Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 4. L'institution préfectorale et les collectivités territoriales

 | 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Pascal Dupuy
, 
Christine Le Bozec

Un parcours iconographique

No 12. Le préfet Sadi Carnot

Texte intégral

Fragment d’ouvrage relatant ses services antérieurs avec reproduction photographique
Archives départementales de la Seine-Maritime BHSM 112/1 p. 390

1né à Limoges, le 11 août 1837

2mort à Lyon le 21 juin 1894

3Marie, François, Sadi Carnot était le petit-fils du Conventionnel Lazare Carnot et le fils aîné d’Hippolyte Carnot, ministre de l’Instruction publique sous la Seconde République. Né en 1837 à Limoges, il intégra l’École Polytechnique puis l’École des Ponts et Chaussées d’où il sortit major en 1867. Envoyé comme ingénieur à Annecy, il travailla activement à l’oeuvre d’assimilation de la nouvelle province de Savoie.

4Au moment de la guerre de 1870 il se mit à la disposition du gouvernement de la Défense nationale et lui apporta notamment un modèle perfectionné de mitrailleuse qu’il avait inventée. Affecté au service d’études topographiques il s’attacha également à fournir à l’armée française les cartes dont elle manquait cruellement. Le ministre de la guerre Freycinet lui confia à partir du 13 janvier 1871 la mission d’aller organiser au Havre la défense de la Basse-Seine avec le titre de « préfet de la Seine-Inférieure et commissaire extraordinaire de la République dans la SeineInférieure, l’Eure et le Calvados ».

5Il mit la ville du Havre en état de défense et s’opposa à la perspective d’une signature de l’armistice avec la Prusse. Partisan de la « lutte à outrance », Sadi Carnot adressa sa démission de préfet le 7 février 1871, à la veille des élections à l’Assemblée Nationale. Élu représentant de la Côte d’Or, il vota contre le traité de Francfort.

6Après la dissolution de la Chambre des députés par le Maréchal de Mac Mahon il fut réélu en octobre 1877 et s’associa à tous les votes de la majorité républicaine. Sous-secrétaire d’État puis ministre des travaux publics et ministre des finances à diverses reprises, Sadi Carnot fut élu Président de la République le 3 décembre 1887. Partisan d’une politique d’apaisement et de réformes, ce républicain convaincu signa la mise à la retraite d’office du Général Boulanger en 1888 et ouvrit l’Exposition Universelle de 1889.

7Après son assassinat à Lyon, le 21 juin 1894, par l’anarchiste italien Caserio, il fut inhumé au Panthéon.

Table des illustrations

Légende Fragment d’ouvrage relatant ses services antérieurs avec reproduction photographiqueArchives départementales de la Seine-Maritime BHSM 112/1 p. 390
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1849/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540