Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume I

 | 
Philippe Guignet

Marquer, divertir ou magnifier le peuple

Images romantiques d’un peuple en insurrection : le mouvement communal des villes du nord dans l’œuvre d’Augustin Thierry et de Jules Michelet

Odile Parsis-Barubé

Texte intégral

  • 1 J. Michelet, Histoire de France, Livre III, « Tableau de la France », Paris, éd. Laffont, coll. «  (...)

La force prolifique des Bolgs d’Irlande se retrouve chez nos Belges de Flandre et des Pays-Bas. Dans l’épais limon de ces riches plaines, dans ces vastes et sombres communes industrielles d’Ypres, de Gand, de Bruges, les hommes grouillaient comme les insectes après l’orage. Il ne fallait pas mettre le pied sur ces fourmilières. Ils en sortaient à l’instant, piques baissées, par quinze, vingt, trente mille hommes, tous forts et bien nourris, bien vêtus, bien armés. Contre de telles masses la cavalerie féodale n’avait pas beau jeu1.

  • 2 Voir P. Petitier, « Les cités obscures. Villes industrielles du Moyen Âge dans l’Histoire de Franc (...)

1Ainsi s’exprime, en 1833, Jules Michelet, au livre III de son Histoire de France. Le thème de la promptitude à la révolte du peuple de Flandre est ici associé, dans une poétique du grouillement, à celui de la fécondité démographique. La métaphore de la fourmilière, à l’œuvre dans ce passage, suggère un lien essentiel : celui qui, dans la représentation de la ville flamande que construit l’historien au fil de son œuvre2, unit surpeuplement, activité industrielle et âpreté des luttes. Carrefour géopolitique de l’Occident, la Flandre médiévale de Michelet n’en finit pas d’alimenter en hommes les grands combats du temps :

  • 3 H. F, p. 219-220.

« Cette frontière des races et des langues européennes est un grand théâtre des victoires de la vie et de la mort. Les hommes poussent vite, multiplient à étouffer ; puis les batailles y pourvoient. Là se combat à jamais la grande bataille des peuples et des races. Cette bataille du monde qui eut lieu, dit-on, aux funérailles d’Attila, elle se renouvelle incessamment en Belgique entre la France, l’Angleterre et l’Allemagne, entre les Celtes et les Germains »3.

2Cette fatalité du combat comme mode de résolution des conflits là où la puissance marchande et industrielle suscite des enjeux de pouvoir n’est pas ancrée dans l’œuvre du seul Michelet : elle s’inscrit dans la vision libérale de l’histoire de France qui s’élabore sous la Restauration et qui se fonde sur une logique de la lutte. Lutte des classes dont Guizot exprime la première intuition dans L’Essai sur l’Histoire de France de 1823 et qu’il formule cinq ans plus tard dans la septième leçon de l’Histoire de la civilisation en Europe. Lutte des races, si présente dans les écrits de jeunesse d’Augustin Thierry et que celui-ci explicite dans la lumineuse clarté théorique de l’Histoire de la conquête de l’Angleterre par les Normands en 1825. Sans doute est-ce lui qui pousse le plus loin l’effort pour repérer dans les mouvements insurrectionnels urbains du Moyen Âge la préfiguration de la Révolution de 1789.

3La ville médiévale, dans cette configuration, apparaît comme le théâtre privilégié où se seraient joués les actes essentiels d’une histoire nationale dont la dynamique se confondrait avec celle des progrès continus de la liberté. Dans l’œuvre d’Augustin Thierry, elle est au cœur des partages de l’espace qui donnent à l’opposition entre vainqueurs et vaincus une lisibilité géographique : dès la première édition de la Conquête de l’Angleterre, la ville est consacrée comme territoire systématiquement abandonné par les Normands victorieux aux Anglo-Saxons défaits. Dans l’espace français, elle apparaît, face à la campagne où, sous l’égide des héritiers des Francs, s’épanouit la féodalité, comme le lieu où les descendants des vaincus Gallo-Romains se replient sur le souvenir de libertés municipales antiques perdues. Elle est donc désignée comme le foyer où couve, dans les rangs d’un tiers état en devenir, l’insurrection qui permettra de les reconquérir.

4Que les villes du nord du royaume aient concentré des facteurs de prédestination à la révolte plus significatifs que les villes de consulat du midi est une conviction que l’on trouve, bien que formulée différemment, aussi présente chez Michelet que chez Thierry. Nous nous proposons ici d’analyser la façon dont s’est constituée, à partir de leurs œuvres, une géographie romantique du mouvement communal et de comparer leurs modes respectifs de saisie littéraire et historiographique du rôle du peuple dans les turbulences urbaines d’un Moyen Âge que l’un et l’autre réinventent dans le courant du premier XIXe siècle.

LES VILLES DU NORD DANS LA GÉOGRAPHIE ROMANTIQUE DU MOUVEMENT COMMUNAL

Augustin Thierry ou la préférence picarde

5Le « nord » dont il peut être question sous la plume des deux historiens libéraux de l’époque romantique appelle une tentative de clarification. Chez Augustin Thierry, il constitue un espace politique à la délimitation floue. En 1827, dans la première des Lettres sur l’histoire de France où il aborde la question communale (Lettre XIII), c’est le midi qui impose sa cohérence territoriale, fondée sur le maintien d’anciennes villes romaines au cadre institutionnel préservé :

  • 4 A. Thierry, lettres sur l’histoire de France, Lettre XIII, Paris, Garnier, s.d., p. 211-212. Toute (...)

« C’est là seulement, écrit Thierry, que les cités affranchies atteignirent à la plénitude de cette existence républicaine, qui était en quelque sorte l’idéal auquel aspiraient toutes les communes. Dans le nord, la lutte fut plus longue et le succès moins décisif »4.

  • 5 L.H.F, XIII, p. 207.

6C’est que le « nord » d’Augustin Thierry est installé dans la complexité d’une géographie féodale qui le prive de lisibilité. L’historien tente bien, dans cette lettre XIII, de préciser les limites septentrionales de Faire au sein de laquelle s’exerçait effectivement l’autorité royale au début du XIIe siècle mais il bute alors sur la Somme au-delà de laquelle, écrit-il, « on entrait sur les terres du comte de Flandre, dont le vasselage était purement nominal »5. L’évocation des statuts féodaux particuliers de la Lorraine, de la Bourgogne, de la Franche Comté, et du Dauphiné, ceux de la Bretagne, de la Normandie et de l’Anjou renforce encore ce procédé d’effacement qui empêche un nord politique de se dessiner clairement au sein du royaume.

  • 6 A. Thierry, Essai sur l’histoire de la formation et des progrès du Tiers Etat suivi de deux fragme (...)
  • 7 Ibidem, p. 324.

7Un quart de siècle plus tard, dans l’Essai sur l’histoire de la formation et des progrès du Tiers État, Thierry revient sur l’opposition formelle entre France du nord et France du midi - « Toujours d’un côté et de l’autre, il y avait une sorte de dissonance dans les sentiments et dans les actes, et la trace s’en est conservée jusqu’au sein de l’unité moderne »6 - et clarifie la délimitation géographique de la première : « La région du nord, qui est le berceau, et pour ainsi dire la terre classique des communes jurées, comprend la Picardie, l’Artois, la Flandre, la Lorraine, la Champagne, la Normandie et l’Ile de France »7.

  • 8 L.H.F., XIV, p. 227-232
  • 9 Ibidem, p. 232-240.
  • 10 Ibidem, p. 226.

8La chronologie du mouvement communal telle que Thierry l’établit dans l’ouvrage de 1827 confère au Mans (1073) et à Cambrai (1076) la palme de l’antériorité. Il en décrit les circonstances dans la lettre XIV, inscrivant la première dans le contexte féodal issu de la domination normande sur l’Angleterre8, la seconde dans celui des relations entre l’Empire, la Flandre et la papauté9. Le récit des événements qui présidèrent à l’affranchissement des villes picardes occupe les lettres XV à XIX et il est l’occasion d’un recentrage de la géographie du mouvement insurrectionnel. La Picardie apparaît sous la plume de Thierry comme la province où le mouvement a pu bénéficier des circonstances les plus favorables à une propagation rapide : « La révolution de Laon, la plus sanglante de toutes, eut pour cause occasionnelle l’établissement des communes de SaintQuentin et de Noyon, l’une consentie par un comte, l’autre par un évêque. Le coup frappé à Laon se fit aussitôt sentir à Amiens, puis à Soissons, puis à Reims »10. L’existence d’un réseau dense de villes susceptibles de se communiquer l’énergie insurrectionnelle donne ici plus qu’une respiration au mouvement communal. Elle l’installe dans une dynamique qui autorise l’insertion dans les lois de l’histoire, la mise en perspective avec la Révolution de 1789 :

  • 11 Ibidem, XV, p. 268.

« Cette marche, qui est, nous le savons par expérience, celle des grandes révolutions, se retrouve d’une manière aussi précise dans le soulèvement d’une simple ville que dans celui d’une nation entière, parce qu’il s’agit d’intérêts et de passions qui, au fond, sont toujours les mêmes. Il y avait au douzième siècle, pour les changements politiques, la même loi qu’au dix-huitième [...] »11.

9Dans l’Essai de 1853, Thierry consacre la Picardie dans son rôle de laboratoire et de modèle de la révolution communale :

  • 12 Essai, p. 325.

« Parmi ces provinces, écrit-il, la Picardie est celle qui renferme le plus grand nombre de communes proprement dites, où cette forme de régime atteint le plus haut degré d’indépendance et où, dans ses applications, elle offre le plus de variété. C’est là qu’on peut observer le fait curieux de la filiation des chartes communales et de leur propagation, par la puissance de l’exemple, soit dans une même province, soit hors de ses limites, et quelquefois à de grandes distances »12.

Michelet ou la fascination flamande

10Michelet déplace nettement vers le nord le centre de gravité de la géographie du mouvement communal. Il n’ignore bien évidemment pas les travaux de Thierry. Mais, s’il prend acte de l’antériorité de la Picardie en matière de « révolution communale », il ravale l’épisode picard au rang de répétition générale de ce qui constitue, pour lui, le vrai combat pour la liberté, lequel se serait livré nettement plus au nord. Ce n’est pas sans quelque condescendance à l’égard de Thierry qu’il écrit au livre IV de l’Histoire de France : « Nous ne pourrions ici que montrer en petit ce que nous trouverons plus loin

  • 13 H.F., p. 274.

sous des proportions colossales. Qu’est-ce que la commune de Laon à côté de cette terrible et orageuse cité de Bruges, qui faisait sortir trente mille soldats de ses portes, battait le roi de France et emprisonnait l’empereur ? Toutefois, grandes ou petites, elles furent héroïques nos communes picardes, et combattirent bravement »13.

11En fait, ce qui intéresse un Michelet, ce sont moins les éléments juridiques qui constituent l’enjeu de l’insurrection communale que le spectacle de l’extraordinaire force combattante que représentent les communes face aux grandes entités politiques du Moyen Âge. Là où Thierry s’est employé à suivre les progrès d’un tiers état luttant pied à pied contre des puissances féodales locales, lui préfère céder à la fascination du surgissement des communes dans les grands conflits des XIVe et XVe siècles. Entre l’analyse du droit et la mise en récit de la guerre, Michelet n’hésite pas un instant.

12S’il choisit de tourner le regard vers les communes de Flandre, c’est que sa conception du type de liberté défendue par le peuple des villes médiévales diffère sensiblement de celle d’Augustin Thierry. L’enjeu des insurrections communales sont, pour ce dernier, des libertés historicisées, reformulées sur la base de la croyance en la force légitimante de liens contractés dans un passé censé être perpétuellement présent : ce sont les libertés municipales romaines, dont le souvenir se serait conservé en milieu urbain, que les ancêtres médiévaux du tiers état mis en scène par lui tentent de reconquérir à partir de la fin du XIe siècle. Des libertés somme toute très matérielles, que l’historien du tiers état situe dans la généalogie de celles obtenues par « le mouvement constitutionnel moderne » et qu’il évoque en ces termes dans sa treizième Lettre sur l’histoire de France :

  • 14 L.H.F., XIII, p. 221.

« Dans ce premier besoin d’indépendance qui agitait les hommes au sortir du chaos où le monde romain avait été comme englouti depuis l’invasion des Barbares, c’était la sûreté personnelle, la sécurité de tous les jours, la faculté d’acquérir et de conserver qui étaient le dernier but des efforts et des voeux »14.

13À cette sorte d’Habeas corpus, liberté pensée, définie en termes concrets et rattachée à une histoire, Michelet substitue l’idée d’un souffle, liberté inspirée à un peuple de Flandre emporté dans un mouvement qui le dépasserait et qui serait l’ultime avatar de l’esprit d’égalité et de liberté porté par les croisades. Déplaçant de deux siècles la rupture proposée par Thierry, il situe au début du XIVe siècle, le véritable tournant de l’histoire urbaine, lorsque s’engage définitivement dans la civilisation marchande cette partie de l’Occident dont les villes de Flandre constituent la plaque tournante :

  • 15 H.F, p. 486.

« Une grande croisade commence en effet dans le monde, mais d’un genre tout nouveau », écrit-il au début du livre VI de l’Histoire de France. « Celle-ci moins poétique n’est pas en quête de la sainte lance, du Graal, ni de l’empire de Trébizonde. Si nous arrêtons un vaisseau en mer, nous n’y trouverons plus un cadet de France qui cherche un royaume, mais plutôt quelque Génois ou Vénitien qui nous débitera volontiers du sucre ou de la cannelle. Voilà le héros du monde moderne ; non moins héros que l’autre ; il risquera pour gagner un sequin autant que Richard Cœur de Lion pour Saint-Jean-d’Acre. Le croisé du commerce a sa croisade en tous sens, sa Jérusalem partout »15.

  • 16 Ibidem, p. 409.

14Les Jérusalem du nord, industrielles et marchandes, deviennent objet de convoitise - « Il semble que Dieu ait fait cette bonne Flandre, qu’il l’ait placée entre tous pour être mangée des uns et des autres »16 - et la bravoure de leurs habitants doit désormais servir à en défendre les murs contre des prédateurs venus d’ailleurs : plus que comme une liberté juridique conquise sur un oppresseur local, la liberté que le peuple des villes de Flandre s’emploie à défendre farouchement est l’indépendance contre la domination étrangère. Évoquant les troubles de la fin du XIIIe siècle et du début du XIVe, prélude à la bataille de Courtrai de 1302, il écrit :

  • 17 Ibidem, p. 420.

« Le Français, habitué à vexer nos petites communes, ne savait pas quel risque il y avait à mettre en mouvement ces prodigieuses fourmilières, ces formidables guêpiers de Flandre. Le lion couronné de Gand, qui dort aux genoux de la Vierge, dormait mal et s’éveillait souvent. La cloche de Roland sonnait pour l’émeute plus souvent que pour le feu. Roland ! Roland ! tintement, c’est incendie ! volée, c’est le soulèvement17 !

  • 18 L.H.F., XIV, p. 227-228 : Après avoir combattu pour l’indépendance du pays, les bourgeois du Mans, (...)

15Au pluriel des libertés municipales selon Augustin Thierry se substitue ici le singulier d’une liberté assimilée à l’indépendance territoriale. Inversion, aussi, d’un historien à l’autre, des logiques insurrectionnelles : si Michelet montre des communiers sortis tout armés de villes déjà affranchies pour lutter contre la domination étrangère, Thierry avait montré, en 1827, dans la lettre XIV, que, chez les Manceaux, c’était l’expérience de la lutte contre l’occupation des châtelains Normands qui avait fait germer en eux l’idée de l’affranchissement communal »18.

MODES DE SAISIE LITTÉRAIRE ET HISTORIOGRAPHIQUE DU FAIT INSURRECTIONNEL EN MILIEU URBAIN

Le peuple des villes du nord au péril de l’abstraction

  • 19 L.H.F, XIII, p. 210.

16Exposé théorique sur les principes de la révolution communale, la treizième Lettre sur l’histoire de France constitue un point de départ intéressant pour cerner la terminologie par laquelle Augustin Thierry exprime, sous la Restauration, son approche sociale des milieux urbains en lutte contre ce qu’il appelle « la féodalité ». Les acteurs de l’insurrection destinée à rétablir un droit municipal hérité du Bas Empire y sont inscrits dans une vision globalisante qui oppose la masse des habitants à la « puissance féodale »19.

  • 20 Ibidem, p. 210.

17Le peuple des villes est d’abord « population », groupe défini par un statut de dépendance juridique et auquel le nombre finit par permettre de faire triompher l’esprit de liberté que de longs siècles d’oppression ont fait germer en lui : « L’enthousiasme républicain des vieux temps se communiquait de proche en proche, et produisait des révolutions partout où se trouvait une population assez nombreuse pour oser entrer en lutte avec la puissance féodale »20. Il devient dès lors communauté de citoyens, juridiquement liés par le serment et moralement soudés par la solidarité née de la conjuration :

  • 21 Ibidem, p. 210.

« Tous ceux qui s’étaient liés de cette manière prenaient dès lors le nom de communiers ou de jurés, et, pour eux, ces titres nouveaux comprenaient les idées de devoir, de fidélité et de dévouement réciproques, exprimées, dans l’antiquité, par le mot de citoyen »21.

18Sans doute, comme il le redit avec force au début de la lettre XIV, l’origine première des conflits entre les catégories que Thierry voit s’affronter au XIIe siècle est-elle, selon lui, essentiellement raciale :

  • 22 Ibidem, XIV, p. 219.

« Alors il est vrai, la distinction primitive des races avait disparu, mais elle était en quelque sorte remplacée par la différence des mœurs ; les pouvoirs du temps étaient marqués à l’empreinte des mœurs germaniques : le mépris pour la vie et la propriété des faibles, l’amour de la domination et de la guerre formaient le caractère distinctif des seigneurs, du haut clergé, tandis que le goût du travail et un sentiment confus de l’égalité sociale étaient, chez les habitants industrieux des villes, comme un débri de l’ancienne civilisation »22.

19Dans cette absence d’interrogation sur les éventuels facteurs de discrimination sociale qui pourraient le traverser se construit l’image d’un peuple lisse, unanimement tendu vers le destin historique que l’époque moderne verra se réaliser. Métonymie de la ville, le peuple fait d’elle, au Moyen Âge, la préfiguration de la nation de 1789 :

  • 23 Ibidem, p. 220.

« Si les réformes politiques du douzième siècle s’exécutent dans un bien plus petit cercle que celles du dix-huitième et du dix-neuvième, l’action, au moyen âge est plus vive, et offre plus d’ensemble, parce que tous ceux qui y coopèrent sont gens de même état, n’ayant qu’un intérêt et qu’une idée. Sur le même espace de terre pour lequel une seule révolution suffit de nos jours, il en fallait des centaines au temps de l’établissement des communes »23.

20En ce sens, il est déjà tiers état, élément théorique de la représentation tripartite qui a cours aux états généraux du royaume et acteur de la dynamique juridique à l’œuvre dans une production historiographique qui appréhende le Moyen Âge sous un angle essentiellement institutionnel.

  • 24 A. Thierry, Récits des temps mérovingiens précédés de Considérations sur l’histoire de France, Par (...)
  • 25 Ibidem, p. 13.

21Thierry n’évite pas une assimilation implicite de cette aile marchante de la société médiévale à la bourgeoisie. Dans les Lettres sur l’histoire de France, en 1827, il réserve le terme aux communiers victorieux, pourvus d’une charte et d’un magistrat. Mais les Considérations sur l’histoire de France attestent, en 1840, un affinement de la réflexion théorique sur la consistance sociale des mouvements insurrectionnels. S’il revient sur la distinction historique entre noblesse et bourgeoisie en rappelant que ce qui oppose l’une à l’autre, c’est la mémoire différente des droits et libertés respectifs que l’histoire de la conquête leur a légués, il inaugure, dans ce texte, une mise en perspective de la bourgeoisie avec le reste du peuple, la « classe des laboureurs et des vilains »24, privée de libertés et de traditions héréditaires. Classe sans mémoire parce que sans droit, cette fraction de la population, cantonnée hors des villes selon une partition de l’espace maintes fois réitérée dans l’œuvre de Thierry, se trouve exclue de la marche de l’histoire d’une manière d’autant plus radicale que l’historien lui-même renonce à l’y impliquer, son servage, antérieur à la conquête franque, ayant, écrit-il, « sa racine à une époque insaisissable même pour l’érudition de nos jours »25.

  • 26 Essai, p. 85.
  • 27 Ibidem, p. 86.

22Tout se passe donc comme si c’était la présence au sein des villes d’une classe moyenne éclairée par l’histoire sur ses droits qui avait pu relancer, dans la France du XIIe siècle, le mouvement de la civilisation interrompu par la conquête. Dans la réflexion qu’il mène en 1853 sur le rôle du tiers dans le nécessaire processus révolutionnaire, il rejoint le Michelet du tome IV de l’Histoire de France qui sait distinguer « les violents [qui] ont exigé et dicté [des] modérés [qui]ont écrit ». La relation qu’il donne dans l’Essai de la révolte des Cabochiens de 1413, occasion d’une première prise de la Bastille, est, à ce titre révélatrice : à l’image, de toute évidence inquiétante pour le libéral qu’il est, du petit peuple en révolte dans la rue, il se plaît à opposer « les gens sages et rompus aux affaires » qui surent se tenir à l’écart des actions des « exaltés et [des] turbulents », alliés des bouchers de Paris26 et qui mirent un terme à l’émeute en rédigeant un texte de compromis dans lequel il voit un « monument de sagesse politique, où se montre d’une manière éclatante, l’espèce de solidarité qui liait dans une même cause toutes les classes de la roture »27.

23S’il échappe au type d’abstraction inhérent à l’enfermement dans le juridisme de Thierry, le peuple des villes flamandes de Michelet n’en demeure pas moins confiné dans une autre forme d’opacité.

24Celle, d’abord, d’une caractérologie qui s’enferme, dès le livre III, dans les figures d’une abstraction qui lui ôte toute dimension réelle. Le peuple de Flandre selon Michelet est une matière vivante dont les propriétés physiques et morales sont mal distinctes de celles de la terre qui la porte et avec laquelle, dans une sorte d’indécision des espèces, il entretient d’ambigus rapports organiques :

  • 28 H.F., livre III, p. 218-219.

« Sur ces grasses et plantureuses campagnes, uniformément riches d’engrais, de canaux, d’exubérante et grossière végétation, herbes, hommes et animaux, poussent à l’envi, grossissent à plaisir [...] Mœurs peu édifiantes, sensuelles et grossières. Et plus on avance au nord dans cette grasse Flandre, sous cette douce et humide atmosphère, plus la contrée s’amollit, plus la sensualité domine, plus la nature devient puissante »28.

  • 29 Journal, éd. de P. Viallaneix, Gallimard, 1959, tome I, p. 152.

25Et lorsqu’il veut expliquer la propension des Flamands à la révolte, Michelet puise aux sources d’une archéologie si improbable qu’elle ne contribue guère à lui donner une consistance réelle, comme en témoigne la référence aux Bolgs d’Irlande, voire aux Gaulois et aux Germains29.

26Opacité, aussi, de la configuration socio-économique dans laquelle l’historien installe son peuple des villes. D’un chapitre à l’autre de l’Histoire de France, Michelet oscille entre deux représentations de l’activité économique qui définit le statut social de la population urbaine de la Flandre médiévale. L’une, lumineuse, s’inscrit, au livre III, dans la logique d’un déterminisme naturel qui associe la plantureuse fécondité de la terre de Flandre au caractère entreprenant de ses habitants :

  • 30 Ibidem., livre III, p. 218.

« Avaient-ils si grand tort d’être fiers ces braves Flamands ? Tout gros et grossiers qu’ils étaient, ils faisaient merveilleusement leurs affaires. Personne n’entendait comme eux le commerce, l’industrie, l’agriculture. Nulle part le bon sens, le sens du positif, du réel, ne fut plus remarquable. Nul peuple peut-être au Moyen Âge ne comprit mieux la vie courante du monde [...] »30.

27L’autre, ténébreuse, relègue, au livre IV, l’activité industrielle flamande dans les entrailles de villes où l’ouvrier, enfermé dans une obscurité poisseuse, n’a que le recours du rêve pour retrouver la luxuriance de la nature dont sa contrée est dotée :

  • 31 Ibidem, livre IV, p. 319.

« Mais l’industrie elle-même avait créé là un monde d’hommes misérables et sevrés de la nature, que le besoin de chaque jour renfermait dans les ténèbres d’un atelier humide ; laborieux et pauvres, méritants et déshérités, n’ayant pas même en ce monde cette place au soleil que le Bon Dieu semble promettre à tous ses enfants, ils apprenaient par ouï dire ce que c’était que la verdure des campagnes, le chant des oiseaux et le parfum des fleurs ; race de prisonniers, moines de l’industrie, [...], ces pauvres gens, tisserands la plupart, avaient bien besoin de Dieu »31.

28Cette absence de visibilité liée à l’enfermement de l’ouvrier dans les caves obscures où le retient son métier se double d’un effacement de la ville qui, dans l’Histoire de France, n’est jamais saisie dans sa réalité topographique ni architecturale. C’est l’insurrection qui, faisant surgir l’ouvrier flamand des bas-fonds, le porte soudain au jour tandis que le récit des manœuvres auxquelles il se livre alors lève tant soit peu le voile sur quelques éléments de l’organisation spatiale urbaine :

  • 32 Ibidem, livre IV, p. 320.

« Quelquefois aussi, poussés à bout, ils sortaient de leurs caves, éblouis du jour, farouches, avec ce gros et dur œil bleu, si commun en Belgique, mal armés de leurs outils, mais terribles de leur aveuglement et de leur nombre. A Gand, les tisserands occupaient vingt-sept carrefours, et formaient à eux seuls un des trois membres de la cité. Autour d’Ypres, au XIIIe et au XVe siècle, ils étaient plus de deux cent mille »32.

  • 33 Ibidem, livre IV, p. 320.

29Le récit - ou la simple évocation - du soulèvement urbain exerce aussi, dans l’œuvre de Michelet, une autre fonction libératrice : il constitue, en effet, le seul moment où, dans le surgissement des hordes populaires ameutées, se dévoilent les composantes sociales de la population des villes de Flandre. Si le sous-prolétariat des tisserands, écrasé par le poids de l’oppression du travail, apparaît comme l’acteur principal de l’insurrection, l’historien nous le montre recevant des autres métiers un secours non mesuré. Les autres métiers prenaient parti, moins nombreux, mais gens forts, mieux nourris, rouges, robustes et hardis, de rudes hommes, qui avaient foi dans la grosseur de leurs bras et la pesanteur de leurs mains, des forgerons qui, dans une révolte, continuaient de battre l’enclume sur la cuirasse des chevaliers ; des foulons, des boulangers, qui pétrissaient l’émeute comme le pain ; des bouchers qui pratiquaient sans scrupule leur métier sur les hommes33. Révélatrice des hiérarchies urbaines, l’émeute est aussi, on le voit, l’occasion de leur abolition.

Procédés de mise en texte des violences urbaines

  • 34 L.H.F., XIII, p. 216.
  • 35 Ibidem, p. 215.

30En général, les communes les plus libres étaient celles dont la fondation avait coûté le plus de peine et de sacrifices, et la liberté fut peu de chose dans les lieux où elle n’était qu’un don gratuit octroyé sans effort et conservé paisiblement34. Ainsi Augustin Thierry pose-t-il d’emblée, dans la treizième Lettre sur l’histoire de France, l’insurrection comme acte fondateur de la commune et sa virulence comme garantie de la plénitude de l’affranchissement. Les villes du nord du royaume, dans cette configuration, sont donc désignées comme celles où la lutte devait être la plus âpre : « L’état de commune, dans tout son développement ne s’obtint guère qu’à force ouverte et en obligeant la puissance établie à capituler malgré elle »35, écrit-il encore, précisant que « l’histoire des communes du nord de la France présente [...] le tableau d’une guerre acharnée entre les bourgeois et le clergé ».

  • 36 Ibidem, XIV, p. 220.
  • 37 Ibidem, XIV, p. 220.

31Chez Augustin Thierry, la narration des actes insurrectionnels perpétrés par le peuple des villes est incluse dans un système historique, inauguré à la lettre XIV avec le récit des communes du Mans et de Cambrai, qui fait de la violence populaire la réponse raisonnée à la violence oppressive des seigneurs locaux. Ce fatalisme du choc entre oppresseurs et opprimés s’inscrit chez lui dans un cycle, mouvement perpétuel qui voit les libertés, sitôt acquises, remises en question par un regain de vigueur des anciens dominateurs puis, de nouveau, revendiquées par le peuple en armes : « les bourgeois des onzième et douzième siècles, soit que leur ville fût sous la seigneurie d’un roi ou d’un comte, d’un évêque ou d’une abbaye, allaient droit à la république ; mais la réaction du pouvoir établi les ramenait bientôt en arrière »36. L’insurrection communale génère une violence en spirale, escalade rendue nécessaire par les lois de l’histoire et qui, par là même, s’enferme dans un système désespérant : « Au reste, dans ces révolutions municipales et dans celles des grands États modernes, même variété de formes, même empire du hasard dans les circonstances accessoires, même désir de pousser la réforme jusqu’à son dernier terme, et même impuissance d’y parvenir »37, écrit-il en 1827, dans ces dernières années de la Restauration qui voient le jeune libéral absorbé par le fait révolutionnaire dans lequel il voit à la fois une rupture à installer dans le réagencement de l’intelligence de l’histoire et un acte inachevé impliquant une vigilance extrême aux événements du présent.

  • 38 Michelet a effectué trois voyages en Flandre pendant le temps où il rédigeait la partie de son his (...)
  • 39 H.F., livre IV, p. 320.
  • 40 Ibidem, livre IV, p. 320.

32Si, pour Augustin Thierry, l’insurrection communale est une loi de l’histoire, chez Michelet, elle est une loi de la nature. La révolte naît de la physiologie de la ville elle-même et touche le peuple, comme malgré lui, dans sa réalité physique : « Dans la boue de ces rues, dans la fumée, dans la foule serrée des grandes villes, dans ce triste et confus murmure, il y a, nous l’avons éprouvé38, quelque chose qui porte à la tête : une sombre poésie de révolte »39. Sait-il seulement pourquoi il se bat, ce peuple de Flandre ? Pas forcément, car chez Michelet l’émeute urbaine relève à la fois de l’alchimie et de la force du nombre : « Rarement l’étincelle fanatique tombait en vain sur ces grandes multitudes »40 écrit-il. Point de calcul juridique dans cette marée insurrectionnelle, point de souvenir d’antiques libertés dans ces cités nées au Moyen Âge :

  • 41 Ibidem, livre IV, p. 320.

« Les gens de Gand, de Bruges d’Ypres, armés, enrégimentés d’avance, se trouvaient, au premier coup de cloche, sous la bannière du burgmeister ; pourquoi ? ils ne le savaient pas toujours, mais ils ne s’en battaient que mieux. C’était le comte, c’était l’évêque ou leurs gens qui étaient en cause. Ces Flamands n’aimaient pas trop les prêtres ; ils avaient stipulé, en 1193, dans les privilèges de Gand, qu’ils destitueraient leurs curés et chapelains à volonté »41.

33Au-delà de ces différences inhérentes à la façon dont l’un et l’autre introduisent le fait insurrectionnel dans le discours historien, aucun des deux ne recule devant la description des horreurs perpétrées par les communiers ou par leurs ennemis.

  • 42 L.H.F, XIV, p. 233.

34Tout occupé qu’il est par la dimension juridique du mouvement communal, Augustin Thierry ne dédaigne pas de rendre le réalisme de certaines scènes. Ainsi nous montre-t-il, à la lettre XIV, les insurgés cambrésiens aux prises avec les soldats de l’évêque qui, « quand ils avaient fait un prisonnier [...] lui coupaient les pieds ou les mains ou le menaient au bourreau, qui lui marquait le front au fer rouge »42. Relatant les événements particulièrement sanglants qui présidèrent à l’établissement de la commune de Laon, il s’attarde encore sur le lynchage de l’évêque Gaudri que les émeutiers traînent sans pitié dans les rues de la ville :

  • 43 Ibidem, XVI, p. 265.

« Ils n’écoutaient ni ses plaintes ni ses prières, et ne lui répondaient qu’en l’insultant et le frappant. Enfin, un certain Bernard de Bryères lui asséna sur la tête un coup de hache à deux tranchants, et presque au même moment un second coup de hache lui fendit le visage et l’acheva. Thiègaud, voyant briller à son doigt l’anneau épiscopal, lui coupa le doigt avec une épée [...] ensuite le corps, dépouillé de tout vêtement, fut poussé dans un coin, où chaque bourgeois qui passait par là lui jetait des pierres ou de la boue, en accompagnant ces insultes de railleries et de malédictions »43.

  • 44 M.G.H., Scriptores rerum gallicarum et francicarum, tome VIII.

35Mais cette parole historienne sur la violence est, chez lui, une parole médiatisée par les chroniques médiévales sur lesquelles la narration s’appuie. Le récit de la commune de Cambrai est ici calqué sur le pseudo-Baldéric, dans la version que Thierry a trouvée dans les Monumenta Germaniae Historica44 ; celui de la commune de Laon puise à Guibert de Nogent dont le texte lui est fourni par le Spicilegium de Dom Luc d’Achery (1723). A chaque fois, le récit de Thierry est traduction, doublée phrase par phrase, dans les notes infra-paginales, par le texte latin figurant dans ces grandes compilations. Souvent, il arrive même qu’il interrompe son propre discours pour ouvrir les guillemets et citer in extenso ses sources.

36Chez Michelet, en revanche, la description des violences populaires est insérée dans sa propre narration, intégrée à la dramaturgie du récit. Cela confère au texte historiographique une plus grande liberté en même temps qu’une proximité plus nette avec le genre romanesque : dosage du suspens, suggestion d’un fond sonore, déploiement d’une poétique du défoulement social. Michelet excelle dans le genre, principalement lorsqu’il cherche à rendre la farouche détermination avec laquelle les communiers flamands défendent l’indépendance de leurs villes face aux tentatives de domination étrangère. Sans doute le passage le plus significatif du premier tome de l’Histoire de France est-il, au livre V, le récit des démêlés qui, en 1302, opposèrent Philippe le Bel aux villes de Gand et de Bruges. Lente montée de la méfiance mutuelle, sombres manigances des hommes du roi, et le mécontentement populaire qui, telle une onde venue de très loin, ramenant au plat pays le spectre des Vêpres siciliennes, commence par gronder sourdement puis finit par tout submerger :

  • 45 H.F., livre V, p. 421.

« Des chaînes étaient tendues pour empêcher les Français de courir la ville ; chaque bourgeois s’était chargé de dérober au cavalier logé chez lui sa selle et sa bride. Le 21 mars, tous les gens du peuple se mettent à battre leur chaudron ; un boucher frappe le premier, les Français sont partout attaqués, massacrés. Les femmes étaient les plus furieuses à les jeter par les fenêtres ; ou bien on les menait aux halles, où ils étaient égorgés. Le massacre dura trois jours ; douze cents cavaliers, deux mille sergents à pied y périrent »45.

***

  • 46 Voir notre thèse : Les représentations du Moyen Age au XIXe siècle dans les anciens Pays-Bas franç (...)
  • 47 Sur cet aspect, voir notre article « Écriture historienne et réaménagement de l’imaginaire du terr (...)
  • 48 Voir le mémoire de DEA de B. Verschaerhn, Peinture d’histoire entre esthétique et politique. Les é (...)

37Nous avons déjà eu l’occasion d’analyser ailleurs la façon dont cette vulgate nationale des turbulences communales du Moyen Âge avait été reçue et reformulée par les érudits de la France du nord au XIXe siècle46 et montré comment, de la Picardie à la Flandre française en passant par l’Artois, s’était déployé un faisceau de représentations du mouvement communal qui trahissait la plus ou moins grande adhésion des milieux historiens régionaux à la thèse insurrectionnelle forgée par Augustin Thierry. Plus intéressante est sans doute, en regard de Michelet, la réaction des historiens belges, mobilisés, après 1830, pour fonder sur le passé l’identité du jeune royaume47. Dans le contexte de l’indépendance, la Flandre médiévale s’impose comme lieu de mémoire privilégié, laboratoire d’expériences institutionnelles consacrées comme « démocratiques » et, plus encore, théâtre d’une résistance « nationale » à ce qu’il est facile, dans le cadre d’une approche encore approximative des réalités féodales du Moyen Âge, de faire passer pour une domination étrangère. La bataille de Courtrai de 1302, dite « bataille des Éperons d’or », devient l’événement fondateur d’une mémoire flamande dont la formulation dépasse largement le cadre de l’érudition. Le thème inspire peintres et publicistes. L’essor d’une peinture d’histoire comme mode d’affirmation du sentiment national est consacré, au Salon de Bruxelles de 1836, par la présentation du tableau de Nicolas de Kayser, dédié à ce combat emblématique : voulant rendre le côté démocratique de cette victoire d’une coalition de communiers flamands qui, en l’absence du comte Guy de Dampierre, prisonnier du roi de France, triomphe sans son aide de la domination française, le tableau met en scène la mort du chef de l’armée de Philippe le bel, Robert d’Artois, tombant, dans un sanglant corps à corps, sous le couteau d’un boucher de Bruges48. Le succès de l’œuvre inspire deux ans plus tard à l’écrivain Henri Conscience le sujet d’un roman historique, De leeuw van Vlaanderen, ouvrage dont le succès auprès du grand public autorise l’auteur à se faire historien en donnant, en 1845, une Geschiedenis van Belgïe.

  • 49 Les traductions du romancier écossais sont éditées à Bruxelles et à Liège entre 1827 et 1829.

38Dans une Belgique qui succombe à la vogue des romans de Walter Scott49, le thème de la conquête étrangère comme source des liens de dépendance et des oppositions culturelles repérables dans la société contemporaine autorise une synthèse entre les représentations du peuple des villes du nord proposées à la fois par Thierry et par Michelet. Celle-ci trouve sa consécration dans les six volumes de l’Histoire de Flandre de Kervyn de Lettenhove, parus de 1847 à 1850, et où se trouvent combinés deux jeux d’opposition : l’un, extérieur, entre Flamands et Français, l’autre, intérieur, entre Saxons du littoral, d’origine Scandinave, et Francs cantonnés dans l’arrière-pays.

39L’ensemble de ces images romantiques des villes du nord en insurrection, qu’elles aient été forgées par l’historiographie nationale française ou par l’érudition belge du premier XIXe siècle sont, on le constate, des images libérales. De part et d’autre de la frontière, elles participent d’une même démarche historienne, celle qui vise à réinsérer le peuple dans une diachronie dont la dynamique est celle du progrès de la liberté et le terme, le triomphe de la bourgeoisie.

Notes

1 J. Michelet, Histoire de France, Livre III, « Tableau de la France », Paris, éd. Laffont, coll. « Bouquins », 1981, p. 218. Toutes les références à cette œuvre (H.F.), renverront à cette édition.

2 Voir P. Petitier, « Les cités obscures. Villes industrielles du Moyen Âge dans l’Histoire de France de Michelet », Romantisme, no 83, 1994-1, p. 81-95. Outre ces premières allusions contenue dans le livre III qui constitue le Tableau de la France, Michelet retrouve les villes flamandes à l’occasion de l’évocation des démêlés franco-anglais et franco-bourguignons qui s’étalent du XIIIe au XVe siècle.

3 H. F, p. 219-220.

4 A. Thierry, lettres sur l’histoire de France, Lettre XIII, Paris, Garnier, s.d., p. 211-212. Toutes les références à cet ouvrage (L.H.F.) renverront à cette édition.

5 L.H.F, XIII, p. 207.

6 A. Thierry, Essai sur l’histoire de la formation et des progrès du Tiers Etat suivi de deux fragment du recueil des monuments inédits de cette histoire, Paris, Garnier, nouvelle édition 1882, p. 70. Les références à cet ouvrage (Essai), renverront toutes à cette édition.

7 Ibidem, p. 324.

8 L.H.F., XIV, p. 227-232

9 Ibidem, p. 232-240.

10 Ibidem, p. 226.

11 Ibidem, XV, p. 268.

12 Essai, p. 325.

13 H.F., p. 274.

14 L.H.F., XIII, p. 221.

15 H.F, p. 486.

16 Ibidem, p. 409.

17 Ibidem, p. 420.

18 L.H.F., XIV, p. 227-228 : Après avoir combattu pour l’indépendance du pays, les bourgeois du Mans, rentrés dans leurs foyers, commencèrent à trouver gênant et vexatoire le gouvernement de leur comte, et s’irritèrent d’une foule de choses qu’ils avaient tolérées jusque-là.

19 L.H.F, XIII, p. 210.

20 Ibidem, p. 210.

21 Ibidem, p. 210.

22 Ibidem, XIV, p. 219.

23 Ibidem, p. 220.

24 A. Thierry, Récits des temps mérovingiens précédés de Considérations sur l’histoire de France, Paris Just Tessier, 1840, 2 vol. , p. 12-13.

25 Ibidem, p. 13.

26 Essai, p. 85.

27 Ibidem, p. 86.

28 H.F., livre III, p. 218-219.

29 Journal, éd. de P. Viallaneix, Gallimard, 1959, tome I, p. 152.

30 Ibidem., livre III, p. 218.

31 Ibidem, livre IV, p. 319.

32 Ibidem, livre IV, p. 320.

33 Ibidem, livre IV, p. 320.

34 L.H.F., XIII, p. 216.

35 Ibidem, p. 215.

36 Ibidem, XIV, p. 220.

37 Ibidem, XIV, p. 220.

38 Michelet a effectué trois voyages en Flandre pendant le temps où il rédigeait la partie de son histoire de France consacrée au Moyen Âge, en 1832, 1837 et 1840. Il faut, pour trouver une description plus précise des villes citées dans l’ouvrage, se reporter aux notes de voyage contenues dans son journal (réf. Supra, note 28).

39 H.F., livre IV, p. 320.

40 Ibidem, livre IV, p. 320.

41 Ibidem, livre IV, p. 320.

42 L.H.F, XIV, p. 233.

43 Ibidem, XVI, p. 265.

44 M.G.H., Scriptores rerum gallicarum et francicarum, tome VIII.

45 H.F., livre V, p. 421.

46 Voir notre thèse : Les représentations du Moyen Age au XIXe siècle dans les anciens Pays-Bas français et leurs confins picards. Essai d’historiographie comparée, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 1997, vol. 2, p. 750-801.

47 Sur cet aspect, voir notre article « Écriture historienne et réaménagement de l’imaginaire du territoire dans la France du nord au XIXe siècle », Actes du colloque Territoires, frontières, identités : concordances et discordances dans le monde d’hier et d’aujourd’hui, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis, novembre 2001, à paraître.

48 Voir le mémoire de DEA de B. Verschaerhn, Peinture d’histoire entre esthétique et politique. Les écoles d’Anvers et de Bruxelles 1830-1860., sous la dir. de François Robichon, Université Lille3, octobre 2001, ex. dactyl.

49 Les traductions du romancier écossais sont éditées à Bruxelles et à Liège entre 1827 et 1829.

Auteur

Université de Lille 3 - CRHEN-O

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540