Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume I

 | 
Philippe Guignet

Les autorités politiques et le peuple

Les gens du livre à Lyon au xviiie siècle : Quand de « loyaux sujets » sont aussi des « maronneurs »

Dominique Varry

Texte intégral

  • 1 A.-F. Momoro, Traité élémentaire de l’imprimerie, ou Le Manuel de l’imprimeur... par Ant.-Franç. Mo (...)

1Le titre de cette communication nécessite quelques éclaircissements préalables. Les imprimeurs-libraires lyonnais du XVIIIe siècle, leurs compagnons et apprentis, furent dans leur immense majorité de loyaux sujets du Très Chrétien. Pourtant, la plupart d’entre eux se lancèrent, parallèlement à leur production officielle et avouée, dans l’impression et la vente du « livre maron », se faisant ainsi « maronneurs ». Avant d’évoquer cette face cachée de leur activité, il convient de rappeler les définitions de ces termes, telles que les donnait en 1793 le Traité élémentaire de l’imprimerie... de Momoro1 :

« Maron (terme de l’Ancien Régime). Un maron étoit un ouvrage fait en cachette et sans permission. Les libelles, les ouvrages contre l’état, les mœurs, la religion, les ministres, le roi, les magistrats etc. étoient des marons. Ceux qui les composoient, les imprimoient et les vendoient, encouroient des peines corporelles. Les marons ne se faisoient pas toujours dans les imprimeries clandestines ; on en faisoit dans les imprimeries autorisées [...]
Maronner. Action de faire des marons, des libelles ou des livres défendus, etc. Maronneurs. Nom qu’on donnoit aux ouvriers imprimeurs, vendeurs et colporteurs de marons. »

  • 2 Le Dictionnaire biographique des Cens du livre du Nord de la France, rédigé par F. Barbier, est sou (...)

2La constatation de cette réalité résulte de l’enquête prosopographique « Gens du livre au XVIIIe siècle » lancée en 1992 par l’Institut d’histoire moderne et contemporaine du CNRS, et menée actuellement pour le Nord de la France, Paris et Lyon2. Le volet lyonnais de cette investigation donnera lieu à la publication d’un dictionnaire biographique et à celle d’un ouvrage de synthèse sur la librairie lyonnaise des Lumières. Il a permis de recueillir des informations biographiques, plus ou moins complètes selon les cas, sur plus de 700 personnes ayant travaillé à Lyon intra-muros, entre 1700 et 1800, à l’impression et à la diffusion du livre licite et illicite. Il ne se limite pas aux seuls imprimeurs-libraires de la place, mais prend en compte les compagnons, apprentis, colporteurs, bouquinistes, diffuseurs occasionnels ou non autorisés... qui ont pu être identifiés, ainsi que des métiers périphériques : papetiers, cartonniers, cartiers... En présentant ici quelques uns de ses résultats, nous évoquerons successivement l’existence de deux géographies du livre superposées et intriquées dans la ville, celle d’un groupe professionnel recouvrant des réalités socio-économiques très diverses, enfin la généralisation du livre « maron » à travers deux réalités : la contrefaçon et le livre prohibé. C’est la raison pour laquelle l’enquête se poursuit aujourd’hui par le recours aux techniques de la bibliographie matérielle, afin d’identifier une part sans nul doute infime de cette production imprimée lyonnaise sous adresses fictives.

LES ESPACES DU LIVRE

  • 3 Nous avons déjà évoqué cette géographie dans deux contributions auxquelles nous renvoyons le lecteu (...)

3Depuis l’introduction de l’imprimerie à Lyon en 1473, cet art a été majoritairement exercé dans un quartier bien précis : celui de la presqu’île entre Rhône et Saône, dans la paroisse Saint-Nizier, rue Mercière et dans les rues adjacentes3. Au XVIIIe siècle, les ateliers avaient depuis longtemps déserté le quartier Saint-Jean, où quelques uns fonctionnèrent aux XVe et XVIe siècles. Certaines boutiques de libraires s’étaient implantées, aux marges du quartier traditionnel, autour de la place Bellecour. Néanmoins, l’essentiel de l’activité d’imprimerie et de librairie demeurait confiné dans quelques rues, dans un triangle dont les trois sommets seraient les couvents des Jacobins au sud, des Cordeliers à l’est et des Terreaux au nord. Il s’agit là de la géographie la plus visible du monde du livre lyonnais de l’époque. Celle des boutiques de librairie ouvertes en rez-de-chaussée et des ateliers d’imprimerie installés dans les étages, parfois jusqu’au cinquième ou sixième étage d’immeubles étroits. Il est même arrivé qu’une de ces maisons abritât deux imprimeries distinctes, à deux étages différents. L’un des principaux handicaps rencontrés par les imprimeurs-libraires fut toujours celui du manque de place. Leur activité nécessitait beaucoup d’espace : boutique, atelier, tremperie, séchoirs, magasins pour le papier blanc et pour les ouvrages imprimés... Cette réalité explique que nombre d’entreprises étaient installées sur plusieurs lieux, la boutique dans une rue, l’imprimerie dans une autre, le domicile ailleurs encore. Elle explique aussi les multiples déménagements au cours d’une carrière. Elle explique enfin le recours aux magasins secrets dans les couvents, un état de fait dont nous aurons l’occasion de reparler.

4Les mêmes immeubles abritaient aussi les boutiques de métiers voisins (papetiers, cartonniers...) ou d’autres arts. Les « ouvroirs » des relieurs, pour leur part, étaient installés dans les étages. Ceux-ci travaillaient « en chambre », souvent une pièce multi-usages de leur petit logement. Enfin, toute une population de maîtres, de compagnons, d’apprentis mais aussi de voisins exerçant d’autres activités professionnelles peuplait ce quartier de la rue Mercière, et se retrouvait pour prier à l’église paroissiale Saint-Nizier.

5Cette géographie bien visible en cachait une autre beaucoup plus secrète, qui s’intriquait dans la première, avant de s’élargir aux faubourgs, puis au-delà : celle du livre contrefait ou interdit. Les hasards des enquêtes policières et des dossiers d’archives nous permettent d’entrevoir, tout d’abord au cœur même du quartier des imprimeurs-libraires, l’existence de travailleurs au noir exerçant plus ou moins régulièrement pour des imprimeurs-libraires peu respectueux des règlements. Ils nous font même pénétrer au cœur d’un atelier secret, une pièce de l’imprimerie d’André Degoin, poursuivi en 1734 pour production d’ouvrages protestants. Dans cette pièce fermée, un compagnon solitaire œuvrait à une besogne dont ses autres collègues de l’imprimerie dirent tout ignorer ! Les couvents des Jacobins et des Cordeliers, quant à eux, offraient à la location des magasins et entrepôts bien pratiques pour stocker des livres imprimés, dont certains illicites. De multiples perquisitions y furent menées à la fin du XVIIe siècle et au siècle suivant... avec des succès divers. La visite traînait en longueur, certains paquets saisis se « perdaient » avant la fin des opérations... tandis que dans d’autres parties du couvent, compagnons et religieux déménageaient discrètement des ballots compromettants. Une législation de la fin du XVIIe siècle, maintes fois réitérée au siècle suivant, interdit aux religieux de louer de tels magasins aux imprimeurs-libraires... en pure perte !

  • 4 D. Varry, « Women in the 18 th Century Lyons Booktrade », communication au congrès de la Society fo (...)

6Au-delà du quartier traditionnel du livre, les faubourgs de la ville abritaient des trafics en tous genres, dont ceux d’ouvrages prohibés auxquels il fallait absolument éviter le passage en douane et à la chambre syndicale... quand bien même celle-ci savait se montrer accommodante. Les ballots en provenance de Suisse (Genève et Neuchâtel) et destinés à Paris passaient par les faubourgs Saint-Clair, la Croix-Rousse ou Vaise. Ceux contenant des livres protestants destinés aux religionnaires du Midi passaient par La Guillotière. Les cabarets et auberges y servaient alors de lieux de transit et de déchargement, où les imprimeurs-libraires lyonnais pouvaient récupérer des ballots qui leur étaient destinés, avant de les faire entrer en ville en utilisant divers subterfuges. C’est ainsi qu’en novembre 1747, trois femmes, dont nous ne savons pour qui elles travaillaient, furent arrêtées sur le Pont de la Guillotière, au retour d’une visite à « La Table ronde », un estaminet du faubourg, transportant sous leurs robes des livres imprimés en Avignon4 qu’elles cherchaient à entrer en ville. Il est plus que certain que les mêmes cabarets abritaient aussi bien d’autres trafics illicites ! La voie d’eau était également mise à profit pour les liaisons avec Avignon, en utilisant Vienne et Givors comme points de déchargement. Plus loin, Pont-de-Beauvoisin constituait une plaque tournante des échanges prohibés avec la Suisse et l’Italie. Quant à la principauté des Dombes, elle fut, jusqu’à son rattachement à la France en 1763, un centre commode où certains Lyonnais allaient occasionnellement imprimer des ouvrages qu’ils n’auraient pu faire à Lyon sans risque. La procédure contre André Degoin, déjà nommé, montre ainsi qu’il était coutumier de séjours à Trévoux où il imprimait.

7Cette intrication de deux géographies complexes permet d’entrevoir la réalité de la double production imprimée lyonnaise, permise et prohibée. Les réalités socio-économiques complexes que nous allons maintenant évoquer constituent une autre explication du phénomène. L’encadrement contraignant des métiers, le monopole des privilèges et des nouveautés par les Parisiens, amenèrent peu ou prou la quasi totalité des Lyonnais à pratiquer la contrefaçon. Les plus fragiles d’entre eux n’eurent même d’autre ressource pour subsister que d’y ajouter le livre interdit.

DES RÉALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES CONTRASTÉES.

  • 5 L. Moulé, « Rapport de Cl. Bourgelat sur le commerce de la librairie et de l’imprimerie à Lyon en 1 (...)

8Dans le petit monde des gens du livre du quartier de la rue Mercière, les imprimeurs-libraires constituaient une aristocratie peu nombreuse, mais hiérarchisée. La législation royale, depuis le XVIIe siècle, avait réglementé le nombre de places autorisées. Ce n’est que vers 1760 qu’on atteignit les ratios souhaités en haut lieu depuis 1739 : douze imprimeries et vingt librairies, plus quelques « tolérés » en voie d’extinction. De plus en plus fermés, les métiers se transmettaient aux aînés au sein de véritables dynasties. Quant aux cadets, s’ils n’embrassaient pas une autre profession, ils étaient condamnés à servir de compagnons dans l’atelier familial. Mais le milieu des maîtres n’était pas homogène. Quelques grandes familles tenaient le haut du pavé : l’imprimeur Aimé Delaroche, actif de 1736 à 1793 et propriétaire du plus gros atelier de la ville (11 presses en 1763), Valfray titulaire pendant de longues années de la place convoitée d’imprimeur du roi (trois Pierre Valfray se succédèrent de 1688 à 1784), les imprimeurs-libraires des familles Duplain et Bruyset, et une nouvelle dynastie promise à un bel avenir, apparue à la fin du XVIIe siècle, celle des Périsse... Leurs autres collègues connaissaient des situations moins enviables et plus précaires, parfois à la limite de l’indigence. Le rapport rédigé en 1763 par l’inspecteur de la Librairie Claude Bourgelat5, qui constitue une belle photographie de la situation au milieu du siècle, en donne des exemples éclairants. De fait, la fin du XVIIe siècle et le début du XVIIIe furent l’occasion d’une recomposition des métiers, en particulier par l’introduction des règlements de 1687 et surtout de 1696, lequel reprenait l’essentiel des règlements parisiens de l’époque. Elle aboutit notamment à détacher les relieurs des libraires et contribue à une véritable prolétarisation de leur profession. Les relieurs se constituèrent en communauté en 1717. Tout en continuant à s’intituler « libraires-relieurs-doreurs de livres », en dépit de l’interdiction royale, ils furent tout au long du siècle en butte aux chicanes et vexations des imprimeurs-libraires.

  • 6 D. Varry, « Les ventes publiques de livres à Lyon aux XVIIe et XVIIIe siècles et leurs catalogues » (...)
  • 7 D. Bouge-Grandon, « La carrière d’un libraire étranger à Lyon, François de Los-Rios : 1727-1820 », (...)

9Notre enquête fait également apparaître des métiers périphériques. Ainsi en est-il de ces fondeurs de caractères, cartonniers, carriers et marchands-papetiers. On y retrouve des patronymes attestés tant chez les imprimeurs-libraires que chez les relieurs. Il y avait là vraisemblablement des solidarités familiales dont nous ne savons rien. Lyon développa aussi à partir des années 1740 un commerce d’antiquariat qui existait sans doute à l’état embryonnaire auparavant. C’est en effet à partir de 1740 que les libraires Pierre et Benoît Duplain développèrent, parallèlement à leur commerce de nouveautés, les ventes publiques6. Le relais fut pris, de 1770 à la Révolution, par un libraire marginal, peu considéré de ses collègues et qui pourtant nous apparaît aujourd’hui comme un professionnel de grande valeur, l’Anversois Jean-François de Los-Rios7.

  • 8 D. Varry, « Le compagnon et l’atelier artisanal : l’exemple de Lyon », dans les Actes du colloque i (...)
  • 9 N. Z. Davis, Les Cultures du peuple : savoirs, rituels et résistances au XVIe siècle, Paris, Aubier (...)
  • 10 Archives municipales de Lyon : FF 020, affaire de la confrérie, affiche judiciaire du 2 mai 1719.

10Les apprentis et compagnons sont pour nous très difficiles à repérer. Les premiers ne nous sont guère connus qu’au travers des quelques contrats d’apprentissage retrouvés dans les archives, à l’occasion de l’enquête de 1701, ou lors de procédures judiciaires dans lesquels ils purent avoir été appelés à témoigner. Ces deux dernières sources permettent également d’identifier certains compagnons. Nous les retrouvons le plus souvent dans les registres de catholicité, qualifiés d’« imprimeurs », mais il est alors impossible de connaître les ateliers où ils exerçaient. Ce petit monde comprenait, comme nous l’avons dit, les frères cadets de certains maîtres, mais aussi des gens venus de divers états, tant de la ville que de la campagne. Les uns étaient fixés plus ou moins durablement à Lyon, d’autres encore plus insaisissables étaient gyrovagues8. Cette population demeurait turbulente. Certes, le temps des « trics » et des grèves du XVIe siècle étudiées par Nathalie Zemon Davis9 était loin. L’esprit revendicatif, même si nous en avons peu de traces, demeurait et inquiétait les maîtres. Ceux-ci, par exemple, prirent des mesures énergiques pour tuer dans l’œuf une tentative de constitution de « confrérie-syndicat » associant clandestinement un certain nombre de compagnons en 1719. Sévèrement réprimée, connue uniquement par une affiche judiciaire, l’affaire dite « de la confrérie », demeure pour nous assez énigmatique10.

  • 11 C.f. note 4.

11Contrairement à d’autres régions, telle l’Ecosse, la législation française en matière d’imprimerie a toujours exclu les femmes de la casse et de la presse. Celles-ci étaient pourtant bien présentes dans le monde du livre11. On ne s’étendra pas ici sur le rôle majeur et bien connu des veuves de maîtres. On en rencontrera même une, la veuve Réguilliat, servir de prête-nom à son fils destitué de la maîtrise en 1767. En revanche, on rappellera que de très nombreuses jeunes filles et femmes, qui échappent en presque totalité à notre investigation, étaient employées comme plieuses et brocheuses. Quelques cas marginaux, au début du siècle, attestent même de l’emploi de femmes et filles de compagnons, voire de filles de maîtres, comme composeuses.

  • 12 D. Bough-Grandon, « Le “contreporteur et le confiturier” : quelques agents de la diffusion de l’imp (...)

12Tout aussi insaisissables pour nous, sauf procédure judiciaire de flagrant délit, sont les parias et clandestins qui constituaient pourtant une part non négligeable de ce petit monde. Nous avons déjà signalé l’existence de quelques travailleurs au noir, n’ayant pas rempli toutes les conditions de l’apprentissage et dépourvus d’autorisation d’exercer. Il faut leur ajouter le cas des colporteurs clandestins, des étaleurs furtifs et autres vendeurs à la sauvette ou sous le manteau. Les quelques cas connus par le truchement des archives judiciaires, souvent hauts en couleurs, témoignent d’une réalité qui nous échappe trop fréquemment12.

13En définitive, la photographie du groupe des gens du livre lyonnais révèle des situations professionnelles et sociales extrêmement contrastées, de l’indigence et la marginalité au grand marchand capitaliste propriétaire d’une résidence secondaire à Sainte-Foy-les Lyon ou La Guillotière, voire au seigneur campagnard. Seuls les plus solides et respectables des imprimeurs-libraires pouvaient aspirer à l’échevinage, qui conférait la noblesse. Mais la route était longue et passait par un cursus honorum qui impliquait d’occuper des fonctions de recteur ou de trésorier de l’Hôtel-Dieu ou de l’Aumône générale. Si trois imprimeurs-libraires du XVIIe siècle accédèrent à la noblesse par l’échevinage, un seul y parvint au siècle suivant : Pierre III Valfray, échevin en 1742, anobli en 1744 et devenu seigneur de La Tour de Salornay. Quant au dernier syndic de la communauté (depuis 1774), Jean-André Périsse-Duluc (1738-1800), la Révolution arrêta son ascension vers le second ordre, mais fit de lui le second des huit députés du Tiers lyonnais aux États-Généraux.

  • 13 On doit à l’honnêteté de rappeler que son édition de l’Émile de l’ouvrage ! est antérieure à la con (...)

14Cette hiérarchie des situations, des fortunes et des appuis, sensible parmi les maîtres, explique aussi l’inégalité de traitement qui leur fut appliquée face aux problèmes du livre contrefait et prohibé. Un Jean-Marie Bruyset pouvait se prévaloir de l’appui de Malesherbes et de celui de l’intendant de Lyon, comme de l’amitié de l’inspecteur de police de la Libraire d’Hémery, obtenir des permissions tacites, voire des permissions orales, et échapper à toute poursuite lorsqu’il niait avoir publié sous l’adresse de Postdam les Œuvres du philosophe de Sans-Souci (1760), ou lorsqu’il imprimait l’Émile avec une page de titre à l’adresse d’Amsterdam (1762)13. Son confrère, moins fortuné et à la réputation plus sulfureuse, Jean-Baptiste Réguilliat connaissait, lui, les geôles de Pierre-Scize en 1762 pour une impression du Contrat social, et finissait par être destitué en 1767 pour récidive de production et diffusion d’ouvrages prohibés... En effet, la quasi-totalité des imprimeurs-libraires lyonnais donnait depuis longtemps dans le livre « maron ». C’était même pour certains une condition sine qua non de survie !

LA GÉNÉRALISATION DES « MARONS »

  • 14 Elle l’est surtout grâce au fichier manuel par imprimeurs-libraires, constitué par les conservateur (...)
  • 15 Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel : Société typographique de Neuchâtel : mss 1117 (...)

15Le discours des imprimeurs-libraires et des autorités lyonnaises, à partir du XVIIe siècle, est de déplorer la morosité de la situation présente, tout en regrettant un âge d’or à jamais disparu, celui du XVIe siècle. Le constat n’est pas faux. Il mérite cependant, selon nous, d’être relativisé et nuancé. C’est là une opinion qui, pour nous, se renforce au fur et à mesure qu’avance notre investigation. La production imprimée lyonnaise du XVIIIe siècle, faite en respectant la législation et sous adresses véritables, n’est encore qu’imparfaitement connue14. Elle fait la part belle au livre religieux et au livre scolaire, aux titres tombés dans le domaine public, et à la production quotidienne et principale des presses du temps : brochures, factums, et autres petites pièces. Mais il est une part quantitativement importante de la production imprimée lyonnaise qui nous échappe à tout jamais : celle faite en contravention des règlements et qui pour d’élémentaires raisons de prudence porte des adresses étrangères, voire fantaisistes. Si les travaux de bibliographie matérielle que nous menons aujourd’hui permettent de dévoiler certaines de ces adresses et certains imprimeurs-libraires, il est clair que cette quête ne concerne que l’écume d’une vague beaucoup plus profonde et importante. Il est en effet exceptionnel que les archives portent trace de l’aveu d’un contrefacteur comme lorsque l’imprimeur Jean-Marie Barret informait la Société typographique de Neuchâtel de l’avancement de son impression d’œuvres de Rousseau en 1772, tout en indiquant les détails qui la différenciait de l’édition hollandaise qu’il imitait15 :

[10 AVRIL 1772] : « [...] Mon édition de Rousseau sera fini [sic !] au mois d’août. Elle contiendra les onze volumes de l’édition de Hollande que j’imite et avec laquelle ira de pair en tout [...]
L’édition des œuvres de J.-J. Rousseau est un ouvrage qui me reviendra très cher par la dépense et les soins que j’y prends ; j’y employé du papier de 12 livres la rame, je fais faire à Paris les figures, culs de lampe et musique, pour quelles soient mieux exécutées [...] »

  • 16 G. Parguez, « Essai sur l’origine lyonnaise d’éditions clandestines de la fin du XVIIe siècle », No (...)
  • 17 BNF : mss. FF 22080, pièce 81.

16Cette production non avouée concerne deux réalités distinctes : la contrefaçon et le livre prohibé, notion qui recouvre des aspects divers comme nous le verrons. La contrefaçon est à Lyon une pratique ancienne, puisqu’elle est attestée dès le début du XVIe siècle, où plusieurs imprimeurs du cru imitèrent certaines éditions d’Alde Manuce. Sa période la plus prospère fut sans doute le XVIIe siècle, où elle fut très largement pratiquée16, mais elle continua de l’être par la majorité des Lyonnais au siècle suivant, et ce malgré les descentes fréquentes des Parisiens contrefaits flanqués d’exempts de police, et une répression plus ou moins sévère selon les époques, sur laquelle nous reviendrons. Dénoncée par de multiples témoignages, elle fut le fait de presque tous les imprimeurs-libraires, y compris les plus en vue. Jean-Marie Bruyset lui-même reconnaissait dans une lettre à d’Hémery datée de 175917 avoir contrefait. Il était alors aux prises avec son confrère parisien Garnier pour une impression frauduleuse de la Théologie de Tournely. Seuls, peut-être les Valfray (imprimeurs du roi) et surtout les Périsse à la fin du siècle évitèrent de s’y livrer ainsi que de faire du livre prohibé. Il est vrai que l’un des leurs occupait la place de syndic... Cependant, leurs sous-traitants, tel Barret, la pratiquaient, et il n’est pas impossible que les Périsse aient utilisé leurs concours pour demeurer inattaquables.

  • 18 BNF : mss. FF 22075, pièce 117.

17Dans un mémoire à Sartine de 176918, sur la façon d’éradiquer la contrefaçon, le libraire Pierre Bruyset-Ponthus indiquait :

« Les contrefaçons de livres sont un vice de la librairie qui subsiste depuis que cette profession est devenue un objet de négoce considérable [...] Le commerce des livres contrefaits est devenu un commerce de nécessité pour ceux-mêmes qui en gémissent [...] »

18Il expliquait le phénomène à la fois par la position dominante des Parisiens en matière d’obtention de privilèges, et par le développement de l’imprimerie d’Avignon. De fait, au XVIIIe siècle, nombre d’affaires de contrefaçon lyonnaises concernent l’impression à Lyon d’ouvrages privilégiés parisiens, sitôt l’échéance de leur privilège et avant que les détenteurs de ceux-ci, parfois négligents, n’aient eu le temps d’en demander prolongation.

  • 19 P. Grosclaude, Vie intellectuelle à Lyon dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, Paris, Picard, 1 (...)
  • 20 D. Varry, « Une édition des oeuvres de Montesquieu sous fausse adresse d’Amsterdam restituée à l’im (...)

19Le livre prohibé, lui, connut ses beaux jours au XVIIIe siècle. Ce terme générique recouvre en fait des productions très différentes, des ouvrages des philosophes à la mode à la pornographie et au libelle diffamatoire. Le cas des grands auteurs du siècle s’avère délicat. Si les éditions de Montesquieu, Voltaire, Rousseau... à l’adresse de Lyon ne datent que de la fin du siècle, il est aujourd’hui avéré que les Lyonnais les publièrent très tôt, mais sous des adresses étrangères fictives. Certaines de ces publications furent effectivement clandestines, d’autres au contraire semblent avoir bénéficié de permissions tacites, de permissions simples, voire de permissions orales qui n’ont pas laissé de traces dans les archives. Tel est en effet le cas de plusieurs impressions effectuées par Jean-Marie Bruyset19. Nous avons ainsi pu établir qu’il était bien le responsable de l’édition d’œuvres de Montesquieu parues en 1764, en six volumes in-12, sous l’adresse « Amsterdam et Leipsick, chez Arkstée et Merkus »20. Bénéficiant d’une permission tacite, non enregistrée, elle connut de nombreuses rééditions, bientôt augmentées d’un septième volume, jusqu’à celle de 1792, où pour la première fois la mention « À Lyon, chez les frères Bruyset » apparut au titre. Nous savons aussi que Jean-Marie Bruyset publia l’Émile l’année même de sa parution. Le fait qu’il n’ait pas été inquiété après la condamnation de l’ouvrage suggère qu’il avait peut-être aussi bénéficié d’une permission (orale ?). Quant à l’édition subreptice des Œuvres du philosophe de Sans-Souci, à laquelle il nia toute participation, et qui se termina pour lui par un non-lieu, l’examen du matériel de l’édition de Postdam 1760... renvoie bien à lui !

  • 21 R. Birn, Forging Rousseau. Print, commerce and cultural manipulation in the late Enlightenmem., Oxf (...)
  • 22 Ch. Wirz, « Une édition inconnue de l’Éducation d’une fille », Voltaire et ses combats. Actes du co (...)
  • 23 D. Smith, Bibliography of the Writings of Helvétius, Ferney-Voltaire, Centre international d’étude (...)

20Des professionnels de moins haute volée furent également responsables de publications clandestines d’œuvres importantes des grands auteurs du siècle, ou de leur diffusion. Jean-Marie Barret, déjà rencontré à contrefaire une édition hollandaise de Rousseau, racheta le stock des oeuvres du philosophe à la Société typographique de Genève21. On lui doit également des éditions de Voltaire22 et d’Helvétius23, sous adresses fictives de Londres.

  • 24 D. Varry, « Voltaire et les imprimeurs-libraires lyonnais », Voltaire et ses combats. Actes du coll (...)
  • 25 Idem. Archives municipales de Lyon : HH 100.

21Nombre d’éditions voltairiennes, non encore dévoilées, suggèrent par l’étude des papiers et du matériel ornemental, une provenance lyonnaise24. Et le libraire François Rigollet, récidiviste en matière de livre prohibé, fut inquiété en 1760, à la demande même de Voltaire qui cherchait à récupérer son manuscrit devenu compromettant, pour la diffusion d’une brochure sans doute imprimée à Genève : Dialogues chrétiens, ou Préservatif contre l’Encyclopédie. Par M. V***25. A la fin du siècle, une nouvelle génération, celle des Faucheux, Buisson, Grabit, Jacquenod, Leroy... prit le relais.

  • 26 D. Varry, « Les imprimeurs-libraires lyonnais et Montesquieu », le Temps de Montesquieu, actes du c (...)
  • 27 C’est à cette catégorie qu’appartenaient les éditions avignonnaises en latin saisies sous les robes (...)
  • 28 D. Varry, « Pour de nouvelles approches des archives de la Société typographique de Neuchâtel », Th (...)
  • 29 Idem, « De la Bastille à Bellecour : une “canaille littéraire”, Taupin Dorval », Le Livre et l’hist (...)

22Les multiples éditions de l’Histoire des deux Indes de l’abbé Raynal, toutes sous adresses étrangères, comprennent aussi des impressions lyonnaises dont le dévoilement, en cours, s’avère particulièrement délicat. Il est désormais avéré que, lorsqu’ils flairaient la bonne affaire, les imprimeurs-lyonnais n’ont pas hésité à les produire clandestinement. Un cas exemplaire est sans doute celui de la troisième édition de l’Esprit des lois (Leyde, les libraires associés, 1749), dont nous avons pu établir qu’elle avait été imprimée à Lyon par Aimé Delaroche pour les frères Pierre et Benoît Duplain26, quelques mois après l’originale et une première contrefaçon parisienne. Mais, le livre prohibé recouvrait aussi d’autres réalités, y compris celles du livre religieux tant catholique (ultramontain27 et anti-gallican) que protestant. La plus grosse affaire de livre prohibé concerne en effet l’imprimeur-libraire André Degoin, poursuivi pour impression et diffusion de livres protestants en 1734. L’affaire fut découverte à la foire de Beaucaire, où Degoin avait déjà subi une première alerte deux ans auparavant. L’enquête permit la découverte de plus de 8000 volumes protestants entreposés dans des magasins secrets. Elle valut à Degoin la plus lourde condamnation prononcée à Lyon au XVIIIe siècle pour délit de librairie : les galères à perpétuité, heureusement par contumace car Degoin avait pris la fuite en apprenant la découverte de ses magasins secrets. Plus tard, dans les années 1770, la Société typographique de Neuchâtel, qui commerçait avec de nombreux Lyonnais, a usé de leur intermédiaire pour adresser des ouvrages protestants aux libraires du Languedoc28. La querelle sur le maintien ou la suppression des jésuites, dans les années 1760, fut aussi, comme partout en Europe, l’occasion de publier de nombreux libelles de toute nature, y compris licencieux, tel le Jésuite misopogon séraphique, petit roman érotique imprimé en 1762 par Louis Cutty sous l’adresse de Naples, et condamné au feu29.

  • 30 P. Wald Lasowski éd., Romanciers libertins du XVIIIe siècle. Tome I, Paris, Gallimard, 2000, p. 1-3 (...)
  • 31 P. Pia, Les Livres de l’Enfer. Bibliographie critique des ouvrages érotiques dans leurs différentes (...)
  • 32 Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel : Société typographique de Neuchâtel : mss. 115 (...)
  • 33 D. Varry, « Pour de nouvelles approches des archives de la Société typographique de Neuchâtel », lo (...)

23La littérature du second rayon fut en effet une autre spécialité des « maronneurs » lyonnais, mais il est difficile d’en mesurer l’ampleur comme d’en identifier les éditions. L’une des premières affaires du siècle fut sans doute celle de l’Histoire du prince Apprius [i.e. Priapus], Attribué à Godard de Beauchamps, cet ouvrage qu’on peut aujourd’hui lire dans la Pléiade30 a été publié pour la première fois anonymement à Paris vers 1728, sous l’adresse de « Constantinople, l’année présente ». Le Lyonnais Claude Guerrier en donna une seconde édition, sous la même adresse, vers 1728-172931. Elle lui valut une condamnation à une forte amende et au bannissement. Il se réfugia à Genève. Dans les années 1770-1780, certains imprimeurs lyonnais de second ordre approvisionnaient la Société typographique de Neuchâtel, dont la clientèle européenne était fort friande de cette littérature qualifiée de « philosophique », en ouvrages licencieux. Ainsi, Bernard Flandin proposait-il aux Neuchâtelois, sur une feuille volante non datée (ca 1776-1778), des titres non équivoques : Académie des dames, Thérèse [philosophe], Chandelle d’Arras32. Au-delà de cet exemple, il est aujourd’hui démontré que l’imprimerie et la librairie lyonnaise ne se contentèrent pas d’être un débouché pour les ouvrages « philosophiques » en tous genres diffusés par la Société typographique de Neuchâtel entre 1769 et 1789. Elles furent aussi pour les Neuchâtelois des pourvoyeuses importantes en livres prohibés de différents genres, y compris la pornographie33.

  • 34 Pour de plus amples détails sur les principales affaires, la récidive, et les modulations de la rép (...)
  • 35 Cf. note 5.
  • 36 AD Rhône : BP 3283 criminel, 24 mars 1762.

24L’impression et la diffusion de contrefaçons et d’ouvrages prohibés exposaient théoriquement les contrevenants à de lourdes sanctions. Si les pouvoirs publics disposaient bien d’instruments de contrôle et de répression, il nous faut cependant constater qu’ils en usèrent plus ou moins lourdement tout au long du siècle34. Les instruments de contrôle étaient d’abord la Chambre syndicale, dont les archives sont malheureusement perdues. Il lui incombait de visiter régulièrement ateliers et boutiques et d’inspecter tous les ballots de livres arrivant à Lyon. Nous savons cependant qu’elle n’était pas exempte de tout reproche. Les élections à la chambre furent cassées en 1705 et 1707, suite au choix comme officiers de contrefacteurs notoires. Plus tard dans le siècle, la correspondance de la Société typographique de Neuchâtel révèle qu’elle y comptait de « nombreux amis », hélas non nommés mais qui savaient fermer les yeux sur le contenu de certaines balles ! Un tournant intervint en 1759 avec la nomination par Paris d’un inspecteur de la Librairie, au grand dam de la majorité des professionnels lyonnais. Le premier titulaire du poste, l’encyclopédiste Claude Bourgelat qui partit en 1763 pour fonder l’école de Maisons-Alfort, sut réprimer quand il le fallait, mais aussi protéger ses administrés des investigations des confrères parisiens et de la direction de la Librairie. Son rapport à Sartine, déjà évoqué35, fut à l’époque considéré comme un modèle du genre. Quant à son successeur, Dominique de Palignieu, il n’a guère fait parler de lui. La Direction de la Librairie suivait depuis Paris la situation de très près, par le truchement de l’intendant et de l’inspecteur de la Librairie. La justice et la police lyonnaises, pour leur part, étaient bien renseignées, et comme le démontrent maintes affaires dont celle du jésuite misopogon, perquisitionnaient rarement au hasard. Si en 1762, en recherchant plusieurs brochures antijésuites contre les mœurs, on investissait la librairie de la vieille demoiselle Ollier désormais rangée, c’est que cette fille de libraire lyonnais avait eu une jeunesse parisienne agitée de comédienne entretenue. Elle avait séjourné au Fort-l’Évêque en 1737 pour diffusion d’ouvrages prohibés, puis à la Bastille en 1741 à l’occasion de la saisie de la première édition de Dom Bougre portier des chartreux !36

  • 37 R. A. Leigh, Unsolved Problems in tbe Bibliography of J.-J. Rousseau, Cambridge, Cambridge Universi (...)

25La répression contre la contrefaçon a été très dure à la fin du XVIIe siècle et dans le premier tiers du siècle suivant, se traduisant par de nombreuses révocations et des bannissements, pour s’assouplir considérablement par la suite, et pratiquement disparaître dans les dernières années de l’Ancien Régime. Le livre prohibé, du moins celui attaquant les mœurs et le pouvoir, fut chassé sans répit. La condamnation par contumace déjà évoquée d’André Degoin aux galères à perpétuité, en 1734, pour impression d’ouvrages protestants, marque le paroxysme de la répression. Par la suite, les peines furent des amendes, de brèves incarcérations, voire des destitutions non suivies d’effet. Jean-Baptiste Réguilliat, qui connut durant quelques semaines de 1762 les geôles de Pierre-Scize pour avoir été pris sur le fait à imprimer le Contrat social, fut destitué en 1767 pour une nouvelle affaire de livre prohibé37. Il n’en continua pas moins d’exercer jusqu’à sa mort en 1771, en se servant de sa vieille veuve de mère comme prête-nom. Destitué en 1782 pour avoir imprimé un libelle diffamatoire, Claude-André Faucheux continua d’exercer jusqu’à sa mort sous la Révolution. Quant à Pierre-Jacques Duplain, destitué en 1772 pour avoir importé des livres prohibés de Neuchâtel, après une fuite rocambolesque en Suisse et aux Pays-Bas, il fut reçu libraire à Paris en 1784, destitué à nouveau en 1787, avant de devenir imprimeur du département de Paris en 1792 et de prendre part aux massacres de Septembre.

  • 38 BNF : mss. NAF 1214, tome I, p. 384, rapport du 15 juillet 1762. L’auteur de la brochure, Jean-Loui (...)

26De fait, il semble bien que les professionnels du livre aient, à partir des années 1740, bénéficié d’une triple mansuétude. D’une part, il furent toujours moins lourdement condamnés (amendes) que les auteurs et gens extérieurs au monde du livre pris à diffuser sous le manteau, gibier de prison et du carcan. C’est ce qui explique, qu’au gré des dossiers, nous retrouvions toujours les mêmes personnages multi-récidivistes pris en contravention. D’autre part, on constate aussi une certaine « solidarité » de la part de la justice et des autorités lyonnaises pour leurs concitoyens face aux investigations parisiennes : certains dossiers s’enlisent, des perquisitions fructueuses s’avèrent soudainement vaines dans les rapports transmis au pouvoir, les Parisiens se plaignent du manque de zèle mis par les autorités locales à rechercher les contrefaçons lors de leurs descentes... qui finissent par devenir exceptionnelles, et de plus en plus mal ressenties à Lyon. Enfin, Malesherbes à Paris, comme l’intendant de Lyon dans sa généralité, furent souvent pris d’un dilemme entre le devoir de pourchasser le livre interdit et les intérêts économiques, face aux ouvrages prohibés des grands auteurs des Lumières, ce qui les incita souvent à une mansuétude dont profita à plusieurs reprises Jean-Marie Bruyset. Dans ses courriers ce dernier ne manquait pas de plaider sur l’utilité de faire travailler imprimeurs-libraires et ouvriers français plutôt que d’abandonner cette production lucrative à leurs confrères étrangers. D’une répression vigoureuse au début du siècle, on est passé progressivement à une relative impunité des professionnels du livre qu’atteste de façon exemplaire le cas du Jésuite misopogon. Si l’ouvrage fut brûlé par la main du bourreau, laissons au policier d’Hémery narrer la fin de l’affaire38 :

« [...] Taupin Dorval qui depuis sa sortie de Pierre en Cize a toujours continué de faire des sotises en s'associant avec le nommé Cutty imprimeur à Lyon pour imprimer toutes sortes d’ouvrages deffendus : ils ont même essuyés il y a quelques tems de la part du Présidial de Lyon une scène au sujet d’un ouvrage intitulé le Jésuite Misopogon qui les auroit conduits au carcan sils n’eussent pris la fuite, comme cette affaire ne regardoit que les jésuites elle s'est assoupit et Taupin a reparu a Lyon, ou il loge en Bellecourt au coq hardy et toujours associé avec l’imprimeur Cutty ».

27Puissent ces pages avoir démontré que la lamentation séculaire sur la dureté des temps et l’âge d’or du XVIe siècle à jamais révolu, mais également la constatation d’une production imprimée lyonnaise du XVIIIe siècle traditionnelle assez « fade », méritent d’être largement reconsidérées à l’aune de notre enquête, et de sa réorientation vers la bibliographie matérielle. Il nous faut bien aujourd’hui reconnaître que les « Gens du livre » du Lyon des Lumières furent tout à la fois, dans leur majorité, loyaux sujets, bons pères de famille, bons paroissiens, contrefacteurs et maronneurs. Mais, bien davantage que l’engagement intellectuel au service de la diffusion des idées nouvelles, ce sont les nécessités économiques et la recherche incessante de produits de rapports importants et rapides qui les contraignirent à l’illégalité.

Notes

1 A.-F. Momoro, Traité élémentaire de l’imprimerie, ou Le Manuel de l’imprimeur... par Ant.-Franç. Momoro, A Paris, chez A. F. Momoro, 1793, p. 234-235.

2 Le Dictionnaire biographique des Cens du livre du Nord de la France, rédigé par F. Barbier, est sous presses aux éditions Droz. L’enquête parisienne est pilotée par F. Barbier et S. Juratic. L’enquête lyonnaise, presque achevée, a été confiée à l’auteur de ces lignes. Elle a été menée avec la collaboration de D. Bougé-Grandon, alors conservateur-enseignant à l’ENSSIB. Une présentation de certains résultats de cette enquête a déjà été donnée dans D. Varry, « Gens du livre à Lyon au XVIIIe siècle : quelques résultats d’une enquête prosopographique en cours », communication à l’atelier « Les vecteurs des Lumières » du programme « Concepts et Symbols of the Eighteenth Century in Europe », de l’European Science Foundation, Nice, 24-25 septembre 1999. À paraître.

3 Nous avons déjà évoqué cette géographie dans deux contributions auxquelles nous renvoyons le lecteur désireux de précisions : D. Varry, « Une géographie de l’illicite : les espaces du livre à Lyon au temps des Lumières », La Lettre clandestine no 8, 1999, p. 113-133. Idem, « Lyons’ printers and booksellers from the fifteenth to the nineteenth century », Printed Matters. Printing, Publishing and Urban Culture in Europe in the Modem Period, Edited by Malcolm CEE and Tim KIRK, Aldershot, Burlington USA, Singapore, Sydney, Ashgate, 2001, p. 30-47. Communication à la Third International Conference of the Research Group In European Urban Culture, University of Northumbria at Newcastle-upon-Tyne, 11-13 septembre 1997.

4 D. Varry, « Women in the 18 th Century Lyons Booktrade », communication au congrès de la Society for the History of Authorship Reading and Publishing, The Simon Fraser University, Vancouver, 15-22 juillet 1998. (Consultable sur le site web de l’ENSSIB : http://www.enssib.fr).

5 L. Moulé, « Rapport de Cl. Bourgelat sur le commerce de la librairie et de l’imprimerie à Lyon en 1763 », Revue d’histoire de Lyon, 1914, tome XIII, p. 51-65.

6 D. Varry, « Les ventes publiques de livres à Lyon aux XVIIe et XVIIIe siècles et leurs catalogues », Les Ventes de livres et leurs catalogues XVIIe-XXe siècle. Actes des journées d’étude organisées par l’École nationale des Chartes (Paris 15 janvier 1998) et par l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Villeurbanne, 22 janvier 1998), réunis par A. Charon et E. Parinet avec la collaboration de D. Bougé-Grandon, Paris, École nationale des chartes, 2000, p. 29-48.

7 D. Bouge-Grandon, « La carrière d’un libraire étranger à Lyon, François de Los-Rios : 1727-1820 », Bulletin du bibliophile, 2001, no 1, p. 86-129. Idem, « Enseigner les livres : le témoignage de François de Los-Rios », dans les Actes du colloque international Les trois Révolutions du livre, Lyon-Paris, 16-21 novembre 1998, Revue française d’histoire du livre, 2000, no 106-109, p. 119-132. Ibidem, « From Antwerp to Lyons : the making of a bookseller’s vocation », à paraître dans De Gulden Passer, revue de la Société des bibliophiles anversois, 2002.

8 D. Varry, « Le compagnon et l’atelier artisanal : l’exemple de Lyon », dans les Actes du colloque international Les trois Révolutions du livre, Lyon-Paris, 16-21 novembre 1998, Revue française d’histoire du livre, no 106-109, 2001, p. 93-118.

9 N. Z. Davis, Les Cultures du peuple : savoirs, rituels et résistances au XVIe siècle, Paris, AubierMontaigne, 1980.

10 Archives municipales de Lyon : FF 020, affaire de la confrérie, affiche judiciaire du 2 mai 1719.

11 C.f. note 4.

12 D. Bough-Grandon, « Le “contreporteur et le confiturier” : quelques agents de la diffusion de l’imprimé à Lyon au XVIIIe siècle », D Livre et l’art. Etudes offertes en hommage à Pierre Lelièvre réunies par Th. Kleindienst, Paris et Villeurbanne, Somogy/Enssib, 2000, p. 56-70.

13 On doit à l’honnêteté de rappeler que son édition de l’Émile de l’ouvrage ! est antérieure à la condamnation

14 Elle l’est surtout grâce au fichier manuel par imprimeurs-libraires, constitué par les conservateurs du fonds ancien de la Bibliothèque municipale de Lyon.

15 Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel : Société typographique de Neuchâtel : mss 1117, P229-293, 41 lettres (1er avril 1772-23 septembre 1784).

16 G. Parguez, « Essai sur l’origine lyonnaise d’éditions clandestines de la fin du XVIIe siècle », Nouvelles études lyonnaises, Genève-Paris, Droz, 1969, p. 93-130. Les contrefaçons du XVIIe siècle portent parfois un signe de reconnaissance : la mention en petits caractères « jouxte la copie » ou « sur la copie imprimée » au-dessus de l’adresse.

17 BNF : mss. FF 22080, pièce 81.

18 BNF : mss. FF 22075, pièce 117.

19 P. Grosclaude, Vie intellectuelle à Lyon dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, Paris, Picard, 1933. D. Varry, « Une famille de libraires lyonnais turbulents : les Bruyset », à paraître dans La lettre clandestine no 11, 2002.

20 D. Varry, « Une édition des oeuvres de Montesquieu sous fausse adresse d’Amsterdam restituée à l’imprimeur-libraire lyonnais Jean-Marie Bruyset », communication au colloque Montesquieu, oeuvre ouverte, Bibliothèque municipale de Bordeaux, 6-8 décembre 2001. À paraître.

21 R. Birn, Forging Rousseau. Print, commerce and cultural manipulation in the late Enlightenmem., Oxford, Voltaire Foundation, 2001, p. 195-199.

22 Ch. Wirz, « Une édition inconnue de l’Éducation d’une fille », Voltaire et ses combats. Actes du congrès international Oxford-Paris 1994, sous la direction de U. Kölving et Ch. Mervaud, Oxford, Voltaire Foundation, 1997, tome I, p. 431-447.

23 D. Smith, Bibliography of the Writings of Helvétius, Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du XVIIIe siècle, 2001.

24 D. Varry, « Voltaire et les imprimeurs-libraires lyonnais », Voltaire et ses combats. Actes du colloque international Oxford Paris 1994... op. cit., tome I, p. 483-507.

25 Idem. Archives municipales de Lyon : HH 100.

26 D. Varry, « Les imprimeurs-libraires lyonnais et Montesquieu », le Temps de Montesquieu, actes du colloque international de Genève (28-31 octobre 1998), publié par M. Porret et C. Volpilhac-Auger, Genève, Droz, 2002, p. 43-63.

27 C’est à cette catégorie qu’appartenaient les éditions avignonnaises en latin saisies sous les robes des trois femmes arrêtées sur le pont de la Guillotière en 1749.

28 D. Varry, « Pour de nouvelles approches des archives de la Société typographique de Neuchâtel », The Darnton Debate. Books and Revolution in the Eighteenth Century. Edited by H. T. Mason, Oxford, Voltaire Foundation, 1998, p. 235-249.

29 Idem, « De la Bastille à Bellecour : une “canaille littéraire”, Taupin Dorval », Le Livre et l’historien. Etudes offertes en l’honneur du Professeur Henri-Jean Martin, réunies par F. Barbier, A. Parent-Charon, F. Dupuigrenet-Deroussilles, C. Jolly, D. Varry, Genève, Droz, 1997, p. 571-582. Ibidem, « Quelques aspects de l’anti-jésuitisme à Lyon au XVIIIe siècle », communication au colloque Les Jésuites à Lyon XVIe-XXe siècles, Lyon, Bibliothèque municipale, 26-27 septembre 2002.

30 P. Wald Lasowski éd., Romanciers libertins du XVIIIe siècle. Tome I, Paris, Gallimard, 2000, p. 1-35.

31 P. Pia, Les Livres de l’Enfer. Bibliographie critique des ouvrages érotiques dans leurs différentes éditions du XVIe siècle à nos jours, Paris, Fayard, 1998, p. 345, col. 641-642. F. Weil, Livres interdits, livres persécutés 1720-1770, Oxford, Voltaire Foundation, 1999, p. 25, no 59. Un exemplaire de l’édition de Lyon a été vendu sous le n” 110, le 31 janvier 1977, lors de la dispersion de la seconde partie de la Bibliothèque singulière de Roger Peyrefitte. La British Library possède une édition de 1728 supposée de Lyon (cote 12330 bb. 20). La Bibliothèque nationale de France, sous la cote Enfer 234, conserve une édition de 1729 elle aussi supposée de Lyon.

32 Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel : Société typographique de Neuchâtel : mss. 1151, P 81.

33 D. Varry, « Pour de nouvelles approches des archives de la Société typographique de Neuchâtel », loc. cit. Idem, « La diffusion sous le manteau : la Société typographique de Neuchâtel et les Lyonnais », L’Europe et le livre. Réseaux et pratiques du négoce de librairie XVIe-XIXe siècles, sous la direction de F. Barbier, S. Juratic, D. Varry, Paris, Klincksieck, 1996, p. 309-332.

34 Pour de plus amples détails sur les principales affaires, la récidive, et les modulations de la répression, nous renvoyons à notre article : « Le livre clandestin à Lyon au XVIIIe siècle », La Lettre clandestine, no 6,1997, p. 243-252

35 Cf. note 5.

36 AD Rhône : BP 3283 criminel, 24 mars 1762.

37 R. A. Leigh, Unsolved Problems in tbe Bibliography of J.-J. Rousseau, Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

38 BNF : mss. NAF 1214, tome I, p. 384, rapport du 15 juillet 1762. L’auteur de la brochure, Jean-Louis-Claude Taupin Dorval, et son imprimeur, Louis Cutty, s’étaient réfugiés à Vienne en Dauphiné pour éviter la prise de corps.

Auteur

ENSSIB- Villeurbanne

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540