Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume I

 | 
Philippe Guignet

Les autorités politiques et le peuple

Gens de guerre et gens des villes, entre haine et nécessité : l’exemple de la défense de Grenoble dans la seconde moitié du xvie siècle

Stéphane Gal

Texte intégral

  • 1 Les nombreuses monographies urbaines abordent plus ou moins en détail les aspects militaires. Outre (...)

1Les nuisances des gens de guerre, qualifiées de « foules » par les sources, sont un refrain familier de la France du XVIe siècle1. Loin d’être un phénomène anecdotique pour autant, l’impact des hommes d’armes sur les sociétés urbaines fut profond, pesant, comme dans le cas de Grenoble, de manière déterminante sur les grands choix politico-religieux de la seconde moitié du siècle.

  • 2 Je n’évoquerai ici que les problèmes liés à la défense ordinaire d’une cité en guerre, c’est-à-dire (...)

2Comme la plupart des villes du XVIe siècle, la cité parlementaire de Grenoble, capitale de la province du Dauphiné, se définit par des privilèges accordés de longue date par le roi. Parmi ceux-ci, l’exemption du logement des gens de guerre. Cependant, la récurrence des troubles de la seconde moitié du siècle et l’insécurité qui en découle contraignent la ville à accueillir constamment des hommes d’armes dans ses murs. Il en résulte un dilemme permanent chez les bourgeois, partagés entre le souci de défendre farouchement leurs libertés identitaires et la nécessité de se protéger grâce à des mercenaires étrangers2.

3Dans l’espoir de résoudre le problème, la ville va déployer une panoplie de mesures visant à lui permettre d’assumer seule sa défense : recrutement de soldats de la ville, ligues de défense, levées d’impôts sur les trois ordres, emprunts etc. Les difficultés ne font toutefois que s’accentuer à partir de 1589, au moment de la guerre de la Ligue. Les tensions entre les habitants et la soldatesque se multiplient, menaçant l’équilibre précaire de la cité. La question du logement des gens de guerre est alors habilement récupérée par des individus favorables à la Ligue. Comme à Paris en mai 1588, la peur du soldat devient le prétexte à l’entrée de la ville dans la dissidence et la révolte.

4Ma démarche consiste à partir de la micro-réalité militaire, telle que l’on peut en trouver trace dans les archives consulaires et parlementaires, pour tenter ensuite d’en mesurer l’impact sur la ville, de son paysage social à ses grands choix politico-religieux.

La présence des gens de guerre en milieu urbain

5Cet aspect renvoie à l’omniprésence de l’idée de défense des cités du XVIe siècle. En 1574, les aspects militaires occupent 30 % des sujets abordés au cours des délibérations consulaires de Grenoble. Comme 13 % d’entre elles concernent la restauration des murailles, ce sont donc 17 % des délibérations qui sont consacrées aux problèmes directement engendrés par les hommes d’armes.

  • 3 Isambert et Taillandier, Recueil général des anciennes lois françaises, Paris, 1829, t. XIV.
  • 4 Les billets ou « billettes » font état du nom du logeur et du nombre de soldats à loger, comme par (...)

6Le déplacement des gens de guerre ou leur présence dans les cités sont en principe réglementés par la loi. On ne compte pas moins de neuf règlements et ordonnances royaux visant à canaliser la troupe entre février 1566 et février 15843. Les gens de guerre qui entrent dans une cité pour en assurer la défense, outre l’obligation de figurer sur les rôles de leur compagnie, doivent se présenter à leurs hôtes habillés aux couleurs de leur capitaine et être porteurs d’étiquettes ou de billets visés par la municipalité. Ces billets sont précieusement conservés par les logeurs, qui les rendent ensuite aux consuls contre remboursement4.

7En fait, grande est la place laissée à l’improvisation, voire à l’anarchie sur le terrain. On s’aperçoit ainsi que ce qui devrait être l’exception devient la règle.

  • 5 Même constatation un peu partout en France, notamment à Paris où les officiers de la ville reçoiven (...)

8À Grenoble, bien que la ville soit officiellement exemptée du logement des gens de guerre depuis 1536, les habitants sont néanmoins constamment obligés, depuis le début des troubles, de loger dans leurs murs des compagnies en transit ou des mercenaires en garnison. La présence de ces derniers apparaît d’autant plus nécessaire que la milice bourgeoise, composée normalement de six centenies (une par quartier), n’est pas à même d’assurer la défense d’une cité constamment menacée par les bandes protestantes. Les règlements, qui tentent à plusieurs reprises de la réorganiser, nous montrent que ses effectifs sont souvent incomplets et que les gardes sont rarement assurées convenablement5... Pourtant, on est d’autant plus sensible à la menace d’un siège à Grenoble que la ville a été prise et livrée aux pillages des troupes d’occupation en 1562, et que les fortifications sont plus que jamais obsolètes et ruinées. Le projet d’une réfection complète des remparts a bien été envisagé, comme en témoigne le plan réalisé par Pierre Prévost vers 1572 et publié par François de Belleforest dans sa Cosmographie universelle en 1575, mais, beaucoup trop onéreux, il a vite été abandonné au profit d’expédients comme le recours ponctuel à des défenseurs professionnels ou occasionnels.

  • 6 Le total des dépenses à la charge de Grenoble lors du siège de Corps s’élève à près de 2000 livres.
  • 7 James B. Wood cite le cas de la ville de Chartres, fin 1567-début 1568, qui, avec ses six compagnie (...)

9Le nombre d’hommes d’armes logeant dans la capitale dauphinoise fut variable, en fonction de l’intensité des troubles et des opérations militaires se déroulant dans la province. Pour le siège de Corps en 1570 ou pour celui de la Mure en 1580, la ville, désignée comme étape, dut fournir un toit aux troupes de passage, mais aussi des vivres, des munitions et parfois des vêtements6. On remarque que les effectifs de ses défenseurs gonflèrent au fur et à mesure des guerres. À partir de l’année 1572, la ville se dote, en plus de la garnison associée à son gouverneur, d’une troupe permanente d’une cinquantaine de mercenaires suisses, occasionnellement renforcée par des compagnies de Français, d’Allemands, d’Italiens et de Savoyards de passage dans la cité... Ainsi il y a souvent plusieurs centaines d’hommes, voire jusqu’à près de 1 000 hommes de guerre en 1590, qui campent dans Grenoble ou dans ses environs immédiats. C’est beaucoup trop de défenseurs pour une ville qui compte à peine plus de mille chefs de famille sur les rôles de ses tailles7. La présence de ces gens de guerre va donc devenir une source de déséquilibres profonds, bouleversant le fonctionnement de la cité.

Les déséquilibres d’une société urbaine surmilitarisée;

10Le premier de ces déséquilibres est d’ordre financier, il se rapporte au coût excessivement élevé de cette omniprésence militaire. En 1574, les soldes des 50 mercenaires suisses recrutés par la ville s’élèvent à 540 livres par mois, auxquelles il faut ajouter 300 livres pour une compagnie d’Italiens, soit un total de 840 livres rien que pour les soldes. Mais il faut également prendre en compte les nombreux coûts indirects que constituent les ustensiles divers qu’exige le cantonnement des hommes de guerre : outre les meubles, la vaisselle et les draps qu’il faut prêter ou acheter, ce sont surtout les bois et chandelles qui ruinent les finances de la ville. En tout, si l’on cumule les soldes et les coûts indirects, ce sont plus de 1 700 livres par mois de frais ordinaires qui doivent être versés par Grenoble pour l’entretien de ses défenseurs.

  • 8 On connaît l’importance du rôle joué par les fortifications dans le développement de la comptabilit (...)

11Il convient d’ajouter une dernière source de dépenses liées à la protection de la ville : les remparts. Il faut les restaurer, les consolider, les relever... C’est un chantier permanent qui engloutit chaque année des centaines, voire des milliers de livres. En 1588, 7 % des dépenses de la ville sont encore consacrées à des murailles, qui sont alors en si piteux état qu’elles s’effondrent toutes seules8 !

  • 9 Le choc de l’année 1562 semble avoir été fatal à plus d’une trésorerie municipale. On peut citer le (...)

12Toutes ces dépenses représentent un coût énorme pour une ville dont les recettes ordinaires n’excèdent guère 3 000 livres par an. Grenoble, qui, comme d’autres villes à la même époque, se défend au-dessus de ses moyens, se trouve prise, dès 1562, dans une spirale de l’endettement qui l’amène à renoncer à une partie de son autonomie. On la voit mendier, parfois de manière pathétique, des crédits auprès des États provinciaux et du Parlement : sous forme de levées extraordinaires, de taxes particulières, d’emprunts auprès des banquiers lyonnais ou d’autorisation de battre monnaie9...

13Cette présence pesante des gens de guerre va jouer le rôle de verres grossissants sur les inégalités et les désordres de la ville. Le problème qui se pose alors de manière aiguë est celui du logement de tous ces militaires et de leurs nombreux valets. À Grenoble, les consuls font recenser les lieux d’hébergement possibles. On compte ainsi 77 logeurs potentiels répartis dans toute la ville. Sur la rive droite, composée de deux longues rues étroites qui constituent le quartier le plus populaire de la cité (rues Perrière et Saint-Laurent), et sur la rive gauche, la plus spacieuse, où se situe le quartier des notables, autour du Parlement. Mais ce découpage est purement théorique. En réalité, le poids du logement des gens de guerre est très inégalement réparti dans l’espace et selon les individus.

14Il y a tout d’abord une très nette discrimination spatiale : sur 56 soldats logés dans la ville même en 1573, 41 le sont sur la rive droite de l’Isère, qui apparaît comme l’espace volontairement sacrifié à la soldatesque. Cela est facilité par le fait que cette partie de la ville est séparée du cœur de la cité par un pont unique que l’on peut fermer, en cas d’urgence, d’une puissante herse. En logeant les hommes d’armes sur la rive droite de l’Isère, les consuls les font donc bien entrer dans la ville, mais ils les tiennent en même temps à l’écart de la sanior pars de ses habitants.

15D’où également une criante discrimination sociale, directement liée à cette inégale répartition spatiale de la soldatesque. Car si la loi exempte les ecclésiastiques du logement des gens de guerre, ce n’est normalement pas le cas des notables... Pourtant on s’aperçoit qu’ils ne sont jamais logés chez ces derniers. Ainsi, les hommes d’armes de Grenoble gîtent-ils souvent chez des pâtissiers, des rôtisseurs, des boulangers, mais aussi chez des cordonniers ou des maréchaux... En mai 1570, 23 modestes logeurs de la rue Perrière (rive droite), dont une veuve, se partagent pendant plusieurs jours 92 soldats, 39 goujats, 4 officiers ou sous-officiers et leurs 2 chevaux...

Tableau 1. Rôle des hôtes de la rue La Perrière ayant logé et nourri les soldats de la compagnie du capitaine Mestral, du 13 au 17 mai 1570 (AMG, CC 671, 5e pièce).

Tableau 1. Rôle des hôtes de la rue La Perrière ayant logé et nourri les soldats de la compagnie du capitaine Mestral, du 13 au 17 mai 1570 (AMG, CC 671, 5e pièce).

16En 1573, tous les hommes de troupes sont accueillis chez les hôteliers les plus modestes de la ville, les petits aubergistes de la rive droite, qui n’ont que trois ou quatre chambres à proposer à leurs clients, mais qui se retrouvent chacun avec un ou six soldats, plus leurs chevaux. Et cela alors qu’au même moment, les grandes auberges de Grenoble, celles de la rive gauche, qui ont chacune dix-huit ou vingt chambres, ne logent aucun soldat, et que les procureurs, chanoines et « autres aisés » de la ville ne se privent pas d’accueillir chez eux de riches voyageurs, au point de faire concurrence aux aubergistes professionnels, sans pour autant être sollicités par les consuls pour loger les militaires...

17On observe enfin une discrimination religieuse, puisque les gens de guerre sont logés prioritairement dans les familles protestantes ou chez les habitants dont le catholicisme est qualifié de « suspect » par la municipalité ! N’osant pas leur demander une participation aux gardes des portes et des quartiers, assurées dans le cadre de la milice bourgeoise, on juge tout à fait légitime de placer chez eux des soldats, autant pour les faire participer malgré eux à la défense de la cité que pour les surveiller de plus près grâce à ces dragonnades avant la lettre.

  • 10 On sait par exemple que le chemin de ronde traversait de part en part les maisons situées sur les r (...)
  • 11 Cf. AMG, CC 674, nf. (année 1571).

18Les ecclésiastiques ne seront pas pour autant épargnés par une militarisation qui tend à envahir toutes les sphères de la société urbaine10. On voit les soldats devenir les hôtes indésirables de religieux que la loi exempte normalement de ce genre de corvée. Les franciscains de Grenoble se plaignent à plusieurs reprises de l’usage militaire qui est fait de leur couvent, ravagé par le sac de 1562. Une partie des bâtiments conventuels, dont l’église, sert tour à tour d’écurie, de corps de garde et d’arsenal, pour le plus « grand doeul et desplaisir » des frères11. Les religieuses du couvent des clarisses de Grenoble ne peuvent quant à elles plus goûter au repos de leur cloître, les soudards qui les surplombent du haut de leur chemin de ronde ne se gênant pas pour les traiter de tous les noms.

19La présence quasi constante d’un grand nombre de soldats dans l’espace étroit de la cité, depuis 1562, va nourrir le mécontentement et la violence urbaine. D’innombrables problèmes naissent en effet, à la fois de la voracité bien connue des soldats et des retards de soldes qui font que les militaires ne paient pas toujours ce qu’ils prennent chez leurs logeurs. Ces derniers sont donc parfois obligés de fournir à leurs frais tous les repas de visiteurs qui n’ont pas de billet à leur présenter. Goûter, souper et dîner leur reviennent à près d’une demi livre par tête et par jour en 1573, sans compter les chevaux ! Il faut ensuite négocier le remboursement auprès des consuls, mais sans avoir l’assurance de l’obtenir.

20Non contents de cela, les soldats se débrouillent parfois pour falsifier les billets qui servent à les identifier et vont ainsi manger chez plusieurs hôtes à la fois, sans pour autant renoncer à aller réquisitionner du bétail et des grains dans les environs de Grenoble... affamant par la même occasion les campagnards nourriciers de la ville, dont les plaintes affluent au Parlement.

21Si en outre les soldats ne sont pas satisfaits de leur logement, ils le font savoir par un déchaînement de violences, pillant et cassant sans vergogne, le tout dans la plus grande impunité, leur capitaine partageant généralement leurs revendications. Ainsi, des soldats logés dans une boutique qui faisait office de corps de garde, fort mécontents des consuls qui tardent à leur fournir le bois de chauffage, arrachent-ils méthodiquement les escaliers, la banque et le plancher de leur logis pour en faire du feu. Les consuls eux-mêmes ne peuvent plus se déplacer sans être pris à partie et injuriés par les officiers des compagnies de mercenaires qui réclament à toutes forces les soldes de leurs hommes.

  • 12 En 1589 par exemple, quand des soldats accusent un habitant de leur avoir dérobé un prisonnier et d (...)
  • 13 Lettre de grâce de Pierre de la Rivière, qui explique que son honneur ne pouvait souffrir d’être ba (...)
  • 14 ADI, 3E 1368/4, nf.

22On aura compris que le ton monte parfois entre gens de guerre et gens de ville et que la présence des soldats semble plus que jamais nourrir et amplifier la violence ordinaire de la cité : par leurs tentatives éhontées de « racket » sur la population12, par les duels qu’ils provoquent par leur simple présence, qui constitue en elle-même une émulation pour les jeunes fougueux de la ville, toujours prêts à s’embrocher pour laver un honneur flétri devant des hommes d’armes13, par les rixes qui éclatent avec les habitants et au cours desquelles s’échangent parfois quelques coups de dague14... Ces débordements, qui s’inscrivent dans le quotidien d’une société urbaine surmilitarisée, sont réglés à l’amiable entre les protagonistes, devant un notaire, sans aller nécessairement devant la justice royale...

  • 15 D. Turrel, « Bourg-en-Bresse au XVIe siècle, les hommes et la ville, 3e cahier des Annales de Démog (...)

23À ces éclats, il faudrait ajouter de nombreux effets induits, hélas difficiles à percevoir, comme le développement de la prostitution, l’accroissement du nombre de naissances illégitimes, l’enchérissement des denrées alimentaires etc.15

24Cette présence militaire, constante et pesante au cours des guerres de religion, va finir par conditionner d’une certaine manière le comportement des habitants et celui de la municipalité tout entière.

HABITANTS ET MUNICIPALITÉ : DES COMPORTEMENTS CONDITIONNÉS PAR LES GENS DE GUERRE

  • 16 Les hommes de loi représentent près de 30 % des individus présents aux assemblées générales de la v (...)

25La présence des gens de guerre va déclencher une véritable course à l’exemption parmi les habitants. Exemption double à vrai dire : celle du logement, que l’on va chercher à associer à celle de l’impôt. Les hommes de loi sont les plus actifs dans cette tentative d’esquive de la lourde corvée que représente la défense citadine. Procureurs, avocats et autres officiers de la chambre des comptes de Grenoble, très largement aux commandes de la municipalité16, vont chercher à appliquer les règlements en leur faveur : par exemple en ne logeant les soldats que sur la rive droite, où, sauf exception, ils n’habitent pas. Les avocats consistoriaux, déjà exemptés de la taille par la coutume, demandent officiellement aux États provinciaux à être exemptés également du logement des gens de guerre. Les parlementaires quant à eux estiment ne pas devoir financer les compagnies levées dans la ville sous prétexte d’extraterritorialité. Ils prétendent en effet que leurs fonctions les placent au-dessus du commun des bourgeois, faisant d’eux des individus à la fois de la ville et hors de la ville.

  • 17 « ... semble que lesdits hostes ayant esté durant les troubles derniers travaillés des souldatz, or (...)

26Le poids de la défense retombe donc sur le reste des habitants, ce qui ne manque pas de susciter la grogne des malheureux logeurs. Ceux-ci, accablés par un logement de soldats qui dure parfois une année entière, sont alors obligés de se tourner vers la municipalité pour être indemnisés de leurs « foules », et l’on ne s’étonne pas de voir leurs plaintes se multiplier au point d’encombrer les délibérations consulaires dans les années 1570 et 1580. Les logeurs vont même jusqu’à accuser explicitement la municipalité de pratiquer une politique discriminatoire. Une pétition des hôtes de la rive droite de l’Isère est adressée aux consuls en 1573. On y recense huit signataires qui font part aux consuls des multiples préjudices occasionnés par les soldats, qu’ils se voient contraints de loger depuis trop longtemps et qui font fuir toute leur clientèle. Ils demandent donc expressément à ce que la municipalité fasse « la loi égale » pour tous17.

27Face aux plaintes qui affluent, la position des consuls devient très inconfortable. Ils sont pris entre les soldats et les habitants, partagés entre la haine que suscitent les gens de guerre et la nécessité de les garder pour assurer la défense de la cité. Les consuls vont ainsi concentrer toutes les plaintes, surtout entre 1580 et 1590, au moment où le problème des gens de guerre s’exacerbe dans la ville. Les consuls ont cependant plusieurs réponses possibles pour tenter de faire face aux problèmes liés à la défense.

  • 18 La nuance entre ces troupes citadines soldées et la milice bourgeoise est parfois difficile à faire (...)
  • 19 Des ligues de défense de la vallée du Grésivaudan (vallée de l’Isère entre Grenoble et la Savoie), (...)

28La première réponse apportée par la ville est à la fois sociale et militaire. Il s’agit tout simplement de chercher, sinon à se passer de la présence des gens de guerre, du moins à la limiter, en levant ses propres soldats. En effet, pour éviter de loger dans ses murs des « étrangers », toujours très redoutés pour leurs déportements, on se décide à lever et à solder des troupes parmi ses propres habitants. Ce sont les « compagnies des enfants de la ville », à distinguer de la milice bourgeoise qui, elle, est censée remplir un service non rémunéré. Au cours des guerres civiles, on procède à plusieurs levées de ce genre, en particulier dans les périodes d’urgence suscitée par les menaces que font peser les troupes protestantes qui sillonnent le Dauphiné. Leurs effectifs varient de cinquante hommes en 1562 à trois cents en 1579, mais on trouve généralement des compagnies de deux cents hommes. Quoique ces levées occasionnelles semblent avoir existé dans d’autres cités du royaume18, le Dauphiné, régulièrement traversé par les armées royales et maintes fois menacé par des incursions ennemies au cours des guerres d’Italie, a développé une forte tradition d’autodéfense19. Ces troupes sont donc rapidement mobilisables. Encadrées par des gentilshommes de la ville, elles sont organisées sur le même modèle que les compagnies à pied du roi : un capitaine ou lieutenant à leur tête, secondé de sergents, de caporaux et de leurs adjoints, les lancepessades. Les « enfants de la ville » présentent sur les troupes foraines l’avantage immense de n’être pas à loger. De plus, leurs soldes sont bien moindres que celles des soldats mercenaires : les deux cents arquebusiers levés dans Grenoble en 1569 coûtent 528 livres par mois, c’est-à-dire encore moins cher que les cinquante mercenaires suisses engagés par la ville ! Mais il est vrai que ces derniers sont, eux, des professionnels dont la réputation n’est plus à faire.

  • 20 AMG, EE 18, pièce 76.

29Les rôles d’une de ces compagnies, conservés dans les archives consulaires20, nous donnent des informations précieuses sur les origines sociales et géographiques de ces soldats occasionnels. Si 29 % restent indéterminés, on sait en revanche que près de 65 % sont de petits artisans qualifiés quelquefois de « pauvres habitants ». Il s’agit principalement de cordonniers, de couturiers, de menuisiers-charpentiers et dans une moindre mesure de petits commerçants. Sous ce recrutement défensif semble donc également percer le souci municipal de prendre en charge un prolétariat urbain peut-être désœuvré. Toutefois, 7 % de ces soldats sont des lettrés : petits clercs, procureurs, secrétaires et autres greffiers, qui pouvaient faciliter la gestion administrative du quotidien de la troupe, auxquels il fallait ajouter deux chirurgiens pour les soins.

  • 21 En 1567, la présence de troupes protestantes devant Grenoble ranime les souvenirs du, sac de 1562 e (...)
  • 22 Cf. E. Le Roy Ladurie, Le carnaval de Romans, Paris, Gallimard, 1979, 426 p.

30Ces soldats étaient domiciliés pour la plupart sur la rive droite. Ce qui ne nous étonne guère puisque l’on retrouve ici le rapport étroit qui existait alors entre cette partie de la ville et la société militaire. Mais ces levées ne furent effectuées que très ponctuellement, seulement quand on ressentait la nécessité impérieuse et urgente de renforcer par un recrutement extraordinaire la défense d’une ville que sa milice bourgeoise était bien incapable d’assurer seule. Du reste, l’efficacité de ces troupes citadines, pourtant entièrement équipées d’arquebuses, semble avoir été limitée. Aussi, ces soldats de l’urgence ne remplaçaient-ils jamais complètement les soldats professionnels que l’on ne congédiait pas pendant les périodes de recrutement intra-urbain. Enfin, il était dangereux d’armer le peuple des modestes ; l’on n’abusa donc pas de ces initiatives, de peur de les voir un jour se retourner contre les notables21... surtout après le grand soulèvement antifiscal qui agita la province dans les années 1579-158022. Ainsi, si l’on compte au moins cinq levées d’enfants de la ville entre 1560 et 1580, il n’y en a plus qu’une seule par la suite.

31Une autre réponse apportée par la municipalité est d’accorder des indemnités aux logeurs, généralement sous forme d’exemption de la taille. Mais ces exemptions donnent toujours lieu à des négociations longues et difficiles entre les plaignants et les consuls, la ville aux abois financièrement répugnant à faire des concessions de cet ordre.

32On remarque cependant que la pression exercée par le nombre croissant de soldats va jouer en faveur d’un partage plus égalitaire du poids de la défense, notamment à la fin des années 1580. Devant la quantité de soldats à loger, les consuls sont désormais contraints de mieux répartir les hommes dans leur cité. Tous les aubergistes, y compris les notables, sont donc tenus d’avoir au moins un lit prêt pour recevoir les nombreux militaires de passage. Des militaires qui sont progressivement logés sur la rive gauche, celle des notables jusqu’alors épargnés par ce genre de corvée. Mais il est vrai que cette partie de la ville n’accueille jamais qu’une seule compagnie à la fois, alors qu’au même moment 5 compagnies sont logées sur la rive droite !

33Fiscalement, une gestion drastique des deniers de la ville pousse les consuls à solliciter jusqu’aux exemptés de la taille. Ainsi les impôts exceptionnellement levés sur les privilégiés, nobles, ecclésiastiques, hommes de loi et autres « habitants aisés », se multiplient au cours des troubles, des impôts levés même sur les parlementaires en 1588 ! La ville fait également la chasse aux resquilleurs, en particulier à ceux qui profitent du statut privilégié des avocats consistoriaux pour, dans leur sillage, prétendre à l’exemption fiscale. Pour cela une liste des individus ne payant pas la taille « pour prétendus privilèges » est dressée en 1596.

34Mais l’impact des gens de guerre sur la vie de la cité ne s’arrête pas à ce frémissement fiscal. C’est dans le domaine politique que leur influence sera la plus directe, pesant d’une manière déterminante dans les grands choix politico-religieux de la fin des années 1580.

UNE PORTÉE POLITIQUE

35En 1589, le problème des gens de guerre va jouer en faveur de l’engagement de la ville de Grenoble dans la Ligue... avant de se retourner contre la Ligue.

36La Ligue s’impose progressivement à la municipalité grenobloise comme la possibilité providentielle d’éradiquer la menace protestante et de régler du même coup l’épineux problème de la sécurité... La ville se jette donc dans la dissidence politique en 1589, parce que la dissidence est perçue comme un ultime recours pour retrouver un équilibre urbain perdu. Ce n’est pas un hasard si le basculement en faveur de la Ligue a lieu quand le nouveau lieutenant général, Alphonse d’Ornano, entre dans la ville avec sa compagnie de soldats corses. 11 déclenche instantanément l’exaspération des habitants, qui refusent ce surplus de gens de guerre. Quelques mois plus tard, ils chasseront manu militari ce lieutenant général qui avait osé piétiner leurs libertés citadines (en mai 1589). Un épisode qui n’est pas sans rappeler celui des barricades de Paris, une année plus tôt. Le triomphe de la Ligue à Grenoble est donc le triomphe de la peur du soldat mêlée à la peur du huguenot !

37Mais la ville va rapidement se rendre compte que la désobéissance au roi lui coûte bien plus cher que l’obéissance. Au cours de cette période de révolte, le coût de sa défense va enfler et prendre des proportions monstrueuses.

  • 23 Pour plus de détails sur la période de la Ligue en Dauphiné, on peut se reporter à ma thèse : S. Ga (...)

38Il y a tout d’abord une spectaculaire augmentation des effectifs. On compte ainsi jusqu’à 11 compagnies, soit environ mille hommes d’armes, logées soit dans Grenoble même soit à proximité immédiate... Ces soldats coûtent à la ville la bagatelle de plus de 5 500 écus par mois ! Or les États provinciaux, en majorité royalistes, refusent obstinément de payer tant que la ville ne s’est pas soumise et l’aide promise par le duc de Savoie Charles-Emmanuel Ier se révèle rapidement très insuffisante. En 1590, la ville est ruinée et ne peut plus payer ses défenseurs. Les Suisses réclament près de 11 000 écus d’arriérés et les consuls sont constamment menacés de prison pour dettes. Le climat délétère qui s’installe dans le Grenoble ligueur, asphyxié par les problèmes d’argent, est donc directement lié au sempiternel problème de la défense de la ville et aux gens de guerre qui l’envahissent. Le choix de la Ligue, qui se voulait une solution au problème financier et militaire de la cité, mène en fait à une magistrale désillusion. La Ligue conduit non au sauvetage de la cité, mais à sa faillite. La ville, aux abois, devient alors une proie facile pour le redoutable chef de guerre protestant qu’est François de Bonne, futur duc de Lesdiguières. Il la soumet dès la fin de l’année 1590, après un siège d’un mois, siège que les bourgeois décident délibérément d’abréger pour ne pas accroître encore la ruine de leur cité23.

  • 24 D. Hickey, Le Dauphiné devant la monarchie absolue : le procès des tailles et la perte des libertés (...)

39Au bout du compte, les tensions extrêmes liées à la militarisation excessive de la société grenobloise vont contribuer à nourrir l’exaspération du tiers état face à la disparité des tailles. Aussi, la grosse affaire du Dauphiné, le procès qui oppose privilégiés et imposés au sujet des tailles réelles et personnelles, reprend-il après les guerres avec une vigueur toute nouvelle24.

40Vainqueur, Lesdiguières fait de Grenoble sa capitale. Il saura y restaurer l’autorité royale et s’y faire aimer comme un bienfaiteur. Il efface tout d’abord les lourdes dettes de la municipalité, désormais prises en charge à sa demande par des États provinciaux qui n’osent rien lui refuser. Puis il embellit la ville par sa prodigalité, et surtout, en reconstruisant à neuf toutes ses fortifications, la dote enfin des moyens d’assurer vraiment sa défense. Grenoble devient ainsi, et pour longtemps, une des principales forteresses dressées sur les marches sud-est du royaume.

Notes

1 Les nombreuses monographies urbaines abordent plus ou moins en détail les aspects militaires. Outre la récente synthèse de J. Chagniot (Guerre et société à l’époque moderne, Paris, PUF, 2001, 360p.), sur les gens de guerre proprement dits, on peut citer la somme de J. B. Wood, The King’s Army, Warfare, soldiers and Society during the Wars of Religion in France, 1562-1576, Cambridge University Press, 1996, 349 pages, mais cet ouvrage évoque assez peu l’impact de l’armée royale sur la population citadine. Le colloque de l’association RHR, (G.-A. Pérouse, A. Thierry, A. Tournon, « L’homme de guerre au XVIe siècle », Actes du colloque de Cannes, 1989, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 1992, 396 p.), quant à lui n’évoque pas l’aspect urbain et les sources citées sont quasi exclusivement de type littéraire. Citons enfin le récent colloque des Invalides, « L’homme armé en Europe XIVe-XVIe siècles », Musée de l’armée, 21-22 mars 2001. Toutefois, l’intervention de Bertrand Schnerb exceptée (« Pertes et indemnisations des gens de guerre : le témoignage des sources bourguignonnes v.1350-v.1420 »), le colloque s’est davantage attaché aux problèmes des armes et des équipements qu’aux aspects sociaux.

2 Je n’évoquerai ici que les problèmes liés à la défense ordinaire d’une cité en guerre, c’est-à-dire ceux relevant des soldats recrutés par la ville ou logés dans celle-ci, et non les dommages extraordinaires causés par des troupes d’occupation consécutivement à un siège, comme ce fut le cas en 1562, lorsque la ville fut mise à sac par les protestants puis par les catholiques. Voir sur ce sujet les comptes des deniers communs des années 1562-1565, (Archives Municipales de Grenoble (AMG), CC 651 et 652).

3 Isambert et Taillandier, Recueil général des anciennes lois françaises, Paris, 1829, t. XIV.

4 Les billets ou « billettes » font état du nom du logeur et du nombre de soldats à loger, comme par exemple : « Chez la vefve de Pierre Sonneron sont lougés cinq soldats, ce XIIIe may 1570 » suivi de la signature d’un des membres du conseil consulaire. Cf. « Rôle et billets de logement des soldats de la compagnie du capitaine Mestral, logés dans la rue de la Perrière, du 11 au 17 mai 1570 », AMG, CC 671.

5 Même constatation un peu partout en France, notamment à Paris où les officiers de la ville reçoivent des plaintes accusant les notables de se dispenser des gardes et du guet. Voir B. Diefendorf, « La Saint-Barthélemy et la bourgeoisie parisienne », Histoire Économie Société, 1998, no 3 p. 350.

6 Le total des dépenses à la charge de Grenoble lors du siège de Corps s’élève à près de 2000 livres.

7 James B. Wood cite le cas de la ville de Chartres, fin 1567-début 1568, qui, avec ses six compagnies de miliciens, était dans une situation similaire à Grenoble, avant de voir converger toute l’armée royale, The King’s army ; op. cit., p. 209-215. Pour analyser l’impact de cet afflux sur la ville, J. B Wood s’est basé sur L. Merlet, « État des dépenses faites par la ville de Chartres pendant les troubles et pendant le siège de ladite ville », Bulletin historique et philologique du comité des travaux historiques et scientifiques, 1840. p. 394-438.

8 On connaît l’importance du rôle joué par les fortifications dans le développement de la comptabilité municipale dès l’époque médiévale. Cf. Ph. Contamine, « Les fortifications urbaines en France à la fin du Moyen eAge : aspects financiers et économiques » RHES, no 527, 1978, p. 23-47.

9 Le choc de l’année 1562 semble avoir été fatal à plus d’une trésorerie municipale. On peut citer le cas de Toulouse où les premiers troubles vont créer un déséquilibre financier tel que la ville ne parviendra plus à le corriger par la suite. En 1590, on procédera encore à des remboursements d’emprunts contractés durant la première guerre de religion. Cf. P.-J. Souriac, « Les « urgeans » affaires de la ville. Défendre Toulouse durant la première guerre de religion, 1562-1563 », Histoire Urbaine, no 3, juin 2001, p. 57. On peut également citer la ville de Tulle, réduite à l’état de « quémandeuse » à cause d’une politique de défense dispendieuse et désordonnée. Cf. M. Cassan, Le temps des guerres de religion, le cas du limousin (vers 1530-vers 1630), Paris, Publisud, 1996, p. 174-179.

10 On sait par exemple que le chemin de ronde traversait de part en part les maisons situées sur les remparts... Seuls les notables, comme les conseillers au Parlement, pouvaient se préserver de la promiscuité qui en résultait, en faisant procéder, à leurs frais, à quelque aménagement.

11 Cf. AMG, CC 674, nf. (année 1571).

12 En 1589 par exemple, quand des soldats accusent un habitant de leur avoir dérobé un prisonnier et de les priver de leur rançon. Archives Départementales de l’Isère (ADI), B244, no 2.

13 Lettre de grâce de Pierre de la Rivière, qui explique que son honneur ne pouvait souffrir d’être bafoué sur une place publique où déambulaient les gens de guerre. ADI, B 2386, f°315.

14 ADI, 3E 1368/4, nf.

15 D. Turrel, « Bourg-en-Bresse au XVIe siècle, les hommes et la ville, 3e cahier des Annales de Démographie Historique, Paris, 1986, p. 56-57. D. Turrel estime qu’à Bourg, dans les années 1590, les soldats sont responsables de la moitié des naissances illégitimes. Ibid, p. 233.

16 Les hommes de loi représentent près de 30 % des individus présents aux assemblées générales de la ville entre 1574 et 1588.

17 « ... semble que lesdits hostes ayant esté durant les troubles derniers travaillés des souldatz, ordynairement venue la paix, ilz en debvoient estre exemptz et les aultres par forme de rafraychissement chargés... ilz vous supplie très humblement de faire la loi esgalle, comme aultant favorable à l’ung desdits hostes que à aultre... », AMG, EE 18.

18 La nuance entre ces troupes citadines soldées et la milice bourgeoise est parfois difficile à faire. À Nantes par exemple, la méfiance du soldat renforce un « patriotisme de cité » fondé sur l’affirmation d’une forte « vocation militaire » de la milice. On la voit ainsi remplir un véritable service armé, y compris en dehors de la ville. G. Saupin, Nantes au XVIIe siècle, vie politique et société urbaine, Presses Universitaires de Rennes, 1996, p. 127-129 ainsi que p. 134 et 141.

19 Des ligues de défense de la vallée du Grésivaudan (vallée de l’Isère entre Grenoble et la Savoie), apparues pendant les guerres d’Italie, se reconstituent en 1568 et 1574, fondant dans un même souci de sécurité les ruraux de la vallée et les citadins de la capitale. Sur les guerres d’Italie et les solidarités qu’elles suscitèrent, voir S. Van Donren, « Military administration and intercommunal relations in Dauphiné 1494-1559 » trad. par A. Belmont, « Villes et villages du Dauphiné face aux guerres d’Italie », La Pierre et l’écrit, 1995-1996, p. 61-95.

20 AMG, EE 18, pièce 76.

21 En 1567, la présence de troupes protestantes devant Grenoble ranime les souvenirs du, sac de 1562 et suscite aussitôt un grand tumulte dans la ville. Sous l’emprise de la panique, des habitants pillent la demeure d’André Alleman, seigneur de Pasquier, emportant 46 arquebuses à 100 sous pièce, 15 hallebardes et 33 corselets à 20 livres l’un. Cf. A. Prudhomme, Inventaire sommaire des archives communales antérieures à 1790, série CC, Grenoble, 1897, p. 122b. AMG CC 670.

22 Cf. E. Le Roy Ladurie, Le carnaval de Romans, Paris, Gallimard, 1979, 426 p.

23 Pour plus de détails sur la période de la Ligue en Dauphiné, on peut se reporter à ma thèse : S. Gal, Grenoble au temps de la Ligue, étude politique, sociale et religieuse d’une cité en crise, vers 1562-vers 1598, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2000, 627 p.

24 D. Hickey, Le Dauphiné devant la monarchie absolue : le procès des tailles et la perte des libertés provinciales (1540-1640), Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1993 (Toronto, 1986), 317 p.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Rôle des hôtes de la rue La Perrière ayant logé et nourri les soldats de la compagnie du capitaine Mestral, du 13 au 17 mai 1570 (AMG, CC 671, 5e pièce).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2032/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

Auteur

Université Pierre Mendès-France - Grenoble 2

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540