Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 4. L'institution préfectorale et les collectivités territoriales

 | 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Pascal Dupuy
, 
Christine Le Bozec

Un parcours iconographique

No 14. Le préfet Charles Lallemand

Texte intégral

Dessin humoristique
Archives départementales de la Seine-Maritime 74 Fi

1né à Baden-Baden le 17 janvier 1868

2mort à Nîmes le 30 avril 1940

3Après des études à Poitiers et à Paris, licencié en droit, il entreprend une carrière administrative à partir de 1886 comme chef de cabinet du préfet du Rhône. Successivement directeur du cabinet du gouverneur général de l’Algérie puis sous-préfet et préfet dans divers postes au début du XXe siècle, il devient en janvier 1909 directeur de l’Administration générale au ministère de l’Intérieur. Après avoir à nouveau occupé d’autres postes de préfet et celui de chef du cabinet civil du ministre de la Guerre il fut nommé Conseiller d’Etat le 8 janvier 1918.

4À partir du 19 juin 1918, il devient préfet de la Seine-Inférieure. Charles Lallemand est alors le promoteur de « l’armement social du département » qui cherche à concilier l’intervention publique dans le domaine social et l’action des oeuvres privées dans le cadre départemental. Cela doit permettre l’essor de l’hygiène sociale qui comprend, selon lui, « tout ce qui dans le domaine de l’hygiène, de l’assistance et de la prévoyance (...) déterminera la naissance de nombreux enfants, préviendra la maladie ou le vice, entretiendra la santé physique et morale, ajournera la mort ; tout ce qui rendra accessible à la généralité des travailleurs, aux champs comme à la ville, la possession d’assez de bien-être et de sécurité pour permettre la vie de famille véritable, sans restriction des naissances (...) ». Son passage à Rouen, où il demeure en poste jusqu’à la fin de 1924, est marqué par diverses réalisations sociales, en particulier la création de dispensaires antituberculeux ou pour le contrôle prénatal des nourrissons, la Maison familiale départementale de Mont-Saint-Aignan, le Préventorium de Canteleu, etc.

5De tendance modérée Charles Lallemand obtint l’appui du Conseil général de la Seine-Inférieure alors que le gouvernement de Cartel des Gauches s’apprêtait à effectuer un remaniement préfectoral. Mis brutalement en disponibilité le 7 novembre 1924 pour avoir favorisé les partisans du Bloc National aux élections de 1924, Charles Lallemand auquel le maire du Havre Léon Meyer, devenu ministre, lui reprochait aussi son attitude au cours de la grève des dockers de 1920, fut admis à la retraite le 1er janvier 1928. Auparavant il avait obtenu du Conseil d’État l’annulation de sa mise en disponibilité pour vice de forme.

Table des illustrations

Légende Dessin humoristiqueArchives départementales de la Seine-Maritime 74 Fi
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1851/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 173k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540