Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume I

 | 
Philippe Guignet

Le peuple vu par...

Le peuple des villes à l’Université ? Les universités populaires dans la France du Nord-Ouest à la Belle Époque

La difficile rencontre de la toge et du bourgeron

Jean-François Condette

Texte intégral

  • 1 Voir le discours de Charles Bayet à la Société Havraise d’Éducation Populaire ; 17 avril 1897, dans(...)

1À la fin du XIXe siècle, une partie des élites républicaines mais aussi de nombreux acteurs du système éducatif, en particulier des instituteurs et des enseignants du secondaire, suivis également par quelques grandes figures universitaires, prennent conscience des limites de l’œuvre d’instruction et d’éducation accomplie par l’école primaire dans les milieux populaires. L’œuvre de Jules Ferry et de Ferdinand Buisson, pour fondamentale qu’elle soit, n’a pas encore permis une totale conversion des jeunes Français à l’idée républicaine et un partage raisonné des principes nés de la philosophie des Lumières. Si pour l’élite du pays, la rénovation en profondeur des études supérieures permet désormais de disposer d’une vie universitaire enrichie, l’œuvre éducative apparaît encore très inachevée pour les enfants issus du peuple. L’analphabétisme, certes devenu marginal, existe toujours alors que la fin de l’école primaire obligatoire à 13 ans laisse de nombreux jeunes des milieux populaires dans un état de désœuvrement intellectuel général. Beaucoup, en attendant le service militaire, « désapprennent » au cours de cette période intermédiaire où ils sont totalement laissés à eux-mêmes, sans conseil ni formation1. Pour les adultes plus âgés, déjà insérés dans la vie professionnelle et qui ne sont pas passés par les bancs de l’école républicaine, les possibilités de compléter leur formation théorique sont aussi très limitées. Nombreux sont alors ceux qui souhaitent compléter le travail traditionnel de l’école par la création d’œuvres postscolaires qui puissent s’adresser à la fois aux anciens élèves et aux adultes. Les divisions politiques extrêmes qui opposent les Français au moment de l’Affaire Dreyfus, dans sa période la plus vive (1898-1902), montrent aussi aux républicains qu’il existe encore dans le pays une forte résistance aux idées héritées de la Révolution française et que le peuple des villes, par ignorance bien souvent, et par un réflexe instinctif qui ignore l’usage de l’esprit critique, prend le parti des sectaires, se faisant même l’interprète des vociférations racistes et nationalistes. L’Affaire montre alors l’urgence d’une reprise de l’œuvre d’éducation populaire au delà du primaire et accélère la mise en pratique des volontés de développement des œuvres complémentaires de l’école. C’est dans ce contexte général de trouble politique et de réaffirmation des enjeux fondamentaux du contrôle des esprits, par la formation réactivée d’un réel citoyen capable de juger par lui-même de la validité d’une argumentation, que se développe une tentative très intéressante de rencontre entre le monde très malthusien et très spécifique des élites enseignantes de l’Université et une frange du peuple des villes.

  • 2 Voir : Éducation permanente, Regards sur l’histoire de la formation des adultes, no 62-63, mars 198 (...)

2Les Universités populaires2 apparaissent en effet à partir de 1899 dans de nombreuses villes et consacrent leurs efforts à rapprocher ceux qui savent par les livres et les études et ceux qui ne savent pas ou peu, accaparés qu’ils sont par leur pratique professionnelle quotidienne. Cette tentative de rapprochement de la toge et du bourgeron, au nom de la diffusion du savoir libérateur, n’est pas cependant sans poser rapidement de multiples problèmes aux universités populaires qui connaissent, après un rapide développement, des années beaucoup plus difficiles. Il est alors intéressant d’observer la naissance et le devenir de ces universités populaires de la « Belle Époque », en centrant ici notre analyse sur la France du Nord-Ouest, en particulier sur le Nord-Pas-de-Calais et la région parisienne, espaces géographiques où le peuple des villes, mais aussi l’élite universitaire sont fortement représentés. Quelle est donc la vision du peuple des villes que se forgent les universitaires, acteurs de cette expérience des universités populaires et quels buts fixent-ils à leur action ? Quelles sont les principales étapes du développement des universités populaires et les réalisations concrètes qu’elles mettent sur pied ? Comment enfin expliquer la déliquescence assez rapide de la plupart d’entre elles dans les premières années du vingtième siècle ? La rencontre d’un monde privilégié de la culture, très bourgeois dans ses attitudes et ses valeurs et du peuple des villes était-elle inévitablement vouée à l’échec et au malentendu ?

LA VISION UNIVERSITAIRE DU PEUPLE DES VILLES À L’AUBE DU XXE SIÈCLE ET LA NÉCESSITÉ POLITIQUE DE L’ÉDUCATION POPULAIRE

  • 3 Voir J. Verger dir, Histoire des Universités en France, Toulouse, Privat, 1986, 432 p. et Ch. Charl (...)

3Au sein de l’Université française qui connaît entre 1880 et 1914 une rénovation profonde de ses structures et un gonflement conséquent de ses moyens, tout en demeurant un monde très malthusien3 formé essentiellement d’individus issus des classes bourgeoises de la Nation, détentrices d’un capital culturel important ou d’un désir profond de promotion sociale, la vision du peuple des villes peut apparaître assez antithétique. Les mêmes individus partagent d’ailleurs souvent un sentiment ambivalent qui les fait à la fois craindre le peuple des villes tout en le dotant d’un pouvoir théorique fondamental en régime démocratique, l’imaginant souvent comme le garant de l’esprit révolutionnaire et de l’idée de liberté.

Entre un peuple sanctifié et un peuple abhorré

  • 4 J. Michelet, Le Peuple, Paris, Braudard et Taupin, réédition, 1987, p. 8.
  • 5 BNF, Microfiches 8-Z-16104, Université Populaire de Lille : conférences au Grand Théâtre.
  • 6 J.-M. Mayeur, F. Bédarida et A. Prost, Histoire du peuple français, tome IV : De la IIIe République (...)
  • 7 L. Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du XIXe(...)
  • 8 J. Michelet, Le Peuple.. op. cit., p. 24.
  • 9 Gabriel Séailles est né le 27 juin 1852 à Paris ; il est le fils d’un docteur en médecine ; brillan (...)

4Pour la majorité des universitaires, en effet, le peuple des villes revêt une triple image quelque peu contradictoire. Héritiers des principes de la Philosophie des Lumières, partageant très souvent les préceptes du positivisme, ils éprouvent pour le peuple une sympathie certaine qui puise ses racines dans l’idéologie participative et égalitaire. Le peuple est ainsi le garant de la vie démocratique, le socle sain sur lequel repose la République qui peut, parfois, être dévoyée par ses élites. Il représente la force de la Nation, détient l’élan vital qui a permis la destruction de la société d’Ancien Régime. Il est le conservatoire de la démocratie. Reprenant les images forgées par jules Michelet et qui s’appliquaient d’abord au peuple des campagnes, les universitaires voient en lui un vivier de « vertu et d’esprit de sacrifice »4 Lors d’une conférence sur l’éducation laïque faite à l’Université Populaire de Lille, le 6 mars 1902, l’avocat Deshayes insiste bien sur la fonction de l’UP : « Notre but est l’éducation politique du peuple... le peuple est souverain ; le peuple est roi... Sous la monarchie de droit divin, on confiait l’éducation du dauphin aux précepteurs les plus savants... Nous voulons être les précepteurs du dauphin démocratique »5. Une autre conférence, le 30 novembre de la même année sur l’art, signale ensuite que « le peuple est le réservoir commun des énergies ». Le peuple est parfois aussi, pour les plus radicaux d’entre eux, doté d’une mission quasi messianique qui le transforme en moteur de l’histoire, en artisan majeur du progrès humain par sa force révolutionnaire6. Dans le même temps cependant, on trouve une peur réelle de la force populaire et de sa capacité destructive qui est immédiatement mise en relation avec son degré d’ignorance. Le peuple devient alors les « classes laborieuses, classes dangereuses »7 celui des quartiers miséreux, de la violence urbaine et des comportements immoraux. Il est alors l’acteur principal des révolutions et des désordres sociaux ; il fait couler le sang. En fait, deux images semblent ici être le plus souvent utilisées par les universitaires, celle du peuple-enfant et celle de la masse barbare. Michelet déjà revendiquait positivement cette barbarie populaire : « barbares, oui, c’est à dire plein d’une sève nouvelle, vivante et rajeunissante. Barbares, c’est à dire voyageurs en marche vers la Rome de l’avenir »8. Gabriel Séailles9 pourtant très proche du mouvement socialiste, ardent défenseur du peuple, note ainsi en 1902 :

  • 10 G. Séailles, « Les Universités Populaires : Paris-Banlieue, 1900-1901 », Cahiers de la Quinzaine, 3(...)

« Il semble que le peuple se décide à sortir de la période de l’attente et du rêve pour entrer dans celle de la pensée claire et de l’action positive. Les travailleurs en appellent à ceux qui savent parce qu’ils pressentent dans la science, une force dont ils ne peuvent se passer. Les intellectuels répondent à cet appel ; ils vont au peuple sincèrement, sans arrière pensée... ils voient ce qu’il y a d’absurde et de monstrueux à entretenir, de parti-pris au sein d’une société, une armée de barbares qui peut l’emporter d’assaut dans un jour de fureur et d’ivresse »10.

  • 11 G. Séailles, Éducation ou Révolution, Paris, Armand Colin, 1904, p. VII.

5Au-delà de la classe ouvrière ou populaire, l’universitaire voit un grand nombre d’individus qui ont les mêmes droits et les mêmes devoirs. « Il faut que le peuple ne se résigne point à n’être qu’un troupeau d’électeurs, ayant tout juste une conscience collective, une conscience de classe qui assure l’unité de son bêlement et de son vote ; il faut que le peuple soit un groupement d’individus dont chacun ait la conscience de lui-même et de l’œuvre à laquelle il collabore »11. François Benoit, professeur d’histoire de l’art à la faculté des Lettres de Lille, participe volontiers à l’UP lilloise et sensibilise les ouvriers aux questions artistiques mais il note aussi en 1901 :

  • 12 F. Benoit, « L’Enseignement de l’histoire de l’art et l’institut d’histoire de l’art de l’universit (...)

« Sa clientèle (à l’UP) est malheureusement étrangère aux préoccupations esthétiques... Cependant... guider le peuple au musée, l’exhorter et l’aider, à orner son logis, c’est instituer une concurrence au cabaret, où le poussent le désœuvrement des jours chômés et les tristesses répulsives du foyer pauvre. Enfin, démocratiser les goûts artistiques, c’est peut-être servir la cause de l’art lui-même, en assurant ses créations contre le vandalisme et en lui préparant des spectateurs »12.

  • 13 Annales de l’Université de Lille ; rapport du doyen Angellier sur l’année 1898-1899, p. 100-101.

6Les vandales sont aux portes de la ville, capables de barbarie et il est alors du devoir de l’intellectuel d’œuvrer à son éducation civilisatrice. L’autre image qui semble souvent être utilisée est celle d’un peuple-enfant, fragile et innocent qu’il est urgent d’éduquer. Auguste Angellier, en 1898-1899, lorsqu’il réalise, en tant que doyen, le rapport annuel sur la situation de l’enseignement à la faculté des Lettres de Lille déclare ainsi, en commentant les débuts des conférences-lectures entreprises par divers enseignants et étudiants dans les quartiers populaires : « Il faut vous rendre compte qu’il y a des âmes très simples, très croyantes où tout ce qui tombe est important parce que les idées qu’on y jette n’ont pas de contrepoids dans l’existence... Dès qu’elles sont énoncées, elles deviennent définitives et absolues... Songez à l’ignorance de beaucoup, à la simplicité fruste, à la candeur de leur raisonnement et de leur raison... Songez que, dans des corps vigoureux et rudes, il y a parfois des esprits sans défense, naïfs, qui sont comme de petits enfants, et qu’il faut traiter avec ménagements et de façon presque maternelle »13.

7Peuple sanctifié ou abhorré, peuple barbare ou peuple enfant, la conclusion logique est cependant identique pour la plupart des universitaires : c’est par son éducation morale et scientifique que passe le salut de la nation française, trop encline à se diviser.

La nécessité de l’éducation post scolaire : une prise de conscience réactivée par le choc de l’Affaire Dreyfus

  • 14 A. Gilles, « L’éducation populaire en 1897-1898 », dans Revue Pédagogique, 1899, tome I, p. 44-55.
  • 15 Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, Rapport sur l’organisation et la situation d (...)
  • 16 Voir H. Boiraud, Les Instituteurs et l’évolution des cours d’adultes au XIXe siècle, Education Perm (...)
  • 17 E. Petit, « L’Éducation Populaire en 1910-1911 », Revue Pédagogique, 1911, tome I, p. 142-153 et 37 (...)
  • 18 Voir E. Petit, « Rapport adressé au Ministre de l’Instruction Publique, des Beaux-Arts et des Culte (...)
  • 19 Lucien Mercier, Les Universités populaires en France et le mouvement ouvrier (1899-1914), Paris I, (...)
  • 20 Dick May, « Quelques réflexions sur les UP » ; La Revue Socialiste, no 193 et 194, janvier-février (...)
  • 21 M. Reberioux, préface à l’ouvrage de L. Mercier, « Les Universités populaires (1899-1914) : Educati (...)

8Depuis le début des années 1890, de nombreuses structures s’étaient progressivement mises en place pour prolonger l’œuvre de l’école. Les sociétés d’instruction populaire, sur le modèle des vénérables associations Polytechnique (fondée en 1830) et Philotechnique (née en 1848) se multiplient tandis qu’apparaissent des associations d’anciennes et anciens élèves (« les petites A »). Ces dernières sont ainsi 56 en 1889 dont 35 dans le Nord ; « en 1897-1898, elles sont ensuite 2 779 »14 qui organisent à la fois des activités récréatives pour les adolescents mais aussi de nombreux cours spéciaux. « La période décennale qui s’étend de 1889 à 1899 a été surtout marquée, dans l’enseignement primaire, par le développement des œuvre complémentaires de l’école. L’école laïque est devenue centre et foyer d'action, de rayonnement. Limitée longtemps à l’instruction des enfants, elle a élargi ses frontières, étendu son champ d’influence ; elle enseigne et élève l’adolescence ; elle apprend aux anciens élèves, jusqu’à l’entrée au régiment, à s’instruire, à se recréer, à se secourir en commun ; elle les forme à la pratique de la solidarité »15. Les cours d’adolescents et d’adultes16 lancés par Victor Duruy en 1867 puis tombés en désuétude, sont relancés à partir de 1894-1895, en particulier grâce à Ferdinand Buisson. Les cours de garçons qui étaient 7 322 en 1894-1895 sont 26 881 en 1899-1900 et 31 652 en 1910-1911 ; ceux destinés aux jeunes filles passent, pour les mêmes dates de 966 à 16 610 puis 20 273. Les conférences populaires, quant à elles17, voient leur nombre passer de 10 379 en 1894-1895 à 12 391 en 1899-1900 ; elles sont encore 70 310 en 1910-1911. Les rapports annuels18 de l’inspecteur général Édouard Petit permettent ici de mesurer l’importance des efforts accomplis par l’État dans ce domaine. C’est cependant le choc de l’Affaire Dreyfus, dans sa période la plus agitée (1898-1900) qui accélère encore le processus et se trouve à l’origine des universités populaires. Les intellectuels dreyfusards découvrent avec effroi que le peuple des villes fournit souvent de nombreuses troupes aux manifestations antidreyfusardes, n’hésitant pas à reprendre les slogans racistes et nationalistes du camp de la haine. « L’Affaire Dreyfus a mis en évidence la facilité avec laquelle on pouvait abuser tout un peuple »19 ; « il est impossible de ne pas attribuer à l’affaire Dreyfus la cause immédiate du mouvement des UP »20 ; « son étonnant dynamisme, sa vitalité, ses faiblesses même, le mouvement des universités populaires les doit pour l’essentiel au choc frontal de l’affaire Dreyfus. Elles explosent en 1899 à l’heure où l’affaire a mis à jour de profondes déchirures de la société française et les menaces qui planent sur la république idéale... En diffusant leurs connaissances, les intellectuels espèrent faire reculer les pulsions de barbarie raciste et de nationalisme grossier dont ils ont reconnu la présence chez ceux qui voulaient pendre Zola et mettre à mort tous les youpins »21. La nécessité d’aller au peuple, de lui apprendre l’esprit critique et de lui faire son éducation à la fois morale et politique s’impose désormais dans l’urgence pour les universitaires qui sont favorables à la défense des valeurs républicaines.

La philosophie des UP : le primat de l’individu et de la réforme morale

  • 22 Voir L. Dintzer, « Le mouvement des universités populaires », Le Mouvement Social, avril-juin 1961, (...)
  • 23 Bulletin des Universités Populaires., no 1, rapport à l’assemblée générale constitutive du 28 févri (...)
  • 24 M. Pellisson, « Les Universités populaires », Revue Pédagogique, 1903, tome II, p. 559-578.
  • 25 Alain, Propos sur l’Education, Paris, PUF, 1976, 16e édition, p. 9.
  • 26 G. Séailles, « Les Universités populaires : 1900-1901 », Cahiers de la Quinzaine, 3e série, 10e cah (...)
  • 27 G. Séailles, « L’Université Populaire », Revue Internationale de l’Enseignement, tome 1900, tome II (...)
  • 28 G. Séailles, Éducation ou Révolution, Paris, Armand-Colin, 1904, p. 121.

9La plupart des universités populaires qui voient le jour à partir de 1899, se réclament en fait d’une même idéologie réformiste et solidariste qui vise à pacifier la société par la négation de la lutte des classes et l’affirmation d’une possibilité de progrès individuel et d’intégration dans la société, par l’éducation. L’Université Populaire22 peut ainsi se définir comme « une association laïque qui se propose de développer l’enseignement supérieur du peuple, qui poursuit l’éducation mutuelle des citoyens de toute condition, qui organise des lieux de réunion où le travailleur puisse venir, sa tâche accomplie, s’instruire, se reposer et se distraire »23. Le but de l’entreprise est bien « la réforme de la société telle qu’elle est aujourd’hui constituée..., cette réforme ne saurait s’accomplir si elle n’est pas précédée par la réforme morale des individus... Les sociétés ne sont que des abstractions ; point d’autre réalité vivante que les hommes qui les composent. Tant que les hommes ne seront pas transformés les révolutions, les coups de force ne changeront rien que la face des choses »24. Il est donc nécessaire, dans ce primat affirmé de l’individu, d’éclairer progressivement la conscience des hommes, condition de leur libération. Les UP ont donc indubitablement une fonction de moralisation et de socialisation et participent à cette croyance en un savoir libérateur, condition d’une citoyenneté efficace. Il existe une morale unique, valable pour tous, qui doit être diffusée dans le peuple. C’est ce que dit, dans d’autres termes, le philosophe Alain, qui participe lui aussi à l’expérience des universités populaires et signale « l’immense danger et l’urgence, toujours aussi pressante, de tirer l’humanité de la barbarie proche [...] Il faut que l’enfant connaisse le pouvoir qu’il a de se gouverner »25. Gabriel Séailles, professeur en Sorbonne, met lui aussi en avant ce principe de solidarité réformiste et cette nécessité de développer la raison ; « il semble que l’ère des apocalypses soit close... Les travailleurs en ont assez d’attendre le grand jour, le Messie qui s’appelle aujourd’hui la Révolution, et qui fera pour eux par un miracle soudain, ce qu’ils n’auront pas su faire eux-mêmes [...]. Ils découvrent l’illusion de cette providence sans Dieu »26. Il est alors urgent de passer d’un socialisme « théorique et mystique » à un socialisme positif. « Notre idéal : élever le plus grand nombre d’hommes possible jusqu’à l’Humanité [...] nous voulons par la coopération des idées, préparer et rendre possible la coopération des volontés, convaincre le peuple qu’il ne doit pas attendre l’amélioration de son sort de mesures violentes, de décrets improvisés [...] Il faut que l’ouvrier intelligent et curieux puisse se rencontrer et s’entretenir avec d’autres hommes qu’avec les fanatiques et les violents qui l’affolent »27. Il faut que chacun soit rendu capable de réfléchir par lui-même et d’exercer, en toute connaissance de cause, les droits qui lui sont conférés dans une démocratie. « Le peuple est le nombre ; il décide par ses suffrages des destinées de la patrie ; il est la force. Sans l’intelligence, la force s’applique au hasard ; elle est plus propre à détruire qu’à créer f...] donnons l’intelligence à la force et la force à l’intelligence »28. L’essentiel, dans ce système de pensée, est donc la réforme des individus. « Pour réformer l’individu, disent les socialistes, réformez la société ; pour changer l’homme, changez les institutions ; pour transformer la vie, transformez le milieu. Dans une société capitaliste, vous avez toujours des parias et des esclaves... Votre appel aux énergies individuelles est aussi vain que la prétention surannée de corriger l’injustice radicale par la charité qui n’en est qu’une des formes ». Ce mode de pensée, affirme G. Séailles, est dépassé car il repose sur un déterminisme historique absolu, sur un fatalisme qui suppose, un jour, la fin de l’histoire. Le progrès ne peut réellement venir que d’un travail sur soi : « Nous ne changerons le milieu qu’en nous changeant nous-mêmes ». Les Universités populaires mettent donc finalement en avant le primat de l’individu et tablent sur une gestion réformiste des tensions sociales. Elles ont ainsi un rôle fondamental de défense de l’œuvre républicaine. L’intelligentsia, effrayée par le développement rapide des luttes sociales et des comportements radicaux, à la fois dans le camp nationaliste et chez les internationalistes, voit alors dans les universités populaires, un moyen de disputer au socialisme le monopole de la classe ouvrière. Il ne faut pas en effet oublier que l’arrière plan socio-politique de ces années 1890 se caractérise aussi par une montée en puissance du mouvement socialiste français avec de réels succès électoraux aux législatives de 1893 (une cinquantaine de députés) et aux municipales de 1892 et 1896. Même éclaté en chapelles rivales (guesdistes, allemanistes, broussistes...), le socialisme devient une force qui fait peur dans le monde bourgeois. Dans le même temps, le mouvement ouvrier s’organise autour de syndicats (CGT fondée en 1895) et de conflits sociaux de grande ampleur (grève des mineurs de Carmaux en 1892) alors que le mouvement anarchiste fait beaucoup parler de lui (assassinat de Sadi Carnot en 1894). Le peuple des villes est donc de plus en plus revendicatif et réclame davantage de justice sociale ; l’UP est alors souvent considérée comme un moyen de désamorcer le conflit social, en affirmant la voie modérée de la réforme contre la tentation révolutionnaire. Le développement des universités populaires peut ainsi être expliqué, en partie, par la convergence d’une demande ouvrière de formation de ses militants pour mener la bataille libératrice et d’une prise de conscience des intellectuels de l’importance du mouvement ouvrier qu’il s’agit d’encadrer.

LE DÉVELOPPEMENT DES UP DANS LA FRANCE DU NORD-OUEST ET LEURS RÉALISATIONS

  • 29 E. Petit, Rapports sur l’Education populaire, Paris, Imprimerie nationale, tome 1896-1902, année 18 (...)
  • 30 Pour une étude précise du phénomène, voir la thèse de Lucien Mercier, Les Universités populaires en (...)

10Édouard Petit, dans son sixième rapport sur l’éducation populaire, signale : « Il est une forme d’éducation populaire qui, en 1899-1900, a joui d’une faveur particulière : l’extension universitaire s’est surtout appliquée à la fondation d’universités établies sur le modèle de la Coopération des Idées, la société du faubourg Saint-Antoine »29.Il met ainsi en évidence la création récente, mais très rapide de l’œuvre originale d’éducation du peuple des villes qu’est l’université populaire. Entre octobre 1899 et l’été 1914, plus de 220 universités populaires seront ainsi créées30 dont 38 à Paris, 31 en banlieue et 153 dans les départements. Il existe 15 universités populaires à la fin de l’année 1899 mais elles sont désormais 116 en 1900 et 124 en 1901, regroupant environ 50 000 adhérents.

Le modèle parisien

  • 31 Dick May, « Quelques réflexions sur les Universités populaires », La Revue Socialiste, no 193, janv (...)

11À l’origine du mouvement, on trouve l’initiative d’un pionnier, Georges Deherme qui fonde la première UP, la Coopération des Idées en 1899, action qui est ensuite reprise et développée par un groupe d’intellectuels, autour des figures marquantes de Gabriel Séailles, de Ferdinand Buisson, de nombreux autres enseignants des facultés parisiennes et d’Anatole France. Il s’agit souvent d’hommes proches de la Ligue de l’Enseignement, de la Ligue des Droits de l’Homme et qui partagent une même idéologie du progrès, héritée des principes de la Philosophie des Lumières et du positivisme d’Auguste Comte. On assiste alors, entre 1899 et 1901, à un foisonnement d’initiatives31 en vue de fonder des universités populaires.

  • 32 Voir L. Mercier, « Les Universités populaires (1899-1914) : Éducation populaire et mouvement ouvrie (...)
  • 33 M. Kownacki, Histoire de 12 ans : 1898-1910 : L’Université populaire ; La coopération des idées, Pa (...)

12- L’UP du Faubourg Saint-Antoine (la Coopération des Idées) peut être considérée comme la première réalisation concrète de ce type d’établissement. Au départ, en 1894, il s’agit d’un petit groupe fédéré par Georges Deherme32, ancien anarchiste et ouvrier typographe, converti à l’action réformiste, qui édite une feuille volante, transformée en février 1896 en une revue plus conséquente, La Coopération des idées. A partir du 23 avril 1898, un local, 19 rue Paul Bert, est ensuite loué au mois pour organiser des conférences destinées aux ouvriers du quartier (typographes, ouvriers d’art, sculpteurs, graveurs) ; il s’agit d’affirmer « la nécessité pour une démocratie de travailler à l’éducation sociale et de mettre à la portée de tous le meilleur du savoir et de l’idée »33 ; G. Deherme, dans le numéro de septembre 1898 de La Coopération des Idées, parle alors d’une université populaire naissante. L’inauguration des nouveaux locaux, au 157 de la rue du faubourg Saint-Antoine a lieu le 9 octobre 1899 en présence de nombreux universitaires de renom. Il s’agit d’y développer l’éducation mutuelle et un esprit de sincère amitié entre intellectuels et travailleurs manuels.

13Les créations se multiplient ensuite très rapidement à la fois dans la ville de Paris et dans sa banlieue. Apparaissent ainsi, entre autres, La Pensée Libre (Arcueil, Cachan), L’Éducation Mutuelle (Choisy le Roi), L’Étoile Bleue et la Vérité (Levallois Perret), Le Progrès Social (Les Lilas), l’Effort (Montrouge), Germinal (Nanterre), Le Foyer du Peuple (Saint-Maur) tandis qu’il y a seize créations dans Paris intra muros. Nous ne pouvons ici les suivre toutes mais simplement en évoquer quelques-unes.

  • 34 B. Caceres, Histoire de l’Éducation Populaire, Paris, le Seuil, 1964, p. 55.
  • 35 Revue Internationale de l’Enseignement, 1899, tome I, la fondation universitaire de Belleville, p.  (...)
  • 36 A.-E. Sayous, « La fondation universitaire de Belleville », Revue Universitaire, 1899, p. 358-359. (...)
  • 37 E. Lavisse, « Étudiants et ouvriers », Revue Internationale de l’Enseignement, tome 1901-1, p. 289- (...)

14- La Fondation universitaire de Belleville (XIXe arrondissement) est fondée à la fin de l’année 1898 (inauguration, le 5 novembre 1899) et porte longtemps la marque de la « haute société protestante »34, elle qui est animée jusqu’à sa disparition en 1909 par de nombreux universitaires de religion réformée dont André Sieglried et Jean Schlumberger. « Depuis longtemps, un groupe d’étudiants parisiens songe à créer dans un des quartiers les plus populeux de la capitale, une fondation universitaire, c’est à dire un cercle où, autour de jeunes gens qui habiteraient un certain temps au siège de l’association, se réuniraient, sans distinction d’opinion religieuse ou politique, des hommes désireux, par un contact presque quotidien avec les ouvriers, de travailler à leur éducation réciproque »35. Le modèle pris ici en référence est différent de celui de G. Deherme et s’inspire davantage du modèle anglais de Toynbee Hall, à Londres, où des étudiants viennent partager la vie et les douleurs du monde ouvrier de Whitechapel. Il s’agit de créer une sorte de foyer avec des salles de cours, mais aussi des chambres où les volontaires viennent passer un certain temps, pour mieux s’insérer dans le monde ouvrier. L’originalité de ce type de création, ce sont donc les résidents qui animent les soirées et organisent les cours36. La fondation de Belleville se développe ensuite rapidement ; elle déclare 255 membres en avril 1900 puis 773 dont 470 ouvriers en avril 1901. Le succès des cours et conférences ne peut cependant cacher l’échec des tentatives de logement dans le quartier ouvrier et le système des résidents est abandonné dès 1901. Les solidarités universitaires sont importantes vis à vis de cette UP et les liens assez étroits avec la Sorbonne. Ernest Lavisse accepte par exemple, le 9 mars 1901, d’organiser une grande conférence à l’université pour la Fondation, où il en appelle à la solidarité humaine et aux réformes sociales, insistant sur la pénible question de « la durée des heures de travail »37.

  • 38 L’Emancipation : UP du 15e arrondissement ; Statuts et allocution d’Anatole France, Paris, J. Allem (...)
  • 39 Cahiers de la Quinzaine, 15e cahier de la 3e série, 5 février 1900, Discours du 23 novembre 1899, p (...)

15- L’Émancipation (Université populaire du XVe arrondissement) est inaugurée le 23 novembre 1899 ; On retrouve parmi les membres fondateurs les noms de Maurice Bouchor et d’Anatole France ; c’est d’ailleurs ce dernier qui prononce le discours inaugural : « Nous voulons la vérité et nous vous invitons à la chercher avec nous ; unissez vos efforts aux nôtres pour la faire triompher des puissances mensongères qui cherchent à l’obscurcir ; venez à nous travailleurs, opprimés par la misère. Ensemble, dans un même élan de fraternité, nous étudierons les causes de vos souffrances ; ensemble nous chercherons les remèdes38 [...] C’est un groupe d’hommes qui se réunit pour penser en commun »39. L’article premier des statuts signale que l’UP a pour but de « développer l’enseignement supérieur du peuple, pour contribuer à l’éducation morale et sociale mutuelle des citoyens et pour lutter contre l’alcoolisme en créant en face du cabaret, un lieu de réunion où les travailleurs puissent venir, leur tâche terminée, s’instruire, se reposer et se distraire ». L’association déclare n’avoir aucun caractère politique et religieux. La cotisation annuelle est fixée à six francs.

  • 40 Universités populaires et extension universitaire, Revue internationale de l’Enseignement., tome 19 (...)

16- La Solidarité du XIIIe arrondissement tisse rapidement de très nombreux liens avec les enseignants de la Sorbonne au point que l’on parle parfois d’une « annexe de la Sorbonne ». Maurice Bouchor mais surtout Gustave Lanson, Henri Hauser et Paul Painlevé y ont un rôle important. C’est au cours de l’hiver 1899-1900 que sont organisés, au siège du syndicat des mécaniciens (rue Fontaine au Roi près de la place de la République), pour les syndiqués volontaires, les premières conférences et quelques cours du soir ; l’assistance reste cependant assez clairsemée ; le local est trop loin du lieu de travail et de logement des ouvriers. Les organisateurs décident alors de s’installer au cœur du XIIIe arrondissement ; Dick May, Ferdinand Buisson et Émile Duclaux recrutent plusieurs instituteurs et l’UP naît officiellement en février 1900. « Il était inutile de déranger chaque soir de braves gens épuisés par une longue journée de travail, si c’était simplement pour leur faire entendre des conférences d’apparat, sans suite, sans lien entre elles... il leur fallait un enseignement »40. L’équipe dirigeante décide alors de nommer des directeurs d’études de grand renom scientifique (Buisson, Vidal de la Blache, Seignobos, Faguet, Gide...) qui ont la mission d’organiser de façon cohérente l’enseignement puis de recruter de bons conférenciers.

  • 41 Cahiers de la Quinzaine ; 3e série, 10e cahier, 1902, p. 15-18.

17-L’Union Mouffetard (Ve arrondissement), située au cœur du quartier latin, a pour origine, une petite salle de lecture ouverte en février 1898 ; on y prend ensuite l’habitude d’organiser quelques conférences. Une trentaine d’ouvriers, d’employés et d’étudiants viennent y lire, discuter mais aussi jouer aux cartes et aux échecs. L’association est ensuite prise en main par les universitaires et les effectifs montent, en quelques semaines, à 70 membres. L’UP est alors inaugurée le 28 janvier 1900. Près de 150 personnes assistent régulièrement aux conférences pour 250 présents aux soirées musicales et théâtrales ; trois grandes conférences sont organisées par semaine, le mardi, le jeudi et le samedi. L’UP comprend une grande salle de causerie et une bibliothèque de 2 500 ouvrages. Très vite, les universitaires organisent un enseignement méthodique ; le lundi, François Simiand traite des questions économiques et professionnelles ; le mardi, A. Jardé consacre sa séquence à des sujets d’histoire politique de l’Europe contemporaine ; le mercredi, Léon Deshairs (licencié) aborde les questions liées à l’art ; le jeudi Louis Lapicque traite des sujets proches de la science physique et des sciences naturelles ; le vendredi, Gustave Lanson aborde les thèmes littéraires tandis que Frédéric Rauh, le samedi, parle des problèmes de la morale sociale, de la justice et de la solidarité. Le dimanche est réservé aux soirées littéraires et musicales41.

18La ville de Paris et sa banlieue apparaissent donc très vite comme l’un des lieux privilégiés de l’expérimentation des universités populaires. La densité des établissements d’enseignement supérieur, leur importance humaine permettent de disposer d’un important vivier d’animateurs alors que le poids de la population ouvrière et la variété intrinsèque de celle-ci dans la capitale fournissent sans problème des troupes populaires aux expériences tentées.

L’extension provinciale dans la France du Nord-Ouest

  • 42 E. Petit, Rapport sur l’éducation populaire en 1896-1897, Paris, Imprimerie Nationale, 1897, 66 p.
  • 43 Idem, Rapport sur l’éducation populaire, année 1897-1898, p. 14.
  • 44 Voir les rapports, Cahiers de la Quinzaine, 3e série, 20e cahier, p. 39-42 pour Le Cateau.
  • 45 Les Cahiers de l’animation, INEP, Le renouveau des universités populaires ; colloque de Mulhouse de (...)
  • 46 Archives départementales du Nord (ADN), M. 222/789.
  • 47 Revue Pédagogique, 1899, tome I, Les lectures populaires à Lille, p. 316-318.
  • 48 M. Bouchor, Les lectures populaires ; conseils pratiques, Paris, Hachette, 1898, 61 p. Voir aussi l (...)
  • 49 ADN, M. 222/795.
  • 50 ADN ; M 222/796, Université populaire de Lille (courriers divers, statuts).
  • 51 Voir par exemple l’article du journal Le Progrès du Nord des 3 et 4 janvier 1901 qui défend l’unive (...)
  • 52 Charles-Marie Debierre, est un fils de petits cultivateurs, né le 31 octobre 1853 à Ételfay dans la (...)
  • 53 BNF ; Microfiches 8-Z-16104 ; Université populaire de Lille ; Conférences au Grand Théâtre.
  • 54 Le Progrès du Nord du mardi 22 janvier 1901.
  • 55 Le Progrès du Nord du mardi 05 mars 1901.

19Le Nord-Ouest de la France apparaît très vite comme un second espace privilégié dans cette implantation. Édouard Petit, dans ses rapports annuels sur le développement de l’éducation populaire note ainsi très vite la force du mouvement dans la France du Nord. Pour l’année 1896-1897, il relève déjà la domination de quatre académies au niveau des conférences populaires42 : l’académie de Lille (5 départements et 14 684 conférences), celle de Dijon (5 départements et 7 641 conférences), celle de Nancy (3 départements et 9 255 conférences) alors que Paris, à elle seule, en comptabilise 13 766. En 1897-1898, il note43 ainsi que « l’académie de Lille prend la tête avec 3810 cours d’adultes et d’adolescents alors que Paris en possède 3385 ; elle est aussi très bien placée pour les conférences populaires (19 312) devant Paris avec 17661 ». La densité du tissu industriel et l’acuité de la question sociale mobilisent ici les énergies d’une partie des enseignants qui désirent participer activement à l’éducation du peuple. Les années 1900-1901 apparaissent particulièrement riches avec la création de nombreuses universités populaires. C’est ainsi que naissent les UP d’Amiens (Le Foyer du Peuple fondé le 15 février 1900), la Coopération des Idées de Rouen (fondée le 5 avril 1900 et qui possède 601 sociétaires en 1901), l’Université Populaire de Saint-Quentin (La Mutualité Intellectuelle, fondée le 18 juin 1900 qui donne chaque semaine une conférence suivie de lectures, d’interprétations musicales ou théâtrales), l’Union Intellectuelle de Reims (fondée le 7 juillet 1900), l’émancipation Intellectuelle d’Epernay (fondée en janvier 1901), l’Université Populaire de Beauvais, celle de Calais fondée en février 1900 (qui compte 70 membres en 1901, la classe ouvrière semblant ici bouder l’entreprise assez longtemps). Une université populaire voit aussi le jour à Le Cateau, en décembre 1900, mise sur pied par l’un des rédacteurs du journal Le Progrès du Nord et qui rassemble très vite de nombreux instituteurs, des médecins et des enseignants de collège. L’UP compte 281 adhésions en 1901 et organise des matinées littéraires mais aussi de nombreux cours du soir44. Laon possède également son université populaire (fondée le 23 décembre 1900), tout comme Armentières (La Solidarité, créée en novembre 1900). L’UP abbevilloise est par contre plus tardive et apparaît en 1903 à l’initiative d’Albert Thibaudet. La grande université populaire de la région reste cependant celle de Lille qui est la seule en France, à notre connaissance, à traverser le vingtième siècle sans discontinuité45. Dès janvier 1896 en fait, diverses démarches sont entreprises en vue de former une société des conférences populaires. Une lettre du maire de Lille au préfet du Nord, datée du 13 janvier 1896, soutient l’initiative et note : « J’ai l’honneur de vous transmettre ci-joint deux exemplaires des statuts de la société de conférences populaires de la ville de Lille qui ont été déposés à la mairie »46 ; le projet de statuts comprend seize articles ; l’article 2 fixe ainsi les objectifs de la société qui a pour but « d’organiser dans la ville des conférences populaires ; elle pourra encourager par des subventions ou des récompenses, les conférenciers ainsi que les élèves les plus assidus des cours d’adultes municipaux ». À partir de février 1899, une autre initiative se développe, lancée par un certain nombre de professeurs et d’étudiants qui organisent des conférences et des lectures pour l’instruction des ouvriers47 ; la municipalité prend les frais à sa charge et le rectorat prête certaines salles (école Montesquieu, EPS de garçons). Des veillées et lectures populaires48 sont ainsi organisées, un peu sur le modèle mis en place à l’Association Philotechnique de Paris au cours de l’hiver 1895-1896. Trois professeurs du lycée Faidherbe et trois enseignants de la faculté des Lettres (Chamard, Dautremer et Jouguet), aidés par quelques étudiants, réalisent des lectures accompagnées d’explications et de commentaires ; les scènes de comédie sont récitées à plusieurs voix et le tout est souvent coupé par un intermède de musique classique. Des conférences sont aussi mises sur pied qui durent une vingtaine de minutes et abordent des thèmes très concrets. Les docteurs Folet, Oui et Calmette présentent divers problèmes liés à l’hygiène ; d’autres enseignants de la faculté des Sciences ou de celle de Droit viennent parler des syndicats ouvriers en Angleterre ou de questions sociales. Le doyen Lefèvre (Lettres) traite quant à lui de l’éducation des enfants et de l’importance de la morale alors qu’E. Ardaillon et C. Petit-Dutaillis s’intéressent davantage aux questions historiques et géographiques. En décembre 1900, une nouvelle Société des Conférences et Lectures Populaires pour l’Instruction des Ouvriers apparaît. Toute discussion politique ou religieuse y est formellement interdite (article 3 des statuts). La demande d’autorisation de l’association, datée du 12 décembre, est signée par le docteur Oui qui joint au courrier la liste des membres fondateurs49 ; trente noms sont alors indiqués qui rassemblent de nombreux enseignants du supérieur et neuf étudiants. On y trouve par exemple, sept enseignants de la Faculté des Lettres de Lille (Ardaillon, Benoit, Chamard, Dufour, Lefèvre, Petit-Dutaillis et Sagnac) et six de la faculté de médecine-pharmacie ou de l’Institut Pasteur (Calmette, Charmeil, Folet, Lambling, Oui et un chef de laboratoire). Y sont aussi associés un enseignant de la faculté des Sciences (Padé) et plusieurs enseignants du secondaire. Le préfet donne alors son accord dans une lettre datée du 14 décembre 1900. C’est aussi en 1900 qu’apparaît l’Université populaire de Lille qui va peu à peu fédérer toutes ces initiatives. Un agrégé de l’Université, chef des travaux de physique à la faculté des Sciences, adresse au maire de Lille, le 21 décembre 1899, une lettre demandant l’autorisation de fondation de l’UP : « Nous avons l’honneur de solliciter de votre haute bienveillance l’approbation des statuts... de la société l’université populaire de Lille dont la création a été décidée par l’AG de l’Union française de la jeunesse de Lille »50. Le courrier est complété par une liste de trente membres fondateurs qui associent des universitaires, des avocats, quelques industriels et des ingénieurs. Un projet manuscrit des statuts est également joint à l’envoi : le premier article déclare : « Il est fondé à Lille, une société d’instruction et d’éducation populaires qui prend le nom d’université populaire de Lille et de la région du Nord » ; l’article 2 fixe l’enjeu de cette création : « La société a pour but de créer et d’entretenir des cours et conférences publics et gratuits à l’usage des adolescents et des adultes des deux sexes, de fonder des bibliothèques et des salles de lecture, un cabinet de consultations juridiques gratuites, des salles de récréation... elle s’efforce en outre d’aider et de grouper toutes les sociétés d’instruction et d’éducation populaire de la région du Nord » ; l’article 3 note que les matières enseignées dans les cours et conférences embrassent toutes les branches du savoir, « tout ce qui peut, à un titre quelconque, être utile au monde des travailleurs » ; les professeurs et conférenciers seront tous choisis parmi le personnel de l’enseignement public (article 4) et ne seront pas rétribués (art 5) ; les ressources de l’UP proviendront des cotisations, de souscriptions, de subventions publiques, de dons particuliers et des bénéfices des fêtes, spectacles et tombolas ; un membre fondateur doit verser 1 000 F ; un donateur verse 500 F ; le simple adhérent doit payer une cotisation de 1 F par an. Un conseil d’administration nommé pour trois ans, composé de vingt membres élus par l’assemblée générale des membres, dirige l’association ; « toute discussion politique ou religieuse est formellement interdite » (article 15) ; Pour l’heure, en décembre 1899, le bureau provisoire a nommé René Paillot, président de l’UP (chef des travaux de physique à la faculté des sciences) ; les vice-présidents sont Fernand Perot (avocat, délégué cantonal, directeur des cours de l’Union Française de la jeunesse) et Isidore Clarinval (licencié es Sciences, professeur à l’EPS de Lille). Le maire soutient l’opération et adresse une lettre au préfet le 29 janvier 1900 : « J’ai l’honneur de vous retourner la demande formulée par Monsieur Paillot, président de l’Union Française de la Jeunesse, dans le but de fonder à Lille, une société qui prendra pour titre l’université populaire de Lille. Cette société étant appelée à rendre de grands services à la cause de l’enseignement populaire, je suis d’avis qu’il y a lieu de l’autoriser à se constituer légalement ». Après de multiples tractations et une phase délicate de mise en place51, des cours sont organisés régulièrement à partir de janvier 1901. La première conférence inaugurale de l’Université Populaire de Lille a lieu au Grand Théâtre, le 20 janvier 1901. Charles Debierre52, professeur d’anatomie à la faculté de Médecine, président élu de l’association reçoit ce jour-là son collègue parisien Charles Richet pour une conférence sur la guerre et l’arbitrage international qui condamne le recours à la force et la diplomatie secrète, en appelant de ses vœux la création d’un tribunal international qui mette la guerre « hors la loi ». Dans son discours inaugural, C. Debierre définit la mission de l’UP, s’inspirant à l’évidence des préceptes de la Libre Pensée et de la philosophie positive : « Si nous voulons élargir les cerveaux, c’est que nous avons la conviction intime, profonde, pénétrante, qu’après le pain, ainsi que le disait Danton, le premier besoin des démocraties, c’est l’éducation. Elever ceux qui sont en bas, c’est préparer l’affranchissement du peuple et l’éclosion du progrès social ; élever ceux qui sont en bas, c’est ouvrir la route à la pensée libre et à l’émancipation morale et économique des hommes ; élever ceux qui sont en bas, c’est asseoir la République sur un roc inébranlable ; élever ceux qui sont en bas, c’est préparer le règne de la vérité et de la justice, en d’autres termes, c’est préparer le triomphe définitif de la Révolution sur l’esprit des ténèbres, sur les préjugés et les privilèges sociaux »53. Un intermède musical (Bach) permet de couper la cérémonie en deux parties ; les notables sont là, en particulier le recteur d’académie Margottet et l’adjoint au maire de Lille54, Delesalle ; « de frénétiques applaudissements ont fréquemment interrompu le conférencier ». A partir de cette date, l’université populaire lilloise, outre ses cours réguliers chaque semaine, donnés dans divers locaux de la ville (école rue Fabricy, maison du peuple de la rue Gambetta, coopérative de l’Union), organise chaque mois une grande conférence de prestige. Le 3 mars 1901, c’est Hector Depasse qui traite ainsi des conseils du travail, faisant l’apologie des médiations, moyen de rendre moins âpre la lutte entre prolétaires et capitalistes55. Là encore un concert et de « frénétiques applaudissements » sont relevés par le journaliste. Les Lillois prennent d’ailleurs l’habitude d’inviter de grands conférenciers parisiens pour animer ces séances mensuelles et l’Université populaire semble rapidement prospérer ; elle compte ainsi près de 1 500 inscrits à la fin de l’année 1901.

  • 56 L. Mercier, Les Universités populaires en France et le mouvement ouvrier, Paris I, Doctorat, 1979, (...)
  • 57 L. Mercier, « Les Universités populaires : 1899-1914 : Éducation populaire et mouvement ouvrier au (...)

20La France du Nord-Ouest apparaît donc bien comme l’un des principaux espaces qui voit se développer les universités populaires au tournant du siècle. Le vivier parisien est fondamental mais l’implantation provinciale des UP laisse apparaître de profondes inégalités spatiales qui mettent en avant la faible implantation de l’expérience dans les zones rurales de l’Ouest et du Centre alors que le Nord-Ouest apparaît fort dynamique (départements de la Somme, de l’Aisne, de la Seine Inférieure, de l’Eure, de l’Oise, de la Seine, de la Seine et Marne, de la Marne...). L’université populaire apparaît comme un phénomène urbain, mais il faut aussi à ce niveau tenir compte du contexte politique local. De grandes cités ouvrières comme Roubaix, Tourcoing ou Dunkerque n’ont pas d’UP et il est fort probable que l’influence forte du mouvement guesdiste dans ces zones ait joué un rôle important dans le rejet de l’expérience jugée « petite-bourgeoise »56. Il faut aussi tenir compte de la présence nombreuse ou dérisoire d’équipes enseignantes dynamiques, capables d’organiser les cours projetés. À ce niveau, les villes universitaires et celles possédant un lycée sont avantagées. Ainsi, l’université populaire est « un phénomène de grandes villes et de préfectures. Sur 60 villes de plus de 30 000 habitants au recensement de 1901, douze seulement n’auront pas d’université populaire »57.

Les cours réalisés et les activités proposées

  • 58 Revue Internationale de l’Enseignement, 1901, p. 422-426.
  • 59 J. Bardoux, La fondation Universitaire de belleville ; exercice 1900-1901, Le Musée Social, Mémoire (...)
  • 60 Revue Internationale de l’Enseignement, 1906, tome I, p. 464-466.
  • 61 J. Bardoux, « Étudiants et ouvriers anglais ; Origines et résultats du mouvement des University’s S (...)

21L’ensemble des universités populaires, dans la gestion quotidienne de leur activité, mettent en avant des thématiques assez semblables et témoignent de la prégnance d’une idéologie fortement marquée par le positivisme, le culte de la liberté et des principes hérités de la Philosophie des Lumières ; elles diffusent alors une idéologie réformatrice que l’on peut schématiquement qualifier de « gauche », avec la croyance en un progrès possible de l’Homme par l’acte éducatif. Les activités proposées sont bien évidemment centrées autour de séances de cours et l’organisation de conférences régulières qui doivent former moralement et scientifiquement le peuple des villes. La Solidarité des Travailleurs (XIIIe arrondissement) a ainsi recours aux grandes figures de la Sorbonne pour diriger les enseignements ; Seignobos (histoire), Vidal de la Blache (géographie), Faguet (littérature), Buisson (philosophie), Duclaux et Le Dantec (sciences), Gide (économie et sociologie) sont ainsi déclarés directeurs d’études ; ils ont pour mission d’organiser l’enseignement dans leur spécialité, de fixer les thèmes retenus et de recruter des conférenciers ou de préparer eux-mêmes le travail. De février à octobre 1900, sept conférences sont ainsi ouvertes ; l’histoire de la morale (philosophie) compte neuf séances que dirige F. Buisson en personne ; G. Monod, E. Faguet, aidés par d’autres collègues, organisent neuf séquences de littérature française ; les cours de sciences physiques et naturelles, sur l’homme dans la nature, comportent dix-huit leçons (Duclaux et Le Dantec) tandis que les cours d’économie politique, de droit public et de sociologie, réalisés par Charles Gide, n’ont encore que trois séances ; l’histoire de France, assurée par Seignobos qui reçoit l’aide d’étudiants avancés et d’H. Hauser (professeur à Clermont) monopolise dix-sept séquences alors que la géographie ne compte que sept leçons réalisées par Vidal de la Blache et ses étudiants. Les cours d’hygiène prennent une place importante avec vingt-et-une leçons dirigées par le docteur Poirrier ; les auditeurs à ces cours réguliers sont 137 en moyenne aux cours de morale mais les effectifs varient entre 45 (hygiène) et 102 personnes (littérature française). En outre, quatorze conférences extraordinaires (le samedi) et des soirées dramatiques ou musicales (le dimanche), sont organisées qui rassemblent en moyenne 188 auditeurs. À la rentrée d’octobre 1900, le programme des cours est ensuite enrichi avec l’apparition d’un cours de l’histoire du peuple de France par H. Hauser qui comporte dix-neuf leçons pour une moyenne indiquée de 65 auditeurs et un cours sur le rôle des grands écrivains dans la formation des idées morales et sociales du temps présent, réalisé par G. Lanson en huit leçons (moyenne de 40 auditeurs58). À l’Université populaire de Belleville, les types d’activités sont les mêmes ; la bibliothèque populaire semble jouer un rôle plus important avec en 1899-1900, 1091 prêts réalisés puis 1928 en 1901-1902. Pour l’année 1900-1901, soixante-dix-neuf conférences générales sont réalisées ; le groupe d’études philosophiques peut écouter trente-cinq leçons (psychologie des foules, la volonté, le problème de l’inconscient...) ; le groupe d’études littéraires est par contre en crise, « apprécié par une très faible minorité » d’auditeurs. Le groupe des études scientifiques travaille sur l’électricité et le téléphone alors que le groupe d’études économiques, sous la direction d’A. Siegfried, organise trente-quatre leçons (la grève, la question ouvrière, les accidents du travail...). Les études historiques quant à elles ont vingt-et-une leçons mais peu d’auditeurs (6 à 25) ; les groupes d’études hygiéniques (créés en mars 1901 : 11 conférences) et d’études artistiques n’ont eux aussi qu’un auditoire restreint59. Une caisse d’aide mutuelle et un cabinet gratuit de consultations juridiques et médicales remportent davantage de succès. L’UP déclare ainsi en début d’année 1906 : « Nos soirées sont consacrées à trois ordres d’occupations : enseignement pratique, enseignement théorique et distractions »60 alors que le secrétaire signale sept groupes d’enseignement théorique, dirigés par un directeur d’études et un secrétaire ouvrier désigné parmi les auditeurs assidus (philosophie, médecine, diplomatique, économie, littérature, histoire, arts). L’enseignement pratique comprend des conseils de médecine pratique, des cours d’économie ménagère, de sténographie mais aussi d’anglais. La fondation possède toujours une bibliothèque qui comporte désormais près de 3 500 volumes. Des soirées théâtrales, mais aussi musicales et dansantes sont aussi organisées le dimanche. Le modèle anglais des University’s Settlements et du célèbre Toynbee Hall, ouvert en 1884 pour former « des chrétiens en même temps que des citoyens »61 est cependant abandonné au bout de deux ans, faute de volontaires. On se souvient que dans ce modèle anglais, des résidents devaient venir vivre dans le quartier, s’insérant physiquement, par le logement, dans la réalité du milieu ouvrier local.

  • 62 D. May, La Revue Socialiste, no 193, janvier 1901, p. 44-45.
  • 63 L. Mercier, Les Universités populaires, op. cit., p. 147 et suivantes.

22La Coopération des Idées du faubourg Saint-Antoine a, elle aussi, un programme de cours très chargé et très ambitieux. D’octobre 1899 à février 1900, elle donne ainsi plus de cent-trente conférences62 ; le rythme s’accélère encore de février 1900 à janvier 1901, avec souvent deux conférences par soir. Le programme du mois de décembre 1899 montre ici l’étendue des thèmes abordés, mais aussi leur aspect souvent très théorique : la structure sociale de la Russie ; le calcul des probabilités ; Saint-Simon et Enfantin, Rudyard Kipling ; Histoire de la Révolution de 1789, la valeur morale de l’éducation laïque ; comment les idées se transforment ? ; La constitution de la matière ; Les méthodes inductives en sociologie ; Le musicien allemand ; Les corporations ouvrières ; l’alcool ; L’internationale et Varlin sous la Commune ; La conférence de la paix ; Le pape Léon XIII. Là encore, l’UP ne s’affirme pas uniquement par des cours et des conférences, mais met aussi en place un service social63 avec un plan de lutte antialcoolique, une assistance médicale, juridique et parfois financière. L’UP signale aussi sa volonté de développer un « droit aux loisirs » pour le peuple et organise des sorties, des visites de musées, des compétitions sportives. La Coopération des Idées, à partir de mai 1900, peut ainsi proposer un court séjour dans une maison près de Paimpol qui peut recevoir six personnes ; les projets sont aussi nombreux de création d’écoles de vacances en plein air ou d’organisation de crèches pour les enfants et de groupes de jeunesses.

  • 64 Voir l’annonce faite par Progrès du Nord du mardi 15 janvier 1901.
  • 65 BNF, Microfiche 8-Z-1604, Université populaire de Lille ; conférences au grand théâtre, 29 décembre (...)
  • 66 Voir les conférences dans Université populaire de Mlle : 1900-1905, Lille, Progrès du Nord, 1903, 1 (...)
  • 67 Université Populaire de Lille ; Conférence de Gabriel Séailles, 8 novembre 1903.
  • 68 G. Lefevre dit, Causeries pédagogiques, Paris, Delagrave, 1907, 261 p.
  • 69 Le Progrès du Nord des 16, puis 17 novembre l913.

23À Lille, un plan général des cours est mis sur pied par l’Université Populaire en janvier 1901 qui comprend plusieurs types de séances ; les cours d’astronomie et de géologie générale ont lieu le mercredi soir (Picart, professeur de Sciences) ; le cours de géographie, réalisé par A. de Saint-Léger est fixé au vendredi soir ; les cours d’histoire moderne (Sagnac) sont fixés au mercredi soir ; Médéric Dufour réalise un cours complet de littérature sur les grands écrivains des XVIIIe et XIXe siècles ; M. de Montluc (conseiller à la cour d’appel de Douai), associé à plusieurs avocats se charge des cours de législation sociale (le conseil des prud’hommes, les lois ouvrières) ; les cours d’économie politique (les syndicats, les accidents du travail...) sont réalisés par un juge de paix tandis que ceux d’hygiène le sont par le docteur Marmier de l’Institut Pasteur ; Le doyen Lefèvre (Lettres) prend en charge les cours d’éducation morale et son collègue François Benoit tente d’éduquer les auditeurs à l’art, organisant de régulières visites au musée des Beaux-Arts. Des cours plus scientifiques existent aussi, confiés à C. Debierre (histoire de l’évolution), à M. Paillot (cours de mécanique appliquée) et à un autre enseignant (physique générale) ; des cours plus pratiques à l’usage des tailleurs (dessin, tracés sur des modèles...) et des cours de dessin sont également créés. C’est donc pour cette année fondatrice quatorze cours qui sont ouverts de façon régulière64. L’UP lilloise, comme ses consoeurs parisiennes, organise aussi de nombreuses conférences de prestige qui semblent fortement suivies par une élite populaire mais aussi par la bourgeoisie cultivée. Le 5 mai 1901, Charles Gide, professeur d’économie sociale à Paris, traite ainsi de la solidarité ; le 29 décembre 1901, Ferdinand Buisson en personne vient parler des universités populaires et de la question sociale et déclare : « À l’université populaire, nous ne sommes pas des neutres ; nous sommes franchement laïques et anticléricaux..., en un mot nous sommes des éveilleurs de réflexion, des semeurs de doute ; je veux dire que nous admettons toutes les opinions à se rencontrer chez nous, dans une libre et franche contradiction..., ne laisser accepter à chacun d’autre vérité que celle là qu’il aura reconnu telle après une étude personnelle, méthodique et approfondie »65. Pour lui, les universités populaires ne sont en rien des syndicats « jaunes » mais bien au contraire des « écoles de justice sociale ». Georges Lefèvre prêche quant à lui, le 2 mars 1902, pour le développement de l’éducation des femmes66 alors que Gabriel Séailles vient ensuite faire une conférence sur la morale du travail67. Des causeries pédagogiques sont aussi régulièrement données dans les écoles de quartier qui choisissent des thèmes liés à l’éducation. Le docteur Oui présente ainsi un cours sur la puériculture qui traite de la mortalité des petits enfants, s’efforçant de donner aux auditeurs et surtout aux auditrices des conseils pratiques sur la conservation du lait, la stérilisation, ou les « dangers du sevrage prématuré »68 ; le docteur Lambling donne plusieurs conférences sur les aliments ou sur la ration alimentaire, défendant les régimes mixtes qui associent végétaux et viandes, faisant l’éloge du pot au feu qui permet de réaliser un vrai repas nutritif, et évite les pertes, le « bouilli et le bouillon » étant consommés. D’autres causeries sont plus théoriques comme celle qu’anime Henri Chamard sur les intérêts nombreux de l’explication française à l’école. Philippe Sagnac et Charles Petit-Dutaillis expliquent la méthode historique et les enjeux de l’enseignement de la discipline dans les classes primaires ; Georges Lefèvre, quant à lui, à l’origine de ce regroupement de conférences, tente de convaincre les maîtres et les parents de l’importance fondamentale de la morale. À la veille de la première guerre mondiale, cette organisation duale en cours et conférences existe toujours et le public, après une période un peu plus délicate, semble apprécier l’œuvre poursuivie. Le 16 novembre 1913 par exemple, le sénateur Debierre traite du développement de l’intelligence chez l’enfant et « un concert théâtre » suit son exposé où deux comédies originales sont jouées69 ; le 28 janvier 1914, l’inspecteur général Édouard Petit vient parler des bienfaits des cures de plein air pour les écoliers.

24Les activités mises en place par les Universités populaires sont donc nombreuses dans la France du Nord-Ouest et consacrent cette volonté réelle des intellectuels d’aller à la rencontre du peuple des villes ; cette rencontre, si elle peut prendre l’aspect d’un échange informel, de causeries ou de services sociaux, se matérialise cependant essentiellement par l’ouverture de conférences et de cours. Une nouvelle fois est réaffirmée l’idée d’un savoir libérateur qui permet à l’homme d’engager, de façon individuelle, sa marche vers le progrès.

LA DÉLIQUESCENCE DES UNIVERSITÉS POPULAIRES ET SES CAUSES

25Les contemporains, intéressés par le mouvement des Universités populaires ou hostiles à cette tentative d’éducation postscolaire, notent cependant tous, dès 1904 environ, la crise très grave que rencontrent les UP qui disparaissent souvent assez rapidement. Si elles sont 116 en 1900 et 124 en 1901, il n’en reste plus que 85 pour toute la France en 1913-1914. Cette hémorragie peut en fait s’expliquer par des causes à la fois internes et externes qui, souvent dès le départ, affaiblissent durablement les Universités populaires.

Une limite sociale et un problème financier : quel peuple des villes à l’Université populaire ?

  • 70 L’Émancipation ; Université populaire du 15e arrondissement; Statuts, allocution d’Anatole France, (...)
  • 71 B. Caceres, Histoire de l’Éducation Populaire, op ; cit., p. 58.
  • 72 J. Bardoux, La fondation Universitaire de Belleville ; exercice 1900-1901, Le Musée Social, Mémoire (...)
  • 73 Préface de Charles Guieysse, Cahiers de la Quinzaine, 3e série, 20e cahier, les universités départe (...)

26Il est bien évident, et la lecture des programmes proposés aux auditeurs le confirme, que l’expérience des UP s’adresse essentiellement à une mince frange du peuple des villes, à une élite ouvrière et qu’elle laisse de côté la masse des travailleurs de force et des manouvriers sans qualification spécifique. La liste des membres fondateurs de l’université populaire du XVe arrondissement (L’Émancipation), inaugurée le 21 novembre 1899, comporte 53 noms ; à côté d’enseignants nombreux (agrégés, licenciés, enseignants du supérieur ou du secondaire), on trouve bien des adhérents qualifiés d’« ouvriers » mais il s’agit en fait d’un boucher, d’employés de commerce, d’un tailleur de pierre, de peintres, de menuisiers, d’un tourneur sur métaux. Au 25 mars 1900, l’Émancipation déclare 64 membres fondateurs et 350 participants dont 239 ouvriers, 52 professeurs et étudiants, 50 employés de commerce, 23 employés d’administration et quelques cheminots70. À Epernay, l’idée de création d’une UP revient à des ouvriers typographes de la ville, appartenant à la Fédération des Travailleurs du Livre ; ils bénéficient ensuite du soutien de l’inspecteur d’académie et de nombreux enseignants71. La Fondation universitaire de Belleville relève, d’après son secrétaire, 353 adhérents en 1899-1900 dont beaucoup d’employés (61), de décorateurs et sculpteurs (53), d’ouvriers d’art (39), d’ouvriers sur métaux (38), sur cuir (37), 18 typographes, 13 boulangers, 12 tailleurs. J. Bardoux en 1900-1901, note 154 nouvelles adhésions qu’il classe de la manière suivante : 29 employés, 28 décorateurs sculpteurs (doreurs, graveurs, peintres décorateurs...), 12 ouvriers d’art (bijoutiers, ciseleurs, ébénistes...) et 21 ouvriers sur métaux72. Il s’agit donc le plus souvent d’une élite ouvrière, très proche de l’artisanat et qui possède une culture technique, un savoir-faire certain dans un domaine très précis, souvent lié à l’art. Nous ne retrouvons donc pas le peuple des fabriques, des courées lilloises ou des quartiers ouvriers qui font la une des journaux par leur misère et leur violence. La préface de Charles Guieysse, secrétaire de la Fédération des Universités populaires, dans le numéro spécial des Cahiers de la Quinzaine consacré aux universités populaires de province relève d’ailleurs le problème : « Dans beaucoup d’universités populaires de province, on se plaint que les ouvriers ne viennent point ou ne viennent plus beaucoup ; ils fuiront définitivement les universités populaires si l’on y parle paix, union, amour au lieu d’y parler émancipation et justice »73. L’expérience des UP ne concerne donc finalement qu’une élite professionnelle, proche des compagnons d’atelier, et non la foule des manœuvres et des ouvriers de fabrique.

  • 74 Cité par M. Pelisson, « Les Universités populaires », dans Revue Pédagogique, 1903, tome II, p. 575

27Les universités populaires souffrent aussi très vite de problèmes financiers souvent insolubles, à partir du moment où la bourgeoisie libérale, rassurée sur le sort du régime républicain, après les fièvres de l’Affaire Dreyfus, coupe progressivement les vivres aux UP, jugées moins nécessaires. L’Université de Belleville connaît à partir de 1901-1902, une situation délicate à ce niveau ; cette année-là, le déficit est de 3800 francs ; c’est essentiellement la location du local qui grève le budget, associé au nécessaire achat de livres pour la bibliothèque. Les solutions sont peu nombreuses : un spectacle est monté qui doit permettre de récolter des fonds ; on devient plus strict dans le paiement des cotisations ; une buvette « antialcoolique » permet de récolter 500 francs. La situation est souvent la même dans la plupart des universités populaires ; certes, leurs statuts d’association ne leur interdit pas de recevoir des subventions de l’État ou des communes, mais peu acceptent de faire la démarche par peur de perdre leur indépendance. La mairie peut par contre prêter le local ou indemniser les conférenciers venant de l’extérieur. L’UP vit donc le plus souvent de ses recettes propres qui viennent de libéralités de notables, de rentrées d’argent liées aux fêtes, aux soirées théâtrales. L’essentiel provient cependant du paiement des cotisations par les adhérents ; celles-ci tournent le plus souvent autour de 0,50 francs par mois. Édouard Dujardin, secrétaire-adjoint de la Société des Universités Populaires estime74 qu’une UP sur Paris a besoin pour vivre d’un budget variant entre 2000 et 4000 francs, selon l’importance de son local, du prix du loyer. Pour un budget minimum de 2000 F, il faut donc une moyenne de 300 à 350 cotisants par mois, ce qui est loin d’être évident. Il est de plus difficile de réclamer le paiement des cotisations à des familles assez pauvres et l’argent rentre mal. L’organisation de matinées littéraires, de spectacles payants ou la création d’une coopérative de consommation qui réalise de petites marges sur ses ventes sont alors des solutions pratiquées, mais souvent insuffisantes.

Les initiatives universitaires et leur inadéquation à la demande populaire

  • 75 Les Cahiers de la Quinzaine, second semestre 1904, 20e cahier, 5e série, Le congrès des Universités (...)
  • 76 Ch. Guieysse, « Les universités départementales », dans Cahiers de la Quinzaine, 3e série, 20e cahi (...)
  • 77 Le Réveil Syndical, no 19, septembre 1900.
  • 78 F. Delaisi, « Ouvriers et boursiers d’études », dans Pages Libres, no 181, 18 juin 1904, p. 492-497
  • 79 Idem, p. 496.
  • 80 D. May, La Revue Socialiste, no 194, février 1901, p. 181.
  • 81 G. Dodu, Guide pratique de l’éducateur populaire, Paris, Librairie d’éducation nationale, 1901, 54  (...)
  • 82 H. Gilbault, Conférences populaires : Guide pratique à l’usage des conférenciers, Bibliothèque d’éd (...)

28Lors du congrès des Universités Populaires, tenu à Paris, les 22 et 23 mai 1904, les dirigeants du mouvement font un bilan des expériences acquises et tentent de mettre à plat les difficultés rencontrées. Le rapport de la première commission, chargée d’examiner l’organisation générale des UP note alors : « L’union qui devait s’établir, par la création des UP, entre ceux que l’on a appelés les intellectuels et les manuels, ne s’est point réalisée. Pourquoi ? D’abord, à Paris et dans les grands centres, un grand nombre d’organisations attirent les travailleurs : les syndicats, les coopératives, les cours professionnels, les groupes politiques qui s’adressent à leurs intérêts immédiats, sollicitent leur attention ; d’autre part, les partis qui avaient intérêt à entraver le progrès des UP ont exploité, contre les intellectuels, cette lutte sourde qui divise les classes prolétarienne et bourgeoise [...] Il est une autre cause à cet échec. Les intellectuels, habitués à un auditoire que son instruction a préparé à les comprendre, se sont élevés peut-être un peu trop haut dans leurs conférences ; ils n’ont pas trouvé le langage qui convenait à des auditeurs mal préparés ; ces derniers se sont crus traités en écoliers et n’ont pas persévéré »75. Dès 1901, Charles Guieysse insistait d’ailleurs sur cet aspect des choses : « Dans un très grand nombre d’universités populaires, la question de l’enseignement n’a pas été considérée comme une question à résoudre, mais comme une question résolue ; l’on ne s’est pas demandé comment il convenait d’enseigner les ouvriers [...] On n’enseigne pas des ouvriers qui finissent tard leur travail comme on enseigne des jeunes gens obligés de venir en classe ; on ne conférencie pas devant un auditoire d’ouvriers comme devant un auditoire de petits bourgeois constamment à la recherche de distractions et d’amusement à bon marché »76. L’enseignement proposé apparaît beaucoup trop théorique, exigeant des auditeurs une culture qu’ils n’ont pas et une capacité d’écoute qu’ils n’ont plus après une très longue journée de travail ; les cours et conférences sont aussi trop souvent juxtaposés sans réel plan d’ensemble ni objectif final. Le Foyer du Peuple (UP d’Amiens) propose ainsi de février à avril 1900, un programme pour le moins hétéroclite77 qui regroupe des cours sur : la déclaration des droits de l’homme, Voltaire, l’utilité de la houille, les trusts et monopoles aux USA, l’astronomie populaire, la découverte de l’imprimerie, l’enseignement populaire en Angleterre. Les programmes sont aussi très souvent marqués par une nette domination des thèmes littéraires, historiques et philosophiques alors que l’ouvrier réclame des cours sur les droits du travailleur, sur l’hygiène, le mouvement syndical. En 1904, dans un article publié dans Pages Libres, Francis Delaisi attaque violemment cette hypocrisie intellectuelle : « Les universités populaires que j’ai vues se former autour de moi sont tombées ou ne tiennent plus debout que par un miracle d’équilibre [...] Pourquoi ? parce que l’offre et la demande n’étaient pas de même nature. Que demandait l’ouvrier ? La connaissance précise et pratique de la société où il peine. Que lui a offert l’universitaire ? La connaissance des métaphysiques, des littératures, des arts du passé : en somme une distraction de riches, une culture d’oisifs. Comme d’ordinaire, le peuple demandait du pain, comme d’habitude on lui a offert de la brioche »78. L’auteur continue ensuite son récit, en insistant sur le choc de l’affaire Dreyfus qui fait sortir les intellectuels de leurs laboratoires, « indignés par la trahison de la bourgeoisie dirigeante », mais non sans une grande naïveté. Ces savants n’expliquent pas la mécanique sociale, les rouages et le fonctionnement de la société ou la place de l’ouvrier dans la nation ; « On lui par la philosophie, poésie morale, théâtre ancien et moderne musique... On lui expliqua les conditions d’une métaphysique nouvelle... On lui révéla les grâces mièvres de Botticelli ». L’ouvrier n’a que faire des théories littéraires de Stendhal ou de l’histoire des Etrusques. Il fait alors le récit d’un cours auquel il assiste en compagnie d’un ami menuisier : le professeur expliquait Sophocle. Il relevait avec un grand soin toutes les expressions obscures ou incorrectes, comparait entre elles les leçons des divers manuscrits et chaque fois qu’il rencontrait une forme grammaticale insolite, il exposait, avec une érudition précise, toutes les formes analogues qu’on rencontre en sanscrit, en grec, en latin, en gaélique et en haut allemand... C’est donc ça, me dit-il, les gens instruits ? Des bourgeois occupés à s’amuser d’une façon intelligente... Crois-tu qu’un forgeron qui a battu le fer pendant dix heures ait encore assez de ressort moral pour s’offrir le luxe des « jouissances » de l’esprit critique. Toutes ces sciences-là, vois-tu, c’est bon pour des bourgeois riches qui n’ont rien à faire qu’à lire des livres, aller au théâtre ou dans les expositions de peinture et en causer ensuite aux belles dames..., j’ai entendu au Louvre, un conférencier présenter en ces termes une œuvre de Giotto à des ouvriers : « Les attitudes ont encore une certaine raideur hiératique, vous y apercevez facilement des traces de byzantinisme..., mon voisin, ouvrait des yeux énormes ; mais vraiment non, il ne voyait pas le byzantinisme »79. Dick May, en 1901 définissant l’université populaire comme « une maison d’enseignement libre et d’étude volontaire dont les programmes, toujours dressés en commun, doivent être appliqués sur toute chose à l’éducation mutuelle des citoyens adultes »80, insistait déjà sur la nécessité pour elle d’avoir un programme rigoureusement construit et sur l’importance du choix concerté des thèmes. Des manuels de pédagogie sont même élaborés et c’est ainsi qu’en 1901 Gaston Dodu réalise un Guide pratique de l’éducateur populaire81 qui insiste sur ces réalités. « Il importe que rien ne soit laissé au hasard..., le cours ne les retiendra qu’à condition d’être approprié à leurs besoins » ; il est nécessaire de discuter avec les ouvriers des thèmes retenus ; les universitaires doivent ne pas dominer les conférences car les instituteurs et les enseignants du secondaire sont souvent plus proches de leur auditoire et peuvent mieux réaliser cette union désirée entre les travailleurs de force et les travailleurs de la pensée. Henri Gilbault, inspecteur d’académie (Aude), édite un Guide pratique à l’usage des conférenciers populaires82 qui reprend les mêmes remarques : nécessité de fixer un programme précis en concertation avec les ouvriers et d’utiliser des moyens dynamiques (projections, chansons). Les termes utilisés doivent être simples car il faut plus songer à éduquer qu’à instruire. Ces conseils salutaires eurent cependant bien du mal à s’inscrire dans la réalité quotidienne des cours mis en place dans les universités populaires.

Les critiques politiques

  • 83 L. Delpon de Vissec, « La crise des universités populaires », dans La Revue bleue, revue politique (...)
  • 84 Voir le compte-rendu qu’en fait la Revue Internationale de l’Enseignement, 1907, tome II, p. 443-44 (...)
  • 85 Les Cahiers de la Quinzaine, second semestre 1904, 20e cahier, 5e série, Le congrès des Universités (...)
  • 86 Ch. Guieysse, « Les universités populaires et les syndicats », Pages Libres, no 181, 18 juin 1904, (...)
  • 87 E. Petit, Rapport sur l’Education Populaire ; année 1908-1909, p. 26.

29En 1904, un long article paraît dans la Revue Bleue qui s’intéresse à la crise des universités populaires. « Après l’enthousiasme des débuts, elles se virent assaillies de critiques et plusieurs durent disparaître »83. Le journaliste décrit alors l’état latent de crise financière des UP, mais aussi la profonde crise pédagogique, née de l’inadéquation entre la réalité de la vie du travailleur, usé par dix heures de travail et l’intellectuel théoricien du soir. Il insiste cependant aussi sur la néfaste politisation des UP parlant même de « la faute très grave que beaucoup ont commise de se mêler à la politique militante », en violation souvent de leurs engagements premiers de neutralité nécessaire. « Seules sont destinées à réussir en France les œuvres indépendantes de tout parti ». L’élément bourgeois doit aussi s’abstenir de tout esprit de direction au sein de l’UP et apprendre à l’élément ouvrier à se diriger lui-même. « La bourgeoisie comprendra-t-elle qu’en favorisant les œuvres d’éducation populaire, elle travaille à ses propres intérêts qui sont plutôt dans le rapprochement que dans la lutte des classes ? ». René Hubert, futur professeur de philosophie à la faculté des Lettres de Lille, écrit, quant à lui, en 1907, dans la Revue de l’enseignement post-scolaire84, un article sur le devenir des universités populaires, recherchant en fait les causes de la grave crise qu’elles traversent ; « Les universités populaires traversent actuellement une crise d’autant plus grave que... personne, parmi ceux à même de le faire, ne se préoccupe plus guère de les sauver [...]. La plupart semblent simplement achever de mourir ». Les auditeurs sont devenus très peu nombreux et la « crise est intense ». Des causes internes expliquent ce rapide déclin qui peuvent être schématiquement regroupées en deux thèmes. Les énergies et les bonnes volontés des intellectuels, le « dévouement des apôtres » se sont peu à peu érodés au fil des années tandis qu’on se rendait compte chaque jour davantage du fossé culturel entre l’auditoire populaire et les élites enseignantes ; les programmes étaient aussi trop théoriques et trop ambitieux, la conférence magistrale n’étant pas le moyen pédagogique idéal pour captiver les foules ouvrières. Mais il existe aussi une cause extérieure qui explique cette crise, en liaison avec l’évolution politique générale du pays, affirme R. Hubert. Les idées généreuses et le contexte très particulier nés de l’affaire Dreyfus se sont estompés ; « l’heure héroïque » est passée et les choses ont changé ; la bourgeoisie éclairée a souvent rallié le camp conservateur, une fois le danger écarté. Les universités populaires, voulant s’émanciper de la tutelle bourgeoise des intellectuels, ont fini par déplaire et la bourgeoisie a « coupé les vivres ». D’un autre côté, le mouvement ouvrier s’est aussi fortement affirmé et les socialistes-collectivistes prônant la lutte des classes sont devenus plus populaires. Ils n’ont rien fait pour aider les UP, bien au contraire. Il semble bien en fait que les universités populaires aient eu beaucoup de mal à se positionner dans le champ politique français, s’attirant finalement de nombreuses critiques. Les milieux conservateurs y voient, dès le départ, une œuvre néfaste, animée par le socialisme, la franc-maçonnerie et les milieux anticléricaux pour détruire l’équilibre social et politique. La bourgeoisie libérale, elle-même, après avoir été longtemps actrice de l’expérience, finit par se retirer du jeu, n’acceptant pas les velléités d’autonomie des auditeurs ouvriers. Les acteurs du mouvement eux-mêmes sont conscients des difficultés : « Des camarades émettent l’opinion que les universités populaires, créées par les bourgeois ne peuvent être d’une grande utilité ; les UP doivent être ouvrières ou ne pas être ; d’autres ne partagent pas cet avis et croient, qu’en certains points, ouvriers et bourgeois peuvent faire une action commune, les bourgeois apportant les ressources financières et les ouvriers le concours actif »85 ; Charles Guieysse, secrétaire général de la Fédération des UP notait déjà en 1904 le tiraillement des universités populaires : « Elles sont entraînées dans trois directions principales : elles tendent [...] soit vers la philanthropie soit vers le socialisme démocratique soit vers le socialisme ouvrier et révolutionnaire »86 ; tout est fonction de l’influence réciproque des camps en présence et du contexte politique local. Beaucoup d’UP lui apparaissent trop timorées et trop prudentes lorsqu’elles craignent de se mêler de politique et évitent les questions actuelles ; cette neutralité dégénère alors en apathie et les ouvriers préfèrent quitter une structure jugée trop bourgeoise. Édouard Petit est alors obligé de noter dans son rapport sur l’éducation populaire en 1908-1909 : « Les universités populaires périclitent à Paris. Leur clientèle diminue. Le rapprochement qui s’était opéré sous la pression d’événements politiques, entre travailleurs manuels et intellectuels, se dénoue peu à peu [...| L’idéal si généreux et si humain, de fraternelle concorde [...] recule à l’horizon »87.

  • 88 Alain, Propos sur l’Éducation, Paris, PUF, 1976, p. 214 et suivantes.
  • 89 Le Musée Social, Année 1907, mémoires et documents, J. Bardoux, L’Université populaire en France et (...)
  • 90 Le Progrès du Nord du 31 décembre 1901.
  • 91 Université populaire de Lille ; Conférence du 15 février 1903 par M. Chauvin, député de Seine et Ma (...)
  • 92 M. Turmann, L’Éducation populaire ; les œuvres complémentaires de l’École en 1900, Paris, Lecoffre, (...)

30Les Universités populaires apparaissent très vite, au-delà des affirmations théoriques de neutralité, comme des centres de diffusion d’une philosophie rationaliste et anticléricale, ce qui ne peut qu’entraîner l’opposition des milieux à la fois conservateurs et catholiques. Le Philosophe Alain, lorsqu’il fait le récit de sa participation à l’Université populaire en Bretagne se souvient : « Notre équipe s’était transportée, sur l’appel de l’instituteur, dans ce creux de campagne ; un peuple était assemblé sous l’immense toit du marché ; je leur parlais comme à des amis. Et de quoi ? Simplement de ceci que le diable n’existe pas ; je leur prouvais par le raisonnement et par l’expérience [...] afin de lutter contre les peurs ancestrales transmises par la religion »88 ; Lorsque Jacques Bardoux réalise sa grande conférence au Musée Social, le 15 janvier 1907, il compare longuement les universités populaires anglaises et françaises. Les University Settlements sont pour lui des « foyers d’esprit civique et religieux » alors qu’en France l’esprit laïc domine ; « au civisme religieux s’oppose l’idéalisme intellectuel des UP parisiennes »89. La Conférence à Lille de Ferdinand Buisson le 29 décembre 1901 sur l’université populaire et son rôle social, est un long et vibrant appel à la libre pensée et au travail personnel de la raison90. La conférence lilloise du 15 février 1903 sur la République et l’Église laisse peu de doutes sur la philosophie dominante au sein de l’institution : « Orientons ainsi notre raison, sacrifions-nous, si vous voulez, à cette divinité qui, elle, n’a pas de basilique mais qui a fait la Révolution et qui s’appelle la Justice. Honorant la Justice, nous démolirons d’abord dans notre cœur la religion idolâtre…, notre libre pensée, développant en nous tout ce qu’il y a de véritablement humain, nous laissera... dans la pleine lumière de la raison triomphante... Nous démolirons les bastilles de l’Eglise politique et de l’Église dogmatique, et sur la vaste plaine devenue libre, et sous le grand ciel, nous laisserons la raison humaine construire le bel édifice où la justice et le droit seront les maîtres »91. Il n’est pas étonnant alors de retrouver le milieu catholique dans le combat contre les universités populaires qui lui apparaissent comme des citadelles de l’anticléricalisme et de la franc-maçonnerie, même si les milieux proches du catholicisme social voient dans l’expérience une dynamique intéressante. Max Turmann dans son ouvrage sur l’Éducation populaire, les œuvres complémentaires de l’école, paru en 1900, dénonce ainsi l’esprit sectaire de l’œuvre d’État et s’en prend en particulier aux rapports annuels d’Édouard Petit ; l’œuvre postscolaire publique lui apparaît comme des réalisations « dues à la maçonnique ligue de l’enseignement tandis que l’on traite les institutions chrétiennes en ennemies »92 ; les universités populaires, sous des proclamations théoriques de neutralité, sont des armes de guerre contre la religion. Le camp catholique s’empresse d’ailleurs de créer ses propres instituts populaires, dès 1901, où l’on retrouve l’influence de Marc Sangnier et du Sillon, mais aussi l’œuvre des cercles catholiques ouvriers s’inspirant des idées d’A. de Mun et de La Tour du Pin. Le congrès des cercles catholiques ouvriers qui se tient à Paris, les 6 et 7 juillet 1901 regroupe déjà une trentaine d’instituts populaires. La condamnation pontificale décidée par Pie X en août 1910, au nom de la non intervention dans le champ politique, devait cependant ralentir fortement le mouvement.

31Les universités populaires semblent ainsi tiraillées entre une volonté certaine d’engagement politique au service de la cause ouvrière et leur désir de garder le contact avec les milieux bourgeois qui l’animent. Deux « incidents » survenus à la Coopération des Idées illustrent cette situation délicate. La Coopération des Idées décide en effet, en novembre 1899, d’inviter deux conférenciers socialistes. Eugène Fournière traite de la propriété sociale et Charles Prolès, rédacteur à la Petite République vient présenter la Commune de 1871. Les réactions sont alors très hostiles dans l’opinion et c’est un véritable tollé dans les milieux bourgeois et libéraux, qui attaquent cette citadelle du « collectivisme ». Mais l’année suivante, lorsque G. Deherme invite l’abbé Charles Denis, directeur des Annales de philosophie chrétienne à faire deux conférences sur le Christ et son influence sociale, les réactions de l’auditoire sont très hostiles. La première causerie le 8 octobre se passe sans trop de problème même si la présence d’un prêtre en soutane sur l’estrade choque de nombreux ouvriers. La mobilisation contre la seconde séance, fixée au 23 octobre, est par contre très forte. Les paroles de Deherme, qui réaffirment le droit de chacun à formuler sa pensée, ne sont pas écoutées ; le tumulte, les sifflets, les insultes pleuvent et l’abbé doit s’éclipser rapidement.

  • 93 La Revue Socialiste, no 191, novembre 1900.
  • 94 Une exception à cette hostilité farouche des guesdistes envers les UP : le cas de Lille où le maire (...)
  • 95 La Petite République du 6 mars 1900.
  • 96 Le Socialiste du 11 mars 1900.
  • 97 Le Temps du 12 avril 1900.
  • 98 La Coopération des idées, 27 avril 1901.
  • 99 E. Bure, « Les Universités populaires le mouvement ouvrier », dans Le Mouvement Socialiste, no 77, (...)

32En fait, à l’hostilité des milieux catholiques et conservateurs, s’associe très vite, à l’autre extrémité du champ politique, la condamnation sans partage des universités populaires par les forces socialistes les plus radicales. Si les militants proches de Jaurès voient dans les UP une expérience intéressante, les autres courants du mouvement socialiste français, à l’époque très divisé, lui sont beaucoup plus hostiles. Au congrès des étudiants socialistes, réuni à Paris, du 20 au 22 septembre 1900, la question de la création d’UP socialistes est posée ; Jaurès semble assez opposé à cette entreprise et demande aux militants d’entrer dans les UP déjà existantes. La déclaration finale tente alors de concilier les positions : « Partout où une UP se formera, socialiste ou non, il est du devoir des étudiants socialistes d’y entrer... Partout où les ouvriers membres des UP seront assez conscients, il y a intérêt à ce que l’UP soit une université socialiste ; partout où une UP sera créée dans un but hostile au socialisme, il y a intérêt et devoir de la combattre »93 Le plus urgent est alors pour les socialistes d’infiltrer les universités populaires existantes. Le Parti Ouvrier Français de Jules Guesde94, les vaillantistes également, sont par contre très opposés aux universités populaires qui sont des machines illusoires et dangereuses, des outils de récupération au service de la bourgeoisie, destinés à désamorcer les conflits sociaux et à saper le mouvement ouvrier et l’esprit de classe. P. Lafargue, dans un article publié le 11 mars 1900 dans l’hebdomadaire Le Socialiste, attaque ainsi Jaurès et Allemane qui ont accepté de participer à l’inauguration de l’université populaire Le Réveil, y réaffirmant le pouvoir émancipateur de la science et condamnant l’hostilité radicale des socialistes collectivistes95. Lafargue en profite alors pour dénoncer les vaines prétentions des intellectuels qui pensent pouvoir guider le peuple. Coupés du réel et de la vie quotidienne des masses laborieuses, ils ne connaissent rien à la question sociale. Il dénie alors à « un philosophe de cabinet » (Anatole France) la capacité à cerner les enjeux du combat social. L’université populaire est une chimère, destinée à détourner l’ouvrier de la vraie science libératrice qu’est le socialisme scientifique inspiré de Marx. « Ce mouvement est un essai de captation intellectuelle de la classe ouvrière et une tentative pour donner à l’idéologie bourgeoise une nouvelle prise sur le cerveau ouvrier »96. Jules Guesde, quelques jours plus tard, répondant à un journaliste (Le Temps) enfonce le clou : « Les universités populaires ont autant d’importance que l’œuvre des petits teigneux. C’est avec de pareilles inventions qu’on amuse le peuple »97. Lors du 29e congrès de la Fédération du Nord du Parti Ouvrier Français qui se tient à Douai, le 17 avril 1901, sous la présidence de J. Guesde, les Universités populaires sont alors définies comme des « officines politiques désertées par le prolétariat »98 ; Emile Buré, dans Le Mouvement Socialiste en 1902 insiste lui aussi sur les « liens factices »99 qui reliaient les petits bourgeois apeurés par l’agitation née de l’affaire Dreyfus et le monde ouvrier. Une réelle université populaire doit être un organisme contrôlé et géré par la classe ouvrière, proche des syndicats et des coopératives populaires. Le socialisme est basé sur la lutte des classes et sur le primat de l’économie ; l’essentiel, c’est le combat quotidien pour l’amélioration de la condition ouvrière.

  • 100 L. Mercier, « Les Universités populaires (1899-1914) : Éducation populaire et mouvement ouvrier au (...)
  • 101 Voir l’ouvrage paru depuis le colloque et coordonné par A. Lottin, L’Université Populaire de Lille, (...)

33Le déclin des universités populaires est donc net dès 1904. Si l’on en compte 124 en 1901, il n’en reste plus que 85, pour toute la France, en 1913-1914 (une vingtaine seulement réellement dynamiques). Les adhérents peuvent être estimés à 10 000 adhérents en 1910 contre 50 000 en 1901. Le déclin des effectifs est d’ailleurs accompagné d’un ralentissement considérable des activités. L’ouverture des cours est réduite, comme à Rouen où l’on passe progressivement à une période de fermeture allant de juin à début novembre (juillet à septembre au départ) alors que le nombre des conférences proposées diminue. Elles sont au nombre de 28 en 1903, de 19 en 1905 puis ne sont plus que 13 en 1907. Les tensions internes, liées aux soucis financiers et à l’inadaptation pédagogique des offres d’enseignement par rapport à la demande ouvrière, sont contemporaines d’une modification de l’environnement socio-politique. Le réflexe dreyfusard s’estompe et la République bourgeoise apparaît davantage enracinée ; le climat social se modifie progressivement avec l’affirmation d’un mouvement socialiste plus dynamique et le développement de l’agitation sociale qui détourne le milieu ouvrier des UP, fondamentalement réformistes. A ce niveau, le syndicat apparaît plus efficace. En fin de compte, l’histoire des universités populaires de la Belle Époque témoigne des difficultés de la rencontre entre deux mondes, celui du peuple des villes et celui des élites intellectuelles, mondes aux cultures et aux préoccupations quotidiennes très éloignées les unes des autres. « Quelle orientation pour l’Université populaire : instrument de lutte de classes ou de fusion des classes ? Les difficultés naîtront de la divergence des réponses. Née du soutien bourgeois et de l’adhésion ouvrière, du « frottement de la jaquette et du bourgeron », elle ne peut satisfaire, à la fois deux groupes sociaux aux intérêts divergents... L’alliance d’intellectuels et de militants ouvriers pose à l’université populaire un problème insoluble : la recherche d’une identité »100. Le relatif échec des UP entre 1899 et 1914, doit cependant être nuancé car les universités populaires, même éphémères, participent à une expérience sociale de grande ampleur qui met en avant l’idée d’une formation postscolaire nécessaire. Ce « goût d’inachevé », ne doit pas cacher les réalisations nombreuses et la richesse des rencontres entre élites populaires et élites enseignantes que permirent les universités populaires101. Les potentialités découvertes devaient ressurgir plus tard, sous le Front Populaire puis dans le second vingtième siècle avec l’affirmation du droit à l’éducation permanente, « tout au long de la vie ».

Notes

1 Voir le discours de Charles Bayet à la Société Havraise d’Éducation Populaire ; 17 avril 1897, dans Revue Pédagogique, tome 1898, p. 433-441. « Voici ces enfants pour lesquels la France a fait tant de sacrifices. Elle les a instruits, elle a cherché à former leur caractère, à faire pénétrer dans leurs âmes l’amour du bien, l’amour du travail, l’amour du pays... Et puis ? La période scolaire se termine, la porte se ferme, les voilà abandonnés à leur bon ou à leur mauvais sort... Dans nos villes, la rue les attend, les guette... C’est le kiosque à journaux avec ses publications malsaines... c’est le cabaret avec ses lumières... l’œuvre de l’École... serait vaine si nous laissons nos enfants s’égarer et se perdre dans cette dangereuse avenue qui s’étend de la fin de l’âge scolaire à l’âge de la majorité ».

2 Voir : Éducation permanente, Regards sur l’histoire de la formation des adultes, no 62-63, mars 1982, article de Noël Terrot, « À propos de la rencontre entre ouvriers et intellectuels : les universités populaires », p. 81-95 ; J. E. S Hayward, « The cooperative origins, rise and collapse of the Universités populaires », dans Archives internationales de sociologie de la coopération, janvier-juin 1961, no 9, p. 3-17 ; B. Caceres, Histoire de l’Éducation Populaire, Paris, Le Seuil, 1964, 256 p. ; L. Mercier, « Les Universités populaires : 1899-1914 : Éducation populaire et mouvement ouvrier au début du siècle », Le Mouvement Social, Paris, novembre 1986, 188 p.

3 Voir J. Verger dir, Histoire des Universités en France, Toulouse, Privat, 1986, 432 p. et Ch. Charle, La République des Universitaires (1870-1940), Paris, Le Seuil, 1994, 506 p.

4 J. Michelet, Le Peuple, Paris, Braudard et Taupin, réédition, 1987, p. 8.

5 BNF, Microfiches 8-Z-16104, Université Populaire de Lille : conférences au Grand Théâtre.

6 J.-M. Mayeur, F. Bédarida et A. Prost, Histoire du peuple français, tome IV : De la IIIe République à la IVe République, (1875-1947), Paris, Nouvelle Librairie de France, 1989, 668 p.

7 L. Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du XIXe siècle, Paris, Pluriel, 1978, 726 p.

8 J. Michelet, Le Peuple.. op. cit., p. 24.

9 Gabriel Séailles est né le 27 juin 1852 à Paris ; il est le fils d’un docteur en médecine ; brillant élève, il passe par l’ENS, réussit l’agrégation de philosophie (premier en 1874) puis devient docteur en 1884. Professeur en lycée (1875-1886), il entre ensuite dans l’enseignement supérieur et devient professeur d’histoire de la philosophie en Sorbonne (1898-1917). Membre fondateur de la Ligue des Droits de l’Homme, libre-penseur, ardent dreyfusard, il fut sympathisant du parti socialiste.

10 G. Séailles, « Les Universités Populaires : Paris-Banlieue, 1900-1901 », Cahiers de la Quinzaine, 3e série, 10e cahier, 27 février 1902, p. 5 et 6.

11 G. Séailles, Éducation ou Révolution, Paris, Armand Colin, 1904, p. VII.

12 F. Benoit, « L’Enseignement de l’histoire de l’art et l’institut d’histoire de l’art de l’université de Lille », dans Revue Internationale de l’Enseignement, tome 1901-1, p. 526-539.

13 Annales de l’Université de Lille ; rapport du doyen Angellier sur l’année 1898-1899, p. 100-101.

14 A. Gilles, « L’éducation populaire en 1897-1898 », dans Revue Pédagogique, 1899, tome I, p. 44-55.

15 Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, Rapport sur l’organisation et la situation de l’enseignement primaire public en France ; Paris, Imp. Nat., 1900, p. 551 et suivantes.

16 Voir H. Boiraud, Les Instituteurs et l’évolution des cours d’adultes au XIXe siècle, Education Permanente, Regards sur l’histoire de la formation des adultes, no 62-63, mars 1982, p. 29 et suivantes.

17 E. Petit, « L’Éducation Populaire en 1910-1911 », Revue Pédagogique, 1911, tome I, p. 142-153 et 373-390.

18 Voir E. Petit, « Rapport adressé au Ministre de l’Instruction Publique, des Beaux-Arts et des Cultes : cours d’adolescents et d’adultes : les œuvres complémentaires de l’École et l’Éducation populaire en 1895-1896 », Revue Pédagogique, tome 1896, p. 102-123, 222-235, 394-402 et 506-519 ; Voir ensuite ses rapports annuels sur l’œuvre d’éducation populaire entre 1896 et 1914 ; E. Petit, De l’École à la Cité : Étude sur l’éducation populaire ; Paris, Alcan, 1910, 283 p. ; E. Petit, Autour de l’Education Populaire, Paris, Librairie d’éducation de la jeunesse, 334 p. ; Voir aussi, le second congrès international de l’Éducation Populaire (Sorbonne, 1er au 4 octobre 1908, 2000 congressistes), Revue Pédagogique, 1908, tome II, p. 419-442.

19 Lucien Mercier, Les Universités populaires en France et le mouvement ouvrier (1899-1914), Paris I, 1979, Thèse de 3e Cycle, p. 38 et suivantes sur le choc de l’Affaire Dreyfus.

20 Dick May, « Quelques réflexions sur les UP » ; La Revue Socialiste, no 193 et 194, janvier-février 1901, p. 32-49 et 165-184.

21 M. Reberioux, préface à l’ouvrage de L. Mercier, « Les Universités populaires (1899-1914) : Education populaire et mouvement ouvrier au début du siècle », Le Mouvement Social, novembre 1986, p. 8-9.

22 Voir L. Dintzer, « Le mouvement des universités populaires », Le Mouvement Social, avril-juin 1961, p. 3-17.

23 Bulletin des Universités Populaires., no 1, rapport à l’assemblée générale constitutive du 28 février 1900, p. 6.

24 M. Pellisson, « Les Universités populaires », Revue Pédagogique, 1903, tome II, p. 559-578.

25 Alain, Propos sur l’Education, Paris, PUF, 1976, 16e édition, p. 9.

26 G. Séailles, « Les Universités populaires : 1900-1901 », Cahiers de la Quinzaine, 3e série, 10e cahier, p. 7, puis 11.

27 G. Séailles, « L’Université Populaire », Revue Internationale de l’Enseignement, tome 1900, tome II, p. 127-131.

28 G. Séailles, Éducation ou Révolution, Paris, Armand-Colin, 1904, p. 121.

29 E. Petit, Rapports sur l’Education populaire, Paris, Imprimerie nationale, tome 1896-1902, année 1899-1900, p. 28-30.

30 Pour une étude précise du phénomène, voir la thèse de Lucien Mercier, Les Universités populaires en France et le mouvement ouvrier : 1899-1914, Paris I, Doctorat de troisième cycle, 1979.

31 Dick May, « Quelques réflexions sur les Universités populaires », La Revue Socialiste, no 193, janvier 1901, p. 32-49 et no 194, p. 165-184.

32 Voir L. Mercier, « Les Universités populaires (1899-1914) : Éducation populaire et mouvement ouvrier au début du siècle », Le Mouvement Social, novembre 1986, chapitre I : « aux origines du mouvement : la coopération des idées, une initiative libérale », p. 15 et suivantes.

33 M. Kownacki, Histoire de 12 ans : 1898-1910 : L’Université populaire ; La coopération des idées, Paris, 1910, 32 p.

34 B. Caceres, Histoire de l’Éducation Populaire, Paris, le Seuil, 1964, p. 55.

35 Revue Internationale de l’Enseignement, 1899, tome I, la fondation universitaire de Belleville, p. 518-519.

36 A.-E. Sayous, « La fondation universitaire de Belleville », Revue Universitaire, 1899, p. 358-359. Voir aussi Revue Internationale de l’Enseignement, tome 1900, p. 426.

37 E. Lavisse, « Étudiants et ouvriers », Revue Internationale de l’Enseignement, tome 1901-1, p. 289-293.

38 L’Emancipation : UP du 15e arrondissement ; Statuts et allocution d’Anatole France, Paris, J. Allemane, 1900, 35 p.

39 Cahiers de la Quinzaine, 15e cahier de la 3e série, 5 février 1900, Discours du 23 novembre 1899, p. 9-14.

40 Universités populaires et extension universitaire, Revue internationale de l’Enseignement., tome 1901-1, p. 422-433.

41 Cahiers de la Quinzaine ; 3e série, 10e cahier, 1902, p. 15-18.

42 E. Petit, Rapport sur l’éducation populaire en 1896-1897, Paris, Imprimerie Nationale, 1897, 66 p.

43 Idem, Rapport sur l’éducation populaire, année 1897-1898, p. 14.

44 Voir les rapports, Cahiers de la Quinzaine, 3e série, 20e cahier, p. 39-42 pour Le Cateau.

45 Les Cahiers de l’animation, INEP, Le renouveau des universités populaires ; colloque de Mulhouse des 6 et 7 mai 1983, octobre 1983, 101 p.

46 Archives départementales du Nord (ADN), M. 222/789.

47 Revue Pédagogique, 1899, tome I, Les lectures populaires à Lille, p. 316-318.

48 M. Bouchor, Les lectures populaires ; conseils pratiques, Paris, Hachette, 1898, 61 p. Voir aussi l’article du même auteur, Les lectures et conférences populaires dans les départements, Revue Pédagogique, 1899, t. 2, p. 385-398.

49 ADN, M. 222/795.

50 ADN ; M 222/796, Université populaire de Lille (courriers divers, statuts).

51 Voir par exemple l’article du journal Le Progrès du Nord des 3 et 4 janvier 1901 qui défend l’université populaire fortement attaquée pat les milieux conservateurs et en particulier par le journal La Depêche ; l’UP est une « puissante organisation d’émancipation sociale où le peuple viendra s’instruire et se distraire ».

52 Charles-Marie Debierre, est un fils de petits cultivateurs, né le 31 octobre 1853 à Ételfay dans la Somme. Docteur en médecine en 1877, médecin militaire, il est reçu à l’agrégation en 1883 puis devient professeur d’anatomie à la faculté de médecine de Lille en 1888. Chef du parti radical-socialiste dans le Nord, premier adjoint au maire de Lille de 1896 à 1908, il est élu sénateur en mars 1911 puis réélu en janvier 1920 et janvier 1927. Un temps président du parti radical-socialiste, il fut aussi président du conseil du Grand Orient de France. Il fut le fondateur de la loge maçonnique « La Lumière du Nord ». Membre de l’Académie de Médecine, il décède le 8 mars 1932. On lui doit de nombreux ouvrages médicaux dont : Manuel d’embryologie humaine et comparée, les maladies infectieuses, traité élémentaire d’anatomie de l’Homme, le crâne des criminels, Atlas d’ostéologie, le cerveau et la moelle épinière.

53 BNF ; Microfiches 8-Z-16104 ; Université populaire de Lille ; Conférences au Grand Théâtre.

54 Le Progrès du Nord du mardi 22 janvier 1901.

55 Le Progrès du Nord du mardi 05 mars 1901.

56 L. Mercier, Les Universités populaires en France et le mouvement ouvrier, Paris I, Doctorat, 1979, p. 143 et suivantes.

57 L. Mercier, « Les Universités populaires : 1899-1914 : Éducation populaire et mouvement ouvrier au début du siècle », Le Mouvement Social, novembre 1986, p. 59 et suivantes.

58 Revue Internationale de l’Enseignement, 1901, p. 422-426.

59 J. Bardoux, La fondation Universitaire de belleville ; exercice 1900-1901, Le Musée Social, Mémoires et documents, 1902, p. 473 et suivantes.

60 Revue Internationale de l’Enseignement, 1906, tome I, p. 464-466.

61 J. Bardoux, « Étudiants et ouvriers anglais ; Origines et résultats du mouvement des University’s Settlements », bulletin de la société industrielle de Mulhouse, 1902, 24 p.

62 D. May, La Revue Socialiste, no 193, janvier 1901, p. 44-45.

63 L. Mercier, Les Universités populaires, op. cit., p. 147 et suivantes.

64 Voir l’annonce faite par Progrès du Nord du mardi 15 janvier 1901.

65 BNF, Microfiche 8-Z-1604, Université populaire de Lille ; conférences au grand théâtre, 29 décembre 1901.

66 Voir les conférences dans Université populaire de Mlle : 1900-1905, Lille, Progrès du Nord, 1903, 144 p.

67 Université Populaire de Lille ; Conférence de Gabriel Séailles, 8 novembre 1903.

68 G. Lefevre dit, Causeries pédagogiques, Paris, Delagrave, 1907, 261 p.

69 Le Progrès du Nord des 16, puis 17 novembre l913.

70 L’Émancipation ; Université populaire du 15e arrondissement; Statuts, allocution d’Anatole France, Paris, Imprimerie J. Allemane, 1900, 35 p.

71 B. Caceres, Histoire de l’Éducation Populaire, op ; cit., p. 58.

72 J. Bardoux, La fondation Universitaire de Belleville ; exercice 1900-1901, Le Musée Social, Mémoires et documents, 1902, p. 473 et suivantes.

73 Préface de Charles Guieysse, Cahiers de la Quinzaine, 3e série, 20e cahier, les universités départementales, p. 3.

74 Cité par M. Pelisson, « Les Universités populaires », dans Revue Pédagogique, 1903, tome II, p. 575.

75 Les Cahiers de la Quinzaine, second semestre 1904, 20e cahier, 5e série, Le congrès des Universités populaires, mai 1904, textes et documents, p. 40.

76 Ch. Guieysse, « Les universités départementales », dans Cahiers de la Quinzaine, 3e série, 20e cahier, préface.

77 Le Réveil Syndical, no 19, septembre 1900.

78 F. Delaisi, « Ouvriers et boursiers d’études », dans Pages Libres, no 181, 18 juin 1904, p. 492-497.

79 Idem, p. 496.

80 D. May, La Revue Socialiste, no 194, février 1901, p. 181.

81 G. Dodu, Guide pratique de l’éducateur populaire, Paris, Librairie d’éducation nationale, 1901, 54 p.

82 H. Gilbault, Conférences populaires : Guide pratique à l’usage des conférenciers, Bibliothèque d’éducation, Paris, 1904, préface d’E. Petit.

83 L. Delpon de Vissec, « La crise des universités populaires », dans La Revue bleue, revue politique et littéraire, 23 janvier 1904, p. 138-145.

84 Voir le compte-rendu qu’en fait la Revue Internationale de l’Enseignement, 1907, tome II, p. 443-445 et l’article en lui-même dans la Revue de l’Enseignement post-scolaire, Union Française de la Jeunesse, no 3, avril-mai 1907, Où en sont les Universités Populaires ?, p. 52 et suivantes.

85 Les Cahiers de la Quinzaine, second semestre 1904, 20e cahier, 5e série, Le congrès des Universités populaires, mai 1904, textes et documents, p. 36.

86 Ch. Guieysse, « Les universités populaires et les syndicats », Pages Libres, no 181, 18 juin 1904, p. 481-490.

87 E. Petit, Rapport sur l’Education Populaire ; année 1908-1909, p. 26.

88 Alain, Propos sur l’Éducation, Paris, PUF, 1976, p. 214 et suivantes.

89 Le Musée Social, Année 1907, mémoires et documents, J. Bardoux, L’Université populaire en France et en Angleterre, p. 37-64.

90 Le Progrès du Nord du 31 décembre 1901.

91 Université populaire de Lille ; Conférence du 15 février 1903 par M. Chauvin, député de Seine et Marne.

92 M. Turmann, L’Éducation populaire ; les œuvres complémentaires de l’École en 1900, Paris, Lecoffre, 1900, 246 p.

93 La Revue Socialiste, no 191, novembre 1900.

94 Une exception à cette hostilité farouche des guesdistes envers les UP : le cas de Lille où le maire collectiviste Gustave Delory, nous l’avons vu, soutient personnellement l’initiative dès son élection en 1896.

95 La Petite République du 6 mars 1900.

96 Le Socialiste du 11 mars 1900.

97 Le Temps du 12 avril 1900.

98 La Coopération des idées, 27 avril 1901.

99 E. Bure, « Les Universités populaires le mouvement ouvrier », dans Le Mouvement Socialiste, no 77, février 1902, p. 214-218.

100 L. Mercier, « Les Universités populaires (1899-1914) : Éducation populaire et mouvement ouvrier au début du siècle », Le Mouvement Social, novembre 1986, p. 87.

101 Voir l’ouvrage paru depuis le colloque et coordonné par A. Lottin, L’Université Populaire de Lille, Un siècle d’histoire (1900-2000), Lille, La Voix du Nord, 2001, 175 p.

Auteur

CRHEN-O- Lille 3 - Chargé de recherches au Service d’Histoire de l’Éducation

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540