Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idée de paix en France et ses représentations au xxe siècle

 | 
Alain-René Michel
, 
Robert Vandenbussche

II - Combats pour la paix

Paul Teitgen ou la construction d’une idée de la paix

Emmanuelle Jourdan

Texte intégral

  • 1 Le 22 janvier 1919
  • 2 Pierre-Henri est né en 1908 ; Madeleine, en 1909 ; Anne-Marie, en 1910 ; Colette, en 1912, emporté (...)

1C’est le 6 février 1919, au cœur de l’hiver franc-comtois, qu’est né Paul Teitgen. Son père n’avait été démobilisé que quelques jours auparavant1. Dans une Europe en ruine, dans une société traumatisée par sa propre barbarie, comptant ses morts, ses invalides, ses orphelins et ses veuves Paul, fruit d’une permission, est le septième enfant qu’accueille la famille2.

2Il est le fils du retour à la paix, de l’espoir, du « plus jamais ça ». Et pourtant, par deux fois, la guerre décida de son avenir. Quel sens a le mot « paix » pour celui qui se bat ? Comment, dans le pays déchiré de 1945, puis à Alger de 1956 à 1958, comprend-il ce mot ? À quelle paix aspire-t-il, quelle pierre veut-il et peut-il apporter à sa construction ? Peut-on analyser la genèse de son idée de paix ? Cette représentation est bien entendue multiforme, complexe, produit d’influences et d’expériences diverses. Paul Teitgen s’inscrit à la fois dans une génération et une tradition familiale. Il est porteur d’un héritage qui, au-delà de sa liberté individuelle, modèle ses choix, ses aspirations. Sa perception des enjeux du siècle est imprégnée des legs familiaux, de cette culture politique démocrate chrétienne, et de son appartenance à cette génération de ceux qui ont fait, en 1940, le choix du combat de l’ombre, puis l’expérience de la déportation. Mais Paul Teitgen est aussi un haut fonctionnaire, il a choisi une carrière au service de l’État. Si cette vocation décide de son mode d’intervention dans la société, détermine le mode d’action qui fut le sien en Algérie, elle contribue aussi à inventer une idée de paix particulière. Par ce choix, il s’est ancré dans une autre génération, professionnelle cette fois. Celle des pionniers du renouveau de l’État, qui, née du devoir de désobéissance, apprend sous les IVe et Ve République, l’obligation de loyauté.

  • 3 J. M. Donégani, « Religion et politique, de la séparation des instances à l’indécision des frontiè (...)

3C’est donc en héritier de la tribu Teitgen, porteur d’une « culture collective » issue de son « trajet social »3, mais aussi en représentant d’un milieu professionnel, que Paul Teitgen dessine sa représentation de la paix. L’objet de cette étude est de mettre à jour les différentes « strates », héritées ou acquises par l’expérience, qui ont défini une vision particulière de la paix, laquelle prend son sens dans l’action à Alger. Nous en analyserons plus particulièrement les composantes au travers de trois périodes décisives. Tout d’abord la formation idéologique du père de Paul, marquée par des idéaux sillonnistes. Ensuite nous pourrons au travers de l’immédiat après-guerre et de la guerre d’Algérie suivre le cheminement d’un homme à la recherche de solutions pour la paix. En quoi la perception de Paul Teitgen est-elle caractéristique d’un milieu ou d’une formation ? Présente-t-elle une réelle originalité ? Celle-ci réside-t-elle plus dans sa mise en actes ou dans ses fondements théoriques ?

L’héritage familial

  • 4 Surtout dans les années 1954-1960, c’est à dire durant la période où Henri Teitgen était député et (...)
  • 5 François Teitgen, Nos racines, 1990, n.e.
  • 6 Interview dans L'Est Républicain, 19 août 1984.

4Pour reconstruire l’héritage familial, c’est aux racines de la tribu Teitgen qu’il faut d’abord s’intéresser. Nos Racines : c’est ainsi que le frère cadet de Paul Teitgen, François, son plus proche confident, intitula le récit de l’histoire de la famille qu’il a rédigé à l’intention des plus jeunes en 1990. Avec une ironie parfois teintée d’admiration, les journaux ont ça et là employé le terme de « tribu »4 pour désigner cette famille nombreuse. Et avec une pointe d’agacement, mais sans doute aussi d’orgueil, François Teitgen leur répond : « Le foyer familial ! On en a assez parlé de ce cocon dont nous ne serions jamais sortis, de cette tribu difficilement pénétrable que ni le temps ni les divergences n’ont pu faire craquer et qui, comme par osmose, a emporté les maris des sœurs et les femmes des frères. Eh bien oui ! Nous avons eu une immense fortune, celle de nous épanouir dans un climat peu courant de tendresse et d’exemple »5. Nostalgie aidant, le tableau est sans doute par trop idyllique. Mais il souligne l’importance de cet héritage que Pierre-Henri Teitgen revendique comme « une certaine éducation, un sentiment familial, et des convictions religieuses communes »6. Qui étaient ces ancêtres admirables, ces parents certainement idéalisés à défaut d’être réellement idéaux ?

  • 7 Archives de la mairie de Zouftgen.
  • 8 Au Nord de l’actuel département de la Moselle, à la frontière du Luxembourg.
  • 9 Celui-ci reconnaissait aux habitants des pays annexés le droit de rester français à condition d’en (...)
  • 10 Le phénomène de l’option, longtemps analysé à travers le filtre trompeur du patriotisme, fut plus (...)
  • 11 Nos racines, op. cit. Signalons que l’usage du terme « malgré-nous » est anachronique puisqu’il fu (...)
  • 12 Celle du service militaire dans l’armée allemande.
  • 13 Nos racines, op. cit.
  • 14 Donc jusqu’à 55 ans révolus.

5C’est déjà dans la guerre que débute la saga familiale. Les grands-parents paternels de Paul Teitgen sont en effet tous deux originaires du département de la Moselle. Pierre Teitgen naît en 18537 à Zouftgen8. En 1871, il a tout juste 18 ans. Son village est annexé. Le jeune homme est confronté au droit d’option prévu par le traité de Francfort9. Et il est de ceux qui ont préféré l’exil10. Son choix s’explique aisément. Parmi ces candidats au déracinement, on compte près de 50 000 jeunes gens des classes 1851 à 1854. Le refus du service militaire allemand motiva leur décision. Par la plume de François Teitgen, c’est bien ainsi qu’est compris le choix du grand-père : « Rester chez ses parents, c’était accepter d’être incorporé dans l’armée allemande, et venir grossir les rangs des « malgré-nous »11. Comme la plupart de ses compatriotes, Pierre part seul. Cet épisode est resté, dans la mémoire familiale, comme le premier acte héroïque, inaugurant une morale intransigeante. Citons à nouveau le mémorialiste de la tribu, racontant ce départ : « Pierre refuse une telle éventualité12 et décide de quitter son village, il sait que ce sera pour toujours ; déserteur il se ferme tout espoir de retour au pays, sauf à tenter des visites en cachette sur lesquelles plane le risque d’être arrêté et immanquablement condamné. De nuit et par les chemins de traverse, son baluchon sur l’épaule, Pierre passe la nouvelle frontière [...] »13. C’est un geste fondateur qui est ainsi exposé, l’acte de naissance du clan et de ses principes éthiques. La légende est sans doute plus belle que la réalité... Ayant opté pour la France en 1871, Pierre n’était pas considéré comme déserteur. Seuls ceux qui ont quitté le territoire après se sont vus condamnés et interdits de retour ou de séjour jusqu’à expiration des obligations militaires14 De même, s’il est vraisemblable qu’il n’emporta guère plus qu’un simple baluchon, peut-on justifier un départ de nuit, une fuite dangereuse ?

  • 15 Journal créé après la première guerre mondiale pour contrecarrer L'Éclair de l’Est et dont Henri T (...)
  • 16 Les Alsaciens se sont plus volontiers installés dans les villes de Saint-Dié, Épinal et Remiremont (...)

6Qu’importe. L’événement compte bien plus par son souvenir que par son historicité. Pierre Teitgen entre dans le panthéon familial en inaugurant une tradition de résistance, et de courage politique. Déjà s’affirme l’idée que toute paix n’est pas bonne à prendre. L’attachement à la patrie, à la langue, à la religion, sont autant de valeurs qui méritent le combat. Et la soumission face à la défaite n’est pas de mise. Les convictions, patriotiques et religieuses, ne peuvent être sacrifiées aux intérêts matériels. Cette interprétation du choix de l’aïeul est le premier élément constitutif de la morale familiale. Le fils de Pierre, Henri, n’y a-t-il pas songé lorsque à l’âge de 40 ans il choisit pour défendre ses convictions de quitter la stabilité d’un emploi valorisant à L’impartial15 pour se lancer dans une nouvelle aventure professionnelle ? Il a alors sept enfants à charge, lorsqu’il décide de s’inscrire au barreau de Nancy pour exercer en tant qu’avocat. Et Paul lui-même n’est-il pas marqué par ces modèles, lorsque à Alger, en 1957, il démissionne, mettant un terme à l’élan prometteur d’une carrière jusqu’alors brillante ? Une série de ruptures brutales émaillé ainsi l’histoire des Teitgen. En ce qui concerne Pierre, sans nier l’intensité du sentiment patriotique, le choix était sans doute bien moins idéologique que pour ces successeurs. Pour échapper à l’incorporation sous les drapeaux ennemis, ce jeune homme, fils d’un paysan plus que modeste, sensibilisé par la propagande nationale de la République et les conseils de l’Église, gagne, comme la majorité des lorrains du pays messin, la ville de Nancy16.

  • 17 Entre 1871 et 1880, 8,3 % des candidats reçus à Saint-Cyr et Polytechnique sont issus de ces deux (...)
  • 18 Nos racines, op. cit.

7Pierre n’est donc pas dans une situation exceptionnelle. Mais il est tout de même seul, et riche uniquement d’un mot de recommandation du curé de son village. Dépourvu, il se présente à la gendarmerie, et s’engage pour sept ans dans la Marine. C’est dans cette arme que son père avait servi vingt ans auparavant. La République, par l’intermédiaire de son institution militaire, vient pour la première fois au secours de la famille. Beaucoup de ces Alsaciens-Lorrains sont ainsi entrés dans la fonction publique ou dans l’armée17. Mais ne voyons pas dans ce choix de goût ou de dégoût particulier pour la guerre ou la vie de soldat. Cette décision n’est pas plus que son départ de Moselle un engagement politique ! Son bateau convoyait des forçats à Cayenne... À bord, il apprend le métier de cordonnier. Cette compétence lui permet de s’installer lors de son retour à Nancy. Avec les économies de sa solde, il ouvre donc une échoppe dans le quartier ouvrier de la paroisse Saint Sébastien. Voyons comment son petit-fils évoque cette installation : « On imagine facilement qu’il s’y est vite fait connaître ; artisan habile et intègre, paroissien fidèle et actif, il ne se contentera pas d’être un pratiquant, assidu aux célébrations, il sera aussi militant dans les œuvres de l’action catholique »18. Il n’est pas anodin que François Teitgen souligne ainsi la foi profonde et active de son grand-père. Car il s’agit bien là du second pilier de la morale familiale. Les deux éléments constitutifs majeurs de l’héritage de Paul Teitgen sont déjà manifestes : la patrie républicaine, et la foi catholique. C’est autour d’eux que se construit sa perception de la paix. Pour Pierre, ce militantisme religieux est également l’occasion de rencontrer l’âme soeur, en la personne de Marie Damblé, elle aussi lorraine exilée.

  • 19 Ce manuel de lecture de G. Bruno (Augustine Fouillé), paru en 1877, fut vendu à 8 millions d’exemp (...)

8Le 8 mars 1882 naît Henri, second des quatre enfants du foyer. Le père de Paul est sans aucun doute la figure la plus marquante de la famille. C’est à la République qu’il doit son ascension sociale et culturelle. La loi du 28 mars 1882, instituant l’obligation scolaire, lui ouvre les portes d’un avenir différent. Et comme beaucoup, c’est à un de ces mythiques « hussards » immortalisé par la prose de Péguy qu’il doit sa chance. M. Trévillot prend en charge cet élève exceptionnel jusqu’au certificat d’étude. Il lui obtient la bourse indispensable pour aller au lycée. Pour Henri, la République s’incarne dans le visage d’un des soldats de Jules Ferry. Dans les années 1930 encore, il vint régulièrement rendre visite à son ancien instituteur. Il y emmenait alors régulièrement ses enfants, transmettant de la manière la plus directe un héritage qui est déjà politique. L’objectif de ces visites était d’ailleurs peut-être autant affectif que didactique. Il ne fut pourtant pas heureux au lycée Poincaré, méprisé par des camarades issus de la bourgeoisie qui ne concevaient pas de fréquenter un boursier. Mais il y fut brillant. Puisa-t-il dans ce dédain des lycéens l'énergie de la revanche ? C’est vraisemblable. À cette frustration s’ajoute le sentiment de revanche politique, toujours vif, qui animait les Lorrains exilés. L’image des provinces perdues fut un élément récurrent dans les discours politiques au tournant du siècle. Metz devient l’un des symboles de cette « amputation » de la patrie ; sa mémoire militaire devient légendaire. Pensons aussi aux poèmes de Verlaine, à la prose de Barrès, ou au célèbre Tour de France par deux enfants19, qui ne pouvait qu’avoir une résonance particulière dans l’esprit d’Henri. Le souvenir est particulièrement vif juste après la guerre, puis se fait plus discret jusqu’à 1905, date à laquelle il se régénère au contact d’un contexte international propice.

  • 20 Nos racines, op. cit.

9Ainsi l’héritage que construit progressivement Henri associe-t-il étroitement revanche sociale et nationale. La fusion, la confusion des aspects sociaux, politiques et religieux, est dans ces combats déjà accomplie. Car il s’agit bien de combat. De valeurs de lutte bien plus que de paix... Cette dernière semble cantonnée à l’intimité, à la sphère privée. C’est surtout pour évoquer ce contexte qu’il emploie le terme : « Je suis un fils du peuple. Je n’ai eu qu’à voir vivre les miens pour apprendre de quel respect il convient d’entourer le plus humble métier, avec quelle satisfaction on peut donner aux siens le pain qu’on a gagné par son travail et quel prix surtout il faut attacher à l’union des cœurs et à la paix du foyer »20.

  • 21 Ce mouvement philanthropique s’est particulièrement développé ensuite dans les milieux protestants (...)

10L’union et la concorde sont des valeurs « domestiques », ou religieuses. La paix, c’est alors avant tout la « Paix du Christ », celle de la communion. Sous toutes ses formes, elle reste d’inspiration divine. C’est d’abord à l’âme du fidèle qu’elle est consacrée. Par la rémission des pêchés, cette âme purifiée retrouve la paix. Elle est un don eucharistique. Tout en la recevant, il n’en vit pas moins dans une société de violence et de guerre. Et il est lui-même « soldat du Christ » en bien des occasions. Une dualité dans le sens même du terme se fait jour. Deux conceptions qui semblent indépendantes apparaissent. Pour dépasser la contradiction apparente, il faut considérer que la paix du chrétien ne peut s’accommoder de l’injustice. Il n’y a pas simplement une hiérarchie des valeurs, mais un lien intrinsèque entre les deux. La justice est la condition d’accomplissement de la paix. Cette conception est cependant porteuse d’un autre paradoxe. La bible, interdisant de tuer, exclut l’idée de guerre. Mais dans une société imparfaite, le combat pour la justice reste prioritaire. Il peut donc exister des causes dignes d’être défendues. Des guerres justes ? Il s’agit alors de fixer des limites, d’humaniser les champs de bataille. On trouve dans cette pensée les traces d’une philosophie universaliste, le prolongement du mouvement qui a produit la Croix rouge21. Mais en instaurant des règles pour se battre, ne légitime-t-on pas un droit de tuer que la foi chrétienne ne peut reconnaître ? Pour l’instant, la question ne se pose pas en ces termes, puisque le combat d’Henri reste pacifique, ne le contraint pas à violer l’interdit biblique.

  • 22 Rerum novarum, 15 mai 1991 ; et Au milieu des sollicitudes, 16 février 1892.
  • 23 Au milieu des sollicitudes, Léon XIII.
  • 24 Il n’a alors que 9 ans !
  • 25 Issu de la fusion du mouvement créé par Marc Sangnier au Lycée Stanislas (La Crypte) et de la revu (...)
  • 26 Maurice Schumann, dans Marc Sangnier. ; témoignages, dir. J.-C. Delbreil, Paris, Beauchesne, 1997.

11Il se lance entre 1901 et 1903 dans un militantisme qui l’engage totalement et définitivement. Ses choix idéologiques permettent à l’union des principes religieux et politiques de se réaliser. Quand Henri Teitgen a-t-il lu les encycliques22 de Léon XIII ? On peut au moins supposer qu’il eut connaissance de leur contenu. « Accepter les nouveaux pouvoirs n’est pas seulement permis mais réclamé voire imposé par la nécessité du bien social qui les a faits et les maintient. Une telle attitude est la plus sûre et la plus salutaire ligne de conduite pour tous les Français dans leurs relations civiles avec la République »23. Comment a-t-il reçu le message pontifical ? Rien ne permet de répondre précisément. Il n’était pas en âge de les recevoir lors de leur publication24, mais les découvrit sans doute plus tard. Animé d’une foi manifeste, républicain par reconnaissance et par conviction, issu d’un milieu modeste qui le sensibilise à la « question sociale », ne vit-il pas dans cette incitation au ralliement le triomphe de ses inclinations ? Le 15 octobre 1899, nous savons qu’Henri entend « l’Appel à la jeunesse » de Marc Sangnier, qui domine déjà le jeune mouvement du Sillon25. Et il adhère avec enthousiasme aux idées défendues par ce brillant militant, dont le charisme indéniable fait déjà un « éveilleur d’âme »26. Le mouvement bénéficie alors du soutien bienveillant de Rome.

  • 27 Dans Nos racines, op. cit. Le témoignage semble trop littéraire pour avoir été recueilli oralement (...)
  • 28 Nos racines, op. cit.

12L’engagement d’Henri Teitgen prend forme en 1902. Il a alors tout juste 20 ans. Les propos d’un de ses plus proches camarades, Gabriel Richard, étudiant en médecine, ont été transcrits par François Teitgen27, et constituent un témoignage intéressant. L’aventure débute rue des ponts, à Nancy, au cœur du quartier ouvrier de Saint-Sébastien où Pierre Teitgen avait, 24 ans auparavant, décidé de s’installer. Dans la chambre d’Henri. Avec Gabriel et quelques autres amis étudiants, l’enthousiasme passionné des débats cherche à se concrétiser : « Les hésitations sont vite balayées par l’éloquence entraînante de l’un d’entre nous. Henri Teitgen, étudiant en droit, son optimisme est ardent et communicatif, il semble devoir triompher de tous les obstacles »28. Le petit groupe fonde donc le Sillon Lorrain. Un mois après, ils sont vingt-cinq, se partageant également entre étudiants, ouvriers et employés. La cellule de base est née, multiplie les actions. Là où l’ACJF est plutôt une œuvre de formation, le Sillon se revendique comme un mouvement de conquête. La réunion publique est son arme de prédilection. C’est d’ailleurs dans la lutte qu’il élargit son audience : en pleine bataille religieuse, le 23 mai 1903, la première grande réunion publique parisienne, salle des Mille-Colonnes, se termine par de violentes échauffourées. Un mois plus tard, le 20 juin 1903, à Laneuveville, Henri inaugure et dirige le premier meeting du Sillon Lorrain. D’une voix forte, il porte la contradiction.

  • 29 Nos racines, op. cit.

13Avant même d’analyser les thèses qu’il défend, qui permettent de faire émerger une première représentation idéologique de la paix, il faut souligner la personnalité exceptionnelle d’Henri. Elle en fait un combattant ! Comme le fondateur du Sillon, mais dans un style tout autre, il est doté d’un charisme important. Écoutons encore une fois son camarade Gabriel Richard : « C’est une force de la nature, [...]. Physiquement, il est court, trapu, râblé, large d’épaules, sa carrure de paysan lorrain donne une impression de force, [...], une tête intelligente, visage osseux, [...], les yeux profonds, pétillants de malice, illuminent une face étonnamment mobile. Tel est Teitgen au repos, moment fugitif où il est mal aisé de le saisir, tant il est action et mouvement » Plus encore qu’un physique somme toute banal, c’est sa voix qui reste gravée dans les mémoires. Henri fut, et il transmit sa voix et son talent à son fils Paul, un orateur remarquable. « La voix est sonore, impérieuse, bien timbrée avec un registre d’une surprenante étendue [...]. Teitgen peut tenir la tribune deux heures et plus. Il prend son repos en fustigeant l’imprudent qui a manifesté son incompréhension par une interruption, un haussement d’épaules ; la riposte est spontanée, la réplique amusante »29. Le personnage évoque le courage plus que la douceur. Henri Teitgen n’est pas « paisible ». Mais ses succès sont à la mesure de ses talents.

  • 30 Discours, 1891-1906, t. 1, Paris, Bloud et Gay, 1910.

14Au nom de quelle conviction se lance-t-il avec une telle énergie dans la lutte ? Quelles valeurs se dessinent derrière la défense de la République ? Le Sillon ne développe pas un programme extrêmement précis. Il se construit sur des aspirations plutôt vagues. Il fut le plus souvent un mode de vie, soudant des amitiés fortes, « une âme commune ». Un idéal et un réseau de sociabilité construit sur la ferveur et l’admiration du leader. La doctrine est vague, donc, mais on peut en résumer les grandes orientations. Elle se fonde d’abord sur un souci de justice sociale. Lui substituer la charité serait « criminel » pour Sangnier. Exprimant une hostilité au capitalisme, le mouvement agit de manière pragmatique, mais vise davantage à préparer une autre société qu’à remédier aux maux de celle qui existe. La démocratie apparaît dans ce contexte, selon les termes de Marc Sangnier, comme « l’organisation politique et sociale qui tend à développer au maximum la conscience et la responsabilité de chacun [...], elle sera ce que nous en ferons car la démocratie n’est pas le régime de l’égalité de fait mais celui de l’aristocratie du mérite, et pour cela il importe que le peuple ait conscience de ses responsabilités [...] »30. Et seule la foi peut aider le citoyen dans cette recherche de perfection. Elle seule peut résoudre le conflit entre intérêt particulier et général qui fait obstacle à la démocratie. Les sillonnistes ne sont donc pas démocrates parce que catholiques, mais considèrent la religion comme indispensable à l’épanouissement de la démocratie.

  • 31 Jusqu’à la naissance en 1907 de son fils aîné, Pierre-Henri.
  • 32 À Léon XIII a succédé en 1903 Pie X, qui en 1907 condamne le modernisme.
  • 33 Dans le 60e régiment d’infanterie.
  • 34 Le général André, qui répond par l’intermédiaire de son chef de cabinet, le capitaine Mollin, que (...)
  • 35 Arch. dép. de Meurthe et Moselle, Dossier Sillon, Affaires Politiques.

15La théorie réunit et organise rationnellement les aspirations et les sentiments d’Henri Teitgen. Un programme social et républicain, donc pour lui national, la République incarnant la Nation, et un engagement religieux et politique, lui permettent de dépasser les paradoxes que la société du début du siècle accuse et souligne. Il se consacre totalement au Sillon pendant près de 5 ans31. Mais le Sillon devint rapidement de moins en moins confessionnel et de plus en plus politique. Les oppositions se font plus virulentes, la méfiance de la hiérarchie ecclésiastique est de plus en plus vive, et la bénédiction pontificale des premières années laisse place à de multiples critiques32. C’est dans ce contexte que s’explique l’exil d’Henri à Besançon pour son service militaire33. Un rapport du commissaire central de la police de Nancy en juin 1903 mettait en garde le préfet de Meurthe et Moselle, contre les troubles qu’il pourrait, avec son mouvement, causer dans la région. Au même moment, l’évêque de Nancy, Monseigneur Turinaz, invite ses fidèles à éviter tout contact avec les sillonnistes. Une telle alliance du sabre et du goupillon justifie sans doute le courrier qu’envoie en août le préfet du département, M. Humbert, au ministre de la guerre34, lui demandant d’affecter l’étudiant Teitgen, « cause d’agitation permanente », loin de son chef lieu pour le service militaire35.

  • 36 Nos racines, op. cit.
  • 37 C’est à dire des étudiants qui n’effectuaient qu’un an de service.
  • 38 Les identifications politiques de la famille démocrate chrétienne, après, sont moins claires. La d (...)

16Cette injustice, racontée avec colère et fierté par François Teitgen36, est une pierre supplémentaire dans l’édification de la statue héroïque du père. D’autant qu’il choisit l’insoumission, ayant vite fait de recréer une cellule du Sillon au sein même de sa chambrée. À son tour, le préfet du Doubs écrit à son collègue lorrain : « Teitgen a déjà fait trois conférences avec la complicité de ses chefs et une partie des dispensés37 est inscrite au Sillon ». L’un de ces appelés devient en 1907 son beau-frère. Pourtant, à l’échelle nationale, la belle aventure fit long feu. Rongée par sa propre contradiction – était-elle un mouvement chrétien à tendance démocrate et sociale, ou l’inverse ? – l’organisation fut condamnée par le pape en 191038.

  • 39 Sur La Confédération Générale du Travail. Origine, doctrine, méthode.
  • 40 Quatre de ses fils, dont Paul, ont suivi son exemple en choisissant le droit.
  • 41 Pierre-Henri Teitgen, Faites entrer le témoin suivant, 1940-1958, de la Résistance à la Ve Républi (...)
  • 42 Le professeur Georges Renard, spécialiste du droit public mais aussi philosophe et théologien.

17Mais l’expérience a fondé le socle idéologique et moral de la famille Teitgen. Confrontés aux différents conflits du siècle, les fils Teitgen s’inspirent largement de cette conception sillonniste qui assigne à la religion un rôle dans l’achèvement de la démocratie. La formation professionnelle d’Henri apporte un élément supplémentaire. En décembre 1909, il soutient devant la faculté de Nancy sa thèse de doctorat39. Il inaugure là encore une dynastie, fondant une tradition qui accompagne toujours les Teitgen. La famille devient une « tribu » de docteurs en droit40. Cet apport est fondamental. Pour le chrétien, la paix dépend de la justice. Or voilà que celle-ci s’incarne dorénavant dans le Droit, dans les règles juridiques que se donne la Nation, la République. La conclusion de sa thèse est à ce sujet très éclairante : « Nous croyons que la loi universelle qui mène le monde entend exiger chaque jour des sociétés humaines un souci plus haut de la justice, comme si le progrès des institutions devait n’être qu’une possibilité d’ascension morale ». Pierre-Henri Teitgen revendique cet héritage dans ces mémoires41. Évoquant son titre de Professeur à la Faculté de Nancy, il exprime sa « fierté enracinée dans la conception spiritualiste du droit qui m’avait été enseignée ; fierté que je n’aurais pas éprouvée si j’avais dû croire que la règle du droit ne dent son autorité que de la volonté du prince et de la peur des tribunaux, ou bien de sa conformité à l’opinion commune ». Et il se souvient de cet enseignant affirmant que « si le droit est bien fait de compromis entre les exigences de la justice et celles de la sécurité et du temporel, il ne peut être totalement séparé du spirituel puisque ses fins doivent nécessairement servir celles de l’homme, en sorte qu’en insérant le droit dans l’ordre universel des êtres et des fins, la métaphysique révèle sa plénitude et lui confère sa légitimité fondamentale »42.

18Mais là encore le choix porte en lui-même ses propres limites. Il ouvre la porte à tous les paradoxes. La Loi et la Justice sont-elles toujours concordantes ? Un juriste peut-il n’être pas légaliste ? Un chrétien peut-il obéir à une loi injuste ? Que faire, si le droit n’est pas juste ? Et surtout, que faire, si le droit bafoue les impératifs de la foi ? Ainsi, au niveau international, peut-on accepter des lois de la guerre ? L’idée de justice pose la question d’un jus a bellum, d’une justification morale du conflit. Le droit ajoute un autre problème, celui du jus in bello, de la loi dans la guerre. En cherchant à répondre à ce problème, n’oublie-t-on pas la première question ? En associant les conceptions religieuses et juridiques de la paix, Henri Teitgen définit ce qu’est une guerre juste, légitimée par ses objectifs et autorisée par des moyens réglementés. Mais le paradoxe initial et le dilemme moral subsistent. En temps de paix, si la loi est injuste, le juriste chrétien doit choisir. Henri Teitgen indique peut-être une règle à ses fils, lorsque devenu avocat en 1922, il s’illustre par un refus systématique de plaider les affaires de divorce. Mais le choix n’a que peu de conséquences. Il n’exige pas d’aller contre la loi, et n’implique aucun danger. Pour son fils, l’obéissance à cette règle morale fut moins inoffensive.

19Pour l’heure, Paul Teitgen se contente d’admirer un père héroïque, revenu vivant, et victorieux de l’enfer des tranchés. Père de famille, Henri Teitgen aurait pu rester à l’arrière. Mais le patriotisme lorrain, la certitude de mener une guerre juste, pour la République, expliquent son choix de devenir officier. Mobilisé le 6 août 1914 au sein du 75e régiment d’infanterie. Trente mois de tranchées. Il regagne son foyer juste à temps pour accueillir son troisième fils.

  • 43 Né en 1920.

20Comme partout, l’euphorie salue la fin des combats le 11 novembre 1918. S’inspirant des souvenirs de son frère aîné, François Teitgen43 nous livre le récit de cette paix, annoncée en classe par son grand-père maternel. La nouvelle était à peine prononcée que Pierre-Henri Teitgen « sautait sur sa table et entraînait au milieu des cris tous les copains vers l’Eglise » pour sonner les cloches à toute volée, tant et si bien que l’un de ces enfants témoigna longtemps encore de sa crainte de ne voir Pierre-Henri endommager le clocher... Au-delà de toute conception politique, ou même religieuse, l’ivresse et la joie dominent.

21La naissance de Paul Teitgen coïncide donc avec cet enthousiaste retour à la paix... Mais quelle paix ? La paix de ces traités qui consacrent le droit des vainqueurs, et qui, confondant en un même principe le droit des peuples et celui des nationalités, entérine la toute puissance des nationalismes. La paix, aussi, d’un monde meurtri par sa brutalité, qui envisage avec horreur la nouvelle frontière de violence qu’il vient de franchir. Ces années folles portent aussi l’espoir d’un monde différent. Henri Teitgen s’y emploie à nouveau ! Comme l’essentiel de la gauche du catholicisme, il fait le choix de la paix. Son passé récent d’ancien combattant l’y engage sans doute plus vivement encore. Les prises de position de Pie XI dénonçant le nationalisme également. En outre, le mouvement pacifiste dans son aspect « briandiste » et non par la tendance « intégrale », est en parfaite adéquation avec ses convictions. La paix des chrétiens passe par le pardon et la réconciliation, celle du juriste est comblée par la création de la SDN, de lois internationales régissant les relations entre pays pour éviter la guerre. La justice, au sens juridique et philosophico-religieux, garante de la paix. Voilà donc en quelque sorte la mise en œuvre de sa propre idéologie.

  • 44 Son élection en novembre 1919 à Paris sur une liste du Bloc National a désappointé beaucoup des fi (...)
  • 45 Le parti avait adopté une structure fédérative, disposait d’un journal et d’une revue.
  • 46 Il est lui aussi jeune professeur à la faculté de Droit de Nancy.
  • 47 Nos racines, op. cit.

22Reste l’aspect social. Car justice et paix doivent aussi régner au sein de la République pour laquelle il s’est battu. Les choix de Marc Sangnier ne répondent pas totalement à ses attentes44. Il les exprime donc en 1924 dans la fondation du PDP45, qui se structure le 16 novembre, autour, entre autres, de Champetier de Ribes, Paul Simon, ou Robert Cornilleau. Henri est immédiatement membre de la Commission exécutive46. C’est au sein de ce parti républicain et social que Paul Teitgen voit son père militer. Il a 13 ans lorsque son père se soumet pour la première fois au verdict des urnes. Malgré l’aide de Pierre-Henri Teitgen, Henri est battu à Langres, aux législatives de 1932. L’aîné des fils Teitgen fait alors ces premiers pas en politique, pas uniquement en soutenant son père. Il participe en 1936 au cabinet de Léon Blum. En tant que juriste, bien sûr ! Jeune docteur, il élabore la loi d’organisation des arbitrages des conflits du travail. C’est à la paix sociale qu’il travaille, en fondant, avec François de Menthon47 la revue mensuelle Droit social, dont le no 0 date de 1937. Refusée par toutes les grandes maisons d’édition juridique, elle est publiée par la « Librairie sociale et économique ». Son titre est alors original : l’expression n’existe pas dans les facultés, où l’on étudie encore le droit du travail. En anticipant sur le nouveau droit des relations professionnelles issues de la législation du Front Populaire, Pierre-Henri Teitgen prolonge et développe l’action paternelle.

L’expérience de paul teitgen

  • 48 François Teitgen, dans son récit, souligne que ce changement de contexte explique les mauvais souv (...)

23Paul Teitgen grandit à l’ombre de ces deux carrières. Son adolescence est ponctuée par les débats et les combats politiques. D’autant que très vite, l’ambiance nationale s’alourdit et les passions se radicalisent. Les « fils du P. D », François et Paul, effectuent leur scolarité secondaire au lycée Saint Sigisbert dans une atmosphère d’hostilité très pénible. Ils tremblent le 6 février 1934, s’enthousiasment en 1936 pour le Front Populaire, lisent les anticonformistes, distribuent Sept et Temps présent à la sortie des églises. Déjà l’héritage se double d’une expérience personnelle originale. Eux aussi revendiquent une filiation. Paul s’endurcit face à l’adversité et la virulence des humiliations qu’il subit au lycée48. Pour défendre ses convictions, il fait de l’intransigeance une règle. Plus que jamais, face aux fascismes, la défense de la justice et des droits de l’homme, de la patrie, de la République, reste prioritaire. Le pacifisme intégral n’est pas envisageable. La mission des chrétiens est dans le combat, l’insoumission.

24En 1940, il font le choix de la Résistance. N’entamons pas le récit des faits d’armes et de résistance de la famille Teitgen. Son choix fut net, sans équivoque. Les actes furent parfois glorieux dans l’ombre. C’est bien entendu au sein des mouvements démocrates chrétiens que tous se sont exprimés : Liberté puis Combat, Témoignage Chrétien, Résistance, le réseau Lorraine... Ils œuvrent rapidement au nom du gaullisme qui cherche à fédérer les forces intérieures.

  • 49 Nous ne dirons rien de l’action d’Henri, arrêté le 13 novembre 1942 par la Gestapo, et déporté à B (...)
  • 50 Conseil Général des Études. Constituée en juillet 1942, cette instance de réflexion pour l’après-l (...)

25Il est instructif de s’intéresser aux modalités d’action que choisissent Pierre-Henri et Paul Teitgen49. Ils cherchent avant tout à assurer le retour à la légalité républicaine. Et c’est en juristes tout autant qu’en patriotes, en humanistes ou en chrétiens qu’ils combattent. En Lorraine, Paul, par exemple, est chargé dès janvier 1943 d’organiser le Comité de Libération, puis y assume la responsabilité de la désignation des préfets et du Commissaire de la République. Il s’occupe aussi, peu après, de mettre en place le noyautage des administrations publiques dans la même zone, y organise la diffusion des Cahiers du CNR et de ceux de Témoignage Chrétien. Quant à Pierre-Henri, qu’il suffise de rappeler son rôle au sien du CNR ou du CGE50. La paix à laquelle ils aspirent, qu’ils construisent dans la clandestinité et qui s’exprime le plus nettement dans Témoignage chrétien, est bien celle que rêvait leur père : elle est toujours sociale, religieuse, tout autant qu’internationale et juridique.

  • 51 Arrêté le 6 juillet 1944 à Lunéville, transféré à la prison de Nancy ou il est soumis à la torture (...)
  • 52 Pierre-Henri Teitgen est alors ministre de l’information
  • 53 Il s’est marié le 6 janvier 1944.

26Pour Paul, elle prend au Struthof-Natzweiller51 et à Dachau une autre dimension. À Dachau, il rejoint le groupe des fidèles d’Edmond Michelet, en particulier Gaston Gosselin, Joseph Rovan et le Père Sommet. Il retrouve sa famille spirituelle. Là aussi, la paix se prépare. Mais elle est une lutte hautement plus improbable, tant la vie est fragile. L’action clandestine menée au sein du camp par ce petit groupe se fonde d’abord sur le partage et la solidarité. Elle vise aussi à préparer une réaction commune protégeant la collectivité si les nazis, face à l’avancée alliée, décidaient de mesures massives à l’encontre des déportés. Face à l’arbitraire du monde concentrationnaire, le chrétien garde la foi. Et le juriste cherche-t-il des règles qui organisent la société ? Il lutte, comme tous, pour rester un homme face à la barbarie. Le dimanche 29 avril 1945, les Américains pénètrent dans le camp déserté par les derniers SS. Le 31 mai 1945, Paul, rapatrié prématurément dans un avion de journalistes (grâce, non aux fonctions de son frère52, mais à la sollicitude du Général de Lattre, que Paul avait contacté au nom du Comité patriotique français du camps de Dachau) retrouve sa femme53 et rencontre sa fille aînée. L’expérience concentrationnaire conditionne bien entendu lourdement la représentation de la paix de Paul Teitgen. Un humanisme inconditionnel complète l’héritage familial. Mais surtout, ces souffrances dessinent avec plus de netteté une conception de ce que ne peut pas être la guerre. La guerre juste se définit par des objectifs, mais aussi par des moyens. Quelle part peut-il désormais prendre à la construction de la paix ? Quelle paix souhaite-t-il ? Tout d’abord, il veut éviter l’oubli.

  • 54 Pierre-Henri est alors garde des Sceaux et a fait de Paul son chargé de mission, puis son chef de (...)
  • 55 Si l’on se fie au comptes rendus des réunions.
  • 56 Archives personnelles de Paul Teitgen.

27Est-ce au nom du devoir de mémoire qu’il appartient à l'une des commissions d'histoire de la déportation chargées sous la direction du ministre des prisonniers, déportés et réfugiés de centraliser toutes les informations et de publier l'historique de la captivité et de la déportation ? Il est donc membre de la Commission d'histoire de l'internement et de la déportation créée par arrêté du 7 octobre 1945 et qui se réunit pour la première fois en présence du ministre le 28 octobre. Elle est composée des représentants des principaux camps et des ministères concernés. C'est à ce titre que Paul y prend part. Il représente le ministère de la justice54. En mission pour le droit tout autant que contre l’oubli : les deux sont indispensables à la paix. La commission prépare les grandes lignes d'un ouvrage, dont Paul a conservé le plan et l'introduction, mais qui n'a jamais le jour. Sa seule intervention55 concerne le procès de Nuremberg. C’est encore en juriste qu’il s’exprime. Mais sa voix est aussi celle du témoin, non pas de la déportation, mais du procès en lui-même. En effet, Paul Teitgen fut entendu à Nuremberg. La position de son frère explique certainement qu'il ait été « choisi », mais démontre aussi l'intérêt qu'il portait à ce tribunal, lui victime et juriste. La procédure légale et juste, et l’appel au droit international constituent sans doute un recours personnel pour supporter les souvenirs, tout autant qu’un outil de paix. Il dépose donc en septembre 1945, assiste aux audiences, et au verdict un an plus tard. Mais cette fois en qualité d'invité du gouvernement. Tous les documents relatifs à cette procédure ont été conservés avec un soin qui atteste de son importance pour Paul56.

  • 57 Le 1er juin 1945, remplaçant à ce poste son ami François de Menthon, qui prend en charge la direct (...)
  • 58 Entretien, 1995.

28La construction de la paix passe donc une nouvelle fois par la justice. Et n’est-ce pas aussi le rôle de Pierre-Henri, devenu Garde des Sceaux57 ? Il accepte ses fonctions sans enthousiasme. Il en devine les difficultés alors même que l’épuration légale bat son plein. Membre de son cabinet, Paul l’aide et le conseille. C’est dans le même esprit que tous deux accomplissent cette tâche qui leur apparaît indispensable à l’établissement d’une paix sereine. Les archives et les témoignages montrent cependant quelques divergences entre les deux frères. La sacralisation de l’unité familiale, l’élaboration d’un discours mémoriel consensuel, expliquent l’insistance à masquer les conflits ou critiques. Mais Pierre-Henri lui-même se souvient de son jeune frère comme d’un collaborateur qui « faisait des objections, se sentait libre », « critique » donc, mais « dévoué », ajoute-t-il aussitôt58 Le cabinet ministériel, c’est avant tout une équipe qui aide et protège le chef. La loyauté totale vis à vis du patron est indispensable : la fonction exige soit une adéquation et une confiance parfaites, soit une capacité de soumission ou de compromis. La personnalité de Paul, son indépendance d’esprit et son intransigeance n’en faisaient pas le candidat le plus adapté à ce type de tâche.

29Il soutient cependant son brillant aîné. Tout comme il se réjouit de ses succès politiques au sein du MRP, qu’il vient, avec les plus prestigieux des démocrates chrétiens issus de la Résistance, de fonder. En 1945, le mouvement incarne donc bien les idéaux de Paul Teitgen. Cependant celui-ci n’en fut jamais membre. Ce souci d’indépendance face aux partis politiques illustre la rigueur accrue de son intransigeance. Paul Teitgen a-t-il peur des compromissions là où son frère ne voit que des compromis ? L’expérience concentrationnaire explique-t-elle cet attachement exacerbé à la liberté de penser ? Ou faut-il croire qu’il n’y a pas eu de réelle évolution, mais que les personnalités des frères présentaient déjà une capacité de souplesse différente avant la guerre ? Il est impossible de trancher, même s’il semble que Paul ait toujours fait preuve d’une même indépendance inflexible. Il refuse la lutte pour le pouvoir qui assouplit les convictions pour obéir aux exigences de la conquête électorale, il craint l’étiolement des idéaux au fil des négociations. Le soupçon de la malhonnêteté ou de l’ambition personnelle pèse sur la carrière politique.

30Il choisit un autre outil pour se mettre au service de la collectivité et construire la paix. Servir est un devoir. Mais la forme du dévouement est libre. Les relations complexes de la tribu avec la hiérarchie religieuse expliquent qu’aucun des fils Teitgen n’ait choisi la voie ecclésiastique. Laquelle n’aurait sans doute pas tenté le caractère impétueux de Paul Teitgen... qui lui préfère la fonction publique. La tâche est noble, et toute la morale familiale concourt à la valoriser. Il est l’héritier d’un sens de l’État inspiré de la IIIe République.

31Sa conception traditionnelle du rôle du fonctionnaire dans un État neutre et laïc est renforcée mais modifiée par la guerre, le régime de Vichy, et le choix de la Résistance. Confronté à la collaboration d’État, le devoir de désobéissance est né. Paul Teitgen, juriste, imprégné d’un respect sacralisé des lois de la nation et de la République, a choisi la clandestinité au nom d’idéaux patriotiques, humanistes et politiques. Si l’État se trompe, la confiance aveugle n’existe plus. La justice et le droit ne sont plus, en quelque sorte, des valeurs juridiques. Quittant les lointaines sphères des valeurs collectives étatiques compromises, elles ont été privatisées par les consciences. L'obéissance de l'administrateur est désormais liée aux notions politiques de légitimité et de loyalisme. C'est à une génération de « rebelles », à ceux qui furent capables, en 1940, de suivre la voie de l’illégalité et de prendre les armes pour défendre leurs convictions, que l’on demande désormais d'obéir, avec neutralité, à des gouvernements successifs. Paul Teitgen dédaigne le pouvoir, au moins sous sa forme politique, mais peut-il le subir ? Jusqu’à quel point ? Entre le legs paternel et la guerre, il est donc l'héritier de deux traditions qui engendrent une conception particulièrement forte, mais aussi lourde d'ambiguïtés, du sens du service public. Comment concilier devoir de désobéissance, devoir de réserve et devoir de loyauté vis à vis d'un gouvernement que l'on désapprouve ? Cette représentation du sens de l’État n’est pas exempte de paradoxes.

32En 1945, en outre, c'est l'État providence qu’il souhaite servir. Il est entraîné par l'enthousiasme de cette reconstruction qui doit s'accompagner de changements et de réformes. « Il faut prendre le mot libération dans son acception la plus large », affirme le journal Combat dès le 21 août 1944, et son sous-titre, « De la Résistance à la révolution », est plus qu'explicite. L’objectif de cette résistance était bien aussi d’organiser l’après-libération, d’inventer une nouvelle manière de vivre la politique et de transformer en profondeur les structures économiques et sociales. C’est au service d’un véritable État clandestin, en dépit d’une réalité concrète plus complexe que ne le laisseraient croire les organigrammes institutionnels du CNR., que Paul Teitgen a risqué sa vie. Ce choix du service public s’inscrit dans une logique claire, d’autant que la guerre et la défaite sont attribué à la faiblesse étatique, aux lacunes de la IIIe République. La force de l’État garantit donc une paix politique. Et la nature sociale de cet État construit une paix juste, la seule qui soit compatible avec ses exigences morales.

  • 59 Revue de l’École nationale d’Administration, no 1, mai 1946, mensuel, Paris, Librairies-imprimerie (...)
  • 60 Odon Vallet, L’École ou la vanité considérée comme un mode de gouvernement, Paris, Albin Michel, 1 (...)
  • 61 Arch. de l’ENA, dossier personnel d’ancien élève, décembre 1945.

33Paul Teitgen entre donc à l’École nationale d'Administration créée par une ordonnance signée le 9 octobre 1945. Le directeur de l’École, dans le tout premier numéro de la revue de l’ENA59, sorti en mai 1946, présente cette création comme « la pièce maîtresse de la Réforme de la Fonction Publique ». Michel Debré, qui est à l'origine de cette initiative, expose en 1945 les motifs et principes qui ont présidé à la création d’une « école du pouvoir au service du peuple »60 en en soulignant l’objectif moral. L'esprit de la Résistance - tel qu'il s'était donc progressivement formé dans la clandestinité, associant, jusqu'à les confondre, la libération physique du territoire et la rénovation de la société française par un ensemble de réformes qui devaient en faire une démocratie véritable - ne s’est pas arrêté aux murs de la nouvelle École. De mars 1946 à février 1948, trois promotions, aux effectifs décroissants, sont ainsi réservées aux prisonniers de guerre, aux déportés, aux Français libres de la Résistance intérieure ou de Londres, et aux veuves de guerre. Cette spécificité de recrutement renforce la prégnance de cette représentation de la paix. Paul Teitgen intègre la toute première, la promotion, « France Combattante » (mars 1946 - juillet 1947). Les candidats, résistants, déportés, ou prisonniers de guerre, sont bien conscients de leur tâche. Nous en prendrons pour exemple les copies de Paul au concours d’entrée61.

  • 62 Arch. de l’ENA, Dossier d’ancien élève de Paul Teitgen. Toutes les copies d’entrée et de sortie y (...)
  • 63 Nous n’analysons que les deux premières, la troisième, plus technique, ne présente pas d’intérêt p (...)

34Pour la première épreuve (coefficient 5)62, le 13 décembre, portant sur les legs de 1789, Paul ouvre sa copie par la citation, mille fois rabâchée par des générations d’étudiants, de Siéyès sur le Tiers-état. Mais ce n’est pas son manque d’originalité qui lui valu la note médiocre de 09,5/20. Le correcteur lui reproche un manque d’organisation, de structuration des idées. C’est l’aspect « scolaire » qui pèche par insuffisance. Des révisions sans doute lacunaires... L’« analyse est beaucoup trop longue et souvent trop vague », le style en dépit de « facilités de rédaction [...] devient prétentieux ». Le contenu de la copie est assurément parfois confus. Mais Paul Teitgen met l’accent sur l’aspect inachevé d’une révolution trop individualiste, qui, consacrant la liberté individuelle, a célébré le libéralisme économique et oublié les impératifs sociaux. Il voit dans la reconstruction de 1945 la poursuite et l’achèvement, par une autre révolution, du mouvement de 1789 : « En réalité, les formes actuelles de nationalisations harmonisent hardiment les exigences de l’intérêt général et celles de la liberté. Ce n’est nullement vers une étatisation systématique que la France s’est dirigée, c’est vers une véritable nationalisation où (illisible) république. La remise des biens à la nation elle-même. Sur cette voie, le pays est encore à l’avant garde d’une révolution où cette fois la liberté menant encore le jeu consacre la primauté du communautaire sur l’individuel à seule fin de pouvoir fournir à la personne de quoi exalter sa dignité et sa prospérité. L’œuvre de 1789 se poursuit après s’être devant la logique de l’histoire, débarrassée de (illisible) individualiste »63. Cet extrait de copie illustre parfaitement l’esprit, l’espoir de la libération et met en évidence l’héritage « social » de Paul, composante essentielle de sa paix.

35La seconde copie, affectée d’un coefficient 3, fut bien mieux notée : 16 sur 20. Elle rassemble trois questions.

36La première permet d’analyser le regard que Paul Teitgen portait au même moment sur les relations internationales. Il choisit le sujet sur Les conséquences de la découverte de la bombe atomique. La gravité du sujet, l’importance humaine des enjeux, démontrent sa sensibilité au traumatisme engendré par le franchissement pendant la guerre d’une nouvelle frontière de violence. Il en a lui-même été victime par la déportation. L’histoire individuelle rejoint alors l’Histoire. Le monde est sous le choc d’Hiroshima, Paul marqué à vie par Dachau : un irrémédiable est né. Son analyse fait une large part à la nécessité d’inventer un nouveau fonctionnement des relations internationales pour gérer la menace. Il évoque le nouveau caractère « économique et politique » des conflits, « la guerre qui vient de s’achever », qui a vu l’affrontement « des blocs politiques, la lutte s’étant engagée entre démocraties et dictatures », lui sert évidemment d’exemple. Mais il fait aussi référence à « une guerre intestine comme la guerre d’Espagne où on a pu voir se préfigurer la guerre mondiale » pour illustrer le caractère idéologique des enjeux. Et, écrit-il, « il convient d’ajouter le caractère économique essentiel qui est depuis un siècle l’enjeu des conflits internationaux. L’espace vital puise sa réalité dans ce fait [...]. La solution de la paix ne se trouve donc pas résider seulement dans des solutions politiques, mais dans une réorganisation complète, générale, de la situation économique internationale ». Les conférences de Postdam et San Fransisco, puis les accords de Bretton Woods sont cités à l’appui de ce raisonnement. Au niveau mondial aussi, la paix se doit d’être juste, et doit pour cela s’appuyer sur un droit international.

  • 64 Les États-Unis étaient encore les seuls détenteurs du secret.

37C’est à ce tableau qu’il ajoute « la bombe atomique, devenu un objet de conflit supplémentaire entre les vainqueurs [...]. Toutes les nations travaillent fébrilement à la recherche du procédé américain64 ou à la découverte d’un autre procédé. La guerre finie les nations se remettent à l’ouvrage pour créer de nouveaux moyens de combat. C’est en effet que si la guerre est terminée, la paix ne l’est pas » On ne peut que souligner ici la grande lucidité de l’analyse : la paix reste un combat. La suite fait preuve de la même clarté de vue, évoquant la rivalité des deux blocs comme un élément central du problème, bien avant que la rupture ne soit consommée ou du moins formulée. L’unanimisme, au moins de façade, est encore de rigueur en décembre 1945, et les fameuses doctrines concrétisant la guerre froide, en inaugurant le terme, ne sont apparues qu’en 1947. C’est dans la fragilité de la confiance entre les trois grands – il souligne l’absence française – que Paul perçoit le danger des relations internationales. Il ne néglige pas non plus les aspects propres au régime stalinien, « l’URSS de son côté est détentrice d’un secret non moins important, celui de toute sa politique et de ses visées internationales ». Pas plus qu’il n’oublie de signaler les usages industriels possibles, envisageant par ce biais une seconde modification des équilibres internationaux par la nouvelle donne énergétique.

38Il conclut en plaçant ses espoirs dans les négociations en cours : « Il faudrait, mais le pourra-t-on régler l’usage de cette nouvelle arme terrible qui jette dans l’anonymat et l’irresponsabilité la plus dégradante pour l’humanité assaillants et victimes, (illisible) les conversations internationales que soient écartés les impérialismes et les égoïsmes, et que la France puisse faire triompher la formule de Pascal : « Il faut mettre ensemble la justice et la force, car la justice sans la force est impuissante, et la force sans la justice est tyrannique ». Sa représentation de la paix internationale, en construction, apparaît clairement. L’exigence de justice justifie le recours à la force ? La paix n’est pas en elle-même une valeur suprême, elle est un objectif qui se conquiert, ou la conséquence d’une organisation sociale ou internationale. Mais conquête ne signifie anonymat et gratuité de la violence, pas plus que le résultat ne légitime les moyens.

39Le deuxième sujet (traité dans la même copie que le précédent) choisi était « Gouvernement parlementaire et gouvernement présidentiel ». Un sujet d’une actualité brûlante au moment où fait rage le débat sur les choix constitutionnels de la France. Un thème particulièrement important pour le frère d’un ministre MRP. Paul Teitgen rejette dos à dos les modèles anglais et américain, et prône, dans cet esprit si propre à la résistance, un renouveau total de la démocratie et de l’organisation de la vie politique du pays. « La France n’aurait aucun bénéfice à copier purement et simplement le régime des autres grandes démocraties. Son génie réclame des institutions originales, il est capable de les lui donner ». Cherchant une nouvelle fois la « troisième voie », il appelle de ses vœux cet équilibre rêvé du fond des maquis et mouvements clandestins, conciliant enfin la stabilité qui a manqué au parlementarisme de la IIIe République et un « régime de représentation nationale réelle ». L’analyse politique conforte la vision de la paix dessinée par les deux dissertations précédentes.

  • 65 Issus des milieux si variés de la Résistance (la séparation entre ceux de la France Libre et ceux (...)
  • 66 Entretien, 1998.

40C’est avec espoir mais sans illusion que Paul Teitgen aborde sa scolarité à l’ENA. Il y apprend les fonctions de synthèse et d’autorité exigée des grands commis de l’État. Loin d’être homogène, la promotion présente une triple diversité, sociale, géographique, intellectuelle65. Et politique ? Tous partageaient-ils la même représentation de la paix ? Celle de Paul était-elle originale ? La plupart des élèves étaient trop jeunes pour s’être clairement situés sur l’échiquier politique de l’avant-guerre. En 1946, certains s’illustraient pourtant par leurs sympathies politiques. Paul était attaché au MRP, Pierre Germain se souvient avoir créé « avec quelques copains de gauche [...] un syndicat CGT ». Et n’a pas oublié non plus que « Paul était assez profondément catho. MRP. Je n’aimais pas du tout le MRP à l’époque. Mais je dirais que c’était un MRP de gauche. De toute façon, il discutait politique avec humour, sans s’énerver du tout en cas de désaccord et sans se prendre au sérieux »66.

  • 67 Entretien, 1998.

41Et en effet, les divergences ne semblent pas avoir alourdi l’ambiance. « Nous ne vivions pas ces différences », affirme Jean Serisé67, qui garde plutôt le souvenir d’une chaleureuse camaraderie. « Quelques fois, ma femme et moi, nous ramenions de notre Sud-Ouest un bout de cochon, et les camarades venaient très gentiment le manger à la maison sous les yeux tristes de mon épouse » ! L’ambiance générale aurait donc été amicale et consensuelle. C’est dans l’unité et l’enthousiasme que tous s’accordent sur les impératifs de la reconstruction et sur le visage général de la paix à élaborer.

42Mais la belle unanimité finit cependant par voler en éclat, à l’occasion d’un incident qui eut un impact émotionnel très fort sur l’ensemble de la promotion. Dans l’amphi de sortie, au moment où chacun choisit en fonction de son rang son corps d’affectation, l’un des élèves est accusé par d’autres d’avoir triché au cours d’une épreuve. Les fractures réapparaissent alors dans une vive tension. Différence sociale et conflits politiques reprennent le dessus dans un « déballage » peu glorieux de rancœurs et de jalousie. S’il est intéressant de souligner l’incident, c’est qu’il marque la fin d’une période. Il coïncide avec la fin de l’unanimité nationale, le départ des ministres communistes du gouvernement et le début de la guerre froide. Un temps de « paix » s’achève. Ces conceptions sont désormais des sujets de lutte. Chacun se fait de la paix en construction une représentation particulière.

  • 68 Au comité national du MRP les 14 et 15 novembre 1954, propos repris dans Le Monde, et qui engendre (...)

43Paul Teitgen reste fidèle à la sienne. Entre 1947 et 1956, de sous-préfecture en sous-préfecture, il représente l’État dans un pays qui se reconstruit. Son indépendance reste entière. Il choisit par exemple de soutenir Pierre Mendès France, devenu pourtant autour du problème de la CED, un des ennemis politique les plus honnis de son frère aîné. Au nom d’une idée de paix reposant sur les même fondements, sur le même héritage, mais nourrie d’expériences différentes, Paul et Pierre-Henri Teitgen portent deux regards divergents sur le projet européen. Pour le ministre MRP, la CED est l’outil indispensable de la paix, et la priorité la plus absolue. Le congrès MRP de Lille en juin 1954, est pour lui le « congrès de l’espérance ». Celui de la ratification d’un texte garant d’une paix européenne. Paul semble plus modéré. Sans développer ce sujet, on peut aussi penser qu’appartenant à des générations différentes, c’est sur Pierre Mendès France lui-même que les Teitgen se séparent. Il séduit Paul, et peu Pierre-Henri, si l’on s’en tient à la virulence de ses propos publics68 [...]. Un style qui divise, mais sans doute aussi des hiérarchisations opposées des problèmes. Aucun document ne permet pourtant de qualifier les positions de Paul concernant l’Indochine.

La paix en algérie

  • 69 Entretien, 1995.

44C’est dans une autre guerre coloniale qu’il cherche comment appliquer sa conception de la paix, à Alger, en août 1956, Paul découvre un monde qu’il ignore totalement. Là se nouent toutes les problématiques précédemment mises en place. L’épisode algérien est un moment d’exacerbation des paradoxes, le point nodal et le révélateur de toutes les contradictions qui constituent cette complexe représentation de la paix. Comme le résume son épouse69, « pour lui l’Algérie, c’était des palmiers et des chameaux ». Il n’a pas choisi ce poste, et déteste en outre les voyages, l’exotisme, et la chaleur ! Surtout, il redoute de voir ses inquiétudes confirmées. Il a lu les Blocs notes de Mauriac, tendu l’oreille aux premières dénonciations encore timides des méthodes de combat utilisée par l’armée en Algérie. Se peut-il qu’au nom de son pays, certains utilisent les même outils que ceux par lesquels la Gestapo a tenté à sept reprises de la faire parler dans les caves de la prison de Nancy ? Le contenu de sa mission contribue sans doute à accroître ses angoisses. Nommé Secrétaire général de la Préfecture d’Alger, il est chargé de la police. Une tâche pour laquelle il n’a ni goût ni intérêt. Dans le cadre de notre problématique, deux questions se posent. Comment Paul Teitgen assume-t-il ses fonctions face à une guerre qui refuse son nom ? Ses choix - l’opposition aux moyens indignes utilisé dans les combats – définissent-ils une conception de la paix, ou simplement une représentation de la guerre ?

  • 70 Séminaire d’histoire de la guerre d’Algérie, École Normale Supérieure, compte rendu de la séance d (...)

45Paul Teitgen, dans un premier temps, ne s’intéresse véritablement qu’au « jus in bello ». Ce sont les moyens utilisés dans le conflit qu’il refuse. À la tête de la police algéroise, il tente donc de faire respecter ces lois de la guerre qui garantissent la dignité humaine, en interdisant l’utilisation de la torture. Mais très vite, le juriste, le représentant de l’État, entre ainsi en contradiction avec ce pays dont il doit appliquer le droit. Car cette nation démocratique, en laquelle il croit et qu’il a déjà défendue au prix de lourds sacrifices, nie habilement ces lois de la guerre. Puisqu’il ne s’agit que d’événements. Cet aveuglement volontaire le révolte. Il y voit la marque d’une démission de l’État, d’une lâcheté du pouvoir républicain, qui nie le problème, et refuse ses responsabilités, confiant à l’armée une tâche qui n’est pas la sienne. Paul s’indigne ainsi contre la loi du 3 avril 1955, qui instaure l’état d’urgence : « il existe une formule dans notre arsenal juridique : l’état de siège, qui est contrôlé par l’autorité politique »70.

46La loi du 16 mars 1956 sur les pouvoirs spéciaux lui confirme cette déliquescence du pouvoir politique, pourtant seul légitime. En vertu de cette législation, Robert Lacoste, que panique la perspective de la grève générale annoncée pour le 28 janvier 1957, décide le 7 janvier de confier la totalité des pouvoirs de police dans la zone d’Alger au général Massu. Confier les pouvoirs de police à l’armée : une dangereuse confusion des missions est ainsi opérée. La police, en temps de paix, se doit de protéger les personnes et les biens, d’assurer la défense de la sûreté de l’État et de la République. La mission de l’armée, qui implique l’état de guerre, est définie par son règlement comme « la destruction de l’adversaire ». Refusant de s’interroger sur les raisons de leur impuissance, les pouvoirs publics capitulent.

  • 71 Les militaires avaient besoin de sa signature pour assigner à résidence des suspects. Paul Teitgen (...)

47Seul représentant de cette autorité, Paul Teitgen est membre de l’état major mixte, civil et militaire, qui concrétise la décision du Gouverneur général. Et c’est en usant du seul droit qui lui reste, celui de signer les assignations à résidence71, qu’il lutte contre la systématisation de modes de combats que tous ses principes, religieux, moraux, et juridique, lui désignent comme indignes. Nous n’entrerons pas ici dans les détails chronologiques ou événementiels de son action au cours de la bataille d’Alger. L’essentiel est de comprendre que pour Paul Teitgen, dès lors, aucune paix n’est possible tant que la guerre a un tel visage. La paix juste ne peut être issue d’une lutte indigne. Pas plus qu’elle ne peut être le fruit d’un renoncement de l’État. Cette faiblesse du pouvoir de la République, incapable de combattre ou d’assurer la paix, évoque pour l’ancien résistant de douloureux souvenirs. Une nouvelle fois Paul Teitgen est trahi par sa Nation. Mais il s’agit cette fois du pays qu’il a contribué à reconstruire en 1945, et qu’il a choisi de servir. C’est entre devoir de désobéissance et obligation de loyauté qu’il cherche à exprimer sa conception de la paix. Il reste fidèle à sa mission aussi longtemps que cela lui semble possible utilisant les moyens de sa fonction. S’il dénonce, il refuse de s’indigner dans la presse, ou d’exprimer publiquement son opinion. Il utilise donc les assignations à résidence ; le bureau de « recherches dans l’intérêt des familles » mis en place à la préfecture, alerte ses supérieurs, à Alger d’abord, puis à Paris.

  • 72 Créée le 5 avril 1957 par le gouvernement pour désamorcer une campagne de presse que la démission (...)
  • 73 Arch. de Paul Teitgenv Note à la Commission de Sauvegarde, 1er septembre 1957.

48C’est ainsi qu’il place aussi ses espoirs dans la Commission de Sauvegarde des Droits et des Libertés Individuelles72. « En affirmant sur l’honneur que la torture est devenue un procédé couramment utilisé, on voudra bien éviter à l’auteur de ces lignes l’obligation d’en apporter ici la preuve. Il lui suffira d’indiquer qu’un an de police générale lui ont permis de connaître avec précision trop de dossiers pour qu’il soit impossible d’alourdir cette note des archives de son service. [...] Nous n’en sommes plus à ce que le 11 mars 1957, le général Massu qualifiait lui-même de bavures, nous sommes bel et bien engagés dans la voie d’une systématisation de la torture que l’on ne craint plus de justifier. [...] Notre propos n’étant pas de nous indigner mais de rendre compte et d’expliquer, il nous sera permis de souligner que tout notre effort pendant 7 mois a tendu à démontrer au ministre de l’Algérie que l’équivoque dans laquelle nous nous trouvions tous placés, ne pouvait avoir d’autres conséquences que celles qui, hélas, ont justifié, précisément, l’institution d’une Commission de Sauvegarde »73. Le rapport de synthèse remis au gouvernement le 14 septembre n’eut pas de conséquences.

49Paul Teitgen se confie ensuite à la Commission d’Enquête Internationale Contre le Régime Concentrationnaire, diligentée par l’ONU en Algérie. L’espoir de paix est toujours lié au droit. Mais face aux déficiences du pouvoir national, c’est du droit international que Paul Teitgen attend la paix.

  • 74 Arch. personnelles de Paul Teitgen, Lettre de démission de Paul Teitgen, le 29 mars 1957.

50Puis vient le sentiment d’avoir tout tenté, d’être complètement impuissant. Sa première proposition de démission, datée du 29 mars 1957, avait été refusée par Robert Lacoste. Paul était resté, pensant encore pouvoir jouer un rôle, dans un contexte qui semblait s’apaiser. Sa deuxième requête, le 12 septembre, est enfin acceptée. Il quitte ses fonctions. Sa lettre de démission, devenue célèbre depuis, est une nouvelle illustration de la représentation qu’il se fait de la guerre juste, et par-là même des circonstances qui rendent impossibles la paix. Car telle est bien sa conviction : des méthodes indignes peuvent être militairement efficaces, mais n’apportent qu’une paix indigne. En tant que haut fonctionnaire cependant, il se contente dans ce courrier de désapprouver les moyens adoptés par l’armée, condamnant « l’anonymat et l’irresponsabilité qui ne peuvent conduire qu’aux crimes de guerre. [...] tout cela condamne la confusion des pouvoirs et l’arbitraire qui en découle. [...] Dans ce système, la Justice - même la plus expéditive – perd, ne serait-ce que l’exemplarité de ses décisions. Par ces méthodes improvisées et incontrôlées, l’arbitraire trouve toutes les justifications. La France risque, au surplus, de perdre son âme dans l’équivoque » Il poursuit, plus clairement encore : « C’est parce que je crois encore que dans sa lutte la France peut être violente sans être arbitrairement homicide, c’est parce que je crois encore aux lois de la guerre et à l’honneur de l’armée française que je ne crois pas aux bénéfices à attendre de la torture ou simplement de témoins humiliés dans l’ombre » Paul Teitgen en appelle ensuite à l’expérience pour appuyer son point de vue : « Sur quelques 275 000 déportés, nous ne sommes plus que 11 000 vivants. Vous ne pouvez pas, M. le ministre, me demander de ne pas me souvenir de ce pourquoi tant ne sont pas revenus et de ce pourquoi les survivants, dont mon père et moi-même, doivent encore porter témoignage »74.

  • 75 Face à la raison d’État, un historien dans la guerre d’Algérie, Paris, Éd. La Découverte, 1989. Il (...)

51Comme toute une génération, Paul Teitgen fait donc appel au souvenir de la seconde guerre mondiale pour chercher la voie de la paix. Mais ce souvenir est bien plus que pour d’autres encore vivant dans sa chair et dans son âme. Il n’indique cependant, pas plus que le refus des outils de la lutte, une solution politique claire. D’ailleurs, l’appel à la mémoire des années sombres est présent tant chez ceux qui prônent l’indépendance que chez ceux qui voient en elle un second Munich... La définition de la guerre juste est donc nécessaire à celle de la paix, mais elle n’est pas suffisante. C’est en « dreyfusard », si l’on reprend la classification établie par Pierre Vidal Naquet75, en défenseur des droits de l’homme, que Paul se positionne en 1957. Est-ce à dire qu’il n’avait pas imaginé ou rêvé de solution politique ? Où situer Paul entre les deux positions tranchées, des partisans de l’indépendance et de ceux de l’Algérie française ? La conception qu’il se fait de ce que doit être la paix future n’est pas figée, loin s’en faut. Elle évolue au cours du conflit.

  • 76 Séminaire ENS, op. cit.
  • 77 Pour l’exemple : L'affaire Iveton, Paris, Éd. l’Harmattan, 1986.

52Lorsqu’il arrive à Alger en 1956, il emporte pour tout bagage quelques souvenirs lointains. « J’avais de l’Algérie une image très sommaire, qui remontait à celle de mes études secondaires »76. « J’arrivais là comme un connard, qui ne connaissait rien à l’Algérie, qui avait juste fait un peu de géographie en première », déclare-t-il plus nettement encore à Jean-Luc Einaudi77. Que connaît-il, en effet, de la situation du département ? De la civilisation arabo-musulmane ? Ce qui lui a été enseigné au lycée Saint Sigisbert de Nancy.

  • 78 Notes personnelles. Paul Teitgen écrit ces mots en 1959, de Paris. Il tente de rédiger un ouvrage (...)
  • 79 Séminaire ENS, op. cit.
  • 80 Lettre de démission, op. cit.

53Sans aucun doute, il approuve alors la politique qui consiste à conserver le « département ». Le patriotisme est une composante essentielle de l’héritage moral que son père lui a transmis : sa patrie est celle de la République, des libertés, et il envisage donc la colonisation comme une œuvre émancipatrice. Il appartient à une génération pour laquelle il s’agit avant tout d’une mission civilisatrice. La tâche qui lui est confiée, même si elle lui déplaît puisqu’il redoute les moyens utilisés sur place, est sans ambiguïté : « En 1956, c’est une rébellion qui m’amenait en Algérie »78. Rien ne permet de penser qu’il analyse le conflit comme une guerre de libération, d’affirmation nationale, ni d’ailleurs qu’il l’envisage dans un contexte international de guerre froide. Lorsqu’il débarque, c’est pour mener ce que l’on peut appeler une « guerre juste », en ce sens qu’il en approuve les objectifs. Rien ne semble plus éloigné de ses vues que l’indépendance. « Je ne suis pas un bradeur d’empire, je suis né en Lorraine – ligne bleue des Vosges, le drapeau... » explique-t-il encore en 197379. Les déclarations dans le cadre de ses fonctions sont sur ce point plus claires encore : il conclut sa note à la Commission de Sauvegarde en évoquant « l’indispensable présence de la France en Algérie », et sa lettre de démission commence par préciser qu’il s’est « efforcé avec conviction et à (son) poste de [...] servir, avec la République, l’avenir de l’Algérie française »80.

  • 81 Notes personnelles, op. cit.

54Cette vision, dont il faut rappeler à quel point elle est alors majoritaire, évolue rapidement. Mais ne le mène pas directement à l’indépendance, contrairement à ce qu’affirme le discours familial mémoriel. Paul Teitgen comprend cependant rapidement la nécessité d’une solution politique. Il ne s’agit pas seulement d’une rébellion à « mater ». Sa prise de conscience émerge face à la déliquescence de l’État français. C’est face aux ambiguïtés dans lesquelles s’enfonce la République qu’il découvre celles de 1’Algérie. En un jeu de miroir en quelque sorte. Sa vision de la situation, sa conception de la paix, se dessine d’abord dans l’hexagone. Par sa fonction, son mode de vie à Alger, par son peu de goût pour les civilisations étrangères, il s’intéresse principalement à la France en Algérie. « En 1956, c’est une rébellion qui m’amenait en Algérie. En 1958, c’est une révolution qui me rapatriait. L’équivoque algérienne était devenue notre équivoque générale »81, écrit-il en 1959. Dès les premiers mois, confronté entre autre à la tentative de complot du général Faure puis à l’Affaire du Bazooka, il sent la fragilité de la République. Le peu de réaction que suscitent ces avertissements aux milieux gouvernementaux le plonge dans un profond désarroi, qui se transforme le 13 mai 1958 en une réelle angoisse et en une profonde amertume.

55Mais entre-temps, il a découvert la réalité de ce « département » : les milieux pieds noirs dans leur diversité, dont sont issus nombre de policiers, mais aussi les notables locaux ; et ceux que l’on appelle encore les « Français musulmans ». Il comprend ainsi le caractère profondément inégalitaire de la société algéroise. Il ne prend pas pour autant le parti de l’indépendance. En 1957, cette position est encore le fait de rares intellectuels ou acteurs particulièrement engagés. Il cherche une solution médiane, au contact en particulier des chrétiens libéraux d’Alger. C’est un jésuite, le père Cognier, qui le présente par exemple à Simone et Jean-Pierre Gautray, chez qui il rencontre de nombreux représentants de ces réseaux qui, aidant le FLN, travaillent au rapprochement des deux communautés pour sauver les chances d’une Algérie franco-musulmane. Il est également séduit par la personnalité du maire d’Alger, Jacques Chevallier. Entre le mythe d’une politique d’intégration et l’indépendance encore inimaginable, Paul voit dans les réformes de structures, économique, sociales, politiques, la seule issue possible, dans une forme d’association ou de fédération permettant la cohabitation des deux communautés.

  • 82 ENS, op. cit.
  • 83 Arch. personnelles de Paul Teitgen.

56Après sa démission, il est affecté au Gouvernement Général, nommé adjoint du directeur général de l’Action Sociale (M. Lafont de Sentenac). Peuton parler d’une révélation ? Il découvre en tout état de cause la réalité socio-économique de l’Algérie : « Sécurité sociale : 425 000 assurés sociaux en Algérie, dont 375 000 européens. Quand on a fait en 1956 en Algérie un recensement, comme en métropole, M. Lacoste a ordonné que les résultats ne soient pas publiés. [...] il suffisait d’ouvrir ce recensement pour s’apercevoir que sur 1 200 000 européens, il n’y avait pas 500 000 français – le reste était des étrangers. Dans ce pays de 10 millions de musulmans, dont la terre était l’Algérie, il y avait 500 000 Français ; les autres étaient des étrangers. Et c’est ce million 200 000 européens qui prétendait que l’Algérie était française. [...] On détruisait les documents de ce genre qui permettaient aux gens de raisonner sainement »82. Paul Teitgen s’occupe personnellement d’un projet d’élargissement des bénéficiaires de régimes généraux de sécurité sociale et d’allocations familiales. Les prévisions qu’il soumet rendent si bien compte de la situation que ses supérieurs lui demandent de minimiser les conséquences financières du projet : ainsi une note datée du 10 mars 1958, dont la signature est malheureusement illisible, conclut que s’il est réellement nécessaire de présenter le rapport à « la métropole, seule solution – si l’Algérie c’est la France – il ne faut pas noircir le tableau plus qu’il ne l’est : 3 fois plus ça suffit, et non 5 fois plus »83. Il s’agit de l’effort financier nécessaire à un réel élargissement...

57Il semble que parallèlement, le chrétien Teitgen découvre le rôle de l’Islam, et sa prégnance en tant qu’élément constitutif d’une civilisation et d’une nationalité. Cet élément est très présent dans ces notes de 1959. Citant Achille Fillace, historien de la conquête, qui en 1860 prétendait que « la nationalité arabe est à jamais détruite, la conquête est achevée », Paul répond cent ans après : « L’équivoque qui pèse depuis un siècle sur notre politique algérienne commence dans cette illusion de la destruction de la nationalité arabe. [...] Cette équivoque c’est, débarrassé de tout caractère démagogique ou péjoratif, le colonialisme ». Et sur quoi fonder cette nationalité ? « L’unité historique du passé n’existe pas en effet. C’est uniquement une juxtaposition de tribus. Reste l’appartenance à l’Islam, à la religion musulmane. [...] » Il s’agit donc, pour Paul d’une nationalité arabe et musulmane, dépassant les cadres géographiques, et profondément enracinée. Évoquant le Coran « fluide, multiple », fondant cette « religion du fanatisme », il voit là la fracture réelle imposant l’indépendance comme unique recours.

58Et c’est selon lui la négation des réalités culturelles, religieuses, et économiques, qui explique le réveil des revendications. L’aveuglement des gouvernements est mis en cause : « Jusqu’au dernier quart d’heure, nous avons vécu dans l’ignorance des réalités algériennes les plus élémentaires [...] L’objet même de l’affaire algérienne, c’est d’abord, et on l’oublie, la population de l’Algérie. Rien de ce qui peut-être pensé ou entrepris dans ce pays ne peut l’être utilement et honnêtement si propos et entreprises ne se réfèrent pas à cette première et irréductible réalité vivante. ». Et il écrit plus loin : « Je crois à la vertu du scandale de la vérité ».

59C’est lorsqu’il découvre cette vérité, entre l’hiver et le printemps 1958, que se situe pour lui le véritable virage qui l’amène à ne plus croire qu’en la validité de l’indépendance. Dans son discours, l’Algérie devient une nation, et c’est en fonction de son propre patriotisme qu’il comprend la « rébellion » : « Nous aurions dû savoir qu’une nation ne se détruit pas. Un État s’écroule, un pays s’annexe, une patrie s’agrandit, une nation demeure » Dans la souffrance de voir sa propre patrie « indigne » - il évoque « le crachat de l’infamie » qui souille « la face aveugle de la patrie », révélant sa réelle souffrance de servir un État, qu’il a défendu et reconstruit, et qui est devenu « injuste » - il découvre la nation de l’ennemi. Son patriotisme, d’essence spirituelle, est indissociable de la foi et de l’attachement aux valeurs humanistes. « La justification des militaires, c’est la guerre, celle des soldats, c’est la paix. Notre combat est celui de l’angoisse que l’on éprouve à travers la paix. Notre royaume n’est pas Lacédémone, et notre loi n’est pas celle d’une caste de guerriers. C’est la loi de la liberté, de la dignité de la personne humaine, c’est pourquoi c’est la loi de la patrie. C’est la loi de la France parce que c’est la loi des hommes. Elle est celle de notre nation parce qu’elle n’est pas nationaliste » Cette France émancipatrice est bien la même que celle qu’il croyait entendre s’exprimer dans la colonisation. Mais elle doit s’exprimer par l’indépendance.

  • 84 Arch. de François Teitgen.

60Après le 13 mai, une lucidité désespérée laisse donc place aux rêves de cohabitation entre les deux communautés. Paul n’en reste pas moins sceptique quant aux choix du Général de Gaulle, dont, en bon constitutionnaliste, il a désapprouvé le retour au pouvoir. Du Brésil, où il a été éloigné après son expulsion le 19 mai, il écrit ainsi à François Teitgen : « Il ne me semble pas qu’en Algérie même, la situation s’améliore, mais il me semble que d’autre part, la technique du grand Charles pour ne pas être affirmée clairement conduit cependant à une solution plus politique que militaire. [...] Je continue à croire que l’indépendance de l’Algérie est inéluctable, quelles que soient le nom et les conditions de cette indépendance »84.

  • 85 Arch. personnelles de Paul Teitgen, op. cit.

61Dans un contexte où de plus en plus d’intellectuels se mobilisent autour du problème algérien, où des campagnes de presse sensibilisent l’opinion publique, et où les partisans de l’indépendance sont chaque jour plus nombreux, Paul, témoin à charge du Procès Audin, témoin de moralité du procès Jeanson, à choisi une solution. Mais non sans douleurs. Les notes consacrées à la préparation de cet ouvrage jamais achevé sur l’Algérie témoignent des doutes et des hésitations traversées, de sa difficulté pour appréhender la réalité algérienne, mais aussi de la fermeté de son choix. Dans un projet de préface, il explique ainsi que « c’est pour (son) compte personnel qu’au départ (il avait) entrepris cette mise au point »85.

62Pour justifier sa propre évolution, il fait appel aux valeurs morales, et on retrouve encore cette définition familiale de la paix. La solution émerge de la morale : « Dans l’affrontement de plus en plus complexe d’affirmations contradictoires et passionnées, comment déterminer nos comportements à partir de réalités simples, sinon en nous efforçant de redécouvrir une hiérarchie aux valeurs dont l’enjeu est en suspens depuis la sanglante Toussaint 1954 » ? La foi et les droits de l’homme sont désignés comme le chemin pour trouver dans l’indépendance l’unique possibilité. Son livre ne se veut « ni celui de la haine ni celui de la colère, il est celui de l’angoisse. » Et d’évoquer tour à tour la haine de la torture, « d’une guerre qui a peur de son nom », de « Vichy, la milice et la Gestapo »... Contre l’angoisse « des ténèbres de la croix qui précèdent la résurrection, [...] de la Résistance Française », mais aussi de l’univers concentrationnaire. Une « tour de Babel » où « des enfants de Dieu [...] ont appris qu’ils ont des frères qui ne parlent pas la même langue mais qui entendent le même langage de l’esprit. [...] Les patries ne sont plus les frontières de leurs égoïsmes ou de leur orgueil. Elles doivent être dans un monde en expansion matérialiste les témoins de l’homme et de sa personnalité collective dans la justice et la liberté ».

63On retrouve dans ces pages la synthèse des valeurs du patriotisme, de la foi, des droits de l’homme, les différentes strates qui composent depuis 1870 une image de la paix. Mais replongeant sans doute dans de pénibles souvenirs, et cherchant encore dans la religion une réponse, Paul Teitgen dépasse la simple question politique de l’Algérie, pour proposer une définition spiritualiste de la paix.

  • 86 Février 1959, op. cit.

64Les références religieuses sont de plus en plus présentes. La pensée de Teilhard de Chardin, dont il multiplie les citations, est au cœur de sa philosophie. Sa filiation politico-religieuse le porte à adhérer à cette théologie, et c’est sans doute dans cet esprit qu’il envisage d’intituler l’un de ces chapitres « la nostalgie de l’unité ». En février 1959, de son exil brésilien, il analyse à l’intention de François, le contexte international dominé par la guerre froide : « Je suis de plus en plus convaincu que le mal est généralisé et qu’en fait le monde est en train de prendre un virage mais qu’il ignore dans quelle direction, et c’est ce qui est grave. Ce ne sont pas deux civilisations qui s’affrontent c’est une même civilisation, celle de l’occident européen en avance sur l’histoire du monde, qui à l’ère industrielle a essaimé en Russie et en Amérique. La branche américaine se pose des questions jansénistes et y répond par une organisation internationale pharisienne. La branche russe a choisi l’avenir de l’homme dans le marxisme. L’Europe occidentale ne croit ni à l’une ni à l’autre des solutions mais n’a pas trouvé sa direction. Tout le reste est accessoire ou contingent. Trouverons-nous notre direction et serons-nous capable d’y entraîner le reste du monde, dans une nouvelle marche en avent qui pourrait ressembler à la christification du père Teilhard »86 ?

Conclusion

65Entre espoir et désespoir, Paul Teitgen se fait parfois lyrique. Au cours des conflits du siècle, il a recherché la paix dans la synthèse difficile des impératifs moraux hérités ou construits par l’expérience. Après Dachau, c’est en Algérie qu’il en découvre la complexité, et c’est comme un unique recours qu’il appelle de ses vœux « l’ange de la paix. Les démons de la guerre ont leur vocabulaire. Dans le langage des anges, la paix ne peut-être que celle promise sur la terre aux hommes de bonne volonté. C’est pour les enfants de Dieu le chemin de la vérité ».

Notes

1 Le 22 janvier 1919

2 Pierre-Henri est né en 1908 ; Madeleine, en 1909 ; Anne-Marie, en 1910 ; Colette, en 1912, emportée rapidement par la mort subite du nourrisson ; Jean en 1913 ; et Monique en 1916.

3 J. M. Donégani, « Religion et politique, de la séparation des instances à l’indécision des frontières », dans Axes et méthodes de l’histoire politique, dir. S. Berstein et P. Milza, Paris, PUF, 1998.

4 Surtout dans les années 1954-1960, c’est à dire durant la période où Henri Teitgen était député et vice-président de l’Assemblée Nationale, Pierre-Henri Teitgen ministre, Jean Teitgen rédacteur en chef du journal parlé de la radio, Paul Teitgen haut fonctionnaire, secrétaire général de la préfecture chargé de la police, à Alger de 1956 à 1958.

5 François Teitgen, Nos racines, 1990, n.e.

6 Interview dans L'Est Républicain, 19 août 1984.

7 Archives de la mairie de Zouftgen.

8 Au Nord de l’actuel département de la Moselle, à la frontière du Luxembourg.

9 Celui-ci reconnaissait aux habitants des pays annexés le droit de rester français à condition d’en faire déclaration avant le 1er octobre 1872. Le vainqueur donne au texte initial, relativement vague, un sens restrictif : il est décidé d’obliger les optants à transférer leur domicile en France.

10 Le phénomène de l’option, longtemps analysé à travers le filtre trompeur du patriotisme, fut plus limité qu’on l’a souvent pensé. Il est parfaitement excessif d’évoquer un exode massif. Les estimations les plus fiables font état d’environs 120 000 départs réels.

11 Nos racines, op. cit. Signalons que l’usage du terme « malgré-nous » est anachronique puisqu’il fut forgé pour désigner les mobilisés de 1914.

12 Celle du service militaire dans l’armée allemande.

13 Nos racines, op. cit.

14 Donc jusqu’à 55 ans révolus.

15 Journal créé après la première guerre mondiale pour contrecarrer L'Éclair de l’Est et dont Henri Teitgen avait pris la direction.

16 Les Alsaciens se sont plus volontiers installés dans les villes de Saint-Dié, Épinal et Remiremont. Nancy reste cependant le grand bénéficiaire de ce mouvement de population. Sa population double et dépasse les 100 000 habitants. En accueillant toutes les énergies des zones annexées, elle conquiert un nouveau statut administratif, mais aussi économique et culturel. « Metz n’est plus dans Metz mais dans Nancy ». Le bon mot qui plaît tant au début des années 1880 illustre très bien une réalité.

17 Entre 1871 et 1880, 8,3 % des candidats reçus à Saint-Cyr et Polytechnique sont issus de ces deux régions.

18 Nos racines, op. cit.

19 Ce manuel de lecture de G. Bruno (Augustine Fouillé), paru en 1877, fut vendu à 8 millions d’exemplaires en 25 ans. Nous pouvons supposer, sans certitude, qu’il fut probablement lu par Henri. Il s’ouvre par le serment des deux enfants sur lit de mort de leur père, jurant de quitter leur ville, Phalsbourg, pour rester français.

20 Nos racines, op. cit.

21 Ce mouvement philanthropique s’est particulièrement développé ensuite dans les milieux protestants, au cours des années 1870, cherchant à la fois à prévenir et à civiliser la guerre.

22 Rerum novarum, 15 mai 1991 ; et Au milieu des sollicitudes, 16 février 1892.

23 Au milieu des sollicitudes, Léon XIII.

24 Il n’a alors que 9 ans !

25 Issu de la fusion du mouvement créé par Marc Sangnier au Lycée Stanislas (La Crypte) et de la revue de Paul Renaudin (Le Sillon).

26 Maurice Schumann, dans Marc Sangnier. ; témoignages, dir. J.-C. Delbreil, Paris, Beauchesne, 1997.

27 Dans Nos racines, op. cit. Le témoignage semble trop littéraire pour avoir été recueilli oralement, et il faut donc songer à un récit écrit, et par là même certainement moins spontané. Mais il révèle par son lyrisme la forte personnalité d’Henri.

28 Nos racines, op. cit.

29 Nos racines, op. cit.

30 Discours, 1891-1906, t. 1, Paris, Bloud et Gay, 1910.

31 Jusqu’à la naissance en 1907 de son fils aîné, Pierre-Henri.

32 À Léon XIII a succédé en 1903 Pie X, qui en 1907 condamne le modernisme.

33 Dans le 60e régiment d’infanterie.

34 Le général André, qui répond par l’intermédiaire de son chef de cabinet, le capitaine Mollin, que ce serait difficile puisque les licenciés en droit en cours de doctorat devaient « être affectés dans le ressort de l’université où ils sont inscrits ».

35 Arch. dép. de Meurthe et Moselle, Dossier Sillon, Affaires Politiques.

36 Nos racines, op. cit.

37 C’est à dire des étudiants qui n’effectuaient qu’un an de service.

38 Les identifications politiques de la famille démocrate chrétienne, après, sont moins claires. La démocratie chrétienne existe alors bien plus comme mouvement de pensée que par d’incertaines organisations. Cet éclatement est également révélateur de fractures au sein de la mouvance, qui annoncent d’autres divisions.

39 Sur La Confédération Générale du Travail. Origine, doctrine, méthode.

40 Quatre de ses fils, dont Paul, ont suivi son exemple en choisissant le droit.

41 Pierre-Henri Teitgen, Faites entrer le témoin suivant, 1940-1958, de la Résistance à la Ve République, Rennes, Éd. Ouest-France, 1988.

42 Le professeur Georges Renard, spécialiste du droit public mais aussi philosophe et théologien.

43 Né en 1920.

44 Son élection en novembre 1919 à Paris sur une liste du Bloc National a désappointé beaucoup des fidèles, qui lui reprochent cette dérive « conservatrice », éminemment équivoque. Marc Sangnier lui-même, ne goûtant guère au travail parlementaire, engage Jeune République sur le terrain international de la réconciliation au sein de la Société des Nation, pour laquelle il revendique plus d’autorité.

45 Le parti avait adopté une structure fédérative, disposait d’un journal et d’une revue.

46 Il est lui aussi jeune professeur à la faculté de Droit de Nancy.

47 Nos racines, op. cit.

48 François Teitgen, dans son récit, souligne que ce changement de contexte explique les mauvais souvenirs qu’ils ont gardé de leur lycée, alors que Pierre-Henri, dans les années 1920, y avait eu une scolarité moins douloureuse.

49 Nous ne dirons rien de l’action d’Henri, arrêté le 13 novembre 1942 par la Gestapo, et déporté à Buchenwald.

50 Conseil Général des Études. Constituée en juillet 1942, cette instance de réflexion pour l’après-libération, dépendant du CNR est qualifiée par Pierre-Henri lui-même de « Conseil d’État clandestin » (Entretien, 1995). Voir D. de Bellescize, Les neufs sages de la Résistance, cf. bibliographie.

51 Arrêté le 6 juillet 1944 à Lunéville, transféré à la prison de Nancy ou il est soumis à la torture, puis déporté au Struthof-Natzweiller (sa fiche d’entrée est datée du 19 août 1944), il est transféré vers Dachau au moment de l’évacuation du camp en septembre.

52 Pierre-Henri Teitgen est alors ministre de l’information

53 Il s’est marié le 6 janvier 1944.

54 Pierre-Henri est alors garde des Sceaux et a fait de Paul son chargé de mission, puis son chef de Cabinet.

55 Si l’on se fie au comptes rendus des réunions.

56 Archives personnelles de Paul Teitgen.

57 Le 1er juin 1945, remplaçant à ce poste son ami François de Menthon, qui prend en charge la direction du parquet alors mobilisé par la tribunal international de Nuremberg.

58 Entretien, 1995.

59 Revue de l’École nationale d’Administration, no 1, mai 1946, mensuel, Paris, Librairies-imprimeries réunies. Arch. de l’ENA, Les grandes écoles, et c'est le cas de l'ENA, ont toujours été créées pendant des périodes de crise ou de remise en cause : révolutions de 1789 et de 1848, 1870, 1945. Elles répondent toujours au besoin de rétablir une paix, sociale ou politique, qui soit en adéquation avec les aspirations du moment.

60 Odon Vallet, L’École ou la vanité considérée comme un mode de gouvernement, Paris, Albin Michel, 1991.

61 Arch. de l’ENA, dossier personnel d’ancien élève, décembre 1945.

62 Arch. de l’ENA, Dossier d’ancien élève de Paul Teitgen. Toutes les copies d’entrée et de sortie y figurent. Certains passages n’ont pas pu être déchiffrés et des mots manquent donc, signalé par la mention (illisible).

63 Nous n’analysons que les deux premières, la troisième, plus technique, ne présente pas d’intérêt pour le sujet.

64 Les États-Unis étaient encore les seuls détenteurs du secret.

65 Issus des milieux si variés de la Résistance (la séparation entre ceux de la France Libre et ceux de la Résistance Intérieure est évoquée par certains témoins), de la déportation, ou des camps de prisonniers de guerre, les candidats venaient d’horizons multiples. L’échelle des âges était assez ouverte, et les sections séparées de manière plus stricte qu’actuellement accentuaient l’hétérogénéité du groupe.

66 Entretien, 1998.

67 Entretien, 1998.

68 Au comité national du MRP les 14 et 15 novembre 1954, propos repris dans Le Monde, et qui engendrent un échange plus que vif avec Mauriac dans L’Express. Cf. Bloc-notes, novembre 1954, Paris, Éd. du Seuil, 1993 (1er éd., Flammarion, 1958).

69 Entretien, 1995.

70 Séminaire d’histoire de la guerre d’Algérie, École Normale Supérieure, compte rendu de la séance du 6 février 1973, Autour de la bataille d’Alger, réunissant Paul Teitgen et le colonel Trinquier, sous la présidence de Guy Perville.

71 Les militaires avaient besoin de sa signature pour assigner à résidence des suspects. Paul Teitgen en conservant ce pouvoir savait quelle unité était responsable en cas de disparition ou de torture.

72 Créée le 5 avril 1957 par le gouvernement pour désamorcer une campagne de presse que la démission du Général de Bollardière vient de rendre plus virulente, elle comprend 12 personnalités, réunies sous la présidence du magistrat Pierre Béteille.

73 Arch. de Paul Teitgenv Note à la Commission de Sauvegarde, 1er septembre 1957.

74 Arch. personnelles de Paul Teitgen, Lettre de démission de Paul Teitgen, le 29 mars 1957.

75 Face à la raison d’État, un historien dans la guerre d’Algérie, Paris, Éd. La Découverte, 1989. Il distingue dans cette typologie tripartite, « les bolchevicks », les « tiers-mondistes », et les dreyfusards, « soucieux, comme le jeunes Péguy, du salut éternel de la France.

76 Séminaire ENS, op. cit.

77 Pour l’exemple : L'affaire Iveton, Paris, Éd. l’Harmattan, 1986.

78 Notes personnelles. Paul Teitgen écrit ces mots en 1959, de Paris. Il tente de rédiger un ouvrage sur la guerre qu’il vient de quitter mais qui se poursuit. Les nombreuses notes retrouvées dans ces archives personnelles permettent une analyse intéressante de la paix qu’il envisage pour cette terre algérienne.

79 Séminaire ENS, op. cit.

80 Lettre de démission, op. cit.

81 Notes personnelles, op. cit.

82 ENS, op. cit.

83 Arch. personnelles de Paul Teitgen.

84 Arch. de François Teitgen.

85 Arch. personnelles de Paul Teitgen, op. cit.

86 Février 1959, op. cit.

Auteur

Lille 3 - CRHEN-O

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540