Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume I

 | 
Philippe Guignet

Délinquance, intégration et marginalité

Mortalité et migration dans l’est de la Belgique durant la Révolution industrielle

Venir mourir en ville ?

Michel Oris et George Alter

Note de l’éditeur

Exceptionnellement dans cet article issu d’une traduction en français, la méthode anglosaxonne de références bibliographiques a été adoptée par les auteurs et maintenue par les éditeurs.

Texte intégral

1Depuis longtemps, les historiens croient que les populations urbaines du moyen âge et de l’époque moderne n’étaient pas capables de croître sans bénéficier des apports migratoires en provenance du monde rural (De Vries 1984, chapitre IX). Dans une contribution célèbre, Allan Sharlin (1978) a mis l’accent sur le rôle de la mortalité différentielle des autochtones et des immigrés dans la dynamique démographique urbaine. Cette question a étonnamment été négligée par les chercheurs qui ont exploré le XIXe siècle, alors même que c’est à cette époque que des sociétés rurales sont devenues urbaines et industrielles (voir Williamson 1988 pour une intéressante exception). En France (Pitié 1979, surtout p. 25-29), en Angleterre (Lawton 1989, 8-9), aussi bien qu’en Belgique (Van Molle 1983) plusieurs auteurs ont étudié comment un tel bouleversement a été perçu par ceux qui en ont été les contemporains. L’urbanisation, en particulier celle des villes industrielles, a été vue comme monstrueuse, telle une explosion chaotique de mines, un amas sauvage de fabriques et de maisons misérables construites sans ordre ni précaution, foyers d’épidémies nouvelles comme celles de choléra, avec des conditions de logement imposant une promiscuité menaçant à la fois la morale sexuelle et l’hygiène privée (Moch 1992,143). En outre, le chaos des villes tentaculaires – selon l’expression du poète Verhaeren – semblait consumer de vertes campagnes peintes en couleurs douces, telles les derniers refuges de la naïveté, des vertus simples, de la moralité, de la bonne santé. Tout naturellement, le migrant est typiquement décrit comme un être rustique, moralement et physiquement détruit par la perversité de l’environnement urbain (Pinol 1991, 55-60 ; Moch 1992,142-147).

2Un ou deux siècles plus tard, les historiens restent largement prisonniers de ces visions qualitatives que les élites intellectuelles de l’époque nous ont transmises (Lis et Hélin 1991, 297). Toutefois, les investigations scientifiques ébrèchent peu à peu les stéréotypes. Michael Anderson a joué un rôle pionnier lorsqu’en 1985, il a souligné qu’une large proportion d’immigrés était recrutée dans les aires adjacentes. Ces personnes étaient familiers de leur terre d’élection. Ils disposaient notamment d’informations sur les marchés du travail et du logement, partageaient avec les autochtones la même culture, et encouraient normalement peu de risques d’être discriminés. Puisque la grande majorité des mouvements migratoires en Belgique orientale au XIXe siècle étaient de courte distance (Oris, Capron, Neven 1999), nous prenons les remarques critiques de M. Anderson comme fondations pour bâtir une nouvelle démographie différentielle des migrants et des natifs. Un autre soubassement s’appuie sur une observation basique : durant la période de croissance paroxystique, le poids des immigrés dans la population des villes industrielles excédait presque toujours 50 %, dépassant même 70 % dans quelques cas extrêmes. Quand les nouveaux venus sont majoritaires, la problème classique de leur intégration doit nécessairement être repensée en termes neufs (Oris 1995, 291-295). De premières recherches ont déjà montré que dans les villes minières, les « pays noirs », les immigrants avaient été les premiers à briser la règle séculaire du mariage tardif, et qu’ils pourraient même avoir été les pionniers du déclin de la fécondité au sein des populations ouvrières.

3Dans ce papier, nous essayons de prolonger la démarche critique en offrant une réinterprétation du complexe migration-mortalité tel qu’il peut être observé au XIXe siècle, à une époque où les populations déserraient les griffes de la faim. L’espace considéré est celui de la province de Liège, à l’est de la Belgique dans sa partie francophone, à la frontière avec l’Allemagne et les Pays-Bas. Cette région fut la première sur le continent européen à suivre l’exemple britannique et à s’engager dans la révolution industrielle. Dans une première partie, nous essayons de synthétiser toute une série de résultats sur l’histoire des migrations et de la mortalité dans cet espace composite, ce monde rural parsemé de petites villes qui s’urbanisent à marche forcée. Nous rapportons aussi de premières études qui révèlent une sous-mortalité des migrants de plus de 5 ans dans les zones industrielles. Qui plus est, justifiant l’intuition de Allan Sharlin, cette démographie différentielle explique largement la spécificité du patron de mortalité des populations urbaines-industrielles (spécificité décrite par Haines 1991 ; Oris 1998 ; Neven 2000b).

4Dans une deuxième et troisième sections, nous utilisons des études locales pour explorer l’une de ces particularités : la surprenant sous-mortalité des adultes actifs. La situation des campagnes est approchée grâce au village ardennais de Sart-lez-Spa, alors que l’expérience de Tilleur, une banlieue minière et sidérurgique de Liège, éclaire la destinée des villes industrielles. Dans un premier temps, nous nous concentrons sur l’hypothèse que les migrants sont sélectionnés, ce qui leur permettrait de se mesurer avec la morbidité et la mortalité qui régnaient dans les villes champignons. Toutefois, les analyses montrent clairement que les immigrés adultes ne forment pas une population homogène. Bien qu’il soit extrêmement difficile d’évaluer l’effet du temps qui s’est écoulé depuis l’arrivée d’un nouveau-venu dans le monde urbain (afin de distinguer les chocs épidémiologiques de l’accommodation à un nouvel environnement épidémiologique), il n’en reste pas moins que parmi les adultes mariés les ségrégations selon l’origine interagissaient avec les discriminations selon le statut socio professionnel, alors la situation familiale et l’économie du ménage déterminaient largement les chances de survivre des jeunes célibataires masculins.

LE « SACRIFICE DE LA CROISSANCE »

5La distribution géographique de la population en Wallonie a été complètement bouleversée par la révolution industrielle. Les trois régions manufacturières centrées sur Liège, Charleroi et Verviers comptaient environ 90 000 habitants vers 1800, 225 000 vers 1850, plus de 500 000 en 1900. Dans la seule province de Liège, sur le même laps de temps, le taux d’urbanisation a explosé de 25 à 60 % ! (De Laet, 1992, 427 ; Oris, 1990, 90 ; Morsa, 1987, 75, 90 ; Desama, 1985, 58 ; Hasquin, 1971, 270). Il semble évident que seul un exode rural dévastateur a pu nourrir une telle croissance effrénée. La réalité, pourtant, fut plus complexe.

6Durant tout le XIXe siècle, la balance positive des naissances et des décès impose aux campagnes wallonnes une pression démographique qu’une économie déstructurée ne peut absorber. Les composantes de la crise sont relativement partagées, nonobstant les variations régionales. Elles incluent essentiellement l’affaiblissement, voire la disparition du tissu proto-industriel, donc de la pluri-activité, ainsi qu’une implosion de la propriété paysanne, trop émiettée de génération en génération, qui permet à une élite bourgeoise et noble de racheter les terres et de remembrer les exploitations (Neven 2000a ; Alter et Oris 2000). Cependant, contrairement à une idée reçue, aucun véritable exode rural ne s’observe. Jusqu’en 1890/1900, les populations des campagnes stagnent, certes, mais ne s’effondrent nullement ; seuls les excédents produits par le solde naturel s’en vont, à concurrence de 0,5 à 1 % du nombre d’habitants chaque année (Alter, Neven, Oris 2000). Même dans une région agricole particulièrement pauvre comme l’Ardenne, qui subit la disparition des vieilles forges dès le XVIIIe siècle, l’effondrement de la filature proto-industrielle dès 1825, la vente et la division des biens communaux après 1847, puis la substitution de l’agriculture par la sylviculture (Hoyois 1981 ; Alter et Oris 2000, 303-304), même là la population arrive à croître jusqu’au milieu du siècle, avant de diminuer à un rythme modéré ensuite.

7L’explosion urbaine n’en contraste pas moins singulièrement. Vers 1800, les futurs berceaux de l’industrie moderne ne comptent que quelques centaines d’habitants (550 à Tilleur par exemple), quelques milliers au mieux (2000 à Seraing). Quand des entreprises géantes comme la Société de Sclessin ou Cockerill s’y installent, elles bouleversent complètement ces villages où les immigrés affluent en masses compactes. Du point de vue des campagnes, où résident de l’ordre de 75 % de la population, ces flux représentent une ponction négligeable. Par contre, dans les petites localités industrielles qui explosent, les nouveaux venus minorisent rapidement les autochtones, paysans ou artisans effarés par la brutale transformation de leur cadre de vie. Les immigrants sont usuellement plus de la moitié des habitants, jusqu’à 70 % dans des cas extrêmes. Faut-il le dire, il n’y aurait guère de sens à s’interroger sur leur intégration alors même qu’ils sont aussi majoritaires. C’est une population nouvelle qui se forme dans un contexte de croissance paroxystique (Oris 1995 ; Bourdelais 1999).

8Cependant, au-delà des courbes qui semblent décrire une poussée continue (Petillon 1997 ; Alter et al. 1999, 32), le processus change fondamentalement de nature. Dans une phase de maturation qui s’amorce vers 1856/1866, le mouvement naturel assure les deux tiers du croît démographique dans les villes industrielles belges (Eggerickx et Poulain 1995, 275-280) ; les apports migratoires n’interviennent plus que pour un tiers ! C’est que l’afflux initial de jeunes adultes actifs, surtout masculins, a eu pour effet à moyen terme de doper la fécondité générale et le taux de natalité (Desama 1985, 92-93 ; Oris 1996, 171-179). Les autochtones, nourris par ces cohortes de nouveau-nés – les premières générations nées dans la ville industrielle ! –, redeviennent majoritaires en deux ou trois décades. La mobilité spatiale reste intense, de plus en plus même, mais désormais elle prend largement la forme d’une « turbulence migratoire » (Hélin 1990, 628 ; Moch 1992, 142-143) qui brasse les ouvriers au sein de bassins industriels formés, et inclut de nombreux mouvements de retour (Oris 1995). Sans disposer de la masse de chiffres collectés au cours des quinze dernières années, Philippe Ariès a, il y a un demi siècle de cela, décrit dans des pages lumineuses consacrées au Nord de la France, comment la population ouvrière se reformait ainsi sur elle-même, acquérant homogénéité et conscience de classe dans le paysage neuf des Pays Noirs (Ariès 1948 [rééd. 1971], 85).

9Le patron de mortalité a été fortement affecté par la redistribution du peuplement et le mode spécifique de développement des villes industrielles. Le temps long de la mort est celui d’un déclin séculaire amorcé dès le début ou le milieu du XVIIIe siècle (Bruneel et al. 1987, 298). Dans l’Est de la Belgique, les années 1798-1847 sont une période de transition vers des taux de mortalité bas et une croissance démographique « moderne », épargnée par les hachures brutales des crises. La guerre n’a plus que peu d’influence une fois clos le chapitre de l’empire napoléonien, et les dernières famines mortelles frappent en 1798, 1811-1812 et 1816-1817. Même la maladie de la pomme de terre et les mauvaises récoltes de céréales en 1845-1847 ne parviennent plus à influer sur la courbe des décès dans cette partie du pays (Alter et Oris 2000, 305). Pourtant, de 1847 à 1873, une véritable dépression épidémiologique suspend tout progrès.

10En fait, si cette chronologie est bien établie au niveau régional de l’ensemble de la Belgique orientale, à l’échelle locale le début de cette dépression varie selon le calendrier de la révolution industrielle et de l’expansion urbaine. Les premières évidences s’observent dans la ville textile de Verviers, où la fièvre typhoïde de 1818-1820 peut être vue comme la première pathologie typique de cette phase d’arrêt. Elle a fait grimper le taux de mortalité à 50 décès pour 1000 habitants durant trois ans. La diffusion meurtrière du choléra en 1832-1834, ses retours offensifs en 1848-1849, 1852-1854 et 1866, marquent profondément ce nouveau régime démographique. Ces épidémies sont le sommet d’un iceberg dont la base est constituée par les maladies à localisation intestinale. Les autres causes de la mortalité de tous les jours autant que des épisodes de crise sont les affections qui frappent les enfants : variole, rougeole, scarlatine etc. (Neven 1997 ; Capron 1998 ; Oris 1998).

11Un tel paysage morbide est atypique dans le contexte général du XIXe siècle ouest-européen, mais typique des environnements industriels (Perrenoud et Bourdelais 1998). Souvent établies à la campagne, les villes-champignons doivent se mesurer à leur propre croissance. Leur développement a été si soudain, si rapide que les infrastructures urbaines ne peuvent se mettre en place qu’après que les logements aient été bâtis à la hâte. L’installation d’égouts ou de canalisations de distribution d’eau est dès lors d’autant plus coûteuse lorsqu’elle doit s’insérer dans un tissu urbain existant et branlant. En outre, les municipalités peuplées de pauvres ouvriers ne disposaient que de ressources financières médiocres pour répondre à l’explosion des besoins. Ceux-ci ne concernaient pas que l’hygiène publique, mais aussi l’éducation primaire, les structures commerciales etc. Des monographies sur Dison, le plus gros faubourg de Verviers, ou sur Seraing, ont montré comment, après 1850, des administrateurs locaux ont fait de leur mieux pour transformer « leurs villages urbains en véritables villes », mais ce fut une œuvre difficile, longue, qui se poursuit aujourd’hui encore (Potelle 1987 ; Oris 1995). À côté des équipements déficients, les conditions de logement étaient bien évidemment très mauvaises et la spéculation foncière intense. Cependant, dans une thèse modèle, Léo De Saint-Moulin (1969) a montré que l’espace était disponible dans ces villes du charbon qui poussaient à la campagne. Le secteur de la construction a répondu rapidement à la demande, et les propriétaires ont été capables de devenir propriétaires de leur demeure avant même qu’un système d’aides publiques soit mis en place en 1887-1891. Toutefois, la qualité du bâti fut souvent pauvre, l’hygiène privée inexistante et l’entassement la norme (Oris 1998, 299-305, pour une synthèse).

12Le coût humain du développement fut dès lors terrible. À Tilleur, à Seraing, à Dison, l’espérance de vie à la naissance tombe à 30 ans, voire moins dans les années 1850-1860. Entre 30 et 40 % des enfants ne survivent pas jusqu’à leur cinquième anniversaire (Oris 1998 ; Neven 2000b). Une chute similaire s’observe dans les villes industrielles britanniques vers 1820-1830 (Srzeter et Mooney 1998), au Creusot en 1846-1856 (Bourdelais et Demonet 1996), ou aussi tard qu’en 1900 à Bilbao quand la ville s’industrialise (Pareja Alonso 1997). Partout, l’urbanisation industrielle, sauvage, anarchique impose ce que les historiens britanniques Grahan Mooney et Simon Srzeter (1998) appellent le « sacrifice de la croissance ». L’expression manifeste le contraste entre l’extraordinaire explosion de la production de richesse dans les villes industrielles et l’ampleur de son coût humain. Nous avons pu montrer ailleurs que dans l’Est de la Belgique, le sacrifice est d’autant plus profond que la situation inverse s’observe dans les campagnes. En voie de ruralisation, sinon de paupérisation, elles restent largement à l’écart des épidémies et de nombreuses autres pathologies et se distinguent par des espérances de vie de 45 ans et plus (Alter, Neven, Oris, à paraître). Jamais sans doute le différentiel villes-campagnes n’a été aussi profond ! C’est une situation qui permet de comprendre pourquoi les élites contemporaines ont magnifié le monde rural, y voyant notamment le berceau de la bonne santé.

13Dans ce double contexte dessiné par l’urbanisation industrielle et la dépression épidémiologique qui y est liée, des masses de migrants passent de villages pauvres mais préservés à des villes en croissance mais qui semblent dévorer le genre humain. La relation entre ces phénomènes peut, dans un premier temps, être approchée par une analyse de séries annuelles. Elle tente d’expliquer les variations du taux brut de mortalité en fonction de l’évolution des prix de détail et des migrations (Alter et al., 1999, 44-45). Il en résulte que l’immigration réduisait la mortalité sur le court terme car elle accroissait le proportion d’adultes ayant de faibles risques de mourir au sein de la population urbaine totale. A moyen terme cependant, comme ces adultes augmentaient aussi le poids de la population fertile et avaient des enfants, la croissance consécutive du taux de natalité impliquait mécaniquement une montée de la mortalité en raison des risques élevés encourus par les enfants. C’est d’autant plus vrai que si les nouveau-nés étaient protégés par les anticorps que la mère transmettait en allaitant, les jeunes de 1 à 9 étaient particulièrement sensibles à l’écologie urbaine et aux conditions de logement que l’immigration massive détériorait. En somme, les effets immédiats et différés de l’arrivée d’immigrés étaient totalement différents.

14Le tableau 1 est le premier à établir de manière directe que les chances de survie des natifs des villes industrielles étaient pires encore que celles des immigrés. Les mesures qu’il propose, basées sur l’enregistrement civil des décès et la structure démographique fournie par les recensements, montrent un écart de 5 à 6 ans dans l’espérance de vie à 5 ans dans le faubourg textile de Dison en 1846 et 1866. À Limbourg, autre localité du bassin lainier de Verviers, entre 1847 et 1866, ceux qui avaient survécu jusqu’à leur 5e anniversaire pouvaient encore espérer vivre 47,9 ans s’ils étaient des autochtones, 51,2 ans s’ils étaient des immigrés. La différence est plus modeste, mais le caractère industriel de Limbourg était beaucoup moins prononcé que celui de Dison à cette époque. Dans une ville traditionnelle comme Huy, l’écart entre les natifs et les non-natifs était faible et parfois au bénéfice des premiers. C’est dans le grand centre industriel de Seraing que la sous-mortalité des immigrés apparaît la plus nette vers 1846, avec 52 ans au lieu de 39. Toutefois, le fossé se comble rapidement et devient des plus modestes après 1866. Les natifs de Seraing étaient désavantagés en 1846 surtout en raison de leurs plus haut taux de mortalité à partir de 15 ans. Les analyses de Catherine Capron (1998, 60) et de Jean-François Potelle (1987, 103-105), respectivement sur Limbourg et Dison, ont également attribué aux groupes d’âges 20-55 ans la responsabilité majeure de la sur-mortalité des autochtones. À Seraing, les deux sous-populations supportaient des risques similaires de 5 à 14 ans. En 1856, cette égalité s’étend à la tranche 15-39 ans, puis en 1866 aussi aux 40-64 ans. Les différences qui subsistent ensuite concernent des vieillards peu nombreux dans une cité industrielle comme Seraing. Nous pouvons donc conclure à un effacement du différentiel natifs-immigrés et à une homogénéisation du patron de la mortalité entre 1866 et 1890.

Tableau 1 : Espérances de vie à 5 ans selon l’origine à Seraing, Dison et Huy, 1846-1890

Tableau 1 : Espérances de vie à 5 ans selon l’origine à Seraing, Dison et Huy, 1846-1890

15Il est possible de comprendre cette évolution en se remémorant la distinction discutée plus haut entre une phase de fondation paroxystique et une période de maturation des populations industrielles, avec une transition après 1856 dans le cas de Seraing. Durant la deuxième période, la part des migrations de proximité, internes au bassin industriel de Liège, augmente au sein de la mobilité globale. Par voie de conséquence, immigrés et autochtones présentent de plus en plus les mêmes traits économiques, sociaux et culturels. L’évolution de l’espérance de vie à 5 ans et les taux de mortalité par tranche d’âge suggèrent qu’ils sont aussi devenus de plus en plus semblables au niveau de leurs caractéristiques biologiques et de leurs capacités générales à survivre dans les villes-champignons.

16La sous-mortalité des immigrés, au moins dans une phase initiale de développement, n’est pas propre à la Belgique. Patrice Bourdelais et Michel Demonet (1996, 187-188 et 203) l’ont retrouvée au Creusot. L’étude de la ville allemande de Brême est particulièrement intéressante car elle établit qu’au départ, les immigrés s’en sortaient moins bien que les natifs et que la situation ne s’inverse qu’après 1905, quand la cité portuaire bénéficie d’une industrialisation tardive (Lee et Marschalk 1995, 44-47). Ceci confirme ce que le tableau 1 suggérait, à savoir que la sous-mortalité des migrants est une caractéristique des milieux urbains-industriels, non des villes en général. Ce n’en sont pas moins bien des stéréotypes qui s’en trouvent dénoncés. De plus, la position spécifique des immigrés explique largement la spécificité du patron de mortalité des populations industrielles au XIXe siècle. Michel Oris (1998,293) et Muriel Neven (2000b, 307-309) pour les bassins miniers et sidérurgiques de Belgique orientale, Patrice Bourdelais et Michel Demonet (1996,189-199) pour Le Creusot, ont montré que les adultes actifs y encouraient clairement moins de risques de décéder que l’ensemble des Belges ou des Français de la même tranche d’âge. Ces résultats ont stupéfait car les historiens sociaux ont décrit en détail les conditions de travail pénibles et dangereuses, les longues journées de labeur, les cadences infernales, les accidents fréquents. Pour comprendre la disparité entre une mesure statistique de la survie et la perception d’un mode de vie, il faut nous intéresser à la question de la sélection dans le processus de formation des populations industrielles.

SÉLECTION ? MORTALITÉ ET MIGRATION DES ADULTES CÉLIBATAIRES DANS UNE PERSPECTIVE RURALE

17Les données collectées dans le village ardennais de Sart permettent d’approcher l’interaction entre mortalité et migration dans une perspective rurale inédite. Comme beaucoup de zones rurales en Belgique et en Europe, Sart a expérimenté durant le XIXe siècle à la fois une croissance et un déclin de sa population. Dans diverses régions, comme dans le Pays de Herve voisin, le remembrement des petites fermes en de plus vastes exploitations, ainsi que le déclin de la production proto-industrielle, ont provoqué une dépopulation rapide, avant une longue phase de stagnation (Neven 2000a). Dans les Ardennes, cependant, les essais d’implanter des techniques agricoles modernes ont échoué, au moins jusqu’au milieu du siècle. Même après, Sart est resté un village de petits paysans très dépendants de la forêt avoisinante. Le nombre d’habitants y a crû de 1910 personnes en 1815 à 2521 en 1855, puis le déclin graduel de la mortalité, la pression démographique accrue dans un contexte local de raréfaction des ressources ont conduit à une inversion de l’orientation des flux migratoires. À partir de 1850/1855, l’émigration l’emporte nettement. La municipalité ne comptait plus que 2150 résidents en 1895 (Tableau 2).

Tableau 2 : Composantes du mouvement démographique à Sart, 1815 à 1895

Tableau 2 : Composantes du mouvement démographique à Sart, 1815 à 1895

Source : Registres de population de Sart.

18Dans le tableau 3, nous présentons un modèle d’étude des migrations au niveau individuel. Les données de base proviennent des registres de population de Sart, lesquels enregistrent de manière continue les habitants de la commune de 1812 à 1899. Les individus étaient enregistrés par ménage, et des annotations mentionnaient les naissances, décès, mariages et migrations. De nouveaux registres furent ouverts en 1847, 1867, 1881 et 1891 suivant les recensements. Les données ont été corrigées pour inclure toutes les naissances et tous les décès, mais nous savons par le couplage des individus à travers les registres que la migration est sous évaluée, particulièrement avant 1846. Toutefois, nous n’avons aucune raison de croire que ce sous-enregistrement induit un biais systématique dans les variables explicatives utilisées dans cette analyse. Le modèle de régression établi par Cox a été utilisé pour estimer les effets des caractéristiques individuelles et du ménage sur la probabilité de migration à Sart au XIXe siècle. Concentrée sur le groupe qui a le plus de chances d’émigrer, l’étude se limite aux célibataires âgés de 15 à 29 ans qui étaient directement apparentés au chef du ménage. Cette dernière condition induit, en fait, l’exclusion des servantes et des domestiques. La colonne appelée « risque relatif » présente la valeur exponentielle du coefficient estimé dans le modèle, lequel peut être interprété comme un taux de probabilité. Par exemple, le risque relatif de 1,03 associé avec l’âge signifie que chaque année supplémentaire augmente de 3 % la probabilité de migration.

19Dans l’ensemble, les résultats du tableau 3 montrent l’importance de la composition de la famille dans la décision de partir. Les jeunes gens vivant avec des frères ou des sœurs plus âgés avaient moins de chances d’émigrer, tandis que ceux cohabitant avec une fratrie plus jeune voyaient leurs probabilités s’accroître. Ceux qui ne vivaient pas avec leur(s) parent(s) avaient deux fois plus de chance de s’en aller que ceux vivant avec au moins un de leur géniteur. Nous constatons aussi que les jeunes femmes avaient environ 5 % de chances en plus d’émigrer que les jeunes hommes. Les taux plus élevés d’émigration féminines reflètent probablement deux facteurs. Premièrement, alors que les opportunités d’emploi étaient faibles pour une femme seule à Sart après la disparition du filage proto-industriel, une forte demande de travail féminin, comme domestique ou comme ouvrière dans les manufactures, existait à proximité du village, dans l’agglomération de Verviers. Deuxièmement, les nouveaux mariés s’établissait habituellement dans la communauté de l’époux. Donc, les jeunes femmes mariées à des hommes de communes environnantes émigraient au moment de leur mariage.

Tableau 3 : Modèle de probabilité proportionnelle du risque de migrer, célibataires de 15 à 29 ans nés à Sart, 1812-1899

Variables

Coefficients estimés

Risques relatifs

Fréquence de la variable

Âge

0,03 ***

1,03

19,09

Nombre de décès dans le ménage dans les deux années précédentes

-0,19 ***

0,82

1,07

Frère aîné

-0,12*

0,89

0,46

Frère cadet

0,06

1,06

0,62

Sœur aînée

-0,37 ***

0,69

0,43

Sœur cadette

0,10

1,11

0,59

Parents absents du ménage

0,88 ***

2,40

0,07

Femmes

0,05

1,06

0,45

Nombre d’événements

877

-2 Log Likelihood

16096,04

Chi-squared

188,28

Degrés de liberté

8

* significatif à .10
*** significatif à .01
Source : Registres de population de Sart.

20Les résultats du tableau 3 montrent également une relation solide entre la migration et la mortalité à l’intérieur des familles. Les célibataires vivant dans des familles éprouvées par plusieurs décès dans les deux dernières années avaient moins de chances d’émigrer. Chaque décès supplémentaire réduisait la probabilité de migration d’environ 18 %. joint aux résultats sur les frères et sœurs, ceci suggère que les décisions de migration étaient influencées avant tout par les besoins de la famille. D’un côté, les enfants avaient tendance à attendre le départ de leurs aînés avant d’essayer de saisir leurs propres chances de se marier ou d’émigrer. La présence de frères et sœurs plus âgés au sein du ménage indique probablement que la famille était capable d’employer plus de main-d’œuvre. D’autre part, le départ pouvait être retardé quand la famille avait besoin de préserver sa force de travail, soit suite à un décès récent, soit parce que les parents ne pouvaient plus compter sur des enfants plus jeunes.

21Nous avons exploré ces déterminants familiaux de façon plus étendue dans une autre étude (Alter et Oris, 1999). En ce qui concerne notre recherche ici, le résultat le plus important est certainement l’association entre migration et mortalité au niveau même du ménage rural. En effet, une telle association implique que les jeunes migrants étaient disproportionnellement recrutés parmi les familles frappées par peu, voire pas de décès. Est-ce que cela signifie que les migrants proviennent d’environnements plus salubres ? C’est tout a fait probable. Les historiens aussi bien que les démographes travaillant sur les pays en voie de développement accordent une attention croissante au groupement de la mortalité dans certaines familles, à la concentration des décès dans certains ménages alors même que d’autres sont épargnés. Dans le cas spécifique de Sart-lez-Spa, nous avons récemment établi que « the healthiest 25 percent of the population was at least 37 percent less likely to die than the average family, and the least healthy 25 percent was 28 percent more likely to die than average », ce qui signifie un différentiel de mortalité de 65 % entre les extrêmes (Alter, Oris, Bröström 2001, 19). Nous pouvons donc dire que nos résultats suggèrent, en effet, que ceux qui émigraient étaient en meilleure santé que ceux qui ne le faisaient pas. Si une bonne santé tôt dans la vie, au sein du cadre familial, prédit une mortalité tardive, comme plusieurs l’ont affirmé (Fogel et al. 1986 ; Floud 1991,151), les migrants auraient été recrutés de manière disproportionnée parmi ceux qui ont grandi dans des environnements familiaux favorables. Ce peut être une explication de la faible mortalité des migrants dans des villes telles que Seraing. Il va sans dire que Sart est juste un cas d’espèce et que nous devons rester prudent. Néanmoins, à notre connaissance, le tableau 6 offre la première approche qui établisse – ou suggère – la sélection des émigrants dans leur milieu rural d’origine.

22Paradoxalement, les migrants étaient presque certains d’augmenter leurs risques de décès en quittant Sart pour un des centres industriels de l’est de la Belgique. Les taux de mortalité pour les adultes âgés de 20 ans et plus dans les banlieues textiles de Dison ou l’important centre industriel de Seraing étaient 25, 50, voire 100 % plus élevés que ceux de Sart. Ainsi, bien que les migrants bénéficient d’une plus grande résistance face à la mort que leurs congénères restés à Sart ou que les natifs des villes industrielles vers lesquelles ils partent, ils n’en déménagent pas moins vers un environnement beaucoup moins salubre. Au cours du siècle, l’avantage des taux de mortalité décroissants dans des campagnes comme Sart a largement été se perdre dans des localités insalubres et surpeuplées.

DE LA SÉLECTION À L’HÉTÉROGÉNÉITÉ : MORTALITÉ ET MIGRATION DES ADULTES DANS UNE PERSPECTIVE URBAINE

23Tilleur était une petite municipalité d’environ 4,3 km2, située entre le centre industriel de Seraing et la ville de Liège, foyer d’un des plus riches bassins houillers d’Europe. La révolution industrielle y a débuté avec l’établissement de mines de charbon en 1828 et 1830, par deux compagnies capitalistes utilisant des machines modernes. Après l’indépendance de la Belgique en 1830, une de ces entreprises, la Société de Sclessin, voulut construire un nouveau débouché pour sa production afin de compenser la perte du marché hollandais. Avec l’assistance technique du célèbre John Cockerill et l’aide financière de la très importance Société Générale, les administrateurs firent bâtir un haut fourneau, puis un laminoir, et enfin des fonderies (cf. les articles de Soete et Caulier-Mathy dans Van der Herten et al. 1995). À partir du milieu des années 1830 jusque 1850/1860, Tilleur appartint à un groupe de quatre localités limitrophes (avec Seraing, Ougrée and Grivegnée) qui forme le plus puissant centre de production sidérurgique d’Europe continentale et le cœur de la révolution industrielle en Belgique.

Tableau 4 : Composantes du mouvement démographique à Tilleur, 1830 à 1880

Tableau 4 : Composantes du mouvement démographique à Tilleur, 1830 à 1880

Source : Registres de population de Tilleur.

24En 1807, Tilleur compte seulement 520 habitants travaillant dans l’agriculture et les mines de charbon à ciel ouvert. En 1831, la population dépasse à peine 600 personnes. Mais en 1846, la Société de Sclessin emploie déjà 838 travailleurs, puis 1875 en 1869. Clairement, l’arrivée de l’industrie moderne déstabilise ce village puisqu’il explose pour atteindre 6500 habitants en 1900. Le reste de l’histoire est assez typique de l’urbanisation industrielle. Au recensement de 1807, 85 % des citoyens de Tilleur sont natifs de la localité. En 1847, cette proportion tombe à 42 %, en 1856 à à peine 33 %, avant de remonter à 43 % en 1880. Dans le tableau 4, nous voyons comment, après 1856 et surtout après 1866, le solde naturel des naissances et des décès devient le véritable moteur de la croissance démographique. C’est la transition entre la phase de fondation explosive et la phase de maturation dont nous avons parlé dans la section I. Dans le cas de Tilleur, nous avons pu prouver comment la première phase générait la seconde, car les flux massifs d’immigrants ont radicalement transformé le marché matrimonial (le rapport de masculinité est passé de 93 hommes pour 100 femmes à 119 entre 1830 à 1866). Dès lors fort courtisées, les femmes se sont mariées plus et plus tôt, ce qui a provoqué la hausse du taux de natalité. Entre 1857 et 1880, 86 % des naissances à Tilleur provenaient de mères immigrantes (Oris 1996). L’évolution de la mortalité ne fut pas moins typique, avec la marque distincte de la dépression épidémiologique. Les épidémies de choléra en 1849, 1855 et 1866 tuent chacune 6 % de la population en l’espace de quelques mois, alors que la variole se déchaîne en 1871 et que les maladies infantiles se répandent en 1857. L’espérance de vie fluctue autour de 30 ans entre 1847 et 1873 (voir Neven 2000b pour une présentation détaillée).

25La taille relativement modeste de Tilleur nous a permis d’effectuer une correction complète du sous enregistrement des naissances et des décès dans les registres de populations. Grâce au couplage des registres, nous avons ensuite pu identifier le sous enregistrement des migrations, lequel était assez faible, inférieur à 10 %. Au terme de ce processus long et fastidieux, les histoires de vie de tous les habitants de 1846 à 1880 ont été reconstruites. La base de données qui en résulte comprend 101416 année-personnes, 2 620 décès et 14 265 immigrations pour 17135 individus différents (pour plus de détails sur la base de données, voir Neven 2000b, 298-300). Tilleur est également un exemple intéressant parce que la localité reçut des groupes distincts de migrants : des personnes venues du bassin industriel de Liège, des régions rurales de la Belgique francophone, de Flandre, ou encore des étrangers (Oris 1996, tableau 1 pour la statistique). De plus, une analyse des mariages a clairement démontré que ces sous-populations avaient des comportements distincts, et que les deux derniers groupes étaient ségrégés par les deux premiers (Oris 2000).

26Le tableau 5 prolonge l’analyse menée sur Sart, en utilisant à nouveau les modèles de probabilité proportionnelle de Cox pour étudier les risques de mortalité des adultes à Tilleur. Nous avons calculé des modèles distincts pour quatre groupes, - les hommes et les femmes célibataires, les hommes et les femmes mariés, - pour comparer les effets de la région d’origine, définie par le lieu de naissance, sur leurs chances de survie. La première partie du tableau reprend un modèle très parcimonieux, avec l’origine, une variable pour la période (avant ou après 1874, afin de prendre en compte les débuts du déclin de la mortalité) et une autre variable décrivant le lien de parenté avec le chef de famille pour les célibataires (fils ou fille du chef de ménage, ou autre). Dans la seconde partie du tableau, nous prenons en compte le statut social (du chef de famille pour les femme adultes mariées, de l’individu pour les autres catégories). Dans les analyses de biographies, l’effet d’une variable explicative tient compte des effets des autres variables présentes dans le modèle. Cela signifie que si nous observons une mortalité très élevée pour les natifs de Flandre alors que la position socioprofessionnelle est aussi précisée, cette surmortalité ne peut être attribuée à la concentration d’immigrants flamands dans les bas statuts sociaux de mineur ou de journalier. Avec des analyses multivariées de ce type, nous avons une chance de décomposer les causalités ambiguës créées par la ségrégation sur le marché du travail.

Tableau 5 : Modèle de probabilité proportionnelle du risque de mourir parmi les adultes. Tilleur, 1847-1880

Tableau 5 : Modèle de probabilité proportionnelle du risque de mourir parmi les adultes. Tilleur, 1847-1880

Source : Registres de population de Tilleur

27Les modèles simples destinés à comprendre la mortalité des adultes mariés de l’un ou l’autre sexe confirment la discrimination envers les Flamands et les étrangers. Ils supportaient 35 à 87 % de risques de plus de mourir que la catégorie de référence, les personnes nées dans la région urbaine et industrielle de Liège (y compris les natifs de Tilleur). Dans le modèle plus complet, nous voyons qu’une partie de ces influences est « capturée » par la structure socioprofessionnelle, mais c’est un effet général.

28La mortalité différait donc en fonction de l’origine et de la position socioprofessionnelle parmi les adultes mariés. Par contre, les célibataires au-dessus de 15 ans semblent indifférents à ces caractéristiques. Leurs risques relatifs de décès ne sont pas influencés de façon significative par leur lieu de naissance ou leur activité. Dans d’autres analyses utilisant des indicateurs d’entassement dans les logements, ou des variables communautaires comme les prix au détail ou les salaires, nous avons été surpris par l’incroyable résistance de ce groupe, dont la mortalité ne semblait répondre ni à la moindre pression structurelle, ni à quelque pression conjoncturelle que ce soit (Alter, Neven, Oris, à paraître). Notre interprétation est que les personnes mariées essayaient de s’enraciner dans la ville industrielle et étaient exposés sur le long terme à des conditions horribles d’un point de vue écologique, hygiénique, épidémiologique et sur le plan du travail. Par contraste, les jeunes adultes célibataires étaient principalement des migrants se déplaçant seuls ou en petits groupes et effectuant de courts séjours. Il souffraient de conditions sans doute encore plus mauvaises que les mariés, vivant entassés dans de petits garnis. Mais ils pouvaient survivre à ses terribles circonstances, précisément parce qu’ils ne restaient pas pour une longue période et parce qu’ils appartenaient probablement à un groupe sélectionné et exceptionnellement en bonne santé. C’est parfaitement compatible avec les analyses des données de Sart réalisées dans la section précédente.

29Pour examiner ces hypothèses et pour mettre en évidence les questions concernant l’adaptation ou le choc épidémiologique, nous avons distingué cinq groupes : (1) ceux nés dans la région urbaine et industrielle de Liège (les natifs de Tilleur inclus), (2) ceux nés ailleurs et présents à Tilleur pour moins d’un an, (3) présents depuis au moins un an et moins de cinq ans, (4) ceux présents depuis cinq ans et plus, (5) enfin, les observations tronquées, par exemple un immigrant observé pour la première fois dans le recensement de 1846 et dont la durée de séjour antérieure nous est inconnue. Le premier groupe était la catégorie de référence. Nous avons testé plusieurs modèles, simples ou complexes, avec ou sans interactions, et nous avons seulement obtenu des résultats déroutants ! Il est intéressant de s’attarder sur les raisons de cet échec. Le problème vient peut-être que nous considérions tacitement Tilleur comme une sorte d’île en envisageant seulement la durée du séjour dans la commune. En fait, cette petite ville est située entre deux « monstres », Seraing et Liège, dans une large agglomération industrielle. Dans les registres de population belges, se trouvent non seulement le lieu de naissance mais également le lieu d’origine, la commune de résidence juste avant l’arrivée à Tilleur. Ces mentions montrent que 70 % des étrangers, 66 % des Flamands et même 62 % des personnes nées en Wallonie ne venaient pas directement de l’endroit où ils sont nés. Beaucoup étaient passés par le bassin sérésien (Seraing, Ougrée, Jemeppe, Flémalle), et les autres par le reste de l’agglomération de Liège. Cela signifie qu’ils avaient déjà quelque connaissance du monde urbain et industriel, connaissance que nous sommes incapables de mesurer avec les seules données de Tilleur.

30Une solution partielle pour contourner le problème, consiste à examiner les différences de mortalité en fonction de la situation familiale des immigrés. Parmi les adolescents et les adultes célibataires, ceux vivant avec leurs parents encouraient deux fois plus de risques de mourir. Ils représentaient 51,2 % des « personne-années » observées entre 1847 et 1880 à Tilleur parmi les jeunes hommes adultes célibataires, et 68 % des jeunes femmes. Ceux qui se trouvaient à Tilleur sans père ni mère étaient plus nombreux que le suggèrent les personne-années résiduelles (49 % du côté masculin, 38 % du côté féminin), car ils étaient généralement des migrants de courte durée, des feu-follets qui contribuaient à la fameuse « turbulence migratoire » qui caractérisait la ville industrielle. Ces migrants étaient responsables de la surprenante sous-mortalité des adultes travaillant au cœur de la révolution industrielle. Comme nous le remarquions précédemment, leur sélection initiale sur base d’une bonne santé, aussi bien que de leur faible durée d’exposition aux dangers urbains, pourraient expliquer ce privilège. Une explication alternative doit cependant être suggérée. Il est également possible que lorsqu’ils tombaient malades et n’avaient aucun parent dans la ville industrielle, ils retournaient dans la maison parentale où, parfois, ils décédaient. En effet, dans les débats parlementaires à propos des lois sur le « domicile de secours », certains représentants des régions rurales se sont plaints que les bureaux locaux de charité ruraux consentaient injustement à de lourdes dépenses pour soigner des migrants dont la santé s’était détériorée en ville (Neven 2000a, 553).

31Un autre versant de l’histoire des migrants dans la ville industrielle est que l’effet sélectif de la migration ne protégeait nullement les enfants qui accompagnaient leurs parents et leurs frères et sœurs, ou qui étaient nés dans la ville industrielle après que leur famille s’y soit installée. Ce point a été discuté ailleurs (Neven 2000b ; Alter, Neven, Oris à paraître ; Oris, Capron, Neven 1999). Les analyses réalisées montrent que les effets de la mortalité sur la microéconomie d’un ménage pouvaient être très dangereux pour les adolescents. Le décès d’un parent, en particulier du chef de famille, jointe à la charge de jeunes frères et sœurs, augmentait considérablement les risques de décès pour les adolescents et les jeunes adultes. Le stéréotype de la révolution industrielle durant laquelle des enfants entraient précocement sur le marché du travail et se sacrifiaient pour soutenir leur famille, ce stéréotype est confirmé par l’examen des histoires familiales à Tilleur au XIXe siècle.

32Dès lors, même si bien des conclusions restent incertaines ou provisoires, nous pouvons quand même établir une distinction importante, qui permettra de mieux cibler les recherches ultérieures. D’un côté, nous avons des migrants très mobiles, solitaires – en tout cas, des « sans famille » –, passant à travers le monde industriel, qui sont à l’origine de ce trait étrange qu’est la faible mortalité des adultes dans un environnement industriel et urbain particulièrement dur. D’un autre côté, il y a des familles essayant de s’enraciner, de vivre et de survivre dans des conditions écologiques singulièrement malsaines, qui formaient un prolétariat misérable avec une économie familiale précaire. Une telle distinction est bien sûr grossière, mais nous croyons qu’elle constitue un bon point de départ pour prolonger les investigations.

CONCLUSIONS

33Les relations entre migration et mortalité forment un modèle mouvant, qui est lui-même lié à des évolutions profondes dans les comportements de mobilité et dans les conditions épidémiologiques. Ce papier n’avait pas l’intention d’identifier toutes les relations, mais nous croyons que quelques résultats importants ont émergé. Dans les villes industrielles, la migration avait un impact positif sur la mortalité à court terme, parce que beaucoup de migrants adultes étaient en meilleure santé que les natifs du même âge. Mais l’impact de cette migration massive sur l’écologie urbaine et les conditions d’habitation produisirent une augmentation de la mortalité qui excèdent les conséquences mécaniques des changements de la structure par âge. À l’intérieur des populations urbaines et industrielles, la migration était la première cause du modèle particulier de mortalité observé dans les villes des pays noirs et les faubourgs manufacturiers dominés par le textile. Ces endroits se distinguaient par une mortalité infantile et surtout juvénile très élevée et une mortalité relativement basse des adultes, en dépit des pitoyables conditions de travail et de logement.

34Cette singularité était une caractéristique propre à ces régions, que nous ne retrouvons pas dans les villes traditionnelles. L’expérience de Seraing suggère que la position favorable des adultes migrants disparut lorsque la ville industrielle entra dans une phase de maturation, caractérisée par des proportions inférieures de non-natifs et une augmentation de la mobilité à courte distance à l’intérieur des bassins d’activités. Les analyses multivariées de données longitudinales individuelles, tant en milieu rural que urbain-industriel, montrent que les migrants adultes et solitaires peuvent avoir été protégés par leur mobilité élevée. Toutefois, ils paraissent aussi être une population sélectionnée, recrutée de façon disproportionnée au sein des familles les plus saines. Nous avons vu qu’ils avaient une mortalité tout à fait différente de celle des adultes mariés, et qu’ils étaient même différents de leurs semblables qui se trouvaient dans une situation familiale différente. Les jeunes adultes célibataires du même âge qui vivaient avec leurs parents dans les villes industrielles étaient, eux, très sensibles aux fluctuations de l’économie familiale prolétaire (la « family wage economy », selon la terminologie anglo-saxonne).

35Au-delà de ces points spécifiques, de tels résultats illustrent la valeur des observations longitudinales du cours de la vie des individus, grâce auxquelles les populations exposées à l’un ou l’autre risque peuvent être définies de manière plus précise, moins indifférenciée. C’est l’approche la plus appropriée pour confirmer, rejeter ou respécifier les nombreux stéréotypes ou idées reçues qui circulent, aujourd’hui encore, sur les migrants et la santé des populations industrielles. Prenant en compte les risques élevés encourus par les enfants de moins de cinq ans et par les adolescents qui cohabitaient avec leurs parents, nous pouvons conclure que le réel défi n’était pas d’immigrer vers les villes en expansion au cœur de la révolution industrielle, mais bien d’élever une famille dans ce nouvel environnement. Il est clair que l’histoire de la famille est centrale pour refonder une nouvelle histoire sociale de la formation du prolétariat ouvrier au XIXe siècle.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

G. Alter, P. Bourdelais, M. Demonet et M. Oris, « Mortalité et migration dans les villes industrielles au XIXe siècle : exemples belges et français », Annales de Démographie historique, no 2, 1999, p. 31-62.

G. Alter, M. Neven, M. Oris, « Individuals, households and communities facing économic stresses: a comparison of two rural areas in 19th century Belgium », in M. Neven et C. Capron (eds.), Family structures, demography and population. A comparison of societies in Asia and Europe, Liège, Laboratoire de Démographie, p. 185-209.

G. Alter et M. Oris, « Access to marriage in the East Ardennes during the 19th century », in I. Devos et L. Kennedy (eds.), Marriage and rural economy. Western Europe since 1400, Turnhout, Brepols, p. 133-151.

G. Alter et M. Oris, « Mortality and Economic Stress. Individual and Household Responses in a Nineteenth-Century Belgian Village », in T. Bengtsson et O. Saito (eds.), Population and Economy : from Hunger to Modem Economic Growth, Oxford, Oxford University Press, 2000, p. 335-370.

G. Alter, M. Oris et G. Broström, « The family and mortality: a case study from rural Belgium », Annales de Démographie historique, 2001-1, p. 11-31.

G. Alter, M. Neven et M. Oris, « Sart and its surroundings », in T. Bengtsson, C. Campbell, J. Lee, Eife under Pressure, Cambridge MA, MIT Press, à paraître.

M. Anderson, « Urban migration in Victorian Britain : problems of assimilation ? », in E. François (ed.), Immigration et société urbaine en Europe occidentale 16e-19e siècles, Paris, 1985, p. 84-91.

P. Bourdelais, « Contribution à une histoire comparée des villes de l’industrie en Europe », in Annales de Démographie historique, 1999-2, p. 5-7.

P. Bourdelais et M. Demonet, « The evolution of mortality in an industrial town: Le Creusot in the nineteenth century », The History of the Family ; t. 1, no 2, 1996, p. 183-204.

C. Bruneel et al., « Population et subsistances dans l’espace belge (16e-19e siècles) », in A. Fauve-Chamoux (ed.), Evolution agraire et croissance démographique, Liège, Ordina, 1987, p. 293-324.

C. Capron, « Mortalité différentielle et causes de décès à Limbourg au milieu du XIXe siècle », Bulletin du Crédit Communal, 1998, vol. 52, no 203, pp. 45-62.

J-L. De Laet, « Genèse d’un réseau urbain : Charleroi 1750-1850 », Le réseau urbain en Belgique dans une perspective historique (1350-1850), Bruxelles, Crédit communal, 1992, p. 401-431.

L. De Saint-Moulin, La construction et la propriété des maisons, expression des structures sociales. Seraing depuis le début du XIXe siècle, Bruxelles, Crédit communal, 1969.

C. Desama, Population et révolution industrielle. Evolution des structures démographiques à Verriers pendant la première moitié du XIXe siècle, Paris, Les Belles-Lettres, 1985.

J. De Vries, European Urbanization 1500-1800, Londres, Methuen, 1984.

T. Eggerickx and M. Poulain, « Croissance et déclin des communes industrielles dans le contexte de l’industrialisation et de la désindustrialisation de la Wallonie », in R. Leboutte et J. P. Lehners (eds.), Passé et Avenir des Bassins Industriels en Europe, Luxembourg, Centre universitaire du Luxembourg, 1995, p. 269-288.

R. Floud, « Medicine and the decline of mortality: indicators of nutritional status », in R. Schoffield, D. Reher, A. Bideau (eds.), The decline of mortality in Europe, Oxford, Clarendon Press, 1991, p. 146-157.

R. W. Fogel et al., The aging of Union Army men: a longitudinal study, Chicago, Center for Population Studies, 1986.

M. R. Haines, « Conditions of work and the decline of mortality », in R. Schoffield, D. Reher, A. Bideau (eds.), The decline of mortality in Europe, Oxford, Clarendon Press, 1991, p. 177-195.

H. Hasquin, Une mutation. Le “Pays de Charleroi" aux 17 et 18e siècles. Aux origines de la révolution industrielle en Belgique, Bruxelles, Éditions de l’Université libre, 1971.

E. Hélin, « Aux confins de la démographie historique et de l’histoire sociale. Mesurer les migrations », Revue belge d’Histoire contemporaine, 1990, t. 21, no 3/4, p. 605-638.

G. Hoyois, L Ardenne et l’Ardennais. IJ évolution économique et sociale d’une région, Bruxelles, Cultures et Civilisation, 1981.

R. Lawton, « Introduction », in The rise and fall of great cities. Aspects of urbanisation in the Western World, London-New York, Belhaven, 1989.

R. W. Lee et P. Marschalk, « Démographic change and industrialization in Germany, 1815-1914: Bremen in comparative perspective », IMIS-Beiträge, Osnabrück, 1995, t. 1, p. 37-58.

C. Lis et E. Hélin, « Labour migration », Revue belge d’Histoire contemporaine, 1991, t. 21, no 1-2, p. 297-302.

L. P. Moch, Moving Europeans. Migrations in Western Europe since 1650, Bloomington & Indianapolis, Indiana University Press, 1992.

D. Morsa, « Les petites villes dans la principauté de Liège à la fin du XVIIIe siècle. Premières approches », Histoire et Mesure, 1987, t. 2, p. 73-91.

M. Neven, « Epidemiology and economy between town and countryside. Mortality and causes of death in East Belgium, 1850-1910 », Revue Belge d’Histoire contemporaine, 1997, t. 27, no 1-2, p. 39-82.

M. Neven, Dynamique individuelle et reproduction familiale au sein d’une société rurale. Le Le Pays de Herve dans la seconde moitié du XIXe siècle, Thèse de doctorat non publiée, Université de Liège, 3 vol. , 2000a.

M. Neven, « Mortality differentials and the peculiarities of mortality in an urban-industrial population: a case-study of Tilleur, Belgium », Continuity and Change, 2000b, t. 15, no 2, p. 297-329.

M. Oris, « L’urbanisation de la province de Liège, 1800-1970 », bulletin trimestriel du Crédit communal de Belgique, 1990, no 172, p. 77-99.

M. Oris, « L’histoire des migrations, une clé pour lire le temps long des bassins industriels », in R. Leboutte et J. P. Lehners (eds.), Passé et Avenir des Bassins Industriels en Europe, Luxembourg, Centre universitaire du Luxembourg, 1995, p. 289-312.

M. Oris, « Fertility and migration in the heart of the industrial revolution », The History of The Family. An International Quarterly, 1996, t. 1, no 2, p. 169-182.

M. Oris, « Mortalité, industrialisation et urbanisation au XIXe siècle », in C. Desama et M. Oris, Dix essais sur la démographie urbaine de la Wallonie au XIXe siècle, Bruxelles, Crédit communal, 1998, p. 289-322.

M. Oris, « The âge at marriage of migrants during the industrial revolution in the region of Liège », The History of The Family. An International Quarterly, 2000, t. 5, no 4, p. 391-413.

M. Oris, C. Capron et M. Neven, « Le poids des réseaux familiaux dans les migrations en Belgique orientale au XIXe siècle. Peut-on quantifier ? », contribution au International Commissionfor Historical Demography (ICHD-CIDH). Conference “Life in Town. Vivere in Citta” (Rome, September, 27-29, 1999), 1999, 25 pp. 

A. Pareja Alonso, Immigracion y condiciones de vida en la villa de Bilbao, 1825-1935, Thèse de doctorat, Leioa, Universidad del Pais Vasco.

A. Perrenoud et P. Bourdelais, « Le recul de la mortalité », in J. P. Bardet et J. Dupaquier (eds.), Histoire des populations de l’Europe, 1998, t. 2, Paris, Fayard, p. 57-104.

C. Petillon, « L’exceptionnelle croissance de la population de Roubaix au XIXe siècle », Revue du Nord, t. 79, 1997, p. 381-410.

J-L. Pinol, Le monde des villes au XIXe siècle, Paris, Hachette, 1991.

J. Pitie, L’exode rural, Paris, P.U.F., 1979.

J-F. Potelle, La population de Dison au milieu du XIXe siècle, Mémoire de licence inédit, Université de Liège, 1987.

A. Sharlin, « Natural decrease in Early Modem cities: a reconsideration », in Past and Present, 79, 1978, p. 126-138.

S. Szreter et G. Mooney, « Urbanization, Mortality, and the Standard of Living Debate: New Estimates of the Expectation of Life at Birth in Nineteenth Century British Cities », in The Economic History Review, 51.1, 1998, p. 84-112.

E. Vandervelde, L’exode rural et le retour aux champs, Paris, Alcan, 1903.

B. Van der Herten, M. Oris et J. Roegiers, La Belgique industrielle en 1850. Deux cents images d’un monde nouveau, Deurne, MIN-Crédit Communal, 1995.

L. Van Molle, « Voorstellingen van de agrarische samenleving in België rond 1900 », Bijdragen tôt de Geschiedenis, 1983, t. 66, p. 131-150.

J. G. Williamson, « Migrant selectivity, urbanization and industrial revolution », Population and Development Review, 1988, t. 14, no 2, p. 287-314.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Espérances de vie à 5 ans selon l’origine à Seraing, Dison et Huy, 1846-1890
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2055/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 2 : Composantes du mouvement démographique à Sart, 1815 à 1895
Légende Source : Registres de population de Sart.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2055/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 4 : Composantes du mouvement démographique à Tilleur, 1830 à 1880
Légende Source : Registres de population de Tilleur.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2055/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 5 : Modèle de probabilité proportionnelle du risque de mourir parmi les adultes. Tilleur, 1847-1880
Légende Source : Registres de population de Tilleur
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2055/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k

Auteurs

Département d’Histoire économique, Université de Genève et Population Institute for Research and Training et Département d’Histoire, Indiana University à Bloomington

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540