Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume I

 | 
Philippe Guignet

Revendications et actions collectives des milieux populaires

Conscience populaire et droit à l’emploi : l’exemple d’une grande ville manufacturière, Amiens (xvie-xviiie siècle)

Charles Engrand

Texte intégral

  • 1 R. Castel, métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard, 1995, 490 p., p. 270, 393 et 394.

1On chercherait vainement dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen en 1789 la mention du droit à l’emploi, du droit au travail. Certes, celui-ci n’est pas absent des préoccupations des membres des assemblées révolutionnaires comme le montrent les délibérations du Comité de mendicité de l’Assemblée nationale ou encore l’éphémère constitution de 1793. Néanmoins, il faut attendre le décret du 21 février 1848 promulgué par le Gouvernement provisoire pour le voir figurer dans un document officiel, d’ailleurs devenu rapidement caduque. Il n’est explicitement affirmé que dans le préambule de la Constitution de 19461.

2Sous l’Ancien Régime, les milieux populaires urbains ont-ils eu conscience de cette exigence et l’ont-ils manifestée ? Des circonstances particulières pouvaient les y conduire, lorsque leurs activités professionnelles étaient menacées par la poussée du chômage, bouleversées par des contraintes réglementaires nouvelles ou, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, anéanties par les progrès du libéralisme naissant. La ville d’Amiens présente, à cet égard, un champ d’observation privilégié. En effet, de 1479 à 1789, l’industrie textile a animé la vie économique de la cité avec une importante concentration de métiers à tisser : 1 500 à 2 000 aux XVIe et XVIIe siècles, plus de 5 000 vers 1780. La permanence, plusieurs fois séculaire, de la même activité engendrait des habitudes, des comportements et des certitudes largement partagés par ceux qui participaient à l’activité de la manufacture.

DES MONOPOLES PROTECTEURS DU DROIT AU TRAVAIL

  • 2 E. Maugis, « La saieterie à Amiens, 1480-1587 », Vierteljahrschrift für Sozial und Wirstschaftsgesc (...)
  • 3 P. Deyon, Amiens, capitale provinciale, étude sur la société urbaine au XVIIe siècle, Mouton, Paris (...)
  • 4 Idem, ibidem, p. 183.
  • 5 Grandvilliers, ar. Beauvais, Oise ; Crèvecoeur, idem.
  • 6 Arch. com, Amiens, FF 965, Registre aux causes des manufactures, 1711-1718, f° 4 v°, 27 mai 1711.

3Dans leur ensemble, les statuts des métiers visaient à réserver aux différentes communautés le monopole d’un secteur d’activité dans une ville particulière. Ceux de la saiterie amiénoise ont eu, dès l’origine, une ambition très large : réserver l’essentiel des travaux de la production textile à la ville elle-même, au détriment du plat pays. En 1511, 1514 et 1535, ils interdisaient à tout artisan amiénois de fouler, teindre et apprêter des tissus fabriqués en dehors de l’agglomération et aux marchands d’y acheter des étoffes en blanc, sans les faire teindre sur place2. Le but recherché était d’éviter l’exode des tisserands vers les villages pour échapper à la sévérité des dispositions réglementaires, relatives à la fabrication et à la qualité. Ces mesures, réitérées en 1548, furent reprises en 1666, avec toutefois une exception notable, pour les serges d’Aumale, aux marges de la généralité de Rouen3. La volonté de défendre le monopole urbain du travail manufacturier ne s’étendit pas jusqu’aux travaux de filature qui, précocement, furent partagés entre la ville et la campagne. Les énormes besoins en fil nécessités par la concentration des métiers urbains l’exigeaient. Ne fallait-il pas le travail de six à sept fileuses pour alimenter en matière première un seul métier4 ? En revanche, la réalisation du monopole urbain fut complète en matière de préparation des laines, de fabrication des étoffes, de teinture, de calendrage et d’apprêts. Certes, le tissage rural s’était développé, notamment à la fin des XVIe et XVIIe siècles, mais il restait cantonné dans les fabrications les plus communes et ses pôles d’implantation autour d’Aumale, de Grandvilliers ou de Crèvecoeur demeuraient à une dizaine de lieues de la capitale picarde5. Le maintien dans l’enceinte urbaine de la fabrication des produits les plus flatteurs et les plus chers comme des travaux de finition paraissait garantir aux ouvriers amiénois du textile et particulièrement aux tisserands leur droit au travail. Au début du XVIIIe siècle encore, les égards saiteurs portèrent plainte contre un maître qui avait confié l’exécution d’une pièce d’étoffe à un tisserand d’un village de la proche banlieue. Ils avançaient que « ledit Jacques Languillon n’étant pas maître saiteur à Amiens n’avait aucune qualité pour travailler ainsi dans sa maison, le travail ne pouvant être fait que dans la ville »6. Le tribunal échevinal manifesta une certaine indulgence en accordant, pour cette fois seulement, mainlevée de la saisie de la pièce et autorisation de l’achever, mais rappela l’interdiction de travailler en dehors de la cité, sous peine de 50 livres d’amende et de confiscation. L’édit de 1762 favorisant la diffusion du tissage dans les campagnes fut ressenti comme une menace directe sur l’emploi. Il allait entraîner une vive résistance des saiteurs.

  • 7 On peut en relever de multiples exemples à travers les registres de la justice échevinale qui déten (...)
  • 8 Arch. com., Amiens, FF 832, Registre aux causes, 1595, f° 116 v°, plainte des égards tanneurs contr (...)
  • 9 Arch. com., Amiens, FF 1091, Sentences et pièces annexes, 1612-1614, sentence échevinale contre « c (...)
  • 10 Arch. com., Amiens, FF 1114, Sentences et pièces annexes, 1741-1766, requête du 11 août 1759.

4En organisant une stricte répartition des tâches à l’intérieur de secteurs d’activité spécifiques, les statuts des métiers ne manquaient pas d’engendrer la conviction que le travail devait être partagé et, de cette manière, assuré à chacun. Il n’importe pas ici d’examiner le bien-fondé, l’observation ou la transgression des dispositions arrêtées. Il s’agit de tenter de saisir, à travers les propos ou les attitudes que l’on peut appréhender, si les règles édictées n’ancraient pas dans les mentalités collectives l’idée du droit de chacun à l’emploi. Lorsque les serruriers ou les chaudronniers entraient en conflit avec les ferronniers, les tailleurs d’habits avec les fripiers, les menuisiers avec les maçons ou les charpentiers, ils affirmaient en réalité leur droit à protéger leur emploi7. Pour reprendre les expressions du temps, ils protestaient contre ceux qui « s’ingéraient d’entreprendre contre leur état », les privant ainsi des moyens de gagner leur vie. Selon eux, chacun « se debvoit de s’entremettre de son métier seulement »8. Ceux-là mêmes qui vivaient en dehors d’une communauté de métier cherchaient à acquérir la protection qu’elle paraissait offrir. En avril 1613, le tribunal échevinal d’Amiens eut à sévir contre certains gagne-deniers et manouvriers des halles qui s’étaient associés pour accaparer les tâches. Les autres, s’ils voulaient travailler, devaient monnayer leur embauche9. De même, les saisonniers, particulièrement sensibles au renouvellement ultérieur d’une activité précaire, tentaient-ils parfois de pérenniser leur emploi d’une année à l’autre. Ainsi, en 1759, trois moissonneuses associées exigeaient-elles le respect d’une convention passée avec un laboureur, leur réservant la préférence lors de l’embauche pour la moisson10.

  • 11 E. Maugis, « La saieterie à Amiens », loc. cit., p. 2 et 78. Les hautelisseurs avaient reçu des sta (...)
  • 12 Arch. com., Amiens, FF 964, Registre aux causes des manufactures, 1688-1709, P 234, 23 septembre 17 (...)
  • 13 Bibl. nationale, mss., Fonds français, ms. 8037, fos 266-273, Rapport sur l’état des manufactures d (...)
  • 14 Arch. com., Amiens, Commerce et manufactures, HH 208,1714-1715, arrêt du Conseil d’État du Roi, 9 f (...)
  • 15 Arch. dép., Somme, C. 188, Industrie (1737-1738), correspondance entre le contrôleur général et l’i (...)
  • 16 Arch. dép., Somme, C. 2228, Inspection des manufactures, registre destiné à l’enregistrement des éd (...)
  • 17 Arch. dép., Somme, C. 2228, f° 9, Arrêt du Conseil d’État du Roi, 5 juin 1703.
  • 18 Arch. nat., Correspondance du Contrôle général, G7 89, 1706-1708, lettres du subdélégué d’Abbeville (...)

5Dans la manufacture d’Amiens, les tisserands se répartissaient en deux grandes catégories : les saiteurs et les hautelisseurs, organisés en communautés de métier, respectivement depuis 1480 et 157711 La nature du fond de leurs chaînes les distinguaient : les premiers devaient employer le fil de laine dit de saiette, les seconds le fil de lin, de chanvre ou de soie. Quant aux chaînes de poils de soie et de laine mêlés, elles relevaient de la compétence des deux groupes. Fabriquant des étoffes souvent assez proches, les conflits étaient incessants, opposant les deux communautés devant la justice échevinale ou éventuellement royale. Les saiteurs ayant obtenu lors des règlements de 1666 l’autorisation de mêler un fil de soie au fil de leur chaîne, les hautelisseurs les accusaient de profiter de cette dérogation pour en utiliser deux ou trois de cette nature. Lors de la création ou de l’adoption de nouveaux tissus, il fallait avec soin en attribuer l’exécution aux uns ou aux autres. Ainsi, à la fin du XVIIe siècle, une ordonnance de l’Échevinage avait-elle attribué la fabrication des tripes de velours aux hautelisseurs et celle des peluches aux saiteurs12. Dès 1708, l’inspecteur des manufactures se montrait partisan de constituer une seule communauté pour les deux groupes professionnels13. Les hautelisseurs s’opposaient au projet. Soucieux de défendre la spécificité de leur production comme leur droit au travail, ils devaient obtenir le maintien de la distinction en corps séparés, par arrêt du Conseil en 171114. Ils continuèrent néanmoins de protester contre les entreprises des saiteurs. En 1737, moins d’un an avant la réunion des deux communautés, ils introduisaient encore une requête au Conseil du Roi pour interdire à leurs concurrents de mettre plus d’un fil de soie dans la chaîne de leurs étoffes et même de fabriquer des peluches15. Dans la ville voisine d’Abbeville, les sergers-baracaniers, statués en 1670, montrèrent une détermination identique contre les houppiers et les marchands drapiers16. En 1684,1699 et 1700, les échevins avaient autorisé ces derniers à faire façonner des étoffes, sous réserve de ne pas établir de métiers dans leur propre maison. L’arrêt du Conseil du Roi de juin 1703 donna raison aux plaintes des fabricants. Il interdisait en effet à tous ceux qui ne faisaient pas partie de la communauté de faire tisser les étoffes dont elle avait le monopole. Les maîtres appauvris ne pouvaient prêter leur nom à des personnes étrangères au métier, ni travailler pour elles à façon17. Quant aux marchands d’étoffes en gros ou en détail, ils étaient exclus de la fabrication, à moins d’accéder à la maîtrise. Certaines continuèrent sans doute à s’intéresser à la production en remettant à des tisserands des chaînes et des fils tout apprêtés. Ils se heurtèrent à la vigilance des égards des sergersbaracaniers qui obtinrent en 1708 une ordonnance de l’intendant limitant strictement le rôle des marchands à l’achat d’étoffes aux fabricants, sans aucune fourniture préalable de matière première18.

PARTAGE DU TRAVAIL ET DROIT À L’EMPLOI

  • 19 Arch. com, Amiens, FF 1119, Informations, procès-verbaux, 1554-1669, sentence du 16 janvier 1601.
  • 20 Arch. com., Amiens, FF 923, Registre de la police, 1663-1664, F 35 v°, plainte des égards saiteurs, (...)

6D’autres dispositions confortaient le droit de chacun à l’emploi, telles la proscription du travail à la nuit tombée et la limitation du nombre de métiers par maître. L’ancienne interdiction du travail à la chandelle concernait naturellement l’ensemble des professions. Elle visait sans doute à garantir une bonne qualité du travail, à partager l’activité et à éviter les risques d’incendie. Elle était fréquemment transgressée, en dépit des amendes encourues et parfois réellement infligées. À ce sujet, on peut relever différents types de réactions, individuelles ou collectives. En 1606, un saiteur, traduit en justice, témoigna d’un état d’esprit sans doute assez répandu. Le comparant, Jacques Dècle, portait le sobriquet de « La Navette », en raison sans doute d’un labeur particulièrement acharné. Il déclara qu’il n’en avait que faire de Messieurs les échevins, ses juges en l’occurrence, et que « depuis longtemps les enfants de cette ville luy montroient le chemin de travailler à la chandelle »19. Sa réponse qui lui valut d’être enfermé durant quelques jours dans les prisons du beffroi suggère la généralisation de la pratique du travail tardif. Elle conduit aussi à envisager une surveillance différenciée par les égards, peut-être plus indulgents pour les natifs de la ville que pour les étrangers. Même ceux qui exerçaient une charge officielle dans la communauté n’adoptaient pas sur ce point une conduite irréprochable. Ainsi, en 1663, chacun des deux maîtres de la confrérie des saiteurs fut-il surpris en infraction à trois reprises20.

  • 21 Arch. com., Amiens, Communautés d’arts et métiers, HH 311, Saiteurs, administration générale, 1539- (...)
  • 22 Arch. com., Amiens, FF 1101, Sentences et pièces annexes, 1650-1652, sentence du 2 octobre 1650.

7L’utilité de cette interdiction par rapport au droit au travail donnait lieu d’ailleurs à des interprétations variées qui oscillaient entre rigueur et indulgence. En 1649, les égards de la communauté des saiteurs sollicitèrent de la part de l’Échevinage une stricte application de l’interdiction. Selon eux, le travail à la chandelle favorisait les maîtres disposant de nombreux métiers qui, de ce fait, produisaient davantage encore durant l’hiver. Relativement aisés, ils pouvaient attendre, si nécessaire, la conjoncture la meilleure pour la vente de leurs étoffes. En revanche, ceux qui faisaient battre deux ou trois métiers seulement, pressés par la nécessité de payer leurs ouvriers et de renouveler leurs achats de matières premières, étaient contraints de vendre les leurs à vil prix, car « le grand nombre de marchandises gaste et corrompt leur débit »21. À l’inverse, l’hiver suivant, plusieurs maîtres et ouvriers saiteurs présentèrent une requête visant à obtenir une dérogation. Ils firent valoir « la grande disette et nécessité » où ils se trouvaient en raison du peu de temps qu’ils pouvaient consacrer au travail. Ils souhaitaient poursuivre leur activité jusqu’à 9 ou 10 heures du soir, pratique habituelle d’après eux et peut-être combattue par des égards trop zélés. Ils obtinrent satisfaction pour une large part puisque pour les prochains mois, de novembre à février, ils furent autorisés à ouvrir leurs ateliers de 6 heures du matin à 7 heures du soir, en s’éclairant à la chandelle22. L’utilisation des lampes à huile demeurait exclue parce qu’elles étaient plus dangereuses pour les départs d’incendie et risquaient davantage de tacher les étoffes. Les revendications des uns et des autres se fondaient toutes sur le droit au travail, individuel ou collectif, même si elles étaient appuyées sur des argumentations apparemment contradictoires.

  • 23 L’estille ou étille est le terme picard désignant le métier à tisser.
  • 24 E. Maugis, « La saieterie à Amiens... », loc. cit., p. 65-66.
  • 25 Arch. com., Amiens, Commerce et industrie, HH 207, 1708-1714, et HH 208, 1714-1715, ordonnance de J (...)
  • 26 Arch. com., Amiens, FF 965, Registre aux causes des manufactures, 1711-1718, fos 4 v°-10 v°, senten (...)
  • 27 Arch. com., Amiens, Informations, procès-verbaux, FF 1131, 1711-1717, procès-verbal, 26 mai 1711 et (...)

8Les prescriptions réglementaires pour contenir le mouvement de concentration des métiers dans les mêmes mains accompagnent l’histoire de la manufacture amiénoise. Elles furent promulguées à chacune des phases de son extension, dans la période 1550-1570, au début du XVIIe siècle et de 1680 à 1715. À l’origine, les statuts limitaient à deux estilles tout au plus l’outillage de chacun, l’une pour le maître, l’autre, le cas échéant, pour son apprenti23. La fabrication de nouvelles étoffes comme les satins ou les serges façon d’Ascot, exigeant un matériel plus complexe et des matières premières plus coûteuses, ouvrit la voie à une diversification du groupe des tisserands. En 1565, sur plainte d’un certain nombre d’entre eux, l’Échevinage prétendit vainement comme à l’ordinaire appliquer strictement une disposition des statuts de 1548 : réduire à un seul métier par atelier la production des nouvelles étoffes, limite élevée provisoirement à deux pour les huit premiers mois de 156624. En 1611, le seuil autorisé fut porté à 6 pour les saiteurs et à 10 pour les hautelisseurs. De 1692 à 1711, une série de dispositions visa à le fixer pour les uns comme pour les autres à 10 métiers, plus un pour maître indigent. Les ordonnances de l’intendant Jérôme Bignon en 1708 et de son successeur Louis de Bernage en 1711 tentèrent de rendre efficaces les limitations des échevins, promulguées sur les sollicitations des égards des métiers et constamment répétées25. En cette dernière année, les registres de la justice urbaine recèlent une série de condamnations de saiteurs et de hautelisseurs, entraînant une amende de 100 livres et la confiscation des métiers superflus26. Pourtant, les maîtres en infraction ne restaient pas toujours isolés. Ils trouvaient parfois des alliés, librement engagés ou discrètement suscités, parmi leur personnel ou celui de leurs confrères dans la même situation. En 1711, précisément, une soixantaine d’ouvriers hautelisseurs se rassemblèrent devant la salle d’audience où devaient comparaître les contrevenants. Ils insultèrent les égards du métier, les assaillirent, les rouèrent de coups et blessèrent l’un d’entre eux. Ils proféraient des menaces, jurant de faire payer le tort qui leur était fait. D’autres hautelisseurs et quelques saiteurs qui essayaient de s’interposer furent eux aussi molestés. Arrêtés par les sergents de ville, deux manifestants furent emprisonnés durant une semaine27. Interrogés, ils révélèrent les incitations à manifester de leurs employeurs. Les dénégations des fabricants mis en cause paraissent trop concertées pour être pleinement crédibles. Ceux-ci avaient en effet semé beaucoup d’inquiétude parmi leurs salariés. Ils avaient évoqué tantôt le renvoi inéluctable de la main-d’œuvre excédentaire en cas de limitation stricte du nombre des métiers, tantôt l’impossibilité pour les maîtres des petits ateliers de proposer de nouveaux engagements. En participant à la manifestation, les ouvriers hautelisseurs avaient exprimé leur crainte de subir le chômage et, selon leur expression, de mourir de faim.

  • 28 Arch. com., Amiens, Commerce et industrie, HH 206, 1700-1709, HH 207, 1708-1714, requêtes des garde (...)
  • 29 Arch. com, Amiens, Commerce et industrie, HH 208, 1714-1715, requête des maîtres hautelisseurs, 171 (...)

9La concentration horizontale des métiers suscitait ainsi des comportements certes opposés, mais les uns et les autres motivés par la défense du droit à l’emploi. Les arguments avancés par les protestataires, assurément les plus nombreux, demeurèrent toujours identiques. Dans leurs requêtes momentanément exaucées, mais toujours remises en cause, ils exprimaient une jalousie devant la réussite d’autrui et une véritable angoisse devant les difficultés qu’ils rencontraient pour animer leur entreprise et gagner leur vie. En 1707 et 1708, par exemple, ils évoquaient « leur payne à subsister », à employer leurs deux, trois ou quatre ouvriers, à vendre et débiter le peu d’étoffes qu’ils faisaient28. Ils imputaient leurs problèmes aux maîtres les plus puissants, accusés de monopoliser la main-d’œuvre disponible, d’attirer à eux fileuses, doubleuses et faiseuses de soies, de raréfier la matière première et d’obtenir la préférence des marchands par l’éventail très large de leur production. Ils se montraient d’autant plus amers envers les nouveaux entrepreneurs que ceux-ci les méprisaient. Ils leur reprochaient de se prétendre indûment meilleurs fabricants que les autres tout en embauchant les anciens apprentis, formés dans les petits ateliers. Le droit au travail qu’ils revendiquaient pour eux-mêmes, ils l’accordaient aussi aux maîtres indigents, même si ceux-ci contribuaient encore à accroître l’emprise des fabricants les plus importants. Ils estimaient en effet qu’il ne serait pas raisonnable de voir réduits à l’hôpital ou rejetés sur le pavé les plus modestes qui pouvaient encore travailler de leur métier et gagner leur vie. En tout cas, permettre à certains fabricants d’avoir autant de métiers qu’ils le souhaitaient, c’était, selon eux, réduire les autres à la mendicité29.

  • 30 Arch. com., Amiens, Commerce et industrie, idem, procès-verbaux des avis relatifs au nombre des est (...)
  • 31 Arch. dép., Somme, C. 147, Industrie, 1714, mémoire de fabricants d’Amiens à l’intendant L. de Bern (...)
  • 32 Arch. com., Amiens, Commerce et manufactures, HH 216, 1730-1731, pourvoi au Conseil du Roi de la co (...)
  • 33 Idem, ibidem, dénombrement des métiers des hautelisseurs, 6 octobre 1729.
  • 34 A. Lottin, Vie et mentalité d’un Lillois sous Louis XIV, Lille, E. Raoust, 1968, 445 p., p. 90-94.

10Cette volonté de répartir le travail de manière à l’assurer à tous était massivement partagée par les saiteurs et hautelisseurs. Suite à une demande de suppression de toute limitation formulée par 23 maîtres des deux professions, l’intendant fut amené en 1714 à consulter sur ce point chaque communauté concernée par l’élaboration et la commercialisation des produits de la manufacture30. On ne peut s’étonner de voir les marchands manifester unanimement leur hostilité à cette proposition, dans la crainte assurément de voir surgir, parmi les fabricants les plus dynamiques, des concurrents capables ultérieurement de réduire leur domination sur le négoce des étoffes. En assemblée générale, che2 les saiteurs, 15 seulement se prononcèrent pour le projet d’abrogation et 245 contre ; chez les hautelisseurs, 17 pour et 134 contre. On relève que parmi les opposants, plus de 30 % des premiers et de 20 % des seconds n’ont tracé qu’une croix en face de leur nom, à la différence des partisans qui ont apposé leur signature à près de 95 %. Ainsi, ceux qui redoutaient le plus l’extension des ateliers comptaient dans leur rang une forte minorité qui, à une probable insuffisance financière, joignait l’incapacité de tenir les comptes d’une entreprise devenue plus complexe. Les tenants de la libéralisation faisaient valoir que les dispositions restrictives « conduisaient à la disparition des plus habiles fabricants et à faire cesser la fabrique des plus belles marchandises de la manufacture »31. Finalement, en 1717, le Conseil du Roi supprima les limitations, mais les protestations perdurèrent. En 1731, la communauté des hautelisseurs introduisit de nouveau un pourvoi devant cette instance pour obtenir l’annulation de la décision. La demande formulée par 80 maîtres condamnait une décision soidisant obtenue à la hâte, grâce aux intrigues de certains fabricants, avec le soutien de l’inspecteur des manufactures32. La concentration si vigoureusement dénoncée restait pourtant encore assez limitée. En 1729, 15 maîtres sur 185, 8,10 % de l’ensemble, faisaient battre plus de 10 métiers et contrôlaient 22,22 % de l’outillage. À l’inverse, 106, soit 57,29 %, n’en possédaient pas plus de 5, mais rassemblaient encore avec 318 unités, 31,14 % du total33. Dans d’autres villes, on relève des mouvements d’hostilité analogues et le maintien, dans la mentalité de beaucoup, d’un droit au travail équitablement partagé. À Lille, par exemple, de 1664 à 1666, la majorité des saiteurs s’opposa violemment aux autorisations accordées par le Magistrat à certains maîtres de disposer d’un surnombre de métiers et même d’employer des ouvriers « non francs », sous prétexte de l’introduction d’une fabrication nouvelle, les bourracans ou baracans façon de Valenciennes34.

  • 35 Arch. com., Amiens, Commerce et manufactures, Amiens, HH 237, 1768-1769, ordonnance des officiers m (...)

11D’autres dispositions réglementaires pouvaient persuader tous les saiteurs et hautelisseurs de leur droit au travail. Le marché au fil de saiette se tenait trois jours par semaine, les mercredi, vendredi et samedi, place du Marché-au-Fil et il était en principe interdit d’en négocier nulle part ailleurs dans la ville. Cette organisation devait assurer l’égal accès de tous les professionnels à la matière première. Une ordonnance de police en 1768 en rappelait encore les règles traditionnelles, en dépit de nombreuses et anciennes habitudes d’infraction35.

  • 36 Arch. com., Amiens, Délibérations, BB 30,1556-1557, f° 65, 25 avril 1557.
  • 37 Arch. com., Amiens, Délibérations, BB 40, f° 155 v°, BB 48, 1587-1588, P 35, 18 mai 1587 et BB 51,1 (...)
  • 38 Arch. com., Amiens, Délibérations, BB 41, 1573-1575, f° 90, 15 avril 1574 et Registre aux chartes, (...)
  • 39 Arch. com, Amiens, Délibérations, BB 37,1564-1568, P 89, 23 août 1565.
  • 40 Arch. com., Amiens, idem, BB 51,1589-1591, f° 30 v°, 4 janvier 1590.
  • 41 Arch. com., Amiens, idem, BB 41,1573-1575, P 104 v°, 1er juillet 1575.

12Au XVIe siècle, le problème du droit au travail se posa avec une acuité particulière aux autorités échevinales confrontées elles-mêmes à des problèmes sociaux d’une ampleur encore inconnue jusqu’alors. Lorsque la manufacture traversait des périodes difficiles, le chômage amplifiait brutalement les effectifs des indigents, auxquels s’ajoutaient, dans les années de guerre ou de troubles religieux, les pauvres étrangers, régulièrement, mais inutilement expulsés. En 1557, un dénombrement des pauvres de la ville enregistra 2 000 personnes valides36. En 1573,1 200 ménages étaient à l’aumône, en 1587, 2 000 individus et 600 encore, sans compter les femmes, ni les enfants, en 159037. L’Échevinage évoqua même le chiffre de 4000 pauvres assistés en 1574 et de 5 000 à 6 000 saiteurs, presque tous au chômage, en 1576. Toutefois, ces données, avancées dans des doléances adressées au Roi pour l’obtention de dégrèvements fiscaux, doivent être accueillies avec plus de réserves38. Pour faire face à des situations aussi délicates, les autorités urbaines organisèrent à plusieurs reprises des travaux de charité en 1542, 1544, 1552, 1557, 1565, 1573-1574, 1586-1587, 1589 et 1590 comme le mentionnent les registres de délibérations. À chaque fois, le ralentissement ou l’arrêt de la saiterie était évoqué pour justifier ces décisions qui reconnaissaient implicitement un droit au travail pour les habitants momentanément inactifs. En 1565, par exemple, la cherté du blé et la langueur de la fabrication des étoffes rendaient nécessaire l’ouverture de chantiers publics, sans demande de rabais aux entrepreneurs qui devaient « bailler gaignage suffisant au pauvre poeuple pour avoir moyen de achepter du pain pour son vivre »39. De même, en 1590, il était « bien nécessaire adviser du moyen qu’il y aura de faire travailler le pauvre peuple qui meurt de faim à raison de la cessation de l’état de la saiterie »40. C’est encore en considérant ce même droit au travail et à la nourriture que le mayeur justifiait la prochaine fermeture des chantiers de charité en 1575, désormais envisageable en raison de la diminution du prix du blé, de la reprise de la saiterie, de la proximité du mois d’août et des travaux de la moisson. Chacun pouvait donc, durant la dernière semaine de fonctionnement des ateliers, « adviser de se pourveoir et trouver à quoi s’employer »41.

LUTTES SOCIALES DANS LA MANUFACTURE ET REVENDICATION DU DROIT À L’EMPLOI

13Parmi les luttes sociales qui traversent l’histoire de la manufacture amiénoise aux XVIe et XVIIe siècles, plusieurs ne sont pas sans rapport avec l’affirmation du droit au travail. Il faut en particulier retenir le long conflit qui opposa l’Échevinage et la communauté des saiteurs pour le contrôle du métier, passé dès 1514 aux mains d’égards titulaires d’un office municipal. De 1541 à 1546, les artisans luttèrent contre une réglementation trop rigoureuse et la création, lourde de charges, de nouveaux égards pour la teinture. L’Échevinage parut l’emporter, car des lettres patentes du Roi lui conférèrent le pouvoir de légiférer et de créer des offices. En 1578, cependant, il dut céder à l’agitation et établir momentanément un système plus démocratique et moins onéreux, l’institution de la vingtaine. Composée de 20 maîtres choisis par lui parmi les quarante désignés par la communauté, elle était chargée de remplir gratuitement la plupart des fonctions des égards. En cas de contestation, l’ancien conseil de sept membres tranchait le différend. Ce succès resta éphémère, mais il avait montré des artisans soucieux de contrôler par eux-mêmes leur communauté et désireux de préserver leur droit au travail d’ingérence et amputation arbitraires.

  • 42 L’époulman (ou épeulman), généralement un enfant, est l’ouvrier chargé de garnir de fil les petites (...)
  • 43 Arch. com, Amiens, FF 1119, Informations, Procès-verbaux, 1554-1669, procès-verbal “d’une mutinerie (...)

14En 1636, lors de l’établissement d’une taxe d’un sol pour livre sur chaque étoffe, les saiteurs et les hautelisseurs firent preuve d’une égale détermination. L’arrivée des commis du traitant, fin mars 1636, posait avec acuité le problème du règlement du nouveau prélèvement fiscal. Serail-il payé par les négociants ou par les fabricants ? Les marchands, suivant une tactique éprouvée, cessèrent complètement leurs achats d’étoffes, déjà considérablement ralentis depuis septembre 1635, et certains maîtres licencièrent leurs ouvriers. Le premier avril, des bandes de saiteurs et d’hautelisseurs, accompagnés par de jeunes époulmans, envahirent les ateliers restés actifs, coupèrent les chaînes des métiers et assiégèrent l’auberge qui abritait les commis venus installer leurs bureaux42. Durant deux jours, l’émeute gronda avant que finalement, la garde bourgeoise et la cavalerie du gouverneur de la province, le duc de Chaulnes, ne reprennent le contrôle de la ville. Aux échevins qui tentaient de les disperser, les artisans révoltés répondirent par une formule lapidaire, affirmant hautement leur droit au travail, en criant « du Pain, du Pain ou de la Besogne »43.

  • 44 M. Garden, Lyon et les lyonnais au XVIIIe siècle, Les Belles Lettres, Paris, 1970, 772 p., p. 586-5 (...)
  • 45 M. Courtecuisse, La manufacture de draps fins Van Robais aux XVIIe et XVIIIe siècles, Picard, Paris (...)
  • 46 Arch. dép., Somme, Industrie, C. 154, 1716-1725, lettre de Josse Van Robais, 3 septembre 1716.
  • 47 P. Deyon, Amiens, capitale provinciale…, op. cit., p. 220-224.
  • 48 - Arch. com., Amiens, Commerce et industrie, HH 215, 1727-1733, requête des ouvriers saiteurs pour (...)

15Dans son activité manufacturière au XVIIIe siècle, la capitale picarde, n’est pas secouée de troubles sociaux aussi spectaculaires que Lyon en 1744 et 1786, Sedan en 1748-1750 ou même Abbeville en 171644. Dans cette dernière ville, les tisserands de la manufacture Van Robais qui s’étaient déjà agités en 1713 menèrent, d’ailleurs sans succès, une longue grève de défense du droit au travail, depuis les débuts d’avril jusqu’à la fin d’août. Ils reprochaient, en effet, à leur employeur de ne les utiliser que par intervalles, tout en leur interdisant de s’occuper ailleurs. Ils subissaient ainsi une double menace sur leur emploi et sur leur niveau de rémunération. Ils enviaient le sort des compatriotes de l’entrepreneur, favorisés par les chefs d’atelier, presque tous hollandais. Ils contestaient la discipline, probablement renforcée depuis le regroupement récent de tous les métiers dans les nouveaux bâtiments de l’entreprise et rigoureusement imposée par les contremaîtres, notamment les sanctions pour malfaçon. Ils prétendaient lier le maintien du privilège de la manufacture à l’obligation de leur assurer un emploi permanent par l’installation de cent métiers. Loin d’être reconnu, le droit au travail auquel ils aspiraient fut contesté par le subdélégué et l’intendant comme par les délégués du Conseil de commerce, venus pour tenter de régler le conflit. Les tisseurs savaient désormais que la manufacture, selon les termes du subdélégué, « n’était point faite pour eux, mais qu’ils étaient faits pour la manufacture »45. La seule concession de l’entrepreneur, lors de la reprise, fut de limiter la production de chaque métier pour partager davantage l’activité46. Amiens connut cependant quelques troubles provoqués notamment par les compagnons saiteurs et hautelisseurs de 1695 à 1730, principalement pour des questions de salaires47. Lors du conflit de 1727, le plus grave, les ouvriers saiteurs firent valoir que l’augmentation de rémunération réclamée n’était pour une part qu’une compensation au chômage qui leur avait été imposé. Confusément, ils demandaient réparation de la négation de leur droit à l’emploi : « Ils ont eu le malheur que depuis deux à trois ans que les métiers de saiterie sont tombés, fautte de travaille, les maîtres les ont mis à la porte de manière qu’ils ont été obligés de mandier leur pain »48.

  • 49 Arch. com., Amiens, FF 1115, Sentences et pièces annexes, 1767-1776, requête des maîtres houppiers (...)
  • 50 Arch. com., Amiens, Commerce et industrie, HH 238, 1770-1772, dénombrement des fabricants, 28 avril (...)
  • 51 Arch. dép., Somme, C. 245, Industrie, 1758-1768.
  • 52 E. Coornaert voit dans cet arrêt un des éléments du démantèlement du système corporatif avant même (...)
  • 53 Arch. dép., Somme, C. 233, Industrie 1754-1765, états de la manufacture d’Amiens par l’inspecteur I (...)

16Dans la seconde moitié du siècle, la défense du droit au travail mobilisa les houppiers, les saiteurs et les hautelisseurs, devant la menace d’un transfert de l’activité dans l’espace rural au détriment de la ville. Les houppiers furent les premiers à subir directement les effets de la concurrence des campagnes. Alors qu’ils comptaient encore 77 maîtres pour 623 compagnons en 1723, ils n’étaient plus respectivement que 7 pour 30 en 176949. Les entrepreneurs mettaient en cause les salaires trop élevés imposés autrefois par la confrérie de leurs ouvriers pour expliquer leur déclin devant la concurrence des ateliers ruraux. Cet exemple donnait de l’inquiétude à la plupart des saiteurs et hautelisseurs, car les petits ateliers demeuraient nombreux. En 1772, ceux qui faisaient battre plus de 10 métiers, n’étaient encore que 10 % de l’ensemble des maîtres, même s’ils détenaient alors 40 % de l’outillage50. Dès 1758, les tisserands avaient été troublés par les projets qui visaient à autoriser la fabrication à la campagne des étoffes jusqu’alors produites dans la ville. Ils avaient protesté contre les autorisations d’installer des métiers accordées alors par l’intendant à un marchand dans un village distant de moins d’une lieue de la ville et aux habitants des faubourgs là où ils résidaient. Ils avaient engagé des recours juridiques devant le Parlement dont certaines décisions favorables furent cassées par le Conseil du Roi51. En septembre 1762, la publication de l’arrêt du Conseil relatif à l’autorisation de fabriquer dans les campagnes les mêmes étoffes que dans les villes avait vivement intéressé les fabricants amiénois les plus dynamiques52. Il leur permettait en effet d’échapper aux tracasseries réglementaires, d’installer des métiers notamment chez ceux de leurs ouvriers qui, chaque jour ou chaque semaine, venaient de la campagne et de réduire le prix des façons. Le nombre des métiers établis autour de la capitale picarde grossit rapidement et passa de 400, dès la fin de 1762, à 800 en 176353.

  • 54 Arch. dép., Somme, C. 245, Industrie, 1758-1768, arrêts du Parlement de Paris, 11 janvier et 28 nov (...)
  • 55 Idem, ibidem, lettre de l’intendant à M. Trudaine de Montigny, en réponse à un mémoire envoyé par d (...)
  • 56 Arch. dép., Somme, C. 245, Industrie, 1758-1768, arrêt du Conseil d’État du Roi, 1er juillet 1766.
  • 57 Idem, ibidem, requête de certains fabricants et d’anciens gardes jurés à M. de L’Averdy, 30 novembr (...)
  • 58 Arch. dép., Somme, C. 273, Industrie, 1763-1764, lettre du président et syndic de la Chambre de com (...)
  • 59 Arch. dép., Somme, C. 372, Industrie, 1784-1785, mémoire de tournée de l’inspecteur des manufacture (...)
  • 60 Arch. dép., Somme, C. 275, Industrie, 1763-1764, mémoire des maire et échevins d’Abbeville au Roi, (...)
  • 61 Arch. dép., Somme, C. 2714, Chambre de commerce, Industrie, 1761-1774, requête de la communauté des (...)
  • 62 Arch. dép., Somme, C. 272, Industrie, 1766-1767, mémoire des sergers-baracaniers, v. 1737.

17En revanche, la décision royale provoqua aussi durant plusieurs années des manifestations et des troubles liés à la résistance acharnée d’une partie des saiteurs et de leurs ouvriers. Ils trouvaient sur place l’appui des officiers du Bailliage, des membres de la Chambre de commerce et de l’Échevinage et, à Paris, le soutien du Parlement. En 1764, celui-ci ordonna le respect des statuts de 1666, le retour dans la ville des métiers installés dans les villages et l’élection de 16 nouveaux gardes-jurés54. Ces derniers, se fondant sur la décision prise, accompagnés parfois d’huissiers, de sergents ou de cavaliers de la Maréchaussée requis par eux, organisèrent des expéditions contre les ateliers des faubourgs et de la banlieue dont ils confisquaient les étoffes et brisaient l’équipement. Ils faisaient patrouiller dans les rues ou aux portes de la ville des escouades de saiteurs qui assaillaient les paysans venus rapporter leurs étoffes ou se procurer du fil et de l’outillage. Ils multipliaient les visites et exerçaient les contrôles les plus rigoureux dans les ateliers urbains des maîtres qui avaient aussi des métiers installés à la campagne. La vindicte populaire était entretenue par des requêtes, des attroupements, des manifestations où l’on brûla même un mannequin rempli de paille, figurant un campagnard. Un mémoire signé par de nombreux tisserands et envoyé à Jean-Charles Trudaine en 1765 dénonçait « ceux qui veulent donner à travailler à la campagne, au préjudice des statuts qui le défendent et des suppliants qui ont une espèce de droit sur ce travail. Ces derniers courent avec fureur... s’opposer à l’enlèvement du pain de leurs enfants »55. On pouvait soutenir comme le faisait l’intendant que le texte ne reflétait pas la pensée réelle des opposants. Ceux-ci s’identifiaient cependant suffisamment à ces propos pour soutenir par centaines ceux qui les avaient formulés. Après avoir longuement hésité, le Conseil du Roi, par deux arrêts, cassa en 1766 les décisions de l’échevinage comme du Bailliage et châtia durement les gardes-jurés, tenus pour responsables des troubles, en les condamnant à de lourdes amendes en dommages et intérêts envers les habitants de la campagne victimes de leurs exactions56. Cependant de nombreux maîtres, cédant aux contraintes, avaient ramené dans la ville leurs métiers, parfois encore garnis de leurs chaînes ou de la pièce inachevée57. D’autres dont Alexandre Laurent, l’un des premiers fabricants amiénois, avaient préféré partir s’établir en Prusse pour y développer les mêmes productions et ce comportement avait encore amplifié les craintes d’un affaiblissement du potentiel manufacturier de la ville58. Un moment efficaces, les violences des saiteurs ne réussirent pas cependant à enrayer le mouvement qui s’était amorcé. Vers 1785, si 4 700 métiers battaient dans la ville, 2 300 étaient établis dans les campagnes voisines59. À Abbeville aussi, l’édit de 1762 sema bien des inquiétudes. Les autorités municipales s’élevèrent contre une application si contraire aux privilèges de la cité60. Les sergers-baracaniers manifestèrent également leur opposition. Ils protestèrent contre une atteinte à un monopole déjà entamé, depuis 1741, par l’autorisation accordée aux compagnons urbains ou ruraux de travailler chez eux, sous la réserve bien théorique de le faire pour le compte d’un maître61. En 1767, ils réclamèrent même un arrêt interdisant aux maîtres de la communauté de donner du travail à façon dans les villages voisins62.

  • 63 Arch. dép., Somme, C. 2715, Industrie, 1774-790, évolution du nombre des métiers battants, 1753-179 (...)
  • 64 Négociants et fabricants incriminaient les effets négatifs du traité de commerce conclu en 1786 ave (...)
  • 65 Arch. com., Amiens, Capitation, CC 1329, 1788-1789, requête à l’intendant de Firmin-Victor Forbras (...)
  • 66 Arch. com., Amiens, Registres de correspondance, AA 31, f 77 v°, lettre des échevins à l’intendant (...)
  • 67 Arch. com., Amiens, GG 1097, Mendicité, 1784-1789, rapport de Glène, inspecteur de police à Amiens, (...)

18La crise de 1788-1789 fut particulièrement marquée à Amiens, car à la cherté des grains s’ajouta un redoutable effondrement de la production textile. De 1786 à 1789, le nombre des métiers battants recula de 51 %, passant de 4640 à 224163. En janvier 1789, les fabricants n’imputaient que partiellement la paralysie des ateliers aux rigueurs de l’hiver. Ils indiquaient aussi qu’ils n’avaient pas d’ouvrage à donner à leurs ouvriers tant la fabrique était déchue depuis le traité de commerce avec l’Angleterre en 178664. Plusieurs d’entre eux avaient même subi un déclassement lorsque le ralentissement des affaires les avait réduits de l’état de fabricant à celui de simple ouvrier65. Le chômage avait touché quelques centaines de personnes durant les hivers 1786-1787 et 1787-1788. L’année suivante, il prit des proportions beaucoup plus inquiétantes. En décembre 1788, certains saiteurs avaient cessé leur activité depuis trois ou quatre semaines, d’autres depuis plusieurs mois. La fermeture progressive des ateliers avait grossi rapidement le nombre des sans-travail. Beaucoup souffraient de voir rendue inutile une qualification professionnelle acquise par l’apprentissage et confortée par des années de pratique. La crise sociale était profonde et l’on dénombrait 11 500 pauvres dans la cité66. Dans les quartiers populaires, des groupes se formaient, exigeant l’aumône des passants ou des voyageurs. Ils refusaient surtout d’obtempérer aux injonctions de dispersion des commissaires de quartier et réclamaient avec vigueur un emploi67.

  • 68 Documents pour servir..., op. cit., tome II, p. 85, séance du 8 janvier 1789 évoquant l’incident.
  • 69 Arch. com., Amiens, DD 145, Routes, Travaux de charité, 1789, tableau extrait de l’état général nom (...)
  • 70 Arch. com., Amiens, Registres de correspondance, AA 31, 1786-1789, lettre des échevins à Necker, f° (...)
  • 71 Documents pour servir..., op. cit., tome II, p. 260-261, rapport à l’assemblée de la commune, 23 ju (...)
  • 72 Arch. com, Amiens, Documents pour servir..., op. cit., tome II, p. 505-506, délibérations des offic (...)
  • 73 Arch. com., Amiens, Délibérations, BB 48,1587-1588, f" 48, 24 mars 1587 : « A esté proposé, comme a (...)
  • 74 Arch. com., Amiens, DD 139, Routes, Travaux de charité, 1788-1789, lettres et mémoires de J. Sellie (...)

19L’Échevinage ne pouvait ignorer cette revendication portée par la rumeur. Il décida en conséquence d’organiser, à partir du 10 décembre 1788, des ateliers de charité de grande ampleur, consacrés à l’entretien des chemins vicinaux de la proche banlieue ou la rupture des glaces bloquant les moulins. Sa marge de manoeuvre dans la gestion des admissions demeurait fort étroite. À la fin du mois de décembre, une manifestation de 500 saiteurs devant l’Hôtel de l’intendance n’avait-elle pas exigé au nom de tous les autres la poursuite des travaux68 ? Lors de l’ouverture, 800 personnes s’étaient présentées au lieu des 400 escomptées et les effectifs ne cessèrent de grandir pour atteindre presque 3 000 le 12 janvier69. Prolongés avec des groupes réduits jusqu’à la dernière semaine d’avril, les chantiers publics furent immédiatement réouverts à la suite des troubles frumentaires du 29 de ce mois. Ils étaient cette fois accessibles aux femmes, les principales instigatrices de l’émeute, elles aussi frappées par le déclin des travaux de la manufacture auxquels elles étaient largement associées. Seule cette mesure assurant le droit à l’emploi du grand nombre avait été susceptible de calmer l’émeute, à la différence des mesures classiques d’assistance telles que les distributions de pain ou de cartes de réduction sur son coût, restées cette fois inopérantes70. Sans retrouver des niveaux aussi élevés qu’antérieurement, les chantiers publics comptèrent 2 400 individus en mai, 1 255 en juin, plus de 1 500 en juillet et on y maintint quelques centaines de personnes jusqu’à leur fermeture momentanée en novembre 178971. Alors, les chômeurs renvoyés se présentèrent aussitôt en grand nombre à l’Hôtel de ville pour exiger du travail ou du pain72. Comme deux siècles auparavant, les ateliers posèrent de graves problèmes de discipline73. Au dire de Jacques Sellier, architecte de la ville et directeur des travaux de charité durant l’hiver 1788-1789, les ouvriers manifestaient un état d’esprit particulièrement frondeur. Ils refusaient tantôt d’emmener ou de rendre les outils, tantôt de répondre aux appels ou menaçaient d’agresser les comptables lors du paiement. Ils pressentaient qu’on les maintenait sur des chantiers extérieurs moins pour la réalisation de travaux utiles que par crainte de leurs attroupements, émeutes et pillages. Il n’était pas aisé pour des tisserands de se transformer en terrassiers et ceux qui les conduisaient au travail ne pouvaient qu’enregistrer leur maladresse ou leur manque de force physique, mais aussi leur désespoir et leur colère74.

  • 75 Arch. com., Amiens, Commerce et industrie, HH 247, 1788-1789, requête du 8 juillet 1789. Sur ce typ (...)
  • 76 La fête des saiteurs se déroulait le second lundi de juillet, date fixée pour la célébration de Not (...)
  • 77 Documents pour servir..., op. cit., tome II, p. 153-154, délibérations de l’Échevinage, 8 mai 1789.
  • 78 Arch. com., Amiens, Ordonnances de Police, FF 1289, 1765-1789, défense d’arrêter les gens de campag (...)
  • 79 Documents pour servir..., op. cit., p. 353, délibérations de l’Échevinage, 25 août 1789, présentati (...)
  • 80 Arch. com., Amiens, Arch. de la Révolution, 4 F 31, émeute des ouvriers saiteurs, 27 août 1789.

20Dans leur affirmation du droit à l’emploi, les saiteurs tentèrent aussi de rétablir le monopole du travail dont ils avaient si longtemps bénéficié. En juillet 1789, ils avaient présenté à l’Échevinage une requête pour pouvoir procéder à des visites domiciliaires, en compagnie des sergents, chez quatorze particuliers, désignés nommément, qui « sans droit et sans qualité s’avisaient d’entreprendre sur leur profession ». Ils procéderaient alors aux confiscations des métiers, des matières premières et des étoffes75. Leur groupe social conservait une grande cohésion. Des troubles graves contraignant notamment les autorités urbaines à une taxation en baisse des prix céréaliers se déroulèrent les 13, 14 et 15 juillet, au temps de la fête annuelle des saiteurs76. Retrouvant les gestes de leur contestation des années 1764-1766, depuis les débuts de la crise, ils n’avaient cessé de pourchasser, d’agresser, voire même d’arrêter, les tisserands du dehors venus chercher des chaînes et du fil ou rapporter les étoffes produites77. Comme alors, il fallut publier une ordonnance de police défendant de menacer et d’inquiéter les ouvriers des campagnes78. Ces actions violentes n’avaient pas seulement pour cible les tisserands ruraux, mais visaient aussi à décourager les fabricants de recourir à leurs services. En août, ces derniers s’inclinèrent, ils s’engagèrent à ne plus donner d’ouvrage dans les villages et à réserver exclusivement les travaux de tissage aux ouvriers urbains79. L’Échevinage feignit de croire qu’ils n’agissaient ainsi que par zèle patriotique pour mieux venir en aide à ceux qui habitaient la ville. Il prit soin cependant d’arrêter des mesures assurant aux ruraux l’approvisionnement nécessaire à l’achèvement des pièces commencées et une livraison sans trouble. Les saiteurs voulaient encore obtenir davantage. Deux jours plus tard, rassemblés au son du tambour, ils se massèrent sur la place de l’Hôtel de ville pour signer une pétition exigeant des échevins un règlement prohibitif contre les ouvriers de l’extérieur. Il fallut les faire disperser par la cavalerie80.

***

  • 81 Documents pour servir..., op. cit., tome II, mémoire sur la situation des objets, affaires et finan (...)

21Le droit à l’emploi des ouvriers amiénois du textile, conçu par eux dans les limites étroites de leur ville, avait été progressivement menacé, puis laminé par la concentration des métiers urbains et ruraux dans les mains d’un certain nombre de fabricants, la déréglementation de leurs métiers et la délocalisation grandissante vers les campagnes. Dans leur défense, saiteurs et hautelisseurs conservaient, à la fin de l’Ancien Régime, les réflexes et les comportements qui, à travers le temps, avaient toujours été ceux de leur profession. Ils les reprenaient d’autant plus vigoureusement qu’ils constataient l’effondrement de leur activité à l’intérieur de la cité, tout en continuant d’espérer le retour d’un passé révolu. La nouvelle municipalité elle-même ne paraissait plus comprendre le sens de leurs combats. Dans un mémoire sur la situation des affaires municipales à Amiens, rédigé en 1790 par le secrétaire général de l’Hôtel de ville, figurait un vigoureux plaidoyer pour le développement des industries rurales que, depuis le milieu du siècle, l’on tentait de parer de toutes les vertus81.

Notes

1 R. Castel, métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard, 1995, 490 p., p. 270, 393 et 394.

2 E. Maugis, « La saieterie à Amiens, 1480-1587 », Vierteljahrschrift für Sozial und Wirstschaftsgeschichte, Stuttgart, 1907, p. 1-114, p. 16-18.

3 P. Deyon, Amiens, capitale provinciale, étude sur la société urbaine au XVIIe siècle, Mouton, Paris-La Haye, 1967, 606 p., p. 206. Aumale, ar. Dieppe, Seine-Maritime.

4 Idem, ibidem, p. 183.

5 Grandvilliers, ar. Beauvais, Oise ; Crèvecoeur, idem.

6 Arch. com, Amiens, FF 965, Registre aux causes des manufactures, 1711-1718, f° 4 v°, 27 mai 1711.

7 On peut en relever de multiples exemples à travers les registres de la justice échevinale qui détenait la police des manufactures (Arch. com., Amiens, FF 703 à 965, Registres aux causes, 1522-1775). À ce sujet, voir aussi S. L. Kaplan, « Réflexions sur la police du monde du travail, 1700-1717 », Revue historique, janvier-mars 1979, p. 17-77, p. 35-36, la cabale pour l’emploi.

8 Arch. com., Amiens, FF 832, Registre aux causes, 1595, f° 116 v°, plainte des égards tanneurs contre un boucher s’adonnant au commerce des peaux, 2 juillet 1595.

9 Arch. com., Amiens, FF 1091, Sentences et pièces annexes, 1612-1614, sentence échevinale contre « certains manouvriers et gaigne-deniers, leurs monopoles et assemblées » 1er avril 1613.

10 Arch. com., Amiens, FF 1114, Sentences et pièces annexes, 1741-1766, requête du 11 août 1759.

11 E. Maugis, « La saieterie à Amiens », loc. cit., p. 2 et 78. Les hautelisseurs avaient reçu des statuts en 1492 et 1544, mais leur communauté était tombée en désuétude.

12 Arch. com., Amiens, FF 964, Registre aux causes des manufactures, 1688-1709, P 234, 23 septembre 1700.

13 Bibl. nationale, mss., Fonds français, ms. 8037, fos 266-273, Rapport sur l’état des manufactures dans le département d’Amiens, adressé en 1708 par l’inspecteur des manufactures, Paul Plessart, au contrôleur général des Finances, Nicolas Desmarets, f°266.

14 Arch. com., Amiens, Commerce et manufactures, HH 208,1714-1715, arrêt du Conseil d’État du Roi, 9 février 1711, maintenant la répartition des houppiers, saiteurs et hautelisseurs en trois communautés distinctes.

15 Arch. dép., Somme, C. 188, Industrie (1737-1738), correspondance entre le contrôleur général et l’intendant sur une requête présentée au Conseil par la communauté des hautelisseurs, juillet 1737 et juin 1738.

16 Arch. dép., Somme, C. 2228, Inspection des manufactures, registre destiné à l’enregistrement des édits, 1670-1687, fos 2 à 9, statuts et règlements des manufactures de la ville d’Abbeville, 30 octobre 1670.

17 Arch. dép., Somme, C. 2228, f° 9, Arrêt du Conseil d’État du Roi, 5 juin 1703.

18 Arch. nat., Correspondance du Contrôle général, G7 89, 1706-1708, lettres du subdélégué d’Abbeville et de l’intendant L. de Bernage, retraçant les étapes successives du différend, septembre 1708. Sur ce problème, voir aussi quelques pièces aux archives communales d’Amiens (HH 310).

19 Arch. com, Amiens, FF 1119, Informations, procès-verbaux, 1554-1669, sentence du 16 janvier 1601.

20 Arch. com., Amiens, FF 923, Registre de la police, 1663-1664, F 35 v°, plainte des égards saiteurs, 10 décembre 1663.

21 Arch. com., Amiens, Communautés d’arts et métiers, HH 311, Saiteurs, administration générale, 1539-1734, remontrances des gardes de la communauté à l’Échevinage, 17 décembre 1649.

22 Arch. com., Amiens, FF 1101, Sentences et pièces annexes, 1650-1652, sentence du 2 octobre 1650.

23 L’estille ou étille est le terme picard désignant le métier à tisser.

24 E. Maugis, « La saieterie à Amiens... », loc. cit., p. 65-66.

25 Arch. com., Amiens, Commerce et industrie, HH 207, 1708-1714, et HH 208, 1714-1715, ordonnance de J. Bignon, 11 mai 1708, renouvelée le 5 avril 1711 par L. de Bernage, et mémoire retraçant l’historique du problème.

26 Arch. com., Amiens, FF 965, Registre aux causes des manufactures, 1711-1718, fos 4 v°-10 v°, sentences de condamnation de 2 hautelisseurs et de 6 saiteurs, mai-août 1711. Sur ce genre de conflits, cf. J. Nicolas, Rébellion française, Mouvements populaires et conscience sociale (1661-1789), Le Seuil, Paris, 2002, 511 p., p. 324-332.

27 Arch. com., Amiens, Informations, procès-verbaux, FF 1131, 1711-1717, procès-verbal, 26 mai 1711 et enquête sur l’affaire.

28 Arch. com., Amiens, Commerce et industrie, HH 206, 1700-1709, HH 207, 1708-1714, requêtes des gardes, corps et communauté des hautelisseurs, 13 août 1707 et mai 1708.

29 Arch. com, Amiens, Commerce et industrie, HH 208, 1714-1715, requête des maîtres hautelisseurs, 1714.

30 Arch. com., Amiens, Commerce et industrie, idem, procès-verbaux des avis relatifs au nombre des estilles, 1714.

31 Arch. dép., Somme, C. 147, Industrie, 1714, mémoire de fabricants d’Amiens à l’intendant L. de Bernage, 3 mai 1714.

32 Arch. com., Amiens, Commerce et manufactures, HH 216, 1730-1731, pourvoi au Conseil du Roi de la communauté des hautelisseurs contre l’arrêt du Conseil d’État du Roi de mars 1717 « qui cause la ruine entière de toute la communauté ou de la plupart des maîtres qui la composent », 26 juin 1731.

33 Idem, ibidem, dénombrement des métiers des hautelisseurs, 6 octobre 1729.

34 A. Lottin, Vie et mentalité d’un Lillois sous Louis XIV, Lille, E. Raoust, 1968, 445 p., p. 90-94.

35 Arch. com., Amiens, Commerce et manufactures, Amiens, HH 237, 1768-1769, ordonnance des officiers municipaux interdisant de vendre des fils de laine ailleurs qu’au marché 23 janvier 1768.

36 Arch. com., Amiens, Délibérations, BB 30,1556-1557, f° 65, 25 avril 1557.

37 Arch. com., Amiens, Délibérations, BB 40, f° 155 v°, BB 48, 1587-1588, P 35, 18 mai 1587 et BB 51,1589-191, f° 41 v°, 5 février 1590.

38 Arch. com., Amiens, Délibérations, BB 41, 1573-1575, f° 90, 15 avril 1574 et Registre aux chartes, AA 15, 1332-1667, f° 45, lettres patentes d’Henri III, 24 février 1576.

39 Arch. com, Amiens, Délibérations, BB 37,1564-1568, P 89, 23 août 1565.

40 Arch. com., Amiens, idem, BB 51,1589-1591, f° 30 v°, 4 janvier 1590.

41 Arch. com., Amiens, idem, BB 41,1573-1575, P 104 v°, 1er juillet 1575.

42 L’époulman (ou épeulman), généralement un enfant, est l’ouvrier chargé de garnir de fil les petites bobines de la navette, appelées époulles (ou épeulles).

43 Arch. com, Amiens, FF 1119, Informations, Procès-verbaux, 1554-1669, procès-verbal “d’une mutinerie survenue parmi les ouvriers saiteurs et récit véritable de ce qui s’est passé dans la ville à l’établissement du sol pour livre sur les marchandises fabriquées à Amiens et depuis ledit établissement”. Sur l’ensemble de ces troubles qui se déroulent quelques mois avant la prise de Corbie (15 août 1636), cf. J. Gallet, « Recherches sur les mouvements populaires à Amiens en 1635 et 1636 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome XIV, juillet-septembre 1987, p. 194-216.

44 M. Garden, Lyon et les lyonnais au XVIIIe siècle, Les Belles Lettres, Paris, 1970, 772 p., p. 586-589 et 590-591 ; G. Gayot, US draps de Sedan, 1646-1670, EHESS., Paris, 1998, 579 p., p. 229-262.

45 M. Courtecuisse, La manufacture de draps fins Van Robais aux XVIIe et XVIIIe siècles, Picard, Paris, 1920, 148 p., p. 111-126.

46 Arch. dép., Somme, Industrie, C. 154, 1716-1725, lettre de Josse Van Robais, 3 septembre 1716.

47 P. Deyon, Amiens, capitale provinciale…, op. cit., p. 220-224.

48 - Arch. com., Amiens, Commerce et industrie, HH 215, 1727-1733, requête des ouvriers saiteurs pour l’augmentation de leurs salaires, 14 juin 1727.

49 Arch. com., Amiens, FF 1115, Sentences et pièces annexes, 1767-1776, requête des maîtres houppiers aux échevins, 2 mai 1769. Pour la statistique des houppiers en 1723, cf. P. Deyon, Amiens, capitale provinciale..., op. cit., p. 193.

50 Arch. com., Amiens, Commerce et industrie, HH 238, 1770-1772, dénombrement des fabricants, 28 avril 1772.

51 Arch. dép., Somme, C. 245, Industrie, 1758-1768.

52 E. Coornaert voit dans cet arrêt un des éléments du démantèlement du système corporatif avant même l’action engagée par Turgot en 1776 (Les corporations en France avant 1789, Gallimard, Paris, 1941, 306 p., p. 174-175).

53 Arch. dép., Somme, C. 233, Industrie 1754-1765, états de la manufacture d’Amiens par l’inspecteur Imbert de Saint-Paul, 1763 et 1764.

54 Arch. dép., Somme, C. 245, Industrie, 1758-1768, arrêts du Parlement de Paris, 11 janvier et 28 novembre 1764.

55 Idem, ibidem, lettre de l’intendant à M. Trudaine de Montigny, en réponse à un mémoire envoyé par de nombreux ouvriers d’Amiens, 8 novembre 1765 et extraits de ce document.

56 Arch. dép., Somme, C. 245, Industrie, 1758-1768, arrêt du Conseil d’État du Roi, 1er juillet 1766.

57 Idem, ibidem, requête de certains fabricants et d’anciens gardes jurés à M. de L’Averdy, 30 novembre 1764.

58 Arch. dép., Somme, C. 273, Industrie, 1763-1764, lettre du président et syndic de la Chambre de commerce à l’intendant avec la réponse de celui-ci, Amiens, 28 et 29 novembre 1763.

59 Arch. dép., Somme, C. 372, Industrie, 1784-1785, mémoire de tournée de l’inspecteur des manufactures Louis Villard dans le département de Picardie, juin-juillet 1785. À Lille, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, le recul de la sayetterie se précipita plus rapidement encore qu’à Amiens (cf. P. Gulgnet, Le pouvoir dans la ville au XVIIIe siècle, EHESS., Paris, 1990, 591 p, p. 409-411).

60 Arch. dép., Somme, C. 275, Industrie, 1763-1764, mémoire des maire et échevins d’Abbeville au Roi, 1763.

61 Arch. dép., Somme, C. 2714, Chambre de commerce, Industrie, 1761-1774, requête de la communauté des sergers-baracaniers d’Abbeville au Conseil du Roi, 1762 et C. 275, Industrie, mémoire des mêmes à l’intendant, 5 mars 1764.

62 Arch. dép., Somme, C. 272, Industrie, 1766-1767, mémoire des sergers-baracaniers, v. 1737.

63 Arch. dép., Somme, C. 2715, Industrie, 1774-790, évolution du nombre des métiers battants, 1753-1790. P. Deyon, « Le mouvement de la production textile à Amiens au XVIIIe siècle », Revue du Nord, no 174, avril-juin 1962, p. 201-212, p. 206.

64 Négociants et fabricants incriminaient les effets négatifs du traité de commerce conclu en 1786 avec l’Angleterre. Dans un mémoire sur la situation de l’administration municipale d’Amiens, rédigé en 1790, on peut lire : « Le principal débouché de nos manufactures était l’Espagne... (Les Anglais) y ont déjà porté une atteinte funeste par le traité de commerce conclu entre eux et la France et par l’importation considérable de leurs fabriques qui anéantissent les nôtres. » (Documents pour servir à l’histoire de la Révolution à Amiens, Registres de délibérations de l’administration municipale, 1789-1794, Paris, Picard, 1894-1910, 7 vol. , tome II, 584 p., p. 36). À ce sujet, on peut trouver plusieurs mémoires aux archives départementales de la Somme, à la cote C. 2066, Assemblée provinciale, Bien public, 1787-1788.

65 Arch. com., Amiens, Capitation, CC 1329, 1788-1789, requête à l’intendant de Firmin-Victor Forbras pour une diminution de sa capitation attendu que « depuis le mois de novembre dernier, il n’exerce plus que la profession d’ouvrier saiteur, aiant été forcé de quitter celle de fabricant ». Autres requêtes du même ordre, les 29 juillet et 2 août 1788, en CC 1328 1787-1789.

66 Arch. com., Amiens, Registres de correspondance, AA 31, f 77 v°, lettre des échevins à l’intendant d’Agay, 10 juin 1789.

67 Arch. com., Amiens, GG 1097, Mendicité, 1784-1789, rapport de Glène, inspecteur de police à Amiens, probablement en 1789.

68 Documents pour servir..., op. cit., tome II, p. 85, séance du 8 janvier 1789 évoquant l’incident.

69 Arch. com., Amiens, DD 145, Routes, Travaux de charité, 1789, tableau extrait de l’état général nominatif des ouvriers admis aux travaux de charité, 5 février 1789.

70 Arch. com., Amiens, Registres de correspondance, AA 31, 1786-1789, lettre des échevins à Necker, f° 163 v°, 7 mai 1789.

71 Documents pour servir..., op. cit., tome II, p. 260-261, rapport à l’assemblée de la commune, 23 juillet 1789 et Arch. com., Amiens, DD 146 et 147, Routes, Travaux de charité, états des ouvriers admis aux travaux de charité, 1789.

72 Arch. com, Amiens, Documents pour servir..., op. cit., tome II, p. 505-506, délibérations des officiers municipaux et conseil de ville réunis, 10 novembre 1789.

73 Arch. com., Amiens, Délibérations, BB 48,1587-1588, f" 48, 24 mars 1587 : « A esté proposé, comme autreffois, qu’il y a ung fort grand désordre aux atteliers des fortifications pour le grand nombre de gens qu’il y a qui commettent infiniz abus et malversations. »

74 Arch. com., Amiens, DD 139, Routes, Travaux de charité, 1788-1789, lettres et mémoires de J. Sellier, sur les travaux de charité, 15 et 31 décembre 1788, 1er, 4 et 9 janvier 1789.

75 Arch. com., Amiens, Commerce et industrie, HH 247, 1788-1789, requête du 8 juillet 1789. Sur ce type de réactions à l’égard des “sans-qualité”, cf. S. L. Kaplan, La fin des corporations, Fayard, Paris, 2001, 740 p., p. 350-351.

76 La fête des saiteurs se déroulait le second lundi de juillet, date fixée pour la célébration de Notre-Dame de Bon secours, patronne de leur confrérie, en l’église Saint-Firmin-en-Castillon. Elle se prolongeait habituellement durant plusieurs jours.

77 Documents pour servir..., op. cit., tome II, p. 153-154, délibérations de l’Échevinage, 8 mai 1789.

78 Arch. com., Amiens, Ordonnances de Police, FF 1289, 1765-1789, défense d’arrêter les gens de campagne qui viennent apporter dans la ville les étoffes qu’ils ont fabriquées, 8 octobre 1765. Pour 1789, cf. délibérations ci-dessus.

79 Documents pour servir..., op. cit., p. 353, délibérations de l’Échevinage, 25 août 1789, présentation d’une résolution des fabricants.

80 Arch. com., Amiens, Arch. de la Révolution, 4 F 31, émeute des ouvriers saiteurs, 27 août 1789.

81 Documents pour servir..., op. cit., tome II, mémoire sur la situation des objets, affaires et finances dressé en 1790, p. 1-77, p. 34-35.

Auteur

Université de Lille 3 - CEKSATÈS

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540