Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume I

 | 
Philippe Guignet

Solidarités et politisation des milieux populaires

Les artisans dans les corps politiques urbains en France sous l'Ancien Régime

Guy Saupin

Texte intégral

  • 1 M. Bordes, La réforme du contrôleur général Laverdy et son application (1764-1771), Toulouse, 1968
  • 2 P. Gueniffey, Le nombre et la raison, Paris, 1993.
  • 3 G. Saupin, « La réforme des élections municipales en France au XVIIIe siècle : réflexion à partir (...)

1L'histoire de la place des artisans dans la vie municipale en France sous l'Ancien Régime est celle d'une marginalisation, simplement remise en cause par la réforme éphémère de Laverdy en 17641 avant que la Révolution ne modifie profondément le régime municipal dans la loi de décembre 17892. Ce mouvement de refoulement du monde artisanal et boutiquier est continu, quasi linéaire sauf de rares exceptions, mais jamais total, avec des décalages considérables selon les villes3. Ces différences résultent d'un équilibre variable entre les modes de structuration politique de la communauté urbaine, les réactions des oligarchies locales et la pression de l'État monarchique. Au sein de cette vaste question, la présente étude voudrait s'attacher à l'analyse des formes de présence du « bon peuple » dans le fonctionnement des structures municipales, pour ensuite détecter les causes de la préservation différenciée de cette association à l'époque moderne.

LES ARTISANS DANS LES STRUCTURES MUNICIPALES

2Il est fort rare de rencontrer une représentation populaire au sein du corps de ville lui même dont l'entrée est réservée aux catégories bourgeoises et nobiliaires, mais il reste habituel d'en trouver trace dans les conseils de consultation, électifs ou délibératifs.

  • 4 C. Lamarre, Petites villes et fait urbain en France au XVIIIe siècle. Le cas bourguignon, Dijon, E (...)
  • 5 M. Bordes, L'administration provinciale et municipale en France au XVIIIe siècle, Paris, SEDES, 19 (...)

3À l'exception des petites villes caractérisées par l'étroitesse de la notabilité4, les artisans et boutiquiers sont normalement exclus des échevinages et consulats, c'est-à-dire des exécutifs qui détiennent l'essentiel du pouvoir municipal. Il existe ainsi une forte assimilation entre la notion d'élite urbaine et la potentialité sociale d'intégrer le corps de ville. L'exclusion des "mécaniques" est une norme classique, dessinant une des frontières fondamentales de la société urbaine, celle qui sépare l'oligarchie du bon peuple. Dans les villes moyennes ou même importantes, seule la tradition de la distribution des charges selon des rangs anciennement fixés peut préserver une intégration populaire à la marge. Ceci est fréquent dans la France méridionale5.

  • 6 EM. Irvine, « From Renaissance City to Ancien Régime Capital: Montpellier, C.1500-C.1600 » dans P.(...)

4Montpellier en est un bon exemple6. Au début du XVIe siècle, les six postes du consulat étaient assignés à des membres des différents commerces selon une répartition fixée en 1410. La charge de premier consul était pour les changeurs, celle de second consul pour les marchands d'épices, les marchands de draps de laine et les bourgeois rentiers, celle de troisième consul pour les marchands de soieries, celle de quatrième pour les marchands de grains et les revendeurs d'épices, et celles de cinquième et sixième pour les métiers urbains, avec introduction possible de laboureurs pour le dernier chaperon. La progression sociale des gens de justice et de finances n'a affecté que la distribution des deux premiers chaperons, au détriment de l'élite marchande.

  • 7 M. Bordes, L'administration..., op. cit., p. 200-212.

5Si les procédures d'ouverture et de légitimation du corps de ville sont très variées, elles obéissent à quelques tendances lourdes qu'il est assez aisé d'identifier. La préservation d'une participation artisanale semble mieux assurée dans les assemblées consultatives que dans les corps électoraux, et naturellement dans les assemblées générales, même si cette appellation recouvre de plus en plus des rassemblements fermés et réglés. Dans le premier cercle de consultation, le réflexe général étant de privilégier avant tout les anciens édiles, les députations cléricales, judiciaires ou marchandes, l'exclusion de la strate artisanale s'avère quasi totale7 à l'exception des villes lui réservant encore un siège d'échevinage ou un chaperon de consul.

  • 8 W. Kaiser, Marseille au temps des troubles, 1559-1596. Morphologie sociale et luttes de factions, (...)

6Dans le conseil de ville de Marseille de 1559 à 1597 (771 individus), les artisans ne pèsent que 10,9 % partageant la représentation populaire avec les ménagers (10,1 %) alors que dans l'estime de 1595, ils forment la partie la plus nombreuse de la population (20,9 %) et que leur part de richesse est même légèrement supérieure à leur poids relatif parmi les conseillers (12,4 %). Au sein de cet ensemble composite, plusieurs évolutions contradictoires se superposent : les marchands-artisans connaissent une hausse soutenue de leur taux d'infiltration alors que les artisans qualifiés connaissent une régression de leur poids relatif et que les autres artisans ne consolident que lentement et faiblement leur présence8.

7Dans les corps électoraux, l'expression du peuple qualifié, d'importance variable, demeure toujours étroitement encadrée par l'oligarchie en place car elle ne peut intervenir que sur des listes d'éligibles résultant toujours d'une procédure où la cooptation tient une place essentielle.

8Parmi les modes de représentation préservant une voix artisanale, il convient de souligner la forte préférence pour les solutions médiates, avec assemblées primaires et suffrage indirect de mandataires. Par ailleurs, la prise en compte de l'ensemble communautaire, qui ne peut exister qu'à travers une perception corporative de la cité, aboutit à des variations autour de trois grands types. La structuration symbolique du corps politique s'effectue soit selon une logique socioprofessionnelle en s'appuyant sur les arts et métiers jurés ou réglés, soit selon un découpage de l'espace renvoyant à une approche religieuse s'il s'agit des paroisses ou civile s'il s'agit des quartiers de la milice bourgeoise.

  • 9 G. Saupin, « Les assemblées municipales en Bretagne sous l'Ancien Régime : quelle participation de (...)

9La préservation d'une assemblée générale immédiate à suffrage direct, sans soubassement d'assemblées primaires, apparaît comme une solution marginale, perçue de plus en plus comme une survivance d'une époque révolue, dont la persistance finit par relever davantage d'une spécificité de la tutelle royale incarnée par les gouverneurs et les intendants que d'un attachement réel de l'oligarchie municipale aux vieux principe médiéval de l'entrée libre de tous les chefs de feux du corps de bourgeoisie9. Si des exemples sont facilement décelables au XVIe siècle, rares sont ceux qui ont perduré jusqu'à la fin de l'Ancien Régime. Il en est cependant ainsi à Dijon et à Nantes.

  • 10 M.P. Holt, « Popular Political Culture and Mayoral Elections in Sixteenth Century Dijon », dans M. (...)

10Dans la tradition politique dijonnaise, le maire était élu par un corps électoral très large, avec une participation effective record qui fait de la capitale bourguignonne une quasi-exception au sein du royaume de France. Dijon est ainsi l'une des rares villes françaises où le corps électoral s'approche le mieux de la véritable distribution sociale de la population puisque les deux groupes les plus massivement intéressés sont respectivement les vignerons et les artisans, à ceci près que les travailleurs de la vigne, qui assurent plus de trois-quarts des présents lorsque les chiffres s'envolent, sont surreprésentés par rapport à leur poids démographique réel. La captation de cette force est devenu un enjeu décisif dans l'arbitrage entre notables car il est fréquent que le vote des vignerons fournisse beaucoup plus de la moitié des suffrages rassemblés par le vainqueur10. Un léger filtrage a été validé par le parlement en 1612, avec l'exigence d'un paiement d'au moins quarante sous pour la taille et la taxe des pauvres

  • 11 G. Saupin, Nantes au XVIIe siècle. Vie politique et société urbaine, 1598-1720, Rennes, PUR, 1996, (...)

11Nantes a conservé jusqu'aux réformes révolutionnaires le principe de libre entrée de tous les chefs de feux dans une assemblée générale unique. Il n'est pas aisé d'en décrire les variations quantitatives et qualitatives étant donné la grande irrégularité des procès-verbaux, toujours inachevés11. Parmi les séances électorales les mieux documentées se détachent celle de 1628 (375 votants), celle de 1685 (450 votants), celle de 1719 (600 votants), celle de 1768 (850 votants) et celle de 1768 (1 100 votants), le tout pour une ville qui voit sa population passer de 25 000 habitants au début du XVIIe siècle à 40 000 habitants sous le règne de Louis XIV pour atteindre 80 000 habitants en 1790. Seul un excès de zèle du greffier de 1685 nous permet d'approcher au mieux la qualification sociale des électeurs. Il classe une représentation institutionnelle de 31 personnes renvoyant à l'élite urbaine, 5 membres du clergé paroissial, puis 131 bourgeois sans référence professionnelle, 88 marchands, 79 gradués en droit ou praticiens de justice, et 116 artisans et boutiquiers. Ainsi, l'élite populaire ne paraît pas constituer la majorité numérique du corps électoral, même si l'utilisation rituelle de la formule « et plusieurs aultres manans et habitans en grand nombre » laisse toujours planer un doute.

  • 12 N. Temple, « Municipal Elections and Municipal Oligarchies in Eighteenth Century France », in J.-F (...)

12Si d'autres villes comme Montluçon ont aussi connu ce modèle d'assemblée unique, la plupart ont préféré assurer une représentation artisanale à travers le filtre d'assemblées primaires chargées de déléguer des mandataires qui, le plus souvent, rejoignaient le corps de ville et les députés du clergé et des cours de justice pour former le corps politique urbain. Lorsque cette médiation reposait sur une structuration de l'espace urbain, soit le cadre paroissial comme à Bourges ou à Nevers12, soit les quartiers de milice comme à Reims, le bon peuple se trouvait en compétition avec l'élite urbaine afin d'incarner cette expression de quartier. Tout dépendait alors du degré d'intérêt des gens de justice et des marchands pour la vie municipale, mais plus encore de l'avancement du processus de ségrégation sociale affectant l'espace urbain. Les artisans avaient nécessairement beaucoup plus de chance d'être délégués par des paroisses de faubourg ou des quartiers industrieux et paupérisés de l'intra-muros que de se voir confier cette tâche dans les paroisses jouxtant la cathédrale ou le siège de la justice royale.

  • 13 Ibid., p. 78.

13À Laon13, les dix paroisses envoyaient chacune deux délégués et cette députation, où la part du monde artisanal était restreinte, s'associait à un ensemble de 25 autres électeurs représentant le corps de ville, l'Église et la justice royale.

  • 14 X. Martin, « Les faux-semblants d'une réforme municipale, Angers, 1584 », ABPO, t. 89, 1982, 3, p. (...)
  • 15 J. Maillard, Le pouvoir municipal à Angers de 1657 à 1789, Angers, PUA, 1984, t. 1, p. 76-86.

14Le fonctionnement de ces assemblées paroissiales n'est pas très bien connu, à l'exception de celles d'Angers. En avril 1584, divers corps et notables, se présentant comme les porte-paroles du mécontement populaire ont obtenu du parlement de Paris une réforme électorale qui est apparue comme une tentative de réduction de l'influence de l'oligarchie officière accusée d'accaparement de l'administration urbaine. Pour désigner un corps de ville ramené à un maire et quatre échevins biennaux électifs (modèle parisien) et douze conseillers viagers, il était dorénavant prévu un collège associant à ce bureau et aux députés de l'Église, de l'Université et du Présidial, des représentants des seize paroisses de la ville. Supprimée à la suite d'une révolte ligueuse avortée en avril 1589, cette nouvelle organisation fut rétablie par le parlement de Paris en mars 1601 sur la demande d'un groupe de pression animé par les marchands et les avocats14. La fermeture sociale de ces conseils paroissiaux, envisagée dès les années 1620 dans le centre aisé, ne fut pas effective avant les années 1680, et neuf paroisses sur seize s'y refusèrent15.

  • 16 A. Babeau, La ville sous l'Ancien Régime, Paris, L'Harmattan, 1997 (1880), t. 1, p. 74.

15La vie municipale rémoise était assise sur une représentation de quartier16. Chaque capitaine de compagnie recevait un billet portant une invitation rituelle : « connestable, vous avertirez tous les portiers, ensemble les archers du guet de votre compagnie, de se rendre... en l'hostel de ville pour procéder à la nomination du maieur, du lieutenant et autres officiers de la ville » (1706).

16La vie politique rouennaise s'est développée dans les cadres institutionnels réformés par Charles VI en 1391, après la répression venue sanctionner la révolte de la Harelle de 1382. Une assemblée des bourgeois, dont les effectifs varient entre 150 et 400 présents dans les derniers siècles médiévaux et plutôt entre 100 et 200 au XVIe siècle, sert d'instance consultative exceptionnelle car ce rôle est plutôt tenu, depuis l'occupation anglaise, par un conseil des 24 - avec un effectif supérieur en réalité - dans lequel se retrouvaient les six conseillers du bureau de ville entourés de leurs prédécesseurs, des quatre quarteniers parlant pour les quatre quartiers de la ville, ainsi que du lieutenant et gens du roi au bailliage et des six avocats pensionnaires de la ville.

  • 17 P. Benedict, Roue » during the Wars of Religion, Cambridge, CUP, 1981, p. 35.
  • 18 Vers 1560, la compagnie des arquebusiers recrutait dans 24 paroisses et incluait 64 artisans de 40 (...)

17Le corps électoral s'assemblait dans les quartiers tous les trois ans pour proposer douze noms pour l'échevinage et seize noms pour les quarteniers à la désignation du conseil des 24. Le principe d'un cursus est fort peu contesté. Les quatre quarteniers sortants, souvent tirés des anciens auditeurs des comptes, fournissent normalement les quatre nouveaux conseillers qui viennent s'adjoindre à deux anciens. Il n'existait pas de critère de participation au corps politique, à la différence de l'élévation au bureau de ville pour lequel un conseiller de 1617 énumérait les qualités requises, excluant implicitement la strate artisanale dans une ville où la masse des travailleurs s'activant dans la draperie et la toilerie a toujours été considérable17. Si le risque de voir ces exigences déteindre sur l'exercice du vote n'est pas mince, il est pourtant contrebalancé par la forte présence des artisans dans les cadres intermédiaires du système milicien, que ce soit dans les charges de centenier ou cinquantenier, et encore plus dans les deux compagnies privilégiées des 50 arbalétriers à cheval et des 104 arquebusiers à pied formées dans les années 152018.

  • 19 P. Guignet, Le pouvoir dans la ville. Pratiques politiques, notabilité et éthique sociale de part (...)

18La meilleure garantie d'une bonne intégration du monde artisanal et boutiquier au corps politique urbain demeure dans l'usage d'asseoir ce dernier sur l'organisation corporative des arts et métiers. Ce système est utilisé dans de nombreuses villes, mais plus spécialement dans la France du Nord et de l'Est, c'est-à-dire dans la partie du royaume relevant le plus d'une puissante aire de civilisation urbaine dont l'épicentre serait marqué par les anciens Pays-Bas successivement bourguignons, espagnols et autrichiens19. Les artisans sont regroupés par corporations jurées ou réglées centrées sur une activité professionnelle ou plutôt par bannières, c'est-à-dire par associations de métiers plus ou moins proches.

  • 20 R. Gascon, Grand commerce et vie urbaine au XVIe siècle, Lyon et ses marchands, Paris, 1971, t. 1, (...)

19Au XVIe siècle, Lyon connaissait les trois types d'assemblées de ville20. Le conseil des notables, convoqué à l'initiative du consulat de 12 membres, réunissait une vingtaine de riches marchands parmi lesquels se retrouvaient beaucoup d'anciens consuls. L'assemblée générale était beaucoup plus étoffée que le corps électoral limité à la représentation, sous la forme de deux délégués, d'une cinquantaine de métiers homologués, puisque l'assistance pouvait dépasser les deux cents participants. Même si tous les mandataires étaient loin d'appartenir au bon peuple par suite des pressions oligarchiques au sein même des jurandes et même si la reconnaissance politique des droits des arts et métiers ne suivait qu'avec un fort retard l'évolution de leur poids relatif sur le marché, cette tradition autorisait une intégration limitée, mais réelle, du monde artisanal à l'ensemble municipal lyonnais. Dans ces assemblées de maîtres, les arts prestigieux, intégrés dans la notabilité urbaine, parlaient les premiers en entraînant souvent les métiers plus grossiers dans leur sillage.

  • 21 B. Rivet, Une ville au XVIe siècle : Le Puy-en-Velay, Le Puy-en-Velay, Cahiers de la Haute-Loire, (...)

20Dans la ville du Puy-en-Velay, les 23 corps de métiers nommaient chacun trois de leurs chefs qui se déplaçaient à l'hôtel de ville où le sort en éliminait deux sur trois21. Les 23 restants s'adjoignaient aux consuls sortants pour désigner 24 éligibles pour six postes vacants dans le consulat. On confiait à un enfant de dix ans le soin de placer un billet portant le mot consul dans six boulettes blanches et creuses, mélangées avec 18 autres dans un sac avant d'être données à tirer aux éligibles.

LA PROTECTION D'UNE PARTICIPATION POPULAIRE

21Faut-il invoquer une pression populaire qui aurait contré temporairement et ralenti une politique d'épuration souhaitée par les oligarchies en place ? La réponse est plutôt négative, même si elle doit être nuancée. Les faibles effectifs artisanaux dans les assemblées ouvertes et les problèmes récurrents d'absentéisme dans les assemblées fermées préservant une place aux maîtres d'ateliers et de boutiques laissent plutôt entrevoir un désintérêt du plus grand nombre, corrigé imparfaitement par la participation d'une minorité dont les motivations sont fort difficiles à établir. Toutefois, il ne faut pas exagérer outre mesure une réelle passivité du monde artisanal. Les difficultés à faire appliquer les règlements de fermeture sont là pour témoigner d'une résistance de certains individus ou de groupes plus ou moins informels à une logique d'exclusion. De longues périodes séparent souvent la formulation du principe d'épuration de l'assemblée générale et sa réalisation concrète, qui nécessite parfois plusieurs règlements.

  • 22 P. Ronzeaud, Peuple et représentations sous le règne de Louis XIV, Aix-en-Provence, PUP, 1988, p.  (...)
  • 23 Les jugements négatifs ne manquent pas. Leur dispersion chronologique prouvent néanmoins la persis (...)

22Pour dépasser ces contradictions, il convient d'opposer le caractère continu de la stratification sociale qui tire l'élite populaire vers le haut, au nom des liens familiaux ou d'amitié tissés avec des marchands ou des officiers inférieurs, et les jugements sociaux négatifs des partisans de la fermeture des assemblées générales22, la renvoyant vers le menu peuple Ce genre d'argumentaire de combat, où les archétypes sociaux sont volontairement tirés vers le bas, doit être considéré avec une grande circonspection à cause de leur caractère foncièrement tacticien23. Il paraît préférable de situer les raisons du déplacement de ces artisans désireux d'exercer leur droit de citoyenneté urbaine entre une volonté personnelle et familiale de confirmer une position sociale sur la frontière inférieure de la notabilité urbaine et l'intégration dans des réseaux de solidarité les associant à des figures marquantes de l'oligarchie en place.

  • 24 C. Dolan, « The artisans of Aix-en-Provence in the Sixteenth Century: A micro-analysis of social r (...)
  • 25 R. Descimon, « Solidarité communautaire et sociabilité armée : les compagnies de la milice bourgeo (...)

23Cette opposition entre le désintérêt de la masse et la pression d'une minorité devrait pouvoir s'éclairer davantage grâce à une meilleure approche historique de la pratique sociale de la vie politique urbaine24. Les solidarités verticales qui sont fondées sur les effets des réseaux de parenté et d'amitié, mais surtout sur le réflexe identitaire de quartier et les liens de dépendance entretenus dans des filières économiques, jouent certainement le rôle majeur. Il faut imaginer les fabriqueurs paroissiaux et les officiers de milice, mais aussi les jurés des arts et métiers comme des courtiers dans le fonctionnement des solidarités clientélistes qui permettent d'associer dans une même quête de fierté collective des familles établies ou émergentes au sein de l'oligarchie et une base populaire plus ou moins large25 Dans cet effort de rassemblement, tous les artisans qui exercent des charges publiques, depuis la direction des jurandes jusqu'aux fonctions dans l'assistance et dans la collecte des taxes, en passant par les responsabilités de sergent de milice, exercent une influence déterminante.

  • 26 W. Kaiser, op. cit., p. 163-167.

24À Marseille, dans le dernier tiers du XVIe siècle, la compagnie commerciale du Corail dominée par les familles Albertas, Cabre et Lenche utilise des intermédiaires (notaires, chirurgiens, facteurs, patrons) qui font le lien entre une coalition de négociants orientés vers le grand commerce et les marins et pêcheurs. Ces liens verticaux se révèlent parfois dans la pratique de la désignation de remplaçants au conseil de ville26. Si, globalement, le monde artisanal fournit peu, et même moins que la catégorie des ménagers, plus de la moitié des identifiés peuvent être définis comme subrogés d'un membre d'une catégorie sociale supérieure (un gentilhomme, neuf grands marchands, trois patrons). L'appartenance à un même secteur économique était souvent décisive. Dans le quartier de Cavaillon, les tanneurs et les teinturiers formaient un sous-groupe à côté des paysans, des meuniers et des marchands de blé.

  • 27 G. Saupin, « 1631. L'oligarchie municipale en crise « dans A. Croix coor., Du sentiment de l'Histo (...)

25Un facteur primordial de préservation d'une figuration du monde artisanal tient certainement à l'attachement plus ou moins durable d'une fraction majoritaire de l'oligarchie au modèle traditionnel du corporatisme bourgeois. En 1631, alors qu'une majorité du bureau de ville nantais, regroupant le maire et quatre échevins engage une demande de suppression de la liberté d'entrée des chefs de famille dans l'assemblée électorale du premier mai, les deux derniers échevins parviennent à faite échouer l'entreprise en mobilisant contre elle une large majorité des anciens édiles27. Ce clivage ne peut guère s'interpréter en termes de rivalité entre gens de justice, volontiers épurateurs, et marchandise, réputée plus proche de l'élite artisanale, puisqu'au contraire le parti conservateur est animé par un conseiller au présidial, membre du très puissant lignage Charette qui domine, avec les Harouys, toute la vie judiciaire nantaise depuis 1598.

  • 28 P. Guignet, Vivre à Lille sous l'Ancien Régime, Paris, Perrin, 1999, p. 122-127,161-173.

26Cette ambiguïté du paternalisme protecteur de participation, soulignée par les désaccords internes de l'oligarchie en place, est à rapprocher des mouvements de bascule de cette même élite dirigeante lors des expressions de mécontement vis à vis de l'augmentation de la pression fiscale engendrée par l'affirmation de l'État monarchique de guerre. Les artisans servent souvent de force d'appoint dans la lutte entre strates bourgeoises. Une alliance aléatoire de la petite bourgeoisie et du bon commun sert ainsi à faire émerger et populariser les sentiments d'injustice et les critiques contre la gestion municipale, comme l'implication étatique de la « noblesse de ville » (noblesse robine et grande bourgeoisie officière et marchande). Cette réaction d'inspiration communautaire, justifiée par la conscience d'une rupture d'un contrat social et politique fondé sur le respect des principes d'une économie morale d'inspiration chrétienne28, peut rejoindre, tant qu'elle ne verse pas dans des atteintes à la propriété, des préoccupations d'une partie de l'élite, sans doute celle la plus authentiquement engagée dans une conversion personnelle au sein de la Réforme catholique.

  • 29 G. Saupin, « Les habitants et l'élaboration de la politique municipale à Nantes sous l'Ancien Régi (...)

27Placer le problème de la protection d'une représentation artisanale et boutiquière dans une perspective d'exercice et de partage du pouvoir urbain n'est sans doute pas la meilleure manière de saisir la véritable signification politique de cette conservation. En effet, à aucun moment dans les assemblées de consultation, le monde artisanal n'est en mesure de faire basculer une orientation qui est généralement définie dans le bureau de ville et simplement amendée dans les structures consultatives à partir des interventions des députés des États issus de l'élite urbaine. Dans les assemblées générales du XVIe siècle, la répartition de la parole, qui ne saurait échapper à la hiérarchie des dignités, relègue en bout de course les éventuelles interventions du bon peuple qui sert ainsi à cautionner une orientation dont la définition a résulté d'un arbitrage entre les diverses suggestions des membres de l'élite29.

28Il en est de même quand au poids réel dans la sélection des échevinages ou des consulats pour laquelle le recours aux suffrages s'avère très encadré par la cooptation des éligibles et les négociations menées par les représentants du pouvoir royal et les plus puissantes familles de l'oligarchie. Ce rôle marginal n'empêche pas l'entretien d'une demande de participation dont l'origine doit résider ailleurs que dans la prétention à l'exercice réel du pouvoir. Si l'engouement populaire dijonnais s'explique en partie par le désir d'exprimer une insatisfaction sur la gestion municipale, l'essentiel pourrait bien résider dans une recherche de dignité civique et d'appartenance communautaire grâce à une intégration active dans un ensemble de rituels qui en sont les dépositaires les plus éloquents.

  • 30 M.P. Holt, op. cit., p. 108-116.

29En replaçant l'élection dans un cycle festif, on comprend mieux comment elle rejoint d'autres traditions plus carnavalesques où le peuple saisit une occasion de manifester son identité collective dans un effort de perpétuation de festivités à l'audience socialement largement diversifiée au début des temps modernes. En quête de reconnaissance sociale, les artisans et les vignerons dijonnais trouvent dans la sacralisation religieuse du cérémonial municipal le plus beau des théâtres pour célébrer tous les ans leur prétention à partager un idéal de concitoyenneté30. Dans une société où l'échelle des dignités conserve encore toute sa primauté dans l'imaginaire collectif, ils saisissent cette opportunité pour compenser le handicap de leur faiblesse économique et de leur manque d'instruction.

  • 31 D. Ligou, « Quelques caractères des municipalités bourguignonnes au XVIIIe siècle », dans M. Borde (...)

30Dans cette perspective, peu importe d'être exclus d'un corps de ville inaccessible et de n'avoir qu'une influence réduite sur le choix véritable des magistrats municipaux, puisque l'essentiel n'est pas de se prononcer entre des styles d'action différents, mais de faire reconnaître rituellement leur appartenance au corps politique. Cependant, cette analyse ne peut être poussée trop loin puisque certaines élections sont l'occasion de sanctions de mécontentement. Surtout, lorsque le jeu politique dijonnais semble s'asphyxier sous la férule des Condé, les électeurs désertent les assemblées électorales, comme si un simple décor ne suffisait pas à la valorisation de leur dignité de citoyen31. Alors qu'en 1651, on recense encore 1853 suffrages, ces derniers s'effondrent sous le règne de31 Louis XIV où on n'en compte plus que 562 en 1692, au moment où la ville rachète l'office de maire pour 150 000 livres, et seulement 311 en 1711.

  • 32 P. Benedict, op. cit., p. 2-10.

31Cette valorisation municipale de l'élite populaire relève du même champ politique que les grandes manifestations cérémonielles chargées d'entretenir l'image d'une communauté d'habitants et dont les entrées de ville sont restées les formes les plus achevées. Dans la célèbre entrée d'Henri II à Rouen en 1 500, un défilé de 900 personnes a regroupé l'ensemble des corps urbains, dans une hiérarchie commandée par les valeurs de la société d'ordres, valorisant le clergé, les officiers royaux et municipaux, y compris les officiers de la police urbaine. La garde d'honneur marchant devant le roi (627 personnes) a intégré une sélection artisanale, avec 72 métiers représentés. Il n'y a pas de logique apparente pour la distribution des métiers dans les trois compagnies de la garde d'honneur, mais le nombre d'artisans semble avoir été proportionnel à l'importance du métier32. Si les petits métiers n'ont pas été invités, l'ensemble reflète bien la prédominance du travail de laine dans l'animation manufacturière de la ville.

***

32Le mouvement historique de refoulement du monde artisanal et boutiquier est continu, mais jamais total, avec des décalages considérables selon les villes. Cette marginalisation relative s'explique par les fortes mutations culturelles qui affectent les sociétés urbaines du XVIe au XVIIIe siècle et qui ont pour conséquence de creuser les écarts entre les formes d'expression des « honnêtes gens » et des « mécaniques », au sein d'un discours dévalorisant tenu par les premiers sur les seconds.

33On ne peut l'assimiler à un ostracisme total du champ civique, car il demeure des formes de cautionnement délibératif ou d'intégration cérémonielle qui montre que la symbolique d'une présence artisanale épurée demeure encore un constituant indispensable pour la représentation politique de la communauté d'habitants. Dans une monarchie qui a cherché à nier le principe représentatif, le fonctionnement des corps de ville a fourni la principale limite. Il se situe donc historiquement comme un conservatoire de la notion de citoyen dans une phase historique où le pouvoir ne souhaite voir que des sujets. La vie municipale d'Ancien régime entretient dans la mémoire politique un répertoire de réflexes sociaux et d'arguments qui, tout en étant mis en sommeil, peuvent à tout moment être recyclés dans une phase d'accélération de l'histoire.

Notes

1 M. Bordes, La réforme du contrôleur général Laverdy et son application (1764-1771), Toulouse, 1968.

2 P. Gueniffey, Le nombre et la raison, Paris, 1993.

3 G. Saupin, « La réforme des élections municipales en France au XVIIIe siècle : réflexion à partir de l'exemple nantais », RHMC, 46-4, oct.-déc. 1999, p. 629-657.

4 C. Lamarre, Petites villes et fait urbain en France au XVIIIe siècle. Le cas bourguignon, Dijon, EUD, 1993, p. 406-407.

5 M. Bordes, L'administration provinciale et municipale en France au XVIIIe siècle, Paris, SEDES, 1972, p. 224-230.

6 EM. Irvine, « From Renaissance City to Ancien Régime Capital: Montpellier, C.1500-C.1600 » dans P. Benedict, Cities and Social Change in Early Modem France, London, 1989, p. 105-133.

7 M. Bordes, L'administration..., op. cit., p. 200-212.

8 W. Kaiser, Marseille au temps des troubles, 1559-1596. Morphologie sociale et luttes de factions, Paris, EHESS, 1992, p. 1444 53.

9 G. Saupin, « Les assemblées municipales en Bretagne sous l'Ancien Régime : quelle participation des habitants ? », dans D. ARIS éd., La Bretagne au XVIIe siècle, Vannes, C.G. Morbihan, 1991, p. 165-259.

10 M.P. Holt, « Popular Political Culture and Mayoral Elections in Sixteenth Century Dijon », dans M.P. Hold ed., Society and Institutions in Early Modem France, Athens and London, U. of Georgia Press, 1991, p. 102-103. L'apogée de la participation se situe entre 1580 et 1630, avec une recension de 1 000 à 1 500 votants, frisant parfois les 2000. Ceci est à rapporter à une population de d'environ 15 000 habitants vers 1580, avec 33,7 % d'artisans et 18,7 % de vignerons.

11 G. Saupin, Nantes au XVIIe siècle. Vie politique et société urbaine, 1598-1720, Rennes, PUR, 1996, p. 83-92.

12 N. Temple, « Municipal Elections and Municipal Oligarchies in Eighteenth Century France », in J.-F. Bosher, French Government and Society, 1500-1850, London, The Athlone Press of the University, 1973, p. 81-83.

13 Ibid., p. 78.

14 X. Martin, « Les faux-semblants d'une réforme municipale, Angers, 1584 », ABPO, t. 89, 1982, 3, p. 291-312 ; 4, p. 425-450 ; « L'escamotage d'une réforme municipale, Angers, 1589 », ARPO, t. 91,1984, 2, p. 107-133.

15 J. Maillard, Le pouvoir municipal à Angers de 1657 à 1789, Angers, PUA, 1984, t. 1, p. 76-86.

16 A. Babeau, La ville sous l'Ancien Régime, Paris, L'Harmattan, 1997 (1880), t. 1, p. 74.

17 P. Benedict, Roue » during the Wars of Religion, Cambridge, CUP, 1981, p. 35.

18 Vers 1560, la compagnie des arquebusiers recrutait dans 24 paroisses et incluait 64 artisans de 40 métiers différents, ainsi que des marchands détaillants, facteurs de boutiques, petits officiers et maîtres apothicaires.

19 P. Guignet, Le pouvoir dans la ville. Pratiques politiques, notabilité et éthique sociale de part et d'autre de la frontière franco-belge, Paris, EHESS, 1990. Lille présente le paradoxe d'avoir un Magistrat sans corps électoral, mais puissamment relié dans sa gestion à l'ensemble corporatif des arts et métiers.

20 R. Gascon, Grand commerce et vie urbaine au XVIe siècle, Lyon et ses marchands, Paris, 1971, t. 1, p. 413-416.

21 B. Rivet, Une ville au XVIe siècle : Le Puy-en-Velay, Le Puy-en-Velay, Cahiers de la Haute-Loire, 1988, p. 194-195.

22 P. Ronzeaud, Peuple et représentations sous le règne de Louis XIV, Aix-en-Provence, PUP, 1988, p. 40-49,104-105.

23 Les jugements négatifs ne manquent pas. Leur dispersion chronologique prouvent néanmoins la persistance des formes de participation populaire. Arras (1608) : « Le plus souvent sont laplupart artisans mecanicques et quy ne sont douez de jugement et de consultation pour pourveoir au bien publicq ». Troyes (1653) : Plainte sur le fait « de doner voix et suffrage aux personnes mécaniques et de basse condition parce que les gens de la lie du peuple se laissent corrompre par brigues et argent ». Bar-sur-Aube (1733) : le subdélégué se plaint de ce que « la populace composée de plus de quatre cents vignerons, manouvriers et artisans avaient maintenu et fait les les syndics malgré les édits royaux ». Cités par A. Babeau, op. cit., p. 72, 76.

24 C. Dolan, « The artisans of Aix-en-Provence in the Sixteenth Century: A micro-analysis of social relationships », in P. Benedict, Cities... op. cit., p. 174-194.

25 R. Descimon, « Solidarité communautaire et sociabilité armée : les compagnies de la milice bourgeoise à Paris (XVIe-XVIIe siècles) », in F. Thélamon éd., Sociabilité, pouvoirs et société, Rouen, PU Rouen, 1985, p. 599-609. ID., « Milice bourgeoise et identité citadine à Paris au temps de la Ligue », Annales ESC, 1993-4, p. 885-906.

26 W. Kaiser, op. cit., p. 163-167.

27 G. Saupin, « 1631. L'oligarchie municipale en crise « dans A. Croix coor., Du sentiment de l'Histoire dans une ville d'eau, Thonon-les Bains, E. Albaron, 1991, p. 59-72.

28 P. Guignet, Vivre à Lille sous l'Ancien Régime, Paris, Perrin, 1999, p. 122-127,161-173.

29 G. Saupin, « Les habitants et l'élaboration de la politique municipale à Nantes sous l'Ancien Régime », Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest, t. 91, 1984-4, p. 319-350.

30 M.P. Holt, op. cit., p. 108-116.

31 D. Ligou, « Quelques caractères des municipalités bourguignonnes au XVIIIe siècle », dans M. Bordes éd., Villes de l'Europe méditerranéenne et occidentale du Moyen Age au XIXe siècle, Annales Faculté Nice, 1969, 9-10, p. 145-157.

32 P. Benedict, op. cit., p. 2-10.

Auteur

Université de Nantes - CRHMA

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540