Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idée de paix en France et ses représentations au xxe siècle

 | 
Alain-René Michel
, 
Robert Vandenbussche

I - La paix par la solidarité internationale

Le monument aux morts des guerres de Vierzon (Cher)

Texte intégral

1Deux lois – le 1er et le 25 octobre 1919 – ont défini les conditions et les modalités d’installation, dans chaque commune de France, d’un « mémorial de la Grande Guerre » destiné à rappeler aux générations futures le souvenir des soldats morts entre 1914 et 1918.

2La commune de Vierzon s’est engagée tardivement dans cette démarche. À vrai dire, le département du Cher est un de ceux où le pacifisme – celui des ouvriers mais aussi celui des ruraux - est fort vigoureux. Ce n’est qu’en 1927 que la municipalité organise le concours pour choisir l’architecte chargé de la construction du monument aux morts. C’est le projet de l’architecte sculpteur angevin, Eugène Henry Karcher qui est choisi : celui du monument-jardin dont les travaux commencent en 1932.

3Comme tous les monuments au morts, celui de Vierzon est un mémorial de la guerre puisque les noms de tous les soldats morts sont gravés dans la pierre ; ces listes sont au revers du monument. Mais ses originalités s’inscrivent dans la monumentalité, son emplacement, sa décoration :

4- Ce mémorial est construit derrière un bassin où coule un jet d’eau qui symbolise la vie qui continue (Ill. 1)

5- L’ensemble est entourée de grilles en fer forgé ornées de colombes de la Paix, de rameaux d’olivier, et d’un flambeau qui définit la lumière, la vigilance pour la paix (Ill. 2, 3). L’ensemble est mis en scène grâce à la « fée électricité ».

6La monument lui-même veut rassembler un certain nombre de symboles qui, aussi, doivent représenter la paix sous forme de « bandes dessinées » :

7- Au centre, deux colosses essaient de refermer la dalle d’un caveau où est placé un glaive. La paix doit donc être d’abord un combat permanent contre la guerre. (Ill. 4).

8- À droite du monument un bas-relief sculpté illustre d’ailleurs les « malheurs de la guerre ». Des veuves, des vieillards, des orphelins, pleurent les maris, les fils, les pères morts à la guerre. La guerre impose donc la tragédie mais aussi de fortes distorsions dans la population : ces tableaux ne représentent aucun « homme jeune ». (Ill. 5).

9- À gauche, le bas-relief représente la vie en temps de paix, c’est-à-dire la diversité des activités économiques de Vierzon (la poterie, la verrerie, la porcelaine, la métallurgie) comme la préparation de l’avenir à travers l’instruction. (Ill. 6).

10Le monument aux morts est inauguré en 1934. Il a donc été conçu au moment où les grandes espérances pacifiques ont atteint leur apogée. La paix est d’abord une construction par la volonté des hommes ; il s’agit de faire « la guerre à la guerre », et d’instaurer, face à la tragédie de la guerre, un monde pacifié où le travail peut avoir pleinement ses droits. Les drames de la Première guerre mondiale doivent être médités ; la vigilance doit s’imposer. En ce sens, au-delà de sa fonction commémorative, le monument aux morts de Vierzon, veut illustrer une représentation de la paix. Il a donc aussi une fonction didactique qui s’exprime enfin dans des vers de Victor Hugo graves au pied du monument :

« [...] Hommes que j’entrevois...
Dans l’étourdissement des trompettes farouches,
Plus forts que des lions et plus vains que des mouches,
Pour le plaisir de qui vous exterminez-vous ?
Vous n'avez qu'un seul droit : c’est de vous aimer tous ».

11Seul monument aux morts « Art-Déco » de France, le mémorial de Vierzon est classé monument historique.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540