Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idée de paix en France et ses représentations au xxe siècle

 | 
Alain-René Michel
, 
Robert Vandenbussche

I - La paix par la solidarité internationale

Pour une paix armée : l’idée de paix chez Paul Reynaud dans les années 30

Thibault Tellier

Texte intégral

1Dans les années 20, Paul Reynaud s'était déjà fortement intéressé à la question de la paix entre la France et l'Allemagne en proposant un règlement original de la question des Réparations.

  • 1 Revue hebdomadaire, juillet 1924.

2En même temps, et alors que le pacifisme est très présent dans la société française ainsi qu'au Parlement, Paul Reynaud réunit déjà au sein d'une seule et unique problématique le désir légitime de la France de conserver la paix et la nécessité pour cela de garder une puissance militaire opérationnelle suffisante. En 1924, il publie à cet effet dans la Revue hebdomadaire1 un article particulièrement représentatif de ce que nous avons appelé sa volonté de « paix armée ». Cet article s'intitule : « Avons-nous l'armée de nos besoins ou l'armée de nos habitudes ? ». Le point de départ de sa réflexion porte sur le fait que l'on ne peut envisager la doctrine militaire française du seul point de vue de la promesse allemande de ne pas réarmer conformément aux traités de paix. Deux conséquences pratiques à cela : d'une part, il faut se démarquer de l'allié britannique pour qui toute initiative en matière militaire revient à préparer la guerre, d'autre part, la France doit apprendre à se défendre seule car l'alliance anglo-américano-belge telle qu'elle se présente à la fin de la guerre n'est qu'une alliance de circonstance. Désormais, c'est bien seule que la France doit se prémunir contre une éventuelle nouvelle agression allemande. C'est donc pour cela qu'il prône l'urgence d'une réforme militaire capable de transformer l'armée défensive, celle des « habitudes », en une armée offensive, celle des « besoins ». Selon lui, le risque de guerre est encore trop présent pour tenter de se découvrir. D'ailleurs, dans le même article, il n'hésite pas à poser la question de savoir si un jour peut-être, « l'Allemagne, armée de nouveau, commencera-t-elle par détruire la Pologne pour tendre, par dessus son cadavre, la main à l'armée rouge ? ».

  • 2 Quoiqu'il ait omis de le dire dans ses Mémoires, Paul Reynaud a bien été en 1925 un partisan du pa (...)

3Partisan sincère de la paix, il se déclarera également en faveur de Locarno2

4L'arrivée d'Hitler au pouvoir en Allemagne en 1933 et les conséquences qui en découlent pour le maintien de la paix en Europe, le forcent à évoluer dans ses prises de positions à l'égard de l'ancien adversaire de la France. Dès lors, il n'aura de cesse que de brandir la menace que constitue de son point de vue la politique allemande pour la garantie de la paix européenne. Il n'envisage qu'une seule hypothèse : la France doit être suffisamment forte du point de vue militaire pour résister aux nouvelles tentatives hégémoniques du Reich. La paix oui, mais une paix armée.

5Notre problématique est donc la suivante : comment Paul Reynaud peut-il associer étroitement son désir de voir la paix maintenue au nécessaire effort de redressement que la France doit mener en matière militaire ? Quels sont par ailleurs les éléments qui l'ont déterminé à délaisser, même pour un temps donné, l'idée de paix au profit d'une guerre nécessaire pour vaincre les véritables adversaires de la paix et ainsi pouvoir faire triompher justement cet idéal ?

6Dans cette perspective, l’exposé est divisé en trois parties. Il est tout d'abord question de la position de Paul Reynaud face au souhait de désarmement qui se fait jour en 1933. Il met en effet en garde la France contre tout risque de désarmement alors que la volonté allemande à cet égard n'est pas encore, de son point de vue, suffisamment déterminée. Une seconde partie est consacrée à sa conception de mise en œuvre de cette paix armée. Deux exemples permettent d'y répondre : sa proposition de réforme de l'outil militaire en 1935 et la même année, ses prises de position dans le conflit qui oppose l'Italie à l'Éthiopie.

7Enfin, nous étudierons quelques unes de ses principales interventions entre 1936 et 1938 pour dénoncer le péril militaire allemand et inciter la France à, elle aussi, préparer la prochaine guerre qui apparaît de plus en plus inévitable. Durant cette période, il estimera en effet que la paix doit être mise entre parenthèses pour un certain temps.

Paul reynaud opposé à un désarmement non garanti

8L'arrivée d'Adolf Hitler au pouvoir en Allemagne au début de l'année 1933 le renforce dans sa conviction qu'il faut se garder de tout optimisme excessif à l'égard des initiatives en faveur de la paix proposées par l'Allemagne.

  • 3 Dans une interview au journal Le Temps parue le 2 avril 1933, le député de Paris déclarait : « Les (...)
  • 4 Compte rendu paru dans La Liberté, 8 mai 1933.

9Dès l'arrivée du nouveau chancelier au pouvoir, Paul Reynaud s'inquiète en effet du danger que représente, sur le plan militaire, le nouveau régime pour le maintien de la paix. Sa dénonciation du caractère raciste du nouveau régime est en revanche un peu plus tardive. À cette date, c'est encore le rapport de force militaire entre les deux nations qui prévaut chez Paul Reynaud3. C'est la raison pour laquelle, lorsque Mussolini propose en mars 1933 un accord des quatre grandes puissances européennes en vue du désarmement, il se montre tout à fait sceptique. Comme il a déjà pu le dire, la France, si elle veut rester en paix avec son voisin, ne peut procéder au désarmement avant de s'être assurée des réelles intentions de l'Allemagne. Il explique donc qu'il ne croit pas aux intentions pacifiques de l'Allemagne. Le 7 mai 1933, à Marseille, en réponse au discours du président du Conseil Édouard Daladier à Orange le 25 avril qui a été entièrement consacré à la politique extérieure, il affirme qu'au contraire, de son point de vue, « Il est maintenant manifeste que le gouvernement hitlérien est décidé à réarmer et qu'il cherche seulement à Genève une couverture juridique [...] Quant à la proposition de désarmer, la seule réponse à faire est un « non » calme et bien articulé. Certes nous restons fidèles à l'idéal européen d'organisation de la paix. Mais nous pensons qu'en politique il faut d'abord admettre les faits. Amener la guerre, un jour prochain peut-être, par notre désarmement, sous le prétexte qu'il faut éviter de la faire naître plus tard par la course aux armements : profonde politique en vérité »4.

10Pour Paul Reynaud, il convient d'être vigilant, et surtout ne pas se laisser impressionner par le déploiement de force opéré outre-Rhin. Dans son édition du 7 février 1934, le journal Le Temps rend compte d'une réunion du cercle d'études politiques de l'Alliance démocratique sur le thème « Où va la jeunesse allemande ? ». À cette occasion, Paul Reynaud a déclaré : « Qu'il y ait dans l'hitlérisme comme dans le fascisme un sentiment de solidarité, d'enthousiasme collectif des jeunes gens de toutes classes, ce n'est pas douteux et c'est en soi fort sympathique. Mais derrière ce mouvement de la jeunesse allemande qui vous a séduit, et je le comprends, il y a l'Allemagne qui reprend sa politique traditionnelle avec cette circonstance aggravante qu'étant au premier rang des pays industriels d'Europe, elle est frappée par la restriction des marchés lointains et par la concurrence de l'extrême - Asie, ce qui la rendra chaque jour plus âpre dans l'expression de ce qu'elle appelle « son besoin d'espace ». L'Allemagne redevient, selon lui, une menace pour la paix ; une nouvelle guerre est tout à fait envisageable si la France ne sait pas prendre les dispositions nécessaires pour préserver la paix.

11Pour cela, deux conditions. D'une part, la nécessaire mobilisation industrielle de la France : « La prochaine guerre, s'il y en a une, peut être longue., explique-t-il. La puissance industrielle des belligérants sera un des facteurs décisifs de la victoire. Nous sommes handicapés sur ce point. C'est une considération qui nous pousse à ne rien négliger, à ne rien écarter de parti pris ». D'autre part, le renforcement de l'alliance avec l'Angleterre car si la France veut pouvoir faire face à l'Allemagne, elle ne peut l'envisager seule mais en collaboration avec les démocraties anglo-saxonnes. Mais là aussi, pour Paul Reynaud, il s'agit plus d'une contribution efficace au maintien de la paix que d'une véritable préparation à la guerre. Pour lui, en effet, « Si la France, l'Amérique et l'Angleterre savent se mettre d'accord, il n'y aura pas de guerre ».

12Au cours de l'année 1934, Paul Reynaud intervient nettement moins dans les débats concernant la paix. Depuis le mois de juin, il s'est en effet engagé dans le combat en faveur de la dévaluation et celui-ci l'accapare presque totalement. Mais l'actualité va le rattraper, en particulier concernant la crise diplomatique née de l'agression italienne contre l'Éthiopie. Mais un autre élément est ici aussi déterminant : son engagement en faveur d'une réforme de la stratégie militaire. Là aussi, le but est clairement avoué : si la France veut garantir la paix, elle doit pour cela disposer d'un armement suffisamment dissuasif et surtout doit bénéficier d'un renouvellement des doctrines, qu’il faut adapter à la situation nouvelle.

Un outil militaire plus efficace au service de la défense de la paix

  • 5 Ce qui conduirait, selon Charles de Gaulle, à s'orienter vers l'armée de métier. Terme que Paul Re (...)

13Après sa rencontre, en décembre 1934, avec le colonel de Gaulle, Paul Reynaud a accepté de défendre les thèses de ce dernier à la Chambre. Sa première intervention date de mars 1935 et le combat qu'il entreprend se poursuivra durant deux années sans que, pour autant, il n'obtienne gain de cause sur le fond, c'est-à-dire la création d'un corps spécialisé de 100 000 professionnels intégrés dans des unités blindées. L'esprit du projet est pourtant simple à comprendre. Pour faire face à la nouvelle stratégie militaire basée sur l'offensive qui se met en place en Allemagne, la France doit faire de même5.

14La logique de cette proposition de réforme parait claire donc de prime abord. Il s'agit pour la France de se préparer à la guerre puisque l'Allemagne semble elle-même s'y préparer. Pourtant, de l'avis même de Paul Reynaud, et on peut y voir bien évidemment un paradoxe, il s'agit de créer les conditions favorables au maintien de la paix. Une nouvelle fois, il ne varie pas dans son raisonnement : c'est forte que la France saura maintenir la paix. Toutefois, un point sépare Reynaud de de Gaulle. Du point de vue de ce dernier, la force mécanique devrait agir dans le cadre de la Société des Nations, ce que n'envisage pas, pour sa part, le député de Paris.

  • 6 P. Barrès, Charles de Gaulle, Paris, Plon, 1944, p. 14-15.
  • 7 P. Reynaud, « La cause profonde de la guerre qui nous menace », La Liberté, 29 mars 1934.
  • 8 Le journal, 16 octobre 1937.

15Dans son ouvrage sur le général de Gaulle paru en 1944, Philippe Barrés relate une conversation qu'il eût au début de l'année 1936 avec Paul Reynaud au sujet du futur chef de la France libre. De retour d'un voyage en Allemagne, Paul Reynaud ne cache pas son amertume et livre son sentiment sur le vrai sens de la réforme qu'il défend avec de Gaulle : « Nous sommes d'accord, mais, voyez-vous, la France dort. Elle dort comme l'Angleterre, comme l'Amérique. L'image d'une guerre nouvelle lui répugne, l'ennuie, et elle aime mieux n'y pas croire que de consentir un grand effort pour l'écarter »6. Le principe est donc bien celui que nous venons d'évoquer : pour Paul Reynaud, il faut avant tout jouer la carte de la dissuasion pour favoriser le maintien de la paix. Preuve qu'il s'agit là d'une ligne directrice et non pas d'une déclaration isolée ; à plusieurs reprises, il évoque l'intérêt qu'il y aurait à rendre plus performant l'outil militaire français pour accroître les chances de paix. « Pour maintenir une paix imposée, il faut que le rapport de forces qui a permis de l'imposer ne soit pas modifié » avait-il déjà déclaré en mars 19347. Trois ans plus tard, alors que le contexte international s'est nettement assombri, il ne varie pourtant pas d'opinion. Lors d'un voyage qu'il fait à Vienne en 1937, il affirme de nouveau que la France a « la meilleure armée du monde, et que cette assurance était un gage de paix »8. Cette conception n'est toutefois pas reconnue comme telle, en particulier à gauche.

  • 9 Le Populaire, 17 mars 1935.

16En 1935, celle-ci apparaît encore, dans une très large mesure, partisane d'un pacifisme fort. L'intervention de Paul Reynaud à la Chambre le 15 mars demandant une réforme militaire pour permettre à la France de sauvegarder la paix est loin d'avoir convaincu les députés socialistes et communistes. Outre le danger qu'ils voient à mettre en place une armée de métier, ils accusent nettement le député de Paris de rechercher au contraire l'affrontement avec l'Allemagne, mettant ainsi, selon eux, volontairement en péril la paix : « M. Paul Reynaud veut une armée de métier. Il l'a dit ouvertement. Et sachant que toute augmentation des armements de la France provoquerait inévitablement une riposte de la part de l'Allemagne, il a néanmoins prêché ce surarmement. C'est grave. Et c'est d'autant plus grave que M. Paul Reynaud n'ignore nullement, que dans la course aux armements, la France ne peut pas lutter contre l'Allemagne dont le potentiel démographique et certainement aussi le potentiel industriel est de beaucoup supérieur » constate pour sa part Le Populaire9.

17La crise éthiopienne déclenchée en 1935 par l'agression italienne est également un bon exemple de l'idée de paix chez Paul Reynaud. Pour lui, seule une position ferme de la France dans cette affaire pourra contribuer au maintien de la paix. D'ailleurs, le titre qu'il donne à sa demande d'interpellation est tout à fait explicite : « La politique propre à assurer la paix, dans le maintien de la tradition française ».

18En décembre 1935, à la tribune de la Chambre, en réclamant des sanctions à l'égard de l'Italie, il invite le gouvernement alors dirigé par Pierre Laval à se montrer très ferme. Son raisonnement est simple : en agressant un pays indépendant, de surcroît membre de la SDN, l'Italie s'est rendue coupable d'avoir attenté à la paix générale. Il faut donc pour cela la sanctionner afin que le droit du plus fort ne devienne pas la règle commune mais qu'au contraire, le respect de l'idée de paix demeure au sein des relations internationales.

  • 10 Lettre de Paul Reynaud à Pierre Laval, 29 octobre 1935, Arch. nat., papiers Paul Reynaud, 74 AP 14

19Deux mois plus tôt, il avait d'ailleurs déjà à ce propos confié ses craintes dans une lettre adressée au chef du gouvernement de l'époque, Pierre Laval : « C'est dans un monde en pleine renaissance que nous assistons, aujourd'hui, à l'affaiblissement progressif de notre économie et que nous sommes menacés, pour demain, d'un effondrement monétaire avec toutes les conséquences qu'il comporte. Dans les circonstances extérieures actuelles, ce contraste m'effraie. Il faut arrêter la chute du potentiel de paix et de guerre de la France. Faute de quoi, la moindre des conséquences de notre inaction serait l'élection d'une Chambre de Front populaire »10.

  • 11 Journal officiel, ibid., séance du 27 décembre 1935, p. 2816.

20Dans son discours à la Chambre, il revient précisément sur sa conception de la paix telle qu'il l'envisage au regard de cette crise : après avoir rappelé que « l'obstacle à la guerre allemande, c'est l'entente entre l'Angleterre et la France », il réclame ici, comme dans le domaine militaire, un changement radical dans les options diplomatiques. De son point de vue, ce n'est qu'à ce prix que l'on pourra maintenir la paix face aux exigences des régimes dictatoriaux. Pour lui, les choses sont simples : « Nous avons le choix : d'un côté, c'est la tradition française, dont je vous rappelais qu'elle a des prolongements dans notre histoire ancienne, c'est l'idéal nouveau de la Société des nations. C'est la puissance colossale de l'Empire britannique, qui en est membre. Et de l'autre, c'est l'Italie, avec laquelle, je le répète, car je ne voudrais pas que ma pensée fût mal interprétée, nous sommes unis par des liens sentimentaux, mais dont toute la politique est dirigée contre l'idéal de la Société des nations et contre notre idéal à nous »11.

  • 12 Le pari a été réussi puisque sur les 850 000 lecteurs qui répondirent, 530 000 se déclarèrent part (...)

21Cette nouvelle intervention ne convainc toujours pas de sa sincérité à vouloir voir maintenue la paix. Cette fois, ce sont ses propres amis politiques qui l'accusent d'être un belliciste. Il est vrai que les partisans de Pierre Laval, avant l'intervention de Paul Reynaud, avaient déjà en quelque sorte, préparé le terrain. Claude Jeantet avait en effet écrit en parlant de Laval : « Sa diplomatie est éclairée par deux principes : il tient à la terre de France par toutes ses fibres de son être, mais son patriotisme ardent se concilie avec la mystique de la paix ». Le même quotidien, Le Petit Journal, avait également organisé un référendum auprès de ses lecteurs pour soutenir le président du Conseil que l'on savait hostile à toute sanction envers l'Italie. La consigne est claire : « Il faut que le nombre formidable des réponses soit la manifestation la plus éclatante de la volonté du peuple français de conserver la paix »12.

  • 13 Journal Officiel, ibid., séance du 28 décembre 1935, p. 2865.

22Au lendemain du discours de Paul Reynaud à la Chambre, la réaction du Journal des débats, journal conservateur, est ici significative. Il oppose en effet le discours de Paul Reynaud à celui de Pierre Laval dont il affirme qu'il est « le défenseur tenace d'une politique de paix qui a pour elle l'appui de la nation ». Laval lui-même, le lendemain de l'intervention de Paul Reynaud se défendit en expliquant qu'il était avant tout le défenseur de la paix : « Je suis trop attaché à la paix pour ne pas la souhaiter universelle et pour ne pas redouter sa fragilité. Je n'aurais pas donné mon acquiescement à une entreprise guerrière, même lointaine, sans mesurer les conséquences dramatiques qui pouvaient en résulter pour la paix de l'Europe et pour la sécurité de la France »13. A ce moment, l'isolement politique de Paul Reynaud est encore plus grand qu'au moment de son combat en faveur de la dévaluation, démarré un an plus tôt. Il est en effet accusé par ses propres amis politiques de vouloir remettre en cause la paix avec l'Italie, uniquement pour la défense d'un pays africain dont beaucoup estiment qu'il s'agissait là d'une juste revendication de la part des autorités italiennes.

  • 14 T. Maulnier, « Les masques de la guerre », Le Charivari, 4 janvier 1936.
  • 15 Ibid.,

23Certains intellectuels accusent également Paul Reynaud de vouloir attenter à la paix au nom d'intérêts qui ne concernent pas directement la France. C'est le cas, en particulier, de Thierry Maulnier qui, dans un article intitulé « Les masques de la guerre », écrit : « Pour conduire les jeunes Français au massacre, il s'est formé une coalition de forces sans précédent. Pour maintenir les sanctions, pour les accroître jusqu'à l'explosion inévitable, le pacifisme de ceux qui veulent le règne du droit s'unit au bellicisme de ceux qui veulent abattre le fascisme, l'impérialisme anglais à l'agitation révolutionnaire, le nationalisme à l'Internationale, M. Thorez à M. Paul Reynaud »14. De son point de vue, Paul Reynaud ne peut absolument pas parler de recherche de la paix, ici avec l'Italie, car il obéit à d'autres logiques qui sont aux antipodes de celle-ci comme il l'aurait, selon l'auteur de cet article, lui-même avoué lors de son intervention à la Chambre le 27 décembre 1935 : « En attendant, M. Paul Reynaud nous a rendu service. Il nous a montré en pleine lumière quelles forces secrètes, et pour quelles raisons inavouables, avaient épousé la querelle du Négus. L'impérialisme anglais, cherchant à abattre la puissance naissante de l'Italie ; la propagande communiste voulant venger l'échec subi par l'Internationale en 1922, pouvaient, à la rigueur, se couvrir du masque pacifiste. Ce faux désintéressement ne trompait que les niais. Mais il les trompait. M. Paul Reynaud ne peut tromper personne. Pour personne, M. Paul Reynaud n'a rien à voir avec le Droit ou la justice : aux yeux de tous, il représente, il ne représente que l'Argent »15. On le voit donc, au-delà de ses propres convictions, Paul Reynaud serait en quelque sorte un obstacle naturel à la paix, voire à l'idée de paix étant donné les intérêts particuliers qu'il sert. On retrouve ici un autre thème : la France de la paix contre l'Angleterre de la guerre. En choisissant la seconde option, Paul Reynaud s'est donc non seulement déclaré contre l'idée de paix mais a également trahi son pays et les convictions en faveur de la paix qui l'animent en servant les intérêts d'une puissance étrangère, de surcroît l'Angleterre.

  • 16 Journal officiel, ibid., 2e séance du 31 juillet 1936, p. 2306.

24Quelques semaines plus tard, l'intervention d'Hitler en Rhénanie donnait pourtant raison à Paul Reynaud contre les partisans du compromis qui pensaient ainsi éviter à la France une nouvelle guerre. Dans un discours prononcé en juillet 1936, Paul Reynaud revint d'ailleurs sur les conséquences de cet événement. Pour lui, une chose était certaine : loin d'avoir préservé la paix, la passivité de la France avait au contraire nui au désir légitime de paix qui anime le pays : « Si elle s'était produite, nous le savons, explique-t-il, il aurait reculé. Il perdait la face vis-à-vis de son peuple et vis-à-vis de l'Europe. L'espoir renaissait à Genève. La paix était brusquement consolidée ». Au contraire, il se devait de constater non sans amertume toutefois, que « le gouvernement français n'avait pas osé »16.

  • 17 P. Reynaud, « Le désespoir de Genève », dans L’indépendance belge, 16 juillet 1936, Arch. nat., 74 (...)

25L'épisode de mars 1936 marque indiscutablement un tournant décisif concernant les conceptions politiques de Paul Reynaud relatives à l'idée de paix. À partir de cette date, il ne croit en fait plus à la possibilité pour la France de préserver encore longtemps la paix avec l'Allemagne. Il estime en particulier que le système de sécurité collective sur lequel reposait la paix, est définitivement mort. D'ailleurs, durant l'été 1936, dans un grand quotidien belge, il fit paraître un article intitulé « Le désespoir de Genève » dans lequel il dressait un premier bilan des deux dernières crises auxquelles l'Europe venait d'être confrontée, à savoir la crise rhénane et la crise éthiopienne. La situation était désormais claire selon lui : « Les 180 millions d'Allemands, d'Italiens et de Japonais ont un idéal contraire à la SDN et, au service de leur idéal, ils mettent une ardeur, une fougue, un esprit de sacrifice supérieurs à ceux qui animent encore les partisans fidèles mais déprimés de Genève. Pendant que l'on dit à Genève : Marchons ! Marchons ! L'Allemagne marche. Elle marche de jour et de nuit. Toutes ses forces sont tournées vers la préparation de la guerre [...] En face de cette réalité, les discours ne peuvent rien. Toute la question est de savoir si les peuples qui veulent garder leur liberté sont capables d'un effort semblable à celui des peuples qui veulent les asservir »17.

26On le perçoit donc nettement ici : l'idée de paix chez Paul Reynaud en 1936 a fortement évolué. Il s'agit désormais moins de défendre la préservation de la paix que le droit des démocraties à demeurer libres face aux dictatures. Il faut donc inverser la tendance et revenir à une politique forte de la France. Cela veut dire qu'il faut accepter de mettre entre parenthèses l'idée de paix.

L'idée de paix entre parenthèses

  • 18 Journal officiel, ibid., 2e séance du 31 juillet 1936, p. 2306.

27La dernière référence importante concernant la paix que nous ayons trouvée chez Paul Reynaud remonte à la fin de l'année 1936. Encore en juillet 1936, dans un discours prononcé à la Chambre et intitulé « Avons-nous les moyens de notre politique extérieure », discours qui a déjà été évoqué, Paul Reynaud appelait à faire la différence, non pas entre les peuples qui veulent la paix et ceux qui veulent la guerre, mais entre « les peuples qui s'arment pour attaquer et les peuples qui s'arment pour se défendre »18. La France devait donc continuer à apparaître comme le défenseur de la paix, mais précisément, au vu des circonstances, se devait également d'être prête à combattre pour la protéger. Les formules employées cette fois quelques mois plus tard montrent que désormais, pour Paul Reynaud, l'idée de paix doit être remise à plus tard étant donnée la propre évolution de l'Italie et de l'Allemagne, principaux obstacles à cet idéal de paix.

  • 19 Compte rendu paru dans L'Express de Neufchâtel, 30 novembre 1936, Arch. nat., 74 AP 19.

28Au mois de novembre 1936, de retour d'un voyage en Italie, il prononce une conférence à Neufchâtel en Suisse dans laquelle il affirme son hostilité aux régimes dictatoriaux et sa volonté de les voir disparaître, quitte pour cela à devoir mettre entre parenthèses la paix pour quelques temps au nom des valeurs que la France incarne et qu'il va falloir défendre, fût-ce par les armes. Il s'agit là d'une déclaration historique puisque, pour la première fois, il admet qu'il faudra peut-être en passer par la guerre si l'on veut finalement voir la paix triompher en Europe. Au mois de juillet, dans son discours, il affirmait pourtant sa conviction qu'il ne pouvait pas y avoir de paix en Europe tant que l'Allemagne et la France ne seraient pas d'accord. Cette fois, le ton est tout autre : « Nous ne voulons pas de la loi de la jungle, nous ne voulons pas faire faire du service militaire à des enfants de six ans, nous n'admettons pas la guerre comme hygiène du monde, nous n'avons pas besoin de vanter les qualités de notre pays et la fibre de nos soldats. Nous représentons, vous et nous, une civilisation de qualité, un patriotisme qui a sa pudeur. Il est possible que notre idéal de paix subisse une éclipse, mais nous savons qu'un jour viendra où la loi de la jungle sera abaissée et où notre idéal commun renaîtra pour le bien de l'humanité »19. La paix est donc écartée, le temps d'une guerre qui, de son point de vue, devra permettre de rendre définitivement la paix à l'Europe.

  • 20 Paris-Soir, 1er novembre 1937.

29Un article paru en novembre 1937 résume bien ce virage et cet abandon, momentané, de la paix : « Nous sommes entrés dans la zone non sanglante de la guerre »20. La référence à la guerre et surtout la nécessité de sa préparation imminente sont désormais parfaitement explicites : « Nous sommes maintenant, explique-t-il, et il n'y a plus à s'y tromper, dans une première zone, celle de la guerre non sanglante. La campagne de la production est ouverte, la guerre des graphiques est déclarée ».

30Le débat de politique étrangère qui a lieu à la Chambre au mois de février 1938 illustre d'ailleurs bien le fossé infranchissable qui existe désormais entre Paul Reynaud et certains de ses collègues partisans absolus du maintien de la paix. Parmi ceux-ci, il y a en particulier le président de l'Alliance démocratique et ancien président du Conseil, Pierre-Étienne Flandin. La comparaison avec Paul Reynaud est ici significative.

31Les deux hommes, quoique appartenant au même parti, (en 1929, Flandin a battu Paul Reynaud pour la présidence du parti), se sont déjà heurtés à propos de la Rhénanie, Flandin étant à l'époque des faits, ministre des Affaires étrangères. Sur le plan politique, ils se sont séparés également très nettement. Paul Reynaud est partisan d'un gouvernement d'unanimité nationale allant selon la formule « De Thorez à Paul Reynaud » qui aurait pour but d'unir les forces politiques face au péril extérieur. Une première tentative a eu lieu en janvier 1938 à l’initiative de Léon Blum mais l'exigence de Reynaud d'y voir inclure Louis Marin a fait échouer le projet.

  • 21 Ibid., 4 février 1938.

32Au début du mois de février, Flandin a écrit un article au titre évocateur : « Non ! Pas la guerre. L'union, pour la paix ! »21. Dans cet article, il mettait en garde l'opinion contre la formule d'unanimité nationale sur le plan politique qui n'aurait pour seul but que de persuader l'opinion que la guerre est inévitable, ce qui est parfaitement faux de son point de vue. De plus, il convient, toujours selon ses propres termes, de ne pas oublier que la France « pleure 1 500 000 morts dont les tombes sont encore fraîches ». Il importe donc de refuser de s'associer à toute croisade contre les puissances de l'Axe sous prétexte qu'elles auraient des desseins belliqueux à l'égard de la France. La politique menée par l'Allemagne à l'égard de certaines populations ne doit pas devenir prétexte selon lui à un affrontement entre les deux pays : « Nous devons, certes, déplorer que Hitler pourchasse les juifs et se dispute avec les Églises ; mais n'étant pas obligés de suivre la même politique, nous ne voyons pas la nécessité d'en faire un casus belli avec l'Allemagne ». Le fait que l'Allemagne s'y livre sans retenue ne doit donc pas empêcher les bonnes relations entre les deux pays. Les Français, et en particulier les anciens combattants, doivent surtout veiller à ce que la France reste en dehors de problèmes qui ne la concernent pas directement. Il faut au contraire se réunir pour entreprendre ce que l'on n'a guère fait jusqu'à présent : « Le moment est venu, conclut Flandin, non pas de faire, mais d'entreprendre une construction nouvelle de l'Europe et une organisation neuve de la paix ». On les aura reconnus, les va-t-en guerre ainsi visés par Flandin sont les socialistes et Paul Reynaud qui, depuis l'année précédente, n'ont cessé de réclamer, au grand dam de la droite, cette unanimité.

  • 22 « La situation extérieure et la défense national ». Conférence prononcée le 4 février 1938. Revue (...)
  • 23 En introduction à la publication de cette seconde conférence, Paul Reynaud avait tenu à ce que la (...)

33Les propos tenus par Reynaud lors d'une conférence le jour même de la publication de l'article de Flandin sont, on s'en doute, très différents. Pour Paul Reynaud, il faut se rendre à l'évidence : « Vingt ans après la guerre qui devait être la dernière des guerres, le monde entier se prépare frénétiquement à la prochaine »22. Il importe donc que la France s'y prépare du mieux qu'elle peut comme par exemple en acceptant de donner corps au pacte franco-soviétique et ceci, sans pour autant qu'il y ait nécessité à le transformer en alliance militaire23 La France ne peut en tout cas faire preuve d'aucune faiblesse, surtout à l'égard de pays comme l'Italie et l'Allemagne qui ne reconnaissent que la force. L'inverse serait nuire à l'intérêt national. Comme pour répondre directement à son collègue Flandrin, sa conclusion est tout à fait claire : « La politique de paix à tout prix, c'est la politique de guerre ».

34Pour le débat qui s'ouvre le 27 février à la Chambre, 62 orateurs sont inscrits. L'ordre de passage fixé par la Conférence des Présidents des groupes parlementaires a établi que Flandin et Reynaud se succèdent à la tribune. Leurs interventions sont en tout point fidèles à leurs récentes déclarations. Flandin, dont l'arrivée à la tribune est saluée par des députés communistes debout, le bras tendu en criant « Heil Hitler », redit sa conviction que, pour sauver la paix, il faut s'entendre directement avec l'Italie et l'Allemagne.

  • 24 Journal officiel, ibid., 2e séance du 26 février 1938, p. 647.
  • 25 On mesure ici le trop plein de confiance mis par Paul Reynaud ainsi que par d'autres dans la capac (...)

35Paul Reynaud, quant à lui, met l'accent sur sa crainte de voir la France se soustraire à ses obligations envers ses alliés. Une nouvelle fois, il rappelle en termes éloquents que « la démission de la France, c'est la guerre ». La France doit au contraire s'appliquer à maintenir, en compagnie de la Grande-Bretagne, l'équilibre européen. Ce n'est qu'à ce prix que l'on pourra préserver la paix. Autre point de son intervention, les relations avec l'Allemagne. Certes, explique-t-il comme pour s'adresser au précédent interlocuteur, on peut vouloir causer avec l'Allemagne, multiplier les démarches à cet effet, mais force est de constater que celle-ci n'a jamais répondu aux sollicitations françaises. De plus, à terme, cette politique risque de devenir extrêmement périlleuse pour la France ainsi que pour ses alliés si elle n'est pas en position de force pour discuter d'égal à égal. Prenant l'hémicycle à témoin, il se livre à une mise en garde car, ici, la France porte à ses yeux une responsabilité écrasante : « Ne voyez-vous pas que prendre cette position de demandeur vis-à-vis d'un pays demandeur, ce n'est pas une chose possible, si vous le faites après avoir proclamé d'abord que la France est faible, qu'elle ne doit pas se mettre en travers de la route de l'Allemagne, qu'elle ne doit pas disparaître de l'Europe ? Ne serait-ce pas signer nous mêmes la condamnation de tous ces pays qui doivent la vie à notre présence en Europe ? Ne serait-ce pas les condamner à se donner le jour même la mort dans l'âme, à l'irrésistible voisin à qui nous aurions laissé le champ libre tandis que nous irions nous refaire une santé parait-il défaillante ? »24. Moins que jamais, de son point de vue, la France, en tant que grande puissance, « ne peut se mettre en congé ». Ce serait dans ce cas, suspendre « comme une épée de Damoclès, cette menace, si précieuse pour la paix, d'une réaction possible contre l'agresseur ». Dès lors, et c’est sa conclusion, la France n'a donc pas à opérer un quelconque renversement de sa politique car l'inverse, serait non seulement la mise en péril de la paix mais également l'abandon de ce qui fait sa raison de vivre25.

  • 26 Revue de Paris, 15 avril 1938. Si, dans cet article, il n'est pas question des communistes, leur p (...)

36Léon Blum échoua une nouvelle fois, au mois de mars 1938, dans sa tentative de réaliser l'union nationale pour faire face à la montée des périls extérieurs. Là aussi, la droite l'accusa de vouloir la concrétiser dans le but de faire la guerre et non de préserver la paix. On retrouve une nouvelle fois Pierre-Étienne Flandin. L'appel lancé conjointement par Léon Blum et Paul Reynaud en vue de constituer le rassemblement pour éviter la guerre est de son point de vue une grande hypocrisie. Il s'agit selon lui au contraire « de faire précéder de quelques jours la mobilisation générale et la guerre d'une union sacrée, toujours indispensable dans ces circonstances, on conçoit que l'unanimité nationale ait pu être préconisée. Mais il fallait dire alors au pays : « Je veux faire l'union pour faire la guerre » et non pas : « Je veux faire l'union pour faire la paix. L'hypocrisie de l'opération pour certains initiés était bien là »26. Pourtant, ici aussi, la chronologie se montre particulièrement intéressante. Le 12 mars, Léon Blum, venu rencontrer les députés de droite salle Colbert à la Chambre, se voit opposer une fin de non recevoir à son offre d'union. Le jour même, à Vienne, Hitler annonce l'intégration de l'Autriche au Reich.

  • 27 La Nation, 16 avril 1938.

37Munich va également montrer à quel point les sentiments ont pu, avec le temps, s'exacerber. Paul Reynaud apparaît plus que jamais comme un belliciste. Déjà, au moment de son entrée dans le gouvernement Daladier au mois d'avril de la même année, le journal La Nation s'était félicité de la constitution de ce cabinet d'union mais avait émis de sérieux doutes sur la présence de Reynaud et Mandel dont on connaissait, explique le journal de la Fédération républicaine, les positions « inquiétantes » en matière de politique extérieure27. Assurément, tout deux ont joué un rôle certain dans cette crise de Munich comme opposants de la politique de conciliation de Georges Bonnet, alors ministre des Affaires étrangères.

38Au moment des accords, la position de Paul Reynaud apparaît donc excessivement fragilisée.

  • 28 P. Lazareff, De Munich à Vichy, op. cit., p. 72.

39Il est vrai que le climat général est à l'euphorie pacifiste, même parmi ceux qui ont soutenu Paul Reynaud en leur ouvrant les colonnes de leurs journaux. C'est le cas de Paris-Soir qui annonce le lancement d'une souscription publique pour offrir en France une maison de campagne à Chamberlain, maison qui devrait s'appeler « La Maison de la Paix »28.

40Quant à l'extrême-droite, elle franchit un nouveau degré dans la violence à l'égard de celui qui est de plus en plus représenté sous la forme d'un rat. Si la paix a pu être sauvée grâce à des hommes comme Flandin, écrit par exemple Gringoire, il faut désormais faire payer les fauteurs de guerre. Dans son édition du 7 octobre, le journal, auquel collabore régulièrement Tardieu, écrit : « Le parti de la guerre a été vaincu. Contre le ministre des Affaires étrangères, Paul Reynaud, homme des soviets, menait le bal ». En réalité, durant toute la crise, Reynaud et Mandel ont été la cible des défaitistes. Ils apparaissent avant tout comme les représentants des intérêts de Moscou en France et les principaux représentants des « fauteurs de guerre ». Dans l'édition du 23 septembre de Gringoire, Paul Reynaud est présenté comme « l'homme des soviets qui a contribué à rompre l'amitié franco-italienne ».

  • 29 Une trahison des ministres Mandel, Zay, Paul Reynaud qui veulent contraindre M. Daladier à démissi (...)

41Mais une nouvelle fois, c'est L'Action française qui va le plus loin dans l'outrance. À plusieurs reprises, Mandel et Reynaud sont accusés de « conspirer à la fin de la France ». Quelques jours plus tard, le 16 septembre, dans un article intitulé précisément « Les fauteurs de guerre », Paul Reynaud y est présenté en bonne place entre « Jéroboam Rotschild et Isaïe dit Jean Zay ». Au lendemain de l'annonce du projet avorté de démission de Reynaud et Mandel, le quotidien parle de « trahison ». Il importe en effet de toujours présenter ces deux noms, plus celui de Jean Zay, pour les désigner ensemble à la vindicte populaire avec l'accusation de trahir et comploter contre leur pays29.

  • 30 Le Jour, 29 septembre 1938.

42Mais le pire est encore à venir ; il se produit le jour même où doit avoir lieu la conférence à Munich. A cette date, les partisans du compromis redoublent d'efforts. Léon Bailby se demande si ce jour est enfin celui de la défaite des ennemis de la paix. Désormais, la guerre n'est plus inévitable et demain, il y aura sans doute, selon lui, « des comptes à régler »30. L'Action française s'inscrit dans le même raisonnement mais en le poussant beaucoup plus loin, c'est-à-dire en appelant au meurtre ceux qui font barrage à une solution pacifique de la crise. Parodiant l'Internationale, le quotidien royaliste publie alors en première page sous le titre « À la manière de » ce couplet :

  • 31 L'Action française, 29 septembre 1938.

« S'ils s'obstinent, ces cannibales,
À faire de nous des héros,
Il faut que nos premières balles
Soient pour Mandel, Blum et Reynaud »31.

  • 32 Cité par Y. Lacaze, L'opinion publique française et la crise de Munich, Berne, Publications univer (...)

43On retrouve également ici l'opposition entre Reynaud et Flandin précédemment développée. Le 15 septembre, le président de l'Alliance démocratique avait publié dans Le Journal un article sous le titre : « Alerte à la guerre » qui marque véritablement le début de son rôle dans la crise. Le but principal de cet article est de rappeler au gouvernement qu'il ne peut agir dans cette affaire sans tenir le Parlement et l'opinion au courant de ses agissements. Selon celui-ci, « On ne court pas le risque de guerre sans être assuré du consentement de la nation » et, en ce qui concerne le Parlement, il affirme qu'une mobilisation « équivaut presque à une déclaration de guerre », déclaration pour laquelle l'article 9 de la Constitution prescrit l'assentiment préalable du Parlement32.

  • 33 P. Reynaud, Envers et contre tous, op. cit., p. 223. Il avait également Félicité Daladier, Mussoli (...)

44Le 1er octobre, il franchit un nouveau pas en faisant parvenir un télégramme de félicitations au chancelier allemand. Il prie Hitler d'« agréer (ses) chaleureuses félicitations pour le maintien de la paix, avec l'espoir que naîtra, de cet acte historique, une collaboration confiante et cordiale entre les quatre puissances européennes réunies à Munich »33. Dans les jours qui suivirent, Paul Reynaud, plus isolé que jamais, démissionne de l'Alliance. Pour un court instant encore, les partisans de la paix à tout prix ont gagné.

  • 34 Projet de lettre à Winston Churchill, 10 octobre 1938, Archives familiales Reynaud, Barcelonnette.

45Comme pour la Rhénanie, ce furent finalement les faits eux-mêmes, qui donnèrent raison à Paul Reynaud. Lui-même s'en ouvrit à Winston Churchill dans une lettre que le ministre d'Édouard Daladier lui fit parvenir aux lendemains de Munich. En réalité, la conviction de Paul Reynaud est que ces accords ont été en fait un véritable marché de dupes : « Ceux qui pensaient naïvement que l'Allemagne s'était ouvert grâce à notre condescendance la route de l'Est, ne songeant plus qu'à entretenir d'excellents rapports avec les démocraties de l'Ouest, ont dû être cruellement tirés de leur torpeur par le discours de M. Hitler à Sarrebruck et par l'avertissement donné à l'Angleterre par la Deutsche Allegemeine Zeitung au sujet de son réarmement. Il faut remonter à Charles Quint pour retrouver une Europe où la France ait à faire face à un tel péril »34.

46Mais cette fois, sa ténacité est enfin récompensée. Le président du Conseil Édouard Daladier, lui aussi convaincu que Munich n'a en fait pas sauvé la paix, est désormais déterminé à préparer la France à la guerre. Le 1er novembre, il confie le ministère des Finances à Paul Reynaud avec pour mission principale de préparer la France à la guerre d'un point de vue financier.

  • 35 Discours radiodiffusé au banquet de la presse, 17 novembre 1938, dans Courage de la France, op. ci (...)

47Désormais, ce dernier peut se livrer tout entier à sa fonction. Toute référence à la paix disparaît. Son plan de travail est parfaitement clair : « Cette œuvre d'assainissement sera achevée dans trois ans. Certains nous conseillent de nous adoucir. Pour aboutir dans cette œuvre de longue haleine qui couvre tous les champs de la vie économique française, pour laquelle ma solidarité est totale avec mon chef et ami, Édouard Daladier, nous avons besoin, au contraire, de durcir nos volontés »35.

  • 36 Procès verbal de la commission des Finances, Chambre des députés, séance du 17 mars 1939.

48Comme il le dit devant les membres de la commission des Finances, son programme repose sur une idée simple : « Entre la catastrophe et nous, il n'y a que la barrière de nos volontés » leur dit-il en guise d'introduction36.

  • 37 Ibid., Chambre des députés, séance du 5 mai 1939, audition du ministre des Finances.

49Le 5 mai 1939, Paul Reynaud présente à la commission des Finances de la Chambre son plan d'assainissement financier. Il est encore plus explicite : alors que la France n'est pas encore jetée dans la guerre, elle est, d'un point de vue financier, déjà en guerre. Cela, il en est parfaitement convaincu et il entend que ce point de vue soit partagé par tous : « Considérez que, du point de vue financier, nous sommes en guerre et si vous n'acceptez pas ces prémisses, nous ne pouvons pas être d'accord. Je vous montrerai que ma politique financière est une politique de guerre »37.

***

50Paul Reynaud aura été un partisan sincère de la paix. Ainsi, a-t-il appartenu en 1932 en tant que ministre, à la Conférence sur le désarmement à Genève. Pourtant, s'il n'appartient pas au camp des anti-allemands, il n'admet pas pour autant que la France fasse des concessions qui pourraient finalement remettre en cause sa propre sécurité. Le fait qu'il ne soit pas un combattant du feu par rapport à Daladier par exemple, explique sans doute en partie ses conceptions pragmatiques autant que réalistes. Comme dans d'autres domaines, il a su faire preuve de courage et de lucidité, n'hésitant pas à proclamer que la garantie de la paix pour la France passait nécessairement par le maintien d'une force militaire suffisamment dissuasive. Plus que l'idée de paix, c'est la paix elle-même qu'il s'est attaché à défendre dans les années 1930 en justifiant l'hypothèse d'une nouvelle guerre. Une fois qu'il s'est rendu compte que les dictatures voulaient la guerre et que les jours de la paix étaient en réalité comptés, il a compris qu'il faudrait en passer par une nouvelle guerre, si l'on voulait précisément défendre les idéaux qui se rattachent à l'idée que l'on se fait de la paix.

51Pour cela, il est exonéré des références idéologiques classiques. Ainsi, il n'hésita pas à soutenir la thèse hardie selon laquelle le maintien de la paix pour la France passait aussi par la conclusion d'un pacte militaire avec l'Union soviétique. Mais c'est avant tout le pragmatisme qui doit servir, de son point de vue, l'idée de paix. Comme il le dit à plusieurs occasions, « en politique, ce sont les faits qui commandent ». C'est d'ailleurs la raison pour laquelle, lorsque l'Allemagne procéda à l'Anschluss avec l'Autriche, il réitéra sa demande de voir se mettre en place le plus rapidement possible l'alliance franco-soviétique car, comme il le déclara au micro de Radio-cité au mois de mars 1938, « Ce n'est pas Staline qui entre à Vienne aujourd'hui, qui menacera Prague demain, c'est Hitler ».

52Ses conceptions de paix armée et de préparation à la guerre ne furent pas pour autant retenues, en grande partie à cause de l'isolement politique qui fut le sien durant une bonne partie des années trente et ce ne fut que trop tardivement que l'on s'y rallia, trop tardivement en tout cas pour espérer sauver une paix définitivement compromise, faute de l'avoir envisagée lorsqu'il en était encore temps. Dernier détail, cruel. C'est lorsqu'on lui confia enfin le soin de mener la guerre à laquelle il avait d'une certaine manière appelé qu'il se montra totalement impuissant à sauver la France du désastre, et par-là même, à imposer sa propre conception de l'idée de paix.

Notes

1 Revue hebdomadaire, juillet 1924.

2 Quoiqu'il ait omis de le dire dans ses Mémoires, Paul Reynaud a bien été en 1925 un partisan du pacte de Locarno. D'ailleurs, au moment de Munich, Henri de Kerillis le lui reproche. Toutefois, son adhésion à la diplomatie locarnienne initiée par Aristide Briand ne lui a pas fait perdre de vue la volonté qu'il a de voir la France se doter en même temps d'un outil militaire performant. En 1929, par exemple, lors d'un débat parlementaire à la Chambre, il réaffirme certes l'intérêt suscité par le pacte de Locarno, puisqu'il permet selon lui le maximum des engagements que l'Angleterre veut prendre, et permet surtout à la France d'avoir une garantie sur sa frontière rhénane, mais il regrette également que ce pacte n'ait pas été accompagné d'une convention militaire car, « la politique limitée aux alliances et à l'exécution littérale du traité a un vice capital : elle ne nous apporte pas la sécurité (...) c'est une politique profondément pessimiste, désolée, désespérée, sans appel aux forces morales ». Journal officiel, Chambre des députés, débats parlementaires, séance du 24 déc. 1929, p. 4645.

3 Dans une interview au journal Le Temps parue le 2 avril 1933, le député de Paris déclarait : « Les violences du régime hitlérien en Allemagne, en particulier contre les israélites, ont produit un effet désastreux dont nous sommes indirectement les bénéficiaires ».

4 Compte rendu paru dans La Liberté, 8 mai 1933.

5 Ce qui conduirait, selon Charles de Gaulle, à s'orienter vers l'armée de métier. Terme que Paul Reynaud, pour sa part, réfutera toujours. Il est vrai que d'un point de vue politique, beaucoup y sont hostiles, en particulier à gauche.

6 P. Barrès, Charles de Gaulle, Paris, Plon, 1944, p. 14-15.

7 P. Reynaud, « La cause profonde de la guerre qui nous menace », La Liberté, 29 mars 1934.

8 Le journal, 16 octobre 1937.

9 Le Populaire, 17 mars 1935.

10 Lettre de Paul Reynaud à Pierre Laval, 29 octobre 1935, Arch. nat., papiers Paul Reynaud, 74 AP 14.

11 Journal officiel, ibid., séance du 27 décembre 1935, p. 2816.

12 Le pari a été réussi puisque sur les 850 000 lecteurs qui répondirent, 530 000 se déclarèrent partisans d'une neutralité absolue de la France dans cette affaire, 310 000 souhaitaient des sanctions économiques, et seulement 10 000 des sanctions militaires.

13 Journal Officiel, ibid., séance du 28 décembre 1935, p. 2865.

14 T. Maulnier, « Les masques de la guerre », Le Charivari, 4 janvier 1936.

15 Ibid.,

16 Journal officiel, ibid., 2e séance du 31 juillet 1936, p. 2306.

17 P. Reynaud, « Le désespoir de Genève », dans L’indépendance belge, 16 juillet 1936, Arch. nat., 74 AP 19.

18 Journal officiel, ibid., 2e séance du 31 juillet 1936, p. 2306.

19 Compte rendu paru dans L'Express de Neufchâtel, 30 novembre 1936, Arch. nat., 74 AP 19.

20 Paris-Soir, 1er novembre 1937.

21 Ibid., 4 février 1938.

22 « La situation extérieure et la défense national ». Conférence prononcée le 4 février 1938. Revue hebdomadaire. 26 février 1938. Il s'agissait d'un cycle de deux conférences prononcées par Paul Reynaud et intitulé « la vitalité française ». La première portait sur la situation intérieure du pays et a déjà été mentionnée dans ce même chapitre.

23 En introduction à la publication de cette seconde conférence, Paul Reynaud avait tenu à ce que la revue publie un démenti à propos du commentaire qui avait accompagné la publication de la première conférence et qui laissait entendre que Paul Reynaud était en fait partisan d'une transformation du Pacte en alliance militaire. Pour Reynaud, cette affirmation était « fausse en tout point ». Pour la différence à faire dans ce cas précis entre pacte et alliance, il renvoyait à un discours que Pierre-Étienne Flandin avait prononcé en tant que ministre des Affaires étrangères lors du débat à la Chambre sur la ratification du pacte en question. Cette mise au point lui valut pourtant de nouvelles attaques de la part de ses détracteurs habituels. Si Le Jour, cité par L'Action française, se réjouissait de cette nouvelle, il posait la question de savoir si, du même coup, Paul Reynaud abandonnait également son projet de constituer à l'intérieur du pays un « ministère franco-russe ». Pour le quotidien royaliste, nul doute à ce sujet, Paul Reynaud « nous réserve les Soviets pour l'usage interne », dans L'Action française, 20 février 1938.

24 Journal officiel, ibid., 2e séance du 26 février 1938, p. 647.

25 On mesure ici le trop plein de confiance mis par Paul Reynaud ainsi que par d'autres dans la capacité et surtout la volonté du gouvernement de Chamberlain à répliquer de manière efficace à la politique hitlérienne. Munich démontrera qu'en voulant subordonner la politique française à celle conduite par Chamberlain, Paul Reynaud s'est en fait lourdement trompé.

26 Revue de Paris, 15 avril 1938. Si, dans cet article, il n'est pas question des communistes, leur présence au gouvernement ne pouvait être qu'une preuve supplémentaire de l'imminence de la guerre. Le 15 février 1938, dans La Liberté, journal désormais dirigé par Jacques Doriot, il écrivait : « Si jamais les communistes arrivaient au pouvoir, il ne nous resterait plus qu'à graisser nos bottes et à coiffer nos masques à gaz ».

27 La Nation, 16 avril 1938.

28 P. Lazareff, De Munich à Vichy, op. cit., p. 72.

29 Une trahison des ministres Mandel, Zay, Paul Reynaud qui veulent contraindre M. Daladier à démissionner », dans L'Action française, 23 septembre 1938, p. 1. Ce bourrage de crâne a en partie réussi puisque deux des accusés jetés en pâture à l'opinion publique seront sous Vichy assassinés par ceux-là mêmes qui avaient été nourris par les idées de haine sans cesse distillées par Maurras, Pujo et Daudet.

30 Le Jour, 29 septembre 1938.

31 L'Action française, 29 septembre 1938.

32 Cité par Y. Lacaze, L'opinion publique française et la crise de Munich, Berne, Publications universitaires européennes, 1991, p. 254.

33 P. Reynaud, Envers et contre tous, op. cit., p. 223. Il avait également Félicité Daladier, Mussolini et Chamberlain. Le lendemain, Hitler l'avait remercié pour ses efforts « en faveur d'une entente et d'une collaboration complètes entre le France et l'Allemagne ».

34 Projet de lettre à Winston Churchill, 10 octobre 1938, Archives familiales Reynaud, Barcelonnette.

35 Discours radiodiffusé au banquet de la presse, 17 novembre 1938, dans Courage de la France, op. cit., p. 45.

36 Procès verbal de la commission des Finances, Chambre des députés, séance du 17 mars 1939.

37 Ibid., Chambre des députés, séance du 5 mai 1939, audition du ministre des Finances.

Auteur

Lille 3 - CRHEN-O

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540