Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idée de paix en France et ses représentations au xxe siècle

 | 
Alain-René Michel
, 
Robert Vandenbussche

II - Combats pour la paix

Les Neutralistes et la paix : l’exemple d’Esprit

Philippe Roger

Texte intégral

1Le maintien de la paix, et les moyens permettant d’y parvenir, constituent l’un des enjeux majeurs de la réflexion des intellectuels français pendant la guerre froide. Les positions défendues par les communistes comme par les anticommunistes peuvent assez facilement être résumées. Pour les communistes et leurs compagnons de route, la défense de la paix s’identifie étroitement à la politique du bloc soviétique, qualifiée de camp de la paix. Toute avancée soviétique ou communiste contribue donc à consolider la paix. Pour les anticommunistes, c’est au contraire l’expansionnisme de l’URSS, soutenu par une doctrine à la fois révolutionnaire et totalitaire qui représente la principale menace pour la paix mondiale. Celle-ci ne saurait donc être efficacement défendue que par une coalition politique et militaire des adversaires du communisme. Il faut se résigner à la paix armée, puisque celle-ci constitue, pour un temps indéfini, la seule forme possible de paix.

2Mais le débat français sur la paix ne se réduit pas à ces positions relativement simples. Un certain nombre d’intellectuels se sont en effet efforcés de définir une autre voie. Il s’agit des neutralistes. Le neutralisme français est un phénomène assez complexe et ce terme recouvre en fait des positions assez variées : la neutralité en définitive sympathique aux Américains que défend Etienne Gilson dans les colonnes du Monde est assez éloignée des idées que Claude Bourdet exprime dans L’Observateur et les différences sont naturellement encore beaucoup plus nettes si l’on compare les positions d’Étienne Gilson avec celles de Pierre Cot et d’Emmanuel d’Astier de la Vigerie, dont le neutralisme n’apparaît, à bien des égards, que comme l’antichambre du communisme.

  • 1 J. Hellman, Emmanuel Mounier and the New Catholic Left 1930-1950, Toronto, University of Toronto P (...)
  • 2 Ibid.

3Nous nous intéresserons ici à l’un des aspects revêtus par la mouvance neutraliste, celui de la revue Esprit. Celle-ci connaît, pendant la période étudiée, un succès certain. Alors que le tirage d'Esprit était compris, avant la guerre, entre 3000 et 4000 exemplaires, il a quadruplé ou quintuplé après la guerre et s’est ensuite régulièrement accru1. Les positions politiques de la revue ont également beaucoup évolué pendant la guerre. Avant 1939, ces positions n’étaient pas forcément faciles à définir avec précision. D’une part, des opinions assez variées s’expriment dans les pages d’Esprit pendant les années 1930 (cela restera d’ailleurs vrai pendant les années d’après-guerre). D’autre part, le personnalisme dont se réclame la revue apparaît comme une doctrine complexe et, à vrai dire, un peu brumeuse, dont on a pu dire, avec méchanceté mais non sans justesse, que c’était un ensemble de lieux communs, une collection d’abstractions et de majuscules2.

  • 3 Ibid., p. 71-157.
  • 4 Ibid., p. 211-220.
  • 5 Esprit, novembre 1946, numéro consacré à l’homme américain.
  • 6 E. Mounier, « L’ordre règne-t-il à Varsovie ? », Esprit, juin 1946, p. 970-1003.

4Emmanuel Mounier, qui rejette alors le libéralisme aussi bien que le marxisme, peut donner l’impression d’être proche de l’anarchisme comme du fascisme, ce qui ne l’empêche d’ailleurs pas, à l’occasion, de dénoncer l’un comme l’autre3. La guerre entraîne un changement majeur dans la pensée politique de Mounier qui manifeste désormais un intérêt considérable pour le marxisme, qu’il va s’efforcer, non sans d’évidentes difficultés, de concilier avec sa foi catholique et sa profonde admiration pour la philosophie de Nietzsche4. Cette découverte du matérialisme dialectique s’accompagne d’un rapprochement entre Mounier et les communistes. Ce rapprochement est particulièrement net entre la Libération et 1947, avant que les relations ne s’aigrissent à la fin des années 1940. Ce flirt avec le communisme se combine avec un vif antiaméricanisme, ce qui explique que, pendant l’immédiat après-guerre, c’est uniquement dans la politique des États-Unis que Mounier voit un danger pour la paix5. Les intentions soviétiques en Europe centrale ne suscitent par contre chez lui aucune inquiétude. Lors d’un voyage en Pologne, il constate certes l’impopularité des Russes dans ce pays, mais c’est pour mieux dénoncer les machinations des Américains ou des Anglais ou pour indiquer que des élections libres auraient le résultat « catastrophique » de restaurer un régime réactionnaire6.

  • 7 Manifeste pour la paix et une Europe socialiste, Esprit, novembre 1947, p. 794-796.

5C’est à partir de 1947, avec la dégradation des relations internationales, que la question de la paix commence à occuper une place considérable dans les pages d’Esprit. En novembre 1947 paraît un « manifeste pour la paix et une Europe socialiste », signé, entre autres, par Simone de Beauvoir, Claude Bourdet, Albert Camus, Jean-Marie Domenach, Emmanuel Mounier, Jean-Paul Sartre. Les arguments développés dans ce texte seront ensuite inlassablement repris et débattus dans les pages d'Esprit jusqu’à la fin de la période étudiée. Les signataires de l’appel refusent d’être considérés comme des pacifistes. Le pacifisme leur apparaît en effet comme une attitude abstraite et inefficace, voire coupable, puisqu’il débouche sur la volonté d’éviter la guerre à tout prix. Or, les signataires se défendent de placer la paix au-dessus de toute autre considération. Ils estiment cependant qu’il convient de s’opposer à la guerre qui menace parce qu’elle va au moins retarder et peut-être même anéantir les perspectives de libération sociale. Le manifeste condamne particulièrement la paix armée qui risque de s’instaurer en Europe. Celle-ci, en effet, loin de constituer une forme de paix acceptable, n’est qu’une caricature de la paix qui peut, en se prolongeant, devenir l’obstacle majeur à la construction d’un nouvel ordre international sans lequel une paix authentique n’est même pas concevable. Une seule solution peut, en fait, permettre d’éviter durablement une nouvelle guerre : c’est la mise en place d’une Europe qui administre elle-même ses ressources, grâce à la suppression du capitalisme et à l’ouverture des barrières douanières7.

  • 8 E. Mounier, « Déclaration de guerre », Esprit, novembre 1948, p. 603-607.

6Pendant les deux années qui suivent la parution de ce manifeste, l’équipe d’Esprit et, en particulier, Emmanuel Mounier, s’efforcent de répondre à deux questions : quelle paix faut-il défendre ? Quels moyens convient-il d’employer à cette fin ? Emmanuel Mounier part d’un constat : la paix est menacée. Or, elle est nécessaire à la sauvegarde des libertés occidentales comme du socialisme soviétique que la guerre anéantirait, quel qu’en soit le vainqueur. La paix est aussi devenue indispensable en raison de l’existence d’armes terrifiantes. La bombe atomique rend toute nouvelle guerre mondiale inacceptable, tant d’un point de vue éthique que d’un point de vue pratique. Le réalisme se trouve donc désormais dans le refus de la guerre ainsi que dans la lutte pour la paix. Or, si la paix est menacée, elle reste cependant possible, car la situation de la fin des années 1940 n’est nullement, selon Mounier, comparable à celle de la fin des années 1930 : le nazisme, négation de l’homme, voulait la guerre, ce qui n’est pas le cas des États-Unis ou de l’URSS. Dans ces conditions, la tâche la plus urgente est de déclarer la guerre préventive à la troisième guerre mondiale8.

  • 9 F. Emmanuel, « Le pacifisme des forts », Esprit, février 1949, p. 162-180 ; J. François, « Peut-on (...)

7Pour défendre cette paix menacée mais possible, Esprit va désormais manifester un intérêt croissant pour les mouvements pacifistes. Le numéro de février 1949 est consacré au renouveau du pacifisme et donne l’occasion à des pacifistes majoritairement chrétiens de s’exprimer9.

  • 10 E. Mounier, « Les équivoques du pacifisme », Esprit, février 1949, p. 189.
  • 11 Ibid., p. 188.
  • 12 Ibid., p. 192.
  • 13 Au sujet de Garry Davis, on peut lire dans Esprit : R. Sarrazac, « Le cas Garry Davis », dans Jour (...)

8Cet intérêt pour le pacifisme n’est cependant pas dépourvu de réserves. Comme nous l’avons vu, le manifeste de novembre 1947 condamnait le pacifisme et Mounier est loin de lever entièrement cette condamnation. Il persiste dans son refus des formes qu’avait pu prendre le pacifisme pendant l’entre deux-guerres. Ce pacifisme-là avait fini par constituer un encouragement à la lâcheté. C’était en tout cas le refuge des faibles et il reflétait avant tout la décadence des classes dominantes et de leurs satellites, rêvant d’une paix négative, faite d’immobilisme, dont le seul objectif était la préservation du « murmure vital qui... mène de la belote quotidienne au cinéma hebdomadaire »10. Pareille paix et pareille forme de pacifisme, achèveraient, si elles devaient l’emporter, de « décomposer l’héritage d’un peuple qui fut chevalier, prophète et missionnaire »11. Une telle critique ne doit pas surprendre. Mounier doit évidemment se démarquer du pacifisme d’avant-guerre dont l’échec complet avait entraîné un profond discrédit. Quant à la dénonciation du déclin de l’élan vital de la société bourgeoise française ou plus généralement occidentale et l’appel à un sursaut d’énergie et à l’action, ils constituent des thèmes récurrents dans l’œuvre de Mounier. Il est donc logique que ce dernier préconise, en 1949, de fonder le combat pour la paix sur une morale du courage et du risque, s’appuyant sur des sentiments forts, suscités par des gestes héroïques. Ceux-ci nourriront la révolte contre la guerre, mais aussi, d’une manière qui doit être indissociable, contre la paix injuste ou plutôt, puisque cette expression constitue, selon Mounier, une antinomie, contre la pseudo-paix de l’ordre capitaliste, qui n’est qu’une duperie puisque la justice en est absente12. Mounier pense découvrir l’un de ces gestes prophétiques dans l’action de Garry Davis puis, avec certaines hésitations, dans celle des objecteurs de conscience13.

  • 14 Éditorial signé Esprit, « Le pacte atlantique », Esprit, mai 1949, p. 577-590.
  • 15 E. Mounier et P. Fraisse, « La paix indivisible », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, juin 194 (...)
  • 16 J.-M. Domenach, « Une révolution rencontre le mensonge », Esprit, février 1950, p. 195.

9De tels gestes n’ont toutefois de sens que si, en définitive, ils parviennent à mobiliser l’opinion en faveur de la paix. Ils doivent donc déboucher sur l’action politique et il convient, à cette fin, de construire un puissant mouvement en faveur de la paix. Dans ces conditions, il est logique qu’Esprit manifeste à partir du printemps 1949 un intérêt pour le mouvement de la paix qui ne se démentira pas jusqu’à la fin de la période étudiée. Cet intérêt n’empêche pas une certaine prudence. Si Esprit ne refuse pas a priori de coopérer dans ce cadre avec les communistes14, Emmanuel Mounier et Paul Fraisse font très vite preuve d’une certaine réserve. Après le congrès de Pleyel en avril 1949, ils font part de leurs désaccords avec certains postulats et certaines méthodes du mouvement de la paix. S’ils admettent volontiers que le capitalisme est une force de guerre, ils ne sont par contre pas certains que ce soit la seule. Certes, le socialisme démocratique paraît constituer une réelle garantie de paix, mais en va-t-il nécessairement de même du socialisme d’État tel qu’il est pratiqué en URSS ? Par ailleurs, les communistes et leurs compagnons de route ne s’enfoncent-ils pas dans d’insolubles contradictions sur la question de la paix en défendant les guerres des Chinois, des Vietnamiens et des Grecs, qui sont considérées comme légitimes parce qu’elles apportent de nouvelles forces au camp de la paix ? Certes, ces guerres apparaissent bien comme d’authentiques luttes de libération, mais elles n’en risquent pas moins de conduire à un conflit généralisé dont rien ne saurait justifier les conséquences catastrophiques15. Il faut cependant noter que ces doutes à l’égard du mouvement de la paix ne sont pas partagés par tous : c’est ainsi que Jean-Marie Domenach souligne en 1950, dans un éloge de la Yougoslavie, les différences entre l’Union soviétique, qui s’arroge le droit de définir quels sont les régimes qui aiment la paix et le mouvement de la paix où les communistes ne prétendent pas à un pareil monopole16.

  • 17 Éditorial signé Esprit, « Le pacte atlantique », op. cit. ; La rédaction d’Esprit ignore ou néglig (...)

10Quelles que soient les appréciations portées, en son sein, sur le mouvement de la paix, la revue maintient fermement son refus de la paix armée, toujours jugée illusoire. Le pacte atlantique est considéré comme un exemple de ces illusions : loin d’assurer vraiment la sécurité de la France, il l’engage en fait dans une politique qui accroît l’antagonisme des blocs et aggrave donc en définitive les risques de guerre. C’est contre cette politique que doivent lutter les Français s’ils veulent préserver les chances de la paix. Celle-ci ne sera sauvée que si la France s’efforce de faire coexister les deux camps17.

11L’année 1950 constitue pour Esprit un moment très important. Cette année est marquée par la disparition d’Emmanuel Mounier qui va être remplacé par Albert Béguin. Cette disparition ne marque cependant pas, dans l’histoire politique de la revue, une véritable rupture. Tout au plus peut-on se demander si, à cette date, un certain nombre de collaborateurs de Mounier, et en particulier Jean-Marie Domenach, ne conservent pas davantage d’illusions que lui sur le communisme et sur les possibilités, pour Esprit, de parvenir à coopérer avec les communistes dans certains domaines.

  • 18 A. Berger, « L’Europe et la paix », Esprit, juin 1950, p. 992-1006.
  • 19 J.-M. Domenach, « XXIIe congrès du PCF », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, juin 1950, p. 103 (...)

12L’année 1950 voit ensuite la revue s’intéresser à une possible neutralité française, décrite comme le meilleur moyen de sauvegarder la paix internationale mais aussi, en raison de la puissance du parti communiste, la paix civile en France18. Cette adoption de la neutralité apparaît d’autant plus souhaitable à Jean-Marie Domenach que des signes encourageants lui semblent se manifester au sein du parti communiste français et, plus encore, dans le mouvement de la paix19. Esprit veut alors croire que ce dernier s’ouvre plus largement au non-communistes et que l’appel de Stockholm, lancé en mars 1950 et demandant l’interdiction de l’arme atomique, est un geste qui, en conduisant à terme au désarmement général, contribue objectivement au maintien de la paix.

  • 20 Éditorial signé Esprit, « Guerre en Corée », Esprit, août 1950, p. 179.

13Ces espoirs s’effondrent brutalement avec le déclenchement, en juin 1950, de la guerre de Corée qui constitue un choc d’autant plus rude pour la revue que celle-ci ne cessait de garantir les intentions pacifiques des États communistes. Esprit, tout en répétant ses attaques rituelles contre la politique extérieure des États-Unis, adopte, pour une fois, un ton extrêmement dur à l’égard de l’Union soviétique. Fait exceptionnel, l’éditorial du mois d’août 1950 dénonce un impérialisme soviétique qui pourrait bien, après tout, constituer lui aussi une très grave menace pour la paix. Certes, la situation de la Corée était loin d’être idéale, ou même simplement acceptable avant l’offensive du Nord, mais elle permettait du moins d’éviter une guerre générale. Reprenant des arguments développés dès l’année précédente, l’éditorialiste estime qu’une paix, même chèrement payée au prix d’iniquités et de souffrances, est tout de même préférable à un nouveau conflit mondial. La guerre de Corée remet en cause la possibilité d’une coexistence durable des mondes capitalistes et communistes, unique solution permettant d’assurer la paix. Ne faut-il pas, dès lors, en déduire que le mouvement de la paix n’est qu’une vaste duperie ? N’en a-t-on pas, en fait, la preuve lorsque l’on voit « les mêmes journaux qui continuent à mener bruyamment campagne pour l’appel de Stockholm joindre aux bulletins victorieux de l’offensive de Paix les énormes titres célébrant la progression des tanks et la puissance des bataillons (?). C’est trop d’une offensive, celle du pacifisme ou celle des péans de victoire »20.

14Ce raidissement antisoviétique est cependant de courte durée. C’est très vite la profonde méfiance qu’éprouve l’équipe d'Esprit pour le monde occidental et, en particulier, pour les États-Unis, qui reprend le dessus. Dès lors, la lutte de la revue pour la paix s’articule autour de quelques grands axes.

  • 21 J. Lacroix, « Faire la paix », Esprit, mars 1951, p. 326-332. Voir aussi : Éditorial signé Esprit, (...)

15La nécessité de lutter contre une guerre préventive est réaffirmée. Esprit essaie de réfuter les accusations portées contre les neutralistes qui n’auraient pas compris la leçon de Munich par les partisans d’une politique de fermeté à l’égard de l’Union soviétique. La revue essaie en fait de renverser l’argument : en 1938, la lâcheté collective et l’égoïsme des possédants ont poussé la France et le Royaume-Uni à rechercher la paix à n’importe quel prix. La même lâcheté et le même égoïsme poussent désormais les puissances occidentales à refuser la négociation et à réarmer. L’esprit munichois prend donc la forme d’un pari sur le caractère inévitable de la guerre21.

  • 22 A. Béguin, « Réflexions sur l’Amérique, l’Europe, la neutralité et quelques autres sujets de préoc (...)
  • 23 C. Favrel, « Lettre à Mister Smith », Esprit, novembre 1951, p. 629-647.
  • 24 M. D. Shulman, Stalin’s foreign policy reappraised, Cambridge, Masachusetts, Harvard University Pr (...)

16Ce sont bien entendu les États-Unis qui sont soupçonnés de préparer une guerre préventive. Certes, Esprit refuse de les considérer comme le camp de la guerre et Albert Béguin nuance même quelque peu, en juin 1951, les jugements généralement portés dans les pages de la revue sur l’agressivité de la politique extérieure américaine22, mais le ton n’en reste pas moins généralement sévère. De nombreux événements ne viennent-ils pas démontrer que ce sont bien les États-Unis qui constituent, au moins involontairement, la principale menace pour la paix ? N’est-ce pas cette puissance qui multiplie ses bases dans le monde entier, y compris en France ? Le réarmement américain n’atteint-il pas des proportions sans précédent ? Cette hostilité à la politique suivie par les États-Unis peut revêtir une forme extrêmement vive. L’on se contentera de mentionner deux de ces poussées d’antiaméricanisme. La première correspond à la fin de l’année 1951. Esprit publie au mois de novembre un article très violent de Charles Favrel, le correspondant du Monde en Corée. Charles Favrel affirme que le peuple américain, épargné par les invasions et n’ayant jamais subi de saignée comparable à celle que la France a connue pendant la première guerre mondiale, n’est pas véritablement attaché à la paix. Cela lui semble prouvé, en particulier, par l’échec rencontré aux États-Unis par l’appel de Stockholm. Cet échec lui apparaît comme le signe d’une acceptation froide, presque inhumaine, de la guerre23. Le mois suivant, Jean-Marie Domenach dénonce le climat belliciste qui règne aux États-Unis et dont témoigne la parution d’un numéro de Collier’s consacré à la guerre future. Collier’s, dans un numéro spécial d’octobre 1951, décrivait une guerre de trois ans et demi dont le point culminant serait la révolte du peuple soviétique contre Staline. Les pertes subies par l’URSS étaient estimées à 33 millions de morts. La guerre se terminait par une occupation du territoire soviétique par les troupes américaines, sous la bannière des Nations Unies. Esprit ne fut pas le seul organe neutraliste à condamner la parution de ce numéro spécial. L'Observateur pasticha le numéro spécial de Collier’s et mit en doute la volonté de paix des Américains. Dans toute l’Europe, le numéro de Collier’s circula largement et, comme ce magazine affirmait avoir bénéficié du concours de hauts responsables de Washington, on croyait volontiers qu’il représentait plus fidèlement les attentes des Américains que les propositions avancées par les États-Unis à l’assemblée générale des Nations Unies24.

  • 25 J.-M. Domenach, « Questions préalables », dans Journal à plusieurs voix, Esprit., juin 1952, p. 10 (...)

17Cette profonde méfiance à l’égard des intentions américaines se manifeste à nouveau en 1952 à l’occasion de la prétendue guerre bactériologique en Corée. Si, dans un premier temps, Jean-Marie Domenach avoue son scepticisme à l’égard d’informations relevant du bobard de guerre, il est ensuite assez disposé à accepter les témoignages, par exemple celui d’Yves Farge, qui lui semblent confirmer la réalité de l’emploi des armes bactériologiques25.

  • 26 A. Grosser, « Allemagne 1950 », Esprit, janvier 1950, p. 108-122.
  • 27 W. Dirks, « La contribution allemande », Esprit, janvier 1951, p. 114-117. Voir aussi : P. Fraisse(...)
  • 28 Anonyme, « Les protestants allemands contre le réarmemen », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, (...)

18Alors que la nature même de la puissance américaine lui semble constituer un danger pour la paix, Esprit fait au contraire preuve d’une assez grande confiance dans les intentions pacifiques de l’Union soviétique. Celle-ci, profondément éprouvée par la guerre, ne peut pas souhaiter ni même accepter à la légère un nouveau conflit. Elle espère certes l’emporter sur le monde capitaliste, mais, fidèle au marxisme, elle n’attend pas sa victoire de la guerre, mais de la désintégration ultime du capitalisme. Les dirigeants soviétiques pensent donc que le maintien durable de la paix est une condition suffisante de leur succès. Mais, s’ils souhaitent que s’installe une coexistence pacifique entre les blocs, ils craignent que les occidentaux ne prennent l’initiative de la lutte. Dans ces conditions, le réarmement de l’Allemagne occidentale, que les Soviétiques considèrent comme une menace inacceptable, peut les convaincre de se lancer dans une guerre préventive. C’est de ce fait en Allemagne que les résultats de la politique américaine risquent d’être les plus catastrophiques pour la paix mondiale. Au début des années 1950, la question allemande revêt donc, pour Esprit, une importance capitale. La lutte contre le réarmement allemand constitue naturellement, dans ces conditions, le deuxième axe de la lutte entreprise par Esprit pour le maintien de la paix. Dès janvier 1950, donc plusieurs mois avant que ne commence la guerre de Corée et que la question de la contribution de l’Allemagne à la défense occidentale ne soit posée, Alfred Grosser voit dans le réarmement allemand une perspective extrêmement inquiétante : une nouvelle armée allemande ne sera-t-elle pas inévitablement tentée par une guerre de reconquête26 ? Le réarmement allemand est perçu comme une menace d’autant plus grave pour la paix qu’il fragilise la jeune démocratie ouest-allemande. Sans doute conviendrait-il d’ailleurs plutôt de dire, étant donné le peu d’estime dont Esprit fait preuve à l’égard du chancelier Adenauer et du système politique de la République fédérale, que le réarmement accentue la restauration, déjà amorcée, des forces qui, en Allemagne, sont hostiles à la démocratie et à la paix27. Dans ces conditions, l’on comprend aisément que les manifestations du pacifisme en Allemagne et, en particulier, le refus du réarmement, attirent l’attention et suscitent la sympathie de la revue28. Pour celle-ci, il est en tout cas évident que la défense de la paix mondiale exige que l’Allemagne ne soit pas réarmée, que ce soit dans un cadre européen et atlantique ou par la reconstitution d’une armée allemande autonome.

  • 29 A. Grosser, « L’Allemagne dans la confusion », Esprit, décembre 1951, p. 839-851.
  • 30 J.-M. Domenach, « La condition de la paix », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, novembre 1951, (...)
  • 31 M. D. Shulman, op. cit., p. 191-194.
  • 32 J.-M. Domenach, « La note soviétique sur l’Allemagne », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, mai (...)
  • 33 P. Ricoeur, « Propositions de compromis pour l’Allemagne », Esprit, décembre 1952, p. 1005-1011.
  • 34 J. Baboulène, « L’Europe contre les attentismes », Esprit, mars 1951, p. 393-403 ; Voir aussi : A. (...)
  • 35 A. Berger, « Le pool et l’armée européenne », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, novembre 1952 (...)
  • 36 J. Lacroix, « Faire la paix », Esprit, mars 1951, p. 326-332. Voir aussi : H. Bartoli, « Deux syst (...)
  • 37 J. Lacroix, « Faire la paix », op. cit.
  • 38 Ibid. Voir aussi : A. Berger, « Tâches françaises pour la paix », Esprit, janvier 1953, p. 81-88.
  • 39 Anonyme, « L’embardée du PCF », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, juillet 1952, p. 74-77. Voir (...)

19En fait, au-delà de la seule question du réarmement, la paix mondiale ne pourra être solidement établie que si une solution satisfaisante est donnée au problème allemand. Sur ce sujet, Esprit est très attentif aux propositions soviétiques ou est-allemandes qui sont plutôt bien accueillies. Il est vrai qu’Alfred Grosser manifeste des doutes assez sérieux : tout en reconnaissant que la réunification d’une Allemagne neutralisée ouvrirait d’extraordinaires perspectives de pacification générale, il reste relativement sceptique quant à la possibilité d’une évolution rapide dans ce sens29. Mais ce relatif scepticisme est loin d’être l’attitude dominante dans les pages d’Esprit. Jean-Marie Domenach, en particulier, est convaincu que la formation d’une Allemagne unifiée, neutralisée et désarmée est la condition sine qua non de la paix, et cette solution lui apparaît comme la seule qui soit acceptable par les Soviétiques30. Aussi ne dissimule-t-il pas sa surprise lorsque ceux-ci, bientôt suivis par les Allemands de l’Est, proposent aux puissances occidentales, à partir du printemps 1952, la négociation d’un traité de paix établissant une Allemagne unifiée, indépendante et dotée d’une armée nationale, à la condition que toutes les troupes étrangères se retirent et que le pays soit neutralisé. Jean-Marie Domenach rejette catégoriquement cette perspective, dont il ne saisit pas le caractère de toute façon fort improbable31, car une pareille Allemagne représenterait à ses yeux un élément incontrôlé, susceptible de mouvements erratiques et donc extrêmement dangereux pour la paix en Europe32. A la suite de ces propositions soviétiques, des membres de l’équipe d’Esprit se joindront à des représentants du mouvement de la paix et constitueront un comité de réflexion sur le problème allemand. Ce comité, qui se réunit à Berlin Est ne manque naturellement pas de saluer les sacrifices consentis par les Soviétiques pour régler la question allemande et réaffirme qu’une Allemagne réunifiée, dépourvue d’armée ou, du moins, ne disposant pas d’une armée puissante, dotée de frontières intangibles, c’est-à-dire reconnaissant la ligne Oder-Neisse, et n’adhérant à aucune coalition, est la condition essentielle de la paix33. Il est par ailleurs clair, pour l’équipe d’Esprit, qu’aucune solution satisfaisante ne peut être apportée au problème allemand sans une politique européenne audacieuse34. Encore faut-il préciser, et c’est le troisième axe du combat d'Esprit pour la paix, quelle politique européenne permettra de garantir aussi solidement que possible la paix sur le vieux continent. En pratique, l’Europe suscite, dans les pages d'Esprit, des réactions extrêmement variées. Il est rare que la méfiance disparaisse totalement. L’Europe n’a-t-elle pas constitué l’un des thèmes exploités par la propagande nazie ? N’est-elle pas devenue, depuis la fin de la guerre, un mythe réactionnaire ? Les États-Unis ne font-ils pas preuve d’un enthousiasme suspect pour l’Europe, dissimulant sous ce nom la constitution d’une sorte de bastion stratégique dirigé contre l’URSS ? Cette méfiance persistante explique que les initiatives concrètes soient diversement accueillies. La CED est naturellement rejetée sans nuances. Le conseil de l’Europe est considéré comme une institution à peu près totalement inutile et impuissante. Esprit manifeste par contre un vif intérêt pour le plan Schuman, perçu comme la matrice possible d’une authentique Europe35. Cette Europe authentique, cette Europe idéale, qui a toutes les faveurs de la revue, devra se former autour de la France et comprendra en particulier l’Italie et l’Allemagne. A vrai dire, cette Europe apparaît surtout comme le prolongement de la France neutraliste dont rêve Esprit : nécessairement socialiste, ayant rompu ses liens stratégiques avec les États-Unis, mais ouverte aux influences et aux produits venus de l’Est comme de l’Ouest, elle constituerait une troisième force mondiale, capable de peser beaucoup plus lourd face aux États-Unis et à l’URSS qu’une France isolée. Pareille Europe assurerait de manière durable la coexistence pacifique et donc la paix mondiale, d’autant qu’elle pourrait encore accroître son poids en s’associant avec d’autres grandes puissances potentielles qui, comme l’Inde, ne souhaitent pas rejoindre l’un des deux camps. En attendant que cette Europe idéale prenne forme, il convient de définir concrètement, à l’échelle de la France, ce que doit être une politique de paix : celle-ci ne peut bien sûr être fondée que sur la neutralité, qu’Esprit continue à défendre avec vigueur, en particulier au printemps 195136. Esprit consacre par ailleurs de plus en plus de place aux problèmes coloniaux et en particulier à la guerre d’Indochine, conflit imbécile qu’il faut absolument arrêter, ce qui implique obligatoirement l’ouverture de négociations avec le Viêt-minh. Si le règlement du conflit vietnamien est une priorité, une politique de paix ambitieuse ne doit pas oublier le reste de l’Union française : il faut également éviter l’embrasement de l’Afrique du Nord et préparer en Afrique noire une évolution en douceur. Cette politique de paix à l’échelle de la France comporte un autre aspect particulièrement important : il s’agit d’effectuer une véritable révolution intérieure qui transformera la France en une démocratie non plus seulement politique mais aussi économique et sociale. C’est là une condition de la paix, mais c’est aussi son but ultime : faire reculer la guerre est en effet une nécessité absolue pour Esprit, mais ne saurait constituer une fin en soi. L’homme, en définitive, ne vit pas pour éviter de se battre, mais pour construire une cité plus harmonieuse37. Si la nécessité de la révolution est sans cesse répétée, les aspects concrets qu’elle doit revêtir sont par contre assez peu développés dans les pages de la revue. Tout au plus d’assez vastes nationalisations sont-elles évoquées, ainsi qu’une réforme fiscale et une politique de hauts salaires38. Une politique de paix à l’échelle de la France exige enfin de lutter contre toute politique visant à interdire ou à marginaliser le parti communiste. C’est bien sûr après les manifestations contre Ridgway qui se produisent à Paris le 28 mai 1952 et les réactions gouvernementales qui en découlent qu'Esprit insiste le plus fortement sur la nécessité de défendre le paru communiste, dont l’interdiction constituerait un facteur de guerre civile et internationale39.

  • 40 J. Hermant, « Le congrès de Varsovie », Esprit, janvier 1951, p. 96-100.
  • 41 J.-M. Domenach, « Le congrès de Vienne et l’action pour la paix », Esprit, février 1953, p. 281-29 (...)

20La revue nourrit en effet l’espoir persistant de défendre une politique de paix à l’échelle de la France avec l’aide du mouvement de la paix et des communistes français. Dans ce domaine, les positions d’Esprit sont particulièrement complexes. La revue refuse toujours d’assimiler purement et simplement le mouvement de la paix à un appendice du parti communiste40. Mais, à la fin de la période étudiée, Jean-Marie Domenach doit bien reconnaître le poids énorme des communistes dans le mouvement de la paix, poids qui conduit ce dernier à soutenir un pacifisme aux allures parfois bien étranges. Jean-Marie Domenach semble d’ailleurs croire que la mainmise des communistes sur le mouvement de la paix est avant tout liée à la faiblesse de l’engagement et du sens politique des pacifistes extérieurs au parti communiste41. Sans doute faut-il voir dans cet espoir toujours préservé d’une coopération avec le mouvement de la paix la conscience de l’échec, au moins partiel, rencontré par le neutralisme auprès de l’opinion publique française. Même si Esprit tente de minimiser les revers subis par les neutralistes, en particulier lors des élections d’octobre 1951, il lui est difficile de dissimuler que leurs idées ne suscitent guère auprès des Français qu’une sympathie passive. La revue affirme certes qu’une pédagogie de la paix est possible, mais elle ne peut dissimuler qu’au moins à court terme les neutralistes sont incapables d’atteindre leurs objectifs et que les appels sans cesse réitérés à l’action et à l’organisation ne permettent pas la création d’une organisation pacifiste indépendante des communistes et capable de peser dans le domaine politique.

  • 42 P. Fraisse, « Printemps Malenkov », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, mai 1953, p. 731-734.

21Cette longue campagne pour la paix explique qu’Esprit soit particulièrement attentif aux signes de détente qui se manifestent au printemps 1953. Paul Fraisse constate alors que les Soviétiques adoptent une nouvelle attitude, ce que démontre par exemple la réhabilitation des médecins accusés d’avoir voulu assassiner Staline (ce complot des blouses blanches n’empêchant d’ailleurs pas Paul Fraisse d’évoquer le sage du Kremlin, dont la disparition aurait plongé les peuples dans la stupeur). Cette nouvelle attitude apparaît d’autant plus porteuse d’espoir que les États-Unis font, eux aussi, preuve de bonne volonté. Dans ces conditions, les chances de la paix s’améliorent. Une paix plus solidement établie permettra à la France de s’occuper des vrais problèmes, au premier rang desquels se place la question des niveaux de vie et des unités supranationales42.

22La question de la paix a donc revêtu, pendant les six années étudiées, une importance primordiale dans les pages d’Esprit. Cette importance peut, à certains égards, sembler paradoxale : Emmanuel Mounier, mais aussi, dans une certaine mesure, ses amis et ses disciples, ont affirmé à diverses reprises que la violence est parfois utile et peut-être même indispensable pour mettre fin à l’injustice. Mais, dans les faits, cette position de principe est contredite par la volonté sans cesse réaffirmée d’éviter tout nouveau conflit. Il est évident que le souvenir des deux guerres mondiales pèse alors très lourd et qu’il s’agit d’abord d’éviter un nouveau massacre qui serait de toute façon épouvantable et dont les conséquences seraient, quoi qu’il advienne, probablement fatales à la France. Ce hiatus entre les positions de principe et la politique réellement suivie par la revue conduit à quelques acrobaties intellectuelles : le pacifisme est ainsi dénoncé en théorie mais défendu en pratique. Les guerres de libération sont légitimes, mais à condition de ne pas menacer la paix.

  • 43 A. Berger, « Tâches françaises pour la paix », op. cit.
  • 44 On peut consulter, sur Esprit et le rêve révolutionnaire le mémoire de maîtrise d’O. Lemaire, La r (...)

23La défense de la paix, qui constitue donc l’un des objectifs essentiels d’Esprit, s’appuie sur des analyses géopolitiques largement répandues chez les intellectuels de gauche pendant cette période : le capitalisme est considéré comme étant la force de guerre par excellence. Les États-Unis, superpuissance capitaliste, sont donc ipso facto dangereux pour la paix. Ce danger apparaît d’autant plus grand qu’Esprit partage l’opinion alors très courante suivant laquelle l’économie américaine est incapable de survivre sans des exportations massives de capitaux qui conduisent obligatoirement les États-Unis à adopter une politique impérialiste. L’URSS ne présente pas un danger comparable pour la paix. C’est sans doute cette dernière croyance qui explique que, pour ne prendre qu’un seul exemple, les implications stratégiques de l’appel de Stockholm soient négligées ou semblent ne poser aucun problème : que l’interdiction de l’arme atomique neutralise la seule forme de puissance militaire dans laquelle le monde occidental conserve l’avantage, permettant à l’Union soviétique d’utiliser sa supériorité dans le domaine des armements classiques, ne trouble guère Esprit, puisque l’URSS ne nourrit pas, ne peut pas nourrir, de desseins agressifs. Il ne faut pas, cependant, confondre les positions défendues par la revue et celles des compagnons de route. Esprit n’est pas disposé à admettre que l’Union soviétique et ses alliés constituent le camp de la paix, et se refuse à pratiquer l’alchimie qui transforme toute initiative soviétique, même belliqueuse, en acte de paix. La revue refuse donc tout alignement et l’on y conserve, non sans éclipses, un certain esprit critique. Cependant, plusieurs facteurs contribuent à un rapprochement avec les communistes sur la question de la paix. Citons d’abord les problèmes allemands et indochinois. Il faut ensuite prendre en considération la nature même de la paix qu’il s’agit de construire. Cette paix ne doit pas être celle de la France de Louis-Philippe à l’ombre des bombes atomiques43 mais celle d’une coexistence pacifique qui permettra à la France d’effectuer une révolution économique et sociale sans laquelle il ne peut y avoir de paix authentique. L’aide des communistes apparaît indispensable pour cette révolution, alors que les États-Unis et les Français favorables à l’alliance américaine sont soupçonnés de vouloir faire avorter toute velléité révolutionnaire en Europe occidentale. Dans une certaine mesure, ce rêve révolutionnaire a interdit à Esprit de comprendre que les communistes ne souhaitaient en aucune façon coopérer sur un pied d’égalité avec les neutralistes44. De façon assez comparable, les prétentions qu’avait l’URSS d’incarner le socialisme ont assez largement empêché les neutralistes d’Esprit de percevoir la véritable nature du régime soviétique et le danger pour la paix que pouvait représenter la politique de l’URSS.

Notes

1 J. Hellman, Emmanuel Mounier and the New Catholic Left 1930-1950, Toronto, University of Toronto Press, 1981, p. 54-55.

2 Ibid.

3 Ibid., p. 71-157.

4 Ibid., p. 211-220.

5 Esprit, novembre 1946, numéro consacré à l’homme américain.

6 E. Mounier, « L’ordre règne-t-il à Varsovie ? », Esprit, juin 1946, p. 970-1003.

7 Manifeste pour la paix et une Europe socialiste, Esprit, novembre 1947, p. 794-796.

8 E. Mounier, « Déclaration de guerre », Esprit, novembre 1948, p. 603-607.

9 F. Emmanuel, « Le pacifisme des forts », Esprit, février 1949, p. 162-180 ; J. François, « Peut-on faire la paix par la magie ? », Esprit, février 1949, p. 197-214 ; R. Morel, « Pax tecum », Esprit, février 1949, p. 215-223 ; P. Ricoeur, « L’homme non violent et sa présence à l’histoire », Esprit, février 1949, p. 224-234 ; R. Sarrazac, « À propos de l’assemblée des peuples », Esprit, février 1949, p. 235-241 ; J. Cayrol, « Lettre ouverte au maréchal Montgomery », Esprit, février 1949, p. 243-245.

10 E. Mounier, « Les équivoques du pacifisme », Esprit, février 1949, p. 189.

11 Ibid., p. 188.

12 Ibid., p. 192.

13 Au sujet de Garry Davis, on peut lire dans Esprit : R. Sarrazac, « Le cas Garry Davis », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, novembre 1948, p. 721-726 ; E. Mounier, « La paix est déclarée ? », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, janvier 1949, p. 96-98 ; L. Pauwels, « Et après ? », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, janvier 1949, p. 99 100 ; E. Mounier, « Où l’on discute les objections à Davis », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, janvier 1949, p. 101-103 ; J. François, « Peut-on faire la paix par la magie », op. cit. ; R. Sarrazac, « A propos de l’assemblée des peuples », op. cit. ; Sur Garry Davis et l’objection de conscience ; M. Beigbeder, « Avatars de Garry Davis », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, novembre 1949, p. 793-796 ; Idem, « L’esprit d’acte et l’esprit d’entreprise », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, novembre 1949, p. 796-798 ; Idem, « L’objection de conscience est-elle secondaire ? », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, novembre 1949, p. 798-803 ; E. Mounier, « L’objection de conscience est-elle une diversion ? », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, novembre 1949, p. 803-805 ; Sur l’objection de conscience : H. Fasquet (peut être Henri Fesquet), « Un autre congrès pour la paix : Oropa », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, juin 1949, p. 860-862 ; Anonyme, « Dix minutes avec l’objection de conscience sur un projet de statut », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, septembre 1950, p. 366-371.

14 Éditorial signé Esprit, « Le pacte atlantique », Esprit, mai 1949, p. 577-590.

15 E. Mounier et P. Fraisse, « La paix indivisible », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, juin 1949, p. 855-857.

16 J.-M. Domenach, « Une révolution rencontre le mensonge », Esprit, février 1950, p. 195.

17 Éditorial signé Esprit, « Le pacte atlantique », op. cit. ; La rédaction d’Esprit ignore ou néglige complètement l’état des armements mondiaux dans les années 1946-1948 : les Américains ont alors démobilisé et désarmé alors que les Soviétiques ont gardé des millions d’hommes sous les armes. La seule supériorité dont les Américains disposent encore est le monopole de la bombe atomique. Mais ils ne peuvent pas l’utiliser en cas d’avancée locale des Soviétiques ou des communistes. Dans ces conditions, après les agressions communistes de 1948, le pacte atlantique est d’abord défensif.

18 A. Berger, « L’Europe et la paix », Esprit, juin 1950, p. 992-1006.

19 J.-M. Domenach, « XXIIe congrès du PCF », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, juin 1950, p. 1035-1039. Voir aussi : Anonyme, « Le congrès et l’appel de Stockholm », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, juin 1950, p. 1039-1043.

20 Éditorial signé Esprit, « Guerre en Corée », Esprit, août 1950, p. 179.

21 J. Lacroix, « Faire la paix », Esprit, mars 1951, p. 326-332. Voir aussi : Éditorial signé Esprit, « Il est temps encore », Esprit, mars 1952, p. 329-332. Jean Lacroix apparaît quelque peu oublieux de son passé et des positions antérieures d’Esprit. La rédaction de cette revue était en fait très divisée au moment de Munich et Jean Lacroix, ignorant les réalités militaires, ne rend évidemment pas compte des véritables enjeux de ces négociations.

22 A. Béguin, « Réflexions sur l’Amérique, l’Europe, la neutralité et quelques autres sujets de préoccupation », Esprit, juin 1951, p. 869-890.

23 C. Favrel, « Lettre à Mister Smith », Esprit, novembre 1951, p. 629-647.

24 M. D. Shulman, Stalin’s foreign policy reappraised, Cambridge, Masachusetts, Harvard University Press, p. 181.

25 J.-M. Domenach, « Questions préalables », dans Journal à plusieurs voix, Esprit., juin 1952, p. 1013-1016 ; J.-M. Domenach, « Un témoignage sur la guerre bactériologique », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, octobre 1952, p. 195-197.

26 A. Grosser, « Allemagne 1950 », Esprit, janvier 1950, p. 108-122.

27 W. Dirks, « La contribution allemande », Esprit, janvier 1951, p. 114-117. Voir aussi : P. Fraisse,, « Le plus grand risque », Esprit, janvier 1951, p. 118-121 ; A. Serrières, « La conférence et le pacte atlantique », Esprit, mai 1951, p. 792-800. B. Girod De L’ain, « Les syndicats allemands et le réarmement », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, août-septembre 1952, p. 379-384. L’aveuglement d’Esprit à l’égard d’Adenauer est indéniable. Le chancelier commet en fait un péché impardonnable pour la revue : il est démocrate-chrétien... L’incompréhension des réalités allemandes apparaît encore plus criante si l’on prend en compte le rôle positif joué par les chrétiens dans la dénazification et dans le rapprochement franco-allemand.

28 Anonyme, « Les protestants allemands contre le réarmemen », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, novembre 1950, p. 648. Voir aussi : J.-M. Domenach, « Ballade berlinoise », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, janvier 1951, p. 77-80 ; Anonyme, « Les protestants allemands et le réarmement », Esprit, janvier 1951, p. 102-104 ; J. Froidure, « Le cercle de travail de la jeunesse catholique allemande contre la politique de réarmement », Esprit, novembre 1952, p. 728-730 ; R. Frank, « Que pensent les Allemands de leur réarmement », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, février 1953, p. 254-255.

29 A. Grosser, « L’Allemagne dans la confusion », Esprit, décembre 1951, p. 839-851.

30 J.-M. Domenach, « La condition de la paix », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, novembre 1951, p. 668-670.

31 M. D. Shulman, op. cit., p. 191-194.

32 J.-M. Domenach, « La note soviétique sur l’Allemagne », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, mai 1952, p. 820-825.

33 P. Ricoeur, « Propositions de compromis pour l’Allemagne », Esprit, décembre 1952, p. 1005-1011.

34 J. Baboulène, « L’Europe contre les attentismes », Esprit, mars 1951, p. 393-403 ; Voir aussi : A. Berger, « L’Europe et l’unité allemande », Esprit, décembre 1951, p. 852-858.

35 A. Berger, « Le pool et l’armée européenne », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, novembre 1952, p. 747-750. Voir aussi : J.-M. Domenach, « La fausse Europe », Esprit, avril 1953, p. 513-529.

36 J. Lacroix, « Faire la paix », Esprit, mars 1951, p. 326-332. Voir aussi : H. Bartoli, « Deux systèmes économiques », Esprit, mars 1951, p. 357-374 ; A. Béguin, « Réflexions sur l’Amérique, l’Europe, la neutralité et quelques autres sujets de préoccupation », op. cit.

37 J. Lacroix, « Faire la paix », op. cit.

38 Ibid. Voir aussi : A. Berger, « Tâches françaises pour la paix », Esprit, janvier 1953, p. 81-88.

39 Anonyme, « L’embardée du PCF », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, juillet 1952, p. 74-77. Voir aussi : J.-M. Domenach, « Le pourrissement et la guerre », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, juillet 1952, p. 77-82 ; P. Fraisse, « Invasion du Mac Carthysme », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, janvier 1953, p. 168-170.

40 J. Hermant, « Le congrès de Varsovie », Esprit, janvier 1951, p. 96-100.

41 J.-M. Domenach, « Le congrès de Vienne et l’action pour la paix », Esprit, février 1953, p. 281-292. Voir aussi : Idem, « Mort d’Yves Farge », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, mai 1953, p. 734-736.

42 P. Fraisse, « Printemps Malenkov », dans Journal à plusieurs voix, Esprit, mai 1953, p. 731-734.

43 A. Berger, « Tâches françaises pour la paix », op. cit.

44 On peut consulter, sur Esprit et le rêve révolutionnaire le mémoire de maîtrise d’O. Lemaire, La révolution spirituelle selon la revue Esprit 1932-1968, Université de Lille 3, 1992, 151 pages.

Auteur

Lille 3 - CRHEN-O

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540