Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume I

 | 
Philippe Guignet

Revendications et actions collectives des milieux populaires

Sources et manifestations de l’agressivité populaire à Lyon au milieu du xviiie siècle

Jacques Solé

Texte intégral

  • 1 Ce modeste travail ne peut constituer qu’un complément au beau livre de F. Bayard, Vivre à Lyon sou (...)
  • 2 Cette étude repose sur le dépouillement d’une trentaine de liasses de la procédure criminelle de la (...)

1L’examen des procédures criminelles de la Sénéchaussée lyonnaise permet, entre autres, d’apporter un éclairage précieux sur la nature des comportements agressifs des classes populaires dans la seconde ville du royaume, grande cité artisanale et industrielle1. Pour une période de trente ans, allant du début des années 1730 à la fin des années 1750, un sondage suffisamment représentatif amène à dégager, à ce sujet, trois caractéristiques essentielles. La violence populaire, telle qu’elle s’exprime dans ces procès criminels, s’enracine tout d’abord dans un climat général, propice aux phénomènes d’agressivité. Ce climat lui-même doit beaucoup à l’abondance des conflits de voisinage typiques de ce genre de société urbaine. Elle abritait d’autre part à ce moment, à Lyon, un grand nombre de tensions socioprofessionnelles qui opposaient notamment, outre, de façon générale, bourgeois et ouvriers ou maîtres artisans et simples ouvriers, petits patrons entre eux et prolétaires entre eux. Une ultime forme de violence populaire concerne la participation spécifique des femmes aux phénomènes d’agressivité. Cette participation est d’ailleurs complexe puisqu’elle rend les femmes à la fois victimes et responsables des actes de violence2.

  • 3 Procédures criminelles citées, sept. 1731 ; juin 1753.
  • 4 Ibid., août 1742 ; juin 1740 ; janv. 1747.
  • 5 Arch. dép. Rhône, C 10 (déclarations en date de 1731).

2La société lyonnaise du milieu du XVIIIe siècle est marquée, du point de vue de ses classes populaires, par l’omniprésence de la violence et de l’insécurité. Elle tient, en premier lieu, à une fragilité générale, analogue à celle qu’on rencontre dans toutes les grandes villes du temps et qui se double d’inquiétudes relatives à l’obsession de la délinquance. Les suicides populaires3 sont une des formes de cette fragilité de même que les troubles apportés à la tranquillité publique par les marginaux, tels ces sans domicile fixe dormant dans les bateaux de foin, sur la Saône, été comme hiver4. On se méfie aussi des travailleurs étrangers, présentés volontiers comme des espions par les dirigeants du capitalisme lyonnais qui tiennent d’ailleurs souvent leurs propres maîtres-ouvriers pour des voleurs5.

  • 6 Procédures criminelles citées, sept. 1731 ; mai 1739 ; oct. 1758.
  • 7 Ibid., septembre 1733 ; janv. 1735 ; juil. 1741 ; nov. 1758.
  • 8 Ibid., février 1736 ; janv. 1747.
  • 9 Ibid., septembre 1733 ; mars 1737 ; janv. 1747 ; août 1755 ; sept. 1755 ; nov. 1759.

3L’accusation de vol accompagne fréquemment la vie populaire lyonnaise au milieu du XVIIIe siècle. Elle y alerte les officiers de la milice, trouble les promeneurs du dimanche soir sur les bords du Rhône, mais peut fournir matière à d’honnêtes filles, mises en cause, pour se disculper6. Ce genre de travailleuses, les revendeuses par exemple, tient beaucoup à justifier leur honorabilité en affaires. Elles ne manquent pas, au reste, d’accusatrices. On en voit même dénoncer ce type de vol effectué dans des églises7. Ces pauvres femmes, veuves de prolétaires par exemple, sont souvent mêlées à ce genre de conflits8. Mais il peut concerner aussi un ancien compagnon devenu trop vite riche par un mariage discuté, un vanneur de blé accusé de dérober les bateaux de grains, un crocheteur suspecté d’effraction chez un perruquier, un tisserand à qui l’on reproche de tromper ses pratiques ou des ouvriers faïenciers taxés d’infidélité par la femme de leur patron9.

  • 10 Lyon, Arch. de la Charité, G, 132 (15) ; Procédures criminelles citées, mai 1738 ; août 1742 ; sept (...)
  • 11 Ibid., nov. 1759 ; sept. 1757 ; oct. 1758 ; oct.-nov. 1758 ; sept. 1756 ; juil. 1732 ; fév. 1748.
  • 12 Ibid., août 1755 ; av. 1752 ; janv. 1748 ; oct. 1744 ; juil. 1750 ; sept. 1743 ; oct. 1744.

4La délinquance se rencontre ainsi à tout moment dans ce type de société urbaine. On y craint souvent d’être dépouillé par autrui. On y arrête, dans les cabarets, des gens de mauvaise vie dont les exploits sont bien connus. L’agression nocturne comme le vol à la tire y sont monnaie courante10. Cette délinquance est fréquemment féminine. Des ouvrières se pillent entre elles ou dérobent les marchands. Si l’on veut éviter leurs entreprises, il ne convient guère de laisser la clef sur la porte. Car ces lingères, pour accomplir leurs méfaits, savent décliner de fausses identités. Elles emportent avec audace les meubles des fripiers. Les maîtres chapeliers lyonnais, au début de 1748, devront ainsi faire arrêter comme receleuse une coupeuse de poil trop astucieuse11. Nous sommes là dans le domaine de la petite délinquance, celle qui pousse les marchands de fer à se plaindre d’être volés, dans leurs magasins, par des forgeurs. Mais elle peut aussi bien concerner ce chapelier qui vole une dévote en train de faire ses Pâques, ces marchands et voituriers des bords de la Saône aux accusations mutuelles, ces cabaretières et ces commerçants dévalisés12.

  • 13 Arch. dép. Rhône, Série B, Fonds de la Conservation, Papiers de Riboulet (1749) ; Procédures crimin (...)
  • 14 Ibid., septembre 1755 ; av. 1739 ; juil. 1754 ; juin 1753 ; juin 1740 ; août 1742 ; oct. 1757.

5À côté de ce genre de délit, il existe dans le Lyon de cette époque, des malfaiteurs d’envergure plus considérable. Ils n’ont rien à voir avec ces humbles compagnons, voleurs de cuillers, auxquels leur maître retient sur leur compte. Leur destin les conduira, eux, au bannissement, aux galères ou à la pendaison13. Rien de plus « public », en somme, dans cette société, que la délinquance qui s’affiche dans tous les détails de sa vie quotidienne. La réputation des artisans est, du coup, mal à l’abri des accusations ignominieuses tant les occasions de délit accompagnent souvent leurs conditions de travail. Quant aux simples manœuvres, sortant de prison ou couchant dans la remise des fiacres des Terreaux, on les voit pêle-mêle dérober des bouteilles dans les cours ou des effets aux fenêtres, couper la poche des gardiens des bateaux de bois ou subtiliser des mouchoirs place Bellecour. Les ballots d’osier des voituriers ou les planches alignées le long des bâtiments en construction ne sont pas plus protégés de leurs opérations14.

  • 15 Ibid., mai 1738 ; mai 1752 ; oct. 1734 ; mai 1738.

6Au-delà du Rhône, dans les premiers mois de 1738, un portefaix de la Guillotière coupe journellement les bois de la Part-Dieu et insulte ses gardes qui l’accusent de voler les pauvres. En compagnie de son épouse, il n’en continue pas moins à emporter des sacs chargés de fagots. Quatorze ans plus tard, un maître tonnelier fait arrêter, sur la route de Paris, son compagnon d’origine alsacienne qui s’en allait avec trois paires de ses bas de soie. En ce milieu artisanal, un fils indigne peut dérober à son père près de 10 000 livres tandis qu’un malheureux passementier voit sa femme le quitter, un lundi matin, sous le prétexte d’aller à la messe : elle s’enfuit, en fait, dans la capitale avec son compagnon en emportant linge, joyaux et argenterie15.

  • 16 Ibid., mai 1738 ; sept. 1731.
  • 17 Mémoire de 1745 cité dans Dagallier, Une grève sous l’Ancien Régime, Lyon, 1901, p. 51ss ; Bonnassi (...)
  • 18 Procédures criminelles citées, nov. 1759.

7Les délits « publics » qui rythment l’existence sociale peuvent présenter d’autres formes : tromperies au jeu, dans les cabarets, dont sont victimes de naïfs artisans ; fausses pourvoyeuses de nourrices qui exposent les enfants des femmes d’ouvriers en soie qui les leur confient16. Cette atmosphère d’irrégularité accompagne une propension à la violence qui, en milieu populaire, est parfois niée par certains observateurs. C’est ainsi qu’ils ont noté l’inégale participation des ouvriers lyonnais aux troubles de l’été 1744. Mais, six ans plus tôt, un voyageur anglais avait relevé l’animosité naturelle propre aux portefaix de la ville. Et, en 1745, d’autres observateurs estimaient ne pouvoir y maintenir l’ordre, au milieu de la débauche populaire, qu’au moyen de la police militaire. Un artisan du textile s’y plaindra, à la fin des années 1750, de la brutalité des gens de rivière tandis qu’on y signalera, à la veille de la Révolution, celle des travailleurs saisonniers du bâtiment, rudes montagnards illettrés et ignorants, aussi peu policés que leurs homologues parisiens17. Il est en tout cas impressionnant de noter, un soir de novembre 1759, sur la place des Terreaux, la facilité avec laquelle un apprenti cordonnier de 19 ans, accusé d’avoir frappé un mendiant et emmené pour cela au corps de garde, parvient, en appelant ses camarades au secours par un signal convenu, à créer un attroupement tumultueux qui tourne presque, un moment, à la rébellion18.

  • 19 Ibid., juil. 1754 ; sept. 1731 ; nov. 1758.
  • 20 Ibid., sept. 1733 ; juin 1753 ; janv. 1748 ; nov. 1734.
  • 21 Ibid., juil. 1730 ; sept. 1755 ; mai 1738 ; juin 1740 ; juil. 1741 ; nov. 1746 ; mai 1752 ; oct. 17 (...)

8Le cabaret est un des grands lieux de cette violence, quasi ritualisée. Elle est d’abord verbale tant, selon un boulanger lyonnais à l’été 1754, boire ensemble pousse volontiers des « confrères » à l’injure gratuite et sans conséquence. En ce milieu d’artisans, aller au cabaret constitue presque un devoir d’état et on est facilement bousculé si on repousse l’invitation à s’y rendre. Ou si l’on s’en retire trop rapidement19. Les patrons de cabaret, aubergistes ou vendeurs de vin, accablent parfois de coups leurs clients mauvais payeurs ou s’obstinant à rester après l’heure de la fermeture officielle. En janvier 1748, l’un des premiers, sur le quai Saint-Vincent, a la douleur d’entendre un des seconds, à qui son épouse, indignée, demandait « me prenez-vous pour une putain ? », lui rétorquer : « je ne crois pas que vous en ayez le mérite ». On peut voir, treize ans plus tôt, un couple d’artisans lancer à un cabaretier de la place Saint-Georges la grave injure de mettre de l’eau dans son vin pendant la nuit20. Mais, le plus souvent, ce sont les clients de ces établissements qui rentrent en conflit entre eux ou contre les fâcheux qui les dérangent. Ces rixes d’ivrognes offrent un aspect habituel de la vie ouvrière. La moindre occasion (demander du tabac par exemple) y est prétexte à dure rebuffade. Les jours de fête, les vignerons du voisinage, en goguette, peuvent être rudoyés par les buveurs attitrés. Ou des « pays », valet d’écurie ou voiturier, se rencontrant par hasard, profiter de l’occasion pour s’y insulter. Les nuits d’hiver, les agressions, à la sortie exceptionnellement tardive des cabarets, sont monnaie courante. Elles peuvent concerner des porteurs de chaise qui attendent pacifiquement leurs pratiques ou ces chiens, compagnons le plus sûrs et rarement tranquilles de l’ouvrier lyonnais21.

  • 22 Ibid., août 1750 ; juil. 1750 ; mai 1753.
  • 23 Ibid., mars 1737 ; juin 1753 ; août 1750 ; juil. 1750 ; sept. 1756.

9Les loisirs représentent donc un théâtre naturel de cette violence spontanée. A l’été 1750, le retour de la promenade dominicale peut constituer un risque de dispute pour des artisans qui entrent chez un cafetier demander de la bière et y font un peu les farauds. Au même moment, mais en semaine, d’autres, joueurs de billard invétérés et désireux de prolonger leurs parties nocturnes, se heurtent à la femme du patron qui tombe de sommeil et invoque le respect des règlements. Trois ans plus tard, un dimanche de printemps, des forgeurs agressent des boutonnières dans la salle d’un maître de danse22. Le mardi gras de 1737, masqués et armés de bâtons, des ouvriers en soie troublent fort les veillées et autres bals auxquels ils participent lors de cette nuit agitée. Il en va de même, chez d’autres buveurs, le soir de la Saint-Jean 1753 ou, la nuit du 15 août 1750, en différents quartiers parcourus par une bande avinée. Les dimanches soir estivaux voient bien souvent, dans la cité lyonnaise, le triomphe des carillonneurs, jeunes ouvriers de préférence. Ils y sont les maîtres de la rue où ils font parfois d’étranges rencontres. Que penser, par exemple, de ces deux charretiers dont l’un, ivre, s’est déguisé par plaisanterie en femme, avec coiffure appropriée et robe de paysanne rouge, et que des ouvriers en soie insultent alors qu’ils sont en train, accroupis, de faire leurs besoins contre un chantier du quai Saint-Clair23 ?

  • 24 Ibid., mars 1751 ; janv. 1749 ; oct. 1744 ; janv. 1735 ; juil.1730 ; juin 1740 ; août 1742.

10Rien de plus « ordinaire » que la violence quotidienne au cœur de la vie populaire lyonnaise au milieu du XVIIIe siècle. Les chiens dangereux, renversant les enfants, y sont l’occasion de conflits de voisinage. Tel maître tourneur de la rue Grenette, quittant sa boutique, un dimanche soir, pour aller se coucher en face, est agressé sans motif par un jeune ouvrier en bas de soie. Un passementier, un lundi après-midi, est poussé violemment par l’habitant d’une allée où il va prendre de l’eau. Des crocheteurs, par plusieurs nuits d’hiver successives, vont insulter et frapper, selon ses dires, un honnête cordonnier de la rue Bourgneuf. En ville ou sur le chemin de Caluire, des maçons sont facilement roués de coups. Et l’on voit même, à l’été 1742, les guichetiers de la prison lyonnaise s’en prendre, avec autant de violence gratuite, au fils d’un maître cordonnier24.

  • 25 Ibid, juin 1740 ; juil. 1750 ; mars 1749 ; oct. 1732 ; nov. 1733.
  • 26 Ibid., nov. 1745 ; sept. 1756 ; juin 1743 ; juin 1746 ; juil. 1754 ; août 1757.
  • 27 Revue du Lyonnais, Nelle Sér., T. IV, 1852 ; Procédures criminelles citées, nov. 1734 ; déc. 1759.

11Enfance et violence riment souvent dans les milieux populaires lyonnais du XVIIIe siècle. La première peut être victime des mauvais traitements qu’un maître d’école inflige à ses élèves issus des classes ouvrières ou des agressions liées à la présence de chiens dangereux dans la vie quotidienne. Les jeunes Lyonnais, proches de l’adolescence, peuvent aussi se battre entre eux dans les rues tandis que des enfants risquent toujours d’être assommés par des déménageurs peu précautionneux ou écrasés par d’imprudents voituriers25. Ce dernier point rappelle l’insécurité permanente à laquelle sont affrontés ces citadins, en particulier les plus pauvres. En dehors des manœuvres qui meurent des suites d’une chute d’escalier ou des femmes de tout âge qui disparaissent dans des sacs de latrines mal fermés, les noyades sont nombreuses, en particulier près d’Ainay où les chevaux des charretiers s’enfoncent dans le sable et entraînent la submersion de leurs maîtres. Dans la Saône ou le Rhône, des imprudents amènent ainsi la mort d’ouvriers pourtant parfois bons nageurs26. Il y a pire avec ce bateau qui, le matin du 10 novembre 1744, heurte, au pont de pierre sur la Saône, une poutre servant d’appui à deux maisons et fait périr 38 personnes. Dix ans plus tôt, les locataires d’un immeuble de la rue Thomassin avaient fait remarquer que leur demeure, caduque, risquait de s’écrouler d’un moment à l’autre. Et le tocsin sonne, parfois, la nuit, par les rues de la ville, pour appeler ses habitants à la lutte contre l’incendie27.

  • 28 Ibid., mai 1752 ; janv.-mars 1749 ; oct. 1744 ; av.-mai 1739.
  • 29 Ibid., mai 1752 ; juin 1740 ; juil. 1730.

12À côté de cet exemple de solidarité, les conflits de voisinage constituent pourtant, dans cette société du face à face, qui distingue mal sphère privée et sphère publique, une des occasions les plus fréquentes d’affrontement entre les personnes. Telle qu’elle apparaît dans les archives judiciaires, la sociabilité populaire de ce temps est naturellement querelleuse. On y est souvent troublé par les plaintes et les cris des voisins. Des familles ouvrières, pour une simple jalousie de travail, entament des disputes homériques ou se déchirent avec une rare animosité. Ces ardsans pressés les uns contre les autres se traitent volontiers de canailles, eux et leurs compagnons28. En mai 1752, un allumettier de 56 ans s’en prend ainsi à un cordonnier voisin, de 36 ans, qui, d’après lui, ne peut rien valoir puisque c’est un immigré, en provenance du Dauphiné. L’intéressé observe avec bon sens, en cette ville peuplée de travailleurs d’origine « étrangère », qu’il n’y a pas beaucoup de différence entre un Dauphinois et un Savoyard. Des conflits de même type s’observent entre graveur et horloger tandis qu’un maître d’armes, deux fleurets sous le bras, entrant à l’invitation d’un musicien dans une auberge pour se rafraîchir, un soir d’été, est immédiatement accusé, par un couple, de vouloir assassiner le cabaretier29.

  • 30 Ibid., sept. 1731 ; janv. 1735 sept. 1743 ; sept. 1757 ; oct. 1732.

13L’espace populaire urbain du XVIIIe siècle est ainsi naturellement conflictuel. Les artisans s’y heurtent en passant, le soir, pour régler de vieux comptes. Les fermetures de boutiques les plus banales y sont l’occasion d’agressions. Les revendeuses de la Grande Rue s’accusent mutuellement de recel d’effets dérobés. Leurs voisines les menacent de les faire chasser de l’endroit où elles débitent leurs produits. Quant aux lavandières des bords du Rhône, la fureur de leurs affrontements dépasse souvent les bornes30.

  • 31 Ibid., mars 1751 ; sept. 1757.
  • 32 Ibid., juil. 1741 ; août 1742.

14Nos citadins des classes populaires souffrent d’une étonnante susceptibilité de contact. Malheur au vinaigrier qui répand involontairement un peu de l’avoine qu’un crocheteur de la Douane s’obstine à porter sur sa tête en entrant au cabaret ! Malheur surtout au misérable compagnon sans travail qui couche dans une allée et que l’on rudoie sans tendresse en le traitant de merlan ! Des conditions de voisinage impitoyables transforment de pareils lieux, où des maçons ivrognes vont vomir sous prétexte d’aller chercher du pain, en théâtre de dures invectives de la part d’honorables commerçants31. Ils sont encore moins accommodants à l’égard de pauvres veuves qui s’occupent trop de leurs affaires et viennent prendre du bouillon dans leur pot. L’une d’entre elles, un dimanche soir de l’été 1742, est poursuivie par les enfants d’une boulangère voisine qui la traitent de « vieille sorcière »32.

  • 33 Ibid., déc. 1746 ; déc. 1759 ; oct. 1732 ; juin 1740.
  • 34 Ibid., juil. 1741 ; août 1742 ; sept. 1743 ; juil. 1730 ; janv. 1747 ; juil. 1750 ; nov. 1759.

15Le conflit entre propriétaires et locataires constitue un aspect classique de ces affaires de voisinage. On reproche, par exemple, aux seconds de déménager les jours de fête. Ou de faire enlever leurs effets sans prévenir les premiers. Lorsqu’une ouvrière en soie rencontre, par hasard, son propriétaire et ses sœurs dans une montée d’escalier, c’est aussitôt l’occasion d’une querelle. Et lorsqu’en juin 1740 un maître tailleur, sous-locataire d’un typographe, se plaint de ses exactions, le second lui reproche de faire beaucoup trop de bruit33. Les difficultés de la cohabitation marquent profondément la vie sociale des classes populaires urbaines. Des voisines peu aimables s’y accusent volontiers d’avoir une figure de chien. Cet animal, justement, est l’occasion de nombreux conflits entre ouvriers. Une blanchisseuse, par ailleurs, se plaint de ceux qui jettent de l’eau sur ses effets. C’est encore pire avec ces couples voisins qui déposent mutuellement leurs ordures devant leurs portes. On passe facilement, en ce cas, des protestations et injures aux coups et blessures. L’existence de servantes, chez ces ménages d’artisans, n’améliore pas leurs relations de voisinage. Et il peut arriver que tourne fort mal, vers trois heures du matin, une nuit de novembre 1759, la rencontre de deux ouvriers en soie et la femme d’un troisième, rentrant passablement avinés d’un souper chez un quatrième, avec un groupe d’habitants de leur maison se dépêchant pour aller boire, près de la porte de Vaise, avant son ouverture34.

  • 35 Ibid, fév. 1736 ; oct. 1732 ; sept. 1743 ; nov. 1734 ; juil. 1730.

16Les nuisances sonores constituent, dans ce milieu, un cas de conflit habituel. Malheur, par exemple, à la famille d’ouvriers en soie qui emploie comme domestique un petit garçon chaussé de sabots dont le bruit a le don d’indisposer et de rendre furieux un soldat du voisinage ! Les soirées arrosées du dimanche soir, chez les artisans, où les compagnons chantent à pleins poumons, ne font pas que des heureux parmi leurs voisins. Ils ne sont pas plus satisfaits lorsqu’à cette occasion de nombreuses filles viennent danser dans le domicile perturbateur. Les servantes qui vendent le vin des bourgeois ne sont pas davantage à l’abri des menaces des artisans du voisinage lorsque le cabaret où elles opèrent est trop bruyant, en particulier le soir des fêtes estivales35.

  • 36 Ibid., nov. 1733 ; nov. 1759.
  • 37 Ibid., juin 1753 ; nov. 1733 ; mai 1738 ; nov. 1746 ; août 1750 ; août 1742 ; mars 1737.

17En ce milieu au fond très puritain et attaché à son honneur, les accusations d’immoralité forment la trame normale des querelles de voisinage. On y calomnie volontiers la conduite des patrons avec leurs servantes ou celle de leurs épouses avec leurs compagnons. De telles affaires sont graves car elles remuent publiquement tout un quartier36. Si, à l’été 1753, les jeunes bouchers du quai de Retz, agresseurs insolents des femmes seules, font peur à leurs voisins, les épouses d’ouvriers peuvent craindre tout autant les voisines qui font d’elles les maîtresses d’abbés ou de camarades. La réputation féminine est ainsi l’objet de vives atteintes en ce milieu où les femmes ne s’aiment pas toujours. Elles peuvent se voir reprocher par d’autres leurs bâtards ou les hommes qui viennent les retrouver en cachette. Telle revendeuse est accusée par un couple voisin, à l’été 1750, de promouvoir un dangereux système d’entrée dans leur maison, plus commode pour ses amants de passage. Treize ans auparavant, deux épouses de voituriers de la rue Gentil sont admonestées comme femmes de mauvaise vie et menacées par le vicaire de Saint-Nizier alerté par des calomniateurs du voisinage, bourrelier et porteur de chaise37.

  • 38 Ibid., avril 1751 ; janv.-mars 1749 ; sept. 1755 ; mars 1757.
  • 39 Ibid., sept. 1743 ; sept. 1756 ; juin 1750.

18Il faut d’ailleurs autant se méfier, dans ces affaires, des saintes nitouches, abusives redresseuses de tort. L’une d’elles, veuve de manœuvre, prétend au printemps 1751, vouloir rétablir l’harmonie dans le couple voisin d’un peseur de foin. En bonne amie des deux conjoints, elle les aurait réunis, au début de l’année, en les hébergeant chez elle. Mais l’épouse, qui a fini par partir, l’accuse plutôt d’être trop familière avec son mari. On rencontre aussi dans ce milieu, à en croire leurs victimes parmi les jeunes ouvrières, d’authentiques maquerelles. D’autres filles d’artisans sont enlevées par des voisins, au terme d’une longue liaison perturbée par une grossesse ruinant la perspective d’un mariage honorable. Et l’on voit même, en 1757, en l’absence de son père compagnon chamoiseur, une fille de 25 ans victime d’un rapt de ce genre, dû à un marchand du voisinage, très lié à la famille38. Les conflits conjugaux, dans ce genre d’affaires, apparaissent presque comme portés sur la place publique. Calomniée pour libertinage par ses beaux-frères, la fille d’un ouvrier en soie est expulsée publiquement par son mari de leur domicile, rue du Plat d’Argent, un beau matin de 1743. À l’Hôtel-Dieu, treize ans plus tard, l’épouse d’un maître menuisier, remarié depuis peu, et qui y a été admise pour maladie après avoir fui le foyer conjugal, se plaint amèrement auprès des amis qui viennent la voir : non content de dissiper sa dot, son mari serait impuissant ; il prétend, bien sûr, qu’elle lui a jeté un sort. Chez une cabaretière du quai Saint-Antoine, à l’été 1750, un couple de cordonniers, invité par un voisin, se fait interpeller par la femme de ce dernier, persuadée qu’il la trompe avec l’autre, cette « vilaine »39.

  • 40 Ibid., mars 1737 ; juin 1741 ; sept. 1757 ; sept. 1743 ; av. 1752.

19Lorsqu’une servante, un dimanche soir, entend un grand bruit dans un immeuble habité par des ouvriers en soie, elle est tout de suite convaincue qu’un mari est en train de maltraiter son épouse. Ces disputes conjugales d’artisans peuvent avoir lieu à minuit et, à la belle saison, les voisins y interviennent en leur lançant par la fenêtre injures ou conseils de prudence. Rien de plus courant, en effet, dans ce milieu, que les maris frappeurs, réels ou supposés. Le retour, le soir, au foyer conjugal, de l’ouvrier en soie en colère, armé d’une grosse canne, peut terroriser toute la maisonnée et sa belle-mère n’est pas la dernière à le lui reprocher. Car, devant de pareilles difficultés, la solidarité féminine joue souvent contre le méchant époux et père brutal à qui les femmes du quartier viennent manifester leur sentiment dans son escalier40.

  • 41 Ibid., sept. 1731 ; oct. 1758.

20Le charivari constitue une ultime forme des conflits de voisinage nés du mariage. En septembre 1731, rue de la Tête de mort, plusieurs personnes sont ainsi rassemblées devant la porte d’un maître tailleur en train de se livrer à des épousailles jugées peu convenables par son environnement. On lui a attaché, par mépris, une corne de bœuf à sa porte qu’il a grand peine à faire respecter. Vingt-sept ans plus tard, rue Saint-Jean, c’est un cordonnier de trente ans, épousant une veuve du double de son âge, qui est pris à partie, au soir, par une assemblée tumultueuse faisant un bruit épouvantable avec divers instruments, criant des chants obscènes et lançant des pierres contre son domicile. Le lendemain de ces noces, un ferblantier, chef officiel du mouvement, présidera à des voies de fait contre le malheureux cordonnier à la tête d’une bande de jeunes, facétieux et furieux, qui mettront des jours à s’apaiser. Le mois suivant, on trouvera encore un cheval mort devant la boutique41.

  • 42 Ibid., juil. 1730 ; sept. 1755 ; sept. 1731 ; mai 1752.
  • 43 Ibid., oct. 1732 ; août 1742 ; déc. 1746 ; janv. 1747.

21Les conflits familiaux, en milieu populaire, ne sont pas moins publics. Les mères viennent chercher leurs grands garçons, même maîtres artisans, qui boivent trop au cabaret. Des pères se plaignent, haut et fort, de leurs fils qui leur disputent des outils. Ou déplorent, avec autant de publicité querelleuse, les relations douteuses de leur progéniture. S’ils la corrigent trop sévèrement, tel ce gamin de douze ans brutalisé par un ouvrier en soie au printemps 1752 parce qu’il tarde à rentrer de commission, c’est toute la rue, sa partie féminine en particulier, qui se scandalise ouvertement à pareil spectacle et appelle le père bourreau42. Au nom de la réputation d’honneur et de moralité de sa famille, un autre ouvrier en soie confie, à qui veut l’entendre, sa condamnation de la conduite de son frère qui, dans ce milieu, est l’amant d’une fille de mauvaise vie, reniée par ses parents. Un tireur d’or sexagénaire assure, dix ans plus tard, en 1742, qu’il ne parlera jamais contre son frère car ce serait parler contre lui. De pareilles pensées n’obsèdent guère, en 1746, ce gendre d’un ouvrier en soie, son ancien apprenti, qui lui rend des outils en mauvais état et l’insulte et le frappe parce qu’il en est mécontent. Mais la belle-fille d’un crocheteur que l’on avait exécuté comme responsable des troubles de 1744, lorsqu’elle est insultée, deux ans plus tard, par une voisine, pour avoir épousé le fils d’un pendu, peut à bon droit réclamer réparation d’un reproche qu’elle juge indigne43.

  • 44 Ibid., janv. 1749 ; sept. 1755 ; fév. 1736.

22Les relations familiales des artisans lyonnais ne sont pas toujours dominées par ce type de sentiment. Au début de 1749, un maître passementier de la rue Confort, dont la sœur a épousé un compagnon chapelier, est persuadé d’avoir oublié chez lui une montre à chaîne d’argent. Malgré les dénégations de son beau-frère, il le répète à tout le quartier. Six ans plus tard, un peintre de la rue de la Pêcherie a pour beau-fils un sculpteur libertin qu’il a longtemps nourri gratuitement et qui le désole par son genre de vie de vagabond. Et les domestiques, qui agrandissent encore la famille populaire, n’arrangent pas toujours les choses. Tel cordonnier de la rue Écorche Bœuf, allant se désaltérer au cabaret un soir de l’hiver 1736, y rencontre un boulanger qui lui reproche amèrement sa liaison avec sa propre servante, « fraîche comme lait »44.

  • 45 Ibid., juin 1741 ; janv. 1748 ; oct. 1732.
  • 46 Ibid., août 1755 ; oct. 1732 ; mars 1749 ; août 1750 ; Lyon, Arch. de la Charité, G, 87 (16), bail (...)

23C’est encore la promiscuité de la vie ouvrière, due principalement aux déplorables conditions de logement du temps, qui est à l’origine de beaucoup de conflits de voisinage. Les locataires y vont même jusqu’à déplorer le balayage par temps de pluie, qui risque de les éclabousser. Lorsque les femmes d’artisans se livrent à pareille opération devant leur boutique, elles peuvent faire tomber les sacs de marchandises qu’y ont entreposés leurs voisins. Des buveurs du dimanche soir, attablés dans la cour d’une maison, ne sont pas à l’abri de l’eau qu’on leur jette des étages45. Il s’agit en effet, à la belle saison notamment, d’un mode d’évacuation habituel et les maçons, qui broient leur mortier dans une cour un samedi soir, n’ont rien à dire si leur veste est ainsi gâtée ; il leur reste tout au plus à jeter un peu de chaux vive sur la ménagère responsable du désastre. Ces cours intérieures voient fréquemment les ordures être projetées des fenêtres au grand dam des passants. S’ils sont mécontents d’avoir, par exemple, reçu des œufs sur leurs habits, ils se font répondre, par la femme auteur du délit : « je ne ponds pas d’œufs ». On comprend que, dans les baux de location, les propriétaires d’ouvriers leur fassent promettre de ne pas jeter d’ordures et d’avertir si on le fait. Les familles les plus démunies ont l’habitude d’infecter les immeubles et de mécontenter leurs voisins en se débarrassant n’importe comment de leurs immondices46.

  • 47 Procédures criminelles citées, oct. 1734 ; sept. 1755 ; janv. 1735 ; oct. 1757 ; sept. 1731.

24Un ultime manque d’hygiène est à l’origine de pareils conflits. Dans les escaliers des logis populaires, en effet, au lieu d’aller aux commodités, les enfants les plus mal élevés se salissent aux portes et on s’adresse à la police pour admonester leurs parents. Mais ceux-ci sont parfois mécontents si les victimes, en ce cas, menacent directement leur progéniture. Les allées obscures sont propices pour uriner et les riverains le reprochent aux passants. Les planches qu’on y entrepose gênent d’ailleurs les habitants qui se rendent aux nécessités. Lorsque celles-ci sont pressantes, tel artisan peut y satisfaire sur une place, devant un nombreux public, en majorité féminin. Traité alors d’ivrogne, il lui arrive de répliquer par le verbe et le geste, même au milieu d’amis de tous les jours et surtout s’il fait nuit. Le « processus de civilisation », en particulier au sein des classes populaires, a une très longue histoire47.

  • 48 Ibid., décembre 1745 ; août 1742.

25Parmi les tensions socioprofessionnelles, à l’origine d’une seconde série de phénomènes d’agressivité dans le Lyon du milieu du XVIIIe siècle, la première oppose, très généralement, le monde des bourgeois à celui des ouvriers. Le fait s’observe d’abord dans les milieux du bâtiment. Lorsqu’un matin de la fin de 1745, sur un chantier de la rue Neuve, plusieurs compagnons charpentiers tombent d’un échafaudage, ils sont rudement maltraités, pour leur maladresse, par les responsables de l’entreprise. Trois ans plus tôt, un propriétaire, mécontent des aménagements apportés par son locataire à la maison qu’il loue à un maître charpentier, se fait sérieusement rabrouer par ce dernier lorsqu’il le lui indique. La plainte est motivée par l’inégalité existant entre les parties de ce conflit opposant un simple ouvrier à un bourgeois dont il devrait être normalement le subordonné48.

  • 49 Ibid., mai 1739 ; oct. 1754.
  • 50 Lyon, Arch. mun., HH 14.

26Les chantiers peuvent se voir également troublés par la concurrence de travail fort âpre entre maçons mis en rivalité par les commandes contradictoires du propriétaire responsable de la construction, ainsi que par l’hostilité directe des employeurs envers ceux qu’ils font travailler49. Leurs relations sont encore plus violentes lorsqu’il s’agit de simples portefaix. Le groupe des crocheteurs forme d’ailleurs une véritable puissance sociale dans le grand port lyonnais et, au début de 1741, les bourgeois s’en plaignent, par exemple, auprès des autorités de la ville. Ils estiment que les bandes organisées de ces dockers, en s’opposant au déchargement des denrées par de simples domestiques, portent une atteinte intolérable à la liberté économique. Il en allait de même de leur prétention à obtenir un salaire minimum50.

  • 51 Ibid.
  • 52 Procédures criminelles citées, mai 1745 ; janv. 1735 ; sept. 1731 ; juin 1753 ; oct. 1758.

27Condamné alors par le consulat, ce type de monopole sera significativement rétabli au milieu des troubles populaires de l’été 1744 et à nouveau réprimé lors de la reprise en main qui suivra peu après51. De nombreux faits divers attestent la présence quotidienne de cette contestation entre employeurs bourgeois et simples manœuvres commis au déchargement des bateaux ; ces affrontements verbaux, où les épouses des seconds ne sont pas en reste, débouchent souvent sur la violence physique. Des marchands semblent trouver normal, par ailleurs, que leurs chiens de race s’en prennent à ce type d’ouvriers. Ceux-ci se vengent de pareil mépris par des médisances publiques proférées au cabaret52.

  • 53 Ibid., sept. 1743.

28Deux incidents survenus en septembre 1743 confirment cette agressivité spontanée du monde des manœuvres envers les membres de la bourgeoisie lyonnaise. Un dimanche soir, une dizaine de ceux-ci, des deux sexes, s’en revenant en bateau du faubourg de Vaise où ces jeunes gens avaient entendu les vêpres, sont violemment pris à partie, au cours d’une véritable rixe, par tout un groupe de crocheteurs et de leurs familles du port de la Feuillée. Quant au malheureux commis de marchand allant chercher, un soir, au bureau des coches de Paris, un ballot destiné à son patron, il se souviendra longtemps des deux rudes porteurs de chaise qui l’ont, à son passage dans une Place Neuve déserte, injurié, assailli, poursuivi53.

  • 54 Arch. dép. Rhône, C 10 ; Chanson des taffetatiers lors de leur révolte en 1744, Pierre Delaroche, L (...)

29Au sein de la Grande Fabrique lyonnaise, le conflit principal oppose, de manière presque caricaturale, à des maîtres ouvriers en soie en voie de prolétarisation, une bourgeoisie capitaliste de gros marchands. Dès le début des années 1730, les premiers dénoncent la domination absolue des seconds à l’intérieur de leur communauté. Ils expriment à l’intendant leur haine envers l’avarice et l’ambition intéressée de ces profiteurs qui spéculent sur le travail des autres. Lors de la révolte de 1744, ces sentiments donneront naissance à des chants appelant les ouvriers à assommer les bourgeois. Au lendemain de l’insurrection, d’ailleurs, un observateur notera l’attitude déplorable de ceux-ci, d’autant plus insolents qu’ils sont plus riches. Et, en 1759, les maîtres ouvriers lyonnais se plaindront encore du despotisme exercé sur eux par les maîtres du commerce de la soie. Devant pareille injustice, ils estimaient compréhensible le soulèvement de 174454.

  • 55 Procédures criminelles citées, juin 1740 ; juil. 1741 ; oct. 1758.

30De nombreux incidents de la vie quotidienne confirment la forme principale de l’exploitation des artisans par les marchands, à savoir l’abus, par les seconds, de leur position de créanciers. Au début des années 1740, on voit ainsi, tour à tour, un couple de bourgeois insulté lors d’une reddition de compte par un maître ouvrier qu’ils poursuivent et frappent dans la rue ; ou, un dimanche soir, un ouvrier en soie roué de coups dans un cabaret par un marchand à qui il demandait des effets qu’il lui avait confiés. Au même moment, un maître ouvrier, qui a osé présenter une plainte au Consulat contre un marchand qu’il tient pour son débiteur, se fait traiter, par l’épouse de ce dernier, de « polisson ». A la fin des années 1750 encore, un semblable conflit du travail oppose à un marchand un maître ouvrier en soie qui lui demande à travailler pour un autre. Il en est quitte pour vingt coups d’épée sur la tête et compte poursuivre la procédure afin d’obtenir réparation55.

  • 56 Ibid., Arch. mun, HH 120 ; Procédures criminelles citées, nov. 1758 ; mars 1749 ; oct. 1732 ; juin (...)

31D’autres secteurs du monde artisanal confirment ce climat d’agressivité entre ouvriers et bourgeois. Les maîtres ouvriers en bas de soie lyonnais, s’opposent ainsi, en 1755, à des marchands qui favorisent l’industrie rurale afin de diminuer le prix de la main-d’œuvre. Trois ans plus tard, un ouvrier en bas de soie, indigné par la mauvaise foi d’un négociant lors du règlement de leurs comptes communs, le traite publiquement de « voleur » en quittant brutalement son bureau. En mars 1749, un marchand chapelier se fait insulter, un soir, au cabaret, par un simple compagnon ouvrier en bas de soie qui le traite de « jean foutre » et de malhonnête homme. Dix-sept ans plus tôt, un important marchand en soie, qui a pour plus de 100 000 livres dans son magasin, se plaint d’un papetier qui fait travailler ses chevaux devant son domicile un dimanche, ce qui n’est pas chrétien. Au delà d’injures vagues, aux motifs souvent imprécis, on devine souvent, dans ces affrontements, l’hostilité plus ou moins sourde de l’ouvrier qui doit parfois attendre des années pour être payé de son ouvrage par un important commerçant. Le bourgeois abuse facilement de sa position sociale et si, par exemple, tel cordonnier, au cabaret, refuse de jouer avec lui, il menace ce « vieux misérable » de le faire chasser du quartier. Dans d’autres cas, en revanche, tel négociant accrédité peut être scandalisé par la mauvaise volonté d’un ouvrier à lui payer ce qu’il lui doit56.

  • 57 Lyon, Arch. mun., HH 12.
  • 58 Procédures criminelles citées, oct.-déc. 1745 ; oct.-nov. 1758.

32D’une manière davantage liée aux contradictions internes de l’univers des corporations, un second type de tension socio-professionnelle peut y opposer les maîtres à leurs ouvriers. Le gouvernement y est d’ailleurs attentif et on le voit condamner solennellement, au début de 1749, la révolte des seconds contre les premiers qu’ils quittent illégalement en dépit des règlements officiels. A Lyon, les maîtres chapeliers veillent particulièrement à l’application de ces directives de Versailles57. Se doublant d’un conflit de génération, l’opposition peut parfois exister, dans le cadre des corporations, entre les maîtres et leurs apprentis. Ceux-ci ne sont pas toujours mal disposés envers les premiers et l’on voit par exemple, à la fin de 1745, les apprentis d’un maître chapelier, poursuivi pour vol ou recel, remplis de sollicitude à son égard. Mais, beaucoup plus fréquemment, les procédures de la Sénéchaussée lyonnaise sont remplies des preuves d’un contentieux plus ou moins agressif entre les jeunes travailleurs et leurs patrons. Un apprenti cordonnier pour femme, qui est demeuré chez l’un d’eux pendant trois ans à partir de mai 1755, en est renvoyé sans motif et son maître, installé dans un cabaret, envoie son fils le maltraiter. Au même moment, un apprenti cordonnier de la rue Saint-Jean se garde bien de participer à un tumulte, persuadé qu’en ce cas son maître s’en prendrait à lui58.

  • 59 Ibid, fév. 1748 ; oct. 1756 ; oct. 1734.

33Dix ans plus tard, un apprenti tondeur, rapportant des draps chez un maître teinturier, est molesté par ce dernier, mécontent de voir ces pièces gâtées et jugeant les propos du premier insolents. On entre ici dans l’infinie variété des conflits d’atelier et de boutique où les jeunes travailleurs ont souvent la langue trop bien pendue. Tel apprenti d’un marchand culottier du quai des Célestins lui dit ainsi que ses deux sœurs sont devenues religieuses parce qu’elles n’ont pas trouvé à se marier ; il en est quitte pour être renvoyé chez sa mère qui vient le défendre comme une furie et est mise à la porte sans ménagement. Placé en apprentissage par un cousin, compagnon chapelier, chez un tourneur, un jeune travailleur y est, selon l’avis unanime du voisinage, l’objet de graves sévices ; son patron, âgé de 36 ans, les justifie par le mécontentement où l’a plongé cet apprenti, paresseux et moqueur59.

  • 60 Ibid., juil. 1754 ; fév. 1748 ; fév. 1736 ; mai 1738 ; nov. 1758.

34Les autorités municipales ou corporatives ont parfois à arbitrer ce type d’opposition au sein de la classe ouvrière. Il peut revêtir la forme d’une altercation plus ou moins injurieuse avec l’accusation de vol, par exemple, adressée par d’anciens maîtres à leurs apprentis. Il arrive même, comme dans le cas de passementiers en mai 1738, que les premiers aient à se plaindre de violences physiques de la part de ces jeunes travailleurs. Vingt ans plus tard, c’est de concert avec la servante de son ancien maître, apprêteur de bas de soie, qui l’a mis dehors, qu’un apprenti se venge en le rouant de coups60.

  • 61 Arch. dép. Rhône, Série B, Fonds de la Conservation, Papiers de Viannay (mémoires de 1734 et 1736).

35Les conflits entre ces petits patrons et leurs ouvriers sont évidemment beaucoup plus graves et possèdent une tout autre portée sociale lorsque ces derniers sont adultes. La lutte entre compagnons et maîtres lyonnais fournit ainsi une source importante de l’agressivité populaire en ce temps. Dès les années 1730, d’ailleurs, les tonneliers de la grande cité avaient dénoncé la pression de leurs ouvriers, trop nombreux à leur gré, sur les conditions du marché du travail61. Mais c’est surtout dans l’artisanat du bâtiment que ce genre d’affrontement s’observe en premier lieu.

  • 62 Procédures criminelles citées, septembre 1736 ; mars 1737 ; oct. 1732 ; Petite Varloppe en vers bur (...)
  • 63 Procédures criminelles citées, fév. 1749 ; oct. 1757 ; déc. 1746 ; mai 1739.

36Il ne fait pas bon, par exemple, à des maîtres passementiers, sortant, un dimanche soir, d’un cabaret, de heurter la porte de la boutique d’un menuisier : aussitôt, en effet, une dizaine de ses garçons en sortent pour leur manifester leur mécontentement. Il arrive également à ces compagnons de ne pas aimer leurs propres maîtres et de chansonner ces canailles et ces « gros cochons » dont ils affirment vouloir se venger. Ils peuvent aussi agresser, au cabaret, des maîtres charpentiers qui leur reprochent de partir sans payer. Ces artisans ont en effet le coup de poing facile contre des ouvriers qu’ils accusent de les voler62. Les derniers ont parfois la réputation, par exemple chez les vitriers lyonnais au début de 1749, d’aller partout diffamer, invectiver et agresser les dirigeants de leur communauté. Chez les maçons, des heurts peuvent opposer compagnons et couples de maîtres au sujet d’objets en litige ; lorsque la réclamation porte sur une dette impayée, elle n’est pas entendue avec plus de douceur par le débiteur. En ce milieu, fort rude, les injures et les menaces accompagnent souvent le travail quotidien63.

  • 64 Ibid., octobre 1746 ; sept. 1733 ; mars 1737 ; mai-juin 1753.

37En octobre 1746, le fils d’un maître vannier attaque brutalement le compagnon dans sa boutique. Treize ans plus tôt, il en va de même d’un compagnon ébéniste qui, dégoûté de pareil traitement de la part de son patron, le quitte dès le lendemain. Peu après, un garçon boucher a sans doute tort de se plaindre des injures de son maître auquel il a pris, sans le prévenir, son cheval pour aller faire, à toute allure, un tour des plus dangereux dans la ville. Un maître tailleur de la rue Juiverie, en 1753, n’est pas plus content de ses deux garçons à qui, comme il était lui-même emprisonné pour raisons financières et que sa femme était malade, il a confié sa boutique ; ils en ont abusé en ne travaillant pas et en détournant des matériaux pour se faire des habits. Il semble d’ailleurs qu’à ce moment, dans cette corporation, les patrons redoutent beaucoup le potentiel de révolte et d’organisation de leurs ouvriers64.

  • 65 Ibid., novembre 1745 ; oct. 1734 ; janv. 1735 ; juil. 1750 ; août 1750 ; fév. 1736.

38La situation ne paraît guère meilleure dans d’autres communautés. Chez les cordonniers, les compagnons peuvent agresser gravement les maîtres au cabaret ou, mécontents de leur mise en congé, le manifester par des invectives et des menaces. De semblables phénomènes s’observent chez les bâtiers, ou chez les béniers. Un soir de l’été 1750, dans un cabaret de la rue de la Barre, un conflit oppose un groupe de compagnons vinaigriers à deux de leurs maîtres venus là, avec violon et demoiselles, pour danser. Parfois, en ce type d’affrontement, des ouvriers peuvent appuyer leur patron contre un autre compagnon65.

  • 66 Ibid., juil. 1750 ; mai 1738.

39Deux ultimes faits divers permettent de caractériser l’élément, sérieusement professionnel ou au contraire purement gratuit, qui se trouve à la source de pareille agressivité. En juillet 1750, un garçon perruquier, venu de Paris, mécontente immédiatement le maître qui l’a embauché, place Royale. Il l’accuse en effet de ne pas connaître le métier, ce que l’autre nie. Ce compagnon apprend, de plus, que la femme de son patron veut lui interdire de travailler dans le voisinage. Le maître se scandalise, de son côté, de cette insubordination et de cette arrogance de la part d’un simple ouvrier qu’il n’a jamais maltraité mais dont il a eu, au contraire, grand mérite à supporter les indécences. Plus brutalement, douze ans plus tôt, dans une rue de Lyon où un tonnelier travaille tranquillement dans sa boutique située en face d’un cabaret, un garçon boulanger sort de celui-ci, menace l’artisan et le frappe d’un couteau à couper le pain qu’il est allé chercher chez son père. Il prétend naturellement que le tonnelier l’a insulté, en le voyant avec une bouteille, et l’a traité de « pourri comme le ruisseau »66.

  • 67 Ibid., oct. 1734 ; août 1742 ; oct. 1744 ; oct. 1734 ; oct. 1744.

40Chez les ouvriers en soie et chez les chapeliers, la tension socioprofessionnelle est particulièrement grave entre compagnons et maîtres. Au sein de la Grande Fabrique, en effet, la lutte de classes n’oppose pas seulement aux riches marchands des petits patrons en voie de prolétarisation ; elle caractérise également les affrontements entre ceux-ci et leurs compagnons. Ils peuvent sans doute présenter seulement la forme de plaisanteries un peu fortes, au cabaret, un dimanche soir. Mais l’agression délibérée, dans une allée, d’un maître ouvrier en soie par un compagnon, ne manque certainement pas de signification sociale. Ces événements offrent parfois l’aspect d’une démarche collective telles ces visites nocturnes de nombreux compagnons à un maître de la Montée Saint-Vincent, à l’automne 1744, pour exiger de lui de l’argent. Car les règlements de comptes, entre ouvriers et maîtres, dans le monde de l’industrie de la soie, sont souvent placés sous le signe de la violence physique. On y accuse volontiers les patrons d’être des voleurs et on va jusqu’à les frapper lorsqu’ils s’en montrent mécontents67.

  • 68 Lyon, Arch. mun., HH 32.
  • 69 Procédures criminelles citées, juillet 1741 ; déc. 1745 ; mai 1749 ; Lyon, Arch. mun, loc. cit. ; A (...)

41Ce sont pourtant les compagnons chapeliers qui présentent, dans le Lyon du milieu du XVIIIe siècle, l’exemple le plus net d’une agressivité socioprofessionnelle concertée et organisée contre leurs maîtres. On voit encore les deux groupes être difficilement arbitrés, sur un conflit salarial, par le Parlement de Paris, au début des années 1760. Cet affrontement venait de loin puisqu’en 1746 l’opposition réitérée des maîtres chapeliers lyonnais à une durée d’engagement trop longue de leurs ouvriers contribuait toujours à la révolte et au mécontentement de ceux-ci. S’ils avaient profité, un moment, des troubles de l’été 1744 pour obtenir satisfaction, ils étaient maintenant en proie à la réaction vengeresse de leurs patrons68. Un fait divers survenu rue du Plat d’Argent, à l’été 1741, confirme ce climat de lutte de classes. Tandis qu’un marchand chapelier s’entretient, dans son bureau, avec deux autres, une quinzaine de ses ouvriers forcent sa porte et le molestent pour savoir ce dont il s’agit. Ils iront jusqu’au refus de travail et à l’agression physique contre les maîtres pour ne pas avoir à leur payer un droit exigé d’eux par la communauté des chapeliers. Les dirigeants de celle-ci s’inquiéteront, cinq ans plus tard, de l’utilisation, par leurs compagnons, d’une confrérie créée par eux en 1743 et organisant la révolte sous prétexte de solidarité. Échaudées par les événements de 1744, les autorités municipales lyonnaises partagent cette méfiance à la fin des années 1740. Des faits divers contemporains confirment l’hostilité que vouent aux maîtres chapeliers des ouvriers facilement mis par eux sur le pavé ou accusés à tort de vol de matériaux69.

  • 70 Procédures criminelles citées, av. 1752 ; mai 1752 ; sept. 1743 ; août-sept. 1742 ; oct. 1732 ; nov (...)

42Dans cette grande cité artisanale, cependant, les petits patrons s’affrontent souvent entre eux. C’est le cas, en particulier, des maîtres ouvriers en soie, parfois très fiers, jusqu’à l’arrogance, de leur statut socio-économique mais le plus souvent en proie à des difficultés dans leurs relations de travail, qu’il s’agisse de dettes impayées ou de débauchage de compagnons. Dans ce milieu, les couples ayant mieux réussi que d’autres sont sans pitié à l’égard de ces derniers. Calomnies et insultes, considérées comme une atteinte insupportable à la réputation de ces familles de travailleurs, accompagnent fréquemment leur vie quotidienne. Elles peuvent avoir pour motif des emprunts qu’on est incapable de rembourser. Elles sont reprises éventuellement en chœur par les domestiques de l’ennemi70.

  • 71 Ibid., fév. 1736 ; avril 1752 ; oct. 1757 ; juil. 1750 ; nov. 1733 ; oct. 1734 ; oct. 1744 ; juil 1 (...)

43Le cabaret est naturellement un lieu privilégié de ces affrontements homériques entre maîtres ouvriers en soie lyonnais. Leurs victimes peuvent s’y estimer menacées jusque dans leur vie. Car, au milieu des bouteilles, le ton de la querelle monte vite. Elle a souvent les motifs les plus futiles et finit par déboucher, pourtant, sur une rixe. Les soirées d’été sont, à cet égard, très périlleuses lorsque, trop arrosées, elles se terminent par une promenade à risques. Le jeu au cabaret n’apaise pas les passions non plus que les règlements de comptes que l’on a parfois l’habitude d’effectuer en buvant. L’animation nocturne des rues lyonnaises du milieu du XVIIIe siècle doit beaucoup à ces maîtres ouvriers en soie qui ne sont pas plus pacifiques lorsqu’ils se livrent, l’été, à des parties de billard, occasions, pour eux, d’agressions et de nouvelles violences liées, en général, à leurs rivalités professionnelles71.

  • 72 Ibid., juil. 1741 ; août 1742 ; fév. 1747 ; juil.-déc. 1731.

44Durs entre eux, les maîtres ouvriers lyonnais ne sont pas plus tendres envers leurs confrères d’autres corporations. Il est vrai qu’ils peuvent être accusés par eux de dégrader les logements qu’ils occupent. Face à des maçons, au cabaret, les canuts ne gardent pas toujours leur sang-froid, surtout si les premiers les traitent avec mépris de « cornards ». Lorsqu’ils se rencontrent, le dimanche soir, après un souper en famille, en bas de leur montée commune, avec un voisin cordonnier, l’altercation peut être aussi sévère que stupide. En 1731, un ouvrier en soie d’origine parisienne se dit calomnié, au cabaret, par trois frères, tous maîtres menuisiers, qui, pour empêcher son mariage, ont prétendu qu’il avait été condamné au fouet et marqué de la fleur de lys dans la capitale72.

  • 73 Ibid., déc. 1759 ; oct. 1757 ; oct. 1732 ; mai 1752.
  • 74 Ibid., mai 1753 ; nov. 1758 ; juin 1753 ; sept. 1757.

45Le milieu des maîtres artisans de l’industrie du bâtiment se révèle, en effet, particulièrement agressif dans le cadre de ces procédures criminelles. Des maîtres menuisiers sont ainsi de redoutables querelleurs, face à un emballeur dans un cabaret ou un forgeur dans un corps de garde. Tout leur est bon alors, de la réclamation financière aux mauvais traitements en passant par la diffamation conjugale. Ils ne sont pas plus amènes, le long du Rhône, avec les marchands de bois avec lesquels ils ont des relations de travail73. Ceux-ci n’ont d’ailleurs pas plus de chance avec les tailleurs de pierre car ces autres artisans du bâtiment pratiquent volontiers l’agression contre ceux dont ils sont mécontents. Ils se disputent également entre eux pour des problèmes de chargement sur les ports et les quais. Avoir un voisin tailleur de pierre et ivrogne constitue un problème redoutable pour les familles ouvrières lyonnaises74.

  • 75 Ibid., sept. 1756 ; janv. 1735 ; oct.-déc. 1744 ; juil. 1750 ; juil. 1741 ; mars 1737 ; oct. 1756.
  • 76 Ibid., sept. 1755 ; sept. 1757.

46Maçons et charpentiers ne sont souvent pas plus agréables pour leurs relations. Les premiers, en cas de règlement difficile avec un plâtrier par exemple, peuvent exploser en injures violentes. Quant aux seconds, on les voit insulter publiquement les entrepreneurs auxquels ils doivent de l’argent, refuser, avec autant de mauvaise humeur, d’aider leurs collègues, les agresser verbalement en pleine procession de confrérie. Ils n’acceptent pas davantage que leurs clients artisans soient mécontents de leur travail. Associés à des menuisiers et pris de vin, ils se battent avec leurs outils. Œuvrant ensemble dans un même bâtiment, ils sont aussi violents lorsqu’ils s’estiment trompés par celui qui leur a commandé l’ouvrage75. Un dimanche soir de septembre 1755, un maître charpentier, dormant che2 lui avec sa femme, est insulté et agressé à coups de pierres par un de ses confrères assisté d’un compagnon. Au même moment, deux maîtres maçons se disputent âprement pour une rivalité de travail dans un bâtiment en construction. Deux ans plus tard, pour de semblables raisons, un autre de ces artisans est frappé à coups de truelle par un rival accompagné de sa femme. Un maître maçon, furieux des atermoiements d’un débiteur passementier, le frappe alors sans ménagements76.

  • 77 Ibid., sept. 1757 ; juil. 1730 ; oct. 1757 ; sept. 1755.

47Les petits patrons d’autres secteurs du monde du travail ne sont pas plus patients. On voit ainsi les responsables de la communauté des perruquiers perquisitionner sans douceur chez un artisan au commerce non autorisé. Un cordonnier s’étonne, auprès d’un autre, de ne pas être reçu comme maître alors qu’il remplit les conditions. Dans la même corporation, le cabaret du dimanche soir est propice à l’explosion des ressentiments relatifs au fonctionnement de la communauté. Celle des teinturiers n’est pas davantage à l’abri de pareils conflits qui peuvent éclater le jour de leur fête patronale77.

  • 78 Ibid., mai 1739 ; août 1756 ; mars 1737 ; juil. 1750 : août 1742 ; mai 1753 ; oct. 1756 ; mars 1737

48Si charretiers et marchands de bois des rives de la Saône sont naturellement encore plus brutaux entre eux, de semblables insultes professionnelles n’épargnent pas les vinaigriers qui peuvent être également victimes, comme il arrive à l’été 1742, de leur animosité contre la communauté des tonneliers. Mais ceux-ci, unis face à l’adversaire, sont souvent âprement divisés entre eux à propos de leur travail. Ces disputes ont naturellement lieu, de préférence, au cabaret mais elles peuvent aussi éclater à la Douane, sur les bords de la Saône78.

  • 79 Ibid., août 1742 ; juil. 1750 ; juin 1740 ; mai 1738 ; mars 1737 ; oct. 1744.

49D’autres professions sont propices à d’ultimes conflits de ce genre. Tandis que des tireurs d’or se calomnient entre confrères, un maître tourneur s’en prend avec violence à un marchand de bois. Après boire, des sculpteurs se jettent, un soir d’été, sur un doreur en bois et le blessent gravement. Mais la dernière de ces activités abonde également en âpres rivalités de métier. Elles voient pareillement s’affronter des familles d’ouvriers en fil de fer ou des bâtiers associés dans un commerce trop fructueux au début de la guerre de Succession d’Autriche79.

  • 80 Ibid., nov. 1733 ; av. 1751 ; déc. 1759.
  • 81 Ibid., oct. 1746 ; oct. 1756 ; mai 1738.
  • 82 Ibid., sept. 1743 ; juil. 1750 ; nov. 1634 ; sept. 1743 ; juin 1753.

50Le cabaret, répétons-le, est le lieu rituel, et pas seulement pour les maîtres ouvriers en soie, de l’expression de ces tensions socioprofessionnelles entre petits patrons de l’artisanat lyonnais au milieu du XVIIIe siècle. C’est là qu’après boire, et à l’occasion d’une dispute sur le paiement de l’addition, des emballeurs se querellent et se déchirent leurs habits. Ou que des cordonniers se jettent de mutuelles et solennelles malédictions (« tu finiras sur les Terreaux »). Lorsqu’entre vinaigriers on s’y rencontre et discute affaires, les plaisanteries sur le passé de chacun sont parfois désagréables à entendre80. Consommant dans un cabaret en compagnie d’un tailleur, un passementier est trop heureux de médire sur le « casier judiciaire » d’un ouvrier en soie originaire de Paris. Dans le même théâtre, propice à l’ostentation du défi verbal, un sellier et un forgeur peuvent avoir des difficultés à régler leurs comptes. Au printemps 1738, un établissement de ce genre, tenu, rue du Plat d’Argent, par un tonnelier, est ainsi le lieu public de l’expression d’un grave conflit interne divisant la communauté des passementiers ; il amène ses participants à proférer des menaces ou des accusations de malhonnêteté ou de protestantisme81. Cinq ans plus tard, quai des Célestins, lorsque deux fourbisseurs et deux armuriers sont à table, le fonctionnement de la corporation des premiers a vite fait de changer la conversation en âpre contestation. Au même moment, place Confort, un fabricant en carton, dont le vin n’adoucit pas l’humeur, accuse un maître fondeur, qui n’y peut mais, d’avoir fait augmenter ses impôts. C’est qu’en ces lieux la moindre plaisanterie « innocente » (entre maître guimpier et dessinateur de passementerie par exemple) peut entraîner un dialogue injurieux où l’on se voit accusé d’en vouloir à toutes les autorités constituées. Le cabaretier doit souvent séparer ces grands enfants qui, à propos du jeu, se disputent à coups de chopine. Car les cartes viennent aggraver les querelles de nos buveurs chez qui la bière n’est pas meilleure conseillère que le vin82.

  • 83 Ibid., Arch. mun, HH 14 ; Arch. de la Charité, G. 131 (98) : mémoire des Recteurs en faveur d’un or (...)

51Les heurts entre simples ouvriers ne sont naturellement pas moins violents que ceux qui opposent les artisans. Parmi les premiers, le monde des manœuvres et des portefaix semble sécréter une agressivité particulièrement forte. Elle est d’abord interne, ce qui confirme un des grands enseignements que l’on peut tirer de notre documentation, à savoir le manque de solidarité au sein des classes populaires lyonnaises en ce temps. Il est vrai que, parmi les crocheteurs s’affairant, par exemple, sur les quais de la Saône, 50 d’entre eux, selon une ordonnance prise en 1726 et farouchement défendue depuis, possèdent le monopole de charger les blés destinés à la Provence. Analogues à nos modernes dockers, ces travailleurs de force privilégiés sont très attachés à leurs droits et s’acharnent à les faire reconnaître par tous les moyens. Leur place sur les ports représente en effet, pour eux, un précieux héritage à transmettre83.

  • 84 Procédures criminelles citées, juil. 1730 ; mars 1737 : mai 1739 ; août 1742 ; oct. 1744 ; janv. 17 (...)

52Aussi les agressions les plus brutales entre portefaix rivaux abondent-elles sur les rives des fleuves lyonnais. A l’été 1730, les mesureurs de charbon du quartier de la Feuillée s’y affrontent ainsi avec une rare violence. Sept ans plus tard, le même phénomène s’observe, près du Rhône, au port des Cordeliers. La Grande Douane ou le port Saint-Vincent sont d’autres lieux privilégiés de ces conflits de travail entre manœuvres chargés de sacs et mêlés à plus d’une rixe. Car ils se disputent âprement, souvent jusqu’au sang, les commandes des bourgeois. Les bateaux, autour desquels ils opèrent, en deviennent de véritables champs de bataille tant ces portefaix s’escriment, parfois, à empêcher les autres de travailler. Les pugilats qui en découlent sont nombreux et peuvent concerner des membres de la milice. Les moins dangereux de ces affrontements se bornent à l’injure et à la calomnie telle celle qui scandalise, au printemps 1738, un affaneur du port au blé du quai Saint-Vincent accusé, par un autre, de contrebande84.

  • 85 Ibid., oct. 1734 ; sept. 1746 ; fév. 1747 ; av. 1752 ; oct. 1756.

53À côté de leurs lieux de travail, ceux où ils de délassent sont une autre occasion de conflits entre manœuvres lyonnais. Leurs visites nocturnes au cabaret y créent des groupes agressifs qui, au milieu des bouteilles, se renvoient des accusations calomnieuses et échangent des coups. Les premières peuvent concerner aussi bien la moralité du travailleur que la conduite de son épouse. Dans tous les cas, l’honneur, piqué au vif, conduit rapidement aux blessures les plus dangereuses. Car ces hommes rudes, divisés par des inimitiés souvent anciennes, passent volontiers de la menace à l’acte. Ils ont parfois la sagesse de se retirer à temps pour éviter l’incident né d’une sociabilité querelleuse par principe85.

  • 86 Ibid., juil. 1730 ; sept. 1743 ; juin 1740 ; nov. 1746 ; juil. 1741.

54S’ils ne s’aiment pas toujours, les manœuvres lyonnais ne sont pas plus tendres à l’égard des autres travailleurs. Le port de la Feuillée voit ainsi, à l’été 1730, un crocheteur avoir maille à partir avec trois bouchers parce qu’il maltraitait le petit garçon de l’un d’entre eux. Dans le cadre de ce type de relations, les couples s’affrontent, entre affaneurs et emballeurs par exemple, dans les magasins et autour des sacs. Crocheteurs et voituriers se heurtent sur les ports où les premiers sont souvent désagréables avec les domestiques des marchands86.

  • 87 Ibid., sept. 1733 ; fév. 1736 ; mars 1736 ; janv. 1748 ; janv. 1749 ; av. 1752.

55Au port Chalamont, un soir de l’été 1733, tourneurs et affaneurs se livrent à une véritable bataille rangée à propos d’un déchargement. Quant aux porteurs de chaise, ils constituent une corporation à la mentalité souvent fort proche de ces rudes manœuvres. Leurs disputes au cabaret peuvent être d’une rare violence et certains d’entre eux, à la force herculéenne, donnent bien de l’ouvrage aux chirurgiens chargés de réparer les dégâts qu’ils causent. Les porteurs de chaise se livrent d’ailleurs à une âpre concurrence autour des courses de leurs clients et la règlent fréquemment par la violence pure et simple. Au printemps 1752, l’un d’eux, septuagénaire, gère assez mal la propriété d’une chaise qu’il partage avec un autre, de plus de trente ans son cadet87.

  • 88 Ibid., oct. 1757 ; sept. 1743 ; nov. 1746 ; déc. 1746 ; mai 1753, fév. 1736 ; av. 1752 ; sept. 1731

56Les ouvriers du bâtiment ne sont naturellement pas épargnés, au milieu de leurs occupations, par cette violence entre camarades de travail. Des compagnons maçons viennent ainsi régler leur compte à d’autres, le soir, à leur domicile. Ces sanglantes disputes peuvent se dérouler sur les chantiers et se terminer par des coups de marteau sur la tête. Elles troublent, le jour des morts, les réunions au cabaret où ces grands enfants s’amusent à sauter sur les tables au milieu des verres. On s’y livre aussi à des accusations mutuelles, en ce milieu fragile, d’incapacité professionnelle ou sociale. Ces injures publiques s’entendent également, entre manœuvres du bâtiment, sur les lieux de travail où elles sont prises souvent comme de simples plaisanteries familières, « badinages » ou « railleries » innocentes qui ne devraient pas aboutir au tribunal. Mais ce n’est pas l’avis des compagnons tailleurs de pierre, frappés par d’autres alors qu’ils conduisent leur carriole place des Cordeliers ou agressés verbalement et physiquement par ce type de mauvais camarades au milieu de leurs délassements au cabaret. On voit enfin, dans ce monde âpre des travailleurs du bâtiment, des compagnons menuisiers qui, un soir, se jettent sauvagement, en bande, sur un pauvre apprend tourneur et risquent de lui faire perdre un œil88.

  • 89 Ibid., sept. 1743 ; janv. 1735 ; sept. 1756.

57D’autres secteurs du monde du travail lyonnais sont encore propices à ces affrontements entre prolétaires. Ce sont des paysans armés de couteaux qui viennent agresser, dans la boutique de son maître, un soir de l’été 1743, un apprenti tonnelier, fils d’un vigneron de Vaise. Huit ans plus tôt, un soir d’hiver, tout un groupe de garçons chamoiseurs se précipite sur un autre, dans la rue, déchirant ses habits et mettant sa tête en sang. A l’été 1756, ce sont des garçons bouchers qui en agissent de même, devant la Commanderie Saint-Georges, avec un maître maçon qui y perd ses clés de chantier ; on l’a ramené sans connaissance à son épouse qui porte plainte à sa place89.

  • 90 Ibid, sept. 1731 ; juil. 1750 ; déc. 1746.

58Le groupe des travailleurs du transport est particulièrement bien représenté dans ce genre d’affaires. Les familles de charretiers du port des Cordeliers règlent à coups d’injures et de bâton, à l’été 1731, leurs conflits de travail au service des bourgeois. Vingt ans plus tard, un voiturier de passage est frappé par le valet d’un marchand dans un cabaret, à côté de la Douane, où il a emmené des crocheteurs qui l’ont aidé à effectuer son chargement pour Orléans. Sur le quai de Retz, au bord du Rhône, les conflits entre familles de voituriers donnent lieu à des injures épiques : « gueux, malheureux, excommunié, tu vas toutes les nuits hurler dans les rues »90.

  • 91 Ibid., sept. 1731 ; janv. 1749 ; fév. 1749 ; sept. 1743 ; sept. 1731 ; oct. 1744.

59Mais le milieu des simples compagnons des corporations n’est pas toujours plus pacifique. Tel garçon cordonnier, portant son tranchet à aiguiser, n’apprécie guère qu’un émouleur, gagne-petit installé au milieu de la rue, veuille le contraindre à se servir de sa meule. Au début de 1749, on voit des compagnons chapeliers, si solidaires contre leurs maîtres, se heurter violemment entre eux pour de petites dettes. Les soirs de carnaval, les compagnons ouvriers en soie, sortant du cabaret masqués et la canne à la main, sont redoutables à rencontrer pour leurs camarades. D’autres compagnons des corporations, importunés au cabaret par des couples de créanciers, y répondent par des coups de couteau. Pour des motifs encore plus futiles, la colère peut les emporter en ce lieu dangereux. Des garçons cordonniers y entament, à l’été 1731, sur une dispute de jeu, une périlleuse querelle qui se termine, le lendemain, par un meurtre stupide dû à une affaire de vingt sous. Treize ans plus tard, pour un semblable contentieux, un autre de ces travailleurs entend prendre sa revanche d’une partie de cartes perdue face à un colporteur en se livrant avec lui, dans la rue, à un duel en forme, bâton contre canne.91

60Ainsi fonctionne, dans le Lyon du milieu du XVIIIe siècle, le sentiment d’honneur propre aux prolétaires.

  • 92 Nous sommes là dans une situation de longue durée, voir Être femme en 1500, Perrin, 2000.
  • 93 Procédures criminelles citées, novembre 1733 ; janv. 1736 ; août 1755.

61Nous y avons déjà rencontré, au fil de l’agressivité populaire, bien des femmes mêlées aux affrontements masculins. Elles sont en effet très abondamment représentées dans le cadre de ces procédures criminelles et il peut être intéressant de dégager leur participation spécifique aux phénomènes de violence, d’autant plus que ce rôle n’est pas simple. Car il existe, à côté des nombreuses victimes féminines de l’agression, d’autres femmes qui en portent l’entière responsabilité et n’épargnent pas toujours leurs sœurs dans ce genre de conflits92. Parmi les victimes féminines de la violence, une première catégorie est naturellement constituée par les ouvrières et les servantes en proie à l’hostilité de leur maître. Il arrive d’ailleurs que celui-ci s’en prenne avec violence à une dévideuse de soie sa créancière, pour une somme relativement importante, approchant par exemple les cent livres. Le plus souvent, telle une fille de crocheteur en janvier 1736, ce genre de travailleuse peut être victime des plus mauvais traitements de la part du couple qui l’emploie. L’animosité de ces familles de petits patrons se tourne également contre des compagnonnes du textile œuvrant chez un voisin et parfois défendues par leur voisinage féminin93.

  • 94 Ibid., juin 1740 ; sept. 1743 ; av. 1752 ; nov. 1745.

62Les ruptures de contrat de la part de ces ouvrières sont souvent l’objet d’âpres conflits avec leurs anciens employeurs, tel ce boutonnier de la rue du Bourgchanin au printemps 1740. Mais à côté de ces litiges dans le monde de l’artisanat, il en existe d’autres, par exemple dans l’univers de la domesticité féminine. Une servante peut y être poussée par son maître à appuyer ses fausses accusations de vol contre la femme d’un marchand. Une autre s’y voir chasser violemment par le sien, tel ce sellier de la rue Saint-Dominique, au printemps 1752, rendu furieux par une innocente remarque relative au fait qu’il obligeait sa fille à accompagner leur domestique au marché : en dépit du voisinage, ce petit bourgeois aux rudes manières entend gérer son ménage comme il l’entend. Et si l’on peut plaindre cette blanchisseuse, ancienne servante de satinaires qui la renvoient en la frappant dans l’escalier et lui jetant ses hardes dans la cour, ces « canailles », qui la font pleurer, ne manquent pas de raisons : chargée de s’occuper de leur mère, octogénaire et infirme, la jeune domestique l’avait traitée de « vieille gueuse » et menacée de sa béquille94.

  • 95 Ibid., oct. 1732 ; sept. 1756 ; oct. 1743 ; janv. 1735 ; mai 1738 ; sept. 1743 ; mars 1737.

63Dans cette société populaire d’Ancien Régime, les veuves sont des victimes toutes désignées. Elles fournissent un important contingent de ces femmes que l’on maltraite en public, incident courant de la vie quotidienne du temps. Isolées, démunies, elles sont l’objet habituel des calomnies du quartier. Cela nuit gravement à leur statut et à leurs affaires. Leurs propres enfants peuvent venir les menacer chez elles, telle cette veuve de charpentier, au début de 1735, agressée, avec sa fille, par son fils, mauvais sujet. Souffre-douleur d’un voisinage jaloux, la veuve septuagénaire d’un maître ouvrier en soie doit, peu après, recourir à la force publique afin qu’il soit mis un terme à ces mauvais traitements. Ils peuvent aller jusqu’à l’emprisonnement pour dettes, de la part de partenaires commerciaux mal embouchés, comme s’en plaint la veuve d’un tireur d’or à l’été 1743. Une autre, six ans plus tôt, subit, pendant des mois, les injures quotidiennes d’une famille artisanale voisine95.

  • 96 Ibid., nov. 1758 ; sept. 1758 ; juil. 1730 ; janv. 1748 ; juil. 1741.

64Dans le quartier des Cordeliers, à l’automne 1758, une veuve de charretier est ainsi l’objet de persécutions constantes de la part de voituriers ses concurrents qui la traitent de « bougresse saoûle ». Au même moment, quai Saint-Vincent, celle d’un teinturier est aux prises avec un mesureur de charbon qui lui réclame, à son avis sans raison, de l’argent dû par son mari. Plus abusive, à l’été 1730, la veuve d’un compagnon passementier se prétend peut-être à tort insultée et frappée par l’employeur de sa nièce, autre veuve de 38 ans, dont il ne veut plus qu’il la fréquente. Au début de 1748, quai de Retz, la veuve d’un fabricant en étoffes d’or, agressée chez elle, un soir, par la femme d’un confrère à la tête d’un véritable commando d’ouvriers, sous prétexte d’une dette due par son neveu, est sans doute plus innocente : sa triste histoire illustre, en tout cas, les risques encourus, en ce milieu artisanal et marchand, par la femme seule, même à la tête de toute une maisonnée. Et l’on voit qu’elle a d’abord à prendre garde à ses voisines. A l’été 1741, la femme d’un fabricant en bas de soie est facilement rendue furieuse par la veuve qui, de ses fenêtres, jette des ordures sur ses marchandises96.

  • 97 Bonnassieux, op. cit., p. 18 ; Procédures criminelles citées, janvier-mars 1736 ; octobre 1758 ; Ar (...)
  • 98 Procédures criminelles citées, septembre 1757 ; août 1742 ; fév. 1747 ; déc. 1746.

65On voit aussi qu’une intense participation à la vie économique du temps rend compte, au sein des classes populaires lyonnaises du milieu du XVIIIe siècle, des violences dont les femmes peuvent être victimes. On attribuera, parmi les ouvriers en soie, les troubles de 1744 à l’emploi inconsidéré des filles sur le métier. Dans le cadre des corporations plus « classiques », le bâtiment par exemple, ce sont souvent les épouses des maîtres qui paient les salaires des ouvriers. Au sein de la Grande Fabrique, d’ailleurs, les femmes des maîtres ouvriers tiennent leurs comptes et savent en discuter âprement avec leurs marchands. Le cynisme propre à la correspondance privée de ceux-ci montre bien qu’ils savent que les travailleurs qu’ils exploitent sont d’abord des femmes97. Ces travailleuses sont aussi sensibles que les mâles au sentiment de leur honneur social et professionnel. En 1757, une tireuse d’or, qui a travaillé cher lui, au début de l’année, pendant quelques mois, est ainsi outrée des accusations répandues contre elle par son ancien employeur, important entrepreneur. Sa misogynie se retrouve, quinze ans plus tôt, chez ce maître ouvrier en soie interdisant à son épouse de fréquenter davantage une amie, tenant boutique dans la rue. Quant aux revendeuses de gages, qui emploient des crocheteurs pour transporter leurs effets, elles n’ont pas toujours avec eux des relations d’affaires faciles. Tel plumassier, locataire d’un couple de chapeliers mais mécontent d’y voir la femme prendre ses plumets chez un autre, s’emploie, par malice, à détruire leur commerce98.

  • 99 Arch. dép. Rhône, Série B, Fonds de la Conservation, papiers d’Audibert ; Procédures criminelles ci (...)

66Au fil de ces incidents, l’omniprésence des femmes du peuple lyonnais dans la vie économique du temps paraît véritablement impressionnante. A l’été 1732, une ouvrière en soie obtient, de la part d’un chandelier, qu’elle a poursuivi en justice, un versement de près de 150 livres. Six ans plus tard, sur les courtines du Rhône, un dimanche de mai, à la vogue de Bon Rencontre, comme tout un groupe de jeunes, regardant d’autres danser, monte sur une pile de bois appartenant à la femme d’un marchand, celle-ci défend âprement son bien des injures et des menaces. Elle explique que cet entrepôt, ainsi violé, est essentiel à son commerce et n’hésite pas, pour faire fuir les sauvageons qui le troublent, à les poursuivre d’un grand bâton au risque de les blesser. C’est qu’en vérité, dans la mêlée de l’existence quotidienne urbaine, chargées de travaux et d’objets divers, entourées d’agresseurs potentiels, les femmes du peuple doivent toujours être sur le qui-vive99.

  • 100 Ibid., sept. 1743 ; sept. 1755 ; oct. 1756

67Elles se trouvent aussi au cœur des conflits nombreux créés, au sein de ce milieu, par les formes diverses de l’endettement. On peut leur rattacher, en 1743, le mécontentement de la femme d’un vendeur de vin devant le mauvais travail du dégraisseur de peaux chargé de nettoyer la culotte de son mari ; comme, après l’avoir malgré tout payé, elle s’en explique à une voisine, le commerçant, furieux, envoie son garçon la rudoyer. Le prix des voyages de bois effectués, depuis le port des Augustins, douze ans plus tard, pour des bourgeois, par la femme d’un voiturier par terre ne satisfait pas davantage les familles de marchands avec lesquelles elle est en affaires. C’est que ces travailleuses sont fort âpres au gain et capables de discuter près d’une heure avec un client, telle cette femme de teinturier, à l’automne 1756, qui exige d’un garçon culottier qu’il paie ce qu’il doit pour l’apprêt de deux paires de bas100.

  • 101 Ibid., sept. 1731 ; av. 1752 ; sept. 1733 ; fév. 1736 ; mai 1739 ; juil. 1741 ; av.-mai 1739.

68Ces clients ne sont en effet pas toujours commodes comme peuvent le déplorer, en 1731, une faiseuse de ceintures et son apprentie, fille de cordonnier, âgée de 14 ans, en proie à un mauvais payeur qui, sous un prétexte fallacieux, refuse de s’acquitter des 21 sous qu’il doit pour la façon d’un ceinturon. Une dévideuse ne sera pas plus heureuse, vingt ans plus tard, en acceptant de prêter imprudemment son livre de comptes à un compagnon en bas de soie parce qu’il comportait des chansons que ce mal embouché voulait copier. Lorsque les marchandes sur la Saône vont demander le remboursement d’une somme qu’elles ont avancée depuis longtemps, les voisines peuvent assister, même un dimanche matin, à la rixe dont elles sont victimes. Les gardes-malades, qui se rendent le soir exiger le paiement de leurs nuits de garde chez une veuve, ne sont guère mieux accueillies par le fils de celle-ci. D’autres débiteurs récalcitrants sont aussi violents envers nos femmes d’artisans. Qui peuvent parfois mécontenter leurs créanciers telle cette femme d’un fabricant en bas de soie qui, à l’été 1741, doit, depuis un an, neuf livres à un boulanger. Ou cette femme de teinturier qui, deux ans plus tôt, refuse de payer douze livres à un chirurgien qui l’assigne pour fournitures de médicaments101.

  • 102 Ibid., oct. 1744 ; déc. 1745 ; juin 1753.

69Parmi les femmes exerçant, dans le Lyon de ce temps, une activité économique, les cabaretières sont évidemment les plus pittoresques et pas toujours les moins malheureuses. Car leurs clients n’apprécient pas qu’elles se mêlent de trop près à leurs jeux ou contestent leur façon de rendre la monnaie. Elles éprouvent aussi beaucoup de peine, on le sait, à leur faire quitter leur établissement à l’heure prévue par les règlements. Un soir de l’été 1753, l’épouse d’un faiseur de galoches, qui tient une boutique de liqueurs sur le quai de Retz, est l’objet de plaisanteries douteuses de la part de consommateurs garçons bouchers ; comme elle leur répond vertement, ils l’agressent et se sauvent en emportant sa belle coiffure de dentelles102.

  • 103 Ibid., av.-mai 1738 ; août 1742 ; fév. 1736 ; janv. 1735 ; oct. 1757 ; oct. 1758.

70L’agression masculine vise ainsi fréquemment les femmes du peuple lyonnais de ce temps. Elle peut consister en de simples insultes provenant aussi bien d’apprentis insolents que de fournisseurs injurieux ; les épouses d’artisans qui accompagnent, le dimanche, leur mari au cabaret, risquent d’y essuyer les menaces d’autres buveurs mal embouchés ; quant aux marchandes mercières, femmes de compagnons, leurs voisins mécontents peuvent les frapper sauvagement. Celles des bords de Saône, en contact journalier avec de rudes crocheteurs ou voituriers, ne sont pas davantage épargnées. Elles se plaignent fort des atteintes ainsi portées à leur réputation103.

  • 104 Ibid., nov. 1758 ; déc. 1745 ; juil. 1741 ; juin 1740 ; oct. 1744 ; juil. 1741.

71Les Lyonnaises du bas de l’échelle sociale ont volontiers pour horizon l’agression masculine. Les manœuvres énervés les traitent sans ménagement. Des commerçants peuvent les insulter et menacer lorsqu’elles reviennent de la messe. Au sein de cette société urbaine du milieu du XVIIIe siècle, les riches marchands affichent leur mépris pour ces épouses de prolétaires qui font les ménages. Mais, telle cette poissonnière, femme d’affaneur, qui se plaint, à l’été 1740, de s’être fait voler la moitié du pain dont elle a besoin pour ses poissons, elles risquent tout autant des querelles éclatant dans leur propre monde. Le dimanche soir, au cabaret, elles peuvent se faire souffleter par un crocheteur leur reprochant de gagner trop facilement « des sacs de mille francs vers Bon Rencontre ». En ce milieu volontiers médisant, menaçant et violent, elles sont les victimes privilégiées des conflits de voisinage au sein desquels, d’ailleurs, les femmes ne se ménagent pas entre elles104.

  • 105 Ibid., août 1750 ; av. 1752 ; sept. 1733 ; janv. 1735 ; oct. 1757.

72Le fait s’observe, en particulier, sur les quais des fleuves lyonnais. Sur celui de Retz, au début des années 1750, une malheureuse épouse de voiturier, la Revol, est le souffre-douleur préféré des charretiers, ses concurrents. Mais les revendeuses des rues ne sont pas mieux loties. En général femmes de compagnons ou d’artisans, elles sont souvent violemment heurtées, sur les bancs de leurs boutiques, par des portefaix trop brusques ou des voituriers maîtrisant mal leurs chevaux. Beurre, fromages ou fruits, les produits quelles débitent sont, du coup, parfois mangés par ceux-ci105.

  • 106 Ibid., sept. 1755 ; mars 1749 ; juil. 1754 ; sept. 1743.

73Les malheurs familiaux peuvent être vécus en public et sous la forme de l’agression la plus violente, par les Lyonnaises des milieux populaires de ce temps. Une mère est menacée par un maçon qui, partant pour l’armée, exige d’elle de l’argent. Une autre est défendue par sa fille, venue chez elle à l’occasion des vêpres dominicales, contre de jeunes artisans insolents qui l’insultent depuis sa cour. A l’été 1754, l’épouse d’un maître vinaigrier du quartier de la Feuillée se dispute un soir, à coups de marteau, avec son frère, de la même profession. Les relations conjugales peuvent être parfois aussi âpres dans le cas de ces mères de famille abandonnées par celui qui vient encore les insulter ou de cet autre ouvrier, bigame, qui veut revenir à sa première femme alsacienne au grand désespoir de son nouveau foyer lyonnais106.

  • 107 Ibid., janv. 1736 ; juil. 1754 ; nov. 1734 ; juil. 1750.

74Les difficultés des filles seules, surreprésentées au sein de la grande ville ouvrière, donnent naissance à une catégorie spécifique d’agressées. Au début de 1736, une dévideuse-blanchisseuse de la rue Buisson reçoit ainsi la visite tumultueuse, un soir, de quatre jeunes guimpiers et faiseurs de bas de soie ; l’un d’eux ne veut que récupérer une chemise mais, avec ses camarades, il s’amuse fort à faire peur à une bigote en lui emportant un livre d’heures. Un dimanche soir de l’été 1754, la servante-tireuse de corde d’un maître ouvrier en soie de la rue Saint-Georges a le malheur de s’arrêter devant la boutique d’un tonnelier en train de disputer sa femme ; furieux et pris de vin, il l’injurie et la blesse gravement. Dans le même quartier, vingt ans plus tôt, une brodeuse de 15 ans, fille de charpentier, avait connu une mésaventure analogue en rapportant un mouchoir à un couple de marchands mécontents de son travail. Les jeunes boutonnières, qui quittent en bande, les soirs d’été, le marchand chez qui elles travaillent, risquent parfois de rencontrer, pour leur malheur, des couples avec lesquels elles ont un contentieux sentimental. Au même moment, à l’été 1750, une fille de 24 ans, demeurant chez une vendeuse de vin et sur le point d’épouser un maître maçon, se scandalise d’avoir vu sa conduite calomniée par un client de cette profession ; renseignements pris, invité à aller boire dans cet établissement, il avait simplement dit qu’il ne voulait se rendre chez une putain107.

  • 108 Ibid., sept. 1743 ; nov. 1746 ; oct. 1732 ; oct. 1757 ; mars 1751 ; mai 1741 ; oct. 1756 ; av. 1751

75Les cas de harcèlement sexuel ou de séduction, dans ce milieu, sont finalement beaucoup plus graves. Les artisans y importunent fort les servantes des aubergistes. Au sortir du cabaret, le dimanche soir, les premiers passent la main sous les jupes de celles qui viennent attendre d’autres clients. En ces jours de fête, ils poursuivent de leurs assiduités, dans la rue, les jeunes promeneuses. Ou, trouvant seule une dévideuse, la persécutent de telle sorte qu’elle va dormir chez une voisine. Ce type d’ouvrières est facilement séduit par le fils du patron ; devenues enceintes, elles sont délaissées. Il en va de même des petites marchandes qui s’abandonnent à des charpentiers beaux parleurs sachant les régaler de vin blanc. Le coupable est parfois condamné à se charger de l’éducation de l’enfant. Des promenades amoureuses, où la fille d’un maître de musique est embrassée par un jeune ouvrier en soie, risquent ainsi de mal tourner. Il arrive, au contraire, que des compagnons, violents envers une « bougresse » qu’ils fréquentent pourtant depuis longtemps en tout bien tout honneur, regrettent leur attitude et lui proposent le mariage en réparation108.

  • 109 Ibid., mars 1737 ; juil. 1754 ; av.-mai 1752 ; sept. 1743 ; oct.-déc. 1745 ; janv.-fév. 1747 ; janv (...)

76Ces filles peuvent d’ailleurs être libertines et l’irrégularité sexuelle féminine est dénoncée dans le Lyon populaire du milieu du XVIIIe siècle. En mars 1737, la femme d’un satinaire de la rue du Bœuf est accusée de tenir un bordel chez elle par deux jeunes nobles fort agressifs. Dix-sept ans plus tard, à un souper de baptême, un tourneur emmène un perruquier à la cuisine pour lui dire de prendre garde aux privautés de son garçon avec sa femme, qui les tolère. Dans le milieu des charretiers, les plaisanteries sur le peu de vertu des filles sont monnaie courante. Mais l’on connaît, dans les quartiers, ces blanchisseuses et ces ouvrières qui attirent les garçons chez elles et causent du scandale. Ou qui, à l’indignation de leurs maîtresses, tirent les messieurs par la manche. Une dévideuse quadragénaire est tenue, par un compagnon, en 1747, pour une putain et il prétend parler d’expérience. On bannit de la ville, l’année suivante, une lingère de 30 ans, qui a déjà fait un enfant dans son Maine natal, et une dévideuse de soie de 25 ans, qui vient de Mâcon, son associée dans le libertinage et le vol. C’est une fille entretenue par un particulier qui les a mises en relation. Fouettées en public et marquées au fer rouge, on ne devrait plus les revoir d’ici neuf ans109.

  • 110 Ibid., mai 1739 ; mai 1753 ; mars 1749 ; août 1742 ; sept. 1755.

77Nombreuses sont les femmes des classes populaires lyonnaises de ce temps à être suspectées d’inconduite et frappées, à ce titre, d’exclusion. Des orfèvres, en effet, soupçonnent aisément telle épouse de charpentier de leur dérober des matériaux pour les revendre à un tireur d’or. Un marchand de la rue du Palais Grillet, au printemps 1753, est persuadé que deux belles-sœurs travailleuses au boisseau, femmes de compagnons chapeliers, lui volent des objets en faisant semblant de travailler devant sa boutique. Le fils d’un emballeur s’était beaucoup plaint, deux ans auparavant, d’une lingère qu’il fréquente depuis deux années ; il estimait que cette femme méprisable, débauchée et libertine, l’avait dupé en l’amenant à transporter chez elle meubles et effets. De telles filles sans honneur ni probité étaient capables de tout. Affublées de surnoms dédaigneux, on les chasse parfois du quartier où elles habitent. A l’été 1755, une autre lingère bannie neuf mois auparavant pour neuf ans et qui s’était retirée en Dauphiné, du côté de Vénissieux et Vienne, revient vainement, d’après ses dires, chercher des hardes qu’elle avait laissées en dépôt à Lyon ; on l’arrête alors qu’elle se réembarquait pour passer à la Guillotière110.

  • 111 Ibid., nov. 1745 ; oct. 1758 ; juin 1740 ; juil. 1754 ; nov. 1733.

78Une ultime caractéristique de ces malheurs féminins en milieu populaire est qu’ils sont souvent causés par d’autres femmes tant la solidarité féminine est, pour l’historien, une réalité discutable. Tout oppose, au contraire, les ouvrières lyonnaises du temps entre elles au fil des incidents de leur vie quotidienne. Elles se malmènent rudement pour des contentieux entre locataires et propriétaires ou pour des dettes impayées, mécontentant fort, parfois, par le bruit qu’elles font à cette occasion, leurs employeurs. D’âpres contestations, à propos de créances jugées abusives, opposent aussi violemment femmes de compagnons et servantes. Les premières peuvent s’estimer calomniées, à ce sujet, par la bourgeoise leur propriétaire. D’autres locataires féminines, partant à la messe un matin d’hiver, sont agressées par la veuve qui leur loue leur logement et n’est pas satisfaite de leur conduite111.

  • 112 Ibid., oct. 1744 ; nov. 1734 ; nov. 1733.

79Tandis que les ouvriers en soie boivent au cabaret, leurs mères et leurs servantes se querellent au domicile ou bien les secondes se disputent violemment, dans la cour, avec les épouses d’autres artisans. Le dimanche soir, en ces logis surpeuplés, les parties de danse, organisées par des passementiers, peuvent mal se terminer en raison du mécontentement causé aux locataires par le bruit : telle ouvrière, furieuse d’être réveillée, fait ainsi lourdement tomber et met en danger de mort une des spectatrices. Entourées de leurs apprenties, joyeuses luronnes, les faiseuses de ceintures ne sont pas toujours aimables pour leurs voisines112.

  • 113 Ibid., sept. 1731 ; mai 1738 ; oct. 1757.

80Les femmes de crocheteurs sont souvent mêlées à ce genre d’incidents. Elles n’ont pas leur langue dans leur poche et accusent volontiers telle épouse de tailleur d’avoir fait une partie de campagne avec un garçon drapier. On les voit, dans la rue, sauter au cou d’une tireuse de corde en la sommant de rendre un jupon qu’elle aurait volé. Elles peuvent, au contraire, être agressées, place du Gouvernement, par une colporteuse de passage, alors qu’elles discutent avec une revendeuse d’herbes113.

  • 114 Ibid., mars 1749 ; janv. 1747 ; juil. 1741 ; sept. 1757 ; nov. 1745.

81Le milieu des voiturières et des batelières est particulièrement propice à ces violences entre femmes. Les premières sont présentées par exemple, au début de 1749, comme insultant, depuis des mois, l’épouse d’un aubergiste de Vaise. On les observe, au port du Temple, deux ans auparavant, se disputant âprement entre elles, en compagnie de leurs domestiques et de leurs maris, pour des chargements de vins. Leurs affrontements sur les rives de la Saône avec des couples de manœuvres se prolongent parfois durant des années. On voit aussi ces batelières se concurrencer avec violence, à l’arrivée du coche de Châlons, afin d’assurer le transport des bagages des voyageurs. Plus classique, mais à peine plus pacifique, l’irruption, un soir de novembre 1745, de la femme d’un faiseur de bas de soie chez celle d’un canut pour lui reprocher d’avoir bu son vin avec son époux alors qu’elle était à la campagne114.

82On comprend, dans ces conditions, que l’agressivité populaire, dans le Lyon du milieu du XVIIIe siècle, soit fréquemment d’origine féminine.

  • 115 Ibid., juin 1753 ; août 1750 ; janv. 1747 ; sept. 1731 ; août 1742.

83Ouvrières et servantes, par exemple, ne sont pas seulement victimes de leurs maîtres mais aussi de leurs maîtresses. Les voisins assistent ainsi à des conflits domestiques où des épouses d’artisans se heurtent régulièrement à leurs servantes ; elles les maltraitent parce qu’elles ne savent trouver un balai ou égarent leurs clefs. Dans le textile, les femmes des maîtres accusent facilement de vol les ouvrières ; elles leur reprochent également de gâter leur ouvrage, ce qui est un bon prétexte pour ne pas les payer. En août 1742, la femme d’un ouvrier en soie s’en prend violemment, dans la rue, à leur tireuse de corde d’origine jurassienne qui a osé rapporter au mari la liaison de son épouse avec un de ses compagnons. Ce dernier assiste sa maîtresse dans ce règlement de comptes qui laisse l’ouvrière en sang entre les mains des chirurgiens de l’Hôtel-Dieu115.

  • 116 Ibid., mars 1758 ; juil. 1730 ; nov. 1734 ; sept. 1755.

84Il arrive aussi que ces femmes d’artisans s’en prennent plus ou moins violemment à leurs ouvriers. En mars 1758, telle veuve, patronne d’un garçon boucher de la place des Terreaux, a oublié de lui régler ses gages depuis près d’un an. Une trentaine d’années auparavant, l’épouse d’un maître forgeron avait fait le coup de poing avec deux compagnons venant, de l’extérieur, débaucher le sien qui était au travail et qu’elle ne voulait pas voir quitter son ouvrage. En novembre 1734, un ouvrier en fer blanc n’a pas plus de chance avec son ex-patronne qui lui devait moins de 3 livres et refuse de les lui rendre en le faisant frapper par son mari et un de leurs compagnons. Vingt ans plus tard, la femme d’un maître satinaire de la Grande Rue traite de « galopin » l’ouvrier d’un autre et le fait sortir de chez elle à coups d’ustensile de cuisine sur la tête116.

  • 117 Ibid., nov. 1745 ; mai 1738.

85On peut voir, dans cette société dite patriarcale, telle boutique de pelletier de la rue Mercière être fort troublée, à l’automne 1745, par l’irruption de l’épouse d’un chapelier qui vient, comme une furie, poursuivre un compagnon au travail et le gifler assez fortement pour qu’il garde, sur son visage, l’empreinte de cette douce main féminine ; les enfants de la maison, épouvantés, criaient qu’on les assassinait. Sept ans auparavant, un soir de printemps, à l’entrée de la Grande Rue, une maîtresse lanternière à qui des garçons chapeliers, en ce beau dimanche, demandent leur chemin, a une altercation avec eux parce qu’ils ne la trouvent guère aimable. Elle appelle aussitôt au secours son fils et ses ouvriers qui renversent dans le ruisseau les pauvres passants et gâtent leurs habits. Un voisin indigné trouve honteux que cette femme tienne ainsi des assassins chez elle117.

  • 118 Ibid., av. 1751, août 1742.

86L’agressivité féminine du temps trouve souvent à s’exprimer, dans les milieux populaires lyonnais, pour des raisons économiques. Telle brodeuse, mécontente de l’exécution de sa commande par un charpentier, le renvoie chez lui sans ménagement. Telle épouse de crocheteur, approchant il est vrai de la soixantaine, ose se scandaliser, à l’été 1742, de l’attitude d’un négociant refusant de régler honnêtement son compte à un malheureux voiturier originaire du Forez et qu’elle vient d’aider dans sa tâche. Forte de ses convictions relatives à l’économie morale du peuple, cette ouvrière va admonester à son domicile, au nom du respect de la justice, ce bourgeois en robe de chambre, impudent mauvais payeur118.

  • 119 Ibid., oct. 1744 ; mai 1738.

87Au sein de ce monde artisanal, les femmes des petits patrons sont fréquemment mêlées à d’âpres conflits relatifs au remboursement des créances. Il peut s’agir d’une épouse de tailleur se rendant chez des ouvriers en soie afin qu’ils paient enfin les habits qu’on leur a faits. Ou de celle d’un boutonnier exigeant avec une semblable fermeté, de débiteurs de la même profession, le paiement de ce qu’ils lui doivent. Ou, au contraire, de la femme et de la mère d’un boulanger heurtées par la démarche trop violente, à leur domicile, d’un charpentier leur créancier119.

  • 120 Ibid., sept. 1733 ; fév. 1747 ; janv. 1748.

88Les épouses des ouvriers lyonnais du temps sont ainsi poussées à une conduite agressive par l’endettement, stigmate de leur condition. On se dispute entre femmes de maçons, au risque de recevoir des coups de marteau, pour 40 sous, malheureux reste d’un prêt d’un demi-louis. Telle épouse d’ouvrier en soie, au début de 1747, doit 60 livres à son boulanger pour le pain qu’il lui a livré depuis neuf mois et n’apprécie pas qu’il vienne les lui réclamer chez elle. La veuve d’un autre, un an plus tard, doit se débattre, au milieu de ses charges de famille, avec la dette importante que son mari a laissée chez un cordonnier. Et lorsque la femme d’un troisième, à ce moment, reçoit à son domicile la visite d’un malheureux clerc de notaire soucieux de faire acquitter un retard de loyer, elle l’injurie copieusement120.

  • 121 Ibid., mars 1737 ; sept. 1743 ; oct.-déc. 1746.

89Il arrive aussi que, dans ce type de société urbaine, femmes et filles du peuple affectent une attitude particulièrement libre, parfois à la limite de la provocation. La femme d’un teneur de livres, voyant un maître ouvrier en soie passer devant sa boutique, l’accuse ainsi publiquement d’avoir volé son marchand. En septembre 1743, rue Mercière, vers minuit, pour narguer l’officier de quartier, deux prostituées font devant lui leurs nécessités. Trois ans plus tard, la fille d’un charpentier qui, prévenue par une coquine, s’est livrée pour quatorze francs à un officier espagnol, ose de plus le poursuivre en justice121.

  • 122 Ibid, sept. 1757 ; sept. 1731.

90Des harceleurs moins heureux risquent gros à mécontenter des femmes. Celle d’un charpentier, tenant une boutique de fruits sur une place, en septembre 1757, à midi, estime qu’un charretier de passage lui a dérobé une noix ; cela lui suffit pour le frapper, en compagnie de son fils et avec l’appui de son mari. Seize ans auparavant, rue Saint-Georges, un dimanche soir, un malheureux teinturier avait cru être galant en badinant avec la femme d’un maître écrivain qui prenait le frais avec des voisines ; celles-ci (épouses de perruquier, d’ouvrier en soie, de tailleur, etc.) lui courent après en lui lançant des injures obscènes. Il lui faudra une demi-heure pour en être débarrassé122.

  • 123 Ibid., mai 1752 ; déc. 1759 ; oct. 1744 ; av. 1752 ; sept. 1757.

91Ces femmes violentes se sentent, semble-t-il, responsables de la moralité publique. Un dimanche de mai 1752, une dentellière, se rendant en compagnie à une veillée chez un maître de danse, y accuse vertement un garçon boucher d’avoir débauché plus de trente de ses pareilles. Sept ans plus tard, l’épouse d’un maître maréchal, qui s’amuse dans une chambre d’auberge avec des collègues et des gueuses, va le prier sans ménagement de rentrer à la maison. Les cabaretières exercent volontiers ce ministère public. L’une d’elles, en 1744, voyant passer devant son établissement, un samedi, un ancien locataire dont elle est mécontente, l’insulte et le frappe avec un pilon qu’elle tire de dessous sa robe. Une autre, au printemps 1752, s’en prend à des clients pourtant pacifiques mais faisant irruption chez elle en nombre et y bouleversant l’ordre des sièges ; un témoin assure, à ce propos, que cette femme, extrêmement méchante, terrorise jusqu’à son mari. Un passementier, cinq ans plus tard, n’est pas plus satisfait de l’épouse d’un satinaire qui fait son ménage en état d’ébriété, cause du scandale et prétend qu’on la bat lorsqu’elle chancelle sous le poids de l’ivresse123.

  • 124 Arch. dép. Rhône, Série B, Fonds de la Conservation, papiers de Dubois ; Procédures criminelles cit (...)

92On peut ainsi diagnostiquer l’existence, au sein de ce type de société urbaine, de redoutables querelleuses. Un malheureux maître tailleur demande, en 1750, l’enfermement de la veuve avec laquelle lui-même veuf s’est remarié peu auparavant. A l’en croire, cette ancienne garde pour les accouchées, au lieu de prendre soin de son ménage, s’est transformée en redoutable mégère qui lui rend la vie impossible et même dangereuse. Cinq ans plus tard, un maître guimpier de la rue Sainte-Hélène reçoit, un jour d’été, la visite d’une bourgeoise lyonnaise qui fait semblant de s’intéresser aux toutes jeunes ouvrières qu’il emploie ; il demeure persuadé qu’elle l’a, par la suite, calomnié auprès des autorités en assurant qu’il débauchait ces honnêtes filles124.

  • 125 Ibid., mars 1749 ; août 1742 ; sept. 1757 ; juil. 1754 ; oct. 1732 ; nov. 1746 ; sent. 1743 ; av.-m (...)

93La vie quotidienne populaire est marquée par ce genre d’agressivité féminine. Dans leurs logis sordides, des ouvrières du textile accusent des compagnons chapeliers de salir les lieux communs en compagnie de leurs camarades. Des revendeuses reprochent publiquement à un couple de cordonniers d’employer du vieux cuir aux souliers qu’il fabrique. Des voisines, épouses de charpentiers, se livrent, pendant des années, une guerre au couteau pour s’attirer les pratiques. Sur la Saône, les contestations, lors des accrochages de bateaux, voient les sœurs et les filles prendre la défense des voituriers. Dans les conflits de travail entre artisans et marchands, les épouses des premiers sont au cœur du combat : elles les accompagnent chez les seconds dont elles dénoncent publiquement les friponneries. Lorsqu’un tailleur de pierres s’en fait subtiliser par un confrère, c’est sa femme qui va insulter celui-ci et le menacer de le chasser de la maîtrise. Les artisans du voisinage ont, en réalité, bien du souci avec ces épouses qui viennent leur faire des reproches dans leur atelier et auprès de leurs ouvriers. Elles savent aussi répondre à la calomnie comme l’apprend, à ses dépens, en septembre 1743, ce maître vinaigrier qui avait cru se rendre intéressant en assurant à plusieurs reprises, au cabaret, à un collègue, que sa femme était en train de le tromper au domicile conjugal ; pour lui « apprendre à parler », elle donnera bien vite, dans la rue, trois soufflets au calomniateur. Dans des conditions parfois moins honorables, ces épouses d’artisans sont ainsi fréquemment au centre des querelles et des imputations dont est tissée la vie populaire ; elles injurient ou frappent, avec un bel entrain, les maris des autres125.

  • 126 Ibid., fév. 1756 ; mai 1753 ; mai 1739 ; nov. 1758 ; sept. 1755.

94Il est en effet frappant de constater, dans ce milieu, la fréquence avec laquelle les hommes sont insultés ou agressés par des femmes. Elles viennent les injurier, eux et leur famille, à leur domicile et portent par là une grave atteinte à l’honneur des maîtres artisans. Elles interviennent dans les querelles professionnelles de ceux-ci avec une violence encore supérieure à celle de leurs époux. Sur les ports de la Saône en particulier, elles vouent de pauvres manœuvres aux galères ou traitent les mesureurs de grains de faussaires. Dans ce monde populaire urbain, les petits notables, chargés du maintien de l’ordre, ne sont pas à l’abri, dans les rues, des femmes d’artisans, déjà âgées, qui les insultent en les montrant du doigt126.

  • 127 Ibid., mai 1753 ; janv. 1735 ; sept. 1756 ; mai 1739 ; mars 1737.

95Une telle attitude se retrouve, au printemps de 1753, dans la boutique d’un imprimeur, à l’encontre d’un afficheur apostrophé publiquement par une femme pour sa malhonnêteté supposée. Sur le pas de sa porte, un soir, un cordonnier peut être pareillement provoqué par une veuve qui passe en lui hurlant des injures. Encore plus grave, dans l’escalier de son immeuble, tel autre artisan, insulté par une femme, peut la voir lui jeter une chaise de paille à la tête. Au printemps de 1739, le fils d’un maître ouvrier en soie, à qui sa mère a demandé de décharger des sacs de farine livrés par un meunier à son mari, est interpellé par une voisine, épouse de serrurier. Elle le traite de polisson et lui reproche de calomnier sa fille. Comme ce jeune homme a le malheur de répliquer sentencieusement : « je vous pardonne, vous êtes une femme », celle-ci appelle à son aide ses garçons de boutique qui traînent l’imprudent sur le pavé. Quant au pauvre canut, persécuté depuis longtemps par la femme d’un autre et qui, deux ans auparavant, a la mauvaise idée de passer devant chez elle, il se souviendra longtemps du traitement qu’elle lui inflige : tandis que sa servante Jeanneton l’immobilise, cette maîtresse femme lui donne une leçon de morale et aimerait bien que les voisins le maltraitent pour sa peine. La victime, manifestement d’un sexe faible, confie aux enquêteurs que celles qui l’ont agressé étaient toutes deux d’une force extraordinaire et qu’il n’est sorti de leurs mains que par miracle127.

  • 128 Ibid., août 1742 ; sept. 1733 ; août 1750.

96Heureusement pour les mâles, c’est pourtant d’abord entre elles que les Lyonnaises des classes populaires du temps se heurtent. La justice criminelle, d’ailleurs, s’étonne de cet acharnement et le procureur d’une épouse d’affaneur, en août 1742, admire que, pour se venger de celle d’un ouvrier en soie, sa cliente, fort misérable, n’hésite pas devant les frais d’un procès. Ces conflits entre femmes sont fréquemment de nature économique. Un dimanche de septembre 1733, par exemple, une boulangère de la rue de Flandre se fait dire, par une cliente habituelle, qu’il lui arrive souvent de frauder ses acheteuses. Dix-sept ans plus tard, une autre boulangère est au centre d’une de ces querelles féminines provenant d’une situation socio-économique précaire et d’abord gérée par les ménagères. Elle se scandalise, en effet, que la servante d’un canut vienne lui acheter du pain pour son ouvrière alors que le premier est son débiteur de longue date. Lorsque la servante repasse devant la boutique avec un pain acheté ailleurs, la boulangère le lui arrache et la soufflette. L’épouse de l’artisan venant récupérer le pain, un pugilat interviendra, dominé par le cri de la commerçante à l’ouvrière : « payez-moi ! »128.

  • 129 Ibid., juin 1740 ; août 1742.

97On voit le lien étroit entre l’agressivité féminine du temps et le problème de l’endettement qui oppose volontiers entre elles les femmes des milieux populaires. Un dimanche de juin 1740, à la sortie de la messe de sept heures du matin, place de La Trinité, l’épouse d’un compagnon teinturier interpelle une domestique avec quelque solennité : « effrontée, vous publiez partout que mon mari vous doit de l’argent ». La servante se justifie : « je ne vous demande que mes peines, je vous ai prêté ainsi qu’à votre mari ». La réponse de l’ouvrière est cinglante et bien dans la note de ce type de conflits : « je respecte le fruit que vous portez ; sinon je vous apprendrais à vivre ». Deux ans plus tard, une dévideuse de soie fait irruption chez une veuve qui lui doit 26 livres et repart en emportant différents objets qui lui semblent correspondre au montant de sa créance129.

  • 130 Ibid., juil. 1754 ; nov. 1745.

98En 1754, la femme d’un canut de la place Neuve des Carmes a le malheur de confier, étant en couches, à celle d’un charpentier qui fait aussi fonction de blanchisseuse, une coiffe à dentelles. Malgré les huit francs qu’elle lui verse elle ne la récupérera jamais et, bien pis, sa servante la reconnaîtra sur la tête de cette femme peu scrupuleuse. Niant l’évidence, elle s’obstine à dire à sa voisine : « je n’ai point de coiffe à toi ». Neuf ans auparavant, une vente aux enchères, dans une maison où l’on disperse les meubles d’une défunte, est l’occasion, pour plusieurs acheteuses et revendeuses, d’exprimer une vieille et âpre rivalité. L’épouse d’un crocheteur de la Grande Douane se trouve là, assise sur une commode avec une amie. Elle a l’habitude, dit-elle, d’être insultée, lors de ces ventes, par une revendeuse à gages, épouse d’un faiseur de galoches. Ce soir de novembre, celle-ci l’aurait ainsi défiée d’acheter une armoire et en aurait profité pour lui tirer les cheveux et arracher sa coiffure. On devine que le récit de la revendeuse est tout autre. Elle se plaint de la jalousie de la première devant les 70 livres d’enchères dont elle-même aurait été capable pour un miroir et des rideaux. Son adversaire aurait attribué cette réussite à l’argent du milicien dont elle mangeait le bien. Aidée par sept compagnes, c’est elle qui l’aurait frappée et décoiffée. D’autres revendeuses, femmes de forgeur, de revendeur ou de compagnon teinturier, confirment plus ou moins. Le plus intéressant est encore le propos qu’aurait tenu une des participantes de ce crêpage de chignons à sa principale protagoniste : « tu es heureuse de t’en être tirée à bon marché ; si tu veux te battre avec moi, tu n’as qu’à le dire : je suis prête »130.

  • 131 Ibid., sept. 1756 ; nov. 1734 ; janv. 1747 ; août 1742 ; nov. 1745.

99Ce beau programme est en effet réalisé par de nombreuses Lyonnaises des classes populaires du temps, qu’il s’agisse, entre femmes, de violences verbales ou physiques. Les premières peuvent avoir de graves conséquences puisqu’une lingère, outragée sans raison par deux femmes en 1756, en voit sa réputation détruite et son propriétaire l’obliger à changer de domicile. Vingt-deux ans auparavant, la veuve d’un gantier peut entendre précisément les injures lancées à son adresse par une dévideuse de soie assurant que la première et ses filles ont été chassées de leur ancien logement. Ce procédé habituel de l’insulte féminine s’observe au Port du Temple où l’épouse d’un manœuvre dit à une autre, en 1747, qu’elle a gagné ses joyaux « en servant de femme de chambre au Cheval de Bronze ». Cinq ans plus tôt, dans le quartier de la Grande Côte, une sexagénaire illettrée qu’on surnomme « la Polonaise », sans doute parce qu’elle est mariée à un affaneur prénommé Casimir, possède une solide réputation de querelleuse universelle ; elle accuse volontiers ses voisines et leurs familles d’être liées à des voleurs. Plus intégrée à son milieu, la femme d’un emballeur des rives de la Saône n’est guère plus amène, si l’on en croit une de ses victimes, jeune épouse de crocheteur, qui se voit reprocher, elle aussi, d’être voleuse comme sa sœur131.

  • 132 Ibid., mai 1738 ; oct. 1756 ; nov. 1745 ; nov. 1733 ; juil. 1741 ; janv. 1735 ; oct. 1744.

100Les torts semblent d’ailleurs souvent partagés dans ces affrontements verbaux entre ouvrières. Ils peuvent concerner du linge qu’une blanchisseuse retient trop longtemps. Parfois une bourgeoise, femme de procureur, est offusquée, faisant ses emplettes dans une boutique de modes, de voir l’employée discuter son appréciation du règlement. Marchandes et couturières sont ainsi opposées par de vieilles haines professionnelles. Mais, en novembre 1733, c’est au sujet de mors de chevaux, dus par une épouse de bourrelier à celle d’un manœuvre, que la première, de vingt ans sa cadette, se voit insultée sur le pas de sa porte, un beau matin, par la seconde. Les voiturières du Port du Temple se traitent couramment de voleuses et receleuses et même plus puisque l’une d’elles, à l’été 1741, se voit accusée d’être « une friponne » qui « retire des filles dans toutes les heures de la nuit ». Ces injures rituelles se transmettent, entre femmes, d’année en année et de génération en génération ; elles accompagnent les rivalités professionnelles autour des chargements effectués sur les quais de la ville. Les travailleuses du transport, qui s’y affairent, ne s’y entendent pas seulement appeler, par d’autres, « voleuses » ou « sorcières ». Leurs méchantes camarades leur imputent également soit de courir les bateaux pour se prostituer aux valets, soit d’être « un reste de logis qui se fait donner des bas de soie par les Messieurs ». A l’automne 1744, quai des Augustins, l’épouse d’un marchand sur la Saône est insultée par deux sœurs, femmes de voituriers par eau, furieuses du prix auquel elle vend son bois. Elles l’accusent vite d’avoir été fouettée aux Brotteaux ou de monter « la nuit par les fenêtres pour voler »132.

  • 133 Ibid., août 1742 ; mai 1752.

101Des scènes de ce genre peuvent enfin se rapporter à des éléments plus intimes de la vie féminine et de ses frustrations. A l’été 1742, au soir, une revendeuse de fruits, jeune épouse de manœuvre, qui la maltraite cruellement, descend désespérée dans la rue : une voisine vient de lui apprendre que son mari est aux Brotteaux avec une putain dont elle lui donne un signalement précis. Passe alors la femme d’un marchand que la malheureuse prend pour la prostituée. Elle lui saute dessus de belle façon, lui reprochant ses parties de plaisir avec son époux et lui arrachant une boucle d’oreille dans la dispute. Reconnaissant son erreur, elle s’abîme alors en demandes de pardon et offre tout ce qu’elle possède, douze livres, comme dédommagement. Dix ans plus tard, un soir de printemps, Montée de la Croix-Rousse, une jeune promeneuse est apostrophée par l’épouse d’un fabricant d’étoffes qui la traite de « jolie tireuse » dont le « métier est de tirer les hommes par la manche ». L’agressée se drape d’abord dans sa dignité (« passez votre chemin ») puis, comme on la pousse, ramasse un moment une pierre avant que le calme ne revienne. Des témoins apprennent que cette haine entre femmes provient du destin de la plus jeune, ancienne tireuse de cordes chez le frère de l’autre et qui « fait maintenant la dame et veut en imposer à ceux qui l’ont connue dans son premier état »133.

  • 134 Ibid., sept. 1733 ; sept. 1755 ; oct. 1744 ; juil. 1730.

102On devine aisément que pareilles dispositions psychologiques peuvent conduire à l’agression physique pure et simple entre femmes. Parmi elles, les revendeuses ne sont pas les seules à être habitées par cette fureur que signale, chez celles-ci, un maçon lyonnais en 1733. Vingt-cinq ans plus tard, un maître à danser de la rue du Pisay n’a pu qu’assister impuissant, dans son domicile du cinquième étage, à une dispute de femmes au cours de laquelle deux ouvrières en soie en ont frappé une autre avec une barre de fer et un balai. En octobre 1744, une ouvrière satinaire, qui loge chez une dame rue Griffon, prend le parti de sa propriétaire qu’une épouse de maçon vient insulter, un beau matin, en cassant tout chez elle ; mal en prend à sa locataire, frappée de coups de balai, terrassée dans la boue, dangereusement blessée. Une semblable agression a visé, à l’été 1730, une épouse de tisserand refusant de payer sa dette de 12 sous à plusieurs femmes venues la lui réclamer à son rez-de-chaussée134.

  • 135 Ibid., mars 1751 ; janv. 1747 ; août 1755.

103Des motifs voisins peuvent entraîner des réactions analogues. Des femmes de crocheteurs se prennent à partie, à la porte de leur allée, au sujet de la veste d’un des maris que l’autre aurait dérobée. L’épouse d’un bénier et celle d’un menuisier se disputent âprement, s’injurient et se frappent à propos du cercle d’un seau de bois, de sa valeur (5 ou 10 sous ?) et de sa propriété ; la servante de la seconde, qui veut calmer le jeu, y attrape des horions. Un soir de l’été 1755, une bourgeoise de la Grande Rue de l’Hôpital, sur la porte de chez elle en compagnie de son enfant, se dit menacée et agressée par de jeunes chapelières qui lui renvoient naturellement l’accusation. Elle les décrierait même auprès des marchands qui leur donnent de l’ouvrage135.

  • 136 lbid, fév. 1748 ; janv. 1735.

104Les dévideuses de soie sont d’autres jeunes ouvrières mêlées à de semblables conflits. Ils peuvent les opposer entre elles comme, au début de 1748, dans une boutique de la rue de la Vieille Monnaie où la femme d’un voiturier des coches de Lyon à Seyssel, qui exerce cette activité, assure avoir été frappée par une voisine et concurrente qui l’accuse d’avoir volé de la soie dans l’église des Capucins. A leur fenêtre, beaucoup observent ce nouvel épisode d’une querelle qui serait fréquente selon le sergent d’un quartier où les dévideuses sont nombreuses. On en voit d’autres, treize ans plus tôt, persécuter, place des Jacobins, l’épouse d’un teinturier leur voisine qu’elles vont, un beau matin, égratigner au visage et aux mains136.

  • 137 Ibid., fév. 1748.

105Deux ultimes conflits entre femmes des milieux populaires lyonnais de ce temps confirment que celles-ci, comme les hommes, sont d’abord violentes et agressives en raison de leur participation à la vie économique et aux tensions sociales et personnelles qu’elle entraîne. Au début de 1748, l’épouse d’un ouvrier en soie, passant rue Bourgchanin, aurait été priée par celle d’un tireur d’or de monter à son domicile où, avec une complice, elle l’aurait frappée en lui arrachant sa coiffure. On apprend de l’accusée que la plaignante a travaillé autrefois un an chez elle qui a simplement refusé de la recevoir en raison de son mauvais caractère. La femme du tireur d’or trouve d’ailleurs insultante, à cette occasion, la conduite d’une ancienne domestique et ouvrière. Elle ne s’est pas gênée pour le lui faire savoir : « revenez quand mon mari sera là ; je ne veux pas me dégueûler avec vous, allez-vous en ; vous n’avez pas été fidèle pendant le temps que vous avez travaillé chez moi ; vous m’avez volé ; vous n’avez que faire de revenir »137.

  • 138 Ibid., oct. 1732.

106Quinze ans auparavant, l’épouse d’un passementier de la Grande Rue de l’Hôpital, en rencontrant une autre, un soir d’octobre, en train de faire ses courses, aurait eu le malheur d’être agressée par cette concurrente déloyale qui lui aurait débauché une servante. Elle l’aurait, à cette occasion, en compagnie d’une ouvrière, terrassée dans la boue. On devine que l’accusée lui reproche, au contraire, de débaucher ses propres compagnonnes et apprenties138.

107Il faut, bien sûr, se méfier des impressions produites par la lecture des archives judiciaires. Écho de ce qui rompt l’harmonie sociale, elles insistent trop sur la violation des règles qui commandent, en général, la vie en commun. Pourtant il est sûr qu’à Lyon, grande ville ouvrière et artisanale, port important, les tensions sociales sont vives en milieu populaire. La situation, à cet égard, est certainement très différente dans des cités moins peuplées comme Dijon ou Grenoble. D’âpres conflits de voisinage rythment à Lyon la vie quotidienne, ponctuée, comme les relations socioprofessionnelles, par des phénomènes de violence ou d’agressivité. Et, au sein de ceux-ci, les femmes ont une part aussi grande que les hommes, à l’image de leur place dans la vie économique.

Notes

1 Ce modeste travail ne peut constituer qu’un complément au beau livre de F. Bayard, Vivre à Lyon sous l’Ancien Régime, Perrin, 1997 (cf. en part., p. 115-122 sur la criminalité urbaine). Nous y renvoyons pour l’ensemble des indications bibliographiques utiles ou pour le contexte historique et social.

2 Cette étude repose sur le dépouillement d’une trentaine de liasses de la procédure criminelle de la Sénéchaussée de Lyon, de juil.1730 à déc. 1759, conservées aux Arch. dép. Rhône, Série B. Il s’agit d’un échantillonnage correspondant à peu près au sixième de la documentation disponible. Nous renvoyons, au sujet de son exploitation, à l’excellent ouvrage de B. Garnot, justice et Société en France aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. Ophrys, 2000.

3 Procédures criminelles citées, sept. 1731 ; juin 1753.

4 Ibid., août 1742 ; juin 1740 ; janv. 1747.

5 Arch. dép. Rhône, C 10 (déclarations en date de 1731).

6 Procédures criminelles citées, sept. 1731 ; mai 1739 ; oct. 1758.

7 Ibid., septembre 1733 ; janv. 1735 ; juil. 1741 ; nov. 1758.

8 Ibid., février 1736 ; janv. 1747.

9 Ibid., septembre 1733 ; mars 1737 ; janv. 1747 ; août 1755 ; sept. 1755 ; nov. 1759.

10 Lyon, Arch. de la Charité, G, 132 (15) ; Procédures criminelles citées, mai 1738 ; août 1742 ; sept. 1743.

11 Ibid., nov. 1759 ; sept. 1757 ; oct. 1758 ; oct.-nov. 1758 ; sept. 1756 ; juil. 1732 ; fév. 1748.

12 Ibid., août 1755 ; av. 1752 ; janv. 1748 ; oct. 1744 ; juil. 1750 ; sept. 1743 ; oct. 1744.

13 Arch. dép. Rhône, Série B, Fonds de la Conservation, Papiers de Riboulet (1749) ; Procédures criminelles citées, mars 1737 ; juil. 1750 ; mars 1736 ; sept. 1743 ; fév. 1736.

14 Ibid., septembre 1755 ; av. 1739 ; juil. 1754 ; juin 1753 ; juin 1740 ; août 1742 ; oct. 1757.

15 Ibid., mai 1738 ; mai 1752 ; oct. 1734 ; mai 1738.

16 Ibid., mai 1738 ; sept. 1731.

17 Mémoire de 1745 cité dans Dagallier, Une grève sous l’Ancien Régime, Lyon, 1901, p. 51ss ; Bonnassieux, La question des grèves sous l’Ancien Régime. La grève de Lyon en 1744, Paris, 1882, p. 33ss ; « Mémoire de 1745 » Revue d’Histoire de Lyon, 1904, p. 146 ; Procédures criminelles citées, octobre-novembre 1758 ; Mémoire de 1787, Lyon, Arch. mun., HH, 104.

18 Procédures criminelles citées, nov. 1759.

19 Ibid., juil. 1754 ; sept. 1731 ; nov. 1758.

20 Ibid., sept. 1733 ; juin 1753 ; janv. 1748 ; nov. 1734.

21 Ibid., juil. 1730 ; sept. 1755 ; mai 1738 ; juin 1740 ; juil. 1741 ; nov. 1746 ; mai 1752 ; oct. 1732.

22 Ibid., août 1750 ; juil. 1750 ; mai 1753.

23 Ibid., mars 1737 ; juin 1753 ; août 1750 ; juil. 1750 ; sept. 1756.

24 Ibid., mars 1751 ; janv. 1749 ; oct. 1744 ; janv. 1735 ; juil.1730 ; juin 1740 ; août 1742.

25 Ibid, juin 1740 ; juil. 1750 ; mars 1749 ; oct. 1732 ; nov. 1733.

26 Ibid., nov. 1745 ; sept. 1756 ; juin 1743 ; juin 1746 ; juil. 1754 ; août 1757.

27 Revue du Lyonnais, Nelle Sér., T. IV, 1852 ; Procédures criminelles citées, nov. 1734 ; déc. 1759.

28 Ibid., mai 1752 ; janv.-mars 1749 ; oct. 1744 ; av.-mai 1739.

29 Ibid., mai 1752 ; juin 1740 ; juil. 1730.

30 Ibid., sept. 1731 ; janv. 1735 sept. 1743 ; sept. 1757 ; oct. 1732.

31 Ibid., mars 1751 ; sept. 1757.

32 Ibid., juil. 1741 ; août 1742.

33 Ibid., déc. 1746 ; déc. 1759 ; oct. 1732 ; juin 1740.

34 Ibid., juil. 1741 ; août 1742 ; sept. 1743 ; juil. 1730 ; janv. 1747 ; juil. 1750 ; nov. 1759.

35 Ibid, fév. 1736 ; oct. 1732 ; sept. 1743 ; nov. 1734 ; juil. 1730.

36 Ibid., nov. 1733 ; nov. 1759.

37 Ibid., juin 1753 ; nov. 1733 ; mai 1738 ; nov. 1746 ; août 1750 ; août 1742 ; mars 1737.

38 Ibid., avril 1751 ; janv.-mars 1749 ; sept. 1755 ; mars 1757.

39 Ibid., sept. 1743 ; sept. 1756 ; juin 1750.

40 Ibid., mars 1737 ; juin 1741 ; sept. 1757 ; sept. 1743 ; av. 1752.

41 Ibid., sept. 1731 ; oct. 1758.

42 Ibid., juil. 1730 ; sept. 1755 ; sept. 1731 ; mai 1752.

43 Ibid., oct. 1732 ; août 1742 ; déc. 1746 ; janv. 1747.

44 Ibid., janv. 1749 ; sept. 1755 ; fév. 1736.

45 Ibid., juin 1741 ; janv. 1748 ; oct. 1732.

46 Ibid., août 1755 ; oct. 1732 ; mars 1749 ; août 1750 ; Lyon, Arch. de la Charité, G, 87 (16), bail de 1752 d’un affaneur du port de la Feuillée.

47 Procédures criminelles citées, oct. 1734 ; sept. 1755 ; janv. 1735 ; oct. 1757 ; sept. 1731.

48 Ibid., décembre 1745 ; août 1742.

49 Ibid., mai 1739 ; oct. 1754.

50 Lyon, Arch. mun., HH 14.

51 Ibid.

52 Procédures criminelles citées, mai 1745 ; janv. 1735 ; sept. 1731 ; juin 1753 ; oct. 1758.

53 Ibid., sept. 1743.

54 Arch. dép. Rhône, C 10 ; Chanson des taffetatiers lors de leur révolte en 1744, Pierre Delaroche, Lyon, s. d ; Mémoire de 1745 cité par Dagallier, op. cit., p. 51 ss.

55 Procédures criminelles citées, juin 1740 ; juil. 1741 ; oct. 1758.

56 Ibid., Arch. mun, HH 120 ; Procédures criminelles citées, nov. 1758 ; mars 1749 ; oct. 1732 ; juin 1740 ; sept. 1731 ; janv. 1747 ; mars 1749.

57 Lyon, Arch. mun., HH 12.

58 Procédures criminelles citées, oct.-déc. 1745 ; oct.-nov. 1758.

59 Ibid, fév. 1748 ; oct. 1756 ; oct. 1734.

60 Ibid., juil. 1754 ; fév. 1748 ; fév. 1736 ; mai 1738 ; nov. 1758.

61 Arch. dép. Rhône, Série B, Fonds de la Conservation, Papiers de Viannay (mémoires de 1734 et 1736).

62 Procédures criminelles citées, septembre 1736 ; mars 1737 ; oct. 1732 ; Petite Varloppe en vers burlesques, s.d. (pièce communiquée par l’Association des Compagnons du Tour de France).

63 Procédures criminelles citées, fév. 1749 ; oct. 1757 ; déc. 1746 ; mai 1739.

64 Ibid., octobre 1746 ; sept. 1733 ; mars 1737 ; mai-juin 1753.

65 Ibid., novembre 1745 ; oct. 1734 ; janv. 1735 ; juil. 1750 ; août 1750 ; fév. 1736.

66 Ibid., juil. 1750 ; mai 1738.

67 Ibid., oct. 1734 ; août 1742 ; oct. 1744 ; oct. 1734 ; oct. 1744.

68 Lyon, Arch. mun., HH 32.

69 Procédures criminelles citées, juillet 1741 ; déc. 1745 ; mai 1749 ; Lyon, Arch. mun, loc. cit. ; Arch. de la Charité G. 88, 39 (statuts du compagnonnage des chapeliers lyonnais, vers 1743).

70 Procédures criminelles citées, av. 1752 ; mai 1752 ; sept. 1743 ; août-sept. 1742 ; oct. 1732 ; nov. 1645 ; oct. 1756.

71 Ibid., fév. 1736 ; avril 1752 ; oct. 1757 ; juil. 1750 ; nov. 1733 ; oct. 1734 ; oct. 1744 ; juil 1750juil. 1754.

72 Ibid., juil. 1741 ; août 1742 ; fév. 1747 ; juil.-déc. 1731.

73 Ibid., déc. 1759 ; oct. 1757 ; oct. 1732 ; mai 1752.

74 Ibid., mai 1753 ; nov. 1758 ; juin 1753 ; sept. 1757.

75 Ibid., sept. 1756 ; janv. 1735 ; oct.-déc. 1744 ; juil. 1750 ; juil. 1741 ; mars 1737 ; oct. 1756.

76 Ibid., sept. 1755 ; sept. 1757.

77 Ibid., sept. 1757 ; juil. 1730 ; oct. 1757 ; sept. 1755.

78 Ibid., mai 1739 ; août 1756 ; mars 1737 ; juil. 1750 : août 1742 ; mai 1753 ; oct. 1756 ; mars 1737.

79 Ibid., août 1742 ; juil. 1750 ; juin 1740 ; mai 1738 ; mars 1737 ; oct. 1744.

80 Ibid., nov. 1733 ; av. 1751 ; déc. 1759.

81 Ibid., oct. 1746 ; oct. 1756 ; mai 1738.

82 Ibid., sept. 1743 ; juil. 1750 ; nov. 1634 ; sept. 1743 ; juin 1753.

83 Ibid., Arch. mun, HH 14 ; Arch. de la Charité, G. 131 (98) : mémoire des Recteurs en faveur d’un orphelin, mars 1749.

84 Procédures criminelles citées, juil. 1730 ; mars 1737 : mai 1739 ; août 1742 ; oct. 1744 ; janv. 1749 ; déc. 1759 ; juil. 1741 ; juil. 1754 ; sept. 1731 ; sept. 1733 ; mai 1738.

85 Ibid., oct. 1734 ; sept. 1746 ; fév. 1747 ; av. 1752 ; oct. 1756.

86 Ibid., juil. 1730 ; sept. 1743 ; juin 1740 ; nov. 1746 ; juil. 1741.

87 Ibid., sept. 1733 ; fév. 1736 ; mars 1736 ; janv. 1748 ; janv. 1749 ; av. 1752.

88 Ibid., oct. 1757 ; sept. 1743 ; nov. 1746 ; déc. 1746 ; mai 1753, fév. 1736 ; av. 1752 ; sept. 1731.

89 Ibid., sept. 1743 ; janv. 1735 ; sept. 1756.

90 Ibid, sept. 1731 ; juil. 1750 ; déc. 1746.

91 Ibid., sept. 1731 ; janv. 1749 ; fév. 1749 ; sept. 1743 ; sept. 1731 ; oct. 1744.

92 Nous sommes là dans une situation de longue durée, voir Être femme en 1500, Perrin, 2000.

93 Procédures criminelles citées, novembre 1733 ; janv. 1736 ; août 1755.

94 Ibid., juin 1740 ; sept. 1743 ; av. 1752 ; nov. 1745.

95 Ibid., oct. 1732 ; sept. 1756 ; oct. 1743 ; janv. 1735 ; mai 1738 ; sept. 1743 ; mars 1737.

96 Ibid., nov. 1758 ; sept. 1758 ; juil. 1730 ; janv. 1748 ; juil. 1741.

97 Bonnassieux, op. cit., p. 18 ; Procédures criminelles citées, janvier-mars 1736 ; octobre 1758 ; Arch. dép. du Rhône, Série B, Fonds de la Conservation, papiers de Devitry et Gaillet, marchands d’étoffes, correspondance en date d’oct. 1730.

98 Procédures criminelles citées, septembre 1757 ; août 1742 ; fév. 1747 ; déc. 1746.

99 Arch. dép. Rhône, Série B, Fonds de la Conservation, papiers d’Audibert ; Procédures criminelles citées, août 1732 ; mai 1738 ; janv. 1748.

100 Ibid., sept. 1743 ; sept. 1755 ; oct. 1756

101 Ibid., sept. 1731 ; av. 1752 ; sept. 1733 ; fév. 1736 ; mai 1739 ; juil. 1741 ; av.-mai 1739.

102 Ibid., oct. 1744 ; déc. 1745 ; juin 1753.

103 Ibid., av.-mai 1738 ; août 1742 ; fév. 1736 ; janv. 1735 ; oct. 1757 ; oct. 1758.

104 Ibid., nov. 1758 ; déc. 1745 ; juil. 1741 ; juin 1740 ; oct. 1744 ; juil. 1741.

105 Ibid., août 1750 ; av. 1752 ; sept. 1733 ; janv. 1735 ; oct. 1757.

106 Ibid., sept. 1755 ; mars 1749 ; juil. 1754 ; sept. 1743.

107 Ibid., janv. 1736 ; juil. 1754 ; nov. 1734 ; juil. 1750.

108 Ibid., sept. 1743 ; nov. 1746 ; oct. 1732 ; oct. 1757 ; mars 1751 ; mai 1741 ; oct. 1756 ; av. 1751.

109 Ibid., mars 1737 ; juil. 1754 ; av.-mai 1752 ; sept. 1743 ; oct.-déc. 1745 ; janv.-fév. 1747 ; janv.-fév. 1748.

110 Ibid., mai 1739 ; mai 1753 ; mars 1749 ; août 1742 ; sept. 1755.

111 Ibid., nov. 1745 ; oct. 1758 ; juin 1740 ; juil. 1754 ; nov. 1733.

112 Ibid., oct. 1744 ; nov. 1734 ; nov. 1733.

113 Ibid., sept. 1731 ; mai 1738 ; oct. 1757.

114 Ibid., mars 1749 ; janv. 1747 ; juil. 1741 ; sept. 1757 ; nov. 1745.

115 Ibid., juin 1753 ; août 1750 ; janv. 1747 ; sept. 1731 ; août 1742.

116 Ibid., mars 1758 ; juil. 1730 ; nov. 1734 ; sept. 1755.

117 Ibid., nov. 1745 ; mai 1738.

118 Ibid., av. 1751, août 1742.

119 Ibid., oct. 1744 ; mai 1738.

120 Ibid., sept. 1733 ; fév. 1747 ; janv. 1748.

121 Ibid., mars 1737 ; sept. 1743 ; oct.-déc. 1746.

122 Ibid, sept. 1757 ; sept. 1731.

123 Ibid., mai 1752 ; déc. 1759 ; oct. 1744 ; av. 1752 ; sept. 1757.

124 Arch. dép. Rhône, Série B, Fonds de la Conservation, papiers de Dubois ; Procédures criminelles citées, août 1755.

125 Ibid., mars 1749 ; août 1742 ; sept. 1757 ; juil. 1754 ; oct. 1732 ; nov. 1746 ; sent. 1743 ; av.-mai 1738.

126 Ibid., fév. 1756 ; mai 1753 ; mai 1739 ; nov. 1758 ; sept. 1755.

127 Ibid., mai 1753 ; janv. 1735 ; sept. 1756 ; mai 1739 ; mars 1737.

128 Ibid., août 1742 ; sept. 1733 ; août 1750.

129 Ibid., juin 1740 ; août 1742.

130 Ibid., juil. 1754 ; nov. 1745.

131 Ibid., sept. 1756 ; nov. 1734 ; janv. 1747 ; août 1742 ; nov. 1745.

132 Ibid., mai 1738 ; oct. 1756 ; nov. 1745 ; nov. 1733 ; juil. 1741 ; janv. 1735 ; oct. 1744.

133 Ibid., août 1742 ; mai 1752.

134 Ibid., sept. 1733 ; sept. 1755 ; oct. 1744 ; juil. 1730.

135 Ibid., mars 1751 ; janv. 1747 ; août 1755.

136 lbid, fév. 1748 ; janv. 1735.

137 Ibid., fév. 1748.

138 Ibid., oct. 1732.

Auteur

Université de Grenoble 2

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540