Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume I

 | 
Philippe Guignet

Délinquance, intégration et marginalité

L’exécution capitale : un spectacle populaire sous le regard des élites (Lyon, xixe siècle)

Alexandre Nugues-Bourchat

Texte intégral

  • 1 Cf. plan en annexe.

1La Révolution française, dans un souci d’égalité, modifia les codes de l’exécution capitale et pensa la rendre plus « humaine » en imposant, pour chaque condamné à mort, l’usage d’une simple mécanique : la guillotine. Le XIXe siècle, en conservant cette technique de décapitation, abandonna progressivement les derniers supplices hérités de l’Ancien Régime. Malgré cela, en dépit de la rapidité de la mort donnée, les populations, comme aux siècles précédents, continuèrent de se porter en masse à un spectacle qui semblait les fasciner. À Lyon, les places publiques de la ville1 accueillirent, de 1815 à 1900, 42 exécutions de condamnés de droit commun.

  • 2 Des historiens ayant su analyser les foules d’échafaud, citons notamment : A. Farge, La vie fragile (...)
  • 3 D. Arasse, La guillotine et l’imaginaire de la Terreur, Paris, Flammarion, 1987, 217 p.

2Les historiens ont peu abordé le sujet et se sont contentés d’idées finalement très générales, constatant la présence, au pied de la guillotine, d’une foule venue accueillir le condamné de ses cris et de ses larmes2. L’Ancien Régime et ses supplices les ont davantage inspirés que l’époque contemporaine, et l’imaginaire de la guillotine a plutôt favorisé des travaux portant sur l’épisode révolutionnaire3. Cependant, un simple sondage opéré dans la presse révèle toute l’importance du spectacle de l’exécution au sein de la cité du XIXe siècle.

3Si les sources permettant une histoire de ce spectacle peu ordinaire ne sont pas nombreuses (arrêts de la Cour d’assises du Rhône, lettres diverses, et surtout, la presse), leurs possibilités d’analyse sont multiples. Cette étude se contente de cibler un triple objectif : comprendre ce spectacle populaire (des hommes qui tuent, un homme qui meurt, une foule qui regarde : qu’y a-t-il derrière ce premier constat ?), capter le regard que les élites portent sur lui (à savoir travailler sur les discours qu’elles produisent à son encontre) et les actions qu’elles se proposent de mener afin d’en limiter la portée.

UN DIVERTISSEMENT POPULAIRE ET URBAIN

Des spectateurs nombreux mais difficilement identifiables

4Il est assez délicat de savoir qui assiste au spectacle de la mort d’un condamné. Seuls des articles de presse offrent quelques indications, encore faut-il les désunir du discours qui les enveloppe sous peine de reprendre, sans la dépasser, la pensée bourgeoise du siècle et de ne voir de la foule qu’un magma informe et monstrueux.

Une foule, des foules

5L’exécution capitale s’inscrivait dans une trame événementielle dont elle était le point d’orgue et le point d’achèvement. De nombreux épisodes la précédaient, de la découverte du crime à l’attente du châtiment. Elle-même se décomposait en moments clés : arrivée du bourreau (après 1870), préparation des bois de justice, réveil et toilette du condamné avant son parcours depuis la prison jusqu’au lieu de l’exécution, décapitation. Tous les épisodes de la chaîne du crime étaient suivis avec assiduité par un public passionné, nombreux et divers. En ce sens, il est plus judicieux d’évoquer des foules plutôt qu’une foule, d’autant que plusieurs pouvaient coexister au même instant en différents endroits de la ville : celle qui suivait le bourreau, celle qui se pressait sous la fenêtre de la cellule du condamné, celle qui se massait le long du parcours, celle qui assistait au montage de la guillotine. Le spectacle de l’exécution capitale ne se résumait donc pas à un attroupement autour d’un échafaud à un moment donné.

Des spectateurs très nombreux

  • 4 À quelques rares exceptions près, les estimations, chiffrées ou non, données par les journaux se re (...)
  • 5 Le journal du Commerce, no 535 du 23 mai 1827.

6Quantifier les spectateurs d’une exécution capitale s’avère relativement aisé grâce aux informations que nous fournissent les journaux4. Place des Terreaux, l’affluence était de premier ordre, mais aucune donnée chiffrée ne fut jamais avancée. Lorsque la guillotine fonctionna pour la première fois place Louis XVIII en 1827, le journal du Commerce avança une estimation de 10 000 personnes5. Durant les vingt années suivantes, la foule ne fut pas moins nombreuse. En 1853 la guillotine migra au-delà des voûtes de Perrache entraînant une chute du nombre de spectateurs, ainsi qu’une fluctuation plus importante au niveau des effectifs. La foule standard se serait composée d’environ 4 à 5000 individus, mais la fourchette du nombre de présents allait de 1 000 à 15 000 personnes.

  • 6 V.A.C. Gatreli, The hanging..., op. cit., p. 7.

7Ces chiffres, qui peuvent décevoir ou impressionner a priori, que signifiaient-ils réellement ? Ils doivent d’abord être revus à la hausse puisqu’ils ne prennent pas en compte la foule rassemblée aux portes de la prison ni celle qui regardait passer la charrette du condamné. Ensuite, ils peuvent être comparés à ceux retrouvés par V.A.C. Gatrell pour le Londres des années 1750-1860. Selon lui, 30 à 40 000, voire 100 000 personnes pouvaient s’assembler autour du gibet, mais la moyenne des spectateurs ne s’élevait pas au-dessus de 3 à 7 0006. Lyon connut moins de grosses affluences, toutefois la moyenne est identique, alors que la population londonienne était largement supérieure à la sienne.

8Il semblerait donc qu’à Lyon le spectacle de l’exécution capitale ait été important tout au long du XIXe siècle.

Composition des foules

9Si les foules passionnées par une affaire criminelle étaient panachées socialement, une cassure très nette se produisait dès le verdict rendu. Alors que leur composante populaire était omniprésente du début à la fin – si elle n’était plus importante encore au moment de l’épilogue -, les couches supérieures se désistaient une fois le procès terminé.

10Bien que la majorité des journalistes tentât de s’en persuader, les exécutions n’attirèrent pas que des enfants, des prostituées, des criminels et des vagabonds. Certes, les bas-fonds, les « inactifs » (femmes, enfants, vieillards) formaient une part non négligeable de la foule, mais la présence des ouvriers et des artisans – venus en famille de tous les quartiers de la ville – était primordiale. Des membres des bourgeoisies auraient également assisté, en petit nombre, à certaines exécutions. Rarement mélangés à la foule, ils préféraient se faire inviter dans le carré réservé aux officiels ou louer une fenêtre.

Les comportements de la foule

Un spectacle avant tout

11Ceux qui venaient voir la justice donner légalement la mort étaient comme au spectacle. L’exécution était un divertissement que recherchaient les Lyonnais. Il leur fallait une pièce solide (un crime horrible), de bons acteurs (le bourreau, ses aides, le prêtre, le condamné), des rebondissements et du « suspense » (la machine va-t-elle fonctionner ? quelles seront les réactions du condamné ?). Dès l’exécution terminée, la critique (les occasionnels et la presse périodique) était à l’œuvre et commentait amplement ce qui venait de se passer.

12L’exécution représentait plus encore, car sa relative rareté créait la curiosité, attisait les attentes, retenait l’attention de chacun. Le spectacle offert n’était pas banal, il crevait la toile du quotidien en proposant de l’inédit qui avait un goût de « déjà-vu ». Il était d’une violence extrême, marqué par le sang et la mort. Sa violence se retrouvait dans cette foule qui ne se lassait pas d’être en mouvement, poussant les uns, écrasant les autres ; les spectateurs se battant pour les meilleures places, des estrades de fortune cédaient, des branches d’arbres se brisaient. Violence également des derniers instants du criminel - surtout lorsque celui-ci criait et se débattait-, violence de la mort donnée, rapide mais spectaculaire. Quant au sang, une fois la tête du condamné tranchée, il giclait sur le bourreau et ses aides, sur les premiers rangs de spectateurs, souillait les bois de justice et se répandait en flaque sur le sol.

Réactions

13La foule, multiple et contradictoire, retranscrit l’éventail des émotions possibles en un court laps de temps. Avant que le condamné ne fut arrivé sur les lieux de l’exécution, la foule, joyeuse et festive, riait, buvait, chantait comme à la vogue ; partout, commentaires et lazzis fusaient. Puis l’ambiance de fête retombait en un instant dès que le convoi amenant le condamné approchait. Le silence se faisait alors pesant jusqu’à ce que la lame de la froide machine vint trancher le cou du criminel. Après seulement, la foule se faisait entendre à nouveau et réagissait comme au théâtre : les uns applaudissaient et bissaient [sic], les autres, mécontents, sifflaient.

14Le spectacle ne laissait personne indifférent, hypnotisant ceux qui le contemplaient et en voulaient toujours plus. Cette fascination reposait sur un jeu d’attirance/répulsion. Face au condamné, la foule offrait un double visage : haineuse avant l’exécution puis respectueuse et compassée une fois le châtiment advenu. Au-delà d’une affaire qui se dénouait, le mystère de la mort se jouait devant les yeux de chacun. La vue aurait été le sens nécessaire à la participation et à la compréhension du spectacle : les Lyonnais venaient voir la mort. Ensemble, ils surmontaient l’angoisse de leur propre mort en assistant à celle de l’autre. Mais le passage de vie à trépas se faisait en moins d’une seconde, excitant encore plus les esprits, multipliant les questions vouées à rester sans réponse. Moins la mort était visible, plus elle fascinait, plus la foule cherchait à la capturer de son regard.

Une culture de l’échafaud

15L’exécution d’un condamné était un événement qui se reproduisit près de cinquante fois dans le siècle, soit assez souvent pour qu’il y en eût ritualisation et que pût naître une familiarité évidente entre le peuple et la guillotine. En ce sens, il est possible de plaider en faveur d’une culture de l’échafaud qui aurait pris corps dans une relation d’appartenance - tant physique que psychique - unissant les Lyonnais au spectacle de la peine capitale.

Sollicitations des sens

16Tous les sens étaient mis à contribution, excepté le goût. La vue était fort importante mais seuls les premiers rangs voyaient réellement quelque chose. L’ouïe venait ensuite cat le paysage sonore de l’exécution était riche : bruits et silences de la foule, bruits du convoi, du condamné, de la machine. Dans une moindre mesure, l’odorat des spectateurs des premiers rangs était sollicité lorsque le sang giclait et se répandait sur le sol. Quant au toucher, il était un sens primordial dans le contexte de la mise à mort. Sur la place où se dressait la guillotine, la foule tentait d’approcher le bourreau, le sang et surtout les bois de justice ; puis, plus tard, à la faculté de médecine, se déployait la longue file de ceux venus palper les restes des suppliciés. Des liens « intimes », quasiment charnels, se tissèrent ainsi entre la foule et l’échafaud.

Un intense sentiment de possession

  • 7 Sur ce sens, voir M. Foucault, Surveiller et Punir, Paris, Gallimard, 1995 (première édition 1975), (...)

17La mort légale des condamnés de droit commun ayant été vidée, au XIXe siècle, du sens politique extrêmement fort qui fut le sien sous l’Ancien Régime7, la foule dut seule supporter l’échafaud ; sans sa présence, il n’y aurait plus eu de spectacle et la place de la guillotine au sein de la ville en aurait été changée. L’exécution capitale signifiait beaucoup pour le peuple puisqu’il s’agissait de son spectacle. Il ne tolérait pas d’être privé de ce pour quoi il était venu. Si son spectacle venait à être gâché d’une manière ou d’une autre, il exprimait bruyamment et violemment son mécontentement.

  • 8 Le sentiment de possession ne s’exerçait que les jours d’exécution. Le reste du temps, personne n’a (...)

18La conscience de propriétaire qu’il pouvait avoir vis-à-vis de l’échafaud le conduisit à s’approprier les bois de justice : à la fin de chaque exécution, les Lyonnais, en famille, montaient sur l’échafaud afin de s’emparer de la guillotine. Par ce biais, le peuple s’attachait une partie de son univers culturel, ce qui fondait certaines de ses références parlées et écrites et formait un épisode de son imaginaire8.

Culture orale/Culture écrite

  • 9 Pour tout le vocabulaire de l’exécution capitale, voir M. Courtois, Les mots de la mort, Paris, Bel (...)

19Le sentiment de possession s’exprimait également au travers de l’imaginaire car la représentation populaire du spectacle de la peine de mort était une affaire de mots9. Un foisonnement d’expressions – liées au bourreau, à la guillotine, à la décapitation – montre un spectacle de l’exécution solidement ancré dans l’imaginaire populaire : on ne possède un tel vocabulaire que pour ce qui est proche et familier.

20Cette richesse du langage fut rendue possible du fait que l’exécution capitale, pendant quelques semaines, monopolisait toutes les conversations de la ville. Les feuilles volantes, lues à haute voix et dont la complainte était chantée, alimentaient les discussions. A partir des années 1840, la presse s’empara largement des exécutions, faisant entrer de plain-pied l’échafaud dans la culture écrite.

LE FOSSÉ DES SENSIBILITÉS

21Le spectacle de l’exécution capitale était réellement un événement populaire à part entière ; ce fut justement cela qui gêna tant les élites qui ne comprenaient pas le sens d’une telle fête. Elles produisirent quantité de discours précisant leur pensée quant à la publicité de l’exécution. Les journaux lyonnais, même ceux s’adressant à un lectorat populaire et malgré leur propension à se repaître du crime et du sang, reprenaient systématiquement et unanimement la pensée des élites dans leurs comptes rendus d’exécution.

« Ils vont voir la mort en chantant : c’est ignoble »10

Une vision unique

22Tous les discours, ou peu s’en faut, présentaient la foule d’échafaud comme barbare, folle, saoule, véritable être incontrôlable et hybride vomissant ses instincts les plus vils et ses passions les plus basses. Mais à les analyser de plus près, les contours de la foule se précisent, laissant deviner différentes figures symboliques nettement marquées.

  • 11 Le Courrier de Lyon, no 16799 du 5 août 1873.
  • 12 Le Précurseur, no 123 du 22 mai 1827.

23Une première constatation, pénible, s’imposait aux élites : la peine de mort n’était en aucun cas exemplaire, encore moins morale. Pire, elle était l’occasion d’une fête, notamment pour les déclassés, signe d’abandon de tout respect face à la Justice et à la mort. La foule d’échafaud ne venait pas seulement s’amuser, elle recherchait également « un plaisir d’une espèce rare et épicée »11. L’abjecte perversion par le sang, l’obscénité et la bestialité étaient dénoncées. Les barbares attirés par une telle dépravation étaient les voyeurs d’un spectacle ordurier. Thème récurrent, le délire sanguinaire - foules de bêtes fauves hurlant à la mort et avides de sang - fut abondamment dépeint. En résumé, « les sauvages sont en ce point plus près que nous de la civilisation »12.

Foule, femme, folie

  • 13 Idée alors largement partagée. Cf. G. Tarde, L’opinion et la foule, Paris, PUF, 1989 (première édit (...)

24Ce qui avait trait à l’exécution capitale et qui était connoté négativement se conjuguait au féminin : la mort, la guillotine – « madame », « mademoiselle », la « veuve » -, la foule. Lorsqu’un journaliste isolait, dans son compte rendu, quelques spectateurs, c’étaient invariablement des femmes qu’il choisissait. Par contamination, les femmes finissaient par incarner la foule13. Au pied de l’échafaud, la foule, incapable de contrôler ses émotions, oubliait la gravité du crime, se laissait guider par ses pulsions, suivant les sentiments de l’instant et délaissant son indignation passée. Hypnotisées, inconscientes, davantage cruelles et sanguinaires que les hommes, les femmes perdaient, aux yeux des observateurs, tout réflexe naturel aux personnes civilisées. Car la femme, donc la foule, ne raisonnait pas : la folie l’habitait. La foule était hystérique... L’hystérie définissait la femme... La femme incarnait la foule... Il s’agit d’un véritable cercle vicieux des représentations inhérentes à ce type de discours.

Peuple/populace, public/foule

25À l’extrême fin du XIXe siècle, l’image de la femme changea, se confondant désormais avec celle de la prostituée. De ce fait, elle rejoignit l’autre grande figure émergeant de la masse, celle des bas-fonds. Les discours décrivaient les exécutions capitales comme le lieu de rencontre de tous ceux que la société réprouvait. Face à ces visions peu rassurantes, les élites tentèrent de distinguer le bon grain de l’ivraie. En insistant sur l’omniprésence des délinquants et des criminels, elles se cachaient la réalité, refusant d’accepter que le « bon peuple » fût majoritaire parmi les spectateurs. Au peuple, elles opposaient la populace qui le pervertissait et l’entraînait là où, de lui-même, il ne serait pas allé.

  • 14 Cf. N. Élias, La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973 (première édition 1939), 342 p.
  • 15 « Tout ce que j’ai d’humain en moi a protesté. J’ai fermé les yeux en frissonnant d’horreur. J’ai e (...)

26Ne participant pas au spectacle de la peine de mort, les élites ne comprenaient pas ce qu’elles ne connaissaient pas. La foule les effrayait puisqu’elles n’en faisaient pas partie ; la promiscuité qu’elle engendrait les gênait car elle ne correspondait pas à leur culture de la civilité. Ce fut donc bien un profond écart de sensibilités entre le bas et le haut de l’échelle sociale qui entraîna l’incompréhension. Ce que les classes supérieures connaissaient, elles ne le classaient pas dans la même catégorie que la foule. Le public des Assises, composé notamment de représentants des bourgeoisies, lui était ainsi opposé. La foule, féminine et bestiale, s’opposait au peuple et au public, masculins et civilisés. Les élites avaient achevé le phénomène d’intériorisation des normes ; en public, elles ne laissaient pas transparaître leurs émotions ou alors selon un code solidement établi14. A la foule, elles préféraient le lectorat ; à l’exécution elle-même, elles privilégiaient son compte rendu dans la presse. Être ensemble pour voir la mort les dégoûtait15 et leur faisait peur, non l’événement en lui-même, car beaucoup lisaient, seuls, chez eux, dans leur journal, les histoires d’échafaud.

Les bourgeoisies apeurées

27De l’incompréhension naquirent rapidement des peurs. Ce que craignait la « bonne société lyonnaise », c’étaient, tout à la fois, les débordements possibles de la foule, les invasions de marginaux et les femmes.

L’ordre menacé

28Les foules effrayaient les élites ; les rassemblements populaires étaient compris comme de possibles menaces contre l’ordre par elles établi. Et de fait, lors de la Révolution française et des révolutions du XIXe siècle, le peuple avait montré à plusieurs reprises qu’il était prêt à prendre les armes pour bousculer la société. À Lyon, les soulèvements des canuts en 1831 et 1834 donnèrent une couleur particulière à ce contexte de désordre social.

29Certes, la foule d’échafaud paraissait bien éloignée des agitations populaires ; et si la guillotine l’amusait, mieux valait voir le peuple fréquenter avec assiduité un tel spectacle qui le détournait des idées subversives. Mais un problème se posait : la foule d’échafaud était l’une des rares foules autorisées, puisqu’elle était conviée par le pouvoir. Face au spectacle de la mort, qui sait ce qui aurait pu advenir ? Tout aurait pu dégénérer si l’exécution avait mal tourné. Les bourgeoisies voulurent la publicité pour l’exemplarité, la publicité fonctionnait, l’exemplarité était absente, la foule faisait peur.

Une révolte sociale ?

  • 16 La Gazette du Lyonnais, no 68 du 7 juin 1835.

30L’idée de possibles dérapages rendit les élites méfiantes, alors que les exécutions se passèrent plutôt bien et que leurs débordements restèrent ceux d’un public mécontent de son spectacle. Sans doute qu’un contre-exemple aurait pu suffire à entretenir leur méfiance. Et ce contre-exemple existe. Le peuple lyonnais put exprimer, au début de la Monarchie de Juillet, une vague conscience de classe. Entre 1829 et 1835, seuls des ouvriers furent exécutés dont trois sur quatre avaient tué leur patron. Simple hasard ? Peut-être. Il est toutefois frappant de constater que ces exécutions encadrent les deux révoltes des canuts. Si elles ne furent pas le théâtre d’agitations ouvrières, la population laborieuse se mobilisa largement, notamment en 1835 pour l’exécution de Brunner dont le crime était significatif d’un malaise ouvrier. Imprimeur sur étoffes humilié par son maître, il se retrouva sans ouvrage et Finit par assassiner son ancien employeur. Sa condamnation à mort émut la population ouvrière lyonnaise qui restait cependant persuadée de sa grâce prochaine. Celle-ci ne vint jamais, et, le jour de l’exécution, une « multitude immense venue de tous les quartiers de la ville »16 couvrit la place Louis XVIII. Le peuple était venu voir mourir l’un des siens et protester de la peine ; les autorités, elles, souhaitaient fournir un exemple aux ouvriers un an après leur dernière révolte.

31Finalement, il n’y eut pas réellement de révoltes sociales, mais le fait important pour les élites était qu’il aurait pu y en avoir. En revanche, la présence de la femme, si prégnante dans les discours, était bien plus tangible.

Effrayantes femmes

32Dans une société dominée par l’homme, l’image de la femme est double : inférieure et redoutée. L’homme incarne la civilisation, la femme l’état primitif ; elle lui est donc socialement inférieure, mais, proche de la sauvagerie, elle constitue un danger.

  • 17 Sur la question du regard féminin et des rapports à la mort qu’entretiennent les hommes et les femm (...)

33Son infériorité déclarée, elle servit, dans le cadre de l’exécution capitale, d’exutoire à la honte masculine. Elle ne détournait pas son regard de la guillotine, ce qui choquait l’homme et lui permettait de se déculpabiliser en insistant sur la présence féminine aux exécutions17. Sa place était à l’intérieur : une femme se trouvant dehors pour son propre plaisir était mal vue. Dans la foule, elle était mélangée aux hommes dans une proximité intolérable pour les observateurs – alors même que la vie d’une femme du peuple se déroulait naturellement à l’extérieur. Mauvaise femme, elle était également mauvaise mère, pervertissant sa progéniture, puisqu’elle menait ses enfants voir la mort. Ceux qui s’opposaient à la foule étaient originaires d’un milieu où l’enfance était déjà totalement protégée de certains aspects de la vie (sexualité, violence). Comme ils appliquaient leur mode de pensée aux façons de faire du peuple, ils trouvaient logiquement scandaleuse la présence d’enfants à ce spectacle.

  • 18 A. Farge, « Signe de vie, risque de mort. Essai sur le sang et la ville au XVIIIe siècle », URBI, n(...)
  • 19 M. Perrot, « De Marianne à Lulu, les images de la femme », Le Débat, no 3, juillet-août 1980, p. 15 (...)
  • 20 A. Corbin, Le temps, le désir et l’horreur. Essai sur le XIXe siècle, Paris, Aubier, 1991, p. 92-95

34Les discours sur la femme et l’échafaud sont complexes, à l’image des représentations de la femme dans l’imaginaire masculin. Le couple qu’elle formait avec le sang lors des exécutions faisait partie de ces mystères qui alimentaient l’inquiétude des hommes18. Au fil du XIXe siècle, l’image de la femme devint de plus en plus terrifiante, jusqu’à la Belle Époque et l’Art Nouveau19. L’homme redoutait l’infériorité sexuelle et craignait la prostituée, considérée comme une menace - pour lui, la femme vertueuse et la société toute entière20. Cette peur se retrouvait dans la plupart des comptes rendus d’exécution de la fin du siècle, lesquels décrivaient les prostituées comme de véritables mangeuses d’hommes.

LIMITER LE SPECTACLE

  • 21 Arch. mun. Lyon, L 216, Lettre du 28 janvier 1820 de M. Chantelauze au lieutenant général commandan (...)

35En 1820, il était encore recommandé aux forces de l’ordre d’employer « la plus grande douceur avec les cytoyens [sic] »21. Par la suite, les militaires servirent davantage à protéger l’échafaud que la foule. Celle-ci embarrassait les élites qui tentèrent de la supprimer, mais elle résista.

Encadrer

L’urgence, maître mot

36Exécuter un condamné sur une place publique représentait un événement qui marquait la ville, tant symboliquement que physiquement. Pour le pouvoir, il était évident qu’il nécessitait un minimum d’organisation et d’encadrement. Dans cette optique, deux points principaux étaient à privilégier : le trajet menant le condamné de la prison à l’échafaud et le lieu même de l’exécution.

37Les préparatifs devaient être rapidement réglés, car une fois que les pièces d’un dossier étaient revenues de la capitale, les autorités disposaient de moins de 24 heures pour choisir le meilleur trajet possible et prévoir le quadrillage militaire de la ville. A la lecture de la correspondance entre le préfet, le maire et le procureur général, ressort l’impression d’une veillée d’armes : de véritables plans de bataille étaient mis au point, toutes les précautions étaient prises. Toutefois, l’organisation du parcours et la disposition des forces de l’ordre dépendaient étroitement du lieu d’exécution et de l’impact produit par le crime et le criminel sur la population.

Le trajet22

  • 22 Pour ce qui suit, nous renvoyons au plan en annexe.
  • 23 Arch. mun. Lyon, I3 216, Lettres des 19 et 27 janvier 1821 du préfet du Rhône au maire de Lyon.

38Le trajet – en charrette puis en fourgon cellulaire – fut modifié à quatre reprises au XIXe siècle. Les trois premiers itinéraires partaient de la prison de Roanne. Le premier mena, jusqu’en 1826, le condamné à la place des Terreaux en une demi-heure ; le deuxième alla, de 1827 à 1846, place Louis XVIII, également en trente minutes ; le troisième prolongea le précédent de quelques minutes en passant les voûtes de Perrache (1847-1855). Le quatrième fut de loin le plus court, évitant le centre de la ville et reliant la prison Saint-Paul au cours Charlemagne en cinq à dix minutes. Si les trois derniers trajets empruntaient toujours, à de légères variantes près, le même itinéraire, relativement large et d’accès aisé – par un des ponts de Saône et les quais -, celui menant aux Terreaux posa de multiples problèmes aux autorités. Que la charrette passât par la rive droite de la Saône ou la Presqu’île, et la voilà immanquablement prise dans un dédale de rues étroites et vétustes. À partir de 1821, les autorités optèrent pour des trajets privilégiant les rues les plus larges du centre ville23. Sécurité et prévention des accidents dictaient leurs décisions.

Omniprésence des forces de l’ordre

39La question militaire provoqua une correspondance abondante entre les différentes autorités. Une partie de la ville, il est vrai, se retrouvait militairement quadrillée et paralysée toute une matinée. Autant d’hommes déployés dans un si vaste espace réclamaient, pour être utilement employés, plusieurs commandements ; chaque commissaire de police dont l’arrondissement était traversé par la charrette du condamné avait une portion du trajet sous sa responsabilité. Un tel déploiement de forces était aussi impressionnant que rare ; rien de plus n’aurait été entrepris pour la venue du souverain.

  • 24 Le Courrier de Lyon, no 30 du 30 janvier 1894. Le Lyon Républicain, no 5694 du 30 janvier 1894, dén (...)

40Au fil du XIXe siècle, la présence militaire et policière connut une double évolution. D’une part, les troupes disséminées le long du trajet disparurent peu à peu puisque les rues devenaient plus larges et que la charrette était remplacée par une voiture cellulaire. D’autre part, elles se concentrèrent autour de la prison et sur le lieu de l’exécution. Globalement, les effectifs augmentèrent régulièrement. Jusque vers 1860, il n’y avait « que » quinze sergents de ville et une centaine de militaires autour de l’échafaud. En 1894, auraient été requis : deux escadrons de cuirassiers, un bataillon d’infanterie, deux pelotons de gendarmerie, quatre cents gardiens de la paix24.

41En organisant militairement une exécution, les autorités se donnaient les moyens de surveiller et de contenir la foule. Mais cela se révéla vite insuffisant : pour lutter contre celle-ci, il fallait annuler le spectacle. Rien de plus simple en apparence : détenant le pouvoir, les élites n’avaient qu’à voter la suppression de la publicité. Plusieurs propositions de loi allèrent en ce sens ; toutes échouèrent. Outre les irréductibles de l’exemplarité, les abolitionnistes – pourtant opposés à la foule – votèrent contre, refusant une guillotine « clandestine », encore plus abjecte à leurs yeux.

Dissimuler

Escamotages

42Peu à peu, les élites parvinrent à gommer différents aspects d’une exécution, ceux qui, justement, en faisaient un spectacle. Dès 1812, répondant favorablement aux doléances du bourreau qui avait failli laisser échapper un individu condamné au carcan, les autorités décidèrent que les criminels iraient au supplice en charrette et non à pied. Plus tard, au milieu du siècle, la charrette – qui laissait tout voir - fut remplacée par une voiture cellulaire – totalement fermée. En 1832, il fut décidé de supprimer le dernier supplice : le parricide n’aurait plus le poing tranché avant d’être guillotiné (loi du 28 avril). Autant de mesures qui privaient les Lyonnais d’une bonne partie de leur spectacle mais qui ne l’annulaient pas. En revanche, lorsque, dans le courant des années 1840, les autorités décidèrent de faire exécuter les condamnés à l’aube, ce fut toute la mise en scène de la guillotine qui se trouva bouleversée. Auparavant, les exécutions avaient lieu en fin de matinée, entre onze heures et midi. Y assister était d’autant plus naturel qu’elles se tenaient au centre de la ville, à un horaire où le peuple pouvait aisément se trouver au dehors. Guillotiner à l’aube – c’est-à-dire, en réalité, en pleine nuit – revint non seulement à supprimer toute possibilité de voir ce qui se passait, mais empêcha que les spectateurs fussent naturellement présents.

43Se déplacer au théâtre des exécutions devint d’autant moins familier que la guillotine était reléguée hors du centre. Place des Terreaux, elle se trouvait en plein cœur de la cité ; place Louis XVIII, elle était à sa limite sud ; au-delà des voûtes de Perrache, elle était marginalisée. Le quartier sud de Perrache, séparé du reste de la Presqu’île par le chemin de fer, restait sans âme véritable, recevant les rejets de la ville, les abattoirs comme la guillotine.

44De guerre lasse

45Le 25 novembre 1870, un coup espéré fatal fut porté au spectacle et à la foule. Adolphe Crémieux, ministre de la Justice du gouvernement de défense nationale, décida la suppression de l’échafaud. La volonté du pouvoir était à peine voilée : c’était à la foule qu’il s’en prenait. Sans échafaud, il n’y avait définitivement plus rien à voir. Pour ceux qui, malgré tout, auraient continué de se rendre sur le lieu du supplice et se seraient approchés trop près de la guillotine, les forces de l’ordre étaient là pour les tenir à distance respectable.

46Le pouvoir mit tout en œuvre pour que plus personne n’eût envie de se déranger : rien à voir, rien à espérer. Une ultime tactique fut mise sur pied, consistant à retarder au maximum le temps séparant la condamnation de l’exécution. Jouer sur la fatigue de la foule était bien vu car beaucoup, lassés et n’y croyant plus, ne se déplacèrent plus.

47Tous ces changements cherchaient à brouiller la lisibilité de l’exécution, affaiblissant considérablement ses paysages visuel et sonore (la nouvelle guillotine se montait sans bruit et le son de la lame s’étouffait sur un boudin amortissant le choc). Mais bien que rendue aveugle et quasiment sourde, la foule inventa des formes de résistance, continuant à faire de l’exécution capitale un spectacle.

Résister

Apercevoir

48La foule, venant d’abord voir la mort d’un homme, essaya de contourner les obstacles qui s’opposaient à sa vue. Seulement, elle ne put rester dans le domaine du « voir » et dut se contenter de celui de l’« apercevoir ». Elle ne perdit pas forcément au change, mais fut touchée autrement par un spectacle qui fit désormais davantage appel à son imagination. Elle se contenta de peu et, même si elle ne voyait rien, eut suffisamment de possibilités de saisir une ombre, une forme pour que sa curiosité fut piquée.

  • 25 Le Lyon Républicain, no 5694 du 30 janvier 1894.

49Là où la guillotine lançait ses bras grêles vers le ciel, la foule rivalisait d’ingéniosité. Se hisser sur la pointe des pieds ou sur les épaules de son voisin ne suffisant plus, les spectateurs envahirent les arbres, les réverbères, les toits des maisons et des entrepôts. Ils se mirent à fabriquer des estrades « avec quatre tonneaux et quelques planches »25, à coloniser le moindre remblai et à prendre d’assaut les voitures disponibles.

Fêtes nocturnes

50Le peuple sut donc s’adapter aux nouvelles normes édictées par le pouvoir et quelquefois, son acceptation des normes entraîna leur détournement. C’est ce qui arriva concernant le changement d’horaire des exécutions. Plutôt que de ne pas venir ou de se réveiller tôt, nombreux furent ceux qui prirent l’habitude de venir la veille au soir et de passer la nuit dans les rues de la ville. Une nouvelle façon d’être ensemble dans une ambiance festive se créa, fait unique puisque la nuit n’était pas encore totalement apprivoisée. Par la force des choses, les couches populaires s’inventèrent une sociabilité nocturne inédite, qui, au moment où les réverbères se multipliaient dans la cité, aida à la domestication des ténèbres.

51Il semblerait que ce changement – même si la foule était moins nombreuse – ait donné encore plus d’importance au spectacle. Désormais l’exécution était moins, pour le peuple, l’occasion de voir la mort que de produire son propre divertissement. Les rires et les chants dominaient l’obscurité, dans la rue comme dans les débits qui ne désemplissaient pas jusqu’à l’aube. La fête s’organisait autour de deux événements, rappelant ce pour quoi on était là : le montage de la guillotine au milieu de la nuit et le supplice à la pointe du jour.

52Les élites s’étaient fait prendre à leur propre piège. Elles pensaient se débarrasser de la foule d’échafaud et héritèrent d’une fête populaire nocturne nourrissant encore plus leurs peurs de l’autre. Ce jeu entre le peuple et le pouvoir ne doit cependant pas se résumer à une série d’offensives bourgeoises suivies de contre-offensives populaires ; il ne peut se comprendre comme l’oppressante domination des « méchants maîtres » sur le « bon peuple » aux traditions archaïques. Ce qui se passait autour de la guillotine n’était qu’un exemple du dialogue plus ou moins heurté entre normes du pouvoir et autorégulations populaires, dialogue qui régissait la vie urbaine au XIXe siècle.

53Il fallait arriver à se départir des discours existants pour, non pas juger, mais comprendre, sans disculper, et ainsi répondre à la question liminaire : que représentait l’échafaud dans la société urbaine ?

  • 26 En 1939, la publicité de la peine de mort fut définitivement abolie.

54Au final, s’est dévoilé un spectacle populaire original, peut-être le plus important que la ville de Lyon ait connu. D’une part, bien que le législateur eût appelé de ses vœux la publicité, ce spectacle était moins organisé par le pouvoir pour le peuple que par et pour le peuple ; d’autre part, il constituait un événement unique mêlant diverses références (le théâtre, la fête, la mort etc.). Élément culturel en mouvement, l’exécution capitale se rattachait à d’autres pans de la culture populaire (attrait pour le crime, les tribunaux, la « presse de sang »). Mais après 1900, le lectorat remplaça la foule d’échafaud pour plusieurs raisons, dont la principale s’explique par l’absence d’exécutions pendant près de vingt ans et le manque d’intérêt que suscitèrent les trois venues du bourreau entre 1917 et 191926. Plus généralement, la foule s’était atomisée sous la triple influence de la presse, de l’avènement des loisirs et d’un changement des sensibilités.

55La guillotine, archaïsme pénal, se trouvait isolée dans une société urbaine de plus en plus policée, tolérant moins la violence, synonyme de cruauté et de barbarie des mœurs. L’autonomie culturelle du spectacle de l’exécution fut largement réprouvée par des élites effrayées par un phénomène dont elles étaient exclues. L’écart des sensibilités doit être relativisé puisque les élites lisaient les récits de crime et les comptes rendus d’exécution. Il ne se combla pas pour autant, le peuple étant capable de conserver une pratique culturelle ancienne (le spectacle de la mort) en l’adaptant aux conditions nouvelles imposées par le pouvoir et en réinvestissant une partie de sa signification. Autant de signes d’un dynamisme culturel fort pour une population encore volontiers présentée selon la formule surannée de « déculturation/acculturation ». Penser en termes de dilution des traditions villageoises dans l’individualisme urbain et de nivellement des comportements par la pacification des mœurs, c’est refuser au peuple des villes du XIXe siècle toute faculté d’inventer.

L’exécution dans la ville (1815-1900) : Lieux d’exécution et trajets des condamnés

L’exécution dans la ville (1815-1900) : Lieux d’exécution et trajets des condamnés

Source : Archives municipales de Lyons, 3 S 260 Plan de la ville de Lyon dressé en 1863 par MM. Dignoscyo et Rambielinski, 3e édition, 1863

Notes

1 Cf. plan en annexe.

2 Des historiens ayant su analyser les foules d’échafaud, citons notamment : A. Farge, La vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris an XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1986, 355 p. et V.A.C. Gatrell, The banging tree. Execution and the Englishpeople. 1770-1868, Oxford, Oxford University Press, 1994, 634 p.

3 D. Arasse, La guillotine et l’imaginaire de la Terreur, Paris, Flammarion, 1987, 217 p.

4 À quelques rares exceptions près, les estimations, chiffrées ou non, données par les journaux se recoupent toutes. Après avoir travaillé sur l’ensemble des quotidiens lyonnais, nous pouvons conclure à la cohérence de leurs estimations.

5 Le journal du Commerce, no 535 du 23 mai 1827.

6 V.A.C. Gatreli, The hanging..., op. cit., p. 7.

7 Sur ce sens, voir M. Foucault, Surveiller et Punir, Paris, Gallimard, 1995 (première édition 1975), p. 9-83.

8 Le sentiment de possession ne s’exerçait que les jours d’exécution. Le reste du temps, personne n’aurait aimé échanger ne serait-ce qu’un seul mot avec le bourreau ni habiter à proximité du local abritant les bois de justice.

9 Pour tout le vocabulaire de l’exécution capitale, voir M. Courtois, Les mots de la mort, Paris, Belin, 1991,415 p.

10 Le Peuple, no 627 du 30 janvier 1894.

11 Le Courrier de Lyon, no 16799 du 5 août 1873.

12 Le Précurseur, no 123 du 22 mai 1827.

13 Idée alors largement partagée. Cf. G. Tarde, L’opinion et la foule, Paris, PUF, 1989 (première édition 1901), 184 p.

14 Cf. N. Élias, La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973 (première édition 1939), 342 p.

15 « Tout ce que j’ai d’humain en moi a protesté. J’ai fermé les yeux en frissonnant d’horreur. J’ai entendu un coup sec et je me suis sauvé, honteux, ne sachant pas pourquoi ». Le Courrier de Lyon, no 16799 du 5 août 1873.

16 La Gazette du Lyonnais, no 68 du 7 juin 1835.

17 Sur la question du regard féminin et des rapports à la mort qu’entretiennent les hommes et les femmes, voir A. Farge, La vie..., op. cit., p. 219-220.

18 A. Farge, « Signe de vie, risque de mort. Essai sur le sang et la ville au XVIIIe siècle », URBI, no II, décembre 1979, p. 15-22.

19 M. Perrot, « De Marianne à Lulu, les images de la femme », Le Débat, no 3, juillet-août 1980, p. 151.

20 A. Corbin, Le temps, le désir et l’horreur. Essai sur le XIXe siècle, Paris, Aubier, 1991, p. 92-95.

21 Arch. mun. Lyon, L 216, Lettre du 28 janvier 1820 de M. Chantelauze au lieutenant général commandant la division.

22 Pour ce qui suit, nous renvoyons au plan en annexe.

23 Arch. mun. Lyon, I3 216, Lettres des 19 et 27 janvier 1821 du préfet du Rhône au maire de Lyon.

24 Le Courrier de Lyon, no 30 du 30 janvier 1894. Le Lyon Républicain, no 5694 du 30 janvier 1894, dénombre un total de 1 500 militaires.

25 Le Lyon Républicain, no 5694 du 30 janvier 1894.

26 En 1939, la publicité de la peine de mort fut définitivement abolie.

Table des illustrations

Titre L’exécution dans la ville (1815-1900) : Lieux d’exécution et trajets des condamnés
Légende Source : Archives municipales de Lyons, 3 S 260 Plan de la ville de Lyon dressé en 1863 par MM. Dignoscyo et Rambielinski, 3e édition, 1863
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2060/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 110k

Auteur

Université Lumière Lyon 2 - Centre Pierre Léon

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540