Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume I

 | 
Philippe Guignet

Marquer, divertir ou magnifier le peuple

Enfants bleus et enfants rouges : les uniformes attribués par les institutions d’assistance (mi xvie-mi-xviie siècle)

Denise Turrel

Texte intégral

  • 1 La communication ici présentée a été enrichie par l’apport des discussions échangées au cours du co (...)

1Dans la perspective d’une recherche sur les signes identitaires dans la société française de la première modernité, je me suis intéressée à ce qui distinguait visuellement certains groupes de la population. À l’intérieur du système de l’assistance urbaine, c’est donc un élément qui est ici choisi : le costume des pauvres assistés, et en particulier ses couleurs. L’interrogation porte sur la façon dont joue, à l’intérieur du milieu urbain, l’imposition d’un uniforme ou de signes vestimentaires distinctifs, et cela pour deux catégories : les enfants des orphelinats et les pauvres, dont le regroupement dans des institutions fermées se met progressivement en place, dans les grandes villes, à partir de la première moitié du XVIIe siècle1.

  • 2 Lettres royales de janvier 1537, dans Ordonnances des rois de France, Règne de François Ier, t. 8, (...)
  • 3 Inventaire sommaire des Archives hospitalières de Lille antérieures à 1790, t. 2, Lille, 1898, V A (...)
  • 4 Du nom de leur bienfaitrice, Jeanne de Bavière (ibid., V B 1). À Lyon, six enfants de l’Aumône (app (...)

2Pour décrire l’apparence vestimentaire de ces deux groupes, l’historien dispose de plusieurs séries de sources d’origine hospitalière : des textes normatifs d’abord, actes de fondation et règlements des organismes d’assistance. Certains statuts prévoient en effet explicitement une couleur d’uniforme : la plus connue est celle des « Enfants-Rouges », qui a donné son nom populaire à l’orphelinat parisien des Enfants-Dieu créé par François Ier2. Dans le cas de fondations charitables plus petites, le donateur précise aussi, souvent, que les pauvres qu’il assiste doivent être habillés de façon reconnaissable, qui rende visible et proclame son geste de charité et son « parrainage » ; ainsi dans la maison des « Bapaumes », instituée en 1605 par un marchand de drap de Lille, et destinée à éduquer un certain nombre de garçons de la ville, les « accoutrements » sont « de couleur tasnée, selon l’ordonnance du fondateur »3. Peu après, en 1612, la veuve d’un bourgeois augmente cette fondation de quatre autres enfants, « sous condition entre autres [...] que ces enfants soient accoutrés de drap vert brun et qu’ils s’appellent les enfants de Bavière »4.

  • 5 On dispose pour Lyon de 6 éditions de l’Institution de l’Aumosne, dans la première moitié du XVIIe (...)

3Les règlements des institutions composent une seconde catégorie de textes normatifs. Plus détaillés que les statuts de fondation, ils précisent souvent la qualité du tissu, énumèrent les différentes parties du costume (robe, bonnet, bas...) et leurs couleurs respectives, et parfois, lorsque les différentes versions imprimées du règlement se succèdent rapidement, comme c’est le cas à Lyon5, les ajouts successifs permettent de lire une évolution.

4La dernière catégorie de sources est constituée par les délibérations des bureaux des institutions hospitalières. Les discussions et prises de décisions, qui émanent de notables laïcs, offrent un type plus libre et donc plus varié de discours, qui nous livre davantage les pratiques, souvent les raisons du choix des autorités, quelquefois les résistances des intéressés. Cependant, le point de vue reste toujours celui des autorités de tutelle – c’est le caractère commun à ces trois sources : l’attitude du peuple lui-même n’est connue qu’indirectement, parce qu’on s’en plaint, qu’on cherche à la contrer.

5Ces différents textes permettent donc de cerner certains traits de l’image que les notables municipaux veulent dessiner de la fraction du peuple qu’ils assistent, et qui est donc en leur pouvoir. Une analyse globale des uniformes prescrits laisse apparaître des distinctions ou des nuances selon le statut des individus, les temps et les lieux ; à partir des indices fournis, on peut aussi tenter de percevoir comment est ressenti cet uniforme.

Les uniformes prescrits

  • 6 Blois a moins de 10 000 habitants, contrairement aux villes précédemment citées qui en ont toutes p (...)
  • 7 Institution de l’Aumosne générale de Lyon, 5'édition, 1647, p. 32. Lyon donne le premier exemple d’ (...)
  • 8 D. M. Félibien, Histoire de la ville de Paris [...], Paris, G. Desprez, 1725, vol. 3, p. 629.
  • 9 Son système est analysé par J.-P. Gutton, La Société et les pauvres : l’exemple de la généralité de (...)

6Les données obtenues concernent des cités importantes : Paris, Lyon, Rouen, Lille, Dijon, Poitiers, Angers. L’imposition d’un uniforme aux pauvres assistés est en effet un phénomène de grande ville ; les agglomérations de taille plus modeste – comme Blois6 –, n’ont pas dans ce domaine mis en œuvre de semblables obligations vestimentaires, peut-être pour des raisons financières, ainsi que pour des raisons d’échelle : l’hôpital lyonnais, lui, regroupe dans la première moitié du XVIIe siècle 1 600 individus à habiller7, tandis que les enfants pauvres recueillis à La Trinité de Paris sont 200 dans la seconde moitié du XVIe siècle8. De toutes ces villes, Lyon est le prototype et le modèle : l’organisation centralisée de l’assistance lyonnaise sert de référence à toute la France du XVIIe siècle9.

7Quels sont les couleurs et les tissus prescrits ?

Les couleurs

  • 10 D. M. Félibien, Histoire de la ville de Paris [...], op. cit., vol. 3, p. 638-639 (règlement de 157 (...)
  • 11 Arch. mun. Angers, BB 70, fol. 115-122 (1628) ; voir aussi R. Lehoreau, Cérémonial de l’Eglise d’An (...)
  • 12 Inventaire sommaire des Archives hospitalières de Lille antérieures à 1790, t. 2, op. cit., 4e fond (...)

8Le bleu domine largement, parmi toutes les couleurs. C’est celle des orphelins lyonnais, des enfants de La Trinité à Paris10, des pauvres de l’hôpital général d’Angers – appelés les « Enfants bleus »11 –, et de bien d’autres institutions : ainsi les orphelins de Lille recueillis dans la Maison de la Grange sont-ils appelés « les Bleuets »12.

  • 13 Institution de l’Aumosne générale de Lyon, 1628, op. cit., p. 42-43. Mêmes prescriptions en 1632 et (...)
  • 14 Ibid., p. 43.

9Il s’agit parfois d’un ensemble complet de bleu ; ainsi à Lyon, toutes les pièces de l’habillement sont bleues : les orphelins portent des casaques bleues, des chemisettes, des bas et hauts de chausses bleus ; et les orphelines une robe bleue, des bas bleus et un tablier bleu13. Quelquefois, seul un élément du costume est bleu, et cette pièce de couleur (un bonnet souvent, ou bien des bas) devenue un signe vestimentaire caractéristique, suffit à identifier les individus en référence à leur institution ; c’est le cas des pauvres renfermés à la Charité lyonnaise qui, à des casaques ou des robes brunes, joignent des chausses et des bas bleus14.

  • 15 Le surnom de « Bleuets » irait dans ce sens.
  • 16 Institution de l’Aumosne générale de Lyon, 1628, op. cit., p. 43.
  • 17 Sur les références culturelles successives liées à cette couleur, telles que le bleu marial ou l’«  (...)

10L’historien a cependant un regret : les sources n’indiquent pas la nuance du bleu. Est-ce un bleu clair15 – qui pourrait renvoyer à une couleur mariale – ou bien un bleu foncé, comme en porteront les pupilles de la Nation à l’époque contemporaine ? Les textes ne le précisent jamais, et pourtant cela serait important pour comprendre la connotation sociale et culturelle attachée à ce bleu. Le coloris en tout cas est homogène à l’intérieur de la même institution, car – du moins à Lyon – les opérations de teinture du textile sont faites à l’hôpital même. En effet, les costumes donnés par l’Aumône sont neufs et spécifiques – ce qui les distingue de la majorité des pièces d’habillement populaires, souvent achetées dans des friperies ou passées par les mains de revendeuses. La Charité lyonnaise, elle, achète le tissu sans finition, et la teinture comme la confection des uniformes sont effectuées à l’intérieur de l’institution, sous la responsabilité d’un administrateur chargé de la garde-robe, ce qui rend les autorités de tutelle totalement maîtresses du coloris et de la forme. Ces vêtements sont portés jusqu’à l’usure ; les habits durent en général deux ans16, et leur teinte est donc progressivement délavée. Or l’opposition entre costumes de qualité et tenues populaires réside largement dans l’intensité de la coloration – c’est-à-dire la qualité et la saturation de la teinture – ainsi que dans la nature des tissus portés : la médiocrité des matériaux et du tissage, comme l’aspect terne et la couleur passée distinguent donc ces bleus des coloris somptueux qui renvoient à d’autres références sociales et culturelles17.

  • 18 A. Fabre, Histoire des hôpitaux et des institutions de bienfaisance de Marseille, Marseille, 1854-1 (...)
  • 19 Institution et Oeconomie de l’Aumosne générale de Lyon, Lyon, H. Cardon, 1605, p. 44.
  • 20 P. Rambaud, L’assistance publique à Poitiers jusqu’à l’an V, Paris, É. Champion, 1912-1914, t. 1, p (...)
  • 21 Institution de l’Aumosne générale de Lyon, 1628, op. cit., p. 43 ; l’édition de 1632 porte « couleu (...)

11La même remarque peut être faite pour les autres couleurs utilisées : le recours au gris et au « tanné » est fréquent. À Marseille, la fondation instituée en 1576 pour de pauvres orphelines s’appelle la « Maison des Filles grises »18. À Lyon, dès 1605, les orphelins portent le jour de la procession annuelle un bonnet gris pour les garçons, et un tablier de futaine gris pour les filles19. À Poitiers, les pauvres de l’hôpital général ouvert en 1657 sont vêtus d’un ensemble de serge grise20. Le brun, couleur du cuir tanné, est à Lyon la caractéristique des pauvres enfermés ; cette teinte est spécifiée dès le second règlement de l’Aumône, en 1628 : la casaque ou la robe sont « tannées », la camisole teinte en couleur de « resine »21.

  • 22 Fondation, construction, économie et règlements des hopitaux du S. Esprit, et de Notre-Dame de La C (...)
  • 23 Institution de l’Aumosne générale de Lyon, 1628, op. cit., p. 43.

12Enfin, le rouge est aussi quelquefois utilisé, mais de façon beaucoup moins répandue. Si les « enfants rouges » de Paris sont habillés tout de cette couleur, des pièces de vêtement de cette teinte sont utilisées ponctuellement ailleurs : à Dijon, les orphelins sont aussi appelés « enfants rouges », car ils portent un bonnet rouge22 et les orphelines lyonnaises portent une chemise à lisière rouge23.

Les étoffes

13Toutes ces couleurs sont à mettre en relation avec leur support : la nature du tissu, puisqu’un bleu n’est pas le même s’il chatoie sur de la soie, ou bien s’il teinte une étoffe grossière.

  • 24 « drap rouge » pour les Enfants-Dieu de Paris en 1537 ; pour les orphelins lyonnais, drap tanné ou (...)
  • 25 M. Baueant, « Jalons pour une histoire du "costume commun" : l’exemple de Meaux (1590-1670) », Hist (...)
  • 26 Statuts pour les hospitaux des pauvres enfermez, Paris, P. Mettayer, 1611, repris dans Cimber et Da (...)
  • 27 Sur le vocabulaire des étoffes, voir surtout E. Hardouin-Fugier, B. Berthod, M. Chavent-Fusaro, Les (...)
  • 28 Étoffe médiocre, blanche ou grise, en laine et fil.
  • 29 Ils le resteront pendant tout l’Ancien Régime : I. Robin-Roméro, Les établissements pour orphelins (...)

14Au XVIe siècle, le textile utilisé est appelé simplement, dans nos sources, du drap24 ; en cela, la population assistée ne se distingue guère de l’ensemble des habitants de la ville, pour lesquels le drap domine aussi, du bonnet aux chausses25. Au XVIIe siècle, davantage de précisions sont fournies sur ces tissus réglementaires des pauvres, dont les matériaux s’éloignent alors nettement de l’ordinaire de la population urbaine. Le règlement établi à Paris en 1611, lors de la première tentative de renfermement, spécifie l’habillement prescrit ; les pauvres recevront « deux paires d’habits complets, de chausse, juppe et bas de chausse »26 : le premier, pour l’hiver, de « grosse bure » – la bure est l’étoffe de laine la plus grossière, l’étoffe de la pauvreté par excellence, opposée métaphoriquement à la soie comme la pauvreté l’est à la richesse27 ; le second habit, pour l’été, doit être de toile ou tiretaine28 ; pour le reste, une chemise en toile de chanvre, un bonnet de laine et des sabots. Cette catégorie de tissus épais, dessinant des silhouettes raides, est désormais celle de toute la population assistée29.

  • 30 Arch. hosp. Lyon, E 34. En 1647, pour les pauvres enfermés, les tissus sont le vigan pour la casaqu (...)
  • 31 Il est le plus souvent fabriqué dans le Midi. À Lyon, l’Aumône utilise le cordillat de Crest et de (...)
  • 32 On ne les retrouve pas à Meaux par exemple, pendant la même période : M. Baulant, « Jalons pour une (...)

15Les textes montrent au fil des ans l’évolution des textiles, qui sont cependant toujours de grosses étoffes communes. D’après les délibérations du bureau des pauvres de Lyon en 1624, les orphelines portent à cette date « du courdilliat de Réalmont, bleuf, pour leurs robes et bas ; du courdilliat de Réalmont, blanc, pour leurs chemisolles ; du cadis du Puy, bleuf, pour leurs devantiers »30. Le cordillat est un tissu peu cher, assez comparable à la bure31 ; le cadis est une serge bon marché également, étroite et convenant donc bien pour un tablier. Les camisoles, vêtements de dessous pendant l’hiver, deviennent l’été robes de dessus : il suffit d’alléger une superposition, sans renouveler l’habillement. Il semble que ces différentes étoffes – bure, tiretaine, cordillat, vigan – toutes médiocres et de très bas prix, ne soient pas en cette première moitié du XVIIe siècle utilisées par la population urbaine « moyenne », celle dont on peut analyser les costumes dans les inventaires après décès32.

NUANCES : LES STATUTS, LES TEMPS ET LES LIEUX

Les distinctions d’origine

  • 33 Institution de l’Aumosne générale de Lyon, 1647, op. cit., p. 85.

16Si l’on garde l’exemple lyonnais, c’est par la couleur que sont distinguées les différentes catégories hébergées à l’intérieur de l’hôpital de la Charité : les « renfermés » sont habillés en brun, alors que les orphelins sont en bleu, et une sous-catégorie privilégiée de ces derniers – six garçons sélectionnés pour faire des études – sont en gris. Une hiérarchie de dignité régit ces couleurs, car les orphelines qui se sont rendues coupables de « mauvaise vie » sont châtiées par la privation de leur costume bleu et subissent l’obligation d’être désormais vêtues de marron33. L’emploi de couleurs variées renvoie donc à une différenciation des statuts : les orphelins lyonnais acceptés comme enfants adoptifs de l’Aumône sont obligatoirement légitimes ; les enfants à la naissance non légitime, ou bien dont l’origine est inconnue (comme les enfants trouvés) ne peuvent être admis dans les deux orphelinats de La Chanal et Sainte-Catherine, et sont placés avec les pauvres enfermés. La supériorité du bleu sur le marron est donc ici sous-tendue par la hiérarchie entre deux groupes d’inégale dignité sociale ; elle s’inscrit dans une échelle de valeurs elle-même fondée sur un rapport à la filiation des individus : l’éventuelle tache souillant la naissance des enfants abandonnés, présumés « bâtards », fait d’eux une catégorie inférieure.

  • 34 Ceux-ci portent habit bleu et bonnet rouge (I. Robin-Romero, Les établissements pour orphelins..., (...)
  • 35 Ordonnances des rois de France, Règne de François Ier, op. cit., t. 8, p. 251.

17À Paris aussi, les oppositions de couleurs entre les uniformes des institutions correspondent à des conditions de naissance différentes. Le rouge des Enfants-Dieu distingue les enfants « étrangers » (nés de parents originaires des faubourgs ou de province, et morts à l’Hôtel-Dieu de la capitale) des petits orphelins parisiens accueillis au Saint-Esprit34. Le bleu, lui, désigne ici une catégorie particulière d’adolescents pauvres de la capitale : les pensionnaires de La Trinité sont des enfants qui, pris à mendier dans les rues, ont été retirés à leurs parents. À ces différents critères (légitimité de la filiation, origine foraine ou non, disparition ou au contraire existence connue des parents) correspondent des tenues spécifiques, qui sont autant de codes révélant un mode d’appartenance particulier à la ville. Comme à Lyon, ces trois catégories et leurs trois uniformes ne concernent que des enfants légitimes, à l’exception des « bâtards », ainsi que le précisent les textes réglementaires35.

18En revanche, aucune disparité de couleur n’est décelable entre les deux sexes. Partout, garçons et filles, hommes et femmes sont vêtus selon les normes propres à leur rang statutaire, sans autre considération, et nulle différence chromatique ne distingue un groupe masculin de son homologue féminin.

L’évolution chronologique

  • 36 Arch. hosp. Lyon, E 17.
  • 37 Arch. hosp. Lyon, E 31 (1610).
  • 38 Arch. hosp. Lyon, E 23 (1585).
  • 39 Arch. hosp. Lyon, E 33.
  • 40 M. Baulant, « Jalons pour une histoire du "costume commun"... », loc. cit., p. 23-24, 31, 50-51.

19Dans ce domaine également, Lyon est un bon observatoire, car la série de règlements successifs, jointe aux registres de délibérations, continus aux XVIe et XVIIe siècles, permet de dégager une chronologie assez fine. Les orphelins lyonnais ont été longtemps vêtus de « blanc », c’est-à-dire de tissu non teint36 ; l’absence de couleur est la règle pour les filles jusqu’au début du XVIIe siècle37, tandis qu’à partir de la décennie 1580 les garçons portent du tanné puis du gris38. Pour ces orphelins, le bleu apparaît dans les sources en 161839, c’est-à-dire peu après les débuts de l’enfermement : c’est alors sans doute que s’est imposée la nécessité de distinguer ces enfants « sélectionnés » des pauvres enfermés. La couleur bleue, qui devient dès lors un impératif constamment répété, est très rare dans la population, où elle est employée à cette époque pour moins de 5 % des vêtements40 : elle est donc fortement discriminante.

  • 41 Arch. hosp. Lyon, E 28 (vers 1600). Les « pauvres Atheaux », qui ont un statut privilégié, portent, (...)

20La même évolution vers une visibilité croissante des catégories assistées, déjà observée dans le choix des tissus, est aussi sensible dans les éléments du vêtement et dans leur coupe. Au tournant du siècle, il est décidé de donner aux orphelins, au lieu de leurs casaques, « des sayes à l’antique »41 : le saye, sorte de tunique, est au XVIIe siècle une pièce totalement démodée. Ce choix d’une forme archaïsante ne relève pas d’un immobilisme ou d’un attachement à la tradition, comme ce serait le cas si la coupe des vêtements avait été réglementée à la fondation et maintenue sans changement par la suite. C’est au contraire volontairement qu’on leur fait mettre des habits qui ne sont plus portés par le reste de la population. Ainsi la couleur, le tissu aussi bien que la forme des vêtements permettent de repérer à coup sûr les enfants de l’Aumône dans la rue.

L’hôpital et la ville

  • 42 Arch. hosp. Lyon, E 28 (vers 1601), E 31 (1610).
  • 43 Arch. hosp. Lyon, E 33 (vers 1618).
  • 44 Institution de l’Aumosne générale de Lyon, 1628, op. cit., p. 44. Même texte en 1632 et 1639.
  • 45 M. Baulant, « Jalons pour une histoire du "costume commun"... », loc. cit., p. 31.

21Une autre nuance se lit dans le vêtement donné à ceux des orphelins ou des « enfermés » qui sortent des murs de l’institution, soit pour travailler, soit à l’occasion de leur participation à des défilés urbains. Jusque dans la première décennie du XVIIe siècle, les orphelines lyonnaises mises en service en ville s’habillent à leur guise avec leurs gages et leurs maîtres peuvent également leur donner des habits de couleur de leur choix42. Puis, au moment de la mise en œuvre de l’enfermement et de l’imposition d’un uniforme bleu en 1618, s’exprime un raidissement : le bureau fait un rapport sur le « désordre » des habits de ces jeunes, et décide de « faire entendre aux maistres et maistresses qui les prendront de ne leur permettre aulcun changement »43 de couleur ni de façon. Ainsi les orphelines placées comme domestiques gardent-elles désormais l’uniforme bleu de l’Aumône. En ce qui concerne les jeunes filles pauvres de la Charité qui servent des maîtres en ville, le règlement de 1628 marque une prise de position nouvelle des autorités : elles porteront « le corps de juppe de couleur de rose seiche, et la juppe bleuf [...], à cause que plusieurs qui en desirent avoir ne veulent pas qu’elles soient vestues de la livrée de l’Aumosne »44 Elles endossent donc, à la place de la longue robe brun sombre qui est la norme pour leur catégorie, un uniforme plus seyant : la couleur « rose sèche » est un mauve clair tirant sur le rouge, qui bénéficie d’un effet de mode temporaire à ce moment précis45 ; elles gardent cependant un élément bleu (la jupe et les bas) qui les identifie nettement et ne permet de les confondre, ni avec une orpheline, ni avec une servante de la ville indépendante de l’hôpital.

  • 46 Arch. mun. Angers, BB 70, cité ci-dessus.
  • 47 Institution de l’Aumosne générale de Lyon, 1628, op. cit., p. 43-44. À Poitiers, d’après le règleme (...)

22Les orphelins comme les pauvres participent en tant que groupe constitué aux cérémonies urbaines, en particulier aux processions et aux convois d’obsèques : à celui du maire d’Angers en 1628, « marchoient les enfans de l’hospital des renfermez deux à deux vestuz de robbes et tocques bleues tenans les deux costez desdictes rues »46. Lorsqu’ils sont ainsi en représentation, surtout à l’occasion des défilés annuels solennels, des habits neufs ou même particuliers sont parfois prévus : à Lyon, les orphelins reçoivent des vêtements neufs la veille de la procession des pauvres, et leur costume est renouvelé plus souvent que celui des « enfermés », avec l’argument que leur participation à des cortèges d’enterrement est souvent demandée47.

23Quel peut être alors le sens de cet uniforme, comment est-il ressenti, aussi bien par ceux qui l’imposent que par ceux qui le subissent ?

LE VÉCU : ENTRE SÉGRÉGATION ET INTÉGRATION

Un marqueur

  • 48 À Lyon par exemple, dans le règlement de 1628, op. cit., p. 44-45.

24Ce costume spécifique est avant tout une livrée : le terme de « livrée de l’hôpital » ou de « livrée de l’Aumône »48 est constamment employé pour désigner l’uniforme imposé ; ce dernier constitue donc un marqueur identitaire, indiquant la relation d’appartenance et plus précisément de subordination qui lie les assistés à leur institution. Sa couleur même le traduit : comme le bleu, le rouge est une couleur rare parmi les vêtements urbains, aux teintes plutôt sombres ; sur des étoffes grossières et de médiocre qualité, son sens est de plus très différent de celui qu’il revêt lorsqu’il est associé à de la soie ou à du drap de grand prix, tel que l’écarlate qui signifie richesse et notabilité. Sur des vêtements pauvres, il signale au contraire l’appartenance « domestique » de leur porteur, de même que les livrées voyantes des laquais manifestent leur rattachement à une maison.

  • 49 Des jeunes s’enfuient de la maison où ils sont placés, d’autres sont accusés de vol : Arch. hosp. L (...)
  • 50 Arch. hosp. Lyon, E 31. Même insistance dans les règlements de 1639 et 1647 : les orphelins servant (...)
  • 51 Ibid., p. 85.

25L’uniforme permet de contrôler en ville les mouvements des personnes relevant de l’hôpital, en particulier de repérer les jeunes fuyards ou délinquants49. D’où une lutte continue des notables des bureaux des pauvres pour ramener toute velléité d’indépendance ou d’insubordination à l’observance stricte des normes vestimentaires réglementaires. En 1610 déjà, les responsables de l’Aumône lyonnaise s’inquiètent : « Il est besoing pourveoir de retrancher les superfluités d’habits et chaussures des filles de lad. Aulmone, qui se licencient et ne paraissent estre des filles de lad. aulmone »50. Plus tard, dans le règlement de 1647, il est décidé que le salaire des orphelines sera pour un tiers retenu par leur maîtresse (« pour les petites necessités desd. filles »), les deux tiers allant à l’Aumône qui leur fournira leurs habits : « Car il arrive que les laissant entierement disposer de leurs gages, elles les consument en bagatelles [...] ou l’employent en étoffe d’autre couleur que celle de ladite Aumosne, qu’est la cause qu’on ne les peut pas reconnoistre »51.

  • 52 Lettre royale de 1578 : A. Fontanon, Les Edicts et ordonnances des rois de France [...], op. cit., (...)

26Comme toute livrée, ce signe d’appartenance permet, en contrepartie, de faire jouer les privilèges de la maison concernée. Ainsi les enfants de La Trinité, à Paris, contrairement aux orphelins du Saint-Esprit, ne sont pas mis en apprentissage chez un artisan, mais travaillent à l’intérieur même de l’hôpital ; lorsqu’ils portent leurs marchandises en ville, celles-ci n’ont pas à être vérifiées par les maîtres jurés et leur uniforme, qui manifeste aux yeux de tous leur statut social particulier, leur permet d’échapper à l’emprise des corps de métier : ils sont « aisez à cognoistre en la forme des habits et bonnets bleus, dont ils ont accoustumé estre vestus »52, déclare la lettre d’Henri III qui, malgré les conflits provoqués par les maîtres artisans de la ville, maintient leur exception corporative.

Un élément de la cité idéale

27Revêtus de leur uniforme, les pauvres assistés sont, dans l’univers urbain, clairement distingués des vagabonds et des mendiants étrangers qui, eux, en sont impitoyablement exclus. La même livrée qui, sur le plan individuel, les fait infailliblement repérer, qui provoque même parfois une certaine réticence dans la population – telle la réaction de certaines maîtresses de maison répugnant à engager une servante vêtue de l’uniforme tanné de l’hôpital des enfermés – est en même temps un facteur d’intégration sociale collective. Elle fait des pensionnaires de ces institutions, lorsqu’ils défilent lors des processions, un groupe urbain constitué, officiellement reconnu par la communauté urbaine.

  • 53 Institution de l’Aumosne générale de Lyon, op. cit., 1647, p. 85 : la couleur « racine obscure » es (...)
  • 54 Arch. mun. Angers, BB 70, cité ci-dessus.

28De plus, leurs humbles vêtements les rapprochent d’un certain nombre d’autres groupes citadins emblématiques, en particulier de plusieurs ordres mendiants. Le gris très sombre, aux nuances tirant sur le noir ou le brun, auquel les minimes ont attaché leur nom, est la couleur des « enfermés » lyonnais53. Outre les minimes, de nombreux ordres ayant connu une expansion récente en France dans l’atmosphère de la Contre-Réforme, comme les capucins ou les récollets, portent une grosse étoffe grise. Les congrégations spécialement vouées à la charité qui se multiplient à la fin du XVIe et dans la première moitié du XVIIe siècle, telles que celles des frères de la Charité ou de différentes catégories d’hospitalières, portent aussi ce même gris brun. Dans les paroisses parisiennes animées par des dames dévotes, les sœurs de la Charité qui préparent les remèdes et les portent aux pauvres malades sont habillées d’une étoffe identique. Les pauvres assistés sont ainsi exemplairement rapprochés des figures urbaines incarnant la valeur évangélique de la pauvreté choisie. L’archaïsme même de la forme de leurs habits, amples et longs, souvent appelés « robes », les rend visuellement proches des tenues des religieux. Dans le défilé soigneusement ordonnancé des obsèques du maire d’Angers, les pensionnaires de l’hôpital sont placés entre des crieurs de patenôtres et les ordres mendiants, capucins, minimes et Cordeliers54. Par la couleur et l’austère simplicité de leur uniforme, la coupe de leurs habits, leur place dans les cortèges, un rapprochement significatif est presque toujours suggéré avec des groupes voués à la vie religieuse.

  • 55 Ordonnances des rois de France, Règne de François Ier, op. cit., t. 8, p. 251.

29De la même façon, l’appartenance des orphelins à un groupe institutionnel indiqué par leur costume les intègre dans le tissu social urbain, et leurs couleurs dominantes – le bleu et le rouge – ont également toutes deux un sens religieux. Le bleu est la couleur de la Vierge : c’est celle des religieuses de l’Annonciade, ordre fondé en 1502 et voué à la mère du Christ ; certaines confréries de pénitents créées à la fin du XVIe siècle ont aussi choisi le bleu. Le rouge surtout a une signification très précise ; le fondateur des Enfants-Rouges parisiens, François Ier, le dit explicitement : « Voulons [...] que lesd. petitz enfans soient doresnavant vestuz et habillez de robbes et vestemens de drap rouge en signe de charité, et perpetuellement nommez et appeliez les enfens de Dieu »55. Dans la tradition héraldique et celle des emblèmes, le rouge signifie l’amour envers Dieu et envers son prochain, et la figure de la Charité est représentée par une femme vêtue de rouge. Ces références édifiantes visent à donner une image idéalisée de ces catégories sociales défavorisées, mais réinsérées dans la cité par l’action collective de la communauté.

  • 56 J. Cornette, « Les frères Le Nain et la "culture des images" dans la première moitié du XVIIe siècl (...)

30Le rôle de ces groupes dans les processions traduit bien la double attitude des élites vis-à-vis de la pauvreté : il permet de joindre la démonstration de la valeur et des vertus des œuvres de charité, à la volonté nouvelle de créer une société urbaine régénérée, dans laquelle désordres et vices sont éradiqués56.

Une contrainte constamment réinterprétée

  • 57 Arch. hosp. Lyon, E 31. Même insistance en 1614 (E 32).

31Du côté des jeunes concernés, cependant – surtout des jeunes filles –, on constate une tendance persistante à aménager cet uniforme, à ajouter des accessoires ou des « bagatelles » (rubans, dentelles) qui en modernisent l’aspect, modifient le jeu codé des couleurs et donc en subvertissent la signification. Ces ajouts personnels sont, pour les autorités de tutelle, autant de tentatives de « violations » du marqueur identitaire et de sa démonstration d’efficacité morale. Le bureau de l’Aumône de Lyon proteste à plusieurs reprises contre cette coquetterie féminine jamais totalement ni définitivement étouffée. En 1610, injonction est faite aux orphelines d’« observer l’ancien ordre des habits de blanc et coiffure des filles dud. Sainte Catherine, sans aulcun empoix ny colleurs, et ce pour obvier à la liberté que prennent lesd. filles et au mal qui s’en peult ensuivre par leur desportement »57. Sur ces adolescentes, qui osent la fantaisie de collets empesés et de coiffes de couleur non réglementaires, pèse l’éternel soupçon de la femme séductrice et pécheresse, encline à pervertir l’entreprise d’ordre moral qui légitime l’œuvre charitable et prouve sa réussite.

  • 58 Arch. hosp. Lyon, E 38 (1643). Mêmes prescriptions dans les règlements lyonnais de 1628, 1639 et 16 (...)

32Les règlements suivants réitèrent les mêmes interdictions ; de plus, les « cheveux [seront] clos soubz leurs coiffes, sans paroistre aucuns moustaches, ains seront coupés s’il en paroist »58. La « moustache », mèche de cheveux pendant sur l’épaule et nouée par un ruban, traduit le désir de ces adolescentes de suivre la mode et de s’adapter, par des détails qui peuvent être essentiels, aux changements rapides des codes vestimentaires urbains. La livrée, individualisée par des accessoires décoratifs tels que des rubans et des dentelles, est alors transformée en un assortiment personnel de couleurs. Dans leurs tentatives récidivantes de contourner la rigueur des règlements, de jouer un rôle actif – donc subversif – dans leur présentation de soi, ces jeunes filles cherchent à se réapproprier leur apparence. Elles sont constamment ramenées par les autorités à « la modestie et la simplicité » des tenues semi-religieuses voulues pour elles.

33Les livrées des institutions d’assistance donnent existence, visibilité et reconnaissance à certains groupes, et manifestent ainsi leur insertion dans une société urbaine ordonnée : dans chaque ville, elles sont autant de codes d’appartenance qui permettent de lire le classement des pauvres en catégories spécifiques. Elles légitiment aussi l’intégration de ces groupes à la communauté urbaine ; si les enfants rouges, bleus ou minimes arborent la marque de leur naissance, ils expriment aussi une volonté de réhabilitation sociale à travers le modèle charitable chrétien, dans une dialectique entre ségrégation et intégration des catégories assistées.

Annexes

Document.

Du Recteur qui est maistre de la garderobbe, lequel doit estre drappier, et qui a la charge d’habiller les pauvres. Chapitre XXIX

C’est une charge tres-importante que celle du maistre de la garderobbe : parce qu’il faut qu’il pourvoye tous les ans aux habits de plus de seize cens personnes, et qu’il en face les advances. C’est pourquoy il est choisi du corps des drappiers, et des plus riches, afin qu’il ait plus de moyen d’assister les pauvres, et fournir ce qu’il faut pour les tenir tousjours bien vestus. [...]

Il doit acheter pour vestir les pauvres, sçavoir pour les enfans adoptifs de la Chanal, du drap de vignan blanc, et le faire teindre en bleuf, pour leur faire des cazaques, et du cordillat de Realmont, ou vray Castre bleuf pour leur faire des chemisettes, les hauts et bas de chausses, et leur en donner de deux en deux ans. Et huict jours avant la procession generale des pauvres, qui se fait tous les ans le troisiesme Dimanche apres Pasques, il leur doit donner un haut de chausses, et bas de toile, un bonnet gris, deux esguillettes, et une ceinture de peau.

Pour les six enfans adoptifs estudians au College, appeliez les pauvres Atheaux, ils doivent estre selon l’intention du deffunct sieur Atheau, duquel ils sont legataires, vestus tous les ans : a sçavoir d’une cazaque, haut et bas de drap, ou sarge, chappeau, cordon, ceinture, jarrettieres. Et le tout de couleur de Minime.

Pour les filles adoptives de ladite Aumosne generale, appellées de saincte Catherine, il les doit vestir de deux en deux ans d’une robbe de cordillat du Cret bleuf, et d’une chemisette de cordillat de Realmont blanc liziere rouge. Et tous les ans au mois d’Octobre, il leur doit donner à chacune une paire de bas bleufs, et huict jours avant la procession des pauvres, à chacune un tablier de cadis du Puis bleuf.

Les enfans adoptifs, tant de la Chanal, que de saincte Catherine, qui sont soubs la charge de l’Aumosne generale, et qui servent des maistres dans la ville, doivent avoir les mesmes habits que ceux qui sont dans les maisons de la Chanal et saincte Catherine.

Les pauvres renfermés dans nostre Dame de la Charité doivent estre vestus ; sçavoir les hommes et les garçons, d’une cazaque de drap de Villefranque tanée, la camizolle de cordillat de Realmont, ou vray Castre, teint en couleur de resine, qui approche à la couleur de la cazaque le plus qu’il se pourra. Pour la chausse et les bas, ils doivent estre dudict cordillat teint en bleuf. Et tous les ans deux ou trois jours avant la procession, il leur faut donner leurs habits d’esté, qui sont haut et bas de chausses de toille, un bonnet gris et deux esguillettes de peau.

On donne aux femmes et aux filles de ladicte Charité une robbe de drap de Villefranque tané, et une camizole dudict cordillat de couleur de resine et un bas bleuf. Les camizoles sont faictes à laiz, dont on en met quatre pour les plus grandes, et trois aux mediocres de la grandeur de chascune, afin qu’en esté elles puissent servir de robbes. [...]

Pour les femmes et filles qui servent à la Ville, elles portent le corps de juppe de couleur de rose seiche, et la juppe bleuf, le tout de cordillat, à cause que plusieurs qui en desirent avoir ne veulent pas qu’elles soient vestues de la livrée de l’Aumosne. [...]

On ne donne pas si souvent des habits aux pauvres renfermez de la Charité, comme aux pauvres adoptifs de la Chanal et de saincte Catherine, parce que lesdicts adoptifs assistent souvent aux enterremens par la Ville.

Toutes les estoffes necessaires pour vestir lesdicts pauvres doivent estre acheptées au plus grand advantage qui se pourra pour l’Aumosne : et portées dans la Charité pour les faire aprester au tondeur. Et apres le Recteur les doit retirer, et les remettre au tailleur, qui est entretenu dans la Charité avec des garçons pour faire tous les habits necessaires, tant à ceux de la Chanal et saincte Catherine, qu’aux renfermez. Et de huict en huict jours il leur doit distribuer des estoffes autant qu’ils en pourront employer, ayant soin que deux des moindres tailleurs raccommodent les vieux habits. [...] Et cas advenant que les estoffes ordonnées par le Bureau pour le vestement des pauvres, fussent à trop haut prix, ou que l’on n’en peust faire venir, comme il arrive souvent à cause des guerres et autres incommoditez ; il luy sera lisible de choisir d’autres estoffes les plus approchantes, tant du prix que de la qualité, et convenables à la livrée de ladicte Aumosne.

Institution de l’Aumosne générale de Lyon, ensemble l’oeconomie et reiglement qui s’observe dans l’Hospital de nostre Dame de la Charité, où sont les pauvres renfermés de ladite aumosne, 2e édition, 1628, p. 42-45.

Notes

1 La communication ici présentée a été enrichie par l’apport des discussions échangées au cours du colloque. J’ai également plaisir à remercier M. Pierre Guinard, conservateur du fonds ancien de la Bibliothèque municipale de Lyon, pour l’aide bienveillante qu’il apporte aux chercheurs travaillant sur son fonds.

2 Lettres royales de janvier 1537, dans Ordonnances des rois de France, Règne de François Ier, t. 8, Paris, Imprimerie nationale, 1963, p. 251.

3 Inventaire sommaire des Archives hospitalières de Lille antérieures à 1790, t. 2, Lille, 1898, V A 1.

4 Du nom de leur bienfaitrice, Jeanne de Bavière (ibid., V B 1). À Lyon, six enfants de l’Aumône (appelés les pauvres Atheaux, du nom du fondateur), choisis pour étudier au collège, portent des vêtements de couleur « de Minime » qui à cette époque les distinguent des autres, selon la volonté testamentaire de leur bienfaiteur (Institution de l’Aumosne générale de Lyon, ensemble l’oeconomie et reiglement qui s’observe dans l’Hospital de nostre Dame de ta Charité, où sont les pauvres renfermés de ladite aumosne, 2nde édition, 1628, p. 43).

5 On dispose pour Lyon de 6 éditions de l’Institution de l’Aumosne, dans la première moitié du XVIIe siècle : règlements de 1605, 1614, 1628, 1632, 1639, 1647.

6 Blois a moins de 10 000 habitants, contrairement aux villes précédemment citées qui en ont toutes plus de 20000 vers 1 600. Sur l’assistance, voir M.-C. Dinet-Lecomte, L’assistance et les pauvres à Blois au XVIIe et au début du -XVIIIe siècle : étude comparée de deux établissements hospitaliers, l’Hôtel-Dieu et l’Hôpital général de Blois, thèse de troisième cycle, Université de Tours, 1982, dactyl., p. 356.

7 Institution de l’Aumosne générale de Lyon, 5'édition, 1647, p. 32. Lyon donne le premier exemple d’enfermement des pauvres en 1614 ; de plus, les orphelins des anciens hôpitaux de La Chanal et de Sainte-Catherine sont réunis, respectivement en 1629 et 1636, à ces pauvres « enfermés » dans le nouveau bâtiment de la Charité : ibid., p. 82-83.

8 D. M. Félibien, Histoire de la ville de Paris [...], Paris, G. Desprez, 1725, vol. 3, p. 629.

9 Son système est analysé par J.-P. Gutton, La Société et les pauvres : l’exemple de la généralité de Lyon, 1534-1789, Paris, Les Belles Lettres, 1971, 504 p.

10 D. M. Félibien, Histoire de la ville de Paris [...], op. cit., vol. 3, p. 638-639 (règlement de 1578).

11 Arch. mun. Angers, BB 70, fol. 115-122 (1628) ; voir aussi R. Lehoreau, Cérémonial de l’Eglise d’Angers (1692-1721), publ. par F. Lebrun, Rennes, 1967, p. 113 : « On les apelle [enfants] bleu par ce qu’ils portent des casaques ou especes de robes bleu et un bonnet avec des bas aussi bleu ».

12 Inventaire sommaire des Archives hospitalières de Lille antérieures à 1790, t. 2, op. cit., 4e fonds : Maison des Orphelins de la Grange, dits Bleuets ; la première mention de ce nom figure en 1592 (IV B 49).

13 Institution de l’Aumosne générale de Lyon, 1628, op. cit., p. 42-43. Mêmes prescriptions en 1632 et 1639.

14 Ibid., p. 43.

15 Le surnom de « Bleuets » irait dans ce sens.

16 Institution de l’Aumosne générale de Lyon, 1628, op. cit., p. 43.

17 Sur les références culturelles successives liées à cette couleur, telles que le bleu marial ou l’« azur » des armoiries royales, voir M. Pastoureau, Bleu : histoire d’une couleur ; Paris, Éd. du Seuil, 2000, 215 p.

18 A. Fabre, Histoire des hôpitaux et des institutions de bienfaisance de Marseille, Marseille, 1854-1855, repr. 1973, p. 198.

19 Institution et Oeconomie de l’Aumosne générale de Lyon, Lyon, H. Cardon, 1605, p. 44.

20 P. Rambaud, L’assistance publique à Poitiers jusqu’à l’an V, Paris, É. Champion, 1912-1914, t. 1, p. 458.

21 Institution de l’Aumosne générale de Lyon, 1628, op. cit., p. 43 ; l’édition de 1632 porte « couleur de racine », celle de 1639 « racine obscure ».

22 Fondation, construction, économie et règlements des hopitaux du S. Esprit, et de Notre-Dame de La Charité en la ville de Dijon, Dijon, P. Palliot, 1649, p. 71-72 ; et C. Lamarre, « Vivre de charité à l’hôpital de Dijon au XVIIIe siècle : les secours aux enfants et aux vieillards », bulletin de la Société française d’histoire des hôpitaux, no 42, 1981, p. 25-35.

23 Institution de l’Aumosne générale de Lyon, 1628, op. cit., p. 43.

24 « drap rouge » pour les Enfants-Dieu de Paris en 1537 ; pour les orphelins lyonnais, drap tanné ou gris en 1585, « drap de Villefrancque » vers 1600 (F. Rolle [et A. Steyert], Inventaire sommaire des Archives hospitalières antérieures à 1790 : Ville de Lyon, La Charité ou Aumône générale, Lyon, A. Brun, t. II, 1875, E 23 et E 28 ; les références aux archives de la Charité lyonnaise sont désormais citées d’après cette édition).

25 M. Baueant, « Jalons pour une histoire du "costume commun" : l’exemple de Meaux (1590-1670) », Histoire et Mesure, XVI-1/2, 2001, p. 21. Cependant, au-delà du mot, les sources ne permettent pas de savoir si les qualités et caractéristiques du « drap » des institutions d’assistance au XVIe siècle sont identiques à ceux du tissu du même nom porté par le reste de la population.

26 Statuts pour les hospitaux des pauvres enfermez, Paris, P. Mettayer, 1611, repris dans Cimber et Danjou, Archives curieuses..., 1re série, XV, 1837, p. 274.

27 Sur le vocabulaire des étoffes, voir surtout E. Hardouin-Fugier, B. Berthod, M. Chavent-Fusaro, Les étoffes : dictionnaire historique, Paris, les Ed. de l’Amateur, 1994, 416 p. ; également, M. Leeoir, Dictionnaire du costume et de ses accessoires, des armes et des étoffes, des origines à nosjours, Paris, Gründ, 1992, 390 p., [1re éd. 1951].

28 Étoffe médiocre, blanche ou grise, en laine et fil.

29 Ils le resteront pendant tout l’Ancien Régime : I. Robin-Roméro, Les établissements pour orphelins à Paris, XVI-XVIIIe siècle, thèse de doctorat de l’Université de Paris IV, 1997, dactyl., p. 420.

30 Arch. hosp. Lyon, E 34. En 1647, pour les pauvres enfermés, les tissus sont le vigan pour la casaque ou la robe, le camelin pour la chemisette, et le boissezon pour les bas (Institution de l’Aumosne générale de Lyon, 1647, op. cit., p. 33). Le vigan est un gros drap porté par les paysans, en veste ou manteau de pluie, le camelin un tissu léger de laine, populaire.

31 Il est le plus souvent fabriqué dans le Midi. À Lyon, l’Aumône utilise le cordillat de Crest et de Castres.

32 On ne les retrouve pas à Meaux par exemple, pendant la même période : M. Baulant, « Jalons pour une histoire du "costume commun"... », loc. cit., p. 33. Certes les noms des tissus employés dans les textes des XVIe et XVIIe siècles, difficiles à classer et à comparer, ne permettent guère de comparaison aisée et sûre entre les différentes sources. Mais d’autres exemples, tel l’évolution du costume des orphelins de Valence, montre en Espagne ce même passage du drap du XVIe siècle, à la bure puis au cordillat du XVIIe siècle : H. Tropé, La formation des enfants orphelins à Valence (XVe-XVIIe siècles) : le cas du Collège impérial Saint-Vincent-Ferrier, Paris, Publications de la Sorbonne (coll. Textes et documents du Centre de recherche sur l’Espagne des XVIe et XVIIe siècles), 1998, p. 137-138.

33 Institution de l’Aumosne générale de Lyon, 1647, op. cit., p. 85.

34 Ceux-ci portent habit bleu et bonnet rouge (I. Robin-Romero, Les établissements pour orphelins..., op. cit., p. 417).

35 Ordonnances des rois de France, Règne de François Ier, op. cit., t. 8, p. 251.

36 Arch. hosp. Lyon, E 17.

37 Arch. hosp. Lyon, E 31 (1610).

38 Arch. hosp. Lyon, E 23 (1585).

39 Arch. hosp. Lyon, E 33.

40 M. Baulant, « Jalons pour une histoire du "costume commun"... », loc. cit., p. 23-24, 31, 50-51.

41 Arch. hosp. Lyon, E 28 (vers 1600). Les « pauvres Atheaux », qui ont un statut privilégié, portent, eux, un chapeau, un haut et bas de chausse de serge, et des jarretières, ce qui correspond au costume courant en ville.

42 Arch. hosp. Lyon, E 28 (vers 1601), E 31 (1610).

43 Arch. hosp. Lyon, E 33 (vers 1618).

44 Institution de l’Aumosne générale de Lyon, 1628, op. cit., p. 44. Même texte en 1632 et 1639.

45 M. Baulant, « Jalons pour une histoire du "costume commun"... », loc. cit., p. 31.

46 Arch. mun. Angers, BB 70, cité ci-dessus.

47 Institution de l’Aumosne générale de Lyon, 1628, op. cit., p. 43-44. À Poitiers, d’après le règlement de l’hôpital général ouvert en 1657, les vêtements ordinaires sont de serge grise, mais les hommes désignés pour assister aux enterrements doivent revêtir un costume bleu (P. Rambaud, L’assistance publique à Poitiers..., op. cit., t. 1, p. 458).

48 À Lyon par exemple, dans le règlement de 1628, op. cit., p. 44-45.

49 Des jeunes s’enfuient de la maison où ils sont placés, d’autres sont accusés de vol : Arch. hosp. Lyon, E 11 (1569) ; et pour Paris, A. Fontanon, Les Édicts et ordonnances des rois de France [...], vol. 3 (t. 4), Paris, 1611, p. 670-679.

50 Arch. hosp. Lyon, E 31. Même insistance dans les règlements de 1639 et 1647 : les orphelins servant en ville doivent garder leur uniforme, « sans que la couleur soit changée, afin que les uns et les autres puissent estre reconnus pour enfans de laditte Aumosne » (Institution de l’Aumosne générale de Lyon, op. cit., 1647, p. 33).

51 Ibid., p. 85.

52 Lettre royale de 1578 : A. Fontanon, Les Edicts et ordonnances des rois de France [...], op. cit., vol. 3 (t. 4), p. 679.

53 Institution de l’Aumosne générale de Lyon, op. cit., 1647, p. 85 : la couleur « racine obscure » est assimilée à la couleur « minime ».

54 Arch. mun. Angers, BB 70, cité ci-dessus.

55 Ordonnances des rois de France, Règne de François Ier, op. cit., t. 8, p. 251.

56 J. Cornette, « Les frères Le Nain et la "culture des images" dans la première moitié du XVIIe siècle », bulletin de l’Association des historiens modernistes des Universités, 1995, no 20 (Société, culture et vie religieuse aux XVIe et XVIIe siècles), p. 91-137 ; et sur le jeu social entre la ségrégation et l’intégration, H. Tropé, La formation des enfants orphelins à Valence..., op. cit., p. 247 sq.

57 Arch. hosp. Lyon, E 31. Même insistance en 1614 (E 32).

58 Arch. hosp. Lyon, E 38 (1643). Mêmes prescriptions dans les règlements lyonnais de 1628, 1639 et 1647 ; les pauvres enfermés « n’auront aucun habit bigaré, et particulièrement les femmes et filles : ne porteront aucune bague, aiguille de teste, moustache, ny coëffe de soye de quelque couleur que ce soit, ny rubans, pointes, ny dentelles » (Institution de l’Aumosne générale de Lyon, op. cit., 1647, p. 79).

Auteur

Université de Tours

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540