Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume I

 | 
Philippe Guignet

Les autorités politiques et le peuple

Action et sensibilité de l’intendant Calonne vis-à-vis des milieux populaires urbains

Éric Leroy

Texte intégral

1En exerçant ses fonctions d’administrateur royal, Charles-Alexandre de Calonne a de nombreuses occasions de rencontres avec les milieux populaires urbains. Il y a des manifestations officielles, où le peuple est un figurant aux côtés de l’intendant, et d’autres, plus populaires, où le peuple s’exprime plus librement. La presse rend compte largement de ces manifestations de sociabilité.

  • 1 AD Moselle J 7315. Nicolas-Louis-François Bertrand, conseiller au Parlement de Metz, est nommé off (...)
  • 2 Supplément aux Affiches pour les Trois-Evêchés et la Lorraine du jeudi 30 novembre 1773 contenant (...)

2Lors de certaines manifestations institutionnelles, Calonne apparaît comme un personnage de second plan, comme en témoigne la cérémonie d’installation du maître-échevin de Metz qui se déroule à l’intendance, le 14 juillet 17671. L’intendant des Trois-Évêchés se contente de complimenter le nouveau titulaire de la charge, entouré d’un long « cortège » de « corps et compagnies » défilant à travers la capitale messine. Mais, quand son action politique est déterminante, l’intendant devient un acteur essentiel des cérémonies publiques. Le rétablissement du Parlement de Metz, le 5 octobre 1775, où le peuple est invité à participer à la liesse collective2, entre dans ce cadre. Après l’enregistrement de l’édit, Calonne, « en robe de satin noir », apparaît devant le peuple messin, aux côtés du maréchal de Broglie, gouverneur des Trois-Évêchés, leurs écussons flottant ensemble dans la ville.

  • 3 Ibid, f° 198-199.

3La fête très organisée qui s’ensuit se veut une manifestation de « bienfaisance », où l’intendant, entouré d’un « peuple immense », se doit d’être près des plus indigents : lors d’« un banquet » public, Calonne, accompagné du prestigieux vainqueur de Berghen, et « suivis d’un nombreux cortège », fait le tour des deux tables au dessert pour y saluer cent vieillards « choisis entre les plus pauvres citoyens »3.

  • 4 Le dimanche 18 novembre 1781, Calonne, en compagnie du Prince de Robecq, se rend au repas organisé (...)

4Devenu intendant de Flandre, Calonne participe à nouveau à des cérémonies publiques, notamment lors des fêtes données à Lille en octobre-novembre 1781, à l’occasion de la naissance du Dauphin et des victoires remportées sur les Anglais. Il assiste également à des banquets publics et à de grands défilés organisés dans la capitale flamande4.

5Toutefois, certaines manifestations plus spontanées des milieux populaires urbains échappent en partie, voire totalement, au contrôle de l’intendant. Elles sont tantôt positives, tantôt négatives, envers sa personne et la fonction qu’il représente.

  • 5 Affiches Américaines, 8 mars 1775, f°114.

6Dans les périodes difficiles, telles que les crises frumentaires, l’intendant est souvent mis en cause. Pendant la Guerre des Farines, l’administrateur royal va, en personne, à la rencontre du peuple messin en révolte : un juif ayant été accusé de spéculer sur le blé, « le peuple s’émeut et se souleva et alla ravager la maison de cette sangsue du peuple. Messieurs de Conflans et de Calonne apaisèrent ce tumulte et promirent de le faire punir »5.

7L’intendant n’hésite pas à se mêler au peuple, lui apportant son soutien dans l’adversité. Au moment de l’incendie dramatique de l’hôpital militaire de Metz, en février 1774, Calonne écrit ainsi à son père :

  • 6 AN 297 AP/1, pièce 122 : lettre de Calonne à son père, 9 février 1774. Dans la nuit du 3 au 4 févr (...)

« Je pars à l’instant même pour me rendre à Metz afin d’établir un dépôt provisoire de malades et donner tous les soins nécessaires »6.

  • 7 AN 297 AP/1, pièce 123 : lettre de Calonne à son père, 13 février 1774 : « Je me suis enrhumé hier (...)

8Il tombe d’ailleurs malade au cours d’une visite d’inspection de trois heures, par « un temps affreux »7.

9En d’autres occasions plus réjouissantes, notamment lors du rétablissement du privilège des bélandriers dunkerquois, supprimé en 1775, les milieux populaires urbains viennent unanimement rendre hommage à l’intendant. Le duc de Croÿ décrit ainsi l’atmosphère qui saisit l’intendant et ses invités de marque, lors d’une fête corporative, à Dunkerque, le 15 juillet 1781 :

  • 8 Ce sont des bateaux à fond plat, adaptés aux bancs sableux de la côte dunkerquoise.
  • 9 Il s’agit de l’extrémité du canal de Bourbourg, où la situation élevée du terrain forme une sorte (...)
  • 10 Bibliothèque de l’Institut, journal inédit du duc de Croy, (inédit), manuscrit 1677, f°68.

« Dans ce temps, on l’aimait beaucoup parce qu’il [Calonne] venait de faire rétablir les bélandres qui sont indispensables pour le service de la rade et du port8. En reconnaissance, les mariniers donnèrent une grande fête ; à cinq heures, nous nous rendîmes au bassin des bélandres et on ne peut guère voir un plus beau coup d’œil que celui que nous eûmes par la multitude des banderoles et des têtes en amphithéâtre qui remplissait un très grand espace9. Ils allèrent le long d’un mât goudronné chercher des pommes au bout, ou les y reporter, et tombaient dans l’eau avec plus ou moins de succès. Puis un jeune marinier en habit de paysanne venait apporter des canards, chacun se disputant pour l’embrasser »10.

10L’administrateur royal se fond naturellement dans ce climat populaire joyeux, dansant avec ses invités de marque et se mêlant aux bélandriers :

  • 11 Ibid.

« À onze heures, nous allâmes tous dans la salle de la confrérie danser avec les bateliers. Madame de Robecq m’y fit danser encore un menuet dont je m’acquittais bien et avec plaisir voyant la joie que nous causions aux bons Dunkerquois »11,

  • 12 Annonces, Affiches, Nouvelles et Avis divers, pour la province de Flandres, 24 août 1781, f°20-21.

11Par la suite, il encourage la parution d’un article décrivant la fête célébrée en son honneur dans la ville portuaire12.

12Calonne est donc proche des milieux populaires urbains dans les manifestations de sociabilité mais cela est-il conforme à la réalité de son action vis à vis de ces mêmes milieux ?

  • 13 AD Moselle B 465, f°23. (délibération du Parlement du 2 mars 1768).
  • 14 AD Moselle B 466, f°7-8. (délibération du Parlement du 26 avril 1768). Par un arrêté, la compagnie (...)
  • 15 Ibid. « Le commissaire départi n’avait autre chose à y voir que de viser les exécutoires. »
  • 16 Ibid f°9-10. Il écrit au premier président Montholon : « Les intendants par cet arrêt [du 21 octob (...)
  • 17 AD Moselle B 469, f°9. (délibération du Parlement du29 mars 1770).
  • 18 Une ordonnance de Louis XV du 28 juin 1769 va dans ce sens en donnant toute autorité aux intendant (...)
  • 19 AD Moselle B 470, f°4. (délibération du Parlement du 15 novembre 1770).

13Durant ses deux intendances successives, un important dossier, suscitant de vigoureuses oppositions, a mobilisé l’attention de Calonne : il s’agit du paupérisme. Un arrêt du Conseil du 21 octobre 1767 attribue aux intendants l’administration des « dépôts de mendicité » créés dans chaque généralité13. Or, Calonne se heurte dans les Trois Évêchés à un travail de sape systématique mené par le Parlement de Metz, du 28 mars 176814 jusqu’à la veille de sa suppression. La Cour Souveraine n’entend pas que l’intendant puisse conserver « la juridiction, l’inspection et la police... médiate » et « immédiate sur toutes les prisons de son ressort »15. Le Contrôleur général Laverdy, pourtant réputé conciliant envers le corps parlementaire, soutient le magistrat royal en rappelant à l’ordre le Parlement messin16. Ce dernier poursuit néanmoins son obstruction en trouvant « quelques inconvénients à ordonner la visite des prisons avant que la compagnie n’eût réglé la conduite que les commissaires nommés pour y procéder doivent tenir en ce qui concerne les maisons établies pour renfermer les mendiants »17. Il faut toute la fermeté du Chancelier Maupeou pour que les prérogatives de l’intendant soient préservées18. Il écrit le 7 novembre 1770 au Premier Président à propos d’un arrêté pris par la Cour contre l’intendant, sur la forme et l’administration des dépôts de mendicité : « Il [l’intendant] n’aurait encore agi que très régulièrement »19. Le ministre presse son interlocuteur de ne pas donner à son arrêté des suites contraires à la volonté gouvernementale :

  • 20 Ibid.

« Le Roi ne verrait pas sans mécontentement qu’elle [la compagnie] en prit occasion d’insister sur une prétention de visite, inspection ou administration de ces sortes d’établissements qu’il est décidé à ne pas lui accorder »20.

  • 21 Ph. Guignet dans Le pouvoir dans la ville au XVIIIe siècle, EHESS, Paris, 1990, p. 420, a bien mon (...)
  • 22 L. Trénard, « La prévoyance sociale dans la région lilloise sous Louis XV », Revue du Nord, no 282 (...)

14La gestion du paupérisme ne s’avère pas plus facile lors du passage de Calonne à l’intendance de Flandre en 1778. Cependant, elle met en relief l’attachement de l’ex-Douaisien au modèle hispano-tridentin de la pauvreté. L’exemple lillois étudié par Philippe Guignet21 et Louis Trénard22 est, à cet égard, éclairant.

  • 23 AD Nord. C 3955. Mémoire de 1786 qui « donne une idée générale de l’administration et ses différen (...)
  • 24 Sur ce personnage, consulter L. Trénard, « La lutte contre la pauvreté au seuil de la Révolution » (...)
  • 25 AD Nord. C 3955, op. cit. Requête des pauvrieurs de la paroisse Saint-Maurice envoyée à Calonne le (...)
  • 26 Ibid. Le subdélégué et le Magistrat de Lille auxquels Calonne a demandé leur avis confirment le 20 (...)
  • 27 Ibid. Lettre de Necker à Calonne, 15 juin 1780.
  • 28 Ibid. Lettre de Lagache à Calonne, 13 août 1780. Le subdélégué soupçonne que l’on veuille la destr (...)
  • 29 Ibid. Lettre de Calonne aux administrateurs de la Charité Générale, 28 octobre 1780 : « Je suis ét (...)
  • 30 Ibid. Lettre de Calonne à Joly de Fleury, 12 octobre 1782. L’intendant y expose la longue et pénib (...)
  • 31 La plupart des pauvrieurs sont des « chefs de manufacture » (voir Ph. Guignet, Vivre à Lille sons (...)
  • 32 AD Nord. C 3955. Calonne expose son projet dans deux lettres au Magistrat et aux administrateurs d (...)
  • 33 Ibid. Lettre des administrateurs du Bureau de la Charité Générale de Lille à Calonne, 7 novembre 1 (...)
  • 34 Ibid.
  • 35 L’expression est de L. Trénard, op. cit., p. 734. J’avoue douter fortement de la générosité de l’a (...)
  • 36 AD Nord. C 3955. Lettre des administrateurs du Bureau de la Charité Générale de Lille à Calonne, 7 (...)
  • 37 Sur ce personnage, voir P. Denis du Péage, Mélanges généalogiques, tome III, Sources Généalogiques (...)
  • 38 AD Nord. C 3955. Billet de l’intendance destiné aux administrateurs de la Charité Générale 20 déce (...)
  • 39 Ibid. Procès-verbal déposé par Théodore-Henri-Joseph Lefebvre, avocat à la gouvernance de Lille, a (...)

15À peine installé, Calonne met tout en œuvre pour rétablir, le 18 novembre 1778, un hôtel-Dieu de seize lits « en faveur des femmes malades qui manquaient à Lille de ce genre de secours »23. Il prend ainsi le contre-pied des idées professées en 1779 par le chanoine lillois Charles Leclerc de Montlinot, dans son discours24, dédié à Necker, tenu devant la Société Royale d’agriculture de Soissons. L’acuité du problème du paupérisme se matérialise, pour l’intendant de Flandre, à l’occasion du conflit opposant les pauvriseurs des charités paroissiales et l’administration du Bureau de la Charité Générale de Lille. Dès le 13 octobre 1778, dans une requête envoyée à l’intendant, les « pauvrieurs » de la paroisse Saint Maurice dénoncent les refus du Bureau d’octroyer des secours pour les femmes et enfants, « la mise sur pied de la milice de cette ville ayant forcé nombre d’ouvriers à abandonner leur famille »25. Ils veulent donc centraliser les distributions de secours. Rien n’y fait, si bien que le dossier resurgit en 177926. Necker demande à Calonne de régler cette affaire qui est pendante au Conseil27. Or, une ordonnance royale du 1er janvier 1780 « concernant les Hôpitaux Militaires et ceux de Charité au compte de Sa Majesté » confirme les intendants comme « chefs de la haute police des hôpitaux de leurs généralités ». L’intendant a donc tous les instruments juridiques pour agir. Calonne reprend l’avis de son subdélégué, qui est toujours aussi catégorique : il se prononce « pour le rétablissement de l’ordre ancien, la réunion de toutes les aumônes dans une seule caisse, et leur distribution par un seul bureau, éclairé par les avis des ministres particuliers des pauvres des paroisses »28. L’intendant, qui veut étudier tous les avis, écrit, le 22 septembre 1780, aux administrateurs de la Charité générale, qui ne répondent pas29. L’affaire se poursuit sous Joly de Fleury qui relance le dossier en juin 1781. Calonne se saisit alors du problème30, en se prononçant pour une réforme administrative du statut des « pauvrieurs »31, en faveur desquels il prend ouvertement parti. Cette réforme32 suscite la colère du Bureau de la Charité générale qui y voit « l’esprit d’inquiétude, d’innovation et de destruction, (souligné par lui) qui est malheureusement l’esprit caractéristique de notre siècle, menacer de bouleverser l’administration que le Roi a confiée à nos soins »33 ; et qui est « le vice accidentel de l’administration moderne »34. Le Bureau n’entend pas se prêter à un contrôle de ses fonds et pose toute une série de conditions restrictives. De plus, ces « notables généreux »35 se prononcent pour une ségrégation de fait36. Ils menacent l’intendant, s’ils n’obtiennent pas satisfaction, de faire appel au Parlement de Douai. Calonne, qui décèle derrière cette opposition caractérisée envers ses projets, la marque de l’avocat de la gouvernance Théodore-Henri-Joseph Lefebvre37, décide une conférence « chez lui », où il insiste sur la présence de ce dernier38 : l’intendant espère y lever les obstacles à son projet de règlement. Au cours de cette réunion, en présence de tous les acteurs de cette affaire, se produit un épisode animé, très révélateur de la personnalité et de l’action de Calonne, et qui nous est raconté par celui qui en fut, à ses dépens, le principal protagoniste. D’entrée de jeu, l’intendant dit « surtout ne pouvoir se dispenser de relever le ton indécent, injurieux même, de la réponse [du 7 novembre 1781] que le Bureau avait faite à la lettre par laquelle il avait communiqué à ce corps, par pure bonté et sans y être aucunement tenu, un plan d’arrangement qu’il avait imaginé »39.

  • 40 Ibid. L’avocat avait traité d’« absurdes » dans la lettre du 7 novembre 1781 les reproches des pau (...)
  • 41 Ibid. « M. de Calonne s’échauffa de plus fort, et après une longue tirade, [....] il me dit qu’il (...)
  • 42 Extrait du libelle L’Espion dévalisé., 1780 : cité par P. Ardascheff,, Les intendants de province (...)
  • 43 Cela n’empêchera pas l’échec de Calonne en ce domaine, lorsqu’il sera devenu ministre de Louis XVI (...)

16Le magistrat royal s’en prend surtout au « rédacteur de ce mémoire à qui il l’avait déjà témoigné d’une façon assez vive dans une conférence particulière ; que ce rédacteur lui ayant fait des excuses, et l’ayant même prié de rendre cette réponse, il n’en aurait plus parlé, s’il n’avait été déterminé à le faire par les propos qu’il lui était revenu que ce rédacteur avait tenus ». L’avocat lillois, qui reconnaît s’être excusé précédemment en privé auprès de l’intendant, réitère ses regrets en public40. Mais Calonne, les ignorant, l’interrompt promptement : il souligne qu’« il trouvait très singulier que je me mêlasse d’affaires publiques qui l’intéressaient ». Sur ce, l’intendant, après l’avoir sermonné une dernière fois, le congédie brutalement41. Cette vive réaction du commissaire départi n’est pas un simple mouvement d’humeur : contrairement à son prédécesseur, le « blafard Caumartin »42, elle se veut une illustration de la défense sans faille de ses prérogatives43.

  • 44 Sur cette question, voir ma communication lors du colloque Victor Louis et son temps, décembre 200 (...)

17Mais l’intendant Calonne n’est pas seulement attaché au modèle hispano-tridentin. C’est aussi un homme des Lumières44 qui pratique la « bienfaisance éclairée », dont il sait diffuser les effets, en utilisant habilement les circuits d’information à sa disposition.

  • 45 Affiches des Trois Evêchés, 25 août 1770, f°136 : la mort soudaine de sa première femme en couches (...)
  • 46 J. Gélis, dans La sage femme ou le médecin, Fayard, Paris, 1988, p. 91, fut le premier à révéler l (...)
  • 47 Affiches des Trois Evêchés, 5 décembre 1772, f°219-220. Ce thème de la dépopulation fait partie, à (...)
  • 48 AD Moselle. C 858, pièce 14. Lettre de Calonne aux curés, 29 juillet 1773 : « J’ai engagé le corps (...)
  • 49 J. Gélis, op. cit., p. 161.
  • 50 Par exemple Affiches, Annonces, et Avis divers pour les Trois-Evêcbés et la Lorraine, 20 février 1 (...)
  • 51 AD Moselle. C 858, pièce 14. Lettre de Calonne, op. cit. :

18Son action est multiforme. Au début des années 1770, il s’intéresse à l’obstétrique45. Dès le 1er décembre 1772, il met en place dans toutes les grandes villes de sa généralité des Trois-Évêchés, des cours d’accouchement46, pour éviter « une source de dépopulation »47. En accord avec le Maître Échevin de Metz48, il les établit dans la salle de l’ancien hôtel de ville. Les cours, gratuits, sont assurés avec des mannequins de démonstration49 par Bousquet, chirurgien des prisons royales de Metz, deux fois par semaine. Ils sont vantés à plusieurs reprises dans la gazette locale50, sous le contrôle de l’intendant. Le commissaire départi décide de prolonger cette action de la ville vers la campagne. Le 29 juillet 177351, il écrit

  • 52 Affiches, Annonces, et Avis divers pour les Trois-Evêcbés et la Lorraine, 7 août 1773, f°132.

« une lettre circulaire à tous les curés de son département, par laquelle il les invite à choisir dans leurs villages les femmes qu’ils croiront les plus capables d’être instruites, et de les envoyer au cours, en les assurant qu’il fera donner 20 livres par mois à celles qui ne seront point en état de faire cette dépense. Les maris de celles qui seront reçues par le sieur Bousquet, seront affranchis des travaux publics »52.

  • 53 J. Gélis, op. cit., p. 92.

19Cette attitude de Calonne est loin d’être partagée par l’ensemble du corps des intendants. Ainsi, l’intendant du Limousin Turgot ne fait pas suivre le passage de Madame Ducoudray en 1763, de cours pratiques destinés à pérenniser son action53. Il en va différemment pour Calonne qui, lors du passage à Verdun de la célèbre sage-femme, d’avril à juillet 1773 s’occupe activement de sa venue, expliquant notamment aux officiers municipaux les vertus pédagogiques d’une telle entreprise :

  • 54 AM Verdun. CC 206, pièce 220. Lettre de Calonne aux officiers municipaux de Verdun, 26 février 177 (...)

« Vous sentirez aisément l’utilité d’un enseignement rendu sensible aux yeux, par des opérations manuelles et des machines propres à démontrer aux gens les plus simples et les plus rustiques, ce que des leçons théoriques ne leur feraient pas comprendre que bien difficilement et imparfaitement. Je suis persuadé que vous vous porterez avec zèle à des vues qui intéressent autant l’humanité, et la conservation des citoyens »54.

20Le premier secrétaire de l’intendance, Jean Cantat, homme d’expérience, relaie les instructions de son supérieur auprès du Magistrat verdunois :

  • 55 Ibid., pièce 219. Lettre du premier secrétaire d’intendance Cantat aux officiers municipaux de Ver (...)

« M. l’intendant me charge de ne rien vous laisser ignorer sur les avantages qu’il y aurait et sur le bien évident et inappréciable qui se trouvera à profiter de cette occasion »55.

  • 56 Ibid. Le « chirurgien aide major de l’hôpital militaire » de Verdun, Pierre-Charles Lespine, qui « (...)

21Ce conseiller très proche de Calonne fait de cette innovation messine un modèle de référence auprès des grandes villes des subdélégations des Trois Évêchés. L’ambition de l’intendant est d’y établir « sous la direction d’un démonstrateur une école permanente d’accouchement »56. Son subordonné s’appuie sur l’exemple toulois pour susciter l’émulation de la ville de Verdun :

  • 57 Ibid.

« Celle [la ville] de Toul s’est déterminée, et sa délibération a été également approuvée de M. l’intendant et du ministère, à envoyer deux sages femmes à l’école de Paris, qui à leur retour seront pensionnées. Ces deux exemples ne peuvent, Messieurs, que vous engager à ne pas laisser échapper une occasion précieuse que vous avez pour ainsi dire sous la main et que vous ne retrouveriez plus »57.

  • 58 Ibid. « Plus de cent » élèves des subdélégations de Verdun, Sedan, Longwy, Montmédy se rendent aux (...)
  • 59 L’intendant du Limousin, écrivant à son confrère de Bordeaux en 1765, manifeste beaucoup de mépris (...)

22Calonne ne se tient nullement en retrait de son subordonné pendant le déroulement de cette affaire. Il règle « la manière dont chaque communauté pourrait envoyer une femme à l’instruction »58 et les indemnisations des élèves. Il insiste pour que la réponse du Magistrat verdunois lui soit communiquée « directement ». A la différence de Turgot59, il manifeste beaucoup de déférence envers la praticienne renommée. Lors de son départ de Verdun, il intervient énergiquement pour que la cité meusienne lui paie deux machines de démonstration :

  • 60 AM Verdun. CC 206, pièce 218. Lettre de Calonne aux officiers municipaux de Verdun, 23 juillet 177 (...)

« J’apprends, Messieurs, que Madame Ducoudray se propose de partir de votre ville lundi prochain. Comme il est convenable que vous lui payez avant son départ les quatre cent livres qui lui sont dues pour le prix de la machine que vous avez avec raison désiré qu’elle déposât en votre hôtel commun, vous voudrez bien à la réception de cette lettre lui faire remettre cette somme »60.

  • 61 AN 297 AP/1, pièce 126 : lettre de Calonne à son père, 28 février 1774.
  • 62 Ibid., pièce 131 : lettre de Calonne à son père, 25 mars 1774. L’ouvrage dont il est ici question (...)

23Ce respect envers la célèbre praticienne n’est nullement feint. En effet, Calonne reste en contact épistolaire avec la protégée de Bertin, car la pratique obstétricale l’intéresse, et son père partage cet intérêt61. L’intendant achète d’ailleurs pour ce dernier une « machine d’accouchement sur le pied de deux cent livres et deux exemplaires de son ouvrage »62. L’obstétricienne n’hésite pas, allant dans le Nord de la France puis dans les Pays-Bas autrichiens, à rendre un service appréciable aux Calonne :

  • 63 Ibid.

« Comme elle doit aller à Amiens très incessamment elle a ordonné que de Nancy où elle a fait faire la machine pendant qu’elle y était, on la lui portât à Amiens avec ses équipages, et d’Amiens elle l’enverra à Arras par le carrosse public à l’adresse de M. Ferrand, major pour vous être envoyée à Douai.63 »

  • 64 Ch. Nougaret-Chapalain, « La lutte contre les épidémies dans le diocèse de Rennes au XVIIIe siècle (...)

24L’action de Calonne s’étend aussi à d’autres domaines médicaux. La lutte antiépidémique demeure un souci majeur, notamment dans les petites villes rurales isolées des Trois-Évêchés ou de Flandre. Le schéma d’action64 est toujours identique : une enquête approfondie est menée sur le terrain par un ou plusieurs médecins locaux ou extérieurs envoyés par l’intendant. Ceux-ci travaillent en collaboration afin de porter un diagnostic sûr. Puis on procède à la mise en place d’une stratégie curative, avec une panoplie de moyens prophylactiques (mise en œuvre d’une hygiène stricte, emploi de différents remèdes, secours alimentaires etc.).

  • 65 BM Lille, Fonds Lillois, n“26771 (recueil factice de textes imprimés) ; et AM Aire sur la Lys, no (...)
  • 66 Ibid., Description de la Maladie, f°6 : « Il est à observer que les prémices de la maladie se sont (...)

25Ce mode d’action est mis en œuvre pour la région d’Aire-sur-la-Lys, en Artois. Une fièvre putride et maligne touche la petite cité artésienne de la fin septembre 1782 jusqu’aux environs du 20 juillet 178365. Elle a démarré dans un quartier pauvre de la ville66. Le magistrat royal suit attentivement l’évolution de la situation. L’Avant-Propos du mémoire détaillé consacré à cette épidémie exprime, sans équivoque, cette préoccupation :

  • 67 Mrs. Boucher doyen du collège de médecine, Merlin médecin de l’hôpital militaire, Saladin et Waram (...)
  • 68 BM Lille. Fonds Lillois, no 26771 (recueil factice de textes imprimés) ; et AAI Aire sur la Lys. n(...)

« Monsieur de Calonne, toujours attentif à ce qui intéresse l’humanité et le bien public, dans les différentes parties de son Administration, étant informé qu’il régnait à Aire une maladie dangereuse et devenue funeste à beaucoup d’habitants, s’est empressé à en faire constater la nature et rechercher le remède. [...] il crut ne devoir rien négliger de ce qui pouvait servir à en détruire totalement la cause et les effets. En conséquence, il invita les Officiers Municipaux de cette ville à lui faire parvenir un exposé de la maladie, qui fut rédigé par les médecins du lieu, pour être communiqué à quelques Médecins de la ville de Lille. Le Mémoire ci-joint en forme de consultation, est le résultat des observations de quatre Médecins de cette ville67 et de leur façon de penser sur la cure »68.

  • 69 Ibid., « M. de Calonne ayant appris, depuis l’envoi de ce Mémoire [après le 6 juin 17831 que la Ma (...)
  • 70 L’action de Calonne s’inscrit dans un mouvement de fond inspiré par le pouvoir royal dans la secon (...)
  • 71 BM Lille. Fonds Lillois, no 26771 (recueil factice de textes imprimés) et AM Aire sur la Lys. no 1 (...)
  • 72 Ibid, Cure de la Maladie, f°15. On vante pour « cette classe de citoyens » une meilleure hygiène, (...)
  • 73 Ibid., Description de la Maladie, f°7.
  • 74 Ibid., f°7, note d, alinéa 1.
  • 75 Ibid., f°7, note d, alinéa 3.
  • 76 Deux numéros successifs des Feuilles de Flandre datés des 5 et 12 août 1783 rendent compte, sous l (...)

26En juin 1783, l’épidémie s’étend de la ville vers la campagne. L’intendant envoie sur les lieux deux des quatre médecins pour s’en informer69. Le mémoire publié deux mois plus tard, sous les auspices de Calonne, se veut un véritable outil d’information et d’action antiépidémique70 à caractère général71. Il présente une véritable stratégie prophylactique visant les milieux populaires urbains72, en mettant l’accent, de manière très moderne, sur les dangers d’une mauvais curage des égouts73, de la pollution des cours d’eau par des tanneries74 ; ou encore, sur l’inconvénient de l’emplacement des cimetières en centre ville75. Une grande publicité est donnée par l’intendant à son action personnelle car il veut apparaître à la fois comme un agent essentiel d’innovation en matière d’hygiène publique et comme un élément moteur du système de soins76.

  • 77 Affiches des Trois Évêchés, samedi 20 juillet 1771, f° 114-115.
  • 78 C’est le cas de la « lettre « du médecin Michel de Tennetar « sur les flux dysentériques épidémiqu (...)
  • 79 Ibid, 31 juillet 1777, f° 122.
  • 80 Ce sont des thèses dédicacées à l’intendant en 1783 et qui portent, sur la chirurgie en trachéotom (...)

27Dans ces conditions, on comprend le vif intérêt de l’intendant pour les multiples aspects de la prophylaxie. Son action s’organise autour de trois axes principaux. En premier lieu, il contribue à la vulgarisation d’aliments nouveaux comme la pomme de terre77. Puis il fait diffuser de nouveaux remèdes et méthodes, auprès des « bureaux de l’intendance, où la distribution s’en fait au public »78. Enfin, il affiche son soutien à la recherche médicale, en assistant, le 17 juillet 1777, à la remise annuelle des prix d’émulation aux élèves chirurgiens79, dans l’amphithéâtre de Metz, et il patronne des thèses portant sur des sujets variés80.

  • 81 AD Moselle. C 1, f°180. Lettre du maréchal d’Armentières au duc de Choiseul, 18 juin 1768 : « M. d (...)
  • 82 Un aperçu global de cette crise frumentaire est fourni par F-Y. Lemoigne, « La crise frumentaire d (...)
  • 83 AD Moselle. C 1, f° 228. Lettre du Maréchal d’Armentières au duc de Choiseul, 10 juillet 1770 : «  (...)
  • 84 Ibid. Ce militaire, ami intime du duc de Choiseul, défend l’intendant pris dans la tourmente, tout (...)
  • 85 Affiches des Trois Évêchés, 4 août 1770, f°124.
  • 86 AD Moselle. C 1, f° 229-230. Lettre du maréchal d’Armentières au duc de Choiseul 14 août 1770.
  • 87 AM Verdun. BB 34, délibération de la commune du 22 décembre 1770.
  • 88 Un franchard de blé, mesure de Verdun, vaut 31 litres. (Jean-Baptiste Renard Traité des mesures gé (...)
  • 89 AM Verdun. BB 34, op. cit.
  • 90 AD Moselle. Bureau des Finances C 122.

28Un dernier champ d’intervention de l’intendant, qui ressort également de la « bienfaisance éclairée », est l’approvisionnement régulier des grandes villes en temps de crise frumentaire. Là aussi, l’action de Calonne, relayée par les moyens d’information, se révèle volontariste. L’intendant des Trois-Evêchés doit faire face à une première alerte en 1768. Il s’emploie à anticiper la crise, en prenant l’initiative d’extraire des magasins de l’armée, du blé que la ville de Metz s’engage à restituer81. Il essaie de généraliser cette méthode pragmatique pendant la crise de subsistances de 1770-177182, en surmontant d’énormes difficultés83, ainsi que l’impéritie du duc de Choiseul, qui a dégarni les magasins de l’armée84. Des mesures d’urgence s’imposent ; le commissaire départi est contraint de prendre, le 27 juillet 1770, une ordonnance qui fait défense « de laisser sortir aucuns grains hors du royaume » et de « saisir et arrêter ceux qui seraient conduits à l’étranger »85. Par prudence, Calonne, qui est aussi en butte à une très forte pression parlementaire, procède à des achats en Allemagne rhénane et mosellane qui s’avèrent, contre sa volonté, être trop importants86. Au même moment, à Verdun, l’intendant se montre également préoccupé du sort de la population. Le 15 juillet 1770, il tient dans la ville « une longue conférence sur la cherté des blés »87, avec les officiers municipaux de la cité meusienne. Il les persuade de conclure un marché pour « deux mille cinq cent franchards88 de blé »89 avec Louis Génin, un bourgeois de Verdun, entrepreneur des étapes pour l’armée90 L’intendant joue la carte de la sécurité alimentaire :

  • 91 AM Verdun. CC 203, pièce 53. Lettre de Calonne à la commune de Verdun, 13 août 1770.

« L’on ne doit pas se plaindre d’être réduit au seul inconvénient d’être embarrassé des moyens de vendre le bled dont on s’était approvisionné dans un moment où l’on se croyait menacé de la disette, et où il était nécessaire de remédier à cette crainte quoique destituée de tout fondement »91.

  • 92 Affiches des Trois Évêchés, 25 août 1770, f°136.

29Tirant les leçons de la crise précédente, il profite de son contrôle de la gazette locale pour y faire publier régulièrement le prix des grains92, afin de rassurer la population des Trois-Évêchés.

  • 93 F-Y. Lemoigne,La Lorraine passionnément. Pages d’histoire. XVIe XIXe siècles, éditions Serpenoise, (...)
  • 94 Affiches des Trois Évêchés, 13 juillet 1771, f°110.
  • 95 F-Y. Lemoigne, La crise frumentaire de 1770-1771, op. cit., p. 4.

30Ensuite, il utilise, dès la fin juin 1771, les « stocks de sûreté »93 importants des garnisons évêchoises ; « M. l’Intendant ayant obtenu de Sa Majesté la permission de tirer des Magasins des vivres des quantités de grains très considérables pour subvenir aux besoins du peuple »94. Il crée un grenier d’abondance à Metz, gage de régulation du marché frumentaire, alors que celui de Nancy est supprimé95. Dans un climat économique et social difficile, l’intendant Calonne acquiert, bien avant Turgot ou Necker, une stature d’administrateur compétent. Son image à l’issue de cette crise est assez flatteuse dans l’opinion publique, comme le révèle une correspondance de l’époque :

  • 96 F. Métra, Correspondance secrète, politique ou littéraire ou Mémoires pour servir à l’histoire des (...)

« S’il est résulté dans cette province une espèce de disette, suivie d’une émeute assez violente pour en imposer à la garnison, si le peuple a poussé les choses au point de brûler l’effigie de son intendant, ne peut-on pas excuser celui-ci, en disant qu’il était l’homme du Roi, et qu’obligé d’entrer dans les principes du gouvernement, alors cette faute ne lui était pas personnelle »96.

  • 97 Arrivé au Contrôle général, Calonne doit faire face à la crise de l’hiver 1783-1784. Il généralise (...)
  • 98 L’ex-contrôleur général s’est consacré, avant le 10 juillet 1789, à la rédaction d’un ouvrage sur (...)

31Cette réputation d’expert des questions frumentaires le suit pendant97 et après sa carrière administrative, jusque dans l’émigration98.

32L’intendant Calonne est donc un administrateur partagé entre deux mondes : par ses contacts aisés et répétés avec les milieux populaires urbains, par son attention soutenue envers des questions sensibles telles que le paupérisme, refusant de se prêter à la ségrégation sociale souhaitée par l’avocat lillois Lefebvre, il revendique son appartenance au monde hispano-tridentin des Pays-Bas. Parallèlement, homme des Lumières, il veut mettre en place une « administration moderne », selon les termes de son adversaire lillois. Il s’emploie à diffuser la pratique obstétricale à partir des grandes villes de son département et à lutter activement contre les épidémies, en promouvant le savoir médical. Artisan habile et pragmatique d’une politique d’anticipation et de prévention en milieu urbain, il cherche à atténuer le choc des crises de subsistance, socialement et économiquement dangereuses.

33Calonne conservera toujours cette attitude duale envers le peuple. Il l’exprimera en termes clairs face à un contradicteur, lors de l’émigration :

  • 99 Lettre de M. de Calonne, ministre d’État à M. l’évêque de Blois sur le cahier de Madon, sans lieu (...)

« N’être pas touché de la misère publique, ne pas craindre d’aggraver les charges du peuple, ne pas faire son possible pour en diminuer le poids, ce n’est pas seulement un défaut de mérite dans un administrateur des finances ; c’est à mes yeux une véritable infamie »99.,

Notes

1 AD Moselle J 7315. Nicolas-Louis-François Bertrand, conseiller au Parlement de Metz, est nommé officiellement maître-échevin, à Versailles, le 9 juin 1767. Le magistrat royal, accompagné de ses deux secrétaires d’intendance Martin et Cantat, participe, le jour de la cérémonie d’installation, au dîner à l’hôtel de ville messin, en compagnie de différentes notabilités comme l’évêque de Metz, Montmorency-Laval, l’inspecteur des mineurs et de l’artillerie Gribeauval, le marquis de Conflans.

2 Supplément aux Affiches pour les Trois-Evêchés et la Lorraine du jeudi 30 novembre 1773 contenant la Relation des fêtes qui se sont données en cette Ville et dans toutes celles de la Province, à l’occasion du rétablissement du Parlement, et lors de sa rentrée à la Saint Martin, f° 196 : « À peine la nouvelle de cet événement fut-elle répandue, que les transports d’allégresse éclatèrent de toutes parts. Les Citoyens dispersés dans les campagnes, les habitants de la Province, les étrangers même, accoururent en foule dans cette Ville pour y partager la joie publique, et pour l’accroître par les témoignages de leur satisfaction personnelle. »

3 Ibid, f° 198-199.

4 Le dimanche 18 novembre 1781, Calonne, en compagnie du Prince de Robecq, se rend au repas organisé par le Magistrat lillois pour « 800 pauvres » placés par les « proviseurs de sept paroisses » avec « un public immense qui les entourait ». « M. l’Intendant s’y distinguait par son patriotisme et l’air de satisfaction qu’inspirait la Fête ». (Annonces, Affiches, Nouvelles et Avis divers, pour la province de Flandres, 23 novembre 1781, f°122). Ce geste très symbolique de l’intendant à l’égard des pauvriseurs est, comme nous le verrons plus loin, un acte politique mûrement réfléchi.

5 Affiches Américaines, 8 mars 1775, f°114.

6 AN 297 AP/1, pièce 122 : lettre de Calonne à son père, 9 février 1774. Dans la nuit du 3 au 4 février 1774, un incendie anéantit l’hôpital militaire de Metz, faisant « plus de 500000 livres » de dégâts, sans causer aucune victime, (Affiches, Annonces, et Avis divers pour les Trois-Évêchés et la lorraine, 10 février 1774, f° 26-27).

7 AN 297 AP/1, pièce 123 : lettre de Calonne à son père, 13 février 1774 : « Je me suis enrhumé hier en visitant les funestes effets de l’incendie qui a détruit notre magnifique hôpital ».

8 Ce sont des bateaux à fond plat, adaptés aux bancs sableux de la côte dunkerquoise.

9 Il s’agit de l’extrémité du canal de Bourbourg, où la situation élevée du terrain forme une sorte d’amphithéâtre.

10 Bibliothèque de l’Institut, journal inédit du duc de Croy, (inédit), manuscrit 1677, f°68.

11 Ibid.

12 Annonces, Affiches, Nouvelles et Avis divers, pour la province de Flandres, 24 août 1781, f°20-21.

13 AD Moselle B 465, f°23. (délibération du Parlement du 2 mars 1768).

14 AD Moselle B 466, f°7-8. (délibération du Parlement du 26 avril 1768). Par un arrêté, la compagnie marque « sa surprise » de l’arrêt du 21 octobre 1767 concernant les vagabonds et gens sans aveu.

15 Ibid. « Le commissaire départi n’avait autre chose à y voir que de viser les exécutoires. »

16 Ibid f°9-10. Il écrit au premier président Montholon : « Les intendants par cet arrêt [du 21 octobre 1767] n’ont d’autres fonctions que celles d’administrations de ces maisons qui appartenantes au Roi ne peuvent être régies que par le commissaire départi pour l’exécution de ses ordres dans les provinces. Je vous prie de faire faire (sic) ces réflexions au Parlement de Metz ».

17 AD Moselle B 469, f°9. (délibération du Parlement du29 mars 1770).

18 Une ordonnance de Louis XV du 28 juin 1769 va dans ce sens en donnant toute autorité aux intendants pour veiller à l’établissement de maisons de force, pour les mendiants. (Cité dans le mémoire de DEA d’A. Lacaze, La politique de mendicité à Lille au XVIIIe siècle, Université de Lille II, p. 35, qui m’a été obligeamment communiqué par Mme V. Demars, professeur de droit).

19 AD Moselle B 470, f°4. (délibération du Parlement du 15 novembre 1770).

20 Ibid.

21 Ph. Guignet dans Le pouvoir dans la ville au XVIIIe siècle, EHESS, Paris, 1990, p. 420, a bien montré le poids démographique du paupérisme lillois : un Lillois sur trois environ est pauvre.

22 L. Trénard, « La prévoyance sociale dans la région lilloise sous Louis XV », Revue du Nord, no 282-283, juillet - décembre 1989, p. 723-736. Un point mérite d’être rectifié : l’expérience de bienfaisance que L. Trénard évoque pour Douai en 1781, p. 729-730, ne concerne pas Charles-Alexandre de Calonne mais son père, Louis-Joseph-Dominique, premier président du Parlement de Flandre.

23 AD Nord. C 3955. Mémoire de 1786 qui « donne une idée générale de l’administration et ses différentes branches ». Calonne préside lui-même en 1778 la délibération du Bureau de la Charité Générale qui procède au rétablissement de l’hôtel-dieu créé en 1747 et supprimé en 1760 par « défaut de moyens ». L’ensemble de l’Hôpital Général reçoit en temps ordinaire « dix-huit à dix neuf cens pauvres ».

24 Sur ce personnage, consulter L. Trénard, « La lutte contre la pauvreté au seuil de la Révolution », Prévoyance Sociale, Passé et Présent, no 6, décembre 1989, p. 3-8 ; ainsi que G. Thuillier, « Un observateur des misères sociales Leclerc de Montlinot (1732-1801) », Bulletin d’histoire de la Sécurité Sociale, no 19, 1989, p. 7-55.

25 AD Nord. C 3955, op. cit. Requête des pauvrieurs de la paroisse Saint-Maurice envoyée à Calonne le 14 novembre 1779.

26 Ibid. Le subdélégué et le Magistrat de Lille auxquels Calonne a demandé leur avis confirment le 20 novembre 1779 les assertions des pauvrieurs. Lagache prévient sans fard l’intendant : « il est indispensable que vous vous occupiez sérieusement des moyens de procurer des secours aux pauvres de cette ville, qui manquent souvent de tout quoique les revenus des biens qui leur sont propres, [il parle de « 400 000 livres de revenu au moins »] soient immenses ». Quant au Magistrat de Lille, qui fait référence dans ce domaine au modèle douaisien (pour mieux convaincre l’intendant ?), il demande la remise « en vigueur » du « placart du 7 octobre 1531 » qui aboutirait à une seule caisse de secours aux mains des pauvrieurs. (Ibid., Observations pour le Magistrat de Lille sur la requête des pauvrieurs de la paroisse Saint Maurice).

27 Ibid. Lettre de Necker à Calonne, 15 juin 1780.

28 Ibid. Lettre de Lagache à Calonne, 13 août 1780. Le subdélégué soupçonne que l’on veuille la destruction de l’Hôpital Général et condamne l’attitude des administrateurs de la Charité Générale vis-à-vis du Magistrat.

29 Ibid. Lettre de Calonne aux administrateurs de la Charité Générale, 28 octobre 1780 : « Je suis étonné de n’avoir reçu jusqu’à présent aucune réponse de vôtre part ». Irrité, il ajoute : « Vous voudrez bien me faire remettre demain ou mardi au plus tard, le résultat de vos réflexions sur le contenu de ma lettre, sans quoi je supposerai que vous n’avez rien à y opposer et je rendrai compte de l’affaire au ministre. » La réponse de la Charité Générale, énoncée sur un ton très hautain, ne parvient que très tardivement à Calonne, le 17 juin 1781 : « Nos réponses, Monsieur, vous ont paru péremptoires dans le temps. Elles le sont en effet, puisqu’elles ont toutes pour base ; ou des lois émanant de l’autorité souveraine ou des calculs dont la justesse est démontrée ».

30 Ibid. Lettre de Calonne à Joly de Fleury, 12 octobre 1782. L’intendant y expose la longue et pénible genèse de cette réforme : « Depuis longtemps les ministres du Roi et les intendants mes prédécesseurs avaient été assaillis de représentations contraires les unes aux autres sur cet objet l’hydre des difficultés toujours renaissans qui divise depuis nombre d’années des établissements qui tendent cependant au même but, avec des intentions également louables, aurait toujours subsisté, et n’aurait pas manqué de reparaître encore au premier changement. Je me suis proposé d’étouffer entièrement ce germe de discorde, non seulement en proposant un règlement décisif sur tous les points de difficultés, mais même en m’efforçant de le rendre conciliatoire et tel qu’il put accorder les droits respectifs des parties avec l’intérêt des pauvres trop souvent sacrifiés dans leurs débats. »

31 La plupart des pauvrieurs sont des « chefs de manufacture » (voir Ph. Guignet, Vivre à Lille sons l’Ancien Régime, p. 223-224), comme Cuvelier-Brâme, qui regimbe contre le Bureau de la Charité Générale. (AD Nord. C 3955, op. cit., Observations des administrateurs du Bureau de la Charité Générale sur les lettres-patentes de mars 1784).

32 AD Nord. C 3955. Calonne expose son projet dans deux lettres au Magistrat et aux administrateurs de l’Hôpital Général, le 22 septembre 1781 : « Il m’a paru surtout nécessaire que tous les fonds dépendant de la bourse commune, ceux que votre administration y ajoute, et le produit des charités paroissiales fussent versés dans la même caisse, dirigés par une même régie, et distribués d’après un seul plan de répartition. » Les députés du Bureau de la Charité Générale ne se sont pas rendus à la convocation de Calonne.

33 Ibid. Lettre des administrateurs du Bureau de la Charité Générale de Lille à Calonne, 7 novembre 1781. L’intendant a reçu successivement quatre mémoires du Bureau.

34 Ibid.

35 L’expression est de L. Trénard, op. cit., p. 734. J’avoue douter fortement de la générosité de l’avocat Lefebvre.

36 AD Nord. C 3955. Lettre des administrateurs du Bureau de la Charité Générale de Lille à Calonne, 7 novembre 1781, op. cit. : « Mais une dernière considération nous touche plus sensiblement encore et nous croyons qu’elle fera sur vous la même impression. Les enfants que nous élevons à l’hôpital général sont ou des bâtards abandonnés inconnus ; ou des enfants nés dans la classe la plus infime de la société. Ceux au contraire que nous recevons dans les fondations des Bleuets et des Bapaumes doivent le jour à des artisans honnêtes et appartiennent quelquefois aux meilleures familles patriciennes de cette ville. Ne répugnerait-il pas, Monsieur, à la bonté de votre coeur, et à tous les principes d’une bonne police, de confondre pèle mêle des enfans dont l’état, la condition les mœurs et la destination différent aussi essentiellement ? »

37 Sur ce personnage, voir P. Denis du Péage, Mélanges généalogiques, tome III, Sources Généalogiques et Historiques des Provinces du Nord, Wattignies, 2000, p. 141-142 (première édition : 1925).

38 AD Nord. C 3955. Billet de l’intendance destiné aux administrateurs de la Charité Générale 20 décembre 1781.

39 Ibid. Procès-verbal déposé par Théodore-Henri-Joseph Lefebvre, avocat à la gouvernance de Lille, au greffe de la gouvernance, le 23 décembre 1781.

40 Ibid. L’avocat avait traité d’« absurdes » dans la lettre du 7 novembre 1781 les reproches des pauvrieurs envers le Bureau de la Charité Générale, ce qui avait déclenché une première fois la colère de l’intendant.

41 Ibid. « M. de Calonne s’échauffa de plus fort, et après une longue tirade, [....] il me dit qu’il ne voulait plus rien voir, ni lire qui vint de moi, et que désormais sa porte me serait fermée ». L’intendant fait signer ensuite un procès-verbal par les députés présents du Magistrat lillois. Les administrateurs de la Charité Générale, qui craignent la réaction du commissaire royal, minimisent le 26 décembre, dans un procès-verbal ultérieur, la gravité de la scène auxquels ils ont assisté.

42 Extrait du libelle L’Espion dévalisé., 1780 : cité par P. Ardascheff,, Les intendants de province sous Louis XVI, tome III, imprimerie Charles Mattiesen, Youriev (Dorpat), 1903, p. 486.

43 Cela n’empêchera pas l’échec de Calonne en ce domaine, lorsqu’il sera devenu ministre de Louis XVI : les lettres patentes ayant trait au projet de règlement seront repoussées à deux reprises par le Parlement de Douai, en mars 1784 et en mars 1786. (AD Nord, C 3955, lettre des administrateurs de la Charité Générale à Esmangart, 5 avril 1786.)

44 Sur cette question, voir ma communication lors du colloque Victor Louis et son temps, décembre 2000 (à paraître).

45 Affiches des Trois Evêchés, 25 août 1770, f°136 : la mort soudaine de sa première femme en couches à Metz, le 21 août 1770, à l’âge de vingt ans, a probablement accentué son intérêt pour ce domaine médical.

46 J. Gélis, dans La sage femme ou le médecin, Fayard, Paris, 1988, p. 91, fut le premier à révéler l’action de Calonne dans ce domaine.

47 Affiches des Trois Evêchés, 5 décembre 1772, f°219-220. Ce thème de la dépopulation fait partie, à tort, des lieux communs de l’époque.

48 AD Moselle. C 858, pièce 14. Lettre de Calonne aux curés, 29 juillet 1773 : « J’ai engagé le corps municipal de cette ville, [Metz] qui s’y est porté avec empressement, à établir dans une des salles de l’hôtel commun un cours d’accouchements, afin d’instruire tous les ans les sagesfemmes des villes et des campagnes, ainsi que les femmes, qui n’ayant pas encore exercé cette profession, s’y destineront pour l’avenir. »

49 J. Gélis, op. cit., p. 161.

50 Par exemple Affiches, Annonces, et Avis divers pour les Trois-Evêcbés et la Lorraine, 20 février 1773, f°30.

51 AD Moselle. C 858, pièce 14. Lettre de Calonne, op. cit. :

52 Affiches, Annonces, et Avis divers pour les Trois-Evêcbés et la Lorraine, 7 août 1773, f°132.

53 J. Gélis, op. cit., p. 92.

54 AM Verdun. CC 206, pièce 220. Lettre de Calonne aux officiers municipaux de Verdun, 26 février 1773. Madame Ducoudray attend la réponse de Calonne « à Châlons où elle finit un cours » pour arriver à Verdun vers le 20 mars 1773.

55 Ibid., pièce 219. Lettre du premier secrétaire d’intendance Cantat aux officiers municipaux de Verdun, 4 mars 1773.

56 Ibid. Le « chirurgien aide major de l’hôpital militaire » de Verdun, Pierre-Charles Lespine, qui « a suivi avec beaucoup d’assiduité et de succès le cours public d’accouchement », est chargé le 2 novembre 1773 d’animer le cours public et gratuit qui fait suite à celui de Madame Ducoudray ; ainsi que de « donner ses soins à l’instruction des sages femmes, spécialement de celles des campagnes voisines. » (AM Verdun, BB 35, délibération du 6 novembre 1773)

57 Ibid.

58 Ibid. « Plus de cent » élèves des subdélégations de Verdun, Sedan, Longwy, Montmédy se rendent aux cours, « en conséquence de l’avertissement qui en avait été donné de la part de M. l’intendant à toutes les communautés des dites subdélégations ». (AM Verdun, BB 35, délibération du 27 août 1773).

59 L’intendant du Limousin, écrivant à son confrère de Bordeaux en 1765, manifeste beaucoup de mépris pour Mme Ducoudray : « Vous trouverez sa personne assez ridicule par la haute estime qu’elle a d’elle-même » (Cité par J. Gélis, op. cit., p. 115)

60 AM Verdun. CC 206, pièce 218. Lettre de Calonne aux officiers municipaux de Verdun, 23 juillet 1773.

61 AN 297 AP/1, pièce 126 : lettre de Calonne à son père, 28 février 1774.

62 Ibid., pièce 131 : lettre de Calonne à son père, 25 mars 1774. L’ouvrage dont il est ici question est l’Abrégé de l’Art des Accouchements, paru en 1759.

63 Ibid.

64 Ch. Nougaret-Chapalain, « La lutte contre les épidémies dans le diocèse de Rennes au XVIIIe siècle », Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, juillet-décembre 1982, tome 140, p. 227-228, a décrit, de manière détaillée, le schéma d’intervention adopté par Dupleix de Bacquencourt en Bretagne. L’intendant Calonne a une démarche assez proche. En situation d’urgence, il traite directement le problème avec les pouvoirs locaux.

65 BM Lille, Fonds Lillois, n“26771 (recueil factice de textes imprimés) ; et AM Aire sur la Lys, no 11324, Mémoire sur la fièvre putride-maligne qui a régné dans la Ville d’Aire depuis la fin de septembre 1782, rédigé par des Médecins de la Ville de Lille. Publié par ordre de Monsieur l’Intendant. Ce mémoire de 18 folios, divisé en deux parties (Description de la Maladie et Cure de la Maladie), rédigé le 6 juin 1783, paraît chez Peterinck-Cramé à Lille, en août 1783.

66 Ibid., Description de la Maladie, f°6 : « Il est à observer que les prémices de la maladie se sont fait apercevoir à la fin du mois de septembre dernier, à un bout de la ville près du rempart et du vieux château dans un groupe de petites maisons, habitées par des personnes du bas peuple, et qu’elle persiste encore dans cet endroit ».

67 Mrs. Boucher doyen du collège de médecine, Merlin médecin de l’hôpital militaire, Saladin et Warambourg.

68 BM Lille. Fonds Lillois, no 26771 (recueil factice de textes imprimés) ; et AAI Aire sur la Lys. no 11324. Mémoire... op. cit., Avant-Propos.

69 Ibid., « M. de Calonne ayant appris, depuis l’envoi de ce Mémoire [après le 6 juin 17831 que la Maladie gagnait la campagne, et qu’elle avait fait quelque ravage dans un canton, chargea les Srs Bouchet et Merlin d’aller la reconnoître sur les lieux. »

70 L’action de Calonne s’inscrit dans un mouvement de fond inspiré par le pouvoir royal dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, comme l’a noté avec justesse Ch. Nougaret-chapalain, op. cit., p. 229, note 2.

71 BM Lille. Fonds Lillois, no 26771 (recueil factice de textes imprimés) et AM Aire sur la Lys. no 11324. Mémoire... op. cit., Avant-Propos. « Mais leur voyage [celui des médecins] les mit sur la voie de découvrir les causes non seulement de l’épidémie régnante, mais encore des maladies populaires qu’on leur a dit se manifester presque tous les ans dans ladite ville. Les notions qu’ils se sont procurées, les ont mis à même d’éclairer le ministère public sur les mesures à prendre pour remédier à ces causes de destruction, et les anéantir s’il est possible. D’ailleurs, l’épidémie en question n’est pas seulement particulière à la ville d’Aire. On en a vu régner de semblables dans la province de Lille en différens temps, [........]. Nous avons lieu d’espérer que la publicité de notre Mémoire pourra dorénavant parer en partie à cet inconvénient, lorsque de pareilles épidémies viendront à se manifester en quelque canton que ce soit. »

72 Ibid, Cure de la Maladie, f°15. On vante pour « cette classe de citoyens » une meilleure hygiène, le traitement des déchets, l’usage de l’exercice corporel, « des aliments sains et propres à résister à la putridité » comme des « potages », du « riz et du pain bien levé », etc.

73 Ibid., Description de la Maladie, f°7.

74 Ibid., f°7, note d, alinéa 1.

75 Ibid., f°7, note d, alinéa 3.

76 Deux numéros successifs des Feuilles de Flandre datés des 5 et 12 août 1783 rendent compte, sous la plume du professeur douaisien Taranget, de manière apologétique et avec force détails, de ce mémoire, ainsi que de l’action de Calonne.

77 Affiches des Trois Évêchés, samedi 20 juillet 1771, f° 114-115.

78 C’est le cas de la « lettre « du médecin Michel de Tennetar « sur les flux dysentériques épidémiques en Lorraine ». Cette faveur de l’intendance est due au fait que ce praticien originaire de Metz est « un de nos citoyens ». (Affiches, Annonces, et Avis divers pour les TroisEvêchés et la Lorraine, 11 décembre 1777, f°198).

79 Ibid, 31 juillet 1777, f° 122.

80 Ce sont des thèses dédicacées à l’intendant en 1783 et qui portent, sur la chirurgie en trachéotomie par Pionnier (BM Lille. Fonds Lillois, no 26759), et sur sur la « botanique médicale », par Lestiboudois fils. (Annonces, Affiches, Nouvelles et Avis divers, pour la province de Flandres, 20 juin 1783, f°408). Pour cette dernière, soutenue à l’Université de Douai le 16 juin 1783, un élément important doit être pris en considération : le père du candidat, médecin et botaniste lillois fameux (voir Ph. Guignet, Vivre à Lille...,op. cit., p. 81 et 411), est l’auteur en 1772 d’un mémoire sur les avantages qu’on peut tirer de la pomme de terre. (F-X. de Feller, Dictionnaire Historique, tome VIII, 1832, p. 105.)

81 AD Moselle. C 1, f°180. Lettre du maréchal d’Armentières au duc de Choiseul, 18 juin 1768 : « M. de Calonne vous a rendu compte M. le Duc d’après une conversation que nous avions eu ensemble qu’il serait donné de ce magasin du Roy à la ville de Metz une quantité de grains qu’elle s’obligeait de remplacer. C’était instant, vu que le grain montait très considérablement dans ce pays cy et que le peuple aurait beaucoup souffert ».

82 Un aperçu global de cette crise frumentaire est fourni par F-Y. Lemoigne, « La crise frumentaire de 1770-1771 à Metz, Nancy et Strasbourg », Bulletin de la Société d’Histoire Moderne, no 3, mai-juin 1972, p. 3-5. L’intendant Calonne y joue un rôle capital qui est, de mon point de vue, mésestimé et confondu avec celui de l’intendant de Lorraine (p. 4).

83 AD Moselle. C 1, f° 228. Lettre du Maréchal d’Armentières au duc de Choiseul, 10 juillet 1770 : « M. de Calonne vous rend compte M. le Duc de toutes les représentations sur la cherté et rareté du bled qu’il reçoit de beaucoup de villes de son département d’autant plus intéressantes que le plat pays y entre pour beaucoup. Jusqu’à présent il trouve le moyen d’y remédier ! ».

84 Ibid. Ce militaire, ami intime du duc de Choiseul, défend l’intendant pris dans la tourmente, tout en critiquant le ministre : « Ne penseriez vous pas M. le Duc qu’étant sûr de manquer si l’on ne prenait pas les moyens pour l’empêcher, il conviendrait qu’on les prit pour éviter l’épuisement total ; si vous aviez eu la possibilité de tenir nos magasins dans l’état où ils étaient, vous jouiriez de ce bien ; et nous serions plus tranquilles. Sans les moyens et les ressources dont M. de Calonne a fait usage, il y a longtemps que les bleds passeraient les taux fixés pour la prohibition, taux porté trop haut pour ce pays cy ».

85 Affiches des Trois Évêchés, 4 août 1770, f°124.

86 AD Moselle. C 1, f° 229-230. Lettre du maréchal d’Armentières au duc de Choiseul 14 août 1770.

87 AM Verdun. BB 34, délibération de la commune du 22 décembre 1770.

88 Un franchard de blé, mesure de Verdun, vaut 31 litres. (Jean-Baptiste Renard Traité des mesures générales et de localités ou manuel métrique à l’usage des départements et particulièrement de ceux de la Moselle, de la Meurthe, Lamort, Metz-Luxembourg, 1802, p. 867.) La quantité exprimée, 2500 franchards, équivaut à 775 hectolitres. Elle assure une ration quotidienne d’environ 200 grammes de blé pendant la période de la soudure, pour les besoins de la ville meusienne, que le dénombrement du 4 février 1775 évalue à 9541 habitants. (AM Verdun. BB 35, Relevé général de tous les habitants actuels, régnicoles et étrangers, de tous âges et de tous sexes).

89 AM Verdun. BB 34, op. cit.

90 AD Moselle. Bureau des Finances C 122.

91 AM Verdun. CC 203, pièce 53. Lettre de Calonne à la commune de Verdun, 13 août 1770.

92 Affiches des Trois Évêchés, 25 août 1770, f°136.

93 F-Y. Lemoigne,La Lorraine passionnément. Pages d’histoire. XVIe XIXe siècles, éditions Serpenoise, 1993 : article « Le rôle économique des garnisons évêchoises au XVIIIe siècle d’après les exemples de Metz, Sarrelouis et Verdun », p. 138. (1re édition : Retirage zur Geschichte der frühneuzeitlichen Garnisons-und Festungsstadt-Referate und Ergebnisse der Diskussion eines Kolloquiums in Saarlouis von 24/27-6-1980, publié par H.-W. Herrmann et F. Irsigler, Saarbrücken, Minerva-Verlag, 1983, p. 199-223). Ces stocks de sûreté « imparfaitement réalisés d’ailleurs » devaient s’élever à « une année d’avance pour les céréales et les légumes secs » (Ibid.)

94 Affiches des Trois Évêchés, 13 juillet 1771, f°110.

95 F-Y. Lemoigne, La crise frumentaire de 1770-1771, op. cit., p. 4.

96 F. Métra, Correspondance secrète, politique ou littéraire ou Mémoires pour servir à l’histoire des cours, des sociétés et de la littérature en France depuis la mort de Louis XV, John Adamson, Londres, 1787-1790, tome XV, p. 199.

97 Arrivé au Contrôle général, Calonne doit faire face à la crise de l’hiver 1783-1784. Il généralise par un arrêt du Conseil en 1784 l’expérience tentée avec succès dans les Trois-Evêchés. Son ami Le Noir, spécialiste reconnu du domaine frumentaire, s’en fait l’écho dans ses Mémoires. (BM Orléans. Manuscrit 1421 : Mémoires de J.-P. Le Noir, première partie, « titre quatre les vivres approvisionnements et subsistances », f°452). R. Darnton a, le premier, attiré l’attention sur cette initiative de Calonne dans un article fameux, « Le lieutenant de police J.-P. Le Noir, la guerre des Farines et l’approvisionnement de Paris à la veille de la Révolution », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1969, p. 621. Mais il ne précise pas l’année de l’arrêt du Conseil pourtant mentionné dans le manuscrit originel.

98 L’ex-contrôleur général s’est consacré, avant le 10 juillet 1789, à la rédaction d’un ouvrage sur la question frumentaire, en alléguant de sa riche expérience d’administrateur en la matière : « Je m’occupais à rassembler dans un ouvrage que je désire soumettre à vos lumières, ce qu’une longue étude m’a fait acquérir de connaissances sur le commerce des grains, et ce que plus d’une fois je me suis trouvé à portée de vérifier par l’expérience ». (Notes sur le mémoire remis par M. Necker au Comité des subsistances établi par L’Assemblée Nationale par Monsieur de Calonne imprimerie Spilsbury, Londres, 1789, p. 7).

99 Lettre de M. de Calonne, ministre d’État à M. l’évêque de Blois sur le cahier de Madon, sans lieu ni date 15 juin 1789, p. 15.

Auteur

CRHEN-O - Lille 3

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540