Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idée de paix en France et ses représentations au xxe siècle

 | 
Alain-René Michel
, 
Robert Vandenbussche

II - Combats pour la paix

Les polémiques autour de l’idée de paix en Algérie à travers la collection « Tribune Libre » des éditions Plon

Dominique Balvet et Maryvonne Prévot

Texte intégral

  • 1 J. Soustelle, Le Drame algérien et la Décadence française, Plon, Coll. Tribune libre, p. 50.

1« Ici (à Paris) on trempe sa plume dans l’encre, là-bas les couteaux se plongent dans le sang »1. Le propos polémique de J. Soustelle est explicite : la réalité de la guerre d’Algérie se double, à partir de 1957, d’une « guerre des intellectuels ».

Une collection dans « la guerre des clercs »

  • 2 Fondateur avec Jean Mistler en 1942 des éditions du Rocher à Monaco, il prend la direction littéra (...)
  • 3 A. Simonin, « Les éditions de Minuit et les éditions du Seuil. Deux stratégies éditoriales face à (...)
  • 4 Parmi les titres d’ouvrages parus en 1957, citons, outre ceux mentionnés dans cette étude : A. Mem (...)

2En juin 1957, le premier numéro de la collection paraît : c’est Le socialisme trahi d’André Philip. La collection, dirigée par Charles Orengo2 naît 18 mois après l’arrivée de la gauche au pouvoir et le premier titre sonne comme un jugement sans appel. 1957, c’est encore l’année où deux autres maisons d’édition « entrent » dans la guerre d’Algérie, qui devient ainsi actrice d’une stratégie éditoriale3. 1957 est une année clé, dans la dénonciation de la torture ou la mobilisation des intellectuels, d’obédience catholique ou non4. Plon participe au mouvement de sensibilisation de l’opinion publique, en investissant un créneau spécifique : celui de l’ouvrage en prise avec la réalité, épousant la chronologie, à mi distance entre l’œuvre de référence et la revue intellectuelle dont les années cinquante constituent « l’âge d’or ». Pas plus que les autres maisons d’édition, Plon ne précède cette sensibilisation. Mais dans cette perspective, cette étude se veut dans le prolongement des travaux d’Anne Simonin ou Claude Liauzu parus en 1988 dans les Cahiers de l'’IHTP.

  • 5 Une démarche dans ce sens a été tentée en juillet 1997. Le responsable alors interrogé nous a décl (...)
  • 6 Cf. : R. Faligot et R. Kauffer, Les résistants, Paris, Fayard, 1989, p. 333-336, qui relate dans q (...)

3La profession de foi de l’éditeur est ainsi rédigée : « Des prises de positions personnelles sur les grandes questions de l’heure, des témoignages d’hommes engagés dans un combat qui leur tient à cœur, une réflexion appliquée à dominer la confusion de l’actualité, à prévoir et à choisir. Voilà les buts de cette tribune qui, dès le départ, s’est voulue « libre », ouverte à tous les horizons politiques et toutes les écoles de pensée ». C’est en effet sur le principe du « droit de réponse » que les titres vont paraître. Un travail sur les archives de cette collection n’a pas été possible5. Mais, les liens évidents de nombreux auteurs avec le pouvoir Guy Mollet, Alain Savary, André Philip et surtout avec les divers « milieux » ou « mouvances » gaullistes (Raymond Aron, Jacques Soustelle, Michel Debré, Edmond Michelet, Roger Barberot6 ou Maurice Schumann) laissent à penser que les ouvrages ne furent pas soumis à la censure et la maison d’édition, qui fait paraître les Mémoires de guerre dès 1955, puis 1956 et 1959 ne fut pas inquiétée au contraire des Éditions de Minuit par exemple. Il nous paraît donc intéressant de noter que cette collection est le lieu de confrontations de personnalités politiques, militaires et intellectuelles qui ont toutes partagé l’aventure du « gaullisme historique » ou encore qui se sont ralliées à de Gaulle. C’est le cas de Guy Mollet en 1958.

  • 7 Le Monde a régulièrement rendu compte des parutions par exemple, mais aussi La Dépêche du Midi.
  • 8 La présentation de l’ouvrage de R. Aron par le Centre Catholique des Intellectuels Français donna (...)

4Cinq mois après ses débuts, la nouvelle collection atteint 100 000 exemplaires et s’enorgueillit « par les extraits, les comptes rendus et les commentaires qu’ont publiés la presse parisienne et la presse de province7, par toutes les polémiques qu’elle a soulevées »8, de répondre réellement à « un besoin actuel ».

  • 9 Chiffres donnés dans le no 52, en 1959.

5Un an et demi après sa création, la collection affiche 300 000 exemplaires « ce qui lui assure [...] plus de 16 000 lecteurs par mois »9. Chacun des ouvrages est tiré à 3 ou 4 000 exemplaires, sans réimpression prévue. Le processus de publication est très rapide, huit à dix jours et le prix moyen d’un livre n’excéde pas 450 francs de l’époque.

  • 10 À noter que cette profession de foi est très proche de celle de la collection « Les idées et la vi (...)

6La profession de foi initiale critique « les conditions actuelles d’exploitation de la presse (qui) privent aujourd’hui le lecteur de la moitié de son journal. À mesure que l’information pure conquiert une place toujours plus grande, la place faite aux idées et aux opinions s’amenuise. L’accélération de l’histoire, l’obsession de la dernière nouvelle rendent impossible une réflexion pourtant indispensable au moment où une situation politique de plus en plus complexe exige un choix rapide... Nous pensons qu’il appartient aux éditeurs de rendre aux hommes de ce temps le moyen de s’exprimer totalement et librement sur les problèmes de l’actualité, qui sont « nos problèmes » à tous »10.

  • 11 La drame algérien et la décadence française.
  • 12 La tragédie algérienne.

7Mais ce reproche doit être nuancé puisque la quasi totalité des ouvrages sur lesquels s’appuie cette étude ne sont pas des textes à proprement parler originaux et à destination exclusive de cette collection, à l’exception de la « réponse » de Jacques Soustelle11 à Raymond Aron12. En réalité, disons qu’il s’agit dans l’ensemble de compilations ou de la refonte d’interventions, conférences ou écrits diffusés précédemment de manière beaucoup plus restreinte, voire même la reprise d’articles parus dans de grands quotidiens. Prenons ainsi quelques exemples.

  • 13 F. Lafon, Guy Mollet secrétaire général du Parti socialiste SFIO 1946-1969. Recherches sur les pri (...)
  • 14 OURS CD du 7 octobre 1956. Mireille Osmin, relayée par Lucien Coffin, pose le problème de la créat (...)

8C’est le cas du premier ouvrage d’André Philip, qui reprend, en les étayant, les arguments exposés le 21 février 1957 devant la Commission nationale des conflits de la SFIO. Ce très long plaidoyer marque un tournant dans l’histoire des oppositions au secrétariat général. « Jamais, écrit François Lafon13 quelqu’un n’est allé aussi loin dans l’exposition d’une autre conception de la place et du rôle d’un parti socialiste ». Ce plaidoyer constitue le « prototype » des réflexions qu’il devait publier quelques mois plus tard et préfigurer le concept de « national-molletisme ». La pacification en Algérie est qualifiée de « crime ». Le titre même de la collection reflète une exigence revendiquée, notamment à l’intérieur de la SFIO, par la minorité qui s’est peu à peu construite en opposition à la politique algérienne du gouvernement présidé par Mollet14.

9L’ouvrage de Raymond Aron La Tragédie algérienne est aussi un recueil de deux textes : une lettre au Président du Conseil Mollet, rédigée en avril 1956 et un second texte de mai 1957. Le tout publié en juin.

  • 15 No 18 de la collection.
  • 16 No 63 de la collection, paru en juillet 1962.

10Guy Mollet répond indirectement quelques mois plus tard par Bilan et perspectives socialistes15. La 4e de couverture nous apprend qu’il s’agit du texte d’une des « conférences », prononcée par Mollet à Béthune dans le courant du mois de décembre 1957. « En le revoyant, M. Guy Mollet en a complété certains passages pour tenir compte des événements qui se sont produits au cours des dernières semaines de l’année 57 ». Le même principe préside à la parution de son deuxième ouvrage 13 mai 1958-13 mai 196216 : « Pour la rédaction de cet ouvrage, M. Guy Mollet a utilisé, en dehors de pages inédites, différents textes (études, articles, déclarations à huis clos aux cadres du Parti socialiste) en même temps qu’il a sorti de ses archives inédites un certain lot de documents d’un très grand intérêt... ».

  • 17 No 54 de la collection, paru en janvier 1960.
  • 18 Lettres de rappelés précédées d’un débat entre J. Y Alquier, R. Barberot, J.-C. Kespern, M. Massen (...)
  • 19 OURS, exposé d’Alain Savary devant le Conseil National de Puteaux des 15 et 16 décembre 1956 et CH (...)
  • 20 N. Ruz, « La force du cartiérisme », dans La guerre d’Algérie et les Français, op. cit., p. 334.

11Le livre d’Alain Savary Nationalisme algérien et grandeur française17 mêle des interventions à l’intérieur du Parti et des études externes au parti18, émanant d’un collectif d’auteurs très proches de lui, de juin et septembre 1957 respectivement intitulées : « Quelques données du problème algérien » et « Éléments du problème algérien »19. Deux rapports officieux qui seront suivis en septembre de la même année de celui qu’on a appelé « le rapport des hauts fonctionnaires » qui assimilait le développement économique de l’Algérie par la France à un « suicide économique »20.

12Quant à l’ouvrage d’Alain Peyrefitte intitulé Faut-il partager l’Algérie ? paru en 1962, il a pour base deux articles du Monde. Le premier, datant du 30 septembre 1961 a pour titre : « Du regroupement à la fédération », et le second du 1er octobre 1961, « Réponses à quelques objections ».

Des mythes et des modèles pour quelle paix en algérie ?

L’année 57 donne le « la » et définit les bornes extrêmes de la polémique intellectuelle et politique

La polémique Aron — Soustelle en est une première illustration21

  • 21 Sur R. Aron et la guerre d’Algérie, outre ses ouvrages déjà cités, voir aussi : N. Baverez, Raymon (...)
  • 22 Notamment dans Aimée et souffrante Algérie, Plon, 1956.

13En effet dès cette année sont formulées des prises de position diamétralement opposées quant à la définition et aux méthodes de pacification et quant aux perspectives de paix. La parution, en juin 1957, de La Tragédie algérienne de R. Aron fait événement : l'éditorialiste du Figaro, préconise – s’appuyant sur une argumentation de nature socio-économique et démographique - l'indépendance rapide de l'Algérie, dans l'intérêt d'une métropole engagée par le tout récent Traité de Rome dans l'aventure européenne. Dès le mois d'août, Jacques Soustelle - ancien gouverneur de l'Algérie, le fondateur de l'Union pour le Salut et le Renouveau de l'Algérie Française (USRAF) - fait paraître sa réponse intitulée Le drame algérien et la décadence française. Il affirme pour sa part que, hors de l'intégration de l'Algérie à la France, il n'est aucune réelle paix possible. Une intégration qu’il a souvent définie22 comme l’égalité des droits et des devoirs de tous les habitants d’une Algérie partie intégrante de la France et qui postule la promotion sociale rapide de la masse musulmane.

14Générique, ce débat est aussi emblématique. Il confronte deux perspectives contradictoires, quoique toutes deux fondées sur la perspective du retour à la paix. Il s’appuie sur deux stratégies discursives, deux champs sémantiques distincts. Un appel à la raison de la part d'un observateur qui se positionne d'emblée du point de vue de l'intérêt métropolitain, doublé d'une vision mondiale, et mobilisant des ressources de type statistique : R. Aron. De l'autre, un positionnement moral, à tonalité polémique, l'affirmation d'un volontarisme politique aux accents quasi prophétiques : Jacques Soustelle.

  • 23 La Tragédie algérienne, p. 36.
  • 24 Idem, p. 27.

15Dans La Tragédie algérienne, Aron affirme que si l'effort de guerre en Algérie « matériellement n'excède pas nos forces », il constitue néanmoins « un problème diabolique qui obstrue l'avenir de la France » et, voulant mettre en garde contre un « abandon par lassitude », prône « une résolution peut-être amère mais lucide... La solution héroïque de l'abandon »23. En effet, l'intégration est à ses yeux condamnée par le coût énorme pour la collectivité de la promotion d'une communauté musulmane au niveau de vie et au comportement démographique tout autres que ceux des métropolitains et des Français d'Algérie. Par ailleurs, la conséquence politique, avec l'accession au Parlement de plusieurs dizaines d'élus musulmans, serait un facteur de déstabilisation. Dès lors que toute solution d'autonomie ou de fédéralisme lui apparaît n'être que provisoire - et en cela il ne se distingue pas de Soustelle - Aron conclut que : « Les seuls buts de guerre que la France puisse raisonnablement se proposer sont ainsi définis : laisser l'Algérie accéder à l'indépendance sans qu'une politique jugée par les Français eux-mêmes déshonorante leur laisse une insupportable humiliation, renforce les chances de ceux qui, en Tunisie, au Maroc, en Algérie souhaitent des États islamiques en relation avec l'occident »24.

  • 25 J. Soustelle, op. cit., p. 2 et 16. Servan-Schreiber publie, chez Julliard, en 1957, Lieutenant en (...)
  • 26 Idem, p. 17.
  • 27 Idem, p. 56.

16Dans Le Drame algérien et la décadence française Soustelle dénonce en Aron le « Servan-Schreiber du riche, Mauriac de la sidérurgie, Claude Bourdet de la finance », en fait l'incarnation du « défaitisme de la nouvelle droite » concomitant du « défaitisme de la nouvelle gauche ». La « solution héroïque de l'abandon », c'est céder à la fatalité de la décolonisation, « c'eût été accepter en 1940 la victoire de Hitler, en 1945 la subversion de l'Europe par le communisme... en 732 la victoire inéluctable du Croissant »25. Les termes du débat sont posés, entre celui qui conclut au caractère inévitable d'une indépendance algérienne prise dans le mouvement général de décolonisation, et celui qui en appelle à une nouvelle résistance. Résistance au « panarabisme », à la progression soviétique en Méditerranée et aux visées présumées des États-Unis. Il faut « refuser de renoncer à l'Eurafrique, pour nous jeter et nous - el-Kébir, avec le Sahara et son pétrole », sous une indépendance nominale, deviendrait « un satellite de Wall Street noyer dans la petite Europe sous tutelle américaine »26. L'Algérie, « parce qu'elle est ce qu'elle est là où elle est », avec Mers ou du Kremlin27.

  • 28 Idem, p. 22 et 6.

17La vision géostratégique se double d'un jugement moral : « plus proche d'un Algérien arabe ou berbère que de certains métropolitains ricanants et veules, prêts à tout renier pour avoir leur pitance et leurs vacances », Soustelle ne saurait admettre que « l'on se débarrasse à la sauvette d'une province qui fut française avant Nice et la Savoie, et dont les fils sont tombés pour défendre la métropole ou la libérer »28.

Mais la pacification n'est pas la paix

  • 29 A. Philip, op. cit., p. 165.
  • 30 Idem, p. 164, 172-176, 182, 185.
  • 31 Idem, p. 187.

18En effet, à gauche, par la voix d'André Philip dont Le socialisme trahi sonne le glas d'une unité socialiste mise à mal depuis 1956, la pacification est un « crime ». C'est la condamnation sans appel de la politique algérienne du gouvernement à direction socialiste ou plutôt de ce qu’il qualifie « d’absence de politique »29. La « capitulation du 6 février 1956 » de Guy Mollet, le prive du « pouvoir d’arbitrage entre les communautés » et l’empêche de réagir « avec la même énergie contre les extrémistes des deux clans ». « Cette position d’arbitrage, seule, donnait un sens à l’appel du contingent ». Il dénonce « le rapt de l’avion marocain » d’octobre 1956, « le déshonneur de la violation de nos traditions et de nos engagements internationaux » qui précédent à ses yeux la « défaite militaire » de Suez, comme autant d’actes vidant de toute substance le triptyque « cessez-le-feu, élections, négociations » et précipitant, chaque jour davantage l’Algérie « au fond du gouffre »30. La pacification ce sont : « des musulmans arrêtés et « suicidés »... la pratique de la baignoire et de l’électricité, les exécutions d’otages qui sont devenues la règle, ainsi que la destruction de villages par représailles ». Pratiques qui risquent ainsi « de pourrir toute une génération en lui faisant perdre le sens des valeurs morales historiques qui constituent la France ; c’est là qu’il y a vraiment, et profondément, atteinte au moral de l’armée et de la nation »31.

  • 32 R. Barberot, Malaventure en Algérie, Plon, Coll. Tribune libre, p. 228.

19Précisément, le moral d’une fraction de l’armée et certaines méthodes de pacification sont au cœur de Malaventure en Algérie écrit « à chaud », en un mois par Roger Barberot. Il s'agit d'une défense du Général de la Bollardière, qui - à la différence du général Massu - a refusé pour des raisons morales et d'efficacité pratique, d'autoriser ses officiers à employer la torture, a demandé à être relevé de son commandement et a été condamné aux arrêts de forteresse. La condamnation explicite de la torture n'engendre nulle complaisance du reste à l'égard de la thèse de Raymond Aron : « l'abandon résolu plutôt que résigné » écrit Barberot « c'est toujours Munich mais avec le sourire de Daladier »32. En effet, c’est une autre forme de pacification synonyme, non pas de répression mais de contacts et d’actions sociales auprès des populations, qu’entendait mettre en œuvre le chef des « commandos noirs ».

  • 33 L’ouvrage, publié en Tribune libre est d’une tonalité voisine de celle du Courrier de la colère, p (...)

20Soustelle préférait le salut de l’Algérie au maintien du régime « impuissant » et des « institutions fourbues » de la Quatrième République. La condamnation devient explicite dans la dénonciation par Michel Debré des Princes qui nous gouvernent33 qui constituent un quasi appel à l’insurrection. L’ouvrage d’Edmond Michelet Contre la guerre civile, s’il n’adopte ni le ton polémique du premier, ni la violence des formes du second, est aussi un appel à de Gaulle et un rejet explicite de la torture pour des raisons morales et religieuses comme chez André Philip. Pour l’ancien résistant et déporté, pour le démocrate-chrétien rallié au gaullisme, l’espoir de paix réside dans une œuvre de réconciliation, inspirée de l’esprit de la résistance sous l’égide d’un « arbitre » qui ne saurait être que l’homme de Londres et de Brazzaville.

Le retour du général de Gaulle : entre mythes perpétués et nouvelles perspectives de paix

21Le nouveau contexte politique français, marqué par le retour au pouvoir du général de Gaulle, incite certains auteurs de la collection à reprendre la plume (Aron, Philip, Debré, Mollet), ou à la prendre comme le socialiste Alain Savary, secrétaire d’État aux affaires marocaines et tunisiennes dans le gouvernement de Guy Mollet jusqu'à sa démission en octobre 1956.

22Il s’agit pour eux d’approfondir leurs analyses ou de préciser leurs attaques, en fonction des déclarations du nouveau chef de l’État et de son Premier Ministre et de l’évolution des négociations avec le FLN.

  • 34 A. Philip, Pour un socialisme humaniste, Paris, Plon, collection Tribune Libre, no 55,1960, p. 122 (...)
  • 35 R. Aron, L'Algérie et la République, Paris, Plon, collection Tribune Libre, 1958, p. 89.

23Si le retour de de Gaulle est à juste titre perçu comme une rupture politique, nous pouvons constater une filiation certaine dans les thématiques développées d’une République à l’autre. Ainsi André Philip, dans son ouvrage Pour un socialisme humaniste poursuit sa dénonciation véhémente des « tortures », des « abominations », des « horreurs généralisées »34. Par ailleurs ce livre, ainsi que L'Algérie et la République d’Aron et Nationalisme algérien et grandeur française de Savary abordent des thèmes convergents. L’importance - excessive et dangereuse pour les institutions républicaines - prise par l’armée en Algérie en est un. Aron comme Philip évoque « la Révolution du 13 mai » et estime que si « pour la première fois, depuis le 18 brumaire, l’armée française a pris l’initiative d’un coup d’État »35, le retour équivoque du général de Gaulle offre néanmoins une chance au risque que l’armée française fait courir à la République et ouvre enfin une nouvelle perspective de paix.

  • 36 A. Philip, op. cit., p. 105, p. 118 et suivantes.
  • 37 Idem, p. 106 et suivantes et A. Savary, Nationalisme algérien et grandeur française, Paris, Plon, (...)

24Philip déclare pour sa part qu’en « acceptant de prendre le pouvoir à la suite du 13 mai, sous la menace de l’insurrection militaire », le général de Gaulle « a renforcé et officialisé le poids de l’armée en Algérie »36. Une armée qui - pour les deux socialistes dissidents que sont Alain Savary et André Philip - a forgé sa doctrine propre, ce qu’ils qualifient de « mythe de l’intégration »37, pour légitimer son action, irréductible à la seule défense des intérêts des colons. « L’armée en vint à rechercher quelles pouvaient être les conditions du maintien de la présence française et trouva la réponse dans l’intégration... La tâche était immense et difficile mais aussi claire et exaltante : action anticolonialiste et antiraciste, soigner, instruire, loger et faire travailler les musulmans ; action patriotique et nationale qui conserverait l’Algérie rénovée à la France, qui barrerait la route à l’expansion communiste directe ou relayée par le panarabisme nassérien, action qui assurerait la survie de l’armée pour laquelle un nouvel abandon aurait signifié la fin », écrit Savary qui prend appui, pour sa démonstration, sur la directive no 3 du ministre résident socialiste Robert Lacoste datée du 30 novembre 1956.

Le « mythe de l’intégration »

  • 38 G. Mollet, dans 13 mai 1958-mai 1962, Paris, Plon collection Tribune libre, 1962, continue de défe (...)
  • 39 Ex : critique du Plan de Constantine qualifié de « mythe industriel » par A. Philip, op. cit., p.  (...)
  • 40 R. Aron, op. cit., p. 89, A. Savary, op. cit., p. 108-109.
  • 41 A. Philip, op. cit., p. 107 et A. Savary, op. cit., p. 111.

25Pour généreuse qu’elle ait pu apparaître à certains, à droite comme à gauche38, l’intégration n’en est pas moins un « mythe », dénoncé vigoureusement : Aron parle de « bouffonnerie tragique ». Une intégration « impossible » - le même adjectif est employé, en tête de chapitre, par Aron et Savary, qui, comme Philip39, en chiffrent précisément le coût démographique, économique, social et culturel. Savary rappelle que l’intégration fut l’idée force du 13 mai « sans que personne ait cherché les conditions de sa réalisation et les conséquences d’une politique qui y tendrait ». Il la chiffre à 600 milliards par an pour le développement économique, 100 à 200 milliards pour l’application des lois sociales, 500 milliards pour la pacification « car il faut penser que l’intégration ne désarmerait pas l’hostilité du FLN et n’arrêterait pas la guerre ». Pour quel résultat ? Pour aboutir à une relèvement annuel de 5 % du niveau de vie moyen des masses musulmanes rurales (soit 63 % en 10 ans) ce qui porterait ce niveau de vie par rapport à celui de la métropole au début de la période de 10 à 16 % seulement. Cela aboutirait aussi selon Savary, Aron pense de même, à « paralyser toute politique française d’expansion, de rayonnement économique et de progrès social », incompatible avec une pareille charge. Cela accroîtrait la tension entre les deux communautés, car « lorsque deux collectivités à niveaux et à conditions de vie très différents cohabitent sur un même territoire, la collectivité à bas niveau voit ses conditions de vie s’améliorer, ses besoins croissent beaucoup plus vite que ses ressources. Pour aboutir paradoxalement, si l’intégration est vraiment appliquée, c’est dans cette perspective qu’il faut se placer, à la rupture de l’équilibre ethnique de l’ensemble Dunkerque Tamanrasset où, dans un demi siècle, les musulmans seront plus nombreux que les européens avec les conséquences que cela comporte. Ce n’est donc pas non pas à la paix que l’on aboutirait, mais à une véritable désintégration car les musulmans prennent conscience de leur histoire différente de la nôtre et de leur solidarité avec le monde islamique ». Enfin Savary, Aron et Philip sont d’accord pour affirmer qu’une telle entreprise, si elle voulait échapper à ces conséquences sur le plan algérien aussi bien métropolitain, ne pourrait être poursuivie que dans un cadre totalitaire40 ; nous perdrions nos libertés et notre espoir de « renforcer l’influence française dans le monde et l’équilibre économico-social en France ». Savary souligne que les maîtres problèmes dont la solution commande l’avenir et le progrès de l’Algérie, le contrôle des naissances et la mobilisation des masses sous-développées, ne peuvent recevoir que des solutions proposées et appliquées par des musulmans ». André Philip et lui emploient d’ailleurs le terme de « génocide »41 pour qualifier la manière dont serait perçue une tentative forcée de limitation des naissances parmi les populations musulmanes.

  • 42 CHEVS 5 CJM 11 Dr6, p. 15 à 23.
  • 43 Idem. Les auteurs de ce travail égratignant au passage « ...un gouvernement qui se réfère sans ces (...)
  • 44 Ce qu’il affirmait déjà en octobre 1956, cf. : M. Prévot, « Convergences maghrébines autour d’Alai (...)
  • 45 A. Savary, op. cit., p. 177 et suivantes.
  • 46 « La pacification suppose la défaite ou la destruction de l’élite nationaliste » écrit par ailleur (...)

26Savary reprend dans son ouvrage les travaux du groupe Algérie du Club Jean Moulin auquel participent trois anciens membres de son cabinet (le colonel Vitu de Kerraoul, Olivier Chevrillon et Robert Vaez-Olivera) notamment le rapport du 9 juillet 1959, intitulé : Évolution du problème algérien, contradictions et impossibilités du rapport Lauriol qualifié de « tentative intégrationniste »42. Suivant les conseils de ses amis du Club Jean Moulin qui dénonçaient la « grave erreur de la gauche qui laisse la droite s’approprier la défense de la grandeur nationale »43, Savary dans son ouvrage s’interroge sur les véritables facteurs de la grandeur française. Il en distingue deux principaux : « la cohérence de la collectivité nationale, c’est-à-dire l’adhésion des individus à cette collectivité » et « le rayonnement de la collectivité nationale au sein des peuples et des Nations ». Sa démarche vise à démontrer qu’une politique d’intégration de l’Algérie mettrait en danger ces deux facteurs. La Croix du 10 février 1960 souligne de plus la donnée suivante, qui rapproche encore l’ouvrage de Savary de ceux de Raymond Aron : « S’il n’est pas « carriériste » au sens habituel du terme, l’auteur pense que la France ne peut accorder à l’ensemble des peuples d’Outre-mer qu’une aide compatible avec les nécessités du renforcement de la cohérence de la collectivité française et du relèvement du taux de croissance de l’économie nationale ». Alain Savary conclut que « posé en termes de grandeur nationale, le problème algérien se ramène pour la France à trouver et à appliquer une procédure permettant à l’Algérie d’aller vers un self-government, c’est-à-dire assurer sa décolonisation, sans que la mise en œuvre de cette procédure soit oppressive pour la colonie française implantée outre-Méditerranée, ni exclusive du maintien avec l’Algérie de liens étroits ». Convaincu « qu’il n’y a pas de voie médiane entre l’intégration de l’Algérie à la France et son évolution vers une nation »44, Savary esquisse les grandes lignes d’une procédure possible, « l’option à termes », dans laquelle l’institution d’une « période transitoire » d’une dizaine d’années45, durant laquelle devront se dégager « les élites46 et les équipes musulmanes actuellement insuffisantes en nombre ».

  • 47 A. Savary, op. cit., p. 132 et 136.
  • 48 Idem, p. 137.
  • 49 D. Maus, « La guerre d’Algérie et les institutions républicaines », dans La guerre d’Algérie et le (...)

27Il est intéressant de noter qu’à plusieurs reprises, Savary nomme de Gaulle « l’ancien chef de la France Libre »47, rappelant ainsi l’expérience fondatrice qui les lie, par delà leurs divergences, et qui place Savary, Compagnon de la Libération, au même rang qu’un Michel Debré dont il ne cesse de dénoncer les déclarations intégrationnistes48. Le but de Savary semble avoir été, par son essai, de donner à de Gaulle des arguments irréfutables pour contrer son Premier Ministre. Savary, tout en s’opposant aux institution de la Ve République et à la personnalisation du pouvoir, intègre ici la lecture gaullienne de la Constitution, en s’adressant directement au chef de l’État puisque la politique algérienne relève, depuis janvier 1959, de la sphère présidentielle49.

28L’annonce du projet d’autodétermination, en septembre 1959, a motivé les écrits de Philip et Savary car elle offrait de nouvelles perspectives de paix. La semaine des barricades de janvier 1960 et le départ de Soustelle du gouvernement, l’échec des pourparlers de Melun en juin-juillet 1960, le référendum sur l’autodétermination en janvier 1961, le putsch des généraux en avril 1961, la réouverture enfin des négociations avec le FLN, à Évian, en mai, sont autant d’étapes qui scandent la politique algérienne du Président de la République. Après avoir tenu tête aux civils et à l’armée en Algérie, de Gaulle semble afficher une volonté de trouver une solution de paix négociée.

29C’est dans ce contexte qu’Alain Peyrefitte publie Faut-il partager l’Algérie ?

  • 50 CHEVS 5CJM 11 Dr6.
  • 51 A. Simonin, op. cit., p. 156.

30La thèse de Peyrefitte est « décortiquée » systématiquement, longuement critiquée au sein du groupe Algérie du club Jean Moulin50. C’est un deuxième indice, après les écrits et les témoignages de Robert Vaez-Olivera et Olivier Chevrillon, de l’intérêt discret mais réel des membres du club pour la situation et les solutions préconisées en Algérie. En 1962 paraît aux éditions du Seuil, le produit de ses travaux51. Le club s’interroge sur Alain Peyrefitte, député de la Marne, « membre du plus important parti de la majorité gouvernementale dont il a été à plusieurs reprises le porte-parole officiel en politique étrangère » ; il tend à suggérer que ces thèses sont en quelque sorte « téléguidées » par le pouvoir afin d’anticiper et de peser sur le déroulement officiel des négociations en prévoyant le pire et en préparant le partage de l’Algérie.

  • 52 Référendum de janvier 1960 et pourparlers de Melun.

31Peyrefitte estime souhaitable le regroupement des populations algériennes en trois zones - orientale, occidentale et saharienne - parce qu’il est susceptible de provoquer l’apaisement et de permettre à terme une unification durable. « Il ne s’agit de diviser pour régner mais de distinguer pour unir », écrit-il. Il le distingue du « partage » qui ne serait qu’une « extrémité » à laquelle pourrait aboutir « l’entêtement du FLN »52. Son propos vise à placer le FLN devant un dilemme : négociation ou partition.

32Dans ce schéma, les Européens et les musulmans fidèles à la France seraient regroupés dans une zone couvrant au minimum les départements d’Alger et d’Oran et au maximum les zones d’Alger, Orléanville, Mostaganem, Oran, Tlemcen. Le reste de l’Algérie formerait une autre circonscription dont le chef-lieu pourrait être Constantine et une troisième, le Sahara. Les trois zones recevraient un statut d’autonomie et seraient progressivement acheminées vers un statut d’États confédérés. Une charte confédérale serait ainsi mise au point « en consultation avec les trois exécutifs provisoires » et serait ensuite soumise pour approbation ou rejet, au référendum d’autodétermination. Si l’Algérie constantinoise, dominée par le FLN refusait de la ratifier, le partage au moins provisoire de l’Algérie deviendrait inévitable. Pour ses détracteurs, après le référendum, le retour à l’intégrité du territoire pour les uns, ou le maintien de la séparation pour les autres, deviendraient des buts de guerre. Le partage ne signifie pas la paix mais poursuite de la guerre.

  • 53 A. Savary, op. cit., p. 182-183 : « Une telle solution est inapplicable en Algérie : les situation (...)

33Les membres du club partagent les doutes d’Alain Savary53 sur la possibilité d’appliquer à l’Algérie européenne le modèle chypriote ou libanais. « On voit mal l’État « européen » d’Alger et d’Oran devenir un État pluricommunautaire de type libanais ou chypriote ». De même repoussent-ils le modèle israélien qui semble inspirer les partisans du partage lesquels comptent sur l’appoint de deux millions de musulmans « fidèles » pour renforcer une minorité européenne numériquement faible, et sur le regroupement, pour parer à la dispersion géographique. Pour les détracteurs de Peyrefitte, le premier moyen repose sur « un mythe politique », et le second sur « une impossibilité pratique ».

  • 54 A. Savary, op. cit., p. 87 et suivantes.
  • 55 Ces princes qui nous gouvernent et Refaire une Démocratie, un État, un Pouvoir tous deux parus dan (...)
  • 56 A. Savary, op. cit., p. 138.
  • 57 M. Bedjari, La Révolution algérienne et le droit, préface de Pierre Cot, Bruxelles.

34Le « mythe politique » dénoncé ici est toujours celui de l’intégration54. « L’Algérie française reposait sur le mythe de l’adhésion massive des musulmans d’Algérie à la nationalité française ». Le partage repose sur le mythe résiduel de l’adhésion partielle des musulmans d’Algérie à cette nationalité. Ces deux mythes proviennent de la commune méconnaissance du caractère révolutionnaire du nationalisme algérien et sur l’affirmation que l’unité de l’Algérie n’a jamais existé. Pour le coup, c’est à un tir croisé et nourri sur les propos et les thèses développées par Michel Debré55 auquel se livrent aussi bien Alain Savary56 que ses amis du Club. Tous deux reprennent les déclarations du Premier ministre des 9 février et 13 octobre 1959 : « ... L’Algérie a été faite chaque jour par l’union, maintenant plus que séculaire, d’hommes et de familles aux origines diverses qui ont, par la France et la grâce de la France crée un ensemble à nul autre pareil... la vérité c’est que l’Algérie est terre de souveraineté française ». M. Debré ajoute « Le retour au droit, ce ne peut-être la reconnaissance de la prétendue souveraineté algérienne. Il n’y a pas de souveraineté algérienne. Il n’y en a jamais eu... ». Ces pensées sont rapprochées directement des écrits de Peyrefitte qui affirment : « Parler de l’unité d’un peuple qui est déchiré depuis 7 ans par la guerre civile... est une plaisanterie d’un goût douteux. L’unité de l’Algérie n’a jamais existé... ». Pour le gouvernement français, l’Algérie est une terre à prendre pour les divers groupes ethniques qui se sont établis sur son sol ; il ne reste qu’à le partager entre eux. Pour le gouvernement algérien de l’Algérie (le GPRA), l’Algérie est le territoire d’un État : il faut d’abord en respecter l’intégrité57.

35Au fond, il importe peu que l’unité de l’Algérie ait ou n’ait pas existé. Elle existe aujourd’hui du fait de la révolution et de son insertion dans le cadre créé par le France. Peyrefitte ne le nie pas. Mais il affirme que deux unités s’affrontent : « Il n’y a jamais eu d’unité algérienne ; il y en a maintenant deux ; deux peuples également chez eux, indéracinables ». Le club Jean Moulin affirme pour sa part qu’il vaut mieux raisonner sur l’attitude préalable des camps entre lesquels se divisent les peuples du monde : « ...On peut penser que l’installation toute hypothétique d’ailleurs - du FLN sur une partie de l’Algérie donnerait au nationalisme algérien une base de départ contre les provinces détachées où se seraient retirés la minorité française et quelques musulmans. Cet irredentisme recevrait l’appui du monde communiste. La Russie fournirait sûrement des armes et des techniciens et, par le canal de l’aide militaire, chercherait à s’implanter dans la partie libérée de l’Algérie. Les pays du Tiers-monde ne pourraient qu’adopter la même attitude. Le résultat serait un boycott général de la France. Notre zone d’influence couvre largement les pays arabes : nos positions déjà compromises en Orient depuis Suez seraient anéanties en Tunisie et au Maroc, au nom de la solidarité maghrébine.[...] L’Afrique du Sud est le seul soutien sur lequel comptent les activistes d’Algérie... La pression internationale qui s’exercerait aurait tôt fait de nous mettre en présence d’une alternative dont les deux termes seraient également désastreux : - ou céder et abandonner dans des conditions lamentables la dernière portion française d’Algérie, après qu’une lutte sans merci avec la partie musulmane ait jamais compromis nos relations avec le jeune État, et nos positions entamées ou détruites dans le Tiers-Monde. Ou nous raidir et maintenir notre aide à la fraction retenue d’Algérie... La lassitude de la population métropolitaine ne permet pas de penser qu’elle tolérerait longtemps une telle politique. Celle-ci devrait lui être imposée. Le partage de l’Algérie préparerait la fin de la démocratie en France ». On retrouve ici le thème du danger totalitaire évoqué précédemment.

Conclusion

36Au terme de cette étude portant sur une collection d’ouvrages qui, par la notoriété des auteurs comme par la teneur des thèmes développés, est significative des principales confrontations politiques et intellectuelles que la guerre d’Algérie a suscitées. L’idée de paix apparaît en position centrale et ce depuis le début.

37Quelles que soient les solutions proposées, elles sont présentées comme étant de nature à fonder une paix que rien, jusque vers 1960, ne peut laisser réellement espérer prochaine, dans l’impossibilité de dégager une solution militaire définitive et en l’absence de perspectives politiques. Si le retour au pouvoir du général de Gaulle est, à juste titre, perçu comme une inflexion majeure, il est significatif de constater une continuité certaine dans les thèmes développés d’une République à l’autre, l’idée d’intégration promue ou dénoncée y occupant une place centrale. On est bien ici - quoiqu’en disent les auteurs soucieux de répondre à un contexte politique, militaire et diplomatique précis - dans le domaine du débat d’idées, comme le révèlent notamment quelques remarques sur le champ du vocabulaire employé.

  • 58 R. Aron, L’Algérie et la République, op. cit., p. 85.
  • 59 R. Aron est un des introducteurs, en France, du concept de totalitarisme (voir son article : « L’e (...)

38« Le défaitisme, c’est de désespérer de la réconciliation avec les nationalistes. L’abandon, c’est de rejeter la coopération avec les pays promus à l’indépendance. La perte de l’Algérie, ce serait la pacification poursuivie indéfiniment ou l’éviction des Français » écrit Aron qui poursuit « Les nations décadentes sont celles qui refusent de s’adapter à un monde changeant. Fossoyeurs de la patrie, ceux qui, sous prétexte de prévenir la décadence, orientent le patriotisme dans une voie sans issue »58. On aura reconnu ici un certain nombre de termes constitutifs du discours des partisans de l’Algérie française - défaitisme, abandon, décadence - mais ces termes sont retournés par Aron. Il en est de même de Savary lorsqu’il refuse que la gauche se dessaisisse, au profit des seuls nationalistes français du thème typiquement gaullien de la grandeur nationale. Le terme de totalitarisme également apparaît comme un des éléments de vocabulaire récurrent, mais qui désigne tout aussi bien, selon les auteurs, l’adversaire nationaliste algérien, que la pratique d’une armée gagnée aux thèses de la guerre révolutionnaire et d’un pouvoir qui en serait issu59.

39Par delà les argumentations opposées, c’est un vocabulaire commun, un véritable champ sémantique qui délimite les termes d’un débat qui nous a semblé n’épouser qu’avec retard une évolution politique heurtée. On retrouve ainsi cette part d’autonomie à l’égard des faits politiques, militaires et diplomatiques qui caractérise le champ des affrontements intellectuels, quoiqu’en disent par ailleurs des auteurs qui se présentent comme en prise directe avec l’actualité.

Notes

1 J. Soustelle, Le Drame algérien et la Décadence française, Plon, Coll. Tribune libre, p. 50.

2 Fondateur avec Jean Mistler en 1942 des éditions du Rocher à Monaco, il prend la direction littéraire de la maison Plon, menée par Maurice Bourdel. Cf., M. De Saint-Laurent, La librairie Plon de 1945 à 1968, Paris, IEP, 1992, DEA sous la direction de Michel Winock, p. 60-61. L’auteur de ce DEA rapproche la collection Tribune libre de l'Air du temps de chez Gallimard, dirigée par Pierre Lazareff. Pour notre part nous serions tentés de la rapprocher du cycle des conférences du Théâtre des Ambassadeurs, sous l’égide des frères David, publiées sous forme de plaquettes. J. Soustelle y est intervenu sur ces thèmes en 1956-1957.

3 A. Simonin, « Les éditions de Minuit et les éditions du Seuil. Deux stratégies éditoriales face à la guerre d’Algérie », et C. Liauzu, « Intellectuels du Tiers Monde et intellectuels français : les années algériennes des Éditions Maspero », dans Cahiers de l’IHTP, no 10, 1988. Réédition : J.-P. Rioux et J.F. Sirinelli dir., La guerre d’Algérie et les Intellectuels français, Bruxelles, Éd. Complexe, 1991.

4 Parmi les titres d’ouvrages parus en 1957, citons, outre ceux mentionnés dans cette étude : A. Memmi, Portrait du colonisé., Buchet-Chastel ; F. Mitterrand, Présence française et abandon, Plon ; J.-J. Servan-Schreiber, Lieutenant en Algérie, Julliard ; P.H. Simon, Contre la torture, Le Seuil ; G. Tillion, L’Algérie en 1957, Éd. de Minuit ; J. Vergés, Pour Djamila Bouhired, Éd. de Minuit ; etc.

5 Une démarche dans ce sens a été tentée en juillet 1997. Le responsable alors interrogé nous a déclaré qu’elles auraient disparu. Michel Winock écrit pourtant qu’il a eu accès au dossier de presse relatif à l’ouvrage de R. Aron dans La guerre d'Algérie et les Français, Paris, Fayard, 1990, p. 19.

6 Cf. : R. Faligot et R. Kauffer, Les résistants, Paris, Fayard, 1989, p. 333-336, qui relate dans quelles circonstances Roger Barberot a fait paraître sa défense du Général Jacques Paris de la Bollardière dans cette collection en 1957, sous le titre de Malaventure en Algérie.

7 Le Monde a régulièrement rendu compte des parutions par exemple, mais aussi La Dépêche du Midi.

8 La présentation de l’ouvrage de R. Aron par le Centre Catholique des Intellectuels Français donna lieu à des manifestations de l’extrême droite le 2 décembre 1957. R. Aron a évoqué ses prises de position lors de la guerre d’Algérie dans ses : Mémoires. Cinquante ans de réflexion politique. Julliard, 1983 (Ch. XIV : La Tragédie algérienne), réédition, 1993 et dans : Le Spectateur engagé. Entretiens avec Jean-Louis Missika et Dominique Wolton, Julliard, 1981 ; réédition Presse Pocket, 1983.

9 Chiffres donnés dans le no 52, en 1959.

10 À noter que cette profession de foi est très proche de celle de la collection « Les idées et la vie », publiée par la librairie Arthème Fayard la même année. Jacques Fauvet y fait ainsi paraître La France déchirée.

11 La drame algérien et la décadence française.

12 La tragédie algérienne.

13 F. Lafon, Guy Mollet secrétaire général du Parti socialiste SFIO 1946-1969. Recherches sur les principes du molletisme, Paris, Hautes Études en Sciences Sociales, 1993, thèse d’histoire sous la direction de Jacques Julliard, p. 391.

14 OURS CD du 7 octobre 1956. Mireille Osmin, relayée par Lucien Coffin, pose le problème de la création d’une « tribune libre » dans le Bulletin Intérieur du parti : « Si on ne permet pas aux camarades de s’exprimer dans une tribune libre, ils produiront leur prose ailleurs ». André Philip renchérit : « Nous avons besoin d’exprimer notre position et je me réserve le droit de l’exprimer partout où je le pourrai ». Le Conseil National de Puteaux du 9 juin 1956 avait peu auparavant instauré dans sa nouvelle réforme des statuts des « délits de presse » qui interdisaient désormais aux militants d’écrire dans des journaux « notoirement hostiles au Parti », tels que France Observateur.

15 No 18 de la collection.

16 No 63 de la collection, paru en juillet 1962.

17 No 54 de la collection, paru en janvier 1960.

18 Lettres de rappelés précédées d’un débat entre J. Y Alquier, R. Barberot, J.-C. Kespern, M. Massenet, J. Merlin, R. Perdriau et Thierry Maulnier. En 1957, J.-Y. Alquier, R. Barberot, R. Girardet, M. Massenet et T. Maulnier publient dans la collection Tribune libre Ceux d'Algérie.

19 OURS, exposé d’Alain Savary devant le Conseil National de Puteaux des 15 et 16 décembre 1956 et CHEVS SV 56. L’auteur principal de ces deux études est Robert Vaez-Olivera, ancien membre du cabinet d’Alain Savary en 1956 et redevenu Inspecteur au Ministère des Finances.

20 N. Ruz, « La force du cartiérisme », dans La guerre d’Algérie et les Français, op. cit., p. 334.

21 Sur R. Aron et la guerre d’Algérie, outre ses ouvrages déjà cités, voir aussi : N. Baverez, Raymond Aron, Flammarion, 1993 ; A. Chebel d’Appolonia, Morale et politique chez Raymond Aron, thèse de doctorat de Science politique, sous la direction d’A. Grosser, IEP de Paris, 1993 ; J. F. Sirinelli, Sartre et Aron, deux intellectuels dans le siècle, A. Fayard, 1995 ; réédition Hachette, Coll. Pluriel, 1999. Des extraits significatifs de La Tragédie algérienne et de L’Algérie et la République sont reproduits dans : R. Aron, Une Histoire du XXe siècle, Anthologie, Plon, 1996, p. 532-563. Sur J. Soustelle, voir : B. Ullmann, Jacques Soustelle, Plon, 1995.

22 Notamment dans Aimée et souffrante Algérie, Plon, 1956.

23 La Tragédie algérienne, p. 36.

24 Idem, p. 27.

25 J. Soustelle, op. cit., p. 2 et 16. Servan-Schreiber publie, chez Julliard, en 1957, Lieutenant en Algérie ; F. Mauriac et C. Bourdet avaient dénoncé dès janvier 1955, la torture en Algérie, respectivement dans L’Express et dans France Observateur, avant de signer le Manifeste du Comité des intellectuels pour la paix en Afrique du Nord, violemment hostile à Soustelle, gouverneur de l’Algérie.

26 Idem, p. 17.

27 Idem, p. 56.

28 Idem, p. 22 et 6.

29 A. Philip, op. cit., p. 165.

30 Idem, p. 164, 172-176, 182, 185.

31 Idem, p. 187.

32 R. Barberot, Malaventure en Algérie, Plon, Coll. Tribune libre, p. 228.

33 L’ouvrage, publié en Tribune libre est d’une tonalité voisine de celle du Courrier de la colère, publié par Debré à partir de la fin 1957.

34 A. Philip, Pour un socialisme humaniste, Paris, Plon, collection Tribune Libre, no 55,1960, p. 122-123.

35 R. Aron, L'Algérie et la République, Paris, Plon, collection Tribune Libre, 1958, p. 89.

36 A. Philip, op. cit., p. 105, p. 118 et suivantes.

37 Idem, p. 106 et suivantes et A. Savary, Nationalisme algérien et grandeur française, Paris, Plon, collection Tribune Libre, no 53,1960, p. 63-72.

38 G. Mollet, dans 13 mai 1958-mai 1962, Paris, Plon collection Tribune libre, 1962, continue de défendre cette idée.

39 Ex : critique du Plan de Constantine qualifié de « mythe industriel » par A. Philip, op. cit., p. 109-113, et A. Savary, op. cit., p. 98-104.

40 R. Aron, op. cit., p. 89, A. Savary, op. cit., p. 108-109.

41 A. Philip, op. cit., p. 107 et A. Savary, op. cit., p. 111.

42 CHEVS 5 CJM 11 Dr6, p. 15 à 23.

43 Idem. Les auteurs de ce travail égratignant au passage « ...un gouvernement qui se réfère sans cesse au critère de la grandeur nationale. Grandeur mythique qu’il n’a jamais définie et qu’il ne pourra jamais définir, car s’il s’engageait dans cette voie, il condamnerait sa propre politique ».

44 Ce qu’il affirmait déjà en octobre 1956, cf. : M. Prévot, « Convergences maghrébines autour d’Alain Savary secrétaire d’État aux affaires marocaines et tunisiennes en 1956 », à paraître dans la Revue Historique.

45 A. Savary, op. cit., p. 177 et suivantes.

46 « La pacification suppose la défaite ou la destruction de l’élite nationaliste » écrit par ailleurs A. Savary, op. cit., p. 137.

47 A. Savary, op. cit., p. 132 et 136.

48 Idem, p. 137.

49 D. Maus, « La guerre d’Algérie et les institutions républicaines », dans La guerre d’Algérie et les Français, op. cit., p. 175.

50 CHEVS 5CJM 11 Dr6.

51 A. Simonin, op. cit., p. 156.

52 Référendum de janvier 1960 et pourparlers de Melun.

53 A. Savary, op. cit., p. 182-183 : « Une telle solution est inapplicable en Algérie : les situations à Chypre et en Algérie sont extrêmement différentes. Il s’agit à Chypre d’assurer politiquement, la collaboration de deux collectivités dont la plus nombreuse est à peine double de l’autre, qui toutes les deux ont des niveaux de vie et des conditions de vie fort voisins et s’appuient l’une et l’autre sur des États, la Grèce et la Turquie, également soucieux de les soutenir... ».

54 A. Savary, op. cit., p. 87 et suivantes.

55 Ces princes qui nous gouvernent et Refaire une Démocratie, un État, un Pouvoir tous deux parus dans cette collection.

56 A. Savary, op. cit., p. 138.

57 M. Bedjari, La Révolution algérienne et le droit, préface de Pierre Cot, Bruxelles.

58 R. Aron, L’Algérie et la République, op. cit., p. 85.

59 R. Aron est un des introducteurs, en France, du concept de totalitarisme (voir son article : « L’essence du totalitarisme », Critique, no 80, janvier 1954, reproduit dans Commentaire, no 28-29, février 1985), concept développé par les politologues américains : H. Arendt, The Origins of Totalitarism, 1951 ; C.J. Friedrich et Z.K. Brzezinski, Totalitarian Dictatorship and Autocracy, 1956. Le discours politique s’est emparé de ce terme, dans le cadre de la guerre froide.

Auteurs

Lille 3 et Lille 1 - CRHEN-O

Lille 3 et Lille 1 - CRHEN-O

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540