Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idée de paix en France et ses représentations au xxe siècle

 | 
Alain-René Michel
, 
Robert Vandenbussche

I - La paix par la solidarité internationale

L’allégorisation de la paix dans l’iconographie française au xxe siècle

François Robichon

Texte intégral

1Dans les arts figuratifs, l’allégorie est chargée d’exprimer une pensée ou une idée abstraite. Depuis le XVIIe siècle, l’idée de paix est représentée par une figure allégorique, la déesse Pax, qui possède des attributs spécifiques la différenciant notamment de la figure de la Victoire (couronne de laurier et palme) : le rameau d’olivier dont l’origine remonte à l’histoire du Déluge dans la Genèse, et la corne d’abondance.

  • 1 Dans son Dictionnaire des beaux-arts (Paris, 1806), à l’article « Olivier », A. L. Millin signale q (...)

2C’est ainsi que dans le tableau de François Lemoyne commandé pour le Salon de la Paix à Versailles, Louis XV donnant la paix à l’Europe (1728), le roi lui tend un rameau d’olivier1 (Ill., p. 268).

3Cette iconographie reste inchangée au cours du XIXe siècle ; elle est d’ailleurs peu fréquente. On la trouve par exemple dans l’esquisse d’un tableau commémoratif de la paix d’Amiens (1802) de Dominique Doncre (1743-1820) (Ill., p. 269) ou encore dans le plafond de Delacroix pour le salon de la Paix à l’hôtel de ville de Paris, peint en 1850 et disparu dans l’incendie de 1871. La guerre de 1870 et le sentiment de la revanche n’ont évidemment pas favorisé cette figure à laquelle on préfère celle de l’héroïsme malheureux, comme dans le Gloria victis ! du sculpteur Antonin Mercié, présenté au Salon de 1875.

4C’est le mouvement de la paix en Europe, avec la conférence internationale de La Haye en 1899, qui suscite à nouveau l’utilisation de l’allégorie dans la caricature et l’illustration. Pourtant, à l’exposition de la paix organisée par le bureau international permanent de la paix à l’Exposition Universelle de 1900, on présente de préférence des œuvres qui dénoncent le militarisme et les ravages de la guerre, par exemple le tableau du peintre russe Vereschaguine, Apothéose de la guerre (1871).

  • 2 A. Michel, « Le château de Versailles au XVIIIe siècle », Journal des débats, 2 septembre 1918.

5Avec la première guerre mondiale, la question de la paix revient au premier plan. Et certains s’interrogent sur la façon d’exprimer cet idéal : « On rêve aux peintures qui célébreront, pour nos descendants, la Paix, la paix future pour laquelle travaillent nos poilus et nos alliés [...] On se représente difficilement le président Wilson ou M. Poincaré dans l’attitude du Louis XV de Lemoyne, apparaissant sur un nuage comme un Apollon, maître de ballet, réglant, aux accords de la lyre, le concert et les « pas » des nations. Il se trouvera bien pourtant, pour compléter la victoire et consacrer la délivrance, un artiste français qui dégagera de tant de larmes, de souffrances, d’efforts et d’héroïsme, au lendemain plus ou moins lointain d’une si formidable lutte, le chef-d'œuvre où la grande espérance de l’humanité rayonnera par-dessus les ruines et les deuils »2.

  • 3 H. Lavedan, « La Paix nouvelle », L'Illustration, 21 décembre 1918.

6À la fin des hostilités, la victoire et la paix sont étroitement associées, mais sont difficiles à cerner, ce que note très clairement Henri Lavedan dans un article de décembre 1918 paru dans L’Illustration : « La Paix. Jusqu’ici ce mot n’ouvrait que des perspectives bienheureuses sans l’ombre d’un nuage. C’était le plus beau sujet de peinture allégorique et murale, destinée à être commandée puis acquise par l’État. Depuis toujours et avec les mêmes variantes on le traitait, presque de la même manière, au firmament des palais nationaux, au frontispice des calendriers et dans les salles — les salles d'attente — des grandes gares... Rêveries de bergers... ruche du clocher dont les hirondelles sont les abeilles, moissons, semailles, vendanges... Troupeaux répandus à profusion dans l’épaisseur des pâturages. Duo de la locomotive et de la chaumière... [...] Ainsi se perpétuait le vieux thème populaire, opulent et naïf, simple et délicieux ! Pense-t-on qu’il va resservir ? Non. Il ne le peut plus. Les images d’autrefois et d’hier sont à jamais périmées. [...] La guerre ayant été nouvelle, la paix le sera aussi, ne ressemblera à aucune de celles qui l’ont précédée et n’aura avec elles de commun que le nom pour signifier, et surtout pour créer, un état et un établissement de choses absolument différentes »3.

7Le traité de Versailles et les suites de la guerre ne feront que renforcer cette incertitude. Jean-Jacques Becker a bien montré combien le passage de la guerre à la paix a été lent et progressif.

8Bien que le langage allégorique soit alors un genre en désuétude, l’utilisation de motifs traditionnels rassure et surtout fait immédiatement sens. La peinture et la sculpture ne se privent pas de Victoires ailées brandissant des couronnes de lauriers et de Paix tendant un rameau d’olivier. La gravure en triptyque de Pierre Fritel, Le Rêve des héros, commandée par l’État en 1919, est parfaitement significative de ce mouvement : elle associe au centre la Victoire, à sa gauche, la Paix, et à sa droite, le Sacrifice signifié par un crucifix, signe d’un renouveau très marqué du symbolisme religieux (Ill., p. 270). Comme le dit Léon Werth dans Clavel soldat, « il y a beaucoup d’actes de foi pendant que l’obus siffle ». Ce symbolisme avait le mérite de la clarté.

  • 4 Sur ce monument, voir Arch.s mun., 3M1-25.
  • 5 P. Bardou (1869-1934) est l’auteur de Histoire de quatre fusillés de Lille par un témoin. Eugène Ja (...)
  • 6 Arch. dép., O/668-199 ; échelle 0,05 cm/m, Vu le 31 mars 1925.

9Cette difficulté à incarner les idéaux de l’après-guerre se retrouve dans l’histoire du monument aux morts de Lille4. L’occupation de Lille et le martyre de ses habitants oriente le programme iconographique du monument dont le concours est lancé en 1924. Le docteur Bardou5, héros de la résistance lilloise, et depuis 1919 conseiller municipal chargé des Beaux-Arts, rédige une notice où il demande aux artistes de rappeler les victimes militaires, civiles et les 5 Fusillés. C’est exactement le programme du projet lauréat présenté en novembre 1924 par l’architecte Jacques Alleman (Ill p. 271) et le sculpteur Edgard Boutry (Ill. p. 272), comme on peut le voir sur le plan conservé aux archives départementales6.

10La prédominance de l’histoire locale et l’absence quasi complète des soldats de la Grande Guerre, à l’exception de deux médaillons, soulève des critiques. Jules Duthil s’interroge dans Le Grand hebdomadaire illustré (14 décembre 1924) : « L’architecte a imaginé de recouvrir entièrement le mur du Conclave par une stèle monumentale... Trois hauts-reliefs superposés en tableaux occupent la partie centrale de la stèle. Ils sont consacrés aux fusillés, aux victimes des dix-huit Ponts et aux otages. Un soldat couché s’inscrit, à peine visible, à la base du monument... Mais pourquoi les soldats tiennent-ils une si petite place dans ce monument ? » Encore fait-il une erreur d’interprétation, le gisant représente Léon Trulin, fusillé par les Allemands pour espionnage.

  • 7 Le projet « Renaître » du sculpteur Desruelles est distingué pour son groupe sculpté des Fusillés l (...)
  • 8 C’est encore à la demande d’élus municipaux, comme Maurice Olivier, Président de la Fédération des (...)

11La Ville décide finalement de réaliser un monument aux 5 Fusillés avec la sculpture du projet concurrent, signé Félix Desruelles7. Le bas-relief en question et le gisant doivent donc être remplacés. Le nouveau motif pourrait venir d’une suggestion du sculpteur qui avait certainement connaissance de la composition de son confrère Desruelles, La France victorieuse et pacifique, exposée au Salon de 1925 et destinée au monument aux morts d’Hazebrouck. Une proposition de la municipalité de Lille, qui a imposé le programme initial au sculpteur, est plus probable8. Le personnel politique de la Ville est très proche de la municipalité de Roubaix, qui achève en 1925 un monument aux morts du sculpteur Alexandre Descatoire où trône une statue de la Paix écrasant l’hydre de la Guerre.

  • 9 Écho du Nord, 9 décembre 1924.

12Dans les deux cas, le thème du monument traduit un attachement à la paix qui est très fort chez les socialistes français. Quand Édouard Herriot, président du Conseil, vient en visite officielle à Roubaix en décembre 1924, le député maire Lebas lui tient ce discours : « Plus qu’ailleurs, dans nos régions qui ont été dévastées par les misères de l’invasion, nous sommes attachés à la cause sacrée de la paix, et c’est pourquoi nous vous soutenons, vous qui bâtissez sur le terrain inébranlable de la paix de demain »9.

13Il lui offre une statuette représentant « La Victoire apportant la Paix ». Jean Lebas et Roger Salengro, qui devient maire de Lille en mai 1925, sont très proches et l’on peut aisément imaginer des échanges de vues entre les deux hommes à propos de leurs monuments aux morts.

14La composition de Boutry se prête à une double interprétation que souligne l’hésitation sur son titre. En juillet 1926, l’administration décide qu’elle ne s’intitulera plus La Victoire mais La Paix. À gauche, l’allégorie de la Victoire tend une couronne de lauriers à l’allégorie de la Paix conduite par deux soldats, un fantassin et un fusilier marin. Ce n’est plus la Victoire qui apporte la Paix mais les soldats de la Grande Guerre. (Ill., p. 273)

15La même hésitation se retrouve dans la rédaction du texte de l’inscription. À l’origine du concours, un texte est proposé par la municipalité, c’est celui que l’on peut lire sur les plans d’Alleman et qui se termine par « ses enfants morts au champ d’honneur ». Ce texte est confirmé dans le devis de l’entreprise chargée de réaliser les travaux et daté de juin 1925. Puis tout est remis en question en mai 1926 et une nouvelle rédaction est proposée qui se termine par « ses enfants morts pour la France et pour la paix ». La formule est très proche de celle du monument de Roubaix (Ill, p. 276) inauguré en octobre 1925 : « Roubaix à ses enfants morts pour la défense du pays et pour la paix ». En juillet 1926, une troisième formulation est proposée qui reprend la rédaction de la première version en modifiant la fin par « ses enfants morts pour la France ». L’architecte souligne que toute modification doit tenir compte de l’équilibre des lignes et de l’appareillage des pierres. Il signale la consonance entre les mots « souffrances » et « France » de l’inscription proposée. Finalement, dans une lettre à l’architecte datée du 24 septembre 1926, le maire donne la version définitive « morts pour la paix ». Le changement du mot « France » par celui de « Paix », plus court, obligera l’architecte à rajouter un macaron sculpté pour équilibrer la ligne.

  • 10 Les Amis de Lille, 15 décembre 1928. Le monument aux morts de Lille a été inauguré le 21 mai 1927, (...)

16Cette adresse à la paix envisagée depuis mai 1926 s’explique par l’état d’esprit résolument pacifiste des anciens combattants dont le maire, délégué de l’ARAC (Association Républicaine des Anciens Combattants, fondée par Henri Barbusse) fait partie. On ne peut pas non plus ignorer l’actualité internationale avec l’adhésion de l’Allemagne à la SDN. La formule a choqué une partie de l’opinion lilloise et la revue des « Amis de Lille » la juge un peu énigmatique10.

17Cette difficulté à incarner l’idéal de paix est exemplaire dans la Tour de la Paix érigée place du Trocadéro à l’occasion de l’Exposition internationale de Paris en 1937 par le Rassemblement Universel pour la Paix. La colonne, décorée d’un motif à base de rameaux d’olivier, est finalement surmontée d’une étoile à 12 branches, faute d’avoir trouvé une figure adéquate, question qui ne s’est pas posée pour les pavillons de l’Allemagne et de l’URSS. (Ill., p. 278)

18La déesse de la paix a progressivement disparu de l’iconographie dans les années 1930. Un autre motif prend la relève, la colombe de la paix. Sa résurgence date de la Première Guerre mondiale au cours de laquelle se superposent la symbolique biblique et chrétienne et le thème iconographique de l’Aigle prussien affrontant le Coq gaulois, très exploité dans l’imagerie populaire.

  • 11 Comme c’était le cas dans le monument aux morts d’Armentières (1925) du sculpteur Boutry. L’Aigle f (...)

19On trouve dans le journal de Clémenceau, L’Homme enchaîné, en date du 16 décembre 1916, un dessin de Til qui évoque des propositions de paix allemandes et montre Guillaume II repeignant l’Aigle prussien avec cette légende : — Ils vont certainement te prendre pour une colombe ! C’est le même motif qui figure dans une broderie commémorative de 1919 (Ill. p. 277). Mais il n’est pas exploité par les peintres et les sculpteurs qui lui préfèrent le Poilu foulant aux pieds l’Aigle11.

20Durant l’entre-deux-guerres, la laïcisation de la colombe et sa diffusion se font surtout par le dessin de presse. Lors de la conférence sur le désarmement qui se tient à Genève en 1932, Le Canard enchaîné propose une colombe de la paix « nouveau modèle » qui ne s’illusionne pas sur l’effort de réarmement de l’Allemagne (Ill., p. 277). Après la Seconde Guerre mondiale, la colombe devient le symbole universel de la paix, quand elle est adoptée par le mouvement communiste international. Si la colombe de Picasso est bien connue, celle de Jean Effel l’est moins alors qu’elle eut un impact presque équivalent dans les années 1950. Dessinateur de presse, Jean Effel adhère au « Mouvement de la Paix » lors de son premier congrès en avril 1949 et illustre l’appel de Stockholm en juin 1950 avec sa colombe (Ill., p. 278). Cet engagement sera récompensé par une Médaille d’or des Prix internationaux de la Paix 1952. Lors d’une cérémonie à la Mutualité pour la remise du prix, Vercors prononce un discours qui donne la mesure de son action : « Il est venu, un beau jour, avec son sourire tranquille, porter en France la plus grande révolution dans l’humour, et remplacer la trivialité par la poésie. Aujourd’hui, cette œuvre s’élargit dans une création où l’humour et la poésie se marient en vue d’un idéal plus haut et plus urgent : celui de la Paix du Monde. Presque autant que les colombes de Picasso, celles de Jean Effel volent dans tous les deux du globe. Elles ont bien mérité l’honneur qui leur est fait. »

François Lemoyne, Louis XIV donnant la paix à l’Europe (1728)
Musée de Versailles (Photo RMN)

Dominique Doncre, La Paix d’Amiens, esquisse (1802)
Musée des Beaux-Arts - Arras

Pierre Fritel, Le Rêve des Héros
commande de l’État en 1919, exposé au Salon de 1921

Plan du monument aux morts de la ville de Lille, signé Jacques Alleman, 31 mars 1925
Archives départementales du Nord

Monument aux morts de la ville de Lille (1928)
Sculptures en bas-relief d’Edgard Boutry : La Paix, La Relève, Les Captifs
(Photo Y. Cymera, Ville de Lille)

Monument aux morts de la ville de Lille : La Paix
(Photos Christine Aubry)

Monument aux morts de la ville de Lille : La Relève
(Photos Christine Aubry)

Monument aux morts de la ville de Lille : Les Captifs
(Photos Christine Aubry)

Monument aux morts de la ville de Roubaix (1925)
Statue de la Paix par Alexandre Descatoire
Photo Jarry - Ville de Roubaix

Broderie commémorative de la Paix, 1919

« La colombe de la paix... » par Dubosc
Le Canard Enchaîné, 2 mars 1932

La Tour de la Paix,
Exposition internationale de 1937, Paris

La Colombe de la Paix de Jean Effel

Notes

1 Dans son Dictionnaire des beaux-arts (Paris, 1806), à l’article « Olivier », A. L. Millin signale que l’on trouve l’olivier dans la main de Mars Pacifer et cite Winckelmann qui rapporte que la Paix est représentée sur les pierres sépulcrales des premiers chrétiens par une colombe tenant un rameau d’olivier dans le bec.

2 A. Michel, « Le château de Versailles au XVIIIe siècle », Journal des débats, 2 septembre 1918.

3 H. Lavedan, « La Paix nouvelle », L'Illustration, 21 décembre 1918.

4 Sur ce monument, voir Arch.s mun., 3M1-25.

5 P. Bardou (1869-1934) est l’auteur de Histoire de quatre fusillés de Lille par un témoin. Eugène Jacquet et ses amis, Paris, 1919.

6 Arch. dép., O/668-199 ; échelle 0,05 cm/m, Vu le 31 mars 1925.

7 Le projet « Renaître » du sculpteur Desruelles est distingué pour son groupe sculpté des Fusillés lors du concours de 1924 et la Ville décide d’en faire un monument à part. Voir Les Amis de Lille, 1er décembre 1924.

8 C’est encore à la demande d’élus municipaux, comme Maurice Olivier, Président de la Fédération des anciens combattants du Nord, que la composition des 18-Ponts est remplacée en juillet 1926 par La Relève (décision adoptée par le Conseil municipal, séance du 27 octobre 1926).

9 Écho du Nord, 9 décembre 1924.

10 Les Amis de Lille, 15 décembre 1928. Le monument aux morts de Lille a été inauguré le 21 mai 1927, le parvis qui le précède, le 11 novembre 1928.

11 Comme c’était le cas dans le monument aux morts d’Armentières (1925) du sculpteur Boutry. L’Aigle fut supprimé à la demande de l’armée d’occupation en 1940.

Table des illustrations

Légende François Lemoyne, Louis XIV donnant la paix à l’Europe (1728)Musée de Versailles (Photo RMN)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1792/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Dominique Doncre, La Paix d’Amiens, esquisse (1802)Musée des Beaux-Arts - Arras
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1792/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Pierre Fritel, Le Rêve des Héroscommande de l’État en 1919, exposé au Salon de 1921
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1792/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Plan du monument aux morts de la ville de Lille, signé Jacques Alleman, 31 mars 1925Archives départementales du Nord
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1792/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Monument aux morts de la ville de Lille (1928)Sculptures en bas-relief d’Edgard Boutry : La Paix, La Relève, Les Captifs(Photo Y. Cymera, Ville de Lille)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1792/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Monument aux morts de la ville de Lille : La Paix(Photos Christine Aubry)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1792/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Monument aux morts de la ville de Lille : La Relève(Photos Christine Aubry)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1792/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Monument aux morts de la ville de Lille : Les Captifs(Photos Christine Aubry)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1792/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Monument aux morts de la ville de Roubaix (1925)Statue de la Paix par Alexandre DescatoirePhoto Jarry - Ville de Roubaix
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1792/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Broderie commémorative de la Paix, 1919
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1792/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende « La colombe de la paix... » par DuboscLe Canard Enchaîné, 2 mars 1932
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1792/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende La Tour de la Paix,Exposition internationale de 1937, Paris
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1792/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende La Colombe de la Paix de Jean Effel
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1792/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 88k

Auteur

Lille 3 - ARTES

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540