Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume I

 | 
Philippe Guignet

Le peuple vu par...

Le voyage à Londres du peintre Gustave Doré (1832-1883) : la découverte d'une « Babylone noire »

Frédéric Chappey

Texte intégral

1Les artistes français ont longtemps préféré voyager vers le Sud plutôt que vers le Nord, vers cette Italie, mère des arts, patrie de Raphaël, Léonard et Michel-Ange, réceptacle de ces monuments et de ces collections de sculptures antiques qui ont longtemps, depuis leur redécouverte au XVe siècle, été considérées comme les parangons de la beauté sur Terre. Là, à Rome, Florence et Naples, tout n'était que luxe, calme et volupté...

2Bien entendu, des contacts artistiques ont toujours existé entre la France et l'Europe du Nord, mais ce sont plutôt les artistes septentrionaux qui se déplacent vers la France et qui créent, dès le XVIIe siècle, une colonie flamande en plein Paris autour de peintres comme Pieter van Mol, Théodore van Thulden et le plus célèbre d'entre eux Philippe de Champaigne.

3Mais si le voyage à Rome était devenu traditionnel dans l'École française depuis Le Lorrain et Poussin, le voyage à Londres devient dès le début du XIXe siècle, sur les traces des artistes romantiques, David d'Angers, Géricault ou Delacroix, une destination fort appréciée par de nombreux peintres français. Si ces artistes ont chacun leur raison particulière de faire le voyage pour Londres, soit d'ordre commercial, soit d'ordre politique pour ceux qui souhaiteront quitter la France envahie de 1870, tous éprouvent une véritable fascination devant le paysage urbain londonien, l'atmosphère brumeuse et enfumée qui règne à l'époque sur cet univers industriel, les irréels jeux de lumière qui tentent de percer à travers l'opacité du smog et surtout l'ambiance fantomatique de l'activité humaine que l'on peut y observer.

4C'est le cas d'un artiste comme Claude Monet et sa célèbre série sur le Parlement de Londres de 1904. Pour cet artiste, auquel il conviendrait d'ajouter les noms de Fantin-Latour (dès 1859), Corot (en 1862), Daubigny (dès 1865), Degas et Gauguin (dès 1877), Renoir (dès 1881), Toulouse-Lautrec (dès 1892), Matisse (dès 1898), Derain (dès 1905) ou encore Marquet (en 1907), la ville de Londres n'apparaît que comme un simple espace géographique original, une sorte de champ d'expériences chromatiques où ils peuvent élaborer des effets picturaux particulièrement saisissants. Nulle part n'apparaissent les habitants de cette extraordinaire métropole. Les Londoniens sont comme absents de ces peintures qui s'affirment d'abord comme des paysages pittoresques, puis comme de simples morceaux de peinture pure, inscrits dans une esthétique de la modernité.

  • 1 M. Girouard, Des Villes et des Hommes. Architecture et Société, Paris, Flammarion, 1987 (première (...)
  • 2 G. Doré et B. Jerrold, London. A Pilgrimage, Londres, éd. Grant and Co, 1872. Édition française pa (...)

5En réalité, parmi tous les critères caractérisant une ville, un seul permet de la particulariser de manière organique, presque viscérale, c'est l'existence des masses urbaines elles-mêmes, de ces foules immenses qui l'habitent, la submergent parfois, phagocytent ces villes en les hantant de jour comme de nuit. C'est cette ville là, comme lieu de la multiplicité, de l'innombrable, et par là de l'indéfini, qu'il nous faut aborder ici. Il n'est pas de mon ressort d'étudier ici, historiquement, le fantastique essor des grandes cités occidentales au XIXe siècle, qui comptent parfois plus d'un million d'habitants, comme Londres dès 1811 et deux millions et demi en 18501. Mais cet afflux de population rurale attirée par la révolution industrielle et les « lumières de la ville » va bouleverser le cadre resté encore étroit de certaines cités exemptes de plans d'urbanisme, tel celui mené dès 1853 à Paris sous la direction du baron Haussmann. L'exemple de Londres est ici tout à fait caractéristique de cet état de fait. Les 174 gravures londoniennes exécutées d'après les dessins de Gustave Doré (1832-1883) et qui furent publiées en 1872, avec un texte du journaliste Blanchard Jerrold, dans leur ouvrage London. A Pilgrimage2, nous offrent d'une part, un témoignage saisissant de la situation d'asphyxie où se trouve parfois la ville moderne confrontée à son incapacité de gérer harmonieusement la masse de sa population, et d'autre part, nous amènent à nous interroger sur la part de responsabilité d'un cadre urbanistique devenu pathogène. L'ouvrage de Gustave Doré, publié quelques années après les grands succès d'édition de ses volumes illustrés consacrés à l'Enfer de Dante (1861), les Contes de Perrault (1862), la Bible (1866) ou à Don Quichotte (1869), sera édité en français en 1876 chez Machette avec un nouveau texte du critique d'art Pierre-Louis Enault (1822-1900). Il connaît un immense succès de librairie et s'affirme aussitôt comme le chef-d'œuvre inégalé de l'artiste. Voilà bien le paradoxe de cet artiste, conservateur dans ses choix esthétiques s'inscrivant largement dans une tradition établie, qui choisit de traiter avec courage et une acuité renversante, un des travers de la société britannique pour le moins problématique : la misère d'une partie de sa population.

6La gravure intitulée Ludgate Hill. A Block in the Street concrétise fort bien l'état de saturation dramatique produit par le flot ininterrompu d'une foule en mouvement, mêlant véhicules de toute nature, passants pressés et même - allégorie grégaire explicite - un troupeau de moutons, perdu dans ce cocasse imbroglio. La scène entière a été adroitement composée par Doré de telle sorte que tout soit mis en œuvre pour accentuer le caractère presque « liquide » de ce fleuve humain qui s'écoule dans un vacarme assourdissant, entre les gorges encaissées de hautes constructions, et, les arches d'un pont d'un nouveau genre : le viaduc ferroviaire. Seule pointe d'ironie dans cette mêlée informe, la présence funèbre d'un corbillard, unique tache sombre au centre de la foule, qui vient rappeler que toute fébrilité sur terre s'achève malgré tout, inéluctablement par la Mort, et que cette issue fatale - l'immobilité cadavérique - mettra toujours le point final à la course effrénée du citadin trop pressé.

7Huysmans (1848-1907) pense certainement au Londres dessiné par Doré, quand il fait parler Des Esseintes, son héros d'A rebours, au sujet de cette capitale :

  • 3 J.-K. Huysmans, À rebours (1884), éd. 1965, p. 167-168.

Tout cela s'agitait sur des rives [...], pendant que des trains filaient à toute vapeur dans le ciel [...], vomissant des flots de fumée par des bouches de puits, que par tous les boulevards, par toutes les rues où éclataient, dans un éternel crépuscule, les monstrueuses et voyantes infamies de la réclame, des flots de voitures coulaient, entre des colonnes de gens [...], affairés, les yeux en avant, les coudes au corps3.

8La gravure de Doré A City Thoroughfare condense à l'excès la sensation d'enchevêtrement inextricable, presque surréaliste, auquel peut aboutir parfois l'engorgement des vieilles cités européennes en cette fin du XIXe siècle. Cette rare pointe d'humour, qui égaye le temps d'un moment un ouvrage passablement désespéré, trouve sa source littéraire dans quelques écrits plus anciens traitant des encombrements des grandes métropoles. Boileau, dans ses Embarras de Paris publiés en 1666, mais déjà Horace (Épîtres, II, 2), à la fin du premier siècle avant J.-C. ou Juvénal (Satires, III), au début du second siècle de notre ère, s'étaient en effet plaint des encombrements perpétuels de Paris ou de la Rome antique.

9Avec une gravure comme celle d'Over London by rail, Doré nous introduit dans un espace architectural fait de briques et de pierres où l'homme n'a plus sa place. Cette scène, aux surprenants accents piranésiens, toute entière contenue dans le cadre coercitif d'une arche gigantesque, nous fait entrer de plain pied dans cette « socialisation de l'architecture » qui est l'objet de notre réflexion. Ici, dans la suite sans fin de corons ouvriers, la Nature a totalement disparu de la Ville. Ni arbres, ni ciel dans ce décor hallucinatoire où l'horizon hermétiquement clos par le passage enfumé d'un train à vapeur au-dessus des toits vient comme ajouter une note irréaliste à cet univers concentrationnaire où grouille route une population comme réduite à l'état animal, tenue enfermée dans ces arrières-cours, dérisoires cages de pierres qu'encerclent des rues devenues ruelles. La Ville est devenue alors synonyme d'étroitesse, d'imbrication et d'entassement.

10La Ville est également le lieu de l'agitation perpétuelle de ses innombrables travailleurs. A Busy Street, nous montre ces

  • 4 L. Enault, op. cit, 1876, p. 39.
  • 5 Ibidem, p. 29.

« vrais esclaves d'une activité sans repos4 [...] », ou « cet homme de peine qui ploiera toute sa vie l'échine ou les épaules sous les plus lourds fardeaux - non pas pour vivre - mais pour empêcher de mourir de faim sa femme et ses petits »5.

  • 6 Rapport officiel de 1842 sur les conditions sanitaires dans les milieux ouvriers en GrandeBretagne (...)

11Londres et les grandes cités industrielles anglaises sont des « Babylones noires », les lieux très particuliers du labeur et du travail forcené, où l'espérance de vie ouvrière comme à Manchester au milieu du siècle n'est que de dix-sept ans6... Chez Doré, l'analogie avec la série d'eaux-fortes des Carceri gravées par Piranèse est une nouvelle fois manifeste. L'effet de clair-obscur dans lequel évolue la foule des manutentionnaires, semblable à une gigantesque fourmilière déshumanisée, renforce l'impression de puits à ciel ouvert, ou plutôt celle de mines souterraines, largement exploitées en ces temps là.

12Nous tenons là, avec Giovanni-Battista Piranesi (1720-1778), une des clés de lecture de cette extraordinaire série de gravures de Doré. Ce dernier, en tant qu'illustrateur de génie, ne pouvait ignorer cette série d'estampes éditée pour la première fois en album par Piranèse en 1745 sous le titre d'Invenzioni capriciose di Carceri (Caprices imaginaires de prisons), puis rééditée pour le « second état » en 1761. Les planches III et X de ce dernier état nous démontrent combien Doré a cru retrouver, dans certains quartiers populaires de Londres, cette ambiance onirique d'un espace prisonnier où l'humanité semble parquée et d'un monde irrationnel de prisons cauchemardesques d'où l'être humain ne peut s'évader. Le morceau de bravoure du jeune graveur italien de 22 ans, multipliant à loisir des édifices fictifs aux perspectives multiples et savantes, a laissé place chez Gustave Doré à un simple décor, mais à un décor de la réalité la plus crue, de la plus cruelle qui soit. Les Prisons vides de Piranèse sont désormais chez Doré submergées par la foule laborieuse ou miséreuse comme dans Bluegate Fields, l'une des plus extraordinaires illustrations anglaises exécutées par Doré. Dans Under the Bridges, les motifs piranésiens de la voûte et de la muraille servent ici de décor réaliste à un groupe de déshérités prostrés sous l'abri précaire de l'arche d'un pont. Le regard acerbe et inquisitorial de Doré semble bien éloigné des préoccupations artistiques de la peinture anglaise appréciée du moment, comme celle d'un John O'Connor et ses Quais de Londres datant de 1874 (Londres, The Museum of London), où une ville lumineuse aux larges avenues dégagées s'offre depuis la terrasse d'une riche demeure aristocratique.

  • 7 J. Valmy-Baysse, Gustave Doré, Paris, éd. Marcel Seheur, 1930, p. 124. Doré reproduit, quelques an (...)

13Gustave Doré n'avait pas eu à attendre la visite des bas-fonds londoniens dès 1868 pour découvrir, accompagné de journalistes et de policiers, la misère des quartiers populaires des grandes métropoles. Il rappelait lui-même l'intérêt certain qu'il avait manifesté dès son installation à Paris en 1848 pour ses promenades dans les quartiers mal famés de la capitale, déjà représentés vers 1850 à travers douze grandes peintures7. Mais jamais il n'avait ressenti avec autant d'acuité l'invraisemblable situation d'une grande cité qui acceptait avec résignation la cohabitation scandaleuse dans ses propres murs d'un

  • 8 L. Enault, op. cit., 1876, p. 2.

« entassement de richesses à payer la rançon de vingt royaumes, et des milliers de prolétaires mourant de faim ; de vastes quartiers où toutes les maisons sont des palais [...] ; et tout près, des entassements de bouges et de tanières où il semble que la créature humaine ne trouvera jamais assez d'air respirable pour remplir ses poumons et prolonger sa vie »8.

14Des illustrations de Doré comme celles de Wentworth Street. Whitechapel, Orange Court. Drury Lane et Dudley Street, Seven dials (la foire aux vieux souliers), illustrent dramatiquement ce concept d'une ville génératrice de misère, une ville mère de tous les maux et de tous les vices. L'ordonnance des grandes et belles avenues de la City a laissé place à un labyrinthe de ruelles tortueuses, bordées de pauvres constructions imbriquées les unes dans les autres et dans lesquelles évoluent tout un peuple d'ombres sans noms en haillons.

15Dans ces illustrations,

  • 9 Ibidem, p. 19.
  • 10 Ibidem., p. 20.

« ce pâle troupeau de misérables [...] joue creusée par la faim, œil brûlé par la fièvre, bouche avilie par la débauche, front stigmatisé par le crime, expression générale à la fois hébétée et hideuse9, et ces spectres, ces vampires et ces larves »10

16ont désormais perdu toute individualité. Les visages ont abandonné tout signe distinctif et la masse indéfinie des pauvres hères, d'indénombrable est devenue innommable. La dépersonnalisation de ces silhouettes fantomatiques est dès à présent totale, comme dans les gravures de Bluegate Fields et de Under the Arches. Il arrive également qu'à l'occasion de rares figurations plus détaillées, comme celles retranscrites dans la gravure intitulée Refuge. Applying for admittance, Doré nous livre la représentation bouleversante de profils simiesques dans lesquels l'humain a basculé dans l'horreur de la bestialité. Ces « damnés de la terre », qui attendent sous la pluie glacée, l'hypothétique accueil dans une institution charitable, sont les frères de misère de ceux qui n'ont pour seul abri que le parapet d'un pont exposé à tous vents, illustrée dans certaines gravures de Doré. Pour ces déshérités blottis les uns contre les autres, adultes et enfants mélangés, la Ville est surtout le lieu de l'accablement et de l'harassement, le lieu du plus cruel des abandons. Victor Hugo ou Charles Dickens avaient écrit quelque temps avant des pages célèbres sur la misère qui hante les grands centres urbains, comme celles que le premier rédiga en exil à Jersey en 1853 :

« Millions ! millions ! châteaux, liste civile !
Un jour je descendis dans les caves de Lille ;
je vis ce morne enfer.
Des fantômes sont là sous terre dans des chambres,
Blêmes, courbés, ployés ; le rachis tord leurs membres
Dans son poignet de fer.
Sous ces voûtes, on souffre, et l'air semble un toxique ;
[... ] Jamais de feu ; la pluie inonde la lucarne ;
L'œil en ces souterrains où le malheur s'acharne
Sur vous, ô travailleurs,
Près du rouet qui tourne et du fil qu'on dévide,
Voit des larves errer dans la lueur livide
Du soupirail en pleurs.
[...] Caves de Lille ! on meurt sous vos plafonds de pierre ! »
(Les Châtiments, IXe poème : Joyeuse Vie).

  • 11 M. Jouve, « Le Pèlerinage à Londres de Gustave Doré », Gazette des Beaux-Arts, no 1344, janvier 19 (...)
  • 12 M. Girouard, op. cit., 1987, p. 257.

17Hippolyte Taine11 lui même, publie en 1872, l'année de la sortie de l'édition anglaise de l'ouvrage de Doré, ses Notes sur l'Angleterre, récits d'un voyage à Manchester vers 1859 où il parle de ses « tas d'enfants blancs, charnus, malpropres, (qui) sont sur le seuil et respirent le mauvais air de la rue, moins mauvais que celui de la chambre et de ce monde où l'homme ici est un insecte »12 L'analogie animale et l'aspect larvaire de ces foules miséreuses, qui pullulent dans ces nouvelles termitières modernes, est également présente dans plusieurs extraits de textes de Louis Enault en 1876 qui sont comme des sortes de commentaires sur certaines gravures précitées :

  • 13 L. Enault, op. cit., 1876, p. 99-100.

Ces parias de la nation [...], naissent, végètent et meurent dans des ruelles sombres, auxquelles un rideau de fumée acre dérobe ce dernier bien des malheureux qu'on appelle poétiquement la lumière des cieux ; ici la terre détrempée n'est plus qu'une boue visqueuse et gluante ; l'humidité suinte à travers les murailles nues des caves où grouillent des êtres aux joues hâves, aux traits flétris, à l'œil hagard qui n'ont plus rien de ce qui fait l'homme13.

18Une gravure inédite de Gustave Doré, représentant d'ailleurs ce dernier, accompagné de son ami journaliste Blanchard Jerrold et de policiers qui avaient été mis à leur disposition, en train de visiter à l'improviste des soupentes aménagées en dortoirs collectifs, ainsi qu'une autre estampe intitulée Interior Scene, illustrant l'activité délétère d'enfants chiffonniers, frappèrent de stupeur les lecteurs britanniques de Doré. À cette époque ils se reconnaissaient plutôt dans les peintures mondaines d'un jeune artiste français établi à Londres de 1871 à 1882, James Tissot (1836-1902), comme celle du Chut ! Le Concert, réalisée vers 1875 (Manchester, City Art Galleries).

19Cet enfer social, cet enfer humain est aussi celui de ces pauvres êtres agglutinés autour d'une chandelle et d'une soupe chaude représentés par Gustave Doré vers 1869 dans sa peinture intitulée An East End Poor-House, qui dénote d'indéniables influences du ténébrisme hollandais du XVIIe siècle, tel celui d'un Ter Brugghen ou d'un Honthorst. Si les silhouettes paraissent une nouvelle fois prostrées et résignées sur leur sort, dans un fatalisme de la désespérance, cette assemblée parait également inquiétante. La misère a rendu ici la Ville « criminogène » :

  • 14 Ibidem, p. 110.
  • 15 Ibidem, p. 104.

Dans ces bas-fonds sociaux se trament tous les complots contre l'ordre social ; dans ces derniers cercles de l'enfer humain s'agitent les damnés de la vie, au milieu des malédictions et des blasphèmes14 [...] Le vice toujours, le crime parfois, s'allient à cette misère15.

20 Intérieur, un rare dessin au lavis rehaussé de gouache (localisation actuelle inconnue) et exécuté par Doré vers 1869 en vue de son ouvrage, nous présente ainsi le fils aîné rapportant au taudis familial une montre à gousset, maigre butin de sa journée de jeune voleur à la tire. Mais si la criminalité est parfois l'exutoire naturel de la misère, la foi et la religion sont souvent avancées dans ce Londres des années 1870 pour être des remparts de vertu suffisants pour l'endiguer. C'est du moins ce que pensaient apparemment certains prêcheurs londoniens que Gustave Doré rencontra lors de ses virées nocturnes dans plusieurs asiles pour mendiants (A lay Preacher), où ces philanthropes religieux passaient la nuit à réciter des versets de la Bible afin, selon eux, de remettre dans le droit chemin le troupeau égaré de ces cohortes de miséreux épuisés.

21Gustave Doré n'a pas été le premier peintre et illustrateur français à s'être intéressé à la misère londonienne, mais il est sans doute le premier à l'avoir sublimée avec une telle intensité dramatique. Parmi les nombreux artistes ayant fait le voyage d'Outre-Manche, deux d'entre eux doivent être remarqués car leurs œuvres singulières, exécutées antérieurement à celles de Doré, nous permettent par comparaison de mieux apprécier encore l'extraordinaire originalité de la véritable « descente aux enfers » élaborée par notre artiste. Il s'agit de Théodore Géricault et de Guillaume-Sulpice Chevalier, dit Gavarni.

22Géricault était venu à Londres en 1820 présenter sa peinture du Radeau de la Méduse. Là, cédant à son penchant naturel pour la réalité, l'artiste s'intéresse aux scènes de la vie quotidienne et réalise de nombreuses études dessinées nées de l'observation sur le vif du milieu londonien, qui aboutissent à la publication à Londres en 1821 d'un recueil de treize lithographies portant le titre de circonstance : Various Subjects Drawn from Life [...]. Deux d'entre elles témoignent de cet intérêt pour la frange la plus misérable de cette population londonienne : Le joueur de cornemuse (The Piper), épreuve du second état et Pitié pour les misères d'un pauvre vieillard que ses membres tremblants ont conduit à votre porte (Pity the Sorrows of a Poor Old Man [...]), d'après une complainte populaire de l'époque.

23Le Londres géricaldien n'est pas un simple prétexte à l'exécution d'un paysage urbain à effets stylistiques comme plus tard chez Monet, mais l'occasion de mettre en scène les acteurs véritables de ce décor architectural, les habitants de la ville et parmi ces derniers, les plus pauvres d'entre eux. Il s'agit d'une part, d'un vieux musicien aveugle errant en vain et solitaire dans une ville décrépite, vide de toute présence humaine et d'autre part, d'un autre mendiant tombé d'épuisement devant une boulangerie, mourant de faim et implorant la générosité d'une population indifférente à son état et qui continue à vaquer à ses occupations habituelles. Si, cinquante ans avant Gustave Doré, le peintre du Radeau de la Méduse a su rendre avec une grande acuité l'état pitoyable et la profonde misère des pauvres londoniens, ses œuvres se différencient de celles de Doré par le sentiment de profonde solitude qui s'en dégage. Géricault, sans doute lui-même isolé à Londres, est peut-être le premier artiste contemporain à avoir pris conscience et surtout à avoir su rendre l'extrême solitude d'être dans une métropole urbaine. Si la foule caractérise à l'évidence la ville, comme l'a amplement démontré Doré, Géricault a su déceler la part d'anonymat qui y réside également. Contrairement aux effets de groupes représentés à satiété chez Doré, Géricault souhaite attirer l'attention de ses lecteurs sur l'insensibilité des citadins devenus indifférents à la misère effroyable de leurs prochains.

24Le second artiste à avoir précédé Gustave Doré sur la voie de la dénonciation du sort déplorable réservé aux classes défavorisées londoniennes, est Guillaume-Sulpice Chevalier (1804-1866), dit communément Gavarni. Ce dernier découvre Londres en 1847, c'est à dire plus de vingt ans avant les séjours de Doré. Il est déjà à cette date, un des plus célèbres illustrateurs de son temps, apprécié dans toute l'Europe. Cet artiste fécond qui s'est spécialisé, à l'image d'un Honoré Daumier, dans l'analyse sociologique et psychologique - avant la lettre - des différentes classes sociales et activités professionnelles de la société française de l'époque, a été proprement bouleversé par les conditions atroces d'existence des milliers de mendiants qui hantent le pavé londonien. De cette observation sans concession, naît la publication d'un ouvrage édité à Londres même en 1849, intitulé Gavarni in London : Sketches of Life and Character et rassemblant, outre plusieurs essais rédigés par une vingtaine d'auteurs britanniques, plusieurs gravures exécutées d'après les dessins de Gavarni. Comme le fera plus tard Doré, Gavarni montre une société urbaine à deux vitesses. Afin de mieux faire ressortir l'effrayante misère des uns, comme dans les illustrations intitulées Economie de loyer pour la nuit et The Street Beggar (I am Starving), il nous montre également les « autres », la bonne société londonienne déambulant tranquillement dans des parcs immenses et bien entretenus, comme dans l'illustration The Parks.

25La comparaison avec Doré ne s'arrête pas là. Car si Gavarni a effectivement représenté nombre de sujets populaires londoniens et s'il ne semble pas avoir été pour le moins indifférent à la souffrance endurée par la population la plus misérable de cette ville, il ne peut s'empêcher lui aussi, vingt ans avant Doré, d'éprouver un sentiment ambigu, mêlant fascination, compassion mais aussi méfiance et mépris devant tant d'abjection. Dans une lettre adressée de Londres en 1848 à son ami Louis Leroy, il écrit :

« J'ai vu des grappes d'hommes et de femmes, une douzaine couchés les uns dans les autres, pour se réchauffer, sur les marches des temples et des théâtres, entrelacés comme des serpents dans leur nid ».

26Si plusieurs problématiques se dégagent aussitôt de l'étude de l'étonnant recueil de gravures de Doré, la première concerne l'artiste lui-même et l'honnêteté intellectuelle de ce pamphlet sans égal sur l'Angleterre victorienne. Par compassion philanthropique, Doré a-t-il eu la volonté sincère de faire état publiquement d'un constat social sans appel ou ne s'agit-il que d'une simple étude sociologique élaborée par un observateur sans état d'âme, mû par la seule curiosité ethnologique ? En d'autres termes, la pitié est-elle le seul sentiment qu'éprouve Gustave Doré devant tant de détresse humaine ou s'agit-il uniquement d'un travail de journalisme illustratif, au même titre que celui réalisé par son ami enquêteur Blanchard Jerrold ?

27Gustave Doré et les différents auteurs qui travaillèrent avec lui aux différentes éditions de son Pèlerinage londonien, ressentirent eux aussi ce sentiment d'inquiétude devant l'apparente inhumanité de cette frange miséreuse de population urbaine. Il se pourrait que les extraordinaires gravures de Doré, aussi réalistes soient-elles, puissent être regardées également comme des études quasi-cliniques, exécutées sans état d'âme par un artiste au discours moralisateur, sans tendresse particulière pour une population miséreuse qui lui fait autant horreur que pitié.

28Une seconde problématique se rapporte aux œuvres proprement dites. Ces illustrations nous apprennent-elles quelque chose de neuf et d'original par rapport à d'autres gravures publiées antérieurement sur le sujet ? Sont-elles réalistes ou imaginaires ? Doré est-il lui-même un artiste réaliste et ses illustrations peuvent-elles être regardées comme des documents historiques d'une grande exactitude ? Assurément oui, les œuvres de Gustave Doré sont d'une grande originalité et furent considérées comme telles déjà à son époque. Certes, des vues de Londres avaient été éditées dans plusieurs publications illustrant la capitale britannique, comme celles de Rowlandson et Pugin, Microcosm of Tondon (1808), de Sheperd et Elmes, London in the Nineteenth Century (1829) ou de Thomas Shotter Boys, Original Views of Tondon as it is (1842), mais aucune de ces illustrations ne possédait l'extraordinaire potentiel dramatique et poétique des œuvres de Doré. D'autres vues de Londres furent publiées après celles que ce dernier réalisa vers 1869 et édita en 1872, mais ce ne furent plus des gravures mais des photographies à l'instar de celles de John Thomson et Adolphe Smith, Street Life in London (1878), comme si désormais, seule la photographie pouvait être en mesure de rivaliser avec la vérité du réel chez Doré. B. Jerrold dans son ouvrage, Life of Gustave Doré (1891), raconte que l'artiste possédait une véritable mémoire « photographique » et que l'œuvre terminée dans le calme de sa chambre d'hôtel était absolument exacte au motif dessiné ou esquissé par Doré sur le vif, d'après nature. Ses illustrations peuvent ainsi être vues comme de véritables documents historiques, sociologiques ou mieux, ethnologiques. Pourtant l'apparent réalisme de Doré fut longtemps combattu par ceux là même qui prônaient et soutenaient cette tendance esthétique comme Thoré-Bürger, Castagnary, Champfleury ou encore Zola qui considèrent au contraire que son œuvre gravé relevait plutôt de l'idéalisme littéraire. Aujourd'hui, il semble bien que London. A Pilgrimage appartient bien à un registre naturaliste et réaliste, situé aux antipodes des autres ouvrages de Doré illustrant les grands mythes de notre culture occidentale par d'impressionnantes visions archétypales idéalisantes. Les illustrations de Doré sont parfaitement exactes et justes et non pas fallacieuses et outrancières. Certes, et nous l'avons constaté avec l'influence piranésienne, il y a à l'évidence une mise en scène chez Doré, une théâtralité du sujet. Chacune d'entre elles fait l'objet d'une véritable composition astucieusement agencée. Pour Doré, le réel a besoin du romantisme de la recherche de l'effet ; pas d'idéalisme mais seulement de poésie.

  • 16 La ronde des prisonniers (1890), Moscou, Musée Pouchkine, peinture réalisée d'après la gravure de (...)

29Quoi qu'il en soit réellement, Gustave Doré avait néanmoins écrit en 1872 : « L'Angleterre porte au flanc - au cœur - une plaie vive et saignante, dont elle mourra, si elle ne parvient pas à la guérir - J'ai nommé le paupérisme ». Reste alors ce constat scrupuleux sur la plus grande métropole industrielle de l'époque, ce Londres de Victoria et de Marx, ce dernier y mourant d'ailleurs en 1883, l'année même du décès de Gustave Doré. Le mot de la fin restera à Vincent Van Gogh16 qui, lors de la découverte de l'album London. A Pilgrimage écrivit :

« Il y a quelque temps j'ai vu la série complète des illustrations de Londres par Doré ; je peux vous dire que c'était extraordinaire, l'émotion et la beauté qui s'en dégageaient... mon respect grandit pour le grand illustrateur du peuple. »

Claude Monet, Le Parlement, Effet de soleil dans le brouillard(1904)

Ludgate Hill A Block in the Street, d'après Gustave Doré
(Ill. pour London. A Pilgrimage,1872)

Over London by rail, d'après Gustave Doré
(Ill. pour London. A Pilgrimage, 1872)

A Busy Street, d'après Gustave Doré
(Ill. pourLondon. A Pilgrimage,1872)

Piranèse, Carceri, second état de la planche III (1761)

Bluegate Fields, d'après Gustave Doré
(Ill. pour London. A Pilgrimage, 1872)

Wentworth Street, White Chapel,d'après Gustave Doré
(Ill. pourLondon. A Pilgrimage, 1872)

T. Géricault, Pity the Sorrows of a Poor Old Man (1821)

Vincent Van Gogh, La ronde des prisonniers (1890)
Moscou, Musée Pouchkine, d'après G. Doré, Newgate
(Ill. pour London. A Pilgrimage,1872)

Newgate. Exercise Yard, d'après G. Doré
(Ill. pour London. A Pilgrimage, 1872)

Économie de loyer pour la nuit, d'après Gavarni
(Ill. pour Gavarni in London, 1849)

Notes

1 M. Girouard, Des Villes et des Hommes. Architecture et Société, Paris, Flammarion, 1987 (première édition anglaise, 1985), p. 297 et 343. J.-P. Poussou, La croissance des villes au XIXe siècle. France, Royaume-Uni, Etats-Unis et pays germaniques, Paris, SEDES, 1992, 502 p.

2 G. Doré et B. Jerrold, London. A Pilgrimage, Londres, éd. Grant and Co, 1872. Édition française par Louis Énault, Londres, Paris, Hachette, 1876, illustré de 174 gravures sur bois par Gustave Doré (les citations de l'ouvrage de G. Doré sont extraites de cette dernière édition).

3 J.-K. Huysmans, À rebours (1884), éd. 1965, p. 167-168.

4 L. Enault, op. cit, 1876, p. 39.

5 Ibidem, p. 29.

6 Rapport officiel de 1842 sur les conditions sanitaires dans les milieux ouvriers en GrandeBretagne (cité par M. Girouard, op. cit, p. 267).

7 J. Valmy-Baysse, Gustave Doré, Paris, éd. Marcel Seheur, 1930, p. 124. Doré reproduit, quelques années plus tard dans son Guide de l'étranger à Paris et ses environs paru en 1874, la gravure d'une rixe dans une ruelle parisienne qui présente d'indéniables parentés stylistiques avec la série londonienne.

8 L. Enault, op. cit., 1876, p. 2.

9 Ibidem, p. 19.

10 Ibidem., p. 20.

11 M. Jouve, « Le Pèlerinage à Londres de Gustave Doré », Gazette des Beaux-Arts, no 1344, janvier 1981, p. 41-48.

12 M. Girouard, op. cit., 1987, p. 257.

13 L. Enault, op. cit., 1876, p. 99-100.

14 Ibidem, p. 110.

15 Ibidem, p. 104.

16 La ronde des prisonniers (1890), Moscou, Musée Pouchkine, peinture réalisée d'après la gravure de Doré Newgate. Exercise yard, extraordinaire allégorie peinte du paroxysme de l'enfermement du prolétariat urbain.

Table des illustrations

Légende Claude Monet, Le Parlement, Effet de soleil dans le brouillard(1904)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2024/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Ludgate Hill A Block in the Street, d'après Gustave Doré (Ill. pour London. A Pilgrimage,1872)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2024/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Over London by rail, d'après Gustave Doré (Ill. pour London. A Pilgrimage, 1872)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2024/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende A Busy Street, d'après Gustave Doré(Ill. pourLondon. A Pilgrimage,1872)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2024/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Piranèse, Carceri, second état de la planche III (1761)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2024/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Bluegate Fields, d'après Gustave Doré (Ill. pour London. A Pilgrimage, 1872)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2024/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Wentworth Street, White Chapel,d'après Gustave Doré(Ill. pourLondon. A Pilgrimage, 1872)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2024/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende T. Géricault, Pity the Sorrows of a Poor Old Man (1821)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2024/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Vincent Van Gogh, La ronde des prisonniers (1890) Moscou, Musée Pouchkine, d'après G. Doré, Newgate(Ill. pour London. A Pilgrimage,1872)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2024/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Newgate. Exercise Yard, d'après G. Doré (Ill. pour London. A Pilgrimage, 1872)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2024/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Économie de loyer pour la nuit, d'après Gavarni (Ill. pour Gavarni in London, 1849)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2024/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 138k

Auteur

Université de Lille 3 - CERSATES

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540