Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume I

 | 
Philippe Guignet

Marquer, divertir ou magnifier le peuple

La ville en jeu

L’évolution des jeux d’adresse à la fin de l’Ancien Régime : un processus de folklorisation et de marginalisation sociale ?

Pierre-Yves Beaurepaire

Texte intégral

  • 1 Médiévistes et contemporanéistes interviennent davantage au sein de la Société française d’histoire (...)
  • 2 R. Muchembled, « Jeux, cultures et sociétés » dans Ludica, annali di storia e civiltà del gioco, Fo (...)
  • 3 On en a encore un exemple récent avec le numéro thématique d’Histoire urbaine, par ailleurs tout à (...)
  • 4 Y.-M. Bercé, Fête et révolte. Des Mentalités populaires du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, (...)
  • 5 P.-Y. Beaurepaire, « Les Nobles Jeux d’arc à la fin de l’Ancien Régime : miroir d’une sociabilité e (...)
  • 6 « On vit dans de nombreuses villes, écrit Pierre Goubert, de gros marchands acheter un office de li (...)

1Longtemps abandonnés au fourre-tout des arts et traditions populaires, les jeux d’adresse et notamment les tirs qui retiendront ici notre attention, intéressent somme toute assez peu les historiens modernistes1 Un projet de colloque international sur Jeux, culture et société du Moyen Age au XXe siècle programmé en avril 1997 à l’Université de Paris-Nord a finalement échoué en raison de la réticence des partenaires institutionnels et financiers habituels des rencontres scientifiques2 C’est en définitive la fondation Benetton pour la recherche qui a ouvert sa revue Ludica aux auteurs des communications et accueilli les Materiali per un colloquio. L’association quasi permanente des jeux d’adresse avec les jeux de hasard et de société3 pour le moins surprenante si on prend le temps d’y réfléchir, est symptomatique d’un manque de légitimité scientifique d’un sujet pourtant essentiel, car les jeux d’adresse constituent un espace de négociation et de transaction entre leurs acteurs et le public qui les regarde, les reconnaît, s’en détourne ou les félicite, entre les acteurs et les autorités qui tentent d’encadrer les jeux. Les jeux d’adresse comme aujourd’hui le sport, par les valeurs qu’ils mettent en scène, qu’ils « incarnent » parfois, sont pour l’historien de précieux miroirs des tensions qui structurent, mais aussi fragilisent les sociétés qui les produisent, des mentalités collectives, des codes de distinction ou de discrédit symbolique de telle ou telle pratique. Les historiens ont souvent repris à leur compte sans examen préalable les jugements « définitifs » sur la décadence de ces pratiques, l’hémorragie des effectifs, la condamnation unanime de leur inutilité publique par la major et sanior pars qui refuse désormais de les parrainer ou de s’y associer. Le procès de civilisation aurait eu progressivement raison des jeux d’adresse, enclenchant un processus de folklorisation. Dans Fête et révolte. Des Mentalités populaires du XVIe au XVIIIe siècle, Yves-Marie Bercé considère ainsi que les « tirs furent très tôt laissés aux boutiquiers ou aux paysans », et que « les notables n’intervenaient plus » dans ces « sociétés de fantaisie »4. Or, une étude précise montre qu’il n’en est rien5. La qualification ou disqualification folklorique apparaît également sous la plume de Pierre Goubert dans Louis XIV et vingt millions de Français ou sous celle de Mona Ozouf dans La fête révolutionnaire6.

  • 7 N. Élias, E. Dunning, Sport et civilisation, La violence maîtrisée, avant-propos de Roger Chartier, (...)
  • 8 J. Huizinga, Homo ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu, trad. du néerlandais, Paris, 1951, (...)

2Pourtant, Norbert Elias lui-même montre dans Sport et civilisation. La violence maîtrisée, recueil d’études rédigées avec Éric Dunning, comment les jeux d’adresse sont précisément des éléments déterminants du dispositif de contrôle de soi, de maîtrise des affects et d’extirpation de la violence. Mais il est clair que, malgré les efforts de Roger Chartier, ce livre n’a pas eu le même impact sur les historiens que d’autres ouvrages d’Élias7. Le propos vaut également pour le travail pionnier de Johan Huizinga, mais critiqué par les deux auteurs de Sport et civilisation : Homo ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu8. Quand les Journées du Patrimoine mettent les jeux d’adresse à l’honneur en 1998, ils sont qualifiés de « jeux traditionnels », et lorsque le Comité des travaux historiques et scientifiques s’intéresse à eux au milieu des années 1990 en organisant lors de ses congrès nationaux des tables rondes pluriannuelles sur le thème « Des jeux aux sports », une écrasante majorité de communications concerne l’histoire du sport. Les jeux d’adresse ne semblent avoir eu d’existence que pour préparer le « processus de sportivisation » (sic), ce qui est tout à fait discutable, car la discontinuité entre jeu et sport est la règle : le jeu qu’invente William W Ellis dans la public school de Rugby, n’est pas le sport football-rugby, pas plus que le noble jeu de l’arc que pratique les chevaliers de l’arc n’est le tir à l’arc sportif codifié par la Fédération française de tir à l’arc.

  • 9 N. Zamon Davis, Les cultures du peuple. Rituels, savoirs et résistance au XVIe siècle, Paris, Aubie (...)

3Il me semble au contraire que ces jeux d’adresse et notamment les tirs qui sont très largement répandus sur le territoire français - j’ai compté plusieurs centaines de nobles jeux de l’arc, arbalète et arquebuse en activité au XVIIIe siècle-méritent d’être abordés à nouveaux frais, en méditant la remarque de Natalie Zamon Davis dans Les cultures du peuple. Rituels, savoirs et résistance au XVIe siècle-. « Je suis frappée [...] par la créativité sociale de ces gens que l’on croit d’ordinaire si routiniers, par leur capacité à s'approprier d’anciennes formes de sociabilité pour les adapter à leurs besoins »9. Les tirs témoignent en effet des relations complexes entre les élites et le peuple urbain, que n’épuisent pas la question du désarmement du peuple, de l’éradication de la violence ordinaire, ou la thèse d’une différenciation croissante entre sociabilité des élites et sociabilité populaire. Les incidents survenus lors de concours de tir reflètent des tensions et partant des enjeux palpables.

  • 10 E. et Cl. Roland, Archers et arbalétriers dans le duché d’Orléans, Comité départemental de tir à l’ (...)
  • 11 P.-Y. Beaurepaire, Nobles jeux de l’arc et loges maçonniques dans la France des Lumières. Enquête s (...)

4Pour éviter les confusions, il convient tout d’abord de distinguer les Jeux, le plus souvent qualifiés de nobles, des confréries de Saint-Sébastien, Saint-Georges et Sainte-Barbe, et ceux des compagnies d’arc, d’arbalète et d’arquebuse. D’autres dénominations comme l’académie des buttes à Orléans sont attestées10, mais sont beaucoup plus rares. Dans cette nébuleuse de l’arc, arbalète et arquebuse, on enregistre une triple évolution au profit des nobles jeux. On observe tout d’abord une sécularisation progressive, bien qu’inégale et non linéaire, qui conduit à l’affaiblissement du lien organique entre noble jeu et confrérie, voire à la disparition d’un nombre important de confréries. Pour autant, les chevaliers ne renoncent en aucun cas à honorer leur saint patron, mais ils agrègent l’activité confraternelle au Jeu. Ensuite, les compagnies d’exercice de tir issues du Moyen Âge sont progressivement déclassées sur le plan militaire au fur et à mesure de l’évolution des armes à feu et des techniques de défense. Alors qu’elles ont toujours revendiqué leur différence et prétendu à la prééminence sur les compagnies bourgeoisies, elles ont de plus en plus de difficulté à faire admettre leur prétention et à maintenir la qualité sociale de leur recrutement, comme on le verra. Le plus souvent, leurs membres cherchent même, en leur appartenant, à échapper au service dans la milice bourgeoise. Troisième évolution, les nobles jeux participent de l’autonomisation croissante de la sphère sociable et de la constitution d’un espace public. L’« invention de la tradition » permet aux nobles jeux du XVIIIe siècle de s’inventer un passé chevaleresque, confraternel et militaire, tout en étant en phase avec la demande sociable des élites : ils nouent ainsi un fructueux « commerce de société » avec les loges maçonniques11.

  • 12 Relation du Grand Prix rendu à Reaune en août 1778 (par l’abbé Courtépée, prêtre, préfet du collège (...)
  • 13 G. Lavalley, Les compagnies du Papeguay particulièrement à Caen. Étude historique sur les sociétés (...)

5On compte plusieurs centaines de ces nobles jeux en France et les concours provinciaux ou bouquets en Picardie, qu’ils organisent, réunissent chaque année des dizaines de sociétés, et plusieurs centaines de participants, comme en témoigne la remarquable Relation du Grand Prix rendu à Beaune en août 1778 par l’abbé Courtépée12. Ces concours font l’objet de relations imprimées, de gravures etc. Les nobles jeux occupent le terrain abandonné par les compagnies de tir en se proclamant leurs héritiers et les gardiens de la mémoire civique. Ils cultivent le souvenir des grandes heures de la ville, investissent l’espace urbain lors des fêtes en l’honneur d’une victoire militaire - comme à Chartres après Fontenoy, de l’entrée d’un souverain étranger - Christian VII de Danemark en 1768 à Dunkerque. Mais le vocabulaire distingue encore mal les nobles jeux des confréries et des compagnies, car les jeux ont intérêt, pour justifier leur appropriation symbolique de l’héritage et de la mémoire des confréries et des compagnies de tir, à associer à leur dénomination ludique celle de confrérie et de compagnie de tir ou d’exercice. Surtout, lorsque les compagnies bourgeoises bénéficient d’un regain d’intérêt à la veille de la Révolution, les nobles jeux en profiteront pour réactiver ce patrimoine symbolique, mettre en avant leur passé glorieux en la matière et revendiquer le premier rang parmi elles. À Caen, ils aspirent ainsi à créer une force de police ayant le pas sur la milice bourgeoise13. Ils seront finalement agrégés à la garde nationale. Mais cette confusion volontairement entretenue a aussi des effets indésirables, car les jeux prêtent le flanc aux critiques des détracteurs des confréries et des compagnies jugées inutiles, coûteuses, qui n’hésitent pas pratiquer l’amalgame, dont certains historiens trop pressés ne sont pas les dernières victimes.

  • 14 J.-M. Duvosquel, « Le procès de l’Oiseau à Comines en France en 1700-1702 ou la fin d’une coutume a (...)
  • 15 P.-Y. Beaurepaire, Nobles jeux de l’arc et loges maçonniques dans la France des Lumières. Enquête s (...)

6Les tirs, les nobles jeux et les confréries sont en effet l’objet de nombreuses attaques à la fin du XVIIe et tout au long du XVIIIe siècle. Les autorités ecclésiastiques cherchent à débouter les acteurs des jeux d’adresse de leur prétention à inscrire conjointement leur pratique dans la sphère ludique et dans la sphère sacrée. Cette lutte s'inscrit bien évidemment dans le cadre plus large des efforts entrepris par l’Église tridentine pour extirper de la sphère sacrée ce qu’elle juge être profane. Le Procès de l’Oiseau à Comines en 1700-1702 offre un remarquable témoignage des prétentions des chevaliers et du refus catégorique des autorités ecclésiastiques de leur donner raison. En s’opposant à la bénédiction du papegay ou papegault, oiseau de bois multicolore fixé au sommet de la perche que prennent pour cible les tireurs lors de la compétition annuelle qui désigne le roi du jeu, « morceau de bois qui va devenir l’objet du vain amusement du peuple et souvent l’occasion et la source de plusieurs scandales », le chapitre collégial de Comines « s'est conformé aux pieuses intentions du Roi en ne permettant plus de mêler ainsi le sacré avec le profane », « qui sont profanations de la maison d’oraison »14. Le vicaire général de l’évêque de Tournai fait chorus : « Le respect que Nous avons pour les choses Saintes nous inspire de l’horreur pour celles qui sont profanes et superstitieuses, telle est la pratique de bénir l’Oiseau dans l’Église et de le conduire ensuite comme en triomphe après l’avoir tiré, jusqu’au pied des Autels pour chanter le Te Deum ou faire d’autres Prières et actions de grâces ». Il ajoute : « On fait un si monstrueux mélange du sacré et du profane ». La religion du serment et les épreuves d’initiatiques en vigueur au sein de la chevalerie de l’arc sont également l’objet d’une condamnation virulente : dans les rituels de la chevalerie de l’arc que nous avons mis au jour, le jardin de l’arc est assimilé au jardin des oliviers, le tireur boit la coupe d’amertume et revit la passion du Christ lors de la cérémonie d’initiation, les chevaliers célèbrent la cène...15.

  • 16 Arch. mun. de Lille, Carton aux Affaires générales no 9, dossier 18.

7De leur côté, les autorités municipales prennent également pour cible les compagnies de tir, pour en dénoncer, véritable topos, l’inutilité. Un mémoire du Magistrat de Lille en 1743 souligne que « ces idées (concernant leur prétendue utilité militaire) s’évanouissent par la seule considération que la plus grande partie pour ne pas dire tous ceux qui les composent sont artisans ou fabricants, mariés et établis dans la ville, ce qui prouve qu’ils ne sont d’aucune ressource pour les troupes du roi »16. Le mémoire s’appuie sur l’arrêt du Conseil du roi « qui supprime les confréries bourgeoises d’arbalétriers, d’archers et de tireurs d’armes et réunit leurs biens à l’hôpital général » :

  • 17 Arch. mun. de Lille, Carton aux Affaires générales no 9, dossier 18.

« Sa Majesté ayant reconnu par les éclaircissements qu’elle a fait prendre que l’utilité qui a servi de motif à l’établissement de ces confréries a cessé depuis longtemps, que de pareilles sociétés toujours dispendieuses pour les familles causent quelquefois du dérangement dans l’ordre public et que les biens qu’elles ont acquis ou qui leur ont été donnés ne sauraient avoir une destination plus légitime que le soulagement des pauvres, ouï le rapport Sa Majesté étant en son conseil a éteint et supprimé éteint et supprime à perpétuité les confréries ou compagnies d’arbalétriers d’archers et de tireurs d’armes »17.

  • 18 Arch. mun. de Douai, EE 30,17 septembre 1770.
  • 19 Arch. dép. du Pas-de-Calais, C 566, 24 janvier 1781.

8À Douai, les échevins estiment en 1770 que « les exercices dont elles se font un amusement et qui sont ordinairement accompagnés de repas, enlèvent plusieurs pères de familles à leurs véritables occupations en les jetant dans des dépenses toujours superflues et qui incommodent souvent plusieurs d’entre eux en sorte que l’extinction de ces compagnies ne saurait qu’être avantageuse aux membres qui les composent sans être préjudiciable à personne »18. L’opinion du subdélégué d’Hesdin selon laquelle les tirs constituent un bon moyen de limiter la fréquentation des cabarets, paraît bien isolée : « Si on enlève aux gens ce rendez-vous commun et décent, ils seront forcés d’aller chercher leur délassement dans les cabarets, lieux dangereux pour les hommes à cause des querelles qui y arrivent, autant que pernicieux pour les mœurs si les jeunes filles se permettent d’y faire leurs assemblées »19.

9Mais on ne saurait prendre ces documents comme des descriptions objectives de la situation. En effet, de telles condamnations ne sont pas sans arrière-pensée. Les municipalités souhaitent mettre la main sur les terrains d’exercice ou les immeubles concédés aux compagnies en arguant de leur inutilité publique et supprimer leurs exemptions fiscales et de service dans la milice bourgeoise.

10À Orléans, la municipalité décide ainsi en 1746 la « suppression de l’académie des buttes de la ville... » pour établir en lieu et place une caserne :

  • 20 Reproduit dans E. et Cl. Roland, Archers et arbalétriers dans le duché d’Orléans, op. cit., p. 51.

« Messieurs les maire et échevins ayant reconnu l’inutilité de l’académie des buttes de cette ville dont les assemblées étaient depuis longtemps des occasions de débauche et d’ivrognerie et plusieurs bourgeois s’étant excusés d’accepter les places de capitaine et autres officiers de ladite académie et là y ont fait cesser les exercices dès l’année 1746, et sur le mémoire qu’ils ont envoyé au conseil de Monseigneur le duc d’Orléans contenant les raisons qui leur en faisaient désirer la suppression, Monsieur de la Granville, chancelier de Monseigneur le duc d’Orléans leur a écrit la lettre suivante par laquelle Son Altesse Sérénissime approuve la suppression de ladite académie et permet à Messieurs les maire et échevins de disposer de l’emplacement et des bâtiments de ses buttes qu’ils le jugeront convenable pour le bien de la ville et de ses habitants, et en conséquence lesdits sieurs maire et échevins ont en la présente année 1747 fait construire et pratiquer dans la grande galerie desdites buttes un corps de caserne destiné à loger les recrues et dans d’autre galerie qui règne depuis la petite porte d’entrée jusqu’au fond du buterreau, ils ont fait pratique une écurie de 30 à 345 stalles »20.

  • 21 Vincennes, Services historique de l’Armée de Terre, M. de Vauban, Mémoire pour servir l’établisseme (...)
  • 22 Vue perspective de l’Hôpital général, anonyme, XVIIIe siècle, huile sur toile, Saint-Omer, Hôpital (...)

11À Béthune en 1729, la position du gouverneur, Dupuy-Vauban, neveu du grand Vauban n’est pas différente. On lit dans son Mémoire pour servir l’établissement d’un hôpital pour les troupes à Béthune que « l’Empereur Charles-Quint est le dernier qui les [les archers] mit en usage. Ils lui servaient pour escorter les poudres, il n’ont aucune utilité et cette compagnie est réduite à un petit nombre arbitraire d’hommes de basse naissance et dégénérés en société de fainéantise et de débauche. Ces archers se sont conservés à jouissance des maisons qui leur étaient affectées [...] Elles sont actuellement louées »21. En les disqualifiant du point de vue de l’utilité générale et de leur surface sociale, le gouverneur cherche en fait à obtenir l’expulsion des chevaliers de l’arc pour établir un hôpital militaire. Une perspective de l’Hôpital général de Béthune, huile sur toile anonyme du XVIIIe siècle, montre précisément les archers s’exerçant au tir à la perche dans l’enceinte des bâtiments22.

  • 23 Arch. mun. de Lille, Carton Affaires générales 9, dossier 12, 22 mai 1738.
  • 24 Arch. mun. de Lille, Carton Affaires Générales 657, Description de ce qui s'est passé à Lille à la (...)
  • 25 Arch. nat., O478, folio 324 recto, dépêches année 1782.
  • 26 Arch. nat., O478, folio 331 verso, dépêches année 1 782.

12On reproche également aux tirs d’être l’occasion de désordre ; on retrouve là le même discours dépréciateur que pour les bachelleries. À Lille, le duc de Boufflers proscrit l’utilisation d’armes à feu : « Étant informé qu’à l’occasion des défis qui se font dans différentes communautés de la Châtellenie de Lille, entre les Confréries établies, pour s'exercer à l’Arc ou à l’Arbalète, quelques-unes des Confréries s'écartant de l’objet de leur établissement, se servent d’armes à feu. Et reconnaissant les inconvénients qui en peuvent résulter, en cas de dispute entre les Confréries, et aussi dans le cas où quelques-uns des confrères pourraient dans leurs marches rencontrer du gibier. Pour prévenir ces désordres, Nous avons défendu et défendons expressément, à toutes Compagnies d’Archers et Arbalétriers, de se servir d’armes à feu » sous peine d’amende et d’emprisonnement23. Or si les compagnies lilloises sont finalement rétablies dans le deuxième tiers du siècle, un incident survenu lors du tir du roi de l’oiseau en juin 1781 sert de prétexte à certains libellistes pour exprimer à nouveau l’idée qu’il y sûrement meilleur moyen d’utiliser les finances publiques24. L’oiseau avait été vissé au sommet de la perche pour empêcher sa chute. La supercherie découverte provoque la fureur de certains participants au tir et une échauffourée. La correspondance échangée entre le secrétaire à la Maison du Roi et les intendants n’est pas plus favorable aux tirs. À propos d’une demande de confirmation de privilèges faite par les chevaliers de Crépy-en-Valois en 1782, le secrétaire d’Etat écrit à l’intendant Morfontaine : « Je vous prie de faire vérifier [...] si les circonstances actuelles n’exigeraient pas que ces privilèges fussent supprimés ou au moins fort restreints »25. Concernant une requête similaire, présentée par les arquebusiers de Montreuil-sur-Mer, il se fait plus direct et écrit à l’intendant Dagay : « Je crois n’avoir point besoin de vous prévenir qu’en général le roi est peu disposé à favoriser ces sortes d’établissements qui sont bien rarement utiles et souvent sujets à des inconvénients »26.

13On a déduit de ces attaques et de beaucoup d’autres que la condamnation était générale, qu’elle touchait aussi bien les compagnies, les confréries que les nobles jeux, et que les élites urbaines se seraient alors détournées des jeux d’adresse pour leur préférer le cadre feutré de la vie de société, de la sphère privée et d’une sociabilité nouvelle (salons, loges maçonniques). Elles les auraient abandonnés au peuple, donc à la décadence sociale. Or, la réalité est beaucoup plus complexe et nuancée.

  • 27 Ph. Guicnet, Le pouvoir dans la ville au XVIIIe siècle. Pratiques politiques, notabilité et éthique (...)
  • 28 Rapportée par A. Lombard-Jourdan, « La compagnie des chevaliers de l’arquebuse à Saint-Denis... », (...)

14En premier lieu, l’hostilité du pouvoir central et municipal à l’égard des compagnies d’arc, d’arbalète et d’arquebuse n’est pas systématique. À Cambrai, par exemple, elles conservent une certaine considération ; « en Hainaut belge et en Tournaisis, les Magistrats se gardèrent de remettre en cause les compagnies bourgeoises » selon Philippe Guignet27. Mais surtout, les sociétés dissoutes, dont les biens « sont réunis à l’Hôpital général », aussi bien à Lille qu’à Douai, sont des compagnies d’arc, d’arbalète, et d’arquebuse, dépendantes des municipalités, composées d’individus à la surface sociale modeste, sans réseau relationnel influent. Ces corps ne bénéficient d’aucun patronage prestigieux. Leur fonction d’origine, l’exercice de tir, est encore très prégnante. Dans ces conditions, ils prêtent le flanc à la critique au nom de leur déclassement et inutilité militaire. Ce ne sont pas des nobles « jeux ». Ces derniers, associations volontaires et autonomes de notables, revendiquent certes des traditions militaires, mais ils reconnaissent sans détour préférer taquiner le papegay plutôt que s'astreindre aux exercices militaires : « Le courage est bon mais [...| vive la guerre en temps de paix ! »28, s'écrient-ils à l’unisson. Ils s’épanouissent dans la sphère ludique et entretiennent de fort bonnes relations avec les autorités municipales. Une lecture attentive des documents cités plus haut montre qu’il est nullement question de supprimer les jeux, à la différence des compagnies. Et lorsque le duc de Boufflers mentionne explicitement des jeux faisant usage d’armes à feu, il s'agit de jeux ruraux, « villageois », que les jeux citadins ne reconnaissent pas comme noble jeu, comme société chevaleresque. Enfin, ceux qui demandent la confirmation de privilèges financiers n’ont rien de remarquable qui pourrait susciter quelque bienveillance et adressent leur requête dans un contexte particulièrement défavorable, puisqu’en 1782, les finances royales sont dans un état lamentable pour cause de guerre d’indépendance américaine. Leur chance d’être entendu est donc infime.

  • 29 Guy Saupin a indiqué lors du débat qui a suivi cette communication que, sur la base d’une recherche (...)
  • 30 Arch. mun. de Dunkerque, dossier 510, folio 219 recto, folio 242 recto, folio 247 recto.
  • 31 Le Peletier d’Aunay, La vie mondaine à Clermont-Ferrand au XVIIIe siècle d’après des lettres inédit (...)
  • 32 D. Ligou, « Les chevaliers de l’arquebuse à Dijon au XVIIIe siècle » dans Le jeu au XVIIIe siècle, (...)
  • 33 P.-Y. Beaurhpaire, Nobles jeux de l’arc et loges maçonniques dans la France des Lumières. Enquête s (...)

15Au contraire, lorsqu’un noble jeu digne de ce nom et reconnu comme tel sollicite le concours des autorités et le patronage des élites pour organiser sa fête annuelle ou la tenue d’un Grand Prix, ils ne lui font pas défaut. Une étude précise montre qu’aussi bien à Dunkerque, Clermont, Port-Louis, Dole et Nantes29, les nobles jeux continuent à occuper la scène sociable : la bonne société se presse lors des concours annuels du roi de l’oiseau ; les allées du jardin de l’arc servent de promenade et les jeux organisent bals et réceptions. À Dunkerque, le noble jeu de l’arbalète prévoit que « le lendemain du tirage de l’oiseau de prix on donnera à l’hôtel [de l’arbalète] un ambigu où seront invités les Dames de la confrérie suivi d’un bal »30. Le commandant de la place tire les flèches d’honneur et offre ses musiciens. Lorsque les chevaliers-francs-maçons clermontois invitent, « tout Clermont s’y portait »31. À Dijon, l’épouse de l’intendant « prend du plaisir » à participer à la fête des arquebusiers32 J’ai en outre montré ailleurs qu’ils étaient capables de répondre aux nouvelles demandes des élites urbaines en terme de sociabilité : la confrérie de Saint-Georges, orient de Dunkerque, demande sa constitution en loge maçonnique par le Grand Orient et le Noble Jeu clermontois fusionne avec la loge Saint-Maurice33.

16Pour autant, et c’est ce qui nous apparaît comme le plus intéressant dans le cadre de ce colloque, les élites urbaines, qui ont inscrit les jeux d’adresse dans leur registre de sociabilité, sont confrontées à l’existence de tirs populaires, voisinage et cousinage dangereux qu’elles cherchent à cantonner à bonne distance ou à contrôler afin de ne pas disqualifier socialement et culturellement leur propre pratique.

  • 34 A. Janvier, Notice sur les anciennes corporations d’archers, d’arbalétriers, de couleuvriniers et d (...)
  • 35 M. Hary, Décapiter pour jouer, Merdrignac, Le Maire, 1986, tome I (le tome II n’a jamais paru), 153 (...)
  • 36 R. Bouscayroi. éd., Dr lettres de Miette Tailhand-Romme 1787-1797, Aubière, 1979, lettre 96, p. 135
  • 37 R. Holt, Sport and the British, a modem history, Oxford-New-York, Oxford University Press, 1990, p. (...)

17La principale menace vient des jeux d’adresse sur animaux vivants. Le volatile peut être soit placé au sommet de la perche, où il remplace le papegai de bois des nobles jeux, ainsi à Amiens on tire sur une oie vivante34 ; on peut encore ligoter l’animal sur un piquet ou le fixer sur une cible. Le tireur devient alors un tireur-sabreur, et tente, les yeux bandés, de « décoller » l’animal. L’enquête menée par Michel Hary, Décapiter pour jouer, prouve que toute l’Europe, des Iles britanniques à la Bohême, les pratique35. Ces jeux sanglants, contraires au procès de civilisation, choquent. Presse, mémoires et correspondance s’en font l’écho. Le témoignage de la nièce de Gilbert Romme, Miette Tailhand-Romme est particulièrement significatif de l’antagonisme entre ces deux cultures : « Tu penses bien - écrit-elle à une amie - que si j’étais maîtresse de suivre mon goût je préférerais aller à Montaigut où il y a bal et réunion brillante plutôt que d’assister à une fête où l’on a la cruauté d’aller par désœuvrement voir tirer le cou de l’oie »36. Outre-Manche, le Gentleman’s Magazine fait chorus en jugeant ces pratiques infamantes37. Ces tirs sont perçus comme le signe tangible de la violence du vulgaire, de la part de sauvagerie des mentalités populaires, et comme le révélateur des obstacles à l’acculturation du peuple, à la diffusion des Lumières.

  • 38 Arch. mun. de Lille, carton Affaires Générales 9, dossiers 4,10, 16,18.
  • 39 Arch. mun., carton Affaires générales 9, dossier 4, 24 septembre 1705.

18Second problème : le peuple urbain peut-il être admis dans des sociétés de tirs chevaleresques, dont les membres se reconnaissent comme pairs ? Certains répondent clairement par la négative en quittant les jeux et en investissant la sphère privée. C’est le cas à Lille, de Pierre Leuridan, Germain de Petitpas seigneur de Carvin, Erasme Vamlecq, François de Decker qui décident de se réunir « entre eux » - inter privatos parites -, « dans un jardin qu’ils occupent », où « leurs entrées sont de pure volonté et où ils n’y reconnaissent aucun maître »38. Face au jeu de l’arbalète composé d’artisans et de cabaretiers de Wazemmes qui leur reprochent de « singer de tirer l’arbalète » dans des jardins de la ville, ils revendiquent auprès du Magistrat « une liberté établie sur le droit naturel qui est immuable » : « Les défenseurs ne sont que de simples particuliers, lesquels exercent entre eux leur adresse, ils n’ont aucune règle, statut ni règlement privilèges ni serment, en un mot ne composent pas une compagnie et confrérie, ni rien qui puisse en approcher, et ne prétendent pas en composer mais usent entre eux d’une liberté permise à un chacun sans bruit ni querelle et ce serait violer la liberté et le droit naturel que d’entreprendre de donner atteinte à leur liberté »39.

  • 40 Ordonnance de Monseigneur le duc de Montmorency-luxembourg portant règlement... (1786), transcrite (...)

19Pour freiner l’hémorragie et réaffirmer leur excellence sociale, les nobles jeux réforment leurs statuts et règlements au XVIIIe siècle pour relever socialement le seuil d’accès. À Paris, le duc Montmorency-Luxembourg accepte en 1786 de réformer le jeu de l’arc et de lui assurer les dividendes de son illustre patronage en terme de légitimité sociale, mais il estime que la société ne doit recruter ses membres « que dans le Corps des Marchands ou dans les Arts libres », « un homme de métier » n’y a pas sa place40. Significativement, c’est le même Montmorency-Luxembourg qui a procédé en 1773 à la réforme aristocratique du Grand Orient de France, en fermant les portes des temples aux « mécaniques » présents en nombre significatif du temps de la Grande Loge, notamment à Paris.

  • 41 Relation du Grand Prix rendu à Beaune en août 1778, op. rit., p. 88-89.

20À Pont-de-Vaux, en Bourgogne, les nouveaux statuts adoptés en 1763 stipulent, qu’afin d’« assurer à jamais à cette [société du Royal Exercice de l’Arquebuse] la réputation qu’elle s'est acquise, d’être de toutes les compagnies de la Province, une de celles où régnent plus particulièrement le bon ordre, l’union et la politesse », « on ne recevra Chevaliers que des officiers d’épée ou de robe, des Gentilshommes, Avocats, Médecins, Chirurgiens, Notaires, Procureurs, Commissaires, Bourgeois et Marchands notables »41. Au dire de l’abbé Courtépée auteur de la Relation du Grand Prix rendu à Beaune en 1778, elle a ainsi pu garder sa réputation d’excellence sociale :

  • 42 Ibid, p. 103-104.

« Cette Compagnie [de l’Exercice de l’Arc à Beaune| de vingt-huit chevaliers exerçant en août 1778, et de soixante-seize en décembre dernier, a toujours fraternisé avec celle de l’Arquebuse : elle s’est distinguée au dernier Prix par l’esprit d’union, par la manière affable et généreuse dont elle a fait ses honneurs. On peut assurer aussi qu’elle a partagé la reconnaissance de tous les chevaliers étrangers. Plusieurs officiers et gentilshommes, charmés de la politesse de Mrs de l’arc, se firent agréger à cette Compagnie. Ces nouveaux reçus ne pouvant assez tôt se procurer un uniforme, et voulant cependant avoir des marques de chevalerie, se parèrent d’un ruban ‘boiteux’, des couleurs de l’arc. Les épouses des chevaliers s’ornèrent d’un pareil ruban, comme des chanoinesses, et le portèrent à toutes les fêtes du jeu de l’arc »42.

  • 43 V. Fouque, Recherches historiques sur les corporations des archers, arbalétriers et des arquebusier (...)

21Les chevaliers se souviennent que l’ordonnance royale du 26 janvier 1715 leur donnait le pas sur les compagnies de la garde bourgeoise sur la base que les jeux étaient composés « de l’élite des bourgeois et habitants »43. Pour être crédibles comme sociétés d’élus, susciter le respect et l’admiration du public, et ne pas prêter à rire, ils doivent en effet prouver en permanence leur distinction, la cohésion de leur groupe, en un mot convaincre qu’ils sont les héritiers d’une vénérable tradition et non pas des chevaliers de pacotille. Dès lors, l’attention aux qualités physiques du candidat est seconde. « Honneur et adresse », telle est la devise que de nombreux jeux font graver sur les médailles des chevaliers, et l’ordre des valeurs a son importance. La précision du tir n’est prise en considération qu’une fois l’impétrant ballotté favorablement et admis par l’assemblée des pairs dans l’enceinte du jeu.

  • 44 « French had always been represented as a social and intellectual status Symbol, observe Roland Ren (...)

22L’adresse ne doit pas supplanter la naissance, mais se conjuguer à elle : le roi ne doit pas l’emporter sur le prévôt ou le connétable au sein du jeu. D’où la constitution d’une double hiérarchie, afin de donner le pas aux dirigeants choisis parmi les notables sur les vainqueurs des prix. Il ne faut pas abandonner la direction de la société à des tireurs habiles, mais d’extraction sociale inférieure. On retrouve ici une des clés des enjeux sociaux du sport aux XIXe-XXe siècles, la rivalité entre amateurs et professionnels : les « amateurs » d’extraction sociale supérieure ne veulent pas abandonner la direction des instances sportives aux « professionnels », en soutenant que l’excellence sportive n’est pas seulement physique, mais d’abord une question d’état d’esprit chevaleresque, dont les variantes se nomment fairplay, courtoisie ou sportivité. Le jeu d’adresse comme le sport doivent se pratiquer de manière désintéressée. La « classe de loisir » (Thorstein Veblen) entend se réserver le contrôle des associations sportives, et faire des clubs un entre-soi. C’est tout l’enjeu du combat livré au XIXe siècle notamment par les nobles jeux flamands huppés pour interdire l’accès des cibles aux tireurs qui ne parlent pas le français. Il s'agit par le biais linguistique d’élever de nouvelles barrières discriminatoires à base sociale, puisque la bonne société flamande maîtrise le français, tandis que la masse de la population est néerlandophone44.

  • 45 Les arquebusiers des provinces de Brie... à Montereau-faut-Yonne en 1773, op. cit., p. 15.
  • 46 D. Bienmiller, La chevalerie de l’arc à Dole au XVIIIe siècle, Dole, CPJ, 1972, p. 53.

23Les relations des tirs provinciaux rapportent des incidents symptomatiques des tensions sociales. Ainsi lors du Prix provincial de Montereau en 1773 où l’un des concurrents « pour soutenir l’honneur de la chevalerie [de l’arc] souffletée, fit geste de tirer l’épée et parut oublier que foncièrement il n’était qu’un tailleur de corps »45. Le repas offert avait été également le théâtre d’une casse générale d’assiettes. À Dole, les chevaliers de l’arquebuse, d’extraction sociale supérieure aux chevaliers de l’arc, dénoncent ces « professions mécaniques » qui « ne sont chevaliers que par le carquois et la flèche », armes roturières : « Le fusil ne convient pas à ces chevaliers qui n’ont pas le droit d’en porter et dont la plupart ignore peut-être la manière de s’en servir »46. Ils accusent la municipalité de complaisance avec les tireurs à l’arc - ils sont dispensés du paiement du droit de bourgeoisie, et refusent de les voir participer sur un pied d’égalité aux processions religieuses et aux entrées royales. La décision en 1744 du jeu de l’arc d’adopter un uniforme de parade rutilant, de couleur bleue - on parle d’ailleurs des Bleus - pour rivaliser avec les Rouges - les arquebusiers, révèle tout à la fois l’opposition sociale et la rivalité entre les deux corps.

24Les tirs doivent participer à la pédagogie de la fête réglée. Si l’unanimisme l’emporte encore sur l’exclusivisme social, car le peuple n’est pas seulement spectateur, il participe aussi aux réjouissances, il doit le faire à sa place, c’est-à-dire à distance respectueuse. Il faut donc veiller à ne pas multiplier les tirs hors du cadre des Jeux institués, codifiés : ils sont d’ailleurs disqualifiés comme initiatives émanant de la part de cabaretiers ou d’entrepreneurs de jeux soucieux de faire de l’argent.

  • 47 Arch. mun. de Lille, carton Affaires Générales 9, dossier 22, 27 octobre 1787.
  • 48 Arch. mun. de Lille, carton Affaires Générales 9, dossier 1.
  • 49 Arch. mun. de Lille, carton Affaires Générales 9, dossier 1, 9 septembre 1702 : « Comme son dit cab (...)

25De ce durcissement social résulte la multiplication des créations populaires dans les faubourgs, la plupart du temps autour d’un cabaret. Les créations sont d’ailleurs nombreuses pour une sociabilité réputée moribonde. Citons seulement pour Lille et ses environs, la demande de création d’une confrérie de Saint-Sébastien par François-Joseph Planque marchand brasseur à Wazemmes, propriétaire d’une maison à usage de cabaret portant enseigne le Lion d’or située Faubourg notre-Dame adressée le 27 octobre 178747, ou encore à La Madeleine, celle d’Ignace Pettvain, cabaretier à l’enseigne du Petit trou, dont les auteurs n’hésitent pas à mettre en avant l’utile délassement qui éloignera les hommes des débits de boisson et des rixes pour obtenir l’autorisation des autorités municipales48. On lit dans le règlement du tir annexé à la demande d’Ignace Pettvain, article 6, que « les confrères et autres étant dans les berceaux ne pourront jurer ni proférer le mot de diable non pas même pisser contre lesdits berceaux - cibles -, ni péter ou faire quelque autre action décente à peine que leur chapeau sera mis à la broche s’ils n’aiment mieux payer six deniers d’amende au profit du serviteur de la dite confrérie »49. À l’évidence, il ne s’agit pas d’un noble jeu, mais d’un tir populaire, ce que confirme un autre passage de la demande.

  • 50 L. Locqueneaux, Les chevaliers du noble jeu de l’arc. Un ésotérisme populaire entre convivialité et (...)

26Aujourd’hui encore, les compagnies de tir traditionnelles - elles revendiquent par cette dénomination leur fidélité à la tradition du tir chevaleresque - présentent les mêmes enjeux, mais à fronts renversés. Les chevaliers de l’arc se recrutent surtout dans les milieux populaires, tandis que les tireurs à l’arc sportif sont plus jeunes et d’extraction sociale supérieure. La cohabitation au sein des compagnies n’est pas évidente, car les chevaliers tendent à former un cercle exclusif uni par la pratique d’un « ésotérisme populaire » selon l’expression de l’ethnologue Bruno Locqueneaux - les tireurs ordinaires ignorent parfois jusqu’à son existence, renâclent à se couler dans le moule sportif moderne et à abandonner la direction de la compagnie à des tireurs non initiés dans la chevalerie d’arc50.

  • 51 R. Muchembled, « Jeux, cultures et sociétés », loc. cit., p. 103.

27Les jeux d’adresse sont de « puissants vecteurs de sociabilité qui rapprochent, relient, intègrent, mais qui peuvent aussi exclure ou menacer »51. Loin d’être des sociétés de fantaisie (Yves-Marie Bercé) ou des compagnies folkloriques (Pierre Goubert), ils s’inscrivent dans les mutations du champ de la sociabilité urbaine qu’ils contribuent à éclairer. Ils méritent de bénéficier du « parti de l’estime » (Saint-John Perse) qui seul peut permettre de restituer le champ de la sociabilité urbaine comme un espace de négociation et de transaction complexe, en permanente recomposition, loin des oppositions simplistes entre, d’une part, une sociabilité traditionnelle, holiste et déclassée et, d’autre part, une sociabilité moderne, individualiste et démocratique, formulées par Ran Halévi.

Notes

1 Médiévistes et contemporanéistes interviennent davantage au sein de la Société française d’histoire du sport.

2 R. Muchembled, « Jeux, cultures et sociétés » dans Ludica, annali di storia e civiltà del gioco, Fondazione Benetton Studi Ricerche, 3, 1997, p. 103-107.

3 On en a encore un exemple récent avec le numéro thématique d’Histoire urbaine, par ailleurs tout à fait intéressant, sur « Les loisirs et la ville : espaces, institutions, pratiques », no1 juin 2000.

4 Y.-M. Bercé, Fête et révolte. Des Mentalités populaires du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1976, p. 116.

5 P.-Y. Beaurepaire, « Les Nobles Jeux d’arc à la fin de l’Ancien Régime : miroir d’une sociabilité en mutation », Société et religion en France et aux Pays-Bas XVe-XIXe siècle, Mélanges en l’honneur d’Alain Lottin, textes réunis par Gilles Deregnaucourt, Arras, Artois Presses Université, col. « Histoire », 2000, p. 539-551.

6 « On vit dans de nombreuses villes, écrit Pierre Goubert, de gros marchands acheter un office de lieutenant, de capitaine, de major, de colonel des compagnies bourgeoises : il leur donnait, avec quelques privilèges fiscaux, le droit de parader avec baudrier à la tête de folkloriques compagnies d’arquebusiers, de tireurs à l’arc et de chasseurs de papegais » : P. Goubert, Luis XIV et vingt millions de Français, Paris, Fayard, 1966, éd. 1977, p. 250 ; M. Ozouf, La fête révolutionnaire (1789-1799), Paris, Gallimard, 1976, éd. 1988, folio, 474 p. 11.

7 N. Élias, E. Dunning, Sport et civilisation, La violence maîtrisée, avant-propos de Roger Chartier, Paris, Fayard, 1994, 396 p.

8 J. Huizinga, Homo ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu, trad. du néerlandais, Paris, 1951, éd. 1988, Tel, 340 p.

9 N. Zamon Davis, Les cultures du peuple. Rituels, savoirs et résistance au XVIe siècle, Paris, Aubier, 1976, p. 187.

10 E. et Cl. Roland, Archers et arbalétriers dans le duché d’Orléans, Comité départemental de tir à l’arc du Loiret, Orléans, 1986, 63 p. ill.

11 P.-Y. Beaurepaire, Nobles jeux de l’arc et loges maçonniques dans la France des Lumières. Enquête sur une sociabilité en mutation, Montmorency, Ivoire-Clair, col. « les architectes de la connaissance », 2002, 250 p.

12 Relation du Grand Prix rendu à Reaune en août 1778 (par l’abbé Courtépée, prêtre, préfet du collège de Dijon), à Dijon, chez Causse, 1779, VI-126 p., reprint Emotion Primitive, Saint-Egrève, 2001.

13 G. Lavalley, Les compagnies du Papeguay particulièrement à Caen. Étude historique sur les sociétés de tir avant la Révolution, Paris, E. Dentu, 1878, reprint, Émotions Primitive, 2001, p. 174-180.

14 J.-M. Duvosquel, « Le procès de l’Oiseau à Comines en France en 1700-1702 ou la fin d’une coutume au diocèse de Tournai : la bénédiction de l’oiseau des confréries de tir » dans Mémoires de la société royale d’histoire et d’archéologie de Tournai, publication extraordinaire, Vormezeele, I, 1984, p. 79-80.

15 P.-Y. Beaurepaire, Nobles jeux de l’arc et loges maçonniques dans la France des Lumières. Enquête sur une sociabilité en mutation, op. cit., chapitre III.

16 Arch. mun. de Lille, Carton aux Affaires générales no 9, dossier 18.

17 Arch. mun. de Lille, Carton aux Affaires générales no 9, dossier 18.

18 Arch. mun. de Douai, EE 30,17 septembre 1770.

19 Arch. dép. du Pas-de-Calais, C 566, 24 janvier 1781.

20 Reproduit dans E. et Cl. Roland, Archers et arbalétriers dans le duché d’Orléans, op. cit., p. 51.

21 Vincennes, Services historique de l’Armée de Terre, M. de Vauban, Mémoire pour servir l’établissement d’un hôpital pour les troupes à Béthune, 1729, article 8, section I, carton 1 No 29 (1).

22 Vue perspective de l’Hôpital général, anonyme, XVIIIe siècle, huile sur toile, Saint-Omer, Hôpital d’Helfaut.

23 Arch. mun. de Lille, Carton Affaires générales 9, dossier 12, 22 mai 1738.

24 Arch. mun. de Lille, Carton Affaires Générales 657, Description de ce qui s'est passé à Lille à la fête des oiseaux, le lundi 18 juin 1781. Par une jeune citoyenne, mariée cette année à un chevalier de la Confrérie de Saint-Sébastien. D’un grand mal peut naître souvent un grand bien, À Dunkerque, chez la Vérité, imprimeur-libraire, 1781, 8 p.

25 Arch. nat., O478, folio 324 recto, dépêches année 1782.

26 Arch. nat., O478, folio 331 verso, dépêches année 1 782.

27 Ph. Guicnet, Le pouvoir dans la ville au XVIIIe siècle. Pratiques politiques, notabilité et éthique sociale de part et d’autre de la frontière franco-belge, Paris, Éditions de l’EHESS, 1990, p. 436.

28 Rapportée par A. Lombard-Jourdan, « La compagnie des chevaliers de l’arquebuse à Saint-Denis... », « La compagnie des chevaliers de l’arquebuse à Saint-Denis (1656-1790) dans Paris et Ile-de-France, mémoires publiés par la fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Ile-de-France, tome 34,1983, p. 326.

29 Guy Saupin a indiqué lors du débat qui a suivi cette communication que, sur la base d’une recherche en cours, les chevaliers du Papegault faisaient partie de la frange de la population nantaise la plus réceptive aux modes nouvelles.

30 Arch. mun. de Dunkerque, dossier 510, folio 219 recto, folio 242 recto, folio 247 recto.

31 Le Peletier d’Aunay, La vie mondaine à Clermont-Ferrand au XVIIIe siècle d’après des lettres inédites, Aurillac, 1911, p. 29.

32 D. Ligou, « Les chevaliers de l’arquebuse à Dijon au XVIIIe siècle » dans Le jeu au XVIIIe siècle, Aix-en-Provence, Édisud, 1976, p. 76. Sur la Bourgogne, on dispose aujourd’hui de l’article très documenté de Ch. Lamarre, « Les jeux militaires au XVIIIe siècle : une forme de sociabilité urbaine négligée », dans Histoire urbaine, juin 2002, no 5, p. 85-103.

33 P.-Y. Beaurhpaire, Nobles jeux de l’arc et loges maçonniques dans la France des Lumières. Enquête sur une sociabilité en mutation, op. cit.

34 A. Janvier, Notice sur les anciennes corporations d’archers, d’arbalétriers, de couleuvriniers et d’arquebusiers des villes de Picardie, Amiens, Duval et Herment, 1855, p. 85.

35 M. Hary, Décapiter pour jouer, Merdrignac, Le Maire, 1986, tome I (le tome II n’a jamais paru), 153 p.

36 R. Bouscayroi. éd., Dr lettres de Miette Tailhand-Romme 1787-1797, Aubière, 1979, lettre 96, p. 135.

37 R. Holt, Sport and the British, a modem history, Oxford-New-York, Oxford University Press, 1990, p. 31.

38 Arch. mun. de Lille, carton Affaires Générales 9, dossiers 4,10, 16,18.

39 Arch. mun., carton Affaires générales 9, dossier 4, 24 septembre 1705.

40 Ordonnance de Monseigneur le duc de Montmorency-luxembourg portant règlement... (1786), transcrite dans comte A. de Bertier, V. Cordier, A. Guglielmini, Le tir à l’arc, Paris, Hachette, 1900, p. 295-328.

41 Relation du Grand Prix rendu à Beaune en août 1778, op. rit., p. 88-89.

42 Ibid, p. 103-104.

43 V. Fouque, Recherches historiques sur les corporations des archers, arbalétriers et des arquebusiers, Chalon-sur-Saône-Paris, 1852, p. 83-84.

44 « French had always been represented as a social and intellectual status Symbol, observe Roland Renson, eagerly adopted by the ‘nouveaux riches’ and was cautiously preserved in leisure class circles ». Dans ces conditions, « in order to preserve their noble traditions and their conservative value against the intruder called modem sport, some archery gilds in Flanders further developed closed societies of French speaking dites »: R. Renson, « The Flemish archery gilds from defense mechanisms to sports institution » dans R. Renson, P. P. de Nayer, M. Ostyn (éd.), The history, the évolution and diffusion of sports and games in different cultures, Proceedings of the 4 th International HISPA Seminar, Leuven, Belgium, April 1-5 1975, Bruxelles, Bloso, 1976, p. 142].

45 Les arquebusiers des provinces de Brie... à Montereau-faut-Yonne en 1773, op. cit., p. 15.

46 D. Bienmiller, La chevalerie de l’arc à Dole au XVIIIe siècle, Dole, CPJ, 1972, p. 53.

47 Arch. mun. de Lille, carton Affaires Générales 9, dossier 22, 27 octobre 1787.

48 Arch. mun. de Lille, carton Affaires Générales 9, dossier 1.

49 Arch. mun. de Lille, carton Affaires Générales 9, dossier 1, 9 septembre 1702 : « Comme son dit cabaret est conversé et fréquenté de beaucoup de braves gens, des principaux fermiers et d’une bonne partie de la jeunesse dudit lieu qui en attirent d’autres et en attireraient encore davantage s’ils avaient selon leur désir l’établissement d’une confrérie telle que de l’arbalète sous le titre de Saint-Georges avec le règlement comme ont plusieurs autres cabarets à la campagne ».

50 L. Locqueneaux, Les chevaliers du noble jeu de l’arc. Un ésotérisme populaire entre convivialité et intégrisme, mémoire de maîtrise d’ethnologie sous la direction de Maurice Gruault, Université Paris VII-Denis Diderot, 1995, 295 p.

51 R. Muchembled, « Jeux, cultures et sociétés », loc. cit., p. 103.

Auteur

Université d’Orléans

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540