Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idée de paix en France et ses représentations au xxe siècle

 | 
Alain-René Michel
, 
Robert Vandenbussche

II - Combats pour la paix

Les projets de paix des Français libres (1940-1943)

Jean-François Muracciole

Texte intégral

1Avant d'étudier les projets de paix de la France libre, il convient de rappeler que la guerre, bien plus que la paix, a été la principale préoccupation, voire l'obsession des Français libres durant leur exil à Londres.

  • 1 C. DeGaulle, Discours et messages., t. 1, Pendant la guerre, 1940-1946, Paris, Plon, 1970, p. 132- (...)

2Dès l'Appel du 18 juin, en effet, la France libre s'est constituée sur le refus de l'armistice et la volonté farouche de poursuivre la guerre aux côtés des Alliés. Quelques jours après un vibrant hommage rendu à Clemenceau à la BBC à l'occasion de l'anniversaire de l'armistice de 1918, de Gaulle déclare de façon explicite à l'Albert Hall de Londres, le 15 novembre 1941 : « L'article premier de notre politique consiste à faire la guerre »1.

3Pour autant, cette préoccupation fondamentale n'empêcha pas les Français libres de réfléchir aux conséquences de la guerre et au nouveau visage du monde une fois la paix revenue. En ce domaine, ils devaient naviguer entre deux écueils redoutables. Le premier réflexe du général de Gaulle, et en ce sens il n'était guère éloigné des positions du Bloc National de 1919, était d'assurer définitivement la sécurité de la France, trois fois envahie en une vie d'homme. Cette façon de voir très classique le conduisait à considérer en priorité la question allemande et à exiger, la paix revenue, une série de garanties traditionnelles : démembrement de l'Allemagne, paiement de réparations, désarmement économique, voire annexions.

4Cependant, dans le même temps, la revendication d'une place à part entière au sein de la grande coalition conduite par les États-Unis et la Grande-Bretagne interdisait aux Français libres d'ignorer les réflexions anglo-saxonnes relatives à l'édification d'un nouvel ordre mondial qui, dans la continuité des Quatorze Points de Wilson, serait fondé sur la sécurité collective et la coopération internationale. Ils pouvaient d'autant moins ignorer cette philosophie qu'elle était pleinement partagée par des personnalités éminentes du mouvement gaullien (comme René Cassin ou Henri Laugier) ou par des intellectuels qui, à l'image de Jacques Maritain, du R.P. Ducatillon, de Jacques Focillon ou de Francis Perrin, exerçaient sur de Gaulle une influence non négligeable.

5En définitive, la grande habileté de ce dernier consista à définir les éléments d'une savante rhétorique qui permît à la France libre de concilier à la fois l'attachement à la préservation de la sécurité de la France et l'adhésion nuancée à l'idéal anglo-saxon de sécurité collective.

Une crise de la civilisation

6L'explication du sens de la guerre par le général de Gaulle est indispensable pour comprendre le cadre dans lequel s'exprime la diplomatie de la France libre.

7Dans un premier temps, jusqu'à l'automne 1941, de Gaulle se contente dans ses discours et ses appels publics d'insister sur les causes militaires de la défaite. C'est tout le sens de l'Appel du 18 juin qui, rejetant par avance toute idée de décadence de la nation ou de fléchissement moral des soldats, met en avant des causes militaires et techniques. Ce type d'analyse a en outre l'immense avantage de préserver l'espoir et de ruiner le discours doloriste et pacifiste de Vichy : si la défaite se limite à une série de facteurs techniques, elle n'a rien d'irréversible.

8À partir de l'automne 1941, la pensée du Général s'infléchit considérablement et, à ce premier socle « technique », s'ajoutent deux nouvelles séries de réflexions que de Gaulle ne cessera désormais de marteler jusqu'à la fin du conflit. En premier lieu, la guerre actuelle, selon lui, ne se limite pas à l'énième épisode de l'affrontement franco-allemand, mais elle s'inscrit dans le cadre beaucoup plus large d'une guerre mondiale commencée en réalité en 1914 (observons toutefois que l'anticipation du caractère mondial du conflit est présent dès l'Appel du 18 juin). En outre, cette « nouvelle guerre de Trente Ans » a un sens moral, elle est une « révolution » (le mot est employé en public par de Gaulle dès le mois d'août 1940, deux ans avant celui de « République ») : celui de la lutte acharnée pour la survie de la civilisation et le respect de la personne humaine face aux forces déchaînées de la barbarie germanique.

9L'argument de la « guerre de Trente Ans », inlassablement répété, autorisait le Général à revendiquer toute la place qui devait revenir à la France libre au sein de la coalition alliée. En ce sens, ce n'est pas l'effet du hasard s'il apparaît à l'automne 1941 et s'épanouit en 1942, au moment où les relations se tendent avec la Grande-Bretagne (d'abord à propos du Levant, bientôt de Madagascar) et où les États-Unis entrent en guerre. Il présente, en outre, d'évidents avantages politiques. Assimilant le combat de la France libre à celui de Foch et Clemenceau, la thématique de la guerre de trente ans renforce la légitimité du mouvement gaullien, ainsi présenté comme l'héritier implicite de la IIIe République. Bien plus, au lendemain de la signature de la Charte de l'Atlantique, qui donne un sens politique à la guerre des démocraties, cette thématique permet à de Gaulle de placer la lutte de la France libre sous le signe du droit et de la liberté : depuis 1914, n'est-ce pas la France qui est à la tête de cette croisade du monde libre contre le « germanisme » ? Ce faisant, le gaullisme témoigne de sa remarquable faculté à assimiler les diverses composantes du nationalisme français. Le thème de la « guerre de trente ans », en effet, est un vieux poncif maurrassien qu'illustre, par exemple, La Guerre de trente ans, publié par Henri Massis en 1940. L'habileté de de Gaulle est de s'approprier le discours des disciples de Maurras, mais en en retournant la signification : la lutte trentenaire est celle de la justice, du droit, de la démocratie, et, bientôt, celle de la République lorsqu'en 1942, de Gaulle en aura pleinement revendiqué l'héritage. Enfin, cette nouvelle problématique est sans doute à rapprocher de la nette inflexion qui saisit le mouvement gaullien à l'automne 1941 et qui se caractérise par ce que l'on pourrait appeler un « passage à la politique ». Élargissant un argumentaire jusque là essentiellement patriotique et anti-vichyste, la France libre entreprend d'approfondir sa doctrine (c'est le sens du grand discours que de Gaulle prononce à l'Université d'Oxford le 25 novembre 1941) et de renforcer ses institutions à prétention gouvernementale. L'ordonnance du 24 septembre 1941 crée ainsi le Comité national français, première mouture d'un futur gouvernement provisoire.

  • 2 Cité par J.-J. Becker, S. Audoin-Rouzeau, La France, la nation, la guerre, 1850-1920, Paris, SEDES (...)

10Au reste, le thème de la lutte du « Bien » contre le « Mal », de la Civilisation contre la Barbarie n'est pas nouveau. On sait qu'il avait déjà été développé à loisir par les dirigeants et les intellectuels français durant la Première guerre mondiale. Les socialistes et les syndicalistes avaient été les premiers à adhérer à cette problématique, façon pour eux de mieux justifier leur ralliement à l'Union sacrée. A l'automne 1914, le radical Albert Sarraut, ministre de l'Instruction publique, déclare ainsi : « C'est bien, cette fois encore, contre la bête humaine en arrêt d'évolution, c'est contre le Hun des âges abolis [...] que la France latine a tiré l'épée [...] C'est de nouveau le choc violent de la civilisation et de la barbarie, la lutte de la lumière et de l'ombre »2. Les Lettres à tous les Français, recueil de textes brefs et simples rédigés à partir de 1915 par d'éminents intellectuels français, comme Durckheim ou Lavisse, sollicités par le gouvernement et diffusé à plus de trois millions d'exemplaires offraient la même analyse. Clemenceau lui-même, qui demeure la référence implicite ou explicite permanente de de Gaulle en ces premières années du Second conflit, déclare devant la Chambre, le 11 novembre 1918 : « La France, hier soldat de Dieu, aujourd'hui soldat de l'Humanité, sera toujours le soldat de l'Idéal ».

  • 3 M. Agi, De l'idée d’universalité comme fondatrice du concept des droits de l'homme d'après la vie (...)

11Plus récemment, de Gaulle pouvait appuyer sa réflexion sur l'argumentaire forgé par de grands intellectuels résistants pour qui la vraie dimension de la guerre était morale, idéologique, voire philosophique, opposant deux visions de l'homme et du monde. C'était le cas du juriste René Cassin, rallié de la première heure à de Gaulle et devenu son principal conseiller politique en 1940-1941, qui ne cessait de présenter le conflit comme la lutte à mort engagée entre la démocratie fondée sur les Droits de l'Homme et le totalitarisme fasciste. Ainsi, dans un discours prononcé au Cambridge Theater de Londres, en la date anniversaire du 18 juin 1941, Cassin présente la guerre comme le choc de deux mondes « [...] l'un fondé sur la dignité humaine et la liberté des peuples, l'autre sur la violence sans frein, la tyrannie et l'esclavage »3.

  • 4 R. P. Ducattillon, La guerre, cette révolution, le sort de la civilisation chrétienne, New York, É (...)
  • 5 L'ouvrage de Marc Bloch, L'étrange défaite, rédigé à chaud durant l’été 1940, n'est évidemment pas (...)
  • 6 Voir M. Fourcade, « Jacques Maritain inspirateur de la résistance », dans Cahiers Jacques Maritain (...)
  • 7 C. Blanchet, « Jacques Maritain, 1940-1944 : le refus de la défaite et ses relations avec le génér (...)

12C'était le cas aussi de penseurs chrétiens antifascistes qui exerçaient une forte influence sur le Général. Ainsi le père dominicain Ducattillon (avec qui de Gaulle avait été mis en contact, avant la guerre, par Daniel-Rops, leur éditeur commun chez Plon) publia, à New York, au printemps 1941, La guerre, cette révolution, le sort de la civilisation chrétienne4, collection des interventions et articles du révérend-père depuis 1938 et qui affirmait que la guerre présente avait un sens moral, celui de la lutte contre la barbarie païenne nazie. Ces analyses furent poussées plus loin encore, au point de les transformer en possible support d'une doctrine politique, par le philosophe chrétien Jacques Maritain, réfugié aux États-Unis où il enseignait depuis la fin des années 1930. Premier ouvrage de réflexion sur la défaite5, À travers le désastre (publié à New York en octobre 1941 et dont on sait que de Gaulle lut avec passion un exemplaire dédicacé6) décrivait la guerre comme l'affrontement quasi-eschatologique de l'humanisme chrétien restauré et de la barbarie nazie. Maritain ajoutait toutefois que le déclin de la démocratie, qui avait tourné le dos à ses vraies valeurs depuis la fin du Premier conflit, avait encouragé le développement du monstre nazi. Aussi, à l'inverse du régime de Vichy dont il fustigeait le défaitisme habillé d'un mea-culpisme faussement chrétien, Maritain appelait à une restauration de la démocratie fondée sur la réconciliation de la « tradition de Saint-Louis » et de celle des « Droits de l'Homme »7.

  • 8 C. De Gaulle, op. cit., p. 138-146.
  • 9 Ibid.
  • 10 Ibid.

13Le discours que de Gaulle prononça le 25 novembre 1941 à l'Université d'Oxford révélait la profondeur de ces influences. Dans ce discours remarquable, où la hauteur de vue le disputait à la perfection de l'expression, de Gaulle rejetait successivement deux explications de la guerre. Celle-ci n'était pas le produit de la folie d'un homme, Hitler, qui tel l'Antechrist aurait voulu imposer son Évangile sur la terre. Elle n'était pas non plus le seul fait du peuple allemand bien que de Gaulle reconnût sa responsabilité écrasante : « Il n'est de fait que trop évident que depuis des siècles l'incendie en Europe est toujours parti du pays dont on a pu dire que la guerre était son industrie »8. Cette accusation, outre qu'elle revisitait l'histoire et passait sous silence les ravages des armées de Turenne ou de Napoléon en terre allemande, permettait aux Français libres de préparer de solides arguments quand il serait temps d'évoquer les garanties pour l'après-guerre. Mais, en réalité, la guerre, selon de Gaulle, était bien l'expression d'une crise de la civilisation : « Il reste à savoir si, dans la conjugaison du système nazi et du dynamisme allemand, il n'y a eu qu'un hasard ou si cette rencontre même ne fut pas comme l'aboutissement d'un mal plus général, tranchons le mot, d'une crise de la civilisation ». Et plus loin : « Voilà bien l'enjeu de cette guerre - le salut de notre civilisation - et le problème de la paix qui suivra »9. Et de Gaulle d'expliquer que la mécanisation accélérée des sociétés occidentales depuis le XIXe siècle n'était pas pour rien dans le déclenchement de cette crise morale, de même que l'acceptation passive par les masses des effets de cette mécanisation, première étape de la déshumanisation : « Les hommes de mon âge sont nés depuis assez longtemps pour avoir vu se répandre non point seulement l'obligation, mais encore la satisfaction de l'existence agglomérée »10. Ce cadre théorique à la fois subtil et solide, mêlant de vieux arguments antimodernistes à la rhétorique antifasciste d'inspiration chrétienne, autorisait les Français libres à participer auprès des Anglo-Saxons à la définition d'un nouvel ordre mondial fondé sur la sécurité collective, sans pour autant renoncer aux formes plus traditionnelles de la défense des intérêts et de la sécurité de la France. En revanche, et il s'agit sans doute du point faible de l'analyse gaullienne, assimilant le Mal au seul « germanisme », présentant Hitler en héritier dénaturé de Bismarck, de Gaulle, à la différence de son conseiller R. Cassin, ou d'intellectuels aussi différents que Maritain, Aron, Bernanos ou Laugier, prenait mal la mesure de la spécificité du nazisme. Il est un fait que dans ses discours de guerre, aucune analyse substantielle du phénomène nazi n'est jamais esquissée.

Une adhésion nuancée à l'idéal de sécurité collective

14De Gaulle pouvait d'autant moins ignorer les projets anglo-saxons que la participation aux grandes conférences interalliées du temps de guerre renforçait la légitimité politique de la France libre. Dans le long et difficile combat pour la reconnaissance, la présence dans ces conférences constituait un enjeu diplomatique de première importance.

15La France libre fut facilement admise au sein des anciennes organisations internationales, comme la SDN ou le BIT, ou au sein des premières conférences internationales convoquées par les Britanniques en 1941-1942. Il n'en fut pas de même parmi les grandes conférences qui, à partir de 1943 et sous le contrôle des Américains, esquissaient le nouvel ordre mondial. Ainsi, dès le mois d'août 1940, de Gaulle prit soin d'informer la SDN que la France libre exerçait désormais l'administration du mandat français au Cameroun, ce dont la SDN, en dépit des protestations de Vichy, accusa aussitôt réception. De même, c'est à l'invitation du secrétaire général de la SDN et au nom du principe de la sécurité collective que la France libre fut amenée à condamner le retrait de Vichy de l'organisation en avril 1941. Dans le même registre, de Gaulle usa de toute son autorité pour obtenir que la France libre fût représentée en octobre 1941 à la première session du BIT depuis le début de la guerre, BIT dont le siège avait été provisoirement transféré de Genève à New York. Le choix de de Gaulle et de Cassin se porta sur Adrien Tixier, ancien collaborateur d'Albert Thomas et par ailleurs fonctionnaire du BIT depuis 1920. Tixier offrit à la France libre un beau succès diplomatique en parvenant à monter à la tribune avant le représentant de Vichy et en prononçant un discours qui dénonçait avec un tel éclat la politique corporatiste (la Charte du Travail venait d'être promulguée) que le délégué de Vichy renonça finalement à prendre la parole. L'explication de ce « mariage d'amour » est fort simple : ces anciennes organisations internationales, dont la faillite était patente, craignaient pour leur survie après la guerre et n'entendaient pas se séparer d'un membre aussi éminent que la France, fût-elle vaincue et, pour l'heure, représentée par un mouvement aussi fragile que la France libre.

16Toutefois, en cette année 1941, l'attention des Français libres fut principalement mobilisée par la participation aux premières conférences interalliées que les Britanniques avaient pris l'initiative de réunir. Deux conférences furent ainsi organisées, en juin et en septembre 1941, au palais de Saint-James de Londres. Ces conférences furent l'occasion pour les Français libres non seulement d'affirmer leur existence sur la scène internationale, mais aussi d'exposer, en la personne de R. Cassin, leur attachement aux principes de la sécurité collective et de la coopération internationale. En cette matière, il convient de souligner le rôle personnel de R. Cassin. Ancien délégué de la France à la conférence de la SDN sur le désarmement, ami et admirateur de Briand, était tout à la fois un patriote convaincu (il présidait la puissante Union fédérale des Anciens combattants), un républicain sourcilleux (membre du parti radical et de la Ligue des droits de l'homme) et un avocat inlassable de l'esprit de Genève. C'est donc tout naturellement qu'il fut désigné par de Gaulle, en compagnie de Maurice Dejean, pour représenter la France libre aux deux conférences de Saint-James.

  • 11 Cité par M. Agi, op. cit.

17La première conférence de Saint-James réunit les gouvernements en exil présents à Londres des Pays-Bas, de la Belgique, du Luxembourg, de la Norvège, de la Pologne et de la Grèce (le gouvernement yougoslave, après un long périple par l'Égypte, n'arriva à Londres qu'à l'automne). L'association de la France libre à ces authentiques gouvernements en exil était déjà en soi un beau succès diplomatique. Il fut complet lorsque Cassin fut invité par les Britanniques à remplir les fonctions de vice-président de la conférence (présidée par Churchill) et lorsqu'à l'occasion du dîner de gala il fut placé à la droite du roi George VI. La présence de Cassin ne se limita pas à ces victoires protocolaires et il inspira directement la tonalité de la résolution finale. La conférence, en effet, première d'une longue série qui devait conduire à la conférence de San Francisco du printemps 1945, proclama l'attachement des Alliés à la sécurité collective. L'article 3 de la Résolution était particulièrement explicite : « La seule base solide d'une paix durable sera la collaboration spontanée des peuples libres dans un monde où, la menace de l'agression étant écartée, tous pourront avoir l'assurance de leur sécurité économique et sociale »11. Si M. Agi n'a pas tort de souligner la contribution décisive de Cassin à la formulation de ce texte, il convient de préciser que ces idées étaient en quelque sorte dans l'air du temps dans le camp des démocraties. La Résolution reprenait ainsi presque mot pour mot la célèbre formule de Roosevelt prononcée à l'occasion du discours sur l'état de l'Union de janvier 1941 (discours dit des « Quatre Libertés ») dans lequel le Président, alors que les États-Unis n'étaient pas encore en guerre, avait prétendu œuvrer pour un monde où l'homme vivrait « dégagé du besoin et de la peur ».

  • 12 C. De Gaulle, op. cit., p. 205-207.

18Une fois ces bases établies, l'idéal de la sécurité collective fut constamment défendu par les Français libres à l'occasion de diverses initiatives dont il est impossible de dresser ici une liste exhaustive. Ainsi, en juin 1942, la fameuse déclaration que de Gaulle remit à Christian Pineau à l'attention de la résistance intérieure (et dans la genèse de laquelle outre Cassin, Tixier et Hauck jouèrent un rôle essentiel) réaffirmait, entre autres choses, le profond attachement des Français libres à la sécurité collective. De Gaulle, en effet, se déclarait partisan « [d']une organisation du monde établissant, de manière durable, la solidarité et l'aide mutuelle des nations »12. De même, les Français libres participèrent activement aux conférences qui préparaient le jugement des criminels de guerre. Le 13 janvier 1942, de Gaulle tint ainsi à honorer de sa présence la première session de la conférence de Londres réunie à l'instigation de W Sikorski, le chef du gouvernement polonais en exil. La conférence retint le principe du jugement des criminels de guerre sur le lieu même de leurs forfaits et forma aussitôt des commissions d'enquête chargées de réunir preuves et témoignages. Au printemps 1943, au moment où était révélée l'affaire de Katyn, la conférence proposa pour la première fois la création d'un Tribunal international pour les crimes de guerre, proposition qui fut avalisée par les trois Grands à la conférence de Moscou d'octobre 1943 et définitivement adoptée à Postdam à l'été 1945.

  • 13 À l'été 1943, au moment où était fondé le CFLN, Cassin avait accepté la proposition de de Gaulle d (...)
  • 14 À la fin de 1940, à Cambridge, ces deux chercheurs réalisèrent la première expérience de réaction (...)

19Dans le domaine de l'éducation, les propositions de la France libre furent encore plus notables. René Cassin, en sa qualité de commissaire à la Justice et à l'Instruction publique du Comité National Français joua un rôle très actif dans la création d'une série de conférences qui aboutirent à la création de l'Unesco en 1946. De ces nombreuses conférences et réunions interalliées, il faut retenir plus particulièrement la création, en novembre 1942, à l'initiative de R. Butler, le ministre britannique de l'Éducation, d'une Conférence des Ministres alliés de l'Éducation (CMAE). Au sein de la CMAE, Cassin pouvait côtoyer des hommes avec lesquels il partageait un même idéal et que, pour beaucoup, il avait déjà croisés dans les couloirs de la SDN ; ainsi le britannique lord Cecil, directement à l'origine d'une première conférence culturelle interalliée en 1941, ou le tchèque Mazaryk. La CMAE acquit une véritable dimension mondiale en 1943 quand les États-Unis et la Chine vinrent rejoindre le Royaume Uni, ses principaux dominions (le Canada, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, l'Afrique du Sud), l'Inde, les gouvernements européens en exil à Londres, diverses républiques latino-américaines et la France libre. Cette montée en puissance autorisa la CMAE à former diverses commissions au sein desquelles la délégation de la France libre, puis du CFLN, successivement dirigée par Cassin et par P. Vaucher13, joua un rôle des plus actifs. On peut retenir la commission des livres qui avança le projet original de rédaction d'un manuel d'histoire de la Seconde guerre mondiale. Traduit dans toutes les langues, ce manuel aurait pour but d'instruire les jeunes générations du juste combat livré par les démocraties pour délivrer l'humanité du fléau fasciste. La commission de rééducation des pays vaincus étudia divers projets de relèvement politique et moral du peuple allemand et dégagea les grands axes de l'épuration à mener en Allemagne après la guerre. La commission des fournitures scolaires prépara des plans de livraison gratuite de livres et de matériels scientifiques aux pays libérés mais ruinés afin de faciliter leur reconstruction. Les physiciens français Halban et Kowarski, qui avaient mis leurs talents au service de la recherche britannique14, participèrent activement à cette dernière commission. D'une façon plus générale, la CMAE émit le vœu de voir s'établir, après la guerre, une forte coopération internationale dans le domaine de l'éducation et de la culture. En 1944, la CMAE se transforma en UNECRO (United Nations for Education, Culture and Reconstruction Organisation), dernière étape avant la création de l'Unesco.

  • 15 Cité par M. Agi, op. cit.
  • 16 Ibid.

20Au cours des travaux de la CMAE, Cassin et la délégation de la France libre puis du CFLN défendaient inlassablement la même idée : la sécurité collective ne serait pas suffisante, l'échec de la SDN était là pour le montrer, si elle ne s'accompagnait pas d'une « moralisation » de l'humanité. Déjà lors de la seconde conférence de Saint-James (septembre 1941), Cassin démontra que la sécurité collective, même rénovée, ne pourrait assurer la paix si le nouvel ordre mondial n'était pas fondé sur la proclamation haut et fort de la défense des droits de l'homme : « Les Français considèrent comme nécessaire à l'établissement d'une paix véritable la consécration pratique des libertés essentielles de l'homme et l'utilisation concertée, en vue de la sécurité économique et sociale des peuples, des progrès techniques, créateurs de richesses »15. Et Cassin de proposer et d'obtenir la création d'une sous-commission des Droits de l'Homme chargée de réfléchir à la rédaction d'une nouvelle Déclaration universelle des Droits de l'Homme. Cassin n'avait d'ailleurs pas attendu cette initiative internationale. Comme le rapporte son biographe M. Agi, dès 1936, le congrès de Dijon de la Ligue des Droits de l'Homme, dont Cassin était un membre éminent, avait avancé cette idée. Plus récemment, au début de 1942, au sein de son commissariat de la France libre, Cassin avait formé, sous la présidence du député socialiste Félix Gouin récemment arrivé à Londres, une sous-commission de la Réforme de l'État également chargée de réfléchir à un « toilettage » de la déclaration universelle de 1789 dans le sens d'une affirmation plus forte des droits économiques et sociaux. Au sein de la CMAE, Cassin préconisait, par une éducation rénovée, de pénétrer chaque futur citoyen de la conscience de sa propre dignité et de sa liberté inaliénable. Diagnostiquant, comme Maritain, une « crise de la civilisation », Cassin insistait sur la nécessité de développer chez chaque citoyen, non seulement l'amour de sa patrie, mais aussi ce qu'il appelait le « sens universel », c'est à dire le sentiment de participer à la communauté des peuples libres, d'être en quelque sorte « citoyen libre du monde libre ». Seule une éducation rénovée pourrait développer ce « sens universel » ou « world citizenship » comme disaient les collègues anglo-saxons de Cassin. Dans cette entreprise, les universitaires auraient un rôle essentiel à jouer. En août 1942, lors de la conférence interalliée de Chattam House consacrée à la réforme des universités après la guerre, Cassin prononça un beau discours sur le thème du « Rôle de l'Université dans la Reconstruction du monde » : « Les Universités auront surtout à collaborer à la guérison morale du monde. Les maîtres dépositaires des lois de la raison et nourris des chefs d'œuvre de la civilisation, devront mettre leur vie au service des valeurs spirituelles universelles, celles qui au-dessus des patries indépendantes, constituent le patrimoine commun à tous les hommes »16.

  • 17 Sur l'École libre des Hautes Études de New York, voir notre ouvrage Les enfants de la défaite. La (...)
  • 18 Voir C. Morelle, P. Jakob, Henri Laugier. Un esprit sans frontières, Paris, LGDJ, 1997.

21Cette philosophie n'était pas le fait du seul René Cassin ou de quelques hauts responsables du mouvement gaullien. Elle était pleinement partagée, aux marges de la France libre, par différents groupes d'intellectuels dont le rayonnement était considérable dans l'univers résistant. C'était précisément cet idéal à la fois patriotique, humaniste et international qui avait incité diverses personnalités de la brillante émigration intellectuelle française réfugiée en Amérique du Nord (le critique d'art Henri Focillon, le philosophe Jacques Maritain, le physicien Jean Perrin et son fils Francis, l'historien des sciences Alexandre Koyré, le juriste Boris Mirkine-Guézévitch) à fonder, à New York en février 1942, une École libre des hautes études17. C'était encore le même idéal qui animait le physicien Henri Laugier, ancien co-fondateur de l'INOP et du Palais de la Découverte et ancien président du CNRS. Ce touche à tout de génie, prototype de l'intellectuel de gauche, farouchement démocrate et républicain, grande figure de l'antifascisme d'avant-guerre, avait fini, après quelques hésitations initiales, par rejoindre le camp gaulliste au point d'avoir accepté la présidence, en 1942 à New York, du très gaulliste comité France Forever. En 1942, parmi mille autres initiatives, Laugier fondait une Ligue internationale des Droits de l'Homme qui recrutait massivement parmi les intellectuels nord-américains et leurs homologues européens en exil en Amérique. En juillet 1943, de Gaulle fera de lui le premier recteur de l'Académie d'Alger démocratisée. Il présidera par ailleurs la Ligue des Droits de l'Homme reconstituée en Algérie avant de prendre la tête, à la Libération, de la nouvelle direction des Affaires culturelles internationales au Quai d'Orsay. Dans la droite ligne de son engagement en faveur de la coopération internationale, Laugier accéda, en 1946, au poste de secrétaire général-adjoint du Comité économique et social de l'ONU. À ce titre, il participa à la préparation de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme de 194818.

Les limites d'un ralliement

  • 19 J.-L. Crémieux-Brilhac, La France libre, Paris, Gallimard, 1996, p. 287-288.

22Pourtant, malgré ces prises de position éclatantes, le ralliement des Français libres à la cause de la sécurité collective et de la coopération internationale n'était ni absolu ni dépourvu d'arrière-pensées. Il est de fait que les prises de position publiques de de Gaulle en faveur de cet idéal sont demeurées rares durant la guerre et toujours nuancées. Une sorte de répartition informelle des rôles semble d'ailleurs s'être opérée au sein de la France libre : tandis qu'il laissait à ses collaborateurs et conseillers le soin de défendre l'idéal de la sécurité collective et de participer à son élaboration, le Général demeurait quant à lui nettement plus en retrait. Outre une réticence d'ordre instinctif contre tout idéalisme supranational, héritage d'une formation nourri par le nationalisme français traditionnel, deux craintes retenaient de Gaulle sur ce terrain. Crainte, en premier lieu, que la redéfinition de la sécurité collective ne conduisît les Américains à imposer un nouvel ordre mondial qui servît d'abord leurs propres intérêts. Dans ses Mémoires de guerre, commentant sa rencontre avec Roosevelt de juillet 1944, de Gaulle a cette phrase d'une ironie cinglante qui résume bien sa pensée et qui n'est pas sans évoquer l'attitude de Clemenceau à l'égard de Wilson vingt-cinq ans auparavant : « J'écoute Roosevelt me décrire ses projets. Comme cela est humain, l'idéalisme y habille la volonté de puissance ». Crainte également que le renforcement des règles de la sécurité collective ne conduise à ignorer les revendications de la France à l'égard de l'Allemagne. Mais il y a plus. On ne peut s'empêcher de penser que la réticence du Général s'expliquait aussi par les aléas des relations diplomatiques entre son mouvement et les Américains. Dès le départ, alors que les Britanniques avaient associé les Français libres à leurs travaux, l'administration de Roosevelt les laissa de côté dans l'élaboration de la sécurité collective et utilisa même la préparation du nouvel ordre mondial comme moyen de pression à leur encontre. Ainsi lorsque le 1er janvier 1942, à New York, 26 gouvernements en guerre contre l'Axe ratifièrent la Déclaration des Nations Unies par laquelle ils s'engageaient à demeurer unis après le conflit pour fonder un ordre international fondé sur la sécurité collective et la renonciation à l'usage de la force, la France libre ne fut pas invitée. Certes, J.L. Crémieux-Brilhac a montré qu'après que les Britanniques eurent proposé la présence à New York des gouvernements et des « autorités » engagés dans la lutte commune (ce qui autorisait la signature de la France libre), c'est un veto soviétique qui interdit la présence gaulliste alors que Roosevelt avait fini par céder aux arguments britanniques19. Il n'empêche que ce refus ne pouvait être interprété par les Français libres autrement que comme une mesure de rétorsion américaine une semaine à peine après le « coup » de Saint-Pierre-et-Miquelon. Par la suite, les Français libres ne furent d'ailleurs jamais vraiment associés par les Américains à la préparation de la nouvelle Organisation des Nations Unies. Ainsi le CFLN ne fut pas invité, à l'automne 1944, à la conférence de Dumbarton Oakes et l'on sait que si la France finit par obtenir un siège de membre permanent au Conseil de Sécurité, elle ne le dut, à Yalta, qu'à l'opiniâtreté de Churchill inquiet de voir l'Empire britannique affronter seul l'anticolonialisme des deux géants de l'après-guerre. Un tel ostracisme ne pouvait que conforter de Gaulle dans sa prudence même si, on l'a vu, il fut l'un des premiers dirigeants occidentaux à proclamer le caractère moral du conflit.

23Aussi les Français libres ne cessèrent-ils d'exprimer réserves et prudences. Concernant la crainte d'une hégémonie culturelle américaine, malgré leurs modestes moyens, ils se livraient à une incessante guérilla au sein des diverses conférences interalliées auxquelles ils étaient conviés. Ils se battirent ainsi pour imposer l'usage de la langue française par ces conférences, avec des résultats au reste fort mitigés. L'échec fut total en ce qui concerne les conférences convoquées, dans divers domaines, à l'initiative directe des Américains (conférences d'Atlantic City, de Hot Springs, de Bretton Woods ou de Dumbarton Oakes) dont les travaux se déroulèrent en anglais. Le succès fut plus probant avec les conférences dominées par les Européens. Ainsi au sein de la CMAE, les Français libres obtinrent que le français fût reconnu comme langue officielle au même titre que l'anglais. Il convient d'ailleurs de souligner que les Français libres ne devaient pas seulement lutter contre les prétentions anglo-saxonnes à la domination culturelle. Ils durent également soutenir la lutte contre la coalition des républiques latino-américaines qui réclamaient l'usage obligatoire de l'espagnol.

24De la même façon, au printemps 1944, les délégués du CFLN exprimèrent des réserves quant à la transformation de la CMAE en une organisation internationale permanente que les Américains réclamaient avec insistance. La position juridique de ces derniers était d'ailleurs ambiguë. Conservant un simple statut d'observateurs, ils n'en étaient pas moins les principaux bailleurs de fonds de la Conférence et ils s'engageaient à prendre à leur charge les projets qu'elle étudiait. La création d'une nouvelle organisation avait le mérite de lever l'ambiguïté, mais elle ne pouvait que renforcer l'influence américaine. René Cassin s'efforçait de contrecarrer les desseins américains. Sur le fond, il n'avait rien à opposer à l'idée d'une organisation permanente en faveur de laquelle son engagement passé et présent au service de la coopération internationale le poussait plutôt à s'enthousiasmer. Sa réticence était motivée par la forme supranationale que les Américains entendaient donner à la future Organisation qui pourrait contraindre la législation des États membres. En outre, la philosophie qui inspirait le projet américain ne manquait pas d'inquiéter. Derrière les bons sentiments et la pluie de dollars promise, apparaissait, à peine masquée, la volonté d'imposer l'anglais comme langue internationale de la pensée et de diffuser partout les standards de la culture américaine. Enfin, le désir des Américains de « repartir à zéro » dans le domaine de la coopération intellectuelle internationale conduisait à négliger les expériences déjà engagées. Cassin s'inquiétait, en particulier, du sort qui serait réservé à l'Institut de Coopération Internationale. Outre le fait qu'il était installé à Paris, cet organe de la SDN fondé en 1927 présentait, depuis 1934, l'avantage d'être dirigé par un Français, le professeur Henri Bonnet. Même si la défaite et l'Occupation avaient conduit à la mise en sommeil de l'ICI, il était prévu, comme le rappelait Cassin, de le faire ressusciter à La Havane dans l'attente de la libération. Aussi, avant de songer à la création d'une organisation supranationale, peut-être valait-il mieux prendre en considération l'œuvre accomplie par la SDN.

25Concernant la question allemande, la réticence des Français libres fut encore plus vive. Sitôt connu le texte de la Charte de l'Atlantique, de Gaulle, tout en se ralliant à son esprit général, n'en formula pas moins de fortes réserves. Le 25 août 1941, alors qu'il était en Syrie, il prit ses distances avec l'article premier de la Charte (par lequel les puissances anglo-saxonnes s'engageaient à ne pas réclamer pour elles-mêmes d'agrandissement territorial), songeant de toute évidence à préserver par avance les intérêts de la France qu'il s'agisse du domaine colonial ou des frontières en Europe. Il exprima des réserves tout aussi fortes concernant l'article 4 (qui exposait le principe d'un libre accès aux matières premières) déniant ce droit aux vaincus.

  • 20 Cité par H. Michel, B. Mirkine-Guézévitch, Les idées économiques et sociales de la Résistance, Par (...)
  • 21 C. De Gaulle, op. cit., p. 239.

26Ces réticences, encore feutrées en août, apparurent avec éclat à l'occasion de la seconde conférence de Saint-James réunie par les Britanniques en septembre 1941 et dont le but était précisément de faire ratifier la Charte de l'Atlantique par les alliés européens de la Grande-Bretagne. Il faut dire que le moment était mal choisi, les affaires du Levant imprimant alors aux relations franco-britanniques un tour particulièrement dramatique. Non seulement de Gaulle refusa de participer à la conférence (laissant cette charge à Cassin et Dejean), mais il choisit précisément le jour de l'inauguration de la conférence (le 24 septembre 1941) pour annoncer la création du Comité national français, première mouture d'un gouvernement provisoire. Il était difficile d'imaginer façon plus éclatante (et plus provocatrice) de démontrer à la face des Alliés la volonté intransigeante des Français libres de défendre d'abord les intérêts de la France. Lors de la conférence, Cassin, condamné à un difficile numéro d'équilibriste en porte-à-faux entre ses opinions personnelles et la défense de la position de la France libre, exposa les critiques gaulliennes et proposa que les Alliés s'abstiennent de renoncer a priori à toute modification territoriale au détriment des vaincus. Si cette demande qui remettait en cause la philosophie même de la Charte ne put être que repoussée par les Alliés, elle n'en révélait pas moins l'ampleur des réserves gaulliennes. Ces réticences ne cessèrent par la suite d'être formulées. Dans la Déclaration aux mouvements de résistance de juin 1942 déjà citée, de Gaulle précisa, tout en se ralliant au principe général de la sécurité collective, « [...] qu'il faudra, à l'extérieur, que soient obtenues contre l'envahisseur séculaire les garanties matérielles qui le rendront incapable d'agression ou d'oppression »20. Quelque temps plus tard, le 11 novembre 1942 à l'Albert Hall de Londres, il fut encore plus explicite : « Avec l'Allemagne, qui par nature ne cesse de sécréter des Bismarck, des Guillaume II ou des Hitler, [la France] ne conçoit point de paix qui ne soit garantie, non par des phrases, mais par des gages réels »21, propos qu'un Clemenceau ou qu'un Poincaré n'eussent pas désavoués en 1919.

27L'engagement en faveur de la sécurité collective de la part des Français libres fut-il sincère ? A bien des égards, cette interrogation est proche de celle relative à l'authenticité de l'engagement démocratique et républicain du mouvement gaullien. Il convient, en premier lieu, de distinguer dans l'entourage du Général. Il est incontestable que chez des hommes comme Cassin, Laugier, Hauck, Vaucher, Philip ou, dans un registre différent, comme Monnet ou Massigli, ces convictions étaient sincères et souvent dans le droit fil d'engagements antérieurs. Et chez de Gaulle lui-même ? Sans doute par sa formation et son milieu le Général était-il rétif à une philosophie à ses yeux essentiellement anglo-saxonne et destinée à camoufler les appétits de puissance du grand allié d'Outre-Atlantique. Pourtant, dans sa prudente acceptation du principe de la sécurité collective, il y a sans doute plus que calcul politique ou volonté de rallier telle ou telle personnalité ou force politique. L'analyse originale du sens de la guerre par de Gaulle, sa prescience précoce d'une guerre à la fois mondiale et morale, sa description d'un conflit qui tranchait bien plus qu'un différend entre nations mais une crise de la civilisation ne pouvaient que le pousser à accepter cette philosophie même si les impératifs diplomatiques l'empêchaient d'en devenir un héraut à la façon d'un Cassin.

Notes

1 C. DeGaulle, Discours et messages., t. 1, Pendant la guerre, 1940-1946, Paris, Plon, 1970, p. 132-138.

2 Cité par J.-J. Becker, S. Audoin-Rouzeau, La France, la nation, la guerre, 1850-1920, Paris, SEDES, 1995, p. 297. Voir également J.-J. Becker dir., Guerres et cultures. 1914-1918, Paris, Colin, 1994.

3 M. Agi, De l'idée d’universalité comme fondatrice du concept des droits de l'homme d'après la vie et l’œuvre de René Cassin, Antibes, Alp'Azur, 1980, p. 123.

4 R. P. Ducattillon, La guerre, cette révolution, le sort de la civilisation chrétienne, New York, Éditions de la Maison française, 1941.

5 L'ouvrage de Marc Bloch, L'étrange défaite, rédigé à chaud durant l’été 1940, n'est évidemment pas publié à l'époque et demeure un ouvrage privé communiqué à de rares amis de l'historien.

6 Voir M. Fourcade, « Jacques Maritain inspirateur de la résistance », dans Cahiers Jacques Maritain, 32, 1996 et J. Chaunu, « 1941 : une voix française en Amérique », dans Espoir, 109, 1996.

7 C. Blanchet, « Jacques Maritain, 1940-1944 : le refus de la défaite et ses relations avec le général de Gaulle », dans Cahiers Jacques Maritain, 16-17, 1988.

8 C. De Gaulle, op. cit., p. 138-146.

9 Ibid.

10 Ibid.

11 Cité par M. Agi, op. cit.

12 C. De Gaulle, op. cit., p. 205-207.

13 À l'été 1943, au moment où était fondé le CFLN, Cassin avait accepté la proposition de de Gaulle de prendre la direction, à Alger, du Comité juridique du CFLN, expression provisoire du Conseil d'Etat siégeant au contentieux.

14 À la fin de 1940, à Cambridge, ces deux chercheurs réalisèrent la première expérience de réaction en chaîne.

15 Cité par M. Agi, op. cit.

16 Ibid.

17 Sur l'École libre des Hautes Études de New York, voir notre ouvrage Les enfants de la défaite. La Résistance, la culture et l'éducation, Paris, Presses de Sciences Po, 1998.

18 Voir C. Morelle, P. Jakob, Henri Laugier. Un esprit sans frontières, Paris, LGDJ, 1997.

19 J.-L. Crémieux-Brilhac, La France libre, Paris, Gallimard, 1996, p. 287-288.

20 Cité par H. Michel, B. Mirkine-Guézévitch, Les idées économiques et sociales de la Résistance, Paris, PUF, 1954.

21 C. De Gaulle, op. cit., p. 239.

Auteur

Université de Montpellier

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540