Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume I

 | 
Philippe Guignet

Revendications et actions collectives des milieux populaires

La représentation sociale, politique et littéraire du peuple des villes : l’exemple des grèves du textile à Roubaix en 1930-1931

Thibault Tellier

Texte intégral

1Le 1er juillet 1930, la loi qui rend obligatoire les assurances sociales est votée. Si elle constitue un progrès incontestable, notamment du point de vue de la protection sociale, il n’en reste pas moins qu’elle exige des ouvriers un effort financier supplémentaire. Elle prévoit en effet que le taux de la cotisation ouvrière sera équivalent à celui des patrons, c’est-à-dire 4 %. Dans la métropole lilloise, elle entraîne surtout des répercussions financières supplémentaires pour les ouvriers, à savoir une baisse substantielle des revenus. Le Consortium du textile, organisation patronale agissant sur Roubaix Tourcoing, qui ne veut pas voir ses propres institutions sociales mises en péril par cette nouvelle disposition législative, instaure alors pour tout travailleur en place une prime équivalente au montant de la cotisation. L’annonce de cette décision entraîne un vaste mouvement de grève qui dure cinq semaines, du 4 août au 11 septembre 1930, et qui fait reculer dans un premier temps le Consortium et l’un de ses principaux dirigeants, Désiré Ley.

  • 1 P. Pierrard, préface à la réédition du roman de Maxence Van der Meersch, Quand les Sirènes se tais (...)

2L’arrivée officielle de la crise économique en 1931 dans notre région, comme partout en France, est à l’origine du second mouvement de grève qui se déroule entre mai et juillet 1931. Le mouvement se révèle beaucoup plus important par son ampleur que le précédent. Parmi ceux qui en sont à l’origine, on retrouve une nouvelle fois Désiré Ley. Afin de prévenir les effets de la crise, il décide, en accord avec ses collègues du Consortium, d’opérer une réduction générale des salaires afin d’obtenir un abaissement des prix de revient. La réponse ouvrière ne tarde pas. Le 16 mai 1931, la grève générale est décidée. Massive, elle va durer 70 jours et toucher 114500 ouvriers du textile. Ce mouvement social aura un coût élevé pour les manifestants : 225 millions de francs et 9 millions d’allocations familiales1.

3Ces grèves mettent en scène le peuple de la ville de Roubaix. Après avoir présenté la ville de Roubaix du point de vue urbain et social, nous nous attacherons à comprendre comment ces grèves se sont inscrites dans la mémoire collective urbaine. Enfin, nous étudierons les différents modes de représentation de ce peuple des villes dont ce colloque a tenté de définir, au niveau de notre région, les caractères fondamentaux.

4Peuple héros, peuple victime ou peuple brutal, les représentations sont en fait comme nous le verrons multiformes. Il s’agira également de voir si ces représentations correspondent encore à la réalité urbaine et sociale de la France de l’entre-deux guerres.

LA VILLE DE ROUBAIX EN 1930-1931

5L’effort de reconstruction au lendemain de la première guerre mondiale a très vite été perceptible. Dès 1922, la production des filatures et des peignages de laine dépasse le niveau de 1914. Dès lors, la ville reste tout à fait façonnée par le développement industriel qu’elle a connu au siècle précédent. Elle demeure avant tout une ville-usine. En 1927, sur les 75 000 ouvriers travaillant dans la ville, 65 000 étaient employés dans l’industrie textile. Les usines sont présentes sur tout le territoire communal, jusque dans le centre ville. Tout autour des usines, que ce soit sous forme de courées ou de forts, l’habitat ouvrier s’est constitué. Il y a donc pleine identification entre le peuple et l’activité textile. En même temps, il ne faudrait pas se faire une fausse image de Roubaix à l’aube des années trente. Il ne s’agit nullement d’une ville surpeuplée, ce qui aurait pu, le cas échéant, caractériser le mouvement dont il va être question. On constate un desserrement au profit des communes périphériques. L’explication est assez simple : une partie de l’activité industrielle s’y est déplacée, entraînant avec elle une fraction de la population ouvrière roubaisienne.

6Ce desserrement démographique a-t-il été profitable à la population laborieuse ? La réponse mérite en fait d’être nuancée. L’action du maire Jean-Baptiste Lebas a joué un grand rôle, en particulier concernant la création d’un habitat salubre pour les populations ouvrières. Dès 1920, est créé à Roubaix un Office d’habitation à bon marché (HBM). Dans ce qui deviendra le « Nouveau Roubaix », l’extension en d’autres termes de la ville vers Hem, on construira 775 logements sociaux entre 1923 et 1929. Ces mesures apparaissent néanmoins insuffisantes. La misère reste envers et contre tout omniprésente dans les quartiers populaires. Tout au long de la période concernée, la ville demeure le théâtre de vives luttes sociales dont celles de 1930-1931 constituent en quelque sorte l’épicentre. La mise en place en 1931 par le Consortium d’une politique de chômage partiel fait naître chez les ouvriers de Roubaix et des environs une réaction encore plus violente que celle déclenchée l’année précédente par l’instauration de ce que les ouvriers avaient appelé une « prime d’esclavage ». Cette fois, c’est toute une population, femmes et enfants compris, qui se dresse contre la domination jugée abusive du Consortium.

Le déclenchement des grèves et ses conséquences

  • 2 F.-P. Codaccioni, dans Histoire de Roubaix, sous la direction d’Yves-Marie Hilaire, Westoek Éditio (...)

7Le 15 mai, la commission intersyndicale patronale annonce une baisse générale des salaires de l’ensemble des usines du Consortium. Trois jours plus tard, dans toute la zone, on compte plus de 114000 grévistes sur un peu plus de 127000 ouvriers dénombrés. Dès lors, Roubaix devient en quelque sorte le centre névralgique de la lutte qui se met en place et que l’on prévoit longue. C’est toute la Ville qui est requise pour y participer. Celle-ci est en effet appelée à devenir le théâtre réel des opérations à venir, comme le montre la présence de piquets de grèves devant les usines, mais aussi de cortèges journaliers destinés à rappeler sans cesse la détermination de l’ensemble des grévistes. Les syndicats se montrent particulièrement actifs. Il est vrai que le nombre de syndiqués à Roubaix et Tourcoing a doublé entre l’avant et l’après première guerre mondiale2. Ainsi, la Ville s’identifie-t-elle totalement au combat mené contre les exigences patronales. Dans un premier temps toutefois, les rapports de police notent que les ouvriers grévistes se montrent aussi calmes que résolus. Seuls quelques bris de vitres sont à déplorer dans certaines usines.

8Les défilés à travers la ville qui rassemblent plus d’un millier de personnes sont eux aussi pacifiques. Aucun débordement n’est constaté. La question qui se pose est dès lors de savoir si, réellement, au niveau des pratiques quotidiennes, la population se sent solidaire du mouvement qui se met en place. Le rapport journalier qui est fait par la police donne une première réponse dans son édition du 21 mai. Il y est en effet question de l’accroissement de la solidarité avec les grévistes. Mais, poursuit le rapport, on ne constate pas pour autant de climat propice à une émeute urbaine. D’ailleurs, dit-on, beaucoup de grévistes restent chez eux, dans leurs quartiers respectifs, se désintéressant en particulier des manifestations jugées trop bruyantes.

  • 3 Archives Départementales du Nord (ADN), M 619-86. Rapport de police du 21 mai 1931.

9Le rapport note : « N’ignorant pas que la population en général réprouve le geste des patrons, ils espèrent que leurs organisations obtiendront gain de cause »3. Justement, celles-ci, en particulier la CGTU, souhaiteraient que les habitants témoignent plus de solidarité avec le mouvement des grévistes.

10Au plus, note-t-on quelques tronçons de chaussées dépavées dans le centre-ville et une vigilance accrue de la part des gardes mobiles concernant la surveillance du canal de Roubaix qu’empruntent les ouvriers venant de Belgique.

11Dans l’ensemble, l’atmosphère est donc plutôt pacifique. Les comités de grève organisent par exemple le 3 juin au parc municipal des sports une fête champêtre qui réunit environ cinq cents personnes.

12Cela ne veut pas dire pour autant que le mouvement tend à s’essouffler. Bien au contraire. Le 5 juin, à Roubaix, on compte 199 usines en grève totale contre 12 qui travaillent partiellement et seulement 9 qui ont une activité plus ou moins normale. Les chiffres tourquennois donnent des résultats similaires. Chaque jour, des réunions se tiennent, rassemblant souvent plus d’un millier de personnes.

  • 4 Ibid., rapport du 5 juin 1931.

13Il est à noter que le mouvement entend toutefois inscrire son action dans une démonstration publique, en particulier en direction de la population roubaisienne. Quotidiennement, a lieu un défilé dans les rues de la ville. En tête de cortège, des musiciens. Le passage dans les quartiers à dominante bourgeoise donne lieu à quelques débordements. Selon la police, les manifestants « sifflent et huent bruyamment les personnes qui viennent à leurs fenêtres »4. Toutefois, aucun incident notable n’est à déplorer. Selon l’un des responsables de la CGT, le cortège était passé par ce quartier bourgeois pour donner un avertissement « à ces Messieurs de la Tour pointue » désignant ainsi les membres du consortium habitant dans cette partie de la ville. Il existe donc bien une géographie symbolique de la contestation populaire. L’itinéraire des cortèges CGTU est de ce point de vue toujours identique. Quotidiennement, ils empruntent les grandes artères de la ville, en particulier les quartiers à forte concentration ouvrière. Les slogans sont eux aussi également invariables : on s’en prend en particulier au « Consortium affameur » ainsi qu’au maire socialiste de la ville : Jean Lebas. Les effets du Congrès de Tours se font encore sentir et il est fort probable que l’antagonisme qui règne entre les deux forces politiques a eu à brève échéance des conséquences sur l’évolution de la situation politique locale.

14La Carmagnole, l’Internationale, ainsi que le Drapeau Rouge accompagnent les défilés. Il est intéressant de noter que de ce point de vue, on a ajouté à l’Internationale un couplet « local » qui glorifie la rue des Longues Haies et ses habitants. Le retour des cortèges se termine inévitablement par un rassemblement à la « Prolétarienne », siège de la CGT unitaire.

  • 5 Idem, rapport du 5 juillet 1931.

15On ne constate pas pour autant de scènes de fraternisation dans les quartiers populaires entre les habitants et les grévistes. D’ailleurs, il est à noter que le peuple des villes, qui n’est pas en relation directe avec ce qui est en train de se passer, est totalement absent des rapports de police écrits quotidiennement. Les animateurs de la grève souhaitent en tout cas inscrire leurs actions dans la rue elle-même. Ainsi, cette source policière qui relate une réunion syndicale au cours de laquelle il avait été décidé que dès « lundi matin, des clairons et tambours sonneront le réveil dans le secteur en grève afin d’appeler les grévistes dans la rue »5. L’information est corroborée par un autre rapport de police. Quelques jours plus tard, un groupe de grévistes s’est en effet rendu dans les courées de la rue de l’Épeule et du Fontenay afin de réveiller les ouvriers et les inviter à se rendre aux usines non pas pour y travailler, mais pour renforcer les piquets de grève. La méthode qui, selon le rapport, manque de résultats, sera néanmoins reprise dans les jours suivants. Les sonneries de clairons et pétards « faisant accourir la foule » dit-on, sont utilisés le plus souvent possible. On perçoit donc bien l’appel à la population comme un axe fort de la propagande et de la mobilisation mises en œuvre.

16De ce point de vue surtout, les événements qui ont eu lieu au cours de la quatrième semaine ont modifié la perception et les enjeux de la lutte en cours.

Le passage à l’émeute urbaine ?

17Le 7 juin, le commissaire de police de Tourcoing avait envoyé une lettre au Préfet l’informant du danger qu’il y a à laisser défiler, dans une seule ville, les grévistes venus de plusieurs villes avoisinantes. Outre le fait qu’un groupe de manifestants pourrait, dans un quartier isolé de la ville, se livrer à des exactions contre une usine, le risque majeur est bien pour lui celui de la subversion politique. Sur ce point, il se montre très clair : « Les cortèges locaux qui, au début, avaient pour but de faire connaître à la population que les grévistes luttaient pour empêcher une diminution de salaire, ont perdu leur caractère économique pour se transformer, à la suite des manifestations régionales, en une propagande nettement communiste. C’est ainsi que les revendications inscrites sur les pancartes émanent du parti communiste ». Florimond Bonte, envoyé spécial de la direction du parti communiste dans le Nord, salua lors d’une visite à Halluin, les « combattants de Roubaix » qui, à coups de briques, ont fait reculer la Police.

  • 6 Lettre du commissaire de Police de Tourcoing au Préfet du Nord, 7 juin 1931, ibid. Soulignés dans (...)

18« Fait plus grave, ajoute le fonctionnaire de police dans sa lettre, le public, dans l’attente d’incidents, se masse sur le parcours et, sur l’appel des manifestants, prend part au cortège qui finit par grouper, non seulement les unitaires, mais des cégétistes, des inorganisés et des indifférents. Il en résulte que les unitaires donnent l’impression d’une force très grande, et qu’ils recrutent chaque jour de nouveaux adhérents. Je tiens également à signaler que les cortèges venant de Roubaix comprennent 40 % d’étrangers, Polonais et Tchécoslovaques »6 La peur d’un mouvement populaire devenant incontrôlable est ici manifeste.

19Le 10 juin, un arrêté préfectoral interdit effectivement les cortèges et les manifestations sur le mode intercommunal. Cette décision va être à l’origine de la montée de la tension à Roubaix.

20Le 13 juin, la gendarmerie signale la tenue, la veille, dans la rue des Longues Haies, lieu très symbolique s’il en est de la présence ouvrière dans la ville, d’un rassemblement qualifié selon le rapport de « tumultueux » et accompagné en particulier de jets de pierre sur les forces de l’ordre. Une barricade a été en outre dressée durant la nuit. À 4 heures du matin, il avait été décidé par les forces de l’ordre de sonner la charge. Mais entre temps, les manifestants avaient fui. Seule une pancarte sur laquelle on pouvait lire : « Gardes, assassins ! Ici, on n’entre pas : c’est la forteresse du peuple » demeurait sur place. Était-ce le début d’une véritable émeute urbaine ? C’est en tout cas le sentiment qui prévaut le lendemain en ville et dans la presse.

21Jean-Baptiste Lebas qui se trouve alors à Paris pour négocier avec le ministre du Travail afin de tenter de trouver une issue au conflit rentre précipitamment. Il fait voter par le conseil municipal un premier déblocage d’aides apportées aux grévistes en vue d’un apaisement.

  • 7 Le Travailleur, 13 juin 1931.

22À gauche, c’est plutôt l’espérance qui domine. Le journal communiste Le Travailleur note que de nouvelles barricades se sont dressées durant la nuit et que l’effervescence continue dans les quartiers ouvriers où la colère gronde. La ville serait selon lui « en état de siège »7. D’ailleurs, ajoute l’auteur de l’article, ce n’est pas une mais huit nouvelles barricades qui ont été dressées durant la nuit dans différents quartiers. C’est en tout cas bien l’appel au peuple roubaisien qui est ici lancé solennellement : « À ses endroits, écrit le journaliste dans son article, la ville présente un aspect d’émeutes : chaussées dépavées ; volets arrachés ; becs de gaz brisés. Toute la matinée, l’effervescence a grondé. La colère se lit dans les yeux des ouvriers qui ont été si insidieusement chargés hier après-midi. La volonté est unanime : « Nous voulons manifester et nous manifesterons », voilà ce qu’on entend dans tous les coins ». La Croix du Nord se montre quant à elle sarcastique au sujet de la référence inscrite par les manifestants comparant la rue des Longues Haies à une forteresse populaire : « Dans sa grandiloquence, note le journal, l’inscription trahit son inspiration un peu archaïque : c’est du 1848 ».

23Une sorte de guérilla urbaine est également crainte par les responsables locaux de police qui estiment que si les ouvriers sont empêchés de manifester, c’est la tactique révolutionnaire qui sera utilisée. Elle consiste, selon la police, pour les manifestants, à donner le mot d’ordre pour grouper les grévistes dans des quartiers « populeux » servant en quelque sorte de base de repli : en cas de dispersion par les forces de police, les manifestants pourront ouvertement montrer, dans leurs quartiers respectifs, leur hostilité à ces derniers, « étant donné que les rues étroites sont propices, surtout lorsqu’elles sont sans issue, à enrayer la marche des gardes mobiles ». Par mesure de prévention, des projecteurs avaient été installés aux points réputés comme les plus dangereux, en particulier les rues des Longues Haies et de Lannoy. Mais ils n’ont pas dû être mis en fonction étant donné que les habitants n’ont pas participé aux actions. Néanmoins, la population demeure un danger permanent pour le maintien de l’ordre public. Ce qui nous amène, dans une troisième partie, à nous poser la question de la représentation du peuple de Roubaix par les observateurs extérieurs au conflit.

LA REPRÉSENTATION DU PEUPLE DE ROUBAIX

  • 8 ADN, M 619-85.

24À gauche, c’est surtout l’espoir d’une lutte politisée qui domine. L’hebdomadaire Le Cri du peuple note qu’il y eut, après la nuit du 12 juin, durant plusieurs jours encore, « des bagarres violentes qui revêtirent le caractère de batailles de rues ». Comme pour son confrère Le Travailleur, ce qui venait de se passer à Roubaix pouvait légitimement s’inscrire dans le corpus général des luttes sociales et on ne devait pas en limiter la seule portée à l’échelon local. Dans l’un des cas, la comparaison était faite avec les grèves allemandes qui se déroulaient dans le même temps. Dans l’autre, on rappelait la répression exercée quatre années plus tôt par le préfet Chiappe lors des manifestations en faveur de Sacco et Vanzetti. Un tract syndical affirmait à ce propos que « la bataille qui s’engage aura des répercussions dans tout le pays et dans toutes les corporations ». Des appels sont lancés pour soutenir le mouvement initié à Roubaix. Une circulaire de la CGT Unitaire note que les événements de Roubaix ont jeté dans les masses une émotion qui doit être utilisée à fond pour « développer l’esprit de lutte des travailleurs [...] et renforcer le mouvement de solidarité en faveur des combattants du Nord ». Ce mouvement caractérise en outre selon ce texte « le développement de la combativité des masses qui accentuent leurs ruptures avec les dirigeants socialistes, alliés de la bourgeoisie »8.

  • 9 Le cri du peuple, 17 juin 1931.

25Certes, pour Le Cri du peuple, on ne peut guère encore parler d’émeutes véritables, mais les choses semblent bien engagées : « Le prolétariat n’est pas méchant, avertit le journaliste, mais quand on l’attaque, il se défend. L’institution même des gardes mobiles est une provocation permanente aux batailles de rues de cette nature. Il est sûr qu’elle nous réserve des batailles de rues encore plus violentes dans l’avenir »9.

26Durant cette fameuse nuit du 12 au 13 juin, la barricade est redevenue pour quelques heures le symbole d’une lutte que l’on souhaite, surtout à l’extrême gauche, voir rattachée à la mémoire collective ouvrière. Ainsi, lors d’une réunion, le responsable des Jeunesses communistes de Roubaix prend bien soin de noter que la barricade de la rue des Longues Haies a été édifiée la nuit par des militants de sa tendance. Ils ont, de cette manière, ajoute-t-il, « démontré qu’ils entendent mener la lutte selon les méthodes révolutionnaires ».

  • 10 ADN, 619-86

27Un tract anonyme, mais provenant très certainement de la CGT unitaire, exhorte d’ailleurs les travailleurs roubaisiens à poursuivre la lutte engagée. Ainsi, peut-on lire, « les fils de Jules Guesde ne mentiront pas à la tradition. Les barricades de Wervicq doivent sonner le réveil des héros des barricades des Longues Haies, endormis par le compromis de trahison des chefs réformistes et socialistes »10.

  • 11 Édition du 22 mai 1931, ibid.
  • 12 Édition du 9 juin 1931.

28À droite, au contraire, on redoute la contagion révolutionnaire. Les grands journaux parisiens dépêchent sur place des envoyés spéciaux. Leurs commentaires illustrent bien leurs a priori à propos des populations laborieuses du Nord de la France. Ainsi le reporter de Paris-Nouvelles constate-t-il que les femmes et les étrangers, même chinois précise-t-il, sont nombreux dans les manifestations organisées par le parti communiste. Surtout, il évoque dans son reportage une « foule passablement excitée, hurlant des refrains révolutionnaires »11. Les paysages de la ville sont autant de motifs de désolation pour lui. D’un point de vue général, il est question d’une « vision de tristesse » qui s’amplifie avec la chute du jour : « Dès la tombée de la nuit, écrit-il, les rues se vident et l’on sent la misère, spectre redoutable, rôder à l’affût d’une proie encore lointaine, mais inévitable »12. La description de la réalité semble ici s’interpénétrer avec une sorte de mythe littéraire. On semble dans le cas présent plus proche d’une description de Jack l’éventreur opérant dans le cœur de Londres que de celle d’un conflit social à Roubaix en 1931. La peur de la foule en colère est en réalité présente dans tous les récits qui sont parus dans la presse conservatrice. Ainsi, pour La Croix du Nord, il paraît évident que les communistes sont à l’origine des troubles constatés au sein de la population. Pour le journal régional, « il ne faut pas se dissimuler que les excitations révolutionnaires trouvent un écho plus dangereux dans la foule, énervée par la longue attente d’une solution toujours remise, et d’ailleurs éprouvée par la misère ». L’enjeu urbain est en tout cas parfaitement identifié. Pour La Croix du Nord toujours, qui suit avec une attention toute particulière l’évolution du conflit, il paraît évident que la courée représente un danger permanent pour l’ordre public. La courée, obstacle à la pacification sociale, est dès lors l’objet de toute la réprobation possible. Elle symbolise à elle seule « la honte de ceux qui la construisirent » et « la tare de la ville moderne qui les tolère ». Ce n’est donc pas seulement le peuple en colère qui doit être tenu pour seul responsable des débordements constatés ici et là. Les aménageurs de la ville autant que les propagandistes syndicalistes qui « donnent l’idée à ces pauvres gens bourrés d’excitation et de récits révolutionnaires de dresser une barricade » sont donc concernés.

  • 13 Le journal de Roubaix, 14 juin 1931.
  • 14 Ibid., 15 juin 1931.

29Il s’agit également de clairement définir ce que l’on entend par population de Roubaix. Il est aussi question, chez de nombreux observateurs, de stigmatiser la part de population extérieure à la ville elle-même. Pour le Réveil du Nord par exemple, les exactions commises par la foule sont essentiellement le fait d’agitateurs professionnels qui n’habitent pas la ville elle-même et également même d’étrangers considérés comme des indésirables. Pour Le Journal de Roubaix qui est présent sur place, il paraît évident qu’il y a « trop d’éléments étrangers non seulement à notre ville mais encore à notre pays » qui participent à ce mouvement social13. Dans tous les cas, ce ne sont pas des habitants du quartier qui sont la cause des troubles. Au contraire, on se plaît à montrer dans les différents reportages que les habitants, même ceux des Longues Haies, « font figure de paisibles citoyens », se prêtant presque avec étonnement aux formalités de vérification d’identité. Il convient donc de bien faire la différence entre les revendications des grévistes qui peuvent apparaître comme légitimes et l’exploitation politique qui en est faite par tous les agitateurs professionnels qui gravitent autour. Le journal de Roubaix le dit très clairement au sujet des incidents qui se sont produits surtout rue des Longues Haies : « Ceux qui voulurent et provoquèrent ces incidents, ce sont les quelques douzaines de perturbateurs qui tâchent de créer la panique et entraîner à leur suite les malheureux qui auraient tort de les écouter »14.

  • 15 Légalité de Roubaix Tourcoing, 15 juin 1931.

30Sentiment partagé par un autre quotidien local, moins conservateur que le précédent, L’Égalité de Roubaix-Tourcoing, qui précise que si les ouvriers roubaisiens « ont parfois la tête un peu près du bonnet », ils n’en sont pas pour autant des émeutiers15. Mais d’un point de vue général, on n’en n’évoque pas moins « la foule hurlant et chantant » insultant copieusement les gardes mobiles lors de leurs patrouilles.

  • 16 Voir à ce sujet : T. Tellier, « Peut-il y avoir une lecture historique de l’œuvre littéraire de Va (...)

31Celui qui a laissé le souvenir le plus impérissable de ce peuple en colère au cours des grèves de 1931 est sans conteste Maxence Van der Meersch dans son roman Quand les sirènes se taisent. Sans vouloir en faire ici une analyse historique détaillée16, il est intéressant néanmoins de rappeler les enseignements que l’on peut en retirer pour le sujet qui nous occupe ici. En résumé, il faut noter qu’il reprend dans une large mesure ce qui a été constaté par les journalistes conservateurs au moment des grèves proprement dites. Dans le roman, les principaux chefs du mouvement sont décrits comme des agitateurs professionnels. L’idée des foules manipulées est également présente tout au long de l’œuvre. Le peuple, écrit Maxence Van der Meersch, est « hypnotisé » par les meneurs de la grève.

  • 17 Maxence van der Meersch, Quand les sirènes se taisent., op. cit., p. 78-79.

32Quant à la description du quartier des Longues Haies, elle correspond également à ce qui a été dit auparavant. Le peuple qui la compose est ici présenté dans une version naturaliste sous son aspect le plus cru : « Il semblait que pour la première fois elle vit l’infamie du quartier, toute la misère de ces maisons surpeuplées, de ces cabarets de débauche, de ces garnis envahis de Tchèques, de Polonais et d’Italiens, de ces courées polluantes et empestées. Les gens, tous, lui paraissent blêmes et sales, les gosses minables et dépenaillés, les bêtes même affamées et misérables »17. C’est donc l’ensemble du genre humain qui compose ce quartier populaire présenté ici sous son aspect le plus noir. Plus loin, il force encore plus le trait, nommant sans ambiguïté cette fois la rue pourtant décrétée héroïque par les leaders grévistes : « La rue des Longues Haies, avec ses courées innombrables, ses vingt mille habitants, toute sa pouillerie et sa misère est le secteur le plus dangereux de Roubaix. Maisons closes, souteneurs, fraudeurs, y abondent. Des Polonais, des Italiens, des Slaves, des Sidis, expulsés de tous les coins, habitent ce quartier, de préférence à tous les autres. Les bagarres y sont journalières... Et dans cette rue, qui abrite à elle seule le sixième de la population de la ville, les descentes et les interventions de la police sont chose journalière ».

  • 18 Ibid., p. 274.

33Dans son roman qui force volontairement le trait concernant l’ampleur de la violence dans les échauffourées avec la police, on évoque des pertes humaines, la population de la ville est de nouveau présentée dans son expression la plus brutale. C’est en réalité, peut-on y lire, à un « véritable siège de la ville » auquel se préparent les émeutiers. C’est ici l’exact contraire d’un Eisenstein qui est retenu. Autant ce dernier avait-il voulu dans ses films mettre en valeur le peuple, autant dans le cas présent, ce dernier trouve-t-il motif à condamnation surtout morale : « Une odeur de vin et d’alcool montait du pavé. Il y avait là-dedans un gaspillage frénétique, une orgie démoniaque, l’assouvissement d’un besoin criminel de détruire sans raison, pour le plaisir de détruire »18. La légitimité de la colère du peuple dont il est question est, ici, niée. Mais il est vrai que la représentation qui est faite par l’écrivain du peuple roubaisien n’est pas un cas isolé. Elle peut, de notre point de vue, se rapprocher de la pensée conservatrice dans l’entre-deux-guerres sur l’image qu’elle a du monde ouvrier.

CONCLUSION

34En définitive, les grévistes n’obtinrent rien. Malgré un accord signé entre la CGT, les syndicats libres et les patrons indépendants, c’est plus de 111 000 ouvriers qui, en juillet, reprennent le travail sans avoir rien obtenu. Sur le plan matériel, les ouvriers ont perdu plus de 234 millions de francs en allocations familiales et salaires non versés. Mais au-delà, il convient surtout de s’interroger sur l’inscription de ces événements douloureux dans la mémoire collective.

  • 19 L’Enchainé, 26 juin 1931.

35C’est sans doute L’Enchaîné, le journal communiste régional, qui a le mieux traduit, sur le moment, la volonté de voir les événements roubaisiens prendre une portée nationale : « Les barricades élevées rue des Longues Haies ne sont pas le fait du hasard. Elles sont la manifestation de la combativité ouvrière au moment précis où celle-ci s’exerce dans une période de crise économique mondiale et qui est sans précédent [...] Les barricades de la rue des Longues Haies ne constituent qu’un début. Dans les combats formidables qui s’annoncent prochains, elles seront suivies d’autres barricades. Comme l’écrivait Karl Marx, l’insurrection est un art. D’où la nécessité pour les travailleurs de connaître les règles de cet art »19. Dans cette approche, le peuple des villes se voit une nouvelle fois confier une mission d’ordre révolutionnaire.

  • 20 D. Tartakowsky, Se replier en Banlieue ? « Le choix des espaces du politique », La ville divisée. (...)

36Peut-on pourtant parler d’émeute urbaine à Roubaix même au plus fort du mouvement ? Non. D’une part, les barricades n’auront tenu que l’espace d’une nuit. D’autre part, elles n’ont eu lieu qu’en un espace très restreint de la ville, presque une seule rue. Mais le fait majeur réside dans le fait que désormais, la ville elle-même, dans sa globalité n’est plus le théâtre de la démonstration d’une manifestation généralisée de la violence. L’emploi même du terme utilisé par les deux parties, le mot « barricade », semble s’inscrire dans un registre quelque peu en décalage avec la réalité présente, pour ne pas dire totalement anachronique. Ce qui se passe à Roubaix n’annonce en rien le « Grand Soir » que certains appellent pourtant encore de leurs vœux. Certes, la ville en tant que telle reste un terrain de lutte redoutée par les forces de l’ordre, on craint en particulier les regroupements dans les rues très peuplées, mais pour autant, on ne constate plus de convergence automatique entre les revendications portées par les manifestants et la réception politique que peut en avoir le peuple. En même temps, la représentation qu’en ont la presse ainsi que certains romanciers comme Van der Meersch témoigne du fait que la vision qu’ils ont du peuple des villes est, dans une large mesure, encore tributaire des images du passé. Cela pose plus largement la question de l’évolution des espaces politiques au sein de la ville durant l’entre-deux-guerres comme l’a étudié Danielle Tartakowsky au sujet de la banlieue parisienne20. On assiste en réalité dans le cas de Roubaix, à une certaine pacification des actions revendicatives en ville. Celle-ci n’est plus le théâtre des révoltes à venir. Cela annonce aussi dans une large mesure une certaine normalisation de la lutte politique et syndicale, et en même temps, l’émergence de nouvelles revendications ; ainsi, les nombreuses allusions au sujet du grand nombre, voire du trop grand nombre, d’étrangers dans les villes industrielles. Ce qui correspond en effet à une tendance identifiable de la société française au début de l’arrivée de la crise économique et qui se perpétuera par la suite. Preuve s’il en fallait que la ville reste, quel que soit le contexte, l’un des meilleurs témoins de l’évolution de la société et en particulier de celle des individus qui la composent.

Notes

1 P. Pierrard, préface à la réédition du roman de Maxence Van der Meersch, Quand les Sirènes se taisent, Paris, Imprimerie nationale, 1982.

2 F.-P. Codaccioni, dans Histoire de Roubaix, sous la direction d’Yves-Marie Hilaire, Westoek Éditions, 1984, p. 223.

3 Archives Départementales du Nord (ADN), M 619-86. Rapport de police du 21 mai 1931.

4 Ibid., rapport du 5 juin 1931.

5 Idem, rapport du 5 juillet 1931.

6 Lettre du commissaire de Police de Tourcoing au Préfet du Nord, 7 juin 1931, ibid. Soulignés dans le texte.

7 Le Travailleur, 13 juin 1931.

8 ADN, M 619-85.

9 Le cri du peuple, 17 juin 1931.

10 ADN, 619-86

11 Édition du 22 mai 1931, ibid.

12 Édition du 9 juin 1931.

13 Le journal de Roubaix, 14 juin 1931.

14 Ibid., 15 juin 1931.

15 Légalité de Roubaix Tourcoing, 15 juin 1931.

16 Voir à ce sujet : T. Tellier, « Peut-il y avoir une lecture historique de l’œuvre littéraire de Van der Meersch ? L’exemple de « Quand les sirènes se taisent ». Actes du colloque international Maxence Van der Meersch. Écrire le Nord, Écrire le monde, organisé les 11-13 janvier 2001 par l’Université d’Artois, Lille, 2001, 293 p.

17 Maxence van der Meersch, Quand les sirènes se taisent., op. cit., p. 78-79.

18 Ibid., p. 274.

19 L’Enchainé, 26 juin 1931.

20 D. Tartakowsky, Se replier en Banlieue ? « Le choix des espaces du politique », La ville divisée. Les ségrégations urbaines en question, France, XVIIIe-XXe siècle, sous la direction d’A. Fourcaut, Créaphis, 1996, p. 431-444.

Auteur

IUT B Tourcoing - CRHEN-O Lille 3

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540