Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 4. L'institution préfectorale et les collectivités territoriales

 | 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Pascal Dupuy
, 
Christine Le Bozec

Commissaires et préfets, itinéraires

Beugnot et la Société d’émulation de la Seine-Inférieure

Instrumentalisation et lobbying d’un cercle de sociabilité

Éric Wauters

Texte intégral

  • 1 E. Dejean, Un préfet du Consulat, Jacques-Claude Beugnot (d’après ses papiers légués récemment par (...)

1On sait que Jacques Beugnot se consacra avec ardeur à la statistique départementale1 et dans ce grand travail d’enquête qui préludait à la reconstruction économique, le premier préfet de la Seine-Inférieure, comme ceux des autres départements, et avant eux François de Neufchâteau, a sollicité la participation des cercles de sociabilité de Rouen. Il en existait alors trois, mais Beugnot marqua une nette préférence à la plus ancienne, la plus dynamique, la Société d’Emulation de Rouen, en partie au moins sous l’influence du publiciste Joseph Noël de la Morinière.

2Noël était à Paris au moment du coup d’état, et il fut sans doute présenté à Beugnot peu de temps après : peut-être recommandé par Lucien Bonaparte qui avait lu ses Essais sur le département de la Seine-Inférieure (1795 et 1796) et savait qu’il était l’un des meilleurs connaisseurs du département que Beugnot allait découvrir ; peut-être aussi appuyé par ses relations : Forfait qui devenait alors ministre de la Marine, Cartier futur sous-préfet de Dieppe ou Brémontier, ancien collègue de Beugnot à la Législative. Noël était, enfin, l’un des membres fondateurs et l’un des plus actifs de la Société d’Émulation qui, à son initiative, accueillit le nouveau préfet par une députation dès le 19 germinal, c’est-à-dire dans les jours qui suivirent son arrivée à Rouen. Beugnot assista aux séances des 19 floréal et 29 prairial ; entre ces deux dates, le 10 prairial VIII, il désigna Noël pour être l’un des conseillers de la nouvelle municipalité de Rouen. Trésorier de la Société d’Émulation en l’an VIII, Noël en fut vice-président en l’an IX, avant-poste de la présidence qu’il exerça l’année suivante (19 thermidor IX), avec Beugnot pour vice président. On peut dire qu’il avait l’oreille du préfet.

  • 2 E. Leparquier, « Les origines et les débuts de la Société d’Émulation (1792-1803). Contribution à l (...)

3Ce dernier était donc bien introduit dans cette Société où sa présence fut régulière. Le 19 fructidor VIII, il proposait, sur les fonds de la préfecture, la création d’un jury qui récompenserait chaque année, par une médaille, les auteurs des deux meilleurs mémoires. Il donnait même le sujet du premier concours : l’instruction publique générale et l’instruction commerciale appliquée spécialement à la teinture2. Régulièrement Beugnot envoyait à la société le texte de ses discours ou de ses rapports administratifs, des notes et observations scientifiques qu’il n’avait pas toujours le loisir de lire lui-même, par exemple sur des échantillons de terres schisteuses (19 frimaire IX) ou des cristaux de fer (9 nivôse). En somme, Beugnot se sentait chez lui dans cette société scientifique et économique, érudite et pragmatique, qui allait le servir dans son enquête statistique.

  • 3 Les deux Essais de Noël de la Morinière sont un premier bilan, en 1795 et 1796, des travaux de l’Ém (...)
  • 4 6M 1069.
  • 5 Ibidem, lettre de Cartier à Noël, 25 nivôse an X.

4Les mémoires et rapports qui se succédèrent, sur l’agriculture et l’élevage, les verreries, poteries, tanneries ou fabriques textiles du département, dérivaient tout droit des huit années de travaux de l’Émulation consacrées à l’amélioration du cheptel ovin par l’introduction de races étrangères, de la culture du chanvre et du lin ou à la restauration des manufactures. En 1793 ou 1796 déjà, Noël et Brémontier avaient, avec quelques autres membres, parcouru le département pour des enquêtes de terrain3 et, en l’an IV puis en l’an VI, la Société était chargée par l’administration de fournir des renseignements exacts sur l’état du commerce dans le département. Sous les auspices de Beugnot, les séances furent donc consacrées à la mise en valeur des friches et communaux (« essai sur la culture des terrains sablonneux » par Boucher, nivôse IX), à la recherche des mines de houille (« fouilles entre Neufchâtel et Dieppe » par Castillau, prairial VIII), à l’amélioration de l’élevage ovin (expérience de l’agriculteur Delporte sur son troupeau de bêtes à laine, vendémiaire IX ; introduction de moutons espagnols à Gerponville par Dargent en prairial XI et prairial XII), à la modernisation de l’industrie cotonnière (rapport par De Fontenay et Gervais sur la mesure des cotons, vendémiaire X ; présentation de grandes machines à filer le coton par Gervais, en thermidor X), à la restauration des forêts (mémoire sur la plantation d’arbres forestiers par Asselin en fructidor IX), enquête de Cisseville sur les laiteries de Bray rapportée par Mésaize et Noël en ventôse X. Le fonds des ADSM relatif à la statistique départementale4 rassemble en partie les notes de ces enquêtes. Noël de la Morinière fut le plus sollicité. Il parcourut le département en l’an VIII, à nouveau l’année suivante, chargé de l’inspection des fabriques du département et surtout de la direction de l’enquête et du « Bureau de la statistique »5. Il est vrai que ce commissaire du gouvernement mélangeait les genres : sa tournée de l’été 1800 n’était pas seulement d’ordre économique et Noël attribuait des certificats de civisme à quelques administrations des cantons qu’il traversait, en dénonçait d’autres, tel le maire de Bornambusc « ennemi connu et déclaré de la révolution », en proposait les remplaçants les plus sûrs.

5Le rôle est central - et ambigu - de Noël de la Morinière, puis l’arrivée de Beugnot à la présidence de la Société en thermidor X, avec Brémontier, membre du corps législatif, à la vice-présidence, semblent au fond traduire l’inféodation de l’Émulation aux politiques. Toutefois, les relations entre le préfet et la Société, apparemment subordonnée, ne furent pas unilatérales.

  • 6 Il devint en l’an X la Société des Sciences, des Arts et des Lettres.
  • 7 J.-L. Chappey, « Les sociétés savantes à l’époque consulaire », AHRF, 1997, no 3, p. 453.

6Créée au début de 1792 et reconstituée en pluviôse an III, l’Émulation était à la fois société savante et cercle économique. Sous le Directoire en effet, elle accordait davantage d’importance aux arts et lettres, reprenant les projets un temps délaissés de bibliothèque municipale, de Musée, de Jardin botanique, voire d’un observatoire et d’une école d’astronomie, et ainsi, dans le domaine des arts et lettres, elle faisait concurrence au Lycée de Rouen qui réunissait la plupart des professeurs de l’École centrale6. L’Émulation offrait donc au Préfet un espace privilégié d’acculturation intellectuelle, une assemblée savante qui, dans l’esprit du temps, mais hors de la structure pédagogique institutionnelle mise en place par la loi Daunou du 4 brumaire an IV, se fixait pour but le progrès de l’ensemble de la société et le perfectionnement de l’espèce humaine7. Le nom nouveau, en l’an V, de Société d’Émulation de Rouen pour le progrès des sciences, des lettres et des arts, signalant la répartition de ses membres en trois « classes », et la liste des mémoires produits révèlent d’ailleurs le caractère encyclopédique des travaux effectués sous le Directoire et le Consulat.

  • 8 Cf. « L’âge d’or de la statistique départementale, an IV-1804 », AHRF, avril-juin 1976.

7Mais au moment de sa création, la Société voulait surtout être un groupe de réflexions et d’initiative économiques, comme le soulignait son premier intitulé de Société d’Émulation pour l’encouragement de l’agriculture, de la pêche, des manufactures, du commerce et des arts de la Seine Inférieure. En tête de son premier registre, on mit la circulaire par laquelle le Bureau central de l’administration du commerce, formé le 26 octobre 1791, faisait connaître aux départements son existence et sa mission : rechercher les moyens de faire prospérer le commerce, les manufactures, la navigation et la pêche et rassembler sur ces activités les informations les plus utiles. On entrait dans « l’âge d’or de la statistique », pour reprendre l’heureuse expression de Jean-Claude Perrot8, et « des citoyens de la ville de Rouen, animés d’un même zèle pour les progrès de l’agriculture, du commerce et des arts utiles » promettaient de s’occuper « sans cesse des moyens d’élever nos manufactures et notre commerce au plus haut degré possible de prospérité », selon les termes du programme publié le 10 février 1792. Mais le registre des séances du même jour portait aussi que la Société s’était formée « sur l’invitation » de celle d’Agriculture et de Commerce créée récemment à Nantes, avec un tout autre but que l’enquête économique : la défense des intérêts coloniaux.

  • 9 Le Havre arme 18 navires négriers encore en 1791, 10 en 1792 et un seul l’année suivante ; 97 navir (...)
  • 10 F. Demier, « Les « économistes de la nation » contre « l’économie-monde » du XVIIIe siècle », dans (...)

8Fondée avec le soutien du président du Directoire du département, le ci-devant marquis d’Herbouville, membre actif à partir de 1797 et préfet des Deux-Nèthes sous le Consulat, la Société cherchait donc à être, sinon un groupe de pression, du moins un cercle de « consultants » sur les questions d’économie. On avait invité à la séance préparatoire du 21 janvier 1792 tout ce que Rouen et son district pouvaient compter de commerçants, agriculteurs, marins et manufacturiers ; mais les neuf personnes présentes étaient deux journalistes et un imprimeur, un instituteur, un apothicaire et quatre négociants, petit groupe renforcé, dans les semaines qui suivirent, par une vingtaine de citoyens de toutes professions, avec toutefois un bon nombre de manufacturiers qui, tels Gabriel Gervais, Louis-Ezéchias Pouchet, Dupuis ou le « mécanicien » Hellot, se révélèrent d’emblée les plus zélés. Et cela ne fut pas sans conséquences sur les travaux de la Société. La première fut l’abandon rapide des discussions sur la question coloniale et le départ des négociants ; le 27 mars par exemple, Noël, en tant que secrétaire de correspondance, remit au bureau un paquet venu de Nantes où l’on trouvait une adresse des citoyens et propriétaires de Saint-Domingue demandant de prompts secours à l’Assemblée nationale ; on refusa d’en débattre et le jour même, deux négociants quittaient la Société... Jusqu’en 1794, la trentaine de membres qui la composaient furent en majorité des fabricants ou des hommes qui, par leurs professions, n’étaient pas très éloignés de l’activité manufacturière, notamment des chimistes. Les autres, hommes de lettres ou artistes, partagèrent le même projet de développement industriel ; la Société entra en correspondance avec la Société des Inventions et Découvertes, à Paris, et ses premiers présidents furent d’ailleurs Gervais en 1792, Pouchet en 1793. Avec le déclin du commerce des îles, en 1792 et surtout l’année suivante9, le négoce perdait son poids politique et, à Rouen, les manufacturiers pouvaient imposer leur conception de l’avenir économique de la ville, c’est-à-dire l’industrialisation rapide rendue nécessaire par la confrontation brutale, depuis le traité de 1786, avec la concurrence anglaise. « Jusqu’en 1794, l’industrialisme de la nation en arme adopte des teintes révolutionnaires dont témoignent le mercantilisme révolutionnaire de Blutel ou de Dücher » (le conseiller de Barère) et « la défense d’un capitalisme manufacturier qui exprime bien plus les valeurs de la nation qu’un négoce toujours suspect d’avoir partie liée avec l’étranger [...]. Loin d’être envisagé comme le glissement inquiétant vers une révolution populaire, le tournant de 1793 est perçu au contraire comme l’insurrection du capitalisme, et c’est la dictature révolutionnaire qui permet au noyau manufacturier minoritaire dans le bloc social de la bourgeoisie d’imposer sa stratégie »10. Chargée, comme on l’a dit plus haut, de donner son avis sur les moyens « d’augmenter et de faire fleurir » le commerce du département, la Société produisit en 1796 puis en 1798, 30 mémoires ; sur les 17 premiers, deux seulement (sur la pêche et sur les constructions navales) n’étaient pas en rapport proche ou lointain (la pharmacie, les plantes utiles à l’industrie textile) avec la manufacture, et les 13 rapports rendus en 1798 lui furent exclusivement consacrés ! L’industrialisme de l’Émulation n’est pas un vain mot.

  • 11 L’intérêt senti, en tout et partout, est vraiment la force des choses » proclamait-il en invoquant (...)
  • 12 F. Démier op. cit., p. 286.

9Elle n’était pourtant pas, stricto sensu, un lobby manufacturier : quelques-uns de ses fondateurs, principalement des industriels, préférèrent, en l’an IV, créer une Société de Commerce, les uns quittant purement et simplement l’Émulation (Lachenez), les autres restant membres des deux cercles, tel Gabriel Gervais qui, en l’an VI, affrontait les partisans du rétablissement des anciens règlements, des bureaux de vente et de marque11. Mais, qu’ils soient libéraux et dirigistes, le « noyau dur » des fondateurs de 1792 et refondateurs de 1795 (ce sont les mêmes individus) restait essentiellement attaché aux questions économiques et formait un personnel plus ou moins doté, par ses travaux anciens ou ses activités présentes, de légitimité scientifique en la matière et d’une neutralité rassurante ; la Société de Commerce paraissait au contraire trop intéressée aux questions économiques, et son libéralisme trop éloigné des « règles d’un mercantilisme aux couleurs de la France moderne » tel qu’allaient le perfectionner le Consulat et l’Empire12.

  • 13 Prospectus de l’Histoire naturelle, économique et politique du hareng, Rouen, 1792.
  • 14 ADSM., 8 M 586 : cette lettre porte sur les différentes sortes de pêches et surtout celle du hareng (...)
  • 15 Mémoire contre le canal de navigation intérieure depuis Dieppe jusqu’à Paris, Rouen, an VII, in-4° (...)
  • 16 Voir Leparquier, op. cit.
  • 17 E. Dejean, Un préfet du Consulat, Jacques-Claude Beugnot, op. cit., p. 325.
  • 18 Séances des 25 brumaire, 5 et 20 frimaire, et 6 nivôse XI. Peu après, en prairial XI, la Société de (...)
  • 19 A. Dubuc, « L’industrie textile en Haute-Normandie au cours de la Révolution et de l’Empire », dans(...)

10Depuis sa fondation en 1792, la Société s’efforçait donc de promouvoir le développement de la manufacture, le redéploiement du commerce vers le Nord et surtout l’amélioration de la navigation sur la Seine, auprès d’une administration qu’elle avait très largement « infiltrée » : en l’an II, presque tous ses membres étaient à la municipalité, au district ou au département, et parmi les rares exceptions, on compte Noël de la Morinière, rédacteur de l’officieux Journal de Rouen et du département de la Seine Inférieure. Noël soutenait par exemple que « l’état florissant des fabriques est un des bienfaits de la culture des pommes de terre et de la pêche du hareng »13 ; en écrivant, le 4 prairial IX, que « les pêches sont pour la France une seconde agriculture »14, Beugnot le terrien paraît bien avoir été converti par Noël qui était le porte-parole de la Société. Parmi les missions que lui confia le préfet, on relève un voyage en Angleterre en l’an X, pour obtenir des renseignements sur l’état des pêches britanniques, les voies navigables et les manufactures de textile. L’année suivante, son enquête sur l’industrie textile départementale portait en conclusion : « les fabricants doivent se procurer des machines anglaises pour rivaliser avec ceux de Silésie, Birmingham et Manchester » ; il fallait aussi diminuer le coût des matières premières (en développant les ressources nationales ou en baissant les droits sur les cotons bruts étrangers) et surtout celui de la main d’œuvre ; en gros, Noël reprenait le programme que l’Émulation s’était donné en 1792. Un mémoire du préfet à la Société en l’an IX et une lettre qu’il envoyait un an plus tôt au ministre de l’Intérieur, relative à l’enquête en Angleterre, reprennent presque point par point tous les arguments exposés dans le Mémoire de Noël contre le canal de Dieppe à Paris en 179915 ou le programme de 179216. Beugnot, écrit Dejean17, était favorable au traité de 1786 et voyait dans le libre échange un puissant stimulant pour les filatures normandes. Il acceptait pourtant, comme le demandait l’Émulation, de protéger la manufacture, à la fois contre l’étranger et contre l’ouvrier. Il confia ainsi à trois industriels de la Société, Pavie, Gervais et Pouchet, le soin de préparer ce que Gervais appellera « une police également juste pour le fabricant et l’ouvrier »18. Quand on sait que Pouchet proposait de ramener les salaires des tisserands sur les gages des servantes ou des garçons de ferme (c’est-à-dire les rétribuer presque deux fois moins qu’en ville)19, on imagine ce que cela signifiait...

  • 20 F. Démier, « Les économistes de la nation... », op. cit.
  • 21 « Mémoire sur les avantages ou les désavantages commerciaux de la réunion de la Belgique à la Franc (...)

11Beugnot se rallia donc à la cause d’un capitalisme manufacturier teinté de dirigisme colbertiste20, mais en s’appuyant sur l’Émulation, il se ralliait surtout aux idées d’un groupe de pression rouennais dont le but était de rétablir la prépondérance de la capitale normande, métropole d’une région manufacturière, place du commerce pour le Nord-Ouest de la France et grand port fortement concurrencé par Le Havre. La Société, où il n’y avait pas un seul Havrais, demandait en effet des travaux d’amélioration de la navigation de la Basse Seine, et qu’on limitât les activités du Havre à l’importation de denrées coloniales, au rôle d’avant-port de Rouen pour le commerce du Nord, voire à la pêche à la baleine ! Depuis plusieurs décennies, Le Havre s’affirmait comme un grand port de plus en plus indépendant de Rouen. La Révolution, l’effondrement du négoce colonial, sans doute aussi la suspicion des autorités à l’égard d’autorités havraises réactionnaires et peu favorables au coup d’État, tout cela constituait une conjoncture favorable pour Rouen, « politiquement correcte » après Brumaire (comme d’ailleurs en l’an II ou en Fructidor V !), une occasion de rétablir la hiérarchie ancienne. Le 9 prairial IX (28 mai 1801), dans un mémoire à la Société sur les conséquences commerciales de la réunion de la Belgique à la France21, le préfet envisageait deux grands débouchés portuaires pour Paris : Anvers au nord, Rouen et son avant-port havrais à l’ouest. Peu après, à la fin de l’an IX, le Conseil de Commerce de Seine Inférieure organisé par arrêté préfectoral comptait 12 négociants ou manufacturiers dont huit étaient rouennais ; un an plus tard, les quatorze nouveaux membres l’étaient tous. En somme, avec respectivement deux membres, Le Havre et Dieppe n’avaient que des strapontins ! Et le Conseil de proposer en priorité des travaux sur le port de Rouen et la réorganisation du service de pilotage sur la Seine, la protection des cotonnades, toileries et lainages, et une pétition contre l’éventualité d’un traité de commerce avec l’Angleterre.

  • 22 AN, AF IV 1053. Noël y est présenté comme « homme de lettres », les « matières qui lui sont familiè (...)
  • 23 Tableau statistique de la navigation sur la Seine, Rouen, 1802.
  • 24 « L’atelier de la Montagne » qui le fabriquait fut confié à Bonneterre et Angerville : tous deux ét (...)
  • 25 1742-1807, cet instituteur laissa des travaux sur la concordance du système décimal avec l’ancien s (...)

12Le 12 brumaire an XI, le Premier Consul était à Rouen où il visita l’exposition commerciale préparée par Beugnot, les Sociétés de Commerce et d’Émulation. Le préfet avait mis Noël sur la liste des dix-sept personnalités « avec qui le Premier Consul peut conférer »22 et l’invitait à rédiger rapidement ses observations « pour l’amélioration tant de nos fabriques manufacturières que de notre navigation intérieure et de nos pêches maritimes »23. À la séance de l’Émulation du 20 brumaire, Le Carpentier, peintre et professeur de dessin à l’École Centrale, présenta un projet de tableau : devant une mer couverte de vaisseaux, le char du vainqueur (celui d’Arcole) portait le Premier Consul, entouré de la Victoire, de la Renommée, de Minerve, mais aussi de Mercure et de la Nymphe de la Seine ; c’est assez dire l’optimisme qui régnait à la Société quant à l’avenir de la ville. Certains de ses membres se berçaient peut-être d’une autre illusion : le volontarisme économique de Beugnot en particulier et du régime consulaire en général, ranimait le patriotisme de l’an II, lorsque la Société multipliait ses travaux pour la fabrication de salpêtre24, la mise en culture des friches, la propagation de la pomme de terre, etc. L’un des fondateurs, Germain Lenormand25, auteur en l’an II d’un Recueil des actions civiques et héroïques des républicains français et d’Hymnes, cantiques et chants civiques à l’Être suprême, publiait en 1802 un nouveau Recueil de chants d’allégresse, hymnes et couplets patriotiques. Que le Consulat fît croire à certains qu’on revivait les temps héroïques, en transposant sur le terrain économique, après la paix d’Amiens, la lutte contre l’étranger, ou que d’autres, plus cyniquement, se rangeassent du côté du plus fort, le voyage de Bonaparte était le point d’orgue de la collaboration entre le préfet et le lobby rouennais, qui semblait en mesure de faire prévaloir ses vues.

13Ce moment fort marque pourtant la fin des relations de complicité entre Beugnot et l’Émulation. Le Premier Consul imposa en effet une réorganisation des cercles de sociabilité de la ville et, comme partout en France, il renforça les contraintes réglementaires pesant sur les sociétés savantes. Brémontier, président en l’an XI, et beaucoup plus assidu que Beugnot, s’occupa activement, conformément aux vœux du ministre de l’Intérieur et du Consul, de la réunion de l’Émulation et de la Société des Sciences, Arts et Lettres. L’arrêté du 3 nivôse XI (24 décembre 1802) qui restaurait la Chambre de Commerce tendait à décharger l’Émulation des questions économiques, tandis qu’un arrêté consulaire du 17 pluviôse XI (7 février 1803) rétablissant l’Académie des Arts, Sciences et Belles-Lettres rendait inutile la Société des Sciences, des Arts et des Lettres (l’ancien Lycée). Brain trust de Beugnot pour son enquête statistique, l’Émulation se replia sur les activités plus classiques d’une simple société érudite.

  • 26 On n’est pas étonné de voir les deux hommes quitter le département ensemble en 1806.

14Entre instrumentalisation et lobbying, les relations de Beugnot et de la Société d’Émulation, ont été celles d’un échange inégal, dans une phase de transition politique : Beugnot s’était intégré facilement à la société, par curiosité intellectuelle autant que par nécessité de connaître le territoire qu’il avait à administrer ; et s’il adopta globalement le programme économique de l’Émulation, c’était moins en cédant à la pression du cercle de sociabilité que par choix personnel ; tout au plus pourra-t-on y lire l’influence de Noël, qui n’était pas la société tout entière, encore moins le négoce ou la manufacture de Rouen. Ce n’est pas un hasard si, dans le travail de réorganisation de la vie associative rouennaise, Beugnot s’appuya sur Brémontier et sur son homme de confiance, l’inévitable Noël de la Morinière, nommé secrétaire du Conseil de Commerce de 1801, puis celui de la Chambre de Commerce dès sa reconstitution le 29 juin 1803, consulté sur le rétablissement de l’Académie dont il anima les séances comme vice-directeur, Beugnot étant un Directeur peu assidu26. Le préfet conservait une indépendance d’esprit et d’action, et une volonté très claire de maintenir chacun dans son rôle : son discours du 4 pluviôse X, sur l’influence des sciences et des arts à la fin des Révolutions fixait déjà les bornes du domaine de l’Émulation. On le relut à la cérémonie du 7 pluviôse pour les dix ans de la société ; Dom Gourdin présentait à cette occasion un mémoire sur la conformité des caractères chinois et des hiéroglyphes égyptiens, et Noël un autre sur la fécondité des poissons. On était déjà loin des questions économiques... Un rapide examen des mémoires de la société à partir de 1802 révèle d’ailleurs la place prise par les sujets littéraires, de la traduction des vers d’Horace (« Nérée annonce à Pâris la ruine de Troie », « Ode contre la dépravation des mœurs », etc.) à l’examen oratoire du rôle de Cornélie dans Pompée en prairial an XI. La vice-présidence du littérateur Formage en 1803, puis sa présidence l’année suivante, soulignent cette évolution des activités de l’Émulation.

  • 27 Au ministre qui lui signalait un article répréhensible sur les prêtres catholiques, Beugnot répondi (...)

15En même temps, une autre fonction semble assignée à la Société, à partir de 1802-1803, celui d’instrument transitoire du nouveau régime politique, ce que révèle cette fois la liste de ses membres. Parmi les nouveaux, on trouve par exemple Vincent Guilbert, Leroy de Flagis ou Pierre Duronceray. Le premier, journaliste républicain, plutôt opposé au coup d’État, a vu son quotidien, La Vedette, persécuté par Beugnot jusqu’à sa suppression en 180227 ; le second, Leroy de Flagis, député du Tarn à la Législative, collaborateur de la royaliste Chronique Nationale et Étrangère dont les rédacteurs avaient été guillotinés en 1793, lui-même réfugié à Rouen après le 10 août, auteur, à la fin de l’Empire, d’ouvrages nostalgiques de la monarchie, Leroy de Flagis était un royaliste rallié, au moins superficiellement au nouveau régime : Beugnot qui l’avait sans doute connu à la Législative le nomma conseiller général dès l’an VIII. Quant au tourangeau Duronceray, auteur en 1792 d’une Religion du citoyen et en l’an II d’une Gazette de l’Orne, il exerça les fonctions officieuses d’avocat de la défense au tribunal révolutionnaire de ce département, où François de Neufchâteau le nomma ensuite inspecteur du jury central de l’instruction publique. Trois parcours politiques différents donc, mais les trois hommes se retrouvaient à la Société d’Émulation, où on put les entendre lire des textes inoffensifs, du « Plus joli bouton de rose de mon parterre » de Duronceray (nivôse IX), au « parallèle » entre la Médée de Corneille et celle de Sénèque par Guilbert (prairial XII). Faire de la littérature à la Société d’Émulation, sous le Consulat, c’était, pour quelques égarés de la politique, s’insérer dans le groupe des bons citoyens rouennais ralliés au régime. Après les projets économiques de restauration du port de Rouen et de sa manufacture, le cercle de sociabilité permettait à Beugnot de réaliser le second volet du programme qu’il traçait dans son Tableau de l’esprit public en l’an X : « donner au département le plus grand mouvement domestique dans la plus parfaite immobilité politique ». La même année, le journaliste royaliste Magloire Robert, moins docile, céda sa Chronique de l’Europe à l’inoffensif Mari, et le préfet éliminait ainsi l’un des derniers adversaires de la normalisation consulaire.

16Les sociétaires ne furent d’ailleurs pas dupes du nouveau cours des choses et ils rechignèrent à recomposer la vie associative locale selon les vœux du préfet. Brémontier et Noël eurent beau s’activer, la fusion entre l’Émulation et l’ancien Lycée prit tout de même 9 mois et exigea d’interminables discussions. Renforcée en principe par cette fusion, la nouvelle Société d’Émulation comptait 51 membres en 1804 : seule elle en avait 47 à la fin de 1802... Quant au nombre de présents aux séances, qui tournait autour d’une douzaine (entre 8 et 18), il tomba dès l’an XI à moins de dix, et parfois même ils n’étaient que trois ! La restauration de l’Académie et de la Chambre de Commerce était finalement le désaveu des cercles de sociabilité formés pendant la Révolution autour d’idéaux communs, qui avaient cherché à peser sur les décisions administratives et dont les protagonistes perdaient sous le Consulat leur capacité d’initiative ou de pression sur les pouvoirs publics. Le préfet a clos ainsi, ou cherché à clore, le temps des sociétés de pensée qui avaient pu, entre 1789 et 1799, exercer une influence politique locale. La Révolution était achevée et la seule résistance tolérée était passive, c’était l’abstention d’une partie des élites intellectuelles, également exclues de la nouvelle notabilité consulaire.

  • 28 Hellot puis Lebrument qui, en 1806, cède la place à Guttinguer, lequel n’a joué aucun rôle dans la (...)

17En 1806, la Société perdit avec Noël, qui entrait au ministère de l’Intérieur, l’un de ses grands animateurs, mais elle perdit aussi, à l’arrivée du nouveau Préfet, Savoye-Rollin, la présidence de la Chambre de Commerce exercée jusque-là par ses membres28. Le Consulat avait peut-être été pour elle le temps des illusions, il fut plus sûrement celui d’une défaite.

  • 29 ADSM, 6 M 1059.

18L’hétérogénéité croissante du personnel de la société, renforcée par des hommes aussi divers que Guilbert ou Leroy de Flagis, ou encore le personnel administratif lié de près au nouveau régime (tel le zélé commissaire de police Caudron), a fait de l’Émulation sous le Consulat un espace stratégique où se construisaient et se renforçaient des carrières et des trajectoires sociales, où des individus trouvèrent ou retrouvèrent place dans la vie publique. Instrument de la statistique départementale, la société le fut peut-être davantage de la normalisation politique. En l’an XII, Leroy de Flagis, alors directeur de la statistique, suggéra au Préfet de ne travailler qu’à partir des questionnaires envoyés aux maires : « On n’a nul besoin d’antiquaires pour cela », ajoutait-il29. Mais après Noël et Leroy de Flagis, c’est Guilbert qui prit la direction de l’enquête, c’est-à-dire un autre homme de lettres, tantôt historien, tantôt traducteur d’ouvrages anglais ou hollandais. La distinction des sociétaires entre spécialistes et non-spécialistes, le travail d’enquête économique de l’Émulation, tout cela était donc moins important que sa dimension stratégique de réseau constitué par et autour du préfet, sur une base politique, celle de l’adhésion au nouveau régime. En ce sens, elle a été, pendant ces quelques années, un espace privilégié d’acculturation politique (à la dictature), contrôlé, instrumentalisé par le Préfet Beugnot, en même temps qu’une machine à fabriquer de la clientèle pour le nouvel administrateur du département.

Notes

1 E. Dejean, Un préfet du Consulat, Jacques-Claude Beugnot (d’après ses papiers légués récemment par son fils aux Archives nationales), Paris, 1907 ; chap. IX, p. 247 et suiv.

2 E. Leparquier, « Les origines et les débuts de la Société d’Émulation (1792-1803). Contribution à l’étude de la vie économique, scientifique, artistique et littéraire de Rouen pendant la Révolution », dans Bulletin de la Société libre d’Émulation, 1928, p. 81-170, et 1929, p. 123-166.

3 Les deux Essais de Noël de la Morinière sont un premier bilan, en 1795 et 1796, des travaux de l’Émulation. Cf. E. Wauters, Noël de la Morinière (1765-1822) - Culture, sensibilité et sociabilité entre l’Ancien Régime et la Restauration, Honoré Champion, à paraître.

4 6M 1069.

5 Ibidem, lettre de Cartier à Noël, 25 nivôse an X.

6 Il devint en l’an X la Société des Sciences, des Arts et des Lettres.

7 J.-L. Chappey, « Les sociétés savantes à l’époque consulaire », AHRF, 1997, no 3, p. 453.

8 Cf. « L’âge d’or de la statistique départementale, an IV-1804 », AHRF, avril-juin 1976.

9 Le Havre arme 18 navires négriers encore en 1791, 10 en 1792 et un seul l’année suivante ; 97 navires en droiture pour les îles en 1791, puis 63, et 9 seulement en 1793 (L. Maquerlot, op. cit.)

10 F. Demier, « Les « économistes de la nation » contre « l’économie-monde » du XVIIIe siècle », dans La pensée économique pendant la Révolution française. Actes du Colloque International de Vizille (1989), PUG., 1990, p. 286 et 294.

11 L’intérêt senti, en tout et partout, est vraiment la force des choses » proclamait-il en invoquant l’Encyclopédie méthodique et le Dictionnaire des manufactures, arts et métiers de 1785, face à ceux qui dénonçaient les prévarications et la mauvaise foi des fabricants.

12 F. Démier op. cit., p. 286.

13 Prospectus de l’Histoire naturelle, économique et politique du hareng, Rouen, 1792.

14 ADSM., 8 M 586 : cette lettre porte sur les différentes sortes de pêches et surtout celle du hareng. La copie des AD semble de la main de Noël. Une autre lettre, du 23 vendémiaire X, de Beugnot au Ministre de l’Intérieur, examine la question de la limitation de la pêche et propose le retour à l’édit de 1687 (donc l’abrogation de la loi du 15 vendémiaire II) ; ce sont les idées exprimées dans divers textes de Noël depuis 1793 (par exemple dans le Journal de Rouen du 18 vendémiaire II : « Économie maritime. Observations sur les dangers de laisser libres ouverture et clôture de la pêche du hareng sur les côtes de Seine inférieure »). Le rapport de 7 pages qui accompagne la lettre de Beugnot en 1802 paraît inspiré, voire dicté par Noël.

15 Mémoire contre le canal de navigation intérieure depuis Dieppe jusqu’à Paris, Rouen, an VII, in-4° de 55 p.

16 Voir Leparquier, op. cit.

17 E. Dejean, Un préfet du Consulat, Jacques-Claude Beugnot, op. cit., p. 325.

18 Séances des 25 brumaire, 5 et 20 frimaire, et 6 nivôse XI. Peu après, en prairial XI, la Société des Sciences, Lettres et Arts de Rouen propose pour sujet de concours « les avantages et les inconvénients des règlements dans la fabrication des toiles et toileries de Rouen, [...] et de la liberté illimitée qui s’est établie à cet égard depuis la révolution », ce qui montre bien les limites du libéralisme de la manufacture rouennaise, sous les auspices de Beugnot notamment (Annuaire Statistique du département de la Seine Inférieure, Rouen, Périaux, an XII, p. 134).

19 A. Dubuc, « L’industrie textile en Haute-Normandie au cours de la Révolution et de l’Empire », dans Le textile en Normandie. Etudes diverses, Rouen, 1975, p. 135-136. À la Révolution, « un homme et une femme de journée, nourris, gagnaient 12 et 9 sous par jour, tandis qu’un manœuvre rouennais non nourri gagnait 24 sous par journée de travail ».

20 F. Démier, « Les économistes de la nation... », op. cit.

21 « Mémoire sur les avantages ou les désavantages commerciaux de la réunion de la Belgique à la France, surtout pour les ports de Seine Inférieure ».

22 AN, AF IV 1053. Noël y est présenté comme « homme de lettres », les « matières qui lui sont familières [sont] l’histoire naturelle, les pêches considérées sous le double rapport de l’histoire naturelle et de l’économie politique ».

23 Tableau statistique de la navigation sur la Seine, Rouen, 1802.

24 « L’atelier de la Montagne » qui le fabriquait fut confié à Bonneterre et Angerville : tous deux étaient membres de l’administration communale et de l’Émulation (le second en était alors vice-président).

25 1742-1807, cet instituteur laissa des travaux sur la concordance du système décimal avec l’ancien système des poids et mesures.

26 On n’est pas étonné de voir les deux hommes quitter le département ensemble en 1806.

27 Au ministre qui lui signalait un article répréhensible sur les prêtres catholiques, Beugnot répondit par un zèle excessif, dénonçant quatre autres numéros de la Vedette et interdisant, de sa propre autorité, le journal en fructidor IX. Son arrêté qui dépassait les intentions du ministre resta lettre morte... Avant une nouvelle dénonciation, puis l’interdiction du journal, en germinal suivant.

28 Hellot puis Lebrument qui, en 1806, cède la place à Guttinguer, lequel n’a joué aucun rôle dans la vie locale avant 1800.

29 ADSM, 6 M 1059.

Auteur

Université du Havre, CIRTAI et GRHIS

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540