Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 4. L'institution préfectorale et les collectivités territoriales

 | 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Pascal Dupuy
, 
Christine Le Bozec

Avant-propos

Texte intégral

1Ce volume s'inscrit dans une entreprise collective qui prend sa source dans la volonté de quelques historiens de plusieurs universités – Lille, Rouen, Valenciennes en particulier - qui avaient en commun de considérer que la Révolution française occupe une place essentielle dans la fondation de la France contemporaine, de constater que la période directoriale et consulaire continuait d'être relativement délaissée ou surtout étudiée d'un point de vue constitutionnel et central, et donc de vouloir y revenir à la lumière des réflexions récentes sur le pouvoir local comme composante de la dynamique nationale à l'époque révolutionnaire. Trois tables rondes et colloque ont donc mis l'accent sur les facteurs et les processus de consolidation ou de dislocation du lien social, politique ou culturel dans le cadre des collectivités locales, de l'État-Nation français et, audelà, dans ce que l'on a appelé « la Grande Nation ». Ces travaux ont donné lieu à trois volumes, dont le troisième est consacré au colloque de Rouen Du Directoire au Consulat : Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'Etat-Nation.

2Nous y abordons la dynamique du Dix-huit Brumaire et le passage du Directoire au Consulat comme des événements nationaux certes, mais envisagés dans une approche décentrée de l'histoire de l'État-Nation, au moment souvent présenté comme la clôture de la Révolution. Ce moment et cette démarche invitent d'abord à s'interroger sur la nature de la crise du lien social et politique à la fin de la République directoriale, tout en dégageant la portée expérimentale de cette expérience ; ils conduisent aussi à appréhender les recompositions de ce lien, en liaison avec les formules de pouvoir instaurées par le Consulat, l'une des mesures significatives étant la création des préfets, voici deux cents ans.

3Mais, comme l'a souligné Monsieur le Préfet, nous avons aussi tenu à favoriser la convergence entre les recherches universitaires et les interrogations actuelles sur les communautés politiques ; voilà pourquoi, après deux premières journées organisées plutôt dans la perspective d'un approfondissement universitaire des études révolutionnaires, la troisième a été conçue pour ouvrir très directement sur deux siècles d'histoire des préfets et sur les questions contemporaines de l'organisation territoriale de la nation et de l'Europe.

4Les contributions, traitées pour intéresser un large public, ont été organisées en deux thèmes principaux : le premier, Entre les citoyens et l'État : le préfet, les personnels politiques et administratifs dans les changements de l'État-Nation, aborde les transformations des fonctions, des intendants aux préfets, autant que les itinéraires de personnalités significatives, notamment normandes ; le deuxième, De la refonte nationale de 1789 et la création des départements aux perspectives européennes : l'ajustement de l'échelle territoriale, invite à s'interroger sur l'attachement communal et son adaptation, la pérennité du département et la complémentarité avec la région, les échelles nouvelles requises par les dimensions européennes de l'aménagement du territoire et de l'économie. Entre ces deux parties, un dossier iconographique évoque très concrètement personnages, lieux et temps forts de l'histoire préfectorale et départementale normande. Enfin, en guise de conclusion, Monsieur Fontenaist, préfet de la Région de Haute-Normandie et de la Seine-Maritime, examine L'évolution récente de la fonction préfectorale.

5Au terme de cette présentation, nous tenons à souligner à quel point ces journées et les actes qui vous sont proposés furent réellement une entreprise commune à de nombreux partenaires. Si Pascal Dupuy, Jean-Pierre Jessenne et Christine Le Bozec (Université de Rouen) ont coordonné cette édition, Martine Aubry (Université de Lille 3), Lise Féron, Yannick Marec (Université de Rouen), Armelle Sentihles (Directrice des Archives départementales de Seine-Maritime) ont participé avec constance à l'organisation des journées et à la réalisation de ce volume. Nathalie Avenel (IRED) a assuré la majeure partie du secrétariat. Mais, la conception et l'organisation ont été l'objet d'une concertation élargie dans un comité auquel ont participé, outre les sus-nommés, François Antoine (Bruxelles), Jacques Bernet (Valenciennes), Bernard Bodinier (IUFM-Rouen), François Burckard (Archives de Seine-Maritime), Bernard Gainot (Paris I), Hervé Leuwers (Lille 3), Éric Saunier, et Éric Wauters (Le Havre). La caution scientifique de nombreux universitaires a constitué un réel encouragement ; nous songeons à Jean Bart (Dijon), Jean-Paul Bertaud (Paris Sorbonne), Claude Bruneel (Louvain), Gilles Deregnaucourt (Arras), Catherine Duprat (Paris Sorbonne), Roger Dupuy (Rennes), Jean-Jacques Heirwegh (Bruxelles), Guy Lemarchand (Rouen), Philippe Guignet (Lille 3), Colin Lucas (Oxford), Jean-Clément Martin (Nantes et Paris Sorbonne) Claude Mazauric (Rouen), Michel Vovelle (Paris Sorbonne), Isser Woloch (New-York).

6Mais nous tenons aussi à souligner la qualité exceptionnelle du soutien apporté par la Préfecture de Haute-Normandie, par Monsieur le Préfet et par ses collaborateurs ; nous nous permettons une mention particulière pour Me Sophie Thibault, directeur de cabinet, et pour Monsieur Georges Galiana, chargé de la communication, qui ont témoigné d'une disponibilité et d'un appui toujours attentifs et chaleureux.

7Évidemment, une opération comme ce colloque ne fut possible que par les soutiens financiers conjugués de plusieurs organismes et collectivités : Ministère des Affaires culturelles ; Préfecture de la région Haute-Normandie et du département de Seine-Maritime ; Conseil Régional de Haute-Normandie ; Conseil général de l'Eure ; Conseil général de Seine-Maritime ; Communauté de l'agglomération rouennaise ; Mairie de Rouen ; Mairie de Mont-Saint-Aignan ; Direction Régionale des Affaires culturelles de Haute-Normandie ; Université de Rouen : Conseil scientifique, UFR de Lettres et sciences humaines, Groupe de Recherche historique et Institut de Recherche et de Documentation en Sciences Sociales ; ISPP ; Université du Havre, CIRTAI ; Comité Régional d'histoire de la Révolution française (Haute-Normandie) ; Université de Lille 3, Centre de Recherche Historique de l'Europe du Nord-Ouest ; Université Catholique de Louvain ; Société des Études Robespierristes. Que tous soient très chaleureusement remerciés.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540