Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume I

 | 
Philippe Guignet

Délinquance, intégration et marginalité

Le peuple et la violence dans les villes bourguignonnes au xviiie siècle

Benoît Garnot

Texte intégral

  • 1 Cette étude repose, pour l’essentiel, sur l’utilisation d’une vingtaine de mémoires de maîtrise. To (...)

1Aux yeux des observateurs de la société d’Ancien Régime, qu’il s’agisse des contemporains ou des historiens, le peuple et la violence vont souvent ensemble, notamment dans les villes, et il s’agit d’une violence fruste et spontanée, bien éloignée des raffinements des comportements nobiliaires. De ces idées reçues, l’examen attentif des archives judiciaires permet de montrer les inexactitudes et les limites. Il a été mené assez loin à propos du peuple des villes bourguignonnes au XVIIIe siècle pour qu’on puisse l’utiliser dans le but de présenter les modalités réelles et les modes de traitement de cette violence1.

  • 2 C. Bernard, op. cit., annexe II.
  • 3 S. Boursier, op. cit., f. 89.

2Si l’on en croit les archives judiciaires, la violence reste une situation très minoritaire dans les villes bourguignonnes au XVIIIe siècle : à Dijon, de 1740 à 1759, la justice municipale ouvre 19 informations pour injures, 15 informations pour agressions physiques, 19 informations à la fois pour injures et agressions physiques, 4 informations pour injures et diffamations, soit un total de 57 affaires et une moyenne annuelle inférieure à 3 affaires, pour une population de 23 000 habitants environ2. À Chalon, de 1743 à 1755, la justice municipale ouvre 27 informations pour des « attaques », verbales (11 cas) ou physiques (soit 2 affaires par an pour une population d’une bonne dizaine de milliers d’habitants) et 69 informations (dont 39 cas d’injures) de 1780 à 1789 (près de 10 affaires par an)3, cette hausse révélant sans doute non pas un développement de la criminalité, mais une efficacité grandissante des forces de police, dont les effectifs ont augmenté entre temps. Certes, tous ces chiffres ne rendent compte que de la violence réprimée, mais en aucun cas de la violence réelle, un grand nombre d’affaires, la majorité probablement, échappant à la police et à la justice ; pourtant, même si l’on se trouve devant l’impossibilité d’effectuer des comptages fiables, le nombre extrêmement faible des affaires de violence portées en justice plaide pour l’hypothèse d’une quantité réelle d’affaires peu importante. En outre, l’analyse des témoignages et des interrogatoires conservés dans les archives judiciaires montre que la violence, quelle que soit son ampleur, qu’il ne faut certainement pas surestimer, se manifeste, quand elle le fait, le plus souvent avec modération.

3La pratique occasionnelle de la violence peut concerner n’importe qui, jeune ou vieux, homme ou femme, maître ou compagnon, ou encore domestique. On peut la rencontrer à l’office, à l’atelier, dans les rues, mais aussi dans les domiciles privés (dans le « huis clos des familles »), le plus souvent sous une forme bénigne : gifles, coups de pieds et moqueries. Cette petite violence banale fait partie des rapports habituels entre maître de métier et apprenti, ou entre mari et femme. Mais de cette violence discrète, on trouve fort peu de traces dans les archives, parce qu’elle ne donne pas lieu à publicité.

  • 4 D. Fey, op. cit., f°. 37.

4Il en va un peu autrement d’autres modalités de la violence populaire, qui fournissent l’essentiel du contentieux parce qu’elles sont exercées en public, donc devant témoins parfois nombreux : les violences des jeunes gens. Des documents témoignent d’une pratique assez ostentatoire de la violence par la jeunesse masculine, une violence collective, mais qui s’exerce uniquement dans des circonstances précises (à l’occasion de rassemblements de population, ou dans les lieux de sociabilité comme les cabarets, ou encore la nuit). Ces désordres peuvent aussi se faire dans le cadre des professions, ce qui ajoute un critère supplémentaire à celui de l’âge : c’est le cas des compagnons de métiers, jeunes célibataires, qui pratiquent à l’occasion (c’est-à-dire lorsqu’ils rencontrent des concurrents, tant dans le domaine professionnel que dans celui des pratiques de séduction, et souvent après boire) provocations et insultes, charivaris et bagarres, notamment à la sortie des cabarets, à tel point que des mesures sont prises régulièrement par les autorités urbaines pour leur défendre de porter des bâtons et des cannes ; à Dijon, deux rixes opposent un soir des compagnons du Devoir et des Gavots, près de quarante hommes qui s’affrontent dans la rue... et qui s'enfuient avant l’arrivée de la police municipale, prévenus par les témoins. Certains domestiques ont des comportements similaires, qui peuvent les amener à s’opposer physiquement à des compagnons ; à Dijon, en 1724, un chahut de domestiques finit même par dégénérer, lorsque sept laquais tentent de forcer l’entrée de la salle des spectacles en jetant des pierres sur la garde, et l’un d’entre eux est même tué dans l’action4. Si certaines de ces rixes débouchent sur une procédure judiciaire, c’est, pour une bonne part, parce qu’elles sont évidemment plus spectaculaires que les violences privées ; mais tout compte fait, le nombre de ces procédures reste très faible à l’échelle des villes de la généralité de Dijon.

  • 5 C. Bernard, op. cit., f. 70.

5Certes, cette violence physique peut devenir d’autant plus dangereuse qu’un certain nombre d’individus sont armés, malgré les ordonnances qui l’interdisent, et que faute d’armes les objets les plus divers, ceux qu’on a sous la main, sont parfois utilisés lors des bagarres, par exemple au cabaret les chandeliers, les tables, les bancs, les assiettes et les verres, les couteaux, les bûches, les pots, comme dans cet exemple dijonnais : « Le jour d’hier, sur environ les huit à neuf heures du soir, étant chez Capé à boire bouteille [...], Pottier luy dit sans aucune provocation ny sujet qu’il y avoit long tems qu’il luy en vouloit, que c’estoit un gueu, un coquin, et dans le mesme tems il luy jetta les ver[re]s qui étoient sur la table plains de vin au visage et sur le corps et se saisit d’un chandelier de cuivre qu’il luy portoit à la tête »5. Pourtant, si certaines bagarres aboutissent à une mort d’homme, l’homicide est le plus souvent involontaire et il apparaît comme la conséquence d’une utilisation maladroite de l’arme dont disposait le coupable. Et en réalité, le plus souvent, les protagonistes n’utilisent pas d’arme. Le but recherché dans la bagarre, en effet, est plus symbolique que physique : il s’agit surtout d’humilier l’adversaire, donc de le renverser, et une fois à terre, de le frapper modérément, ou encore de lui arracher son chapeau, ou sa perruque s’il en porte une ; à Chalon, dans presque toutes les bagarres entre femmes, l’une des protagonistes se voit arracher sa coiffe par l’autre. On retrouve cette dimension symbolique lorsqu’on observe les parties du corps les plus touchées, qui varient selon qu’il s’agit d’un homme ou d’une femme : pour les hommes, les blessures à la tête et au visage sont les plus fréquentes, suivies par les blessures aux bras et aux jambes, alors que le ventre est beaucoup plus souvent visé chez (et par) les femmes, y compris chez les femmes enceintes. Endommager les vêtements de quelqu’un est considéré comme un acte aussi grave que de le blesser et la justice le prend très au sérieux. Au total, les combats prennent surtout l’aspect d’un rituel symbolique, qui tend à briser ou à rétablir une situation antérieure en humiliant son adversaire. Cette société ne manifeste pas un acharnement meurtrier, tout au contraire.

  • 6 H. Jacquin, op. cit., f. 72; C. Bernard, op. cit., f. 45-46.

6De cette relative modération, témoigne aussi le fait que, si l’on en croit les archives judiciaires, la violence est plus souvent verbale que physique. Les thèmes de ces injures sont sans surprise. Celles à connotation sexuelle l’emportent toujours (« bougresse », « putain », « pastorelle » pour les femmes, « bougre », « jean-foutre », « souteneur de bordel », « coureur de gueuses », « mari cornard » pour les hommes etc.), suivies par celles qui concernent l’état social et professionnel (« coquin », « fripon », « voleur » etc.), enfin par l’assimilation à un animal méprisé (surtout « chien » ou « chienne »), l’ensemble pouvant se combiner à l’infini (par exemple « bougre de chien »). Ces injures, évidemment, sont d’autant plus cruellement ressenties qu’elles sont proférées en public, devant de nombreux témoins : l’outrage verbal rompt un code de respectabilité à préserver, souvent entre personnes de catégories sociales à peu près équivalentes. C’est bien ce que ressent la dijonnaise Jeanne Lobereau, qui informe contre François Pessard au milieu du siècle pour l’avoir injuriée : « À l’instant la supliante menaça ledit Pessard de se pourvoir par devant vous, Monsieur, desdittes injures. Pessard, croyant se disculper, dit : « Ouy, et c’est de moy que vous êtes putain, je suis charmé de vous le dire publiquement, pour que personne ne puisse l’ignorer.” Si la supliante n’étoit pas connue pour une fille d’honneur et que l’on ne fut pas instruit de sa conduite irréprochable, elle passeroit telle dans l’esprit de tout le publique. Mais cependant on pourrait peut-être avoir quelques doutes de sa sagesse [...], c’est pourquoi elle recourt »6.

  • 7 C. Bernard, op. cit., f. 75.

7Tout compte fait, qu’elle soit verbale ou physique, c’est bien lorsqu’elle est accompagnée d’une publicité que la violence peut donner lieu à procès. Or, c’est surtout, mais pas uniquement, le cabaret qui fournit un cadre privilégié à cette publicité, puisqu’il constitue une sorte de théâtre social dans lequel toute atteinte à l’honneur, même minime, devient d’autant plus insupportable qu’elle est largement publique ; il peut suffire de peu de chose pour que des heurts y éclatent, un signe presque imperceptible pouvant être interprété comme une déclaration d’hostilité, d’autant plus que la consommation d’alcool tend à y faire disparaître les autocontraintes nées de l’éducation. Les foires et les marchés aussi, ainsi que les fêtes, comme tout rassemblement de population, augmentent les risques de conflits ; le marchandage, par exemple, débouche parfois sur des querelles, et dans ce type d’incidents, ce sont les femmes qui s'illustrent le plus souvent : ainsi à Dijon, vers 1750, dans un marché, « la nommée Anne Doizon se serait approchée de [Françoise Danerlin] pour acheter des prunes, qu’elle avoit déjà mit dans un mantelet et qu’elle n’a point voulu en payer le prix convenu. Elle les a jeter au né de la supliante, qu’elle a saisi dans l’instant par les deux oreilles qu’elle a presque emportée [...], elle a renversé la supliante avec une extrême violence sur le pavé où cette méchante fille luy a fait casser la teste où elle a une grande blessure, qui la met dans le plus grand danger »7.

8Pourtant, pour un heurt sur le marché de Dijon, signalé par la police municipale, ou dans un cabaret, combien de jours sans incidents ? La violence fait partie des rapports humains au sein du peuple des villes bourguignonnes au XVIIIe siècle, mais elle n’en constitue qu’un stade paroxystique et éphémère, et surtout minoritaire, inséré dans un cadre général le plus souvent pacifique. Elle est même formalisée, au moins implicitement, et le plus fréquemment dominée et utilisée dans un but précis, qui n’est pas la mise à mort ou la blessure physique de l’adversaire, mais son humiliation publique. On constate d’ailleurs que, lorsque les risques physiques semblent devenir trop importants au cours d’une bagarre, les témoins interviennent fréquemment pour séparer les protagonistes. La violence est l’exception, et ses lieux privilégiés ne la connaissent qu’épisodiquement ; ils restent le plus souvent le cadre d’une sociabilité pacifique, qu’il s’agisse des cabarets, perçus très majoritairement comme des havres de plaisir et de repos, des rues, des foires et des marchés, ou encore des familles, au sein desquelles les solidarités sont plus fréquentes que les conflits.

9Le mode de règlement de la violence le plus facile à appréhender est celui qui apparaît dans le traitement en justice des affaires considérées comme les plus graves, c’est-à-dire devant le parlement de Bourgogne. Au cours du siècle, celui-ci condamne à des peines corporelles environ 600 accusés reconnus coupables de violences, dont moins d’un tiers de citadins, soit en moyenne deux par an seulement pour l’ensemble des villes de la généralité (soit moins de 200 000 habitants)..., ce qui témoigne de nouveau sans nul doute de la faible intervention réelle de la justice dans ces affaires, et très probablement aussi du caractère minoritaire des comportements violents au sein du peuple des villes bourguignonnes. En ce qui concerne les juridictions de base dans les villes (les justices municipales), la moisson quantitative n’est guère plus abondante, comme nous l’avons vu avec les exemples dijonnais et chalonnais, et si l’on analyse leur destin individuel, on s’aperçoit que la plupart des informations ne dépassent même pas ce premier stade de la procédure : à Dijon de 1740 à 1759, seulement 9 affaires sur 57, soit 15 %, aboutissent à une sentence. Les raisons d’interruption de la procédure ne sont pas précisées dans les documents ; il peut s’agir soit du manque d’éléments suffisants pour appuyer l’accusation, soit d’une « civilisation » de l’affaire, soit encore, et c’est sans doute le cas le plus fréquent, de l’établissement entre temps d’un accord infrajudiciaire entre les parties.

10Car la complémentarité des procédures judiciaires et des processus infrajudiciaires constitue une donnée essentielle des modalités du traitement social de la violence, dont le but est d’arriver plutôt à un accord qu’à une sanction, pour ne pas risquer d’entrer dans un mécanisme de vengeances qui pourraient être sans fin et, de ce fait, qui risqueraient de déstabiliser le milieu dans lequel elles se produisent. Prenons l’exemple de la réparation des injures. Leur publicité engage évidemment l’honneur de la victime, qui se trouve alors habilitée aux yeux des témoins à exiger de l’agresseur des excuses publiques, et peu importe qu’il y aboutisse par le biais de la justice ou par celui de l’infrajustice : il utilise le moyen qui lui paraît le plus efficace pour arriver à ses fins, et il n’est pas rare qu’il entame une procédure judiciaire pour forcer son agresseur à composer ultérieurement sur le plan infrajudiciaire, d’où l’imbrication éventuelle de l’une et de l’autre.

11C’est pourquoi on trouve ces « réparations d’honneur » tant dans les archives notariales que dans les archives judiciaires, mais aussi dans les archives de la police. Si la justice peut décider des sentences d’amende honorable, les commissaires de police peuvent prendre des décisions similaires (elles présentent l’avantage d’éviter le déclenchement d’une procédure judiciaire qui risque d’être longue et coûteuse), tandis que les notaires peuvent également entériner par un acte officiel un accord du même type décidé par les parties, seules ou avec l’intervention d’un arbitre qu’elles ont préalablement choisi en commun. En tout cas, quelles que soient ses modalités, le « pardon d’honneur » suppose la publicité, une publicité au moins aussi grande que celle qui avait accompagné l’atteinte à l’honneur. Quand il est décidé par la justice, il se fait soit au greffe devant témoins, soit par écrit, soit par signification d’une « sommation satisfactoire », soit enfin à l’audience devant des juges, des parents proches, des amis, et la ou les victimes : l’accusé, conduit sans aucune arme par un geôlier, nu-tête, demande simplement pardon à genoux tout en répétant sous la dictée du greffier une formule de rétractation et de regrets envers ceux qu’il a offensés. Devant le commissaire de police, les modalités du repentir sont un peu moins solennelles, mais elles se font toujours publiquement. Quant à l’accord devant notaire, il implique toujours la présence de témoins, en général ceux qui ont assisté à l’incident, qui signent l’acte notarié.

12Pourtant, toutes les violences ne donnent pas lieu à un règlement judiciaire ou infrajudiciaire ; il faut pour cela que l’acte incriminé soit perçu par le milieu comme injustifié. À l’inverse, la violence est souvent considérée par le milieu comme admissible, si elle n’a pas entraîné d’humiliation injustifiée pour un membre de la communauté et si elle n’a pas dépassé certaines limites (en gros, la mise en danger du corps social, ce qui se définit en fonction de critères variables selon les endroits, les milieux et la conjoncture). On pourrait parler en l’occurrence d’une violence admise, canalisée et surveillée, parce qu’elle permet le défoulement de pulsions sans risque pour la société, ou parce qu’elle aboutit au rétablissement d’un équilibre brisé par une violence préalable, physique ou verbale, ou encore parce qu’elle permet d’affirmer un ordre social et familial qui répond à un consensus.

13Dans cette perspective, la turbulence de la jeunesse, outre son utilité sociale (elle sert notamment à affirmer des valeurs reconnues par la communauté, comme la place prééminente de l’homme dans la famille ou la condamnation des mariages « mal » assortis), constitue en même temps un rite d’intégration au groupe, un rite de passage aussi (de l’enfance à l’âge adulte), tout en permettant aux jeunes gens d’affirmer leur virilité devant les jeunes filles à marier et surtout devant leurs pères. En même temps, elle permet aussi le défoulement de l’agressivité des jeunes gens ; d’ailleurs, une fois mariés, ils abandonnent ce type de comportement en se pliant à la sociabilité pacifique des hommes installés, preuve indéniable qu’on ne se trouve pas ici devant des comportements frustes et spontanés, mais au contraire hautement socialisés et contrôlés.

14Dans le même ordre d’idée, la violence exercée par tout individu blessé dans son honneur, dans le but de restaurer celui-ci, est non seulement admise, mais éventuellement souhaitée ; la victime d’une injure publique peut chercher à obtenir un dédommagement judiciaire ou infrajudiciaire, mais elle peut aussi choisir de s’en prendre verbalement ou physiquement à son agresseur, jusqu’à ce que celui-ci subisse à son tour une humiliation verbale ou physique, ce qui permet de rétablir l’équilibre antérieur préalablement brisé : ce type de comportement est valorisé par le milieu. La violence peut aussi, dans certaines occasions précises, être perçue comme une pratique largement positive lorsqu’elle est exercée en commun contre un marginal ou un « estranger » (c’est-à-dire quelqu’un qui n’est pas du village ou du quartier), surtout en période de difficultés (chômage, par exemple) : elle constitue alors un fédérateur social, parce qu’elle permet d’affirmer ou de reconstituer une cohésion qui ne va pas toujours de soi et qui se forge alors dans l’union contre un bouc émissaire.

  • 8 V. Marié, op. cit., f. 79 ; et C. Bernard, op. cit., p. 73.

15Quant à la petite violence familiale, elle est souvent valorisée, elle aussi, car présentée comme une preuve de « bon gouvernement » domestique, et par là d’amour conjugal ou parental. Au sein des familles, par exemple, il est du devoir du bon mari de corriger (modérément) sa femme si elle manque à ses obligations, de même qu’il est du devoir de la femme d’obéir à son époux, chef de famille. Lorsque Marie Alinne, femme de Louis Louault, cordonnier à Dijon, demande en justice une séparation de corps pour mauvais traitement de la part de son époux, celui-ci rétorque qu’elle « a mérité la correction qu’elle a essuyée », et son avocat conclut dans le factum qu’il rédige à cette occasion : « Il seroit trop dangereux dans de pareilles circonstances de s’arrêter à l’allégué vague d’une femme pour en prendre le prétexte de dépouiller un mari qui doit être le maître »8. De la même manière, la rigueur paternelle est perçue comme une preuve d’amour et une nécessité pédagogique, son absence comme une faiblesse préjudiciable au bon développement des enfants.

16La plus grande partie des comportements violents, homicides compris, reste inconnue des autorités judiciaires et se trouve traitée par des processus infrajudiciaires ou intégrée dans une gestion des rapports sociaux qui les considère comme une de leurs manifestations normales. Cette forme de contrôle social est d’autant plus possible que chacun, dans sa rue ou dans son quartier, est au courant des comportements des autres : même la nuit, les violents ne peuvent pas agir incognito, car on les entend de l’intérieur des maisons et on reconnaît le bruit de leurs pas ou de leurs voix. Cette autosurveillance des populations, augmentée encore par l’organisation de la société en « corps » institutionnalisés (par exemple les corporations de métiers), est le principal garant de la paix sociale et du contrôle préventif des débordements, dans des villes où la présence de la police reste très faible (une vingtaine de sergents professionnels à Dijon, par exemple), même si elle augmente un peu au cours du siècle. Cette organisation explique à la fois la part secondaire de la violence dans les rapports sociaux, la tolérance manifestée envers ses formes considérées comme bénignes, de loin les plus nombreuses, et la souplesse de ses modalités de traitement et de résolution.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Baroux (M.), La criminalité dans le bailliage d’Avallon. 1700-1790, mémoire de maîtrise dactylographié, dir. Garnot (B.), Dijon, 1995.

Bernard (C.), Criminalité et répression dans les lieux publics à Dijon de 1740 à 1759 d’après les procès criminels de la justice communale, mémoire de maîtrise dactylographié, dir. Garnot (B.), Dijon, 1994.

Bernard (C.), Dans le huis clos des familles (1705-1739), mémoire de maîtrise dactylographié, dir. Garnot (B.), Dijon, 1996.

Bernot (J.-L.), La prostitution à Dijon aux XVIIe et XVIIIe siècles, mémoire de maîtrise dactylographié, dir. Ligou (D.), Dijon, s.d.

Boursier (S.), La justice municipale à Chalon-sur-Saône de 1743 à 1755 et de 1780 à 1789, mémoire de maîtrise dactylographié, dir. Garnot (B.), Dijon, 1997.

Chevau (V.), La corporation des tonneliers à Dijon au XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise dactylographié, dir. Garnot (B.), Dijon, 1993.

Desfontaines (E.), IM délinquance dijonnaise de 1780 à 1790 d’après les procès criminels de la justice municipale, mémoire de maîtrise dactylographié, dir. Ligou (D.), Dijon, 1986.

Fey (D.), Les peines corporelles en Bourgogne au XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise dactylographié, dir. Garnot (B.), Dijon, 1992.

Gibert (S.), If administration municipale de la ville de Châtillon-sur-Seine au XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise dactylographié, dir. Ligou (D.), Dijon, 1983.

Jacquin (H.), La ville de Saint-Jean-de-Losne au XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise dactylographié, dir. Ligou (D.), Dijon, s.d.

Marié (V.), Valeurs et pouvoirs au cœur des conflits familiaux (1764-1780), mémoire de maîtrise dactylographié, dir. Garnot (B.), Dijon, 1997.

Molard (K.), Comportements et mentalités de la population chalonnaise. 1740-1774, mémoire de maîtrise dactylographié, dir. Garnot (B.), Dijon, 1999.

Morini (K.), Les déclarations de grossesse à Dijon, mémoire de maîtrise dactylographié, dir. Garnot (B.), Dijon, 1999.

Muzard (S.), La police à Mâcon de 1700 à 1750, mémoire de maîtrise dactylographié, dir. Garnot (B.), Dijon, 1992.

Piétri (M.), Les émeutes du 18 avril 1775 à Djon, mémoire de maîtrise dactylographié, dir. Ligou (D.), Dijon, 1971.

Podechard (V.), IM justice municipale à Chalon-sur-Saône de 1700 à 1742, mémoire de maîtrise dactylographié, dir. Garnot (B.), Dijon, 1994.

Provence (N.), IM cabaret et la criminalité en Bourgogne au XVIIIe siècle, mémoire de DEA dactylographié, dir. Garnot (B.), Dijon, 1993.

Tournois (J.-M.), Dans l’antichambre des peines. Les prisons dijonnaises à la fin du XVIIIe siècle (1774-1789), mémoire de maîtrise dactylographié, dir. Garnot (B.), Dijon, 1991.

Villierme (E.), « Accusées de vie libertine et scandaleuse ». IM prostitution dans le bailliage de Dijon au XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise dactylographié, dir. Garnot (B.), Dijon, 1992.

Villierme (E.), « Les jeux du plaisir et du hasard ». IMS plaisirs défendus dans le bailliage de Dijon  au XVIIIe siècle, mémoire de DEA dactylographié, dir. Garnot (B.), Dijon, 1994.

Notes

1 Cette étude repose, pour l’essentiel, sur l’utilisation d’une vingtaine de mémoires de maîtrise. Toutes les référence à ces mémoires dans les notes renvoient à leur liste située à la fin de cet article.

2 C. Bernard, op. cit., annexe II.

3 S. Boursier, op. cit., f. 89.

4 D. Fey, op. cit., f°. 37.

5 C. Bernard, op. cit., f. 70.

6 H. Jacquin, op. cit., f. 72; C. Bernard, op. cit., f. 45-46.

7 C. Bernard, op. cit., f. 75.

8 V. Marié, op. cit., f. 79 ; et C. Bernard, op. cit., p. 73.

Auteur

Université de Bourgogne - UMR 5605

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540