Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume I

 | 
Philippe Guignet

« Le peuple des villes existe, nous l’avons rencontré »

Bilan d’un premier temps fort de réflexions collectives

Philippe Guignet

Texte intégral

Nous remercions les collègues qui ont accepté la présidence des séquences successives de ce colloque : Jean-Pierre Gutton (Lyon 2), René Plessix (Société d’histoire des petites villes), Claude Bruneel (UC Louvain), Jean Quéniart (Rennes 2), Claude Petitfrère (Tours), Alain Desreumaux (IFRESI, Lille), Christine Lamarre (Dijon).

1Au nom des enseignants-chercheurs et des chercheurs du CRHEN-O, et plus particulièrement de l’équipe « Espaces et cultures de la ville », j’ai eu le plaisir et l’honneur d’accueillir les congressistes pour la seconde phase du colloque sur Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-ouest de la fin du Moyen Age à 1945. Nous avons au cours de cinq demi-journées écouté vingt-neuf communications présentées par des enseignants-chercheurs confirmés comme par de jeunes chercheurs engagés dans la préparation d’une thèse. Comme l’année précédente, les universitaires lillois quoique nombreux, puisque quatorze d’entre eux sont intervenus, ont formé à peine la moitié des communications. Les collègues venus d’Arras, Tours, Orléans, Nantes, Lyon et Dijon ont apporté le fruit de leurs travaux au creuset de réflexion que nous avions ouvert. Il est réconfortant de noter que les universités de Besançon, Grenoble et Genève où l’histoire urbaine a toujours été à l’honneur ont fourni cette fois des propositions d’interventions. Les universités de Rouen, Paris-Sorbonne et Louvain ont été également présentes par le truchement de communications ou de présidences de séances. En vérité, c’est le large écho recueilli par l’appel à contributions lancé il y a maintenant trois ans qui nous a incité à dédoubler un colloque prévu initialement uniquement en l’an 2000.

2La richesse de l’offre de communications est le signe non seulement de la reconnaissance de la capacité organisationnelle d’équipes lilloises que l’on sait rompues à l’exercice, mais plus profondément de la préoccupation partagée par beaucoup de procéder à un rééquilibrage de la recherche en histoire sociale urbaine. Il paraît opportun d’orienter le projecteur vers les milieux urbains qui ne détiennent pas, ou bien odieusement, l’avoir, le pouvoir et le savoir. En novembre 2000, nous nous étions attaché à mieux cerner la composition, les hiérarchies et les modes de vie. Cette année, les formes de solidarité, les conflits, voire les embrasements sociaux, ainsi que les représentations ont été davantage au cœur des réflexions. Mais avant les communications, il me revient de présenter un bilan des acquis majeurs des exposés présentés de novembre 2000.

3Notre rencontre scientifique a su faire confluer les réflexions épistémologiques et les études solidement ancrées dans une documentation riche et bien maîtrisée. Les intervenants se sont efforcés de varier les angles de vue afin de cerner un objet difficile à cerner. Le sociologue Alain Persin n’était guère engageant quant à l’aptitude de l’histoire sociale à appréhender les milieux populaires. N’a-t-il pas écrit que le peuple était « une évidence introuvable », ne pouvant se comprendre que comme la résultante d’un processus de mythification ? Les intervenants, sans nier les chausse-trappes des classifications ou des stratifications sociales, nous ont semblé tentés de dire comme le faisait André Frossart à propos de Dieu : le peuple existe, nous l’avons rencontré.

4Les discussions épistémologiques agitant le petit monde des spécialistes de l’histoire sociale ne pouvaient que trouver, lors de ce colloque, une nouvelle occasion de se confronter dans un débat fécond. C’est ainsi qu’une tendance historiographique se réclamant du qualitatif se montre aujourd’hui réfractaire aux approches macro-structurelles qui prétendent contribuer à une histoire globale ou totale de la réalité sociale. Deux types de questionnements des méthodes classiquement mises en œuvre ont donc très logiquement été développés dans les communications et plus encore dans les discussions. Certains historiens de la jeune génération considèrent qu’il n’est pas inutile, mais secondaire de s’interroger sur les délimitations sociales. Les catégories sociales des historiens sont des « opérateurs politiques ». Il faut tenir le plus grand compte du jeu des acteurs dans les représentations qu’ils défendent. Les définitions sociales sont des enjeux qui ne sont pas que symboliques dans le jeu des forces sociales en tension. D’autres historiens comme M. Ruggiu, sans nier l’apport des études sérielles, souhaitent réhabiliter l’échelle d’observation individuelle et lignagère. Valoriser le classement socio-professionnel lui paraît discutable, car on risque de réduire l’individu à une de ses particularités il est vrai fondamentale, le travail, en occultant les comportements de la vie privée, les visions du monde comme les pratiques de consommation. M. Ruggiu mesure certes le risque qu’il y aurait à faire de la lignée un acteur collectif qui serait de son point de vue aussi discutable que les catégories socio-professionnelles englobantes à propos desquelles il émet des critiques. Il demande cependant instamment que par le biais des biographies familiales, le suivi longitudinal des parcours individuels, aujourd’hui si prisé lorsqu’il s’agit de la noblesse, des élites bourgeoises ou des milieux ruraux, soit mis en œuvre pour les milieux artisanaux et plus particulièrement les dynasties professionnelles inscrites au sein des communautés de métier.

5Ce débat qui enflamma par instants nos discussions prouve à quel point les contributions furent loin de se borner à une description positiviste des réalités du monde populaire au travers de quelques séries-clefs. L’ambiguïté des dénominations sociales fut sans barguigner intériorisée par la plupart des intervenants. J. Pontet dès la première communication consacrée aux tonneliers bordelais au XVIIIe siècle convia à se défier du piège des mots : derrière une même dénomination, des réalités sociales très diverses se profilent. C. Petitfrère a rappelé qu’il y avait deux mots latins pour désigner le peuple : populus et plebs. Dans une ville comme Dijon, C. Lamarre a montré que l’on ne conçoit pas de la même manière le peuple en 1630 lors de l’émeute des Lanturelus et en 1775 lors de l’émeute dijonnaise qui ouvre la guerre des farines. Les représentations dotées fondamentalement d’une grande plasticité sont assurément une composante importante d’une définition plurielle des milieux populaires et les débats de cette année ont permis d’approfondir la connaissance de ces représentations.

6Si nous nous en tenons ici dans un premier temps à la question essentielle de la délimitation et de la stratification des grands ensembles sociaux tels que nous les avons traités en novembre 2000, il nous faut rappeler que les communicants avaient le choix entre une définition large des milieux populaires, celle que E. Le Roy-Ladurie adopte dans l’Histoire de la France urbaine et celle plus restrictive à laquelle dans un livre qui fait autorité sur Le Peuple de Paris au XVIIIe siècle, Daniel Roche se réfère en s’en tenant aux « seules classes laborieuses salariées ». À l’évidence les contributions présentées au colloque lillois ont préféré élargir les classes populaires aux groupes sociaux de l’échoppe et de la boutique. Cela posé, existent entre les élites et le petit peuple des catégories intermédiaires assez hétéroclites du reste lorsque l’on examine leurs revenus et leurs modes de vie. La frange supérieure de ces milieux socialement intermédiaires ne correspond pas aux critères de dépossession et d’extériorité par rapport aux pouvoirs que nous avons posés comme définitions du peuple. À ce propos un certain accord semble s’être dégagé entre les participants pour considérer, à l’instar de C. Petitfrère, qu’il est parfaitement vain de prétendre tracer des limites linéaires et au cordeau. Le peuple existe socialement ; simplement, l’historien, s’il veut éviter l’enlisement dans des débats sans fin, doit définir des « marges » et non pas des frontières. Par exemple à Tours au temps de Louis XIV, c’est au sein du monde des bas offices où se repèrent huissiers et sergents que se situe une des lignes, certes imprécises et mouvantes, séparant la petite bourgeoisie des couches populaires. À l’époque contemporaine, la notion de classes moyennes est des plus polysémiques et J. Ruhlmann, tout en récusant les critères trop pétrificateurs, l’a montré en partant à la recherche des points de contact entre le peuple et les classes moyennes. C’est toutefois sur les Temps modernes que les communications ont été les plus nombreuses. Le débat s’est pour une part articulé pour cette période autour d’une réflexion sur la bourgeoisie de statut. Faut-il retenir pour les « bonnes villes » tenant des registres de bourgeoisie le concept audacieusement proposé par M.-L. Pelus-Kaplan qui parle de « bourgeoisie seconde » à propos de la ville hanséatique de Lübeck ? Il s’agit à ses yeux d’un terme commode pour différencier deux niveaux parmi ceux qui disposent du droit juridique de la bourgeoisie afin de mieux situer les maîtres-artisans au sein de la ville. Cette bourgeoisie de second rang sur le plan des droits politiques recèle en son sein une ligne de partage entre certains maîtres-artisans qui s’agrègent aux marchands, tandis qu’une autre partie tend à s’assimiler par la perte de l’indépendance économique aux compagnons salariés. La discussion a permis de souligner à quel point la bourgeoisie de statut revêtait des réalités d’ampleur peu comparable d’une ville à l’autre. À Lübeck, environ 35 % des chefs de famille sont juridiquement bourgeois. Le « Burgerrecht » englobe par conséquent un groupe, qui va bien au-delà des limites habituelles des élites. En Alsace, la bourgeoisie de statut a une base de masse bien plus large encore ; en revanche à Lille, on peut évaluer selon les périodes la proportion de la population bourgeoise entre 15 et 19 % et dans une ville comme Bordeaux, la bourgeoisie dûment enregistrée est plus restreinte encore.

7La question terminologique comme celle de la taxinomie sociale rejoignent les interrogations relatives à la pertinence des sources surtout fiscales pour appréhender la réalité sociale. L’historien met toujours en œuvre des sources imparfaites. Il se doit de s’interroger sur la validité des informations recueillies et de traquer par le croisement de sources de provenances diverses de quoi apporter au moins des éléments de réponses aux questionnements posés. C’est ainsi que dans le maniement des rôles de capitation si abondants dans les fonds municipaux et départementaux, il n’ignore pas que bien des critères se mêlent dans l’appréciation des facultés contributives de chacun.

8G. Saupin lors de la discussion rappela opportunément que surtout dans une société d’Ancien Régime qui se perçoit comme une société de corps, la source fiscale n’intègre pas seulement l’évaluation la moins inexacte possible de l’aisance matérielle des contribuables, mais fait intervenir dans la détermination de la cote d’imposition des critères d’estime et de dignité accordés à l’exercice de la profession. La question demeure évidemment de savoir ce qu’on entend par dignité, lorsqu’il s’agit des hommes du peuple. S’agit-il du savoir-faire, de l’habilité technicienne requise par l’exercice du métier qui confère une dignité, autrement dit pour reprendre la définition du Dictionnaire de l’Académie française, une « qualité éminente » ? J.-F Dubost a illustré ce questionnement en campant dans une preste communication le peuple de cour au début du XVIIe siècle. La notion de seuil fiscal suggérée, il y a plus de trente ans, par P. Deyon et J. Meyer a été interrogée notamment par J. Boissière et S. Vigneron dans leurs communications, par J. Péret et J. Quéniart dans les discussions. Tous paraissent s’accorder pour considérer que le seuil fixé à Rennes à 5 livres de capitation, à Amiens à 6 livres est une borne assez fiable signalant la fin de la précarité sociale propre au petit peuple. En revanche, il n’est pas évident de considérer à partir de quel niveau naît l’authentique aisance. J. Quéniart fixerait volontiers la barre à 10 livres, S. Vigneron reprenant certaines propositions de J. Meyer considère que le seuil incontestablement élevé de 20 livres permet d’avoir au moins la certitude de cerner le cercle étroit des élites, alors qu’entre 15 et 20 livres, on découvre une sorte de sas d’entrée dans les milieux dirigeants. Le maniement des sources fiscales se révèle de toute manière ardu. Non seulement, les plus démunis qui sont exonérés d’impôt ne figurent pas sur les rôles, mais la position du capité au sein de la hiérarchie du métier (compagnon ou maître) est loin d’être systématiquement précisée. Il est tout aussi fâcheux, lorsque les professions sont portées par les agents ayant dressé les rôles, de se heurter à l’imprécision irréductible de certaines mentions. Les domestiques par exemple peuvent aussi bien appartenir au salariat d’atelier qu’au personnel de service des bonnes maisons. Dans le même ordre d’idées, il est attesté que certains maîtres-artisans sont des donneurs d’ordre, tandis que d’autres travaillent le plus souvent à façon dans une situation de dépendance économique. Dans le cas des maîtres du bâtiment, en croisant les sources fiscales avec d’autres documents essentiellement comptables, il est quelquefois possible de ne pas laisser fuir ces réalités sociales le plus souvent insaisissables. E. Olivier-Valengin a réussi à discerner dans la corporation des maîtres-maçons lillois l’émergence à l’époque française d’une élite d’entrepreneurs jouant habilement des réseaux d’alliances et de fidélités. Dans une communication de belle venue sur les charpentiers et les charpentiers de moulins bruxellois à l’époque bourguignonne, I. Paquay, chiffres à l’appui, a démontré qu’à la hiérarchie traditionnelle livrée par les textes nominatifs « maître-compagnon-apprenti » se superpose une hiérarchie bien plus complexe des niveaux de vie. Les maîtres-entrepreneurs qui monopolisent les grands chantiers bruxellois peuvent toiser de haut les maîtres économiquement médiocres qui sont tributaires du travail disponible émanant surtout d’une clientèle de particuliers, des besoins fluctuants en réparation et en construction. Les compagnons ont une situation moins enviable encore puisque l’accès aux chantiers leur est accordé dans d’étroites limites. Le compagnon fils de maître qui doit acquitter des droits de maîtrise moindres a toutefois plus de chances d’échapper à sa condition, alors que le cas de l’apprenti demeure dans l’ombre faute de sources spécifiques. Rien n’est plus ardu que de traquer les fluctuations du pouvoir d’achat. I. Paquay reprenant une proposition méthodologique du louvaniste J.-P. Sosson propose de calculer le nombre d’heures de travail nécessaire pour se procurer un quintal de froment. Dès que cent heures de travail sont nécessaires pour se procurer un quintal, on peut tenir la situation pour alarmante, si l’on admet qu’une famille de quatre personnes dévore plus ou moins douze quintaux de froment par an, pour se procurer 2500 à 3000 calories par jour.

9Les conditions d’emploi des apprentis et des maîtres ont été du reste plusieurs fois abordées par les communicants. La notion de fermeture corporative sans être invalidée doit être nuancée et comme J.-P. Poussou l’a souligné dans la discussion, doit intégrer davantage qu’on ne le fait souvent la variable démographique. Assurément les discussions sur l’ouverture et la fermeture des ensembles corporatifs seraient débarrassées de bien des scories si on tenait compte des grandes oscillations de la conjoncture économique et des vides creusés dans les rangs des maîtres au lendemain des épidémies, ce qui dans des groupes restreints peut donner l’impression d’une soudaine volonté d’ouverture correspondant en fait à une simple réponse à une crise des effectifs.

10On le constate, la composition des milieux populaires, leur délimitation, les hiérarchies internes qu’ils recèlent, les mobilités ascendantes et descendantes affectant la base de la pyramide sociale, l’aptitude aussi des sources à répondre aux questionnements des historiens ont mobilisé bon nombre de communications. La socio-topographie des villes, les modes de vie et les manières d’habiter du peuple ont nourri une bonne dizaine d’autres exposés qui ont révélé des approches souvent convergentes, comme si les divergences épistémologiques s’estompaient lorsqu’il s’agissait de scruter l’inscription spatiale et la vie familière de ceux qui, au rythme des prospérités et des crises, vivent dans les villes hors des facilités que confère l’aisance matérielle.

11La socio-topographie a été un des axes forts de ce colloque. C. Bruneel a livré les premiers résultats d’une enquête systématique conduite au travers du dénombrement bruxellois de 1754. Il convient, explique-t-il, de ne pas s’en tenir au constat superficiel selon lequel toutes les branches se retrouvent dans la plupart des quartiers. La présence diffuse de la grande majorité des métiers n’exclut pas des foyers de concentration dont on détecte les particularités pour chacun des trente-huit quartiers de la ville en usant d’outils statistiques affinés. C. Bruneel propose, par exemple, dans chaque section et pour chaque secteur d’activité de considérer comme probant un résultat au moins égal à la somme de la moyenne et de l’écart-type par rapport à l’ensemble de l’activité en cause sur tout le territoire bruxellois. Selon ce critère, sur trente-huit quartiers, seuls quatre n’affichent aucune particularité et C. Bruneel d’opposer le centre à l’activité commerciale prépondérante, la couronne plus artisanale qui ceint le cœur de la cité et la partie haute de Bruxelles où la présence des organes du gouvernement et de l’administration entretient un îlot d’aisance indissociable d’un commerce et d’un artisanat bien typés, comme d’une domesticité importante.

12J. Péret pour sa part a rappelé que la topographie et le parcellaire influaient décisivement sur l’agencement des quartiers. Dans un site d’acropole comme celui de Poitiers, la configuration des lieux retentit sur la répartition des paroisses résidentielles, des paroisses socialement mixtes et des paroisses populaires homogènes, vouées à la vallée inondable et aux pentes les plus abruptes. La structure du parcellaire selon qu’il est plus ou moins serré impose sa marque dans la mise en place de l’habitat. La marqueterie des parcelles apparaît comme une prison de longue durée dont les siècles suivants doivent s’accommoder.

13Généralement, toute mixité sociale n’a pas disparu dans la ville d’Ancien Régime, mais un événement contingent peut modifier les équilibres, c’est le cas à Rennes avec le grand incendie de 1720. J. Quéniart a démontré que les gens du peuple n’étaient absents d’aucun quartier, mais la reconstruction partielle de la ville après 1720 accentue les contrastes. On assiste alors au glissement vers la ville neuve des couches aisées, comme des domestiques et des commerces de proximité.

14Les villes affectées par les transformations industrielles du XIXe siècle, sous bénéfice d’un inventaire plus précis, paraissent travaillées par une ségrégation sociale croissante. Scrutant l’évolution pluriséculaire de la lèpre des courettes lilloises, nous avons pour notre part montré à quel point le déferlement des cours sous le Second Empire s’était inscrit dans des périmètres précis des quartiers populaires de Wazemmes et de Moulins, alors que les « cours à sacq » et les courettes de l’Ancien Régime, tout en amorçant un timide repli, s’accrochaient dans le sanctuaire devenu légendaire de Saint-Sauveur.

15Les modalités d’habitation du peuple ont été fort logiquement au centre de maintes interventions. Le colloque de l’an dernier confirme que pour la main-d’œuvre la plus pauvre, la norme du logement demeure longtemps celle de la pièce unique, qui sert à la fois de cuisine, de salle à manger et de chambre à coucher. Les observations faites prennent quelque distance au moins pour l’Ancien Régime avec la thèse bien connue de la discrimination sociale par étage, les pauvres occupant les étages supérieurs. Dans des villes de province où il y a souvent peu de maisons de plus de deux étages, cette séparation verticale, sans être totalement absente, demeure très relative. En revanche et J. Quéniart l’a souligné, la hiérarchie de logement se fait généralement selon l’accès à la rue et à la lumière, les pauvres investissent soit des logis sur cour, soit des baraques installées dans les interstices du bâti, soit des rez-de-chaussée ombreux.

16La location n’est pas une manière d’habiter propre aux seules couches populaires, certains actifs d’une certaine surface sociale affectionnent un système souple permettant sans trop de contraintes des déménagements fréquents. Cela étant, c’est le faisceau des contraintes économiques et non le libre choix qui fait du peuple des villes un peuple de locataires voués à l’installation dans des logements précaires et exigus. La sous-location, observe S. Vigneron, est la partie immergée de l’iceberg locatif, pour ignorée qu’elle soit de l’administration fiscale. La sous-location apparaît dans les villes du Nord comme un phénomène majeur, puisque 30 % des Lillois et 41 % des Cambrésiens n’étaient ni propriétaires, ni locataires principaux, mais sous-louaient leur logis à des locataires anxieux d’alléger leur charge locative.

17Diverses facettes de ces modes de vie ont été abordées avec une grande force d’évocation dès ces premiers jours de réflexion. M. Mestayer a décrit avec minutie le mode de vie des populations hébergées dans les « bonnes maisons hospitalières » au XIVe siècle. À la fin du Moyen Âge, ces hôpitaux ne sont pas des lieux d’enfermement séparant leurs résidents de la vie de la cité. La ration alimentaire n’y est pas carencée. La viande ne manque pas, les œufs sont achetés en quantité, le poisson de mer et de rivière agrémente l’ordinaire lors des jours d’abstinence, alors que des légumes sont servis quotidiennement, même si les sources font état de pauvres parmi les résidents. On a toutefois quelque raison de douter de la présence massive de nombreux chartriers, malades ou orphelins issus des milieux les plus humbles de la ville.

18Jusqu’au XXe siècle, l’accès à la chaleur demeure assurément un domaine d’inégalité sociale. J.-P. Gutton l’a bien montré. La conquête de la chaleur est tardive pour les humbles. Certes, les inventaires après décès du siècle des Lumières confessent une élévation de la moyenne par inventaire des cheminées et des poêles. Mais surtout dans les logis des pauvres, on a encore froid dans beaucoup de pièces. Reconstituer l’histoire de la chaleur suppose d’investir plusieurs niveaux d’analyse. Il convient en effet de tenir compte des rapports perçus entre chaleur et santé, tout en se pénétrant aussi de l’idée que la sensibilité au chaud et au froid d’une époque où l’on qualifie de fort douce une température de 15-16° est très éloignée de celle des populations occidentales du début du XXIe siècle.

19Les problèmes de pollution et de nuisance sont plus que jamais aujourd’hui à l’ordre du jour dans un monde affecté par un probable réchauffement de la planète et la généralisation de modes de vie peu respectueux des exigences d’un développement durable. Au vrai, même si la nature des pollutions évolue au cours des siècles, c’est presque un lieu commun de souligner que dans des sociétés peu amies de l’hygiène jusqu’à l’époque contemporaine, l’espace privé est non seulement inconfortable, mais souvent insalubre. Dans un univers social où, au demeurant, les citadins vivent moins en leur particulier que de nos jours, l’homme du peuple ne cesse de côtoyer dans les lieux publics une saleté omniprésente. Balayage et curage sont des outils bien imparfaits des politiques d’assainissement, gérant plutôt mal que bien le cycle des immondices. L’insalubrité, la surmortalité des quartiers populaires sont des stigmates pérennes de la vie dans les villes durablement marquées par le travail manufacturier. Les villes nouvelles nées de l’industrialisation ne sont pas davantage à l’abri de ces dégradations du cadre de vie. Charleroi fondée au milieu du XVIIe siècle et appelée rapidement à être le cœur d’un bassin industriel présente, l’étude d’I. Parmentier l’a montré, un cadre de vie sinistré par la médiocrité des équipements urbains incapables aussi bien de distribuer l’eau dans de bonnes conditions que d’évacuer les eaux usées. La promenade, il est vrai, loin d’être une pratique anodine, faisait partie des activités que les réformateurs et les philanthropes proposaient au peuple pour leurs bienfaits sociaux et moraux ; R. Beck dans une contribution d’une tonalité revigorante a procédé à un décorticage critique de la promenade urbaine avec ses codes, ses rites et ses jeux d’apparences. Les discours, en vérité, comme les réalités sont contradictoires. Les diverses couches sociales utilisent souvent les mêmes promenades, sans provoquer toutefois le brassage social attendu, tant les stratégies d’évitement du contact entre élites et peuple peuvent révéler de subtilité. La promenade est perçue comme un nécessaire élément de l’encadrement du temps libre populaire, mais certains discours élitaires tendent à canaliser les déambulations du peuple qu’on souhaite éloigner du centre des villes. À la promenade mondaine du « beau monde » s’oppose la promiscuité sociale des espaces dominicaux de sociabilité populaire.

20Les effets sanitaires néfastes des conditions de vie populaires ont été rappelés au travers d’une analyse de cas proposée par un homme de l’art, le docteur A. Gérard. La tuberculose tue entre 1888 et 1908 plus de 90 000 personnes par an dans le département du Nord. Lille, alors cinquième ville de France, est en tête de toutes les villes de plus de 100 000 habitants, Paris excepté, pour la mortalité tuberculeuse, ce qui justifie pleinement la croisade sanitaire conduite par le docteur Calmette. La tuberculose est un fléau sanitaire qui s’acharne au premier chef sur les populations ouvrières et fait figure de maladie sociale, liée aussi au surmenage et à l’habitat insalubre.

21La question de l’intégration sociale par le logement a nourri un carrefour très dense de réflexions. L’horreur du logement ouvrier dans les villes manufacturières du Nord a été évoquée au travers du phénomène si caractéristique des cours, courettes et courées : il y a 882 cours à Lille en 1911, 1524 à Roubaix en 1912. Ce sont des trous de misère qui se sont multipliés au XIXe siècle au moment même où les philanthropes, les hygiénistes et bon nombre de notables municipaux en dénonçaient les méfaits. Aujourd’hui pour qui a vécu et cheminé dans ces villes ou simplement lu les romans sociaux de Maxence van der Meersch, le mot de courée recèle un fort potentiel émotionnel tant il est révélateur du dénuement matériel des populations ouvrières, corps de bataille de l’industrialisation du XIXe siècle. Les constructeurs de ces cours furent souvent non de gros brasseurs d’affaires, mais de petits rentiers, des artisans à l’aise, voire des boutiquiers voulant tirer profit de la modeste parcelle de territoire urbain qu’ils détenaient.

22A. Langlet et A. Thomine ont montré que jusqu’à la première guerre mondiale, les industriels de Lille-Roubaix-Tourcoing se soucièrent peu du problème du logement des ouvriers. La loi sur la protection des locataires, prise au lendemain du premier conflit mondial, réduisit la rentabilité des logements ouvriers, freinant ainsi les investissements des particuliers. Dès lors, les industriels multiplièrent les initiatives, firent appel à des architectes comme Georges Forest, tandis que le socialisme municipal porté par les équipes de R. Salengro et J.B. Lebas fait naître des HBM. Le CIL (Comité Interprofessionnel du Logement), fondé en 1943 par les groupements professionnels patronaux, débouche sur l’affermissement du paritarisme, la recherche de règles et de compromis sociaux entre patrons et ouvriers. C’est grâce à l’évocation d’A. Thomine du formidable potentiel de développement des recherches sur le logement social que recèlent les sources du Centres des Archives du monde du travail (CAMT) à Roubaix que se termina le colloque de l’an dernier.

23Place maintenant au colloque de 2001. Deux grands axes ont été privilégiés : les représentations et les pratiques culturelles d’une part, les formes de solidarité donnant force et cohésion aux milieux populaires dans leurs relations parfois violentes, parfois cordialement conflictuelles avec les autorités et l’ordre socio-politique d’autre part.

Auteur

Université de Lille 3 - CRHEN-O

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540