Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idée de paix en France et ses représentations au xxe siècle

 | 
Alain-René Michel
, 
Robert Vandenbussche

I - La paix par la solidarité internationale

L’économie au service de la paix : l’exemple des technocrates des années trente

Olivier Dard

Texte intégral

  • 1 Sur ce point, se reporter à M. S. Alexander, « À bas les Marchands de canons ! Efforts to control (...)
  • 2 E. Bougoüin et P. Lenoir, La Finance internationale et la guerre d’Espagne, Centre d’études de « P (...)
  • 3 Outre les travaux classiques sur le sujet de M. Anderson, « The myth of the « two hundred families (...)

1Le titre de cette communication peut a priori surprendre dans la mesure où, communément, les termes d’économie et de paix sont des antonymes dans la France des années trente : il en est effet commun, notamment dans une perspective marxiste, de souligner le caractère belligène et conflictuel de l’économie capitaliste. Les relations internationales sont en ligne de mire et il est classique d’associer finance internationale et guerre pour dénoncer les « marchands de canons »1 et proposer des explications commodes aux conflits en cours. Ainsi, Léon Jouhaux, préfaçant une brochure publiée en 1938 et intitulée La finance internationale et la guerre d’Espagne propose une explication très simple de ses origines : « les capitalistes étrangers ont redouté de voir l’Espagne cesser d’être leur colonie économique, et les travailleurs espagnols échapper à leur domination »2. Facteur de conflit à l’extérieur, l’économie le serait tout autant à l’intérieur et les « Deux Cent familles », dénoncées aussi bien par des hommes politiques (Édouard Daladier ou Maurice Thorez) que par des publicistes en vue de l’époque (Augustin Hamon, Francis Delaisi) sont accusées d’exacerber les tensions sociales et de nourrir la guerre civile, y compris en fomentant des émeutes sanglantes, ainsi que tend à l’expliquer Georges Michon dans un ouvrage publié en 1934 et intitulé Les puissances d’argent et l’émeute du 6 février3.

  • 4 Nous nous permettons de renvoyer à notre contribution « Les technocrates : archéologie d’un concep (...)
  • 5 Pour ce qui concerne Jean Coutrot, nous nous permettons de renvoyer à notre ouvrage Jean Contrat d (...)

2Cette vision belligène de l’économie ne saurait occulter l’existence d’autres approches, émanant notamment de milieux dits alors techniciens qui veulent voir au contraire l’économie comme un facteur de paix possible et souhaitable, à l’échelle internationale comme à l’échelle nationale, la paix internationale devant se conjuguer à une paix sociale intérieure. S’il n’est pas question de reprendre ici une question déjà abordée ailleurs4, une précision sémantique préalable s’impose à propos du terme technocrate. Durant les années trente, il renvoie à un champ de définition beaucoup plus restrictif qu’aujourd’hui (il s’applique alors aux disciples de la « technocracy » américaine). Surtout, le terme générique communément employé est alors celui, bien vague, de technicien, catégorie commode sous laquelle on amalgame des groupes et des individus aux profils fort différents et parfois bien éloignés de ceux que l’on désigne aujourd’hui comme technocrates. Cela étant, que le terme technocrate ne soit pas alors employé dans le sens qui est actuellement le sien ne signifie nullement qu’on ne puisse l’appliquer à la France de l’entre-deux-guerres. Il suffit simplement de préciser la définition qui en est donnée. Nous considérerons dans cette communication que les technocrates des années trente (définition qui pourrait d’ailleurs être étendue à d’autres périodes) peuvent se répartir en deux groupes, les prophètes et les administrateurs (ou gestionnaires). Dans le premier cas, il faut faire une place importante aux disciples de la « technocracy » américaine (à commencer par les abondancistes), et à certaines personnalités, parmi lesquelles Jean Coutrot figure de proue du Centre Polytechnicien d’Etudes Économiques (CPEE) – communément désigné « groupe X-Crise » - et du Centre d’Etudes des Problèmes Humains (CEPH), dont la dimension prophétique n’a cessé de se développer au cours de la seconde moitié des années trente5. Les administrateurs, second pôle de ce milieu technocratique, présentent un profil plus homogène. Rassemblés à la veille de la guerre autour des Nouveaux Cahiers, ils sont d’abord soucieux d’empirisme et d’efficacité.

L’économie au service d’une paix internationale

  • 6 M. Bilis, Socialistes et pacifistes 1933-1939 ou l’impossible dilemme des socialistes français, Pa (...)
  • 7 Y. Lacaze, L’opinion française et la crise de Munich, Berne, Peter Lang, p. 361-362 et p. 485-494.
  • 8 S. Schirmann, Les relations économiques et financières franco-allemandes 1932-1939, Comité pour l’ (...)
  • 9 Sur la question du pacifisme de Louis Renault et de ses rencontres avec Hitler de 1935 et de 1939, (...)

3L’historiographie sur le pacifisme de l’entre-deux-guerres, en plein développement depuis une vingtaine d’années a commencé de faire une place aux fondements économiques du pacifisme depuis les quelques notations de Michel Bilis dans ses travaux sur les socialistes où il s’attachait aux exemples de la tendance Redressement ou de René Belin6. Signalons ainsi les développements que lui consacre Yvon Lacaze dans une thèse consacrée à l’opinion française et la crise de Munich (il étudie les réactions de L’Oeuvre et les milieux patronaux7), les recherches de Raymond Poidevin ou de Sylvain Schirmann sur « l’apaisement économique franco-allemand »8 ou les travaux entrepris sur certains hommes d’affaires, Louis Renault9. Fondé sur le cas des technocrates envisagés dans leur diversité, notre propos est d’analyser ici les fondements et les ressorts de leur pacifisme à partir de trois types de questions, ses racines, son contenu et son impact.

La paix des prophètes

  • 10 Voir O. Dard, Jean Coutrot de l’ingénieur au prophète, op. cit., p. 243.
  • 11 Cette citation est extraite d’un texte intitulé « Nos préoccupations », procès-verbal non daté d’u (...)

4Pour ces derniers la conjoncture compte peu et un lecteur non averti pourrait être surpris voire dérouté à la lecture des archives d’X-Crise ou du compte rendu des manifestations (déjeuners, entretiens) et des publications du CEPH : la situation internationale est rarement analysée pour elle même. La question de la guerre et de la paix est pourtant abordée, dès sa création par le CEPH à l’occasion des premiers Entretiens de Pontigny de 1936 et plus tardivement pour le CPEE. La guerre, dans son principe, y est condamnée, mais il serait très réducteur de faire de ces hommes des pacifistes ordinaires et ce d’autant qu’ils condamnent avec virulence et mépris les groupements qui se proclament pacifistes. Il est plus pertinent de s’attacher à ce que peuvent être pour eux les sources de la guerre. Jean Coutrot explique ainsi à Pontigny qu’à côté de la satisfaction des « besoins combatifs de l’homme », il faut compter avec les facteurs démographiques et économiques : de causes politiques, point10. Du côté d’X-Crise, l’accent mis sur l’économie est identique et le traitement privilégié de cette dernière est un élément unificateur du discours technocratique puisqu’on le retrouve chez les animateurs des Nouveaux Cahiers. Une différence de fond sépare cependant les prophètes des administrateurs. Les premiers recherchent une explication théorique et des solutions de long terme à la situation de crise internationale : il s’agit d’éliminer la guerre une fois pour toutes. Tandis que Jean Coutrot, fort de références puisées dans la psychologie et la psychanalyse, propose avec son CEPH la création sous l’égide de la SDN d’une « commission psychotechnique collective » chargée de « déterminer méthodiquement [...] les réajustements indispensables » à « opérer » entre les peuples, le CPEE, fidèle à la logique qui avait présidé à sa naissance en 1931 et à ses efforts pour bâtir une économie « rationnelle » se veut le « pôle de rassemblement » où il serait possible, « fidèle à ses traditions de libre examen ou d’objectivité » [de] « clarifier sans passion aucune les problèmes fondamentaux des relations entre les peuples qu’ils se posent sur un plan économique, social ou politique » et ce afin, « en toute bonne foi de concevoir entre les Européens une vie possible »11. Au vu du contexte international de l’heure, cette proposition manque clairement de réalisme.

La paix des administrateurs

5Si la frontière n’est pas étanche entre les prophètes et les administrateurs (Jean Coutrot écrit dans les Nouveaux Cahiers ou dans L’État moderne, Auguste Detoeuf parle à X-Crise et les deux ont pu se retrouver à la Commission Générale d’Organisation Scientifique du Travail (dite CEGOS) ou au Comité Central de l’Organisation Professionnelle (CCOP), les analyses effectuées et les solutions préconisées sont tout de même de nature différente.

  • 12 Sur ces perspectives se reporter notamment aux travaux d’E. Bussière, La France, la Belgique et l’ (...)

6Soulignons tout d’abord la continuité existant entre les analyses proposées par les Nouveaux Cahiers ou L’État moderne à la fin des années trente et celles proposées par les techniciens des années vingt qui associaient paix internationale, croissance économique et idée européenne. En effet, à travers des modalités différentes allant d’une union douanière à des ententes, il s’agissait de bâtir une Europe pacifiée par des économies intégrées12. Cette conviction d’une intégration jugée inéluctable des économies européennes se prolonge durant les années trente et nourrit le pacifisme d’essence économique défendu par L’État moderne ou les Nouveaux Cahiers qui dessinent alors une constellation dans laquelle voisinent ingénieurs, syndicalistes et personnalités radicales (Paul Elbel), certains socialistes (Charles Spinasse) n’en étant guère éloignés. Sur des registres variés, ces différents auteurs s’accordent une donnée fondamentale : la guerre ne pourrait survenir que pour des raisons économiques et la « paix économique » doit donc être le préalable de la paix internationale.

  • 13 P. Valentin, « Il faut organiser la paix », dans Les Nouveaux Cahiers, no 2, 1er avril 1937, p. 2- (...)
  • 14 A. Detoeuf, Les Nouveaux Cahiers, no 22, 1er avril 1938, p. 1 et p. 3.
  • 15 Elle est publiée dans le numéro 32 (1er-15 octobre 1938) p. 20. Voisinent à côté de Barnaud et de (...)
  • 16 Le programme intitulé « les conditions de la paix » publié dans le no 40 (1er mars 1939) a rassemb (...)

7Ainsi, dans un première « étude » sur la question de la paix, et qui a valeur de « programme », P. Valentin reprend sous le titre « Il faut organiser la paix » des idées très classiques sur le développement de certains services de la Société des Nations - notamment le Bureau international du Travail - et sur la nécessité de promouvoir des ententes internationales13. Un changement se profile cependant par rapport aux discours des années vingt. Certes, la conviction d’un retard économique de la France est toujours de mise mais elle se double à présent d’une affirmation de son infériorité par rapport à l’Allemagne : les rédacteurs des Nouveaux Cahiers entendent expliquer à leurs contemporains que la France dorénavant n’est plus une grande puissance et qu’elle doit à présent faire la politique extérieure de sa démographie. Ainsi, dans un article intitulé « Blasphèmes » et publié au lendemain de l’Anschluss, Auguste Detoeuf exhorte ses lecteurs à ne plus se « leurre [r] » : « La France n’est pas à la taille de l’idée que nous voulons donner de la France ». La recommandation est donc brutale : « Ayons le courage de choisir le seul parti que nous puissions prendre, celui de rester une France. Une France plus modeste et peut-être sur le plan matériel, plus grande sur le plan intellectuel et moral [...] Au regard de la force matérielle, nous serons ainsi ce que nous sommes : un pays de second ordre »14. Ce texte, qui suscite un véritable tollé, notamment après que l’essayiste britannique Montgomery Belgion l’a repris dans un ouvrage intitulé News of the french publié en octobre 1938 est un marqueur essentiel du pacifisme des Nouveaux Cahiers, qui renvoie d’ailleurs aux publicités faites dans la revue (Feuilles libres de la Quinzaine) et permet de comprendre l’éventail des soutiens dont ces hommes disposent et que l’on peut mesurer à travers la liste des signataires de son « appel » du septembre 193815 ou de la publication de la liste des participants à ses réunions16.

  • 17 R. Giraud, « Le rapport Van Zeeland base d’un effort constructif européen », dans L'état moderne, (...)
  • 18 Dr. F. Cornelissen, « La mise en valeur en commun des colonies et pays neufs, rapport général des (...)
  • 19 R. Giraud, « Après Munich... », dans L’état moderne, décembre 1938, p. 265.
  • 20 Ce petit livre de 128 pages est publié dans les numéros de février, mars, avril, mai, juin 1939.
  • 21 P. Causel, « Un projet d’échanges internationaux », dans L'état moderne, juillet 1939, p. 10-18. D (...)
  • 22 H. Clerc, « L’indispensable réorganisation de l’économie européen », dans L’état moderne, août-sep (...)

8Les dirigeants de L’État moderne ou des Nouveaux Cahiers ne se contentent cependant pas de reprendre des vues classiques sur le pacifisme mais, fidèles à leur démarche constructive, essaient de bâtir un programme de propositions. L’État moderne s’en est préoccupé avant comme après Munich. Ainsi, consacrant son numéro d’août-septembre 1938 à l’avenir de l’Europe, la revue s’est efforcée de diffuser, par la plume de son collaborateur René Giraud, le rapport Van Zeeland, qui proposait la « signature d’un pacte de collaboration économique [...] ouvert à tous »17 ou les projets du Comité d’union économique et douanière européenne proposant d’internationaliser la mise en valeur des « pays neufs » ou des colonies18. Au lendemain de Munich, si la déception reste grande alors que selon René Giraud (qui reprend à son compte une formule de Joseph Caillaux), il aurait fallu « greffer [...] un internationalisme sur les nationalismes économiques appelés de la sorte à s’effondrer par pans »19, la revue reste fidèle à sa ligne pacifiste (en invitant notamment Marcel Déat à présider le banquet de la revue au printemps 1939) et continue de creuser son sillon à la recherche des voies d’une paix obtenue par la rénovation de l’économie mondiale. Alors que René Giraud publie en feuilleton dans la revue un ouvrage intitulé Les deux étapes d’une reprise économique (il s’agit pour lui de « discipliner la monnaie » et d’« organiser les échanges »20), la revue offre notamment à ses lecteurs un dossier sur l’organisation des échanges internationaux dans lequel Pierre Causel propose la création d’un Office de compensations plurilatérales de produits et services21 tandis qu’Henri Clerc pose les jalons d’une conférence internationale sur les matières premières dont l’échec signifierait « sûrement le signal de la guerre » et l’objectif affiché « d’assurer à l’Allemagne, à l’Italie et à d’autres pays, tels la Pologne, des moyens d’approvisionnement en matières premières suffisantes pour que le standard de vie de ces peuples soit amélioré de façon durable »22.

  • 23 Les Nouveaux Cahiers, no 40, 1er mars 1939, p. 2.
  • 24 Ibid., p. 4-7.
  • 25 Ibid., p. 7-10.
  • 26 Cité dans F. Perthuis, Auguste Detoeuf 1883-1947 ou l’ingénieur de l’impossible paix, Paris, IEP, (...)
  • 27 Ibid., p. 64-65.
  • 28 A. P. Valentin, « Conditions de la paix », dans Les Nouveaux Cahiers, no 51, 1er novembre 1939, p. (...)

9La question de la relation entre économie et paix soucie également beaucoup les dirigeants des Nouveaux Cahiers qui, en 1939-1940, lui consacrent trois numéros : « Les conditions économiques de la paix » (1er mars 1939), « L’Europe de demain » (1er novembre 1939), « Les conditions de la paix » (1er janvier 1940). Convaincus que par principe « si la guerre est possible, la paix l’est aussi » et que « jusqu’au moment où la guerre déchire tout, la paix est possible »23, le programme des Nouveaux Cahiers s’articule autour d’un triptyque : « 1. Organisation économique assurant à chaque nation subsistance et travail, 2. Limitation et contrôle des armements, 3. Règlement d’ensemble par voie de négociations des litiges en cours (guerre d’Espagne, question juive, régime colonial) ». Privilégiée par le groupement, l’organisation économique à mettre en œuvre n’est pas très éloignée des projets de L'État moderne : « le passage sans chômage d’une économie de guerre à une économie de paix » et « une réouverture progressive des frontières au commerce international qui permette à tous les pays de se ravitailler en matières premières et en produits agricoles ». Concrètement, deux modalités sont envisagées : un programme de « travaux internationaux »24 de 400 à 500 milliards de francs dans un délai de 5 à 6 ans (construction de logements, d’infrastructures d’équipements) et un « régime commercial nouveau »25. L’optique pacifiste se conjugue ici avec la volonté de ne pas couper les ponts avec l’Allemagne et un engagement européen prononcé. Si la conjoncture internationale évolue, le discours des acteurs ne change guère. Au lendemain de l’arrivée d’Hitler au pouvoir, Auguste Detoeuf expliquait déjà à ses auditeurs de l’École libre des Sciences politiques que les choix étaient limités : « Il faut renoncer à toute coopération économique, accepter le désordre, l’autarcie dans les mots et l’anarchie dans les faits, la prolongation indéfinie de l’incertitude et du désespoir, ou s’entendre économiquement avec l’Allemagne »26. Le 12 février 1937, à l’occasion d’un discours prononcé à la Chambre internationale de commerce de Berlin, Auguste Detoeuf réaffirmait l’indissolubilité des notions de paix et d’économie : « sans une vraie atmosphère de paix, il n’y a pas de solution à la question de la relance des échanges commerciaux entre la France et l’Allemagne »27. Cette volonté de rapprochement économique (qui passe aussi chez Detoeuf par une admiration prononcée sur certaines réformes entreprises outre-Rhin, notamment en matière de comptabilité) est inséparable d’une vocation européenne affichée par les hommes des Nouveaux Cahiers. A. P. Valentin explique ainsi que les réformes projetées doivent être envisagées comme « un but à présenter, dès maintenant, à l’imagination des peuples, comme étant le moyen véritable de réaliser cette paix. Et nous pouvons poser comme conditions des mesures telles que la suppression progressive des barrières douanières à l’intérieur de l’Europe, l’exploitation en commun de certains moyens de production ou de transport qui conduiront à ce régime et permettront de le préparer »28.

10Si chez les technocrates, la question extérieure est au cœur de leur conception de la paix durant les années trente, cette dernière ne saurait être dissociée de la volonté de construire, à l’intérieur des sociétés européenne une paix sociale qui est en quelque sorte le pendant de la paix internationale nécessaire. Des économies intégrées doivent, en effet, s’articuler dans leur esprit avec des sociétés pacifiées. Cependant, dans ce domaine comme précédemment, les aspirations des prophètes ne sont pas celles des administrateurs.

L’économie au service d’une paix sociale intérieure

La paix sociale prophétisée par la rupture avec le capitalisme et l’abondance pour tous

  • 29 J. Duboin, La grande révolution qui vient..., Les Éditions nouvelles, 1934, p. 65.

11Dominés par des figures comme l’ancien député cartelliste Jacques Duboin, Gustave Rodriques, un des piliers de la revue Nouvel Âge de Georges Valois ou certaines futures personnalités de la vie politique, le gaulliste Jean Nocher ou l’agronome René Dumont, les abondancistes, qui se situent résolument à gauche, entendent acclimater à la France les idées des technocrates américains. Ainsi, pour Jacques Duboin, la « technocracy » s’apparente à « une théorie nouvelle, à base scientifique »29 permettant de justifier à la fois le constat dressé et les mesures envisagées. Résumées sommairement, les thèses abondancistes s’articulent en quatre volets. La crise n’en serait pas une (comparée à celles du XIXe siècle) mais un bouleversement formidable et sans précédent. En second lieu, il paraît impensable que des hommes vivent dans la misère à l’heure d’une technique resplendissante qui peut permettre l’abondance pour tous ; en troisième lieu, il suffirait de mettre à bas le capitalisme et au contraire la technique au service de l’homme qui n’aurait plus à travailler (ou le moins possible) ; en dernier lieu, l’heure ne serait plus à la production (problème jugé dépassé) mais à la distribution.

  • 30 Citons à titre d’exemple L. Marlio qui dans son ouvrage intitulé Le sort du capitalisme, Flammario (...)

12Si de telles idées paraissent naïves, elles ne sont à l’époque nullement sans racines (le mouvement technocratique américain a fait des propositions comparables) ni sans impact (elles disposent avec des organes de presse comme La Grande Relève, Nouvel Âge ou des groupements comme les Jeunes ou Dynamo) de relais non négligeables. Oubliées aujourd’hui, ces idées sont à l’époque commentées (et réfutées) par les économistes, universitaires comme praticiens30. Elles sont également importantes à prendre en compte pour saisir les divergences de points de vue des technocrates sur le sujet, les prophètes ne formant nullement un groupe homogène à cet égard, au point que Jean Coutrot et son « humanisme économique » sont violemment pris à partie par les abonadantistes qui en dénoncent le caractère réformiste. Il est vrai que dans cette matière, Jean Coutrot est assez proche des administrateurs et qu’il souhaite, à l’instar des dirigeants des Nouveaux Cahiers, voir la France entrer dans une économie régie par la concertation.

La paix sociale via l’économie concertée : une réforme graduelle du capitalisme inspirée de l’expérience suédoise

  • 31 F. Perthuis, op. cit., p. 84.
  • 32 L’état moderne consacre ainsi dans non numéro de mars 1938 une courte note intitulée « Les Rapport (...)
  • 33 Auguste Detoeuf avait fait venir ensemble le directeur de la Confédération des employeurs, Gustav (...)
  • 34 H. Bouché, « Pontigny et la vie syndicale française », dans Nouveaux Cahiers, no 29, 15 août 1938, (...)
  • 35 A. Detoeuf, « Extraits de l’allocution prononcée à la clôture des Entretiens de Pontigny », dans N (...)
  • 36 G. Lamirand, « Après la grève générale », dans Nouveaux Cahiers, no 37, p. 5.

13Les Nouveaux Cahiers ont joué un rôle de premier ordre dans l’introduction du modèle suédois en France, que ce soit par le biais des contacts pris par Detoeuf, dès mars 193831, la diffusion de l’ouvrage de l’ingénieur Paul Planus, Patrons et ouvriers en Suède (préfacé par Detoeuf) commenté avantageusement dans les milieux techniciens32 ou par l’organisation à Pontigny, sous l’égide d’Auguste Detoeuf et de Rolf Nordling qui en a dirigé les débats, des Entretiens franco-suédois (25-26-27 juin 1938)33. Deux éléments permettent de comprendre cet engouement pour la situation suédoise. En premier lieu, une volonté d’organisation et de rationalisation du social que résume Henri Bouché en constatant « qu’à cette heure, la violence et l’incompréhension, d’où qu’elles viennent, risquent de prélever sur nos ressources un tribut trop lourd pour nos disponibilités actuelles ». Pour parer au danger de « glisser à la dictature », il faudrait donc « un effort honnête et obstiné pour dégager et mettre en œuvre les méthodes non violentes de la conciliation et de l’ajustement sans compromission ; il faut vivre syndicalement »34. Un second élément doit être pris en considération, la possibilité donnée par ce modèle de « solutions passagères aux problèmes que nous regardons comme insolubles »35, sachant que les hommes des Nouveaux Cahiers, à l’instar de Georges Lamirand, raisonnent par analogie en comparant la France de 1936 à la Suède des années 1908-1909. En effet, dans une conférence célèbre prononcée le 22 décembre 1938 à la Société de Géographie, Georges Lamirand constatait que « toutes proportions gardées, nous nous trouvons en France dans une position sensiblement identique à celle des Suédois en 1909 »36.

  • 37 Les années trente n’en sont pas moins une période importante et un terrain fertile pour les « chan (...)

14Il est difficile d’apprécier la portée de ces entretiens franco-suédois dont on pourrait facilement faire un ancêtre de la politique contractuelle. Cela étant, l’impact de ces Entretiens (qui font l’objet d’un reportage remarqué dans Paris Soir) et les polémiques qu’ils déchaînent dans L'Humanité, Nouvel Âge ou L’École Émancipée illustrent à la fois l’importance de leur audience mais également les blocages que rencontre alors l’idée d’organiser les relations sociales en France autour de l’idée de conventions37. Toutefois, le profil des soutiens doit être relevé car on y trouve les éléments les plus dynamiques des cégétistes anticommunistes issus de Syndicats. Il paraît clair que s’esquisse dès lors un accord de fond entre cette aile du syndicalisme et ces milieux technocratiques.

Conclusion

  • 38 Sur ce point se reporter à P. Fridenson, « Les entreprises automobiles sous l’Occupation », dans O (...)
  • 39 Se reporter au récit qu’en propose A. Speer dans son ouvrage Au coeur du Troisième Reich, Fayard, (...)

15Cette communication permet de prendre la mesure de la complexité de la notion de paix dans la France des années trente, qui ne se limite ni aux questions internationales ni à l’enjeu du classique du pacifisme, envisagé ordinairement sous un angle proprement politique et dominé par la question de l’antifascisme. La prise en compte de l’exemple des milieux technocratiques permet de montrer un point de vue original sur cette question, tant pour ce qui concerne les racines du pacifisme que les prolongements attendus à l’échelle européenne comme à celle de la France de relations internationales et de relations sociales pacifiées. Ces deux idées forces sont essentielles à prendre en compte pour saisir leurs prolongements sous l’Occupation et ce d’autant que des technocrates en vue des années trente occupent des postes clé en matière économique, qu’il s’agisse de postes ministériels (Jacques Barnaud, Jean Bichelonne) ou de la directions d’organismes (Comités d’organisation – où l’on retrouve Detoeuf à la tête de celui de l’Electricité - ou Comité interprofessionnel – dominé par la figure de Gérard Bardet, fondateur d’X-Crise -). Ainsi, certains aspects des relations économiques franco-allemandes sous l’Occupation, notamment au niveau des élites économiques, se comprennent mal si on néglige les liens tissés antérieurement ou les convergences existant au niveau de certains décideurs. De la création d’un Comité européen de l’Automobile (germano-franco-italien) en 194138 aux visions prophétiques esquissées par Albert Speer et Jean Bichelonne lors de leur rencontre de septembre 194339, on retrouve des convergences réelles entre technocrates des différents pays quant à leur souci de créer une économie européenne et intégrée, au service d’une paix qui est alors une paix allemande. Cette continuité en matière de relations économiques internationales se retrouve en matière de relations sociales. En effet, la convergence soulignée entre l’aile réformiste du syndicalisme et un patronat modernisateur se retrouve à Vichy via la présence, en 1940 de René Belin à la tête du ministère de la Production industrielle ou à l’occasion des débats sur la Charte du Travail où ce pôle modernisateur est directement opposé à des traditionalistes dépourvus de solutions de rechange opératoires.

Notes

1 Sur ce point, se reporter à M. S. Alexander, « À bas les Marchands de canons ! Efforts to control the private manufacture and trade in arms in France during the 1930’s », dans M. Vaïsse dir., Le pacifisme en Europe des années 1920 aux années 1950, Bruylant, 1993, notamment p. 289-291.

2 E. Bougoüin et P. Lenoir, La Finance internationale et la guerre d’Espagne, Centre d’études de « Paix et démocratie », Paris, 1938, p. 2.

3 Outre les travaux classiques sur le sujet de M. Anderson, « The myth of the « two hundred families », dans Political Studies, volume XIII, juin 1965, p. 163-178) ou de P. Birnbaum, Le peuple et les gros, Grasset, 1979, signalons l’étude récente de D. L. L. Parry, « Articulating the third Republic by conspiracy theory », dans European History Quaterly, vol 28 (2), 1998. Voir notamment, p. 173-174.

4 Nous nous permettons de renvoyer à notre contribution « Les technocrates : archéologie d’un concept, généalogie d’un groupe social », dans O. Dard, J.-C. Daumas, F. Marcot éd., L’Occupation, l’Etat, français et les entreprises, actes du colloque tenu à Besançon les 24-26 mars 1999, Association pour le développement de l’histoire économique, 2000, p. 213-227.

5 Pour ce qui concerne Jean Coutrot, nous nous permettons de renvoyer à notre ouvrage Jean Contrat de l’ingénieur au prophète, Presses universitaires franc-comtoises, 1999. Ajoutons sur la question des prophètes une double précision. Les prophètes ne forment pas un ensemble homogène puisque les abondancistes, seuls disciples authentiques de la « technocracy » américaine et chantres d’une société nouvelle qui aurait aboli le capitalisme et serait régérée par la technique porteuse d’abondance pour tous n’ont guère à voir avec les « coutrotiens », (qu’ils détestent), mû de leur côté par des finalités philosophiques et soucieux d’explorer les voies d’une épistémologie nouvelle et d’un nouveau rationalisme. Par ailleurs, si les abondancistes forment un monde à part, Jean Coutrot et ses amis continuent d’entretenir, tout au long de la période des relations avec le monde des administrateurs.

6 M. Bilis, Socialistes et pacifistes 1933-1939 ou l’impossible dilemme des socialistes français, Paris, Syros, 1979, p. 293.

7 Y. Lacaze, L’opinion française et la crise de Munich, Berne, Peter Lang, p. 361-362 et p. 485-494.

8 S. Schirmann, Les relations économiques et financières franco-allemandes 1932-1939, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1995 (chapitre XIX, p. 225-236). Se reporter également sur ce point à G. Dutter, « Doing business with the nazis : french economic relations with Germany under the popular Front », dans Journal of Modem history, 63, juin 1991, p. 296-326 et du même auteur à une étude comparable sur le cas de l’Italie fasciste, « Doing business with the fascists : french economic relations with Italy under the popular Front », dans French history, volume IV, number 2, juin 1990, p. 174-198.

9 Sur la question du pacifisme de Louis Renault et de ses rencontres avec Hitler de 1935 et de 1939, se reporter à E. Chadeau, Louis Renault, Plon, 1998, p. 102-103 et p. 152-157.

10 Voir O. Dard, Jean Coutrot de l’ingénieur au prophète, op. cit., p. 243.

11 Cette citation est extraite d’un texte intitulé « Nos préoccupations », procès-verbal non daté d’une réunion du conseil du CPEE (elle s’est tenue au printemps ou au début de l’été 1939). Voir sur ce point O. Dard, Jean Coutrot, de l'ingénieur au prophète, op. cit., p. 326.

12 Sur ces perspectives se reporter notamment aux travaux d’E. Bussière, La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe, 1918-1935, Comité d’histoire économique et financière de la France, 1992 et à L. Badel, Un milieu libéral et européen, Le grand commerce français 1925-1948, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1999.

13 P. Valentin, « Il faut organiser la paix », dans Les Nouveaux Cahiers, no 2, 1er avril 1937, p. 2-4.

14 A. Detoeuf, Les Nouveaux Cahiers, no 22, 1er avril 1938, p. 1 et p. 3.

15 Elle est publiée dans le numéro 32 (1er-15 octobre 1938) p. 20. Voisinent à côté de Barnaud et de Detoeuf, Alain, Michel Alexandre, Jules Isaac, Jean Giono, François Mauriac, Jean Jardin, Joseph Caillaux ou André Philip. On n’y trouve en revanche aucun des dirigeants du CPEE.

16 Le programme intitulé « les conditions de la paix » publié dans le no 40 (1er mars 1939) a rassemblé des hommes venus de l’Ordre nouveau (Robert Aron, Xavier de Lignac), Gaston Bergery et des marxistes en rupture de ban (Lucien Laurat, Boris Souvarine).

17 R. Giraud, « Le rapport Van Zeeland base d’un effort constructif européen », dans L'état moderne, août-septembre 1938, p. 67-71.

18 Dr. F. Cornelissen, « La mise en valeur en commun des colonies et pays neufs, rapport général des travaux de la commission des colonies du comité français d’organisation européenne », dans L’état moderne, août-septembre 1938, p. 74-95.

19 R. Giraud, « Après Munich... », dans L’état moderne, décembre 1938, p. 265.

20 Ce petit livre de 128 pages est publié dans les numéros de février, mars, avril, mai, juin 1939.

21 P. Causel, « Un projet d’échanges internationaux », dans L'état moderne, juillet 1939, p. 10-18. Dans les simulations proposées, seules la France, la Grande-Bretagne et la Belgique sont concernées.

22 H. Clerc, « L’indispensable réorganisation de l’économie européen », dans L’état moderne, août-septembre 1939, p. 85. Les termes en italique le sont dans le texte originel.

23 Les Nouveaux Cahiers, no 40, 1er mars 1939, p. 2.

24 Ibid., p. 4-7.

25 Ibid., p. 7-10.

26 Cité dans F. Perthuis, Auguste Detoeuf 1883-1947 ou l’ingénieur de l’impossible paix, Paris, IEP, DEA d’histoire du XXe siècle, 1990, p. 65 (la citation comme la suivante est extraite des archives privées de Detoeuf conservées par la famille).

27 Ibid., p. 64-65.

28 A. P. Valentin, « Conditions de la paix », dans Les Nouveaux Cahiers, no 51, 1er novembre 1939, p. 5.

29 J. Duboin, La grande révolution qui vient..., Les Éditions nouvelles, 1934, p. 65.

30 Citons à titre d’exemple L. Marlio qui dans son ouvrage intitulé Le sort du capitalisme, Flammarion, 1938, réfute (p. 128) le « mythe de la justice distributive ».

31 F. Perthuis, op. cit., p. 84.

32 L’état moderne consacre ainsi dans non numéro de mars 1938 une courte note intitulée « Les Rapports entre patrons et ouvriers en Suède » qui loue « l’étude très objective » de Paul Planus (p. 179) qui rend compte de l’ouvrage et d’une conférence prononcée par Paul Planus devant le Comité national d’organisation française le 20 janvier 1938.

33 Auguste Detoeuf avait fait venir ensemble le directeur de la Confédération des employeurs, Gustav Söderlund et celui de la Confédération ouvrière, August Linberg afin de montrer aux Français présents qu’une entente entre partenaires sociaux était possible et souhaitable. Cette expérience a marqué Rolf Nordling qui ne manque pas de la rappeler dans l’introduction de son ouvrage Suède Socialiste et libre entreprise (préface de Louis Armand), Fayard-Mame, 1970, p. 16. Voir également le récit proposé par R. Nordling et G. Lefranc, « La rencontre franco-suédoise de Pontigny en 1938 », dans Paul Desjardins et les décades de Pontigny. Études, témoignages et documents inédits, présentés par A. Heurgon-Desjardins, Paris, PUF, 1964.

34 H. Bouché, « Pontigny et la vie syndicale française », dans Nouveaux Cahiers, no 29, 15 août 1938, p. 7.

35 A. Detoeuf, « Extraits de l’allocution prononcée à la clôture des Entretiens de Pontigny », dans Nouveaux Cahiers, no 29, p. 15.

36 G. Lamirand, « Après la grève générale », dans Nouveaux Cahiers, no 37, p. 5.

37 Les années trente n’en sont pas moins une période importante et un terrain fertile pour les « chantiers de la paix sociale » qui se construisent alors selon différentes modalités ainsi que le montre l’ouvrage co-dirigé par Y. Cohen et R. Baudouï, Des chantiers de la paix sociale (1900-1940), ENS, Éditions Fontenay-Saint-Cloud, 1995. Alain Dewerpe a ainsi pu identifier pour les années 1936-1946 ce qu’il appelle le passage à une « tutelle conventionnelle » (A. Dewerpe, « Conventions patronales. L’impératif de justifications dans les politiques sociales des patronats français (1800-1936) », dans S. Schweitzer dir., Logiques d’entreprises et politiques sociales, Les chemins de la recherche, n° 18, programme Rhône-Alpes. Recherches en sciences humaines, 1993, p. 60. Ajoutons enfin, le rôle joué dans cette mutation du social par le Conseil national économique (A. Chatriot, De Conseil national économique (1925-1940) ou la représentation du monde social, Paris, EHESS, mémoire de DEA d’histoire, 1998, notamment p. 93-106).

38 Sur ce point se reporter à P. Fridenson, « Les entreprises automobiles sous l’Occupation », dans O. Dard, J.-Cl. Daumas, F. Marcot éd., L’Occupation, l’État, français et les entreprises, op. cit., p. 329. Ce comité visait notamment à harmoniser les types de véhicules, rapprocher les codes de la route et à créer un réseau autouroutier paneuropéen.

39 Se reporter au récit qu’en propose A. Speer dans son ouvrage Au coeur du Troisième Reich, Fayard, 1971, p. 440-443.

Auteur

Université de Besançon

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540