Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume I

 | 
Philippe Guignet

Revendications et actions collectives des milieux populaires

Solidarités et éthique chez les sayetteurs lillois aux xvie et xviie siècles

Alain Lottin

Texte intégral

  • 1 Arch. mun. Lille, Aff. gén., C. 1171, d. 9 (non daté, vers 1577).
  • 2 Arch. mun. Lille, Aff. gén., C. 1771, d. 18,1667.
  • 3 Arch. mun. Lille, Aff. gén., C. 1160, d. 5,1693.
  • 4 « Instruction que je laisse... » par M. le Peletier de Souzy (1683) publié dans Bulletin de la Comm (...)

1À Lille, dont la population varie de quarante mille à cinquante mille habitants aux XVIe et XVIIe siècles selon la conjoncture, « le stil de la saietterie est le principal de ceulx qui s’exerchent en ceste ville et duquel le plus grand nombre du peuple gaigne sa vie », proclament fièrement les représentants du métier vers 15771. Ils lient clairement l’essor et la prospérité de la cité à cette activité. Un siècle plus tard, ce point de vue n’a pas changé. Ce corps de métier a toujours été « la partie la plus considérable de ladite ville et la cause de l’augmentation de son peuple, qui est encore ce qui fait la ville de Lille et qui la rend plus considérable que touttes les autres »2. L’intendant Dugué de Bagnols ratifie cette opinion. « Les saieteurs et bourgeteurs establis dans la ville de Lille composent les corps de mestiers les plus considérables de ladite ville... Il y a plus de vingt mille personnes qui en vivent »3. Mais il souscrit à l’avis de son prédécesseur, Michel le Peletier de Souzy, qui, en 1683, constatait que « l’industrie des ouvriers du plat pays a prévalu sur celle des ouvriers de la ville »4.

LE MÉTIER ET LES SAYETTEURS

  • 5 On peut se référer notamment à M. Vanhaeck, Histoire de la sayetterie à Lille, Lille, 1910, 2 vols. (...)

2Nous ne nous attarderons pas ici sur le métier, son organisation, sa réglementation puisqu’ils ont été étudiés et sont connus5 ; bornons-nous à rappeler quelques grands traits pour rendre cet exposé compréhensible par les non-spécialistes.

  • 6 Arch. mun. Lille, Aff. Gén., C. 1160, d. 1, 1695.

3La sayetterie consiste dans le tissage de la laine peignée ou sèche appelée sayette, tirée des toisons des moutons et mis en fils. À partir des « filets de sayette » obligatoirement vendus en marché à Lille le mercredi et le samedi, les sayetteurs fabriquent des étoffes légères rases et sèches, de bas prix, « de pure laine, sans meslange de fils de chanvre et de lin, qui soient unis et point à fleurs »6. Ceci les différencie d’un autre corps de tisserands qui, progressivement, prend de l’importance, les bourgeteurs qui eux fabriquent des tissus mélangés ou non unis et travaillent à la haute-lisse alors que les sayetteurs utilisent la basse-lisse, plus simple.

4La sayetterie connut un essor considérable en Flandre au XVIe siècle, notamment à Hondschoote. La tradition veut qu’elle fut introduite à Lille à la fin du XVe siècle par des ouvriers arrageois chassés de leur cité par Louis XI. Les Lillois reçurent de Maximilien et Marie le privilège d’y travailler et Charles Quint, en 1534, leur en accorda le privilège exclusif contre les habitants du plat pays. Devant la concurrence grandissante de ceux-ci, face à l’évolution des techniques et à la complexité des types d’étoffes, les archiducs Albert et Isabelle tentèrent, en 1609, de définir les droits des uns et des autres, Lille conservant toujours le monopole des étoffes fines de sayetterie. Mais ce texte ne pouvait clore la rivalité entre citadins et ruraux ; procès, contestations et conflits continuèrent.

5Le métier avait reçu des statuts vers 1 500 et surtout en 1524, comportant la classique division entre maître, ouvrier et apprenti. Le Magistrat de la cité en avait le contrôle puisqu’il nommait chaque année les six membres de l’organe suprême, la Vingtaine. Il choisissait aussi, sur proposition de ces derniers, l’office comprenant six maîtres du métier, aidés de « ferreurs ». Quatre maîtres sermentés, choisis par la Vingtaine, s’occupaient de la confrérie et de la défense des « suppôts ».

6En réalité, les marchands contrôlent de fait cette activité puisqu’ils sont les maîtres des commandes et des débouchés et partiellement des approvisionnements. Toutefois, les sayetteurs ont obtenu que la production reste organisée sur un mode artisanal. En 1565, une ordonnance municipale a limité à six au maximum le nombre de métiers (ostilles) que pouvait posséder un maître pour fabriquer l’étoffe la plus répandue, les « changeants » et établi l’interdiction pour un maître de donner à travailler à un autre maître. En 1577, une nouvelle ordonnance le confirme et elle ne sera pas modifiée avant 1665, ce qui déclenche un conflit aigu sur lequel nous reviendrons.

7Cette limitation, du nombre des métiers par maître, a généré et maintenu une structure sociale artisanale dont un document de 1570 environ décrit la stratification sociale, avec des connotations morales « engagées ». Parmi les maîtres-sayetteurs :

  • 7 Arch. mun. Lille, Aff gén., C. 1171, d. 9 (non daté - vers 1577).

« En y peult avoir jusques un nombre de deux mil et dadvantage quy se contentent de leur ouvroir, gens honestes, de petite faculté quant aux biens, entièrement dépendans de l’exercice journel dudit stil.
Pourquoy leur est besoing que leurdict exercice eut son cours journel et qu’ils puissent estre pourveuz d’estoffes tant pour satisfoir a leurdict exercice et avoir de leur marchandise yssue facile pour l’entretement journalier de leur famille reiglée sur l’ordinaire exercice de leurdit stil.
D’aultre part se retrouve audit stil, petit nombre, tel que de quarante ou cinquante personnes, plus puissans en faculté, usans du stil non seullement pour le nécessire entretement de leur famille, ains aussy pour la convoitise, aians plus grand respect et intention de eulx faire enrichir que n’ont point les précédens comme aians plus grand moyen par leur puissance et faculté.
Quant au contraire se retrouvent aultres du tout nécessiteux et indigens exerçeans ledict stil comme mastres ouvriers soubz aultres plus puissans, moyennant gaige et loyer... quy peuvent estre en nombre de deux cens ou environ.
Detout lesquels trois membres conviennent que la police bien ordonnée ait le soing et cure en telle sorte que tous puissent avoir moien de gaigniaige sans que le moindre soit fouillé et oppressé par l’avarice du plus puissant »7.

  • 8 Arch. mun. Lille, Aff gén., C. 1170, d. 7, 1650.11 faut ajouter 11 indéterminés.

8Un document datant de 16508, qui détaille le nombre de métiers possédé par maître, permet de constater que cette structure artisanale est toujours de règle à cette date :

1 métier - 58

4 métiers - 63

2 métiers - 87

5 métiers - 20

3 métiers - 94

6 métiers-10

SOLIDARITÉS INTERNES ET CONTRE « L’AUTRE »

Convivialité et sentiment de corps

9Manifestations publiques et religieuses, fêtes du corps de métier, confréries contribuent à souder le corps de métier et à développer des solidarités de base. Bien entendu, le corps avait sa place et sa bannière dans le grand défilé annuel de la procession de Lille (3e dimanche de juin). Les « maîtres du corps » s’occupaient plus particulièrement de la confrérie qui avait sa chapelle dans l’église Saint-Maurice. La grande fête annuelle du corps de métier était le 29 août, jour de la Décollation de saint Jean-Baptiste, inaugurant plusieurs jours de festivités.

  • 9 Chavatte, Chronique, BN, Nouv. acq. Franç. Ms no 24.089 fr et sq. Voir A. Lottin, op. cit.

10Le tisserand, Pierre Ignace Chavatte, dans sa chronique a laissé des récits pittoresques et personnalisés de ces jours de fête, en particulier lors de leur rétablissement en 1670, peu après la suspension liée à l’annexion à la France (1667). Il note fièrement le 29 août 1670 que « les ouvriers de saieteurs sont promenez avant la ville de Lille avec le tambour batant, comme du temps d’Espagne... Les fils de maistres ou les ouvriers allèrent quérir leur droit du guidon (bannière) comme à l’accoutumez et se récrère comme de coutume... ». Car porter la bannière est un honneur qui se paie... Ils sont vingt-quatre à verser cinq sols chacun pour l’obtenir ; celui d’aller la présenter en gouverneur, à l’intendant, au mayeur et autres notables se négocie aux enchères. Lorsque ces joyeux cortèges s’achèvent, « le mercredi nous tenimes table et le jeudi tout de même »9.

  • 10 Arch. mun. Lille, reg. aux ord. du Magistrat, no 378-394, passim.
  • 11 Chronique de Chavatte, op. cit., F 285, 1681.

11À cette semaine annuelle de liesse fort attendue, s’ajoutent les demi-fêtes chômées de la Saint-Matthieu et de la Saint-Marc, et le défilé lors de la procession de Lille. Mais il existe aussi des traditions vivaces, comme celle du lundi qui suit l’épiphanie, dit du parjuré car les rois mages n’avaient pas tenu la promesse faite à Hérode de repasser le voir et l’informer. Chaque année, le Magistrat interdisait aux ouvriers de sayetteur « de n’aller au prochain jour de lundy parjuré ny aultres, demander ny exiger aucunes choses soit à filtre de nouvel an ou de tel autre prétexte que ce fut parmy les bourgeois et habitans d’icelle ville. »10. De temps à autre éclatent des manifestations spontanées, telle celle que relate notre tisserand. « Le 10 avril [1681]... des ouvriers de saieteurs ont promenez leurs othieux dans un char de wivarier (fripier) et dedant ledit char il y avoit un qui jouoit du violon, et deux qui droit le char, dont l’un... avoit une couronne de laurier sur sa teste et alloient de rue en rue de la ville de Lille et crioient ducasse, ducasse ». Cette liesse est apparemment liée à la bonne conjoncture qui donne du travail, car Chavatte ajoute : « Il estoit bon temps pour les saieteurs »11.

  • 12 Arch. prov. Champagne de la Société de Jésus, Ms 3157.
  • 13 Chronique de Chavatte, op. cit., F 202, 1668.

12En dehors du métier stricto sensu, existaient également des confréries à finalité plus religieuse qui regroupaient en leur sein une majorité de sayetteurs. Telle était le cas des sodalités mariales installées chez les jésuites ; celle des grands artisans pour les maîtres tout d’abord, qui compta jusqu’à mille cent membres. Les statuts prévoyaient que seulement cinq maîtres sayetteurs et deux maîtres bourgeteurs pouvaient siéger au bureau, pour ne pas monopoliser les places. « Les seuls maistres travaillant à leurs pièches en leur logis auront droit de se présenter pour estre de notre assemblée ». Pour ceux qui en étaient membres depuis plus de dix ans, elle fonctionnait comme une société de secours mutuel, notamment pour les malades. Chaque premier lundi du mois, les membres devaient assister à une messe de requiem pour les trépassés12. À côté de cette sodalité en existait une autre appelée « les jeunes artisans du matin ». Le 8 septembre 1668, ils « ont faicts leur jubilez de cincquante ans et les prières ont duré neuf jours », nous dit Chavatte qui relate la cérémonie13.

  • 14 A. Lottin, Chavatte, op. cit., p. 253-254.

13Nul doute enfin que les sayetteurs soient très nombreux dans les confréries des paroisses qu’ils peuplent, et particulièrement Saint-Sauveur. Jean Huchon, très écouté, encourageait fortement ses paroissiens à s’y inscrire. Et lorsque les jardiniers-amateurs de Saint-Sauveur créent une confrérie en l’honneur de saint Paulin, on retrouve Pierre Ignace Chavatte et d’autres sayetteurs parmi les promoteurs. Les statuts prévoient qu’on y admettra « petits et grands de telle condition ils soient »14.

Le « frère ennemi » bourgeteur et l’adversaire du plat pays

14La défense du monopole exclusif de fabrication de certains tissus est un puissant facteur de cohésion des sayetteurs et un fort levier de mobilisation contre des adversaires proches, connus et désignés.

  • 15 Mémoire, op. cit., p. 472.
  • 16 Chavatte, Chronique, op. cit., p. 239 vo, 1672.
  • 17 Arch. mun. Lille, Aff. gén., C. 1176, d. 5, 1688.
  • 18 Chavatte, Chronique, op. cit., P 170, 1660.

15Au sein même de la cité, l’esprit de corps est vif contre les « frères ennemis », les bourgeteurs constamment accusés « d’empreindre sur le stil » de leurs concurrents et vice-versa d’ailleurs. Après la conquête française (1667), l’intendant, nouveau venu en cette province, évoque avec inquiétude « la jalousie qui règne parmi ces sortes de gens... une envie si forte qu’elle fait beaucoup de tort à l’un et à l’autre de ces corps de métier » et il craint « quelque désordre, attendu le fort grand nombre d’artisans quy se trouvent de part et d’autre »15. En réalité, cette animosité n’est pas nouvelle. Procès, querelles, conflits émaillent l’histoire de la cité textile depuis le milieu du XVIe siècle, avec toujours le même leitmotiv : à chacun sa spécialité. En 1672, par exemple, Chavatte mentionne qu’il a été défendu à un certain Pierre Ferrez de travailler, « lequel estoit bourgeteur et se disoit d’estre saieteur »16. Toute occasion est propice pour glorifier son métier et discréditer le concurrent. Les saieteurs ainsi déclarent que les bourgeteurs, qui pourtant utilisent des techniques plus difficiles, « ne sont point inventifs ny gens pour s’applicquer à faire quelque chose de nouveau parce qu’ils ont assez de quoy de leur mestier »17. La passion est telle qu’en effet les autorités redoutaient des affrontements collectifs. Ainsi, lorsqu’en 1660 les sayetteurs gagnent un de leurs procès contre les bourgeteurs, « Eut un homme nommé Jean Mahon... lequel alloit par les rues avec une pienne (étoffe) criant : Vive les saieteurs : voilà leur couleur » ; emprisonné comme perturbateur, Chavatte ajoute fièrement qu’« il sortit sans déshonneur »18. Toutefois ces animosités, essentiellement professionnelles, sont tempérées par des contacts quotidiens dans la cité : Pierre Ignace Chavatte, par exemple, a épousé la fille d’un bourgeteur et en fréquente bien d’autres à l’église, dans les confréries, les loisirs ou les cabarets.

  • 19 Arch. mun. Lille, Aff. gén., C. 1176, d 5.

16Plus sévère et plus profonde est l’hostilité contre les tisserands des « lieux champestres et ouverts », considérés comme provoquant leur misère et accusés de tous les maux. Et l’évolution constante des techniques de tissage et des inventions de dessins permet toujours d’invoquer la nouveauté et donc l’exception par rapport aux tissus cités. Les sayetteurs lillois n’hésitent pas d’ailleurs à viser leurs commanditaires. Est dénoncée « l’effrénée et insatiable convoitise » des marchands de Lille même qui « pour leur plus grand proufit font travailler les ouvriers demeurant aux villages circonvoisins qui les servent a plus vil prix et deux ou trois florins meilleur marché à la pièce que sy les ouvrages seraient icy fabriqués »19.

  • 20 Voir notre article : « Textile : le conflit entre Lille et Roubaix-Tourcoing au début du XVIIe sièc (...)
  • 21 Arch. mun. Lille, Aff gén., C. 1176, d. 5,1690.
  • 22 Arch. mun. Lille, Aff. gén., C. 1168, d. 4, Réplique de Lille et Tournai à Tourcoing, art. 15, 1623
  • 23 Arch. mun. Lille, Aff. gén., C. 1176, d. 5, 1690.

17Ici encore le conflit est caractérisé par la violence. Les sayetteurs lillois font intervenir à Roubaix et à Tourcoing des huissiers d’armes du Conseil privé et du Grand Conseil de Malines pour constater les violations et saisir des pièces contestées ; s’ensuivent échauffourées et molestations20. Ces luttes permanentes et leurs aléas permettent de relever deux grands traits de la psychologie collective des sayetteurs urbains. D’une part, ils éprouvent un sentiment de supériorité indéniable sur leurs rivaux ruraux sur tous les plans et en particulier, à propos du genre de vie. « Les habitants de cette ville qui ne vivent point si frugalement comme ceux de la campagne ne sceuroient point s’y accoustumer et se borner au potage et à boire de l’eau comme le font les paysans »21 font-ils observer avec mépris. D’autre part, et surtout, ils sont convaincus de défendre non seulement l’intérêt général, mais les fondements mêmes de la société de l’époque et les principes qui la régissent. Les ordonnances et privilèges obtenus organisent une bonne police de l’Etat ; ils visent « à establir ung ordre et certains degretz entre les villes, bourgades et villaiges à proportion de la capacité et portée respective d’iceulx avec respect d’iceulx avec respect principal au bien publicq »22. La liberté commerciale que veulent instaurer les marchands ruinera cet ordre et cette structure. Il faut donc la combattre impitoyablement, quelles qu’en soient les conséquences humaines « Etant certain et indubitable qu’il vaut mieux asseurement pour l’Estat qu’une bourgade comme Lannoy périsse et quand ce serait même huit a neuf bourgades semblables que non pas une ville si bien peuplée que celle-ci »23.

  • 24 Arch. mun. Lille, Aff. gén., C. 1176, d. 5, 1693.
  • 25 Instruction..., op. cit., p. 395.
  • 26 Arch. mun. Lille, Aff. gén., C. 1176, d. 5, 1693.

18Ce combat contre le libéralisme a un aspect désespéré qui semble échapper aux sayetteurs mais dont les intendants sont bien conscients. Ils s’efforcent « de tenir la balance droite autant que les corps de métier ne persécutent point les ouvriers de la campagne... et que les ouvriers du plat pays n’entreprennent point aussi sur ceux des villes »24. Mais Le Peletier de Souzy avec lucidité notait : « l’industrie des ouvriers du plat pays a prévalu sur celle des ouvriers de la ville, de sorte qu’à Roubaix, Tourcoing et Watrelos l’on fait des étoffes plus fines et plus belles qu’à Lille »25. Son successeur, Dugué de Bagnols, en 1693, évalue à vingt mille les ouvriers du textile de Lille et à quarante-quatre mille ceux de Roubaix, Tourcoing et leurs environs, chiffre peut-être surestimé26 mais qui reflète l’évolution.

SOLIDARITÉ ET ÉTHIQUE

19De fortes solidarités s’expriment également dans les luttes qui traversent parfois le corps et qui opposent la majorité des maîtres et ouvriers à quelques autres, partisans du changement. Ces conflits sont alors des révélateurs de l’éthique et des valeurs des uns et des autres. C’est notamment le cas en 1665-1666.

Le conflit de 1565-1566

  • 27 Arch. mun. Lille, Reg. Ord. Mag., n’389,14 août 1665.
  • 28 Chavatte, Chronique, op. cit., P 191, 1666.

20Au point de départ, le récurrent problème de la limitation du nombre de métiers que peut posséder un maître, c’est-à-dire la question de la liberté de la production et du commerce. Peut-être encouragé par la conjoncture qui suit la paix et la fin de la crise de 1661-1662, le Magistrat change de cap et en 1665 publie une ordonnance modifiant la réglementation de 1565 et 1577. « Sy quelqu’un desdits sayetteurs prétend de travailler à plus grand nombre d’ostilles, soit pour ouvrages larges ou estroictes a raison de quelque nouveauté ou fabricque utile au publicque n’estant en usage ou practique », ils peuvent solliciter une dérogation27. La masse des sayetteurs interprète tout de suite le sens de cette mesure, comme en témoigne Chavatte. « Le 14e jour d’aoust les Messieurs ont faict crier à sonne trompe de carefours en carefours que les saieteurs pouvoient bien avoir autant d’outils qu’ils vouloient. »28.

  • 29 Arch. mun. Lille, Reg. Ord. Mag., no 389, 14 août 1666.
  • 30 Ibidem.
  • 31 Chavatte, Chronique, op. cit., P 189-190, 1666.
  • 32 Arch. mun. Lille, Reg. Ord. Mag., no 389, P 74, 1666.

21La lutte s’organise aussitôt, sur le plan juridique bien sûr. Commence un long procès visant à prouver qu’il s’agit « d’une nouveauté ancienne, d’une antiquité renouvelée. ». Mais la lutte déborde aussi sur le terrain social. Chavatte nous dit que des centaines d’ouvriers se rassemblent à plusieurs reprises pour manifester, notamment devant la maison de ville, ce que confirme une ordonnance municipale qui s’en prend à ceux qui « s’assemblent en grand nombre dans les rues par formes de conventicules et y tiennent des propos séditieux »29. Les maîtres-sayetteurs partisans de cette déréglementation sont qualifiés par Chavatte de « bradeurs de métier », et sont nommément désignés à la vindicte publique. « Ils n’osoient plus coucher en leur maison de peure qu’on eussent venue foncer leur maison de nuict », fait corroboré par une ordonnance municipale interdisant « de nuict ou a la brune diverses nuicts jeter pierres et bastons contre les portes, fenestres et vitres » des maisons30 ; La sécurité des novateurs concernés est en jeu. Chavatte cite un certain « Antoine Lecat ; quand y remuoit, il y avoit cinq ou six sergeans avec lui de peur qu’on l’eu affronté »31. Certains doivent déménager. La traditionnelle menace de quitter massivement la ville en laissant leur famille à charge de Messieurs est brandie et prise très au sérieux par ceux-ci qui promulguent un édit prévenant que « les femmes et les enfants des fugitifs ne seront pas assistés et n’auront pas la permission de mendier. »32.

  • 33 Chavatte, Chronique, op. cit., P 189-190, 1666.

22Le Magistrat fait même arrêter quelques manifestants et pour enrayer le mouvement fait battre de verges, « le grand tour », c’est-à-dire en de nombreux carrefours de la ville, trois d’entre eux. Chavatte, acteur et spectateur, témoigne de la stupeur du petit peuple. « Plusieurs personnes pleuroient de voir telle chose et presques toute la ville en avoient compassion... ». Il cite les noms des organisateurs de la manifestation, des voisins et amis pour la plupart, qui se sont retirés momentanément de la ville pour se mettre à l’abri, comme ceux de héros du métier. Une grève spontanée se déclenche : « Et après qui furent batus de verges on fermoit tous les bouticques de saieteurs... On ne scavoit plus travailler de voir tel justice ». Il invoque « l’innocence de ces criminels... Un chacun crioit vengeance sur cette justice. ». Ce puissant sentiment d’injustice renvoie en fait aux valeurs morales et à l’éthique du métier et de la société, comme l’exprime parfaitement notre tisserand. Ces hommes « n’avoient jamais faict torts à personne ; c’estoit pour leur droit »33.

Pour que le pauvre ait aussi bien moyen de gaigner sa vie que le riche

  • 34 Arch. mun. Lille, Aff. gén., C. 1171, d. 9, 1668.
  • 35 Arch. mun. Lille, C. 1168, d. 4, 1623.

23Le « droit défendu », c’est celui d’une organisation traditionnelle du travail qui vise à ce que chacun puisse gagner sa vie en travaillant. Il faut empêcher « que le grand poisson n’engloutisse le petit ». Il faut s’opposer à ceux qui agissent « comme les grands brochets qui mangent les petits poissons »34, proverbe illustré entre autres par Pierre Breughel et de nombreuses gravures. La limitation du nombre de métiers par maître est indispensable « pour que le pauvre ait aussi bien moyen de gaigner sa vie que le riche »35.

  • 36 Arch. mun. Lille, Aff. gén., C. 1175, d. 8, 1672.
  • 37 Ibidem.

24Cette organisation sociale est voulue, réfléchie. « Passé plus de cent ans et plus on at toujours voulu borner la licence et faculté de travailler au faict de la sayetterie pour de très grandes considérations et nommément pour donner moien au petit peuple de subsister »36. Ceux qui s’y opposent ne sont mus que par leur intérêt particulier et l’esprit de lucre. « Ils n’envisagent le présent que pour leur gain, sans prendre garde à l’advenir, leur estant naturel de croire qu’une fortune bientôt faite est la meilleure. Il n’en va pas de même à l’esgard du publicq, qu’il faut maintenir et conserver en tout temps, spécialement pour le commerce qui est l’unique fondement »37. Ils opposent donc une notion de « développement durable » avant la lettre à l’intérêt et au profit immédiat. Chavatte et ses compagnons étaient dans leur « droit » puisqu’ils défendaient l’intérêt public et général.

25Cette organisation, cette éthique sociale entraînent une valorisation de l’indépendance du maître-artisan, patron de son atelier. Les novateurs pointent du doigt cette prétention.

  • 38 Arch. mun. Lille, Aff. gén., C. 1172, d. 4.

« Tout le monde a voullu estre maistre a perte ou a peu de profit, là ou qu’au contraire, s’ils avoient continuez en qualité d’ouvriers, ils auroient eu leur journée certaine... ». Ils mettent en cause le « vain et pauvres orgueilles des plus faibles supposts qui s’imaginent estre deshonorez s’ils prenaient à travailler des autres ». Un envoyé de Colbert confirme « qu’ils sont souvent obligez d’emprunter et de mettre leurs hardes engagé pour subsister, n’osant travailler pour leursdicts confrères »38.

  • 39 Arch. mun. Lille, Aff gén., C. 1171, d. 9, 1665.

26Deux visions de la société s’opposent sur la base de valeurs morales, essentiellement autour du libéralisme. Ses partisans accusent les maîtres du corps de métier et les ouvriers d’être responsables de la décadence du textile à Lille et de « la disgrâce que ce corps a eu par sa constance dans l’antiquité et les anchiens ouvrages ». La majorité des sayetteurs pour leur part incriminent « l’effrénée et insatiable convoitise » des partisans du libéralisme ; surtout ils considèrent qu’ils défendent un ordre établi dans l’intérêt général. Pour eux, les novateurs veulent « remectre [en cause] la police establie par succession de temps et l’expérience, que est rerum magistra, ou mesme désordre et confusion qui s’est rencontrée au premier estre du monde »39. Société d’ordres ? Société de classes ? Le débat est aussi d’ordre éthique et vécu comme tel.

Notes

1 Arch. mun. Lille, Aff. gén., C. 1171, d. 9 (non daté, vers 1577).

2 Arch. mun. Lille, Aff. gén., C. 1771, d. 18,1667.

3 Arch. mun. Lille, Aff. gén., C. 1160, d. 5,1693.

4 « Instruction que je laisse... » par M. le Peletier de Souzy (1683) publié dans Bulletin de la Commission historique du Nord, t. X, p. 379.

5 On peut se référer notamment à M. Vanhaeck, Histoire de la sayetterie à Lille, Lille, 1910, 2 vols. ; A Lottin, Chavatte, ouvrier lillois, un contemporain de Louis XIV, Paris, Flammarion, 1979, et chapitres dans le tome 2 de l’Histoire de Lille, dirigé par L. Trénard, Toulouse, Privât, 1981 ; Ph. Guignet, Vivre à Lille sous l’Ancien Régime, Paris, Perrin, 1999.

6 Arch. mun. Lille, Aff. Gén., C. 1160, d. 1, 1695.

7 Arch. mun. Lille, Aff gén., C. 1171, d. 9 (non daté - vers 1577).

8 Arch. mun. Lille, Aff gén., C. 1170, d. 7, 1650.11 faut ajouter 11 indéterminés.

9 Chavatte, Chronique, BN, Nouv. acq. Franç. Ms no 24.089 fr et sq. Voir A. Lottin, op. cit.

10 Arch. mun. Lille, reg. aux ord. du Magistrat, no 378-394, passim.

11 Chronique de Chavatte, op. cit., F 285, 1681.

12 Arch. prov. Champagne de la Société de Jésus, Ms 3157.

13 Chronique de Chavatte, op. cit., F 202, 1668.

14 A. Lottin, Chavatte, op. cit., p. 253-254.

15 Mémoire, op. cit., p. 472.

16 Chavatte, Chronique, op. cit., p. 239 vo, 1672.

17 Arch. mun. Lille, Aff. gén., C. 1176, d. 5, 1688.

18 Chavatte, Chronique, op. cit., P 170, 1660.

19 Arch. mun. Lille, Aff. gén., C. 1176, d 5.

20 Voir notre article : « Textile : le conflit entre Lille et Roubaix-Tourcoing au début du XVIIe siècle », Revue du Nord, t. LXIX, no 275, oct-déc. 1987, p. 871-894.

21 Arch. mun. Lille, Aff gén., C. 1176, d. 5,1690.

22 Arch. mun. Lille, Aff. gén., C. 1168, d. 4, Réplique de Lille et Tournai à Tourcoing, art. 15, 1623.

23 Arch. mun. Lille, Aff. gén., C. 1176, d. 5, 1690.

24 Arch. mun. Lille, Aff. gén., C. 1176, d. 5, 1693.

25 Instruction..., op. cit., p. 395.

26 Arch. mun. Lille, Aff. gén., C. 1176, d. 5, 1693.

27 Arch. mun. Lille, Reg. Ord. Mag., n’389,14 août 1665.

28 Chavatte, Chronique, op. cit., P 191, 1666.

29 Arch. mun. Lille, Reg. Ord. Mag., no 389, 14 août 1666.

30 Ibidem.

31 Chavatte, Chronique, op. cit., P 189-190, 1666.

32 Arch. mun. Lille, Reg. Ord. Mag., no 389, P 74, 1666.

33 Chavatte, Chronique, op. cit., P 189-190, 1666.

34 Arch. mun. Lille, Aff. gén., C. 1171, d. 9, 1668.

35 Arch. mun. Lille, C. 1168, d. 4, 1623.

36 Arch. mun. Lille, Aff. gén., C. 1175, d. 8, 1672.

37 Ibidem.

38 Arch. mun. Lille, Aff. gén., C. 1172, d. 4.

39 Arch. mun. Lille, Aff gén., C. 1171, d. 9, 1665.

Auteur

Université d’Artois, EA 1703 Des Anciens Pays-Bas à l’Eurorégion

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540