Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 4. L'institution préfectorale et les collectivités territoriales

 | 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Pascal Dupuy
, 
Christine Le Bozec

Un parcours iconographique

No 16. Carte du département de la Seine Inférieure

Texte intégral

par Burdy, vers 1855.
à Paris, chez A. Combette, Éditeur, rue de la Parcheminerie.
Archives départementales de la Seine Maritime. Fi

1Cette carte du Département de la Seine-Inférieure, établie vers le milieu du XIXe siècle et destinée à un usage commercial, révèle à travers sa lettre et ses dessins quelques unes des convictions économiques et sociales de l’époque. Tout d’abord, la richesse provient d’un commerce florissant, lui-même favorisé dans le département de la Seine Inférieure par « ses ports de mer, ses belles routes et le cours de la Seine ». Les vues de Rouen et du Havre, le détail du réseau routier, composé de chemins de grandes communications et de routes auxiliaires, et le tracé d’une très récente ligne ferroviaire (Paris-Le Havre), également évoqué dans la rubrique « Curiosités », illustrent ces formes du progrès. Mais en SeineInférieure, le commerce repose également sur des productions agricoles et industrielles riches et variées : froment, lin, chanvre, garance, plantes marines, bétails, pêches... qui permettent à « l’industrie manufacturière d’y être florissante » et au département d’exporter des draps, des cotonnades, des toiles, des cuirs, du beurre frais et salé, du cidre... À côté et grâce à cette opulence naturelle, la région tire également sa richesse de son histoire artistique, politique, culturelle et scientifique évoquée par quelques « Célébrités » normandes (Boulainvilliers, les frères Corneille, Thouret, Géricault...) et par un éventail de « Curiosités », pour la plupart architecturales (le Château d’Eu, la Cathédrale de Rouen, les ruines de l’abbaye de Jumièges et les antiquités de Lillebone...). Enfin, le département aux riches terres et sous-sols et aux revenus fonciers avantageux, s’impose également par la beauté de son paysage [« Le Havre et son point de vue à la côte d’Ingouville, le plus beau d’Europe après celui de Constantinople »], bientôt effectivement visité et admiré par les plus grands artistes.

Table des illustrations

Légende par Burdy, vers 1855.à Paris, chez A. Combette, Éditeur, rue de la Parcheminerie.Archives départementales de la Seine Maritime. Fi
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1853/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 315k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540