Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume I

 | 
Philippe Guignet

Revendications et actions collectives des milieux populaires

La grande grève textile dans le Nord en 1903 : un cas d’école

Alain Gérard

Texte intégral

1Le 13 octobre 1903, une émeute de grande gravité éclate en fin de matinée à Armentières : plusieurs milliers de grévistes, mêlés à des éléments troubles, se répandent en ville à partir de la mairie, pillent des maisons bourgeoises, en incendient plusieurs, paralysent l’action des pompiers.

2Ces troubles graves, heureusement sans blessé sévère surviennent au douzième jour d’une grève dure dans le secteur linier. Que s’est-il donc passé ?

AUTORITÉS ET SOURCES D’INFORMATION

  • 1 J.-L. Decherf, Armentières et ses environs, SAEP édit, 1974, p. 19. Ph. Vanhamme, IIIe République (...)
  • 2 Nous avons surtout utilisé la très riche sous-série AD Nord M. 625 rassemblant correspondance, rap (...)

3Bien qu’ayant quelque peu affecté Lille, Roubaix et Tourcoing cette grève ne prend que peu de développement dans ces trois villes qui furent toutefois menacées. Elle n’est pas évoquée dans les historiques de ces cités. Ce sont effectivement Armentières1 Halluin, Hazebrouck qui sont spécialement affectés. Nous sommes bien renseignés sur tout ce qui s’est passé dans ce secteur par les abondants dossiers conservés aux Archives départementales du Nord2.

  • 3 Combes (1835-1921) est appelé à ce poste en mai 1902 après la victoire du « bloc républicain ». Il (...)

4La crise est essentiellement gérée par échanges de correspondances télégraphiques et de rapports entre le ministre de l’Intérieur et le préfet du Nord. Le ministère est tenu, comme cela est fréquemment le cas à cette période de la IIIe République, par le président du conseil. Celui-ci est depuis mai 1902 Émile Combes3.

5Le responsable local est le préfet Louis Vincent, un homme remarquable par son autorité, sa connaissance des hommes et des problèmes de son département. Il est en permanence au premier rang tant pour assurer le maintien de l’ordre que pour préconiser et organiser des négociations.

6Ministre et préfet correspondent essentiellement par télégrammes, ce qui est très heureux pour la connaissance précise du déroulement des faits : les télégrammes sont datés et comportent l’heure d’émission, précisée à la minute. Les télégrammes sont chiffrés soit en partie, soit totalement ; trois séries de chiffres sont utilisées : chiffre normal, chiffre spécial et chiffre no 3, cette gradation étant intéressante à connaître car elle indique le degré de secret s’attachant à la dépêche. Le principe du chiffe est toujours le même : des nombres de 4 chiffres correspondent aux mots « sensibles » ou aux lettres des noms propres à épeler. Heureusement pour nous tous les télégrammes conservés dans les archives sont déchiffrés sur l’original.

7Soulignons le mépris absolu dans lequel est tenu le secret de la correspondance : les télégrammes des journalistes sont communiqués en grand nombre à la préfecture, l’employé responsable prenant soin de préciser l’heure à laquelle la copie est adressée à « M. le Préfet ». Parfois c’est le télégramme à son arrivée à Paris dont une copie est retrouvée à la préfecture du Nord avec demande de vérification de l’exactitude des faits consignés.

  • 4 Nous avons rencontré ce personnage au cours de l’étude de l’Université Populaire de Lille, agissan (...)

8Une deuxième source importante de renseignements est apportée par les rapports rédigés par les commissaires spéciaux de gares. Précisons ce dont il s’agit : le besoin de la police politique, supprimée à la chute du Second Empire, se faisant sentir, la création de commissaires spéciaux attachés aux stations de chemins de fer est décidée en 1893. Ces fonctionnaires dépendant de la sous-direction de la Sûreté générale (elle-même devenue direction générale en 1903) sont chargés non seulement de la police des chemins de fer et des gares, mais aussi des missions de renseignements politiques que leurs confient les préfets : état d’esprit des syndicats, des groupements politiques et professionnels, de la presse, surveillance des réunions et manifestations, etc. Le commissaire spécial de la gare de Lille, Faudot, rend les plus grands services tant dans le domaine du renseignement que par son action sur le terrain au moment des troubles4.

9Enfin les rapports quotidiens des brigades de gendarmerie apportent également des renseignements utiles.

ÉVOLUTION GÉNÉRALE DE LA GRÈVE

10La chronologie présentée dans les lignes qui suivent permet de repérer les divers épisodes traités plus en détail dans les parties suivantes de ce travail. La grève a touché essentiellement le secteur linier ce qui explique son extension géographique. Les essais d’élargissement à d’autres activités textiles, et à plus forte raison vers la grève générale échouent pour des raisons que nous développons en traitant des causes politiques de cet accident socio-économique.

11La grève dure du 3 octobre au 30 novembre et peut être divisée en deux périodes : du début au 18 octobre, nous assistons à une montée en puissance du processus revendicatif avec le maximum de violences. Du 19 octobre au 30 novembre, le calme reprend le dessus avec progression, irrégulière il est vrai, des négociations.

  • 5 AD Nord M. 625/4.
  • 6 AD Nord M. 625/16.

12Nous utiliserons deux séries de références dans l’établissement de cette chronologie. La première5 correspond au classement des télégrammes officiels dont nous avons défini l’origine. La seconde, complémentaire6, regroupe les communications provenant des commissaires spéciaux. Ceux-ci signalent, avant le début organisé de la grève, quelques épisodes d’agitation dans les filatures et tissages de lin, indice d’un mécontentement qui pourrait s’aggraver si rien n’était fait.

13Effectivement, le 3 octobre, des grèves éclatent dans diverses usines du secteur d’Armentières et d’Houplines. Des cortèges s’organisent allant d’établissement en établissement pour déterminer les ouvriers à cesser le travail, éventuellement par force s’ils ne le font pas de bon gré. La situation s’aggrave les trois jours suivants : des violences sont exercées, un patron est blessé. Le préfet demande des renforts au général commandant le 1er corps d’armée et les premières charges effectuées par les troupes de protection des usines sont enregistrées.

14La situation se dégrade, l’agitation gagnant Hazebrouck et Wattrelos et prenant des formes plus graves les jours suivants ; les fermetures d’usines se font avec des violences qui contraignent les gendarmes à mettre baïonnette au canon pour se dégager.

15La venue de Jules Guesde à Houplines, où il prononce un discours menaçant, échauffe encore plus les esprits. Dès ce moment deux tendances s’individualisent : celle de Sohier, maire d’Houplines, soutenu par le journal socialiste Le Réveil du Nord, favorable à une grève dure, et celle de Gustave Delory, député maire de Lille, qui juge cette agitation inopportune.

16De fait si le processus d’arrêt de travail ne réussit pas à s’implanter réellement à Lille et à Roubaix, il gagne en intensité nécessitant la mise en réquisition de nouvelles troupes pour maintenir l’ordre. Malgré les précautions prises, une véritable insurrection éclate à Armentières le 13 octobre. En raison de son importance nous étudierons séparément cet épisode dramatique.

  • 7 Télégramme Min. Int. à Préfet le 18 octobre à 9 h 20 du soir.

17Le préfet rétablit la situation le 14 et, conformément à son attitude constante, cherche à faire reprendre les négociations entre représentants du patronat et des ouvriers. Son échec déçoit Vincent qui est néanmoins encouragé par Combes dans « son attitude ferme et conciliante. Ne pas s’en départir »7.

  • 8 Ensemble de six télégrammes datés des 27 et 28 octobre.

18Du 19 au 22 octobre, le retour au calme s’accentue : si Bailleul et Hazebroucq sont encore agités, Armentières, Lille et Roubaix ne comportent que de rares « îlots » de grévistes. Du 23 au 29, les reprises du travail se poursuivent, avec toutefois quelques incidents. Des plaintes sont déposées par le maire d’Armentières et appuyées par Jean Jaurès en raison « d’entraves au droit de grève ». Après enquête, le ministre de l’Intérieur se borne à rappeler la nécessité du respect tant du droit de grève que du droit au travail8. Il ne s’agit en fait que d’un combat d’arrière garde de la part de comités de grève qui s’efforcent de retarder la fin du mouvement.

  • 9 Prés. Conseil à préfet Nord, le samedi 7 novembre à 8 heures du soir.

19Les négociations reprennent le 29 octobre. D’abord bloquées par « l’obstination peu constructive » des parties en présence, celles-ci sont impressionnées par le vote massif de la Chambre des députés (500 voix pour, 2 contre) émis le 7 novembre en faveur d’un arbitrage gouvernemental9. Dans le même télégramme, où il communique cette information à Vincent, Combes lui demande « d’insister de la façon la plus pressante auprès des patrons pour qu’ils acceptent... un arbitrage que la haute intervention du Gouvernement leur garantit d’avance comme équitable et impartial ». En fait les négociations se poursuivent jusqu’au 28 novembre en raison du nombre de points de détail à régler.

20Le 30 novembre, la reprise du travail est générale et les troupes encore détachées dans diverses agglomérations pour y maintenir l’ordre peuvent regagner leurs cantonnements habituels. La grève est finie, mais tous les problèmes sont-ils réglés ? C’est la question que nous envisagerons avec les causes économiques de ce grave mouvement social.

CAUSES ÉCONOMIQUES DE LA GRÈVE

  • 10 AD Nord M. 625/6, télégramme du 7 octobre, 2 h 45 du soir ; le double de ce document est réadressé (...)

21L’organisation générale de l’industrie linière en France est très bien exposée dans le télégramme que le journaliste de La Libre Parole adresse, dans les premiers jours de la grève, à sa rédaction parisienne10.

22L’industrie linière est, de loin, la plus touchée par le mouvement revendicatif, l’arrondissement de Lille étant le centre français de cette industrie : cinquante-deux filatures de lin sont installées dans le département du Nord, sur les soixante existant en France. Sur les 500 000 broches que totalise cette industrie 450 000 se trouvent concentrées dans le Nord. Comme on compte 50 ouvriers pour 1 000 broches, ceci permet d’envisager 25 000 grévistes pour la seule filature du lin. Le tissage mécanique totalise 18 000 métiers dans l’arrondissement de Lille, Armentières en rassemblant 11 000. Pour l’ensemble de la France on compte 22 000 métiers mécaniques et encore 20 000 métiers à main.

23Au moment où ce télégramme est rédigé, on évalue à 40 000 le nombre de grévistes, presque tous issus des industries linières. Si les autres fibres textiles sont touchées par le mouvement revendicatif le nombre de grévistes pourrait s’élever jusque 200 à 250 000. C’est ce qu’espèrent les ouvriers ayant cessé le travail, mais cet espoir est vite déçu : leur revendication est très spécifique. Elle est liée, pour l’essentiel, à des demandes particulières de l’industrie linière.

  • 11 AD Nord M. 625/20 rapport du 24 octobre 1903.

24Une grève précédente s’était terminée en 1889 par l’établissement d’un tarif pour les différentes activités linières alors répertoriées. Or, petit à petit, les conditions de cet accord sont grignotées par les industriels. Un rapport du sous-préfet d’Hazebrouck est formel sur ce point11. Le fonctionnaire auteur de ce document, M. Salmon, précise avoir prévenu les patrons depuis plusieurs mois des dangers de leur comportement, en les invitant à prendre d’autres mesures.

25Malgré cette mise en garde, des fraudes et injustices dans l’établissement des feuilles de paye continuent à être pratiquées, par exemple le tissage d’une pièce de 208 m étant payée sur la base prévue pour 200 m.

  • 12 AD Nord M. 625/4 brouillon de 22 pages de cet important document.

26Le préfet Vincent confirme ces données dans le rapport de synthèse qu’il établit le 22 octobre12. Il conclut également au manque de prévoyance des patrons, abusant des dépassements du tarif de 1889. Mais il nuance son propos en exposant l’argument avancé par le patronat pour sa défense : il est obligé d’agir de la sorte en raison des abus entraînés par les soumissions au plus bas prix systématiquement pratiquées par deux importants clients : l’administration et l’intendance militaire.

27Il est juste d’ajouter qu’outre les infractions au tarif de 1889, qui irritent considérablement les ouvriers, il existe d’autres causes de mécontentement. Elles résultent principalement des perfectionnements mécaniques qui permettent à un seul tisserand de surveiller simultanément deux métiers. Les conditions de rétribution de cette charge supplémentaire sont mal définies. De plus de nouvelles techniques de préparation des fils sont apparues et il n’y a pas eu de négociations sur le mode-payement, jugé insuffisant.

  • 13 Alexandre Millerand (1859-1943) Homme politique, socialiste indépendant et ministre du commerce et (...)

28Ces motifs très spécifiques de mécontentement se greffent sur une cause d’inquiétude qui intéresse la totalité de la classe ouvrière en France : la loi Millerand-Colliard13 votée le 30 mars 1900 prévoit l’abaissement de la durée légale du travail quotidien de onze à dix heures à partir du 1er mars 1904. Le problème du maintien du salaire pour une durée de travail réduite n’est pas résolu.

29Cette difficulté supplémentaire alourdit le climat des négociations concernant les autres revendications.

CAUSES POLITIQUES DE LA GRÈVE

30Si les causes économiques sont largement suffisantes pour faire comprendre le mouvement de grève affectant le secteur linier, elles n’expliquent pas le climat de violences et l’émeute ayant frappé Armentières le 13 octobre. Il faut un facteur supplémentaire, qui peut être trouvé dans une situation locale comportant plusieurs problèmes politiques.

31La grève a évolué sur un fond permanent de lutte entre deux tendances opposées des partis socialistes. Nous trouvons face à face, d’une part l’ancien POF (parti ouvrier français) devenu parti socialiste et d’autre part les socialistes indépendants.

32Ce sont ces derniers qui sous, la direction de Sohier, maire d’Houplines, Rivola chef de service à la mairie d’Armentières et Daudrumez, maire de cette ville, se montrent les promoteurs les plus actifs de la grève. Ils s’opposent ainsi à Gustave Delory, maire de Lille et à Renard secrétaire fédéral du parti socialiste. Ces deux tendances sont en concurrence très nette avec une opposition tactique entre les partisans d’une grève dure et ceux qui estiment que la cessation de travail doit être le recours ultime qu’il convient de réserver à la défense de causes majeures, en particulier pour les discussions salariales que ne manquera pas de susciter la mise en application de la loi Millerand.

  • 14 AD Nord M. 625/24, rapport du commissaire spécial Faudot du 13 octobre.
  • 15 AD Nord M. 625/20.

33Les deux points de vue apparaissent inconciliables après des discussions fort orageuses14. La controverse continue dans la presse et le no du 13 décembre 1903 du Peuple d’Armentières15 contient un ensemble d’articles exposant le point de vue de Rivola sur la grève qui vient de s’achever. On y trouve des commentaires aussi violents que « désertion générale » pour caractériser le comportement de Gustave Delory et de ses collaborateurs ou « ordre du jour perfide et absurde » désignant un texte signé par Renard.

  • 16 AD Nord M. 265/5 et 8.
  • 17 AD Nord M. 265/5 télégramme adressé à Préfet Nord le 22/10.

34La tension est encore accrue par la venue de Jean Jaurès à Houplines et Caudry les 22 et 23 octobre16. Le préfet, prévenu de cette arrivée, donne l’ordre de laisser faire et de ne pas gêner cette manifestation. Bien entendu, celle-ci est observée de façon attentive par les commissaires spéciaux. Celui de service à Houplines peut télégraphier à 19 heures que la conférence a eu lieu en présence de 8 000 personnes. L’orateur a engagé les grévistes à persister dans la résistance. Aucun incident n’est à déplorer, la situation est calme17.

35Le lendemain, l’orateur s’exprime à Caudry dans des conditions comparables. En fait, ces manifestations viennent bien tard dans l’évolution d’une grève qui est sur le déclin. Elles ne peuvent qu’ancrer les militants dans leurs convictions, sans modifier la marche des événements.

36Si la concurrence entre fractions rivales des partis ouvriers peut contribuer à l’explication de la durée de la grève de l’industrie linière, elle ne fait pas comprendre l’explosion de violence ayant éclaté à Armentières le 13 octobre. La raison tient à la présence, parmi les leaders politiques donnant leurs consignes aux grévistes, de Sohier, le maire d’Houplines.

  • 18 AD Nord M. 265/4 rapports des 9/10 et surtout des 13/10.

37Ce personnage ambitionne le poste de député alors occupé par M. Dansette et commence sa campagne électorale en se faisant remarquer par son dynamisme révolutionnaire. En effet, c’est lui que l’on trouve régulièrement à la tête des importants défilés se rendant d’usine en usine pour les forcer à fermer. Lors de la réunion organisée avec Jean Jaurès dans la ville dont il est le maire, il dépasse en violence le leader socialiste et menace de faire « la révolution » si les patrons ne font pas connaître le lendemain 13, leur réponse aux propositions qui leur ont été soumises18. Ces propos annoncent bien les événements dramatiques qui se produisent à Armentières et dont nous allons entreprendre l’exposé détaillé après avoir examiné les conclusions du préfet Vincent sur l’évolution d’ensemble de la grève.

  • 19 AD Nord M. 265/20 rapport adressé le 4 janvier 1904.

38Celles-ci sont exposées, à froid, après plusieurs semaines de réflexion, en réponse à une question du bureau des affaires politiques du ministère de l’Intérieur, sur l’attitude qu’il convient d’observer face à la demande déposée au Parlement, d’une allocation de secours de 100 000 francs en faveur des ouvriers grévistes19.

39Bien qu’il conclut en faveur de l’octroi de cette aide, il commence par exposer les arguments, tirés du comportement des grévistes, qui s’opposeraient à cette faveur : abandon du travail sans préavis, actes de pillage perpétrés dès le début de la grève, refus prolongé des propositions de conciliation avancées par le préfet, l’acceptation n’étant faite qu’après une perte de temps inutile. Louis Vincent se montre particulièrement irrité de ce délai injustifié, essentiellement dû à la surenchère entre les deux groupes politiquement rivaux.

40Ce sont également des motivations politiques qui poussent le maire d’Houplines, Sohier au comportement extrême qui déclenche l’émeute d’Armentières.

ARMENTIÈRES, LE 13 OCTOBRE 1903

  • 20 Les évènements d’Armentières sont à l’origine de nombreuses archives : AD Nord M. 265/8, 9, 10 et (...)

41La ville d’Armentières est ressentie depuis plusieurs jours comme un point sensible en raison de l’agitation entretenue par les cortèges de grévistes vindicatifs défilant quotidiennement et de la multiplication d’actes délictueux20. Les gendarmes signalent des poteaux télégraphiques sciés, des agriculteurs rançonnés, une augmentation des vols sans que l’on puisse déterminer la part imputable aux grévistes et celle dont des éléments troubles divers se sont rendus coupables. Le président de l’Union des commerçants écrit au préfet pour attirer son attention sur « les graves rumeurs menaçant la sécurité des maisons de commerce... ». Sa lettre n’arrive que le lendemain sur le bureau du responsable, mais le commissaire Delbove, très actif et bien informé, a déjà fait connaître à Lille ses craintes en raison de l’agitation entretenue non seulement par Sohier mais par divers orateurs extrémistes qui se sont succédés à Houplines : la citoyenne Sorgues, du journal extrémiste Action, Desjardins et Griffuelhes de la Confédération Générale du Travail et enfin Jules Guesde, dont nous avons déjà évoqué la venue.

42La situation est particulièrement tendue car les délégués syndicaux attendent la réponse du patronat à des demandes présentées le 11 octobre. Sohier a déjà fait savoir que si la réponse ne parvenait pas à la mairie d’Armentières le 13 à midi, de graves désordres en résulteraient.

43Delbove est inquiet et souhaiterait que le service d’ordre, pourtant, déjà important en ville soit renforcé. En effet il sait qu’il ne peut absolument pas compter sur les agents de police, qui sont pour la plupart apparentés à des grévistes. Le colonel Lusseau, commandant les troupes rassemblées à Armentières, estime celles-ci suffisantes et affirme « répondre de l’ordre » ; effectivement il dispose de 4 escadrons, 3 bataillons, 60 gendarmes à cheval et 115 gendarmes à pied.

44Est-ce suffisant pour faire face aux 15 000 ouvriers grévistes (10 000 à Armentières et 5 000 à Houplines) sans compter les renforts pouvant parvenir d’autres localités, que Sohier est susceptible d’aligner ? Le colonel le pense, le commissaire spécial, qui ne s’entend pas bien avec lui, n’en est pas persuadé.

45Face à cette situation tendue, M. Melliez président de la Chambre de commerce n’a pas compris la nécessité d’apporter rapidement aux ouvriers la réponse qu’ils attendent. Il perd du temps à consulter individuellement les divers industriels intéressés et plus grave, il passe la matinée aux obsèques d’un de ses amis. Pendant ce temps, les manifestants se massent à la mairie d’Armentières où Sohier maintient la pression. Vers 11 h 30, des ouvriers grévistes surexcités quittent la mairie et se répandant dans les rues adjacentes où ils commencent à piller certaines maisons.

  • 21 AD Nord M 625/8.

46Dès lors des télégrammes les plus alarmistes sont adressés par les journalistes à leurs rédactions parisiennes. Nous ne donnons qu’une sélection des copies retournées à la préfecture de Lille pour demande de confirmation. Voici les textes les plus significatifs21 :

-12h21, Lot Petit Parisien, Paris : Maisons saccagées rues Sadit Carnot et Bayart - Portes défoncées. Pièces de toile dans la rue.
- 12h23, Temps, Paris. Grévistes fuient quand fantassins arrivent baïonnette au canon. Bandes se reforment derrière les troupes. Façades brisées des banques Verley-Decroix et Crédit du Nord.
- 14h50, Liberté-Débats - Graves incidents depuis 11 heures Bureaux des banques saccagés et monnaie enlevée - Pièces de toile en travers - Troupe charge.
À 18h30 le capitaine de gendarmerie télégraphie à « Préfet, Commandant supérieur des troupes et chef d’escadron de gendarmerie » le résumé suivant : « Groupes grévistes démolissent devant des maisons et y mettent le feu depuis llh 30. Charges continuelles de cavalerie et de gendarmerie dans les rues dépavées. Barricades - Gendarmes et capitaine reçus à coups de pavés. Deux gardes atteints sans gravité ».

  • 22 Rapport du 14 octobre 1903.

47Ces textes, extraits de nombreux autres comparables, indiquent bien la gravité des événements : l’émeute n’est pas maîtrisée par les troupes et les grévistes sont maîtres de la situation. Un rapport du commissaire spécial d’Armentières fait bien ressortir les lacunes dans l’organisation du service d’ordre22. Les troupes sont disposées de façon insuffisamment compacte et ne sont pas assez mobiles : à plusieurs reprises des pillards ont pu agir à proximité de pelotons de fantassins qui refusent d’intervenir, en raison des consignes reçues. Les pièces de toile sorties des magasins sont déployées entre les réverbères et entravent les charges de cavalerie. Le colonel Lusseau s’affole face à une situation qui lui échappe. Des troupes de renfort sont demandées : 2 escadrons et 1 bataillon reçoivent l’ordre de partir d’urgence de Roubaix, à 5 h 50 du soir. Seront-ils mieux employés que les autres unités ?

48La situation est en effet extrêmement grave à Armentières, d’où le journaliste Colas du journal Action télégraphie à 16h 22 : « Tout va mal, cavalerie charge sabre au clair. Quelques blessés. On annonce arrivée du préfet à 16h 10... Un chauffeur de voiture est assommé dans sa voiture. Situation de mal en pis ».

49Effectivement le préfet s’est déplacé, précédant un télégramme sévère du président du conseil émis à 17h33 qui demande un rapport d’urgence sur les faits de pillage et d’incendie et ajoutant : « Expliquez moi aussi comment ces faits ont pu se produire dans une ville garnie de troupes et qui doit être rendu responsable du retard à les empêcher. J’aime à croire que le parquet s’occupe déjà de rechercher les coupables ».

50Le préfet Vincent répond d’Armentières que pour l’instant l’urgence est au rétablissement de l’ordre et à l’extinction des incendies qui ont repris. « Aucune arrestation en flagrant délit n’est possible. Elles n’auraient d’ailleurs pu être maintenues ». Les gendarmes sont trop occupés à tenter la dispersion des noyaux d’émeutiers.

51La situation n’est reprise en main qu’à 22 heures, les émeutiers paralysant l’action des troupes en brisant les becs de gaz et enlevant les plaques d’égout : fantassins et cavaliers ne peuvent progresser qu’à la lueur des incendies. Les charges de cavalerie sont entravées par des fils télégraphiques tendus en travers des rues.

52Le préfet réclame des renforts par téléphone. Les notes manuscrites du secrétaire général Aubanel subsistent : tracées au crayon bleu elles portent la demande, formulée auprès du gouverneur militaire, d’un bataillon prélevé à Lille et la réponse suit, en lettres majuscules tracées au crayon rouge et encadrées : NON ! Il n’y a plus, pour toute réserve, que deux escadrons de cavalerie. Un d’eux (100 hommes) est envoyé d’urgence, mais cela ne remplace qu’incomplètement les 400 fantassins du bataillon demandé.

53Simultanément les affiches interdisant tout attroupement et prescrivant la fermeture des cabarets à 8 heures du soir sont placardées. Finalement l’ordre est rétabli dans la rue. Il n’y a pas de blessé grave, mais les officiers doivent intervenir avec énergie pour éviter que les hommes exaspérés ne tirent sur les émeutiers.

54Reste à régler le problème des incendies : les pompiers armentièrois, par crainte ou sympathie envers les grévistes, refusent d’intervenir. Le préfet réquisitionne, avec l’accord du maire de Lille, le matériel et les hommes nécessaires : une grosse pompe à vapeur, un lieutenant et vingt-cinq hommes requis à leur domicile quittent Lille à 22 heures 30, par convoi ferré.

55Dès le lendemain matin procureur de la République et magistrats d’instruction sont présents, appuyés par la gendarmerie, mais trouveront-ils les vrais coupables ? L’autorité militaire remanie son dispositif et remplace les responsables qui se sont montrés inefficaces. Le préfet ne perd pas de temps pour essayer de relancer les négociations, car l’émeute n’a évidemment rien résolu.

56Le ministre de l’intérieur renouvelle ses instructions : « Faites en sorte que les ouvriers sentent bien que si nous sommes décidés à respecter le droit de grève, nous sommes tout aussi décidés à ne tolérer aucune atteinte à la liberté, à la propriété ». Ces derniers mots posent tout le problème du maintien de l’ordre au cours des grèves.

LE MAINTIEN DE L’ORDRE

57Le maintien de l’ordre (ou son rétablissement s’il a été perturbé) en cas de grève comporte deux étapes : la force et le droit. Si la seconde partie a relevé, et relève toujours de la justice, la première dépend en 1903 et pour de nombreuses années encore de l’autorité militaire.

Les forces armées face aux grévistes

  • 23 Gén. Besson et P. Rosiere, La Gendarmerie Nationale, Ed. X. Richer 1982, 589 p., p. 228 et sq.
  • 24 AD Nord M. 226/42 sous-dossier 23.

58L’absence de troupes spécifiquement formées à faire face aux émeutes pose aux gouvernements successifs de la IIIe République un problème qui ne trouve sa solution qu’après la guerre de 1914-1918 avec la création de la Garde républicaine mobile23. Les polices municipales ne pouvant être utilisées contre les rassemblements de grévistes en raison de leurs effectifs insuffisants et de leur fréquente connivence, comme dans le cas d’Armentières, avec les fauteurs de troubles, les seules possibilités sont le recours à la gendarmerie et à l’armée. Encore dans ce dernier cas convient-il d’éviter de mettre face à face des troupes dont le recrutement soit proche des milieux d’origine des manifestants. Le commandement est prévenu de ce risque et cherche au maximum à l’éviter24.

59La gendarmerie est en première ligne ; elle est encore en 1903 répartie en gendarmerie à pied et gendarmerie à cheval. La première est plutôt préposée à des postes fixes pour la protection de points sensibles, la seconde reçoit des missions de reconnaissance, d’escorte, de liaison. L’une et l’autre procèdent aux arrestations ordonnées par le parquet et tentent d’éviter le contact direct entre les manifestants et la troupe.

  • 25 AD Nord M 625/9.

60Lorsque la gendarmerie du département est insuffisante, on fait appel aux brigades des légions voisines. Lors de la grève d’octobre 1903, 460 gendarmes à cheval et 685 gendarmes à pied sont requis : il faut aller les chercher jusque dans les départements d’Ile-de-France et de Bretagne25.

  • 26 Les départements du Nord et du Pas-de-Calais forment le 1er corps d’armée.

61Quand l’importance des rassemblements de grévistes ou de manifestants dépasse les possibilités de contrôle par la gendarmerie, il est fait appel à la force armée, d’abord au sein du corps d’armée du lieu où siègent les troubles26, puis, si nécessaire, dans les unités des corps d’armée voisins.

62Le préfet dispose du droit de réquisition des troupes qu’il juge nécessaires, droit qu’il exerce par l’intermédiaire du général commandant le corps d’armée, qui pour Lille est le général Jeannerod avec qui les relations du préfet Vincent sont excellentes. C’est lui qui sert d’intermédiaire pour transmettre les demandes de renforts supplémentaires au ministère de la Guerre, lequel désigne les régions où les prélèvements doivent être effectués et, le cas échéant, en limite l’importance en fonction des autres besoins du pays. Nous avons vu que ce fut le cas lors des événements d’Armentières.

  • 27 AD Nord M 625/6.

63Lorsque l’ampleur du mouvement de grève affecte un nombre élevé d’usines, un commandement militaire particulier est mis en place. Dans le Nord c’est habituellement le général gouverneur de la place de Lille qui est investi de cette responsabilité. Après les incidents d’Armentières, le commandement est organisé en deux « brigades » est et ouest ; celle de l’est est découpée en trois secteurs (Lille, Roubaix, Tourcoing), la brigade de l’ouest en compte deux (Armentières, Le Quesnoy). Les brigades sont commandées par un général, les secteurs par un colonel27. Les réquisitions nécessaires pour le cantonnement et le logement des troupes et des officiers sont légalisées par un arrêté du ministère de la guerre, le général André, le 4 octobre.

  • 28 Plusieurs états des troupes requises figurent dans M. 625/9 ; nous donnons une synthèse de l’ensem (...)

64Une telle organisation est indispensable face à une grève qui nécessite la présence de trente-sept bataillons et demi (15 000 fantassins), quarante-deux escadrons (4 200 cavaliers), cent soixante-quinze artilleurs et mille cent quarante-cinq gendarmes. Les 20 500 hommes ainsi rassemblés dans une fraction du département du Nord proviennent de quatorze garnisons différentes, réparties du Mans à Pont-à-Mousson et de Sentis à Stenay, sur cinq régions militaires différentes28.

  • 29 Sous-dossiers classés séparément dans M 625/9.

65Quel est l’accueil réservé à ces hommes en dehors des périodes d’affrontement avec les manifestants ? Les rapports paraissent bons avec la majorité de la population non gréviste. Le contraste est marqué entre l’épaisseur du dossier contenant les demandes des industriels, des commerçants et des municipalités qui sollicitent avec insistance la protection de la force publique et les deux seules communes qui la refusent29.

66Ces communes sont celles de Croix (dont le maire affirme, selon un rapport du commissaire de police « ...le gouvernement bourgeois, même le notre, est toujours l’ennemi ») et d’Houplines dont le maire Sohier affirme le 12 octobre que... « l’ordre n’a jamais été troublé dans cette commune » et qu’il est « inutile de prévoir des incidents qui ne se produiront pas ! ».

  • 30 Collection personnelle.

67Nous avons pu nous procurer le témoignage inédit d’un officier, le capitaine adjudant-major Dufay envoyé avec un bataillon du 109e régiment d’infanterie, de Chaumont, pour participer au maintien de l’ordre à Lille où il séjourne du 20 au 29 octobre30. Les six lettres qu’il écrit à sa femme confirment à la fois la tranquillité qui règne dans la ville et le maintien des précautions : « Édifices publics, banques et usines sont toujours gardés militairement, et le bataillon est maintenu en réserve ». Le calme persistant lui permet de nombreuses promenades au cours desquelles il sort en uniforme « sans avoir perçu un seul regard de travers » même dans les quartiers ouvriers. Il loge dans une famille bourgeoise qui est pleine d’attentions à son égard.

68Cette anecdote isolée, intéressante comme confirmation de la tranquillité de Lille pendant la grève linière, ne doit pas faire oublier que le recours à l’armée ne constitue pas une solution adéquate pour prévenir et réprimer les violences consécutives à un mouvement populaire. Les difficultés rencontrées à Armentières en constituent un témoignage supplémentaire.

69Deux documents traitant de ce problème, extraits des dossiers consacrés à la grève linière de 1903, démontrent que les autorités sont très sensibles à cette question.

  • 31 AD Nord M. 625/8 Lettre du 5 novembre 1903.

70Le premier est une lettre adressée, dans les formes réglementaires, par le commandant Martz, du 37e régiment d’infanterie (normalement en garnison à Nancy) au colonel commandant le secteur d’Armentières31 concernant un incident qui s’était produit la veille du 4 novembre :... « Une pierre a été lancée (contre le service d’ordre) par un individu perdu dans la foule compacte. C’était un délit. Si demain c’était un crime ? Même identifié (ce qui est peu probable) l’arrestation du responsable amènerait un conflit grave ».

71De même en ce qui concerne les cris séditieux et injures contre l’armée que la troupe, même tenue à distance, entend : « Si on les tolère c’est la dignité de l’officier, c’est la discipline qui est en jeu ».

72Les remarques paraissent tellement justes que la lettre remonte avec des commentaires approbateurs jusqu’au général commandant de corps d’armée. Comment résoudre de tels problèmes ? Par un corps spécialement formé à la lutte contre les émeutiers.

  • 32 AD Nord M. 625/20 Rapport du 4 novembre 1903.

73C’est précisément ce qui est proposé dans le deuxième document. Le sous-préfet d’Hazebrouck propose, au terme d’un rapport dénonçant diverses insuffisances constatées, la constitution d’une force de gendarmerie mobile spécialement formée et tenue en réserve au chef-lieu de département32. On sait qu’il faut attendre jusque 1921 le début de réalisation de cette idée.

L’action judiciaire

  • 33 AD Nord M. 625/4 et surtout M 625/7.

74La documentation concernant les arrestations opérées au cours des scènes de violence accompagnant la grève linière de 1903 et surtout les condamnations opérées par les tribunaux est nettement plus succincte que celle concernant les autres données de cette grève33.

75Le 10 octobre le tribunal correctionnel de Lille prononce onze condamnations de sujets arrêtés pour délits au cours de manifestations de grévistes. Seules les condamnations et les peines sont connues, l’âge et la profession des intéressés ne sont pas mentionnés.

76Nous trouvons : 4 entraves à la liberté du travail (quatre mois de prison ferme), 2 cas de mendicité en réunion, avec menaces pour se faire servir à boire (10 jours de prison, avec sursis), 2 cas de violences avec jet de pierre contre les gendarmes (1 mois ferme), 2 cas d’outrages à l’armée (3 jours et 10 jours de prison avec sursis), 1 opposition à arrestation (10 jours avec sursis).

77Après l’émeute du 13 octobre, cinquante-trois arrestations sont effectuées et cette fois nous sommes renseignés sur l’état civil des détenus : 47 sont français et 6 belges ; 17 sont sans profession, 22 sont ouvriers textiles ; 13 ont divers métiers, la situation est inconnue pour 1. Le jeune âge de ces sujets est frappant : 18 ont de 14 à 18 ans, 16 de 19 à 21 ans, 9 de 23 à 28 ans et 8 sont âgés jusque 46 ans.

78Les faits reprochés et les décisions de justice les concernant ne sont pas connus. Il en est de même pour les soixante-sept sujets arrêtés aux alentours d’Armentières le lendemain de la fameuse émeute. Le seul point que l’on connaisse est la nationalité de soixante-et-un d’entre eux : 34 français, 27 belges. Tous ces faits sont trop parcellaires pour qu’il soit possible d’en tirer des conclusions générales.

79Il est en revanche un personnage dont le comportement face aux magistrats mérite d’être souligné : le maire d’Houplines, Sohier. Comme le ministre de l’Intérieur s’étonnait que l’on n’aie pas procédé à son arrestation, le préfet Vincent l’informe par téléphone et confirme par rapport avoir demandé au procureur de la République et au juge d’instruction de le faire comparaître, de l’interroger et de lui faire savoir que des charges suffisantes étaient relevées contre lui pour justifier son arrestation.

80Le comportement de celui-ci a immédiatement changé et... « depuis il a été en fait l’auxiliaire des magistrats. Il nous a facilité hier soir et ce matin, par l’information qu’il nous a transmise, l’arrestation de plusieurs coupables ». Il continue à pousser les grévistes à la résistance, mais « n’excède pas les limites que lui confère le droit de grève ». Il seconde même le brigadier d’Houplines « dans ses rondes de nuit ».

  • 34 Les faits concernant Sohier sont détaillés dans deux rapports classés à leur date d’envoi dans AD (...)

81Le préfet Vincent conclut en ces termes son rapport concernant cette étonnante anecdote : « M. Sohier sait qu’il serait très probablement arrêté si de nouveaux troubles se produisaient dans sa cité. Il serait dans ces conditions maladroit de pousser plus avant les choses en ce qui le concerne et il est préférable, même aux dépens de la justice absolue, de mettre à profit l’alliance que la crainte lui a conseillée »34.

82Le rétablissement de l’ordre et la comparution en justice des éventuels délinquants ne sont que les étapes nécessaires à l’action que Vincent ne perd pas de vue : l’aboutissement d’une négociation rétablissant des relations normales entre patronat et ouvriers. Les positions de part et d’autre sont connues.

LES NÉGOCIATIONS ET L’ACCORD FINAL

  • 35 Les télégrammes et les rapports faisant état de l’évolution des négociations sont classés par ordr (...)

83La politique constante du préfet d’instaurer une négociation se heurte à de multiples entraves qui ne le font pas dévier de sa voie jusqu’au succès35. Dès le 8 octobre il a, à la requête du député-maire de Lille, Gustave Delory (hostile à la grève, rappelons-le), une entrevue avec les délégués des ouvriers en grève. Leurs demandes sont transmises, à défaut de syndicat patronal, au président de la chambre de commerce et d’industrie. Le retard mis à répondre à ces souhaits est un des facteurs déclenchants de l’émeute du 13 octobre.

84L’ordre étant rétabli, le préfet se préoccupe de reprendre le fil de la négociation et demande au ministère l’approbation de sa proposition de former une commission mixte, patronat et ouvriers. Le président du conseil approuve cette proposition « de même que toute autre tendant au rétablissement de l’ordre par les voies légales », mais il ajoute qu’il ne faut pas perdre de vue la nécessité de réprimer toute émeute injustifiée.

85Vincent tente de mettre en route le processus, mais doit constater le 18 octobre le vote négatif de la commission. On sent le préfet découragé : « Jamais la situation ne m’est apparue aussi grave. L’élément révolutionnaire domine tout le parti socialiste indépendant, comme le POF... J’entrevois un avenir chargé de menaces ».

86Le ministre encourage le préfet à ne pas se départir de son attitude ferme et conciliante qui est approuvée et ajoute « La situation est délicate, mais deviendrait grave si les ouvriers avaient l’impression qu’on se désintéresse du conflit ».

87Le préfet qui s’est ressaisi remet en place de nouvelles réunions, mais celles-ci ne progressent guère. Il fait savoir le 23 octobre que les négociations se poursuivent dans le calme mais piétinent sur des bases qui ne peuvent plus être changées.

  • 36 Correspondance inédite du cap. Dufay, lettre du 29 octobre 1903.

88Une nouvelle réunion à Lille, le 29 octobre, des délégués patronaux et ouvriers se heurte de part et d’autre à une obstination peu constructive. Le même jour le capitaine Dufay écrit à sa femme : « La situation est toujours tendue à Armentières : les ouvriers et les patrons s’entêtent les uns contre les autres. Néanmoins ils sont calmes »36.

89La situation reste figée jusqu’au 7 novembre jour où la Chambre des députés émet son vote décisif en faveur de l’arbitrage qui est exercé par le préfet dont l’autorité morale est très grande sur les parties en présence.

90Cet arbitrage porte sur les cinq points suivants :

  1. application immédiate et provisoire du tarif de 1889 pour le tissage.
  2. élaboration en commun d’un tarif des préparations qui, jusqu’à présent, sont rémunérées de façon arbitraire.
  3. élaboration d’un nouveau tarif pour remplacer celui de 1889 reconnu défectueux et surtout incomplet.
  4. application des augmentations prévues par ce nouveau tarif avec effet rétroactif à partir du jour où la fin de la grève est signée.
  5. extension des mesures votées à toutes les localités du secteur d’Armentières37.

91Cet accord règle des points importants revendiqués par les ouvriers du lin, mais laisse en suspens les augmentations à prévoir pour l’application de la loi Millerand-Colliard sur la réduction du temps de travail à intervenir en 1904. Ce point est réglé provisoirement par l’octroi, à titre d’indemnité pour liquider la grève, d’une semaine de salaire. Les discussions sur ce point durent jusqu’au 12 novembre et le protocole d’accord est signé le 13 novembre. Nous avons vu dans l’exposé chronologique que la reprise du travail n’est complète que le 30 novembre en raison d’incidents particuliers pour certaines usines, qui sortent du cadre de cette étude générale.

92La signature obtenue après six semaines d’efforts de la part du préfet Vincent est pour lui un réel succès confirmant ses qualités de négociateur et justifiant la confiance placée en lui par le ministère. Tous les problèmes ne sont pas réglés cependant, en particulier l’extension des termes de l’accord aux filatures et tissages hors du secteur d’Armentières et leur solidité dans le temps.

93La grève de 1903 est un épisode dans une série de conflits du travail affectant spécifiquement l’industrie linière. Nous avançons dans le titre de cette étude qu’il s’agit d’un « cas d’école »...Il nous reste à justifier cette affirmation.

94Nous le ferons en énumérant certaines particularités dont la simple désignation suffit, les faits étant exposés auparavant en détail.

95Les éléments caractéristiques sont :

  • L’ancienneté de la revendication concernant une discussion salariale précise.
  • L’aggravation par deux circonstances politiques indépendantes de la cause économique déclenchante :
  • Un sérieux conflit opposant deux tendances politiques largement représentées au sein de la masse des ouvriers,
  • L’ambition d’une personnalité politique, utilisant la grève comme moyen de pression à des fins personnelles.
  • La gravité des déprédations causées aux biens des particuliers, réalisant une véritable émeute, avec phénomènes de pillage.
  • Les difficultés du rétablissement de l’ordre : malgré une très ample la situation est à peine maîtrisée pendant plusieurs heures.
  • Les pompiers mis dans l’impossibilité de remplir leur devoir.
  • La jeunesse d’une fraction notable des participants.
  • La difficulté d’aboutir à un règlement négocié, moins pour des raisons financières, que par désir de ne pas « perdre la face ».

96L’addition de tous ces facteurs, dont seuls certains sont retrouvés au cours de conflits du même ordre, explique la gravité de celui ayant évolué dans l’industrie linière du Nord, d’octobre à novembre 1903.

97Du côté du gouvernement cette grève est l’occasion de saisir le comportement d’Émile Combes, dont l’action est surtout connue dans d’autres domaines, face à un grave conflit social. Son affirmation répétée avec insistance de la triple protection du droit de grève, de la liberté du travail, et des biens des particuliers est classique. Mais il est intéressant de constater qu’il ne privilégie aucun de ces éléments.

98À des titres différents la grève d’octobre 1903 dans le Nord est bien une école pour les divers participants qui se retrouvent face à face.

Notes

1 J.-L. Decherf, Armentières et ses environs, SAEP édit, 1974, p. 19. Ph. Vanhamme, IIIe République (1870-1914) grève et conflit social en Armentières et Houplines, plaquette multigraphiée, s.l., n.d., 36 p.

2 Nous avons surtout utilisé la très riche sous-série AD Nord M. 625 rassemblant correspondance, rapports et extraits de presse.

3 Combes (1835-1921) est appelé à ce poste en mai 1902 après la victoire du « bloc républicain ». Il s’implique personnellement très fort dans la gestion de cette crise.

4 Nous avons rencontré ce personnage au cours de l’étude de l’Université Populaire de Lille, agissant avec la même intelligence. Voir A. Gérard dans L’Université Populaire de Lille, ouvrage coordonné par A. Lottin, Lille, La Voix du Nord et UPL édit. 2001, p. 42 et 47.

5 AD Nord M. 625/4.

6 AD Nord M. 625/16.

7 Télégramme Min. Int. à Préfet le 18 octobre à 9 h 20 du soir.

8 Ensemble de six télégrammes datés des 27 et 28 octobre.

9 Prés. Conseil à préfet Nord, le samedi 7 novembre à 8 heures du soir.

10 AD Nord M. 625/6, télégramme du 7 octobre, 2 h 45 du soir ; le double de ce document est réadressé à la préfecture du Nord.

11 AD Nord M. 625/20 rapport du 24 octobre 1903.

12 AD Nord M. 625/4 brouillon de 22 pages de cet important document.

13 Alexandre Millerand (1859-1943) Homme politique, socialiste indépendant et ministre du commerce et de l’industrie du cabinet Waldeck-Rousseau lorsqu’il fit voter la loi portant son nom.

14 AD Nord M. 625/24, rapport du commissaire spécial Faudot du 13 octobre.

15 AD Nord M. 625/20.

16 AD Nord M. 265/5 et 8.

17 AD Nord M. 265/5 télégramme adressé à Préfet Nord le 22/10.

18 AD Nord M. 265/4 rapports des 9/10 et surtout des 13/10.

19 AD Nord M. 265/20 rapport adressé le 4 janvier 1904.

20 Les évènements d’Armentières sont à l’origine de nombreuses archives : AD Nord M. 265/8, 9, 10 et 11, plusieurs rapports dans M. 625/4 particulièrement le brouillon, corrigé de la main de Vincent, du rapport du 22 octobre.

21 AD Nord M 625/8.

22 Rapport du 14 octobre 1903.

23 Gén. Besson et P. Rosiere, La Gendarmerie Nationale, Ed. X. Richer 1982, 589 p., p. 228 et sq.

24 AD Nord M. 226/42 sous-dossier 23.

25 AD Nord M 625/9.

26 Les départements du Nord et du Pas-de-Calais forment le 1er corps d’armée.

27 AD Nord M 625/6.

28 Plusieurs états des troupes requises figurent dans M. 625/9 ; nous donnons une synthèse de l’ensemble le plus important.

29 Sous-dossiers classés séparément dans M 625/9.

30 Collection personnelle.

31 AD Nord M. 625/8 Lettre du 5 novembre 1903.

32 AD Nord M. 625/20 Rapport du 4 novembre 1903.

33 AD Nord M. 625/4 et surtout M 625/7.

34 Les faits concernant Sohier sont détaillés dans deux rapports classés à leur date d’envoi dans AD Nord M. 625/4, les 15 et 22 octobre 1903.

35 Les télégrammes et les rapports faisant état de l’évolution des négociations sont classés par ordre chronologique dans AD Nord M. 625/4. Nous en donnons l’analyse succincte.

36 Correspondance inédite du cap. Dufay, lettre du 29 octobre 1903.

37 « La grève de 1903 à Armentières » dans Léon de Seilhac. La grève du tissage de Lille (octobredécembre 1909), Paris, A. Rousseau édit., 1909, p. 87-93.

Auteur

Ancien président de la Commission historique du Nord

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540