIIIe siècle par l’autorité du pape et de l’archevêque de Cambrai, et agrégée à l’archiconfrérie de Rome, elle se donnait pour mission principale une charité purement spirituelle envers une catégorie bien définie de personnes : les condamnés et les suppliciés. Elle imposait également à ses membres, pour une grande majorité des artisans et boutiquiers, sous peine d’exclusion temporaire ou définitive, une vie saine et vertueuse. Elle relève de fait des confréries de pénitents, que l’on rencontre surtout dans le Sud de la France. Selon le dictionnaire de Furetière,

« Pénitents se dit... de certaines confréries de gens séculiers qui s’assemblent pour faire des prières et des processions nus pieds et le visage couvert d’un linge et qui se donnent aussi la discipline. Il y a en Italie, à Lyon et à Avignon de ces Pénitents blancs. Il y en avait autrefois à Paris. Il y a aussi des Pénitents bleus et des Pénitents noirs. Ceux-ci assistent les criminels à la mort et leur donnent la sépulture ».

  • 3 M. Agulhon, Pénitents et francs-maçons dans l’ancienne Provence, Paris, Fayard, 1987, 452 p.
  • 4 M-H. Froeschll-Chopard, Espace et sacré en Province : XVIe-XXe siècles : cultes, images, confréries (...)
  • 5 Sur l’implantation des confréries, leur rayonnement et leur rôle rassurant et de régulateur social, (...)

7La confrérie s’apparente donc aux confréries de pénitents noirs, tels qu’ils pouvaient apparaître dans le sud de la France, et notamment en Provence, étudiés par Maurice Agulhon3 et Marie Hélène Froeschlé-Chopard4. Cependant, elle n’est pas le reflet des confréries de pénitents du XVIe siècle, mal vus de la hiérarchie ecclésiastique pour leur forte volonté d’indépendance, mais une confrérie de pénitents « réformés » dirons-nous, dont les normes sont désormais imposées par la Réforme catholique, et que l’Église catholique contrôle plus régulièrement par l’intermédiaire de l’approbation ou de la correction des règlements et des statuts. De plus, la confrérie n’est pas une simple association de dévotion où la charité s’adresse aux seuls confrères, on y recherche avant tout le salut de son âme par les œuvres charitables. En cette seconde moitié du XVIIIe siècle, elle cherche à être d’utilité publique5.

Recrutement, composition et structures sociales de la confrérie

8Le recrutement de la confrérie se faisait d’abord sur la base du volontariat, sur la volonté zélée de pratiquer la miséricorde que Dieu commandait à tout fidèle. La confrérie ne prétendait donc imposer aucune condition sociale, professionnelle ou de résidence paroissiale à son entrée, mais seulement une ferme volonté d’en faire partie et de se dévouer pour la cause qu’elle s’était fixée. Au reste, l’accomplissement des tâches les plus difficiles pour les membres effectifs de la confrérie n’était pas non plus obligatoire et restait soumis au volontariat et au zèle de chacun, si l’on en juge par cet exemple :

  • 6 Règles de la confrérie..., op. cit., p. 44.

« Au reste, la compagnie ne prétend pas obliger personne en particulier à ensevelir les morts, mais elle laisse l’exercice de cette grande œuvre de miséricorde à ceux qui se sentent assez de zèle et de force pour l’entreprendre et l’exécuter, persuadée qu’il n’en manquera jamais de tels dans son corps »6.

9Cependant, comme c’était généralement de règle dans ce type de confréries, elle choisissait pour y entrer les membres qu’elle jugeait les plus dignes d’en faire partie et soumettait préalablement toute entrée d’un fidèle à une enquête de bonnes mœurs. Les futurs membres étaient astreints à un an de noviciat, pendant lequel ils étaient pris en charge et instruits par trois maîtres des novices.

10Les femmes n’étaient pas forcément exclues : le petit livret de règlement mentionne l’existence de consœurs et leur attribue un rôle. Cependant, les sources ne mentionnent aucune femme dans le registre, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y en avait pas.

11La confrérie n’est pas une confrérie paroissiale. En effet, la liste des confrères et leur lieu de résidence font apparaître un recrutement assez large, et notamment le fait que plusieurs paroisses étaient représentées : si la paroisse Saint-Géry est fortement majoritaire, avec 44,8 % (des 87 confrères dont la paroisse d’appartenance a pu être identifiée), les autres paroisses proches ne sont pas en reste : Saint-Nicolas (23 %), Notre-Dame-la-Chaussée (13,8 %), Saint-Jacques (10,3 %), Saint-Waast et Notre-Dame-la-Grande (1,1 % chacune). La confrérie recrutait également sur l’extérieur : faubourgs de la ville, Anzin, Marly, et même Cambrai. Il est vrai que l’un des deux confrères venus de Cambrai était chanoine et exerçait peut-être un contrôle discret de la hiérarchie ecclésiastique sur une confrérie de laïcs.

12La confrérie n’était pas non plus une confrérie de métiers : elle recrutait tous les volontaires quelle que soit leur profession. Contrairement aux pénitents du XVIe siècle ou aux confréries de gestion de charité, qui recrutaient surtout parmi une élite sociale, les pénitents de Saint-Jean-Décollé recrutaient dans diverses catégories, particulièrement parmi le peuple « qualifié » : artisans, boutiquiers, métiers du bâtiment, du bois, de l’alimentation, du textile... Et ceci dans près de 62 % des cas. Les professions dites « supérieures », au statut social et aux fonctions plus élevées, ou du moins reconnues comme telles, ne représentaient que 26 % des confrères : religieux (10), rentiers (5), procureur, greffier criminel, notaires (3), 2 officiers, 3 secrétaires. Même si la présence de cette dernière catégorie restait importante dans les fonctions électives de la confrérie, il n’empêche que la congrégation recrutait des confrères de divers horizons. Revêtus de l’habit de pénitent, le procureur, le clerc, le marchand, l’artisan ou le travailleur de la terre ne se distinguent plus et deviennent égaux, le temps d’une assemblée, d’un office, d’une procession.

  • 7 M-H. Froeschle-Chopard, article « Pénitent » du Dictionnaire d’Histoire et de géographie ecclésiast (...)

13Cette égalité est encore renforcée par les diverses fonctions de la confrérie qui étaient électives. Il faut notamment insister sur l’importance de cette fonction élective du gouverneur, des conseillers et des autres confrères ayant une responsabilité. Elle se distingue de nombreuses confréries dont les dirigeants étaient choisis, cooptés par leurs prédécesseurs. Chez les pénitents, chaque confrère a la faculté de choisir celui qui va le diriger. Dans un monde où tout pouvoir est encore privilège, une telle élection fait des pénitents une « société à part »7, affirmant implicitement, par le droit de vote de chacun, à travers l’égalité de tous les pénitents, l’égalité de tous les hommes devant Dieu. Cette égalité implicite peut sembler en contradiction avec une société de privilèges (pour notre confrérie du moins jusqu’en 1789), et sans qu’on puisse vraiment affirmer le caractère protestataire des pénitents face à la société d’Ancien Régime. Cependant, cette égalité n’écarte en rien la nécessité pour les confrères de respecter la hiérarchie et d’obéir aux élus. Cette idée est développée dès l’introduction des règles de la confrérie :

  • 8 Règles de la confrérie…, op. cit.., p. 5.

« ... Elle a cru devoir déclarer à ceux qui la composent ou qui la composeront dans la suite, quel est l’esprit qui doit animer dans l’exercice de leurs emplois ceux qui en seront chargés. Cet esprit est celui d’une juste subordination entre le chef et les membres, en ce qui concerne la conduite du corps d’une déférence convenable envers ceux qu’ils auront choisis pour le régir... »8.

14Enfin, entre 1784 et 1794, on observe une certaine démocratisation des fonctions directrices (élues) de la confrérie :

Répartition des membres directeurs de la confrérie en fonction d’une « catégorisation socio-culturelle »

Répartition des membres directeurs de la confrérie en fonction d’une « catégorisation socio-culturelle »

15En effet, si en 1785, les professions « supérieures » (j’entends par-là des professions ou des statuts sociaux reconnus ou nécessitant une formation et une instruction plus poussées) sont encore relativement bien représentées, leur nombre ne cesse de régresser à la fin du XVIIIe siècle au profit des artisans et ouvriers (cafetiers, cabaretiers, maçon, charpentiers, plombier, mulquiniers...) et des marchands boutiquiers (merciers, boulangers, épiciers...) qui commencent à monopoliser ces fonctions.

LES FONCTIONS DE LA CONFRÉRIE

Une vie vertueuse

16Comme la plupart des confréries, la confrérie de Saint-Jean-Décollé exigeait de ses membres une vie vertueuse et exemplaire, dépourvue de vices et de péchés. Comme on l’a déjà signalé, les futurs confrères étaient soumis à une enquête de bonne vie et de bonnes mœurs. Leurs exigences morales interdisaient notamment la fréquentation assidue des cabarets et des individus les moins recommandables, le blasphème, le jeu... Le respect envers les supérieurs était également exigé. Tout contrevenant à ces prescriptions s’exposait à diverses punitions pour mauvaises conduits, à des taxes, des amendes, voire à une cassation ou une expulsion avec ou sans réintégration possible... Comme il pouvait également être soumis aux taxes et amendes pour absence aux assemblées, aux exécutions...

Des exercices de piété

17La confrérie exigeait également la pratique de la dévotion et un grand nombre d’exercices de piété dans le cadre confraternel, mais aussi personnel.

  • 9 Règles de la confrérie..., op. cit., p. 25.

18L’entretien de la chapelle et du Saint-Sacrement était l’une des premières fonctions : la confrérie disposait en effet d’une chapelle, installée dans l’église Saint-Géry, richement décorée. Le proviseur avait pour charge à son entrée en fonction de faire la liste des ornements de celle-ci et de la conserver pour son successeur. Il était également chargé de fournir aux sacristains « tout le nécessaire pour le service divin, tant en ornements, qu’en pain, vin et luminaires... »9.

  • 10 Règles de la confrérie..., op. cit., p. 54.
  • 11 Règles de la confrérie..., op. cit., p. 54

19Les sacristains avaient la charge d’orner l’autel pour les services et les offices. Le chapelain, qui était toujours un clerc, contrairement aux autres fonctions qui pouvaient être exercées par des laïcs, devait célébrer la messe tous les jours « à l’heure qui leur sera désignée par les officiers »10, et devait exposer le Très Saint Sacrement « à l’heure marquée, le jour de notre Fête principale, comme aussi les jours d’exécutions... »11 Le secrétaire réglait les heures de prière des confrères dans la chapelle et devant le Saint Sacrement, les jours de fête et d’exécution :

  • 12 Règles de la confrérie..., op. cit., p. 34.

« Il règlera les heures auxquelles chaque confrère devra prier devant le Très Saint Sacrement, tant aux jours de nos fêtes qu’aux jours d’exécution, après en avoir formé la liste, il fera distribuer son billet à chacun, afin que sachant à quelle heure il doit prier, l’adoration et les prières se continuent sans interruption »12.

20Les exécutions étaient l’occasion de messes, d’offices et de prières pour l’âme du condamné, et tous les confrères requis devaient y assister sous peine de taxes ou d’amendes. Les fêtes principales, notamment la décollation de Saint-Jean-Baptiste, patron de la confrérie, étaient accompagnées d’offices et de prières. Cependant, l’assistance à la messe de la confrérie ne dispense pas les confrères d’entendre la messe paroissiale et de se rendre régulièrement à l’église pour tous les actes de dévotion courants.

21En effet, la piété devait également être personnelle. Les jeûnes commandés par l’Église devaient être respectés, mais aussi les confrères devaient pratiquer le jeûne la veille de la fête principale. La confession était une obligation, au moins cinq fois par an, soit dans la chapelle, soit dans quelque église, et ceci à des jours précis (circoncision, naissance de Saint-Jean-Baptiste, visitation de la Vierge, décollation de Saint-Jean-Baptiste, nativité de la Vierge).

  • 13 Règles de la confrérie..., op. cit., p. 63.

« Outre les jeûnes commandés par notre Mère la Sainte-Église, tous jeûneront la veille de la décollation de Saint-Jean-Baptiste notre patron ; tous aussi se confesseront et communieront cinq fois chaque année dans notre chapelle quand on le fera en corps, sinon où ils voudront ; savoir les jours de la circoncision, de la naissance de Saint-Jean-Baptiste, de la visitation de la Sainte Vierge, de la décollation de Saint-Jean-Baptiste, et de la nativité de la Sainte Vierge »13.

22Quant à la discipline, les règles n’en font aucune mention.

23Au total, les pénitents exigent de leurs membres des pratiques régulières et très assidues de piété, que l’on ne retrouve pas forcément avec autant d’insistance dans d’autres confréries.

Le devoir de charité

24Cependant, la fonction principale de la confrérie était bien entendu la pratique de la charité chrétienne et de la miséricorde voulue par Dieu. Elle s’adressait d’abord aux confrères et aux consœurs. Chaque confrère devait s’engager à visiter les confrères malades, et la confrérie imposait l’assistance, la prière et le recueillement lors de la mort et de l’enterrement d’un confrère. L’ensemble des confrères devait également faire célébrer un obit pour le repos de l’âme du confrère défunt et y assister en corps ;

  • 14 Règles de la confrérie..., op. cit., p. 63-64.

« Quand un confrère ou une consœur viendra à mourir, toute la compagnie devra assister à son enterrement et le plus tôt que faire se pourra, on devra faire le jour le plus commode un obit pour le repos de son âme, à l’intervention du corps de la confrérie, et on aura soin de faire inviter les parents du défunt et de la défunte »14.

25Le registre de la confrérie confirme ce phénomène. Il montre aussi la participation de la confrérie à des enterrements de personnes qui n’appartenaient pas à celle-ci, sans doute à la demande des défunts ou de leur famille, preuve de leur rayonnement. Le registre signale les noms de trente-cinq personnes ayant bénéficié de la présence des membres de la confrérie lors de leur enterrement. Il s’agit bien souvent de proches de l’un des confrères, tels Augustin Lallemant, frère du curé de Saint-Nicolas membre de la confrérie ou encore quelques échevins. Pour certains, le registre indique que les défunts ont été portés à l’Église par les confrères. Ainsi,

  • 15 (Copie du) Registre de la confrérie de Saint-Jean-Décollé, ou de la Miséricorde de Valenciennes, Ar (...)

« Jean Baptiste Defossez échevin, rue près Saint Vaast, mort le 22 février 1785, portez à leglise par les confrères, savoir Caron, Membre, Fauviaux, Fernez »
« François Henry Simon, médecin, rue sous la vigne, mort le 11 novembre 1785, porté à leglise Saint Nicolas par les confrères scavoir Delsaut, Taverne, Fauviaux, Pommereuille »15.

26Les confrères décédés avant 1793 bénéficiaient systématiquement de la présence de leurs confrères à leurs funérailles et étaient portés par ceux-ci jusqu’à leur dernière demeure. Seul un chanoine de Saint-Géry est porté par des Capucins, sans doute à sa demande. Dix-sept confrères sont ainsi signalés jusqu’en 1793, et leur lieu de sépulture est en général précisé :

  • 16 (Copie du) Registre de la confrérie de Saint-Jean-Décollé, ou de la Miséricorde de Valenciennes, Ar (...)

« Albert Benois Descornaix, mort le 8 avril 1793, a été gouverneur de la confrairie de miséricorde l’espace de 14 ans 6 mois et 10 jours, a été porté le 9 idem vis à vis la chapelle de Saint-Grégoire vis à vis le cimetière Saint-Géry ou les prestres ont récités des psaumes, ensuite porté au cimetière Saint-Géry pour y être inhumé vis à vis le troisième pillez de la chapelle de miséricorde ; a été porté par Gallard, Hubert, Cantiniau, Honis »16.

  • 17 J. Loridan, La Terreur rouge à Valenciennes (1794-1795), Paris, Office d’édition et de diffusion du (...)

27Entre 1793 et 1800, quelques noms de confrères décédés sont donnés sans autres précisions. Il est possible et même probable que la confrérie ait été mise en sommeil ou ait disparu après la reprise de la ville aux Autrichiens en août 1794, et la mise en place d’une politique de terreur. Beaucoup de Valenciennois ont en effet été inquiétés, déclarés suspects, voire guillotinés. Une partie non négligeable de nos confrères ou leur famille semble avoir été concernée par cette politique17. Pourtant, alors qu’aucune élection n’a été signalée pour 1797 et 1800, et que la confrérie semble disparaître (du moins des sources), le registre signale encore l’enterrement de deux membres de celle-ci, avec une pompe et un convoi funèbre qui rappelle les funérailles baroques :

« François Daquin rentier, mort le 5 mars 1800 a été enterré à Saint-Roch le 6 dudit porté par les confrères depuis chez lui jusqu’à la porte de Mons, et par les orphelins depuis la porte de Mons jusqu’à sa fosse ».

28Les actes charitables et pieux des confrères étaient récompensés de multiples indulgences.

L’ASSISTANCE SPIRITUELLE AUX PAUVRES CONDAMNÉS

29L’exposition des règles de la confrérie et de ses conceptions semble cependant attester une mentalité religieuse selon laquelle la pratique de la miséricorde envers le prochain est aussi le meilleur moyen de bénéficier de la miséricorde divine. Elle va même beaucoup plus loin, affirmant que quiconque n’aura fait preuve d’aucune miséricorde envers ses semblables ne pourra guère en prétendre du Seigneur. Elle expose la conception d’un Dieu doux et miséricordieux et non pas celle d’un Dieu jaloux et vengeur :

  • 18 Règles de la confrérie…, op. cit., p. 1-2.

« Mais rien ne nous fait plus sentir sa valeur absolue sur ce point, et l’indispensable nécessité d’accomplir ce précepte, que la foudroyante menace qu’il fait de juger sans miséricorde, quiconque n’aura point pratiqué la miséricorde. Oracle qui nous convainque que nous n’avons de miséricorde à attendre et à espérer du Seigneur au jour redoutable de ses vengeances, qu’autant que nous en aurons usé nous-même envers le prochain »18.

30De fait, la charité devait surtout s’adresser au prochain, et la confrérie cherchait à gagner le salut en faisant acte d’utilité publique, notamment en s’occupant de l’assistance morale et spirituelle des prisonniers et surtout des pauvres condamnés à mort.

Les actions charitables des confrères

31Chaque confrère était concerné par cette charité, et les membres dirigeants avaient chacun un rôle à jouer dans le déroulement de l’acte charitable. Outre ses devoirs envers la chapelle, le proviseur était chargé de fournir le nécessaire pour la sépulture décente des condamnés (cercueils, suaires...), du moins quand la justice permettait à la confrérie de récupérer le corps. En effet, dans le cas d’une exposition à la voirie, il est évident que la confrérie ne pouvait intervenir dans le déroulement de la sépulture, et devait se contenter de faire dire des messes pour le condamné. En 1789 encore, le registre de la confrérie signale que deux condamnés ont été pendus et exposés à la voirie. Le proviseur recevait et gérait également les dons, l’argent des quêtes et annuels payés par les confrères, et destinés au soulagement des prisonniers.

32Le trésorier tenait un registre des charités faites en faveur des condamnés, mais l’œuvre charitable ne devait en aucun cas consister en rachat de prisonniers ou en soulagement, mais en célébrations de messes pour les suppliciés.

33Le secrétaire tenait le registre secret recueillant les informations relatives aux condamnés (nom, prénom, âge, parents, amis...), informations qui lui étaient fournies par les consolateurs.

34La confrérie disposait également de quatre infirmiers. Cependant, ceux-ci n’avaient pas une fonction médicale, si l’on en juge par leurs professions. Entre 1785 et 1794, aucun professionnel de la santé (médecin, chirurgien, infirmier) n’a occupé ces fonctions : il s’agit de charpentiers, de merciers, de menuisiers, de boulangers... Ils étaient chargés de la visite des prisons et de la distribution des aumônes. Pour cela, ils devaient s’informer auprès du geôlier de l’identité des prisonniers auxquels ils avaient le droit de parler, et de ceux à qui il leur était interdit de parler. En effet, le système judiciaire de l’Ancien Régime est bien souvent fondé sur le secret de l’instruction, et sur la mise au secret total du prisonnier. Dans ce cas, les aumônes étaient laissées au geôlier chargé de les distribuer. Et de lui rappeler son devoir :

  • 19 Règles de la confrérie..., op. cit., p. 50.

« ... Ils laisseront leur aumône entre les mains du Geôlier, et lui recommanderont fort d’avoir d’autant plus de soin de la leur faire, qu’ils sont et plus malheureux et moins en état de recevoir de consolation d’autre part, que de la sienne »19.

35L’idée était développée que les soins prodigués aux pauvres prisonniers l’étaient à Jésus-Christ lui-même. La vision du pauvre, comme celle du Christ souffrant, issue du Moyen Âge, semble encore ici être la vision dominante, alors qu’elle a quasiment disparu des testaments en cette fin du XVIIIe siècle. Le confrère, en secourant les pauvres, ici condamnés au supplice, comme l’avait été le Christ, en apaisant leurs souffrances et en améliorant leurs conditions de vie, apaisait par-là même les souffrances du Christ :

  • 20 Règles de la confrérie..., op. cit., p. 49.

« Rien n’est plus capable d’embraser le zèle de nos infirmiers dans l’exercice de leur charge, que la consolante pensée que c’est à notre Seigneur Jésus-Christ même dans ses membres qu’ils rendent leurs visites, qu’ils vont consoler par leurs discours, et soulager par les aumônes qu’ils leurs portent »20.

36Le chapelain et les sacristains devaient s’employer à la préparation et à la célébration des offices pour les condamnés. L’accompagnement des criminels au supplice se faisait en corps après de multiples prières pour le condamné et des prières devant le Saint Sacrement exposé à cet effet dans la chapelle. La procession des confrères, précédée de la Croix, accompagnait le condamné à son supplice, sur le lieu duquel ils devaient prier pour son salut éternel et réciter ensuite les prières pour les morts (Miserere et De Profundis), avant de lui donner une sépulture décente au cimetière de Saint-Géry.

Les consolateurs et confesseurs

37Cependant, la fonction la plus intéressante consistait en l’assistance spirituelle, le réconfort et l’accompagnement des condamnés au supplice par les consolateurs, fonction sur laquelle insistent les règles de la confrérie (46 pages) et notamment la troisième partie intitulée Avis utiles à ceux qui sont chargés du soin de consoler les personnes condamnées à mort. Les consolateurs ne devaient pas quitter le condamné jusqu’à son exécution, devaient recueillir les informations nécessaires à son identification, et surtout, l’amener à une confession, une contrition et une pénitence avant de lui faire administrer le Viatique. Pour ce faire, les consolateurs n’étaient pas en manque d’arguments. Cependant, quel réconfort pourrait-on offrir à un condamné à mort dans les heures qui précèdent son supplice ? Quelle action ne paraîtrait dérisoire face à l’horreur de la connaissance de son propre supplice et de sa propre mort ? Quels arguments les consolateurs pouvaient-ils utiliser pour convaincre les condamnés, très souvent issus des milieux les plus populaires et dépourvus de culture et de références religieuses savantes, d’accepter la sentence ?

  • 21 Règles de la confrérie..., op. cit., p. 123.

38Cette troisième partie, destinée à aider les consolateurs dans leur tâche, est la mise en œuvre d’une stratégie destinée à convertir le condamné et à le faire revenir dans une voie vertueuse, de manière à sauver son âme « des feux dévorants de l’Enfer »21. Pour cela, tous les moyens étaient employés, de la douceur à l’autorité, de l’appel à la réflexion à l’exhortation à la confession et au repentir... Cependant, cette stratégie était différente selon qu’il s’agissait de criminels perméables aux idéaux religieux, ou de criminels bornés dans le crime qui n’accordaient aucune créance aux valeurs chrétiennes.

Amener le condamné à accepter la mort et le supplice comme la volonté de Dieu et à la considérer comme l’occasion unique de s’y préparer.

39Les consolateurs devaient faire accepter l’idée que la condamnation au supplice était une volonté divine, destinée à sauver l’âme du condamné, et que par conséquent, il ne fallait pas lutter contre elle. L’idée était de faire comprendre au condamné que c’était là une faveur divine que de ne souffrir qu’une peine limitée dans le temps, face à l’éternité bienheureuse, qui ne requérait de sa part qu’une résignation, une soumission, et surtout un repentir et une pénitence sincère :

  • 22 Règles de la confrérie..., op. cit., p. 95.

« Que le genre de mort pour lequel il se sent une si vive horreur, est cependant une faveur des plus signalées qu’il put jamais recevoir de la main bienfaisante d’un Dieu qui, malgré tous ses désordres, ne cesse cependant de l’aimer toujours tendrement, puisqu’au lieu d’attendre à exercer contre lui une justice sans miséricorde en l’autre vie, il veut bien se contenter de cette peine de courte durée en ce monde et qu’il ne demande de lui qu’un simple repentir pour les lui pardonner »22.

40Le confesseur devait également faire valoir l’intérêt de ce que les plus pieux présentaient comme un avantage : celui de connaître l’heure de la mort, véritable leitmotiv des formulaires de testaments baroques du XVIIe siècle :

  • 23 Échantillons de testaments valenciennois du Fonds Caffiaux des Archives municipales de Valenciennes (...)

« Avant que d’estre prévenue de la mort, dont l’heure est incertaine... » ou encore « Considérant ce qui luy est à advenir et que après Dieu nostre Créateur n’est chose plus certaine que d’ung chacun debvoir morir, ni chose moing sceure que de scavoir l’hoeure d’icelle »23.

41On retrouve ici cette hantise de la mort subite, non préparée par la pénitence, la confession et la contrition.

  • 24 Règles de la confrérie…, op. cit., p. 98-99.

« Que le genre de mort auquel il est condamné est très heureux pour le bien de son âme, et que tout homme, qui fait usage de sa raison, doit le recevoir de la main de Dieu avec courage, et comme une marque certaine de sa bonté infinie. Pour l’en convaincre, il n’a qu’à réfléchir sur les dangers que courent ceux qui accablés de cruelles douleurs d’une longue et insupportable maladie, assujettis à prendre les médecines les plus amères, à user des remèdes les plus violents toujours flattés d’une vaine espérance de guérison, et par-là presque jamais sérieusement occupés de la pensée de la mort et de l’éternité, s’en trouvent très souvent investis et surpris, sans avoir seulement songé une seule fois à leur retour à Dieu par la pénitence »24.

42Elle devait donc permettre au condamné de prendre l’avantage, de se préparer à la mort, d’autant que, lui était-il rappelé, il avait près de lui un confesseur et des confrères qui ne l’abandonneraient pas.

Imiter de saints exemples ?

  • 25 Règles de la confrérie…, op. cit., p. 80-91.

43Les arguments développés étaient justifiés à grand renfort de citations bibliques et évangéliques. La seconde partie de l’ouvrage, intitulée Paroles tirées de l’Écriture Sainte, pour servir de consolation aux personnes qui souffrent25 rassemble d’ailleurs des extraits des Écritures, regroupés en neuf thèmes dont les titres sont évocateurs :

« 1- Il faut regarder ses maux comme venant de Dieu, et comme une marque de son amour »
« 2-Les souffrances sont la voie du ciel et le propre des chrétiens est de souffrir »
« 3-Il faut recourir à Dieu dans toutes les tribulations »
« 4-Il faut souffrir dans une parfaite résignation à la volonté de Dieu »
« 5-Il faut souffrir avec humilité »
« 6-Il faut souffrir dans un esprit de confiance et d’amour »
« 7-Dans les souffrances, il faut se mettre devant les yeux Jésus Christ crucifié »
« 8-Il faut penser au Paradis en souffrant »
« 9-Il faut souffrir constamment et attendre en paix la récompense de ses peines ».

44Tout ceci permettait de mettre en œuvre un nouvel argument de la stratégie des consolateurs pour ramener le condamné à la vertu chrétienne, à savoir que sa condamnation n’est que peu de chose, comparé aux supplices des Martyrs et surtout à la Passion du Christ, qui fournissent de multiples exemples de courage et de résignation face à la mort donnée. Et le confesseur d’insister notamment sur la volonté du Christ de souffrir pour le rachat des péchés des hommes et sur l’injustice de ces supplices, en comparaison des fautes et de la condamnation méritée du condamné. Le texte indique :

  • 26 Règles de la confrérie..., op. cit., p. 101.

« On pourra ensuite lui mettre devant les yeux les supplices affreux des Saints Martyrs, mais il faut surtout insister sur la douloureuse Passion de notre Seigneur Jésus Christ... »26.

  • 27 Dans D. Freedberg, Le pouvoir des images, Paris, Gérard Monfort, 1989, 1998 (traduction), 501 p.

45Il est difficile de savoir s’il faut prendre « mettre devant les yeux » au sens propre ou au sens figuré. Au sens figuré, il peut s’agir de récits de martyre de saints et de la Passion. Mais il est possible qu’il faille interpréter cette expression au sens propre. En effet, on peut penser que comme les confréries romaines et italiennes, les instruments de la consolation étaient de petites images peintes (tavolette). Chacune était peinte sur les deux faces : d’un côté, une scène de la Passion du Christ, de l’autre une scène de martyre27. Ces images, pensaient-on, ne pouvaient être qu’aptes à susciter le courage et la soumission du condamné, qui par une conduite chrétienne similaire ne pourrait qu’impressionner ses semblables et susciter l’admiration des témoins de son supplice, alors que l’enlisement et l’obstination dans ses erreurs ne lui vaudraient que le mépris du peuple et l’Enfer.

Nécessité de la confession et de la pénitence : contrition ou attrition ?

  • 28 Sur la confession : J. Delumeau, L’aveu et le pardon. Les difficultés de la confession (XIIIe-XVIII(...)

46Elle expose également la confession des péchés et le repentir sincère comme le moyen le plus sûr d’assurer le Salut et d’éviter les redoutables peines de l’Enfer, dont les hommes de l’époque moderne avaient si peur. L’Enfer est ici abordé plusieurs fois, notamment dans la partie qui concerne la stratégie à mettre en œuvre face aux obstinés imperméables aux valeurs chrétiennes. Le but de la consolation était enfin d’amener le pécheur condamné à une confession de toute sa vie et de l’ensemble de ses péchés (crimes, mensonges ayant pour but de nuire à autrui...), de le guider dans la pratique d’un examen de conscience minutieux, et de le conduire à la haine de lui-même et de ses péchés, à la contrition véritable. L’Église romaine et catholique avait voulu rassurer les fidèles en leur attestant le pardon divin, en échange de quoi, elle exigeait l’aveu explicite des fautes. Conscience individuelle et aveu sont liés28. La première partie, destinée aux condamnés soucieux de valeurs chrétiennes montre clairement que le consolateur devait s’assurer de la véritable contrition du pécheur, c’est-à-dire du repentir parfait, du regret des péchés par amour de Dieu, avant de lui faire administrer le Viatique.

47En revanche, la seconde partie destinée aux criminels les plus étanches aux valeurs chrétiennes insiste plutôt sur la nécessité de la confession et du pardon en s’appuyant sur les risques encourus : les peines et les tourments éternels de l’Enfer, qui seront forcément bien pires que le supplice limité dans le temps auquel il est destiné.

  • 29 Régles de la confrérie..., op. cit., p. 124.

« Car enfin que pourrais-je encore vous dire, si ce n’est que de pire condition que les bêtes mêmes, vous allez perdre la vie du corps comme elles, et ce qui est infiniment pire celle de l’âme encore, qui emportée par les Démons va devenir pour toute une éternité la proie des feux dévorants de l’Enfer. Hé ! Serez-vous capable, mon cher Frère, de supporter cet inexprimable supplice, vous qui ne pouvez vous résoudre à en souffrir un aussi court, que celui qui vous est destiné ? »29

  • 30 Sur les notions de contrition et d’attrition, et les débats théologiques développés depuis le Moyen (...)

48Le texte insiste sur le fait que le consolateur doit faire prendre conscience au coupable qu’il est la proie des démons et qu’à ce titre, esclave du diable, il a perdu toute sa liberté, mais qu’il ne tient qu’à lui de s’en libérer et de s’assurer une éternité heureuse à la place de celle douloureuse qu’il se destine par son obstination. Cette insistance sur les peines de l’Enfer encourues par l’obstiné me paraît relever de l’attrition30, c’est à dire du regret imparfait des péchés, non par amour de Dieu, mais par la peur des châtiments encourus. Il semble bien qu’à défaut de contrition véritable, notion savante qui ne pouvait guère être comprise par des esprits peu éduqués aux subtilités savantes de la théologie catholique, le consolateur devait s’efforcer de vaincre l’opiniâtreté et l’obstination dans le crime de son patient et lui faire ressentir un sentiment de repentir, fut-il imparfait.

49Ce n’est qu’une fois que le condamné avait avoué l’ensemble de ses péchés que le confesseur pouvait lui faire administrer le Viatique, avant de lui prodiguer toutes les paroles de réconfort et de le conduire sur le lieu de son exécution, accompagné des prières des confrères processionnés en corps.

La réalité de ces actions ?

50Le registre de la confrérie signale un certain nombre de condamnés exécutés, qui ont sans doute pu pour une majorité d’entre eux bénéficier des services des consolateurs. Sinon, pourquoi auraient-ils été recopiés dans le registre ? Il note quatorze condamnations à la pendaison, dont treize ont été réellement exécutées. On note en effet quatre pendaisons par effigie (trois condamnés ont été rattrapés dans les années suivantes). Trois de ces condamnations s’inscrivent dans les événements révolutionnaires de juillet et août 1789. Le registre ne signale pas si les confrères ont reçu l’autorisation de rencontrer ces condamnés. Du moins sait-on qu’ils étaient conduits à la potence par un conducteur de criminel : d’abord le père Gervais, récollet, puis le père Damas, récollet lui aussi, qui a été guillotiné pendant la révolution. Ce dernier montre que la confrérie a sans doute elle aussi souffert des événements révolutionnaires.

51De fait, cette troisième partie nous révèle une conception et une mentalité tout à fait particulières de la mort, que l’on peut dire baroque en cette fin du XVIIIe siècle. Elle dévoile une conception savante de l’attitude face à la mort donnée et à la mort reçue, de la nécessité de la confession et du pardon, conception retravaillée et explicitée à l’usage des consolateurs qui étaient rarement des clercs, mais des gens du peuple. Elle montre la transposition sur le peuple d’un discours savant, issu des débats et de l’apport théologique des siècles précédents. L’exemple de cette confrérie nous montre la permanence et la persistance, au sein d’un XVIIIe siècle qui se voulait éclairé, d’une conception baroque de la mort au sein de milieux populaires restreints.

Notes

1 Règles de la confrérie de Saint-jean-le-Décollé dite de la Miséricorde, érigée en la ville de Valenciennes par l’autorité du Saint Siège apostolique et de Monseigneur l’archevêque Duc de Cambray, à Valenciennes, chez la veuve J.B.G. Henry, Imprimeur du roi, 1767, avec approbation, 140 pages, Arch. mun. Valenciennes, U 11-40.

2 (Copie du) Registre de la confrérie de Saint-Jean-Décollé, ou de la Miséricorde de Valenciennes, Arch. mun. Valenciennes, Série GG Supplément, non-coté, carton no 9, 26 folios.

3 M. Agulhon, Pénitents et francs-maçons dans l’ancienne Provence, Paris, Fayard, 1987, 452 p.

4 M-H. Froeschll-Chopard, Espace et sacré en Province : XVIe-XXe siècles : cultes, images, confréries, Paris, Éditions du Cerf, 1994, 605 pages ; M-H. Froeschle-Chopard, R. Devos (textes réunis par), Les confréries, l’Église et la cité, Actes du colloque de Marseille, EHESS, 1985, Grenoble, 1988.

5 Sur l’implantation des confréries, leur rayonnement et leur rôle rassurant et de régulateur social, voir : J. Delumeau, Le péché et la peur, la culpabilisation en Occident, XIIIe-XVIIIe siècles, Paris, Fayard, 1978, 743 p. ; J. Delumeau, La peur en Occident XIVe-XVIIIe siècles, une cité assiégée, Paris, Fayard, 485 p. ; J. Delumeau, Rassurer et protéger. Le sentiment de sécurité dans l’Occident d’autrefois, Paris, Fayard, 1989, 450 p.

6 Règles de la confrérie..., op. cit., p. 44.

7 M-H. Froeschle-Chopard, article « Pénitent » du Dictionnaire d’Histoire et de géographie ecclésiastique, sous la direction d’A. Baudrillart, A. Vogt et U. Rouzies, Paris, 1912-1990, 23 vol. 

8 Règles de la confrérie…, op. cit.., p. 5.

9 Règles de la confrérie..., op. cit., p. 25.

10 Règles de la confrérie..., op. cit., p. 54.

11 Règles de la confrérie..., op. cit., p. 54

12 Règles de la confrérie..., op. cit., p. 34.

13 Règles de la confrérie..., op. cit., p. 63.

14 Règles de la confrérie..., op. cit., p. 63-64.

15 (Copie du) Registre de la confrérie de Saint-Jean-Décollé, ou de la Miséricorde de Valenciennes, Arch. Mun. Valenciennes, Série GG Supplément, non-coté carton no 9.

16 (Copie du) Registre de la confrérie de Saint-Jean-Décollé, ou de la Miséricorde de Valenciennes, Arch. Mun. Valenciennes, Série GG Supplément, Non coté carton no 9.

17 J. Loridan, La Terreur rouge à Valenciennes (1794-1795), Paris, Office d’édition et de diffusion du livre d’histoire, rééd. 1994, 553 p.

18 Règles de la confrérie…, op. cit., p. 1-2.

19 Règles de la confrérie..., op. cit., p. 50.

20 Règles de la confrérie..., op. cit., p. 49.

21 Règles de la confrérie..., op. cit., p. 123.

22 Règles de la confrérie..., op. cit., p. 95.

23 Échantillons de testaments valenciennois du Fonds Caffiaux des Archives municipales de Valenciennes. Sur les testaments valenciennois et les représentations de la mort au XVIIe siècle, voir : C. Marle, Dévotion catholique et attitudes devant la mort à Valenciennes à la fin du XVIIe siècle (1678-1700), Lille, Mémoire de maîtrise, 1996, 2 vol. , 282 p., et C. Delhaye Marle., Dévotion, piété et attitudes devant la mort à Valenciennes au début du XVIIe siècle (vers 1600-1610), Lille, DEA, 1999, 191 p.

24 Règles de la confrérie…, op. cit., p. 98-99.

25 Règles de la confrérie…, op. cit., p. 80-91.

26 Règles de la confrérie..., op. cit., p. 101.

27 Dans D. Freedberg, Le pouvoir des images, Paris, Gérard Monfort, 1989, 1998 (traduction), 501 p.

28 Sur la confession : J. Delumeau, L’aveu et le pardon. Les difficultés de la confession (XIIIe-XVIIIe siècles), Paris, Fayard, 1990, passim.

29 Régles de la confrérie..., op. cit., p. 124.

30 Sur les notions de contrition et d’attrition, et les débats théologiques développés depuis le Moyen Âge : J. Delumeau, L’aveu et le pardon..., op. cit., passim.

Table des illustrations

Titre Répartition des membres directeurs de la confrérie en fonction d’une « catégorisation socio-culturelle »
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2065/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

Auteur

Doctorante- CRHEN-O Lille 3

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540