Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume I

 | 
Philippe Guignet

Vie religieuse et éducation dans les milieux populaires: quelques aperçus

Gemeiner Mann et réformes religieuses dans les villes du Saint Empire (xvie siècle)

Gérald Chaix

Texte intégral

  • 1 R. H. Lutz, Wer mar der gemeine Matin ? : der dritte Stand in der Krise des Spätmittelalters, Münch (...)

1Le sujet choisi relève tout autant de l’enquête historique que du bilan historiographique1. Dès la mise en récit des changements – avant tout liturgiques (organisation de la prédication, chant des cantiques, usage de la langue vernaculaire, communion sous les deux espèces...) – survenus dans les « communes » et les « paroisses » (Gemeindereformation), rurales et urbaines, le rôle du « peuple » (gemeiner Mann) a été souligné. Trois siècles plus tard, s’érigeant en science, en même temps qu’elle proposait de faire de la Réformation l’entrée de l’Allemagne dans la modernité - une entrée avortée à cause (selon l’interprétation « conservatrice ») ou malgré (selon l’interprétation « démocratique ») cette intervention du gemeiner Mann -, l’historiographie allemande s’est efforcée de préciser qui étaient les individus ou les groupes sociaux qui ressortissaient à cette catégorie. Proposant ainsi tout à la fois une analyse et une interprétation du processus réformateur.

2Rouvrant ce dossier, c’est donc tout d’abord au discours des contemporains qu’il faut s’intéresser, avant d’esquisser la sociologie du gemeiner Mann, pour aborder en dernier lieu les relectures des dernières décennies.

LE GEMEINER MANN : ACTEUR PRIVILÉGIÉ

3Retourner aux représentations des contemporains, c’est tout d’abord inventorier les « documents », les « sources » qui utilisent le terme de « gemeiner Mann » ou mettent celui-ci en scène ; c’est analyser le rôle qui lui est ainsi dévolu notamment lors de la guerre des Paysans (Bauernkrieg) ; c’est enfin être attentif à la dimension spécifiquement religieuse de son intervention comme prêtre, guerrier ou prophète de Dieu pour les uns ou comme suppôt du diable pour les autres.

La mise en récit

4Quelles sont les « sources » qui mettent en scène ou en œuvre le gemeiner Mann ? Notant d’emblée que le terme ne figure pas dans les statuts urbains, on identifiera un premier groupe constitué par les pamphlets - les Flugschriften – qui sont massivement publiés et diffusés au cours du lustre 1520-1525 et forment l’un des traits caractéristiques d’un mouvement réformateur dont ils sont tout à la fois l’expression et l’« information ». On sait qu’il s’agit de textes mais aussi de gravures, sous forme de frontispices notamment - qui représentent un paysan, comme sur la page de titre du libelle d’Erasmus Amman Alle welt, die fragt nach neuer Mär, publié à Augsburg en 1521, ou le mettent en scène, comme par exemple dans le Nouveau Karsthans – un texte anonyme publié en 1521 - ou encore dans le Sermon sur l’idolâtrie, prêché par le paysan ne sachant ni écrire, ni lire, publié la même année et attribué – faussement, on s’en doute - à un paysan de Wöhrd. Il s’agit en réalité d’une fiction littéraire. Ces textes sont en fait, pour la plupart, écrits par des clercs ou des humanistes ralliés aux idées nouvelles. Il est rare d’ailleurs que les paysans y accèdent directement, en dépit des procédés typographiques qui sont volontiers employés pour en faciliter la lecture. Mais nous savons que ces libelles sont bien souvent lus par des petits groupes recourant à une lecture publique. Ce qui permet aux analphabètes d’accéder à ces textes. Une procédure qui favorise également leur discussion immédiate et qui rend possible, le cas échéant, une prise de décision que nombre de ces textes appellent de leurs vœux.

5Le terme gemeiner Mann abonde ainsi dans les Flugschriften qui accompagnent l’essor du mouvement réformateur, Le gemeiner Mann tend alors à se confondre avec la figure positive de Karsthans et désigne les « vrais chrétiens », les disciples du « vrai Evangile », ceux qui écoutent l’enseignement de Luther. Du même coup, le gemeiner Mann devient l’acteur principal du mouvement réformateur. Il conserve ce rôle dans les textes qui relatent ou accompagnent les mouvements qui agitent les campagnes. Dans le traité An die versammlung gemayner Pawerschaft, est ainsi dénoncé l’arbitraire avec lequel « la noblesse et les autres autorités traitent sans relâche et sans merci le gemeiner Mann, au mépris de toute justice et en recourant à une violence tyrannique et contraire à la loi chrétienne ». À l’inverse, les autorités désignent ainsi les « émeutiers » qu’il faut ramener à l’obéissance.

  • 2 Voir le décret impérial du 9 février 1523, Deutsche Reicbstagsakten [RTA], jüngere Reihe [j. R], éd (...)

6Un second « gisement documentaire » est constitué par le « discours politique » ou du moins la trace qu’en ont conservé les délibérations des conseils municipaux, les correspondances échangées entre les villes, les recès (et leur élaboration) des diètes urbaines (Städtetage) ou des diètes d’Empire (Reichstage), ou encore les correspondances princières et les édits territoriaux. Le terme reflète l’inquiétude des autorités face à la « popularité » des idées et des pratiques nouvelles. Il justifie souvent les concessions liturgiques – prédication du pur Évangile, chant de cantique en langue vernaculaire – que le Magistrat, autrement dit le Conseil municipal, est à même de faire, par exemple à Zurich, à Worms, à Bâle, à Berne, à Mulhouse, à Augsburg, à Strasbourg, à Constance, à Francfort, dans les années 1523/24, quitte à ordonner aux prédicateurs de ne prêcher que l’Evangile et de renoncer à « tout commentaire provocateur et insultant, et tendant à inciter le gemeiner Mann à la colère, à la confusion ou à la rébellion contre les autorités, séculières ou ecclésiastiques »2.

  • 3 RTA j. R éd. A. Wrede, Gotha, 1905 (repr. 1963), t. 4, p. 507, no 113.
  • 4 Ibid.,
  • 5 Également à la Diète de Nuremberg et à la Diète urbaine de Spire (juillet 1524).

7Il sert aussi à ajourner les demandes des légats pontificaux – par exemple celle présentée par Lorenzo Campeggio à la diète de Nuremberg de 1524 – ou les exigences de l’empereur – au lendemain par exemple de l’édit de Burgos ordonnant la stricte application de l’édit de Worms (1521). A Campeggio, la Diète répond qu’elle consentirait volontiers à faire appliquer l’édit de Worms, « à condition qu’on ne donne pas ainsi prétexte au gemeiner Mann de se rebeller, de désobéir, de tuer ou de massacrer »3. Et les villes de préciser : « À présent le gemeiner Mann a soif partout de la parole de Dieu et de l’Evangile, qui [...] s’est répandu beaucoup plus largement qu’auparavant [...]. Si nous acceptons, approuvons ou permettons que soit remise en place ne serait-ce que la barrière la plus mince contre le flux de l’Évangile, les honorables cités d’Empire [...] ne pourraient pas faire passer cette loi qui, de toute façon provoquerait sans le moindre doute, troubles, rebellions, meurtres, assassinats, voire la ruine totale et toute sorte de diablerie [... ] aussi les honorables cités libres d’Empire, auxquelles cette situation causerait les plus grands torts, dommages et ruines, doivent les empêcher et se protéger, elles et leurs populations, contre de tels dommages et ruines »4. À l’empereur, la Diète urbaine d’Ulm répond à l’aide d’un christliche Schrifft, qu’il n’est pas possible d’imposer l’édit de Burgos au gemeiner Mann5.

8Un troisième type de « sources » est constitué par les documents narratifs, contemporains ou postérieurs aux événements, au premier rang desquels il faut placer les chroniques urbaines. L’exemple d’Augsburg, pour lequel nous disposons de trois chroniques, révèle clairement que l’usage du terme exprime largement l’interprétation des événements que le narrateur entend suggérer par son récit. Pour le bourgeois Rem, acquis aux autorités, sans être franchement hostile aux idées débattues, c’est bien le gemain Volck qui se rassemble sur le Perlach pour apporter son soutien au prédicateur Schilling, attaqué par le Conseil. Il oppose ainsi implicitement le gemain Volck non seulement au Conseil mais aussi aux élites favorables au Conseil. À l’inverse, dans la chronique de Clemens Sender, un moine resté attaché aux formes traditionnelles de la foi, ce n’est plus le gemain volck qui est mis en scène mais une « troupe d’émeutiers », eine aufrierische Rott. Ce qui ne l’empêche pas de rapporter, non sans ironie, le mot prononcé selon lui par un conseiller : « Nous n’avons rien à craindre car nous avons une communauté, eine gemain, si obéissante et si pieuse qu’elle n’entreprendra rien contre le Conseil ». Dans la chronique de Preu, un peintre rallié aux idées nouvelles, le gemeiner Mann est omniprésent. Il devient une sorte de héros évangélique, toujours prêt à défendre l’Évangile. Ainsi, évoquant à son tour les incidents du Perlach, le 6 août, il parle du gemein – en l’occurrence, selon lui, 600 personnes – marchant en direction du Conseil pour l’obliger à faire amende honorable.

Citoyen et/ou émeutier

9L’épisode de la guerre des Paysans correspond à cet égard à une étape décisive dans cette représentation politique du gemeiner Mann. Il est en effet alors le protagoniste. Les Douze articles, exprimant les revendications des paysans, sont ainsi présentées, jusque dans leur anonymat, comme l’expression de la volonté du gemeiner Mann. Le premier article y réclame, on le sait, l’annonce du pur Evangile. Mais les paysans y exigent également de pouvoir élire leurs pasteurs – une tâche élective qui souligne leur légitimité politico/religieuse au sein de la Gemeinde – et affirment être compétents quand il s’agit de se prononcer sur la juste interprétation de la Parole divine.

10Affirmation de la gemeinde en tant que communauté de foi, les Articles traduisent aussi les aspirations de la gemeinde en tant que communauté politique. Les paysans y réclament notamment leur liberté face au pouvoir exercé par les seigneurs et condamnent le servage, contraire, selon eux, à la loi divine. Ils estiment que ce sont les communes elles-mêmes qui devraient être chargées des droits d’usage dans les forêts ainsi que de la collecte des dîmes. Dans des écrits contemporains, plus radicaux, l’égalité est réclamée avec insistance au bénéfice du gemeiner Mann, opprimé par la noblesse et le clergé.

  • 6 Cité d’après G. Geb (ed.), Akten and Briefe zur Kirchenpolitik Herzog Georgs von Sacßsen, t. 2 (152 (...)

11On comprend sans peine qu’à l’inverse le terme ait pu être utilisé par les autorités – municipales et territoriales – pour désigner ainsi les « émeutiers » qu’il fallait au plus vite ramener à l’obéissance. Un certain Sittich de Berlepsch, secrétaire de Salza, écrivait ainsi à Philippe de Hesse, le 2 avril 1525 : « Ces bandes ne veulent pas seulement avoir les douze Articles de la Forêt Noire, mais ils ne veulent plus souffrir non plus de pouvoir au-dessus d’elles. Et pas seulement cela ! Elles veulent également répartir les biens des autorités entre les paysans elles-mêmes et tordre le cou à toute autorité publique. Voilà qui semble être une affaire horrible, jamais entendue auparavant ». Et il avouait sa perplexité devant la gravité de la situation : « Car il doit y avoir une raison pour que le petit peuple ne veuille plus comme avant se laisser dicter sa conduite, et qu’il soit de l’avis de vivre désormais à sa guise »6.

L’instrument de Dieu et/ou l’outil du diable

  • 7 I. Ludolphy, Friedrich der Weise-Kurfürst von Sacbsen (1463-1525), Göttingen, 1984, p. 313.

12Mais la guerre des Paysans est aussi une étape décisive dans la représentation religieuse du gemeiner Mann. Pour Thomas Müntzer, le gemeiner Mann révolté représente le peuple de Dieu, la cohorte des élus qui, selon le prophète Daniel (7, 27) est appelé à prendre le pouvoir dans le monde après l’extinction des impies. Une fonction prophétique qui peut s’appuyer aussi bien sur la tradition du prophétisme médiéval que sur celle d’un anticléricalisme lui aussi largement prophétique. La « simplicité » du gemeiner Mann garantit alors la droiture de ses agissements, sa piété, son authenticité chrétienne, tandis que son ignorance atteste l’origine divine de son inspiration. Ces qualités s’opposent notamment à celle des clercs corrompus, immoraux et incultes. Nul doute que l’affirmation du sacerdoce commun des fidèles par Luther n’ait favorisé cette attitude. Et il n’y a pas lieu de s’étonner que l’électeur de Saxe Frédéric III, indéfectible soutien de Martin Luther, ait voulu y voir la possible intervention de Dieu, instituant le gemeiner Mann comme détenteur du pouvoir. Et, sur son lit de mort, il déclarait encore à son frère appelé à lui succéder : « Si Dieu veut qu’il en soit ainsi, nous nous acheminons vers un gouvernement de l’homme du commun » 7.

13Mais pour Luther, les paysans n’étaient que les instruments du diable. Il contestait l’utilisation que ces derniers faisaient de l’Écriture afin de justifier leur demande de nouvelles relations sociales. Il dénonçait leur remise en cause de l’ordre voulu par Dieu dans le domaine de l’ecclesia, de la politeia et de l’oeconomia. Luther était d’ailleurs suivi sur ce terrain par des théologiens comme Johannes Brenz, le réformateur de Schwàbisch Hall ou encore Urbanus Rhegius, celui d’Augsburg. Cette « diabolisation » justifiait au reste à ses yeux et à celui de ses contemporains la répression qui était invoquée pour en finir avec eux. Au lendemain de la répression, sans renoncer aux principes qui avaient pu légitimer la démarche des paysans – le sacerdoce commun des baptisés et la compétence de la communauté dans le choix de ses pasteurs – Luther renonça à fonder sur ces « communautés de base » (la Gemeinde) la nouvelle Église (Kirche). Il fit au contraire appel à l’autorité, celle du prince – conçu alors comme Notbischof – ou celle des autorités urbaines afin de conduire la réforme de la prédication ou de la liturgie.

Retour à la paix, persistance des craintes

14L’échec de la guerre des paysans, l’absence de narration sur cet échec ne doivent cependant pas conduire à croire que la notion même de gemeiner Mann ait disparu. Certes, les paysans n’obtinrent aucune représentation nouvelle. Mais du moins ne perdirent-ils pas les droits dont ils disposaient ici et là, que ce fût aux côtés du clergé, de la noblesse et des villes, comme par exemple dans les évêchés de Bâle et de Salzburg, au Tyrol et en Autriche occidentale, que ce fût dans un face à face avec la bourgeoisie, comme dans les abbayes seigneuriales de Kempten et de Berchtesgaden ainsi que dans différents territoires, ecclésiastiques ou laïcs, dans lesquels ils étaient parfois seuls représentés.

15À la Diète de Spire de 1526, le comte palatin Frédéric, frère du prince-électeur Louis V du Palatinat, proposa même de supprimer le servage – une demande explicite des paysans révoltés - dans l’ensemble de l’Empire. Dans le même temps il réclamait que le « pur » Evangile fût proclamé et que les clercs pussent choisir entre le mariage ou le célibat. Une commission fut même constituée pour examiner les revendications des paysans. Elle reprit largement à son compte leurs gravamina sans cependant entrer dans le détail concret de la mise en œuvre, se contentant de généreuses recommandations. La Diète ne discuta d’ailleurs pas du rapport. Mais l’idée qu’il fallait se comporter de manière juste et mesurée à l’égard du gemeiner Mann resta inscrite dans la mémoire des Diètes ultérieures.

  • 8 RTA. j. R, t. 7/1, éd. J. Kühn, Stuttgart, 1935, p. 206, cité par E. Wolgast, « L’homme du commun e (...)
  • 9 Deutsche Reichstagskten. Jüngere Reihe, vol. 7/2, Stuttgart, 1935, p. 1145, cité par E. Wolgast, ar (...)

16Dans l’ensemble, au reste, les seigneurs ne profitèrent pas de leur victoire pour pousser leurs avantages. Ils respectèrent les contrats signés avec les paysans avant la guerre. Jusque dans les années trente, il est vrai, les campagnes bruissaient de la rumeur d’une possible reprise des conflits. Et la Ligue de Souabe entretint jusqu’en 1528 une troupe d’intervention chargée de contrôler la remise des armes, d’encaisser les amendes et de faire face aux signes éventuels de mécontentement. Et, en 1528 encore, l’électeur palatin justifiait son absence à la Diète impériale par le fait que, dans son territoire, « la révolte passée du gemeiner Mann n’était pas encore éteinte »8. Un an plus tard, à la diète de Spire, les princes et les villes d’Empire se promettaient assistance mutuelle si les sujets venaient à susciter « de nouveaux désordres et rébellion »9. On notera d’ailleurs le juridisme qui caractérise les relations entre seigneurs et paysans au lendemain du conflit et qui témoigne implicitement d’une reconnaissance du pouvoir des paysans, ce qu’atteste également l’inflation des causes soumises au Reichskammergericht. Surtout dans la seconde moitié du siècle.

17Mais on se garda bien de consulter le gemeiner Mann lors de l’introduction des réformes, par exemple dans les duchés de Wurtemberg ou de Saxe, ou encore en Brandebourg (en 1539). Ce qui ne signifie pas que le choix ait été fait à l’encontre des attentes d’une majorité de la population : nulle part on ne constate de résistance ou de protestations de la part des populations. En revanche, quand des tentatives de recatholicisation furent esquissées – notamment dans la seconde moitié du siècle – les autorités se heurtèrent à la résistance des populations. Il en va différemment dans les villes. Le gemeiner Mann continua d’y jouer un rôle actif dans les années 1525-1532, aussi bien dans les villes du nord que dans les villes méridionales, où l’on voit même des habitants prendre part à une véritable consultation populaire sur l’interdiction de la messe et l’introduction de la réforme.

18Sans doute retrouve-t-on parmi les anabaptistes des années trente – à commencer par les prédicateurs Hans Hut ou Melchior Rinck – des rescapés de la guerre des paysans. Et le mouvement peut apparaître en ce sens comme une nouvelle forme d’expression du gemeiner Mann. Il y a d’ailleurs dans la volonté de refonder l’ensemble de la communauté dans une « nouvelle alliance », celle d’un baptême reçu par tous, un nouveau témoignage en faveur de la vitalité de la Gemeinde. En outre, à la différence de l’Église traditionnelle mais aussi des institutions mises en place par Luther, les communautés anabaptistes laissaient aux personnes appartenant au gemeiner Mann la possibilité de pouvoir prendre la parole.

  • 10 Reprint Hildesheim, 1973, col. 1485

19C’est encore au nom du gemeiner Mann que, bien souvent, l’Intérim de 1548 fut refusé. A Strasbourg, tandis que le Magistrat, emmené par Jakob Sturm, se montrait prêt à céder aux exigences impériales, le théologien Bucer en appela au gemeiner Mann pour s’y opposer. Plus tard, la paix d’Augsbourg laissait au gemeiner Mann le droit d’émigrer (männiglich zugelassen und bewilligt). Mais, un siècle plus tard, alors que la crainte s’était estompée, le gemeiner Mann devient l’objet d’une féroce critique comme le révèle la définition donnée par G. Henisch dans sa Teutsche Sprach und Weissheit, publiée à Augsburg en 1616 : « Gemein/gemeiner Mann/ein Lay/enfältiger schlechter Mann/idiota, illiteratus, imperitus, homo privatus [...] »10.

LE GEMEINER MANN, ACTEUR MÉCONNU

20Quand s’impose l’analyse positiviste – alors que la Réformation est devenue le lieu d’une mémoire d’autant plus vive qu’elle fonde et la volonté d’unité nationale et la construction politique impériale – les historiens sont requis d’identifier ces acteurs d’un mouvement réformateur où l’on distingue désormais une phase « populaire » (Volksreformation) qui fait écho – parfois violemment – à la prédication des réformateurs et de celle de Martin Luther en particulier, et une phase « princière » (Fiirstenreformation) qui s’impose au lendemain de la répression des paysans révoltés (Bauernkrieg). Daté, le questionnaire n’a pourtant pas perdu de sa pertinence : qui sont les « acteurs » des Réformes ? Quels actes posent-ils ? Quelles transformations préconisent-ils ?

21C’est d’abord à partir des expériences urbaines et des agissements des populations que l’on s’est efforcé d’identifier le gemeiner Mann. Depuis les troubles iconoclastes qui éclatent à Wittenberg, alors même que Luther est réfugié au château de la Wartburg, jusqu’aux événements véritablement apocalyptiques qui agitent le cité de Munster, contrôlée par les anabaptistes dans les années 1534/35, en passant par les multiples prises de parole – « blasphèmes », propos de tavernes, chants de cantiques, interventions au cours des prédications – qui scandent la vie des cités quasiment sans exception et sans interruption dans les années 1520-1540.

22Loin de se confondre avec les couches les plus défavorisées – mendiants et vagabonds, compagnons et apprentis, veuves et orphelins – le gemeiner Mann est censé rassembler les bourgeois des villes territoriales ou les habitants des villes libres d’Empire tenus à l’écart des charges. C’est le monde par excellence des artisans, des petits métiers.

23On a longtemps cru en revanche que les paysans révoltés appartenaient aux groupes les plus pauvres du monde paysan. Les analyses anthropologiques menées sur les corps des paysans massacrés par les troupes du duc de Lorraine à Saverne ont récemment montré que l’on avait affaire au contraire à des populations relativement bien nourries, eu égard aux critères du temps. Autrement dit, que la guerre des Paysans était bien plus une affirmation de la conscience politique des communautés paysannes et de leurs membres dirigeants qu’une protestation dictée par la faim et la misère.

LE GEMEINER MANN : ACTEUR DÉVOILÉ

24Mais à ces questions d’hier, dont les réponses peuvent toujours être affinées, s’ajoutent aujourd’hui celles concernant la nature même de ces « traces » qui nous conduisent explicitement ou implicitement, directement ou indirectement, vers le gemeiner Mann. En effet, à travers cette notion et ses usages, c’est en fait l’interprétation du processus réformateur qui est en question. Trois interrogations dominent ainsi l’historiographie des dernières décennies.

Gemeiner Mann et frühbürgerliche Reformation

25La première, emblématique de l’historiographie marxiste, est celle qui, dans les années 1980, notamment en RDA, a porté sur le rôle du gemeiner Mann dans la frühbürgerliche Revolution. On sait en effet que, pour Engels, la défaite du gemeiner Mann signifiait l’échec de l’abolition du féodalisme et de la constitution d’un État centralisé. Reprise à frais nouveaux, désireuse d’intégrer la Réformation, traditionnellement présentée comme l’entrée de l’Allemagne (et par delà de l’Europe protestante) dans la « modernité », sur le mode du religieux, au même titre que la glorieuse Révolution ou la grande Révolution auraient marqué celles respectivement de l’Angleterre et de la France sur le mode du politique et du social, l’historiographie marxiste des années 1980 a insisté sur le rôle positif du gemeiner Mann. Comme d’ailleurs sur celui de Luther, tenu précédemment, dans les années 1960, quand le nouvel État allemand « marquait son territoire » et notamment le passé dont il revendiquait l’héritage, pour un simple laquais de la bourgeoise et un jouet des princes.

Gemeiner Mann et Gemeindereformation

26À l’interprétation marxiste – formulée en deux moments sensiblement différents, voire contradictoires – correspondirent également deux modèles interprétatifs, formulés en République fédérale, en réponse implicite à l’historiographie de la République démocratique.

  • 11 p. 76 ; on notera que la formulation est absente des traductions française et anglaise.

27Dans un ouvrage, rapidement traduit en français et en anglais et qui connut de ce fait une large diffusion - au demeurant méritée –, Bernd Moeller choisissait son camp au lendemain même de la construction du mur qui séparait désormais Allemagne de l’Est et Allemagne occidentale. Il suggérait de voir dans la Réforme des villes allemandes – Reichsstädte und Reformation (1962) – l’ancêtre de la démocratie anglo-saxonne : « in den modernen angelsächsisschen Demokratie aber ist, nach vielen Wandlungen und neben manchem anderen Gedankenelement, auch ein Stück mittelalterlichen deutschen Städtewesen nach Deutschland zurückgekehrt »11, Et il poussait le raffinement jusqu’à distinguer un modèle plus hiérarchique propre à l’Allemagne du nord luthérienne et un modèle plus « démocratique » propre à l’Allemagne méridionale zwinglienne.

28Vingt ans plus tard, Peter Blickle proposait un modèle interprétatif, fondé sur ses recherches en Allemagne méridionale, mais applicable selon lui à l’ensemble de l’Allemagne, sinon de l’Europe. Jouant sur le double sens du mot gemeinde – commune et paroisse – il suggérait de voir dans la Réformation un moment d’un large mouvement « communaliste », courant des années 1400 aux années 1600, contrepoint « démocratique » de l’affirmation des États « absolus ».

  • 12 P. Blickle, Gemeindereformation. Die Menschen des 16. Jahrhunderts auf dem Weg zum Vieil, Müchen, 1 (...)

29Le gemeiner Mann désigne alors, par opposition au seigneur territorial ou aux notables de la cité, le paysan ou le mineur, le bourgeois des villes territoriales ou l’habitant des villes d’Empire tenu à l’écart des charges. Dans tous les cas, l’expression est réservée à ceux disposant des droits politiques. En sont ainsi exclus les clercs, les magistrats, les Juifs et les tsiganes, mais aussi dans un certain nombre de cités, les « patriciens ». Mais, en réalité, le terme sert aussi à désigner tous ceux qui pourraient prétendre à accéder à la charge de conseiller (Ratsherr) mais qui en sont exclus soit parce qu’ils ne disposent pas du temps nécessaire, soit, plus fréquemment, parce que le fonctionnement oligarchique des cités ne leur en offre pas la possibilité. Le gemeiner Mann est alors celui qui, par ce terme même, est institué comme « sujet » du Magistrat, pour légitimer politiquement des changements qui avaient trait à l’ordre des cités et au salut des âmes12. On en retrouve alors la trace aussi bien dans la notion, familière aux théologiens, de bonum commune, qui leur sert à penser l’ordre de la cité (qu’il s’agisse de la ville ou du territoire) ou de gemeiner Pfennig, cet impôt que l’empereur Maximilien s’efforce de faire accepter par l’Empire.

Gemeiner Mann et gemeine Frau

  • 13 Social History 12 (1987).

30Une troisième interrogation a été formulée par Lyndal Roper dans le cadre d’une lecture anthropologique et culturelle du processus réformateur13. Elle a ainsi attiré l’attention sur le fait que la notion exclut très explicitement les femmes, d’autant plus que le féminin – gemeine Frau – renvoie à la prostituée. Le terme tend ainsi à se substituer à la notion de laboratores héritée de l’analyse de la société entreprise par Adalbert de Laon et ses épigones. C’est d’ailleurs en ce sens que l’utilise Martin Luther dans l’Appel à la noblesse de nation allemande (An den cbristlichen Adel deutscher Nation). Il semble pourtant qu’à l’origine, au XIVe siècle, le terme ait désigné le juge qui rendait ses sentences dans les cours d’arbitrage. Celles-ci comptaient en effet quatre membres et l’on faisait appel à un cinquième – le gemeiner Mann – quand le vote se partageait également bloquant toute décision. Le gemeiner Mann représente alors le roi perçu comme le juge du recours en appel.

31La notion de gemeiner Mann est ainsi dès les années 1520 l’une des « figures » du processus réformateur. Réalité physique, comme à Augsburg, au Perlach, qui rassemble les membres de la commune et de la communauté (gemeinde) pour affirmer leurs droits face aux autorités, urbaines ou rurales, sur la vie politique et l’organisation de la vie religieuse.

32Mais elle est aussi d’emblée « lecture » des événements survenus à l’époque de Luther et de Charles Quint, dans l’Empire de nation allemande, romain et saint. Qu’elle soit représentation littéraire, iconographique, politique, ecclésiale, c’est cette lecture qui donne sens à ces « événements » survenus ici et là, les instituant comme refondation (ou comme dégradation) et de la communauté (ecclesia) et de la relation à Dieu (religio). Une refondation rendue possible par l’intervention, voulue par Dieu (à moins que ce ne soit par le diable) du peuple des prêtres, du peuple des rois, de l’assemblée des saints dans la nécessaire reformatio de l’Église. Pour qu’advienne son règne : « Ein fester Burg ist unser Gott ».

Notes

1 R. H. Lutz, Wer mar der gemeine Matin ? : der dritte Stand in der Krise des Spätmittelalters, München, 1979.

2 Voir le décret impérial du 9 février 1523, Deutsche Reicbstagsakten [RTA], jüngere Reihe [j. R], éd. A. Wrede, Gotha, 1901 (repr. 1963), t. 3, p. 746-748, no 117.

3 RTA j. R éd. A. Wrede, Gotha, 1905 (repr. 1963), t. 4, p. 507, no 113.

4 Ibid.,

5 Également à la Diète de Nuremberg et à la Diète urbaine de Spire (juillet 1524).

6 Cité d’après G. Geb (ed.), Akten and Briefe zur Kirchenpolitik Herzog Georgs von Sacßsen, t. 2 (1525-1527), Leipzig-Berlin, 1917 (repr. 1985).

7 I. Ludolphy, Friedrich der Weise-Kurfürst von Sacbsen (1463-1525), Göttingen, 1984, p. 313.

8 RTA. j. R, t. 7/1, éd. J. Kühn, Stuttgart, 1935, p. 206, cité par E. Wolgast, « L’homme du commun entre 1525 et 1555 », dans J.-P. Cahn et G. Schneilin (eds), Luther et la Réforme 1525-1555. I £ temps de la consolidation religieuse et politique, Paris, 2001, p. 151-161, voir p. 155.

9 Deutsche Reichstagskten. Jüngere Reihe, vol. 7/2, Stuttgart, 1935, p. 1145, cité par E. Wolgast, art. cit. (n. 3), p. 157.

10 Reprint Hildesheim, 1973, col. 1485

11 p. 76 ; on notera que la formulation est absente des traductions française et anglaise.

12 P. Blickle, Gemeindereformation. Die Menschen des 16. Jahrhunderts auf dem Weg zum Vieil, Müchen, 1985.

13 Social History 12 (1987).

Auteur

CESR, Université de Tours

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540