Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume I

 | 
Philippe Guignet

Les autorités politiques et le peuple

Réprimer et protéger ?

La police et le peuple à paris au xviiie siècle

Vincent Milliot

Texte intégral

  • 1 G. Brice, Nouvelle description de la ville de Paris, 1725,1, p. 32-33 ; L.S. Mercier, Le tableau de (...)
  • 2 P. Manuel, La police de Paris dévoilée par l’un de ses administrateurs de 1789, Paris J. B Garnerv (...)

1Dés le début du XVIIIe siècle, les témoignages abondent qui soulignent l’obéissance et la modération du peuple parisien, même dans les moments de crise. En 1725, Germain Brice estime que la population de la capitale est naturellement « docile et soumise ». Vers 1780, Mercier affirme que les « Parisiens n’ont jamais eu que des mutineries d’écolier » et lorsque l’ancien lieutenant général de police Lenoir évoque dans ses mémoires les troubles parisiens du printemps 1775, il insiste sur le caractère débonnaire du peuple, manière de le dédouaner et de faire ressortir les responsabilités d’une politique libérale hasardeuse1. Lenoir entend souligner, en général, l’efficacité de son administration pour pacifier la ville avant 1789 dont la rareté des émeutes et l’absence de la grande criminalité organisée depuis les années 1730 témoignaient. Mais pour l’un de ses détracteurs, Pierre Manuel, l’obéissance n’était obtenue que grâce à un système d’espionnage généralisé, grâce aux usages arbitraires d’une administration rongée par la corruption et la prévarication2. En est-on réduit à l’affrontement de deux légendes ? D’un côté, ceux qui célèbrent les mérites de l’administration de la police parisienne sous Sartine et Lenoir ; de l’autre, les auteurs de la Révolution, les contempteurs des lettres de cachet, les moralistes réformistes qui associent les services de la police au despotisme ?

  • 3 Selon une formule d’A. Farge et A. Zysberg, « Les théâtres de la violence à Paris au XVIIIe siècle  (...)
  • 4 J. Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, (...)

2La réponse à cette appréciation contrastée sur les rapports entre la police et le peuple de Paris se trouve-t-elle, non plus dans ces textes engagés, mais sur le terrain, au « ras de l’archive »3 ? Là, il semblerait que l’action de la police apparaisse « ponctuelle et discontinue, souvent inefficace et brutale » ; que « la violence policière frappait beaucoup plus rudement les classes populaires que la population domiciliée des boutiquiers et des maîtres de métiers ». En un mot, l’ordre policier était souvent créateur de désordre lorsqu’il perturbait des solidarités traditionnelles et des systèmes antérieurs de régulation des conflits. Il suscite en retour une hostilité revancharde dont les inspecteurs, les mouches, ou certaines forces de police tels la garde de Paris ou les archers de l’hôpital faisaient les frais à la moindre occasion. Ici point de respect du peuple envers la police, mais de la crainte et de l’hostilité. De ces tensions entre le peuple et les forces de police, les exemples abondent le siècle durant4. Mais doit-on se contenter de placer les rapports de la police et du peuple sous le signe de l’ambiguïté en relevant l’ambivalence d’un désir de sécurité teinté de méfiance ?

3Parmi les questions encore mal résolues à ce jour, on peut en souligner certaines. Si l’on admet communément que commissaires, inspecteurs ou espions ne jouissent pas de la même réputation auprès de la population, doit-on se satisfaire de cette simple opposition entre divers types d’agents de la sûreté, entre spécialistes de la basse police et tenants de la police juridictionnelle ? S’adresse-ton à eux de la même manière, en tous temps et en tous lieux ? La diversité des missions qui sont assignées à la police parisienne avant 1789 suppose que l’on s’interroge sur les styles et les « matières » de police qui peuvent être incriminés à certains moments. Autrement dit, ce sont les fondements de la légitimité de tel ou tel policier à agir, c’est leur reconnaissance par le public, qu’il faut interroger dans des contextes sociaux, politiques, voire territoriaux, donnés. La manière dont ces personnages inscrivent leur action sur le terrain, la nature de leur mission et des publics auxquels ils s’adressent méritent d’être mieux pris en compte. Pour cela, il faut se résoudre à utiliser la documentation policière et normative existante, non pour espérer retrouver vainement le peuple, mais pour tenter de mieux comprendre comment se noue un rapport entre une institution qui assure une fonction sociale fondamentale et une population qui doit apprendre à utiliser et à composer avec cette force publique. Il faut admettre qu’en travaillant concrètement sur l’institution policière, sur ses divers agents et sur leurs pratiques, sur ses archives et sur les discours qu’elle produit, on peut répondre à la question des rapports entre peuple et police autrement que selon les termes d’alternatives trop simples telles que soumission/révolte ; ordre/désordre.

  • 5 Le programme d’études des commissaires a été tracé par S. L. Kaplan, mais il reste pour une bonne p (...)

4Le chantier de la police parisienne reste à ce jour largement ouvert ; il ne s’agit ici que de présenter quelques pistes et éléments de réflexion5. Comment la police présente-t-elle ses rapports avec la population de la capitale ? Quelle conception de l’ordre défend-elle entre la nécessité d’assumer un rôle répressif (lutte contre les marginaux, les mendiants et prostitués) et celle d’assurer protection et encadrement lors des crises de subsistance ou des périodes de chômage, par exemple ? On peut ensuite revenir sur les attitudes d’hostilité que la police suscite en interrogeant ses efforts d’intégration « communautaire », d’insertion dans le tissus des solidarités et des sociabilités de quartiers. Enfin, on peut tenter de montrer comment à partir d’un dépouillement assez systématique des archives, la reconstitution des pratiques quotidiennes d’un commissaire dans son quartier peut éclairer les rapports entre police et population.

LA POLICE FACE AU PEUPLE : RÉPRIMER, ENCADRER, PROTÉGER

5Constater la sagesse du peuple parisien n’empêche pas la police de concevoir l’existence de groupes à risques. La croissance démographique et spatiale de la capitale nourrit craintes et suspicions policières à l’égard des franges mobiles de la population. Pour autant l’appréhension d’un danger social n’est pas incompatible avec la volonté d’améliorer le sort des plus démunis.

Vers l’identification des « classes dangereuses »

  • 6 V. Milliot, « La surveillance des migrants et des lieux d’accueil à Paris du XVIe siècle aux années (...)
  • 7 Turmeau de la Morandière, Police sur les mendiants, les vagabonds, les joueurs de profession, les i (...)
  • 8 Bib. nat., manuscrits, fonds français, coll. Joly de Fleury 1803, fol. 6-7.
  • 9 J. Seznec (éd.), Mémoire sur la réformation de la police de France (...) par M. Guillauté (1749), P (...)

6Le lien entre population mobile et danger social est ancien : il apparaît par exemple, dans la réglementation qui pèse sur les lieux d’accueil, les auberges, hôtels et garnis depuis la Renaissance6 Au XVIIIe siècle, la police de Paris considère cette surveillance comme essentielle à la sûreté, comme un volet central de la répression contre la mendicité, le vagabondage et la prostitution. La nomenclature des gens à surveiller se répète à travers édits et ordonnances de police. Elle s’affine aussi. Le titre que Turmeau de la Morandière donne à l’un de ses ouvrages, au moment où s’intensifie la répression contre les mendiants avec la mise en place des dépôts de mendicité, est révélateur : Police sur les mendiants, les vagabonds, les joueurs de profession, les intriguants, les filles prostituées, les domestiques hors de maison depuis longtemps et les gens sans aveu. Tous ceux-là colonisent les garnis, espace à partir duquel le « vice infecte la cité »7. Le regard n’est guère différent chez Jean-François de Bar, major de la garde de Paris, en 17758. Dans un mémoire au Secrétaire d’État à la maison du roi, Malesherbes, il identifie le danger social au refus du travail et à l’instabilité : « Gens sans aveu, ouvriers sans ouvrage, paresseux sans métier », tous « mauvais sujets qui, obligés de quitter leur province, viennent se réfugier à Paris dans l’espérance de l’impunité ». Cette hantise de l’opacité parisienne fonde une utopie de transparence policière, telle celle que l’exempt de la maréchaussée Guillauté défend, vers 1750, dans son Mémoire sur la réformation de la police de France. La lutte contre l’anonymat de la grande ville suppose d’organiser l’identification systématique des lieux et des personnes et doit conduire à la création d’un instrument administratif sous la responsabilité de la police, allant de l’état civil au repérage des mouvements migratoires, en passant par les déclarations de revenus et la fiscalité9.

  • 10 V. Milliot, « La surveillance... », op. cit et C. Romon, « Mendiants et policiers à Paris au XVIIIe(...)

7Il ne s’agit pas là uniquement de « discours », de représentations et de préjugés sociaux conduisant à distinguer « bon peuple » et populace. La politique des contrôles est ciblée et une répression plus intense atteint certains groupes particuliers sous les magistratures de Sartine et de Lenoir. On constate ainsi un renforcement de la lutte contre les infractions à la législation des garnis, en particulier des délits aggravés par des faits de prostitution. Un même durcissement a été constaté à l’égard des mendiants10. La déclaration royale de 1764 et l’arrêt du conseil d’octobre 1767 sur les dépôts de mendicité sont suivis par une ascension vertigineuse de la courbe des arrestations de mendiants. La dégradation du contexte économique et social peut avoir sa part dans cette situation, mais elle suggère aussi une mutation de l’activité et de l’organisation policière, dont il faudrait aujourd’hui mieux cerner l’ampleur et les modalités. Cette mutation devrait sans doute moins se mesurer en termes d’éradication du problème social considéré, qu’en tenant compte de la création de logiques nouvelles, de l’émergence de nouveaux instruments aux mains de l’administration pour poursuivre certaines fins. En retour, la manière dont la population reçoit ces « innovations » devrait retenir l’attention.

  • 11 Arch. nat, Y 12830 et 13728.
  • 12 Travaux en cours de V. Denis (Paris I) ; J.-F. Dubost, « Les étrangers à Paris au siècle des Lumièr (...)

8Dans ses « papiers », Lenoir évoque la difficulté qu’il y a à identifier précisément tous les éléments à risques, mais l’activité régulière de son administration illustre ce vers quoi tend la police. Les circulaires de la lieutenance générale traduisent une volonté d’uniformisation des méthodes des commissaires et des inspecteurs, d’harmonisation des procédures, des travaux d’écriture et d’enregistrement11. Cette aspiration s’exprime clairement à travers les recommandations concernant la tenue des registres des logeurs qui sont considérés comme des auxiliaires naturels de la police. Il faudrait encore verser à ce dossier le développement de l’usage des passeports et autres papiers d’identité ou encore la tenue de plus en plus fréquente de registres spécialisés : étrangers non-régnicoles logés à Paris, métiers non qualifiés par exemple12. Dans ces derniers cas, on assiste à la mise en place d’une procédure d’enregistrement et de contrôle en amont, à une sorte d’encadrement pré-répressif. La police devient en quelque sorte responsable des cadres qui donnent de la cohérence à la société et cela ne recouvre pas une activité purement répressive

Encadrer et protéger

  • 13 J.C.P. Lenoir, Mémoires, médiathèque Orléans, Mss 1399-1402.

9Lenoir dans ses « papiers » revendique ouvertement l’action de régulation et d’encadrement social impartie à la police13. Cette administration développe un appareil de connaissances au profit de l’État, d’où l’attention qu’elle attache à son travail administratif et à sa normalisation. Cette recherche de l’information sous toutes ses formes nourrit le fantasme d’un espionnage généralisé. Incontestablement, cette activité de classification et d’enregistrement sert à réprimer, mais elle contribue aussi à organiser l’assistance sous l’égide de la police : distribution des secours, mise en place d’ateliers de travail charitable par le biais d’institutions financées par la police. Il faut à la fois prévenir les murmures de la populace, mais aussi ses besoins. Plus que de sanctionner celui qui transgresse la loi - l’interdiction réitérée de mendier par exemple-, la police cherche d’abord à intégrer les individus dans le corps social. La police, au-delà de sa mission de surveillance, se définit alors comme une sorte de prestataire de services qui a besoin de connaître leur sphère d’application et leurs destinataires. Lenoir évoque cette activité nécessaire de classification, de recensement et de gestion dans l’espace, dans le cas des métiers non qualifiés qui évoluent hors du cadre corporatif. Et lorsqu’un cadre disciplinaire propre à un corps existe, la police se doit d’exercer sur lui un pouvoir tutélaire.

  • 14 S.L. Kaplan, La fin des corporations, Paris, Fayard, 2001.

10Ainsi s’éclaire la position de Lenoir à l’égard de l’abolition des corporations en février 1776. Quoique conscient des besoins de réforme du monde corporatif, Lenoir redoute le vide laissé par la disparition brutale d’un système qui exerçait une discipline intérieure sur ses membres. Il soutient la refondation des corps de métiers en août 1776, non pour restaurer un mode idéal de fonctionnement communautaire, mais pour reconstituer une « chaîne de rapports » entre l’État et tous les membres des métiers, au sein de laquelle la police et son chef disposent d’une position prééminente14.

11Cette aspiration récurrente à renforcer l’efficacité de la « machine policière » trouve peut être ses limites dans les effectifs, somme toute réduits, dont dispose la police parisienne. On pourrait aussi invoquer, qu’à trop lire le commissaire Lemaire ou Lenoir, on n’obtient qu’une vision intellectualisée, théorique, de l’action de cette administration. Il est certain que l’on ne peut faire l’économie d’une étude plus précise de la manière dont semblable politique est mise en œuvre. Il faut en outre se demander ce qui est accepté, ou pas, par la population.

DE L’HOSTILITÉ À L’INTÉGRATION « COMMUNAUTAIRE » ?

  • 15 A. Farge et J. Revel, logiques de la foule. L’affaire des enlèvements d’enfants, Paris 1750, Paris, (...)

12Les émeutes parisiennes de 1749-1750 sur les enlèvements d’enfants, les rumeurs du complot de famine désignent des circonstances où le pacte qui lie le roi à son peuple semble, sinon rompu, du moins mal en point15. Le rôle de médiation que la police entend normalement jouer la place alors en première ligne face au mécontentement de la population et la rend comptable des manquements constatés, parfois au péril de ses agents. Mais les attitudes de la population à l’égard de la police ne se réduisent pas à ces moments de paroxysme. Bien des déterminants jouent dans les rapports quotidiens : la notoriété des officiers et le respect qu’ils inspirent, leur aptitude à rendre des services, leur enracinement dans les quartiers, leur capacité à remplacer d’autres modes de régulation sociale.

Les manifestations d’hostilité

  • 16 Arch. nat. Arch. dép., + 1032, pièce XV et Arch. nat., Y 12830,19 août 1777.

13Les précautions prises par la police pour éviter de susciter du tumulte par ses actions sont, pour le moins, révélatrices de la méfiance qui peut exister. Une circulaire de Lenoir à la compagnie des commissaires faisant suite à l’ordonnance royale du 27 juillet 1777 qui concerne l’enfermement des mendiants d’Ile-de-France, en témoigne assez bien16. Les consignes de Lenoir insistent sur la célérité des opérations, la simplification des procédures, la mobilisation conjointe de la police et de la garde de Paris. Le texte évoque très directement l’hostilité rencontrée par la politique de renfermement, associée au risque de l’acte arbitraire, dont même les honnêtes gens peuvent être les victimes. La police, ayant récupéré la fonction des archers de l’Hôpital général, récupère-t-elle aussi leur impopularité ?

  • 17 P. Piasenza, « Juges, lieutenants de police et bourgeois à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècle », Anna (...)
  • 18 Mémoire pour plusieurs particuliers tenons hôtels, contre les inspecteurs depolice..., sd, Bibl. na (...)

14Au début du XVIIIe siècle, la chambre de justice de 1716 et le procès intenté aux inspecteurs de police mis en place par le lieutenant général d’Argenson, invitent à s’interroger sur ce qui peut rendre ou non légitime l’action de la police17. Les plaignants des années 1716-1720 appartiennent aux éléments stabilisés de la population des quartiers : officiers, bourgeois, maîtres de métiers (dont des logeurs et aubergistes). Ils dénoncent la corruption et l’arbitraire de ces nouveaux agents de la lieutenance employés à des tâches de police active, ou encore les taxes qu’ils prélèvent pour l’exercice de leurs fonctions. Loin d’être limitée à une protestation anti-fiscale, la critique porte sur de nouvelles méthodes de police : visite et perquisition à des heures indues, sans respect des dimanches et jours des fête, violence et grossièreté... L’accusation prend une coloration morale : les inspecteurs ne sont pas connus du public, ils sont de basse extraction et ignorants du droit. À travers ce qu’on leur reproche, on peut lire en creux ce que l’on attend de la police, à savoir un enracinement, une visibilité et des services18 Seuls les commissaires au Châtelet seraient les dépositaires de cette légitimité et sauraient répondre à l’attente des populations.

  • 19 Mémoire du commissaire Nicolas-François Menyer, mars 1724, Bibl. nat., Mss FF joly de Fleury 185, f (...)

15Pourtant, au-delà des récriminations de certains habitants des quartiers, ces reproches et arguments sont peut-être d’abord révélateurs des tensions qui existent à l’intérieur de l’institution policière. Ils soulignent l’existence de désaccords sur les manières de faire la police autant qu’un classique conflit de compétences entre officiers en partie concurrents. En 1724, le commissaire Ményer, syndic de la compagnie des commissaires, ne s’exprime pas autrement dans un mémoire au procureur Joly de Fleury : les inspecteurs, trop ignorants, n’ont pas de légitimité, pas d’autorité suffisante pour contenir le peuple dans les bornes du respect et de l’obéissance19 Voilà qui semble justifier par avance le peu de solidarité, ou l’ambiguïté, des commissaires face à cette force de police active.

  • 20 J. Chagniot, Paris et l’armée au XVIIIe siècle. Étude politique et sociale, Paris, Économica, 1985.

16L’évolution des attitudes de la population parisienne à l’égard du guet ou de la garde de Paris au siècle des Lumières montre toutefois que la situation est loin d’être figée. Longtemps, cette force de maintien de l’ordre fut mal respectée par les militaires tels les mousquetaires à l’origine sociale plus relevée, et par le peuple, plus particulièrement hostile aux « enlèvements de police » auxquels la garde participait. Après 1750, un usage de la garde plus circonstancié, l’action des tribunaux qui imposent plus fermement le respect après les cas de rébellion et enfin, les progrès de la discipline militaire apaisent la situation20 Au total, ces quelques notations invitent à reprendre des questions pour lesquelles les réponses manquent encore largement : assiste-t-on à une évolution des manières de concevoir et de faire la police avant et après 1750 ? Comment évoluent les profils, la formation des agents de la sûreté publique ? Comment les utilise-t-on concrètement sur le terrain ?

Quelle police pour le peuple ?

  • 21 E.-M. Benabou, La prostitution et la police des moeurs à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Perrin, 198 (...)
  • 22 De 1750 à 1784, on compte 9 inspecteurs mobilisés régulièrement contre les mendiants et 8 commissai (...)
  • 23 « Éloge de Monsieur de la Mare, Traité de la Police, tome IV, De la Voirie, 1738, par Le Clerc du B (...)

17Il n’est pas certain que l’on puisse opposer commissaires et « bas officiers » dans leur manière de faire la police tout le siècle durant. Certains couples, ainsi celui que constituent le commissaire Hugues et l’inspecteur Quidor spécialisés dans la lutte contre la prostitution ont déjà été repérés21 Le commissaire Ferrand qui se distingue par son respect absolu à l’égard de la politique conduite par Sartine et Lenoir en se consacrant, entre 1763 et 1784, à la chasse aux mendiants, illustre le cas de ces agents de la « sûreté » qui délaissent les taches plus lucratives de leur office et la police juridictionnelle au profit de la police active22. Selon Christian Romon, le cas est exceptionnel, mais l’ampleur exacte de l’exception, le nombre, le profil, la période d’intervention de ces commissaires qui mettent en œuvre une police conforme aux injonctions de la lieutenance générale mériteraient d’être mieux mesurée. Que représentent vraiment au sein de l’institution certaines figures célèbres et emblématiques de la police parisienne, tels le commissaire Delamare, dévoué à l’égard d’une police active, non lucrative, selon l’éloge qu’en fait Leclerc du Brillet ; le commissaire Dupré, qui devenu honoraire, continue à s’occuper des affaires de communautés de métiers dans les bureaux de la Lieutenance ; le commissaire Lemaire, promu ancien du quartier de la place Maubert très rapidement, brillant élément repéré par Sartine qui lui confie la rédaction d’un fameux mémoire sur la police23 ?

  • 24 J.C.P. Lenoir, Notes additionnelles au manuscrit du commissaire Lemaire, Orléans, Mss 1402, fol. 11 (...)

18Le témoignage de Lenoir invite à réfléchir sur les changements susceptibles d’affecter la carrière et le métier des commissaires au Châtelet après 1750. Dans ses notes additionnelles au mémoire de Lemaire, il explique que le niveau des commissaires s’est amélioré à la fin du XVIIIe siècle. Il entend par là une amélioration de leur formation, une élévation de leur origine sociale (la finance de l’office grimpe jusqu’à 100000 livres) et une autre manière de faire la police. Le Noir affirme très clairement que le lieutenant de police promeut au titre d’anciens dans les quartiers, aux fonctions spécialisées pourvues de gratifications afférentes, ceux qu’il distingue parce qu’ils ne courent pas après les scellés et qu’ils se dévouent aux tâches les plus liées au « service public » et à la police active24. L’administration centrale de la police défend, par exemple à travers les circulaires adressées à la compagnie des commissaires, cette orientation vers une police active et essaie de définir un service public qui implique spécialisation des tâches, professionnalisation, bureaucratisation des normes. Mais cet idéal correspond-il à la « police de proximité » attendue par la population ? Est-il partagé par l’ensemble des commissaires ?

19Le chef de la police est lui-même tributaire d’une échelle de considération : il méprise les basses mouches tout en les concevant comme un mal nécessaire. Comprendre l’autorité dont peut être investi tel ou tel agent de la police face à la population dans des contextes donnés suppose que l’on puisse articuler à la fois la variable sociale et celle du prestige acquis, la variable culturelle et la formation dont on sait trop peu, l’aura personnelle des agents, la manière dont l’institution par ses normes et par les pratiques de ses agents parvient à construire sa légitimité.

La question de « l’enracinement communautaire » : le cas des commissaires

  • 25 D. Garrioch, « The People of Paris and their Police in the Eighteenth Century: Reflections on the I (...)

20Selon les suggestions formulées par D. Garrioch, le développement de la police parisienne au XVIIIe et son efficacité relative sont dus à sa capacité à s’intégrer dans un système communautaire de régulation des conflits, celui du voisinage et du quartier25. La police et le commissaire au Châtelet jouent un rôle de médiateur ; ils régulent de nombreux petits conflits et drames familiaux avec le souci de défendre l’honneur, la réputation même des gens de peu. Si l’on trouve des cas d’arbitraire dans les archives, on trouve aussi de nombreux exemples d’arrangement et de négociation. Le recours constant au voisinage pour que la police se fasse une conviction, le rôle déclencheur de ce voisinage dans la répression de certains délits lorsqu’un seuil de tolérance est dépassé constituent une preuve de cette insertion. Une capacité d’écoute, une aptitude à rendre service ou à porter secours soutiennent et accompagnent le développement de la police. De surcroît, le relatif « embourgeoisement » des commissaires les aide à asseoir leur autorité. En définitive, un compromis s’établit entre l’aspiration à la sécurité des propriétaires, l’appel à la justice des basses classes et l’idéal d’ordre défendu par la police, par ailleurs soucieuse de contenir les grands perdants de l’évolution, à savoir la « population flottante ». Ces suggestions séduisent parce qu’elles forcent à s’interroger sur ce que veut dire maintenir l’ordre, mais elles négligent sans doute certains faits problématiques.

  • 26 Arch. nat., Y 13728, circulaire du 8 janvier 1766, Sartine rappelle le soin que les inspecteurs doi (...)

21Les conflits internes à la police sur ce que doit être son rôle, les divergences de conception, dont certaines renvoient à des questions très matérielles comme les possibilités de financement de la police active, par exemple, sont trop vite évacués. Les tensions qui naissent de l’essor d’une logique de « service public » dans un univers marqué par le privilège et la logique patrimoniale de l’office ne sont pas plus envisagées. Par ailleurs, les propositions de D. Garrioch peuvent donner le sentiment d’un simple transfert d’autorité et de légitimité entre police d’une part et patrons ou protecteurs traditionnels d’autre part. Or, les méthodes de la police sont différentes, ne sont pas neutres et changent au cours du temps. L’administration introduit le registre, le formulaire, une pratique de l’écrit et un mode de vérification qui tranche sur certains usages. Les résistances qui peuvent se manifester à l’égard de la tenue des registres des logeurs, exigée par la police, peuvent fournir une illustration du décalage existant entre les règles d’identification prescrites et le maintien d’autres règles de reconnaissance des personnes dans le cadre des lois traditionnelles de l’hospitalité. Par ailleurs, certaines circulaires de la lieutenance montrent que la police veut fixer des règles administratives « universelles » qui ne sont pas celles de la régulation communautaire, par souci d’éviter les injustices et l’instrumentalisation possible de la police par les habitants26. À l’autre bout de la chaîne, la notion de « communauté du voisinage » et celle de « population flottante » appellent aussi d’autres précisions. Pour autant, une exploitation plus systématique des archives des commissaires peut renseigner sur la nature des rapports entre la population et ces officiers commissaires au quotidien.

PIERRE RÉGNARD LE JEUNE ET LA POPULATION DU QUARTIER SAINT-EUSTACHE (1712-1751)

  • 27 C. Colin, Le métier de commissaire. Pierre Régnard le Jeune et le quartier de police Saint-Eustache (...)

22Pierre Régnard commence sa carrière en 1712 sous la protection de d’Argenson et la poursuit dans le même quartier pendant plus de 38 ans. Il donne l’image d’un commissaire au Châtelet scrupuleux et zélé dans l’application des ordres, obéissant rapidement aux injonctions de ses supérieurs. Si l’on ne sait rien de sa formation, s’il n’a pas de spécialité reconnue et identifiée, du moins son excellente implantation, et partant sa bonne connaissance de son département et de sa population, permettent-elles de réfléchir à une manière de s’intégrer, de se construire réputation et légitimité dans un quartier de police après le découpage de 170227.

Un commissaire, son public et son quartier :

23Les archives du commissaire Régnard illustrent sans surprise la suspicion plus ou moins forte qui s’attache à certaines catégories de population. Régnard est plus facilement soupçonneux à l’égard d’un domestique qu’à l’égard d’un bourgeois, maître ou marchand. De même considère-t-il les jeunes chômeurs, les « personnes aux manières d’ouvriers », les soldats égarés comme autant de suspects potentiels. Là rien, surtout si l’individu n’est pas connu dans le quartier, ne vient infléchir les décisions du commissaire. Le clivage entre les gens du quartier et les autres, entre résidents et non résidents est donc bien établi avant 1750. Régnard peut libérer un particulier connu, alors que pour une même faute, il emprisonne un accusé dont l’identité ne peut être établie par un réseau d’interconnaissances...

  • 28 Arch. nat., Y 15230, procès-verbal et plainte du lundi 26 juillet 1723.
  • 29 Arch. nat., Y 15247, lettre de Feydeau de Mar ville à Régnard, 13 janvier 1740.
  • 30 V. Milliot, « La surveillance... », op. cit.

24Les papiers de Regnard montrent qu’il connaît les lieux de résidence, la date d’installation dans le quartier, la réputation et la moralité des habitants. Cette insertion dans un système local de relations peut le conduire à prendre fait et cause pour « ses » administrés, contre d’autres agents de la sûreté. En juillet 1723, il prend le parti des habitants de la rue de Bourbon contre un exempt de la compagnie de robe courte, qui, muni d’un ordre du lieutenant général de police pour arrêter les « particuliers courant les rues sur leurs chevaux ou en charrette », veut mettre en fourrière le cheval d’un plâtrier28. Pour le moins, cette connaissance peut conduire à une relative mansuétude, voire à une tolérance coupable. En 1738, Régnard tolère l’installation en face de son étude d’un maître à danser qui tient chez lui des assemblées de jeunes gens les dimanches et jours de fêtes, au préjudice des règlements de police29. Là comme ailleurs, tant que le voisinage ne se plaint pas, on ferme les yeux sauf si la hiérarchie s’en mêle ; ce qui ne manque pas de survenir en janvier 1740, lorsque Feydeau de Marville exige la fin de ce scandale après rapport de ses espions. L’exploitation des archives de la chambre de police montre la même chose : certains commissaires tardent parfois à intervenir contre les logeurs en infraction de leurs départements, alors que les visites quotidiennes des inspecteurs et le système du visa mensuel sur les registres permettent de détecter très rapidement le moindre manquement aux ordonnances de police30.

25Ces quelques éclairages montrent que Régnard semble jouer un rôle de protecteur, tout en se faisant le relais d’une attitude plus répressive à l’égard des plus « marginaux ». Mais cette insertion est le résultat d’une construction qui s’accommode d’une gamme très nuancée d’attitudes et de comportements à son égard et de la considération plus ou moins grande qu’il accorde aux affaires qui surviennent en son étude et dans son quartier.

  • 31 C. Colin, mêm. rit., p. 248-290 ; les résultats ont été obtenus en 3 coupes, 1718-23, 1730-35 et 17 (...)

26Les façons de mettre en forme les dépositions et les plaintes illustrent déjà un certain type d’attitude du commissaire face à sa clientèle. La mise en récit d’un outrage subi est susceptible de varier en fonction de la qualité des plaignants, indépendamment même des façons de parler socialement différenciées des interlocuteurs du commissaire. En outre, Régnard tient de préférence la plume pour traiter les affaires des gens de qualité, alors qu’il délègue à son clerc les affaires qui mettent en cause les petites gens : un gros tiers de ceux pour lesquels il rédige les actes lui-même sont nobles ou robins, un autre tiers est issu du monde de la marchandise et des maîtres de métiers, alors que moins de 10 % d’entre-eux sont compagnons, manouvriers ou domestiques31. Les personnages de qualité ou les serviteurs attachés à quelques grands personnages sont par ailleurs reçus pour déposer non dans son étude, mais dans son cabinet, hors de la présence du clerc.

  • 32 Sur ce point, voir les remarques de S. Kaplan, loc. cit.
  • 33 L.S. Mercier, Le Tableau..., op. cit., chapitre CDLXXXIX, p. 1332-1336.

27Ces traitements particuliers sont également visibles lorsque l’on doit régler au commissaire l’acte demandé. Ce dernier prend garde d’être payé car il doit verser, comme tous ses confrères, son écot à la bourse commune de la compagnie des commissaires, tous les 20 du mois32. Le commissaire ne paie que si lui-même a bien perçu ce qu’on lui doit, mais dans ce cas, la compagnie note sa dette. Cet officier n’hésite donc pas à poursuivre ses débiteurs en justice, d’où cette réputation d’âpreté au gain dénoncée par L. S Mercier33. Toutefois, Regnard peut offrir des facilités de paiement. Qui donc a du crédit ? Les clients qui ont des domiciles proches de l’étude, la prudence se renforçant avec la distance ; mais aussi des collègues ou des petits officiers relevant du même univers que le commissaire et pour la majorité, il s’agit du monde de la boutique et de la marchandise. Les gens de peu doivent régler vite quand ils sont solvables, la noblesse règle immédiatement et si elle « oublie » de s’acquitter, on semble ne rien lui réclamer. Par de multiples petits signes, la complexité du statut social du commissaire apparaît ici, son intégration dans les rangs de la bourgeoisie « moyenne », la conscience qu’il a de ce qui le sépare du petit peuple, mais aussi la hiérarchie des conditions et de la déférence qui s’impose à lui.

28À l’inverse, les papiers de l’étude Régnard offrent de multiples indications sur la considération que la population peut avoir à son égard et sur les diverses manières d’avoir recours à lui qui coexistent. Au cours des années 1716-1720 par exemple, plus de 90 % des paiements sont effectués lors du mois qui suit un dépôt de plainte ou la rédaction d’un procès-verbal. En d’autres termes, tous milieux sociaux confondus, on règle vite et fidèlement son commissaire, beaucoup plus facilement en tout cas qu’on ne règle les droits exigés par les inspecteurs à la même époque. Par ailleurs, on constate que tous ne se rendent pas chez le commissaire de la même façon. Certains clients hésitent à déranger l’intimité nocturne du commissaire : ainsi les officiers, les nobles, les professions libérales et intellectuelles, sauf cas d’urgence. En revanche, les gens plus modestes peuvent déposer plainte à des heures indues même pour des broutilles. Dans le même ordre d’idée, on s’aperçoit que les gens plus aisés peuvent différer leur passage chez le commissaire au contraire des gens modestes, dont le besoin de protection et de réparation semble plus immédiat. La possibilité de faire jouer d’autres systèmes de protection ou de réparation, de caractère « privé » au lieu de la police, la vie plus ou moins fragile conditionnent donc en partie les rapports entretenus avec le « service public ».

29À ces multiples notations sur la nature des rapports entre commissaire et population, s’ajoute enfin l’importance de l’appropriation de l’espace pour fonder la légitimité de l’action de la police.

Les conflits : une question de notoriété dans l’espace ?

30Les visites effectuées par les maîtres jurés des communautés de métiers sont à l’origine de la plupart des cas de rébellion dans lesquels le commissaire Régnard est impliqué entre 1712 et 1723. La fureur de certains maîtres et compagnons conduit plus souvent à des insultes et à des irrévérences, qu’à des atteintes corporelles. En revanche, on constate que plus Régnard s’écarte de l’épicentre de son département, plus il s’éloigne de son étude, notamment dans le cadre des rôles de police, plus les rebellions se font fréquentes et spectaculaires. Les pratiques habituelles de vérification d’identité, d’attestation de domicile, de signature sont alors fortement contestées : refus de signer les procès-verbaux, refus de déclarer son nom et sa demeure à un commissaire « qui n’en a que faire » puisqu’il n’est pas du quartier.

  • 34 C. Colin, « Pratiques et réalité d’un quartier de police à Paris dans la première moitié du XVIIIe (...)

31Dans le même ordre d’idées, le lien entre les transports effectués par le commissaire dans les différentes rues de son quartier et les visites des habitants à l’étude de Regnard est net : 53 % des premières visites effectuées par les habitants du quartier, entre 1712 et 1721, sont précédées par un déplacement du commissaire chez l’un des habitants de cette même rue34. Un commissaire qui paraît en personne, qui agit au vu et au su de tous, crée le réflexe de s’adresser à lui. On saisit ici l’importance de l’obligation de résidence qui est faite au commissaire. Plus le commissaire s’enracine dans son département, plus il s’approprie son espace, depuis les alentours immédiats de son étude et les voies qui communiquent immédiatement avec elle, jusqu’aux voies plus reculées.

  • 35 V. Milliot, « Saisir l’espace urbain : la mobilité des commissaires au Châtelet et le contrôle des (...)

32Ce constat souligne l’enjeu de la spécialisation et de l’intervention des commissaires hors de leur quartier, ce qui met en cause la manière dont les lieutenants généraux utilisent certains de leurs agents. La question est ouverte quand Sartine et Lenoir donnent le sentiment, après 1750, de vouloir marier une logique d’enracinement et de notabilité dans les quartiers et une logique plus fonctionnelle, moins territoriale35. Il resterait à savoir si certaines affaires peuvent être traitées selon une logique fonctionnelle et si d’autres, au contraire, requièrent le maintien d’un tissu de relations inter-personnelles validées par l’habitude et la connaissance. Il s’agirait moins de désigner les perdants d’une évolution vers la police active, mais de définir les types de délits et de situation appelant un nouveau type d’intervention, avec l’accord de la population. À partir des années 1760, la lutte contre les infractions à la législation des garnis par exemple montre que certains délits comme les défauts d’enregistrement des clients restent poursuivis dans le cadre des quartiers, et que là bien des arrangements restent possibles, alors que la chasse aux logeurs clandestins ou à la prostitution en garni est plutôt le fait de commissaires qui travaillent sur plusieurs quartiers à la fois, certains s’en faisant une spécialité comme le commissaire Hugues, du quartier des Halles puis de la rue Montmartre (1760-1780). La période voit certes la répression contre les marginaux de toutes sortes s’intensifier, mais sans doute faut-il compter avec une tolérance de la population établie qui peut changer et un voisinage donnant son accord tacite pour lutter contre la débauche, hors des cadres anciens et communautaires de régulation sociale.

  • 36 C’est l’un des fils de l’ouvrage collectif, M.C. Blanc-chaleard, C. Douki, N. Dyonet et V. Milliot (...)

33L’étude des rapports entre le peuple et la police gagne à n’être pas menée dans les seuls moments de crise et de tensions. La prise en compte de la quotidienneté des pratiques n’exclut pas de concevoir les contradictions, les tensions sourdes qui animent les comportements des uns et des autres, mais elle oblige à sortir des cas picorés dans les archives et d’un certain « impressionnisme ». L’intérêt principal de l’enquête repose sur la volonté de suivre les manières dont les rapports à l’institution se construisent, dont les normes se diffusent, s’appliquent, sont intériorisées et réinterprétées par différents protagonistes36. Un tel projet suppose que l’on étudie mieux la formation, les profils et les pratiques des commissaires, des inspecteurs, cela dans une longue durée relative pour faire ressortir des modèles et des évolutions. Le consensus qui fonde l’action d’une police de plus en plus spécialisée, administrative et bureaucratique souhaitée par certains lieutenants généraux, ne s’est pas imposé sans débat interne à l’institution, sans divergence d’appréciations et d’attentes au sein de la population. Là sans doute, se trouve une clef pour comprendre l’évolution des rapports entre le peuple et la police.

Notes

1 G. Brice, Nouvelle description de la ville de Paris, 1725,1, p. 32-33 ; L.S. Mercier, Le tableau de Paris, chapitre XXV, Amsterdam, 1783, tome I, édition établie sous la direction de J. C Bonnet, Mercure de France, 1994 ; J.-C.-P. Lenoir, Mémoires, médiathèque Orléans, Mss 1399, titre IV.’

2 P. Manuel, La police de Paris dévoilée par l’un de ses administrateurs de 1789, Paris J. B Garnerv An II.

3 Selon une formule d’A. Farge et A. Zysberg, « Les théâtres de la violence à Paris au XVIIIe siècle », Annales ESC, 1979-5, p. 1013-1014.

4 J. Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, Le Seuil, 2002.

5 Le programme d’études des commissaires a été tracé par S. L. Kaplan, mais il reste pour une bonne part à effectuer, « Notes sur les commissaires de police à Paris au XVIIIe siècle », Revue d’Histoire moderne et Contemporaine (RHMC), 1981-4, p. 669-686.

6 V. Milliot, « La surveillance des migrants et des lieux d’accueil à Paris du XVIe siècle aux années 1830 », dans D. Roche (dir.), La Ville promise. Mobilité et accueil à Paris (fin XVIIe-début XIXe siècle), Paris, Fayard, 2000, p. 21-76.

7 Turmeau de la Morandière, Police sur les mendiants, les vagabonds, les joueurs de profession, les intriguants, les filles prostituées, les domestiques hors de maison depuis longtemps et les gens sans aveu, Paris, Dessain junior, 1764.

8 Bib. nat., manuscrits, fonds français, coll. Joly de Fleury 1803, fol. 6-7.

9 J. Seznec (éd.), Mémoire sur la réformation de la police de France (...) par M. Guillauté (1749), Paris, Hermann, 1974.

10 V. Milliot, « La surveillance... », op. cit et C. Romon, « Mendiants et policiers à Paris au XVIIIe siècle », Histoire, économie et société, 1982-2, p. 259-295.

11 Arch. nat, Y 12830 et 13728.

12 Travaux en cours de V. Denis (Paris I) ; J.-F. Dubost, « Les étrangers à Paris au siècle des Lumières », D. Roche (dir.), La ville promise..., op. cit., p. 221-290 ; Registre des « particuliers et particulières exerçant des professions, arts et métiers qui ne sont point érigées en communauté dans la Ville et faubourgs de Paris » (oct. 1767-mars 1769), Arch. nat., Y 9508.

13 J.C.P. Lenoir, Mémoires, médiathèque Orléans, Mss 1399-1402.

14 S.L. Kaplan, La fin des corporations, Paris, Fayard, 2001.

15 A. Farge et J. Revel, logiques de la foule. L’affaire des enlèvements d’enfants, Paris 1750, Paris, Hachette, 1988 ; S. Kaplan, Le complot de famine : histoire d’une rumeur au XVIIIe siècle, Cahier des Annales 39, 1982.

16 Arch. nat. Arch. dép., + 1032, pièce XV et Arch. nat., Y 12830,19 août 1777.

17 P. Piasenza, « Juges, lieutenants de police et bourgeois à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècle », Annales ESC, 1990-4, p. 1189-1215.

18 Mémoire pour plusieurs particuliers tenons hôtels, contre les inspecteurs depolice..., sd, Bibl. nat., Mss FF Joly de Fleury 185, fol. 242 et suiv.

19 Mémoire du commissaire Nicolas-François Menyer, mars 1724, Bibl. nat., Mss FF joly de Fleury 185, fol 280 bis à 341.

20 J. Chagniot, Paris et l’armée au XVIIIe siècle. Étude politique et sociale, Paris, Économica, 1985.

21 E.-M. Benabou, La prostitution et la police des moeurs à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Perrin, 1987.

22 De 1750 à 1784, on compte 9 inspecteurs mobilisés régulièrement contre les mendiants et 8 commissaires (sur un stock de 57 !). À l’exception de Ferrand, ils ont une activité assez irrégulière dans ce domaine. Ils font alterner plus nettement que lui fonctions civiles et fonction de pure police, C. Romon, loc. cit.

23 « Éloge de Monsieur de la Mare, Traité de la Police, tome IV, De la Voirie, 1738, par Le Clerc du Brillet ; J.-C. Hervé, « L’ordre à Paris au XVIIIe siècle : le Recueil de reglements de police du commissaire Dupré », RHMC, 1987-2, p. 185-214 et A. Gazier (édit.), La Police de Paris en 1770. Mémoire inédit composé par ordre de C. de Sartine, sur la demande de Marie-Thérèse, Mémoires de la Société de l’Histoire de Paris, tome V, Paris, Champion, 1879.

24 J.C.P. Lenoir, Notes additionnelles au manuscrit du commissaire Lemaire, Orléans, Mss 1402, fol. 114 et suiv. ; voir aussi Mss 1400, titre XIII, fol. 890.

25 D. Garrioch, « The People of Paris and their Police in the Eighteenth Century: Reflections on the Introduction of a ‘Modern’ Police Force », European History Quaterly, vol. 24 1994 p. 511-535.

26 Arch. nat., Y 13728, circulaire du 8 janvier 1766, Sartine rappelle le soin que les inspecteurs doivent apporter aux informations qu’il leur demande, en « n’ayant point d’égard aux empressements souvent trop marqués et suspects de la part des personnes qui sollicitent ». Même attention pour les demandes d’emprisonnement, Arch. nat., Y 13728, circulaire d’Albert du 23 septembre 1775.

27 C. Colin, Le métier de commissaire. Pierre Régnard le Jeune et le quartier de police Saint-Eustache (1712-1751), mémoire de maîtrise, Université Paris VII Denis Diderot, 1990, ex. multigr.

28 Arch. nat., Y 15230, procès-verbal et plainte du lundi 26 juillet 1723.

29 Arch. nat., Y 15247, lettre de Feydeau de Mar ville à Régnard, 13 janvier 1740.

30 V. Milliot, « La surveillance... », op. cit.

31 C. Colin, mêm. rit., p. 248-290 ; les résultats ont été obtenus en 3 coupes, 1718-23, 1730-35 et 1736-42.

32 Sur ce point, voir les remarques de S. Kaplan, loc. cit.

33 L.S. Mercier, Le Tableau..., op. cit., chapitre CDLXXXIX, p. 1332-1336.

34 C. Colin, « Pratiques et réalité d’un quartier de police à Paris dans la première moitié du XVIIIe siècle : l’espace Saint-Eustache et le commissaire Pierre Régnard le Jeune (1712-1751) », dans Les quartiers de Paris du Moyen Âge au début du XXe siècle, Cahiers du CREPIF, no 38 mars 1992, p. 119-130.

35 V. Milliot, « Saisir l’espace urbain : la mobilité des commissaires au Châtelet et le contrôle des quartiers de police parisiens au XVIIIe siècle », RHMC, 49-4, 2002, à paraître.

36 C’est l’un des fils de l’ouvrage collectif, M.C. Blanc-chaleard, C. Douki, N. Dyonet et V. Milliot (texte réunis et présentés par), Police et Migrants. France, 1667-1939, Presses universitaires de Rennes, 2001.

Auteur

ENS-Lettres Sciences Humaines, Centre d’Histoire urbaine (UPRESA 1630)

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540