Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idée de paix en France et ses représentations au xxe siècle

 | 
Alain-René Michel
, 
Robert Vandenbussche

II - Combats pour la paix

Les étudiants communistes, entre guerre froide et détente

Serge Curinier

Texte intégral

1Le sujet appelle quelques remarques en guise d'introduction. Si 1947 ne connaît pas de modification avec le début de la guerre froide, 1962, année de la dernière grande crise de la guerre froide avec la crise des fusées à Cuba et de l'entrée dans la détente, marquera un terme provisoire.

2Le sujet, ensuite, porte sur les étudiants communistes. Il faut faire, ici, une distinction qui a son importance. Jusqu'en 1956, il s'agit d'étudiants membres du PCF, groupés dans des cellules, soit d'université (avec les enseignants, personnels de service), soit de quartiers. Ils dépendent de la Fédération de Paris du PCF. Cette appartenance directe au PCF ne les empêche pas d'avoir une activité spécifique en milieu étudiant, ce qui leur est d'ailleurs demandé par les instances dirigeantes communistes. Ce sont des interventions essentiellement syndicales, dans l'UNEF, politiques et idéologiques ailleurs, à l'Université où ils développent les positions du PCF dans ce milieu d'une importance stratégique considérable car il s'agit des intellectuels de demain. Cette intervention se fait sous des formes diverses mais la plus importante est la publication d'un mensuel à partir de décembre 1947 (no 1), qui prend le nom de Clarté, en souvenir de la revue fondée par Barbusse après la Première Guerre mondiale.

3À partir de 1956, la nouveauté consiste en la création d'une organisation étudiante, l'Union des Étudiants communistes de France (UECF), en théorie indépendante du PCF sur le plan de l'organisation, rattachée elle-même au Mouvement de la JC de France. Cette Union reprend le même journal qui constitue un des pivots essentiels de son intervention en milieu étudiant mais en changeant la numérotation. Enfin, l'UEC, à partir du début des années 1960, entre peu à peu en dissidence avec le PCF. Cette crise n'est pas sans interférer sur les choix politiques de la direction « italienne » de l'UEC qui lie ses positions à celles de Khrouchtchev, par opposition à la direction du PCF.

4Deux principales sources ont été utilisées : d'abord Clarté que nous avons dépouillé, soit 43 numéros pour la période allant de la fin 1948 à juin 1956. La collection est presque continue jusqu'au début de 1952 mais après elle devient très lacunaire. Ensuite, 23 numéros ont été utilisés pour la période allant de l'automne 1956 à 1962. Enfin des entretiens ont été effectués, surtout pour la période postérieure à 1956.

5La paix, sa défense sont un des thèmes constamment présent dans les textes communistes de cette époque. Il est donc nécessaire de réfléchir sur l'idée de paix défendue par les étudiants communistes, ce qui conduit à dégager trois thèmes : quelle est la place, tout d'abord, de la paix dans l'idéologie communiste avec comme question est-elle une fin ou seulement un moyen ? Ensuite, il faudra analyser la façon dont la propagande organise cette conception par le choix du manichéisme. Enfin, à partir de 1953-1956, les choses se brouillent et se compliquent non seulement à cause de l'évolution des positions soviétiques mais aussi parce que ces étudiants communistes suivent une évolution originale et parce qu'enfin le milieu dans lequel ils interviennent s'est beaucoup transformé.

Les ambiguïtés de la notion de paix

6Dans le discours communiste de ces années, le terme de paix est un de ceux qui est le plus utilisé. C’est un thème récurrent et central : la plupart des textes à un moment ou à un autre font allusion explicitement à cette notion. Pourtant cette notion présente un certain nombre d'ambiguïtés sur lesquelles il est nécessaire de réfléchir à partir des textes consultés tout en sachant que cette idée de paix est intégrée dans l'analyse marxiste.

7Dans un premier temps, quel est le contenu de cette idée ? La paix est assimilée au socialisme car dans ce système les classes exploiteuses et le capitalisme ont disparu. Il n'est donc plus nécessaire d'exporter des capitaux à l'étranger pour obtenir de superprofits. De même, comme la production est adaptée aux besoins de la consommation : il n'est plus nécessaire également de rechercher des débouchés extérieurs pour les produits fabriqués. En conclusion, le socialisme met fin aux contradictions inhérentes au capitalisme qui provoquaient régulièrement des crises menant à des guerres ; en revanche, le développement harmonieux du socialisme nécessite et explique une politique de paix.

8À l'opposé, la guerre est assimilée au capitalisme car le système capitaliste cherche à maintenir des taux de profit élevés, en recherchant constamment des débouchés, c'est ce qui explique la volonté de domination de l'impérialisme. Cependant ce système capitaliste est en « crise » car il se heurte au mouvement d'émancipation des peuples colonisés. Enfin, et surtout, il est confronté à l'existence non plus d'un seul Etat socialiste comme pendant l'entre-deux-guerres mais à celle d'un système socialiste, soit 1/6e des terres émergées comme l'aiment à le rappeler les textes communistes. Ainsi, la sphère de domination du capitalisme s'est fortement réduite, ce qui le conduit à être agressif et à vouloir remettre en question ce déclin par la préparation de la guerre, dirigée en priorité contre le système socialiste.

9Dans un deuxième temps, peut-on parler d'un pacifisme communiste ? C'est une question complexe et ambiguë. Quand on analyse ce discours sur la paix, on est conduit à faire quelques remarques. Dès cette époque de Guerre froide, le concept de coexistence pacifique est présent, apparaissant dans des citations de Staline. C'est quelque chose qui n'est pas étonnant, il ne faut pas, en effet, attendre le XXe Congrès pour le voir apparaître. On rappellera que cette proposition est formulée par Lénine au début des années 1920. Ensuite si le mot d'ordre fondamental devient la défense de la paix, il a une incidence concrète et immédiate : la préparation de la révolution socialiste n'est plus vraiment au centre de l'action des communistes. On peut d'ailleurs faire le parallèle avec les années 1930 où la lutte contre le fascisme devient prioritaire par rapport à la lutte pour la révolution.

10La lutte pour la paix permet-elle d'assimiler les communistes à des pacifistes refusant par principe toute action violente ? Si l'on examine les choses attentivement, on remarquera une première distinction entre guerres justes et injustes : par exemple, la guerre d'Indochine vue du côté français est la « sale guerre » alors que du côté vietnamien elle est la « lutte héroïque du peuple vietnamien » ; de même, la guerre de Corée, vue du côté coréen est une « guerre juste » alors que du côté américain, c'est l'exemple d'une « agression impérialiste ».

11La deuxième série de remarques porte sur le problème de la violence. Les communistes refusent de choisir entre violence et non-violence car l'exploitation capitaliste qui provoque la lutte des classes au niveau national et au niveau international entraîne, de fait, la violence. Si la révolution est donc nécessaire pour mettre fin à ce système qui conduit à la guerre, créant ainsi les conditions d'une paix universelle, elle peut difficilement faire l'économie de la violence se matérialisant sous différentes formes : guerre civile, guerre de libération...

12Ces remarques permettent de conclure sur l'idée que nous ne sommes pas en présence d'un mouvement pacifiste, voulant la paix à n'importe quel prix. La paix est un moyen comme un autre, un instrument qui permet d'atteindre des objectifs précis : défendre l'URSS mais également permettre la libération des peuples colonisés ou dominés et préparer la victoire du communisme au niveau mondial, puisque cette dernière demeure un des objectifs majeurs du mouvement communiste.

13On notera, également, que cette façon d'agir n'est pas une nouveauté. Dans les années 1930, le PCF est successivement passé d'une ligne pacifiste à une ligne « dure » face aux dictatures, puis est revenu à une ligne pacifiste à partir de la signature du pacte germano-soviétique.

Un discours manichéen (1947-1953)

14À partir de cette priorité, la lutte pour la défense de la paix, tout le discours communiste repose sur la diabolisation de l'adversaire, c'est-à-dire tous ceux, Etats, forces politiques, hommes, qui s'opposent à la conception de la paix voulue par l'URSS. Dans le même temps, il célèbre les mérites de ceux qui « se placent sur les positions des partisans de la paix ».

15Dans cette deuxième partie, il sera nécessaire d'étudier trois éléments : tout d'abord un discours qui est le reflet d'une mobilisation et d’une propagande spécifiques, ensuite la volonté de créer un sentiment de peur en agitant la menace permanente de la guerre et enfin, la lutte pour la paix qui est l'aboutissement logique de cette démarche.

  • 1 M. Lazar, « Idéologie et propagande des partis communistes français et italien durant la guerre fr (...)

16La mobilisation et la propagande jouent un rôle central dans le mouvement communiste et il est nécessaire d'en dégager les traits principaux. Reprenons ici un certain nombre d'idées développées par Marc Lazar à l'occasion d'un colloque tenu il y a quelques mois1.

17L'activité communiste repose sur la mobilisation de tout l'appareil, de toutes les organisations du parti. Les étudiants, intellectuels de demain, doivent occuper leur « créneau », l'université et les grandes écoles. Mais, il est nécessaire, également, de « ratisser » large, au delà du parti, par exemple dans les syndicats, ici l'UNEF, ou en créant des « organisations de masse » dont relève par exemple le Mouvement de la Paix, enfin par tout un jeu de pression/séduction sur les intellectuels.

18Cette mobilisation repose sur l'intensité de la vie militante : un engagement complet est exigé par le parti, un engagement qui envahit la vie privée : « tout est politique » mais qui peut rendre difficile la poursuite des études.

19La propagande communiste est également originale avec deux éléments à préciser. On relèvera d'abord une conception spécifique développée par Lénine, dès Que faire, empruntée à Plékhanov : « Le propagandiste présente beaucoup d'idées à un seul ou plusieurs individus... L'agitateur présente une seule idée ou quelques idées mais à toute une masse de gens ». C'est la définition de l'agit-prop avec l'idée, également, que la propagande et l'agitateur doivent approfondir la conscience de classe en organisant systématiquement la « révélation politique ». Ainsi un des caractères de la propagande communiste, sur la longue durée, c'est cette volonté d'expliquer le fait le plus infime par une explication globale. Cette démarche est présente dans tous les articles qui reproduisent la même trame, pour en arriver à la même conclusion. La seconde chose à préciser tient, ensuite, au caractère de cette propagande pendant ces années de guerre froide : une propagande qui se caractérise par sa violence, la crudité de son ton. Le recours aux invectives, aux insultes est monnaie courante ainsi que la comparaison systématique qui utilise souvent le système des doubles pages : d'un côté le camp de la guerre, de l'autre celui de la paix, assimilant le premier à celui du mal, le second, à celui du bien.

20Une fois ces données générales exposées, il est possible, à présent, d’étudier le premier terme du couple guerre/paix dans le discours communiste qui insiste sur la menace du guerre. De manière préliminaire, on peut rappeler qu'on est en présence d'un discours typiquement de guerre froide, c'est-à-dire à la fois manichéen et outrancier, recherchant toujours la diabolisation de l'adversaire.

21Cette menace de guerre est représentée par les États-Unis que l’on définit comme la puissance impérialiste. On retiendra par exemple le thème récurrent des décisions prises par Wall Street, des entreprises américaines imposant leur domination au monde. Cette volonté de domination implique, sur le plan économique, le plan Marshall et la vassalisation de l'Europe et en particulier de la France ; de même, sur le plan militaire elle se traduit par la création de l'OTAN et le monopole de l'arme nucléaire jusqu'en 1949.

  • 2 Clarté, no 28, décembre 1950.

22Le discours communiste va encore plus loin en assimilant les États-Unis au fascisme. Cette assimilation se fait sur le plan politique et culturel. Ainsi la culture américaine est présentée comme un véritable fascisme culturel : par exemple dans le contexte de la guerre de Corée, Clarté n'hésite à consacrer une page entière baptisée : « Culture du dollar », « culture fasciste », « culture » de guerre dénonçant l'utilisation des sciences humaines, surtout la psychanalyse et la sociologie par l'État avec des titres significatifs : « Quand l'État policier enrôle les sciences humaines », l'utilisation de la science : « Truman n'admet qu'une science : la science de tuer ». La littérature est également concernée par la dénonciation du racisme : « Un bon apôtre du racisme W. Faulkner » alors que ce dernier obtient le prix Nobel de littérature en 1950. En revanche, Clarté dénonce l'arrestation d'un certain nombre d'artistes comme Dalton Trumbo, Edward Dmitryk : « les meilleurs représentants de la véritable culture américaine, de la culture américaine progressiste ». Et de conclure « Tels sont les champions de la démocratie occidentale », de la « démocratie » d'Al Capone ! Telle est la « liberté de l'esprit aux USA sous le règne du FASCISME américain, du fascisme destiné à préparer la guerre »2.

23Cette dénonciation d'un fascisme américain présente deux avantages : elle provoque un sentiment de dégoût dans une population pour laquelle le souvenir de la guerre est encore tout proche et rappelle aussi que le fascisme conduit inexorablement à la guerre en faisant allusion à l'Allemagne nazie.

24Cet impérialisme américain s'appuie sur des relais européens dont on retiendra les forces favorables à la construction européenne ou développant les idées fédéralistes avec la création du Conseil de l'Europe, de la CECA, de la CED. Ces créations faites sur l'ordre de Washington/Wall Street sont un danger pour la paix car leur but, consiste en la préparation de la guerre anti-soviétique.

  • 3 Clarté, no 20, janvier 1950 et no 27, novembre 1950.

25Parmi ces relais l'Allemagne de l'Ouest occupe une place de choix dans le discours communiste. On retiendra l'affaire de la CED et la tentative de réarmement avec la création d'une armée allemande. Il s'agit dans ce cas de jouer sur la peur et le souvenir tout récent de la guerre en dénonçant la reconstitution du potentiel économique ouest-allemand, notamment de son industrie lourde qui profite de la CECA et la reconstitution d'une armée allemande encadrée par d'anciens cadres du régime nazi, d'ailleurs volontairement et systématiquement désignée sous le nom de « Wehrmacht ». Cette armée serait appelée à jouer le rôle de gendarme en Europe occidentale, menaçant ainsi la France tout en devenant une pièce essentielle dans le dispositif contre l'URSS3.

  • 4 Clarté, no 5, mars 1948.

26Les États-Unis sont également relayés par ce que les communistes appellent le « parti américain ». En France ce sont tous ceux qui s'alignent sur les positions américaines ce qui les conduit à accepter la vassalisation de la France, la remise en cause de son indépendance nationale tant par rapport aux États-Unis que par rapport à la RFA ! Sont visés les hommes de droite, du centre, et bien sûr les socialistes avec deux cibles privilégiées : Léon Blum et Jules Moch. On citera, par exemple, le chahut de Léon Blum à la Sorbonne par les étudiants communistes à l'occasion du 100e anniversaire de 1848 avec une référence aux ouvriers de Prague qui, dans le même temps, se sont « libérés du capitalisme »4.

27Enfin, le camp impérialiste s'appuie sur deux types de personnages. D'abord, ceux qu'on pourrait appeler les « égarés », parfois d'anciens « compagnons de route » comme certains penseurs, Emmanuel Mounier et son successeur Jean-Marie Domenach pour Esprit, et certains journalistes tels que Claude Bourdet pour L'Observateur. Ces derniers, même s'ils développent des positions qui prennent une grande distance avec celles du camp occidental et les États-Unis. Ils refusent, cependant, soit par opportunisme, soit par anticommunisme, de choisir l'autre camp, celui des partisans de la paix en se réfugiant dans le « neutralisme ».

  • 5 Clarté, no 18, novembre 1949.
  • 6 Clarté, no 19, décembre 1949.
  • 7 Clarté., no 17, novembre 1949.
  • 8 Ibid.
  • 9 Ibid., no 18, novembre 1949.
  • 10 Ibid., no 21, février 1950.
  • 11 Clarté, no 24, mai 1950.
  • 12 Ibid, no 25, mai 1950.

28Le deuxième type de personnage, ce sont les traîtres qui agissent au sein même des démocraties populaires, au service de l'impérialisme qui s'appuient sur des espions ou des dirigeants. Il y a deux grands exemples. Tout d'abord, le Hongrois Rajk qui pose la question des procès avec des titres d'articles révélateurs : « La trahison de Rajk est un fait »5, « Oui, Rajk est un traître », une double page signée Annie Besse et Jacques Hartmann, en réponse à la lettre de Georges Suffert et Gérard de Bernis, envoyée et publiée par Clarté6. Ces traîtres peuvent enfin être à la tête d'un Etat, c'est le cas de Tito au moment du schisme yougoslave. On relèvera la tonalité outrancière des articles : « Tito, provocateur de guerre »7, « Régime de Tito : régime de terreur policière »8, « Tito et la relève du trotzkisme »9, « Oui, Tito est un traître »10, « Tito et l'intellectuel petit bourgeois : comment un fasciste devient un communiste »11, enfin « Pas un étudiant français chez Tito »12. De ces différents articles, on retiendra la volonté de démontrer que ces personnages sont des espions manipulés par services occidentaux pour préparer la guerre contre l'URSS et les démocraties populaires. La crise titiste et le procès de Rajk sont, d'ailleurs, des éléments déterminants qui conduisent Mounier et Bourdet à prendre leur distance avec le PCF.

  • 13 Clarté, no 3, février 1948.

29Si la menace de guerre est dénoncée avec force, nous réfléchirons aux deux dernières questions. Tout d'abord, la forme de la guerre future prend un aspect volontiers dramatisé. En effet, la période des armes conventionnelles est dépassée par la possibilité d'utiliser deux nouvelles armes : les armes bactériologiques, voire les gaz, danger dénoncé dès 1948 mais surtout les armes nucléaires bombe A et bombe H13.

30Enfin, on notera la présence de deux conflits exemplaires : l'Indochine qui occupe une place importante dans Clarté avec de nombreux articles, reportages développant l'exemple d'une guerre de libération nationale et la guerre de Corée.

  • 14 Clarté, no 26, octobre 1950.

31Dans ce cas précis, l'agression du Nord contre le Sud est évacuée et elle présentée comme une réponse aux multiples provocations du Sud ; rien n'est dit sur la nature dictatoriale du régime nord-coréen alors que celui du Sud est décrit comme fasciste14

32Après la dénonciation du danger de guerre, l'autre volet du discours communiste concerne la paix et la lutte pour la défendre et la promouvoir, on remarquera que le contenu de cette dernière est analysé de manière beaucoup plus vague. Nous retiendrons trois éléments.

  • 15 Clarté, no 10, décembre 1948.
  • 16 Clarté, no 16, mai 1948.

33Le premier pourrait se résumer par le rôle central de l'URSS et de Staline. L'URSS apparaît comme le symbole de la paix, ce qui revient à récuser l'idée d'un impérialisme soviétique menaçant la paix car c'est une impossibilité économique. En effet, l'URSS n'est pas à la recherche du profit et de débouchés extérieurs. Au contraire son économie planifiée cherche à satisfaire les besoins du pays comme le proclame un article intitulé : « La planification socialiste contre la guerre »15. Cette volonté de paix s'appuie sur l'analyse de précédents historiques dans lesquels l'URSS a fait la preuve de ses intentions pacifiques : par exemple le pacte germano-soviétique ou la guerre contre la Finlande, exemple d'une « guerre juste »16. D'ailleurs, le discours communiste ne se prive pas de reproduire toutes les propositions soviétiques pour établir une paix juste et durable établissant la coexistence pacifique.

  • 17 Clarté, no 23, mars 1950.
  • 18 Clarté, no 23, mars 1950.

34Cependant, il existe la possibilité d'une contradiction sur la question militaire. En effet, la possession de l'arme atomique pourrait aller à l'encontre de ce désir de paix. Il faut souligner un renversement de perspective dans la mesure où sa possession est justifiée comme le moyen de défendre la paix, dissuadant l'impérialisme de déclencher l'agression par peur des conséquences militaires. Mais la science atomique peut aussi être au service de l'homme et de la paix : « Leur science, source de vie »17 par opposition à la science américaine : « source de mort »18. Dans cet article, l'auteur reprend les grandes lignes du plan Davydov dont le but est d'utiliser l'énergie nucléaire non pour tuer mais pour maîtriser la nature en détournant les eaux de l'Obi et de l'Ienisséi et alimenter les mers d'Aral et Caspienne, permettant ainsi la fertilisation des déserts et d'augmenter la production d'hydroélectricité.

  • 19 Clarté, no 31, avril 1951.

35À ce rôle central de l'URSS, il convient d'ajouter celui non moins essentiel de Staline qui incarne ce pacifisme. Staline devient l'homme de paix. C'est dans cette optique que sont créés les « prix Staline de la Paix », décernés par exemple à Frédéric Joliot-Curie en 195119.

36En France, les communistes en général et ici en particulier les étudiants communistes sont les acteurs principaux de cette lutte. Ils doivent développer inlassablement les thèmes de la défense de la paix en dénonçant les fauteurs de guerre américains et leurs soutiens politiques et médiatiques français et européens, en faisant la démonstration de la volonté de paix du camp anti-impérialiste. On notera également qu'ils refusent de parler de bloc ; leur préférence va pour la notion de « camp de la paix » car elle inclut les forces de paix présentes dans pays capitalistes alors que si on parle de blocs, elles en sont exclues.

  • 20 Il s’agit de la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique (FMJD). Cette organisation a été c (...)
  • 21 Clarté., no 13, février 1949.
  • 22 Clarté., no 22, février 1950.

37Au sein du mouvement étudiant, la lutte pour la paix passe par le combat pour que l'UNEF reste affiliée à l'UIE et participe aux festivals organisés par la FMJD20. De même, il y a assimilation entre la lutte pour la paix et le combat anticolonialiste : non seulement en Indochine mais aussi à Madagascar, en Algérie, « La paix est en danger en Algérie », déclaration d'André Mandouze21. Enfin, tous les 21 février, une journée de lutte contre le colonialisme se déroule dans les Facultés avec des pages spécialement consacrées à cette question, voire un numéro spécial22.

  • 23 Clarté., no 18, novembre 1949.
  • 24 Clarté, no 24, mai 1950.
  • 25 Clarté, no 28, décembre 1950.
  • 26 Clarté, no 24, mai 1950.

38Un rôle particulier revient à Maurice Thorez, équivalent de Staline pour la France et le PCF, ce qui débouche sur un culte local en faveur du dirigeant communiste s'exprimant à l'occasion de son 50e anniversaire : « Maurice Thorez, premier stalinien de France »23, « Hommage à Maurice Thorez24 ou à l'occasion d'un incident survenu au secrétaire général à l'occasion d'un voyage en avion vers l'URSS au moment du survol du territoire ouest-allemand. Vigoureusement dénoncé par Clarté comme la tentative d'éliminer le dirigeant communiste : « Ils ont voulu tuer Maurice Thorez »25. On pourrait faire les mêmes remarques pour des personnages comme Henri Martin ou Joliot-Curie qui jouent le rôle de héros positifs, surtout quand le second est renvoyé du CEA26.

  • 27 Clarté, no 10, novembre 1948.
  • 28 Clarté, no 14, mars 1949.
  • 29 Clarté, no 16, mai 1949.
  • 30 Clarté, no 25, mai 1950.
  • 31 Clarté, numéro non daté.
  • 32 Clarté, no 26, octobre 1950.
  • 33 Clarté, no 28, décembre 1950.

39Enfin, on peut accorder une attention particulière aux campagnes pour la Paix dans lesquelles les communistes jouent un rôle moteur. On peut les suivre dès leur début dans Clarté avec par exemple le compte rendu du Congrès de Wroclaw en novembre 194827, l'appel pour un Congrès mondial des partisans de la paix28, le Congrès de Pleyel29, l'appel de Stockholm rédigé par le Comité mondial des partisans de la paix30, un numéro spécial édité en juin 1950 avec en gros titre : « 25 000 étudiants ont signé l'appel de Stockholm »31, l'appel pour la convocation du 2e Congrès mondial des partisans de la paix par le Comité mondial (Joliot-Curie), daté du 18 août 1950 devant se tenir du 13 au 19 novembre 1950 au Royaume-Uni, signé Joliot-Curie32, enfin le compte rendu du 2e Congrès mondial des partisans de la paix qui s'est finalement tenu à Varsovie avec la création d'un Conseil mondial de la paix et des prix de la Paix33.

40On retiendra de cette forme d'action son orientation prioritaire vers les intellectuels et artistes. Les communistes cherchent l'engagement des intellectuels, thème classique depuis la Libération, mais ces intellectuels et ces artistes apportent leur caution au mouvement : tant d'intelligence réunie ne peut-être qu'au service de la paix, un sentiment d'autant plus fort chez les étudiants que ces intellectuels, parfois universitaires jouissent d'un grand prestige. Toutefois, ces campagnes participent également d'une stratégie de mobilisation des masses qui s'inscrit dans la continuité des Fronts d'avant guerre ou pendant la guerre. L'objectif, c'est de « ratisser » large en créant ce qu'il est convenu d'appeler des « organisations de masse », incarnée par le Mouvement de la Paix.

41Enfin, d'autres formes d'action sont possibles comme les manifestations : c’est le cas de la manifestation contre « Ridgeway-la-peste » du 28 mai 1952, malheureusement il y a peu de traces dans Clarté, cette absence s'explique par la documentation qui devient très lacunaire à partir de cette date.

De la détente à la critique de la détente (1953-1962)

42Après la mort de Staline, la fin de la guerre de Corée et l'arrivée d'un nouveau secrétaire général du PC en URSS, le contexte général change. Il est marqué par l'entrée progressive dans la détente, mais cette période qui va jusqu'en 1962 n'exclut pas le retour à des moments de tension plus ou moins importants. Ce retour au calme a également des conséquences sur le discours communiste qu'il s'agira de mesurer. Toutefois, si la tendance à l'apaisement est nette, on remarquera néanmoins peu à peu l'émergence de critiques contre la coexistence pacifique.

43Dans un premier temps, il s'agit de revenir rapidement sur les nouvelles données qui sont formulées théoriquement à l'occasion du XXe Congrès du PCUS en distinguant tout d'abord deux facteurs généraux. Le premier est la prise de conscience que la coexistence pacifique est l'intérêt des peuples car la guerre nucléaire et thermonucléaire serait une catastrophe pour l'humanité : personne ne serait vainqueur. Si ce fait est puissamment pris en compte par les dirigeants soviétiques, d'autant plus que les destructions et les pertes humaines provoquées par la seconde guerre mondiale sont encore présentes, il est un autre facteur dont prennent conscience les Soviétiques, c'est, un an après Bandoung, le mouvement d'indépendance des peuples qui fait reculer l'impérialisme et ouvre ainsi de nouvelles perspectives d'avancée du socialisme à l'échelle planétaire.

  • 34 Clarté, no 56, mars 1956.

44À ces deux facteurs généraux, il faut en ajouter deux autres, plus propres à l'URSS. D'abord, grâce au spoutnik, la conscience d'une supériorité militaire sur les États-Unis par la maîtrise des fusées. C'est l'espoir, formulé par Khrouchtchev de rattraper les États-Unis dans les dix ans à venir, ce qui fera la démonstration de la supériorité du socialisme sur le capitalisme. Cette confiance dans le développement économique de l'URSS est un argument essentiel en faveur de la paix et de la coexistence pacifique car plus que jamais cette dernière est nécessaire pour atteindre cet objectif34.

45Une fois ces données de base exposées, quels sont les changements mais aussi les permanences de cette évolution dans le discours communiste ? Si l'on examine d'abord les changements, on notera qu'ils portent surtout sur la forme du discours : c'est la fin des outrances verbales, des insultes et des procès d'intention ; c'est également la fin d'une diabolisation systématique de l'adversaire et de ses positions. On revient à un discours beaucoup plus raisonné, qui cherche plus à convaincre qu'à émouvoir en agitant certaines craintes. À titre d'exemple, on notera l'évolution du vocabulaire : si la notion de blocs n'est pas encore admise, s'il y a méfiance à l'égard de celle d'équilibre de la terreur, par contre de nouveaux termes comme ceux de détente, de guerre froide apparaissent, significatifs d'un nouvel état d'esprit. On peut évoquer également le ton utilisé à propos des États-Unis : on ne parle plus des « brigands », « scélérats » ou « fascistes américains » mais simplement des dirigeants américains.

  • 35 Clarté, no 16 janvier 1959, no 45, novembre 1962, no 47, janvier 1963.

46Le discours sur la construction européenne se modifie de la même façon. La formation du Marché Commun n'est plus forcément vue comme auparavant : elle n'est plus analysée de manière simpliste comme une création faite sur l'ordre des États-Unis mais plutôt comme le reflet des rivalités existant entre puissances capitalistes. Ces dernières tentent de s'unir en dépassant leurs contradictions pour concurrencer les États-Unis mais aussi pour présenter un front uni pour l'accès aux matières premières et aux débouchés. Enfin, le marché Commun n'a plus comme priorité la préparation de la guerre contre l'URSS et les démocraties populaires35.

  • 36 Clarté, no 47, novembre 1955.
  • 37 Clarté, no 20, mars 1959.

47La question allemande conserve une place importante dans le discours communiste. Si au moment de la conclusion des accords de Londres et de Paris en 1955, on parle toujours de la Wehrmacht, d'une éventuelle « Wehrmacht atomique »36, l'épithète infamante de « Wehrmacht » disparaît à peu près totalement au profit de celle de Bundeswehr, plus conforme à la réalité. On remarque, également, une certaine évolution sur la façon d'envisager l'avenir des deux États allemands : au moment où les Soviétiques annoncent leur intention de transférer leurs pouvoirs aux autorités est-allemandes qui pourront dorénavant exercer les contrôles aux frontières entre l'Ouest et l'Est, on parle d'une négociation aboutissant à la reconnaissance des deux États allemands et à la renonciation à la violence et à une réunification immédiate37.

  • 38 Clarté, no 31 décembre 1960.
  • 39 Clarté, no 11, avril-mai 1958.
  • 40 Clarté, no 9, février 1958.

48Cependant, cet assouplissement n'empêche pas le retour au langage de guerre froide. On peut noter par exemple une allusion à la « nouvelle Wehmacht » dans un article intitulé « Le ventre est encore fécond » à propos de l'arrivée de 3 000 soldats allemands en Champagne au camp de Mourmelon38. De même, certains chefs militaires ou responsables allemands sont dénoncés comme ayant été d'anciens nazis. C'est le cas de Hans Speidel qui est nommé commandant en chef du secteur Centre-Europe de l'OTAN, ce qui provoque le refus d'obéir de treize soldats qui sont emprisonnés car cinq d'entre eux ont eu leurs pères fusillés par les Allemands ou morts en déportation39. De même, Karl Diem, ancien dirigeant du sport pendant le régime nazi provoque les réactions d'hostilité des étudiants de l'ENSEP quand il est invité à faire une conférence à l’École40.

  • 41 Il s’agit du Sozialistischer Deutscher Studenten Bund (SDS), organisation étudiante du SPD qui n’a (...)
  • 42 Clarté, no 46, décembre 1962.
  • 43 Clarté, no 20, mars 1959, no 31, décembre 1960.

49Toutefois, tous les Allemands ne connaissent pas ce traitement. Ainsi Clarté rend compte de la mobilisation étudiante en RFA à l'appel du SDS41 quand plusieurs rédacteurs du Spiegel sont emprisonnés, accusés de haute trahison pour leurs révélations sur les manoeuvres de l'armée allemande42. Dans ce cas, distinction est faite entre les dirigeants et cadres militaires allemands compromis pendant la période nazie et le peuple allemand, dont les étudiants qui sont encore sains. Enfin, la RDA est célébrée à chaque fois en opposition à la RFA en soulignant avec insistance l'éradication du nazisme et des germes du militarisme dans l'État socialiste est-allemand43.

  • 44 Clarté., no 9, février 1959.
  • 45 Ibid.
  • 46 Clarté, no 25, janvier 1960.
  • 47 Clarté, no 40, janvier 1962.
  • 48 Clarté, no 47, janvier 1963.
  • 49 Clarté, no 48, février 1963.

50Si le discours s'est fortement modifié dans sa forme, la défense de la paix reste une préoccupation centrale des étudiants communistes qui dénoncent les dangers qui la menacent et appellent à la mobilisation pour sa défense. Un des principaux thèmes du discours communiste vise à sensibiliser les étudiants au danger représenté par l'accumulation des armes de destruction et à militer pour le désarmement. On citera quelques titres d'articles allant dans ce sens : « Pour négocier la détente »44, « Contre les rampes de lancement »45, « Clarté-enquête : à propos de la paix »46, « La paix : terreur ou coexistence ?47, « Bertrand Russell : une troisième guerre mondiale est possible »48, « La guerre moderne49.

51On peut retenir de tous ces articles, qui reprennent, en grande partie, les arguments soviétiques, plusieurs observations. Ils dénoncent, d'abord, le danger de l'accumulation constante et rapide des stocks d'armes ainsi que des vecteurs : dans cet ordre d'idées, on dénonce la politique de de Gaulle qui choisit de développer la force nucléaire de dissuasion. On retrouve également un thème fréquent à l'époque, développé par la littérature ou par le cinéma, celui de la guerre qui se déclenche par erreur humaine, par défaillance technologique, voire par l'action délibérée de certains cercles militaristes. Le faux sentiment de sécurité ou ce que certains appellent la « fatalité de la paix » est fortement critiqué. La guerre n'est pas impossible par définition à cause de l'équilibre des forces en présence car cet équilibre instable est toujours remis en question. Enfin, même si les dirigeants occidentaux peuvent avoir du « bon sens » en ne déclenchant pas la guerre par peur des destructions qu'elle provoquerait, le système capitaliste obéit toujours à sa propre logique qui le pousse à retrouver les débouchés perdus à cause du développement du camp socialiste et de l'indépendance des peuples colonisés.

52Il faut, enfin, faire une place spéciale à la question des guerres coloniales et surtout à partir de 1954 à la guerre d'Algérie. Même si cette dernière n'est pas au cœur de l’analyse, il faut noter que le discours communiste, comme celui du PCF, passe rapidement de la nécessité de négocier en reconnaissant le fait national algérien à la « paix en Algérie ». Cette hostilité à la guerre s'explique non seulement par l'aspect humanitaire mais aussi par l'hostilité au « colonialisme exploiteur », à cet égard, les communistes reprennent la formule de Jaurès : « Un peuple qui en exploite un autre ne saurait être un peuple libre ».

  • 50 Clarté, no 20, mars 1959, no 40, janvier 1962, no 43, mai 1962.
  • 51 Clarté, no 25, janvier 1960.
  • 52 Clarté, no 25, janvier 1960.
  • 53 Clarté, no 56, mai 1963.

53Si la lutte pour la défense de la paix est un impératif théorique, elle nécessite l'action du plus grand nombre. Les formes du militantisme sont variées. Ce sont par exemple les festivals mondiaux de la jeunesse et des étudiants qui se tiennent à Vienne en août 1959, à Helsinki pendant l'été 1962 ; ils sont précédés de reportages50 et suivis de compte rendus, en général, sous la forme d'une interview, d'un(e) étudiant(e) de préférence non-communiste51. Certains films, ensuite, peuvent être utilisés de manière pratiquement pédagogique : par exemple Le Dernier rivage de Stanley Kramer dans lequel, après une guerre nucléaire, les derniers hommes attendent l'arrivée des retombées radioactives en Australie. La première page du journal montre une photo du film : des hommes marchant vêtus de leur combinaison de protection contre les radiations. La critique du film, enfin, ne porte pas vraiment sur sa qualité esthétique mais part du thème de la guerre nucléaire pour faire un plaidoyer en faveur de la paix et du désarmement52. Toujours un peu dans la même veine pédagogique, Clarté publie de nombreuses photos, par exemple en montrant sur une page entière ce qui est certainement un stock d'ogives nucléaires53.

  • 54 Clarté, no 9, février 1958.
  • 55 Clarté, no 11, avril-mai 1958.
  • 56 Clarté, no 24, décembre 1959. Agrégé d'Histoire en 1922, Jacques Madaule fut un des chroniqueurs p (...)
  • 57 Clarté, no 50, mai 1963.

54Une autre forme de l'action passe par les « organisations de masse », c’est le cas du Mouvement de la Paix et des nombreuses pétitions et appels. On donnera quelques exemples d'intervention de ce dernier dans Clarté : un « Appel du Mouvement de la Paix » à l'occasion du projet de déploiement de missiles sur le territoire français54, un article intitulé « Avec le Mouvement de la Paix »55, « Jacques Madaule nous déclare... », « 18 au 18 mai56 (1963), États généraux du désarmement, Jacques Madaule fait le point »57. Dans toutes ces interventions, une remarque intéressante apparaît, l'aveu que la participation étudiante à l'activité du Mouvement demeure assez faible. Peu d'étudiants participent à l'activité des Comités de paix. On peut avancer l’idée que l'explication tient aux mots d'ordre du Mouvement de la Paix qui portent à la fois sur le désarmement et sur la paix en Algérie. Ainsi cette volonté de lier les deux questions détourne un certain nombre d'étudiants surtout sensibilisés par la question de l'Algérie. Nombre d'adhérents de l'UEC et de ses dirigeants partagent ce sentiment.

  • 58 Clarté, no 11, mai 1958.

55Enfin pour en terminer sur cette question de l'action, quelques remarques sur la guerre d'Algérie. Une première question se pose dès le début, celle de l'attitude à adopter face à la guerre : faut-il accepter de partir ou choisir la désertion ? La deuxième solution est choisie par Alban Liechti mais elle demeure exceptionnelle car elle reste individuelle. Les communistes, dans ce débat, ne cachent pas leur préférence pour l'action collective, même si elle implique l'acceptation de partir. Ce choix correspond à l'idée léniniste que les communistes doivent aller là où se trouvent les masses, ici les soldats. Leur présence dans la guerre ne les empêche pas d'agir. On peut citer d'ailleurs, une action, courageuse, dans le contexte de l’époque : 177 sapeurs et gradés du 2e Génie sur 179 consultés envoient une lettre ouverte au Président de la République pour demander la conclusion d'un cessez-le-feu et l'ouverture de négociations. Cinq soldats sont arrêtés et condamnés à deux mois de prison dont Serge Magnien, secrétaire général de l'UEC quand cette dernière est créée. Les autres subissent des peines de prison, les officiers et sous-officiers sont dégradés58.

  • 59 Clarté, no 30, novembre 1960.
  • 60 Clarté, no 41, février 1962.

56Quelles sont les limites et les contradictions de cette conception de la paix ou de la coexistence pacifique ? L'exemple de la crise des fusées à Cuba à l'automne 1962 offre quelques observations. On précisera, tout d'abord, la très grande admiration de la direction de l'UEC pour Castro et le régime qui se met en place dans l'île. Un article en trois volets consacré à l'URSS, les États-Unis et Cuba dès 196059, un dossier signé Régis Debray sous le titre « L'expérience cubaine, le socialisme à 150 km des USA »60. Ce soutien s'explique au moins pour deux raisons : la victoire obtenue grâce à une guerre civile, donne le ton d'une « guerre juste », met fin à la dictature de Batista et montre que l'impérialisme peut être mis en échec même dans sa sphère de domination. De même, les dirigeants de l'UEC sont certainement impressionnés par la mobilisation et l'enthousiasme populaires qui se cristallise sur des chefs jeunes et charismatiques.

  • 61 J. Crubellier, « Khrouchtchev a-t-il raison ? », dans Clarté, no 47, janvier 1963.
  • 62 Clarté, no 46, décembre 1962.

57Cependant, avec la crise des fusées, le débat porte sur l'attitude de l'URSS et de Khrouchtchev à l'égard de Cuba. Ce dernier, en d'autres termes, n'a-t-il pas « lâché » Cuba pour préserver la paix et éviter la confrontation avec les Etats-Unis ?61 Cette attitude pose, plus généralement, la question de la coexistence pacifique qui, ici, atteindrait ses limites en excluant par principe toute possibilité d'affrontement avec le camp occidental tant est forte la peur de la guerre nucléaire ce qui empêcherait toute victoire du socialisme à l'échelle mondiale62. Ainsi la paix ne serait plus un instrument comme un autre permettant d'atteindre un objectif mais deviendrait par conséquent une fin en soi.

58On retiendra que cette question est le reflet des divergences qui apparaissent dans le monde communiste et qu’exprime par la Chine. Cette dernière, en effet, dénonce dans la coexistence pacifique la renonciation à la révolution mondiale et l'abandon des luttes de libération nationale puisque la guerre est exclue par principe. La rupture avec l'URSS, devenue révisionniste, se fait d'ailleurs sur cette question. De même, le soutien de la direction de l'UEC, du moins celle qui s'exprime dans Clarté, à la position de Khrouchtchev présente une autre explication. Si le dirigeant soviétique est soutenu, c'est, également, parce qu'il incarne la déstalinisation par opposition au PCF qui la refuse à un moment où les divergences entre la direction, italienne, de l'UEC et le PCF apparaissent au grand jour, à l'occasion de son VIe Congrès, qui se tient au printemps 1963.

  • 63 Clarté, no 46, décembre 1962.

59Cependant, au delà de ces débats politiques et théoriques qui agitent les étudiants communistes, on peut noter l’évolution d'un certain nombre d'étudiants à partir des questions posées à l'occasion des tables rondes organisées par Clarté63 : la lutte pour la paix ne se pose plus de la même façon qu'auparavant. Elle n'est plus une priorité absolue car certains estiment que l'idée de coexistence pacifique est illusoire et dépassée. Deux éléments d'explication peuvent être avancés : en premier lieu, l'arrivée des générations qui n'ont pas connu directement la Seconde guerre mondiale et la résistance : la mémoire opère son tri sélectif en effaçant les moments difficiles pour ne retenir que ce qui relève de l'épique. Le deuxième élément d'explication que l'on pourrait retenir, c'est l'attrait de la révolution pour ces nouvelles générations, confrontées à l'épanouissement de la société de consommation en France et dans le monde occidental alors que les inégalités sociales se maintiennent de manière criante et que le Tiers Monde est livré à l'exploitation de l'impérialisme. De la sorte, ces jeunes ne reculeraient plus devant la violence qui deviendrait nécessaire, rejetant l'idée de paix. Ainsi dans le couple paix/révolution, le premier terme ne devrait plus être un obstacle au second.

60On rappellera, en guise de conclusion, les ambiguïtés de la notion de paix et l'impossibilité de parler d'un pacifisme intégral, on rappellera que la paix plutôt qu'une fin est un moyen comme un autre pour atteindre un objectif, celui de la victoire du socialisme dans le monde. Elle est instrumentalisée avec une tonalité plus ou moins différente selon les périodes envisagées : violence et outrances verbales pendant la guerre froide, une tonalité plus modérée ensuite. Cependant, si l'entrée dans la détente marque un apaisement évident, cette nouvelle ligne politique est créatrice de contradictions et prête le flanc à toute une critique de gauche, à une génération impatiente de bouleverser l'ordre des choses pour rétablir un peu plus de justice dans le monde. Ce décalage entre les positions communistes, qui ont pourtant été en pointe pendant un long moment, et ces nouvelles aspirations constituent peut-être aussi un autre aspect qui explique à court terme le décrochage d'une partie de la jeunesse vis-à-vis du PCF et à long terme son déclin.

Notes

1 M. Lazar, « Idéologie et propagande des partis communistes français et italien durant la guerre froide », dans J. Delmas, J. Kessler dir, Renseignement et propagande pendant la guerre froide (1947-1953), Bruxelles, Éditions Complexe, 1999, 320 p, p. 183-194.

2 Clarté, no 28, décembre 1950.

3 Clarté, no 20, janvier 1950 et no 27, novembre 1950.

4 Clarté, no 5, mars 1948.

5 Clarté, no 18, novembre 1949.

6 Clarté, no 19, décembre 1949.

7 Clarté., no 17, novembre 1949.

8 Ibid.

9 Ibid., no 18, novembre 1949.

10 Ibid., no 21, février 1950.

11 Clarté, no 24, mai 1950.

12 Ibid, no 25, mai 1950.

13 Clarté, no 3, février 1948.

14 Clarté, no 26, octobre 1950.

15 Clarté, no 10, décembre 1948.

16 Clarté, no 16, mai 1948.

17 Clarté, no 23, mars 1950.

18 Clarté, no 23, mars 1950.

19 Clarté, no 31, avril 1951.

20 Il s’agit de la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique (FMJD). Cette organisation a été créée en novembre 1948 à Londres. Si elle se proposait de réunir tous les mouvements de jeunesse antifascistes de tous les pays après la Seconde guerre mondiale, elle s’intégre dans la stratégie des « fronts élargis », mis en place par le mouvement communiste international. Elle organise régulièrement des Festivals mondiaux de la jeunesse, élargis ensuite aux étudiants.

21 Clarté., no 13, février 1949.

22 Clarté., no 22, février 1950.

23 Clarté., no 18, novembre 1949.

24 Clarté, no 24, mai 1950.

25 Clarté, no 28, décembre 1950.

26 Clarté, no 24, mai 1950.

27 Clarté, no 10, novembre 1948.

28 Clarté, no 14, mars 1949.

29 Clarté, no 16, mai 1949.

30 Clarté, no 25, mai 1950.

31 Clarté, numéro non daté.

32 Clarté, no 26, octobre 1950.

33 Clarté, no 28, décembre 1950.

34 Clarté, no 56, mars 1956.

35 Clarté, no 16 janvier 1959, no 45, novembre 1962, no 47, janvier 1963.

36 Clarté, no 47, novembre 1955.

37 Clarté, no 20, mars 1959.

38 Clarté, no 31 décembre 1960.

39 Clarté, no 11, avril-mai 1958.

40 Clarté, no 9, février 1958.

41 Il s’agit du Sozialistischer Deutscher Studenten Bund (SDS), organisation étudiante du SPD qui n’accepte pas l’évolution du SPD depuis le Congrès de Bad Godesberg de 1959, remettant en cause la référence au marxisme.

42 Clarté, no 46, décembre 1962.

43 Clarté, no 20, mars 1959, no 31, décembre 1960.

44 Clarté., no 9, février 1959.

45 Ibid.

46 Clarté, no 25, janvier 1960.

47 Clarté, no 40, janvier 1962.

48 Clarté, no 47, janvier 1963.

49 Clarté, no 48, février 1963.

50 Clarté, no 20, mars 1959, no 40, janvier 1962, no 43, mai 1962.

51 Clarté, no 25, janvier 1960.

52 Clarté, no 25, janvier 1960.

53 Clarté, no 56, mai 1963.

54 Clarté, no 9, février 1958.

55 Clarté, no 11, avril-mai 1958.

56 Clarté, no 24, décembre 1959. Agrégé d'Histoire en 1922, Jacques Madaule fut un des chroniqueurs politiques et culturels d'Esprit avant la guerre. Après 1945, élu maire d'Issy-les-Moulineaux par une coalition anticommuniste, il rompt avec le MRP et se rapproche du PCF. En 1952, il entre au Mouvement de la paix et accède ensuite à la présidence de son Conseil National.

57 Clarté, no 50, mai 1963.

58 Clarté, no 11, mai 1958.

59 Clarté, no 30, novembre 1960.

60 Clarté, no 41, février 1962.

61 J. Crubellier, « Khrouchtchev a-t-il raison ? », dans Clarté, no 47, janvier 1963.

62 Clarté, no 46, décembre 1962.

63 Clarté, no 46, décembre 1962.

Auteur

Collège Paul Eluard (Cysoing), IEP (Lille 2)

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540