Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 4. L'institution préfectorale et les collectivités territoriales

 | 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Pascal Dupuy
, 
Christine Le Bozec

Un parcours iconographique

No 4. Discours du préfet Beugnot lors de son installation à Rouen

Texte intégral

1 Citoyens Administrateurs,

2 Un nouveau système d’administration remet dans les mains d’un seul magistrat les pouvoirs que vous exercez, et c’est à moi que le chef du gouvernement a confié cette importante mission.

3 Je viens remplir les intentions bien connues du Premier Consul. Il aspire à tout ce qui est grand tout ce qui est bon, et il veut dès-ci présent l’ordre, la tranquillité au-dedans, la paix au dehors.

4 Le temps des promesses, des illusions, des chimères oratoires est passé. Il s’agit d’exécuter une fois ce qu’on a si souvent promis.

5 Je me garderai bien de vous parler, en débutant, de richesses, d’abondance, de bonheur, et de vous les montrer sortant sans effort du nouvel ordre des choses : la prospérité publique ne se donne pas à si bon marché et il est plus aisé de la vanter que de l’atteindre.

6 Mais je dirai aux sages habitants du département de la Seine-Inférieure : j’apporte au milieu de vous l’amour du devoir, beaucoup de bonne volonté, quelqu’expérience. Travaillons de concert : travaillons lentement, mais sans relâche, à sonder les plaies que la Révolution a faites : jugeons des remèdes avec sagesse ; appliquons les avec discernement.

7 Ainsi, je préparerai des succès au temps. Je préviendrai les chocs violents ou précipités pour ne laisser de prise qu’à ces mouvements insensibles et doux qui avertissent sans cesse l’existence et ne la fatiguent jamais. On me trouvera rarement sur la route des innovations, car je sais qu’un gouvernement n’a atteint quelque perfection que quand il est devenu une habitude. J’arrive heureusement dans un département où ces idées ont le mérite de n’être pas nouvelles, et où je n’ai pas besoin que d’étudier l’esprit public et de m’y conformer.

8 Ici l’on fait penser et par conséquent attendre. Ici l’on distingue l’ignorance présomptueuse qui marche au hasard et croit avancer, de la circonspection éclairée qui envisage toujours le but et s’y dirige d’un pas assuré.

9 Citoyens administrateurs, quand je parle de sagesse, je fais votre éloge sans vous nommer, et quand j’ai besoin de modèles, je vous trouve sans vous chercher. C’est à une succession d’administrateur s éclairés sur leurs devoirs et habiles à les remplir que le département de la Seine-Inférieure doit l’honorable avantage d’avoir pris gratuitement sa part des malheurs de la Révolution. Je dis gratuitement car il ne les a provoqué par aucun excès.

10 Le souvenir d’un délire révolutionnaire dans votre département ne se représente qu’avec deux idées consolantes : la première qu’il fut commis par un étranger ; la seconde, qu’il fut promptement réprimé. Ainsi l’empire des lois, l’action tutélaire de l’administration n’ont pas encore cessé au milieu de vous.

11 J’essaierai de continuer cet ordre des choses parce qu’il est bon et je croirai avoir beaucoup fait, si on s’aperçoit à peine de ma présence.

12 Si j’obtiens quelque amélioration, c’est qu’elle sortira naturellement d’un système de gouvernement moins imparfait, c’est qu’elle aura été tellement préparée par vos travaux, que j’aurai, pour tout mérite, le bonheur d’être arrivé au moment du département.

13 Nous sommes au reste parvenus à des temps où la défiance elle-même est forcée d’espérer ; un de ces hommes étonnants que la nature jette à des longs intervalles à travers les siècles ; s’est enfin élevée pour le salut de la patrie et le triomphe de la liberté. Nous l’avons vu se jouer d’un genre d’obstacles dont la seule idée ébranle les imaginations vulgaires. Il nous a donné le droit de croire possible tout ce qu’il désire,... et il désire que les français calment leurs foudres et reposent leur gloire au sein de la liberté et la félicité publique.

14 Archives départementales de la Seine-Maritime JPL 615, Gazette et Annonces de Rouen, no 96, 21 germinal an VIII. Source imprimée

15Jacques Claude Beugnot est nommé préfet de la Seine-Inférieure par Napoléon Bonaparte le 13 ventôse an VIII. Il a reçu comme récompense de sa collaboration avec le ministre de l’Intérieur, Lucien Bonaparte, l’un des départements les plus importants de cette époque. Beugnot souhaitait le département de la Seine mais le Premier Consul en a décidé autrement. Il prend donc ses fonctions le 17 germinal an VIII lors de son entrée dans la salle de réunion de l’Administration centrale présidée par Belhoste. La passation des pouvoirs est marquée par le présent discours de Jacques Claude Beugnot qui instaure ainsi l’administration préfectorale du Consulat. Il rappelle à cette occasion l’article 3 de la loi du 28 pluviôse an VIII qui énonce que le préfet est le seul chargé de l’administration. Il annonce ainsi les objectifs et les moyens de ses premières missions : l’ordre, la tranquillité, la paix.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540