Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idée de paix en France et ses représentations au xxe siècle

 | 
Alain-René Michel
, 
Robert Vandenbussche

II - Combats pour la paix

Pax Christi 1945-1975

Yves-Marie Hilaire

Texte intégral

  • 1 Je remercie François Mabille dont l’apport m’a été très précieux pour cette communication. F. Mabi (...)

1La thèse de François Mabille, Le mouvement Pax Christi 1944-1976, origine et développement d’une mobilisation catholique pour la paix1, apporte beaucoup d’informations qui ne sont pas toujours suffisamment replacées dans leur contexte. Elle est moins prolixe sur les idées du mouvement qui sont, pour une part notable, celles de l’abbé Bernard Lalande qui les exprime par ailleurs dans les Cahiers de l’aumônerie catholique aux armées étudiés par Xavier Boniface. À partir de 1950, Pax Christi international a pour président Mgr Feltin, archevêque de Paris, qui devient en 1952 vicaire aux armées françaises. Son secrétaire l’abbé Lalande se trouve être le théologien des deux organisations. D’un côté, on peut souligner l’écartèlement des consciences chrétiennes. De l’autre, on peut relever l’importance de la théologie de la paix présentée aux militaires.

La fondation de Pax Christi et les préludes du rapprochement franco-allemand (1945-1950)

Les origines : Un groupe de prières pour la conversion de l’Allemagne

2Dans la nuit du 17 novembre 1944, à un moment où les armées alliées piétinent devant la ligne Siegfried et où Strasbourg n’est pas encore libérée, une catholique agenaise de 37 ans, professeur de Lettres classiques, femme d’un ingénieur des mines, Madame Dortel-Claudot, angoissée par le danger allemand, a l’idée d’une croisade de prières pour la conversion de l’Allemagne s’impose à elle. Elle en parle à son curé l’abbé Dessorbes et à la prieure du carmel d’Agen qui s’associent. Elle informe l’évêque de Montauban Mgr Théas, ancien déporté au camp de Compiègne, qui accepte le 11 mars 1945 de présider une Croisade de prières pour la conversion de l’Allemagne. Mgr Saliège, archevêque de Toulouse, donne son approbation le 12 mars et publie une lettre de présentation du mouvement pour la Pentecôte 1945. Dans le sillage du message émis par Pie XII en 1942, qui prêchait une croisade des temps nouveaux pour instaurer la paix, il s’agit d’établir la paix du Christ dans le règne du Christ, « Pax Christi in Regno Christi ». L’idée de conversion de l’Allemagne implique la dénazification mais aussi la conversion à la foi catholique romaine après une histoire qui depuis 150 ans au moins marginalise l’Église catholique dans ce pays. Dans les deux mois qui suivent la décision de Mgr Théas, l’espérance d’une victoire prochaine et la prise de conscience des problèmes posés par le sort de l’Allemagne entraînent l’approbation de 40 évêques au mouvement naissant.

  • 2 Dans le Bulletin du 2/2/1947, Mme Dortel Claudot précise la pensée du mouvement sur ce sujet : « L (...)

3Celui-ci se trouve officialisé en août 1945 lors de la Semaine sociale de Toulouse où une réunion de Pax Christi rassemble 900 personnes sous la présidence de Mgr Théas. Le nonce Roncalli, futur Jean XXIII, présent, encourage le mouvement, mais suggère de changer de titre car l’idée de conversion de la seule Allemagne le gêne. Aussi la quatrième lettre circulaire de l’organisation à la Toussaint propose-t-elle un changement de titre : croisade de prières pour l’Allemagne. Peu après Mgr Saliège demande un élargissement de l’objectif « croisade de prières pour les nations » puisque plusieurs nations se sont jointes à l’entreprise. En effet, Mgr Théas avait exprimé son inquiétude sur le comportement des Français : « Comment traite-t-on en France les prisonniers allemands ? Comment se comportent en Allemagne les troupes françaises d’occupation ? N’est-ce pas trop souvent d’une manière inhumaine, sauvage, immorale ? La France, elle aussi, a besoin de conversion. Que des deux côtés du Rhin on dise pardonnez comme nous pardonnons... Il y a actuellement de l’autre côté du Rhin une chrétienté vivante, puissante et digne d’admiration »2

Le mouvement Pax Christi, pionnier du rapprochement franco-allemand

4Le mouvement Pax Christi trouve très tôt un écho en Allemagne. Mgr Théas écrit au cardinal Faulhaber, archevêque de Munich, l’un des auteurs de l’encyclique Mit brennender S orge, dès le 3 septembre 1945 et prend contact avec Mgr Gröber évêque de Fribourg, en juin 1946. Celui-ci soutient Joseph Probst, qui lance le mouvement en Allemagne. Le 3 juin 1947, Pie XII bénit la croisade de prières pour les nations. Joseph Folliet se rallie à elle lors de la Semaine sociale de Strasbourg. Du 18 au 22 septembre 1947 à Vézelay, le huitième centenaire de la 2e croisade prêchée par Saint Bernard est célébré par un rassemblement sous la forme d’une croisade de la paix en présence des catholiques allemands. Les mouvements qui, avant 1933, avaient milité pour le rapprochement franco-allemand, les Compagnons de Saint François de Joseph Folliet et les Quickborn fondés par Romano Guardini, se retrouvent dans Pax Christi.

  • 3 Mgr Théas, évêque de Montauban depuis 1940 est nommé évêque de Tarbes et Lourdes...

5Très tôt, la dimension internationale du mouvement s’affirme. Dès janvier 1946, le cardinal Griffin, archevêque de Westminster, l’encourage. Les cardinaux Frings, archevêque de Cologne, Schuster, archevêque de Milan, et Segura, archevêque de Séville, participent à ses manifestations en 1948. Le mouvement regroupe 11 secrétariats nationaux en exercice et 10 en formation au milieu du siècle mais la section allemande possède les trois quarts des adhérents de Pax Christi. Aussi le rapprochement franco-allemand reste-t-il privilégié : en avril 1948, au sanctuaire marial allemand de Kevelaer, le congrès pascal met l’accent sur l’importance des échanges d’étudiants et Mgr Théas apporte à l’Allemagne en présence du cardinal Frings « le pardon et l’affection de la partie vraiment chrétienne de la France ». Théas, qui est nommé alors évêque de Tarbes et Lourdes, devient un personnage légendaire en Allemagne3. La même année 1948, du 21 au 25 juillet, a lieu à Lourdes le premier camp international de Jeunes Pax Christi, où le Père du Rivau, présente les réalisations franco-allemandes du centre d’Offenbourg et où un scout bavarois évoque les rapports complexes entre scouts et nazis en Bavière.

Crise et restructuration du mouvement Pax Christi

6En 1949-1950, le mouvement Pax Christi connaît une crise et doit être réorganisé. Tandis que les Allemands s’y engagent avec sérieux et en assez grand nombre, Joseph Folliet note en 1950 « le peu d’intérêt que les Français montrent pour les questions internationales à cause du caractère très particulariste des divers mouvements d’Action catholique ou d’action sociale qu’il est très difficile d’unir pour un combat commun ». La direction très personnelle du couple Dortel-Claudot entraîne en mai 1949 la démission de Mgr Théas qui se plaint à Mgr Montini, futur Paul VI, d’être toujours placé par eux devant le fait accompli. La section allemande leur reproche d’avoir établi un régime de « monarchie absolue ou de dictature » et conteste l’organisation et le financement d’un pèlerinage à Lourdes. Dortel-Claudot est arrêté en mai 1950 pour attribution indue de fonctions et de titres et pour tentatives d’escroqueries. Enfin la guerre froide entraîne une tension avec les chrétiens progressistes et nécessite la mise en place d’une direction ferme pour faire face au Mouvement de la paix, inspiré par les communistes, qui s’organise après l’appel de Stockholm de mars 1950.

7Dès janvier 1950, le nouvel archevêque de Paris, Mgr Feltin assume la présidence avec l’aide de son secrétaire particulier l’abbé Bernard Lalande. Mgr Théas accepte la présidence de la section française. On conserve l’essentiel des activités : dimanche eucharistique international, correspondance catholique internationale, congrès et pèlerinages dans les divers pays adhérents. On reprend l’ancienne devise de l’Association catholique de la Jeunesse française : Piété, Étude, Action. Le Saint Siège approuve cette réorganisation qui renforce le contrôle clérical sur le mouvement mais le confie aux épiscopats nationaux.

Face au mouvement de la paix durant la guerre froide

Organisation et mission

8En 1950, les communistes semblent avoir pour eux le monopole de la paix, note le Père Desroches, signataire de l’Appel de Stockholm. La rencontre de Pax Christi, à Paris les 16 et 17 décembre 1950, donne des statuts au mouvement international. Trois objectifs définissent les buts de l’association à l’article premier : la prière pour la paix, l’étude de la doctrine catholique, l’action à travers les rencontres et les échanges, occasions de répandre les conceptions chrétiennes. L’association soumet son action à l’autorité ecclésiastique (article 2). Elle est gérée par un conseil international qui nomme un comité directeur élu pour 3 ans (articles 8 et 9).

9Rome propose à Pax Christi une triple mission en 1952-1953 : faire vivre une mystique de la paix du Christ, mettre en œuvre une catholicité horizontale par l’alliance des églises nationales et éveiller les catholiques à leur devoir international, de façon à ce qu’ils prennent place dans les organismes internationaux.

10L’organisation française est gérée par des personnalités connues et actives. Présidée par Mgr Théas, elle a pour vice-présidents Joseph Folliet et Maurice Vaussard, pionniers du rapprochement franco-allemand au temps de la République de Weimar, et pour secrétaire national le journaliste Jean-Pierre Dubois-Dumée. Elle se dote d’un bulletin en 1951 et se trouve présente en 1953 dans 87 diocèses sur 92 avec 12 000 adhérents. La section allemande a alors 16 000 militants et plus de 100 000 sympathisants.

11Tandis qu’en pleine guerre de Corée les communistes utilisent le Mouvement de la Paix pour leur propagande en remplissant la Mutualité, le 15 juillet 1951, avec la participation du père Chenu, de l’Abbé Depierre et de l’Abbé Boulier, Pax Christi organise quelques manifestations : Journée de la paix du 6 mai, pèlerinage à Lourdes en mai avec 25 000 pèlerins de 20 nations en présence de 20 évêques, conférence de Mgr Feltin aux Ambassadeurs en décembre 1951. L’année 1952 voit trois rencontres internationales à Aix-la-Chapelle, à Assise et à Luxembourg.

12À Assise où la lutte sur deux fronts contre le nationalisme et le pacifisme est à l’ordre du jour, Pie XII envoie un message d’encouragement aux congressistes et leur demande de « procurer l’atmosphère nécessaire aux tendances qui visent à l’unification économique et politique de l’Europe ».

La compétition avec le Mouvement de la Paix pendant les années 1952-1956

13De la guerre de Corée (1950-1953) à l’intensification de la guerre d’Algérie en 1956, Pax Christi tente de mettre l’accent sur les responsabilités des chrétiens dans le domaine international. Mgr Feltin déclare en 1952 : « Le catholicisme doit s’internationaliser » et au Congrès de Nimègue en 1955 Carlos Santamaria demande aux chrétiens de s’engager au service de la paix internationale, à une époque où les organisations internationales catholiques connaissent un essor encouragé, notamment, par les deux premiers Congrès de l’Apostolat des laïcs à Rome en 1951 et en 1957.

14Cependant, Pax Christi doit faire face à la concurrence d’autres mouvements. Ainsi le Réarmement moral d’origine protestante rassemble à Caux en Suisse, en 1951, 10700 personnes de 86 pays et joue un rôle notable les années suivantes dans la pacification des relations franco-tusiniennes. Le Mouvement chrétien pour la paix rassemble un temps, en janvier 1952, catholiques et orthodoxes. Le Mouvement international pour la paix lance, en juin 1953, ses routes de la paix et prêche la non violence et l’objection de conscience. Pax Romana attire les intellectuels allemands mais n’a pas les mêmes objectifs.

15Les relations de Pax Christi avec le Mouvement de la Paix restent tendues. Le Père Bigo, jésuite, tente de dialoguer avec les progressistes mais ne parvient pas à un résultat qui le satisfasse : il publie en 1954 un livre critique sur Le progressisme, aspects doctrinaires. Les évêques français donnent un avertissement à la Quinzaine, organe des chrétiens progressistes en mars 1954, et le Saint Office condamne cette publication en janvier 1955.

16À propos de la menace de guerre atomique qui inquiète les militants, Pax Christi précise la doctrine à travers plusieurs dossiers en janvier 1954, avril 1955 et juin 1955 et rappelle la condamnation de la guerre atomique bactériologique et chimique faite par Pie XII.

17Pour répondre à certaines critiques, Pax Christi présente, en janvier 1954, un dossier sur l’objection de conscience dans lequel le Père de Soras combat l’idée que la guerre ne peut plus être juste à l’ère nucléaire, et le mouvement organise en mars 1955 des conférences sur la non violence. Cependant l’apolitisme relatif de Pax Christi est critiqué par deux sortes d’adhérents : les Allemands qui voudraient que leur organisation soutienne les catholiques des pays de l’Est et, en sens inverse, certains Français de gauche qui souhaiteraient un rapprochement avec le Mouvement de la Paix. Le Père Chenu se plaint en 1952 de « l’absence de culture politique de masse » à Pax Christi, et la discrétion du mouvement sur l’Indochine est jugée excessive par la section de Lyon : « La guerre et la paix se jouaient en Indochine, Pax Christi n’en a rien su ».

18Pendant les années 1953-1955, Pax Christi prend nettement position en faveur de la construction de l’Europe, « étape essentielle vers l’unité du genre humain », mais sans s’engager sur le choix des méthodes. Le mouvement condamne à ce propos trois dérives : le nationalisme, l’isolationnisme économique, l’esprit de revanche ou la crainte de l’Allemagne. En 1955, après l’échec de la Communauté européenne de défense, le Congrès de Nimègue place la construction de l’Europe parmi les principaux engagements de Pax Christi et, en 1956, le Congrès national de la section française à Lyon traite un sujet audacieux, « Essor ou déclin des patries ». Le cardinal Gerlier fait remarquer qu’il ne doit pas y avoir de place pour le nationalisme périlleux et pour le racisme destructeur de la fraternité humaine.

19D’autres préoccupations apparaissent alors avec la décolonisation et l’intensification de la guerre d’Algérie.

Pax christi, la guerre d’algérie et le tiers-monde

20Le milieu de la décennie marque une coupure dans l’histoire de Pax Christi. La Conférence de Bandoeng d’avril 1955 annonce l’émergence des pays anciennement colonisés et non alignés. L’année 1956 voit la France envoyer le contingent dans une Algérie insurgée et accorder l’autonomie aux populations d’Afrique Noire par la loi Defferre. L’immigration nord-africaine vers une France en plein essor économique prend de l’ampleur.

21Le souci de l’accueil des étrangers est présent dès 1951 à Pax Christi avec le thème du Congrès international de Lourdes : « Qui est mon prochain ? » Une rubrique intitulée « Nos frères nord-africains » apparaît dans le Journal de Pax Christi en septembre 1952. Celui-ci évoque pour la première fois la décolonisation en 1954. Le programme de l’année 1955 prévoit de s’intéresser à l’aide technique aux pays sous-développés. Lors du Congrès eucharistique de Rio de Janeiro en 1955, les dirigeants de Pax Christi prennent contact avec deux évêques sud-américains sensibles aux problèmes sociaux, Mgr Larrain et Mgr Helder Camara.

22L’année 1956 marque un infléchissement de l’orientation du mouvement avec le programme portant sur les pays de la faim et la brochure intitulée : « J’ai faim ». Pax Christi diffuse alors le message de Josué de Castro, ancien président de la FAO, auteur de la Géographie de la faim et de la Géopolitique de la faim, et se trouve soutenue officiellement par un message de l’Assemblée des cardinaux et archevêques pour le dimanche de la paix le 13 mai 1956. Pax Christi reçoit l’appui de l’Union mondiale des organisations féminines catholiques, de l’Action catholique générale des hommes, du Secours catholique et des secrétariats sociaux. Le responsable diocésain de Lille, Verhoeven, commente ainsi ce fait en 1957 : « Pax Christi interprète le Message en commun et en communion avec d’autres mouvements. Le Message du Christ est à la fois message de charité, de justice et de paix. Le message de Charité a donné naissance au Secours Catholique, le message de Justice aux Secrétariats Sociaux, le message de Paix à Pax Christi. Mais le Message est un car il n’y a pas de charité sans justice. Il nous est donc impossible de faire cavalier seul. Une collaboration étroite et constante avec l’Action catholique est nécessaire ».

23En 1957, année de l’encyclique Fidei Donum sur le nécessaire renouvellement de l’esprit missionnaire, le programme porte sur « Notre Frère l’étranger » et le Congrès international du mouvement à Mariazell traite de l’émergence des peuples de couleur, accueille les associations africaines et asiatiques et se félicite de la constitution de hiérarchies catholiques autonomes dans les anciens pays de mission.

24Pendant l’année 1958, où le programme d’études s’intéresse à la rencontre des cultures, le Père Riquet prononce un discours sur le « développement facteur de paix » en réclamant un triple dépassement : dépassement de l’Occident sordide qui enfouit ses valeurs chrétiennes sous l’aspiration à un plus avoir, de l’Est où le spirituel est banni et dépassement enfin des autres peuples, déjà trop rongés par l’attrait des valeurs fallacieuses que l’Occident et l’Est font miroiter à leurs yeux.

25À cette date, les liens entre Pax Christi et l’équipe d’Économie et Humanisme dirigée par le Père Lebret s’intensifient. Aussi le propos du Père Riquet est-il repris par le cardinal Feltin, président international, dans un discours rédigé par l’abbé Lalande et prononcé à Genève en 1960 : « Pax Christi est un mouvement catholique pour la paix. Or la paix aujourd’hui dépend du sous-développement qui est une menace de guerre et du développement qui, pris dans sa dimension véritable, est le nouveau nom de la paix ». Sept ans plus tard, en 1967, dans l’encyclique de Paul VI, Populorum Progressio, rédigée par le père Lebret, cette formule sera proposée à l’Église catholique toute entière et au monde.

26 Pax Christi s’est engagé dans la décolonisation africaine en diffusant les prises de position des épiscopats concernés et a suivi de près le déroulement de la guerre d’Algérie en condamnant la torture dès septembre 1955, en appelant à la désobéissance civile et à l’objection de conscience en cas de violation des droits de l’homme. Le journal insiste sur la nécessaire coexistence des deux communautés et sur les problèmes posés par le sous-développement. De 1960 à 1963, il consacre une trentaine d’articles à l’Algérie troublée par les attentats de l’OAS qui sont condamnés. En 1958, Jean Nau, délégué diocésain de Reims, va rendre visite aux Nord-Africains enfermés dans les camps d’internement avec quelques membres de Pax Christi.

Vatican II accueille les idées de pax christi qui se renouvelle difficilement

27vers 1958-1960, Pax Christi est à son apogée. En France, en 1957, 50 % des militants sont membres d’une autre organisation catholique, ce qui peut être une force et une faiblesse. Le Comité catholique contre la faim, créé en 1959, rassemble beaucoup d’organisations catholiques et reprend l’une des préoccupations de Pax Christi. En Allemagne, après la conférence des Organisations catholiques internationales de Munich en juillet 1960, Misereor est fondé à l’initiative du cardinal Frings pour lutter contre la faim et la maladie. Dans les deux cas, Pax Christi fait partie des fondateurs, mais ces nouvelles organisations dans lesquelles les experts tendent à remplacer les prophètes accomplissent une partie de sa tâche.

28L’encyclique Pacem in terris de mai 1963 consacre les thèses de Pax Christi et est reçue par le chanoine Lalande comme « un monument et un événement ». C’est, dit-il, l’équivalent pour la paix du monde de Rerum Novarum dans le domaine social ; c’est un « signe des temps » pour René Rémond. Surtout le concile Vatican II donne l’exemple d’une catholicité horizontale du fait de son fonctionnement et de la proclamation de la collégialité, ratifie les initiatives et les thèmes du mouvement et renforce la cause de la paix. Bernard Lalande, expert de Mgr Schröffer, évêque d’Eichstatt (Bavière), président de la commission doctrinale de Pax Christi, participe à l’élaboration de la constitution de Gaudum et Spes qui précise que la paix n’est pas seulement un ordre, mais une dynamique. Les militants se réjouissent de l’ouverture vers les frères séparés et vers les non-catholiques, mais souhaitent un allégement du contrôle clérical. Paul VI, qui prononce à l’ONU en 1965 la phrase célèbre : « Jamais plus la guerre », crée une journée mondiale de la paix chaque 1er janvier à partir de 1967.

29Ayant rempli une grande partie de sa tâche, Pax Christi entre en crise en 1963-1964. Carlos Santamaria se retire en 1963 et l’équipe dirigeante internationale est mise en minorité. À la réunion de Rome le 8 octobre 1964, un hollandais, le Docteur Schuijt, se place dans une perspective conciliariste et demande à Pax Christi et à l’Église de se mondialiser, d’abandonner leurs prétentions doctrinales et de se démocratiser. Sous l’égide du nouveau président international, le cardinal Alfrink, archevêque d’Utrecht, le mouvement veut entreprendre une analyse « scientifique » de la construction de la paix.

30Le mouvement, qui a privilégié une démarche patiente pendant la guerre d’Algérie, doit tenir compte du mécontentement des militants - notamment ceux de Lille et de Tourcoing - lors des bombardements américains au Vietnam en 1966. Il publie le 15 mars un communiqué rappelant que les hommes sont tous frères, parce que fils issus d’un même père, et protestent contre le massacre des innocents. La tentation de la politisation est présente en cette fin des années soixante. D’autre part, dans de nombreux diocèses, les militants Pax Christi ont pris en charge les comités diocésains du CCFD qui fait ainsi concurrence à l’une de ses organisations mères. Justice et Paix, organisme post conciliaire mis en place en France à partir de 1967 avec le concours du Père Philippe Laurent, puis en 1971 autour de son secrétaire l’abbé Toulat, remplit la même mission que Pax Christi. En 1974, la section française n’a plus que 490 adhérents et le journal a dû réduire son tirage de 12 000 exemplaires en 1967 à 7 000 en 1975. En 1998, la section française ne groupe plus que 130 adhérents.

31Ainsi, à partir de 1945 et surtout au cours des années cinquante, le mouvement Pax Christi a milité pour le rapprochement franco-allemand puis pour l’accueil des frères étrangers ; il a contribué à faire connaître les problèmes de la faim et du Tiers Monde ; pendant la guerre d’Algérie et la décolonisation de l’Afrique, il a mené une action en profondeur pour faire évoluer les mentalités.

32Le succès partiel de ses objectifs, évident lors du Concile Vatican II, puis la concurrence d’autres mouvements plus spécialisés et plus techniciens, enfin la suspicion jetée contre une organisation liée à la hiérarchie de l’Église expliquent son affaiblissement lors de la grande crise de l’Église catholique entre 1965 et 1975.

Notes

1 Je remercie François Mabille dont l’apport m’a été très précieux pour cette communication. F. Mabille, Le mouvement Pax Christi 1944-1976, origine et développement d’une mobilisation catholique pour la paix, Paris, IEP, 1996, thèse, sous la direction d’Alfred Grosser.

2 Dans le Bulletin du 2/2/1947, Mme Dortel Claudot précise la pensée du mouvement sur ce sujet : « Lettre circulaire de Pax Christi ».

3 Mgr Théas, évêque de Montauban depuis 1940 est nommé évêque de Tarbes et Lourdes...

Auteur

Lille 3 - CRHEN-O

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540