Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idée de paix en France et ses représentations au xxe siècle

 | 
Alain-René Michel
, 
Robert Vandenbussche

II - Combats pour la paix

L’idée de paix dans les Cahiers de l’aumônerie catholique (1949-1954)

Xavier Boniface

Texte intégral

  • 1 Abbé Lalande, « L’Église et le problème de la paix. Le mouvement « Pax Christi », dans Cahiers de (...)

1Les Cahiers de l'aumônerie catholique, une publication de l’aumônerie militaire catholique à l’intention des prêtres et des cadres de l’armée française, datent du temps de la guerre froide. Ce bimestriel propose à ses lecteurs une réflexion sur les grands problèmes doctrinaux en prenant en compte la spécificité du métier des armes. Il aborde ainsi fréquemment l’idée de paix, celle dont parle l’Évangile, mais aussi celle que le soldat transgresse en recourant aux armes. La récurrence de la question au fil des numéros traduit son importance pour un lectorat qui s’y heurte concrètement. Comment dépasser l’antinomie fondamentale entre la vocation du chrétien à être artisan de paix et le métier militaire ? Le contexte international des années cinquante redonne une actualité à cette interrogation séculaire. Malgré leur modeste dimension et leur brève parution, de 1949 à 1954, les Cahiers de l’aumônerie catholique se trouvent au cœur du problème, puisqu’ils concernent à la fois l’Église et l’armée. Un article de l’abbé Lalande souligne de ce point de vue le « paradoxe » à « parler de la paix dans une revue militaire »1. C’est pourquoi, après une présentation du bimestriel, il conviendra d’étudier la manière dont les Cahiers abordent l’idée de paix.

Une publication de qualité mais éphémère

  • 2 Le bimestriel compte en fait cinq numéros par an, car il n’y a pas de livraison l’été. La collecti (...)

2Le premier numéro des Cahiers de l’Aumônerie Catholique paraît en avril 1949, à l’époque de la signature du traité de l’Atlantique Nord. La dernière livraison, contemporaine de la chute de Dien Bien Phu, date de mai 1954. Après cinq années et 25 numéros2, le bulletin disparaît sans explication. Sa grande rigueur intellectuelle a pu en rendre la lecture parfois ardue, en particulier pour les sous-officiers. La forme, plus que le fond, n’a peut-être pas toujours répondu aux attentes diverses du lectorat visé, officiers, sous-officiers et aumôniers. Avec un public restreint et un tirage limité à quelques centaines d’exemplaires, le coût de revient devait donc rester trop élevé, en dépit d’une présentation sobre. Mais la disparition de cette publication ne signifie pas son échec, puisque d’autres bulletins voient le jour ultérieurement et s’inspirent de cette source. Plus court, plus pastoral, plus accessible, privilégiant l’information à l’analyse théologique, destiné à un public militaire plus large, en particulier d’appelés, le mensuel Vicariat aux armées Informations, lancé en 1954, reprend néanmoins quelques-unes des intuitions initiales.

3Le financement du bulletin provient pour une part des abonnements souscrits par ses lecteurs ecclésiastiques et militaires. En outre, l’Association des Amis de l’aumônerie, fondée en 1948 pour apporter une aide matérielle à la jeune institution, soutient la publication. Quant à la diffusion du bimestriel, indépendante de la hiérarchie militaire, elle passe seulement par les aumôniers.

  • 3 Cahiers de l'Aumônerie Catholique, no 1, avril 1949.

4Les Cahiers poursuivent trois objectifs, informer, aider à prier et faire réfléchir. Ils entendent d’abord « assurer une information des choses catholiques et le complément d’une culture chrétienne » souvent déficiente par rapport à la culture profane. Des feuillets annexes proposent par ailleurs prières et thèmes de méditation en vue de « suppléer à l’éloignement de la vie paroissiale » imposé par « les conditions actuelles de la vie ». Enfin, le bimestriel se donne pour mission d’« énoncer avec netteté les problèmes que beaucoup posent » et contribue à « élaborer une solution » qui précise « à la lumière du Christ (...) la légitimité, la constance et les variations de la vocation du soldat et du chef »3. Les Cahiers de l’aumônerie catholique apparaissent donc comme un instrument de travail théologique et doctrinal, avec des prolongements spirituels et pastoraux.

5Il y a seulement quelques rubriques régulières en dehors des feuillets de prière détachables. L’une éclaire le lecteur sur les grands problèmes du christianisme (prêtres-ouvriers, Pax Christi...). La partie « étude » aborde les questions doctrinales, tandis qu’un « exemple » de vie chrétienne est parfois proposé en modèle, tel le P. Kolbe. Une succincte « chronique de l’Église » cite les principaux discours de Pie XII. Enfin, quelques résumés et orientations de « lectures » font office de bibliographie commentée. Il y a trois numéros spéciaux durant cette période, mais ils ne s’inspirent pas de ce schéma. Celui sur « les appelés de 1951 devant le service militaire » reprend les conclusions de l’enquête qui avait servi de point de départ au congrès de l’aumônerie militaire de février 1951. L’année suivante, en juillet et octobre, deux épais numéros (70 et 95 pages, contre 30 en moyenne) développent le thème de « Notre Patrie » peu après les débats sur la Communauté Européenne de Défense.

  • 4 P. DeSoras, Service militaire et conscience catholique : l’objection de conscience en 1948, Paris, (...)

6La plupart des collaborateurs du bulletin font partie de l’aumônerie militaire, selon la liste des membres du comité de rédaction publiée dans le premier numéro. Y figurent les principaux responsables de l’institution, tel l’abbé Badré, un prêtre parisien né en 1913, directeur de l’aumônerie de l’armée de terre depuis 1945, son adjoint, l’abbé de Cambourg, un breton, ou encore son homologue pour l’armée de l’air, l’abbé Houdayer. Leurs équipes de direction sont mises à contribution, utilisant les compétences des théologiens, comme le P. Hubert (o. p.), et des canonistes, tel l’abbé Hiret. Pour des raisons de proximité surtout, les aumôniers de la région parisienne prêtent aussi leur concours : l’abbé Huet, chargé des garnisons de Seine-et-Oise, le P. Russo (s. j.), de l’École Polytechnique, l’abbé Thorel, aumônier des Invalides et de la 1re Région Militaire. Le P. Galtier (o.f.m.) accompagne le Service des Soldats de l’ACJF. Le comité comprend quelques prêtres extérieurs à l’institution, dont le domaine de compétences rejoint ses préoccupations, comme le P. de Soras (s. j.), un spécialiste de l’objection de conscience4. Le bulletin fait parfois appel à des collaborateurs occasionnels, le P. Congar, Mgr Garrone, coadjuteur de l’archevêque de Toulouse, Mgr Chappoulie, responsable du secrétariat de l’épiscopat, ou l’abbé Lalande, secrétaire de Mgr Feltin et chargé de Pax Christi. Enfin, quelques laïcs, civils ou militaires, peuvent signer un article de temps à autre.

  • 5 Témoignages de Mgr Badré, 24 fév. 1992 et de Mgr Thorel, 27 avr. 1992.

7Les auteurs ont généralement reçu une solide formation intellectuelle, à l’instar des jésuites et des dominicains. L’abbé de Cambourg a été professeur de théologie au grand séminaire de Rennes. D’autres séculiers sont passés par le séminaire de Saint-Sulpice, après avoir parfois suivi un cursus universitaire d’État. L’abbé Hiret est diplômé de l’école des sciences politiques et licencié en droit. Plusieurs prêtres bénéficient aussi d’une expérience militaire qui facilite leur approche des problèmes propres aux cadres de l’armée. Si l’abbé Louis est le seul ancien officier d’active, d’autres ont effectué leur service militaire, voire pris part à la campagne de 1940, comme officiers de réserve. C’est le cas des abbés Badré, Thorel5, condisciples de séminaire, du P. Hubert, et, parmi les auteurs occasionnels, de Mgr Garrone et du P. Congar. Ces trois derniers ont en outre connu la captivité dans un oflag en Allemagne entre 1940 et 1945. C’est dire si de tels auteurs ont une compétence particulière, à la fois théologique et vécue, pour parler de la paix aux militaires dans une perspective chrétienne.

Le traitement du thème de la paix : quelques généralités

8L’index publié dans la vingtième livraison, en mars 1953, donne une idée de l’importance relative du thème de la paix dans le bulletin parmi les 80 entrées retenues. C’est l’une des questions les plus souvent abordées, puisqu’elle compte 12 occurrences, derrière « la vie chrétienne » (17), la patrie (deux numéros spéciaux), mais devant la messe, l’Église et la vocation militaire (une dizaine de références chacune). La répartition des articles consacrés à la paix s’avère à peu près équilibrée, avec deux textes annuels en 1949, 1952 et 1953, un seul en 1951 et en 1953-1954. L’année 1950 constitue une exception que souligne un pic de cinq occurrences. De manière plus générale, le thème de la paix se répartit dans plusieurs des neuf « sections » que le comité de rédaction distingue pour classer les différents articles, et qui comprennent la Bible, la doctrine chrétienne, la discipline catholique, l’histoire catholique, la famille et l’éducation, la foi et le métier, une chronique de l’Église, le monde, l’aumônerie militaire.

9Le corpus sur la paix se compose de documents très divers, quatre articles théologiques de fond et deux conférences de Mgr Feltin, ainsi que des informations générales sur Pax Christi ou sur l’Appel de Stockholm, des feuillets de prière et des récapitulatifs d’interventions pontificales. Les dimensions doctrinales, spirituelles, pastorales et liturgiques du thème de la paix font donc l’objet de développements. Par le choix des textes et des auteurs, les Cahiers et l’aumônerie militaire se montrent fidèles à l’enseignement de l’Église et à l’autorité de la hiérarchie ecclésiastique, ils s’inscrivent dans la Tradition. Ils ne produisent pas une réflexion originale, à part.

  • 6 Mgr J. Badré, Un évêque dans l’histoire. Entretiens avec Michel Fourcade, Paris, Nouvelle Cité, co (...)
  • 7 Sur « Pax Christi », cf. la communication d’Y.-M. Hilaire.

10Le P. Hubert, l’auteur le plus prolixe sur la question de la paix, signe trois articles de fond. Ce dominicain, « le théologien de l’équipe », neveu de l’écrivain d’Action Française Louis Dimier, a partagé sa captivité avec le P. Congar et Jean Guitton, qu’il connaît donc bien6. Un autre article de fond est dû à Mgr Garrone. Les Cahiers publient par ailleurs des résumés conséquents des allocutions de Mgr Feltin prononcées à la salle Pleyel le 21 décembre 1951 et à Rome le 17 janvier 1953, alors que, comme nouveau cardinal, il prenait possession de son église titulaire de Sancta Maria della Pace. Le choix de ces textes s’explique par les fonctions exercées par leur auteur, archevêque de Paris, Vicaire aux armées - donc ordinaire des aumôniers - depuis juillet 1952 et président international du mouvement Pax Christi. Son secrétaire, l’abbé Lalande, présente d’ailleurs cette dernière organisation7 dans un important article en 1951.

11La question de la guerre, non spécifiquement étudiée, est bien entendu complémentaire du thème de la paix. Deux articles de 1950, intitulés « de la guerre », portent d’ailleurs en sous-titres « notre paix est la paix du Christ ». Mais, à l’instar de maints théologiens contemporains, les Cahiers semblent privilégier la réflexion sur la paix plutôt que le discours sur la guerre. Sans doute le contexte politique et intellectuel contribue-t-il à ce glissement conceptuel.

Le contexte de la réflexion sur la paix

  • 8 M. Vaussard, « L’Église catholique, la guerre et la paix », dans Guerre et paix, de la coexistence (...)
  • 9 Ibid., p. 125, et J. Joblin, L’Église et la guerre. Conscience, violence, pouvoir, Paris, Desclée (...)
  • 10 Sur ce point, F. Latour, La papauté et les problèmes de la paix pendant la Première Guerre mondial (...)
  • 11 Vacant, Magenot dir., Dictionnaire de théologie catholique, Paris, Letouzey et Ané, 1899-1950. L’ar (...)

12Traditionnellement, les théologiens catholiques essayaient de comprendre le phénomène de la guerre en s’interrogeant sur sa place éventuelle dans le dessein de Dieu. Ils en venaient ainsi, comme saint Augustin et saint Thomas d’Aquin, à définir les critères de la juste guerre, ce qui n’excluait pas la recherche de la paix. À partir du XIXe siècle, l’Église adopte une nouvelle approche du problème, car celui-ci se pose de manière plus dramatique et en des termes différents. C’est, depuis la Révolution française, l’apparition des armées de masse et des prémices de la guerre totale, ce sont aussi des relations internationales dominées par la question des nationalités et de la paix armée, c’est enfin, pour la papauté, la disparition des États pontificaux, et donc la perte d’une souveraineté temporelle et militaire8. Devant ces évolutions, la théorie de la juste guerre se trouve dépassée. Un pionnier, le P. Taparelli d’Azeglio, jésuite italien, bâtit alors une théorie nouvelle de la société internationale dans son Essai théorique de Droit naturel publié de 1840 à 1843. Selon lui, l’unité du monde humain se reflètera un jour dans son organisation politique et juridique et il annonce la création d’un tribunal international qui rendra superflu et illicite l’usage de la force. Sa pensée inspire les prises de position pontificales en matière de relations internationales, dès Léon XIII et plus encore avec Benoît XV et Pie XI9. Mais si pendant le premier conflit mondial le Souverain Pontife multiplie les appels à la paix10, les Églises nationales demeurent dans une logique de justification de la guerre. À partir de la fin des années 1920, les théologiens catholiques commencent à approfondir la réflexion sur la paix plutôt que sur la guerre. L’approche n’est pas systématique : le Dictionnaire de théologie catholique, publié de 1899 à 1950, ne consacre aucune notice à la paix, alors qu’il édite un long article en 1920 sur la guerre11.

13Après 1945, la théologie de la paix tend à se généraliser et fait l’objet de nombreux travaux, tels ceux de P. Fernessole, La papauté et la paix du monde publié en 1948, de G. Fessard, Paix ou guerre ? Notre paix paru en 1951, de P. Coulet, L’Église et la Paix publiée en 1951, ou encore de P. Jouguelet, Conception chrétienne de la paix paru en 1953. Les Cahiers de l’aumônerie catholique s’inscrivent dans ce contexte intellectuel. Le P. Hubert explique d’ailleurs que « l’étude de la paix doit précéder celle de la guerre ; car la guerre est une maladie de la société humaine dont l’état devrait être la paix ».

  • 12 Récapitulatif dans les Cahiers de l’Aumônerie Catholique, no 17, juillet 1952, p. 646. Cf. aussi R (...)
  • 13 Cité par A. Deroo, L’épiscopat français dans la mêlée de son temps 1930-1954, Paris, Bonne Presse, (...)
  • 14 Sur l’état d’esprit des officiers entre 1945 et 1962, R. Girardet, La crise militaire française (1 (...)

14La fin des années 1940 et le début de la décennie suivante soulignent l’acuité de la question de la paix. Le souvenir récent du conflit mondial, du génocide et de la bombe atomique ainsi que le début de la guerre froide invitent à la réflexion et à l’engagement en faveur d’un monde pacifié. La Charte des Nations Unies et la Déclaration universelle des Droits de l’Homme donnent la direction à suivre. En 1950, le Mouvement de la Paix, d’inspiration communiste, créé l’année précédente, adopte l’Appel de Stockholm comme résolution. L’Église catholique n’est pas en reste, puisque Pie XII intervient fréquemment sur la question de la paix à sept reprises en 195112. En France, l’Assemblée des Cardinaux et Archevêques se fait l’écho de la pensée pontificale. Après une première lettre aux fidèles, le 23 octobre 1946, au moment de la Conférence de la Paix, elle revient sur la question trois ans plus tard : « pour être d’efficaces ouvriers de la paix, les catholiques doivent affirmer hautement leur attachement à l’ordre international chrétien » voulu par le pape13. À Pau en 1953, la 40e Semaine sociale de France traite à son tour de guerre et paix, de la coexistence des blocs à une communauté internationale. Les rédacteurs des Cahiers ne peuvent pas éluder une telle préoccupation, surtout auprès de militaires qui ont vécu la défaite de 1940, les choix cruciaux inévitables dus à la guerre, la captivité et la refonte de l’armée en 1945, avant l’engagement en Indochine14.

  • 15 Cf. notre thèse de doctorat, L’aumônerie militaire française 1914-1962, Université du Littoral-Côt (...)

15Les Cahiers paraissent au moment où l’aumônerie militaire s’organise dans la durée. Depuis la fin de la guerre, elle vivait selon un régime transitoire, tant du point de vue juridique qu’ecclésiastique. L’institution se compose désormais de deux branches, l’une militaire pour les troupes d’occupation en Allemagne et les théâtres d’opérations extérieurs (Indochine), l’autre territoriale, civile, destinée aux seules garnisons de métropole et instituée par un décret de 1949. En 1952, le Saint-Siège érige le Vicariat aux armées françaises, structure canonique de l’aumônerie militaire, et le confie à Mgr Feltin15. Ainsi, l’institution se construit et, assurée de son avenir proche, elle peut aborder plus sereinement les problèmes d’apostolat et de doctrine.

16La publication des Cahiers représente aussi un des aspects de la pastorale des officiers, qui se met progressivement en place après la Seconde Guerre mondiale. L’abbé Louis réunit dans ce but quelques cadres de la Ie Région militaire à la fin des années 1940. Si dans plusieurs garnisons des aumôniers font de même, il n’y a cependant pas encore d’orientations générales ni de pastorale systématique de l’aumônerie à l’intention des officiers catholiques. C’est pourquoi les Cahiers s’efforcent de suppléer cette lacune, due aux trop nombreuses priorités de l’institution.

17Les Cahiers de l’aumônerie catholique ne doivent pas être isolés du contexte théologique et international, qui alimente sa réflexion sur la paix. Dans ce cadre, ils s’efforcent de trouver un accord entre l’idéal évangélique et les réalités du monde.

Une esquisse de définition

18Les collaborateurs du bulletin proposent plusieurs éléments de définition de la paix, qui tiennent compte de ses dimensions politique, psychologique et théologique. Cette démarche, essentiellement théorique, revient au P. Hubert, qui adopte à cette fin la classique méthode scolastique.

  • 16 Cahiers de l'Aumônerie Catholique, no 5, mars 1950, « De la guerre. Notre paix est la paix du Chri (...)

19A l’instar du docteur Angélique, le théologien des Cahiers part du sens commun et s’appuie sur les Écritures saintes pour définir son objet16. Il entend « décanter » l’idée de la paix « de tous les emplois abusifs » de son nom, et sortir du « dilemme Paix et guerre », spécifique de « la sagesse du monde ». En effet, il existe des « paix menteuses », dénoncées par les prophètes, simples temps de répit parfois, qui sont pleins « d’hypocrisies ». De manière logique, le P. Hubert précise peu à peu son interprétation humaine de la paix. C’est « l’état et le sentiment de sécurité assuré par l’union harmonieuse que fait l’entente des cœurs et des esprits ». Bien entendu, elle « ne peut se concevoir en compromis avec le mal », puisque celui-ci est son « ennemi irréconciliable ». La paix a besoin du bien, de l’ordre et de la justice pour s’épanouir. Elle se conjugue aussi avec la liberté, l’unité et la force intérieure. Mais cet état se caractérise par sa « précarité » ici-bas, à cause du péché.

  • 17 Ibid., no 6, mai 1950, p. 181-189 (2e partie de l’article précédent, qui conserve le même titre).
  • 18 Ibid., no 22, juillet 1953, « Notes sur la guerre » (P. Hubert), p. 46 sq.

20Dans un second temps, partant de cette définition psychologique et philosophique, le P. Hubert aborde le volet théologique de son propos. Sa transition se fonde sur le postulat que « toute paix ici-bas exige de tous d’être en paix avec Dieu, de vivre en la paix de Dieu ». C’est pourquoi, un autre article est plus spécialement consacré à cette « paix de Dieu »17. Celui-ci « est en effet le prototype, le principe et le terme de toute paix ». Il faut rapporter au mystère divin « les problèmes de notre vie », y compris ceux de la guerre et de la paix, car « c’est le seul moyen d’y voir clair » et c’est « vivre en enfants de Dieu ». Pour cela, la méditation et la contemplation s’imposent. Dieu est à la fois la « source de toute paix créée » et la « paix ultime de toute créature libre ». Mais « pour recevoir ce don divin qu’est la Paix », il est nécessaire de passer par le Christ, « unique médiateur ». Lui seul « peut donner l’humilité et la charité », ces vertus « qui font la paix ». Sa paix est surnaturelle, elle n’est pas celle des hommes, comme l’affirme Jésus dans l’Évangile selon saint Jean (XIV, 27), cité par le théologien : « Je vous laisse ma paix, je vous donne ma paix, mais non pas comme le monde la donne ». Si elle est différente et « indépendante à l’égard des troubles et brutalités du monde », la paix du Christ est néanmoins « efficace pour (celle) des hommes ». Elle n’implique pas que le vrai chrétien puisse être « indifférent aux souffrances des hommes en guerre ». Donc, « la paix véritable » apparaît comme « le couronnement d’une vie collective dans le Christ »18.

  • 19 Ibid., p. 165-168, « Paix eucharistique ».

21Le cœur de la paix du Christ « émane du mystère de l’autel », c’est « la paix eucharistique », comme le montre classiquement Mgr Garrone. En effet, le sacrifice de l’Eucharistie « conduit à une Communion où tout est paix ». Celle-ci, exprimée dans la liturgie, « vient dans le sillage de la charité. C’est la dilatation de l’âme qui a trouvé dans la charité, que l’Eucharistie apporte comme sa grâce propre, la réalisation de l’authentique justice »19.

  • 20 Ibid., no 15, mars 1952, introduction au résumé de la conférence de Mgr Feltin, « L’Église et le p (...)

22Dans ces exposés doctrinaux, les allusions à la dimension politique de la paix sont rares, et plus encore les références explicites à l’actualité internationale. Le P. Hubert évoque, pour étayer son argumentation, quelques exemples historiques, comme la paix durable entre les Romains et les Macédoniens. Mais il entend plutôt prendre du recul, remonter à la source, réfléchir sur l’essence chrétienne de la paix, plutôt que d’analyser la situation contemporaine. L’étude porte sur le cas général, non sur des faits particuliers. Le propos du théologien consiste à poser des jalons, à donner un sens, à exposer les principaux traits d’une doctrine séculaire. Pour le P. de Soras, en matière de guerre et de paix, « un chrétien qui veut avoir une pensée et une attitude dignes de son christianisme, doit régler ses jugements [...] non seulement sur les données (politiques), mais encore sur les valeurs spirituelles »20. Il n’empêche que les textes concernant la paix et publiés par les Cahiers de l’aumônerie catholique n’ont pas tous une approche théorique. Les conférences du cardinal Feltin, par exemple, montrent une tonalité plus concrète, plus pastorale aussi. L’abbé Lalande, dans sa présentation de « Pax Christi », donne plutôt une définition politique de la paix. Celle-ci n’est « plus seulement la sécurité journalière des peuples par l’équilibre des alliances ». Désormais, elle n’est envisageable « que par l’avènement d’un ordre nouveau, [...] n’admettant pas de paix séparée ». Or le problème réside dans le fait que « de nos jours, la paix est conçue par les antagonistes en présence comme un monopole ». Qu’il ait une approche soit théologique ou plus pragmatique, chaque auteur prend conscience des contradictions de la paix.

Des paradoxes de la paix

23La paix, à laquelle l’Église aspire, se trouve en même temps porteuse de contradictions et de paradoxes, tant dans sa définition évangélique que dans sa confrontation aux réalités du monde.

24Remontant aux origines, l’abbé Lalande montre comment l’Évangile lui-même est « un paradoxe », à la lumière d’exemples puisés dans saint Matthieu : « tous ceux qui prennent le glaive périront par le glaive » ou « je suis venu apporter non la paix, mais le glaive ». Faute de pouvoir expliquer ces contradictions, le secrétaire général de « Pax Christi » s’efforce de les dépasser en définissant le christianisme non pas comme « un état de repos », mais comme « une tension, un écartèlement perpétuel », qui se révèle « vérité, richesse et vie » par la Grâce et la Providence. La question de la paix doit donc être approfondie par le chrétien dans la prière et la méditation. Le P. Hubert observe d’ailleurs que « la guerre et la paix sont un des mystères du monde que seule la foi permet de percer et la charité de dominer ». Même la paix eucharistique n’est pas exempte de profonds paradoxes, puisque, selon Mgr Garrone, elle résulte d’une « lutte menée dans une tragique souffrance et couronnée par une véritable victoire ». « Le climat eucharistique, non moins qu’un climat de paix, est un climat de lutte, de guerre, de mort, de victoire ». Il s’agit bien sûr d’un « combat spirituel », livré contre « la mort, le démon, le Péché ». Mgr Garrone choisit à dessein une approche, un vocabulaire et une réflexion qui, en se référant au métier des armes, parlent explicitement aux officiers catholiques, ses lecteurs. En définitive, la véritable paix n’est possible qu’auprès de Dieu.

25Dans l’expérience de l’humanité, dans l’histoire même de l’Église, la paix est sinon absente, du moins souvent bafouée et limitée. L’abbé Lalande observe ainsi les contradictions de l’Église qui, par ses Papes et ses missionnaires « lance des messages de paix », et en même temps « bénit les armées, leurs emblèmes, leurs épées ». Cela explique selon lui l’accusation de « double jeu » portée par les incroyants et les masses ouvrières, dénonçant « le reniement de l’Évangile par l’Église romaine ». Or la guerre est une réalité humaine que l’Église et la pensée théologique ne sauraient ignorer. Saint Thomas d’Aquin, évoqué par le P. Hubert, avait déjà défini au XIIIe siècle les conditions qui font qu’une guerre peut être légitime - le dominicain des Cahiers préférant cet adjectif à celui de « juste », qui, par sa connotation de pureté et d’équité, paraît inadapté pour désigner la guerre, « mixture du bien et du mal ».

  • 21 Sur le soldat au combat, J. Keegan, Anatomie de la bataille, Paris, Press Pocket, coll. Agora, réé (...)

26Ces contradictions conduisent à un « écartèlement des consciences chrétiennes », nulle part plus vif sans doute, pour l’abbé Lalande, « que dans la conscience de l’homme politique catholique et dans celle du soldat ou de l’officier chrétien ». Tout en « restant résolument prêts à donner leur sang, ils cherchent, au plus profond de leur foi, une réponse qui rende valable ce sacrifice pour eux-mêmes et les hécatombes dont ils deviendraient les artisans ». Mgr Garrone précise cette interprétation du cas de conscience du soldat chrétien, « ouvrier d’une justice laborieuse, étrange, réduite à des moyens extrêmes [...]. Nulle part peut-être il n’est demandé à (celui) qui veut être homme et chrétien plus de lucidité dans l’équilibre de la force et de la charité ». Plus encore qu’aux contradictions théoriques de la paix, les collaborateurs théologiens des Cahiers se montrent sensibles aux hommes qui éprouvent concrètement ces problèmes dans leur cœur, leur conscience et leur âme. Ils ne peuvent pas les condamner, même s’ils portent les armes, car la guerre est une réalité et elle dépasse bien souvent le simple combattant21. Quelle réponse leur apporter ?

Une ligne de conduite religieuse et morale

27Les Cahiers de l’aumônerie catholique proposent une attitude spirituelle, inspirée d’une théologie des plus classiques vis-à-vis de la guerre et de la paix. En même temps, ils exposent la doctrine de l’Église, y compris politique, sur ces délicates questions.

28« Les moyens surnaturels sont les moyens premiers et essentiels », affirme le P. Hubert en 1950. Ainsi, le cardinal Feltin rappelle que « l’action de Dieu est indispensable pour le maintien de la Paix ». Celle-ci est un « don qu’il faut demander par la prière ». Dans un esprit similaire, le théologien dominicain invite le chrétien à l’« union au Christ » et à l’« effort pour promouvoir des relations dans la concorde et la vérité », car ce sont les principaux facteurs « d’une paix durable ». Plus spécialement destinée au soldat chrétien, la réponse de Mgr Garrone demande « de n’aimer la lutte que pour la paix qu’elle doit procurer » et de « tout sacrifier à la charité (et à la justice) ». Ainsi, « le Christ fera de lui un ouvrier de paix ». En effet, le soldat qui veut « servir jusqu’à la mort par amour fait plus pour l’avènement d’une justice humaine véritable » et pour la disparition des conflits que n’importe quel orateur. « L’âme du soldat chrétien, Jeanne d’Arc nous l’a révélée, un Foch nous en a traduit le vœu profond : « Au-dessus de la guerre, il y a la Paix ». L’attitude spirituelle exigeante proposée par les différents auteurs peut répondre aux angoisses métaphysiques de l’officier chrétien, mais elle ne résout pas le problème général de la guerre.

29Si l’Église prône la paix et condamne fermement la guerre, elle ne défend pas le pacifisme, synonyme, aux dires de Mgr Feltin, « de tous les abandons, de toutes les lâchetés ». En revanche, elle est « pacifique, comme le Christ le demandait ». Sur ce point, la position de l’Église se veut « d’un réalisme lucide, qui fait sa place au péché », selon l’abbé Lalande. Concrètement, elle encourage « les arbitrages » et concourt à tout ce qui peut « mettre la guerre hors la loi : Trêve de Dieu, excommunication d’injustes belligérants », même si elle sait « ce qu’ont de caduque et d’insuffisant les prohibitions négatives » (Feltin). L’archevêque de Paris évoque aussi l’impératif de désarmement, souvent décrié par les partisans « du réalisme et de la sécurité » comme par ceux de la non-violence. Pour qu’il soit effectif, Mgr Feltin, à l’instar de Pie XII, souhaite un désarmement « mutuellement consenti, organique, progressif », d’où la nécessité d’un « effort de volonté tenace ». Ces deux suggestions de l’arbitrage international et du désarmement ne sont pas nouvelles. Léon XIII déjà les avait faites. En outre, pour Mgr Feltin, la question de la guerre juste n’est pas abolie.

  • 22 R. Coste, Le problème du droit de guerre..., op. cit., p. 391 sq.

30Pour bâtir la paix, il ne suffit pas de supprimer la guerre, il faut aussi faire respecter et promouvoir un ordre international. Cette perspective, présentée par Mgr Feltin, correspond à la ligne de conduite adoptée par les papes depuis Léon XIII, s’inspirant des théories du P. Taparelli d’Azeglio. L’Église approuve l’Organisation des Nations Unies, certes sans y participer car elle « ne fait nombre avec personne ». Néanmoins, le Saint-Siège formule et « ne dissimule pas ses réserves pour certaines insuffisances et certains a priori doctrinaux » de l’institution. Mgr Feltin expose ensuite les fondements que l’Église propose à « cette structure mondiale des peuples » : « une base sociologique », construite sur la solidarité, « une base humaniste », s’appuyant sur « la dignité de la personne humaine », « une base morale, la loi naturelle » et enfin « une base religieuse ». En même temps, l’Église appelle à un « nouveau droit », à une « nouvelle économie », à une « nouvelle autorité respectueuse des libertés » et à une « nouvelle justice ». C’est l’occasion pour l’archevêque de Paris de fustiger le nouvel ordre mondial que cherchent à créer les communistes. Dans l’ensemble, il ne fait que reprendre et commenter la pensée et l’enseignement de Pie XII sur la paix22. Il contribue ainsi à les vulgariser auprès de l’opinion française et, par l’intermédiaire des Cahiers, auprès des cadres et des aumôniers de l’armée.

  • 23 Mgr Badré, op. cit., p. 112.
  • 24 Ibid.

31Les Cahiers de l’aumônerie catholique reflètent les préoccupations du tournant des années cinquante concernant la question de la paix, dans ses aspects politique, idéologique et théologique. Le bulletin expose les grands traits de la doctrine traditionnelle de l’Église sur ce thème pour éclairer et faire réfléchir ses lecteurs directement confrontés au problème. Il participe ainsi du « travail patient et discret, toujours à recommencer, d’éducation à la paix »23, entrepris par l’aumônerie militaire. Se référant au pape, aux évêques et aux théologiens, la jeune institution témoigne ainsi de sa pleine fidélité à la hiérarchie catholique, alors qu’elle se trouve au cœur de l’armée, instance séculière s’il en est. Sa place particulière l’amène sans doute à mieux comprendre les cas de conscience des militaires chrétiens. Sa réponse, puisée dans l’Écriture et la Tradition, véhiculée par les Cahiers, consiste alors à leur rappeler que « la mission de l’armée, ce n’est pas de faire la guerre, mais de défendre la paix »24.

Notes

1 Abbé Lalande, « L’Église et le problème de la paix. Le mouvement « Pax Christi », dans Cahiers de l’Aumônerie Catholique, no 14, déc. 1951.

2 Le bimestriel compte en fait cinq numéros par an, car il n’y a pas de livraison l’été. La collection complète est consultable à la bibliothèque du Service Historique de l’Armée de Terre (Vincennes), dans le fonds « aumônerie ».

3 Cahiers de l'Aumônerie Catholique, no 1, avril 1949.

4 P. DeSoras, Service militaire et conscience catholique : l’objection de conscience en 1948, Paris, Spes, 1948, 78 p.

5 Témoignages de Mgr Badré, 24 fév. 1992 et de Mgr Thorel, 27 avr. 1992.

6 Mgr J. Badré, Un évêque dans l’histoire. Entretiens avec Michel Fourcade, Paris, Nouvelle Cité, coll. Histoire, 1990, p. 96.

7 Sur « Pax Christi », cf. la communication d’Y.-M. Hilaire.

8 M. Vaussard, « L’Église catholique, la guerre et la paix », dans Guerre et paix, de la coexistence des blocs à une communauté internationale, 40e semaine sociale de France, Pau, 1953, p. 122 sq.

9 Ibid., p. 125, et J. Joblin, L’Église et la guerre. Conscience, violence, pouvoir, Paris, Desclée de Brouwer, 1988, p. 216 sq. J.-M. Ticchi, Bons offices, médiations et arbitrages dans l'activité diplomatique du Saint-Siège de 1878 à 1922, Paris-X, 1997, thèse sous la dir. de Ph. Levillain. Cette thèse montre bien que la défense de la paix se trouve au cœur de la diplomatie pontificale à partir de Léon XIII.

10 Sur ce point, F. Latour, La papauté et les problèmes de la paix pendant la Première Guerre mondiale, Paris, l’Harmattan, 1996, 350 p.

11 Vacant, Magenot dir., Dictionnaire de théologie catholique, Paris, Letouzey et Ané, 1899-1950. L’article « guerre » (fasc. XLVIII, col. 1859-1962) est dû à T. Ortolan. Le fascicule de la lettre P est publié en 1932.

12 Récapitulatif dans les Cahiers de l’Aumônerie Catholique, no 17, juillet 1952, p. 646. Cf. aussi R. Coste, Le problème du droit de guerre dans la pensée de Pie XII, Paris, Aubier, coll. Théologie, 1962, 522 p. (cf. l’index chronologique, p. 499-507).

13 Cité par A. Deroo, L’épiscopat français dans la mêlée de son temps 1930-1954, Paris, Bonne Presse, 1955, p. 184-185.

14 Sur l’état d’esprit des officiers entre 1945 et 1962, R. Girardet, La crise militaire française (1945-1962), Paris, Armand Colin, 1964.

15 Cf. notre thèse de doctorat, L’aumônerie militaire française 1914-1962, Université du Littoral-Côte d’Opale, sous la direction du professeur Hilaire, 1997, p. 353 sq.

16 Cahiers de l'Aumônerie Catholique, no 5, mars 1950, « De la guerre. Notre paix est la paix du Christ », p. 149-156.

17 Ibid., no 6, mai 1950, p. 181-189 (2e partie de l’article précédent, qui conserve le même titre).

18 Ibid., no 22, juillet 1953, « Notes sur la guerre » (P. Hubert), p. 46 sq.

19 Ibid., p. 165-168, « Paix eucharistique ».

20 Ibid., no 15, mars 1952, introduction au résumé de la conférence de Mgr Feltin, « L’Église et le problème de la paix » (du 21 déc. 1951), p. 502.

21 Sur le soldat au combat, J. Keegan, Anatomie de la bataille, Paris, Press Pocket, coll. Agora, rééd. 1993.

22 R. Coste, Le problème du droit de guerre..., op. cit., p. 391 sq.

23 Mgr Badré, op. cit., p. 112.

24 Ibid.

Auteur

Université du Littoral

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540